Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Politique française

  • Faux semblant

    Dans le cadre du nouveau projet de loi antiterroriste, le Sénat a adopté hier un amendement Les Républicains créant un délit de consultation habituelle de sites terroristes.

    Il prévoit de sanctionner la consultation habituelle de sites « provoquant aux actes de terrorisme, ou faisant l'apologie de ces actes, lorsque ces sites comportent des images ou représentations montrant la commission d'actes de terrorisme consistant en des atteintes volontaires à la vie ».

    On remarquera la précision : il faut qu’il y ait des images.

    Pourquoi ?

    Parce que, sinon, la fréquentation de tout site musulman citant ce que disent le Coran, les hadiths, la charia, sur la vie de Mahomet et sur le jihad, tomberait sous le coup de la loi…

    Autrement dit cet amendement ne crée rien du tout. Il demande seulement aux sites jihadistes de bien vouloir ne pas publier de vidéos trop choquantes s’ils veulent continuer d’être fréquentés.

  • La montée de la barbarie

    Les chefs d'établissements de 21 lycées parisiens ont décidé de fermer leurs lycées aujourd’hui par mesure de précaution à la suite des mobilisations contre la loi El Khomri, a-t-on appris hier sur RTL. Il s'agit d'une mesure préventive par crainte de débordements. Les chefs d’établissements dénoncent des violences : vitres cassées, feux de poubelles, une porte enflammée et même des jets de projectiles. 

    Le ministère de l’Education dite nationale voit ces fermetures d’un très mauvais œil : selon le ministère il est interdit d’empêcher à l’avance l’ouverture d’un lycée.

    Myriam Honnorat, représentante des proviseurs au Syndical national des personnels de direction explique : "C’est surtout un sentiment d’impuissance. (...) Il est très difficile pour nous aussi d’avoir affaire à des lycéens qui habituellement sont quand même nos élèves (...) On s’inquiète de les voir arriver cagoulés, nous insulter, envoyer des projectiles."

    D’autre part, lors de la dernière manifestation, « les lycéens » ont pillé deux supermarchés parisiens. Soi disant pour donner à manger aux réfugiés...

  • Mahomet rigole

    Un syndicaliste pénitentiaire qui s’exprimait vendredi à la télévision s’inquiétait qu’à la prison de Béziers il y a « une vingtaine de détenus en fiche S ».

    Réaction du ministère de la Justice : aucun détenu de Béziers ne fait l’objet d’une fiche S. Il y en a seulement « un certain nombre » qui « font l'objet d'un suivi attentif pour les risques qu'ils présentent en termes de prosélytisme, mais surtout parce qu'ils pourraient rentrer dans un processus de radicalisation ».

    Et l’on ressort les propos du procureur de la République : « La radicalisation n'est pas punissable par la loi. Tant que l'on en est à une application très stricte de la religion, rien n'est répréhensible. Cela devient une infraction quand il y a apologie de terrorisme. »

    Il s’ensuit donc que faire l’apologie du beau modèle Mohammad qui a massacré une tribu juive ou fait tuer un poète qui se moquait de lui n’est pas de l’apologie du terrorisme. Car sinon il faudrait interdire l’islam.

  • La logique Juppé

    Tariq Ramadan est allé faire une conférence samedi à Bordeaux. Alain Juppé a déclaré que l’orateur n’était « pas le bienvenu » dans sa ville, notamment « parce qu’il n’a jamais véritablement condamné les auteurs des attentat, dont les connections avec les Frères musulmans sont connues ».

    Tiens donc. C’est le même Alain Juppé, alors ministre, qui allait rencontrer les Frères musulmans en Egypte et les trouvait fort sympathiques, démocrates et tout et tout…

    Et c’est le même Alain Juppé qui décore de la Légion d’honneur son imam préféré, Tareq Oubrou, de l’UOIF, c’est-à-dire des Frères musulmans, mouvement fondé par le grand-père de Tariq Ramadan…

  • Le blasphème tranquille

    Lu ici, à propos du Conseil constitutionnel dont Laurent Fabius est officiellement président à partir de ce jour :

    Quand Laurent Fabius montera le grand escalier, il pourra voir ce buste de Marianne, posé là, au premier palier, par Jean-Louis Debré, avec une étoile sur la tête, la République qui rayonne. Des bustes que collectionne depuis toujours Jean-Louis Debré. Parfois, devant ses visiteurs et devant Marianne, il lit ce poème d'un révolutionnaire anonyme, une prière républicaine : "Salut Marianne pleine de force, le peuple est avec toi. Le fruit de tes entrailles, la République, est béni. Sainte Marianne, délivre-nous vierge de la liberté, des rois et des papes. Ainsi soit-il".

