Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Politique française

  • Maintenant on sait

    Jean-François Daraud a annoncé qu’il sera candidat du FN aux prochaines élections législatives dans la circonscription de Carcassonne.

    Le Conseil de l’Ordre du Grand Orient de France a aussitôt entamé la procédure visant à exclure le frère Daraud.

    Au moins les électeurs sauront que le candidat FN est (lui aussi) franc-maçon.

  • Encore un jour noir

    Le délit d’entrave numérique à l’avortement, permettant de supprimer les sites internet qui ne célèbrent pas le droit fondamental de tuer les enfants avant la naissance, a été adopté en première lecture, sans surprise, dans un hémicycle quasiment vide, à main levée.

    Il s’agit d’une « extension » du délit d’entrave à avortement, qui figurera donc dans le même article du code de santé publique, le même alinéa, celui où il est précisé que ce délit est passible de deux ans de prison et 30 000 euros d’amende…

    L’amendement visant à supprimer l’article unique de la loi a été rejeté par 35 voix contre 15. Car il y a encore 15 députés (sur 577 : 2,6%) qui osent se dresser contre la dictature de la culture de mort…

    On remarquera aussi que « la rapporteure » (sic), Catherine Coutelle, a pu se payer le luxe de rappeler :

    En décembre 1994, le président de la Conférence des Évêques, Mgr Duval, désapprouvait les commandos anti-IVG. En 1993, l’Assemblée nationale avait adopté, dans un relatif consensus, la loi Neiertz, instaurant le délit d’entrave à l’IVG. Le 21 décembre de la même année, le tribunal correctionnel de Bordeaux prononçait des peines d’emprisonnement contre les membres d’un commando anti-IVG.

    Désormais on pourra mettre en prison ceux qui mettent sur internet un témoignage de femme ayant mal vécu son « IVG ». Car, a souligné « la rapporteure », c’est la même entrave que de s’enchaîner à la porte d’un avortoir, et c’est donc la même sanction.

    On remarquera enfin que le texte prend soin de préciser :

    « par tout moyen de communication au public, y compris en diffusant ou en transmettant par voie électronique ou en ligne »

    Donc tous les médias sont concernés, même si dans un premier temps on va s’en prendre aux sites internet.

  • Macron géographe

    Dans le livre signé par Emmanuel Macron, on apprend que Villeurbanne est dans la région lilloise.

    Voilà ce que c’est de publier un livre sans même lire ce que les nègres – choisis pour leur infaillible compétence technocratique - ont écrit…

  • Singerie laïque

    L'Assemblée nationale a adopté hier en première lecture une proposition de loi sur l’organisation de « funérailles républicaines », comme il y a déjà les baptêmes républicains et le… mariage civil.

    En fait la loi prévoit déjà la possibilité de ces funérailles, mais les communes n’étaient pas obligées de les organiser, et en conséquence beaucoup de familles étaient « contraintes d'accepter des obsèques religieuses », comme dit le rapporteur du texte Hervé Féron.

    Comme quoi même les laïcistes athées ont besoin de rites, et même spécifiquement d’un rite pour la mort…

    *

    A propos d’Hervé Féron. Il est député socialiste de Meurthe-et-Moselle. Adversaire de l’identité chrétienne de la France, il est en revanche un ardent défenseur de l’identité… sahraoui. Il a même réalisé un documentaire sur le Sahara occidental, “Un mur dans le désert”, pour « montrer que la culture et la transmission de la culture et des traditions peuvent permettre de préserver une identité et que c’est là un outil de résistance. Car conserver son identité permet aussi de continuer à revendiquer une appartenance à un territoire ». Un documentaire (diffusé 12 fois par la Chaîne parlementaire) où il ne craint pas de prétendre que la culture sahraouie remonte aux peintures rupestres d’il y a 4000 ans…

    Puis il a tiré un livre de ce film, édité par l’association Kaïros de Nancy (qui a notamment publié les deux tomes de “La Maçonnerie en Lorraine”, ouvrage exaltant le « combat pour la République » et ses principes aujourd’hui menacés…) Les bénéfices de la vente du livre sont versés au Croissant Rouge sahraoui…

  • A vos ordres (on n’est pas des martyrs)

    Acte 1

    Valérie Boyer, porte-parole de François Fillon, apparaît sur France 2 avec une croix autour du cou.

    Acte 2

    Caroline Fourest, et quelques autres fanatiques laïcards (qui n’ont rien contre le voile islamique) s’indignent de cette atteinte à la laïcité.

    Acte 3

    A la sortie du plateau, Valérie Boyer explique qu’elle n’enlève jamais cette croix, même quand elle se baigne ou pour dormir.

