Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal

  • Italie

    Quelque trois millions d’électeurs étaient appelés aux urnes hier pour le second tour d’élections municipales. La Ligue, avec ses alliés (Forza Italia et Frères d’Italie) a remporté une victoire éclatante, qualifiée d’historique par Matteo Salvini. Elle a en effet gagné d’importants fiefs de gauche comme Sienne, Pise et Massa, et l’a emporté sur le M5S à Terni, tandis que le M5S prenait Avellino et Massa. La « Toscane rouge n’existe plus », commente Il Fatto quotidiano.

    Matteo Salvini est aujourd’hui en Libye, avec l’intention d’établir des camps de demandeurs d’asile au sud du pays…

  • Le racisme de Harvard

    La « discrimination positive » est un racisme très orienté. Tellement orienté que les Américains asiatiques recalés à l’entrée de Harvard alors qu’ils étaient plus compétents que la majorité des étudiants admis, ont porté plainte. Naturellement la direction de Harvard rejette l’accusation. Mais les avocats des plaignants ont épluché les statistiques entre 2010 et 2015 et le résultat est éloquent : pour les asiatiques se situant dans le décile supérieur des compétences académiques, seulement 13,4 % des asiatiques sont admis, comparativement à 18,5 % des blancs, 35% des hispaniques, et 58% des noirs…

    20180623_USC932_0-1.png

    Dit autrement, un asiatique ayant les qualifications nécessaires pour avoir 25% de chances d’être admis à Harvard aurait 36% de chances s’il était blanc, 77% s’il était hispanique, 95% s’il était noir.

    Un rapport interne de Harvard est arrivé aux mêmes conclusions.

  • Une claque à Macron

    Emmanuel Macron avait promis d’être un vrai larbin et accélérateur de l’eurocratie, notamment par la mise en place d’un budget de la zone euro. Le 19 juin dernier, il s’est mis concrètement d’accord sur la question avec la larbine en chef Angela Merkel.

    Mais voilà, patatras. 12 gouvernements ont dénoncé ce projet, dans une lettre au président de l’eurogroupe.

    Et ce qui est remarquable est que ce refus émane du « Bénélux », le noyau même de l’intégration européiste : Belgique, Pays-Bas, Luxembourg.

    Elle a été signée également par l'Autriche, le Danemark, la Suède, l'Irlande, Malte, la Finlande, l'Estonie, la Lituanie et la Lettonie.

    On remarque que les pays du groupe de Visegrád, évidemment opposés eux aussi au projet, ne se sont même pas donnés la peine de signer la lettre…

  • La paix des cimeterres

    Lu dans La Dépêche, journal anticlérical et islamocinglé, bref… « radical » :

    Avec le lâcher de colombes, le mot «paix» restera comme le message principal de l’inauguration de la Grande Mosquée de Toulouse, ce samedi 23 juin, dans le quartier d’Empalot, le premier édifice du culte musulman de cette ampleur avec plus de 2 000 m2 de surface de plancher, un minaret et une coupole dorée visibles depuis le périphérique.

    Pour que «la religion vive dans la dignité», comme s’en réjouit ici Patrick Pignard pour le Département, il faut lui donner sa place. «C’est la seule façon de rendre claire la distinction entre islam et islamisme», a affirmé Jean-Luc Moudenc qui a rappelé l’existence de deux autres projets, à Basso-Cambo et La Faourette.

  • Macron au Vatican

    DgXeMnVW4AAQxM3.jpg

    Emmanuel Macron était ce matin en visite officielle au Vatican. Cet après-midi il sera à Saint Jean de Latran, la cathédrale du pape, mère de toutes les églises, pour prendre possession de sa stalle de chanoine… d’honneur.

    Vive la France.

    Addendum

    Je suis allé trop vite. C'est demain.

  • Saint Guillaume de Verceil

    Lettre de Pie XII à l’abbé de Monte Vergine à l’occasion du 8e centenaire de la mort de saint Guillaume.

    Le VIIIe siècle écoulé après la mort bienheureuse de saint Guillaume, abbé, fondateur de l'abbaye et du sanctuaire de Monte Vergine, étant proche de son terme, il semble tout à fait opportun d'entourer d'un souvenir reconnaissant et de célébrer par des solennités religieuses les vertus et les mérites d'un tel homme, ainsi que les faits mémorables de ses moines.

    Dieu qui, au cours des siècles, a orné et ennobli l'Italie bien-aimée d'une si nombreuse postérité de saints, qui l'a faite mère auguste de grands hommes, a suscité Guillaume de Verceil comme un flambeau merveilleux qui, par l'éclat d'une pure doctrine et l'exemple d'une vertu extraordinaire, devait éclairer le peuple chrétien, et spécialement dans les régions méridionales de l'Italie, le ramener à la pureté de la discipline de l'Evangile.

