Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Absence

    Je serai absent jusqu’au 9 mars, donc en fait jusqu’au 10.

    Mais il y aura toujours la note liturgique quotidienne (par la magie de la programmation des notes), parce que je me suis rendu compte que sinon je n’arriverais pas à publier tout l’Acathiste d’ici Pâques...

  • UIMM – Syndicats : Le grand copinage…

    Communiqué de Marine Le Pen

    Denis Gautier-Sauvagnac, ancien porte-parole des ci-devants "maîtres de forges" (président de l'UIMM : Union des industries et métiers de la métallurgie), mis en cause par la justice dans le financement occulte des syndicats, aurait préalablement négocié une indemnité de départ d’un million et demi d’euros et la prise en charge de ses frais de justice à venir par cette composante du MEDEF. L’information, révélée par Marianne et confirmée par l’organisation patronale, révèle l’ampleur des scandaleuses connivences entre un certain patronat pour lequel tout est permis et des structures syndicales qui, en privilégiant leurs propres intérêts financiers, trahissent la cause des travailleurs français qu’elles sont censées défendre. Ce que tout ce petit monde appelle "fluidifier le dialogue social" n'est ni plus ni moins qu'une grande collusion d'intérêts contre-nature. 

    Le Front National dénonce ce grand copinage entre patronat et syndicats à l'intérieur d'un système qui ne se préoccupe aucunement des travailleurs français. Ceux-ci savent bien au fond que ni les slogans creux des uns ni les millions des autres ne sont destinés à les protéger.

    Pendant ce temps, le bal de la mondialisation continue et la valse des délocalisations menace d’emporter dans les Ardennes les 700 emplois de la société Electrolux, spécialisée dans la production de lave-linge haut de gamme.

  • Polynésie

    Gaston Flosse, de nouveau président de la Polynésie française depuis samedi dernier, et son vieil ennemi Oscar Temaru ont présenté leur gouvernement : le parti de Flosse a cinq ministères, celui de Temaru en a dix (dont la fille du chef indépendantiste, Teua, 26 ans). Oscar Temaru devient président de l’Assemblée de Polynésie française, en remplacement d’Edouard Fritch, un fidèle de Flosse, qui a démissionné pour laisser la place à Temaru et devient vice-président...

    Gaston Tong Sang, qui avait remporté les élections, se retrouve donc dans l’opposition. Mardi, Gaston Flosse et Oscar Temaru ont même créé un groupe commun à l’Assemblée, l’UDSP, qui ne veut pas dire union pour le détournement des suffrages populaires, comme disent les méchantes langues, mais « Union pour le développement, la stabilité et la paix ». Le groupe n’a qu’une voix de majorité, dans une Assemblée où les changements de camp sont fréquents...

    Quand on demande à Temaru, dont le parti se bat depuis 30 ans contre celui de Flosse, comment l’impossible alliance avec son ennemi de toujours peut tenir, il répond : « Cette union va aller jusqu’au bout, j’en suis convaincu, c’est aussi la volonté de Dieu : que les hommes se rencontrent, partagent et fassent la paix. »

    C’est pas beau, ça ?

  • Les Turcs se retirent d’Irak

    L’armée turque a annoncé qu’elle son offensive dans le nord de l’Irak était achevée. Selon elle 240 « rebelles » et 27 membres des forces turques ont été tués.

    Hier, Robert Gates s’était rendu à Ankara pour demander aux Turcs d’arrêter leur opération, et George Bush les avait appelés publiquement à quitter l’Irak « le plus vite possible ».

  • Chômage : la machine à statistiques a des ratés...

    Communiqué de Jean-Marie Le Pen

    La machine à fabriquer les bonnes statistiques du chômage a des ratés. Malgré les efforts d’une maintenance technique assidue, on n’a pas réussi à lui faire produire des chiffres en baisse pour le mois de janvier.

    La hausse avouée est de 0,7%, et si l’on ajoute les demandeurs d’emploi qui ont un petit boulot, elle est de 1,4%.

    Mais, comme le dit sans rire François Fillon, « le chômage ne peut pas baisser tous les mois »...

    Les Français, quant à eux, ne sont pas dupes. L’indice du « moral des ménages » calculé par l’INSEE a battu un nouveau record à la baisse (moins 35 !), et l’opinion se dégrade encore sur les perspectives d’évolution du chômage...

  • Ben alors

    Le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté de 0,7% en janvier, après quatre mois de baisse consécutive.

    Et si l’on prend en compte les personnes déclarant un « petit boulot » en même temps que leur recherche d’emploi, la hausse monte à 1,4%.

    Le bidouillage des statistiques n’arrive plus à cacher la réalité.

    L’opinion des Français qui se dégrade sur les perspectives d’évolution du chômage n’est donc pas un fantasme...

  • Les Tchèques font la nique à l’UE

    La République tchèque a signé mercredi avec les Etats-Unis un accord qui exempte ses ressortissants de visas s’ils veulent se rendre outre-Atlantique.

    La Commission européenne avait condamné ces négociations bilatérales dans un domaine qui relève de sa compétence, et mercredi encore elle se réservait le droit de saisir la Cour européenne de Justice.

    Mais elle a finalement baissé les bras.

    « Il aurait été préférable de négocier en tant qu’Union, mais une fois que nous avons un accord signé (par un membre), je crois que c’est très difficile de trouver une solution pour des négociations avec l’ensemble de l’Union », a constaté le ministre slovène de l’Intérieur au nom de la présidence de l’Union. Signer des accords bilatéraux sera désormais possible, a soupiré le commissaire Frattini, qui a reconnu que la cause de toute cette affaire est l’incapacité de la Commission européenne de négocier avec les Etats-Unis une fin rapide des mesures discriminatoires imposées aux ressortissants des pays entrés dans l’UE depuis 2004 (sauf la Slovénie ), ainsi qu’à la Grèce.