    Acte 4

    Le même jour, Valérie Boyer est sur BFM TV. Sans sa croix qu’elle n’enlève jamais… ou bien cachée… comme on a déjà vu des cardinaux et même un pape le faire...

    Ici et .

  • Ali Juppé

    Le concurrent (très) malheureux de François Fillon avait vigoureusement protesté contre le surnom d’Ali Juppé dont les méchants l’avaient affublé.

    Mais le fait est que dans les Yvelines Juppé n’arrive en tête que dans des communes à forte densité islamique : Mantes-La-Jolie, Les Mureaux, Trappes, Poissy…

    Et qu’il est aussi en tête en Seine-Saint-Denis (le département où le premier prénom donné aux garçons est Mohammed)…

    D’autre part, il semble que de nombreux électeurs de gauche soient allés voter pour Juppé.

    Si on retire les musulmans et la gauche, il ne reste vraiment plus beaucoup de voix « de droite et du centre » pour Juppé, alors que les médias en avaient fait le grand candidat…

  • Radicalisée

    Le parti radical de gauche a investi sa présidente Sylvia Pinel (ministre des gouvernements socialistes de 2012 au début de cette année) comme candidate à la présidentielle.

    Une nouvelle claque au PS et à sa « primaire de la gauche »…

  • Duettistes

    François Fillon, diabolicum :

    « J'ai voté tous les textes qui voulaient améliorer l'accès pour les femmes à l'IVG, y compris le dernier qui était proposé par la gauche. Faire planer un doute, c'est inqualifiable. »

    Alain Juppé, ridiculum :

    « Je voudrais aussi me réjouir, moi qui suis catholique, de l'évolution de l'église catholique sur ce point, du Pape François qui invite les prêtres à pardonner ce qui était encore il y a peu impardonnable. Vous voyez que l’Église progresse. »

  • A vomir

    Propos du catholique François Fillon :

    « Jamais je n'aurais pu penser que mon ami Alain Juppé tombe aussi bas. Ça fait 30 ans que je suis parlementaire. Est-ce qu'une seule fois j'ai pris une position contre l'avortement ? Une seule fois ? Est-ce que vous avez vu une seule fois dans un programme de François Fillon des propos concernant le retour sur la loi Veil ? Jamais ! Voilà ! Alors, que la campagne reprenne sa dignité, et qu’on cesse des polémiques qui sont inqualifiables, qui, franchement, abaissent le niveau. »

    Il déclarait de même le 27 octobre sur France 2 :

    « Jamais personne, et certainement pas moi, ne reviendra sur l'avortement. Je n'ai pas à m'expliquer sur mes convictions religieuses. Je suis capable de faire une différence entre ces convictions et l'intérêt général. Je considère que l'intérêt général, ce n'est pas de rouvrir ce débat. »

    Car l’intérêt général implique le droit de tuer les bébés, même si le catholique Fillon pense que l’avortement ce n’est pas vraiment très bien. Et c’est inqualifiable, c’est abaisser le niveau, de suggérer que François Fillon puisse être opposé au massacre des fœtus. D’autant que le prophète Fillon sait que personne jamais ne s’y opposera.

    Si l’on pouvait trouver quelque chose d’amusant dans cette sinistre et sanglante mascarade, c’est la métamorphose du bourgeois catho. Naguère il était contre l’avortement et le disait haut et fort, mais il faisait avorter sa fille en douce, à l’étranger, si elle « tombait enceinte » hors mariage. Aujourd’hui il est pour le droit à l’avortement, haut et fort, mais il accueillerait peut-être l’enfant de sa fille « tombée enceinte » hors mariage… Naguère il sauvait des vies, sauf celle de sa chair, aujourd’hui il applaudit à la condamnation à mort de millions de petits d’hommes, mais il en sauve un (peut-être, éventuellement).

    Quand je vois la vidéo d’aujourd’hui j’ai une réaction de frayeur, car c’est le diable qui s’exprime, comme on le voit fugitivement sur l’expression de Fillon habituellement inexpressif.

    Le problème, monsieur Fillon, c’est que le bon Dieu, il a aussi les vidéos. Et que ce qui comptera ce n’est pas ce que vous pensiez, mais ce que vous faisiez.

    Quant à moi je vais sans doute voter Trump aux deux tours. Donald Trump, lui, n’est pas catholique, et il ne fait pas semblant de mener une vie de bourgeois catho. Mais il dit et répète, ouvertement, sans fard, qu’il est contre l’avortement, et il va le montrer.

