Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Gouvernement

  • Démocratie

    Vu sur le Salon Beige :

    Vote de l'article 1 de la révision constitutionnelle : 441 députés absents sur 577

    6a00d83451619c69e201bb08b7e832970d-pi.jpg

     

  • La loi d’euthanasie votée à main levée

    La loi d’euthanasie Claeys Leonetti a été définitivement adoptée hier par l’Assemblée nationale et par le Sénat, à main levée…

    Elle ne parle pas ouvertement d’euthanasie mais en institue une forme, la « sédation profonde et continue jusqu’au décès », et rend les directives anticipées « contraignantes et non opposables » (si Philippe Pozzo di Borgo avait signé une directive anticipée avant son accident et que celui-ci se produise maintenant, il mourrait, comme il n'a cessé, en vain, de le dire).

    Plusieurs intervenants, dont le ministre Marisol Touraine, ont une fois encore souligné que cette loi était une « étape historique ». Une étape vers la prochaine loi qui osera nommer et imposer l’euthanasie active, comme chez nos voisins du Bénélux.

    Le Salon Beige a publié cette photo de l’Assemblée nationale au moment du vote :

    6a00d83451619c69e201bb08b2586a970d-pi.jpg

  • Et voilà

    Comme c’était si hautement prévisible, la potiche exotique du ministère de la Culture a entériné l’avis de la commission de classification des films qui a elle-même obéi au représentant du ministère de l’Intérieur qui a décidé que le documentaire Salafistes, qui dénonce le jihadisme, est une « apologie du terrorisme ». Parce que ce film, fruit de trois ans de travail au Sahel et au Maghreb, montre ce qu’est vraiment le jihadisme, dans toute son horreur, et qu’il n’est pas possible de cacher que cette horreur est musulmane. Il montre, dit Le Figaro, « l'engagement fou des djihadistes et la réalité de la charia ».

    Or on ne doit pas montrer la réalité de la charia, ça ferait de la peine à M. Boubakeur. Donc Fleur Pellerin, qui sous la charia s’appellera Zahra al-Hajj (c’est plus facile à traduire que Kim Jong-suk, mais cela suppose qu'elle aille à La Mecque) condamne quasiment à mort le documentaire. Déjà les documentaires ne sont que très peu diffusés en salle, celui-là le sera encore beaucoup moins, et il ne pourra être diffusé à la télévision que sur les chaînes qui, comme Canal Plus (qui l’a coproduit), peuvent diffuser des films porno, après minuit…

    Bref, le gouvernement français s’occupe de la censure musulmane. M. Boubakeur peut dormir tranquille.

  • Najat et Idriss

    Sur Canal Plus, Idriss Sihamedi, dirigeant de l'association humanitaire islamique Barakacity (très bien vue à gauche), en présence de Najat Belkacem, a déclaré qu’il refusait de serrer la main des femmes, et a refusé de condamner l’Etat islamique.

    Appelée à réagir, Najat a éludé dans un premier temps, puis :

    Je crois que c'est une association qui porte une façon de voir les choses qui n'est pas la mienne, à laquelle je ne souscris pas et qui me met aussi mal à l'aise, honnêtement, sur votre plateau, et donc je n'ajouterai rien.

    Ainsi parle, dans une France marquée par des attentats meurtriers de l’Etat islamique, un ministre du gouvernement « en guerre » contre l’Etat islamique, ministre de l’Education nationale, ancien ministre des Droits des femmes, dont une préoccupation majeure est de promouvoir la laïcité et les valeurs de la République…

    Mais quand un ministre français est aussi de nationalité marocaine et conseiller du roi du Maroc « commandeur des croyants »…

  • Fleur s’occupe

    Fleur Pellerin annonce que des travaux ont été entrepris pour améliorer le clavier azerty (et non pour le supprimer, comme la rumeur commençait à courir).

    Elle a cité en exemple « le fait qu'on ne puisse pas, à partir du clavier, faire un C majuscule cédille ».

