Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Europe

  • Deux tristes nouvelles

    Pour les européistes de EUobserver :

    - En Italie, Matteo Salvini a obtenu un vote de confiance de 163 voix contre 59 au Sénat sur le décret qui va permettre aux autorités italiennes d’expulser les demandeurs d’asile condamnés en justice.

    - La police hongroise a classé sans suite l’enquête ouverte sur une éventuelle utilisation frauduleuse d’aides de l’UE par la famille de Viktor Orban.

  • "Une vraie armée européenne"

    Excellente réponse de Philippe Migault à Emmanuel Macron sur la nouvelle incantation à la formation d’une armée européenne :

    En chute libre dans les sondages, conscient de son impopularité, qu’il affecte d’assumer avec l’air résolu d’un Churchill n’ayant rien d’autre à offrir que du sang, de la sueur et des larmes, le président de la République fait feu de tout bois pour reprendre la main vis-à-vis de son opinion publique. Avec les éternelles grosses ficelles du mauvais communiquant politique. Celle du président chef de guerre, qu’il a réendossé hier en prônant la constitution d’«une vraie armée européenne», étant sans doute la plus mauvaise qu’il puisse endosser. (…) Totalement ignorant du monde des armées, dénué de toute culture stratégique, il n’a aucune appétence pour le sujet, ne s’intéressant à ce dernier qu’à des fins strictement politiciennes. Ses déclarations d’hier en attestent.

    Explication.

  • Encore un trans

    Euractiv nous présente

    Volt, le mouvement transnational qui rêve de conquérir l’Europe

    C’est un très long article qui fait la promotion du mouvement en question. Il s’agit d’un de jeunes (?) Européens qui répètent tous les poncifs du vieil européisme et de l’idéologie dominante comme avec un pipotron.

    Je le signale parce que Euractiv nous le présente comme un mouvement d’avenir qui va s’imposer et qui entend avoir son groupe au Parlement européen après les prochaines élections. (Pour le moment Volt a participé à une élection, à Bruxelles, obtenant 1,5% des voix.)

    Or il y a quelque temps Euractiv avait déjà présenté un mouvement « citoyen » de ce genre, qui allait donner une impulsion vitale à l’UE… et qui est déjà oublié…

  • L’UE ? Non, merci !

    Voilà bientôt un an que Katrín Jakobsdóttir est Premier ministre d’Islande. Le seul chef de gouvernement au monde qui soit Vert, et en plus explicitement de gauche, et en plus une femme, la deuxième femme à gouverner l’Islande, souligne-t-on, comme si ça avait une importance. On se félicitera néanmoins que celle-ci ne soit pas la première femme Premier ministre ouvertement lesbienne. Elle est mariée à un homme et ils ont trois enfants. Politiquement la situation est originale. Aux dernières législatives, le parti de l’indépendance (droite) était de nouveau arrivé en tête, mais perdait 5 sièges. Le président demanda à Katrín Jakobsdóttir de former une coalition de gauche, puisque c’était ce qui paraissait le plus logique. Mais la chose fut finalement impossible et Katrín Jakobsdóttir forma une coalition avec deux partis de droite : le parti de l’indépendance et le parti du progrès…

    Donc, à l’approche du premier anniversaire de cet attelage apparemment contre-nature mais qui fonctionne pour le mieux, EUobserver est allé voir si par hasard la lointaine Islande n’aurait pas l’intention de changer d’avis sur l’UE et de rejoindre enfin le paradis des vrais Européens.

    La réponse est brève : c’est non. « Je ne pense pas qu’il y ait une quelconque raison pour que nous adhérions », dit Katrín Jakobsdóttir. Cela c’est la position officielle, claire, nette et sans bavure, à quoi s’ajoute le constat… que la majorité des Islandais ne veulent pas de l’UE, comme les sondages le montrent avec obstination.

    « Personnellement, ajoute Katrín Jakobsdóttir, je suis critique envers la politique économique de l’UE – la création d’une eurozone sans politique fiscale centralisée. La Banque centrale européenne est devenue vraiment puissante sans être très démocratique. La politique économique de l’UE est vraiment loin des peuples de l’eurozone et a créé des divisions qui n’étaient pas nécessaires. »

    S’il ne tenait qu’à elle, ajoute-t-elle, l’Islande quitterait l’OTAN. Qui utilise actuellement l’Islande comme base arrière, avec cinq frégates, un navire d’assaut amphibie et 7.000 soldats américains, dans le cadre de la gigantesque opération de défense de la Norvège contre un « agresseur fictif »… sur la frontière russe. Mais son parti est le seul qui soit pour sortir de l’OTAN.

