Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal

  • 3e dimanche de l’Avent

    Offertoire, par une « cappella gregoriana » non identifiée…

    Ce chant de reconnaissance est fort bien amené dans le cadre liturgique par l'Evangile qui vient d'être lu. Saint Jean-Baptiste dit aux Juifs : « Au milieu de vous se tient celui qui doit venir après moi. » C'est la présentation officielle, si l'on peut dire, du Christ à ceux qui l'attendaient, à l'Eglise qui l'attend toujours plus dans la grâce et dans la gloire. Celle-ci répond par un chant d'action de grâces pour la Rédemption qui vient. Le Seigneur a béni sa terre car elle a donné son fruit merveilleux ; la nature humaine du Christ et tous les membres de son Corps mystique. Il a fait cesser la captivité des hommes qui étaient sous le joug de Satan. Il a pardonné les péchés de toute la race.

    (…)

    Trois phrases en progression ascendante. La première, à part une échappée sur Domine, se tient autour de la tonique mi du IVe mode. La seconde, par une modulation sur avertisti, s'établit dès le début sur la dominante la du Ier mode et s'achève, par une nouvelle modulation sur la tonique sol du VIIIe mode. La troisième, partant de cette modulation acquise, pose sa teneur sur la dominante do et s'y maintient jusqu'à ce que le dernier mot la fasse redescendre pour finir vers la tonique du mode initial de mi.

    Cette progression, malgré ce qu'elle a de technique, est à signaler parce qu'elle met dans un relief saisissant l'intérêt croissant de l'idée : bénédiction, libération, rédemption, en l'enveloppant dans une expression de joyeuse gratitude qui monte, elle aussi, avec la grandeur du bienfait reçu.

    Dom Ludovic Baron

    Cette année, l’Avent est tellement court qu’il n’a pas de quatrième dimanche : ce sera la Vigile de Noël. De ce fait, c’est dès ce 3e dimanche que commencent les grandes antiennes O :

    O Sapiéntia, quæ ex ore Altíssimi prodiísti, attíngens a fine usque ad finem, fórtiter suavitérque dispónens ómnia : veni ad docéndum nos viam prudéntiæ.

    O Sagesse, qui êtes sortie de la bouche du Très-Haut, atteignant d’une extrémité à une autre extrémité, et disposant toutes choses avec force et douceur : venez pour nous enseigner la voie de la prudence.

    Par CantArte Regensburg :

  • Taxer la viande…

    Le réseau FAIRR publie un « rapport », répercuté par ses caisses de résonance mondiales, notamment européennes, dans lequel il préconise de taxer la viande pour sauver la planète, et précise que c’est nécessaire si l’on veut atteindre les objectifs de l’accord de Paris. C’est ce qu’on appelle une « taxe comportementale », une sorte d’amende frappant ceux qui se comportent mal envers la planète, en l’occurrence les salopards de carnivores.

    Extraits de l’article d’Euractiv :

    Les taxes comportementales sont de plus en plus communes. Ces dernières années, 16 pays ont adopté une taxe sur le sucre. Les dégâts que cause l’industrie de la viande sur notre santé et notre environnement l’exposent à des taxes similaires. Il est de plus en plus probable que nous voyions l’idée d’une taxe sur la viande devenir une réalité.

    Si les politiques veulent couvrir le coût réel des épidémies animales comme la grippe aviaire ou les maladies humaines comme l’obésité, le diabète ou les cancers, tout en s’attaquant au double défi du changement climatique et de la résistance aux antibiotiques, alors arrêter de subventionner l’industrie de la viande et commencer à la taxer semble inévitable.

    Le rapport du FAIRR cite une recherche de l’université d’Oxford, qui révèle qu’éliminer complètement la viande des régimes alimentaires mondiaux permettrait d’économiser 1.600 milliards de dollars en coûts liés à la santé et l’environnement d’ici à 2050. Un changement rapide vers des régimes alimentaires végétariens et équilibrés permettrait d’économiser plus de 500 milliards d’euros liés aux dégâts du changement climatique.

    Des pays comme la Suède et le Danemark ont déjà exploré l’idée d’une taxe sur la viande. Copenhague envisageait de mettre en place une taxe de 2,7 dollars par kilogramme.

    Un rapport du think tank Chatham House estime qu’un changement dans les habitudes alimentaires pourrait permettre d’économiser chaque année six gigatonnes de CO2, alors que l’université d’Oxford révèle que des surtaxes de 40 % sur le bœuf et de 20 % sur le lait pourraient compenser les dégâts que ces industries causent sur les populations via le changement climatique.

    Des études soutiennent que si la trajectoire de la consommation de viande et de lait se poursuit, le secteur agricole sera responsable de l’émission de 20 gigatonnes de CO2 par an, alors que la limite établie par l’accord de Paris est de 23 gigatonnes. Ce qui ne laisse plus que 3 gigatonnes d’émissions pour les autres secteurs de l’économie mondiale.

    Durant les négociations climatiques de la COP23 à Bonn, les représentants de FAIRR ont appelé les délégués à « mettre les vaches au même niveau que les voitures » en priorisant les actions de réduction des émissions dans le secteur de l’élevage.