    « Nous avons attendu quatre ans et puis nous avons décidé d’y aller seuls », a déclaré à la presse le ministre tchèque de l’Intérieur. Interrogé sur les critiques de la Commission européenne et d’autres Etats membres, il a répondu : « Un homme qui n’a pas faim ne peut pas comprendre un homme qui a faim. » Et il a cité parmi les pays qui « ont faim » la Slovaquie , la Hongrie , Malte, la Grèce et les Etats baltes...

    « Nous constatons la négation absolue de l’Union européenne de la part des Etats-Unis », a protesté un diplomate européen, ajoutant que « l’ambiance est un peu pénible » entre les Etats membres.

    En effet, pour obtenir l’exemption de visas, les Tchèques ont accepté un transfert d’informations sur les passagers des vols à destination des Etats-Unis allant au-delà de ce que l’Union européenne a accepté l’an dernier. Mais ce sont bien les Tchèques qui étaient demandeurs. Et c’est la Commission européenne qui était incapable de trouver une solution. Et qui a capitulé devant la volonté d’un Etat membre...

    La République tchèque présidera l’Union européenne au premier semestre 2009... Avec Vaclav Klaus, qui vient d’être réélu à la présidence de son pays et qui est le seul dirigeant « eurosceptique » de l’Union européenne... Alors que le traité de Lisbonne est censé entrer en vigueur le premier jour de cette présidence... si les Irlandais ne l’ont pas fait capoter d’ici là...

  • Pied de nez irlandais

    And the winner is... Dustin the Turkey, « Dustin la dinde ». Au terme de la compétition destinée à élire le représentant de l’Irlande à l’Eurovision, les téléspectateurs de la télévision nationale ont choisi d’y envoyer une dinde...

    Dustin, marionnette de tissu, avec un grand nez rouge, est connue depuis longtemps. Elle a commencé sa carrière en 1990 dans une émission pour enfants, mais elle est rapidement devenue populaire chez les adultes. Avec une voix nasillarde et un fort accent de la banlieue ouvrière de Dublin, elle se moque de tout, en ponctuant ses propos de rots retentissants. A chaque élection, elle reçoit des milliers de voix...

    Pour l’Eurovision, ce n’est pas la marionnette, mais une personne réelle, déguisée en Dustin. Elle apparaît sur un caddy de supermarché agrémenté d’un sèche-cheveux, de fleurs factices et d’une lunette de toilettes dont le tour est orné des photographies d’anciens lauréats de l’Eurovision...

    La chanson de Dustin est intitulée « Irelande douze pointe » (sic, en « français » dans le texte), et commence ainsi : « Oh, je viens d’une nation qu’elle sait comment écrire une chanson... Oh Europe, qu’est-ce qui a mal tourné ?... » D’abord dans le style d’une balade irlandaise, que Dustin chante faux de façon appliquée, et se transforme ensuite en une gigue endiablée laissant place à un rap de l’Eurovision qui devient lui-même un mélange de rock, de techno et de disco, dans un indescriptible n’importe quoi, au milieu de danseurs et de danseuses kitch et emplumés.

    Le choix de Dustin « divise le pays », constate sérieusement l’Irish Examiner. L’annonce de la victoire de la dinde a été saluée par autant de sifflets que d’applaudissements, et la dernière lauréate irlandaise, la très fade Dana, est scandalisée.

    L’Irish Independant est plus près de la réalité quand il se demande, en éditorial s’il vous plaît, si ce n’est pas une façon de protester contre « la tournure bizarre que prend de plus en plus l’Eurovision ».

    C’est en effet un hilarant pied de nez que font les Irlandais à une prétendue compétition où personne ne s’intéresse aux chansons, du reste généralement sans intérêt, mais uniquement au nombre de « points » que vont donner au candidat les pays qui ont une affinité géographique ou culturelle avec le sien...

  • Crimes Soviétiques : jugements Français

    Communiqué de Bruno Gollnisch

    La Cour d’Appel de Lyon vient de confirmer la condamnation prononcée à mon encontre par le Tribunal de Grande Instance.

    J’aurais contesté le jugement de Nuremberg, notamment en affirmant que l’assassinat de milliers d’officiers polonais à Katyn était à mettre sur le compte des soviétiques, qui l’ont depuis reconnu, et non sur celui des Allemands. J’en déduis donc que, pour ne pas risquer de porter atteinte à l’autorité de Nuremberg, il faut continuer à prétendre que les Allemands sont responsables de ce crime.

    Je serais également coupable d’avoir demandé que la discussion soit libre sur ces sujets, sur lesquels, selon la Cour , plus aucun débat ne saurait avoir lieu. Je suggère donc le licenciement de tous les historiens qui, sur fonds publics, travaillent encore sur ces questions qui n’en sont pas.

    En matière de contestation de jugement, je suis cependant mieux traité que le célèbre écrivain Emile Zola qui fut condamné à un an de prison ferme, pour avoir contesté la condamnation du capitaine Dreyfus. Et j’ai un motif d’espoir : l’histoire a donné raison à Emile Zola, dont beaucoup de rues de France portent le nom, plutôt qu’à ses juges tombés dans l’oubli.

  • Le monde est plus sombre

    1098203271.jpgCe matin le monde s’est réveillé sans dom Gérard. Et le monde ne le sait pas.

