Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Eglise

  • A hurler

    Mgr Vincenzo Paglia, dont on ne peut pas écrire sans frémir qu’il est président de l’Académie pontificale pour la vie et chancelier de l’Institut pontifical Jean-Paul II pour la famille, était invité du parti radical italien (libertaire européiste) à l’occasion de la publication de l’autobiographie posthume de Marco Pannella.

    Marco Pannella, qui a été pendant des décennies l’une des deux grandes figures du petit parti radical (l’autre est Emma Bonino, et tous deux amis du pape actuel), était un militant acharné de la culture de mort sous toutes ses formes.

    Extraits de l’allocution de Paglia :

    «Marco était un homme de grande spiritualité», «sa disparition est une grande perte pour notre pays», «un homme spirituel qui a combattu et espéré contre toute espérance, comme dit saint Paul», «une histoire pour la défense de la dignité de tous», «un précieux trésor à préserver», «un homme qui peut aller dans les profondeurs et sait nous aider à espérer», «inspirateur d'une vie plus belle pour le monde, qui a besoin d'hommes qui sachent parler comme lui»…

    Sur Vincenzo Paglia, qui a été un homme clef des deux synodes pour imposer la communion aux adultères, rappel de ses propos d’avant le synode :

    Le coup de poignard de Mgr Paglia.

    Mgr Paglia en remet une couche.

    Mgr Paglia en rajoute.

    La deuxième note date du 11 février 2013. J’ajoutais : « Et Benoît XVI qui s’en va… Mon Dieu, faites que le prochain pape ne soit pas un ami de Mgr Paglia… » Mais le nouveau pape est précisément un ami de Paglia…

  • Le cloaque

    Extraits d’un article d’Anne Dolhein sur Réinformation.tv :

    Aujourd’hui âgé de 93 ans, Gregory Baum, prêtre et théologien canadien, vient de révéler dans un livre de mémoires qu’il a secrètement, et pendant des décennies, eu des relations homosexuelles. Toute une vie d’activité homosexuelle à la barbe de l’Eglise – à propos d’un expert du concile Vatican II, considéré comme un de ses acteurs majeurs, c’est une information de poids.
     
    C’est Gregory Baum, en effet, qui est crédité de la composition de la première ébauche de Nostra aetate, l’un des documents les plus controversés du Concile qui introduit la nouvelle présentation des relations de l’Eglise catholique avec les religions non chrétiennes.

    (…)

    Baum avoue avoir eu sa première rencontre homosexuelle à l’âge de 40 ans dans un restaurant à Londres. A l’époque – c’était en 1963 – il avait envisagé de demander sa réduction à l’état laïc mais préféra s’abstenir des formalités. Il devait par la suite épouser une ex-religieuse divorcée qui accepta, lorsqu’ils s’installèrent à Montréal en 1986, sa relation homosexuelle avec un ancien prêtre dont il était tombé amoureux.

    Gregory Baum reste bien en cour. Le père Thomas Rosica, modérateur anglophone des conférences de presse lors des synodes sur la famille, l’a interviewé à plusieurs reprises, notamment à l’occasion de son émission à la télévision canadienne catholique, Salt and Light, où il avait longuement fait état, en 2012, de toute son admiration pour ce théologien qu’il disait connaître depuis très longtemps : « J’ai certainement beaucoup admiré votre théologie, vos écrits, mais également votre amour de l’Eglise, votre amour du Christ, et vous avez aidé à garder vivants non seulement l’esprit du concile Vatican II mais également l’enseignement authentique du Concile », s’épanchait Rosica.

  • Au Pakistan

    Un tribunal de Lahore a jugé coupables de « terrorisme » 42 chrétiens, lundi, et a refusé leur libération sous caution.

    Ces chrétiens font partie du groupe qui avait été arrêté après l’attentat contre une église catholique et une église protestante le 15 mars 2015. Après le double attentat, des chrétiens avaient poursuivi et tué deux musulmans qui auraient pu être coupables mais ne l’étaient pas…

    84 chrétiens avaient été arrêtés. 42 relâchés. 42 inculpés…

    La Commission Justice et Paix des évêques catholiques (qui avait évidemment condamné le lynchage) souligne que « les auteurs de l’attentat criminel contre les églises et les fidèles en prière sont encore impunis ». Et Selon l’ONG CLAAS au moins 32 inculpés « ont été accusés injustement ».

