09 avril 2014

Les nouveautés vallsiennes

Tout nouveau Premier ministre doit faire un grand discours à l’Assemblée nationale. Il faut donc qu’il trouve quelque chose à dire, ce qui n’est pas facile, vu que presque tout se décide à Bruxelles. Il y a bien la dénaturation du mariage, mais c’est déjà fait. Sur l’avortement, on ne peut guère aller plus loin. Il reste l’euthanasie, mais on ne va pas y passer des heures…

Mais on peut toujours défaire ce qui a déjà été défait et refait : il suffit de présenter cela comme une grande réforme, et ça fait passer le temps. Ainsi Manuel Valls a-t-il annoncé la suppression des conseils départementaux. Avant même qu’ils existent, ce qui est très fort, reconnaissons-le. En effet les conseils généraux ne s’appelleront conseils départementaux qu’à partir de l’année prochaine. C’est ce qu’ont décidé les socialistes quand ils ont… rétabli les conseils généraux dont Sarkozy avait fait voter la suppression.

Bref, Sarkozy supprime les conseils généraux, on les rétablit avant qu’ils disparaissent, pour pouvoir les supprimer…

On remarquera que les départements et les préfectures demeurent. Autrement dit les départements dépendront du pouvoir central sans aucun contrôle des citoyens. Et les grands défenseurs de la démocratie demeurent muets… De stupéfaction, sans aucun doute…

Il est vrai que cela se fera en... 2021. Ce qui laisse tout le temps à la « droite » de revenir au pouvoir afin de rétablir les conseils généraux pour pouvoir les supprimer… Etc.

En attendant, Valls va supprimer la « clause générale de compétence » qui avait été supprimée par Sarkozy et rétablie par Hollande-Ayrault… (Non, je n’invente rien.)

Et avant cela, Valls va supprimer la moitié des régions. Si elles ne se mettent pas d’accord, ce sera fait d’autorité. En 2017. De façon arbitraire et bureaucratique, comme on avait fabriqué les départements en 1789. Ou sans doute pire. On ne peut pas demander à un socialiste franc-maçon né à l’étranger d’avoir la moindre attention à la configuration humaine, culturelle et historique des provinces de France…

04 avril 2014

Taubira fait le vide (de nouveau)

A peine reconduite dans ses fonctions, Christiane Taubira se venge de ses turpitudes sur ses adjoints (pour la deuxième fois en deux ans) : son directeur de cabinet Christine Maugüé et son adjoint François Pion, et son chef de cabinet, Florence Gouache, sont virés…

03 avril 2014

Najat et Nasser

12p4.jpg

871035belkasarko54.jpg

Ces deux photos prises hier soir au Parc des Princes circulent aujourd’hui un peu partout. Elles montrent la charmante complicité qu’il y a entre Anne Hidalgo, Najat Vallaud-Belkacem (qui n’est plus porte-parole du gouvernement mais a ajouté aux Droits des femmes le Ville et la Jeunesse et les Sports, donc le foot) et Nicolas Sarkozy. Image de l’UMPS.

Mais la deuxième montre autre chose : c’est la complicité qu’il y a entre ces trois-là et Nasser Ghanim Al-Khelaïfi, à qui Najat lance un regard énamouré.

Nasser Ghanim Al-Khelaïfi est le président du PSG (dont le propriétaire est l’émir du Qatar Tamim ben Hamad Al Thani). Il est le directeur des chaînes Al Jazeera Sport qu’il a renommées beIN Sports Arabia, dont la filiale française, grâce à l’argent du Qatar, rafle les droits de retransmission de la plupart des matches qui étaient auparavant la chasse gardée de Canal Plus. Depuis décembre dernier, Nasser Ghanim Al-Khelaïfi est en outre ministre hors cadre du gouvernement du Qatar.

