Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Religion

  • Saint Charbel

    Charbel1.jpg

    Charbel2.jpg

    Une statue géante de saint Charbel (23 mètres de haut sur un socle de 4 mètres, 40 tonnes) a traversé dimanche les rues de Jounieh et a été acheminée à Faraya, sur les hauteurs du Kesrouan.

    Elle sera bénie le 14 septembre en la fête de la Sainte Croix.

  • Un don de Dieu

    « Quand on considère l’homosexualité, on ne peut pas dire que c’est une option. Si ce n’est pas un choix, si ce n’est pas une maladie, dans la perspective de la foi ce peut être seulement un don. Un don de Dieu. C’est donné par Dieu. Mais peut-être nos préjugés ne saisissent-ils pas le don de Dieu. »

    Mgr Antônio Carlos Cruz Santos, évêque de Caicó, Brésil (nommé par François), dans son homélie du dimanche 30 juillet.

  • Sainte Edith Stein, l'Europe, et la Pologne

    Le 9 août est la fête de sainte Thérèse Bénédicte de la Croix, Edith Stein, canonisée en 1998 par Jean-Paul II qui l’a proclamée co-patronne de l’Europe l’année suivante. A l’occasion du 75e anniversaire de sa bienheureuse mort à Auschwitz le 9 août 1942, le conseil permanent de la Conférence des évêques de Pologne a publié une lettre dont voici la fin :

    « A l'heure où nous commémorons le 75e anniversaire de la mort de sainte sœur Thérèse-Bénédicte de la Croix, nous sommes témoins d'un certain processus culturel très significatif. Il s'agit d'un abandon explicite et pleinement conscient de l'Europe comprise comme Europe de l'Esprit. En contradiction avec l'appel de Saint Jean-Paul II Le Grand, l'Europe veut oublier ses racines chrétiennes et vivre à tout prix “comme si Dieu n'existait pas”. Par conséquent, une fois de plus, la célèbre phrase de Fiodor Dostoïevski est confirmée : «  Si Dieu n'existe pas, alors tout est permis ». On proclame le droit à l’euthanasie ainsi que le droit des femmes à tuer leur propre enfant avant la naissance, l'institution du mariage est remise en cause en tant qu'union d'une femme et d'un homme, et l’on promeut l’idéologie du gender. A la lumière de ces tendances, sainte Edith Stein, apparaît aujourd'hui sans équivoque comme un symbole de refus. Sa vie montre combien est grande une personne qui cherche Dieu avec courage et une grande honnêteté intellectuelle et combien le monde qui rejette Dieu devient tragique.

    « Prions donc Notre Père Très Bon par l'intercession de sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix (Edith Stein) pour demander la grâce de la conversion de l'Europe et qu'elle obtienne le courage de revenir à ses racines chrétiennes. Demandons pour nous tous qui faisons partie de cette Europe, qu'à l'exemple de sa Sainte Patronne, nous ayons le courage de témoigner que l'unique source de bénédiction pour tous les peuples est le Christ qui a offert pour nous sa vie sur la Croix, et qui est ressuscité, nous donnant l'espoir de la vie éternelle. »

    Et voici la lettre intégrale, grâce à la traduction de notre ami Bertrand.

    Lire la suite

  • En Chine

    Le directeur de l’Administration d’Etat pour les Affaires religieuses, Wang Zuon, a publié une déclaration par laquelle il rappelle que les membres du parti communiste ne doivent pas avoir de religion :

    « Les membres du Parti ne doivent pas avoir de croyances religieuses, c’est pour tous les membres une ligne blanche à ne pas franchir. » Au contraire, ils doivent être « fermement athées marxistes, obéir aux règles du Parti et adhérer à la foi du Parti » (sic), parce qu’ils « ne leur est pas permis de chercher des valeurs et des croyances dans la religion ».

    Il ajoute que ceux qui ont des croyances religieuses doivent les abandonner et que ceux qui résistent seront punis. Il précise qu’il est interdit d’être impliqué dans quoi que ce soit de religieux sous prétexte de développement économique ou de diversification culturelle.