  • Impressionnant

    Les Eglises syriaques (puis coptes depuis qu’elles eurent un patriarche syrien) ont dans leur « pré-carême » ce que l’on appelle les « Rogations des Ninivites » : trois jours de jeûne au début de la semaine qui est dans le rite latin celle de la Septuagésime. C’était donc cette année les 6, 7 et 8 février.

    Ces trois jours sont l’occasion d’un rassemblement au sanctuaire marial syro-malabar de Kuravilangad, dans le Kerala, l’Etat le plus chrétien de l’Inde. Ici la Sainte Vierge est apparue trois fois, aux XVIe et XVIIe siècles, et il y a eu tellement de miracles qu’elle y est honorée sous le titre de « Notre Dame de la Santé ». Un pèlerinage est organisé tous les vendredis. Mais pour les Rogations des Ninivites, c’est une foule énorme qui se presse pour participer notamment à la procession des images et des reliques qui a lieu le deuxième jour, et qui est marquée par deux particularités : le bateau de Jonas (porté par les paroissiens du village de Kadappoor selon un privilège aussi immémorial que mystérieux), et les images portées par des éléphants.

    Voici quelques images, tirées d’un site où l’on en trouvera à profusion (premier jour, deuxième jour, troisième jour). Je ne peux m’empêcher de commencer par l’illumination complètement kitch de la gigantesque basilique, dont les Indiens ont le secret… (La grande croix est en granit et date de 1597).

    kuravilangad-moonnu-nombu-2017-day-1-3.jpg

    kappalottam-2017-moonnu-noimbu-kuravilangad-church-70.jpg

    kuravilangad-church-moonnu-noimbu-2017-day-3-9.jpg

    kappalottam-2017-moonnu-noimbu-kuravilangad-church-36.jpg

    kappalottam-2017-moonnu-noimbu-kuravilangad-church-105.jpg

    kappalottam-2017-moonnu-noimbu-kuravilangad-church-107.jpg

    kappalottam-2017-moonnu-noimbu-kuravilangad-church-7.jpg

    kappalottam-2017-moonnu-noimbu-kuravilangad-church-103.jpg

    Enregistrer

  • Catholic Teachers…

    Le 25 janvier dernier, l’Alliance féminine canadienne pour l’action internationale a envoyé au Premier ministre Justin Trudeau une lettre pour lui demander de « mettre en œuvre pleinement et sans délai les recommandations de la Commission des Nations Unies sur l’élimination des discrimination envers les femmes ».

    Dans ces recommandations qui couvrent « un vaste éventail de questions cruciales pour la promotion des femmes » figure en bonne place « l’accès à l’avortement ».

    Parmi les organisations qui apportent leur soutien à cette initiative, on trouve nommément l’Association des enseignants catholiques de l’Ontario (45.000 membres). Et parmi les personnalités, la présidente de cette association, Ann Hawkins.

    Il n’y a eu aucune réaction de la hiérarchie catholique.

    Il est vrai que l’association a déjà apporté son soutien à la Marche des Femmes pour l’avortement et a fait campagne pour des candidats pro-avortement, participe à la gay pride de Toronto et a appuyé le programme d’éducation sexuelle de la province, qui fait la promotion des relations contre nature…

  • Notre Dame de Lourdes… en Inde

    Quelque 200.000 personnes ont participé samedi dernier, jour de la fête de l’apparition de la Sainte Vierge, à la célébration du centenaire du sanctuaire Notre-Dame de Lourdes de Dantolingi, dans l’Orissa, en Inde.

    En 1866 une terrible famine fut suivie d’une épidémie de choléra et de variole et fit de nombreuses victimes dans la région. Les missionnaires de saint François de Sales d’Annecy furent les premiers à s’occuper des populations, et un certain nombre de guérisons furent jugées miraculeuses par les fidèles, qui voulurent remercier la providence en faisant construire ce sanctuaire, qui fut inauguré le 11 février 1917, et où il y a toujours des guérisons miraculeuses, comme à Lourdes.

    La grand messe a été concélébrée par Mgr John Barwaa, archevêque de Cuttack-Bhubaneshwar, et cinq autres évêques, en présence de plus de 200 prêtres et 300 religieuses.

  • Mystérieux

    Le pape a « accepté la démission » de Mgr Maroun Lahham de son poste de vicaire patriarcal du patriarcat latin de Jérusalem pour la Jordanie.

    Cela a été annoncé par le Vatican, et aussitôt après par le patriarcat, sans le moindre commentaire.