C’est au Qatar que doit se dérouler la coupe du monde de foot en 2022. L’émirat s’est donc lancé dans des constructions pharaoniques, engageant des milliers et des milliers de travailleurs qu’il fait venir d’Asie. Il est de notoriété publique que ces travailleurs (comme ceux qui sont embauchés dans les autres émirats et en Arabie saoudite) vivent dans des conditions effroyables et sont considérés comme des esclaves. Récemment on a appris que 500 travailleurs indiens étaient déjà morts sur les chantiers.

Mais cela n’émeut personne au Parc des Princes. Après tout, Najat est ministre des droits des femmes, pas des travailleurs immigrés au Qatar.

Le ministère des Affaires islamiques du Qatar explique d’autre part, de façon tout à fait officielle, qu’une fille est une femme à l’âge de 9 ans et peut donc se marier (car le Prophète s’est marié avec une femme de 9 ans et qu’il ne peut se tromper).

Ah oui, Najat est ministre des droits des femmes, mais seulement en France. Pas au Qatar, le pays du si charmant et si riche et si promis à un bel avenir Nasser Al-Khelaïfi…

02 avril 2014

Les socialistes en campagne contre Bruxelles…

Après l’immense claque des municipales, les socialistes vont se retrouver confrontés aux européennes. Avec le gouvernement qui ne change pas et qui donc ne va rien changer, ils vont dans le mur. Que faire ? Eh bien, ils osent, et c’est à ça qu’on les reconnaît : eux qui sont des valets patentés des maîtres de l’Europe, voilà que tout à coup ils s’en prennent à l’Europe coupable de tous les maux.

Revoilà donc le célèbre discours (qui a tant servi, aussi à l’UMP) : tout ce qui va mal, c’est la faute à l’UE, votez pour nous et vous allez voir comment on va se battre contre ces salauds qui vous imposent l’austérité, le chômage, etc.

C’est si grotesquement télécommandé que l’agence Reuters (indépendante du pouvoir français) en a fait une longue dépêche, L'Europe bouc émissaire de retour dans le discours socialiste, où l’on trouvera les sorties des uns et des autres. Notamment Montebourg se glorifiant tout à coup d’avoir voté contre la Constitution européenne, en compagnie, souligne-t-il avec révérence, de Manuel Valls (il oublie Fabius)…

Une grosse quenelle

C’était bien la peine de nous bassiner avec la quenelle dieudonnesque pendant des semaines. Car c’est une bien grosse et bien grasse quenelle que viennent de faire Hollande et Valls aux Français. Aussi vulgaire, aussi insultante. Vous ne voulez plus de mon gouvernement, dit Hollande au vu du résultat des municipales. Eh bien je vous ressers le même, et je vous emmerde…

Avec une provocation à l’intérieur de la provocation, le doigt d'honneur dans la quenelle : le maintien de la Taubira à la « Justice »…

01 avril 2014

Valls halal et casher

manuel-valls-synagogue.jpg

"Par ma femme, je suis lié de manière éternelle à la communauté juive et à Israël." (Phrase prononcée le 17 juin 2011, jour où il se déclare candidat à la primaire socialiste pour l'élection présidentielle...)

france 7.jpg

"Je souhaite une évolution de la loi de séparation de 1905 pour qu’un peu d’argent public aille à la construction de mosquées."

Valls frénétique

valls.jpgManuel Valls dévoré d’ambition croit être arrivé à l’avant dernière marche de ce que certains appellent encore le pouvoir suprême, qui ne l’est plus depuis longtemps. Il a toutes les chances de se griller. Car c’est sur lui que va retomber l’inévitable poursuite et regain d’impopularité.

Nicolas Sarkozy était lui aussi dévoré d’ambition. Mais il avait eu l’intelligence de ne pas passer par la case Matignon…

21 mars 2014

Officiel : les Femen ne sont pas une secte…

Suite aux témoignages de deux anciennes Femen décrivant de façon très claire leur ancien groupe comme une secte, Georges Fenech avait saisi la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires). Après examen du dossier, la Miviludes conclut que les Femen ne sont pas une secte.

Circulez, il n’y a rien à voir.