  • Planète showbiz

    Catherine-Deneuve-Gerard-Darmon-Sylvie-Testud-Benjamin-Biolay-Denis-Podalydes-Juliette-Binoche-Dominique-Besnehard-et-Mazarine-Pingeot.jpg

    Une soixantaine de « personnalités » ont signé un texte publié dans le Journal du Dimanche pour dire « Stop au Hollande bashing ». Ces gens-là dénoncent le « dénigrement permanent » dont est victime le président de « notre » République, qui incarne « parfaitement » la « stature d’homme d’Etat », et bien entendu dans leur palmarès de la si louable action présidentielle ils n’oublient ni « le mariage pour tous » ni « le remboursement complet de l’IVG et de la contraception ».

    Ce sont sans doute les plus connues de ces « personnalités » qui figurent sur le montage photographique du site du JDD. Je sais que je ne suis pas vraiment branché, mais je ne peux mettre un nom que sur quatre des huit photos. Quant aux autres…

    Quoi qu’il en soit, c’est un catalogue de gens qui vivent sur une autre planète…

  • Glups

    J’avoue que je ne comprends pas du tout comment François Fillon a pu arriver en tête de façon aussi spectaculaire.

    Il me fait toujours penser à ce que disait Nigel Farage à Herman Van Rompuy : « Je ne veux pas être impoli, mais vraiment, vous avez le charisme d'une serpillière humide et l'apparence d'un petit employé de banque. »

    Personne ne se souvient de ce qu’a pu faire François Fillon comme Premier ministre, puisqu’il n’était en réalité qu’un « collaborateur » du président Sarkozy, selon la formule de celui-ci, et pas même son premier collaborateur, qui était Claude Guéant.

    François Fillon, dont Sarkozy fit annuler un passage à la télévision parce que « il n’y en a qu’un qui parle », avait donc pour fonction d’inaugurer les chrysanthèmes. Et c’est assurément ce dont on se souvient.

    Par exemple l’inauguration de la grande mosquée d’Argenteuil. Car c’était la première fois qu’un Premier ministre de la Ve République inaugurait un lieu de culte. Non seulement un lieu de culte musulman, mais extrémiste, comme le montre la photo officielle de Matignon montrant Fillon tout sourire devant une fillette entièrement voilée, alors que l’islamisme « normal » exige qu’une femme soit voilée à partir de la puberté.

    10427008_Inauguration_de_la_Mosquee_Al_Ihsan.jpg

    Par exemple aussi la gerbe de fleurs au mausolée de Ho Chi Minh, avant un discours exaltant le communisme vietnamien qui s’est ouvert au marché… (C’était quatre jours après les célébrations du 20e anniversaire de la chute du mur de Berlin…)

    french-prime-prime-minister-francois-fillon-pays-hommage-to-late-ho-picture-id93027946.jpg

    La droite la plus bête du monde a-t-elle voté Fillon en croyant voter Trump contre le candidat de la pensée unique Juppé ? Ou bien est-ce la gauche qui a voté en masse pour humilier Sarkozy ? Dans ce cas la gauche ne va sans doute pas voter au second tour de la primaire…

    Quoi qu’il en soit, il y a donc des chances que Fillon soit le prochain président.

    Au fond ce sera peut-être moins énervant à voir que si c’était Sarkozy. Encore que…

    Mais on peut se consoler un peu en voyant que le site EUobserver définit Fillon comme un « conservateur pro-russe » - ce qui sur ce site est tout le contraire d’un éloge…

  • Macron : deux questions

    La déclaration de candidature d’Emmanuel Macron est semble-t-il un événement planétaire, puisque les chaînes d’information continue ne parlent que de ça aujourd’hui (et donc n’informent plus, si tant est qu’elles le fassent d’habitude).

    Mais, alors qu’on parle uniquement de Macron, je ne vois personne se poser deux questions que je me pose, et encore moins y répondre.

    1 - Il a inauguré son QG de campagne, dans le 15e arrondissement de Paris, des locaux « trois fois plus grands » que ceux qu’il avait à la Défense. Macron n’ayant pas derrière lui l’appareil d’un parti, qui paye ?

    Je ne conteste à personne le droit de donner de l’argent à Emmanuel Macron, mais ce pourrait être intéressant de savoir qui paye ces locaux – et ceux qui y travaillent.

    2 – Est-on sûr qu’il aura ses 500 signatures au point qu’il est inutile d’en parler ?

    Ce qui est sûr est qu’il n’aura que très peu de signatures socialistes, puisque les élus sont tout sauf courageux et qu’il suffira à l’appareil du PS de signaler aux distraits que bien entendu ils n’auront plus l’investiture s’ils signent pour Macron…

    A priori on se dit que Macron pourra compter sur de nombreuses signatures « de droite » puisque sa candidature rend encore plus inéluctable l’absence d’un candidat de gauche au second tour, et donc l’élection du candidat « de droite ».

