Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le christianisme à l’est

    Au détour d’une dépêche de l’AFP sur un débat en Bulgarie concernant un projet d’enseignement laïque sur les religions, on apprend que depuis 2001 le gouvernement bulgare prête serment sur la Bible et devant la Croix , que les églises sont pleines, que l’inauguration de nouveaux locaux ou de nouvelles entreprises est accompagnée d’un service religieux.

    La ville de Presov dans l’est de la Slovaquie envisage d’ériger une statue du Christ de 33 mètres de haut, qui serait la plus grande d’Europe (celle de Rio fait 38 mètres). Actuellement, la statue la plus haute de Slovaquie est celle d’un soldat soviétique, faisant partie d’un mémorial à Bratislava. (J’ai connu Presov du temps du communisme : la chape de plomb était très pesante. J’ai connu Presov peu après la chute du communisme : la chape de plomb était toujours là, comme si la ville retenait son souffle en se demandant si c’était bien vrai...)

    Les plus fortes ventes de livres de ces dernières années en Pologne sont (dans l'ordre) les écrits de Jean-Paul II, les Mémoires de son ancien secrétaire le cardinal Dziwisz, Harry Potter... et les livres de cuisine de sœur Anastasia. La religieuse en a vendu un million, et se lance dans le DVD. « Beaucoup de mes recettes me viennent la nuit dans mes rêves, explique-t-elle. Ce qui est le plus dur, c'est de se souvenir d'écrire la recette quand je me lève, avant que j'oublie. » Sœur Anastasia fait depuis longtemps la cuisine pour la maison d'édition des jésuites de Cracovie, qui servent de cobayes et éditent ses livres. Les prochains projets dépendront de l'inspiration divine de la sœur, déclare malicieusement le père Pietras. Quand on demande à la religieuse ce que représente pour elle cette notoriété, elle répond : « Ma vie n'a pas vraiment changé. Parfois, j'ai un peu moins de temps, mais je fais en sorte d'en garder pour la prière,, c'est le plus important. Les livres sont secondaires. »

  • La miséricorde

    L’Eglise organisera à Rome du 2 au 6 avril, à l’occasion du troisième anniversaire de la mort de Jean-Paul II, un congrès sur la miséricorde, thème qui était cher au pape défunt.

    Le « premier congrès apostolique mondial de la Miséricorde  » sera présidé par le cardinal Schönborn, archevêque de Vienne.

    Il pourrait se pencher sur cette anomalie qui ne paraît émouvoir personne : dans le psautier officiel de l’Eglise catholique latine, le mot misericordia apparaît 129 fois. Dans le psautier officiel de l’Eglise qui est en France, censé traduire le psautier latin, le mot miséricorde apparaît... deux fois.

  • Quelques premières de la stupidité ambiante

    Un prof de Berlaimont (Nord) sera jugé fin mars pour « violence aggravée sur mineur ». Il avait donné une gifle (sans conséquence) à un élève qui l’avait traité de connard. (Addendum. Les policiers sont allés le chercher chez lui, et il a subi 24 heures de garde à vue.)

    La promotion de la Légion d’honneur du 1er janvier respecte scrupuleusement la parité homme femme. (Sa publication a dû être retardée parce que la promotion dans l’ordre du mérite ne respectait pas la parité : il a donc fallu modifier celle-ci pour que celle-là puisse être publiée, puisque l’une ne va pas sans l’autre. La parité dans l’ordre du mérite est également une première.) Mais on attend toujours la parité homo-hétéro, souchiens-non souchiens, etc.

    Un groupe d’intellectuels (sic) européens, créé par la Commission européenne et présidé par Amin Maalouf, propose la promotion d’une « langue personnelle adoptive », qui ne « serait pas du tout une seconde langue étrangère, mais plutôt, en quelque sorte, une seconde langue maternelle ». Pour avoir deux langues maternelles, il faut avoir deux mères. Les intellectuels ne précisent pas si leur proposition implique une discrimination positive en faveur des paires de lesbiennes franco-étrangères.

  • La dictature européenne en acte

    Communiqué de Jean-Marie Le Pen

    L’Assemblée nationale a adopté le projet de loi qui ouvre les fonctions de capitaine de la marine marchande aux étrangers.

    Le ministre Bussereau s’est en quelque sorte excusé d’aller ainsi « contre l’attachement des navigants au lien entre pavillon et nationalité du capitaine, signe visible de l’autorité de ce dernier », mais, a-t-il ajouté en substance, nous ne pouvons pas faire autrement, c’est un ordre de Bruxelles.

