Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal

  • Un p'tit pour la route ?

    Allez… le « chemin de croix » du synode. (Trouvé sur le Forum catholique.) Particulièrement remarquable quand un prêtre (un évêque ?) s’incline devant un rite païen et le fait sien, à 0’40.

  • Jour de deuil en Irlande du Nord

    La culture de mort va triompher en Irlande du Nord à minuit. Mais tout le monde s’en fout. A commencer par les évêques et par le pape.

    Les fanatiques de la culture de mort avaient fait voter par le Parlement britannique en juillet dernier un amendement surréaliste selon lequel, s’il n’y avait toujours pas de gouvernement en Irlande du Nord d’ici le 21 octobre, l’avortement et le mariage contre-nature y seraient légalisés. Amendement voté par aucun député d’Irlande du Nord.

    Le 21 octobre, c’est aujourd’hui. La baronne Nuala O’Loan, personnalité de premier plan en Irlande du Nord (où elle fut notamment médiateur de la police), éditorialiste de l’Irish Catholic et présidente de l’Université nationale d’Irlande à Maynooth (Kildare), avait appelé tous les députés d’Irlande du Nord à se réunir aujourd’hui et à se mettre d’accord en urgence sur un gouvernement.

    Seuls les députés des partis unionistes, à savoir les protestants, ont signé la pétition, et se sont rendus au palais de Sormont. Le Sinn Fein a déclaré que c’était une réunion « pour la galerie », et le chef du SDLP (l’autre parti catholique, qui ose se prétendre pro-vie), a dit que c’était un « coup de pub ». Sic. Or il faut un accord « intercommunautaire » pour élire d’abord un président de l’assemblée, puis un gouvernement.

    Le meurtre des enfants à naître sera donc dépénalisé le 31 mars prochain, et le mariage contre-nature légalisé dès janvier. Grâce aux catholiques. Honneur quand même à la barronne O’Loan, même si elle ne sauve pas l’honneur des autres.

  • En Suisse

    « C’est un changement tectonique », dit la présidente des Verts Regula Rytz. « Ce n’est pas une vague verte, c’est un tsunami, un ouragan », dit la vice-présidente Céline Vara. Et toute la presse reprend à son compte ces images.

    Les Verts ont obtenu 13,2% des voix. Certes c’est un gain très net, de 6 points, et de 17 sièges (ils en ont désormais 28). Mais cela fait seulement des Verts une force d’appoint de gauche pour la coalition contre l’UDC qui reste le premier parti…

    Les Verts surfent sur l’effet Greta, et c’est triste de voir qu’en Suisse aussi tant de citoyens succombent à l’« hystérie climatique », comme dit Oscar Freysinger qui ajoute : « On savait qu'on allait perdre des plumes », mais « le sujet essentiel, avant de vouloir sauver la planète, c'est de sauver la souveraineté suisse ».

    Inutile de rappeler que ces Verts sont évidemment pour la contraception chimique, pour le meurtre des enfants à naître, pour le mariage contre-nature, et pour l’immigration… verte.

  • Forza Salvini !

    « Le pari est réussi pour Matteo Salvini. » C’est Le Monde lui-même qui le dit. Plusieurs dizaines de milliers d’Italiens (200.000 selon la Ligue) se sont pressés samedi devant la basilique Saint-Jean de Latran pour applaudir celui qui est plus que jamais le chef de la droite, et d’une droite largement majoritaire. Car les autres courants de droite étaient là aussi, y compris Silvio Berlusconi.

  • Un terrible blasphème

    Blasphème et sacrilège contre la nouvelle religion romano-amazonienne : une bande de fanatiques rigides a jeté l’idole dans le Tibre

     

    Addendum 1

    L’action a été revendiquée par « Michael Del Bufalo », qui a édité une deuxième vidéo, avec cette explication :

    Cela a été fait pour une seule raison:

    Notre Seigneur et Sauveur, Jésus-Christ, sa Mère bénie, et tous ceux qui suivent le Christ, sont attaqués par des membres de notre propre église.

    Nous n'acceptons pas cela! Nous ne restons plus silencieux! Nous commençons à agir maintenant!

