Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Culture de mort

  • Au Chili

    Le Sénat chilien a adopté le 19 juillet un texte déjà voté par les députés en mars… 2016 dépénalisant l’avortement en cas de viol, de malformation du fœtus et de risque pour la santé de la mère.

    Il semblait que la loi allait être rapidement promulguée.

    Mais le Sénat avait apporté des amendements et le texte devait donc revenir devant les députés. Ce qui eut lieu dès le lendemain. Mais les députés, à une voix près, ont rejeté les amendements du Sénat.

    Il faudra donc passer par une commission paritaire qui devra trouver une version commune aux deux chambres. Ce qui peut prendre plusieurs semaines.

    Si le texte final est adopté, les députés de l’opposition saisiront le Tribunal constitutionnel, ce qui retardera encore la promulgation de la loi.

    Et le 30 août entrera en fonction le nouveau président du Tribunal constitutionnel, qui est pro-vie…

    Les évêques ont réagi au vote du Sénat d’une façon très ferme, en soulignant le scandale que les parlementaires démocrates chrétiens aient voté le texte.

  • La contraception n’empêche pas l’avortement

    On le sait depuis toujours malgré le négationnisme officiel, mais une étude du British Pregnancy Advisory Service le confirme : plus de la moitié des femmes qui se font avorter sont sous contraceptif. 24,1% sous contraception hormonale, 27,1% non hormonale (contraceptif, stérilet). Etude réalisée sur 40.000 femmes.

    En fait la contraception accroît le nombre d’avortements, puisque les femmes se croient « protégées ».

  • Homofolies

    Le cardinal Reinhard Marx, dans une interview à l’Augsburger Allgemeine à propos de la légalisation du « mariage » entre personnes du même sexe en Allemagne, déclare que l’Eglise devrait faire acte de repentance pour ne pas s’être opposée dans le passé aux lois qui réprimaient les actes homosexuels. Il faut se rappeler, dit-il, « que l’Eglise n’a pas été exactement pionnière pour ce qui est des droits des homosexuels. Nous devons exprimer nos regrets de n’avoir rien fait pour empêcher que les homosexuels soient persécutés. La loi (allemande contre l’homoxualité) n’a été abolie qu’en 1994, et nous, l’Eglise, nous ne nous en étions pas préoccupé ».

    Et ensuite il revient à la charge : « L’histoire de l’homosexualité dans nos sociétés est exécrable parce que nous avons fait beaucoup pour les marginaliser, et en tant qu’Eglise et en tant que société « nous devons dire : pardon, pardon ».

    Et d’ajouter que jusque « très récemment » l’Eglise catholique était « très négative envers les personnes gays, c’était un scandale, et terrible ».

  • La Bonino à l’église

    212142682e.jpg

    Emma Bonino sera le 26 juillet prochain (fête de sainte Anne) à l’église de Ronco di Cossato. Euh, non, ce n’est pas pour se confesser de ses milliers de crimes, c’est pour faire l’apologie de l'invasion migratoire, dans le cadre de la campagne « J’étais étranger, l’humanité qui fait le bien », soutenue par son grand ami François.

    Comme le souligne Marco Tosatti :

    On suppose que maintenant, après avoir aidé à priver ce pays d'un nombre énorme d'êtres humains, elle pourra - à l'église – faire pression en faveur du sympathique programme de remplacement ethnique en Italie.

    La « grande Italienne » Emma Bonino (comme dit François), qui se vante d’avoir pratiqué elle-même plus de 10.000 avortements, explique sans la moindre ironie qu’il faut accueillir un grand nombre d’immigrés en raison de la faible natalité du pays…

  • Homophobie

    Il est proprement scandaleux que l’équipe de chercheurs de Santé publique France, de l'Inserm et de l'équipe nationale d'intervention en prévention et santé pour les entreprises (ENIPSE) qui a pondu l’étude sur le sida publiée dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire, et les responsables de ce bulletin, ne soient pas traduits devant la justice.

    En effet, selon cette étude (à laquelle je dénie évidemment toute fiabilité, au nom des valeurs de la République), la situation de l'épidémie de VIH chez les jeunes hommes homosexuels français serait « extrêmement préoccupante ».

    Inutile de préciser que si par impossible la réalité était homophobe il serait plus homophobe encore de le souligner.

    Mais à quoi servent donc les lois anti-discrimination ?

  • Il n’y a plus de ladies ni de gentlemen

    Les employés des transports londoniens ont reçu l’ordre de ne plus utiliser l’expression « Ladies and gentlemen » dans leurs annonces. Ils doivent désormais dire « tout le monde » (everybody). Les annonces préenregistrées vont être modifiées en ce sens.

    Cette décision fait suite à une campagne intensive des lobbies LGBTQ+ auprès du maire de Londres Sadiq Khan. Les lobbies se félicitent naturellement d’avoir eu gain de cause : le langage « inclusif » et «  non genré » des transports londoniens rendra la vie plus facile à ceux qui ne se reconnaissent pas dans un sexe donné…

  • Malte invertie

    Le Parlement de Malte a adopté hier à la quasi unanimité le soi-disant mariage entre personnes du même sexe.

    Seul un député du parti d’opposition a voté contre.

    Il paraît que les évêques s’étaient « fermement opposés » au texte. Mais ils s’étaient surtout fermement opposés aux catholiques qui avaient fait campagne contre les candidats voulant légaliser les unions entre personnes de même sexe. Et ils ont été parmi les premiers à justifier la communion aux adultères impénitents dans le sillage d’Amoris laetitia.

  • La communion pour tous

    Mgr Thomas Paprocki, évêque de Springfield, Illinois, est victime d’une polémique LGBT pour avoir demandé à ses prêtres de respecter la doctrine catholique, notamment en ce qui concerne les personnes de même sexe « mariées », qui ne doivent pas être admises à la communion ni à la sépulture chrétienne si elles n’ont pas manifesté de signe de repentance.

    En réponse, l’évêque de San Jose (Californie), Mgr Patrick McGrath, a publié un texte indiquant que dans certains diocèses ont été édictées des directives, concernant les LGBT, qui peuvent engendrer de la « confusion ». Il saisit cette opportunité pour assurer que dans le diocèse de San Jose on ne refuse pas la communion ni la sépulture chrétienne à « quiconque les demande de bonne foi »…

    Et bien entendu il se réclame du pape François…

    Le diocèse de San Jose a un « conseil du ministère catholique LGBT » qui organise notamment une messe mensuelle pour « les LGBT catholiques, leurs familles, leurs amis et tous nos frères et sœurs en Christ ».

    Comme par hasard Mgr Paprocki est d’origine polonaise, et Mgr McGrath est né irlandais.

  • Elan profond

    Simone Veil, affirme le président de la République, c'était "l'élan profond vers le bien".

    Foetus-de-12-semaines.jpg

    avorton2.jpg

    2084141589.jpg

  • "PMA pour toutes"

    Propos de Pierre Lévy-Soussan, pédopsychiatre :

    « Sacrifier scientifiquement le père est une forme ultime de violence faite aux enfants. »

    « L’éradication scientifique du père est une utilisation particulièrement perverse de la science. »