Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Culture de mort

  • Diabolique

    Le rapporteur du projet de loi Egalité et citoyenneté au Sénat a dit qu’elle allait donner un avis défavorable à l’amendement sur le délit d’entrave numérique à IVG, parce qu’il n’a rien à faire dans ce texte.

    Cela a suffi pour que Laurence Rosignol se lance dans une nouvelle diatribe contre les défenseurs de la vie, qui ont des relais jusqu’au Sénat...

    Quant à Marisol Touraine, elle annonce une nouvelle action de la dictature : une police de l’avortement va être chargée de faire des opérations de « testing », pour identifier d’éventuelles difficultés dans les délais de recours, le niveau d’information et l’accueil réservé…

  • Cyrille a signé

    8f0e59c329db01555bb8e687702a2c90.jpg

    Le patriarche de l’Eglise orthodoxe russe Cyrille a signé hier une pétition demandant l’interdiction de l’avortement en Russie.

    Cette pétition, lancée par le mouvement « Pour la Vie » et les « Volontaires orthodoxes », avait commencé à récolter des signatures le samedi saint de cette année : jour de plus grande affluence dans les églises, où même de nombreux non-pratiquants viennent faire bénir leurs œufs de Pâques.

    La pétition a désormais recueilli plus de 300.000 signatures. Mais il en faut un million pour qu’elle puisse être examinée par le Parlement. L’appui du patriarche est évidemment très important. D’autant plus important que ce n’était pas gagné, car jusqu’ici, s’il défendait bien sûr la vie de l’enfant à naître, et s’il condamnait l’avortement pratiqué sans grave raison médicale, il ne demandait pas de mesure législative contre l’avortement en tant que tel, tant est resté fort en Russie le droit à l’avortement, et sa pratique, dans ce pays qui s’est longtemps vanté d’être le premier au monde (en 1920) à avoir légalisé le meurtre de l’enfant à naître.

    La signature du document, accompagnée de la bénédiction patriarcale des militants pro-vie, a d’ailleurs aussitôt suscité une polémique. Au point qu’un porte-parole du patriarcat a cru bon de rappeler que le patriarche Cyrille n’était pas pour une loi contre l’avortement mais seulement pour que la sécurité sociale cesse de le rembourser…

    Mais le fait est qu’il signé la pétition. En voici le texte, tel qu’il a été publié hier par… le service de presse du Patriarche de Moscou et de toute la Russie… soulignant que « Sa Sainteté a remercié les manifestants pour leur travail et les a bénis ». (Dans ma traduction qui n'est pas garantie...):

    Nous, citoyens de la Fédération de Russie, sommes partisans de mettre fin à la pratique existante de l’assassinat légal des enfants avant leur naissance, ce qui nécessite des changements dans la législation visant à :

    — la reconnaissance d’un statut de l’enfant conçu, comme un être humain, dont la vie, la santé et le bien-être doivent être protégés par la loi ;

    — l’interdiction de l’arrêt chirurgical et médicamenteux de la grossesse ;

    — l’interdiction des contraceptifs à action abortive ;

    — l’interdiction de la technologie de la reproduction assistée, qui fait partie intégrante de l’humiliation de la dignité humaine et du meurtre des enfants dans les premiers stades du développement embryonnaire ;

    — l’aide du budget fédéral pour l’assistance matérielle aux femmes enceintes et aux familles avec enfants au moins à hauteur du minimum vital.

  • Un pas de plus pour l’inhumanité

    Le premier bébé « à trois parents » est né au Mexique. Il s’appelle Abrahim (sic) Hassan. Les parents sont jordaniens. Les Dr Frankenstein sont une équipe internationale menée par le Dr John Zhang du Centre New Hope Fertility (nouvel espoir de fertilité) de New York. Mais comme leurs manipulations sont (encore) interdites aux Etats-Unis ils les ont faites au Mexique…

    La technique consiste à transférer les matériaux génétiques contenant les chromosomes de la mère dans un ovule d'une donneuse dont les matériaux génétiques ont été enlevés. Cinq ovules ont été fécondés avec du sperme du père, dont quatre étaient viables. Parmi ceux-ci, un était normal et les médecins l'ont réimplanté dans la mère.

    Naturellement on se félicite de cette « avancée importante en médecine de la reproduction » (sic) qui permet d’éviter la transmission d’une maladie, le syndrome de Leigh, de la mère à l’enfant…

  • Le Mexique "divisé"

    Nouvelle désinformation à gros bouillons. Résumé par Le Monde : Titre : Le mariage pour tous divise le Mexique. Première phrase : « Manifestations pour et contre le mariage pour tous ont agité Mexico samedi. » D’un côté il y avait « les milieux religieux ultraconservateurs », et de l’autre « les associations de la communauté lesbienne, gay, bisexuelle et transgenre ». Bon, si on lit bien on voit que le Mexique n’était pas tout à fait divisé en deux parties égales : les méchants étaient quand même « des milliers », et les bons « quelques centaines ».

    En fait les défenseurs de la famille étaient 400.000 selon les organisateurs et au moins 300.000 selon les observateurs.

    On ne s’étonnera pas, hélas, de voir Radio Vatican reprendre la désinformation de l’AFP sur les défenseurs de la famille qui étaient « des milliers »…

  • Désinformation

    irish 2.jpg

    Le site théoriquement d’information sur l’Union européenne EUobserver, qui est évidemment européiste, fait aussi campagne en permanence pour les « droits » LGBT ou pour le « droit » à l’avortement. Aujourd’hui il titre : Les Irlandais et les Polonais manifestent pour l’avortement.

