Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La persécution

    445755759_1239486800562874_3391368198314902203_n.jpg

    Le 29 mai, le Métropolite Nicolas de Krementchoug et Louben a consacré une nouvelle église en l'honneur de la Dormition de la Mère de Dieu dans le village de Gorochino (éparchie de Krementchoug).

    *

    photo_2021-08-29_18-42-21.jpg

    Vers minuit, des hommes en uniforme militaire, sous la direction du chef du département local du SBU, ont saisi la cathédrale (de l’icône) du Sauveur non fait de main d’homme dans la ville de Korsoun-Chevtchenkivskyï, dans la région de Tcherkassy.

    Des fidèles sont venus tôt ce matin, mais n’ont pas pu pénétrer dans l’église. Pour empêcher les prières même dehors, les pillards « font tourner une discothèque dans l'église », selon l’expression de l’archiprêtre. « L’antiterrorisme de Tcherkassy est venu, ils se moquent de nous, ils insultent les gens. C'est la première fois que nous nous trouvons dans cette situation, la première fois que les habitants de Korsoun sont confrontés à une telle impolitesse, à de telles horreurs. Mes effets personnels sont là, et les vêtements liturgiques... Beaucoup d'affaires d'enfants… Nous ne pouvons rien reprendre. Nous ne savons pas quoi faire ni dans quelle situation nous nous trouvons. Et dans quel monde nous sommes. Soit nous sommes dans ce monde, soit c'est un cauchemar… »

    L’archiprêtre dit aussi que ces mêmes personnes avaient tenté d’empêcher la construction de l’église. « C'était un endroit effrayant : des toxicomanes, des gens qui utilisaient cet endroit pour leurs mauvaises actions. Et maintenant, c’est le lieu où les gens peuvent voir cette beauté, cet amour. Tout ce qui a été fait ici… et eux, ces gens-là, viennent dire que c’est à eux… Comment peuvent-ils faire une chose pareille ? Nous demandons des prières. Peut-être que le Seigneur aura pitié de son peuple. Peut-être que le Seigneur aura pitié de ces actes terribles commis par son propre peuple. Ces actes sont commis par des personnes que je connais depuis plus de quarante ans ici, que j'ai baptisées. Pardonnez-moi donc de parler avec autant de passion… »

    Le métropolite Théodose est allé réconforter les fidèles. Il leur a dit notamment : « Ne condamnez pas personnellement chacun des envahisseurs - ce sont des gens malheureux. Mais ne justifiez pas non plus la force maléfique qui nous combat, nous, l'Église. »

    *

    La situation en Ukraine a des répercussions en Bulgarie, en raison des intrigues du patriarche Bartholomée et de ses mentors du Département d’Etat américain (flots de dollars à la clef).

    Le 19 mai, à Istanbul, le patriarche a concélébré avec trois métropolites et deux évêques de l’Eglise orthodoxe bulgare, ainsi qu’avec un métropolite de l’Eglise du pouvoir ukrainien (fabriquée en 2018 rappelons-le par Bartholomée, Porochenko et le Département d’Etat) et le moine de la Laure des Grottes de Kiev qui a fait défection et qui a donc été nommé abbé du monastère où il est tout seul.

    La chose n’est pas passée inaperçue en Bulgarie, parce que cette concélébration valait reconnaissance de facto de l’Eglise du pouvoir ukrainien, et il y a eu à Belgrade des manifestations de fidèles mécontents qui demandent la convocation d’un concile pur condamner les évêques. Des clercs font la même demande, considérant que les évêques « ont infligé une blessure non pas à eux-mêmes, mais à l'ensemble du corps ecclésiastique et ont causé de graves dommages et de la confusion, menaçant l'unité de l'Église du Christ en Bulgarie ».

    D’autant que les évêques bulgares ont invité Bartholomée à l’élection du nouveau patriarche, qui aura lieu en juin. Lequel pourrait bien être le métropolite Nicolas de Plovdiv, chef de la délégation à Istanbul et personnage prééminent de l’Eglise bulgare. Or si Bartholomée est invité ce n’est évidemment pas pour que soit élu un patriarche proche de Moscou.

