Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal

  • Ukraine

    Les Ukrainiens ont bombardé hier des immeubles résidentiels de Tolmak, dans la région de Zaporojié, à l’aide de lance-roquettes multiples.

    Il y a eu dix morts, dont trois enfants, et vingt blessés.

    Tomak ayant été pris par les Russes en 2022, et ne se trouvant pas dans le Donbass disputé, la ville est indiscutablement considérée comme pleinement ukrainienne par les Ukrainiens : ils tuent donc ouvertement leurs concitoyens.

    *

    Lors d’une réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies, hier, le représentant permanent de la Russie auprès de l’ONU a déclaré qu’il n'y avait plus aucun doute quant à l’implication de Kiev dans l’attaque terroriste du Crocus City Hall qui a fait 144 morts. « Les traces des commanditaires ukrainiens sont aujourd’hui évidentes au-delà de tout doute raisonnable », a dit Vassili Nebenzia. Selon les résultats de l’enquête préliminaire, « à cette étape il n’y a plus aucun doute sur le fait que l’Ukraine est impliquée dans cet attentat ». « Des faits irréfutables ont été révélés lors de l’enquête, des faits qui témoignent de la trace ukrainienne dans cet attentat, des liens entre les terroristes et les renseignements ukrainiens », a insisté Nebenzia. Celui-ci est alors revenu sur les instructions qu’auraient reçues les terroristes : à savoir se rendre dans la région de Briansk frontalière de l’Ukraine, incendier leurs véhicules dans une forêt, et en informer leurs commanditaires qui devaient alors les faire passer du côté ukrainien de la frontière. « Le même modus operandi avait été appliqué lors des assassinats de Daria Douguina et de Vladlen Tatarski », a-t-il déclaré, avant d’évoquer l’analyse faite par les enquêteurs des données des téléphones des terroristes. « Là aussi la trace des renseignements ukrainiens est évidente », a déclaré Nebenzia, avant d’évoquer des versements « notamment en cryptomonnaie, provenant d’Ukraine ».

  • Folies allemandes

    Le Bundestag a adopté hier la loi d’autodétermination de genre, qui permet de changer de « genre » et de prénom sur simple déclaration, dès l’âge de 14 ans.

    Selon le ministre de la famille, 14 ans est l’âge approprié car c’est l’âge à partir duquel on peut choisir sa religion : « C'est donc simplement conforme à la logique de la législation allemande. »

    L’Allemagne dépasse ainsi l’Espagne dans la folie LGBT, puisque la récente loi espagnole équivalente ne permet le mensonge sexuel officiel qu’à partir de 16 ans.

  • Leurs valeurs jusqu’au délire

    La commune d’Orléans annonce qu’elle a décidé d’exclure des Fêtes de Jeanne d’Arc l’un des adolescents qui avait été choisis pour être l’un des deux pages de la Jeanne 2024.

    Motif : « Il est avéré que l’adolescent a participé à la diffusion d’idées contraires aux valeurs de la République. »

    De fait, il a reconnu avoir participé à des manifestations de l’Action française. Donc royalistes. Ce qui est contraire non seulement aux valeurs de la République mais aussi « à l’esprit des Fêtes de Jeanne d’Arc »…

    Quand on en est à ce point, il est inutile de rappeler que la mission de Jeanne d’Arc était de faire couronner le roi de France. Elle était non seulement royaliste mais terriblement xénophobe... On suppose que la prochaine jeune femme à représenter Jeanne d’Arc devra être « transgenre », afin de représenter conformément aux valeurs de la République une femme habillée en homme.

  • Saint Herménégilde

    martirio-de-santo-hermenegildo.jpg

    Le martyre de « saint Emergilde roi », par Juan Ramirez, vers 1515.

    Martyrologe romain :

    A Séville, en Espagne, saint Herménégilde, fils de Léovigilde, roi arien des Visigoths. Jeté en prison pour avoir confessé la Foi Catholique, il refusa, aux solennités de Pâques, de recevoir la communion des mains d'un évêque arien et, par ordre d'un père perfide, il eut la tête fendue d'un coup de hache. Ainsi en perdant une couronne terrestre, il obtint, roi et martyr, le royaume des cieux.

    Saint Grégoire le Grand, qui était un ami de saint Léandre, l’évêque de Séville qui avait converti Herménégilde, en dit plus.

    L’oraison de sa fête est une de celles qui ont été bannies de la néo-liturgie pour non-compatibilité absolue avec l’esprit du temps. (Et la mention de saint Herménégilde elle-même a été supprimée du calendrier romain universel.)

    Deus, qui beátum Hermenegíldum Mártyrem tuum cælésti regno terrénum postpónere docuísti : da, quǽsumus, nobis ; ejus exémplo cadúca despícere atque ætérna sectári.