    Irish people veut dire « le peuple irlandais ». Cela se traduit par : « Les Irlandais ».

    C’est évidemment faux. Tant pour les Irlandais que pour les Polonais. La grande majorité des gens sont pro-vie dans ces deux pays.

    Comme d’ailleurs en témoigne de façon spectaculaire la photo choisie, montrant une récente manifestation des Irlandais à Dublin…

    Mais il s’agit d’appuyer la campagne internationale qui vise à obliger l’Irlande à modifier sa législation, et à appuyer les maigres troupes de ceux qui protestent contre la proposition de loi polonaise visant à interdire tout avortement.

    C’est encore plus faux si l’on considère la particulière violence du titre. Il est difficile de trouver en Irlande comme en Pologne, et même en France, des gens qui sont tout à trac « pour l’avortement », et non « pour la liberté d’avorter » ou « pour le droit à l’avortement ».

    Je n’ai pas lu l’article parce qu’il est payant et que je ne vais certainement pas payer pour lire cette propagande (certifiée « européenne »).

    Je soulignerai seulement la légende de la photo :

    La législation actuelle sur l’avortement (en Irlande) « a quelque chose d’un Etat fasciste », dit un militant.

    On remarque aussi comment on essaye de faire passer la propagande dans un pays pro-vie : les manifestants se disent « pro-choix, pro-enfant, pro-famille »…

  • En Pologne

    La Diète polonaise a rejeté ce matin, par 267 voix contre 154, une motion visant à rejeter la proposition de loi « Stop à l’avortement », qui vise à interdire totalement l’avortement. La proposition de loi, issue d’une initiative populaire ayant recueilli près d’un demi-million de signatures, est donc transmise à la commission de la Justice et poursuit son parcours parlementaire.

    Puis la Diète a adopté, par 230 voix contre 173, une motion rejetant la proposition de loi « Sauvons les femmes » (sic) visant à instituer un droit à l’avortement jusqu’à la 12e semaine de grossesse. Cette proposition passe donc à la poubelle.

  • La guerre contre l’enfant à naître continue !

    Communiqué de Choisir la vie

    Notre gouvernement continue de mener une guerre sans précédent contre l'enfant à naître.

    Après la nouvelle circulaire de Marisol Touraine parue en juillet, relative " à l'amélioration de l'accès à l'interruption volontaire de grossesse (IVG) et à l'élaboration de plans régionaux" qui vise à augmenter l’accès à cette pratique, voici l'annonce fracassante de Mme Laurence Rossignol, de l'instauration d'un délit d'entrave numérique à l'avortement ! 

    À l'approche des élections présidentielles, jamais notre gouvernement ne se sera autant précipité pour prendre des mesures draconiennes contre celui qui est devenu son ennemi public numéro 1: l'enfant à naître. 

    Celui-ci est recherché, poursuivi, traqué, éliminé. Les mailles du filet se resserrent pour qu'aucun enfant "non désiré" ne puisse échapper à une mort certaine.  Cette volonté implacable de prendre pour cible l'être le plus innocent, le plus fragile, est d'autant plus choquante qu'aujourd'hui une autre guerre frappe la France!

    La véritable mission de notre gouvernement, en vue du bien commun, doit consister à s'attaquer aux vrais ennemis de la nation et non de s'acharner sur celui qui ne peut se défendre.

    Choisir la Vie, depuis sa création, a choisi d'être la voix des sans-voix et de se placer résolument du côté de ces sans-voix que sont les enfants dans le sein de leur mère - ce lieu qui, naturellement, devrait être celui de la plus grande protection et qui est devenu maintenant le lieu le plus dangereux au monde pour un enfant! 

    Comme l'a souligné très justement Laurence Rossignol, ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes, invitée de France Info samedi dernier, " 40 ans après le vote de la Loi Veil sur l'interruption volontaire de grossesse , les anti-avortement n'ont jamais désarmé, pas une fois, pas une heure ".

    Oui, Madame Rossignol, l'armistice n'a pas été signé !  Choisir la Vie ne désarmera pas, ne lâchera pas, et annonce dés à présent une riposte pour le 28 septembre et une mobilisation massive des défenseurs de la Vie pour le 22 janvier, date à laquelle aura lieu la 11ème édition de la MARCHE POUR LA VIE à PARIS.

    Cécile EDEL Présidente de Choisir la Vie

    *

    La réponse d'Afterbaiz'

    6a00d83451619c69e201b7c89581c1970b-pi.jpg

  • Augmenter l’effort d’avortement…

    Une circulaire mise en ligne par le ministère de la santé rappelle les « nouvelles mesures pour l’accès à l’IVG » entrées en vigueur en 2016 et presse les Agences régionales de santé (ARS) d’intégrer ces dispositions dans leurs plans régionaux, « au plus tard fin novembre ». L’objectif affiché de cette circulaire est d’ « augmenter l’offre sur tout le territoire et ainsi de proposer un réel choix de la méthode aux femmes qui souhaitent interrompre une grossesse ».

    Les ARS doivent « procéder à un diagnostic territorial en concertation avec leurs acteurs locaux », suivi de l’« élaboration d’un plan régional d’accès à l’IVG ». La circulaire présente « une trame » dont « les ARS peuvent s’inspirer pour établir leurs plans ».  Le ministère voit dans « le recueil de données » un enjeu majeur pour « garantir une meilleure connaissance de l’accès l’IVG sur les territoires et prévoir ainsi toutes les mesures d’accompagnement ».

