Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Religion

  • Bonne laïcité

    317480638_171610108823399_8569619976958276014_n.jpg

    Jim DeSana est un nouveau député du parlement du Michigan. Sa première initiative (avant même sa prise de fonction en janvier) est d’organiser une procession du Saint Sacrement, demain 7 décembre, au « capitole » de l’Etat, à Lansing. Il explique :

    "Cette procession eucharistique particulière est d'abord et avant tout un acte de révérence visant à apporter le Saint-Sacrement sur le domaine du Capitole de l'État. Notre paroisse estime également qu'il s'agit de déclarer que Jésus est notre Roi souverain, et nos Pères fondateurs n'ont jamais eu l'intention de séparer complètement Dieu de tous les aspects de la société américaine. Pouvoir prier et vénérer Jésus sur le lieu même où nos lois sont adoptées est ce dont nous voulons témoigner au nom de tous les catholiques romains de l'État du Michigan.

    Mon objectif, finalement, est de reconstruire la communauté catholique du Michigan. Le Michigan était, à une époque, l'un des États les plus catholiques d'Amérique - avec le Massachusetts, la Pennsylvanie et l'Ohio. Nous devons ré-évangéliser le Michigan. Nous devons faire comprendre aux gens que la société athée que nous sommes devenus finira par décimer notre grand État."

    Il explique aussi :

    "J'ai décidé de me présenter aux élections après avoir été alarmé par la perte de liberté que nous avons subie en étant aux mains des tyrans gouvernementaux qui dirigent l'État du Michigan. Je n'arrivais pas à croire le nombre de mesures inconstitutionnelles et illégales qui nous étaient imposées."

    Jim DeSana est le père de quatre garçons et quatre filles, et grand-père de 14 petits-enfants. Lui et sa femme Stéphanie sont des militants de la section du Michigan de Droit à la Vie, militants et pratiquants de l’école à la maison, et paroissiens actifs de la paroisse Saint-Etienne de New Boston. C’est le curé de la paroisse qui portera le Saint Sacrement.

  • Ce crucifix qu’il ne faut pas voir

    345917-Peace-Hall.jpeg

    Capture d’écran 2022-11-04 à 15.20.30.jpg

    Capture d’écran 2022-11-04 à 16.03.42.jpgAnnalena Baerbock, ministre allemande des Affaires étrangères, a fait retirer le crucifix de la « Salle de la paix » (où fut signé le traité de Westphalie) de l’hôtel de ville de Münster pour le temps de la réunion des ministres des Affaires étrangères du G7. La croix date de 1540. Personne jusqu’ici ne l’avait enlevée ou demandé à l’enlever. Depuis 1540 tous les conseillers municipaux de Münster prêtent serment devant elle.

    C’est une nouvelle triste première de l’Occident apostat.

    f58280e74b3a072511d3f4d6070cfde4,bc34aaeb-1.jpeg

    Capture d’écran 2022-11-04 à 15.56.12.jpgMais tout cela s’accélère. Il y a deux jours, Claudia Roth (verte comme l’autre), déléguée du gouvernement pour la Culture et les Médias, a fait part de son projet consistant à recouvrir les inscriptions bibliques sur la coupole du Bundestag. Car ces inscriptions ne sont pas assez « weltoffen » (ouvertes sur le monde, cosmopolites) et sont donc inappropriées. Elle travaille sur un « projet artistique de superposition temporaire de l'inscription reconstruite avec des textes alternatifs, de commentaire et de réflexion ».

    Les inscriptions avaient été choisies par Frédéric-Guillaume IV : « Il n'y a de salut en aucun autre, et il n’y a aucun autre nom donné aux hommes, que dans le nom de Jésus, à la gloire de Dieu le Père. Qu'au nom de Jésus tous les genoux fléchissent, dans les cieux, sur la terre et sous la terre. »

    Elles ont été restaurées en 2020. Déjà il y avait eu des protestations, et la Fondation Forum Humboldt pour le Palais de Berlin avait fait apposer une plaque disant : « Toutes les institutions du Forum Humboldt se distancient expressément de la prétention à l'exclusivité et à la domination du christianisme qu'exprime l'inscription. »

    Mais cela ne suffit pas aux furies vertes anti-chrétiennes.

    L’archevêque de Berlin Mgr Heiner Koch a fait opportunément remarquer que le propos de saint Paul était qu’il ne fallait s’agenouiller que devant Dieu et pas devant l’empereur de Rome, et que ce message était toujours d’actualité : « Les hommes ne doivent s'incliner que devant Dieu et ne doivent rendre cet honneur à aucun pouvoir terrestre », ce qui fonde la liberté humaine.