    Il est assez curieux de voir que ce genre de déclaration est récurrente en Chine. La dernière en date, de même haut niveau, date de 2014. Et entre temps les sous-fifres répètent le refrain. Il faut croire qu’il y a vraiment un problème au sein du parti communiste, et que les responsables n’arrivent pas à empêcher le retour de la religion…

    Le Global Times (journal chinois en anglais), qui reproduit l’avertissement de Wang Zuoan, donne aussi le commentaire de Zhu Weigun, président de la Commission pour les affaires ethniques et religieuses de la Conférence consultative politique du peuple chinois (sic) : « Il est important que Wang rappelle constamment aux membres du Parti de ne pas avoir de croyances religieuses. Certains, qui prétendent être des savants, soutiennent les croyances religieuses dans le Parti, ce qui sape les valeurs du Parti fondées sur le matérialisme dialectique. »

    Et comme d’habitude le directeur des Affaires religieuses souligne que les religions qui subsistent en Chine doivent être « sinisées » (ce qui implique non seulement qu’elles ne soient pas en relation avec l’étranger mais qu’elles participent à la construction du socialisme), et il fustige les « forces étrangères qui utilisent la religion pour infiltrer la Chine » et mener des « activités religieuses illégales » qui « menacent la sécurité nationale et la stabilité sociale »…

  • « Je T’aime »

    David van Hemelryck s’était fait connaître lors des manifestations contre le soi-disant « mariage pour tous », et surtout par la banderole « Hollande démission » qu’il faisait flotter sur les plages aux commandes de son petit avion. La police le traquait et l’arrêta 17 fois, sa banderole fut finalement confisquée et brûlée. Puis il a activement participé à la campagne contre Macron. Cet été, David van Hemelryck repart vers les plages, aux commandes de son avion, avec une nouvelle banderole : « Je T’aime ». Le Salon Beige lui a demandé pourquoi il n’avait pas choisi quelque chose de plus direct comme « Dieu est amour », au lieu de laisser entendre que ce pourrait être une déclaration d’amour humain. Sa réponse est très jolie, et c’est une vraie et profonde réponse de foi :

    — C'est peut être une réaction possible des vacanciers, et j'ai beaucoup prié et discerné pour essayer d'écouter l'Esprit Saint. Mais justement je crois que l'Amour de Dieu qui parle dans nos cœurs, il nous le dit à la première personne, il nous le dit pour de Vrai. Quand on voit "Je T'aime" on se demande qui aime, mais on ne doute pas de cet amour. Alors du coup les gens vont un peu chercher qui est cette personne qui déborde d'Amour... au lieu d'être dans le rejet : "encore les chrétiens" (!), il vont se poser des questions : qui aime qui ? Et puis, j'espère ils ne vont pas trop chercher, il y a la moitié du visage du Christ sur la banderole. "Je Suis à la porte et je frappe". L'Amour du Christ s'écrit en lettres géantes dans le ciel, mais le Dieu amour reste discret, il ne manifeste pas sa toute puissance pour nous laisser libres de l'Aimer de répondre à son amour ou non. Au final, moi je fais mon job de pilote au service de Dieu, et ensuite c'est l'affaire de l'Esprit Saint !

    Le calendrier des apparitions de la banderole est ici.

    On l'a déjà vue dans le ciel de Chartres lors du dernier pèlerinage:

    banderole-jesus-2_article_large.jpg

  • La CGT !

    L’une des six affiches de la nouvelle campagne de la fédération CGT du commerce et des services contre le travail du dimanche :

    dimanche.jpeg

  • En Australie

    Le graphique ci-dessous, réalisé par le journal australien The Guardian d’après les données du recensement qui viennent d’être publiées, montrent la dégringolade de la communion anglicane, et des autres dénominations protestantes, ainsi que l’érosion de l’Eglise catholique.

    Il montre qu’en 50 ans le taux de personnes se disant chrétiennes est tombé de 88.2% à 52.1%, que le taux de personnes se disant sans religion a grimpé de 0,8 à 29,6%, et que le taux de personnes d’autres religions (en bref les étrangers non chrétiens) est passé de moins de 1% à près de 10% : en Australie ce sont surtout des Chinois, qui ont dépassé les Anglais comme nouveaux arrivants. Mais il y a aussi des Arabes, car si le chinois est devenu la deuxième langue parlée du pays dans les foyers (3,7%), l’arabe est devenue la troisième (1,4%) devant l’italien.

