Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Politique française

  • En plein délire trans (charcutez vos enfants)

    Dans un avis au Parlement, publié hier, Claire Hédon, Défenseur des droits, émet un avis négatif à la proposition de loi visant à encadrer les pratiques médicales mises en œuvre dans la prise en charge des mineurs en questionnement de genre, déposée au Sénat le 19 mars 2024. Parce que ce texte est « de nature à porter atteinte aux droits et à l’intérêt supérieur de l’enfant » : le droit de l’enfant de changer de genre à sa guise sous l’influence des pervers. Et elle « réitère ses recommandations concernant le respect de l’identité de genre à l’école ».

    Cela au moment même où la Société européenne de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent met enfin en garde contre cet horrible délire, Claire Hédon ose écrire que « la présente proposition de loi, en interdisant les bloqueurs de puberté, les traitements hormonaux et certaines opérations chirurgicales aux seuls mineurs transgenres, introduit une différence de traitement entre mineurs transgenres et cisgenres, susceptible de constituer une discrimination à raison de l’identité de genre au regard des droits interne et international, notamment l’article 2 de la CIDE ».

    La République française incite donc les parents à mutiler leurs enfants, à bousiller leurs corps et leurs esprits et à les rendre stériles. Car c'est un "droit" des enfants qui ont échappé au "droit" à l'avortement.

    La société française est donc totalement foutue.

    Et cela s’étale maintenant partout, par exemple dans l’Eurostar :

    0f428b2a-8fc8-4ed4-83eb-3edc63bf272b.jpeg

    capture-decran-2024-05-06-a-212035.jpg

    Et il y aura un drag queen pour porter la flamme olympique à Marseille, et un autre à Paris. Un officiel russe a dit que c'est finalement une bonne chose que la Russie soit exclue des Jeux, ça permet d'éviter un tel spectacle de dépravation.

  • Fabius anti-français

    J’ai été attiré par ce titre du Figaro :

    Laurent Fabius : « La préférence nationale, appliquée de façon systématique, est contraire à la Constitution ».

    L’interview est réservée aux abonnés. On peut toutefois lire le début, et ça suffit :

    « La Constitution ne s’oppose pas à ce que le bénéfice de certaines prestations sociales pour les étrangers en situation régulière soit soumis à une condition de durée de résidence ou d’activité, mais cette durée ne peut priver les personnes défavorisées d’une politique de solidarité nationale, comme le prévoit le préambule de la Constitution de 1946. »

    Fabius ne sait pas ce qu’il dit. Il ne connaît plus le sens des mots. C’est volontaire, bien sûr, mais c’est très grave quand le président du Conseil constitutionnel français montre à ce point comme il est militant contre la nation française.

    Car c’est le concept même de « solidarité nationale » qui implique, dans les mots eux-mêmes, ou sinon ils n’ont plus de sens, qu’il s’agit de la solidarité entre membres de la nation française. Et donc qu’elle ne s’exerce pas, en tant que telle, envers des gens qui ne font pas partie de la nation, qui n’ont pas la nationalité française.

    Il aura fallu attendre le XXIe siècle pour avoir besoin de rappeler une telle évidence, une telle tautologie, contre un président du Conseil constitutionnel militant de l’idéologie cosmopolite, qui dynamite la Constitution dans son principe même.

  • Punaise !

    Un grand moment de politique française et européenne, grâce à la cruche qui fait office de tête de liste de la macronnerie :


    Cela dit, l’ectoplasme qui lui fait face, tête de liste RN, a osé dire : « Jean-Marie Le Pen a été condamné pour antisémitisme. Les propos de Jean-Marie Le Pen étaient des propos éminemment antisémites. »

    En fait, l’ignoble pourfendeur de Le Pen est pire que la grotesque chasseuse de punaises du Kremlin. Sans Jean-Marie Le Pen, l’ectoplasme serait un sous-fifre dans une quelconque ciottinerie ou macronnerie.

    Impossible de voter pour de tels pantins aussi lâches que menteurs, à plat-ventre devant les dictateurs de la pensée unique.

  • GPA

    Le catholique Bellamy a tenté de faire croire qu’il avait réussi à faire condamner la GPA dans une résolution du Parlement européen. Mais l’idiot utile de la culture de mort européiste a encore menti. L’amendement à la résolution contre la traite d’êtres humains ne condamne que la GPA forcée : « les personnes qui forcent les femmes à être mères porteuses ou qui les amènent à agir ainsi par la ruse ».

    Et c’est ainsi que l’on apprend que non seulement l’UE n’a rien contre les mères porteuses, mais qu’il y a déjà, très officiellement, pour le personnel du Parlement européen, un « congé spécial pour accueillir un nouveau-né au sein du foyer ». Un congé de 20 semaines, « spécial », parce qu’il est réservé aux « parents » qui ne remplissent pas les conditions pour bénéficier d’un congé de maternité. Ainsi le Parlement européen s’adapte à « l’évolution de la médecine reproductive, des législations applicables en matière de procréation et de parentalité, ainsi que du contexte sociétal ».

