Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Immigration

  • Anvers

    La ville d’Anvers compte désormais davantage d’habitants immigrés que d’autochtones : 53%.

    Chez les moins de 25 ans, la proportion d’immigrés est de… 70%.

    Quelques-uns sont originaires de pays européens, mais la grande majorité est d’origine nord-africaine.

  • Hongrie : la polémique idiote

    Ce qui reste de l’opposition socialiste en Hongrie, complaisamment relayé par l’Afp qui paraît ne pas se rendre compte du grotesque, croit avoir trouvé un cheval de bataille : Viktor Orbán, qui ne cesse de tempêter contre la politique européenne d’immigration et se pose en rempart contre la marée migratoire, accueille en douce des migrants.

    « Les Hongrois ont le droit de connaître la vérité sur la politique pro-immigration du gouvernement hongrois », disent les socialistes en paraphrasant le slogan gouvernemental.

    Mais oui. On a découvert que… 15 Vénézuéliens sont hébergés dans un hôtel de Gárdony. Et qu’ils font partie d’un groupe de 300 réfugiés auxquels le gouvernement hongrois accorde l’hospitalité, avec cours de langue accéléré et accès à l’emploi.

    Comme si cela était contraire à la politique d’immigration de Viktor Orban ! Ces Vénézuéliens sont catholiques, ils viennent via un accord avec l’Ordre de Malte, et en outre ils doivent justifier d’un ancêtre hongrois…

  • Les Hongrois ne lâchent rien

    Le gouvernement hongrois provoque une nouvelle fois l’ire des eurocrates et des médias à leurs ordres, en lançant une nouvelle campagne d’affiches contre les diktats de Bruxelles.

    52402670_2510209525718419_9039868197628542976_n.jpg

    « Vous avez le droit de savoir ce que Bruxelles prépare. Ils veulent introduire des quotas obligatoires de relocalisation. Ils veulent affaiblir les droits des Etats de protéger les frontières. Les visas de migrants faciliteraient l’immigration. »

    L’affiche a été publiée sur la page Facebook du gouvernement avec cette légende : « Le gouvernement lance une campagne d'information sur les plans de Bruxelles pour l'immigration. Tout le monde a le droit de connaître les propositions actuelles qui mettent fondamentalement en danger la sécurité de la Hongrie. »

    Addendum

    Jean-Claude Juncker dit qu'il a demandé l'exclusion du Fidesz du PPE.

  • Grain de sable

    Hier à Bruxelles a eu lieu un sommet entre les ministres des Affaires étrangères de l’UE, chapeautés par Federica Mogherini, et des représentants de la Ligue arabe, afin de préparer un sommet prévu à Charm el-Cheikh les 24 et 25 février prochains. Une des multiples occasions de passer un week end dans un palace au soleil et au bord de la mer aux frais des gilets jaunes, sous prétexte d’élaborer un texte commun, évidemment déjà rédigé. Par le Service européen pour l’action extérieure (SEAE). Ce texte évoque le terrorisme, le changement climatique, les droits de l’homme… et l’immigration… Sur ce dernier point, il souligne la validité du droit international de la migration… et du pacte mondial de l’ONU sur la migration, dit pacte de Marrakech (le fameux pacte non contraignant et patin couffin).

    Mais le sommet de Bruxelles n’a servi à rien, du moins pour ce qui est du « droit » de la migration. Car trois jours avant, vendredi 1er février, la Hongrie, qui haussait le ton depuis plusieurs semaines, a fait savoir qu’elle opposerait son veto à un tel texte…

  • En Autriche

    Le ministre autrichien de l'Intérieur, Herbert Kickl, du FPÖ, est au centre d’une intense polémique parce qu’il a déclaré avant-hier soir à la télévision :

    « Je crois au principe selon lequel la loi doit suivre la politique et non la politique la loi. Or il existe des constructions juridiques étranges, certaines très anciennes, nées dans des contextes très différents et qui nous empêchent de faire ce qu'il faut. »

    Et il a ajouté qu’il souhaitait « mener un débat » sur le sujet.

    L’opposition libérale et sociale-démocrate a vu dans ces propos une attaque contre la Convention européenne des droits de l'homme. Le chef de l'Etat Alexander Van der Bellen lui-même s’est fendu d’un tweet vengeur : « La Convention européenne des droits de l'homme occupe depuis 59 ans un rang constitutionnel en Autriche. La mettre en cause serait mettre fin au consensus fondamental de la Deuxième République. »

    « Le ministre de l'Intérieur a gravement porté atteinte à l'Etat de droit en Autriche », déclare le SPÖ, alors que Herbert Kickl avait pris soin de préciser que son propos s’inscrivait naturellement dans le respect de l’état de droit.