    Ah bon. Moi je tape sur la touche alt et la touche ç et ça donne tout naturellement un Ç…

    (Est-ce particulier aux claviers Mac ? Les autres n’ont qu’à le copier, alors…)

  • Potiche asiatique

    Fleur Pellerin (qui est ministre de la Culture, mais si) avait auditionné plusieurs candidats à la présidence de la Réunion des musées nationaux. A la suite de quoi elle en avait retenu deux : Olivier Poivre d’Arvor et Valérie Vesque Jeancard, qu’elle avait donc proposés.

    Or c’est Sylvie Hubac qui a été nommée aujourd’hui en conseil des ministres.

    Sylvie Hubac fait partie de la célèbre promotion Voltaire de l’ENA (la bande de potes qui occupe le pouvoir). Elle a été directrice de cabinet de François Hollande.

    Ben non, Fleur Pellerin ne sert à rien. Mais elle s’occupe, quand même.

  • Laïcards contre laïcards

    C’est la guerre entre deux factions laïcardes de gauche, et le Premier ministre en personne intervient. Je n’y comprenais rien hier en lisant les premiers récits, parce que je n’avais pas suivi le début de l’affaire. Un article de France Info raconte tout par le menu. J’y renvoie donc, car c’est difficile à résumer.

    Ce qui est assez curieux est que l’un des gardiens du dogme laïcard historique contre les falsificateurs philo-musulmans affreux communautaristes est Jean Glavany, alors que c’est le même Jean Glavany qui naguère affirmait : « Aujourd'hui, être un bon laïque, c'est encourager la construction de mosquées en France. »

    Il a changé d’avis ? Ou bien il y a aussi une taqiya laïque ? On s’y perd…

  • Nationalité musulmane ?

    Un « collectif » de « Français de France et de confession musulmane » a publié une lettre ouverte au président de la République contre le projet de déchéance de la nationalité. On y lit notamment ceci :

    « une telle mesure injuste, inefficace constitue un message détestable adressé à la composante musulmane qui se voit encore un peu plus stigmatisée »

    Pourquoi ? Il y aurait un rapport entre la déchéance de nationalité de terroristes et le fait d’être musulman ?

    L’autre nationalité serait-elle la nationalité « musulmane » ?

    Ou bien est-ce que le fait de sanctionner des terroristes serait ipso facto une atteinte à l’islam ?

    Voilà qui est fort curieux…

  • Rome et le pétrole

    Les cours du pétrole sont passés hier en dessous de 30$ le baril, pour la première fois depuis 2003.

    Pour comprendre l’ampleur du phénomène, rappelons qu’en octobre 2013 on s’étonnait de voir que le cours du pétrole avait tellement baissé qu’il était tombé en dessous de… 90$ le baril.

    On nous dit que c’est à cause de la « surabondance générale ».

    Cela me rappelle qu’en 1968 le Club de Rome, constitué d’éminents scientifiques, avait pondu un rapport apocalyptique affirmant notamment que 30 ans plus tard il n’y aurait plus une goutte de pétrole.

    Je croyais que le Club de Rome avait disparu sous la honte et le ridicule, quand j’ai appris, à la faveur de l’encyclique Laudato si’, qu’il existait toujours, puisque Hans Joachim Schellnhuber, dit "John", l’un des principaux inspirateurs et rédacteurs de l’encyclique (nommé par François membre de l’Académie pontificale des sciences la veille même de la publication de l’encyclique), est membre du Club de Rome.

    La différence est qu’aujourd’hui le Club de Rome ne fait plus campagne sur la fin du pétrole mais sur le réchauffisme. Avec autant de conviction idéologique.

    La différence est que la Rome catholique, en 1968, bien que ce fût Paul VI, ignorait le Club de Rome, alors qu’aujourd’hui c’est le Club de Rome qui écrit l’encyclique apocalyptique.