    Sauf si… sauf si Macron prend un positionnement tellement « centriste » qu’il puisse faire sérieusement de l’ombre au candidat « de droite » qui sera centriste.

    La question ne se pose-t-elle vraiment pas ?

  • Eh oui, soumises…

    Les activistes qui se disent « Ni putes ni soumises » ont bien été obligées de se soumettre à l’ordre d’expulsion de leurs locaux parisiens.

    Lesquels avaient été inaugurés en 2006 par le président de la République en personne, Jacques Chirac.

    Mais elles n’ont jamais payé le loyer… Normal : leur patronne, la socialiste Fadela Amara, devenait ministre de Sarkozy l’année suivante. Quand t’es ministre tu ne payes pas, non ?

    Mais le tribunal d’instance a froidement constaté qu’il y avait un impayé de 140.000 euros et que ça suffisait comme ça…

    Grandeur et décadence des lobbies de la République…

  • Juppé l’extrémiste

    Finalement c’est Alain Juppé qui a eu la réaction la plus violente à l’élection de Donald Trump, et la plus méprisante à l’égard des Français :

    « Je prends acte de la décision souveraine du peuple américain. Aux Français, je veux souligner tous les risques que la démagogie et l'extrémisme font courir à la démocratie et le caractère vital des choix qu'ils ont à faire. »

  • Dictature

    Jean-Frédéric Poisson a jusqu’au 25 octobre pour s’excuser. S’il ne le fait pas, la commission d’organisation de la primaire engagera une procédure d’exclusion à son encontre. (La commission sera composée de son président, de la « présidente de la Haute autorité pour la primaire de la droite », et des représentants des sept candidats…)

    Jean-Frédéric Poisson est donc sommé de s’excuser d’avoir utilisé l’expression « lobbies sionistes », en parlant de la campagne d’Hillary Clinton.

    Tout le monde sait qu’il y a des lobbies sionistes aux Etats-Unis, que tout le monde appelle ainsi. Mais il est interdit de le dire en France.

    Le CRIF est donc monté au créneau, réclamant « une condamnation ferme des propos » de Jean-Frédéric Poisson, assimilé pour l’occasion à... Dieudonné.

    Jean-Frédéric Poisson s’est dit « désolé » que ses propos aient provoqué l’émotion du CRIF et que ce n’était pas son intention, et il a tenu à « redire toute l'amitié » qu’il a « pour l'État d'Israël et pour le peuple juif dans son ensemble ».

    Mais puisqu’il continue de prétendre que, s’il ne faut pas dire « lobby », « il existe bien des groupes de pression sionistes qui agissent aux Etats-Unis », il reste sous le coup de l’accusation infâme d’antisémitisme sournois…

    C’est le dernier épisode en date de l’histoire du lobby qui n’existe pas, mais qui se manifeste quand même quand il faut abattre quelqu’un qui ose prononcer son nom.

  • La « droite » en action

    Valérie Pécresse, devenue présidente du conseil régional d’Ile-de-France, avait supprimé le « Pass contraception », destiné à permettre aux jeunes de copuler sans crainte et de se prémunir gratuitement contre les effets indésirables. La raison avancée était que moins de 0,1% des jeunes y avaient eu recours. Bien sûr la gauche avait hurlé, mais la Pécresse avait assuré qu’elle remplacerait le machin défectueux de la gauche par quelque chose de plus efficace.

    Voici donc l’ipasscontraception. Wouahou. Un site internet qu’il est beau et qu’il dit tout sur la façon de copuler sans crainte et de se prémunir gratuitement contre les effets indésirables.

    Un site où il n’est donc évidemment pas question d’amour ou d’enfant, ou de vie d’un quelconque fœtus. Il consiste essentiellement en une carte d’Ile-de-France qui permet de trouver en un clic ce dont on a besoin en matière de contraception, de « contraception d’urgence », et bien sûr d’avortement. Et pour en savoir plus sur l’avortement, on vous renvoie au site du gouvernement. Mais déjà, quand vous cliquez sur le logo « grossesse », vous avez les coordonnées du… planning familial le plus proche.