    La viande pour les riches, les patates pour les pauvres, et la moitié de ce qui reste de paysans à la casse ? C’est ça, l’écologie sociale ?

    Au fait, c’est quoi, FAIRR ?

    Ça veut dire : Farm Animal Investment Risk and Return, à savoir : Retour sur investissement et risques liés à l’investissement dans le secteur de l’élevage. Il s’agit d’une organisation créée par Jeremy Coller, l’un des grands manitous du secteur du capital-investissement (Coller Capital), qui fait la promotion de l’alimentation végétale en aidant les investisseurs à tirer profit de ce nouveau secteur d’affaires…

  • Kim au sommet

    Capture-Kim-descends-Sacred-Mountain_.jpeg

    La Corée du Nord a publié une série de photos montrant Kim Jong-un au sommet de la « montagne sublime de la révolution », le mont Paektu, 2744 mètres d’altitude. On voit le dictateur dans la neige en chaussures de ville impeccables, sans traces de pas derrière lui…

    Il faisait -20° et le blizzard soufflait, mais le chef bien-aimé a pu « contrôler la météo », disent les médias (comme le faisait déjà son père). « Quand Kim Jong-un est monté au sommet, traversant une épaisse couche de neige, nous voyons un beau temps sans précédent dans le blizzard de l’hiver de décembre, exposant sa majestueuse silhouette. » Le temps a brusquement changé parce que la montagne voulait « accueillir chaleureusement Kim Jong-un » et « faire preuve de joie à l’apparition de l’illustre commandant qui contrôle la nature. »

    C’était pour célébrer le lancement du missile balistique le 29 novembre :

    « Debout de façon imposante sur le pic de Janggun, le vénérable Leader suprême jette un regard familier pendant un certain temps sur les falaises vertigineuses et la mer d’arbres, rappelant les jours chargés d’émotion où il a réalisé la grande cause historique de l’achèvement de la force nucléaire de l’État sans même céder un instant et avec la foi indomptable et la volonté de Paektu. »

    C’est au sommet de Paektu qu’est né Kim Jong-il, le père de Kim Jong-un et « secrétaire général éternel du parti », au milieu d’une terrifiante tempête. Mais l’hiver s’était aussitôt transformé en printemps, et une étoile illuminait le ciel orné d’un double arc-en-ciel. En revanche, à la mort de Kim Jong-il, d’énormes blocs de glace se sont détachés du mont Paektu dans un fracas terrifiant, dans une gigantesque tempête de neige.

    Ce serait amusant, s’il ne s’agissait de la plus implacable et sanglante dictature de la planète, où le peuple meurt de faim et où toute autre religion que ce délire est interdite.

  • En Autriche

    Hier, après 52 jours de négociations, Sebastian Kurz (ÖVP) et le parti de la liberté (FPÖ) ont annoncé avoir conclu un accord de gouvernement. La ratification officielle doit avoir lieu aujourd’hui, et le gouvernement devrait être investi lundi par le président Van der Bellen. Sebastian Kurz deviendra alors chancelier, et le plus jeune dirigeant de la planète (31 ans).

    Le chef du FPÖ Heinz-Christian Strache a déclaré que cet accord reprenait plus de 50% du programme de son parti (mais il est vrai que sur l'immigration l'ÖVP avait quasiment repris les positions du FPÖ...).

    Selon diverses sources, le FPÖ aurait obtenu plusieurs ministères régaliens dont l'Intérieur et les Affaires étrangères, deux portefeuilles qu’il n’avait pas lors de la première coalition avec l’ÖVP, quand l’Autriche avait été punie par des sanctions européennes et mise au ban du monde civilisé. Or cette fois on ne devrait entendre, dans le pire des cas, que quelques remontrances feutrées…

    La seule réforme qui a été officiellement annoncée (parce que c’était une pierre d’achoppement dans les négociations) est que l’interdiction de fumer dans les bars et restaurants, qui devait entrer en vigueur en mai prochain, est annulée.

    Addendum
    Le FPÖ obtient aussi le ministère de la Défense. Heinz-Christian Strache est vice-chancelier et ministre de la Fonction publique et des sports. Le FPÖ a dû accepter qu'il n'y ait pas de référendum sur la sortie du pays de l'UE (mais ce serait certainement prématuré lors de cette législature).

  • "Un nouveau revers pour Donald Trump"

    C’est bien sûr ce que la presse souligne. En fait il s’agit d’une misérable petite provocation immorale d’une juge fédérale de Pennsylvanie. Wendy Beetlestone a pris une injonction de suspension temporaire du décret de Donald Trump qui annulait la disposition de l’Obamacare obligeant les employeurs à prendre en charge des moyens de contraception dans la couverture santé de leurs salariés.

    Il est évident que le gouvernement va faire appel de ce jugement. Mais, en attendant, le décret est suspendu sur tout le territoire des Etats-Unis, et les employeurs sont donc théoriquement de nouveau obligés de garantir les contraceptifs.