    Dom Gérard est mort à cette terre le jour de la mi-carême. Au milieu de la nuit difficile du carême. Et le monde est encore plus sombre, car un luminaire s’est éteint.

    Le 30 janvier les Eglises byzantines célèbrent les « trois luminaires » : saint Basile le Grand, saint Grégoire le Théologien, saint Jean Chrysostome. Aujourd’hui je comprends brutalement le sens de cette expression.

    J’aurai eu la grâce, le privilège, de connaître, au XXe siècle presque finissant, trois luminaires. Gustave Thibon, l’abbé Bryan Houghton, dom Gérard. Et je pense à mon pauvre ami Gérard Prieur qui était leur ami beaucoup plus que moi et dont la maison, là-bas à Richerenches, au carrefour de Saint-Marcel, de Viviers et du Barroux, est imprégnée de leur présence.

    Gustave Thibon, l’abbé Bryan Houghton, dom Gérard : le paysan de l’Ardèche, le grand aristocrate britannique, le rejeton de la bourgeoisie bordelaise ; le mystique héritier de Simone Weil, le prêtre vivant de et pour son seul sacerdoce, le moine rebelle devenu père abbé ; trois personnalités aussi dissemblables que possible, unies dans une même foi, dans une même contemplation du Mystère, dans une amitié surnaturelle. Trois personnages qui avaient en commun une immense simplicité, celle qui est le fruit de la vérité, de la liberté et de l’amour.

    « Voilà un authentique israélite, en qui il n’y a aucun artifice », en qui il n’y a rien de trompeur, s’exclame Jésus en voyant Nathanaël. Car il est très rare de rencontrer des gens qui soient véritablement sans artifice, qui soient véritablement simples, et c’est encore plus rare quand il s’agit de gens qui ont des responsabilités, ou un certain renom.

    « Si ton œil est simple, tout ton corps sera lumineux », dit Jésus. L’œil est simple quand il regarde Dieu et ne se laisse distraire par rien sur cette terre. Et alors c’est toute la personne qui est lumineuse, qui est un luminaire.

    Dom Gérard est le seul homme qui, au XXe siècle de ténèbres, a construit un monastère ex nihilo. Un grand monastère, entièrement dédié à l’œuvre et à la prière bénédictine. Entièrement voué à la liturgie latine et grégorienne, à la messe de saint Pie V. Un monastère où l’on vient du monde entier. Le petit moine rebelle qui s’était fait ermite à Bédoin est devenu le Très Révérend Père dom Gérard, officiellement Abbé de l’abbaye Sainte-Madeleine, reconnu comme tel par Rome, reconnu dans sa spécificité liturgique, de par la volonté notamment du cardinal Ratzinger. Et lorsque le monastère a édité un beau missel, ce fut avec une préface du futur pape.

    Le luminaire a allumé d’autres lumières. D’autres monastères sont nés du Barroux, et d’autres monastères encore ont retrouvé la liturgie traditionnelle. Prions pour que le flambeau du Barroux continue de briller dans cette nuit qui s’étend sur le monde.

    Erat autem nox.

     

    (NB. Parmi ses très nombreux écrits, Dom Gérard laisse au moins deux livres essentiels : pour savoir ce qu'est la liturgie, il faut lire ce lui qui est intitulé La Sainte Liturgie. Pour savoir ce qu'est la chrétienté, il faut lire Demain la chrétienté.)

  • + Dom Gérard +

    Le T.R.P. Abbé et la communauté

    de Sainte-Madeleine du Barroux,

    ont l’immense douleur de vous faire part

    du décès de     

    leur vénéré fondateur et premier Abbé,

     le T.R.P. Dom Gérard CALVET


          survenu le jeudi 28 février 2008.     

     


    Né à Bordeaux le 18 novembre 1927,

    il était entré au monastère de Madiran en 1950.

    Après le transfert de la communauté, c’est à Tournay

    qu’il avait prononcé ses premiers voeux le 4 février 1951

    et qu’il avait été ordonné prêtre le 13 mai 1956.

    Ayant fondé la communauté de Bédoin en 1970,

    il avait entrepris ensuite la construction de l’abbaye du Barroux.

    Après la reconnaissance canonique de celle-ci,

    il en avait été nommé le premier Abbé par le Saint-Siège

    et avait reçu la bénédiction abbatiale le 2 juillet 1989.

    Il avait résigné la charge abbatiale en novembre 2003.

         

    Requiescat in Pace.


         

    Le T.R.P. Abbé et la communauté de Sainte-Madeleine,

    la T.R .M. Abbesse et la communauté de Notre-Dame de l’Annonciation,

    le Père Prieur et la communauté de Sainte-Marie de la Garde,

    en union avec ses frères Jean et Hubert Calvet,

    recommandent à vos prières l’âme de leur très aimé Père

    et vous prient d’assister ou de vous unir d’intention

    à la messe des funérailles qui sera chantée à l’Abbaye

    le lundi 3 mars 2008 à 10h00.

         

          Abbaye Sainte-Madeleine — 84330 LE BARROUX

          T. : 04 90 62 56 31 — F. : 04 90 62 56 05 — contact@barroux.org 

    www.barroux.org

  • Les bergers entendirent les anges

    Acathiste à la Mère de Dieu, strophe VII

    Les bergers entendirent les anges chanter la venue du Christ n la chair, et courant vers lui pour voir le berger, ils le virent, tel un agneau sans tache, paissant sur le sein de Marie qu’ils chantèrent alors en disant :

    Salut, Mère de l’Agneau et du Pasteur. Salut, bercail des brebis douées de raison.

    Salut, retranchement contre les ennemis invisibles. Salut, clef des portes du paradis.