    Le plus fort – c’est ça la droite : la culture de mort plus l’hypocrisie – est que la Pécresse avait organisé une table ronde avec des responsables d’associations pour réfléchir aux alternatives à « l'information tout contraceptif » afin d’aboutir à une information équilibrée, et pas seulement de mécanique contraceptive, des jeunes. Mais il n’en est strictement rien resté…

    Officiellement, on vous explique que cette propagande sur la contraception vise à diminuer le nombre d’avortements des jeunes, qui est particulièrement énorme en Ile-de-France. Mais Farida Adlani, vice-présidente du conseil régional, déclare qu’il reste à accomplir un « gros travail, difficile », parce que « tous les médecins ne veulent pas faire des IVG »… Quel atroce aveu du but réel de l’opération…

  • Ils ont reçu leur récompense

    Le texte du conseil permanent de la Conférence des évêques de France « aux habitants de notre pays » a reçu l’approbation pleine et entière du Monde.

  • al1Jup

    Alain Juppé, dans une interview au JDD, s'en prend violemment aux réseaux sociaux qu'il estime être « la poubelle de l'univers ».

    En effet. En voici quelques exemples particulièrement déplorables :

    twitter.jpg

    facebook.jpg

    instagram.jpg

    youtube.jpg

    Linked.jpg

    blog.jpg

  • Une petite bonne nouvelle dans un océan de mauvaises

    La mairie de Marseille va résilier le bail du terrain sur lequel devait être construite la fameuse grande mosquée, « la plus grande mosquée de France » (salle de prière de 3.500 m2, minaret de 25 mètres diffusant un jet de lumière. Le bail emphytéotique avait été conclu en 2007, pour une durée de 50 ans, avec un loyer de 24.000 € par an. La première pierre avait été posée en 2010. Puis plus rien, parce que l’association « La mosquée de Marseille », en crise permanente, n’a pas les moyens de seulement… enlever le bâtiment existant sur la parcelle. La mosquée aurait dû être livrée ce mois-ci, donc le permis de construire est caduc, et il se dit que l’association ne payait pas le loyer…

    Quand Jean-Claude Gaudin s’engageait au point de remettre la clef de la Grande Mosquée, lors de la conclusion du bail emphytéotique, au président de l’association (Nordine Cheikh, négociant en viande halal) en présence de Dalil Boubakeur:

    84740262_o.jpg

    Réception à la mairie lors de l’obtention du permis de construire, en novembre 2009:

    h-20-1782548-1257775945-15283a2-1.jpg

    Et il y eut l’enthousiaste pose de la première pierre…

    84740348_o.jpg

  • Bellamy le déni

    Riposte catholique a relayé une interview de François-Xavier Bellamy au Point. Le Bellamy de LMPT, des Veilleurs, de Sens commun… Mais d’abord de Versailles. Avec les œillères du bon bourgeois qui, lorsqu’il s’agit de l’islam, parle comme les évêques et les imams… Et une grosse louche de Padamalgam et de Cépaçalislam…

    Car pour François-Xavier Bellamy, agrégé de philosophie, « les islamistes ne croient pas en Dieu ». Et il argumente ainsi :

    S’ils croyaient à la vérité de leur religion, ils tenteraient de nous en convaincre, et cela passe par le dialogue, par la raison ; s’ils avaient vraiment la foi, ils nous donneraient leurs raisons.

    Et encore :

    En fait, les djihadistes trahissent leur faiblesse quand ils recourent à la violence. Ils montrent qu’ils n’ont pas une seule raison de croire en leur Dieu ; car s’ils en avaient ne serait-ce qu’une seule, ils tenteraient de nous l’expliquer pour nous permettre de les rejoindre. Comme ils n’en ont pas, ils se contentent médiocrement de réduire le reste du monde au silence. C’est en ce sens qu’on peut décrire le djihadisme comme un nihilisme : celui qui croit veut partager sa foi aux autres ; à celui seul qui ne croit en rien, l’altérité est insupportable, parce qu’elle ne peut être dépassée.

    Et il insiste :

    Voilà le défi silencieux que nous lançons au cœur même de cette épreuve : si vraiment votre Dieu est grand, montrez-le ; et si le christianisme est faux, prouvez-le !

    D’abord on constate que Bellamy parle de ces choses-là sans même avoir lu la conférence de Ratisbonne, sans savoir ce que l’islam pense de la raison. Alors que c’est capital.

    Ensuite on constate que Bellamy parle de ces choses-là sans avoir fait l’effort minimal de savoir ce que dit l’Etat islamique. Ses œillères sont si grandes qu’elles lui cachent les yeux. L’Etat islamique a des revues, fort bien faites, une en anglais, une en français. Dans ces revues, les théoriciens de l’Etat islamique ne cessent d’expliquer en quoi leur action est conforme à l’islam et répond à la volonté de Dieu telle qu’elle est édictée dans le Coran et les hadiths. Ils le font de façon extrêmement sérieuse et détaillée, avec un luxe de citations authentiques. On peut sans doute discuter leurs interprétations, mais prétendre qu’ils n’en disent rien est au mieux l’aveu qu’on ne sait pas de quoi on parle, au pire qu’on est un menteur.

