Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal

  • De la férie

    Il y a très peu de fêtes ces jours-ci, parce que cette période tombe souvent pendant la semaine sainte ou la semaine de Pâques. Ce jour on fait toutefois mémoire de saint Anicet.

    Les seuls éléments de l’office qui soient propres sont les antiennes du Benedictus et du Magnificat. La première rappelle un propos du Ressuscité aux myrophores, la seconde est un écho de l’évangile de dimanche dernier.

    Ite, nuntiáte * frátribus meis, allelúia: ut eant in Galilǽam, allelúia: ibi me vidébunt, allelúia, allelúia, allelúia.

    Allez, annoncez * à Mes frères, alléluia : qu'ils aillent en Galilée, alléluia : c'est là qu'ils me verront, alléluia, alléluia, alléluia.

    Sicut novit me Pater, * et ego cognósco Patrem, et ánimam meam pono pro óvibus meis, allelúia.

    Comme Mon Père Me connait, * Moi-même Je connais Mon Père et Je donne Ma vie pour Mes brebis, alléluia.

  • Marioupol

    C’était dimanche dernier à Marioupol. Juste pour montrer quelques images d’une population hagarde errant dans les ruines sinistres, écrasée par l’oppression omniprésente de l’occupation russe.

  • La dictature

    Une "National Conservatism Conference" devait être organisée aujourd’hui et demain à Bruxelles, avec notamment Eric Zemmour, Nigel Farage, et Viktor Orban.

    Elle devait d’abord se tenir dans une salle de réception du quartier européen, mais le bourgmestre de Bruxelles avait fait savoir que ce n’était pas une bonne idée. Alors ce devait être au Sofitel de la commune voisine d’Etterbeek, dont le bourgmestre a fait savoir que la direction de l’hôtel avait été « mal informée » de la nature de la chose. Ce matin, la conférence a commencé dans une salle de la commune de Saint-Josse, près du quartier européen. A midi, le bourgmestre, Emir Kir, a pris un arrêté pour l’interdire, et il a fait intervenir la police pour expulser manu militari les centaines de personnes qui y participaient, dont de très nombreux députés européens. « L'extrême droite n'est pas la bienvenue », a précisé le bourgmestre turc.

    « La dernière fois qu'ils ont voulu me faire taire en envoyant la police, c'était en 1988 avec les communistes », a réagi Viktor Orban.

  • Pendant ce temps-là

    Le service de consultation sur la grossesse installé au monastère de la mère de Dieu Hodigitria (qui montre le chemin) de Tcheliabinsk, en Russie, a publié le résumé de son travail pour le premier trimestre de cette année.

    A la suite de 107 consultations, sept femmes ont choisi de poursuivre leur grossesse et de garder leur bébé.

    Le service fait partie du programme caritatif panrusse Sauver une vie, qui a débuté en 2015. Aujourd'hui, il est opérationnel dans 76 villes, aidant les femmes à choisir de garder leur bébé en leur fournissant des informations sur la procédure d'avortement et ses conséquences, ainsi qu'une assistance psychologique et sociale.

    « L'un des principaux facteurs qui poussent les femmes à avorter est le manque de soutien de la part des hommes et de leur entourage. Parfois, une femme subit la pression de ses parents. C'est pourquoi nous aidons les jeunes filles de Tcheliabinsk à faire un choix éclairé, et nous donnons aux futures mères les choses les plus nécessaires pour un nouveau-né », a déclaré Anna Kojevnikova, directrice générale de l'association.

    Au cours des trois premiers mois de l'année, les consultants ont aidé 60 familles en leur fournissant de la nourriture, des vêtements et des médicaments, et ont également distribué quatre poussettes, un siège auto, un trotteur, et payé des traitements médicaux.

    *

    coutroi.jpg

    En Belgique, la russophobie connaît des ratés. A Courtrai, l’archevêque Simon de Bruxelles et de Belgique, représentant de l’Eglise orthodoxe russe dans le pays, a consacré une nouvelle église, dédiée à la Nativité de la Mère de Dieu. La municipalité avait décidé de donner gratuitement cette église abandonnée, après avoir effectué des travaux à ses frais.