    Salut, parce que les habitants du ciel se réjouissent avec ceux de la terre. Salut, parce que la terre est en transports avec le ciel.

    Salut, bouche des apôtres qui ne saurait se taire. Salut, courage invincible pour les vainqueurs dans la lutte.

    Salut, ferme soutien de la foi. Salut, signe éclatant de la grâce.

    Salut, vous par qui l’enfer fut dépouillé. Salut, vous par qui nous avons revêtu la gloire.

    Salut, épouse sans époux !

    Salut, épouse sans époux !

  • A propos de crimes contre l’humanité

    « Le recrutement actif de professionnels de la santé en Afrique sud-saharienne devrait-il être considéré comme un crime ? »

    Tel est le titre d’un article du dernier numéro de The Lancet. Il est signé par dix médecins, et l’on ne peut que répondre oui à la question lorsqu’on a lu l’article.

    Ces médecins soulignent ce que l’on sait déjà, mais que les immigrationnistes, aveuglés par leur folle idéologie refusent de voir : non seulement de nombreux jeunes Africains vont faire leurs études de médecine en Europe ou aux Etats-Unis, et restent dans le pays où ils ont étudié, mais de nombreux jeunes diplômés africains quittent leur pays une fois leur diplôme en poche. Par exemple, un tiers des médecins formés au Nigeria quittent le pays dans les dix ans.

    Le résultat est que l’Afrique noire manque cruellement de médecins.

    L’article donne des chiffres précis. Il y a un médecin pour 8.000 personnes en Afrique noire, un taux qui tombe à un pour 50.000 au Malawi. Selon le standard international, le taux minimum acceptable est de un pour 5.000.

    Il y a proportionnellement 100 fois plus de médecins en Grande-Bretagne qu’en Afrique sub-saharienne, et un médecin sur 10 en Grande-Bretagne vient du continent noir.

    L’article souligne que les pays développés recrutent systématiquement des infirmières, des pharmaciens et des médecins dans une région qui doit se battre contre les plus grands fléaux de maladies infectieuses et chroniques.

    En 2004, un rapport a calculé que le Ghana avait perdu 35 millions de livres sterling, entre 1998 et 2002, dans la formation de professionnels de santé qui étaient ensuite recrutés en Grande-Bretagne, et que dans le même temps la Grande-Bretagne avait économisé 65 millions de livres...

    Conclusion : « Quand la communauté internationale permet à des organismes d’attirer activement des professionnels que l’on va surcharger de travail et souvent mal payer, en les faisant quitter les populations les plus vulnérables, cela contribue à la détérioration de la fourniture des soins essentiels de santé. »

    On trouvera cet article sur le blog Hibernia Girl (en anglais). Il est suivi d’une dépêche indiquant que 85% des infirmières philippines vont exercer en Occident. « L’exode est devenu si énorme que l’Organisation mondiale de la santé s’inquiète de ses effets sur le système de santé philippin. » Le manque de médecins et d’autres professionnels de santé est déjà très critique dans les zones rurales.

    Si vous voulez des crimes contre l’humanité, vous en avez là, qui sont commis aujourd’hui. Non seulement on ne les dénonce pas, mais on les cultive, avec bonne conscience, au nom de l’accueil de l’autre, de la diversité, de l’antiracisme, de l’antidiscrimination, de l’immigration choisie, etc., etc.

  • La persécution de Bruno Gollnisch

    Communiqué de Jean-Marie Le Pen

    Bruno Gollnisch est lourdement condamné en appel pour « contestation de crimes contre l’humanité » alors qu’il avait explicitement reconnu la Shoah comme un crime contre l’humanité.

    Cette condamnation s’inscrit dans la longue liste de ces verdicts où la justice prétend débusquer des non-dits coupables dans des propos qui ne le sont en aucune manière.

    Il ne s’agit pas de justice, mais d’une persécution permanente contre ceux qui déplaisent à Big Brother. Ces jugements mettent la France au rang des Etats totalitaires.

    « Malheur à la génération dont les juges méritent d'être jugés », dit le Midrash Rabba.

  • Dom Gérard

    965777122.jpg
    J’apprends la mort de Dom Gérard, fondateur du monastère du Barroux.

    Il est maintenant dans la lumière du Mystère et célèbre la liturgie céleste qui est infiniment plus belle que celle de son monastère qui était pourtant la plus belle sur cette terre.

    Que le Seigneur ait pitié de nous qui restons sans lui.

  • Gollnisch condamné en appel par Ubu-Big Brother

    La cour d’appel de Lyon a confirmé la peine de trois mois de prison avec sursis et 5.000 euros d’amende infligée en première instance à Bruno Gollnisch pour « contestation de crimes contre l’humanité ».

    Bruno Gollnisch est également condamné à verser 3.000 euros de dommages et intérêts à chacune des huit parties civiles, lobbies antiracistes et associations d’anciens déportés.

    Ce nouveau verdict ne fait que confirmer l’iniquité du premier.

    Bruno Gollnisch n’avait contesté aucun crime contre l’humanité.

    Il avait au contraire explicitement déclaré qu’il ne remettait pas en cause les déportations ni les millions de morts des camps nazis. Et à l’audience de première instance, interpellé par la Licra , il avait explicitement reconnu la Shoah comme un « crime contre l’humanité incontestable », ce qui avait conduit la Licra à se retirer de la procédure...