    Dieu, qui avez appris au bienheureux Herménégilde, votre Martyr, à mettre la royauté terrestre au-dessous de la royauté du ciel, accordez-nous, nous vous en supplions, de mépriser à son exemple les biens périssables, et de rechercher les biens éternels.

  • La honte

    L’ambassadeur de France à Moscou Pierre Lévy a été convoqué au ministère russe des Affaires étrangères suite au propos du petit gay d’Orsay :

    « Ce n'est pas aujourd'hui notre intérêt de discuter avec les responsables russes puisque les communiqués qui sortent, les comptes rendus qui en sont faits sont mensongers. »

    Dans un communiqué, le ministère russe déclare :

    « L'ambassadeur de France a été réprimandé pour avoir fait de telles déclarations, qui n'ont rien à voir avec la situation réelle. Nous considérons les déclarations du ministre français des Affaires étrangères comme une action consciente et délibérée de la partie française visant à saper toute possibilité de dialogue entre les deux pays. »

    Le petit gay d’Orsay avait ajouté : « Il faut peut-être (…) surtout avoir une évolution sur le terrain militaire en Ukraine pour que les relations puissent se renouer. Ce n'est pas le cas encore aujourd'hui. » S’il faut attendre que les Russes perdent en Ukraine pour que les relations « puissent se renouer », cela ne se fera donc jamais. Heureusement le petit gay d’Orsay n’est qu’un très éphémère grotesque représentant de ce qui fut la diplomatie française.

  • Folies estoniennes

    Le ministre estonien de la Sécurité intérieure, Lauri Läänemet, lance le processus de reconnaissance de l’Eglise orthodoxe russe comme « organisation terroriste ». Il va faire voter par le Parlement une proposition visant à déclarer officiellement l'Église orthodoxe russe organisation terroriste, puis il pourra saisir la justice afin de mettre un terme aux activités de ces terroristes en Estonie.

    Interrogé sur le sujet, Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin, a répondu :

    Nous ne voulons rien penser de telles déclarations. En tout cas, la déclaration de ce monsieur peut difficilement être qualifiée de très brillante.

    Maria Zakharova a été plus directe :

    Tous les signes de maladie mentale sont présents.

    L’Eglise orthodoxe russe a deux évêchés et 31 paroisses en Estonie : quelque 170.000 fidèles qui vont devenir ipso facto « terroristes ».

    Quant à l’Eglise orthodoxe russe, qui compte environ 140 millions de fidèles, elle va devenir de très loin la plus grande organisation terroriste du monde… En effet, la maladie mentale du ministre estonien est patente. Malheureusement elle affecte à des degrés divers nombre de dirigeants occidentaux...

  • Obsédés

    Le « scellement » dans la Constitution française du droit au meurtre de l’enfant à naître a donné aussitôt l’idée à des eurodéputés d’inscrire ce droit à l’assassinat des plus innocents dans la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne.

    Le vote a eu lieu hier au Parlement européen. Ce qui était impensable il y a seulement quelques années est devenu une nécessité : la résolution a été adoptée par une large majorité de 336 voix, contre 163 et 39 abstentions.

    Le Salon Beige constate que le seul député Reconquête, Nicolas Bay, a voté contre, comme presque tous les membres du groupe ECR présents (Polonais du PiS, Frères d’Italie, Tchèques de l’ODS, Démocrates de Suède…). Alors que la majorité du groupe ID (AfD, Liga…) a voté contre, le RN s’est abstenu. Quant aux députés LR ils sont sortis juste avant le vote (sauf Laurence Saillet qui est restée pour voter pour)…

    Cette résolution, comme la plupart de celles qui sont votées à jet continu par le Parlement européen, n’a aucune chance d’aboutir à court terme. Mais comme les autres résolutions « sociétales », elle fait « avancer » la cause, et l’on voit bien que l’évolution de la situation (avec l’Irlande qui a complètement versé dans la culture de mort, la Pologne qui débat de la question, etc.) laisse entendre que le jour où le droit à l’avortement sera un droit de l’UE n’est en fait pas si éloigné.

  • Ad cenam Agni providi

    L'hymne des vêpres au temps pascal, par les moines d'En Calcat en 1961. (Cela commence par le répons Surrexit Dominus vere, l'hymne commence à 1'05. Les strophes 1, 4, 5, 7 et 8 sont chantées.) Traduction de Bossuet.

    Ad cenam Agni próvidi,
    Et stolis albis cándidi,
    Post tránsitum maris Rubri
    Christo canámus Príncipi.

    Après avoir passé la mer Rouge, allons, revêtus d'habits blancs, au festin de l'Agneau, et chantons les louanges de Jésus-Christ notre Roi.