    Parmi les priorités du ministère figure « la simplification et l’amélioration du parcours des femmes », qui implique la garantie d’« une offre d’IVG diversifiée », « y compris en période estivale ». Pour cela, les établissements publics de santé pourront désormais « recruter des praticiens contractuels pour réaliser des IVG ». Pour faciliter ce recrutement, une modification du Code de la santé publique est imminente, et « autorisera la conclusion de contrats comportant une quotité de travail inférieure à quatre demi-journées par semaine ».

  • Sinistre première

    Pour la première fois depuis l’entrée en vigueur de la loi de 2014 sur la soi-disant « euthanasie » (la bonne mort, en grec), un mineur a été assassiné en Belgique. On ne sait pas qui, on ne sait pas quand, on ne sait pas pourquoi… Donc on n’en est pas vraiment fier…

    « Il n'y a heureusement que très peu d'enfants qui entrent en considération, mais cela ne signifie pas que nous devrions leur refuser le droit à une mort digne », a déclaré le professeur Wim Distelmans, président de la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie (le monsieur qui définit si un assassinat est une mort digne…).

  • La dictature avance

    Laurence Rossignol, ministre « des Droits des femmes », annonce qu’elle va fermer des sites qui prétendent que l’avortement n’est pas la bonne solution :

    « Le 28 septembre, je ferai une annonce pour expliquer comment nous allons faire reculer ces sites manipulateurs; des mesures seront prises pour faire cesser ces sites qui trompent les femmes », a-t-elle déclaré sur France Info.

    Le premier site à devoir tomber pour crime de non-conformité à la culture de mort obligatoire est semble-t-il celui qui s’intitule « Afterbaize.com ». Un site qui parle comme les jeunes, et qui évoque tous les aspects de la sexualité, de façon décontractée, sans se focaliser spécialement sur l’avortement, et sans considérations religieuses ou morales, mais sans cacher que l’avortement tue un bébé.

    La mère à sa fille enceinte :

    — Je ne te laisserai pas faire la même erreur que moi.

    La fille :

    — C’est moi l’erreur ?

    Laurence Rossignol va tenter de justifier légalement cette censure en utilisant le concept de « délit d’entrave numérique » à l’avortement.

    En 1993 a été institué le délit d’entrave à l’avortement, qui permet de poursuivre pour ce motif quiconque dirait le chapelet devant un avortoir.

    En 2014, le délit d’entrave a été étendu de façon à pouvoir poursuivre ceux qui tentent d’empêcher de « s’informer » sur l’avortement. Etant entendu qu’il s’agit de l'information à sens unique sur le « droit » à l’avortement, toute autre information sur l’avortement étant précisément une « entrave » (cet amendement fut voté à l’unanimité par le Sénat).

    Et c’est ce que va faire jouer Laurence Rossignol : les sites qui parlent de l’avortement autrement que pour célébrer ce « droit » et expliquer comment en bénéficier sont des sites qui tendent à empêcher de s’informer sur l’avortement et doivent donc être supprimés.

    Car la culture de mort est un totalitarisme.

  • Mauvais gag

    Selon un sondage réalisé pour l’International Rescue Committe dans 12 pays européens, ce sont les Irlandais qui ont le plus de sympathie pour les « réfugiés » syriens arrivant dans leur pays : 87% d’entre eux ont un peu, plutôt ou beaucoup de sympathie.

    Mais 99,9% des Irlandais n’ont jamais vu un « réfugié » syrien ni les problèmes qui vont avec : leur pays en accueille très exactement 331…

    Dans l’ensemble, selon le sondage, 75% des Européens ont de la sympathie pour les réfugiés qui arrivent dans leur pays. Ce qui, à proprement parler, ne veut rien dire : on peut avoir beaucoup de sympathie pour quelqu’un dont on ne souhaite pas du tout la présence chez soi.

    Après l’Irlande viennent l’Espagne et l’Allemagne. La France est en dixième position. Sans surprise, la Slovaquie prend la dernière place.

    N.B. – L’International Rescue Committee est une organisation humanitaire évidemment mondialiste. Elle est aujourd’hui dirigée par David Miliband, qui a trouvé là un fromage après avoir perdu… contre son frère Ed la bataille pour la direction du parti travailliste au Royaume Uni en 2010. L’International Rescue Committee attache une grande importance au Planning familial, qui doit faire partie de tous les plans d’aide. On trouve un beau gros mensonge dans sa présentation : « Nous ne connaissons pas d’endroit – quel que soit le contexte culturel, religieux ou humanitaire – où la planification familiale ne soit pas possible ou désirée. La réalité est que des femmes de toute confession utilisent la planification familiale, et beaucoup avec le soutien de leurs dirigeants religieux. Par exemple, l’IRC travaille avec des communautés catholiques en République démocratique du Congo qui soutiennent la planification familiale, ainsi qu’avec des chefs religieux du Pakistan qui adoptent la contraception à cause, et non en dépit, de leurs croyances islamiques. »

  • Caducité

    Selon un sondage IFOP commandé par l’Association des soi-disant « familles homoparentales », 65% des Français seraient favorables au maintien de la loi sur le soi-disant « mariage pour tous ».

    Selon l’Association en question, ce sondage « démontre la caducité des thématiques portées en la matière par La Manif pour tous ».

    Ah oui ? Quand une opinion devient minoritaire, elle est caduque ? Ainsi, si la France reprend un jour ses esprits, et si un sondage montre qu’une large majorité de Français est pour le respect du mariage naturel, l’Association avouera-t-elle que sa « thématique est caduque » ?