    Issu d'une noble famille, Guillaume, se sentant appelé par la volonté divine à s'occuper de choses plus nobles, quitte, à la fleur de l'âge, sa patrie et sa maison, afin de vivre seul avec Dieu et de pouvoir venir en aide au prochain. Alors que pour mener une vie toute céleste, il s'était retiré dans la solitude du Monte Vergine, bientôt l'éclat de ses remarquables vertus attira sur sa personne les regards et les pensées des habitants du voisinage, et entraîna plusieurs prêtres à s'adonner sous sa direction avec plus d'ardeur au service de Dieu. Aidé par les ressources fournies par des bienfaiteurs, il construisit, sur la montagne, sur les ruines d'un temple païen, une petite église dédiée à la Mère de Dieu. Ensuite, sachant que c'était la volonté de Dieu, il parcourut les régions de l'Italie du Sud pour y répandre l'Evangile du Christ, consolant et secourant par des bienfaits surnaturels les pauvres et les humbles, rappelant les riches et les puissants à la pratique des préceptes évangéliques et devint célèbre par sa réputation de thaumaturge. Il établit plusieurs monastères, parmi lesquels la célèbre abbaye du Saint-Sauveur, et surtout, il jouit d'une grande autorité et faveur à la cour de Roger, roi des Normands.

    Les moines de l'abbaye de Monte Vergine reçurent de leur saint fondateur cet héritage de vertus et de bienfaits et, ayant embrassé la règle de saint Benoît, le transmirent à ceux qui vinrent après eux. A travers les diverses péripéties de huit siècles d'histoire, le nombre de couvents de cette congrégation religieuse s'éleva jusqu'à la centaine et les fils de saint Guillaume, se souvenant de cette maxime Ora et labora (prie et travaille), fournirent de très nombreux témoignages de leur piété et de leur activité, et vinrent en aide par de multiples secours, tant religieux que matériels, aux populations de la basse Italie et de la Sicile.

    En 1807, sous la domination française, toutes les autres maisons de ces moines ayant été supprimées, seule subsista l'abbaye de Monte Vergine, qui devait conserver très religieusement les reliques et les exemples de son fondateur. Léon XIII, la seconde année de son pontificat, réunit d'autorité la famille des moines de l'abbaye de Monte Vergine à la congrégation bénédictine du Mont-Cassin de la primitive observance. Assurément, les nouveaux religieux qui portent, comme les premiers disciples de saint Guillaume, la robe blanche, enflammés de zèle pour les âmes, ont suivi avec entrain les traces des aînés. Mais ces dernières années, par votre action et sous vos auspices, la famille des moines s'est heureusement développée, une nouvelle congrégation diocésaine de Sœurs de Saint-Benoît a été fondée ; un grand orphelinat a été ouvert, plusieurs édifices ont été complètement refaits, des accès plus commodes ont été pratiqués pour venir au sanctuaire, de telle sorte que plusieurs centaines de milliers de pèlerins y sont reçus chaque année, à qui, par l'intercession de la Mère de Dieu, Dieu accorde abondamment, avec la rémission des péchés, les faveurs célestes.

    Nous donc, qui apprécions et recommandons si vivement la contemplation des choses célestes et les travaux apostoliques consacrés au bien et au progrès spirituel des âmes, non seulement Nous approuvons bien volontiers les fêtes et solennités qui vont avoir lieu à l'occasion de ce VIIIe centenaire en l'honneur de saint Guillaume, abbé, Nous les portons à leur comble en y participant avec joie par Notre approbation. Que saint Guillaume, qui, citoyen de la cour céleste, ne brûle pas maintenant d'une charité moindre que celle qui l'enflammait pendant sa vie terrestre, obtienne les dons les plus abondants de la miséricorde divine à ceux qui l'invoqueront et que, protecteur et aide toujours présent de ses fils, il leur accorde de s'enrichir des trésors de la religion et de la piété, de jouir de la paix d'une conscience pure, annonciatrice du bonheur éternel ! Qu'il donne à l'Italie bien-aimée, dont il est le céleste protecteur et un modèle de vertu, de pouvoir ajouter aux antiques gloires de la civilisation chrétienne des gloires nouvelles et plus abondantes et d'être florissante en toute manière.

    Afin que ces solennités religieuses apportent au peuple chrétien une plus grande abondance de biens surnaturels, Nous vous accordons le pouvoir de donner, en Notre nom et en vertu de Notre autorité, au jour fixé, après la célébration de la messe pontificale, la Bénédiction apostolique aux fidèles présents, avec l'indulgence plénière selon les prescriptions de l'Eglise.

