Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal

  • Jeudi de la quatrième semaine de carême

    Comme pour les autres jeudis de carême, la messe de ce jour est composée d’emprunts à d’autres messes. Sauf la première lecture, qui est le récit de la résurrection du fils de la Sunamite par le prophète Elisée. Récit qui est mis en parallèle avec celui de l’évangile : le récit de la résurrection du fils de la veuve de Naïm par Jésus. La confrontation montre toute la différence entre le prophète qui doit invoquer Dieu et se livrer à des contorsions, quand Jésus n’a besoin que d’ordonner au mort de se lever. Dom Guéranger détaille le sens symbolique du premier récit :

    Toutes les merveilles du plan divin pour le salut de l’homme sont réunies dans cette mystérieuse narration ; empressons-nous de les y découvrir, afin que nous n’ayons rien à envier à nos Catéchumènes. Cet enfant mort, c’est le genre humain que le péché a privé de la vie ; mais Dieu a résolu de le ressusciter. D’abord un serviteur est envoyé près du cadavre ; ce serviteur est Moïse. Sa mission est de Dieu ; mais, par elle-même, la loi qu’il apporte ne donne pas la vie. Cette loi est figurée par le bâton que Giézi tient à la main, et dont il essaie en vain le contact sur le corps de l’enfant. La Loi n’est que rigueur : elle établit un régime de crainte, à cause de la dureté du cœur d’Israël ; mais elle triomphe à peine de cette dureté ; et les justes dans Israël, pour être vraiment justes, doivent aspirer à quelque chose de plus parfait et de plus filial que la loi du Sinaï. Le Médiateur, qui doit tout adoucir en apportant du ciel l’élément de la charité, n’est pas venu encore ; il est promis, il est figuré ; mis il ne s’est pas fait chair, il n’a pas encore habité parmi nous. Le mort n’est pas ressuscité. Il faut que le Fils de Dieu descende lui-même.

    Élisée est la figure de ce divin Rédempteur. Voyez comme il se rapetisse à la mesure du corps de l’enfant, comme il s’unit étroitement à tous ses membres dans le mystérieux silence de cette chambre fermée. C’est ainsi que le Verbe du Père, voilant sa splendeur au sein d’une vierge, s’y est uni à notre nature, et, « prenant la forme de l’esclave, s’est anéanti jusqu’à devenir semblable à l’homme », « afin de nous rendre la vie, et une vie plus abondante encore » que celle que nous avions eue au commencement. Observez aussi ce qui se passe dans l’enfant, et quelles sont les marques de la résurrection qui s’opère en lui. Sept fois sa poitrine se dilate, et il aspire, afin de marquer par ce mouvement que l’Esprit aux sept dons reprendra possession de l’âme humaine qui doit être son temple. Il ouvre les yeux, pour signifier la fin de cet aveuglement qui est le caractère de la mort : car les morts ne jouissent plus de la lumière, et les ténèbres du tombeau sont leur partage. Enfin considérez cette femme, cette mère : c’est la figure de l’Église qui implore de notre divin Élisée la résurrection de ses chers Catéchumènes, de tous les infidèles qui sont encore sous les ombres de la mort ; unissons-nous à sa prière, et efforçons-nous d’obtenir que la lumière de l’Évangile s’étende de plus en plus, et que les obstacles qu’apporte à sa propagation la perfidie de Satan, jointe à la malice des hommes, disparaissent sans retour.

  • Porte-parole

    3438882013.jpg

    3588083955_4769617a.jpg

    8ed2830d92e8e1c270f4f9816fca619c.jpg

    c22b8f3a-322c-4891-a8d0-054d13455af3.jpg

    leyla.hasic_.ingunn.solheim.png

    Cette jolie fille (on peut toujours le supposer) est une « Norvégienne » de 32 ans, Leyla Hasic (du moins si l’on en croit les photographes qui ont pris les clichés et les journalistes qui les diffusent…).

    Le Conseil islamique de Norvège (IRN), qui fédère les communautés musulmanes du pays, vient de la nommer… responsable de la communication…

    Selon le secrétaire général de l'IRN Mehtab Afsar cette nomination démontre « l'ouverture » de l'organisation. Mais oui. Et il ajoute : « Ce qu'une personne est à l'intérieur est plus important que ce qu'elle porte. » Ça c’est bien vrai…

    Au gouvernement, qui lui a alloué il y a quelques semaines une subvention de… 52 millions d’euros, c’est la consternation. Pauvres chéris…

    Enregistrer

  • Une première

    C8CLzaRXUAYS491.jpg

    Theresa May a signé hier la lettre par laquelle le Royaume-Uni notifiant l’activation de l’article 50 du traité européen. La lettre a été remise aujourd’hui par l’ambassadeur britannique auprès de l'Union européenne à Donald Tusk, président du Conseil européen.