    La Commission européenne avait même engagé un contentieux devant la Cour de Justice contre la France qui continuait de réserver les fonctions de capitaine à des nationaux.

    Telle est la dictature européenne, toujours plus anti-nationale, et qui sera encore aggravée par la Constitution-bis .

    J’appelle les Français à réclamer un référendum sur ce nouveau texte liberticide, et à manifester avec le Front national, à l’Assemblée nationale le 6 février prochain.

  • Serbie : le second tour indécis

    La journée d’hier a été la plus importante de l’entre deux tours de la présidentielle serbe : elle a été marquée par la prise de position de Vojislav Kostunica, par le débat télévisé Tadic-Nikolic, et par la visite d’un commissaire européen.

    A l’issue du premier tour, nombre de commentateurs disaient que le choix de Kostunica serait capital. C’est-à-dire que s’il soutenait Tadic, c’est à coup sûr celui-ci qui remporterait l’élection.

    Or Vojislav Kostunica, Premier ministre et chef du parti démocrate serbe, a refusé de soutenir le président sortant : « Boris Tadic a rejeté notre proposition d’élargir notre accord de coalition et nous ne pouvons pas le soutenir lors de cette élection, a-t-il dit. Dans le même temps, je veux dire clairement que nous ne soutenons pas non plus le candidat du parti radical. Notre message est que le peuple doit décider seul de ce qu’il va faire. »

    Lors du débat télévisé, Tadic s’est déclaré « profondément convaincu que seule une politique d’intégration à l’UE permettra à la Serbie de se développer ». Nikolic a défendu une politique de « deux voies, la première complètement ouverte vers la Russie , la deuxième vers l’UE qui contient de nombreux obstacles ». Il a ajouté que la Serbie devait « parler ouvertement à l’UE : la Serbie n’a qu’une condition : entrer dans l’UE entière », c’est-à-dire avec le Kosovo... dont l’UE a programmé l’imminente indépendance. Tadic a réaffirmé qu’il n’accepterait jamais un Kosovo indépendant, mais il n’a toujours pas expliqué comment la Serbie peut entrer dans l’UE qui aura reconnu le Kosovo indépendant...

    Le même jour, le commissaire européen Franco Frattini est venu vanter l’UE et l’accord de coopération agité comme une carotte devant l’âne serbe : «  Je suis persuadé que l’avenir de la Serbie est au sein de l’UE... Nous venons d’inviter la Serbie à signer avec l’UE un accord politique qui pour la première fois fait mention du mot “membre“ de l’UE... » L’accord sur les visas aura un « résultat tangible et visible » pour les citoyens serbes... « Notre offre politique à la Serbie signifie que nous ouvrons les portes et les fenêtres de l’Europe... »

  • Ecce ego statuam pactum meum

    Ecce ego statuam pactum meum vobiscum, et cum semine vestro post vos ; neque enim deinceps diluvium dissipans terram. Arcum meum ponam in nubibus, et erit signum foederis inter me et inter terram. Neque enim deinceps diluvium dissipans terram.

    Voici que j’établis mon alliance avec vous, et avec votre descendance ; car il n’y aura plus désormais de déluge pour dévaster la terre. Je mettrai mon arc dans la nuée, et il sera le signe de l’alliance entre moi et la terre.

  • Lyon : le FN en embuscade

    Communiqué de Bruno Gollnisch

    Un sondage paru ce jour dans le journal le Figaro (p.2) montre que le docteur André Morin, candidat de la liste d'union patriotique soutenue par le Front National dans l'élection municipale de Lyon, dispose d'ores et déjà d'un coefficient de notoriété de 42%, très supérieur à celui du candidat centriste Christophe Geourjon (18%).

    En outre, le docteur Morin bénéficie, avant même que la campagne soit ouverte, de 16% d'opinion favorable (Christophe Geourjon 7%).

    Ce résultat, si tant est que l'on puisse faire confiance aux sondages, démontre que le Front National sera bien l'arbitre de l'élection municipale de Lyon, à l'exclusion de tous autres : lui seul peut exister, et même créer la surprise, en dehors du tandem Collomb/Perben, rivaux le temps d'une campagne, mais si profondément semblables dans leurs idées, leurs bilans et leur comportement.

