Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Culture de mort

  • Mgr Cupich et “l’égalité des droits”

    Le nouvel archevêque de Chicago, Mgr Blase Cupich (dont on sait qu’il a été nommé directement par François sans consultation des évêques américains ni de la congrégation romaine pour les évêques), n’a rien à redire à la décision de la Cour suprême imposant le soi-disant mariage homosexuel sur tout le territoire des Etats-Unis. Parce qu’il « respecte les exigences politiques d’égalité ».

    Excellent commentaire de Rorate Caeli, traduit par Benoît et moi.

  • La Cour suprême de la culture de mort

    La Cour suprême des Etats-Unis, par cinq voix contre quatre, a « suspendu » hier la loi du Texas qui restreint fortement les avortements.

    Cette loi avait été évidemment contestée en justice, au cours d’un long périple qui était allé… jusqu’à la Cour suprême. En novembre 2013, le juge Antonin Scalia de la Cour suprême avait rejeté la demande de surseoir à l’application de la loi, suite à l’arrêt de la cour d’appel qui annulait le jugement invalidant une bonne partie de la loi…

    La loi était revenue devant une cour d’appel, qui avait décidé que si l’objectif réel de la loi n’était pas en effet la « sécurité », mais de rendre plus difficile l’accès à l’avortement, cela n’était pas anticonstitutionnel.

    Mais ce n’était pas fini. Les avortoirs du Texas ont à leur tour saisi la Cour suprême, et celle-ci vient donc de décider de suspendre la loi, permettant ainsi aux avortoirs qui ne respectent pas la loi de continuer à tuer… jusqu’à ce qu’elle prenne la fameuse décision qu’elle doit prendre sur l’avortement en 2016, et qui n’ira certainement pas dans le bon sens…

  • La pourriture doit aller de l’avant

    Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne, participant à un gala LGBT, a déclaré que tous les Etats membres de l’UE devraient légaliser le soi-disant mariage homosexuel. Et il ne l’a pas dit en son nom propre, mais au nom de la Commission :

    « La Commission doit aller de l’avant et faire en sorte que tous les Etats membre de l’UE acceptent sans réserve le mariage entre personnes du même sexe comme les autres mariages. »

    Il n’y a semble-t-il eu personne pour lui faire remarquer que ce n’est pas de la compétence de la Commission européenne.

  • En voilà un qu’on ne regrettera pas

    Certes, c’est ce que l’on se dit presque à chaque fois qu’un évêque français prend sa retraite. Mais cette fois on le pense encore plus fort.

    Il s’agit de Mgr Gilbert Louis, évêque de Châlons-en-Champagne (où il y avait 125 prêtres quand il est arrivé, il y en a 53 aujourd’hui).

    Mgr Gilbert Louis a été longtemps président de l’association « Arts, Cultures, Foi », organisme de la conférence épiscopale. A ce titre il avait signé la préface de l’ignoble livre blasphématoire de Mgr Rouet et Gilbert Brownstone L’Eglise et l’art d’avant-garde.

    A l’origine de ce livre il y avait eu « La chair et Dieu dans la création contemporaine », galerie d’œuvres de 12 (sic) artistes sélectionnés par « Arts, Cultures, Foi », dont Andres Serrano (l'auteur de Piss Christ).

    Mgr Gilbert Louis se dit lui-même « artiste », il dessine et il peint, sans avoir jamais appris le dessin ni la peinture. Et à vrai dire ses gribouillis ne sont pas pires que ceux des artistes qui ont appris...

  • La clause de conscience en danger

    Le « Comité des droits sociaux européens » a rendu son avis le 18 juin à propos de la réclamation de la Fédération des Associations Familiales Catholiques en Europe, qui se plaignait, en compagnie des organisations suédoises Provita et KLM (association des médecins et étudiants en médecine chrétiens), du fait qu’en Suède « le personnel médical ne bénéficie pas du droit à l’objection de conscience lors de situations critiques du point de vue de l’éthique telles qu’elles apparaissent notamment en début et en fin de vie ».

    Le Comité… « ne souhaite pas prendre position ».

    Il considère que le nombre d’avortements en Suède n’est pas si élevé qu’on puisse s’inquiéter de l’absence ou non d’un droit à l’objection de conscience (alors que la Suède a l’un des taux d’avortement les plus élevés).