    Autre indice : le 26 mai a été « élu » métropolite de Sliven l’évêque Arsène qui était jusqu’ici auxiliaire de Nicolas qui l’avait sacré à l’âge de 28 ans alors que selon les canons on ne peut pas être évêque avant 35 ans. Il est clair que Nicolas s’est ainsi assuré de la voix d’Arsène, dans une élection patriarcale qui devrait être serrée et pourrait conduire à de graves divisions, soulignant que l’Eglise orthodoxe bulgare est comme la société bulgare déchirée entre un tropisme euro-otanesque (ils y sont jusqu’au cou) et un tropisme russophile (nostalgie…).

    Quant au synode de l’Eglise orthodoxe russe, il s’est réuni hier pour faire savoir qu’il « constate l’impossibilité de concélébrer avec les hiérarques (bulgares) susmentionnés, entrés en communion ecclésiastique avec des schismatiques ». Et il a « remarqué avec regret que le Patriarcat de Constantinople continuait d’agir afin d’aggraver la division dans l’orthodoxie ».

  • Un petit rappel en passant

    Capture d’écran 2024-05-31 à 19.21.38.png

    Fatherland_2nd_class.jpg

    Vladimir Poutine a conféré hier un certain nombre de décorations de la Fédération de Russie. Valery Guerguiev a été décoré de l’ordre du Mérite pour la patrie, 2e classe (il y en a quatre, et c’est la deuxième plus haute décoration russe après l’ordre de saint André).

    C’est une croix d'or émaillé rouge portant en son centre les armoiries de la fédération de Russie, à savoir l’aigle bicéphale qui a trois couronnes chacune surmontée d’une croix et portant un globe surmonté d’une croix. Au centre, saint Georges terrassant le dragon.

    Capture d’écran 2024-05-31 à 19.34.21.jpg

    On voit que ces armoiries sont bien visibles aussi sur le pupitre présidentiel, et naturellement sur le drapeau de la République de Russie.

    Capture d’écran 2024-05-31 à 19.26.14.jpg

    Le même jour, Vladimir Poutine était en visioconférence avec des familles nombreuses décorées de l’Ordre de la gloire parentale, ou dont les mères ont reçu le titre de « Mère Héroïne ». On constate que les drapeaux sont disposés de façon à ce que saint Georges soit bien visible (alors même qu'une des familles est musulmane).

  • Géorgie

    Capture d’écran 2024-05-31 à 17.34.02.png

    Le Premier ministre géorgien: "Aujourd'hui, l'Ukraine est en ruines. Ce sont les résultats du Maïdan, cela n'arrivera pas en Géorgie."

  • Prends ça, Poutine

    Les ministres du Commerce de l’UE ont adopté hier à une « majorité écrasante » un nouveau règlement imposant des droits de douane prohibitifs sur les céréales russes et biélorusses.

    Cette sanction, élaborée par la Commission européenne, a été préférée à un embargo pur et simple parce que pour l’embargo il faut l’unanimité, alors que pour l’augmentation des droits de douane il suffit d’une majorité qualifiée.

    L’importation de céréales russes va donc devenir de facto impossible à partir du 1er juillet.

    Ce qui ne se verra guère chez nous, car les importations de céréales russes constituent 1% du marché européen, et encore moins en Russie, puisqu’il s’agissait de 0,01% de la production russe…

    Encore un pur effet d’annonce.

  • Au Canada

    La folie de la « fierté » sodomite, lesbienne et trans déferle de nouveau et chaque année de façon plus insistante au mois de juin. En Amérique du Nord c’est devenu institutionnel, avec cérémonie du drapeau LGBT dans les écoles, campagnes d’endoctrinement des enfants, messes LGBT, etc.

    Au Canada, la Coalition de la Campagne pour la vie organise une « Journée nationale » de refus du drapeau des « fiertés », demandant aux parents de garder les enfants à la maison entre le 31 mai et le 4 juin, jours où les écoles sont susceptibles de lever le « drapeau des fiertés » et d’organiser les pires opérations de propagande pour les perversions sexuelles.