  • Quand Najat se plante

    Mme Belkacem, du haut de sa fierté ministérielle, a voulu faire méchamment la leçon à Nicolas Sarkozy, et elle s’est méchamment vautrée :

    La ministre de l'Éducation que je suis connaît PARFAITEMENT les premières phrases de ce livre, Tour de France par deux enfants, d'Ernest Lavisse, sous la IIIe République : « Autrefois, notre pays s'appelait la Gaule et les habitants les Gaulois. »

    Pas de bol. La phrase en question n’est pas du tout la première phrase (ni une autre) du Tour de France par deux enfants, livre qui n’est pas du tout de Lavisse, mais de « G. Bruno », pseudonyme d’Augustine Fouillée. La phrase citée est bien de Lavisse, mais dans son manuel de cours élémentaire. On ne peut pas confondre les deux : le Tour de France est aussi bienveillant envers la religion que Lavisse est laïque.

    En outre, sa tirade chaotique à valeur de « cours d’histoire » façon raton laveur est à côté de la plaque :

    Faut-il faire un cours d'histoire à Monsieur Sarkozy qui visiblement en a bien besoin ? Oui, il y a parmi nos ancêtres des Gaulois, mais aussi des Normands, des Celtes, des Burgondes… Les Niçois nous ont rejoints, les Corses, les Franc-Comtois, la Guadeloupe, la Martinique et puis après aussi des Arabes, des Italiens, des Espagnols…C’est ça la France. Stop aux discours étriqués qui ne nous mènent nulle part. Stop au repli sur soi.

    Or Sarkozy avait fait sa sortie sur les Gaulois précisément en soulignant que nombre de Français venaient d’ailleurs, et loin du « repli sur soi » il soulignait que c’était son cas :

    Mon père est hongrois, on ne m’a pas appris l’histoire de la Hongrie. Mon grand-père maternel est grec, on ne m’a pas appris l’histoire de la Grèce. Au moment où je suis français, j’aime la France, j’apprends l’histoire de France, je parle le français et mes ancêtres sont les ancêtres de la France. C’est ça l’assimilation.

    Ce qui est spectaculaire, dans cette anecdote, c’est qu’elle ne fait pas le « buzz » sur les réseaux sociaux. Le ministre de l’Education nationale se plante sur un sujet qui est directement de sa compétence, elle se ridiculise face à un ancien président de la République en campagne, et ça fait flop, alors qu’on attendrait un énorme fou rire de la twittosphère et autres Facebook.

    Cela montre à quel point quand on s’appelle Belkacem, ministre femme originaire du Maghreb et toujours de nationalité marocaine (j’allais écrire musulmane), on est protégé par les médias et par les préjugés de la pensée unique. C’est véritablement impressionnant.

  • Les islamistes républicains de l’Essonne

    Les musulmans de la 8e circonscription de l’Essonne sont très mécontents de leur député, qui est Nicolas Dupont-Aignan, parce que celui-ci a émis un tweet disant : « Si on accepte le burkini aujourd’hui, on finira avec la charia demain ! »

    Alors les présidents de quatre associations ont envoyé au coupable une lettre pour condamner ce propos qui provoque l’indignation d’un grand nombre de ses concitoyens de confession musulmane, qui contribue à la stigmatisation de l’islam et des musulmans en France et libère la parole raciste ainsi que les actes islamophobes humiliants… Ce qui a été condamné par le Haut Commissariat aux droits de l’homme de l’ONU (on oublie de préciser que le haut commissaire s’appelle Zeid Ra’ad Al Hussein).

    14225501_1800435176907456_2233450668270425710_n-1.jpg

    En représailles, Nicolas Dupont-Aignan ne sera plus invité par ces associations. Terrible punition.

    Ce qui est amusant est la dernière phrase :

    Avec nos plus cordiales et salutations républicaines.

    Ils ont voulu finir par une très républicaine protestation de citoyenneté, mais ça leur reste tellement en travers de la gorge qu’ils n’y arrivent pas…

  • Ah oui ?

    Je n’ai que de la sympathie pour Jean-Frédéric Poisson. Mais…

    Où a-t-il vu qu’un président de la République puisse abroger une loi votée et promulguée ?