    Le Comité a en fait suivi l’avis du gouvernement suédois, selon lequel la question est théorique car il n’y a aucun cas « où la liberté de conscience ait pu poser problème ». Ce qui est notoirement faux. Mais il ne faut pas contrarier les médecins suédois qui ont déclaré : « Les clauses de conscience sont une menace pour la liberté d’avorter. »

    D’autre part, concernant les avortements sélectifs selon le sexe et le sort des enfants nés à la suite d’avortements tardifs, le . Sur ce point le Comité déclare que « les Etats signataires disposent d’une grande marge d’appréciation pour dire quand commence une vie humaine, et que c’est dès lors à chaque Etat de déterminer, dans cette marge d’appréciation, les conditions dans lesquels le fœtus a droit à la santé... »

    Comme le fait remarquer le vice-président de KLM, « il est très surprenant que le Comité annonce que chaque Etat peut décider quand commence une vie »…

  • Vincent Lambert

    Les avocats des parents de Vincent Lambert ont saisi le 24 juin 2015 la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) d’une demande en révision de l’arrêt du 5 juin.

    1- Il y a dans cet arrêt une grosse erreur de droit.

    2 – Le gouvernement français vient de se contredire par la bouche de Marisol Touraine sur les « volontés » de Vincent Lambert.

    3 – Vincent Lambert déglutit et peut être nourri par la bouche : une preuve vidéo est jointe à la demande de révision.

    A lire sur Gènéthique.

  • Fin du mariage aux Etats-Unis

    Dans un arrêt qui était attendu depuis longtemps et dont on se doutait qu’il n’irait pas dans le bon sens, la Cour suprême des Etats-Unis a décidé, par 5 voix contre 4, que la Constitution garantit le droit au mariage aux couples de même sexe.

    Le soi-disant mariage homosexuel devient donc légal sur tout le territoire des Etats-Unis.

    Et je suppose que toutes les constitutions locales qui avaient défini le mariage comme l’union d’un homme et d’une femme sont ipso facto anticonstitutionnelles…

  • La Pologne hélas

    Les députés polonais viennent d’adopter, par 261 voix contre 176 et 6 abstentions, un projet de loi qui encadre la Fécondation In Vitro.

    Le Premier ministre Ewa Kopacz déclare que c’est un « succès pour la liberté de la Pologne » (?) et une chance de « donner du bonheur » aux couples (mariés ou non) qui pourront ainsi fabriquer des enfants.

    Les députés du PiS font valoir que la FIV viole le droit constitutionnel à la vie et traite les embryons comme un objet plutôt qu’un être vivant. Ils envisagent donc de contester la constitutionnalité de la loi.

    Le texte doit maintenant être voté par le Sénat, puis approuvé par le président de la République. Le nouveau président, Andrzej Duda, un catholique du PiS…

    La FIV était déjà plus ou moins permise, ou tolérée, en Pologne, dans des cliniques spécialisées.

  • Un tout petit pas dans l’Ohio

    Suivant l’exemple de la Caroline du Sud, du Wisconsin et de la Virginie occidentale, les sénateurs de l’Ohio ont adopté (par 23 voix contre 9) une loi interdisant l’avortement après 20 semaines de grossesse, avec une exception si la grossesse met en péril la vie de la mère.

    Quatorze Etats ont voté une loi similaire. Le parlement de l’Ohio avait adopté en mars une proposition de loi prévoyant d’interdire l’avortement après six semaines de grossesse, mais comme attendu, le sénat l’a rejetée. La législation actuelle autorise l’avortement jusqu’à 24 semaines de grossesse.

  • La pression sur l’Irlande

    La pression sur l’Irlande, pour que l’avortement y soit légalisé, est constante. Maintenant, c’est un rapport du Comité des droits économiques, sociaux et culturels des Nations unies, qui (entre autres choses très diverses) exprime la préoccupation de l’ONU quant au fait qu’on ne puisse pas tuer librement les enfants à naître, et demande au gouvernement irlandais « de prendre toutes les mesures nécessaires » - référendum compris - pour réviser sa loi sur l’avortement.

  • Revoici « Women on waves »

    Il y avait longtemps que je n’avais pas entendu parler de ces furies de l’avortement, dont le bateau avortoir allait ou tentait d’aller sur les côtes des pays où l’avortement est interdit.

    Mais il ne s’agit pas du bateau. Les avortueuses délaissent les vagues pour les airs et se mettent au goût du jour : le 27 juin, elles feront décoller depuis Francfort un drone qui « acheminera des pilules abortives » en Pologne. Le drone doit se poser à Slubice, juste derrière la frontière.

    On suppose qu’il y aura de bonnes âmes pour aller réceptionner le colis avant les éventuelles militantes locales de l’avortement.