    En outre il ne s’agit pas d’une opinion, mais d’une réalité. Le fait que seuls un homme et une femme puissent s’unir pour avoir des enfants ne sera jamais caduc.

  • Désinformation

    Titre du Figaro :

    Mexico manifeste pour les droits homosexuels

    Vous avez bien lu. Mexico, la population de Mexico, manifeste pour les « droits » des invertis. Mexico, c’est près de 9 millions d’habitants. On imagine donc une manifestation monstre. Et si l’on ne lit que le titre, ce qui arrive le plus souvent quand on veut être au courant de l’actualité sans aller voir plus loin, on retiendra que des foules mexicaines ont manifesté pour les « droits » en question.

    Or le texte (de l'AFP) commence ainsi :

    Plusieurs centaines de personnes ont manifesté, hier à Mexico, pour exprimer leur soutien aux droits des homosexuels, au lendemain de marches organisées dans tout le Mexique contre la légalisation du mariage gay souhaitée par le président Enrique Pena Nieto.

    Mexico : plusieurs centaines...

    Les marches de la veille, elles ont eu lieu dans 125 villes, et elles ont réuni plus de 1,5 million de personnes. L’AFP disait :

    Des milliers (sic) de fidèles, catholiques et protestants, ont manifesté dans plusieurs villes du Mexique pour signifier leur opposition à législation traitant du mariage homosexuel, que président Enrique Pena Nieto veut mettre en place.

    Sur cette photo, on ne voit pas Mexico qui manifeste pour les droits homosexuels, ni même des milliers de fidèles, mais un million d’habitants de Mexico qui manifestent à l'appel du Front national pour la Famille.

    Messico_marcia-famiglia.jpg

  • Interruption de civilisation

    Selon un sondage OpinionWay publié par la Smerep (Société Mutualiste des Etudiants de la Région Parisienne, l’un des deux organismes de sécurité sociale étudiante), 6% des lycéennes de France ont déjà avorté au moins une fois, et en Ile-de-France c’est une sur dix. Plus de 20% sur toute la France ont eu recours au moins une fois à la « pilule du lendemain », 31% dans la région parisienne.

    *

    Conformément à ce qui avait été annoncé, l’Ordre des pharmaciens a abandonné le projet d’une clause de conscience dans son nouveau code de déontologie, adopté hier par le conseil national. Marisol Touraine avait averti que de toute façon le gouvernement n’accepterait aucune clause de conscience. Car il ne doit y avoir aucun frein à la culture de mort.

    *

    6a00d83451619c69e201bb093383b3970d-pi.jpg

    (Prochain rendez-vous de SOS Tout-Petits à Paris : le 10 septembre, à l'angle du boulevard Montparnasse et de l'avenue de l'Observatoire.)

  • Persécution

    Lu sur le Salon Beige :

    « Le tribunal correctionnel de Carpentras, présidé par M. Selaries, a pris acte, hier, de la constitution de partie civile de l'association Mousse, à l'encontre de Mme Marie-Claude Bompard, pour avoir refusé le 23 août 2013 de procéder au mariage d'un couple en raison de son orientation sexuelle. Une première plainte avait été classée sans suite par le parquet. Hier, le tribunal a fixé à 4000€ le montant de la consignation à verser par l'association dans un délai de 45 jours. La date de jugement a été fixée au 5 janvier prochain. »

    Rappel de l'affaire ici. A noter que Marie-Claude Bompard n'a toujours reçu aucun soutien de la Manif pour Tous sur ce sujet...

  • Sainte Mère Teresa

    Demain sera canonisée Mère Teresa. C'est l'occasion de relire son message à la conférence internationale de l’ONU sur les femmes qui s’était tenue à Pékin en 1995. Cette conférence avait donné la première définition idéologique subversive du genre, qui allait se répandre dans le monde entier. On sait comment saint Jean-Paul II avait envoyé une personne de confiance donner à Pékin l'avis clair et net de l'Eglise catholique sur la question. De son côté, Mère Teresa avait envoyé un message. Qui disait tout, et qui est plus que jamais d'actualité. Le voici.

    Je prie Dieu qu'il fasse descendre sa bénédiction sur tous ceux et celles qui prennent part à la IVe Conférence mondiale sur la Femme, qui se tient à Pékin à l'heure actuelle. J'espère que cette conférence aidera tous et chacun à comprendre la place très spéciale que la Femme occupe dans le plan de Dieu, et nous amènera à adhérer pleinement à ce plan et à le mettre en œuvre.

    Je dois dire que je n'arrive pas à comprendre pourquoi certains affirment que l'homme et la femme sont exactement les mêmes et qu'ils en viennent même à nier la beauté des différences qui existent entre l'homme et la femme. Les dons de Dieu sont tous également bons mais ils ne sont pas nécessairement les mêmes. Je réponds souvent à ceux qui me disent qu'ils aimeraient pouvoir servir les pauvres comme je le fais : « Ce que je fais, vous n'êtes pas en position de le faire. Ce que vous faites, je ne suis pas en position de le faire. Mais vous et moi ensemble, nous pouvons faire quelque chose de beau pour Dieu. »

    Il en va ainsi des différences entre l'homme et la femme.

    Dieu a créé chacun de nous, chaque être humain, en vue d'une plus grande chose : aimer et être aimé. Pourquoi Dieu nous a-t-il créés, les uns hommes, les autres femmes ? Parce que l'amour d'une femme est l'un des visages de l'amour de Dieu. L'amour d'un homme est un autre visage de ce même amour. L'homme et la femme sont tous les deux créés pour aimer, mais chacun d'une manière différente ; l'homme et la femme se complètent l'un l'autre, et tous les deux ensemble manifestent l'amour de Dieu beaucoup mieux qu'ils ne le pourraient chacun séparément.