  • Brice Hortefeux finance la préférence étrangère

    Communiqué de Marine Le Pen

    Deux groupements d’entreprises du secteur de l’économie sociale ont signé avec Brice Hortefeux, ministre de l'Immigration, un protocole d’accord visant à prévenir les discriminations et à promouvoir la diversité.

    Selon ce protocole, le Groupement des entreprises mutuelles d’assurances (GEMA) et l’Union des syndicats et groupements d’employeurs représentatifs dans l’économie sociale (USGERES) s’engagent, avec le concours financier de l’Etat, “à favoriser le recrutement des personnes d’origine étrangère ou de Français issus de l’immigration, et leur promotion sociale dans les entreprises”.

    Le FN dénonce, là encore, un procédé communautariste, contraire au principe républicain d’égalité des citoyens, et discriminatoire à l’égard des millions de chômeurs français dont le sort n’intéresse visiblement pas l’exécutif Sarkozy : il s'agit, là encore, d'une "discrimination positive" dont les effets seront subis, une fois de plus, par les plus faibles.

  • Sarkozy et les racines chrétiennes

    Nicolas Sarkozy a critiqué, devant la convention de l’UMP sur l’Europe, le fait de ne pas avoir mentionné les racines chrétiennes de l’Europe dans le projet de Constitution européenne : « Ce fut une erreur de tourner le dos à notre passé et de renier d'une certaine façon des racines qui sont évidentes. Et qu'on ne vienne pas me dire qu'on remet en cause la laïcité, il suffit de survoler la France pour voir ce long manteau d'églises. Et quand même, dire qu'en Europe il y a des racines chrétiennes, c'est tout simplement faire preuve de bon sens, renoncer à le dire c'est tourner le dos à une réalité historique. Si on renie son histoire, on ne prépare pas son avenir. »

    Ah oui. Et pourquoi n’a-t-il pas demandé qu’on mentionne les racines chrétiennes dans le nouveau traité dont il prétend être l’inspirateur ?

    Il sait fort bien qu’il aurait été entendu de ses pairs, et même avec soulagement, car nos partenaires (en dehors des Belges) avaient accueilli avec consternation le veto de Chirac.

  • Carla Bruni réclame 500.000 euros…

    19bd19a7c947c305054f9487ec96ae03.jpgSelon Le Monde, l’avocat de Nicolas Sarkozy, Me Thierry Herzog, a déposé ce matin deux référés à l'encontre de Ryanair pour faire constater l'« atteinte au droit à l'image hors consentement et à des fins publicitaires » du président de la République et de Carla Bruni. Cette plainte fait suite à la publication, dans Le Parisien du lundi 28 janvier, d'une photo du couple sous le bandeau de la compagnie aérienne avec le slogan : « Ryanair, pour toutes les occasions », Carla Bruni disant dans une bulle : « Avec Ryanair, toute ma famille peut venir assister à mon mariage ». L'affaire doit être plaidée demain.

    Nicolas Sarkozy demande 1 euro de dommages et intérêts et l'interdiction de commercialiser cette image. Carla Bruni exige de son côté le versement de 500.000 euros à titre de provisions sur des dommages et intérêts ultérieurs. Me Herzog souligne que "l'exploitation de son image est une partie de l'activité professionnelle de Mme Bruni. Elle a des contrats publicitaires avec des marques qui lui offrent des ponts d'or pour qu'elle les représente. Une photo de Carla Bruni, c'est 500.000 euros"...

    Interrogé par LCI, Mathieu Glasson, directeur vente et marketing France de la compagnie aérienne irlandaise, s'était immédiatement réjoui. « Le but a été atteint et j'en suis ravi. Nous n'avons pas demandé l'autorisation aux intéressés. Ça fait partie des façons de faire du marketing de Ryanair. Nous utilisons parfois l'actualité pour rendre les pubs plus sympas et parfois controversées ou polémiques. Voyez la photo. Ils sont tous les deux souriants il n'y a rien de méchant et d'agressif. » Ryanair récuse toute « atteinte à la vie privée », soulignant que l'idylle du chef de l'Etat avait été largement médiatisée.

    Ce n’est pas la première fois, en effet, que Ryanair détourne l’image de dirigeants politiques de façon plus ou moins amusante. La compagnie l’a déjà fait avec Tony Blair ou Angela Merkel, sans que ceux-ci portent plainte.

    En septembre dernier, la compagnie retirait une publicité montrant Zapatero, en raison de la polémique qu’elle provoquait.