  • Euthanasie : ça coince au Sénat

    Alors que la première loi Leonetti avait été adoptée à l’unanimité (ou presque) au Sénat comme à l’Assemblée nationale, la nouvelle loi vient d’être rejetée par le Sénat.

    Les sénateurs de droite avaient supprimé le « droit » à la sédation profonde et continue jusqu’à la mort. Ils avaient également ajouté que la nutrition et l’hydratation ne sont pas des traitements.

    Bref ce n’était plus une loi d’euthanasie. Donc la gauche a voté contre, mais aussi un certain nombre de sénateurs centristes et de droite.

    Marisol Touraine regrette ce vote mais exprime sa satisfaction « que la proposition de loi dénaturée ait été rejetée ».

    Retour à l’Assemblée nationale…

  • Au Mexique

    La Cour suprême du Mexique a déclaré inconstitutionnelle toute décision d'interdire le « mariage » homosexuel dans un des Etats du pays. La décision est du 3 juin et n’a été rendu publique que vendredi dernier, le 12.

    Elle impose aux juges des Etats où la dénaturation du mariage n’est pas reconnue de valider le « mariage » entre personnes de même sexe s’ils sont saisis par un tel « couple ».

  • La Cour suprême de la culture de mort

    La Cour suprême des Etats-Unis a confirmé lundi, sans donner de motivations, l’arrêt d’une cour d’appel qui avait jugé inconstitutionnelle la loi de Caroline du Nord obligeant à procéder à une échographie avant tout avortement.

    La loi avait été votée par le parlement à majorité républicaine, et soutenue par le ministre démocrate de la Justice, pour qui le texte répondait à la nécessité d'« informer avant de consentir ».

    Mais selon la cour d’appel qui avait bloqué le texte avant qu’il n’entre en application, l’obligation d’une échographie était un « obstacle injustifié » à l’avortement.

    La vraie raison étant que 70% des femmes changent d’avis quand on leur fait voir l’image de leur bébé et qu’on leur fait entendre ses battements de cœur.

  • Eugénisme en Suisse

    Je reprends le bon titre du Salon Beige sur cette information : les Suisses ont voté en faveur d’un amendement constitutionnel permettant le diagnostic pré-implantatoire.

    Par un score sans appel de 61,9%.

    Pourtant les évêques avaient pris position de façon claire et ferme. Et les sondages étaient indécis...

    Six cantons alémaniques ont voté contre, avec en tête les trois cantons à majorité catholique.

    Mais tous les cantons romands ont voté pour. Les Vaudois à près de 85%, les Genevois à 82%. Le Valais catholique à 81% a voté pour à 57%, le Jura catholique à 74% a voté pour à 67%...

  • Un médecin « catholique »

    « Ce qui est difficile à comprendre pour nos téléspectateurs, c'est qu'avec cette vidéo, ils pourraient avoir le sentiment que Vincent est comme vous et moi. Si on stimule le corps, par des images ou des sons, il réagit. Le corps est vivant, mais malheureusement l’âme, la pensée, la conscience, l’intellect sont totalement anéantis. »

    Propos du docteur Kariger, catholique pratiquant… Il ne croit même pas à l’immortalité de l’âme… Il est vrai que son attitude montre depuis longtemps qu’il ne croit en rien, sinon à son pouvoir de donner légalement la mort.

  • Jean-Paul II et l’état “végétatif”

    Très opportun rappel, sur le Salon Beige, d’un discours de Jean-Paul II entièrement consacré à l’« état végétatif ».

  • Une campagne d’Amnesty

    Amnesty International a lancé hier une campagne mondiale afin d’obliger l’Irlande à modifier sa Constitution sur l’avortement.

    Naturellement, cette campagne fait explicitement suite au référendum sur le soi-disant « mariage » homosexuel. Puisque les Irlandais ont accepté de modifier la Constitution sur ce point, ils doivent maintenant la modifier sur l’avortement.

    Une campagne évidemment fondée sur le mensonge. Par exemple ce prétendu « témoignage » (en gras) :

    « Je craindrais pour ma vie si je devais avoir un autre enfant en Irlande. »

    Alors que l’Irlande est un des pays les plus sûrs en termes de maternité, avec le Chili qui lui aussi refuse (pour le moment) l’avortement.

    Et aussi :

    « La législation draconienne de l'Irlande a créé un climat de peur, dans lequel les accompagnants risquent des amendes s'ils disent aux femmes comment obtenir des soins médicaux. »

    C’est le mensonge de la « santé reproductive », où l’on appelle « soins médicaux » l’assassinat des innocents.