Pourtant le premier critère de la Miviludes et l’emprise mentale, et c’est précisément de quoi parlaient les anciennes adeptes.

Mais il n’y a évidemment rien d’étonnant à ce que la Miviludes prenne cette décision : il s’agit d’un organisme « interministériel », donc aux ordres du gouvernement socialiste, et son président est Serge Blisko, à qui les socialistes ont donné ce poste parce qu’aux dernières législatives ils ont donné sa circonscription aux Verts…

06 mars 2014

Le communiqué de Manuel Valls pour le carême

Il est en ligne sur Le Salon Beige.

C’est « une manière pour la République d’adresser des regards d’affection aux catholiques ».

24 février 2014

L’hommage de la culture de mort officielle à Antoinette Fouque

Antoinette Fouque, co-fondatrice du MLF, figure de proue de la culture de mort, est morte vendredi. Aussitôt, le gouvernement y est allé de son hommage appuyé, le président de la République en personne saluant cette « inlassable militante » qui n’a « jamais cessé de défendre l’émancipation des femmes ».

Elle fut « aussi une figure culturelle majeure », souligne Aurélie Filippetti, ministre de la « Culture ». Sous prétexte qu’elle avait été psychanalysée par Lacan et était donc devenue aussi une figure de la psychanalyse (car toutes les perversions sont bonnes à prendre).

Le communiqué le plus immonde est naturellement celui de Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes (et porte-parole du gouvernement) : « Une grande et belle voix du féminisme s'est tue », « la disparition d'Antoinette Fouque est une immense perte », « sa contribution à l'émancipation d'une génération de Françaises est immense, et continuera d'inspirer longtemps celles et ceux qui s'engagent pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes ».

« L’égalité réelle entre les femmes et les hommes », allusion à l’idéologie du genre, dont Antoinette Fouque était également une adepte, et c’est à ce titre qu’elle avait été déléguée de l’UE (sic) à la Conférence mondiale des femmes organisée par l’ONU à Pékin en 1995.

Antoinette Fouque était commandeur de la Légion d’honneur, grand officier de l’ordre national du Mérite, commandeur des Arts et Lettres.

Tel est notre monde.

17 février 2014

Les associations qu’aime Dominique Bertinotti

Sur son blog, Dominique Bertinotti recommande cinq associations (colonne de gauche, entre Politique et Développement durable) et seulement cinq, qui sont :

- Homosexualité et Socialisme

- CONTACT, dont le but est « d’aider les familles et leurs amis à accepter l’orientation sexuelle de leurs proches – d’aider les lesbiennes, gais, bisexuel-le-s, à communiquer avec leur entourage – de lutter contre les discriminations, notamment l’homophobie ».

- Inter-LGBT.

- Le SNEG (syndicat national des entreprises gaies).

- Fonds social juif unifié.

Dominique Bertinotti est ministre de la Famille.

(via Fdesouche)

15 février 2014

Pour ces choses-là il suffit de demander

L’autre jour paraissait dans Le Monde une tribune réclamant « de toute urgence » le développement de l’enseignement de l’arabe dans les établissements scolaires.

C’était le 11 février.

Jeudi, le 14, Vincent Peillon a annoncé que des moyens allaient être mis en œuvre pour… le développement de l’enseignement de la langue et de la culture arabes.

C’est une orientation culturelle, a-t-il ajouté, « mais elle est aussi, et ça chacun doit le comprendre, l’avenir de l’Europe et l’avenir de la France ».

(Via Fdesouche)

14 février 2014

Les effets de la rumeur

Ce qui n’existe pas peut changer de place, démontrent les socialistes.

Le livre pour enfants Tous à poil, qui se trouvait dans la rubrique “Outils pédagogiques” du l’ABCD de l’égalité, a été transféré dans une nouvelle rubrique : “Ressources complémentaires” (dans un document PDF qui est une pub de l’Académie de Grenoble pour tous les livres qui permettent de « bousculer les stéréotypes fille garçon »…).