    Mgr Maroun Lahham a 68 ans. Il avait été nommé évêque de Tunis par Benoît XVI, qui avait érigé peu après le siège de Tunis au rang d’archevêché. Puis Mgr Lahham avait été rappelé en Jordanie (son pays natal) pour devenir vicaire patriarcal. Il était clair alors qu’il allait prendre la succession du patriarche Fouad Twal. Mais, lors de la démission de Mgr Twal pour limite d’âge, François a nommé… un administrateur apostolique chargé de préparer l’élection d’un nouveau patriarche. Lequel est un prêtre italien, Pierbattista Pizzaballa, qu’on s’est empressé de faire évêque. Ce qui a provoqué les réactions de ceux qui s’étaient habitués à ce que Rome nomme des prêtres autochtones à la tête du patriarcat.

    Fallait-il se débarrasser de Mgr Lahham pour faire « élire » le candidat de François (à savoir Pizza-ballot) ?

  • New York Times

    Je ne vais pas perdre mon temps à traduire le très long article du New York Times intitulé Steve Bannon porte le combat sur un autre centre d’influence : le Vatican. Mais j'en conseille la lecture à ceux qui connaissent un peu l’anglais: c’est instructif.

    Le point de départ, ou plutôt le prétexte, est une information très mineure : un bref entretien en 2014 au Vatican entre Steve Bannon (patron de Breitbart News) venu pour la canonisation de Jean-Paul II, et le cardinal Raymond Burke (préfet du Tribunal suprême et comme lui américain). Cette rencontre prend aujourd’hui toute sa signification : c’est l’alliance entre l’effroyable équipe Trump (Steve Bannon est le « Haut conseiller et chef de la stratégie » de la Maison Blanche) et la non moins effroyable clique traditionaliste dont le chef est le cardinal Burke qui ose critiquer ouvertement l’excellent pape François. L’article est un long dégueulis contre tous les méchants à la solde de « l’extrême droite » qui triomphe à Washington et menace la papauté à Rome… Néanmoins à la fin on se rassure, du moins en ce qui concerne l’Eglise : Spadaro, Cupich et Braz de Aviz (un trio soigneusement choisi) sont invités à expliquer au lecteur du New York Times que « Mr. Burke » et ses affidés ne représentent rien et que François continue d’aller résolument de l’avant pour transformer l’Eglise…

  • Acharnement

    Alors que la justice a donné tort aux persécuteurs des Franciscains de l’Immaculée, et condamné le commissaire Volpi qui avait dû reconnaître qu’il avait menti, le pape poursuit l’odieuse persécution.

    Il a mis sous tutelle la branche féminine pour empêcher que le recours présenté au tribunal suprême de la Signature Apostolique n'obtienne une issue favorable.

    Et la grande trouille est que le chapitre des Franciscains qui doit se réunir n’élise des responsables fidèles au Père Manelli. Celui-ci a reçu ce document de la Congrégation pour les Religieux approuvé par le pape :

    Le P. Stefano Manelli est prié de donner un communiqué dans lequel il déclare qu'il acceptera et observera toutes les dispositions du Saint-Siège et qu'il exhortera les Frères Franciscains de l'Immaculée et les Sœurs Franciscaines de l'Immaculée à adopter la même attitude.

    Le Père Manelli ne pourra faire aucune autre déclaration dans les médias ni paraître en public.

    Il ne pourra participer à aucune initiative ou rencontre ni en personne ni via les réseaux sociaux.

    Le P. Manelli est prié de mettre dans les 15 jours de la remise du présent décret le patrimoine économique géré par les associations civiles et toute autre somme à sa disposition à la disposition des seuls instituts.

    Il est interdit au P. Manelli et au P. G. Pellettieri d'avoir la moindre relation avec les Frères de l'Immaculée à l'exception de ceux des communautés où ils résideront avec la permission de ce Dicastère. Ils éviteront tout contact avec les Sœurs Franciscaines de l'Immaculée.

    Dans les rues de Rome sont apparues ces affiches :

    manifesti-papa-roma.jpg

    Oh François, tu as envoyé des commissaires dans des Congrégations, destitué des prêtres, décapité l'Ordre de Malte et les Franciscains de l'Immaculée, ignoré des cardinaux... Mais où est ta miséricorde ?