    Le diocèse orthodoxe russe de Belgique compte désormais 18 églises et deux monastères.

  • Les sanctions ça marche…

    Les Anglo-américains ont décidé de nouvelles sanctions contre la Russie : interdiction d'importation d'aluminium, de cuivre et de nickel en provenance de Russie.

    « Nous les considérons comme absolument illégales. Et nous pensons que ces sanctions sont en tout cas une arme à double tranchant et qu'elles porteront atteinte aux intérêts de ceux qui les imposent », a déclaré Dmitri Peskov.

    De fait, le prix de l’aluminium a aussitôt grimpé de 5,44%. Ce qui favorise… la Russie. Laquelle n’a pas besoin des Américains et des Anglais, qui représentent respectivement 0,5% et 0,003% de leurs exportations.

    Les plus gros achats d’aluminium et de cuivre russes sont faits par la Chine, la Turquie et l'Allemagne. En ce qui concerne le nickel russe, les principaux importateurs sont la Finlande, la Chine et l'Allemagne.

  • Ils continuent

    Les Américains poursuivent avec persévérance leur entreprise de provocation et de pression anti-russe en se servant des gouvernements à leur botte. Antony Blinken participait hier en Bulgarie à la « deuxième Conférence sur la sécurité de la mer Noire », organisée par les ministères des Affaires étrangères de la Bulgarie et de l’Ukraine.

    « Nos alliés de la mer Noire peuvent compter sur les États-Unis pour rendre la région plus sûre, plus prospère et plus intégrée », a déclaré le secrétaire d’État américain, précisant que les États-Unis travaillent « avec la Bulgarie pour décourager la désinformation étrangère »...

    L’OTAN a déjà annoncé son intention d’étendre sa présence en mer Noire, notamment grâce à une base de 10.000 hommes en Roumanie et une autre de 5.000 hommes en Bulgarie

    « Seules la défaite de la Russie et la restauration de l’intégrité territoriale de l’Ukraine garantiront la stabilité et la paix… La mer Noire doit devenir une mer de l’OTAN, de la paix et de la stabilité », a déclaré le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba.

    Les ministres bulgares par intérim des Affaires étrangères et de la Défense ont dit la même chose. En ajoutant que la Bulgarie prévoit de nouvelles aides militaires à l’Ukraine. Jusqu’au jour où les fantoches de la Bulgarie européo-américaine se feront virer par leur peuple.

  • De la férie

    Il arrive souvent dans le martyrologe romain qu’il y ait, un jour donné, deux mentions de martyrs tués dans une même ville à deux époques différentes, parce qu’on ne sait pas quel jour l’un des deux est mort. Parfois, très rarement, il y a trois fois de suite mention de la même ville, pour divers martyrs. Mais le 16 avril est un record du genre, puisque c’est pas moins de quatre fois de suite qu’est évoquée Saragosse, en latin Caesaraugusta : la ville de César-Auguste, ainsi appelée en 14 avant Jésus-Christ quand elle devint le lieu de résidence des vétérans des guerres cantabriques.

    A Saragosse, en Espagne, l'anniversaire de dix huit saints martyrs: Optat, Luperque, Successe, Martial, Urbain, Julie, Quintilien, Publius, Fronton, Félix, Cécilien, Evence, Primitif, Apodème, et quatre autres appelés Saturnin. Tous ensemble, ils furent cruellement torturés, puis mis à mort, sous Dacien, gouverneur d'Espagne. Le poète Prudence a décrit en vers leur glorieux martyre.

    Dans la même ville, les saints Caïus et Crémence, qui, demeurant fermes dans la Foi au Christ méritèrent, après une double confession, de participer au calice du martyre.

    Dans la même ville encore, saint Lambert martyr.

    Egalement à Saragosse, sainte Encratide, vierge et martyre. Après qu'on lui eut déchiré le corps, coupé un sein, arraché le foie, elle fut enfermée, vivante encore, dans un cachot et y demeura jusqu'à ce que son corps tombât en putréfaction.

    (Prudence était originaire de la région de Saragosse. Son hymne aux 18 martyrs est le quatrième du Peristephanon.)