Autrement dit, Jean-François Copé avait tort mais il avait raison. Ça va devenir difficile à suivre.

L’été de l’euthanasie

Le Sénat a examiné hier une des rituelles propositions de loi sur l’euthanasie qui sont déposées chaque année. Le texte a été « renvoyé en commission ».

Mais Marisol Touraine, ministre de la « Santé », a déclaré aux sénateurs que le projet de loi « sur la fin de vie » promis par François Hollande sera déposé d’ici l’été.

12 février 2014

Peillon : «C’est bien l’égalité filles-garçons qui pose problème à ceux qui colportent les rumeurs»

Non seulement le petit dictateur des écoles devient de plus en plus grotesque, mais le comble est que Libération fait un titre de cette insanité.

04 février 2014

Ils ne savent plus où ils en sont

Le gouvernement a annoncé que l’examen du projet de loi dit « famille » était « reporté », juste après avoir affirmé qu’il rejetterait d’éventuels amendements sur la PMA et la GPA lors de l’examen du projet de loi à l’Assemblée nationale… (Ce texte est en réalité un projet de loi essentiellement pour les non-familles, particulièrement homosexuelles.)

Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement, déclare sans rire, ni rougir, que le projet de loi est reporté « parce qu’il n’est pas prêt ». Ce qui est grotesque, vu qu’il a déjà été reporté d’un an…

Et, sans voir la contradiction, ou en pensant que personne ne la verrait (du côté des « journalistes » de la télé elle n’a aucun souci à se faire, il sont devenus de parfaits larbins soviétiques), elle ajoute que l’on ne pouvait pas discuter de ce projet de loi dans le contexte d’« hystérisation » de la Manif pour tous, car il doit être discuté « dans la sérénité, dans la concertation ».

Hier soir, Manuel Valls a fait l’éloge de la loi sur le « mariage » homosexuel et a ajouté : « Nous devons en même temps apaiser et considérer que les grandes réformes de société doivent aussi se bâtir quand c'est possible, sur le consensus, par la discussion ». Autrement dit on fait passer l’essentiel de la subversion anti-humaine à la hussarde, sans se préoccuper des millions de Français et des autorités spirituelles et morales qui la refusent, et pour le reste, après les avoir humiliés et insultés, on cherche un prétendu consensus…

Ce matin, les députés socialistes, qui ne cachaient pas leur colère face à… leur gouvernement, ont décidé de déposer des propositions de loi sur les principaux points du projet de loi dit « famille ».

Et bien entendu les députés écologistes déposeront leurs propres propositions de loi, y compris sur la PMA…

03 février 2014

Il y aura forcément la PMA

Suite à la nouvelle grande Manif pour la famille, Manuel Valls, ministre désormais polyvalent et semble-t-il plénipotentiaire, a souligné qu’il n’y a ni GPA ni PMA dans le projet de la loi sur la famille, et il a ajouté que « le gouvernement s’opposera aux amendements sur ce sujet ».

Donc les manifestations se font « sur des bases ou des peurs qui n’ont pas lieu d’être ».

Le président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, Bruno Le Roux, s’est empressé de lui répondre : « Je lui demande de respecter la règle du jeu que nous nous sommes fixée, gouvernement et Parlement : attendre le Conseil national d'éthique, ne pas décider auparavant. Et donc, cette annonce sur ce que sera l'attitude du gouvernement me semble prématurée. »

L’affaire devient tellement problématique que, selon le directeur de la rédaction de Radio Classique, Jean-Francis Pécresse, qui est aussi éditorialiste aux Echos, « Jean-Marc Ayrault ne veut pas de loi famille cette année ».

Quoi qu’il en soit, je répète ce que j’ai déjà dit, même si je me trouve curieusement seul à le dire : qu’elle soit inscrite dans la loi ou non, la PMA pour les homosexuelles « mariées » sera forcément légalisée. C’est une conséquence nécessaire du « mariage pour tous ».