  • La mosquée de Sarcelles

    6115163_9362dc14-7908-11e6-a59a-e59893c2fa3e-1_1000x625.jpg

    Une nouvelle grande mosquée va être construite à Sarcelles. Comme on le voit sur le dessin, elle s’appellera « Centre culturel musulman de Sarcelles »…

    La municipalité a déjà donné 150.000 euros. Pour la partie culturelle. Le maire François Pupponi déclare : « Maintenant, c’est à la communauté musulmane de trouver l’argent » pour que la mosquée soit construite.

    Mais puisqu’il s’agit d’un « centre culturel », la municipalité peut la financer intégralement sans déroger à la loi de 1905. Comme cela s’est déjà fait en divers endroits, et même à Paris avec l’« Institut des cultures d’islam », dont tout le rez-de-chaussée est une « salle de prière ».

  • Au service de l’islam

    Les socialistes se bousculent pour faire la promotion de l’islam, et j’avoue que je suis toujours étonné de voir des athées vanter une idéologie religieuse totalitaire. Il est vrai que, dans les trois mots que je viens d’écrire, si on enlève celui du milieu, il reste les deux qui caractérisent le socialisme.

    Un bel exemple, parmi tant d’autres, nous est donné par Elsa Di Méo, secrétaire nationale du PS et figure de la politique à Fréjus (où elle est « combattante », selon son compte Twitter). Elle a publié une lettre ouverte à Sarkozy, Juppé et Fillion, qu’elle ne craint pas de présenter comme son « J’accuse », mais oui.

    Il s’agit essentiellement de défendre les musulmans, dont les trois personnalités, accusées de « racisme », ont fait des « boucs émissaires ». Ces « j’accuse » culminent sans doute dans celui-ci :

    Je vous accuse de mener dans la presse et l'opinion publique une campagne abominable contre les musulmans de France pour égarer l'opinion et couvrir vos fautes.

    Diable… Je n’avais pas remarqué. Faut-il avoir une singulière passion pour les musulmans pour voir un Sarkozy, un Fillon, et plus encore un Juppé !, mener contre eux une « campagne abominable »…

    Peut-être aura-t-on un début d’explication si l’on sait que le mari d’Elsa Di Méo est Tarik Belkhodja, qui « a grandi à Alger jusqu’au début de la guerre civile (1992) », et qui est aujourd’hui aussi l’une des personnalités socialistes de Fréjus et du Var, et grand défenseur de la mosquée de Fréjus et des musulmans.

    Sur son compte Twitter, Tarik Belkhodja a répercuté par exemple ceci :

    Il y a autre chose à relever dans la lettre ouverte d’Elsa Di Méo :

    Je vous accuse de mettre à mal les racines historiques de la France : le pacte et les valeurs républicaines.

    Ainsi donc se perpétue ce négationnisme républicain : la France n’existe que depuis la Révolution. Et ici on peaufine le négationnisme : les « racines historiques » de la France sont le « pacte républicain » et les « valeurs républicaines » (en bon français on doit répéter l’épithète, à cause du genre, madame…). Mais une question me taraude, à laquelle personne ne répond : avant la République, avant que la France ait ses racines historiques, il y avait quoi ? La préhistoire ? Le big-bang ?

  • Une victoire de l’islam (sans surprise)

    Le Conseil d’Etat, qui a assimilé les principes de la dhimmitude comme toutes les institutions, a invalidé l’arrêté de Villeneuve-Loubet interdisant le burkini et annulé la décision du tribunal administratif de Nice qui donnait raison à la commune :

    L’arrêté litigieux a porté une atteinte grave et manifestement illégale aux libertés fondamentales que sont la liberté d’aller et venir, la liberté de conscience et la liberté personnelle.

    L’affaire avait été portée devant le tribunal administratif de Nice, qui avait validé l’arrêté en jugeant que le burkini constituait une expression du fondamentalisme musulman.

    L’expression du fondamentalisme musulman est donc une liberté fondamentale.

    On attend que le Conseil d’Etat nous explique la différence entre le « fondamentalisme musulman », qu’il protège, et la « radicalisation » qu’il faut combattre.

    Bizarrement, il me semble qu’il ne le fera pas.

  • A propos du burqini

    Le débat à propos de l’interdiction du burqini sur les plages paraît absurde à beaucoup. D’abord aux libéraux conséquents avec leur idéologie aveugle, pour qui chacun se vêt et se dévêt comme il veut : il n’est pas plus extravagant d’être couvert de la tête aux pieds sur le littoral qu’y être nu comme un ver. Aux libéraux s’adjoignent éventuellement les cathos tradis (et pas forcément tradis), pour qui le burqini est plus décent que le bikini, n’est-ce pas. Et l’on doit ajouter les professionnels de la subversion, qui sont prêts à soutenir tout ce qui peut détruire le conformisme ou supposé tel.