    Fin décembre, la compagnie versait 4.000 euros à l'ancien Premier ministre suédois Göran Persson et à Laila Freivalds (ancien ministre des Affaires étrangères). Il est vrai qu’elle faisait dire à Persson : « Est-il temps de fuir le pays ? »

    5bfcc940bb7a73abbc6b462060e2aa8f.jpgEn mai 2007, c’était le Premier ministre polonais Jaroslaw Kaczynski, en compagnie du député Jolanta Szczypinska. « Pensent-ils à un voyage de noces? » disait la publicité, reprenant une rumeur colportée par la presse d’un possible mariage. Dans une bulle, le Premier ministre demandait : « On prend l'avion gouvernemental ? » Jolanta répondait : « Pas la peine, Ryanair garantit les prix les plus bas. » Mme Szczypinska cria très fort, mais Jaroslaw Kaczynski ne fit rien.

    On voit ainsi quelle est l’exception française : le président de la République saisit la justice pour que sa maîtresse du moment puisse demander 500.000 euros de dommages et intérêts (exactement une vie de travail au SMIC). On s’amuse à parader et à s’étaler devant la presse, mais s’il y a un moyen de ramasser du fric, on ne rigole plus.

    C’est la même Carla Bruni qui se disait récemment heureuse de ne pas être française parce que « les Français sont de mauvaise humeur pour n’importe quelle raison » et qu’ils ont « mauvais caractère »…

    On ne se demandera pas si chacune des photos de Carla Bruni nue publiées par un magazine espagnol a coûté 500.000 euros.

    Le faux couple présidentiel est tout simplement écœurant.

  • La femme n’est pas encore père

    La femme homosexuelle qui réclamait un congé de paternité pour le fils de sa « compagne » a été déboutée par la cour d’appel de Rennes, qui a confirmé la décision de la sécurité sociale et du tribunal des affaires de sécurité sociale de Nantes.

    Elle avait invoqué la Convention européenne des droits de l’homme et les traités européens, qui condamnent toute discrimination liée à l’orientation sexuelle.

    Mais cela ne porte pas sur le fait qu’une femme ne peut pas être père...

    Pour le moment.

    Déjà en Californie est entrée en vigueur une loi qui permet aux collégiens de choisir leur « genre ». Nul doute que cela va se répandre, et qu’un jour la lesbienne pourra être reconnue comme père de l’enfant de sa « compagne ».

    Il est clair qu’un tel procès n’est engagé que pour faire avancer ce combat contre les identités naturelles.

  • Les psys de l’immigration

    Cinq psychiatres, dont trois experts, ont été interpellés à Marseille, soupçonnés d’avoir aidé des étrangers en situation irrégulière à obtenir un titre de séjour provisoire à titre médical en fournissant des certificats de complaisance.

    Ce sont des contrôles dans le milieu parisien de la prostitution qui ont permis de détecter l’attribution de tels certificats en provenance de Marseille. Une trentaine de personnes en tout ont été interpellées dans le cadre de cette affaire.

    Un psychiatre de Marseille, le Dr Philippe-Xavier Khalil, a déjà été mis en examen en octobre pour des faits identiques, en compagnie de trois membres d’une association d’aide aux immigrés.

    On se souvient qu’en décembre 15 loges du Grand Orient d’Auvergne avaient vigoureusement protesté contre le non-renouvellement, par le préfet, de l’agrément de trois psychiatres de Clermont-Ferrand « qui œuvrent sans relâche à la construction de la fraternité universelle et à la défense des droits de l’homme ». Ces psychiatres rédigeaient eux aussi des rapports permettant à des étrangers souffrant soi-disant de troubles psychiatriques d’obtenir des cartes de séjour.

  • Grenelle mondial des imposteurs

    Nicolas Sarkozy et Al Gore ont déjeuné ensemble hier à Paris dans le restaurant « d’un grand hôtel de la capitale ». Ils ont « évoqué l’idée d’un Grenelle mondial de l’environnement et ont évoqué les contours possibles de cette démarche », selon le porte-parole de l’Elysée.

    Nicolas Sarkozy a également indiqué à son hôte « qu’il souhaitait continuer à bénéficier de ses conseils en matière de lutte contre le changement climatique ».

    Rappelons seulement la dernière sortie d’Al Gore, à Davos : « La crise climatique est nettement plus grave et rapide que ne l'ont montré les projections les plus inquiétantes du Groupe intergouvernemental d'experts sur le climat (Giec). Certaines projections montrent désormais que la banquise pourrait entièrement disparaître au pôle Nord, d'ici cinq ans. » (Non, Davos n’est pas le nom d’un hôpital psychiatrique. Quoique...)