  • Minable

    Le Parlement européen, qui tient vraiment à être ridicule, a décerné son prix Sakharov au « cinéaste » Oleg Sentsov (le stakhanoviste de la grève de la faim, aujourd’hui en retraite).

    Le prix Sakharov récompense « une contribution exceptionnelle à la lutte pour les droits de l'Homme dans le monde ».

    On ne sait vraiment pas (et on ne nous dit pas) où est la « contribution exceptionnelle », ni même ordinaire, de Sentsov à la lutte pour les droits de l’homme quels qu’ils soient.

    Quant au « cinéaste » Oleg Sentsov, 42 ans, il a pondu UN film que personne n’a vu, et il a abandonné la réalisation de son deuxième film pour participer à la révolution Soros en Ukraine avant de se faire arrêter pour terrorisme par les Russes.

    Il est clair que ce prix n’est rien d’autre qu’une insulte (minable) envers la Russie.

    Peut-être vous demanderez-vous combien de députés européens ont voté pour cette triste farce.

    La réponse est : aucun.

    Démocratie oblige, le lauréat du prix Sakharov est choisi par le président du Parlement et les présidents des groupes politiques. Donc par 9 personnes.

  • Socialistes

    Syed Kamall est chef de la délégation du parti conservateur britannique au Parlement européen, et président du groupe CRE. En réponse à un propos sur les « extrémistes de droite » dans un débat sur le Brexit, il a fait un rapprochement entre les socialistes et les nazis. Ce qui a suscité un tollé, nous dit-on, et le vice-président de la Commission Frans Timmermans l’a traité d’idiot. Et Syed Kamall s’est excusé.

    Il semble que plus personne ne se souvienne que nazi est la contraction de national-socialiste

    (Une autre remarque au passage : Syed Kamall, chef des représentants britanniques de droite au Parlement européen, est un musulman pratiquant.)

  • Un revers…

    Voici ce que Le Monde a titré en commentaire des élections locales (municipales, cantonales, régionales) en Pologne :

    Screenshot_2018-10-25 Le parti ultraconservateur au pouvoir subit un revers aux élections locales.png

    Maintenant, voici la carte des résultats aux élections régionales en 2010, 2014, 2018 : le « parti ultraconservateur » était arrivé en tête dans 2 régions en 2010, dans 5 régions en 2014, cette année il est arrivé en tête dans 9 régions.

    DqMhfxLW4AA0OUM.jpg-large.jpeg

    En 2014 le « parti ultraconservateur » n’avait pu diriger que l’unique région où il avait obtenu la majorité absolue. Désormais il a la majorité absolue dans 6 régions, et il semble qu’il puisse diriger une coalition dans une 7e région, celle de Basse-Silésie (près de 3 millions d’habitants). (A noter que la coalition de la Plateforme civique - KO- n'a la majorité absolue que dans une seule région et ne peut gouverner les autres qu'avec l'appui du "parti paysan". A noter aussi que les socialistes sont toujours aux abonnés absents.)

    uid_6ce28034cf609cef08e3e86ebd187ef31540456690375_width_907_play_0_pos_0_gs_0_height_515.jpg

    En ce qui concerne les cantonales, ces cartes se passent de commentaire sur le « revers » subi par le « parti ultraconservateur » (en bleu) :

    cantonales PL 2018-2014.jpeg

    Pour ce qui concerne les grandes villes, le « parti ultraconservateur » n’en avait aucune, et il semble (même s’il faut attendre le second tour) qu’il n’en aura toujours aucune. Ce qui ne constitue pas un « revers », mais tout de même une mauvaise nouvelle, parce que cela montre que se creuse un fossé entre la Pologne rurale catholique et la Pologne urbaine libérale européiste et acquise à la culture de mort. Le nouveau premier adjoint de la ville de Varsovie est un militant LGBT. Parmi les nouveaux élus libéraux de Varsovie il y a aussi Monika Jaruzelska, la fille du général Jaruzelski, qui s’est donné pour mission de défendre la mémoire de son père et les retraités de la police politique qui ont vu leurs retraites privilégiées ramenées au taux commun de la sécurité sociale…

    Un dernier mot sur « le revers du parti ultraconservateur » : il a obtenu 34,2% des voix aux régionales, ce qui est un record absolu, tous partis confondus, depuis la fin du communisme.