    Parce que nous aimons l’humanité, nous ne pouvons accepter que les habitants d’une région donnée ne se fassent pas baptiser et se voient par conséquent interdire l’entrée au ciel.

    Il est de notre devoir de suivre les paroles de Dieu comme notre sainte Mère l'a fait.

    Il n'y a pas de seconde voie de salut.

    Christus vincit, Christus regnat, Christus imperat!

     

    Addendum 2

    Un certain Massimo Micaletti a réagi :

    En fait elles n’ont pas été « jetées dans le Tibre ». Elles ont été remises à Père Fleuve, qui les conduit à Tante Mer, qui grâce aux prodiges de Belle-Sœur Eau salée transformera les statuettes de Pachamama en cousines du Plancton.

  • Saint Hilarion

    Dans l'allégresse j'entreprends de célébrer ta lumineuse et rayonnante vie: intercède pour que je resplendisse de la joie dont tu éclates, bienheureux Père, et loin de moi chasse les ténèbres du péché.
    Totalement, bienheureux Père, tu t'es avancé dans l'allégresse vers Dieu, étranger au monde et à la chair,:et par une tempérance continue sans souillure tu gardas ton esprit, en quête de l'impassible condition.
    Auréolé par l'éclatante irradiation de la divinité souveraine et incréée, tu n'as pas suivi le paganisme de ton père, mais te détournas de sa tumultueuse ignorance pour te ranger du côté de l'unique Trinité.

    Ayant guéri l'enflure des passions, bienheureux Hilarion, par ton ascèse continue tu les fis dépérir en t'écriant: Nul n'est saint comme toi, ô notre Dieu, nul n'est juste comme toi, Seigneur.
    Avec le glaive de la tempérance tu as déchiré les tuniques de peau, symboles de la mort, et tu as tissé le vêtement du salut en disant au Créateur: Tu es mon Dieu, nul n'est juste comme toi, Seigneur.
    Fortifié par l'espérance de l'éternité, Père théophore, tu fus conduit vers Dieu par les mains du bienheureux Antoine; l'ayant imité, toi-même tu devins un flambeau rayonnant de miracles, vénérable Hilarion.

    Ayant imité la vertueuse vie d'Antoine le Grand, tu as pris sur tes épaules la croix de ton Seigneur; ayant déposé tout souci de cette vie, tu fis périr les passions et vécus pour l'esprit; c'est pourquoi tu as comblé la création d'étonnants miracles, par grâce de l'Esprit saint. Vénérable Hilarion, intercède auprès du Christ notre Dieu pour qu'il accorde la rémission de leurs péchés à ceux qui fêtent de tout cœur ta mémoire sacrée.

    Liturgie byzantine, matines.

  • 19e dimanche après la Pentecôte

    La « station » romaine de ce dimanche est en la basilique des saints Côme et Damien, les fameux médecins anargyres. C’est pourquoi les antiennes d’introït, d’offertoire et de communion sont les mêmes que celles du jeudi de la troisième semaine de carême, qui a pour station cette même basilique et rend particulièrement hommage aux saints guérisseurs, qui ont leur fête propre le 27 septembre. La postcommunion de ce dimanche fait allusion à ces martyrs, mais en soulignant que le véritable médecin est le Christ, et que le véritable médicament est son Corps que nous venons de recevoir.

    Tua nos, Dómine, medicinális operátio, et a nostris perversitátibus cleménter expédiat, et tuis semper fáciat inhærére mandátis. Per Dóminum.

    Que ton opération médicinale, Seigneur, et nous délivre de nos perversités par ta clémence, et nous fasse demeurer attachés toujours à tes commandements.

    Dans la collecte d’action de grâces, nous demandons que la vertu médicinale de l’Eucharistie — beau concept, qui suppose l’infirmité et l’empoisonnement de notre nature, conséquence du fruit fatal de l’Éden — nous affranchisse des passions perverses, et nous fasse adhérer constamment à la volonté divine. Chacun veut selon la nature de son esprit. Pour que nous puissions avoir des goûts célestes et un idéal divin, il faut donc que l’Esprit de Dieu non seulement corrige par sa grâce notre esprit humain et charnel, mais s’y substitue pour ainsi dire, en nous faisant vivre de Lui.