    L’initiative avait été activement promue l’an dernier par des parents de l’Ontario, et cela s’était vu : des milliers d’enfants étaient restés chez eux. Ces parents avaient créé le mois suivant la Coalition nationale des droits des parents du Canada.

  • On se bouscule et ça s’emballe…

    Hier, à peu près en même temps, le chancelier allemand disait qu’il n’avait pas changé d’idée sur l’affaire des armes occidentales que l’Ukraine pourrait envoyer sur la Russie, et son gouvernement affirmait qu’il en donnait l’autorisation. Idem aux Etats-Unis, où l’on annonçait que Jobidon avait donné « secrètement » l’autorisation, tandis que le Pentagone le démentait, avant que le Département d’Etat le confirme, et le justifie selon la même atroce rhétorique que le gouvernement israélien pour Gaza : l’autorisation est de frapper notamment Belgorod, or « il n’y a quasiment aucun civil à Belgorod »…

    Dans la foulée, le président finlandais et le ministre norvégien des Affaires étrangères ont pris la même position.

    Et Stoltenberg a souligné que « la Grande-Bretagne n’a jamais limité la possibilité d’attaquer le territoire russe avec des missiles Storm Shadow », et que nombre de pays de l’OTAN n’ont jamais imposé de restrictions aux armes qu’ils livraient à l’Ukraine.

    Et le New York Times annonce que les premières attaques auront lieu dans quelques jours, voire dans quelques heures.

    Il semble qu’aucun dirigeant, en dehors de Viktor Orban, ne songe à avertir les Occidentaux que des frappes massives de la Russie par des armes de l’OTAN guidées par des experts de l’OTAN conduiront forcément à des représailles. Selon le droit international, la Russie attaquée par l’OTAN aura pleinement le droit de frapper les endroits d’où viennent les missiles, en Ukraine, et au-delà de l’Ukraine.

    L’OTAN veut « éteindre le feu avec un lance-flamme », disait ce matin Viktor Orban. « Plus les Ukrainiens enverront des projectiles, plus les Russes avanceront. Cela dit il y a un risque, et nous devons en être conscients, que si nous soutenons les attaques de l’Ukraine en Russie, nous pouvons amener les Russes à notre porte. » (Déjà parce que la Russie considérera que la zone tampon garantissant sa sécurité s’étendra à toute l’Ukraine.)

    Conclusion d’Orban : « C’est absurde que l’OTAN soit en train de nous entraîner dans une guerre mondiale au lieu de nous protéger. »

  • Marie Reine

    1-Pie-XII.jpg

    Pourquoi n’adresserions-nous pas à la très Sainte Vierge Marie le titre de Reine, à la suite de Damascène, d’Athanase et des autres, puisque son père David, roi illustre, aussi bien que son fils, Roi des rois et Seigneur des seigneurs dont l’empire est sans fin, reçoivent dans les Écritures la louange la plus éclatante ? Elle est reine, en outre, si nous la comparons à ceux qui, pareils à des rois, ont obtenu la royauté céleste avec le Christ, souverain Roi, à titre de cohéritiers et, selon la parole de l’Écriture, établis avec lui comme sur le même trône. Et elle est la Reine qui ne le cède à aucun des élus, mais elle l’emporte en dignité sur les Anges aussi bien que sur les hommes, d’autant plus que rien ne peut l’emporter sur elle en sublimité et en sainteté, puisque seule elle a le même Fils que Dieu le Père et que, n’ayant au-dessus d’elle que Dieu et le Christ, elle voit tout le reste au-dessous d’elle.