Dès que des homosexuelles « mariées » se plaindront auprès de la Cour européenne des droits de l’homme, elles obtiendront gain de cause. Car c’est la jurisprudence constante de la Cour, qui se base sur la législation des Etats et le principe d’égalité. A partir du moment où, dans un Etat, la procréation médicalement assistée est légale pour les couples mariés, la refuser à certains couples mariés est une évidente discrimination.

Non seulement la France se fera condamner, mais le fait d’avoir empêché des amendements en ce sens sera une circonstance aggravante. Quoi qu’il en soit le gouvernement et le Parlement seront obligés de légaliser la PMA.

L’ironie de l’histoire est que, compte tenu des délais (si le gouvernement reste sur la ligne qu’il affiche), et de l’impopularité du gouvernement Hollande, ce sera sans doute un gouvernement UMP qui devra légaliser la PMA pour les homosexuelles…

(La question de la GPA est différente : la Cour européenne des droits de l’homme ne peut que constater que la GPA, en France, est interdite pour tout le monde. Pour le moment…)

01 février 2014

Manuel Valls ne veut pas d’huissiers…

La Manif pour tous avait obtenu la désignation par la justice de deux huissiers qui seraient parmi les manifestants de demain pour constater les agissements de la police.

La Préfecture de Police de Paris a contesté aujourd’hui cette décision et a obtenu gain de cause en référé.

Comme tous les dictateurs, Manuel Valls ne veut pas d’observateurs indépendants.

Une éloquente première de Valls

Pour la première fois dans l’histoire de la République, jeudi dernier, le ministre de l’Intérieur a tenu à présenter ses vœux, officiellement, aux obédiences maçonniques, au ministère.

Manuel Valls a exhorté les francs-maçons à se battre contre l’extrême droite, particulièrement Dieudonné, et a dénoncé avec force les attaques indignes des factieux du Jour de colère.

Il a également souligné le rôle positif de la franc-maçonnerie dans la constitution de la République française.

31 janvier 2014

Quand Hoaxbuster est un « hoax »

Je croyais que le site Hoaxbuster était fiable pour débusquer les canulars et fausses rumeurs qui circulent sur internet. Je m’aperçois que Hoaxbuster est au service du négationnisme des idéologues du genre, et donc du gouvernement, et d’abord des lobbies LGBT.

Négationnisme : il nous explique, premièrement, que la théorie du genre n’existe pas, et deuxièmement, que personne ne veut imposer la théorie du genre (qui existe, donc) à l’école.

Au service des lobbies (et du gouvernement) : ceux qui répandent ces rumeurs sont des homophobes.

Conséquence : tout commentaire qui ne va pas dans le sens de la « vérité » hoax de Hoaxbuster est censuré.

Cette page est un exemple.

Un double exemple. Car on y voit aussi comment on fait une vérité (outragée) d’un gros mensonge de Vincent Peillon.

Citation du ministre : "Lorsque cette notion a été introduite, certains ont fait exprès, a fortiori dans le climat que nous connaissons actuellement avec le mariage pour tous, de faire croire que la majorité avait la volonté d’imposer la théorie du genre à l’école."

De quoi parle-t-il ? de l’amendement AC421 du "projet de loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République". Hoaxbuster se garde bien de citer l’explication de l’amendement (en commission de l’Assemblée nationale, le 28 février 2013) : « Cet amendement a pour objet l’intégration dans la formation dispensée dans les écoles élémentaires d’une éducation à l’égalité entre les femmes et les hommes et à la déconstruction des stéréotypes sexués. Il s’agit de substituer à des catégories telles que le « sexe » ou la « différence sexuelle », qui renvoient à la biologie, le concept de « genre », qui montre que les différences entre les hommes et les femmes ne sont pas fondées sur la nature, mais sont historiquement construites et socialement reproduites. »

Il s’agissait donc bien d’« imposer la théorie du genre à l’école », ou plutôt de le mettre dans la loi, puisque dans les faits on l’impose de plus en plus depuis quelques années.