    La différence est que pour le rapport de 1968 le Club de Rome doit assumer seul le ridicule d’avoir été démenti par les faits, tandis que pour l’encyclique de 2015 c’est l’Eglise catholique qui en fera les frais.

    *

    Illustration franco-française de la grotesque hypocrisie réchauffiste : Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie et de l'Energie, a déclaré hier soir que toute nouvelle demande de permis de recherches d'hydrocarbures en France sera refusée, en accord avec la loi de transition énergétique qui prévoit une baisse de la consommation des énergies fossiles. On va évidemment continuer à consommer du pétrole, ne serait-ce que pour les déplacements de Mme Royal et de M. Hulot, mais il ne faut surtout pas le produire, il faut l’acheter. Vive Ubu.

  • Liturgie républicaine

    C’était déjà le cas à chaque catastrophe naturelle ou important accident faisant des victimes, c’est devenu obsédant - et impressionnant - depuis les premiers attentats musulmans : les autorités convient à des cérémonies qui ont pris des allures de rites liturgiques. La population y est tellement sensible qu’elle anticipe les cérémonies républicaines par ses propres rites, dépôt de fleurs et de cierges, copié des rites catholiques vidés de leur signification. Les autorités républicaines contreviennent allègrement à la loi de 1905 en organisant leurs cérémonies religieuses dans la rue, qui chaque fois est coupée à la circulation parce que le président, des ministres, d’autres élus, sont au milieu, droits comme des piquets, l’air sombre, devant une plaque.

    Cette semaine, qui fut celle de la Vigile de l’Epiphanie, de l’Epiphanie et de l’octave de l’Epiphanie, a été particulièrement riche en liturgies républicaines de rue. Et le sommet ce sera demain, place de la… République, de la Très Sainte République, à l’heure de la grand messe (11h), avec dévoilement de plaque par les grands prêtres Hollande et Hidalgo, antienne du jour par le chantre Johnny Hallyday, deuxième antienne par le Chœur de l’Armée française, épître de Victor Hugo, troisième antienne (Le temps des cerises !) par le Chœur de l’Armée française, offrande de fleurs, temps de méditation silencieuse, chant de sortie (Marseillaise) par le Chœur de l’Armée française.

    Aux vêpres (17h30), illumination (« Joyeuse lumière », chantent les vêpres byzantines) du saint Chêne (de 12 mètres planté le jour de l’Epiphanie), de la statue de la Très Sainte République et de la fresque « Fluctuat nec mergitur » (mais oui il y a même du latin !). On précise que les fidèles sont invités à amener (sic) une bougie pour les illuminations.

    Difficile de singer davantage le culte catholique.

    D’où il ressort qu’il est impossible de se passer de rites. Les laïcistes avaient cru supprimer (presque) tout ce qui y ressemble dans la République. Mais on voit le grand retour en force d’un rituel républicain, comme pendant la Révolution française, selon une religiosité de substitution qui n’a jamais disparu, comme on le voyait chez Jaurès, et comme on le voit chez Peillon.

    On constate ici à quel point la Sainte Ecriture avait raison quand dans l’Ancien Testament les prophètes qualifient sans cesse les idoles des nations de « néants » et leurs fidèles d’adorateurs du vide.

  • Cliquez sur ivg.net

    Titre de Ouest France : « Le gouvernement en guerre contre les sites anti-avortement ».

    Première phrase de l'article : « Pour lutter contre des sites anti-avortement, en bonne place sur Google, le gouvernement demande aux internautes de cliquer sur ivg.gouv.fr. »

    Donc, pour lutter contre la propagande de mort du gouvernement, il faut cliquer sur ivg.net et se promener sur le site :

    6a00d83451619c69e201b7c8049087970b-pi.jpg

  • Des femmes !

    La dictature de l’égalité des sexes jusqu’à l’absurde a encore frappé. Les vigilants gardiens de l’idéologie antisexiste ont découvert avec stupeur que dans la liste des « nominés au Grand Prix » du festival de la bande dessinée d’Angoulême il n’y avait que des hommes. Horreur. Campagne médiatique immédiate pour dénoncer les atroces machos moyenâgeux qui ont osé pondre une liste qui à l’évidence tombe sous le coup des lois antiracistes. Certains « nominés », n’écoutant que leur conscience, ont héroïquement demandé à être supprimés de la liste.