    Le grand Athanase a dit de façon remarquable : Marie est tenue non seulement pour Mère de Dieu, mais encore, exactement et véritablement, pour Reine et Souveraine, puisque le Christ, né de cette Vierge Mère, demeure Dieu et Seigneur tout autant que Roi. C’est donc à cette Reine qu’on rapporte la parole du Psalmiste : La Reine s’est tenue à ta droite, dans son vêtement d’or (*). On a donc raison d’appeler Marie non seulement Reine du ciel, mais encore Reine des cieux, comme mère du Roi des Anges, comme amie et épouse du Roi des cieux. C’est donc bien toi, très auguste Reine, c’est toi, Mère très fidèle, ô Marie, que nul n’implore pieusement en vain, à qui tous les mortels sont liés par le souvenir éternel de tes bienfaits, c’est toi que je prie et supplie inlassablement et avec respect de vouloir bien ratifier et agréer tous les témoignages de ma dévotion envers toi, de daigner mesurer les faibles hommages que je te présente selon le zèle avec lequel ma volonté les offre, et de daigner les recommander à ton Fils tout-puissant.

    Saint Pierre Canisius, leçons des matines du bréviaire romain.

    (*) Ástitit regína a dextris tuis in vestítu deauráto, psaume 44,10. Et non pas « Regína adstat ad déxteram eius, ornáta auro ex Ophir », inventé par le cardinal Bea et se retrouvant dans le graduel de la messe fabriquée en 1954. (Photo : Pie XII couronnant l’icône Salus populi romani le 1er novembre 1954.)

  • Ukraine gay

    Dans l’Ukraine sous la loi martiale, toute manifestation est interdite. On va toutefois faire une exception. Une seule : pour la gay pride. Le 16 juin, le rassemblement aura lieu dans le métro de Kiev. Il sera limité à 500 participants.

    Ne leur dites pas qu’en vertu de la nouvelle loi de mobilisation, qui a rendu désertes les rues de Kiev, ils seront tous raflés et envoyés sur le front…

    Ou alors à la « fierté » sodomite sont aussi attachés des privilèges ?

  • Bruno le Péremptoire

    « C'est extrêmement péremptoire, et il faut changer ce ton péremptoire. Il faut en changer, parce que vous nous avez donné toutes les raisons pour montrer que justement, sur ces questions-là, on ne peut pas être péremptoire. »

    Tel a été ce matin le propos peu amène du président de la commission des finances du Sénat, Claude Reynal, à Bruno Le Maire, auditionné dans le cadre de la mission d’information sur la dégradation des finances publiques.

    Mais Claude Reynal est un socialiste, et l’on voit bien là la mauvaise foi de la gauche. Car enfin, Bruno Le Maire est le ministre qui avait promis : « Nous allons provoquer l'effondrement de l'économie russe. » Cela pouvait passer aussi pour un propos péremptoire, mais c’était bien envoyé dans les dents de ce salaud de Poutine. Même si dans les faits l’effondrement de l’économie russe est devenue la dégradation de nos finances publiques…

  • Panthéisme païen

    Le 12 juin le collectif Vers un parlement de Loire va évoquer avec des députés, à l’Assemblée nationale, le projet de rédaction d’une « Déclaration des droits de la Loire », qui donnera au fleuve une « personnalité juridique », sur le modèle de la « Déclaration. Universelle des droits des fleuves et des rivières », qui a germé dans quelques esprits pachamamesques en 2021 mais qui n’est encore signée par aucun gouvernement.

    Plus de 1.100 personnes ont déjà signé le Manifeste de Loire, dont le maire de Tours au nom de sa ville, et le maire d’Ancenis.

    Mais le fœtus humain quant à lui n’a toujours aucun droit.

    *

    Tous les jours on nous incite à « donner une deuxième vie », ou « une nouvelle vie », à des objets cassés, des machines détraquées, qui n’ont jamais eu de vie et n’en auront jamais.

    En revanche la loi qui va être votée est la loi sur la « fin de vie ». Car pour les hommes non seulement il n’y a pas de « deuxième vie », mais on va abréger la seule qu’ils ont.

    En omettant toute perspective de vie éternelle. Car à proprement parler il n’y a pas de « fin de vie » pour les hommes, dont l’âme est immortelle. Mais ce que l’on a supprimé des perspectives humaines, on l’a transféré aux objets…