    En attendant, puisse la Bénédiction apostolique que Nous accordons très affectueusement dans le Seigneur, à vous, cher fils, à tous vos frères en religion et à tous les autres fidèles de cette abbaye, être la messagère et la médiatrice de dons célestes et le témoignage de Notre particulière affection.

  • Nativité de saint Jean Baptiste

    La Nativité de saint Jean Baptiste est un écho, un pré-écho, de la Nativité du Christ. Le précurseur, purifié dans le sein de sa mère, annonce le Tout Pur (qui l’a purifié dans le sein de sa mère à la Visitation). L’une a lieu au solstice d’été, l’autre au solstice d’hiver. « Il faut qu’il croisse et que je diminue », dit le Baptiste lui-même (Jean 3,30).

    Cet écho se retrouve même sur le plan des mélodies de la messe. Ainsi dans l’introït De ventre matris meae (Depuis le ventre de ma mère le Seigneur m’a appelé) retrouve-t-on, et deux fois de suite pour qu’on le remarque bien, la fin de l’introït de la messe de minuit Dominus dixit (Le Seigneur m’a dit… aujourd’hui je t’ai engendré).

    De ventre.png

    Dominus dixit.png


    podcast(Solesmes 1955)

     

    La mélodie de l’Alélluia, quant à elle, est tout entière celle de l’Alléluia de la messe du jour de Noël. Qui est aussi celle de l’Epiphanie (et de quelques autres fêtes dont deux entre Noël et l’Epiphanie). Et c’est ici la mélodie qui prime : on l’a respectée jusqu’à admettre une césure entre « propheta » et « altisssimi » : « prophète, du Très-Haut ».

     

    Alleluia Tu puer.png

    Et l’antienne de communion est inspirée de la mélodie de l’Alléluia (outre qu'elle soit sur le même texte) et communique donc un écho second de la Noël, qui est un triple écho :

    Comm Tu puer.png

    N.B. Je découvre dans un article de New Liturgical Movement qu'il y avait autrefois trois messes de la Nativité de saint Jean Baptiste, comme les trois messes de Noël. La messe de l'aurore ne fut pas retenue dans le missel de saint Pie V.

  • "Insulte raciste"…

    « Un dirigeant de Netflix a été limogé pour insulte raciste », nous disent les gazettes.

    Il s’agit du principal porte-parole du géant de la diffusion de films et séries télévisées, Jonathan Friedland.

    Qu’a-t-il fait ? Il a utilisé le « n word ». Le mot commençant par n qu’il est strictement interdit d’utiliser : à savoir « nègre ».

    Mais la véritable information est telle qu’elle est donnée par le titre de Fdesouche : Un dirigeant de Netflix limogé pour avoir prononcé le mot interdit aux blancs dans une discussion sur les mots offensants.

    En effet le mot est interdit aux blancs (très exactement aux "non-noirs"), alors que les noirs l’utilisent en permanence, comme on le voit… dans les films de Netflix. Et c’est précisément de quoi il était question : Jonathan Friedland s’exprimait dans le cadre d’une discussion interne « sur les mots offensants dans les comédies ».

    Mais on ne le plaindra pas. En bon petit soldat de la pensée unique, Jonathan Friedland comprend parfaitement qu’on l’ait viré, et il larmoie :

    Je suis infiniment désolé de la détresse que j'ai causée à des gens dans une entreprise que j'aime et où je veux que tout le monde se sente inclus et apprécié.

  • Normal

    On nous bassine (tout un reportage tout à l’heure sur BFM, par exemple) sur la naissance d’un enfant dans le RER, comme si c’était impensable, comme si un enfant qui échappe à l’avortement ne pouvait naître que dans un hôpital, environné de machines et d’une équipe médicale.

    Bien sûr tout s’est bien passé et tout va bien.

    Tout est normal.

    Il s’appelle Mohammed.

  • Réponse du berger à la bergère

    Le magazine Time a fait sa couverture avec un montage photographique montrant Donald Trump façon ogre face à une toute petite fille en pleurs, et a raconté le calvaire de cette petite migrante séparée de ses parents par le monstre de la Maison Blanche. Puis le magazine Time a été obligé de reconnaître que la petite fille n’avait été séparée de sa mère que le temps de la photo.

    Dans le même temps, Donald Trump a reçu à la Maison Blanche des familles d’Américains qui ont perdu un enfant tué par un immigré clandestin :

    « Voilà des citoyens américains qui ont été séparés définitivement de leurs êtres chers. Le mot définitivement doit vous faire réfléchir… Eux, ils ne sont pas séparés juste un jour ou deux. Ces familles l’ont été définitivement parce que certains de leurs membres ont été tués par des criminels étrangers clandestins ! »