    Cette puissance spéciale d'amour qu'ont les femmes n'est jamais plus apparente que lorsqu'elles deviennent mères. La maternité est le don de Dieu fait aux femmes. Comme nous devons être reconnaissants à Dieu pour ce don qui apporte une si grande joie au monde entier, aux hommes comme aux femmes. Et pourtant ce don de la maternité, nous pouvons le détruire, et d'une façon toute spéciale par le mal de l'avortement, mais aussi par celui qui consiste à penser qu'il y a d'autres choses plus importantes que celle d'aimer, que celle de se donner au service des autres : la carrière, par exemple, le travail à l'extérieur du foyer. Aucun travail, aucun plan de carrière, aucune possession matérielle, aucune vision de "liberté" peut remplacer l'amour. De sorte que tout ce qui détruit le don de la maternité, qui est un don de Dieu, détruit le plus précieux des dons faits par Dieu aux femmes, celui d'aimer en tant que femme.

    Dieu nous a dit : « Aimez votre prochain comme vous-mêmes. » De sorte que je dois d'abord m'aimer moi-même, comme il se doit, et ensuite aimer mon prochain de la même manière. Mais comment puis-je m'aimer moi-même si je ne m'accepte pas telle que Dieu m'a faite ? Ceux qui nient la beauté des différences entre l'homme et la femme ne s'acceptent pas tels que Dieu les a faits, et ne peuvent donc pas aimer leur prochain. Ils ne peuvent apporter avec eux que division et malheur et détruire la paix du monde. Par exemple, comme je l'ai souvent affirmé, l'avortement est ce qui détruit le plus la paix du monde aujourd'hui. Et ceux qui veulent absolument que la femme et l'homme soient la même chose sont tous en faveur de l'avortement.

    Au lieu de la souffrance et de la mort, apportons la paix et la joie au monde. À cette fin, nous devons demander à Dieu le don de la paix et apprendre à nous aimer et à nous accepter comme frères et soeurs, enfants de Dieu. Nous savons que l'endroit où l'enfant peut le mieux apprendre à aimer et à prier est la famille, en étant témoin de l'amour et de la prière de son père et de sa mère. Lorsqu'il y a rupture ou désunion dans la famille, les enfants, en grand nombre, grandissent sans savoir ce que c'est que d'aimer et de prier. Un pays où nombreuses sont les familles détruites de cette façon ne peut qu'être exposé à de nombreux problèmes. J'ai souvent été témoin, surtout dans les pays riches, du fait que les enfants cherchent refuge dans la drogue ou autres choses lorsqu'ils en sont réduits à faire face à l'indifférence ou au rejet de leur famille.

    D'autre part, lorsque les familles sont fortes et unies, les enfants sont en mesure de voir dans l'amour de leur père et mère l'amour très spécial que Dieu a pour eux et peuvent ainsi arriver à faire de leur pays un endroit où l'on aime et où l'on prie. L'enfant est le plus beau don que Dieu puisse faire à la famille : il a besoin de son père aussi bien que de sa mère parce que l'un et l'autre manifestent l'amour de Dieu d'une façon spéciale. Une famille qui prie ensemble reste ensemble, et s'ils restent ensemble, ils s'aimeront les uns les autres comme Dieu les a aimés, tous et chacun d'entre eux. Et les œuvres de l'amour sont toujours des œuvres de paix.

    Aussi, gardons tous en nos cœurs la joie d'aimer et partageons cette joie avec tous ceux qui se trouvent sur notre chemin. La prière que j'adresse à Dieu est que tous les délégués, et que toutes les femmes que la Conférence de Pékin cherche à aider, que toutes et chacune d'entre elles, dis-je, en arrivent à faire leur l'humilité et la pureté de Marie afin de pouvoir vivre en paix et en amour les uns avec les autres, faisant ainsi de nos familles et de notre monde un lieu de beauté pour Dieu. Ce qu'il faut, c'est la prière.

    Tout pour la gloire de Dieu et le bien des âmes. Que Dieu vous bénisse tous !

  • Chez l’ami Morales

    En Bolivie, le ministre adjoint de l’Intérieur, Rodolfo Illanes, a été battu à mort par des mineurs en grève alors qu’il venait négocier avec eux.

    Il est rarissime qu’un ministre se fasse assassiner, même dans les pays en guerre civile ou tribale. Il faut que ce soit dans le pays d’Evo Morales, l’homme qui veut remplacer la religion catholique par celle de Mère Terre, champion de l’indigénisme marxiste et grand ami de François qui lui plusieurs fois manifesté son soutien, à Rome comme à La Paz, pour la mise en œuvre de son idéologie pagano-socialo-écolo…

  • L’Inde va mettre fin à l’industrie de la GPA

    Le gouvernement indien a présenté hier un projet de loi qui va réglementer la pratique des mères porteuses. Il est significatif que le projet de loi soit présenté par le ministre… des Affaires étrangères. L’Inde est devenue la destination privilégiée des couples et des homosexuels des pays riches qui veulent qu’une femme leur fabrique un enfant. Cela coûte trois fois moins cher en Inde.

    Malgré les bénéfices : 5 milliards de dollars par an générés par plus de 500 cliniques, le gouvernement indien a décidé de mettre fin à cette exploitation des femmes les plus pauvres.

    Quand la loi aura été votée, seuls les couples indiens mariés depuis au moins 5 ans pourront avoir recours à la gestation pour autrui, uniquement avec une femme faisant partie de la famille, et gratuitement.