  • UE

    C’est une première, nous dit-on : la Commission européenne a rejeté le projet de budget du gouvernement italien et lui a lancé un ultimatum : il a trois semaines pour le revoir. Ce qui est impossible, puisque ce budget est le résultat d’un difficile compromis longuement négocié entre la Ligue et le M5S.

    Juste à la fin du discours du commissaire Moscovici qui lançait l’ultimatum, le député européen italien Angelo Ciocca, de la Ligue, est monté à la tribune, s’est déchaussé et a piétiné le texte du discours :

    « A Strasbourg, j'ai piétiné (avec une semelle made in Italy !!!) la montagne de mensonges que Moscovici a écrite contre notre pays !!! L'Italie mérite le respect, et ces euroimbéciles devront le comprendre : nous ne baisserons plus la tête !!! J’ai bien fait ? »

    Le commissaire a réagi : « Ceux qui écrasent des textes et des décisions à coup de chaussure ne respectent ni les règles, ni les institutions, ni la démocratie. »

    Et ce matin, sur Europe 1, il a traité Angelo Ciocca de « fasciste ». Ben tiens…

    Angelo Ciocca s’est fait connaître en 2010 quand il a été élu conseiller régional de Lombardie avec le plus grand nombre de préférences personnelles jamais vues dans cette région (ce sont des scrutins de liste mais on peut dire qui on préfère sur la liste).

  • Décommunisation !

    Sans titre.jpeg

    Début octobre, des activistes de gauche se disant « Les Citoyens de la République » ont accroché devant la Cour suprême de Pologne cette banderole avec le mot « Constitution », sous-entendu : Respectez la Constitution.

    Sans titre2.jpeg

    En réponse, l’équipe de Tysol, l’hebdomadaire du syndicat Solidarność, a déployé sur la façade de ses locaux une banderole similaire mais avec le mot : « Décommunisation ». En reprenant le graphisme du Konstytucja devenu image de ralliement des opposants, avec le blanc et le rouge du drapeau polonais. Le slogan dit que la Constitution concerne toi (ty) et moi (ja), donc tout le monde. La réponse de Solidarność dit que la décommunisation, moi (ja) je suis pour (za) :

    Screenshot_2018-10-23 Jak powstał plakat protestu 'Konstytucja' .png

    Commentaire de notre ami Bertrand qui m’envoie le lien sur ces photos :

    En voulant saboter une réforme parfaitement conforme au texte de la Constitution polonaise, votée par une majorité démocratiquement élue et reprenant des solutions existant dans d'autres pays de l'UE, la Commission de Bruxelles prend le parti d'une opposition qui prétend défendre la Constitution (écrite par les communistes) mais en vérité veut protéger les petits et grands arrangements ainsi que les postes des bénéficiaires d'un système d'un autre âge. Le syndicat Solidarnosc, dont il est inutile de rappeler les mérites dans la lutte contre le communisme, défend la réforme et demande – symboliquement - la "décommunisation" du tribunal. C'est à dire le respect de la loi et le départ à la retraite des juges qui ont dépassé 65 ans... Assistons-nous à la naissance d'un nouveau combat de "Solidarité" contre un autre totalitarisme ?

  • Crétin de Bruxelles

    Le commissaire Moscovici, qui est commissaire aux questions économiques, et qui en tant que tel n’est censé rien devoir dire sur la situation politique française, a cru bon de donner son grain de sel sur les démêlés de Mélenchon avec la justice et avec les médias. Il a dit hier sur France Inter :

    « Il se comporte comme tous ces populistes dans les démocraties illibérales, c’est-à-dire qu’il pense qu’on arrive au pouvoir par les urnes, mais qu’ensuite il va combattre les libertés. Ce qu’il a fait sur la presse, ce qu’il a fait sur la justice, c’est pas très différent de ce qui se passe avec Orban et Kaszynski. »

    J’ai lu et relu ce propos. Il n’a strictement aucun sens, quel que soit le côté par lequel on le prenne. C’est de la pure diffamation des uns et des autres, par un commissaire qui jouit de l’immunité et peut donc dire n’importe quoi jusqu’à insulter des dirigeants politiques de l’Union européenne.

    Ou alors il n’y a pas que Juncker qui force sur la bouteille…