Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Climat

  • Hérétique

    Screenshot_2019-12-04 LCP on Twitter.png

    Screenshot_2019-12-04 LCP on Twitter(1).png

    Screenshot_2019-12-04 LCP on Twitter(2).png

    Cette dernière phrase se poursuivait ainsi:

    "le lobby le plus puissant parce que c’est le plus séduisant, ça génère des milliardaires. Le jour où on m’expliquera pourquoi on a choisi plus les éoliennes que les hydroliennes, j’arriverai à intégrer tout ça".

     

  • Greta est revenue !

    Elle est arrivée à Lisbonne et elle va aller à la COP 25 à Madrid (à pied ou à cheval, on ne sait pas encore) pour faire entendre « la voix des générations futures ». « Les gens sous-estiment la force des enfants en colère», dit-elle.

    Greta a retraversé l’Atlantique à la voile, sur le catamaran de la Britannique Nikki Henderson. Laquelle est allée en Amérique en avion pour conduire son bateau…

    Quelle clownerie…

  • Vaclav Klaus ? Présent !

    Vaclav Klaus est toujours là. Il participait l’été dernier à Erice, en Sicile, à une conférence sur « les urgences planétaires », comme chaque année semble-t-il. Mais cette fois son allocution a été connue et remarquée du quotidien italien La nuova Bussola. C’est à lire en français chez Benoît et moi. Extrait :

    Sans aucune nouvelle découverte scientifique, hypothèse ou théorie, sans aucune tendance démontrant des données statistiques, nous assistons à une nouvelle vague d’annonces radicales proclamant l’imminence de l’apocalypse. Nous assistons à des concessions sans précédent et incroyables faites à une militante de 16 ans par des politiciens adultes, des universitaires respectés, des journalistes normalement arrogants, des hommes d’affaires sûrs d’eux. Une petite ingénue suédoise se met à enseigner aux générations qui l’ont précédée et elles font semblant de l’accepter.

    Des lycéens de toute l’Europe, y compris de mon propre pays qui, jusqu’à récemment, était resté plutôt sceptique, organisent des Fridays for future et désertent l’école. Un leader tchèque de ce mouvement a annoncé qu’il pense qu’il est « inutile d’avoir une éducation pour son avenir parce qu’il n’est pas clair si, à cause du changement climatique, il y aura un avenir ». Je crains que l’irrationalité commence à dominer le mode de pensée plus ou moins rationnel qui autrefois dominait l’histoire de l’humanité.

    Le degré actuel d’irrationalité est – en tant que phénomène social (et de masse) – sans précédent. Nous qui avons fait l’expérience du communisme, nous nous souvenons qu’écoliers, nous nous moquions du vieux slogan communiste qui disait « nous commandons au vent comment souffler et à la pluie comment tomber ». Nos maîtres, il y a 60 ou 70 ans, n’essayaient même pas de défendre ce slogan. Ils savaient très bien que c’était une idiotie, seulement de la propagande communiste. Au contraire, les enseignants d’aujourd’hui – à l’époque du politiquement correct et des méthodes antidémocratiques associées pour bloquer les points de vue « incorrects » – n’osent même pas ouvrir la bouche ou (ce qui est pire) ils commencent eux aussi à soutenir l’alarmisme climatique.

    Parfois les gens peuvent se tromper, l’histoire de la science le prouve. Mais dans le passé, la diffusion des idées et des idéologies, à la fois rationnelles et absurdes, était beaucoup plus lente. Les scientifiques et leurs compagnons de voyage n’avaient pas Internet, Facebook ou Twitter et n’étaient pas en mesure d’établir une communauté de lobbyistes aussi puissante qu’aujourd’hui. Le système politique n’a jamais été aussi ouvert aux idées irrationnelles. Nous sommes confrontés à une psychose non spontanée qui est un phénomène complètement nouveau.