  • A propos de Vincent Lambert

    La vidéo publiée hier, et que j’ai moi aussi répercutée, fait beaucoup de bruit. Parce qu’elle montre clairement un homme qui n’est pas « en fin de vie », qui n’est pas intubé, et qui réagit à des propos ou à des regards. En fait ce n’est pas la première fois qu’on peut voir de telles images, mais le choc vient du contraste entre ce que l’on voit et l’arrêt de la CEDH qui affirme tranquillement qu’on peut tuer cet homme-là.

    Naturellement ceux qui veulent la mort de Vincent Lambert sont très mécontents. Le médecin tueur (et catholique) Kariger n’hésite pas à dénoncer une « manipulation » et un « acharnement » et il ose dire, lui qui a déjà tenté de tuer Vincent Lambert : « C’est irrespectueux pour le malade, pour son épouse et sa fille, qui ne peuvent pas faire le deuil ». Sic.

    Vu aussi à la télévision le terrifiant « docteur » Bernard Devalois, doublement terrifiant quand on sait que c’est un ponte des « soins palliatifs » (et qui soutient à 100% la loi d’euthanasie Claeys-Leonetti), affirmant lui aussi que les images de la vidéo sont une « manipulation », ce qui est un mensonge éhonté, et affirmant droit dans ses bottes, le regard fixe, qu’il faut bien évidemment tuer Vincent Lambert… euh, pardon, mettre fin à une « nutrition artificielle déraisonnable »… ce qui implique un autre mensonge, car il s’agit de faire mourir de soif.

    Jeanne Smits publie le témoignage du frère de Terri Schiavo, qui a vu sa sœur mourir de soif dans les longues et atroces douleurs inhérentes à cette mort. Et elle publie l’effroyable photo de Terri Schiavo en train de mourir de soif, avec en légende le non moins effroyable mensonge de son avocat : « elle était belle, je ne l’avais jamais vue aussi paisible et belle ».

    A ce propos je voudrais une fois de plus préciser que si l’on arrête l’alimentation et l’hydratation on meurt de soif, et non pas « de faim et de soif ». Je l’ai déjà souligné plusieurs fois, manifestement en vain, puisque tout le monde dit que Vincent Lambert mourrait « de faim et de soif ». Je le souligne une fois encore, même si cela ne servira à rien, mais il est quand même bon que la vérité soit dite de temps en temps… Lorsqu’on arrête l’alimentation et l’hydratation on ne peut pas mourir de faim, car on est mort de soif très longtemps avant de pouvoir mourir de faim. On meurt de soif en moins de deux semaines, alors que mourir de faim prend au moins 40 jours, le plus souvent davantage. La différence est qu’on meurt de soif dans de terribles souffrances, alors qu’on meurt de faim tranquillement, dans une torpeur qui s’installe peu à peu. La confusion est faite évidemment à dessein par ceux qui veulent tuer les patients : laisser quelqu’un « mourir de faim », ce n’est pas si inhumain. Il faut le « laisser partir », comme dit Kariger. Mais faire mourir de soif, ce n’est pas du tout « laisser partir ». C’est une insupportable et permanente torture de très longs jours.

    D’autre part, il est stupéfiant, en un temps où se multiplient les récits d’expérience de mort imminente (EMI), de pouvoir parler des patients comme Vincent Lambert comme s’ils étaient absolument inconscients.

    Ce que les expériences de mort imminente montrent de façon indiscutable, c’est que des gens dans le coma, et même des gens qui ont un encéphalogramme plat, sont capables, quand ils se « réveillent », de dire ce qui s’est passé pendant qu’ils étaient « inconscients », en donnant des détails qu’ils n’ont pas pu inventer. Ces patients ont vu sans les yeux et ont entendu sans les oreilles. Il est aujourd’hui établi que des personnes avaient un état de conscience extrêmement éveillé au moment où leur encéphalogramme était plat.

    Les médecins font-ils semblant de ne pas le savoir ? Et les juges de la CEDH ?

    Car, quand on sait cela (et certains de ces phénomènes sont courants, j’ai eu moi-même le témoignage direct d’une personne qui était dans le coma et qui entendait distinctement tout ce qui se disait : « Il est foutu, il n’y a plus rien à faire… », pour ne rien dire des... jeux entre médecins et infirmières), comment peut-on traiter Vincent Lambert comme un déchet ?