Cela dit, ils ont reculé sur le mot « genre », car sur de tels sujets il vaut mieux avancer masquer.

L’amendement visait à inscrire dans la loi :

« [L’école] assure les conditions d’une éducation à l’égalité de genre. »

Finalement, le texte dit (article 31 du projet de loi, devenu article 45 de la loi) : « [L’école] assure l’acquisition et la compréhension de l’exigence du respect de la personne, de ses origines et de ses différences. Elle transmet également l’exigence du respect des droits de l’enfant et de l’égalité entre les femmes et les hommes. »

Le « genre » est subtilement caché dans la conjonction des « différences » (d’orientation sexuelle) et de « l’égalité » (entre femmes et hommes).

• D’autre part, je ne sais pas qui est derrière « Vigi-gender » mais ce que dit ce « collectif » est vrai et sans exagération, et j’ai signé la pétition, dont le titre est très bon : « Pas une rumeur ».

30 janvier 2014

La République impartiale en deux titres

- Perquisitions en série chez Dieudonné.

- Les députés demandent d’effacer le redressement fiscal de Mediapart.

Attention, revoilà les « factieux »

Coup sur coup, deux ministres, Alain Vidalies et Michel Sapin, ont dénoncé les « factieux » qui osent manifester contre le gouvernement.

La dernière fois qu’on a entendu le mot « factieux » dans l’actualité internationale, c’était le 13 décembre dernier, lorsqu’on a appris que le numéro 2 du régime nord-coréen avait été condamné à mort et exécuté pour avoir « perpétré des actes factieux ».

Les « factieux », dans l’histoire de France des socialistes, ce sont notamment les Français qui rejetaient la glorieuse Révolution. Jaurès : « La force n'était pas employée à imposer à la nation la volonté d'une minorité. La force était employée au contraire à assurer contre les tentatives factieuses d'une minorité la volonté presque unanime de la nation. »

Comme aujourd’hui…

29 janvier 2014

Peillon sur les traces de son papa ?

Vincent Peillon demande aux directeurs d’établissements scolaires de « convoquer » les parents qui suivraient la consigne de retirer leurs enfants de l’école un jour par mois pour protester contre l’enseignement de l’idéologie du genre.

La prochaine étape, ce devrait être l’hôpital psychiatrique pour les parents récalcitrants. Et la prison pour les « extrémistes », les « manipulateurs », les « fauteurs de trouble et de haine » qui ont « décidé de mentir » en propageant des contre-vérités... Comme on le sait, le père de Vincent Peillon était le directeur de la banque soviétique en Europe. Il n’est donc pas étonnant que le ministre confonde la vérité et le mensonge, et traite d’extrémistes et de « fauteur de trouble et de haine », bref, de voyous et de hooligans, ceux qui osent dire la vérité.

Et l’on voit Najat Vallaud-Belkacem, qui ressemble de plus en plus à Manuel Valls, la pauvre, tonner que le gouvernement sera « intraitable avec les manipulateurs ». Cette même Najat Vallaud-Belkacem qui assurait, sans rire, le 6 juin 2013, que « la théorie du genre n’existe pas ».

La dictature soviétique est donc en marche aussi sur ce plan-là, ce qui est logique après la mise en place de la dictature sur la parodie de mariage homosexuel.

Elle est d’autant plus facile à mettre en place qu’on voit les grands médias jouer à qui ressemblera le plus à la Pravda d’autrefois, dénonçant à qui mieux mieux les « fausses rumeurs » que des « extrémistes » font circuler et qui abusent des parents…

La vérité est que bien sûr l’enseignement de l’idéologie du genre se répand dans les écoles, puisqu’elle fait partie de l’idéologie officielle.