  • Au Bangladesh

    Au Bangladesh il y a environ 89% de musulmans, et environ 9% d’hindous. Ce qui ne laisse pas beaucoup de place pour les chrétiens, d’autant qu’il y a aussi 0,7% de bouddhistes, et des animistes… Néanmoins l’Eglise catholique continue de se développer. Le pape a créé ce jour la province ecclésiastique de Chittagong, élevant le siège de cette ville au rang d’église métropolitaine et lui donnant comme diocèses suffragants ceux de Khulna (érigé en 1952), et de Barisal (érigé le 29 décembre 2015). Le premier archevêque métropolitain de Chittagong est Mgr Moses Costa, qui est l’évêque de ce diocèse depuis 2011.

    C’est le deuxième archidiocèse du Bangladesh après celui de Dakha (la capitale). Il y a en tout huit diocèses dans le pays.

  • Entre eux

    Vendredi dernier, Nicolas Hulot a remis à Mgr Jean-Luc Brunin, évêque du Havre, les insignes d’officier de la Légion d’Honneur. Il lui a dit:

    Vous êtes, Monseigneur, un esprit qui cherche, qui comprend, toujours ouvert avec une approche la plus laïque qui soit. J’oserai même vous qualifier d’ultra-progressiste, un homme qui privilégie toujours votre conscience à la consigne. Vous n’êtes pas un homme de dogme, ni un idéologue.

    Et Mgr Brunin a dit à Nicolas Hulot :

    Votre présence est pour moi très symbolique de la mission que j’assume comme évêque du Havre et comme Président du Conseil « Famille et Société » au sein de la Conférence des évêques de France.

    (Via le Salon Beige)

  • "L'esprit de la loi Veil"

    Tweet de « O. Ribadeau Dumas, Prêtre catholique, Secrétaire Général et Porte Parole de la Conférence des Evêques de France » :

  • A Cracovie

    f7de0349df9a1ff4f24c661cdbe59c33_1280_800_c3ee29a9.JPG

    Le nouvel archevêque métropolitain de Cracovie est Mgr Marek Jędraszewski. Il a célébré sa messe d’intronisation au maître autel de la cathédrale royale du Wawel, donc ad orientem. Et il avait revêtu le rational de sainte Edwige.

    Edwige, de la maison de d’Anjou-Sicile, fille du roi Louis de Hongrie, avait été sacrée roi de Pologne en 1384 à l’âge de 12 ans. La cathédrale du Wawel résonne encore de la voix du Crucifié qui avait demandé à la petite fille d’accepter ce trône, ce qui était pour elle une grande épreuve (le grand crucifix est toujours là). Edwige, qui n’avait plus rien quand elle est morte parce qu’elle avait tout donné aux pauvres (on voit son sceptre en bois dans la cathédrale), aimait confectionner des ornements liturgiques.

    C’est certainement avec une grande émotion que les Polonais, et au premier chef le président de la République qui était présent, ont pu voir le nouvel archevêque de Cracovie revêtu du rational de sainte Edwige.

    300px-Rationale_of_Saint_Queen_Jadwiga_of_Poland.PNG

    rational1.jpg

    rational2.jpg

    (Extrait d'un article de l'abbé Eugène Martin)

    Enregistrer

    Enregistrer

  • La petite martyre d’Amoris laetitia

    La bienheureuse Laura Vicuña est morte pour que sa mère qui vivait en concubinage… trouve un curé qui lui donne la communion ? Non, pour que sa mère respecte la sainteté du mariage.

    Anne Dolhein raconte ici cette touchante histoire.

  • François invente le coup d’Etat rétroactif

    Non seulement François a viré le Grand Maître de l’Ordre de Malte, ce qu’il n’a évidemment pas le droit de faire, non seulement il nomme un délégué pour diriger l’Ordre, ce qu’il a encore moins le droit de faire, mais en outre il décrète que toutes les mesures prises par le Grand Maître et par le Conseil depuis le 6 décembre sont nulles et non avenues… (Ce qui rétablit ipso facto le distributeur de préservatifs dans ses fonctions de Grand Chancelier.)

    Voici la lettre absolument ahurissante du cardinal Parolin.

    Ce qui me réjouit toujours est cette mielleuse hypocrisie ecclésiastique par laquelle on bénit et on assure de ses prières les gens qu’on assassine…

    Ce qui apparaît clairement dans cette lettre est également que François veut détruire l’Ordre de Malte comme il a détruit les Franciscains de l’Immaculée.

    Le Grand Conseil se réunit demain. Pour avaliser le coup d’Etat. A moins qu’il se rebiffe ? On peut toujours rêver…

    1-882d59c4a6.jpg

    Membres éminents du Souverain Conseil,

    Je tiens à vous informer que le 24 janvier 2017 S.A.E Fra’ Matthew Festing, Grand Maître de l’Ordre, a remis sa démission entre les mains de Sa Sainteté le Pape François, qui l’a acceptée.