    PS. - Petite note sans rapport direct avec Vincent Lambert : quand on parle de ces témoignages à des neurologues ou à des neurochirurgiens, ils répondent que l’encéphalogramme n’enregistre que l’activité de la surface du cortex, et qu’il peut donc y avoir une activité cérébrale dans les couches profondes du cerveau. Fort bien. Toutefois cela n’explique pas comment une telle éventuelle activité cachée permettrait de voir et d’entendre quand le patient ne peut rien voir ni entendre. Mais surtout, la question qui se pose, et que je n’ai encore vu poser nulle part, est celle-ci : vu que l’encéphalogramme plat est la définition de la mort, est-ce qu’on déclare donc sciemment quelqu’un « mort » en sachant qu’il continue d’avoir une activité cachée du cerveau ? Par exemple pour lui prélever ses organes, en sachant qu’on ne peut prélever d’organes que sur un corps vivant ? Ou bien est-ce qu’on nous ment une fois de plus, comme pour la « manipulation » des images de Vincent Lambert ?

    *

    Extrait de ma conférence sur saint Maximilien Kolbe:

     

    Un jour qu’on ne peut déterminer avec certitude, entre le 30 juillet et le 2 août, le commandant du camp désigne dix otages en représailles de l’évasion d’un prisonnier. L’un des dix, tout proche du P. Maximilien, évoque ses enfants qu’il ne reverra plus. Le religieux ose sortir du rang et il se plante devant le commandant. — Qui es-tu ? lui demande–t-il. — Je suis un prêtre catholique, et je veux prendre la place de cet homme. Le commandant ricane et accepte. Les dix sont conduits au bloc de la mort, où l’on ne meurt pas « de faim et de soif », contrairement à ce qu’on lit trop souvent, mais de soif, et la précision est importante. Car on peut survivre longtemps sans manger, et l’on meurt lentement d’inanition, alors qu’on ne survit que quelques jours sans boire, et l’on meurt dans d’atroces souffrances.

     

    Ce bloc de la mort, le sous-sol du bloc 11, est pour cette raison un lieu où l’on n’entend que cris et gémissements. Le P. Maximilien va en faire un lieu où l’on n’entend que prières et cantiques, à la stupéfaction des gardiens, dont l’un témoignera : « J’avais l’impression d’être à l’église. » Le 14 août, il ne reste que quatre survivants, dont le P. Maximilien. Ils sont achevés d’une piqûre de phénol. C’est la veille de l’Assomption.

     

  • Vincent Lambert

    La Cour européenne des droits de l’homme, qui est donc désormais exclusivement celle des droits de l’homme qui a échappé à l’avortement et qui est en bonne santé, a refusé vendredi de condamner la France pour la décision de tuer Vincent Lambert.

    On lira d’abord le communiqué des avocats des parents de Vincent Lambert, les excellentes réactions de Cécile Edel et de Grégor Puppinck, le communiqué de l’Agrif, et l’opinion dissidente de 5 des 17 juges, dont voici le premier et le dernier paragraphes :

    Nous regrettons de devoir nous dissocier du point de vue de la majorité exprimé aux points 2, 4 et 5 du dispositif de l’arrêt en l’espèce. Après mûre réflexion, nous pensons que, à présent que tout a été dit et écrit dans cet arrêt, à présent que les distinctions juridiques les plus subtiles ont été établies et que les cheveux les plus fins ont été coupés en quatre, ce qui est proposé revient ni plus ni moins à dire qu’une personne lourdement handicapée, qui est dans l’incapacité de communiquer ses souhaits quant à son état actuel, peut, sur la base de plusieurs affirmations contestables, être privée de deux composants essentiels au maintien de la vie, à savoir la nourriture et l’eau, et que de plus la Convention est inopérante face à cette réalité. Nous estimons non seulement que cette conclusion est effrayante mais de plus – et nous regrettons d’avoir à le dire – qu’elle équivaut à un pas en arrière dans le degré de protection que la Convention et la Cour ont jusqu’ici offerte aux personnes vulnérables. (…)

    En 2010, pour célébrer son cinquantième anniversaire, la Cour a accepté le titre de Conscience de l’Europe en publiant un ouvrage ainsi intitulé. À supposer, aux fins du débat, qu’une institution, par opposition aux personnes composant cette institution, puisse avoir une conscience, pareille conscience doit non seulement être bien informée mais doit également se fonder sur de hautes valeurs morales ou éthiques. Ces valeurs devraient toujours être le phare qui nous guide, quelle que soit « l’ivraie juridique » pouvant être produite au cours du processus d’analyse d’une affaire. Il ne suffit pas de reconnaître, comme la Cour le fait au paragraphe 181 de l’arrêt, qu’une affaire « touche à des questions médicales, juridiques et éthiques de la plus grande complexité » ; il est de l’essence même d’une conscience, fondée sur la recta ratio, de permettre que les questions éthiques façonnent et guident le raisonnement juridique jusqu’à sa conclusion finale. C’est précisément cela, avoir une conscience. Nous regrettons que la Cour, avec cet arrêt, ait perdu le droit de porter le titre ci-dessus.

