Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Religion

  • Un terrible blasphème

    Blasphème et sacrilège contre la nouvelle religion romano-amazonienne : une bande de fanatiques rigides a jeté l’idole dans le Tibre

     

    Addendum 1

    L’action a été revendiquée par « Michael Del Bufalo », qui a édité une deuxième vidéo, avec cette explication :

    Cela a été fait pour une seule raison:

    Notre Seigneur et Sauveur, Jésus-Christ, sa Mère bénie, et tous ceux qui suivent le Christ, sont attaqués par des membres de notre propre église.

    Nous n'acceptons pas cela! Nous ne restons plus silencieux! Nous commençons à agir maintenant!

    Parce que nous aimons l’humanité, nous ne pouvons accepter que les habitants d’une région donnée ne se fassent pas baptiser et se voient par conséquent interdire l’entrée au ciel.

    Il est de notre devoir de suivre les paroles de Dieu comme notre sainte Mère l'a fait.

    Il n'y a pas de seconde voie de salut.

    Christus vincit, Christus regnat, Christus imperat!

     

    Addendum 2

    Un certain Massimo Micaletti a réagi :

    En fait elles n’ont pas été « jetées dans le Tibre ». Elles ont été remises à Père Fleuve, qui les conduit à Tante Mer, qui grâce aux prodiges de Belle-Sœur Eau salée transformera les statuettes de Pachamama en cousines du Plancton.

     

    Addendum 3

    Réaction du préfet du dicastère pour la communication, Paolo Ruffini, à la question d’un journaliste:

    « Nous avons déjà répété à plusieurs reprises ici que ces statues représentaient la vie, la fertilité, la terre mère. C’est un geste - je crois - qui contredit l’esprit de dialogue qui doit toujours nous inspirer. Je ne sais pas quoi dire d’autre sinon que c’est un vol, et peut-être que cela est éloquent. »

  • Un nouveau Rico

    Le linguiste Christophe Rico vient de publier un nouveau texte passionnant et une nouvelle fois en décalage complet par rapport aux exégètes modernes, et en accord complet avec la tradition.

    Il s’agit de la fameuse phrase « la vierge concevra », d’Isaïe, le mot hébreu étant alma. Pour TOUS les exégètes modernes, et donc dans TOUTES les traductions modernes (sauf la traduction liturgique qui a tout récemment repris « la vierge » pour éviter la contradiction avec la citation qu’en fait saint Matthieu- et aussi Segond 21, me fait-on remarquer), alma est une « jeune femme » - ce qui rend sans aucun intérêt la prophétie d’Isaïe puisque des jeunes femmes enceintes il y en a tout le temps – et la rend absurde puisque cette banalité est annoncée avec une grande solennité.

    Christophe Rico prouve, par un travail inédit sur les textes hébraïques (et grecs et latins et syriaques), que « alma » veut bien dire « vierge », et précisément « adolescente vierge ». Et que saint Jérôme avait donc raison d’insister sur ce point et de défendre sa traduction, et que la tradition avait raison de dire comme lui. (Christophe Rico a même trouvé des textes de rabbins juifs du moyen âge – dont Rachi – qui admettent à leur corps défendant que « alma » implique la virginité, sachant qu’ils font ainsi un énorme cadeau aux chrétiens.)

    Au passage, Christophe Rico montre que le texte massorétique de Proverbes 30,19, qui est incompréhensible, est mal vocalisé, et que, une fois encore, c’est saint Jérôme qui a raison, ou plutôt qui avait une version bien vocalisée permettant de comprendre l’enchaînement des idées et l’unité de la triple et quadruple sentence.

    C’est un texte de 80 pages pas toujours facile à lire (et dont certains développements paraissent hors de proportion, notamment sur les titres des psaumes), mais pour quiconque s’intéresse à la question c’est désormais un texte fondamental.

  • C’est le Liban

    Finalement, le concert du groupe Mashrou’Leila au festival de Byblos a été annulé, « pour éviter une effusion de sang », selon le communiqué grandiloquent de la direction du festival.

    Lundi, la commission épiscopale maronite s’était réunie et avait considéré que l’absence d’excuses publiques du groupe « pour avoir porté atteinte à des symboles sacrés » démontrait « leur volonté de gagner du temps » (deux des membres s’y étaient engagés auprès de l’évêque de Byblos). En conséquence, la commission, qui fait partie du Centre catholique d’information, lequel est habilité pour faire valoir ses demandes concernant le respect de la religion chrétienne auprès du gouvernement, a demandé que le concert soit annulé. C’est le festival lui-même qui, hier, a préféré annoncer l’annulation.