    Comme le prévoit la Consititution de l’Ordre à l’art. 17 &1, le Grand Commandeur assumera la responsabilité de la gouvernance par intérim. Conformément à l’art. 143 du Code de l’Ordre, il informera les Chefs d’Etat avec lesquels l’Ordre entretient des relations diplomatiques, et les diverses organisations appartenant à l’Ordre.

    Pour aides l’Ordre dans le processus de renouveau qui apparaît nécessaire, le Saint-Père nommera un Délégué personnel avec des pouvoirs qu’il définira dans l’acte de nomination.

    Le Grand Commandeur, dans son rôle de Lieutenant par intérim, exercera les pouvoirs prévus à l’art. 144 du Statut de l’Ordre jusqu’à la nomination du Délégué pontifical.

    Le Saint-Père, sur la base des preuves découlant des informations qu’il a recueillies, a déterminé que toutes les mesures prises par le Grand Maître après le 6 décembre 2016 sont nulles et non avenues. Il en va de même pour celles du Souverain Conseil, comme l’élection du Grand Chancelier par intérim.

    Le Saint-Père, reconnaissant les grands mérites de l’Ordre dans la réalisation de nombreuses œuvres pour la défense de la foi et le service des pauvres et des malades, exprime sa sollicitude pastorale pour l’Ordre et espère la collaboration de tous en ce moment important pour l’avenir.

    Le Saint-Père bénit tous les membres, les volontaires et les bienfaiteurs de l’Ordre et les soutient par ses prières.

    Pietro Cardinal Parolin
    Secrétaire d’Etat

    (On notera que le cardinal omet de précéder sa signature d’une petite croix…) Addendum. Selon un commentaire, seuls les cardinaux ordinaires d'un diocèse pourraient orner leur signature de cette petite croix. Si l'en est ainsi, c'est un discret témoignage que ces épiscopats "titulaires" sont une absurdité ecclésiologique.

    Enregistrer

  • Hillary et François

    Cinq personnalités américaines, dont le rédacteur en chef de The Remnant et le président de l’Association des juristes catholiques américains, demandent à Donald Trump une enquête sur l’implication éventuelle du gouvernement Obama dans la renonciation de Benoît XVI et l’élection de François (notamment à partir des tweets d’Hillary Clinton).

  • Sur l’Ordre de Malte

    Riccardo Cascioli :

    Le Bureau de presse du Saint-Siège a également annoncé la nomination prochaine d'un délégué pontifical appelé à gouverner l'Ordre (confié dans l'intervalle au Grand Commandeur). En d'autres termes, l'Ordre de Malte est considéré comme «contrôlé» (commissariato) par le Saint-Siège.

    Il s'agit d'une décision sans précédent qui a provoqué une grande confusion et ne manquera pas d'avoir des répercussions internationales: l'Ordre de Malte est en effet un Etat souverain, un Etat sans territoire, qui a aussi accrédité un ambassadeur auprès du Saint-Siège. Comme l'a noté l'hebdomadaire britannique The Catholic Herald la décision du pape équivaut à une annexion pure et simple, une violation flagrante du droit international qui, en fin de compte, menace même l'indépendance du Saint-Siège. Avec un précédent de ce genre, comment pourrait-on en effet légitimement défendre le Saint-Siège, si par exemple, un jour «le gouvernement italien choisissait de voir l'indépendance de la Cité du Vatican comme une formalité anachronique»?

    Roberto de Mattei :

    Le pape savait qu'il n'avait aucun titre juridique pour intervenir dans les affaires intérieures d'un ordre souverain, et encore moins pour exiger la démission de son Grand Maître. Il savait aussi que le même Grand Maître ne pouvait pas résister à la pression morale d'une demande de démission, même illégitime.

    En agissant ainsi, le pape Bergoglio a exercé un acte d'empire ouvertement contraire à l'esprit de dialogue qui a été le leitmotiv de l'année de miséricorde. Mais, ce qui est plus grave, l'intervention est advenue pour «punir» le courant qui dans l'Ordre est plus fidèle au Magistère immuable de l'Eglise et soutenir au contraire l'aile laïque, qui voudrait transformer les Chevaliers de Malte en une ONG humanitaire, distributrice «pour le bien», de préservatifs et de produits abortifs. La prochaine victime désignée apparaît être le Cardinal patron Raymond Leo Burke, qui a la double faute d'avoir défendu l'orthodoxie catholique au sein de l'Ordre et d'être l'un des quatre cardinaux qui ont critiqué les erreurs théologiques et morales de l'Exhortation bergoglienne Amoris laetitia .