    D’autre part, on ne peut hélas pas passer sous silence la réaction infâme de la conférence épiscopale française qui, une fois de plus, se déshonore. Son porte-parole Mgr Ribadeau-Dumas considère que le sujet est « éminemment complexe » et qu’on ne saurait donc tirer quelque conclusion que ce soit de l’arrêt de la CEDH. Le pire dans cette réaction est que Mgr Ribadeau-Dumas, pour nier toute importance à l’arrêt, fait même semblant de ne pas savoir ce qu’est une jurisprudence (ou peut-être ne le sait-il pas, après tout, tant est insondable l’abîme de connerie du noyau dirigeant de l’épiscopat).

  • Il en est là

    Propos du cardinal Kasper (le théologien préféré de François) sur le référendum irlandais :

    « Un Etat démocratique a le devoir de respecter la volonté du peuple ; et il semble clair que, si la majorité du peuple veut ces unions homosexuelles, l’Etat a le devoir de reconnaître ces droits. »

    Ceci est radicalement contraire à la doctrine catholique, et précisément à l’encyclique Evangelium vitae de saint Jean-Paul II, dans sa partie sur la loi civile et la loi morale.

  • Ecoles “catholiques”

    Lundi dernier, le jour même où était présenté au Parement australien une proposition de loi de dénaturation du mariage, Mgr Denis Hart, archevêque de Melbourne, a envoyé à 200 directeurs d’écoles catholiques primaires et secondaires un lettre les exhortant à défendre le mariage, car « il est urgent de faire la lumière sur la signification et sur ce qu’impliquerait la redéfinition du mariage », accompagnant un fascicule de 15 pages sur la question, à distribuer aux parents.

    Certains directeurs de ces établissements catholiques ont refusé de distribuer le fascicule, « désireux d’enrayer l’homophobie au sein des écoles plutôt que de l’attiser », selon le Petit Journal.

    Un lobby homosexualiste intitulé « Coalition pour une école sûre » (sic) appuie ces directeurs d’école, car le fascicule « pourrait blesser et perturber mentalement les jeunes attirés par d’autres jeunes du même sexe, leur suggérant que leurs sentiments ne sont pas “normaux” ou “tout aussi importants” ».

    On notera la violence anticatholique et homofolle du Petit Journal, le « media des Français et francophones à l’étranger », qui rapporte ce fait.

    (Via le Forum Catholique)

  • Gay pride

    En Corée, des associations chrétiennes ont décidé d’organiser une manifestation le 28 juin sur le parcours même qui doit être celui de la gay pride à Séoul.

    Du coup la police a interdit la gay pride.

    Les homosexuels dénoncent une police qui « cède à la pression des chrétiens conservateurs » et « cherche à bâillonner la liberté d’expression » au lieu de la protéger, et maintiennent leur parade…

    A Moscou, la gay pride, qui aurait dû avoir lieu le 30 mai, a été interdite pour la dixième année consécutive. Désormais la loi contre la propagande homosexuelle la rend encore plus impossible.

  • Toujours Kasper

    Excellente analyse et remarquables commentaires de propos du cardinal Kasper (et de quelques autres) par Jeanne Smits sur son blog. En rapport avec le référendum irlandais qui entre sataniquement dans le schéma de la manipulation synodale en cours.

    Jeanne Smits n’emploie pas le mot mais elle met bien en lumière le mensonge, les mensonges éhontés du cardinal Kasper, son négationnisme, particulièrement de l’enseignement de Jean-Paul II.

    Et ce qui devient vraiment étouffant, oppressant, c’est cette obsession homosexuelle. Comme si l’Eglise était composée de deux tiers d’homosexuels (et d’un quart de « divorcés remariés »).

    Plus tard, les historiens de l’Eglise se pencheront avec effarement sur ce temps où des cardinaux et des théologiens ne parlaient plus que du bien de l’homosexualité…

    Il va vraiment falloir mettre un coup d’arrêt, brutal, à cette folie. Par un pape d’Afrique noire. Où l’on appelle un chat un chat, un homosexuel un inverti, et « une forme d’hérésie », « une dangereuse pathologie schizophrène », l’idée selon laquelle on peut détacher la pastorale de la doctrine.