    Cujus corpus sanctíssimum
    In ara crucis tórridum,
    Cruóre ejus róseo
    Gustándo vívimus Deo.

    Son saint corps a été dans les souffrances; comme dans un feu, sur l'autel de la croix : en goûtant le sang qui en est sorti, nous vivons pour Dieu.

    Protécti paschæ véspere
    A devastánte Angelo,
    Erépti de duríssimo
    Pharaónis império.

    Par ce sang nous avons été délivrés de l'ange exterminateur au soir de la Pâque, et nous avons été affranchis de la rigoureuse tyrannie de Pharaon.

    Jam pascha nostrum Christus est,
    Qui immolátus agnus est :
    Sinceritátis ázyma
    Caro ejus obláta est.

    Ainsi Jésus-Christ est notre Pâque, c'est l'Agneau qui a été immolé pour notre salut; sa chair offerte pour nous est le vrai pain sans levain, et l'azyme de sincérité dont nous devons nous nourrir.

    O vere digna hóstia,
    Per quam fracta sunt tártara,
    Redémpta plebs captiváta,
    Réddita vitæ prǽmia.

    O victime d'un prix infini, par vous les portes de l'enfer ont été brisées, les captifs ont été rachetés, et la vie a été rendue aux morts.

    Consúrgit Christus túmulo,
    Victor redit de bárathro,
    Tyránnum trudens vínculo
    Et Paradísum réserans.

    Jésus-Christ ressuscite du tombeau, il revient victorieux de l'enfer : il a enchaîné le tyran, et il a ouvert le paradis.

    Quǽsumus, Auctor ómnium,
    In hoc pascháli gáudio,
    Ab omni mortis ímpetu
    Tuum defénde pópulum.

    O Dieu Créateur de toutes choses, nous vous prions, dans cette joie sainte que nous donne la solennité de Pâques, de défendre votre peuple contre toutes les attaques de la mort.

    Glória tibi Dómine,
    Qui surrexísti a mórtuis,
    cum Patre et almo Spíritu,
    in sempitérna sǽcula. Amen.

    Gloire vous soit rendue, ô Seigneur, qui êtes ressuscité d'entre les morts : et soyez honoré avec le Père et le Saint-Esprit dans toute l'éternité. Ainsi soit-il.

  • La persécution

    Le 5 avril dernier :

    - Le tribunal a prolongé de deux mois l'assignation à résidence du métropolite Théodose de Tcherkassy. Il n’avait qu’à pas envoyer une vidéo à l’ONU pour se plaindre des persécutions…

    - Doumenko, le chef de l’Eglise du pouvoir, est lauréat du prix Ogienko pour sa contribution à la paix interconfessionnelle. Sic.

    - La Commission d’éthique des médias (sic) a bloqué les sites web couvrant les activités de l’Eglise orthodoxe ukrainienne. Dont le site de l’Union des journalistes orthodoxes. Mais il est toujours accessible depuis la France.

    - Le même jour, la justice a décidé le maintien en détention de l’archiprêtre et journaliste Sergueï Tchertiline, l’un des principaux responsables de la rédaction du site.

    *

    29_main-v1712670275.jpg

    Le 9 avril, le Musée national d’histoire de l’Ukraine a lancé une collecte de fonds pour démolir l’église de la Dîme, qui se trouve sur son territoire depuis sa construction par les fidèles, en 2006, à l’emplacement de la première cathédrale de Kiev.

    Plus de 825.000 hryvnias ont été collectés en 24 heures, alors que 770.000 étaient demandés. Ce qui indique le degré de haine envers l’Eglise orthodoxe ukrainienne de la part d’un grand nombre d’Ukrainiens néonazis. Les représentants du musée déclarent qu’« il sera très symbolique d'achever cette collecte de déchets avant Pâques ».

    L’historien Konstantin Bondarenko explique : « L'église a été construite en violation de certaines normes, mais il n'en reste pas moins que tout cela est l'un des éléments de la persécution de l’Eglise orthodoxe ukrainienne. Je suis plus que certain que si cette église appartenait aux gréco-catholiques, aux catholiques romains ou à l'Eglise orthodoxe d’Ukraine, personne n'aurait soulevé la question d'un quelconque démantèlement. »

    *

    Lors de sa première réunion de 2024, hier, le saint synode de l’Eglise orthodoxe ukrainienne a élu deux nouveaux évêques vicaires pour les éparchies de Kiev et d’Odessa, a décidé la création de deux nouveaux monastères dans les diocèses de Kharkov et de Moukatchevo, a approuvé de nouveaux offices liturgiques pour le martyr Daniel de Tcherkassy, Etienne Ier roi de Hongrie, saint Silvestre évêque de Kaniv et le prêtre martyr Alexandre Glagolev.