    Le festival a tenté de bredouiller qu’il ne pouvait « pas refaire l’histoire de la bande dessinée » et qu’il faut bien « constater qu'il y très peu d'auteures reconnues »… Mais il a bien été obligé de s’aplatir devant la dictature : il a annoncé que la liste initiale serait « rallongée » pour y mettre des « auteures ». Sans dire lesquelles : maintenant il faut les trouver…

    La grande honte (pour la langue française donc pour la France), c’est le tweet triomphal de Pascale Boistard, secrétaire d'État chargée des droits des femmes :

    Mais pourquoi se battre sans arrêt « pour l’égalité » ? Pourquoi ne pas décider une fois pour toutes que toute liste de nomination, tout palmarès, dans tout domaine, devra être composé de façon strictement paritaire ? (Pour commencer, parce que, après, il faudra la parité avec les BTQI+…) Si l’on trouve autant de femmes compétentes pour constituer des listes politiques paritaires, il n’y aucune raison de ne pas trouver autant de femmes compétentes pour tout le reste. Ou alors il y a quelque chose d’hypocrite quelque part…

  • Les salauds

    Le coupable, c’était le Dieu des chrétiens…

    CX0ZmrsWYAAFB48.jpg

    Ce numéro doit être tiré à 1 million d'exemplaires et sa parution a été annoncée par le ministère de la Culture.

    Le 1er janvier, les auteurs de ce torchon tués il y a un an ont été promus à l’ordre de la Légion d’Honneur…

    Et toute cette semaine il y aura des « hommages », avec François Hollande, Manuel Valls, Bernard Cazeneuve, Fleur Pellerin… Dimanche prochain une plaque sera dévoilée au pied d’un « arbre du souvenir », place de la République, il y aura un dépôt de gerbe devant la statue de la République, et le Chœur de l'armée française entonnera la Marseillaise…

  • C’est seulement le "isme" qui est mauvais

    1121369920_906544ff810b879f608ffe9c62c3ce99_stop.jpg

    Le gouvernement a lancé aujourd’hui une page Facebook et un compte Twitter « Stopdjihadisme ».

    On y lit ce propos définitif de Manuel Valls :

    « Je rappellerai toujours que les premières victimes de ce terrorisme sont les musulmans. »

    Suivi de :

    « #‎Daech : des terroristes qui profanent les mosquées et tuent les musulmans. »

    On constate que le gouvernement ne sait toujours pas écrire « jihad », il lui met un « d » comme dans le dialecte maghrébin alors qu’il dit combattre « Daech » qui pour l’heure est surtout au Machrek.

    On constate aussi que la fière Marianne écrase seulement le « isme » de « djihadisme » et laisse intact le « djihad ».

    Il est vrai que « prôner le jihad n’est pas un délit », selon le ministre de l’Intérieur.

    Il faut donc bien distinguer le jihad du Coran et des hadiths du jihad des « djihadistes ».

    Qu’est-ce qui les distingue ? « Stopdjihadisme » ne l’a pas encore expliqué.

  • Dernières nouvelles de la République islamique de France

    Le ministre de l’Intérieur de la République islamique de France, Bernard Dhimmi Cazeneuve, s’est rendu aujourd’hui à la « salle de prière » musulmane qui avait été « saccagée » par des Corses après les émeutes arabes d’Ajaccio.

    Il a déclaré que « la République laïque continuera à protéger l’exercice de tous les cultes ».

    Rappelons qu’il s’agit d’une salle de prière clandestine, enregistrée comme siège social de l’Association marocaine, sportive et culturelle des musulmans de Corse. Autrement dit elle contrevient à plusieurs lois de la République, et d’abord à la loi de 1905.