    Oui, la citation est du cardinal Robert Sarah. Le cardinal qui par ailleurs a « accueilli Summorum Pontificum avec confiance, joie et action de grâce ». Papa subito ! Ça urge !

  • Le droit de tuer avant la viabilité

    Aux Etats-Unis, une Cour d’appel fédérale a invalidé hier la loi qui interdit, dans l’Etat de l’Arkansas, l’avortement après 12 semaines de grossesse, confirmant la décision d’un tribunal qui l’avait déjà bloquée l’année dernière avant son application. Pour la Cour d’appel, « en interdisant les avortements après la 12e semaine de grossesse, la loi interdit aux femmes de prendre l’ultime décision, mettre fin à une grossesse avant la viabilité du fœtus ».

    Parce que tuer son enfant quand le fœtus est viable, c’est légal mais ce n’est pas très bien. Il vaut mieux le tuer juste avant qu’il soit viable. Et ce qui est pratique pour les barbares est que personne ne peut définir le seuil de viabilité.

  • En Ecosse

    Les députés écossais ont rejeté par 82 voix contre 36, hier, la proposition de loi en faveur du suicide assisté, qui a fait couler beaucoup d’encre depuis un an. On faisait pleurer dans les chaumières en soulignant que c’était une proposition du député Margo MacDonald, morte de la maladie de Parkinson… Et certains prenaient leurs désirs pour des réalités. Ainsi peut-on lire sur la fiche Wikipedia concernant la législation sur le suicide assisté par pays : « Le parlement écossais se prépare à adopter un texte en ce sens en 2015. »

    Le ministre de la Santé avait manifesté l’opposition du gouvernement : « Le gouvernement estime que la loi actuelle est claire et qu'il n'est pas du ressort de la loi d'aider quelqu'un à se suicider. Le gouvernement n'a pas l'intention de changer la législation actuelle. »

  • L’euthanasie au Sénat

    La commission des Affaires sociales du Sénat a adopté hier 12 amendements à la proposition de loi sur la fin de vie.

    Le plus important est assurément que l'hydratation et l'alimentation artificielles ne sont plus assimilées à des traitements.

    D’autre part l’euthanasie (la « sédation profonde et continue ») ne pourra être pratiquée qu'en cas de « souffrance réfractaire ».

    Mais, à supposer que ce soit voté par le Sénat, il n’en restera rien au retour à l’Assemblée.

    Et en sens inverse, en ce qui concerne les « directives anticipées », la commission limite les cas dans lesquels le médecin n’est pas tenu de s’y conformer.

  • Feu l’Irlande catholique

    On n’a pas encore les résultats, mais il est acquis que le oui est très largement majoritaire, dans le référendum sur le soi-disant « mariage » homosexuel en Irlande

    Dans un pays où la grande majorité des habitants se dit catholique et où 92% des écoles primaires dépendent de l’Eglise catholique…

    Cela montre bien l’incurie du clergé irlandais, puisque ces catholiques ne connaissent pas le catéchisme et n’ont même plus aucun réflexe de la loi naturelle.

    Il faut dire aussi que rares ont été les vrais opposants, par peur d’être traités d’homophobes par la dictature de l’idéologie dominante qui est la pensée unique dans les médias.

    Il est ainsi ahurissant de voir que la première personne à déclarer : « C'est une claire victoire pour le camp du oui », a été le fondateur et directeur de l’Institut Iona, considéré comme catholique conservateur, qui avait fait campagne pour le non et qui adresse ses « félicitations » aux vainqueurs. Comme s’il s’agissait d’un scrutin pour départager deux positions aussi respectables l’une que l’autre…

    Les grands responsables sont évidemment les évêques, et le clergé en général. Des prêtres, évidemment médiatisés, ont ouvertement pris position pour le oui, de nombreux évêques se sont tus, et si le primat d’Irlande, Mgr Eamon Martin, archevêque d’Armagh, a dit avec assurance et précision ce qu’il fallait dire, ce que dit l’Eglise véritable, sur le mariage et la famille, d’autres ont carrément refusé de prendre position. Ainsi l’archevêque de Dublin en personne, Mgr Diarmuid Martin, qui a dit à plusieurs reprises qu’à titre personnel il voterait non, mais que sa politique « n’était pas de dire aux autres comment voter ». Dans l’Irish Times, il a écrit qu’il avait sa propre opinion mais, ajoutait-il littéralement : « Je n’ai pas envie de bourrer mes opinions religieuses dans la gorge des autres ». Sic. Et il soulignait n’avoir aucun rapport avec quelque organisation que ce soit faisant campagne pour le non…