    Les eurocrates avaient consenti, à Lisbonne, d'ajouter cet article au traité européen comme une sorte d’ornement démocratique (en réponse à la critique récurrente que l’UE était une prison des peuples), certainement pas pour que quelqu’un s’en serve…

    Aujourd’hui, les eurocrates vont répétant comme un mantra qu’aucun autre pays ne quittera l’UE.

    Aussi est-ce étonnant de voir le titre du site européiste UEobserver :

    UK launches first exit in EU history

    Le Royaume-Uni lance la première sortie de l’histoire de l’UE…

  • En Inde

    alencherry.jpgLe synode syro-malabar demande aux paroisses de continuer la pratique traditionnelle du jeudi saint, qui est de laver les pieds de 12 hommes ou garçons. Le cardinal George Alencherry, archevêque majeur de l’Eglise syro-malabare (photo), a publié et envoyé une circulaire en ce sens aux prêtres, religieux et responsables laïcs de son diocèse d’Ernakulam, et d’autres évêques ont fait de même.

    Dans l’Eglise syro-malankar, on fait savoir qu’il n’y aura pas de circulaire de ce genre, car la tradition est que seuls les évêques pratiquent ce rite, que c’est seulement avec des hommes, et que les fidèles connaissent la tradition.

    Selon le cardinal Alencherry, la Congrégation pour les Eglises orientales aurait précisé que la modification du rite inventée puis imposée par François ne concerne que l’Eglise latine.

    Le chef de l’Eglise syro-malabare précise que pour les Eglises d’Orient (mais c’était le cas pour l’Eglise latine avant François, dont il se démarque ainsi ouvertement) ce rite du jeudi saint est un signe du sacrifice rédempteur du Christ sur la croix : le lavement des pieds n’est pas seulement un symbole d’humilité et d’égalité, mais un moyen de faire atteindre le mystère rédempteur à toute la race humaine. Il rappelle que le Christ a lavé les pieds de ses seuls 12 apôtres et leur a commandé de faire de même en sa mémoire.

  • Mercredi de la quatrième semaine de carême

    Saint-Gall.jpeg

    Sans titre.jpeg

    sanctificatus.jpeg

    dum.jpeg

    Dum sanctificátus fúero in vobis, congregábao vos de univérsis terris : et effúndam super vos aquam mundam, et mundabímini ab ómnibus inquinaméntis vestris : et dabo vobis spíritum novum.
    Benedícam Dóminum in omni témpore : semper laus eius in ore meo.

    Lorsque j’aurai été sanctifié en vous, je vous rassemblerai de tous les pays ; et je répandrai sur vous une eau pure, et vous serez purifiés de toutes vos souillures ; et je vous donnerai un esprit nouveau.
    Je bénirai le Seigneur en tout temps ; sa louange sera toujours dans ma bouche.

    L’antienne d’introït de ce jour (qui n'est pas reprise d'un psaume mais de la première lecture) concernait d’abord les catéchumènes, en ce jour de « grand scrutin ». Dom Pius Parsch :

    Le Christ lui-même s’avance devant les catéchumènes : « Quand j’aurai été sanctifié (c’est-à-dire glorifié) parmi vous, je vous rassemblerai de tous les pays (des païens) et je verserai sur vous de l’eau pure et je vous purifierai de tous les péchés et je vous donnerai un esprit nouveau » (promesse du Baptême et de la Confirmation).

    A cause de la promesse de l’Esprit, cet introït a été repris pour la messe de la vigile de la Pentecôte, qui n’avait pas d’introït parce que la messe commençait par la bénédiction des fonts baptismaux suivie de la procession où l’on chantait la litanie des saints.

    Il est intéressant de voir comment le texte d’Ezéchiel a été utilisé pour former cette antienne. Voici le texte entier, et en gras ce qui a été repris pour le chant. On constate que la première proposition est en fait la conclusion (tronquée) du verset 23 : « Et je sanctifierai mon grand nom (on voit déjà ici que sanctifier veut dire glorifier) qui a été pollué parmi les nations, que vous avez pollué au milieu d’eux ; afin que les nations sachent que je suis le Seigneur, dit le Seigneur des armées, quand j’aurai été sanctifié en vous devant eux. »

    cum sanctificatus fuero in vobis coram eis.
    24 Tollam quippe vos de gentibus,
    et congregabo vos de universis terris,
    et adducam vos in terram vestram.
    25 Et effundam super vos aquam mundam,
    et mundabimini ab omnibus inquinamentis vestris,
    et ab universis idolis vestris mundabo vos.
    26 Et dabo vobis cor novum,
    et spiritum novum ponam in medio vestri :
    et auferam cor lapideum de carne vestra,
    et dabo vobis cor carneum.
    27 Et spiritum meum ponam in medio vestri :
    et faciam ut in præceptis meis ambuletis,
    et judicia mea custodiatis et operemini.

    dum2.jpeg

    • Sur l'évangile de ce jour, voir ici.