    La République protège les lieux de culte clandestins, s'ils sont musulmans.

    Et il a osé en remettre une couche sur Twitter :

    Caez.jpg

    Ni dignes ni républicains, mais hors la loi. Et donc le ministre aussi. Mais il est vrai que c’est le ministre qui considère que « ce n’est pas un délit de prôner le jihad »…

  • Une belle victoire des islamistes

    Les chaînes de télévision nous ont montré avec insistance et complaisance des entrées d’églises gardées par des soldats en armes (en tout 120.000, nous dit-on, policiers et militaires confondus) pour les messes de Noël. Et l’on nous montrait les fidèles tout heureux d’être ainsi « protégés ».

    Donc, l’histoire retiendra que Noël 2015, en France, fut le premier Noël où les églises furent gardées par crainte des attentats. Comme au Caire. Comme à Bagdad. Comme dans un pays musulman.

    Avec cette énorme différence que dans les pays musulmans les chrétiens déplorent cet état de fait, s’en désolent, et non s’en réjouissent.

    Pus fort encore, en divers lieux, de Béziers à Lens, il y avait une garde musulmane à l’entrée de l’église. Et le ministre de l’Intérieur en personne, Bernard Cazeneuve, au lieu de condamner la formation de milices confessionnelles, de s’émerveiller de cette initiative : « Respect pour les musulmans qui ont protégé les églises pour Noël. Concorde et fraternité dans la République. »

    « Les musulmans qui ont protégé les églises », dit-il. C’est une autre première que l’histoire pourra retenir : la première fois qu’un ministre de l’Intérieur de la République française s’exprime officiellement en ministre de la dhimmitude.

    Dans les pays musulmans, quand on veut humilier les chrétiens, on les appelle « nazaréens », d’où le désormais célèbre noun. Quand on veut leur donner leur nom selon le droit musulman (comme le fait toujours l’imam d’al-Azhar, par exemple), on les appelle « ahl al dhimma », littéralement « les gens de la protection », ceux que l’on protège. Une protection analogue à celle de la mafia. C’est-à-dire que d’une part elle est arbitraire, pouvant cesser à tout moment, d’autre part elle n’est pas gratuite. Cette protection qu’assurent les musulmans contre des musulmans ne peut exister que moyennant une contrepartie, appelée jizya (strictement appliquée dans l’Etat islamique, de façon plus ou moins déguisée ailleurs).

    En bref, les musulmans qui ont fait mine de garder des églises, et dont on sait que ce sont, bien sûr, des salafistes et des proches des Frères musulmans, ne l’ont pas fait pour les beaux yeux des chrétiens, mais pour affirmer que la France est un pays islamique, et que si la jizya n’a pas été payée d’avance on saura présenter la facture, d’une façon ou d’une autre.

    En d’autres termes, c’est affirmer que la France est un pays islamique. Et dans ce contexte, le tweet de Cazeneuve en est une confirmation.

  • Nous y voilà

    Le ministre de l’Intérieur craint que les messes de Noël ne soient prises pour cibles par des terroristes. Il a donc envoyé des instructions précises aux préfets et aux directeurs de la police et de la gendarmerie pour que soient protégées les églises les 24 et 25 décembre.

    Comme au Caire ou à Bagdad…

  • Baisses d’impôts…

    Dans l’étude annuelle de l’OCDE, la France se classe toujours en deuxième position parmi les pays développés pour le niveau des prélèvements obligatoires en 2014, derrière le Danemark.

    Alors que le taux de prélèvements obligatoires est en moyenne de 34,4%, celui de la France est de 45,2%.

    Les charges sociales représentent près de 37% des prélèvements obligatoires, alors que la moyenne de l’OCDE se situe à 8%.

    La pression fiscale s’est reportée des entreprises vers les ménages depuis le début de la crise. La charge fiscale a fortement augmenté pour les particuliers depuis 2007, alors qu’elle a baissé pour les entreprises.

    Plus de précisions dans Les Echos.