Cela dit, à la décharge de Vincent Peillon, ce n’est pas lui qui a commencé. Certes, pour ne prendre qu’un seul exemple, la « ligne Azur » fait enseigner aux enfants, via ses supports pédagogiques, que « l’identité de genre c’est le sentiment d’être un homme ou une femme » et que « pour certains, le sexe biologique coïncide avec ce ressenti ». Mais c’est Xavier Darcos, du gouvernement Sarkozy-Fillon, qui a fait de la « ligne Azur » un partenaire de l’Education nationale. Dans le cadre de la lutte contre le sida et contre l’homophobie…

22 janvier 2014

Le droit à l’avortement et l’interdiction d’y être opposé

L’Assemblée nationale (à savoir une centaine de députés, quand même) a voté sans surprise à une très large majorité la suppression de la notion de « détresse » de la femme qui veut avorter. Il s’agit désormais seulement de la femme qui « souhaite » tuer son bébé.

Quelque 19 députés (18 UMP et Jacques Bompard) avaient proposé un amendement disant qu’en conséquence l’avortement n’est plus remboursé.

Ils étaient donc 19 à avoir signé ce texte. Ils ont été… 7 à le voter. Voici les noms des 7 derniers députés qui défendent encore la vie en France : Jacques Bompard, Nicolas Dhuicq, Philippe Gosselin, Marc Le Fur, Yannick Moreau, Jean-Frédéric Poisson, Claudine Schmid.

Au moment du vote sur cet amendement, il y avait 14 députés UMP en séance (sic), dont les 6 qui l’ont voté (six autres ont voté contre, deux se sont abstenus).

Les députés ont également voté l’aggravation du délit d’entrave à IVG. Désormais est puni de deux ans de prison et 30.000 € d’amende non seulement « le fait d’empêcher ou de tenter d’empêcher » un avortement, mais aussi le fait d’empêcher ou de tenter d’empêcher « de s’informer » sur l’avortement. Ce qui permet de poursuivre notamment les sites internet de défense de la vie s’ils ne mettent pas sur le même plan le « choix » de l’avortement et le choix de la vie.

21 janvier 2014

La dictature de la culture de mort

Dans le discours de Najat Vallaud-Belkacem, hier à l’Assemblée, sur le projet de loi d’« égalité entre les femmes et les hommes » (cela commence très fort avec le mensonge absolu et meurtrier de la liberté de « disposer de son corps » quand il s’agit d’un nouvel être) :

Je commencerai donc par évoquer la loi de 1975. Je le dis avec fermeté : ce texte inscrivant la liberté des femmes à disposer de leur corps n’est ni à débattre ni à négocier.

Nous n’accepterons aucun recul. Nous serons déterminés et même intransigeants. Toutes les entraves, toutes les tentatives de remise en cause de ce droit fondamental, toutes les régressions se heurteront à la poigne de l’État de droit. (…)

Je vous demande donc de rester dans ce consensus. Je le dis notamment aux quelques députés de l’opposition – je sais que tous ne partagent pas cette position – qui ont déposé des amendements pour que l’IVG ne soit plus remboursée par la Sécurité sociale.

Je le répète : restez dans le consensus républicain qui existe depuis 1975 sur ce droit essentiel. Le droit à l’IVG, nous l’avons construit ensemble ; il fait partie de notre patrimoine commun. Il nous faut le préserver, loin des passions inutiles, loin des manœuvres dilatoires. Envoyons un message clair aux femmes qui nous regardent. J’espère que nos débats en seront l’illustration.

Des débats ?

Voici une image de « l’Assemblée » devant laquelle s’exprimait le ministre du droit absolu de tuer les enfants dans le ventre de leur mère :

egalite-entre-les-femmes-et-les-hommes-ivg_4691414.jpg

Mais peut-être est-ce seulement un méchant troll. Sur le site de l’Assemblée, quand on clique sur son nom, on tombe sur une page qui dit : « La page à laquelle vous souhaitez accéder n'existe pas. »

16 janvier 2014

Nomenklatura

En décembre, Aurélie Filippetti, ministre de la Culture, avait nommé Julie Gayet au jury de la Villa Médicis. Ce qui se voyait ces jours derniers, noir sur blanc, sur le site de la Villa Médicis. Jusqu’à ce que Le Canard Enchaîné le révèle. Immédiatement, Aurélie Filippetti a déclaré qu’il n’y avait rien de fait. La page du site de la Villa Médicis a été supprimée, et Aurélie Filippetti a nommé Emmanuelle Bernheim.