    Face à cet alliage pour le moins hétéroclite, les adversaires du burqini sont incapables d’un discours cohérent et argumenté. Quand on leur demande la raison de leur opposition, nombreux sont ceux qui se donnent le ridicule de mettre en avant « l’hygiène ». Les plus courageux parlent des « valeurs de la République » (comprenez-moi à demi-mot), et les plus héroïques évoquent la laïcité. Impossible d’aller plus loin, on sombrerait dans le péché mortel de l’islamophobie.

    Il est manifeste que la chape de plomb du politiquement correct et du vivre ensemble fait que beaucoup n’osent même pas penser à la signification du « burqini ». Et les rares qui y pensent n’osent pas le dire. Mais la raison non formulée de l’opposition au burqini est fortement imprimée dans l’inconscient, assez fortement pour que des arrêtés soient pris, et validés par la justice.

    Cette raison, il faudrait tout de même que quelqu’un ose la dire ouvertement. Le burqini n’est pas un vêtement, de même que le minaret n’est pas un clocher. « Les minarets sont nos baïonnettes », comme dit le poème cher à Erdogan. Le minaret est le signe visible de la conquête d’un territoire par l’idéologie islamique : c’est pourquoi les Suisses ont sagement interdit la construction de tout minaret sur leur territoire. Or les burqini ne sont rien d’autre que de petits minarets sur les plages : l’affirmation de la conquête de ce territoire par l’islam. Et le jour où il y a assez de « burqinis », on peut chasser les kouffar de la plage devenue halal. Comme à Sisco, par exemple.

    Le burqini aussi, c’est le jihad, l’effort de conquête dans le sentier d’Allah, qui est une obligation pour tout musulman, comme le souligne à plusieurs reprises le Coran.

    C’est si difficile à comprendre ?

  • Chevènement

    Jean-Pierre Chevènement va sans doute devenir le président de la Fondation pour les œuvres de l’islam. FDesouche rappelle qu’il avait déjà gagné ses galons de serviteur de l’islam lors de l’élaboration de la Charte de la laïcité, retirant le droit de changer de religion à la demande de l’UOIF.

    1608241428340125.jpg

  • Le berger à la bergère

    2016-08-14_173733_ill1_IMG_0916.jpg

    Robert Ménard, le maire de Béziers – et ancien secrétaire général de Reporters sans frontières – a fait placarder dans sa ville une affiche rappelant que Midi Libre, le seul quotidien régional, qui mène une campagne permanente contre sa municipalité, appartient au ministre Baylet, qui tient « tous les jours l’info en laisse ». L’affiche n’a pas plu à Baylet, comme on s’en doute, et il a fait signer par les journalistes de son quotidien un communiqué intitulé « Ménard calomnie la rédaction de Midi Libre ». Communiqué soulignant donc à quel point, si l’info est en laisse, ce sont les journalistes qui ont la marque du collier.

    La municipalité de Béziers a réagi, en soulignant que si cela se passait plus au sud, « un baron politique local propriétaire de l’unique quotidien tout en étant ministre à la capitale – on parlerait de république bananière ».

    La municipalité rappelle qu’au lendemain de l’attentat de Nice, Midi Libre, rendant compte de la manifestation devant l’Hôtel de Ville, n’a pas dit un mot du discours du maire, ni même mentionné sa présence, alors qu’on donnait la parole aux opposants. Qu’en juin, la ville avait perdu un procès contre une association d’aide aux clandestins et que cela avait fait la une de Midi Libre, mais qu’en juillet, quand la ville a gagné le second procès, il n’y a pas eu un seul mot dans le journal. Pas un mot non plus sur la messe de la feria, qui a rassemblé quelque 4.000 personnes.

    La municipalité signale aussi que sa campagne d’affiches a coûté 190 €, tandis que le groupe de presse de Baylet reçoit chaque année près de 2 millions de subventions de l’Etat, subventions votées par… Baylet quand il est député ou sénateur.

  • Le laïque Chevènement…

    Jean-Pierre Chevènement déclare au Parisien qu’il va accepter de devenir le président de la Fondation pour les œuvres de l’islam de France.

    Cela surprend certains. Mais c’est conforme à la laïcité socialiste. « Aujourd’hui, être un bon laïque, c’est encourager la construction de moquées en France », avait décrété Jean Glavany, le secrétaire national du PS à la Laïcité.

    Chevènement se fait donc lui aussi le fourrier de l’islam. Il veut sa médaille de la dhimmitude avant de mourir. Chacun son truc. Mais ce n’était pas la peine de lutter contre la disparition de la France dans le machin européen si c’est pour favoriser sa disparition dans l’islam.