    DDUEoohW0AAh0sf.jpg

  • Ça bouge

    Il n’aura pas fallu longtemps pour que la nomination de Neil Gorsuch à la Cour suprême des Etats-Unis commence à porter ses fruits.

    Lundi, la Cour suprême a pris une décision qui « détruit le mur de séparation de l’Eglise et de l’Etat », selon les laïcistes ; et qui pourrait ouvrir la voie au chèque scolaire, se félicitent les défenseurs de la liberté scolaire et de la liberté religieuse.

    L’affaire est aussi simple que triviale. Mais elle est de celles qui peuvent conduire en effet à une révolution.

    La paroisse luthérienne de la Trinité, à Columbia dans le Missouri, avait demandé une subvention de l’Etat pour refaire le sol de la modeste aire de jeux de son « centre scolaire » (école maternelle, garderie, catéchismes) au titre de la sécurité des enfants. La paroisse était cinquième sur la liste de 44 demandeurs, mais la subvention lui fut refusée, pour le seul motif qu’il s’agit d’une « église » et que la Constitution de l’Etat interdit toute subvention à des organismes religieux. La paroisse contre-attaqua en faisant valoir que la décision de l’Etat était discriminatoire et contraire à la liberté religieuse garantie par le premier amendement. De fil en aiguille l’affaire est donc arrivée jusqu’à la Cour suprême.

    L’importance de l’arrêt est qu’il rend quasiment inopérant le fameux « amendement Blaine ». Du nom de James Blaine, qui tenta en 1875 de faire adopter un amendement à la Constitution des Etats-Unis interdisant les subventions publiques pour tout projet religieux. Le texte fut voté par 180 députés contre 7, mais échoua à obtenir les deux tiers des votes des sénateurs. Dans les années qui suivirent, une grande majorité d’Etats (dont le Missouri) inclurent l’amendement Blaine (ou un texte similaire) dans leur Constitution.

    L’amendement Blaine était clairement anticatholique : il visait en fait à interdire toute subvention aux écoles confessionnelles, lesquelles étaient alors presque toutes catholiques. Il était donc largement soutenu par les protestants. Ironie de l’histoire, l’Eglise catholique s’étant organisée en fonction de la situation, l’amendement frappe aujourd’hui surtout les protestants…

    L’Etat du Missouri citait explicitement son « amendement Blaine » pour refuser sa subvention. En donnant tort à l’Etat du Missouri, la Cour suprême rend donc l’amendement implicitement anticonstitutionnel. Et détruit d’abord son principe.

    L’arrêt a été pris par 7 voix contre 2. (Les deux sont Sonia Sotomayor nommée par Barack Obama, et la furie Ruth Bader Ginsburg.)

    Mais les sept ne sont pas complètement d’accord entre eux. Le juge John Roberts a tenu à préciser que s’il y avait eu clairement violation de la liberté religieuse dans la décision de refuser la subvention pour la seule raison que c’était une paroisse, cela n’implique pas que l’Etat doive donner des subventions à une activité religieuse. C’est l’usage de la subvention qui compte : il s’agissait de refaire un sol, ce qui n’est pas en soi religieux. Financer la réparation d’un lieu à statut religieux n’implique pas de financer l’usage religieux de ce lieu.

    Mais les juges Clarence Thomas et Neil Gorscuch ont chacun rédigé une note contestant cette interprétation.

    La plus importante est celle du nouveau juge nommé par Donald Trump. Neil Gorsuch affirme que la distinction faite par le juge Roberts entre statut religieux et usage religieux n’est pas pertinente sur le plan constitutionnel, il souligne qu’autrement l’arrêt pourrait être interprété de façon erronée comme permettant la seule réfection des sols des aires de jeux ou autres équipement ayant un lien avec la sécurité des enfants. Or, affirme-t-il : « Les principes généraux, ici, ne permettent pas la discrimination en matière de pratique religieuse – que ce soit sur une aire de jeux ou ailleurs. »

    Les partisans des libertés scolaires saluent une grande victoire. Car l’amendement Blaine est toujours brandi comme argument massue contre le chèque scolaire : un Etat ne peut pas donner d’argent pour l’école que choisiraient les parents, puisque si l’école est confessionnelle l’Etat subventionnerait un organisme religieux…

    Mais aujourd’hui l’amendement Blaine a sérieusement du plomb dans l’aile. (Et le ministre de l'Education, Betsy DeVos, est favorable au chèque scolaire.)