  • Le traité de Lisbonne en marche

    Le Sénat a adopté, dans les mêmes termes que l’Assemblée nationale, la révision de la Constitution préalable à la ratification du traité de Lisbonne, par 210 voix pour, 48 contre et 62 abstentions.

    Le chef du groupe socialiste avait donné à ses troupes une consigne d’abstention, conformément à la décision du parti. 61 se sont en effet abstenus, mais 22 ont voté contre, et 10 ont voté pour.

    Il se vérifie ainsi qu’au Congrès qui sera réuni à Versailles le 4 février, il y aura une majorité des trois cinquièmes pour adopter la révision constitutionnelle qui fera de la Constitution française une annexe de la Constitution européenne camouflée en « traité simplifié ».

    Ce que le peuple avait refusé en 2005, les représentants du peuple l’imposent en 2008.

    Nicolas Sarkozy souhaitait même que la France soit le premier pays à ratifier la Constitution-bis , afin d’effacer la honte du référendum.

    Mais la Hongrie a ratifié le traité dès le 17 décembre.

    Hier soir, la Slovénie , qui préside l’Union européenne et veut montrer l’exemple, l’a ratifié à son tour, par un vote de son Parlement (par 74 voix contre 6). « Les efforts de la Slovénie et de 17 autres Etats de l’UE pour ratifier le traité constitutionnel n’ont pas été vains puisqu’ils ont permis que la plupart des solutions proposées aient été reprises » dans le traité de Lisbonne, s’est félicité le Premier ministre Janez Jansa.

    Peu après, le Parlement de Malte a également ratifié le traité, à l’unanimité. Dans la motion adoptée par les représentants, le Premier ministre Lawrence Gonzi souligne que « Malte à travers son histoire a toujours contribué à la sauvegarde des valeurs européennes et de l’identité tirée de ses racines méditerranéennes ». Aveuglé par l’idéologie européiste, il ne voit même pas que la construction européenne est une destruction des valeurs dont Malte a contribué à la sauvegarde au cours de son histoire. Il se réveillera peut-être, mais trop tard, quand l’Union européenne lui imposera la parité, la légalisation de l’avortement et du mariage homosexuel, l’immigration musulmane, etc. Il serait bon que l’île change de nom, par respect pour les valeurs des chevaliers qui l’ont bâtie.

  • Le combat de Bichoï Higazi

    824db7658286d03a3679e606dca06784.jpgLa Haute cour administrative d'Egypte a débouté Mohamed Ahmed Higazi, le premier Egyptien converti au christianisme à avoir osé demander à être reconnu comme chrétien sur ses papiers d’identité.

    Le tribunal a statué que Higazi n'avait pas suivi les procédures légales nécessaires, et a jugé sur le fond que « les religions monothéistes ont été envoyées par Dieu selon un ordre chronologique » et que « le fait de revenir de la religion la plus nouvelle à une plus ancienne est inhabituel » : quiconque fait un tel choix « s'éloigne du droit chemin et menace les principes, les valeurs et les préceptes de l'islam ainsi que les traditions égyptiennes ».

    Mohamed Ahmed Higazi, qui s’appelle désormais Bichoï, avait fait sa demande en août dernier. Sa femme Christine (ex-Zeinab), elle-même convertie, étant enceinte, il voulait notamment que son enfant à naître puisse être enregistré comme chrétien. L’enfant est né le 10 janvier. C’est une fille, qui s’appelle Marie. Bien que ses parents se fussent mariés à l’église, elle a été enregistrée comme musulmane, puisque son père est musulman...

    Lorsque Higazi a entrepris ses démarches, il a été l’objet d’une fatwa de l’université Al Azhar le condamnant à mort. Depuis, il vit dans la clandestinité.

    La partie du jugement sur les « procédures légales » fait allusion au fait que Higazi doit présenter un certificat de l’Eglise copte attestant de sa conversion. Mais l’Eglise refuse systématiquement de donner ce certificat. Une association égyptienne de défense des droits de l’homme avait commencé à défendre Higazi dans son combat judiciaire et a abandonné la partie à cause de ce défaut de certificat... Son premier avocat avait également jeté l’éponge, sur pression de l’Eglise copte qui ne veut pas de vagues. Telle est la réalité de la dhimmitude égyptienne : tout « prosélytisme » est strictement interdit à l’Eglise copte.