    Bienheureux cardinal Schuster

  • Saint Pierre d’Alcantara

    Le soldat, ministre de leur vengeance, arrive donc la lance à la main, et la plonge avec force dans la poitrine nue du Sauveur. La croix fut ébranlée en l'air par la violence du coup, et du côté entr'ouvert du Sauveur, il sortit de l'eau et du sang qui guérissent les péchés du monde. Ô fleuve qui sors du paradis et qui arroses de tes eaux toute la surface de la terre ! Ô plaie du précieux côté du Sauveur, faite bien plus par son amour pour les hommes que par le fer de la lance cruelle ! Ô porte du ciel, entrée du paradis, lieu de rafraîchissement, tour inexpugnable, sanctuaire des justes, sépulture des pèlerins, nid des colombes simples, et lit fleuri de l'épouse des Cantiques ! Je te salue, plaie du précieux côté, qui t'imprimes dans les cœurs dévots, blessure qui blesses les âmes des justes, rose d'ineffable beauté, rubis d'inestimable valeur, entrée du cœur de Jésus-Christ, témoignage de son amour et gage de l'éternelle vie !

    Extrait de la deuxième série de méditations, pour le samedi, du Traité de l’Oraison et de la Méditation.

  • Saint Luc

    « J’ai décidé, moi aussi, après m’être informé soigneusement de tout, depuis les origines. » Luc insiste et répète que ce qu’il va écrire, il ne le tient pas des on-dit, mais qu’il s’est personnellement informé depuis les origines. Aussi, à juste titre, l’apôtre Paul fait son éloge en ces termes : « Luc, dont la louange en ce qui concerne l’évangile est répandue dans toutes les Églises » (2 Co 8, 18). On ne le dit d’aucun autre, mais on le rapporte au sujet de Luc.

    « J’ai décidé, moi aussi, après m’être informé soigneusement de tout, depuis les origines, d’en écrire pour toi l’exposé suivi, excellent Théophile. » On pourrait penser que c’est pour un personnage nommé Théophile qu’il a écrit l’évangile. Vous tous qui écoutez mon discours, si vous êtes des hommes vraiment aimés de Dieu, vous aussi, vous êtes également des « théophiles » et c’est pour vous que l’évangile est écrit. Si quelqu’un est « théophile », lui aussi est à la fois très bon et très fort, comme l’exprime de la manière plus nette le mot grec κράτιστος (kratistos). Aucun Théophile n’est faible et, de même qu’il est écrit du peuple d’Israël, à sa sortie d’Égypte, « qu’il n’y eut pas dans ses tribus d’homme faible » (Psaume 104), de même oserai-je dire : tout homme qui est théophile est fort ; il tient sa force et sa vigueur de Dieu et de sa Parole, il peut ainsi connaître « la vérité des paroles qui l’ont instruit », comprenant la parole de l’Évangile dans le Christ « à qui appartiennent la gloire et la puissance dans les siècles des siècles. Amen. »

    Fin de la première homélie d’Origène sur saint Luc, traduction des Sources chrétiennes. Nous n’avons plus le texte grec d’Origène. Le texte latin est la traduction réalisée par saint Jérôme. La note sur « kratistos » est évidemment de saint Jérôme, dont le texte est plus clair que la traduction française. Parce que, dans le texte latin de l’évangile, « kratistos » est traduit par « optime », puisqu’il s’agit de vanter non la force physique mais l’excellence morale et intellectuelle de Théophile. C’est ce mot « optime » que reprend saint Jérôme ensuite, et il aurait fallu garder « excellent » au lieu de mettre « très bon » : tout théophile (aimé de Dieu) est « excellent et fort » comme Théophile.

    La doxologie finale vient de la première épître de saint Pierre, et elle conclut toutes les homélies d’Origène sur saint Luc, comme une forte affirmation de la divinité du Christ. Puisque la gloire et la puissance appartiennent à Dieu, et que « la puissance (kratos) de Dieu n’est autre que le Christ Seigneur » (Origène, première homélie sur l’Exode).