  • On va leur donner notre mosquée…

    Le ministre algérien des Affaires religieuses, Mohamed Aïssa, annonce que l’Algérie a entamé les procédures « visant à faire de la Grande Mosquée de Paris une propriété de l'Etat algérien ».

    La Mosquée de Paris a été construite en hommage aux soldats musulmans morts pour la France lors de la Première Guerre mondiale. C’est un monument français. Et un monument aux morts français. Il est scandaleux que l’Etat français le donne à l’Algérie.

    Selon Mohamed Aïssa, une loi française stipule qu'« un pays étranger qui finance une association de droit français peut, passés 15 ans, prétendre à la propriété de cette entité ». Or l’Algérie finance en effet les activités de la Grande Mosquée de Paris. (La fédération de la Grande Mosquée de Paris étant une composante importante du CFCM : l’islam de France…).

    Mais l’affaire fait tiquer au Maroc. Car c’est le sultan du Maroc qui en avait posé la première pierre et était revenu l’inaugurer au côté de Gaston Doumergue. Les Marocains considèrent donc que la Mosquée de Paris est marocaine…

    Addendum

    Dalil Boubakeur a démenti cette procédure, soulignant que toutes les activités de sa mosquée “s'inscrivent dans le cadre de la loi française” et que “son statut n'a actuellement subi aucune modification”. “Toutes spéculations ou informations contraires ne sont qu'une vue de l'esprit journalistique (sic !), et donc nulles et non avenues”, a-t-il affirmé.

  • C’est difficile…

    Donc, le terrorisme jihadiste n’a rien à voir avec l’islam. OK. Même si je n’arrive quand même pas à comprendre comment le « jihad », mot du Coran, n’a rien à voir avec l’islam.

    Le ministre de l’Intérieur, pour qui « ce n’est pas un délit de prôner le jihad », déclare qu’il a fermé trois mosquées où l’on prône le jihad. OK. Si on commençait à vérifier la cohérence des paroles et des actes des gouvernants, on n’en sortirait pas.

    Mais le problème se complique. Car il faut donc désormais comprendre que ces mosquées où l’on prêche l’islam n’ont rien à voir avec l’islam. Et même Bernard Cazeneuve parle d’une école coranique clandestine dans une de ces mosquées. Une école où l’on apprend le Coran qui n’a rien à voir avec l’islam.

    Là ça devient vraiment difficile.

    C’est comme ce mot de « radicalisation » et de « radicalisés ». Il semble qu’il ne s’agisse ni des radicaux de gauche ni des radicaux valoisiens, qui sont pourtant les radicalisés historiques, essentiellement des radicalisés du laïcisme. Qui sont donc les « radicalisés » que l’on recherche ? Car s’ils n’ont rien à voir avec l’islam, qu’est-ce qu’ils peuvent bien radicaliser ? On ne radicalise pas le rien, on ne peut radicaliser qu’une doctrine. Or ça n’a rien à voir avec l’islam, nous affirme-t-on. Quel mystère…

  • Nous, nous mettons en berne

    Un excellent communiqué de l’AGRIF, qui me dispense de tout autre commentaire (qui risquerait de dépasser ma pensée, parce que trop c’est trop…) :

    L’AGRIF, qui se porte partie civile dans l’action judiciaire contre les terroristes, s’associe pleinement au deuil, que l’on voudrait être celui de tous les Français de toutes religions ou idéologie politico-religieuse, à la pensée des victimes de la barbarie des assassins anti-français, anti-chrétiens, anti-juifs et anti-humains de l’État islamique.

    Le gouvernement a voulu marquer ce deuil par un pavoisement généralisé, à la manière américaine, à la différence de notre tradition nationale qui en pareil cas consiste plutôt à mettre nos drapeaux en berne.

    Le recueillement et les prières pour les victimes ne sauraient en effet empêcher l’indignation et même la colère contre ceux qui portent une lourde responsabilité dans la nouvelle éruption du séculaire fanatisme salafiste.