    (Higazi a choisi le prénom de Bichoï, en référence au père du désert saint Bichoï, disciple de saint Macaire. Le célèbre monastère Saint-Bichoï est une résidence du pape copte.)

  • Message de carême de Benoît XVI

    Le carême est un temps de jeûne, de prière et d’aumône. Dans son message pour le carême qui vient, le pape Benoît XVI parle de l’aumône. Il faut donner, mais il faut surtout se donner, car « l’aumône évangélique n’est pas simple philanthropie : elle est plutôt une expression concrète de la charité, vertu théologale qui exige la conversion intérieure à l’amour de Dieu et des frères, à l’imitation de Jésus Christ, qui, en mourant sur la Croix , se donna tout entier pour nous ».

  • Ædificavit Noë altare

    Ædificavit Noë altare Domino, offerens super illud holocaustum ; odoratusque est Dominus odorem suavitatis, et benedixit ei, dicens : Crescite et multiplicamini, et replete terram. Ecce, ego statuam pactum meum vobiscum, et cum semine vestro post vos. Crescite et multiplicamini, et replete terram.

    Noé édifia un autel au Seigneur, et offrit l’holocauste ; Le Seigneur en trouva l’odeur agréable, et le bénit en disant : Croissez et multipliez, et remplissez la terre. Voici, j'établis mon alliance avec vous et avec votre descendance.

  • L’ingérence des Etats-Unis en Europe

    Le ministère slovène des Affaires étrangères a été contraint de limoger son directeur politique, Mitja Drobnic, suite à des articles de presse révélant qu’il avait reçu des « directives » américaines concernant la présidence slovène de l’Union européenne.

    Le quotidien Dnevnik a publié un document interne du gouvernement américain indiquant que le secrétaire d’Etat adjoint aux Affaires européennes, Daniel Fried, avait « suggéré » à Mitja Drobnic, lors d’une réunion à Washington, que la Slovénie soit parmi les premiers Etats de l’UE à reconnaître l’indépendance du Kosovo, et avait insisté auprès de lui sur l’importance du déploiement au Kosovo d’une mission de policiers et juristes de l’UE « malgré les réticences de Moscou et de Belgrade ».

    Le Premier ministre slovène a assuré que son pays n’entendait pas reprendre à son compte les positions américaines pour en faire la politique de l’UE.

    Mais « à cause de cela, nous avons des difficultés avec nos interlocuteurs, en particulier américains », a déclaré le ministre des Affaires étrangères.

    En particulier américains... Car ce sont eux qui se plaignent...

  • L’anti-discrimination jusqu’au délire

    Communiqué de Jean-Marie Le Pen

    Sous la pression de la Commission européenne, l’Assemblée nationale reprendra ses travaux, après les élections, par l’examen d’un projet de loi de lutte contre les discriminations.

    On croyait être à la pointe en ce domaine, mais non.

    La France est accusée de ne pas avoir correctement transposé en droit français trois directives européennes. La Commission nous reproche notamment de ne pas avoir défini les discriminations directes et indirectes, et de ne pas avoir assez transposé la disposition qui interdit d’enjoindre à quiconque de pratiquer une discrimination !

    C’est un nouvel exemple de la dictature ubuesque de Bruxelles, qui par ailleurs n’a rien contre la discrimination, quand elle se prétend « positive ».

    C’est un exemple aussi de l’incurie de nos gouvernants qui, par dévotion idéologique, disent amen aux propositions les plus absurdes de la Commission , et sont ensuite contraints de les transposer, ou de tenter de les transposer, en droit français.

  • Lutte contre les discriminations : jamais assez

    Après les élections municipales et cantonales, l’Assemblée nationale reprendra ses travaux, le 25 mars, par l’examen d’un projet de loi sur la lutte contre les discriminations...

    Il s’agit de transposer en droit français trois directives européennes dont le législateur français n’a pas tiré toutes les conséquences, selon la Commission européenne qui a engagé trois procédures pour forcer la France à les respecter...

    Il s’agit d’inscrire en droit français la définition des discriminations directes et indirectes, du harcèlement moral et du harcèlement sexuel. Il s’agit aussi de mieux transposer les dispositions qui interdisent d’enjoindre à quiconque de pratiquer une discrimination, et celles qui assurent la défense des droits des victimes de discrimination.

    Ce sont des malades...