    Affaire à suivre…

    *

    Le gouverneur du Missouri, Eric Greitens, a salué la décision de la Cour suprême comme « une grande victoire pour le peuple des croyants ».

    Eric Greitens a quant à lui convoqué une session spéciale du parlement de l’Etat, à la demande de sénateurs pro-vie, pour que soit votée une loi qui réduise à néant l’ordonnance prise par la ville de Saint-Louis. Une ordonnance qui interdit toute discrimination des personnes à raison de leurs « décisions en matière de santé reproductive ou de grossesse » : ordonnance qui ferait de la plus grande ville de l’Etat un « sanctuaire de l’avortement » où les institutions y compris religieuses pourraient être obligées d’embaucher des militants de l’avortement. Une maison maternelle catholique et les écoles catholiques de l’archidiocèse ont immédiatement intenté une action en justice contre cette ordonnance.

    La loi en discussion, déjà votée en première lecture par les députés et les sénateurs, et qui devait être définitivement votée d’ici le 10 juillet et aussitôt signée par le gouverneur, édicte le contraire de l’ordonnance. Elle comporte aussi toute une série de mesures pro-vie. Notamment un dispositif de protection des 71 centres d’aide aux femmes enceintes, régulièrement attaqués en justice par les fanatiques de l’avortement sur le mode de notre dernière loi contre l’« entrave à IVG ». Et une nouvelle réglementation – et surveillance - sera imposée à l’unique avortoir de l’Etat, permettant de le fermer à la moindre illégalité…

  • Délire

    La soi-disant « Eglise d’Angleterre » va inventer une liturgie pour rebaptiser les « transgenres ».

    C’est une croyance fondamentale de l’Eglise que le baptême ne peut être reçu qu’une fois, dit le secrétaire général du synode, William Nye. Toutefois, on peut trouver une façon de rebaptiser un homme qui devient femme et vice-versa. Il suffit de faire une liturgie de « bienvenue » au cours de laquelle le transgenre peut « réaffirmer ses vœux baptismaux » sous son nouveau nom.

    William Nye va présenter le mois prochain à la réunion semestrielle du synode ce projet qui « répond à un besoin pastoral ».

    Pour beaucoup de pasteurs anglicans le temps est en effet venu d’affirmer l’idéologie du genre (dont je découvre que c’est l’idéologie officielle de Wikipedia – en anglais, en français). Le « prêtre » transgenre “Rachel” Mann (curé d’une paroisse de Manchester et chanoine de la cathédrale) explique : « Les personnes trans ressentent puissamment le besoin d’être reconnues dans le nom qu’elles ont choisi : cette liturgie est une avancée bienvenue pour soutenir les personnes trans. »

  • En Russie

    Le ministère russe de la Justice a publié un décret, mercredi, approuvant les diplômes universitaires de théologie.

    Le décret stipule que la théologie n'est pas seulement une branche de l'histoire ou de la philosophie, mais une discipline spécifique qui peut délivrer des spécialisations et des doctorats.

    Après de fortes pressions du patriarche Cyrille, la théologie avait été reconnue comme discipline scientifique, en 2015, par la Commission supérieure de certification du ministère de l’Education et de la Recherche. Dès 2016 il était possible de préparer des thèses.

    C’est une grande première en Russie, qui ne va pas sans contestations du côté des professeurs « laïques ».

    Anciennement, il n’y avait pas en Russie d’autres écoles théologiques que les monastères, car on se méfiait de tout rationalisme. Les premières académies de théologie furent fondées au XVIIe siècle sous l’influence jésuite. Au XIXe siècle, les facultés de théologie se tenaient soigneusement à part de l’université d’Etat, de peur de voir la théologie contaminée par les doctrines du monde. Le premier à vouloir détruire cette barrière fut Vladimir Soloviev, suivi par Berdiaev, Boulgakov et quelques autres, juste avant la révolution bolchevique. Ce sont leurs efforts qui sont aujourd’hui récompensés.

    Une évolution contraire à celle des universités occidentales, qui furent fondées par l'Eglise avec à leur sommet la faculté de théologie, et qui pour la plupart sont devenues athées...