  • Rex sempiterne Domine

    L’hymne des matines au temps pascal, par les moines de Ligugé en 1983 (strophes 1, 2, 6, 8, 9), avec la traduction de Pierre Corneille.


    podcast

    Rex sempitérne Dómine,
    Rerum Creátor ómnium,
    Qui eras ante sǽcula
    Semper cum Patre Fílius:

    Eternel, qui régis l’un et l’autre hémisphère,
    De tous deux l’auteur et l’appui,
    Qui devant tous les temps règnes avec ton père,
    Même roi, même essence et même Dieu que lui,

    Qui mundi in primórdio
    Adam plásmasti hóminem:
    Cui tuæ imágini
    Vultum dedísti símilem.

    Sitôt que le néant eut enfanté le monde
    Par le son fécond de ta voix,
    Tu fis Adam son maître, et la machine ronde,
    Le voyant ton image, en accepta les lois.

    Quem diábolus déceperat,
    Hostis humáni géneris,
    Cuius tu formam córporis
    Assúmere dignátus es:

    Le diable le déçut, et ce triste esclavage
    Eût perdu l’homme pour jamais,
    Si toi, qui l’avais fait toi-même à ton image,
    Tu n’eusses à ton tour pris sa forme et ses traits.

    Ut hóminem redímeres,
    Quem ante iam plasmáveras:
    Et nos Deo coniúngeres,
    Per carnis contubérnium.

    Par là tu retiras de cette infâme chaîne
    Ce digne ouvrage de ta main,
    Et ta nature unie à la nature humaine
    Rejoignit l’homme à Dieu, l’esclave au souverain.

    Quem éditum ex Vírgine
    Pavéscit omnis ánima:
    Per quem et nos resúrgere
    Devóta mente crédimus.

    Tu naquis d’une vierge, et c’est une naissance
    Qui nous étonne et nous ravit ;
    Et nous croyons qu’un jour par la même puissance
    Tous nos corps revivront, comme le tien revit.

    Qui nobis in Baptísmate
    Donásti indulgéntiam,
    Qui tenebámur vínculis
    Ligáti consciéntiæ.

    C’est ce même pouvoir qui nous donne au baptême
    Le pardon de tous nos péchés ;
    C’est par ce trait divin de ta bonté suprême
    Que de leur triste joug nos cœurs sont détachés.

    Qui Crucem propter hóminem
    Suscípere dignátus es:
    Dedísti tuum sánguinem
    Nostræ salútis prétium.

    Ton amour sur la croix fait encor davantage,
    Il t’y laisse percer le flanc ;
    Par ta mort à la vie il nous fait un passage,
    Et pour notre salut il prodigue ton sang.

    Quǽsumus Auctor ómnium,
    In hoc Pascháli gáudio,
    Ab omni mortis ímpetu
    Tuum defénde pópulum.

    Sauveur de tout le monde, en cette pleine joie,
    Dont la Pâque remplit nos cœurs,
    Daigne si bien guider ton peuple dans ta voie,
    Que d’une mort funeste il échappe aux rigueurs.

    Glória tibi Dómine,
    Qui surrexísti a mórtuis,
    Cum Patre et Sancto Spíritu,
    In sempitérna sǽcula. Amen.

    Gloire à toi, rédempteur et monarque suprême,
    Par toi-même ressuscité !
    Même gloire à ton père, au Saint-Esprit la même,
    Et durant tous les temps et dans l’éternité !

  • 2e dimanche après Pâques

     

    Capture d’écran 2024-04-13 à 18.43.49.png

    Ego sum pastor bonus, allelúia : et cognósco oves meas, et cognóscunt me meæ, allelúia, allelúia.

    Je suis le bon pasteur, alléluia ; et je connais mes brebis, et mes brebis me connaissent, alléluia, alléluia.

    Le bon Pasteur est omniprésent dans la messe et l’office de ce dimanche. Le voici dans l’antienne de communion, chantée par les moines de Solesmes sous la direction de dom Jean Claire, en 2007 (avec le premier verset du psaume 22, comme il se doit : c’est le psaume du bon Pasteur qui me conduit, et rien ne me manquera dans le pâturage où il m’a emmené.)