    Aujourd’hui, le président du Tyrol, Markus Abwerzger (FPÖ), a pris la défense du ministre : «  Si vous souhaitez que les demandeurs d’asile ayant un casier judiciaire avec voies de fait, harcèlement sexuel, infraction aux stupéfiants, restent en Autriche, vous pouvez tranquillement prendre le train de l’horreur. Trois récents assassins présumés étaient des demandeurs d’asile avec un tel casier judiciaire. »

  • C’est très simple…

    1901100112240083.jpg

    Les avantages sociaux que la Slovaquie accorde aux étrangers ne sont pas assez motivants pour que les migrants en situation irrégulière et les demandeurs d’asile restent en Slovaquie, a déclaré Denisa Sakova (Smer-SD), ministre de l’Intérieur, ajoutant que 178 demandes d’asile ont été enregistrées l’an dernier, dont six ont été acceptées.

  • Le Pacte de l’immigration

    Une centaine de pays (sur les 193 membres de l’ONU) avaient envoyé à Marrakech un ministre ou un président pour l’adoption du « Pacte mondial sur les migrations » concocté par l’ONU.

    Le Pacte a été adopté ce matin sans vote ni signature, par un simple coup de marteau après lecture du texte, comme quand le commissaire priseur dit : « Vendu ! »

    Ici il s’agissait (une fois de plus) de vendre les nations.

    Le texte sera ratifié par un vote le 19 décembre à l’Assemblée générale de l’ONU.

    Les Etats-Unis avaient dit non au pacte dès décembre 2017. La mission diplomatique américaine à l’ONU a redit dans un communiqué : « Les décisions sur la sécurité des frontières, sur qui est admis à résider légalement ou à obtenir la citoyenneté, figurent parmi les plus importantes décisions souveraines qu’un pays peut prendre. »

    Dix pays de l’UE ont récemment refusé le pacte. Le Premier ministre belge est allé à Marrakech « à titre personnel » parce que le gouvernement se déchirait sur la question, et du coup il s’est déchiré pour de bon : les ministres de la NVA (Nouvelle alliance flamande) ont démissionné. Le gouvernement n’a plus que l’appui de 52 députés sur 150…

  • L’Aquarius ne sera pas suisse

    Trois parlementaires suisses avaient demandé que soit attribué à l’Aquarius (le bateau de pêche industrielle au migrant) le pavillon suisse, à titre exceptionnel, comme la loi le permet (normalement seuls les bateaux suisses peuvent battre pavillon suisse).

    Le gouvernement considère que le problème des migrants nécessite une "approche coordonnée à long terme" et "qu'il ne suffit pas de mener des négociations ad hoc pour chaque navire transportant des personnes en situation d'urgence". "En conséquence, (il) considère qu'il n'est pas en mesure d'appliquer la clause d'exception de la loi sur la navigation maritime au navire Aquarius."

  • En Espagne !

    Il y a encore quelques mois personne n’aurait imaginé qu’un parti qualifié d’extrême droite par la gauche puisse gagner des élections en Espagne. Vox l’a fait. Vox avait étonné le 7 octobre dernier en réunissant beaucoup de monde à Madrid. Vox participait hier aux élections andalouses. Les sondages disaient qu’il pourrait peut-être faire son entrée au parlement d’Andalousie, avec jusqu’à 5 sièges. Il en a obtenu 12…

    Les socialistes en ont perdu 14, et du coup la majorité qu’ils avaient depuis 1982…

    Les Andalous ne veulent pas le retour d’al-Andalous.

  • Gelbe Westen

    On a déjà vu plusieurs manifestations de gilets jaunes en Belgique. Mais samedi on a vu aussi un certain nombre de gilets jaunes en Allemagne, dans les manifestations organisées par l’AfD contre le pacte de l’ONU sur les migrations. Comme ici à Berlin, porte de Brandebourg :

    DtV8fgyXoAIkhNC.jpg

    Capture d’écran 2018-12-03 à 12.18.38.png

    Et la princesse Doris von Sayn-Wittgenstein, député au parlement du Schleswig-Holstein et porte-parole de l’AfD pour ce Land, fait ce clin d’œil de « solidarité avec les Français » : « Il y a une chose qu’on ne peut pas enlever aux Français : en matière de mode ils donnent le la ! Je porte déjà du jaune. Et vous ? »

    mode-beratung-doris-sayn-wittgenstein-afd-landesvorsitzende-in-schleswig-holstein-warb-fuer-die-gelben-westen-.png