Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

médias

  • La dictature européenne

    Ils ont mis le temps, mais il n’est jamais trop tard pour bien faire, et honneur à eux : une « Coalition néerlandaise », incluant notamment l’Association néerlandaise des journalistes (NVJ) et l’organisation Morceaux de liberté (Bits of freedom), demande à la Cour de Justice de l’UE d’examiner les sanctions qui ont été prises contre les médias russes en Europe.

    Leur suspension a été faite « à la hâte », et cela « soulève des questions sur notre État de droit et sur ce que nous défendons en tant que société ».

    La décision était politique et a été prise sans contrôle judiciaire. Or de telles décisions doivent relever de juges indépendants, et non de gouvernants, ajoute la Coalition.

    Le secrétaire général du NVJ, Thomas Bruning, a déclaré que « la désinformation ne doit pas être combattue par la censure dans un État de droit ».

  • En famille

    FTcGB1cWQAEsqZR.png

    On peut ajouter que Nathalie Saint-Criq est la fille du président du conseil de surveillance de La Nouvelle République du Centre-Ouest et la sœur du président du directoire du groupe Nouvelle République du Centre-Ouest (quatre journaux et TV Tours), etc.

  • France Inter

    Tout le monde sait que la station de soi-disant service public France Inter est un organe militant de gauche et d'extrême gauche. Et comme elle l'est ouvertement, il n'y a pas à épiloguer. Toutefois, le graphique ci-dessous nous le balance en pleine figure de façon parlante... L'alliance de gauche NUPES : 73% du temps d'antenne.

    Capture d’écran 2022-05-23 à 15.46.44.png

    Capture d’écran 2022-05-23 à 15.51.11.png

  • RT saisit la CJUE

    RT France a introduit ce 9 mars un recours devant la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) pour faire annuler l'interdiction de diffusion qui lui est imposée par l'Union européenne depuis plusieurs jours.

    RT France rappelle qu'elle n’a jamais été poursuivie pour diffusion de désinformation,  qu'elle dispose par ailleurs d'une convention avec l’Arcom (ex-CSA) et n'a jamais été sanctionnée par le régulateur. Or, "vu l'attention particulière portée à ce média depuis sa création, il tombe sous le sens que le moindre faux pas n'aurait – à raison – pas été épargné".

    La pétition "Non à l'interdiction de RT France, oui au droit à l'information !" a récolté plus de 40.000 signatures, ce qui n'est pas beaucoup dans un pays qui se vante d'être le pays de la liberté...

  • "Purge numérique globale"

    Ci-après un article de RT-France, intéressant mais théoriquement inaccessible dans l’UE depuis le bannissement de RT et Sputnik. On y voit notamment que l’UE assume de « s’écarter totalement de la directive sur l’e-commerce », autrement dit de s’asseoir sur le droit, sous prétexte que l'interdiction serait « temporaire ».

    Lire la suite

  • Ursule s’en va-t-en guerre

    « Nous allons interdire dans l'UE la machine médiatique du Kremlin. Les médias d'État Russia Today (RT) et Sputnik, ainsi que leurs filiales, ne pourront plus diffuser leurs mensonges pour justifier la guerre de Poutine et pour semer la division dans notre Union. »

    Ainsi parlait hier Ursule, chef de l’Europe unie. Cette même Ursule qui n’a que « l’état de droit » à la bouche pour condamner en permanence la Pologne ou la Hongrie, donnait un exemple spectaculaire de violation de l’état de droit.

    Car il n’entre absolument pas dans ses fonctions de présidente de la Commission européenne d’interdire quelque média que ce soit.

    Et il va être intéressant de voir ce que Macron va sortir de sa manche pour interdire un média français qui emploie cent journalistes français titulaires de la carte de presse française et qui n’a jamais eu le moindre ennui judiciaire malgré les lois liberticides en vigueur.

    On remarquera surtout les derniers mots de la sortie d’Ursule : « pour semer la division dans notre Union ».

    Voilà un exemple particulièrement clair de la dictature de l’UE. L’information doit être à sens unique. Et strictement unitaire. Les médias n’ont pas le droit de donner des opinions divergentes. Les médias qui ne répercuteraient pas fidèlement la propagande de la pensée unique totalitaire dirigée de Bruxelles doivent être interdits.

    En ce qui me concerne je regarde tous les jours le fil de RT. On y trouve comme sur les autres fils des dépêches de l’AFP, mais aussi des informations qu’on ne trouve pas ailleurs, et aussi des papiers qui reflètent l’opinion du Kremlin. Et c’est précisément ce qui est intéressant, même et surtout quand c’est quelque peu « asymétrique » par rapport à nos façons de raisonner.

  • "Pourriture"

    De façon récurrente et obsessionnelle, François dénonce et condamne les "rigidités", celles des tradis, bien sûr, pas les siennes. Cette fois il a franchi un nouveau pas dans l’insulte :

    Capture d’écran 2022-02-07 à 11.56.21.png

    C’est dans La Croix.

    Capture d’écran 2022-02-07 à 11.57.33.png

  • Fake catholics

    François a reçu hier les membres du consortium international de médias de propagande « vaccinale » intitulé « Catholic fact-checking », piloté par Aleteia, financé par Google, et s’appuyant sur des instituts financés par Gates et Soros.

    Lire à ce sujet l’excellent article de Riccardo Cascioli qui, in fine, élargit la perspective :

    « La santé d’abord, c’est la ligne ; une préoccupation toute terrestre qui n’implique pas du tout la perspective de la vie éternelle. Au contraire : l’Evangile, les paroles de la foi, sont un prétexte pour justifier des objectifs totalement terrestres. »

  • Un témoignage romain

    Elle a été une voix et une animatrice de Radio Vatican pendant 40 ans. Laura De Luca s’en va, non sans laisser un terrible témoignage sur ce qu’est devenu le Vatican depuis François, sur son fameux grand dicastère de la communication. Ce n’est qu’une confirmation de ce que l’on sait déjà, mais c’est du vécu. Douloureusement.

    « … un des innombrables exemples qui montrent combien l’Église dénature sa mission lorsqu’elle veut se conformer au monde, courir après ou singer le monde, utiliser ses catégories juste pour se sentir en phase ou pour disposer de moyens qui justifient toute fin. »

    « Encore et toujours, pris dans la poursuite du monde, les « hommes de Dieu » (qu’ils soient prêtres ou laïcs responsables de structures importantes) semblent préférer suivre la technologie et le marketing, même au prix de l’oubli de la primauté du message. »

    C’est à lire chez Benoît et moi.

  • Un gang

    Un consortium d’une trentaine de médias, piloté par Aleteia, en collaboration avec le Vatican, publie sur son site catholic-factchecking.com toutes les rengaines de la propagande vaccinaliste et les mises au pilori de tous ceux qui osent la critiquer. Ce consortium est un des 11 (sur 309 concurrents) qui se sont partagés les 3 millions de dollars mis à disposition par Google pour contrer la « désinformation » sur le covid.

    Pour bénéficier de cette manne, Catholicfactchecking se prévaut du conseil de l’Instituto de Salud Global (ISGlobal) de Barcelone, qui a lui-même reçu 57 millions de dollars de la Fondation Bill et Melinda Gates et 150.000 dollars de la Fondation de George Soros.

    Dans le comité scientifique de Catholic-factchecking il y a trois membres de l’Académie pontificale pour la vie, dont son chancelier. Académie qui mène une campagne active pour l’injection, y compris « pour la tranche d’âge 5-11 ans ».