  • Petit rappel

    Par quelques dizaines de scientifiques italiens dissidents (traduction Benoît et moi):

    Au cours des dernières décennies, il y a eu une thèse largement répandue selon laquelle le réchauffement de la surface de la terre d'environ 0,9°C observé depuis 1850 serait anormal et causé exclusivement par les activités humaines, en particulier par l'émission dans l'atmosphère de CO2 provenant de l'utilisation des combustibles fossiles. Telle est la thèse du réchauffement climatique anthropique promu par le Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC) des Nations Unies, dont les conséquences seraient des changements environnementaux si graves qu'ils feraient craindre des dommages énormes dans un avenir proche, à moins que des mesures d'atténuation drastiques et coûteuses ne soient adoptées immédiatement. A ce propos, de nombreuses nations dans le monde ont adhéré à des programmes de réduction des émissions de dioxyde de carbone et subissent une pression, y compris par une propagande de plus en plus martelante, pour adopter des programmes toujours plus exigeants, impliquant de lourdes dépenses pour les économies des Etats individuel, et la maîtrise du climat - et donc le "salut" de la planète -, dépendrait de leur mise en œuvre.

    L'origine anthropique du réchauffement de la planète est cependant une conjecture non prouvée, déduite uniquement de certains modèles climatiques, c'est-à-dire de programmes informatiques complexes, appelés General Circulation Models. Au contraire, la littérature scientifique a de plus en plus mis en évidence l'existence d'une variabilité climatique naturelle que les modèles ne sont pas capables de reproduire. Cette variabilité naturelle explique une part importante du réchauffement climatique observé depuis 1850. La responsabilité anthropique du changement climatique observée au siècle dernier est donc exagérée de façon injustifiée et les prévisions catastrophiques ne sont pas réalistes.

    Le climat est le système le plus complexe présent sur notre planète, nous devons donc l'aborder avec des méthodes appropriées et adaptées à son niveau de complexité. Les modèles de simulation climatique ne reproduisent pas la variabilité naturelle observée du climat et, en particulier, ne reconstituent pas les périodes chaudes des 10000 dernières années. Celles-ci se sont répétées à peu près tous les mille ans et incluent la bien connue Période Chaude Médiévale (Réchauffement climatique de l'an mil), la Période Chaude Romaine (Optimum climatique romain), et de manière générale, de grandes périodes chaudes pendant l'Optimum climatique de l'Holocène. Ces périodes du passé ont même été plus chaudes que la période actuelle, bien que la concentration de CO2 ait été inférieure à la concentration actuelle, alors qu'elles sont liées aux cycles millénaires de l'activité solaire. Ces effets ne sont pas reproduits par les modèles.

    Lire la suite, avec d’importantes précisions.

    La liste des signataires est ici (à la suite du texte original).

  • Réchauffement climatique

    Des chercheurs du CNRS, qui étudient depuis 2010 une colonie de 18.000 couples de manchots Adélie dans l'est de Antarctique, constatent que cette année seuls deux poussins ont survécu.

    Cette énorme mortalité s'explique par les niveaux inhabituels de la banquise à la fin de l'été. Les adultes ont été contraints d'aller plus loin pour chercher la nourriture destinée aux poussins, qui sont morts de faim.

  • Confirmé !

    Scott Pruitt a été confirmé par le Sénat des Etats-Unis comme « administrateur » de l’Agence de protection de l’environnement.

    Climatosceptique affirmé et notoire, Scott Pruit avait intenté 14 procédures, quand il était procureur de l’Oklahoma, contre l’agence qu’il dirige désormais…

  • Myron Ebell à Bruxelles

    Myron Ebell est l’un des principaux chefs de file américains du combat contre « le mythe du réchauffement climatique ». Il se définit lui-même comme « l’ennemi numéro 1 de l’alarmisme climatique ». Il a été nommé par Donald Trump à la tête de l’Agence de protection de l’environnement pendant la période de transition, avec mission de réfléchir à l’avenir de cette agence (c’est à peu près comme s’il avait nommé Cécile Edel à la tête du Planning familial…).

    Il a été invité à faire un discours à Bruxelles lors d’une conférence sur l’environnement organisée par le groupe Alliance des conservateurs et réformistes européens (essentiellement les conservateurs britanniques, le PDC tchèque et les Polonais du PiS).

    Les écologistes avaient mobilisé contre la venue d’Ebell, et ils étaient une bonne… trentaine à manifester à l’extérieur. Il y avait aussi à l’intérieur quelques trublions dont un qui, dès le début du discours, a tenté de l’interrompre en l’apostrophant et en brandissant une pancarte « Resist ». Il a été mis dehors par le service de sécurité.