  • Marie Stopes épinglée

    L’industriel de l’avortement Marie Stopes International a suspendu ses opérations dans ses avortoirs de Grande-Bretagne (grassement subventionnés), suite à des inspections suprises de la Commission de qualité des soins. La commission a conclu qu’on ne pouvait être certain que le personnel ait les compétences ou la formation requises pour administrer une sédation ou une anesthésie. Elle fait état également de « préoccupations immédiates quant à la question du consentement ».

    Le Service de Santé (sic) publique a donc envoyé les 250 femmes qui allaient se faire avorter chez Marie Stope dans d’autres avortoirs, en attendant que la situation soit clarifiée. « En tout temps, a déclaré le Pr Baker, inspecteur en chef adjoint de la commission, notre priorité est de veiller à ce que les patientes reçoivent des soins sûrs, de haute qualité et compatissants ». Sic.

    L’Association de protection de l’enfant à naître condamne cette réaction du Service de santé publique « aux pratiques d’avortements dangereuses et illégales dans les cliniques privées », l’accusant de « collusion immorale et illégale dans une activité criminelle ». L’association rappelle que la loi britannique n’autorise l’avortement que s’il y a un risque pour la santé de la mère, en bref si la poursuite de la grossesse est plus dangereuse que l’avortement. Or pour 98% des avortements les médecins certifient qu’il est nécessaire pour la santé mentale de la mère alors qu’il n’y a aucun risque : ces avortements sont donc illégaux.

  • Mike Pence

    Mike Pence, choisi par Donald Trump comme candidat à la vice-présidence, actuellement gouverneur de l’Indiana, a un score de 100% dans le classement du Comité national du droit à la vie, et un score de 0% dans le classement du Planning familial. Interrogé par Fox News sur une loi de l’Indiana qu’il a signée cette année, interdisant l’avortement pour cause d’anomalie génétique, de race ou de sexe, il a déclaré : « Eh bien je suis pro-vie, et je ne vais pas m’en excuser. » Et d’ajouter : « J’aimerais voir l’arrêt Roe contre Wade annulé et jeté à la poubelle de l’histoire, qui est sa place. »

    Tel est son discours habituel, qu’il poursuit invariablement au cours de la campagne : « Je crois au caractère sacré de la vie, et je tiens à ce principe, et je suis honoré de me tenir au côté de Donald Trump dans son fort engagement pour le droit à la vie. »

    Mike Pence est naturellement accusé d’être un dangereux misogyne qui veut « faire retourner le pays à l’âge de pierre »…

  • Prix d’architecture

    Screen_Shot_2016-08-11_at_11.27.04_AM_810_500_s_c1.jpg

    L’avortoir appelé « Centre de santé Diane L. Max pour les services de planning familial » de New York (Queens) a obtenu un prix décerné par l’Institut américain des architectes (AIA) : l’un des sept « Prix nationaux de la conception des services de santé ».

    Les architectes décrivent cet avortoir comme un « établissement de santé reproductive exaltant, exprimant l’avenir de l’organisation, qui accueille les divers résidents de l’arrondissement, évoque le respect de la dignité du patient et du choix individuel de santé reproductive, et donne toute satisfaction aux patients, particulièrement aux jeunes de l’arrondissement ».

    On n’évoque pas le respect de l’enfant à naître, ni d’ailleurs le fait qu’on le tue.

    (Diane L. Max est la présidente du Planning familial de New York. Elle a été la coproductrice exécutive du film After Tiller, célébrant les quatre derniers « médecins » américains qui continuent de réaliser des avortements tardifs aux Etats-Unis après l’assassinat du Dr Tiller.)

  • Catholic relief…

    L’organisation Catholic Relief Services est le Secours catholique américain. Elle a été créée par les évêques et dépend toujours de la Conférence épiscopale. On savait déjà que, via ses partenariats, elle promeut la contraception. Et que l’un de ses vice-présidents s’est ostensiblement « marié » avec un homme. L’Institut Lépante, après avoir enquêté sur les dons des salariés de Catholic Relief Services aux organisations et personnalités politiques, conclut que 98% de ces dons vont à des organisations ou des personnalités qui sont ouvertement favorables à l’avortement.

  • Un arrêt irlandais

    La Haute Cour irlandaise, le 4 août, a décidé que l’enfant à naître avait constitutionnellement et légalement les mêmes droits que l’enfant né.

    L’affaire concernait un Nigérian que les autorités voulaient expulser. L’homme, qui demandait un statut de réfugié, faisait jouer tous les recours pour rester en Irlande, et il trouva finalement l’argument qu’une Irlandaise était enceinte de ses œuvres et que l’enfant à naître avait le droit d’avoir un père. La justice lui répondit que l’enfant n’étant pas né cet enfant avait seulement le droit de naître, selon les termes de la Constitution. Mais la Haute Cour fait observer que le mot « unborn » (non-né) désignant l’être protégé par la Constitution veut dire « unborn child », enfant à naître, donc enfant : il est dépositaire de tous les droits de l’enfant.

    Ce jugement, en lui-même, n’est pas de la plus haute importance (et l’on est tenté de voir surtout qu’il explique aux immigrés clandestins comment faire pour rester en Irlande…). Mais dans le contexte actuel il ne passe pas inaperçu. En effet, sous la pression internationale, le gouvernement irlandais cherche le moyen de libéraliser l’avortement, et il vient de constituer une « conférence citoyenne » pour examiner la question. Les défenseurs de la vie montent donc au créneau, et demandent de rejeter toute tentative de contester les droits constitutionnels de l’enfant à naître : pour commencer il faut abolir la loi de 2013 qui a ouvert une première brèche en permettant l’avortement en cas de « risque de suicide » de la mère.