    Le synode a également décidé d’informer les autres Eglises orthodoxes et la communauté internationale de la violation des droits des croyants et des organisations de l’Eglise orthodoxe ukrainienne, et a exhorté les députés à ne pas voter la loi destinée à interdire l’Eglise.

    *

    2021-09-26.jpg

    L’administration militaire de ce qui reste de la région de Donetsk sous le contrôle de Kiev fait savoir qu’il est impossible à l’heure actuelle de « transférer » la laure de Sviatogorsk à l’Eglise du pouvoir, parce qu’elle « ne dispose d'aucune base juridique permettant l'aliénation forcée de la propriété de la Laure ». C’est pourquoi, ajoute l’administration, il faut voter la loi interdisant l’Eglise orthodoxe ukrainienne : « L'entrée en vigueur de cette loi fournira des bases légales pour interdire les activités des organisations religieuses susmentionnées et l'aliénation de leurs biens en faveur de l'État sur le territoire de l'Ukraine. »

    *

    Le chef de l’Eglise du pouvoir, Doumenko, aujourd’hui au Conseil œcuménique des Eglises : En Ukraine, toutes les religions sont « en faveur » de la loi visant à interdire l’Eglise orthodoxe ukrainienne.

    *

    L’association « Réparer ensemble » annonce qu’elle est prête à démolir gratuitement l’église de la Dîme : « Que les dons collectés aillent à l'Armée ukrainienne, et nous serons payés par le plaisir d'accomplir le devoir civique de préserver le patrimoine culturel et de nettoyer Kiev des branches du FSB. »

  • Europe droguée

    De Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, sur son fil Telegram :

    En Europe, la consommation de drogues monte en flèche. Le beau « jardin » est inondé de toutes sortes de substances toxiques : de l'herbe légère à l'héroïne lourde et à la méthamphétamine.

    C'est ce que montre le rapport 2023 de l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies. 88 villes et 24 pays de l'Union européenne ont été étudiés. Des traces de tous les types de drogues étudiés ont été trouvées dans presque toutes (!) les villes.

    La marijuana est vraisemblablement la drogue la plus répandue en Europe. En 2023, selon l'étude, des dizaines de millions d'Européens âgés de 15 à 64 ans en consommaient. Environ 4 millions de personnes fument de la marijuana chaque jour.

    La cocaïne est la deuxième drogue la plus consommée dans « l'Europe libre », avec près de 2,5 millions de personnes (âgées de 15 à 34 ans) qui en consommaient en 2023. Il ne s'agit là que des personnes avérées, et aucun institut ne peut estimer le nombre de personnes qui se trouvent « dans l'ombre ».

    La cocaïne reste très populaire dans les villes d'Europe occidentale et méridionale, en particulier en Belgique, aux Pays-Bas et en Espagne. En 2022, 110 tonnes de « poudre blanche » ont été saisies dans la seule ville belge d'Anvers, et les saisies augmentent chaque année, selon le rapport.

    Les niveaux les plus élevés de consommation d'amphétamines ont été enregistrés en Suède, en Belgique, en Finlande, en Allemagne et aux Pays-Bas.

    En outre, les eaux usées de Belgique, de France, d'Allemagne, des Pays-Bas et d'Espagne contenaient la plus grande quantité d'ecstasy. À Anvers, les chiffres sont effrayants : 318 milligrammes par jour et par millier d'habitants.

    Les données sont désolantes : le nombre de personnes consommant des drogues et leurs dérivés augmente inexorablement en Europe.

    Un ambassadeur d'Europe occidentale a réagi à ma remarque « Comment pouvez-vous soutenir un toxicomane comme Zelensky ? » en disant sincèrement : « Dans l'UE, c'est pratiquement la norme pour les hommes politiques. »

    *

    Et aussi de Maria Zakharova :

    M. Borrell a déclaré que l'élection présidentielle russe qui s'est tenue du 15 au 17 mars n'avait pas respecté les normes démocratiques et l'a qualifiée d'"ironie".

    Je garderais le silence sur l'ironie, les normes et la démocratie.

    La véritable et très amère ironie, ce sont les sanctions imposées par l'Union européenne sur la base des dénonciations américaines, la destruction de sa propre économie et le vol des actifs russes. Et la conception même de la Commission européenne est une norme ironique de comportement antidémocratique.

    (C’était le début de l’allocution du débris Borrell hier devant le Parlement européen en assemblée plénière : « As you know very well, the Russian presidential elections held on 15-17 March met no democratic standards (…). So, to call that “elections” is an irony. » Le discours n’existe qu’en anglais, bien que le français soit toujours en théorie « langue officielle et langue de travail » dans l’UE.)