    Mais les furies vertes ne veulent justement pas s’incliner devant Dieu. Elles croient que la liberté est d’être l’esclave des idéologies de la culture de mort, et que pour cela il faut éradiquer ce qui reste du christianisme.

  • Délitement

    Il n’arrête pas son travail de sape de ce qui reste de l’Eglise catholique et de la foi catholique. François vient d’inventer encore un nouvel outil de relativisation et diluement : les « témoins de la foi » qui ne sont pas des saints.

    En marge du colloque intitulé « la sainteté aujourd’hui », organisé à l’Institut patristique Antonianum du 3 au 6 octobre, il a créé une « commission permanente » (sic) chargée de mettre en valeur certaines figures historiques qualifiées de « témoins de la foi », mais qui ne peuvent pas être canonisées.

    On a demandé au cardinal Semeraro, préfet du Dicastère pour les causes des saints, à qui cela pouvait bien faire allusion. Réponse :

    « L’exemple qui me vient immédiatement à l’esprit est Dietrich Bonhoeffer (1906-1945), un théologien et pasteur d’église luthérien qui a été tué parce qu’il s’opposait au nazisme. »

    Ces « témoins de la foi » ne sont donc pas canonisés parce qu’ils ne sont pas catholiques. Il ne s’agit donc pas de témoins de la foi catholique, mais d’une foi indistincte. Dans le cas de Bonhoeffer il s’agit encore plus ou moins de foi chrétienne, mais on suppose qu’on ne s’arrêtera pas là. Un de ces jours, ce qui reste de la chrétienté va apprendre qu’il faut honorer des « témoins de la foi »… musulmane, par exemple. Ou athée, après tout…

  • Gad Elmaleh

  • Liberté ukrainienne

    Le conseil municipal de Lviv a voté à l’unanimité l’interdiction de l’Eglise orthodoxe ukrainienne (UPC, affiliée au patriarcat de Moscou, c'est celle de la Laure des Grottes de Kiev, de la cathédrale de Kherson, du monastère de Sviatogorsk).

    Le maire Andriy Sadovyi a reconnu que l’interdiction était « politique » et serait sans effet pratique puisque la réglementation des organisations religieuses est une affaire nationale. Mais il a aussitôt appelé les institutions nationales à agir dans ce sens : « C’est une position que nous avons exprimée publiquement, et maintenant les organes de l’Etat doivent s’y atteler. »

    Le 27 mai, l’Eglise orthodoxe ukrainienne avait condamné la guerre, manifesté son désaccord avec le patriarche Cyrille et proclamé sa « complète autonomie et indépendance ». Mais ça ne suffit pas…

  • Avortueurs à l’attaque

    Le groupe radical pro-avortement "Jane's Revenge" a déclaré dimanche dernier sur le site "Puget Sound Anarchists" : « La nuit dernière, nous avons vandalisé quatre églises anti-avortement à Olympia » (capitale de l’Etat de Washington) dans le cadre des protestations contre la possible annulation de l’arrêt légalisant l’avortement aux Etats-Unis. « Toutes ces églises ont des liens avec des 'centres de grossesse non désirée' anti-avortement, de fausses cliniques religieuses qui manipulent principalement des personnes pauvres pour qu'elles gardent des enfants dont elles ne veulent pas ou pour lesquels elles ne sont pas prêtes, et qu'elles épousent la personne qui les a fécondées, que cette relation soit ou non saine ou sûre ».

    Le groupe accuse ces centres d'être des « exploiteurs » dont l’objectif est « le maintien de la famille patriarcale, premier site de violence contre les femmes, les homosexuels et les enfants ».

    Jane's Revenge, qui tire son nom des fournisseurs d'avortements illégaux des années 1970 appelés "Jane's Collective", précise avoir apporté un « lifting » aux quatre églises attaquées : « Nous avons jeté de la peinture rouge sur les entrées et laissé des messages tels que 'Si les avortements ne sont pas sécurisés, alors vous non plus', 'Abandonnez l'Eglise' et 'Dieu aime l'avortement' ».

    Quelques semaines auparavant, Jane's Revenge s'était attribué le mérite d'avoir vandalisé et incendié le bureau d'un groupe de défense de la vie dans le Wisconsin le jour de la fête des mères, déclarant qu'il allait « adopter des tactiques de plus en plus extrêmes pour maintenir la liberté sur nos propres corps ».