    Lors de sa rencontre avec le Grand Maître, François lui a annoncé son intention de «réformer» l'Ordre, c'est-à-dire la volonté de dénaturer son caractère religieux, même si c'est précisément au nom de l'autorité papale, qu'il veut commencer son émancipation des normes religieuses et morales. Il s'agit d'un projet de destruction de l'Ordre, qui naturellement ne pourra se produire que grâce à la reddition des Chevaliers, lesquels semblent malheureusement avoir perdu l'esprit militant qui les distingua sur les champs des croisades et dans les eaux de Rhodes, Chypre et Lépante. Mais ce faisant, le pape Bergoglio a perdu beaucoup de sa crédibilité, aux yeux non seulement des Chevaliers, mais d'un nombre croissant de fidèles, qui relèvent la contradiction entre sa façon de parler, engageante et mielleuse, et d'agir, intolérante et menaçante.

  • La nouvelle victime de François

    François a destitué le grand maître de l’Ordre de Malte Matthew Festing (ce qui est un putsch contre l'Ordre souverain). Un porte-parole des chevaliers a déclaré, sans autre précision : « Le pape lui a demandé sa renonciation. Il a accepté. »

    Ainsi se termine le bras de fer entre le grand maître qui avait viré le grand chancelier Boeselager coupable de distribuer des préservatifs, et François qui avait pris fait et cause pour le grand chancelier au point de nommer une commission d’enquête composée majoritairement de proches du coupable.

    La dépêche de l’agence Reuters se conclut ainsi : « Le pape François a dit qu’il voulait que l’Eglise de 1,2 milliard de membres évite les “guerres culturelles” sur l’enseignement moral et montre de la miséricorde envers ceux qui ne peuvent pas vivre selon toutes ses règles, spécialement les pauvres. »

    On attend avec intérêt les commentaires, notamment celui du cardinal Burke.

  • Les anciens anglicans sont de vrais catholiques

    L’Ordinariat de la Chaire de saint Pierre, qui accueille les épiscopaliens, à savoir les anglicans américains, qui veulent rejoindre l’unité catholique, a publié une lettre pastorale dans laquelle il souligne de façon très claire que les divorcée civilement remariés ne peuvent pas recevoir la communion eucharistique aussi longtemps qu’ils vivent dans l’adultère, qui est un grave péché.

    Et la lettre précise : « Le discernement pastoral n’admet aucune exception à la loi morale, ni ne remplace la loi morale par les jugements de conscience privés. »

    Bref, voilà l’ordinariat vent debout contre les interprétations d’Amoris laetitia validées par le pape (la dernière en date étant celle des évêques de Malte, qui autorisent la communion aux divorcés civilement remariés alors que ça ne fait même pas six ans que le divorce est autorisé dans l’île…).

    A noter que l’ordinaire de l’Ordinariat de la Chaire de saint Pierre est le plus jeune évêque du monde, Mgr Steven L. Lopes, 41 ans.

    Il se trouve que les anglicans ont quitté leur communauté pour fuir le relativisme absolu qui y règne, ce n'est pas pour le retrouver dans l'Eglise catholique...

  • Un évêque interdit la messe de saint Pie V

    Les évêques qui ont formellement interdit l’application de Summorum Pontificum sont rares, car le motu proprio est une loi de l’Eglise et s’y opposer c’est s’opposer à la loi de l’Eglise…

    Mais Mgr Malloy, évêque de Rockford, Illinois, vient d’écrire dans une lettre officielle à ses prêtres, d’abord que sans son autorisation expresse il est interdit de célébrer la messe ad orientem, et ensuite qu’il est interdit de célébrer la messe antéconciliaire.

    Car ce qui compte c’est « l’unité liturgique »…

    Le plus fort est qu’il se réfère explicitement à l’article 2 de Summorum Pontificum : l’article qui stipule qu’un prêtre n’a pas à demander l’autorisation de célébrer selon l’ancien missel...

    (A la différence de l’ancien “patriarche” de Lisbonne qui avait purement et simplement interdit la messe traditionnelle sur tout le territoire portugais, Mgr Malloy tolère une réserve d’Indiens liturgiques dans son diocèse, un lieu de culte desservi par l’Institut du Christ Roi.)