    L’État islamique est en effet le monstre qui a initialement grandi avec la complicité conjointe de l’Arabie saoudite, son exact modèle, du Qatar et aussi de la Turquie dont l’islamisme n’est nullement « modéré », comme n’ont cessé de le présenter les professionnels de la désinformation et du déni de la réalité islamique.

    François Hollande, Manuel Valls, Laurent Fabius s’efforcent aujourd’hui, avec des accents de deuil que l’on veut croire sincère, mais avec une grandiloquence cocardière, de faire oublier leur impardonnable aveuglement sur le fanatisme de ces États soi-disant alliés et amis.

    Ces dirigeants sont à la fois incultes et aveugles sur la réalité millénaire de la théocratie totalitaire islamique. Ils sont incapables de l’analyser comme le très lucide et courageux Maréchal Sissi.

    De plus, aux arguments séducteurs de leur puissance économique et financière, les diplomates de ces États ajoutent leur habileté à berner les nôtres selon leur séculaire pratique de la Taqiya, l’art du double ou triple langage.

    Mais la médiocrité accablante de nos actuels dirigeants ne saurait faire oublier celle des précédents. Il faut se souvenir des stupéfiants propos de complaisance du ministre des Affaires Étrangères Alain Juppé, pour les Frères Musulmans. Et pire encore on ne saurait oublier l’irresponsable action aux conséquences infiniment chaotiques et tragiques qui a été directement menée en Libye par Nicolas Sarkozy sous l’influence aberrante d’un Bernard-Henri Lévy.

    L’alternance par François Hollande d’une pitoyable grandiloquence dans la compassion et de la rodomontade avec de mâles accents guerriers est aujourd’hui insupportable. On attendrait pour le moins l’expression d’une élémentaire repentance pour les aberrations d’une indigente politique idéologique et de déni de réalité aux conséquences criminelles.

    Messieurs Hollande, Valls, Fabius, madame Taubira, et quelques autres, devraient pour le moins avoir la décence de démissionner. De même, messieurs Sarkozy, Juppé et quelques autres devraient avoir celle de ne plus solliciter les suffrages des Français.

  • Les amis de Fabius soutiennent les tueries

    Le Front al-Nosra (al-Qaida en Syrie, adversaire de l’Etat islamique) a twitté à propos des tueries parisiennes :

    « Nous sommes heureux de constater qu’une secte déviante a été capable de mettre en œuvre une opération, couronnée de succès, à l’encontre des koufars. »

    Laurent Fabius a dit à propos d’al-Nosra : « Sur le terrain, ils font du bon boulot. »

  • Quel argument…

    Plusieurs recours contre les décrets d’application de la loi Taubira et de la circulaire Valls sur l’objection de conscience des maires sont – enfin – examinés au Conseil d’Etat. Hier, le rapporteur public a demandé leur rejet, « et souligné le caractère secondaire de ces recours face aux événements qui secouent la France depuis le 13 novembre ».

    Parce que depuis le 13 novembre, comme chacun sait, le Conseil d’Etat ne s’occupe plus que des actes terroristes…

    Et depuis le 13 novembre les autres sujets n’ont plus d’importance. Du moins celui-là…

  • France Inter c’est le ministère de l’Intérieur

    France Inter reconnaît ouvertement que ses « informations » sont la propagande du ministère de l’Intérieur.

    On avait vu sur plusieurs sites qu’un article du 14 septembre intitulé « Des terroristes parmi les migrants ? » était devenu « Réfugiés : le fantasme de l’infiltration terroriste ». Le début de l’article première version disait que selon Christian Estrosi des terroristes se cacheraient parmi les migrants mais qu’au ministère de l’Intérieur « on semble ne pas y croire ». Le début de l’article deuxième version après avoir cité Christian Estrosi disait : « Mais est-il crédible ? Autant le dire tout de suite : non, et on vous explique pourquoi. »

    Le directeur de la rédaction de France Inter a fini par répondre :

    Ce n’est pas notre journaliste qui a mal fait son boulot. Elle s’est appuyée sur le ministère de l’Intérieur : dans un échange en off avec d’autres collègues, il se disait alors très peu préoccupé par ce risque.