    Donald Trump a déjà nommé près de 60 nouveaux juges fédéraux. Mais Wendy Beetlestone a été nommée au district est de Pennsylvanie par Obama en 2014…

  • Des musulmans contre la mosquée…

    Dans le contexte de réislamisation ottomane de la Turquie il avait été décidé de transformer la magnifique église Saint Sophie de Trabzon en mosquée (cette église du XIIIe siècle avait déjà été transformée en mosquée au XVIe siècle, puis en musée en 1964).

    Ce qui fut fait en 2013.

    Le résultat : chute brutale du nombre de touristes, puisqu’on ne pouvait plus y entrer et que de toute façon les fresques et mosaïques avaient été recouvertes.

    D’où la colère des commerçants. Musulmans, puisque la ville, Trébizonde, ancienne capitale du Pont, qui était à majorité chrétienne, est entièrement musulmane depuis le génocide. Et les commerçants ont tellement manifesté et protesté que les autorités locales ont décidé la réouverture de la « mosquée » aux touristes. Les mosaïques vont redevenir visibles, et les fresques (du moins celles qui n’ont pas été entièrement détruites) seront restaurées. Tout en restant officiellement mosquée, l’église va redevenir musée…

  • Sinistre crèche

    La crèche de Noël du Vatican est sinistre, à l’image de l’occupant des lieux. Ainsi l’a voulue François : une crèche napolitaine qui mette en scène les œuvres de miséricorde. Il y a donc un cadavre qu’on met au tombeau, un homme nu qu’il faut vêtir, un homme blessé qu’il faut soigner… Tout est dispersé, tout est vide, il n’y a aucune âme. Telle est la miséricorde officielle de ce temps. De la froideur d’une idéologie sans incarnation.

    Screenshot-2017-12-16 10 12 2017 Natale 2017 - Presepe e albero a piazza San Pietro - Città del Vaticano ( Roma ) - YouTube.png

    Screenshot-2017-12-16 10 12 2017 Natale 2017 - Presepe e albero a piazza San Pietro - Città del Vaticano ( Roma ) - YouTube(1).jpg

    Screenshot-2017-12-16 10 12 2017 Natale 2017 - Presepe e albero a piazza San Pietro - Città del Vaticano ( Roma ) - YouTube(2).jpg

    Screenshot-2017-12-16 10 12 2017 Natale 2017 - Presepe e albero a piazza San Pietro - Città del Vaticano ( Roma ) - YouTube(3).jpg

    Screenshot-2017-12-16 10 12 2017 Natale 2017 - Presepe e albero a piazza San Pietro - Città del Vaticano ( Roma ) - YouTube(4).jpg

    Screenshot-2017-12-16 10 12 2017 Natale 2017 - Presepe e albero a piazza San Pietro - Città del Vaticano ( Roma ) - YouTube(1).png

     

    Screenshot-2017-12-16 10 12 2017 Natale 2017 - Presepe e albero a piazza San Pietro - Città del Vaticano ( Roma ) - YouTube(6).jpg

    Screenshot-2017-12-16 10 12 2017 Natale 2017 - Presepe e albero a piazza San Pietro - Città del Vaticano ( Roma ) - YouTube(7).jpg

    Screenshot-2017-12-16 10 12 2017 Natale 2017 - Presepe e albero a piazza San Pietro - Città del Vaticano ( Roma ) - YouTube(8).jpg

  • Saint Eusèbe de Verceil

    dtc_eusebe_de_verceil_1.jpg

    dtc_eusebe_de_verceil_2.jpg

  • Trafic de fœtus, suite

    Lu sur Gènéthique :

    Mises en cause dans les vidéos du Center for medical progress, qui dénonçaient lors de l’été 2015 le trafic d’organes de fœtus avortés réalisé par le Planning familial américain, deux sociétés californiennes ont fait l’objet d’une enquête et viennent d’être condamnées par le comté d’Orange. DV Biologics et DaVinci Biosciences, clientes du Planned Parenthood, ont illégalement vendu des tissus et organes de fœtus avortés, triplant leur chiffre d’affaires entre 2009 et 2011.

    Les deux entreprises ont entre 60 et 120 jours pour cesser toute activité sur le sol californien et reconnaître leur responsabilité pénale dans la vente illégale de tissus et cellules de fœtus. Elles devront verser 7,8 millions de dollars en échange de l’abandon des poursuites à leur encontre. Cette somme représente les profits réalisés sur leurs activités illégales.

    David Daleiden, à l’initiative de l’enquête du Center for medical progress, s’est félicité de ce dénouement. Il appelle désormais le procureur à enquêter sur le rôle du Planning familial américain dans l’opération.

    D'autre part, le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête sur les profits réalisés par le Planning familial par les ventes d'organes.

  • Euthanasie à l’italienne

    Les sénateurs italiens ont adopté (définitivement) par 180 voix contre 71 la loi sur le « testament biologique ». C’est une sorte de loi Leonetti aggravée. On y trouve la « sédation profonde et continue provoquant une altération de la conscience, jusqu’au moment du décès », et l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation, qui peut être non seulement décidé par les médecins mais demandé par « toute personne majeure en fin de vie ».