    Dans son dernier message, le groupe a écrit : « Si un petit graffiti peut être un petit geste dans la guerre contre le contrôle religieux patriarcal, nous souhaitons souligner qu'il est facile et amusant d'attaquer. Nos ennemis sont vulnérables et faciles à trouver. »

  • Au Sénat américain

    Suite à la fuite du projet d’arrêt de la Cour suprême des Etats-Unis renversant l’arrêt Roe contre Wade, les démocrates du Sénat ont décidé de mettre de nouveau au vote le sempiternel projet de loi dit de « protection de la santé des femmes », adopté chaque année par la chambre des représentants et rejeté au Sénat, qui vise à inscrire dans la loi fédérale le droit à l’avortement jusqu’à la naissance. La dernière tentative en date était du 28 février dernier : on recommence un peu plus de deux mois plus tard… Naturellement le texte a été rejeté, par 51 voix contre 49, selon la courte majorité républicaine.

    On constate que le sénateur démocrate Bob Casey, qui se posait jusqu’ici en catholique pro-vie, a voté pour la loi, au motif que selon lui : « La question du moment est : soutenez-vous une interdiction catégorique de l’avortement ? Or je n’ai jamais voté pour, ni soutenu une telle interdiction ». (Or ce n'est pas la question du moment.)

    On remarque aussi que les démocrates du Sénat sont lourdement critiqués par les militants de la culture de mort pour avoir supprimé le préambule du texte présenté chaque année. Lequel décrit en détail l’histoire des restrictions à l’avortement, la manière dont elles se sont croisées (sont « intersectionnelles ») « avec le racisme, le classisme et la misogynie », et « comment ces interdictions affectent de manière disproportionnée les personnes les plus vulnérables ».

    Des responsables démocrates ont expliqué que laisser ce préambule pouvait coûter le vote d’au moins dix sénateurs…

    *

    Parmi les manifestations, souvent violentes, et souvent anticatholiques (contre les églises) des militants de la culture de mort, on note celles qui ont lieu devant le domicile du juge Samuel Alito, rédacteur du projet d’arrêt. Ces manifestations sont illégales, mais la Maison Blanche a fait savoir qu’il n’était pas question de les empêcher. Samuel Alito, juge à la Cour suprême des Etats-Unis, et sa famille ont été contraints de se réfugier dans un endroit secret.

    Sympathique anecdote : le voisin des Alito ouvre sa fenêtre et joue au piano « Il est si doux d’avoir confiance en Jésus »… Il a expliqué : « Je voulais faire quelque chose pour contrer le bruit, le chaos, la tristesse de ceux qui manifestent contre la vie devant une maison vide… Il n’y rien de plus inébranlable que la joie de célébrer notre Seigneur par de précieux cantiques. »

  • En Chine

    L’Administration nationale des affaires religieuses informe qu’elle a approuvé le 3 décembre des « mesures administratives relatives aux services d'information religieuse sur Internet », qui entreront en vigueur le 1er mars 2022. Il s’agit de concrétiser l’intention du camarade Xi Jinping d’« améliorer le contrôle démocratique » des religions, qu’il a formulée au début du mois lors de la séance de travail de cette Administration. Le chef suprême a rappelé que les religions doivent s’adapter au fait que la Chine est un pays socialiste, et que les masses de croyants (sic) doivent s’unir autour du Parti et du gouvernement, et rejeter toute influence étrangère.

    A partir du 1er mars prochain, donc, les organisations et les personnes qui souhaitent fournir des informations religieuses en ligne doivent en faire la demande auprès du département provincial des affaires religieuses. Les sermons, homélies, cérémonies et activités de formation organisés par des organismes religieux, des monastères, des églises et des particuliers ne peuvent être diffusés en ligne qu'après obtention d'une licence spéciale. Aucune organisation ou individu ne peut collecter des fonds « au nom de la religion » sur internet. Les activités religieuses en ligne sont interdites aux organisations étrangères présentes en Chine.

    Les informations religieuses internet ne doivent pas « inciter à la subversion du pouvoir de l'État, s'opposer à la direction du Parti, saper le système socialiste, l'unité nationale et la stabilité sociale », ni « promouvoir l'extrémisme, le terrorisme, le séparatisme ethnique et le fanatisme religieux ». Elles ne doivent pas non plus « inciter les mineurs à devenir religieux ou les forcer à participer à des activités religieuses ».

    Dans certains endroits les autorités font la chasse aux célébrations de Noël qui se sont répandues ces dernières années dans les écoles. Les enseignants et les membres du Parti sont invités à signaler à la police ces agressions d’une fête occidentale contre la culture chinoise.

  • Une autre parabole

    Il n’y aura pas de procession de l’Assomption ce 15 août à Chartres, pour de pseudo raisons « sanitaires ».

    En revanche la mairie va installer, sur le parvis de la cathédrale, un « vaccinodrome », afin que Chartres soit dans le peloton de tête des villes les plus piquées.

    Comme le dit Riposte catholique, c’est vraiment la nouvelle religion.