Au mensonge d’Aurélie Filippetti est venu s’ajouter l’inévitable mensonge de Najat Vallaud-Belkacem : « La liste a été publiée, elle ne comporte pas le nom que vous évoquez.Il n’y a pas de sujet. »

Selon Haaretz, Emmanuelle Bernheim est « un écrivain juif à succès ». Son mari est Serge Toubiana, directeur de la Cinémathèque française, qui est aussi depuis le 1er janvier président de la commission d’avance sur recette. Il sera la semaine prochaine en Israël où il est membre du jury du festival du film documentaire DocAviv.

15 janvier 2014

Une régression historique

François Hollande a annoncé « la fin des cotisations familiales » des entreprises d’ici 2017, ce qui « représente 30 milliards d’euros de charges ».

C’est une régression sociale historique, qui fait revenir la France au libéralisme antisocial du XIXe siècle et met fin à ce qui fut une belle page du christianisme social.

Les cotisations des entreprises pour financer des allocations familiales, ce fut une invention de patrons catholiques voulant mettre en œuvre la doctrine sociale de l’Eglise. Ce fut d’abord des initiatives individuelles, jusqu’à ce qu’en 1918 le syndicat des constructeurs de l’Isère, sous l’influence d’Emile Romanet, crée ce qui fut judicieusement appelé une « caisse de compensation ».

Cela se développa, grâce notamment à la CFTC, et en 1932 une loi rendait obligatoire l’adhésion des entreprises de l’industrie et du commerce à une caisse de compensation.

En 1932, pas en 1947 comme on le voit partout.

En 2014, le socialiste Hollande revient donc sur cet acquis social et fait retourner la France au libéralisme sans foi ni loi ni famille. Ce qui n’est pas illogique, une fois qu’on a détruit la notion même de famille par le soi-disant mariage entre personnes du même sexe.

Ce qui est à hurler, en revanche, est que l’on voit l’opposition comme le Medef saluer cet « allégement de charges », sans qu’il y ait une personnalité, une seule personnalité, pour dénoncer cette régression historique, attentat contre la justice et la solidarité.

13 janvier 2014

Ce que le gouvernement appelle un « aveu »

Najat Vallaud-Belkacem à propos de Dieudonné : « Le simple fait qu'il décide de changer de spectacle et d'enlever un certain nombre de propos antisémites est une forme d'aveu. »

Voici à quoi ressemble un « aveu » selon le porte-parole du gouvernement :

maxpeoplefrthree352433.jpg

Valls menteur

« Moi, comme ministre de l'Intérieur en charge de l'application des lois républicaines et de l'ordre public, je ne laisserai plus jamais, plus rien passer des mots qui divisent les Français », a déclaré Manuel Valls (en référence à Dieudonné).

Il s’agit seulement de certains mots très particuliers. Car pour les autres, il ne les laisse pas passer, il les impose :

Les Français toujours autant divisés sur le mariage pour tous

Les Français restent divisés sur le « mariage pour tous »

Mariage pour tous : la France divisée

 

Najat, l’avortement et l’Union européenne

Najat Vallaud-Belkacem considère que « les élections européennes devront être l'occasion aussi de parler de ces sujets-là, des libertés fondamentales ». Précisément : de l’avortement , car « un certain nombre de lobbies très conservateurs, partout en Europe, essayent de remettre en cause les acquis fondamentaux ».

Pas de chance : pour l’Union européenne, l’avortement n’est pas une liberté fondamentale, et ne fait pas partie de ses compétences.

Ce sont les compétences de Najat Vallaud-Belkacem qui sont gravement sujettes à caution.