    Peu avant, les trois députés de Byblos (Jbeil en arabe), Ziad Hawat (Forces libanaises), Simon Abi Ramia (Courant patriotique libre) et Moustapha Husseini (chiite), avaient publié un communiqué conjoint :

    Sur la base de l'intérêt public, conformément aux dispositions de la Constitution et des lois libanaises, afin de préserver l'image de Jbeil et son rôle dans le respect du sacré, des valeurs et des principes, et à l'issue de plusieurs réunions loin des médias avec le comité d'organisation du Festival international de Byblos, ainsi qu'avec les autorités religieuses, judiciaires et sécuritaires concernant le concert de Mashrou' Leila et ses répercussions, les députés de Jbeil ont exprimé au comité d'organisation le souhait d'annuler l'événement.

    Neemat Frem, député de la circonscription voisine de Jounieh et président de la commission parlementaire de l'Economie, avait comuniqué :

    Je ne suis pas de ceux qui croient que Dieu a besoin d'être défendu. Mais c'est une affaire de principe et de droit. Le Liban est le pays des libertés et il est aussi, dans son essence et sa Constitution, le pays du respect des valeurs religieuses et des symboles sacrés. Les membres de Mashrou' Leila ont rencontré des responsables civils et religieux et des membres du groupe ont reconnu que certaines de leurs chansons ont porté atteinte aux symboles religieux et manifesté l’intention de présenter des excuses et de supprimer ce qui devrait être supprimé. Face à cette réalité, et parce que le groupe essaie de profaner et d'insulter les valeurs et symboles religieux, j'appelle à l'annulation du concert dans son intégralité, la liberté ne peut se transformer en un point de vue.

    La municipalité de Byblos a salué une « bonne décision et une démarche positive pour l'intérêt général et celui de Jbeil et de ses habitants, par respect pour les symboles et les pratiques religieuses ».

    Pas moins de 11 lobbies (dont on voit ce qu’ils représentent) disent avoir saisi le procureur général pour que des poursuites judiciaires soient engagées « contre les personnes et les acteurs politiques ayant publiquement incité à la violence contre le groupe »…

  • Négationnisme FM

    Le grand maître du Grand Orient de France à propos de Notre-Dame de Paris :

    « Ce monument historique national est un lieu de culture. Nous n’y voyons pas un lieu de culte. »

  • Au Brésil

    2019-05-23-Brazil_Consecration_Mary.jpg

    A l’initiative du député Eros Biondini et du Front parlementaire catholique, le Brésil a été consacré mardi 21 mai au Cœur Immaculé de Marie. La proclamation a été faite au palais présidentiel par Mgr Fernando Areas Rifan, supérieur de l'Administration apostolique personnelle Saint Jean-Marie Vianney (dédiée à la messe traditionnelle), et signée par le président Jair Bolsonaro, le général Floriano Peixoto, ministre-chef du secrétariat général de la présidence de la République, Eros Biondini, Mgr Rifan, et Mgr João Evangelista Martins Terra, évêque auxiliaire émérite de Brasilia.

    La statue de Notre Dame de Fatima devant laquelle la consécration a eu lieu sera installée au palais présidentiel.

    Le Brésil avait déjà été consacré au Cœur Immaculé de Marie en 1948 par tous les évêques du Brésil et le président de l’époque. Mais aujourd’hui les évêques sont ouvertement de gauche et violemment opposés à Bolsonaro : aucun évêque de la conférence épiscopale n’a donc participé à la cérémonie…

    Il va falloir s’habituer à tout faire sans les évêques, ou contre les évêques. Il est vrai que sur le plan liturgique ou catéchétique on en a une désormais longue expérience…

    FB_IMG_1558490690929.jpg

    Jair Bolsonaro, Eros Biondini, Mgr Rifan, Mgr Martins Terra.