    Enregistrer

  • Promotion officielle de la débauche

    Surtout pour les mineurs, et plus encore pour les moins de 15 ans, "dont 20% sont déjà entrés dans la sexualité". Le jargon fait partie de la perversion.

    6a00d83451619c69e201b7c8e53e99970b-pi.png

  • La vraie Europe

    La France et le Royaume-Uni ont signé un accord pour le lancement d’un projet de missiles avec le groupe MBDA.

    L'accord a été signé à Londres en présence de Harriett Baldwin, ministre britannique des acquisitions de défense, et Laurent Collet-Billon, directeur général de l'armement (DGA).

    Financé à parts égales par la France et le Royaume-Uni, le programme de Futur missile antinavire/Futur missile de croisière (FMAN/FMC) « est un nouvel exemple du travail en commun dans le cadre du traité de Lancaster House », indique un communiqué du ministère britannique de la Défense (MoD).

    (MBDA est une coentreprise d'Airbus Group, du britannique BAE Systems et de l'italien Leonardo (ex-Finmeccanica.

  • Eux ils peuvent

    new-one-pound-coin-n.jpg

    La Monnaie royale britannique annonce la mise en circulation d’une nouvelle pièce d’une livre, la première depuis 30 ans.

  • Macron : le n’importe quoi permanent

    Emmanuel Macron dit vraiment n’importe quoi en permanence. Pour donner un exemple de dépassement du clivage droite-gauche il dit :

    Lorsque des progressistes ont voulu mener le combat, pour la liberté de conscience et pour la laïcité, pour voter cette belle loi de 1905 séparant l'Eglise et l'Etat, il a fallu des femmes et des hommes de gauche et de droite.

    Comme tout laïcard totalitaire, il qualifie de « belle », évidemment, la loi de persécution (et de vol) contre l’Eglise.

    Bien sûr le politiquement correct exige de dire « des femmes et des hommes ». Mais il n’y avait pas de femmes à la Chambre des députés en 1905. (Elles n'avaient pas le droit de vote...)

    Il n’a donc pas « fallu » des femmes. Et il n’a pas davantage « fallu » des hommes de droite.

    Il n’y a guère eu quelques très rares députés de « droite » à voter cette loi, et en tout état de cause la gauche n’avait pas besoin d’eux. La gauche avait 338 députés et la « droite » 251. La loi a été adoptée par 341 voix contre 233.

  • Mardi de la quatrième semaine de carême

    Il y a trois fois le nom de Moïse dans la première lecture de la messe de ce jour, et trois fois aussi dans l’évangile. Dans la première lecture, Dieu parle deux fois à Moïse après lui avoir donné la Loi sur le Sinaï, et Moïse répond par une prière pour demander à Dieu de ne pas anéantir le peuple qui s’est mis à adorer le veau d’or. Dans l’évangile, Jésus parle trois fois de Moïse qui a donné la Loi : « et aucun de vous n’accomplit la Loi »…

    Le seul qui accomplit la Loi, c’est Jésus. Il va l’accomplir dans sa passion, sa mort et sa résurrection. Moïse avait sauvé le peuple de l’anéantissement pour qu’il puisse continuer vers la terre promise. Jésus sauve les hommes pour leur donner la vie éternelle.

    Moïse est le personnage central dans les répons des matines de cette semaine, puisque la lecture biblique est celle de l’Exode. Pourtant le premier répons de ce jour n’évoque pas Moïse. Il nous plonge tout à coup dans la Passion. A partir de la phrase de Jésus qui suit immédiatement celle que j’ai citée : « Pourquoi cherchez-vous à me faire mourir ? ». Le répons met cette question en relation avec les propos de Jésus lors de la fête de la Dédicace, quand les Juifs veulent le lapider, et devant Anne lors de son premier interrogatoire.

    ℟. Pourquoi cherchez-vous à me faire mourir, moi qui vous ai dit la vérité ? Si j’ai mal parlé, rends témoignage du mal, mais si j’ai bien parlé, pourquoi me frappes-tu ? ℣. J’ai fait devant vous beaucoup d’œuvres bonnes, pour laquelle de ces œuvres voulez-vous me faire mourir ? ℟. Si j’ai mal parlé, rends témoignage du mal, mais si j’ai bien parlé, pourquoi me frappes-tu ?