  • « Lundi de Pentecôte »

    Le Premier ministre a demandé à l’UMP de présenter une proposition de loi (rappelons que les propositions de loi sont censées être à l’initiative des parlementaires) qui rétablira le lundi de Pentecôte comme jour férié, a annoncé Jean-François Copé.

    L’Eglise serait bien inspirée d’en faire autant. Il n’y a plus de lundi de Pentecôte dans la liturgie catholique depuis 1969. Toutefois, avec le motu proprio, le lundi de Pentecôte fait aussi un retour, chez ceux qui adoptent la « forme extraordinaire du rite romain ».

    Conclusion : il faut adopter partout la « forme extraordinaire » pour que le « lundi de Pentecôte », de nouveau férié dans le calendrier laïque, ait un sens sur le plan religieux...

  • La dhimmitude rend fou

    Une piscine municipale de Göteborg, en Suède, a été condamnée en appel pour discrimination envers deux musulmanes. La municipalité devra payer plus de 2.000 euros de dommages intérêts aux plaignantes.

    Ces deux femmes étaient venues avec leurs enfants. Elles ne se baignaient pas elles-mêmes, mais les maîtres-nageurs leur avaient demandé de changer de vêtements, conformément au règlement de la piscine, dûment affiché sur des pancartes, qui demande aux personnes fréquentant les lieux de porter un short et un tee-shirt (ce qui permet aux parents de secourir immédiatement leur enfant).

    Les maîtres-nageurs ont été contraint d’avouer devant le tribunal qu’il n’y avait rien dans le règlement concernant le port du voile (sic), et la cour a estimé

    – attention, soyez bien assis –

    que la ville n’est pas parvenue à « prouver que la requête (des maîtres-nageurs) était sans rapport avec la religion des femmes ».

  • La formation d'imams à l’Institut catholique

    Communiqué de Bernard Antony

    La formation confirmée d’imams par l’Institut catholique de Paris, à « des fins d’intégration républicaine » (sic) semblerait un gag surréaliste si cela ne révélait la tragique décomposition du catholicisme qui se poursuit  en bien des secteurs de l’église de France.

    Cet événement affecte en effet gravement la lisibilité du message catholique et ne peut être perçu globalement que comme l’affirmation d’un relativisme religieux au service non pas de la transmission évangélique mais d’un idéal républicain supérieur.

    Cela contribue surtout à banaliser l’implantation douce de l’islam en France qui, lorsqu’il sera numériquement plus fort, changera alors de visage.

    En attendant, on verra certainement bientôt à titre de réciprocité, des prêtres et religieux catholiques recevoir à la Mosquée de Paris une formation à la connaissance du Coran et des Hadiths.

    L’islam n’aura pas besoin du jihad pour soumettre la France. L'obligation de la viande halal déjà imposée dans bien des cantines scolaires, annonce la progressive installation, sous couverture républicaine, d’une douce dhimmitude.

    Ce dont le peuple catholique d’abord aurait besoin c’est que les successeurs du Christ et des apôtres expliquent clairement en quoi la conception de Dieu, de l’homme et de la femme et de la société enseignée par l’islam n’est pas celle du christianisme.

    Et ce que le peuple de France devrait apprendre, c’est que si l’on peut difficilement sortir du communisme, il est infiniment plus difficile de sortir de l’islam.

  • « Langue arabe exigée », disait l’ANPE

    Le site Novopress avait attiré l’attention sur une offre d’emploi de l’ANPE manifestement discriminatoire, puisqu’elle exigeait que le postulant à un poste de jardinier parle arabe.

    Naturellement, la Halde n’a pas bougé. Mais, après la médiatisation de l’affaire par Novopress, et un entretien surréaliste avec un responsable local de l’ANPE, l’annonce a été modifiée...

    Or on découvre que cette annonce n’était pas isolée...

    Au passage, on constate aussi que le député auquel avait écrit le postulant n’a pas daigné répondre. Il s’agit de Jean-Frédéric Poisson, bras droit de Christine Boutin à Rambouillet et vice-président du Forum des Républicains sociaux.

    Seul Bernard Antony , président de l’Agrif, avait assuré le jeune homme de son aide en cas de procédure judiciaire.