  • Biden

    Le vice-président des Etats-Unis, Joe Biden, a célébré un mariage pour la première fois le 1er août, ayant obtenu un certificat temporaire lui permettant de procéder à cette union. Et il a publié sur Twitter une photo de la cérémonie. On le voit ainsi procéder au « mariage » entre Brian Mosteller, assistant spécial du président Obama au bureau ovale, et Joseph Mahshie, coordinateur des voyages de Michelle Obama.

    Joe Biden est un « catholique pratiquant ».

  • Sodome est sauve…

    Le 24 juillet dernier, en l’église Saint-Bernardin-de-Sienne de Cracovie, au pied du Wawel, Mgr Nunzio Galantino célébrait une messe pour les responsables et les animateurs de la structure d’accueil des pèlerins italiens aux JMJ. Voici le début de cette homélie :

    La prière : canal invisible qui nous relie à Dieu, ce qui nous permet d’écouter, de demander pardon, de faire l’expérience de sa proximité et de sa paternité, de l’invoquer pour nous et pour les autres. C’est la prière qui nous parle du dialogue intense entre Dieu et Abraham, rapporté dans la première lecture, et c’est la prière qui est demandée à Jésus dans l’évangile. Une prière qui n’est pas une fuite des problèmes et des responsabilités, mais une expérience de vie, faite d’écoute et de réponse, par laquelle s’instaure avec Dieu une relation authentique qui pousse à être audacieux ; comme est audacieuse la prière d’intercession d’Abraham pour Sodome. Une ville sur laquelle personne n’aurait parié quoi que ce soit, sauf Abraham. Sa prière d'intercession et son audace sauvent Sodome. La ville est sauve parce qu'il y a des justes, même s'il y en a peu ; mais la ville est sauve surtout parce qu'il y a Abraham, homme de prière, qui ne se fait pas accusateur implacable, ne parle pas contre, mais parle pour. Abraham, homme de prière, ne dénonce pas les crimes, mais annonce la possibilité de quelque chose de nouveau. Abraham, homme de prière, annonce et nous invite à regarder les possibilités positives. Abraham, homme de prière, est un chercheur infatigable de signes d'espérance à présenter au Seigneur pour qu'il les valorise.

    La prière d’Abraham sauve Sodome. Sodome est sauve. Ainsi s’exprime Mgr Nunzio Galantino, secrétaire général de la conférence épiscopale italienne.

    Or tout le monde, en dehors de Mgr Galantino, sait que Dieu a détruit Sodome dans un déluge « de soufre et de feu ». La destruction de Sodome et Gomorrhe est un thème qui parcourt toute la Bible, de la Genèse à l’Apocalypse, et même Jésus y fait allusion. C’est aussi un thème qui parcourt toute l’histoire de l’art.

    Mgr Galantino était un très obscur évêque d’un petit diocèse inconnu de Calabre quand François l’a promu secrétaire de la conférence épiscopale italienne. Depuis lors il s’est révélé un bon perroquet du pape.

    En mai 2014 il déclarait : « Mon souhait pour l’Eglise italienne est qu’elle soit capable d’écouter sans tabou les arguments en faveur des prêtres mariés (sic), de l’eucharistie pour les divorcés (re-sic), et de l’homosexualité (re-re-sic). »

    Les arguments en faveur de l’homosexualité… Ils impliquent, de fait, de réécrire la Bible. Notamment le passage sur Sodome. Les sodomites étant désormais en odeur de sainteté, Dieu n’a pas pu détruire Sodome. « Sodome est sauve. »

    Plus de deux semaines plus tard, l’homélie est toujours sur le site de Mgr Galantino, non corrigée. On aimerait savoir si c’est vraiment, désormais, ce qu’enseigne la conférence épiscopale italienne.

    *

    Puisque Abraham ne dénonce pas les crimes (comme un intégriste pharisien et pélagien) mais demande de regarder les possibilités positives (et le don de la miséricorde automatique), Sodome est sauve. L’argumentation est celle que François martèle en permanence. Jusqu’ici le pape n’a pas enseigné que Sodome était sauve (mais le « qui suis-je pour juger » y conduit…). Mais il a déjà évoqué le salut de Judas. En utilisant l’absurde explication d’un chapiteau de Vézelay inventée par l’hérétique Drewermann. Ce chapiteau ne peut pas montrer Judas, ni « le bon pasteur » qui a compassion de lui. Cela est établi. Mais François a récidivé, pendant les JMJ, répétant que sur un chapiteau de Vézelay on voit le bon pasteur qui « emmène » Judas « avec lui »…

  • Bonne nouvelle

    Toutes les charges contre David Daleiden et Sandra Merritt ont été abandonnées au Texas.

    Ces deux personnes étaient les auteurs des vidéos sur l’atroce commerce des tissus et membres de fœtus, voire même de fœtus entiers, auquel se livre le Planning familial.