    Nous avons été admis à participer à la fraction du pain. Dans la Sainte Communion, le Christ est apparu comme la vraie lumière dans nos cœurs et nous a rendus heureux. Chaque Sainte Cène est un gage que le Bon Pasteur ne se reposera pas tant qu'il n'aura pas réussi à nous conduire aux sources de la vie éternelle. Lui seul est le Bon Pasteur. C'est pourquoi Ego occupe une place très importante au début de la pièce. Nous resterons unis à Lui, et si d'autres voix nous attirent et cherchent à influencer notre jugement, nous nous tournerons vers Lui seul et n'écouterons que sa voix. Nous le connaissons et nous fléchissons les genoux devant sa présence. Lui, « le Fils Unique du Père, plein de grâce et de vérité », habite dans nos cœurs comme le Verbe de Dieu s'est fait chair.

    Le texte de la Communion est le même que celui du deuxième verset de l'Alléluia, mais son développement est différent. Les deux phrases et cognosco et et cognoscunt, il est vrai, commencent par le même motif. Mais au lieu du parallélisme de l'Alléluia, la mélodie, dans le cas présent, sur et cognosco oves meas, présente un vif balancement vers le haut, avec une étendue d'une sixte. Elle dépeint le grand amour du Bon Pasteur pour ses brebis. Mais et cognoscunt n'a que quelques secondes et son étendue n'est que d'une tierce : comparée à la connaissance qu'il a de nous, notre connaissance de lui sera toujours fragmentaire. Les intervalles en demi-ton du début respirent la tendresse, mais la note double montre aussi de la fermeté. (...)

    L'alléluia inséré entre les paroles du Sauveur est d'une simplicité remarquable, de même que les deux alléluias joints à la fin, car ce cri est habituellement chanté avec beaucoup d'entrain (cf. l'alléluia de l'introït d'aujourd'hui). Ici, ils s'efforcent de n'être que la simple mélodie d'un berger dans les champs.

    Dom Dominic Johner

  • Ukraine

    Les Ukrainiens ont bombardé hier des immeubles résidentiels de Tokmak, dans la région de Zaporojié, à l’aide de lance-roquettes multiples.

    Il y a eu dix morts, dont trois enfants, et vingt blessés.

    Tokmak ayant été pris par les Russes en 2022, et ne se trouvant pas dans le Donbass disputé, la ville est indiscutablement considérée comme pleinement ukrainienne par les Ukrainiens : ils tuent donc ouvertement leurs concitoyens.

    *

    Lors d’une réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies, hier, le représentant permanent de la Russie auprès de l’ONU a déclaré qu’il n'y avait plus aucun doute quant à l’implication de Kiev dans l’attaque terroriste du Crocus City Hall qui a fait 144 morts. « Les traces des commanditaires ukrainiens sont aujourd’hui évidentes au-delà de tout doute raisonnable », a dit Vassili Nebenzia. Selon les résultats de l’enquête préliminaire, « à cette étape il n’y a plus aucun doute sur le fait que l’Ukraine est impliquée dans cet attentat ». « Des faits irréfutables ont été révélés lors de l’enquête, des faits qui témoignent de la trace ukrainienne dans cet attentat, des liens entre les terroristes et les renseignements ukrainiens », a insisté Nebenzia. Celui-ci est alors revenu sur les instructions qu’auraient reçues les terroristes : à savoir se rendre dans la région de Briansk frontalière de l’Ukraine, incendier leurs véhicules dans une forêt, et en informer leurs commanditaires qui devaient alors les faire passer du côté ukrainien de la frontière. « Le même modus operandi avait été appliqué lors des assassinats de Daria Douguina et de Vladlen Tatarski », a-t-il déclaré, avant d’évoquer l’analyse faite par les enquêteurs des données des téléphones des terroristes. « Là aussi la trace des renseignements ukrainiens est évidente », a déclaré Nebenzia, avant d’évoquer des versements « notamment en cryptomonnaie, provenant d’Ukraine ».