    « Quand vous entendez “spécialiste de l’environnement”, pensez “impérialiste éco-urbain” », dit Myron Ebell. Il y a aujourd’hui, non plus un complexe militaro-industriel, mais un « complexe climato-industriel » : « Le pouvoir, l’argent et l’influence sont du côté du mouvement écologiste. » « Nous sommes aujourd’hui confrontés à un conglomérat d’intentions et d’intérêts entre ceux qui croient en la crise du changement climatique et ceux qui ont compris comment s’enrichir grâce à la promotion de ces idées. » « Ce [mouvement] se vante d’être moral, mais en son cœur il y a la promotion des intérêts particuliers de ceux qui ont compris qu’ils pouvaient se remplir les poches en s’assurant que les pays pauvres restaient pauvres pour toujours. »

    Il dit aussi :

    « Les écologistes vous disent que pour protéger les terres, le gouvernement doit les posséder ou les protéger. En réalité, cela mène à une catastrophe après l’autre. L’Union soviétique était un cauchemar environnemental, avec des produits chimiques toxiques dans l’eau et la terre. Si vous voulez que quelque chose ne fonctionne pas, confiez-la au gouvernement. »

    « Les propriétaires de ranchs ou de forêts et les agriculteurs, s’ils n’en prennent pas soin, ils en perdent la valeur. Quand quelque chose est une propriété commune, nous sommes tous encouragés à prendre avant que quelqu’un d’autre ne se serve – et ça, c’est l’histoire du  mouvement écologiste. Et c’est complètement faux. L’histoire de l’humanité contredit ce qu’avance le mouvement écologiste. Les citoyens des villes ont perdu leur connexion avec la gérance. »

    Le site Euractiv, qui rapporte ces propos avec dégoût, écrit ensuite :

    « Précédemment, Maroš Šefčovič, le commissaire européen à l’Union de l’énergie, avait pour sa part déclaré à EurActiv qu’il était très important que Washington ne fasse pas marche arrière sur l’accord de Paris, ratifié sous Barack Obama. »

    Ceci est un mensonge patent, typique de l’imposture européiste. L’accord de Paris n’a pas été « ratifié sous Barack Obama », il a été ratifié par Barack Obama sans l’accord nécessaire du Congrès pour les traités internationaux.

  • Réchauffisme

    Le mois dernier les médias nous apprenaient une grande première historique du réchauffement climatique : un village d’une île de l’Alaska a voté son déménagement sur le continent, parce que la montée des eaux due au réchauffement climatique anthropique sape la côte et fait s’écrouler régulièrement les maisons dans la mer. Même les bulletins météo en parlaient comme d’une preuve spectaculaire des méfaits du réchauffement climatique.

    Alors que jusqu’ici toute personne sensée savait que de nombreuses côtes sont soumises depuis toujours à l’érosion – tandis que d’autres s’ensablent. J’y pensais encore il y a peu en voyant la chapelle Notre-Dame de la Joie, à Penmarc’h. Elle n’existe toujours que parce qu’on a construit une falaise artificielle qui la protège. Sinon elle aurait disparu depuis longtemps dans la mer. Or personne à ma connaissance n’a rendu responsable le réchauffement climatique de l’érosion de cette côte…

    Or voici que paraissent des études qui remettent sérieusement en cause la notion même de hausse du niveau des océans. Et plus si affinité… C’est ici.

  • Double gag climatique

    Juste avant le sommet du G20 à Hangzhou, l’Assemblée nationale populaire de Chine a « voté », ce matin, la ratification du texte de la COP21. La Chine communiste, plus grand pollueur de la planète, s’engage… à rien, évidemment, à moins de croire que la signature d’un gouvernement fondé sur le mensonge soit fiable…

    Autre gag, Barack Obama, arrivant au sommet, a, comme son homologue chinois, donné à Ban Ki-moon un document de ratification de l'accord. Sauf que cette "ratification" par le seul président est nulle et non avenue en l'absence d'un vote du Congrès.

    « La ratification de la Chine et des Etats-Unis est une formidable nouvelle », réagit Ségolène Royal, qui préside la COP jusqu’au prochain sommet, en novembre...

  • Pas la peine…

    Ck-aV9wWgAEetRC.jpg

    François Hollande a ratifié aujourd'hui à l'Elysée l'accord sur le « climat » conclu en décembre à Paris à l'issue de la COP21. Et il nous communique la belle image de la très solennelle cérémonie.

    Mais ça ne sert à rien : Donald Trump a dit qu’il ne le signerait pas…