    Pour la suite de cette fin de conférence de presse où Bruno Gollnisch était victime d’un véritable harcèlement, on laissera la parole à Florent Dessus, adversaire politique (radical) de Bruno Gollnisch à Lyon et directeur du journal Vox Rhône-Alpes. Voici ce qu’il écrivait dans son journal (n°3, 21-27 octobre 2004), après avoir assisté à la conférence de presse :

    « Vient une question concernant l’existence des chambres à gaz, à laquelle il répond. S’en suit un tollé général, une levée de boucliers, des cascades de déclarations. Autant de réactions parfaitement concevables si M. Gollnisch avait effectivement nié l’existence des chambres à gaz. Ce qui n’est pas le cas. S’il avait tenu les propos qu’on lui prête, nous aurions été les premiers à les dénoncer. Mais il se trouve qu’on ne peut pas lui faire dire le contraire de ce qu’il a dit. (...) Alors, force est de constater qu’il s’est fait piéger, que la machine médiatique s’est emballée et que l’ensemble de la classe politique a suivi. Jusqu’au garde des Sceaux qui a demandé à la Justice d’ouvrir une enquête avant d’éventuelles poursuites... »

    On voit ce que sont devenues les « éventuelles poursuites » : une condamnation, en première instance et en appel, tandis que Bruno Gollnisch était en outre exclu de l’université pour cinq ans.

    L’histoire jugera les juges.

  • Nouvelle pression pour l’euthanasie

    Chantal Sébire, une institutrice de 52 ans, défigurée par une tumeur très rare et incurable, demande à l’Etat d’abréger ses souffrances, qu’elle décrit comme atroces. L’heure est maintenant «  de partir dignement dans la mort », dit-elle.

    « Le combat pour la légalisation de l’euthanasie en France mené par Chantal ressemble à celui de Marie Humbert », commente l’AFP.

    Laquelle Marie Humbert a fini par reconnaître qu’elle avait été manipulée par l’ADMD.

  • L’Afghanistan

    Lors d’une audition devant la commission des forces armées du Sénat américain, le directeur du Renseignement, Michael McConnell, a déclaré qu’en Afghanistan « les talibans contrôlent actuellement 10 à 11% du territoire, le gouvernement fédéral 30, 31%, le reste est sous contrôle local ».

  • Paris-Jérusalem

    Lors d’une réunion intitulée « France-Israël, une amitié au service de la paix », organisée à l’occasion des 60 ans de l’Etat d’Israël par Claude Goasguen, président du groupe d’amitié France-Israël à l’Assemblée, et Claude-Annick Tissot, tête de liste UMP dans le XIe arrondissement, Françoise de Panafieu s’est engagée, si elle est élue, à jumeler Paris et Jérusalem, et à afficher le portrait du soldat « franco-israélien » Gilhad Shalit place de l’Hôtel de Ville, comme celui d’Ingrid Betancourt.

    Saluant « l’action de Nicolas Sarkozy en faveur du renforcement des liens avec Israël, » elle a déclaré : « C’est cette même dynamique, portée aujourd’hui au plus haut niveau, que je m’engage à porter au niveau de la capitale si demain je suis élue maire de Paris. »

  • Deux Maliens

    Un vol à destination de Casablanca a été retardé pendant quatre heures à Roissy après que plusieurs passagers, « informés par une quinzaine de membres de RESF », se sont opposés à l’expulsion de quatre clandestins.

    Deux des quatre clandestins font partie des 91 Maliens interpellés le 12 février dernier dans un foyer insalubre du XIIIe arrondissement de Paris et placés en centre de rétention.

    Ils n’ont pas tous été libérés. Il y en a qui n’ont pas de chance...

  • Salaire du Premier ministre : Jospin contredit Sarkozy

    Répondant à la polémique sur son salaire de président de la République, qu’il dit avoir aligné sur celui du Premier ministre, Nicolas Sarkozy précisait mardi dans un entretien au Parisien : « Qui a fixé le salaire du Premier ministre ? Lionel Jospin. Quand Lionel Jospin a dit que le Premier ministre doit gagner 20.000 euros, il n’y a pas de polémique parce qu’il est de gauche... »

    Lionel Jospin a envoyé une lettre au Parisien, dans laquelle il assure que « c’est faux » et que Nicolas Sarkozy a fondé son argumentation « sur deux contre-vérités » : « Mon salaire était fixé comme celui des ministres par décret du président de la République », et que ce salaire était de 59.000 F net, soit 9.000 euros, quand il est arrivé à Matignon.

  • Sarkozy réconcilie les Tchadiens...

    Nicolas Sarkozy est passé par le Tchad avant d’aller en Afrique du Sud. On s’attendait à une annonce tonitruante de la grâce du président Deby accordée aux zozos de l’Arche. Mais il n’a été question que du sort des opposants tchadiens disparus et de l’opposition tchadienne en général.

    Aux journalistes qui lui demandaient ce qu’il en était des zozos, il a répondu : « J’ai parlé de l’Arche de Zoé cinq minutes sur l’heure et demie (de l’entretien avec Deby). Je suis venu ici pour réconcilier les Tchadiens, ce qui n’a rien à voir avec l’Arche de Zoé. »

    Etrange...

  • Le moral des ménages troue la chaussette

    L’indicateur du « moral des ménages » élaboré par l’INSEE a battu un nouveau record absolu à la baisse en février, à -35 (moins 35) contre -34 en janvier. C’est la huitième baisse consécutive.

    Comme il n’y a qu’un point d’écart, les différences d’opinion sur les divers points de l’indicateur sont peu sensibles. Il est intéressant toutefois de noter que l’opinion sur les perspectives d’évolution du chômage se dégrade encore légèrement, alors que mois après mois le gouvernement nous annonce triomphalement une nouvelle baisse du chômage.