    Ils étaient poursuivis notamment (par le Planning familial) pour usage de fausse identité. Et aussi pour trafic de tissus humains, le Planning familial ayant osé les accuser d’avoir voulu acheter des morceaux de foetus…

    Toutefois ce n’est pas complètement fini : l’Etat de Californie a ouvert une enquête à son tour, et le ministère fédéral de la Justice lui-même, sous la pression de députés pro-avortement, dit étudier la question…

  • Stupéfiant…

    Le Temps, journal suisse fleuron du politiquement correct et de l’idéologie dominante, publie un grand article pour s’offusquer de ce que dans la majorité des prisons suisses on ne pratique toujours pas « l’échange de seringues », alors qu’une ordonnance du Conseil fédéral, en vigueur depuis le 1er janvier, enjoint de remettre aux prisonniers du « matériel stérile » pour qu’ils ne transmettent pas de maladies…

    Curieusement, si cet article n’ignore pas que ce qu’on met dans ces seringues est « un produit pourtant interdit », il omet de nous signaler comment le dit produit arrive dans les seringues. Est-ce que les gardiens de prison sont des dealers patentés ? Est-ce que l’administration pénitentiaire fait officiellement du trafic de drogue ? Est-ce que les détenus payent plein pot, ou est-ce qu’ils ont des réductions, ou est-ce qu’on se shoote gratuitement en prison ?

    Je ne sais pas ce qu’il en est en France. Mais c’est totalement ubuesque que la même action puisse être punie de prison quand elle a lieu en dehors de la prison, et qu’elle soit légale quand elle a lieu en prison…

  • La dictature de la culture de mort

    Communiqué du conseil de l’ordre des pharmaciens mettant fin aux discussions sur une éventuelle clause de conscience :

    pharmaciens.jpg

    On notera la révérence appuyée à la culture de mort. Au point qu’on se demande comment il a pu y avoir une discussion sur un projet de clause de conscience… Sans doute s’est-on aperçu au fil des discussions que le nombre de pharmaciens pro-vie était énorme et tout à fait contradictoire avec l’idéologie officielle, et qu’il était donc urgent de les faire taire.

    Et pourtant le projet de texte n’était qu’une clause de conscience très affaiblie et très relative :

    « Sans préjudice du droit des patients à l’accès ou à la continuité des soins, le pharmacien peut refuser d’effectuer un acte pharmaceutique susceptible d’attenter à la vie humaine. Il doit alors informer le patient et tout mettre en œuvre pour s’assurer que celui-ci sera pris en charge sans délai par un autre pharmacien. Si tel n’est pas le cas, le pharmacien est tenu d’accomplir l’acte pharmaceutique. »

    Marisol Touraine se disait « confiante », car « en tout état de cause, un changement du code de déontologie doit être validé par la ministre des Affaires sociales et de la Santé », et « celle-ci ne laisserait jamais place à une telle disposition ».

    C’est sans doute aussi pourquoi on a arrêté une discussion finalement vaine puisqu’elle se heurtait à la dictature de la culture de mort.

    Laurence Rossignol, ministre « des Familles », s’est « réjouie » de l’arrêt de la discussion, car elle « craint les organisations hostiles au droit des femmes à disposer de leur corps »…

    N.B. Quand on voit que le vice-président que propose Donald Trump est l'un des gouverneurs les plus pro-vie des Etats-Unis, on constate que l'océan entre nous est vraiment très large et profond...

  • Les anglicans du Canada

    L’« Eglise anglicane du Canada » a décidé lundi qu’elle pouvait bénir les « mariages » de personnes du même sexe.

    En fait, le vote du synode général (évêques, prêtres, laïcs) n’avait pas abouti à la majorité requise des deux tiers, mais des « prêtres » ont fait savoir que leur vote n’avait pas été pris en compte, et finalement on est arrivé aux deux tiers…

    La décision ne deviendra canonique qu’en 2019, après ratification par le prochain synode. Mais il y a déjà des bénédictions de « mariages » homosexuels, et plusieurs « évêques » avaient promis de les permettre, quelle que soit l’issue du vote…

    L’« Eglise anglicane du Canada » a perdu la moitié de ses fidèles en 50 ans (de 1,2 million à 600.000), alors que la population du Canada augmentait de 60%. Selon les projections elle devrait disparaître vers 2050.

  • L’Eglise de Sodome

    La Société américaine de théologie catholique est, assure son site, « la principale association de théologiens d’Amérique du Nord » et « la plus grande association de théologiens du monde ». Elle revendique 1.300 membres, tous plus bardés de diplômes les uns que les autres.

    Lors de sa session du mois dernier, elle a décerné son prix John Courtney Murray au Dr Orlando O. Espin, professeur de théologie systématique à l’université catholique de San Diego. Le prix Courtnay Murray couronne « une vie de réalisations théologiques distinguées ».

    L’association déclare : « Au cours de décennies de recherche, d’enseignement, et de dévouement à l’engagement collectif, ce théologien s’est confronté aux problèmes liés à l’héritage historique et contemporain de la colonisation, de l’esclavage, du racisme, et des préjugés envers les personnes LGBT. »

    Le Pr Orlando Espin est « marié » à Ricardo Gallego, membre du Centre communautaire LGBT de San Diego. Dans son allocution, il a remercié son « mari ».

    En 2012 il a dirigé un atelier sur le ministère LGBT dans la communauté latino, au cours du symposium national de « New Ways Ministry » (lobby homosexuel « catholique » condamné en 1999 et 2000 par la Congrégation pour la doctrine de la foi).

    Au cours de la session de juin de la Société américaine de théologie catholique, le séminaire vedette était intitulé « Les échecs de la justice sexuelle. Recommandations et réponses féministes catholiques ». Il y a eu une conférence sur la possibilité de rendre « davantage possible une justice sexuelle pour les femmes dans le cadre du mariage catholique », et d’aider « l’éthique sexuelle catholique à dépasser l’impasse idéologique entre les pro-choix et les pro-vie »…