  • Les zozos de l’Arche

    Comme prévu, la justice française a commué en huit ans de prison la peine de huit ans de travaux forcés infligée au Tchad aux branquignols de l’Arche de Zoé. Les familles ont hué les juges, les traitant de « voyous » et de « salauds »... Emilie Lellouch, de son box, a hurlé une phrase incompréhensible et levant le poing. Souad Merimi a crié qu’elle avait honte d’être française... Le tribunal a souligné que l’incrimination retenue était passible en France de la réclusion à perpétuité. Les condamnés, qui vont faire appel, devront encore passer en justice pour « aide au séjour irrégulier de mineurs étrangers et exercice illégal de l’activité d’intermédiaire en vue d’adoption ». Avant sans doute d’être remis en liberté par les bons soins de Sarkozy à la veille des élections.

  • Virage à 180 degrés

    Jusqu’à dimanche, Christine Lagarde et son secrétaire d’Etat Eric Woerth prenaient la défense de la direction de la Société Générale et rejetaient l’entière responsabilité du trou de 5 milliards d’euros sur le courtier. Mais, lundi, Nicolas Sarkozy a déclaré que le président de la banque, Daniel Bouton, ne pouvait pas s’exonérer de ses responsabilités. Du coup, le revirement est complet et brutal. C’est haro sur Bouton...

  • Les imams de la Catho

    Le cycle de cours « Religion, laïcité, interculturalité », à destination des futurs imams, a commencé ce mardi à l’Institut catholique de Paris. 25 étudiants sont inscrits, dont 20 suivent par ailleurs les cours de l’Institut musulman de la Mosquée de Paris : 17 garçons qui se préparent à devenir imams, et trois filles qui se préparent à devenir « aumônières »... Les cours sont financés par le ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale, au titre des subventions à l’intégration...

  • Le moral dans les chaussettes

    L’indicateur du « moral des ménages » selon l’INSEE s’est encore dégradé en janvier, passant de -30 (moins 30) à -34 (moins 34) : c’est un record historique. L’indicateur s’est effondré de 21 points depuis les dernières élections.

    Parmi tous les soldes qui composent l’indicateur, la chute la plus spectaculaire est celle qui concerne les « perspectives d’évolution du niveau de vie », qui perd 12 points en un mois (à -44), ce qui est un autre record absolu.

  • Ingérence

    L’Union européenne a ficelé hier les termes d’un « accord » avec la Serbie , qui est clairement, et même ouvertement, une ingérence dans le processus électoral de ce pays, où aura lieu dimanche prochain le second tour de la présidentielle.

    Au premier tour est arrivé en tête le candidat « ultranationaliste », comme dit la presse ultramondialiste. Pour tenter de renverser la tendance et faire réélire le président sortant, plus favorable à l’Union européenne, celle-ci voulait à toute force conclure entre les deux tours un accord d’association avec la Serbie. Mais les Pays-Bas ont maintenu leur veto : pas d’accord d’association tant que les autorités serbes n’ont pas apporté la preuve d’une « pleine coopération » avec le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie. Il s’agit donc d’un accord a minima, mais néanmoins substantiel : « L’Union européenne propose un accord politique intérimaire de coopération entre l’UE et la Serbie , fournissant un cadre pour progresser en matière de dialogue politique, libre-échange, libéralisation des visas et de coopération dans l’éducation, pour signature le 7 février 2008 », précise le communiqué officiel.

    « Nous avons adopté un texte très intéressant qui ouvre les portes à l’entrée de la Serbie dans l’UE », s’est félicitée la présidence slovène. « C’est un signal positif à destination du peuple serbe », a renchéri Javier Solana.

    Le ministre serbe des Affaires étrangères s’est dit « très content » de cette « percée », qui transforme le scrutin de dimanche en « référendum sur l’Europe ».

    On a « oublié » de préciser dans l’accord que la Serbie s’engage à reconnaître l’indépendance du Kosovo... Si l’Union européenne intervient de façon aussi grossière en transformant une élection présidentielle en référendum sur l’Europe, les Serbes savent que cette élection devient aussi et d’abord un référendum pour ou contre le maintien du Kosovo dans le giron de leur patrie.

  • « La curie se réveille et frappe trois fois »

    A lire sur le blog de Sandro Magister. Sur l’adoration eucharistique, sur le processus de béatification, sur la liturgie (le maître des célébrations liturgiques pontificales, Guido Marini, revenant sur la messe à la chapelle Sixtine : « Il ne s’agit pas tant de tourner le dos aux fidèles que de s’orienter avec eux vers le Seigneur. De ce point de vue, on ne ferme pas les portes à l’assemblée mais on les lui ouvre, pour la conduire vers le Seigneur. Dans la liturgie eucharistique, on ne se regarde pas mais on regarde Celui qui est notre Orient, le Sauveur. »)