  • National Hebdo N° 1232

    En une : « Casse-toi, alors, pauvre con ! » Avec la photo de Nicolas Sarkozy. Chacun comprendra ce qu’il veut comprendre…

    Topoline rapporte « l’événement » du salon de l’agriculture à sa manière et fait état des craintes de Buckingham Palace quant à la prochaine visite de Sarkozy, accompagné de Carla dont un journal britannique dit qu’elle aurait l’intention d’apporter sa guitare pour chanter sa chanson qui dit : « Mon monde est meilleur quand tu es avec moi parce que tu es ma reine… »

    Topoline s’en prend aussi avec autant de verve que de vigueur à la prétendue et subite diminution des infarctus depuis l’interdiction du tabac dans les bars. Et quand on sait que Topoline ne supporte pas la fumée…

    Mon édito porte sur la réaction de Nicolas Sarkozy à la censure du Conseil constitutionnel concernant la « rétention de sûreté ».

    Michel Limier parle de Christine Ockrent, « les pieds dans le PAF ».

    Alexandre Martin narre « la grande évasion fiscale » au Liechtenstein, qui ne concerne pas que l’Allemagne…

    Jean Roberto ausculte les conflits à la tête de l’Iran, entre Ahmadinejad et Rafsandjani, entre les Pasdarans et les ayatollahs.

    Béatrice Pereire salue « la môme Piaf ».

  • Le chaste Joseph se troubla

    Acathiste à la Mère de Dieu, strophe VI

    L’âme agitée par la tempête de pensées équivoques, le chaste Joseph se troubla en vous voyant, vous encore vierge, et vous soupçonna de secrètes relations, vous qui êtes exempte de tout défaut. Mais instruit de votre conception par l’opération de l’Esprit Saint, il dit : Alléluia !

    Alléluia !

  • Les enfants de la Shoah en CM2 : c’est enterré

    La « décision » de Nicolas Sarkozy de faire parrainer par des CM2 chaque enfant juif de France victime de la Shoah a subi le lot commun des grandes trouvailles du président : elle a été enterrée.

    Interrogée par les journalistes à l’issue de la réunion de la « mission » créée pour la mettre en forme, sa présidente Hélène Waysbord-Loing a tout bonnement répondu : « Il n'en a pas été question ce matin. » Elle a ajouté : « Il ne faut pas faire de la commémoration, du rituel, parce que l'école n'est pas le lieu de cela. L'école est le lieu où l'on construit un savoir, où l'on apprend aux élèves à rechercher, à enquêter. »

    La mission fera des propositions d’ici deux mois. « Il n'y a rien de très précis de décidé, mais la volonté de tous d'arriver à améliorer ce qui est déjà très bien fait par les professeurs », a dit Simone Veil.

     

    La réaction de Marine Le Pen

    Interrogée par l’AFP à son arrivée au salon de l’agriculture, Marine Le Pen a répondu : « La maman de jeunes enfants de bientôt 10 et 9 ans se réjouit de cette décision. Je regrette que Nicolas Sarkozy lance des idées dont plusieurs sont éminemment néfastes, sans aucune concertation, en écoutant des conseillers qui n'ont aucune qualité particulière, comme Mme Mignon, en créant une espèce de sentiment anxiogène. J'espère qu'il en tirera des conséquences et cessera ce comportement impulsif et négatif. »

    Elle a suggéré qu’en revanche « chaque classe de CM2 parraine un héros de l'histoire de France, qu'il soit célèbre ou anonyme », afin de « recréer une fierté à l'égard de la France ». Il pourrait s'agir de « héros connus ou inconnus comme les Justes », a-t-elle précisé.

    Alors qu'on lui demandait s'il fallait améliorer le travail de mémoire sur la Shoah (ce qui reste l’objectif de la mission), elle a mis en garde contre « une compétition entre les mémoires, au moment où il faut appuyer plus sur ce qui nous unit ».

    Addendum

    Dans la soirée, l’Elysée et le gouvernement tentaient de brouiller les pistes et de faire croire que l’affaire se déroulait conformément à ce qu’avait décidé Sarkozy...

    Dans un communiqué, Xavier Darcos affirmait de nouveau que le travail sur la Shoah en CM2 « s’appuiera sur l’histoire et l’exemple particulier, étudié en classe, de chacun des 11.400 enfants juifs de France morts en déportation » ; il soulignait sur RTL que « l’appropriation » de la mémoire d’un enfant se ferait « dans le contexte d’une classe, et non pas d’un élève séparé qui devrait porter seul la mémoire d’un enfant particulier victime de la Shoah  ». Il ne craignait pas d’ajouter : « Je ne crois pas que le président de la République ait pensé autre chose depuis le début ». Alors c’est que Nicolas Sarkozy s’exprime très mal. Car l’interprétation obvie de son discours est qu’il s’agissait de chaque enfant.

    Le communiqué de l’Elysée était quant à lui nettement moins catégorique : « Le président de la République se réjouit de l’issue très positive de la rencontre organisée ce matin (...) Il constate qu’après les polémiques (...) la nécessité de transmettre la mémoire de la Shoah aux jeunes générations fait l’objet d’un consensus très largement partagé. »

    C’est une confirmation que l’affaire est enterrée, mais soigneusement masquée par le baroud d’honneur du bon grognard Darcos.

    Lequel est tout de même un fieffé hypocrite. Car dans la lettre de mission qu’il a remise à la présidente du groupe de réflexion, il n’est pas question une seconde du parrainage d’un enfant de la Shoah , ni par un élève, ni par une classe...