    Et l’on voit aujourd’hui à quel point le ministère de l’Intérieur était perspicace… et que France Inter avait bien raison de lui obéir…

  • La (mauvaise) blague du jour

    Hasard du calendrier, dit Manuel Valls, « je rencontre aujourd'hui le premier ministre du Qatar, qui est également ministre de l'Intérieur, que je connais bien et qui est particulièrement déterminé à lutter contre le terrorisme. Donc nous aurons cette discussion pour voir comment nous pouvons, les uns et les autres, être beaucoup plus efficaces contre le terrorisme mais aussi pour lutter contre tout ce qui aujourd'hui, depuis des années, fonde la progression de cet islamisme radical. »

  • Vendu

    fllIQuu.jpg

    Cet été on parlait d’un projet de vente de ce palais viennois, avec son grand parc en centre ville, au Qatar. Le palais qui abrite l’Institut culturel français.

    C’est fait. Le palais de l’Institut culturel français de Vienne a été vendu au Qatar, malgré les protestations du maire de Vienne, du chancelier autrichien et même du discret président de la République (tous trois socialistes). On parle d’un prix de 30 millions d’euros.

  • Question

    « Nous n'extradons pas des citoyens français lorsqu'ils sont sur notre sol », a déclaré le porte-parole du gouvernement français, Stéphane Le Foll.

    Il arrive donc que la France extrade des citoyens français quand ils sont à l’étranger ?

    3616109486.jpg

  • Mixité sociale

    Manuel Valls réunit un comité interministériel de 18 ministres aux Mureaux, pour parler de la banlieue et relancer la « mixité sociale ».

    On parle de « mixité sociale » parce qu’il est interdit de dire « mixité ethnique ». J’ai vécu plusieurs années non loin des Mureaux, et il m’arrivait de traverser la ville, par la grande avenue centrale. Chaque fois je voyais UN blanc. C’était vraiment étonnant : jamais deux ou trois, jamais aucun, toujours un. J’avais fini par me dire que la mairie devait payer un blanc à faire l’aller-retour dans cette avenue pour montrer qu’il y avait de la « mixité sociale »…

  • Soutenez IVG.net

    Lu sur le Salon Beige :

    Le site ivg.net est l'objet d'attaques récurrentes depuis que le gouvernement a lancé son propre numéro vert.

    Actuellement, il vient de subir son attaque la plus lourde, puisque pendant plusieurs heures un message d'erreur bloquait le site ivg.net et ne donnait accès à aucun contenu.

    Il est dès maintenant urgent qu'un maximum d'internautes aillent sur le site :

    - taper "ivg" dans la barre de recherche

    - choisir "www.ivg.net"

    - rester quelques minutes sur le site en changeant de pages.

  • Stupide

    François Hollande, qui dénonçait une fois de plus, hier, la citation par Nadine Morano d’un propos du général de Gaulle, a ajouté :

    J'ai demandé à la garde des Sceaux de préparer d'ici à la fin de l'année un texte réformant le code pénal pour faire de toute inspiration raciste ou antisémite une circonstance aggravante pour une infraction, quelle qu'elle soit, quel qu'en soit l'auteur.

    Il a donc déjà oublié que cela figure dans le « plan de lutte contre le racisme et l’antisémitisme » présenté par Manuel Valls au mois d’avril : le racisme et l’antisémitisme deviendront une « circonstance aggravante » pour tous les crimes et délits.

    Il est vrai que le mot inspiration ne figure pas dans le plan Valls. Mais ce mot ne figurera pas non plus dans l’éventuel texte superfétatoire de Mme Taubira, sous peine d’être rejeté par le Conseil constitutionnel. La justice ne juge pas des « inspirations ». Du moins pas ouvertement...