    Telles sont les précisions qui ont été données en juin dernier à Jean-Paul Garraud, qui demande aujourd’hui que ces dispositions ne puissent pas bénéficier à un agent ayant recours à une GPA forcée…

    Je parle très peu de ce sujet parce que, comme cet épisode le démontre s’il en était besoin, c’est gaspiller son temps et son énergie que de se battre contre ce qui est inéluctable. Je l’avais dit dès les débats sur le « mariage pour tous ». Beaucoup affirmaient que ce ne serait en aucun cas la porte ouverte à la « PMA sans père » et à la GPA. Or il était absolument évident que ce n’était pas vrai, pour la seule et unique raison que refuser à des personnes de même sexe juridiquement mariées d’avoir des enfants serait une insupportable discrimination. La PMA sans père est évidemment passée. La GPA passera aussi. Inéluctablement. C’est quand même une surprise d’apprendre qu’elle est promue au Parlement européen alors qu’elle est encore interdite (explicitement ou implicitement) dans la plupart des pays de l’UE…

  • La dictature

    Radio France a envoyé une lettre de licenciement au journaliste Jean-François Achilli pour « faute grave ».

    Jean-François Achilli avait été suspendu le 14 mars dernier parce que la direction de Radio France avait appris que le journaliste avait eu des conversations avec Jordan Bardella dans le cadre de la préparation d’un livre de ce dernier.

    Il n’y avait pas eu de contrat, le livre n’a pas vu le jour. Mais la simple idée qu’un journaliste puisse éventuellement participer à la rédaction d’un livre d’une personnalité politique est une « faute grave », quand la personnalité politique est honnie par la caste dirigeante.

    Ce n’est pas en Russie, c’est en France que ça se passe.

  • Un irresponsable

    Jean Leonetti est l’auteur de la loi de 2005 sur la fin de vie. Une loi qui légalisait l’euthanasie de façon hypocrite, sous la forme de la « sédation » jusqu’à la mort après arrêt de tout traitement, l’alimentation étant considérée comme un « traitement ».

    Aujourd’hui, dans une grande interview, le même Leonetti se prononce contre le projet de loi macronien d’euthanasie, avec notamment cet argument ahurissant :

    « Les portes entrouvertes finissent grandes ouvertes. »

    Or c’est lui-même qui a entrouvert la porte…

  • La dictature

    Quinze anciens membres de Génération identitaire ont été interpellés mardi dans plusieurs régions. Ils sont soupçonnés d'avoir « reconstitué » l’association sous le nom d'Argos.

    Le sinistre de l’Intérieur se félicite de cette action d’éclat dont il revendique personnellement la paternité, en émettant deux calomnies en trois mots sur Génération identitaire :

    « En 2021, nous avions dissous ce groupuscule violent d’ultradroite à la demande d’Emmanuel Macron. Nous ne laisserons aucun groupe dissous se reconstituer. Merci à la justice pour son action forte suite au signalement que j’ai effectué. »

    Le fait de participer « au maintien ou à la reconstitution, ouverte ou déguisée » d'un groupement dissous est puni de trois ans d'emprisonnement et de 45.000 euros d'amende.

  • Honneur à lui

    Il y a eu un seul député de "droite" pour oser voter contre le soi-disant « accord de sécurité franco-ukrainien » : Nicolas Dupont Aignan.

  • Macron en avorteur universel

    Ce midi, le droit de tuer les enfants à naître a été scellé dans la Constitution française. Le président de la République a dit ceci :

    « Aujourd’hui est un très grand jour pour notre République. Le sceau de la République scelle en ce jour un long combat pour la liberté. (…) Est français celui qui se montre intranquille tant que la promesse d’égalité n’est pas tenue. Pour l’humanité. Pour l’universel. Aujourd’hui n’est pas la fin d’une histoire. C’est le début d’un combat. La France est devenue aujourd’hui le seul pays au monde dont la Constitution protège explicitement le droit à l’interruption volontaire de grossesse en toute circonstance. Et nous ne trouverons le repos que lorsque cette promesse sera tenue partout dans le monde. Nous mènerons ce combat sur notre continent, dans notre Europe (…) Je souhaite l’inscription de cette liberté garantie de recourir à l’interruption volontaire de grossesse dans la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne. (Applaudissements nourris de la foule.) Car aujourd’hui dans notre Europe plus rien n'est acquis et tout est à défendre. Au-delà de l’Europe, nous nous battrons pour que ce droit devienne universel et effectif. (…) C’est un combat universel, (…) et parce que ce combat pour la liberté du corps des femmes emporte tous les autres, nous n’aurons de cesse d’agir. (…) Et tous, lorsque le droit à l’avortement sera enfin devenu universel, nous nous souviendrons que tout a commencé ce jour-là, ce 8 mars 2024, où la France a été grande, parce qu’elle a voulu l’être, universellement. »

    Puis Catherine Ringer a interprété la Marseillaise :

    « Aux armes citoyens, citoyennes, marchons, chantons cette loi pure dans la Constitution. »

  • L’enfer

    A Versailles, d’abord une longue ovation debout à Simone Veil, par les parlementaires unanimes dans le culte de Moloch. Et à la fin on a fait scintiller la Tour Eiffel pour saluer le résultat du vote « historique » : 780 parlementaires pour le sacrifice humain, 72 qui ne veulent pas le constitutionnaliser. Longue ovation debout à eux-mêmes.

    Nous sommes le premier pays au monde, clament-ils. La France fille aînée de l’Eglise, premier pays à garantir constitutionnellement la liberté de tuer les plus innocents.

    Il y a longtemps que la France est foutue. Mais là c’est le dernier cercle de l’enfer, où sont ceux qui ont trahi la famille, la patrie, les maîtres de la vie.

    *

    Pour rire un peu, la conclusion ubuesque du propos à la tribune de la représentante du Rassemblement national, censée exprimer une réticence :

    « La liberté que nous consacrons aujourd’hui ne sera jamais qu’une demi-liberté. »