  • Un groupe assyrien veut devenir catholique

    Le 17 janvier dernier, l’évêque du « diocèse apostolique catholique assyrien » (ACAD), Mar Bawai Soro, ses six prêtres et trente diacres ont signé une déclaration par laquelle ils expriment leur résolution à « entrer en pleine communion avec l’Eglise catholique » et à « retrouver l’unité ecclésiale avec l’Eglise chaldéenne catholique ».

    Le 31 janvier, l’évêque chaldéen de San Diego, avec son clergé, a rencontré Mgr Soro et son clergé pour définir les prochaines étapes de mise en œuvre de la déclaration du 17.

    Mgr Soro est depuis très longtemps un acteur important du dialogue œcuménique entre l’Eglise assyrienne et l’Eglise de Rome, ainsi qu’entre les Eglises d’Orient. Entre 1994 et 2005 il a été co-président de la commission syriaque de la fondation Pro Oriente de Vienne, co-secrétaire du comité de dialogue théologique entre l’Eglise catholique et l’Eglise de l’Orient (c’est ainsi que les assyriens désignent habituellement leur Eglise), et entre 1997 et 2005 co-secrétaire général de la commission pour l’unité entre l’Eglise chaldéenne et l’Eglise assyrienne. En 1994, il a été l’un des signataires de la déclaration christologique commune entre le patriarche Dinkha IV et Jean-Paul II. (En 1975, l’Eglise assyrienne avait renoncé à toute référence au nestorianisme. En fait elle n’a jamais été vraiment nestorienne. Le schisme du Ve siècle était plus un acte de défiance politique envers Byzance.)

    Né en 1954 à Kirkuk, Mgr Soro a obtenu un doctorat en théologie à l’Angelicum (Rome). Il a été ordonné à Chicago en 1982, et est devenu évêque à San José (Californie) puis à Seattle. Fin 2005, il a été déposé par le synode assyrien, et il a fondé avec ses fidèles un « diocèse apostolique catholique assyrien » indépendant, avec l’intention de concrétiser l’unité à laquelle il travaille depuis longtemps.

    Vue de loin, cette affaire paraît anecdotique. Elle pourrait pourtant être d’une grande importance pour le catholicisme oriental (bien que tout se passe aux Etats-Unis, le patriarche assyrien résidant à Chicago...). L’Eglise assyrienne, qui compte moins de 300.000 fidèles dans le monde, est une branche de l’antique Eglise de Perse, souvent appelée Eglise « nestorienne » après son refus du concile d’Ephèse en 431, et qui deviendra autour du VIIIe siècle la plus grande Eglise du monde, s’étendant de la Mésopotamie à l’Inde et jusqu’à la Chine. Au XVIe siècle une partie importante de cette Eglise rejoignit l’unité avec Rome, devenant l’Eglise chaldéenne, très majoritaire en Irak. Si Mgr Soro, dont on a vu qu’il est très connu dans les instances de dialogue entre Eglises orientales et avec Rome, rejoint avec son clergé et ses fidèles l’Eglise chaldéenne catholique, cela pourrait convaincre d’autres assyriens de faire de même. D’autant que l’Eglise assyrienne a été victime en 1968 d’une nouvelle scission, de plusieurs évêques qui refusaient le calendrier grégorien, adopté trois ans plus tôt, qui ont élu un patriarche résidant à Bagdad.

    L’un des reproches faits à Mgr Soro par le synode assyrien est qu’il veut traduire la liturgie en langue vernaculaire. L’Eglise assyrienne tient à conserver sa liturgie en syriaque (il ne s’agit pas de la langue du Christ, comme on le dit souvent, mais d’une branche de la langue araméenne telle qu’elle était parlée en Mésopotamie autour du Xe siècle, le syriaque dit classique, ou aramaïque). Mgr Soro fait valoir qu’il n’y a guère plus d’1% des fidèles, clergé compris, ajoute-t-il, qui comprennent cette langue.

    De fait, en Irak, les chaldéens célèbrent la liturgie surtout en arabe, comme les « syriens », ou les maronites au Liban (dont la langue liturgique est également le syriaque). Ils gardent toutefois divers chants de la liturgie dans la langue originelle. Il serait dommage que ce patrimoine sacré disparaisse (il faut espérer que ce ne soit pas le vœu de Mgr Soro), mais l’intransigeance du synode assyrien fait davantage penser à un conservatisme étriqué qu’à un souci de préserver la tradition. Toutes les liturgies orientales sont au moins partiellement célébrées en langue vernaculaire depuis très longtemps, et cela s’inscrit dans leur structure même. (Avec toutefois une nuance, en Orient : l’arabe utilisé dans la liturgie est l’arabe classique, qui n’est ni une langue sacrée ni une langue vernaculaire.)

    D’autre part, la déposition de Mgr Soro apparaît comme une injustice, quels que soient les griefs qui ont été ajoutés pour tenter de le discréditer (ils ont été balayés dans le procès que lui a intenté le synode et qu’il a gagné) ; et c’est le synode assyrien qui se discrédite en ne parlant de Mgr Soro que sous son nom de laïc et en l’appelant ex-évêque, ce qui est une erreur théologique grave, car un évêque reste évêque pour l’éternité.

  • Paris-Berlin : rien ne va plus

    Le sommet franco-allemand du 3 mars a été reporté au... 9 juin, pour des « raisons de calendrier », annonçait l’Elysée il y a quelques jours. L’explication était fort peu convaincante, et la presse allemande en faisait des gorges chaudes. Or voici qu’une autre réunion franco-allemande, entre les ministres des Finances, vient d’être également reportée « pour des raisons d’agenda ».

    Cette fois il n’est plus possible de cacher qu’il y a un très sérieux malaise entre la France et l’Allemagne. Et selon l’AFP on reconnaît à l’Elysée qu’en effet la polémique monte à propos de ces reports et qu’il y a des sujets sur lesquels « des éclaircissements sont nécessaires »...