  • Salvini

    Vers la fin du discours de Matteo Salvini, sur la place de la cathédrale de Milan, samedi dernier - chapelet à la main :

    « Nous comptons sur les femmes et les hommes de bonne volonté. Nous nous confions aux six patrons de l’Europe: à saint Benoît de Nursie, à sainte Brigitte de Suède, à sainte Catherine de Sienne, aux saints Cyrille et Méthode, à sainte Thérèse Benedicte de la Croix. Nous comptons sur eux. Et nous leur confions le destin, l'avenir, la paix et la prospérité de nos peuples. Je confie personnellement l'Italie, ma vie et la vôtre au Cœur Immaculé de Marie qui, j'en suis sûr, nous mènera à la victoire, car cette Italie, cette place, cette Europe sont le symbole des mères, des pères, des hommes et des femmes qui avec le sourire, avec courage, avec détermination, veulent une coexistence pacifique, ont du respect mais demandent le respect. »

  • En Chine

    Lors de la dernière session de la « Conférence politique consultative du peuple chinois » (la représentation de la société civile censée conseiller le parti communiste), le secrétaire général de la « Commission nationale du Mouvement patriotique des Trois Autonomies » (à savoir l’organisation protestante officielle), le Révérend Xu Xiaohong, a déclaré :

    « A l'époque moderne, le christianisme s'est largement répandu en Chine avec l'invasion coloniale des puissances occidentales, et a donc été qualifié de "religion étrangère". Il faut dire que certains fidèles n'ont pas de véritable conscience nationale. C'est pourquoi nous disons "un nouveau chrétien, un Chinois de moins". Parmi les problèmes les plus graves auxquels nous devons faire face il y a l’infiltration de forces étrangères et les réunions de prière illégales. »

    En conséquence :

    « Le christianisme en Chine doit prendre à bras-le-corps sa sinisation avec un engagement accru, selon les préceptes du président XI Jinping, et lutter contre les influences étrangères qui veulent subvertir l’Etat par la foi. »

    Oui, c’est le président de la plus grande organisation chrétienne de Chine qui parle…

    Il y avait là aussi le vice-président de l'Association patriotique des catholiques chinois (l’Eglise « catholique » officielle), Mgr Shen Bin, qui a déclaré :

    « Le catholicisme a connu des hauts et des bas dans le pays en raison de certaines églises locales qui n'ont pas appliqué les principes d'indépendance et d'autogestion et n’ont pas intégré la culture chinoise. »

    Et c’est à ces gens-là que François livre les catholiques de Chine…

  • Aurélien Taché

    « Vous me posez la question pour une jeune fille de douze ans qui porterait le voile et serait élevée dans une famille musulmane. Est-ce que vous me poseriez la question sur une famille catholique, une jeune fille à qui on mettrait un serre-tête ? Bien sûr que non. »

    Ce propos du député Aurélien Taché, samedi, a fait polémique, au point que le bureau exécutif de La République en marche a été convoqué pour en débattre « de manière informelle ».

    Y aurait-il donc un début de prise de conscience ? Car l’immonde clip de Julie Gayet contre les mariages forcés, montrant une famille de bourgeois versaillais, n’avait suscité aucune polémique. Seule l’Agrif avait sauvé l’honneur en portant plainte contre cette ignominie.

    Mais peut-être aussi est-ce la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Car Aurélien Taché est un extrémiste de la pensée unique immigrationniste islamofolle (c’est la faute de la société si des musulmans de banlieue deviennent jihadistes), obsédé la discrimination positive racialiste au point de dénoncer le fait qu’« il n'y a pas un Noir ou un Arabe parmi les maires des cinquante plus grosses villes » et qu’il est urgent de changer cela. Sans compter qu’il est fanatiquement europhile au point d’annoncer carrément que le transfert complet de la souveraineté française à Bruxelles est « au cœur » du projet européen de LaRem (ce que tout le monde sait mais ne se dit pas comme ça…). Voilà qui commençait à faire beaucoup.

    Face à l’imprévu tollé (si on ne peut plus démolir les cathos, où va-t-on..), Aurélien Taché a fait machine arrière et présenté ses « excuses à ceux que ses propos auraient pu blesser », non sans en réitérer le fond…

  • "Les tombes chrétiennes on s’en fout"

    Message officiel du président de la République ex-française, le 19 février 2019.

    (Il y a en permanence des profanations de tombes chrétiennes, plus de 9 profanations sur 10 visent des chrétiens, mais Macron va seulement déplorer des croix gammées sur des tombes juives.)

    Et les écoles catholiques aussi on s’en fout :

    1161913.jpg

    "La seule église qui illumine est celle qui brûle." Inscrit la nuit dernière sur le portail de l’école Saint-Vincent de Sète.