    L’évêque de Derry, participant à un débat alors qu’il n’est pas évêque en Rpublique d’Irlande, soulignait que les gens étaient libres de voter comme ils le veulent, l’important étant de se faire une opinion mûrement réfléchie sur la question, car la décision ne « devait pas être prise à la légère ». Ajoutant qu’il ne fallait surtout pas voter non pour de « mauvaises raisons »…

    Et bien entendu l’archevêque de Dublin se référait au pape : « Ma position est celle du pape François, qui, dans les débats autour du mariage homosexuel en Argentine, a dit qu’il était contre la légalisation du mariage des personnes de même sexe, mais qu’il était cohérent aussi de dire aux gens de ne juger personne. » [Le seul acte du cardinal Bergoglio avait été d'écrire une lettre aux... monastères - sic - de son diocèse.]

    De même, l’ancienne présidente Mary McAleese, qui se pose en catholique pratiquante, avait-elle appelé à voter oui en montrant en exemple de nombreux évêques irlandais qui ont fait preuve « d’ouverture vis à vis des homosexuels »… « Je sens la même ouverture chez le pape François. »

    Y aura-t-il un évêque, ou une quelconque personnalité catholique, pour réclamer désormais, et en urgence, la suppression du préambule de la Constitution ? Car, avec le « mariage » homosexuel dans cette Constitution, son préambule devient quasiment blasphématoire : « Au nom de la Très Sainte Trinité, de laquelle découle toute autorité et à laquelle toutes les actions des hommes et des États doivent se conformer, comme notre but suprême, Nous, peuple de l'Irlande, Reconnaissant humblement toutes nos obligations envers notre seigneur, Jésus Christ… »

    Y a-t-il eu au moins, pendant la campagne (que je n’ai pas suivie) quelqu’un pour souligner la très grave contradiction entre le préambule et l’amendement soumis au vote ? On peut en douter fortement. C’est là qu’on voit à quel point un peuple anciennement catholique a pu être anesthésié, chloroformé, abruti.

    Et il reste que c’est une grande honte pour l’Eglise que ce soit un pays nominalement catholique qui soit le premier au monde à instituer le soi-disant mariage homosexuel par référendum.

    Addendum

    Le oui a gagné avec 62,07% des voix, avec une participation de 60,5%.

    Une seule circonscription (rurale, bien sûr), celle qui regroupe le comté de Roscommon et le sud du comté de Leitrim (Carrick on Shannon), a voté non, à 51,4%.

    Je crois qu’une des raisons de la décadence, de l’apostasie, irlandaise, est le désastre liturgique que j’ai observé depuis longtemps dans ce pays. A comparer avec l’état de la Pologne, qui est bien meilleur malgré tout, et où la liturgie est restée très digne.

    La circonscription qui sauve l’honneur :

    800px-Roscommon-South_Leitrim_(Dáil_Éireann_constituency).png

  • Quand les évêques se prennent pour des francs-maçons…

    Selon Jean-Marie Guénois, du Figaro, aura lieu lundi à Rome, à l’université Grégorienne, une réunion quasi secrète organisée par les conférences épiscopales de France, d’Allemagne et de Suisse, qui ne figure sur aucun agenda, et dont la majorité des évêques n'est pas au courant, alors que les invitations, extrêmement sélectives (limitées à 50 personnes) portent le logo des trois conférences épiscopales. C’est une journée d’études… sur l’accueil des divorcés remariés et des personnes homosexuelles dans l’Église, avec trois théologiens hétérodoxes. Introduite par Mgr Jean-Luc Brunin, évêque du Havre, conclue par le cardinal Reinhard Marx.

  • GPA : la Suisse résiste

    Le Tribunal fédéral, autorité judiciaire suprême en Suisse, a annulé un jugement qui avait reconnu le lien de filiation entre un enfant et ses « deux pères ». Le tribunal administratif suisse avait retranscrit sans sourciller le jugement californien qui faisait de cet enfant né par GPA l’enfant de deux pères sans mère.

    Le Tribunal fédéral a rappelé que la GPA est interdite par la Constitution de la Suisse, et que selon les lois suisses seul l’homme qui est le père biologique de l’enfant… est son père.

    En conséquence, il ordonne que soient inscrits comme père de l’enfant ce père biologique, et que soit également inscrite sa mère biologique, afin de préserver le droit de l’enfant d’exercer plus tard son droit à connaître ses ascendants.