    Il y a longtemps en fait (plus de six mois) que le ton monte entre la France et l’Allemagne. La principale pomme de discorde est la fameuse Union méditerranéenne de Sarkozy, dont les Allemands ne veulent absolument pas, car ils y voient, à juste titre (dans la logique européiste), un motif de division entre les Etats du sud et les Etats du nord.

    Désormais, la France ne parle plus d’Union méditerranéenne, mais d’Union pour la Méditerranée  : à première vue on ne voit pas la différence, mais elle est essentielle : il ne s’agit plus d’une union des pays méditerranéens, mais d’une union de pays (dont tous ceux de l’Union européenne) sur le thème de la Méditerranée. Sarkozy a mangé son chapeau.

    Toutefois, cela ne suffit pas à rassurer les Allemands. D’autant qu’Angela Merkel n’est pas conviée au lancement du projet, le 13 juillet prochain à Paris, mais seulement le... lendemain, avec les autres Etats membres appelés à l’approuver... Ce qui est évidemment considéré outre-Rhin comme un outrage.

    On sait d’autre part que les Allemands ne supportent pas les critiques incessantes de Nicolas Sarkozy sur la Banque centrale européenne et ses appels à une politique économique qui aurait autorité sur la BCE.

    Il y a encore d’autres différends, notamment sur le calendrier de retour à l’équilibre des comptes publics français.

    Et il y a l’animosité personnelle d’Angela Merkel envers Nicolas Sarkozy, qu’elle appelle Monsieur Blabla et dont elle ne supporte pas l’agitation permanente. Une séquence télévisée tournée lors du sommet de Lisbonne en décembre dernier en est une illustration très parlante. Les chefs d’Etat et de gouvernement sont entourés de journalistes. L’un d’eux demande à Nicolas Sarkozy si c’est toujours la lune de miel entre Angela Merkel et lui-même. Nicolas Sarkozy hèle de façon vulgaire Angela Merkel, qui se trouve non loin de lui. « Hé ! Angela ! Viens ici ! », lance-t-il avec son sourire le plus chafouin. Et lorsqu’elle arrive, Sarkozy lui dit : « Hein, entre nous, c’est la lune de miel ! » Et il traduit : « Honeymoon ! ». Angela Merkel lui tourne aussitôt le dos en laissant tomber : « Oh... we just collaborate. »

    Et l’on voit que même cette collaboration distanciée est désormais sujette à caution.

  • La Vierge se hâta vers Elisabeth

    Acathiste à la Mère de Dieu, strophe V

    La Vierge portant Dieu dans son sein, se hâta vers Elisabeth, dont l’enfant, reconnaissant le salut de la Mère de Dieu, se réjouit et se mit, par son tressaillement, comme c’eut été en chantant, à lui crier :

    Salut, branche au bourgeon inflétrissable. Salut, terre au fruit impérissable.

    Salut, vous qui avez donné le vigneron ami des hommes. Salut, vous qui avez enfanté Celui qui plante notre vie.

    Salut, terre qui avez produit une abondance de miséricorde. Salut, table garnie abondamment de propitiation.

    Salut, vous qui redonnez vie au jardin paradisiaque. Salut, car vous préparez le port des âmes.

    Salut, ô parfum agréé de l’intercession. Salut, vous qui sollicitez le pardon pour l’univers entier.

    Salut, bienveillance de Dieu envers les mortels. Salut, vous par qui les mortels trouvent grâce auprès de Dieu.

    Salut, ô épouse sans époux !

    Salut, ô épouse sans époux !

  • Persécutions anti-chrétiennes en Algérie : on attend toujours certaines réactions

    Communiqué de Bernard Antony, président de Chrétienté-Solidarité

    Après la condamnation le mois dernier à un an de prison avec sursis du père Wallez pour le « délit » d’avoir prié « hors d’un lieu de culte autorisé » avec des camerounais, hier c’est le pasteur Hugh Johnson, président depuis des dizaines d’années de l’église protestante, qui a été expulsé d’Algérie. Chrétienté-Solidarité reçoit de ce pays des nouvelles très alarmantes pour la sécurité des chrétiens et le terme de « tracasseries » utilisé dans le Figaro de ce jour pour titrer un article sur cela est pour le moins inadéquat. La réalité est en effet celle de la persécution : persécution sanglante par les assassinats perpétrés par les fanatiques islamistes mais aussi celle de toutes  les mesures étatiques de surveillance et de restriction des libertés de culte et d’interdiction totale de la liberté de conversion.

    Ajoutons que l’Etat algérien soutient les islamistes salafistes qui ne le combattent pas et qui préfèrent traquer les chrétiens en Kabylie notamment. On attend toujours devant ces violations des Droits de l’homme  les protestations du gouvernement français. On attend toujours les protestations du Conseil Français du Culte Musulman et surtout celle de son président le recteur Boubakeur de la Mosquée de Paris.

    La doctrine d’application des droits de l’homme et de l’ingérence est décidément à géométrie variable…

    On attend aussi les protestations des hommes politiques français. A ce jour, strictement aucun dirigeant de parti ne s’est exprimé sur le sujet.

    Que penser enfin du silence accablant des autorités religieuses chrétiennes en France mais aussi de la presque totale indifférence de la plupart des paroisses de France devant la situation de leurs frères des pays que domine l’islam, discriminés toujours, persécutés souvent, sans oublier les génocides qui ont déjà anéanti ou finissent d’anéantir des églises et leurs peuples, de la Turquie au Soudan, du Pakistan à l’Irak.