  • Il faut le savoir

    Manuel Valls au dîner du CRIF (lisant le discours écrit pour François Hollande retenu à Bruxelles) :

    Les juifs de France ont bâti la France.

    Ah bon.

  • La fin du 1er-Mai

    On s’y attendait depuis longtemps. C’est fait : Florian Philippot a annoncé que le Front national n’organiserait plus de défilé le 1er mai. A la place il y aura un « banquet national »…

    Ainsi disparaît ce qui fut le fruit d’une intuition géniale de Jean-Marie Le Pen, ou plus exactement comment il avait accueilli comme un signe providentiel un hasard du calendrier et l’avait fait fructifier de façon véritablement historique.

    Le défilé de Jeanne d’Arc avait lieu le deuxième dimanche de mai, jour de la fête nationale officielle de Jeanne d’Arc. En 1988, ce jour était celui du second tour de l’élection présidentielle. On ne pouvait pas faire venir les militants et sympathisants à Paris ce jour-là. Jean-Marie Le Pen avança le défilé d’une semaine. Le dimanche précédent : c’était le 1er mai. Fête du Travail, fête de saint Joseph artisan :

    « Que les travailleurs français sachent surtout que leur meilleure chance de protection et de promotion est contenue dans leur appartenance à la Nation française, indépendante et souveraine, et c’est pourquoi nous avons choisi de fêter le même jour avec le Travail, saint Joseph, artisan, et sainte Jeanne, symbole de la Patrie. »

    C'est ainsi que Jean-Marie Le Pen avait accompli l'authentique signification du 1er-Mai, dans la continuité nationale de notre histoire, où le travail des hommes est reconnu et sanctifié, où la souveraineté de la nation se reconnaît dans une jeune fille qui est la sainte de la patrie : et ce sont là tout naturellement les thèmes des discours du 1er-Mai, qui ont toujours été les plus beaux discours de Jean-Marie Le Pen.

  • Et Jean-Yves Le Drian

    reste ministre de la Défense. Tranquillement. Bras d’honneur au peuple. Et d’abord aux Bretons. Il est vrai qu’ils n’avaient qu’à pas voter pour lui…

  • Démocratie

    Vu sur le Salon Beige :

    Vote de l'article 1 de la révision constitutionnelle : 441 députés absents sur 577

    6a00d83451619c69e201bb08b7e832970d-pi.jpg

     

  • Aubervilliers : un maire algérien

    L’Algérienne Meriem Derkaoui a été élue maire d’Aubervilliers. Elle est communiste (membre du PCF, il paraît que ça existe encore) et veut absolument qu’on l’appelle Madame la Maire.

  • L’oie qui ne veut plus du gavage

    Laurence Abeille, député des Verts, présentait aujourd’hui à l’Assemblée nationale une proposition de loi visant à interdire le gavage des volailles. Elle a tenu une conférence de presse en présence de Pamela Anderson, la sauveteuse aux deux gros flotteurs de la série Alerte à Malibu, reconvertie dans la « cause animale ». On ne se refait pas.

    Les producteurs de foie gras, manifestement peu attirés par ce qui reste des appâts de l’ex-starlette, « s’étonnent qu’une élue de la République se fasse un coup de pub en choisissant une actrice américaine de série télé des années 80 pour condamner la production de l’un des fleurons de la gastronomie et de la culture française ». Et surtout ils sont « profondément choqués » du fait que cela se déroule en pleine crise de grippe aviaire : c’est hier que les élevages ont commencé à être vidés dans 18 départements, une mesure qui devrait coûter à la filière entre 300 et 350 millions d'euros alors que la mise aux normes européennes de « bien-être animal » a déjà coûté plus de 110 millions d'euros.

    Ils rappellent que la filière fait vivre 30.000 familles et assure environ 100.000 emplois directs et indirects, et demandent le soutien des députés.

  • "Révolté et écœuré"

    Le journaliste Hervé Ghesquière, ancien otage en Afghanistan, se dit, dans Le Monde, « révolté et écœuré » par l’« ignominie » de Martine Le Pen qui a publié sur son compte Twitter des photos de de meurtres de l’Etat islamique. « L'utilisation de ces photos est une abomination, une atteinte à la dignité humaine et une insulte à toutes les victimes du terrorisme », et bla-bla-bla.

    D’abord on ne voit pas en quoi il serait abominable de mettre sur internet des photos qui sont sur internet.

    Ensuite on rappellera que ce qui est « monstrueux » (comme dit aussi Ghesquière) ce n’est pas de montrer ces photos que tout le monde peut voir, c’est d’assimiler le Front national à l’Etat islamique. Car ce n’était qu’une réponse en images à une monstrueuse calomnie.

    Mais surtout il faudrait que quelqu’un appelle ce monsieur Ghesquière à un minimum de décence.

    Ce personnage qui joue de son statut d’ancien otage nous a coûté des millions d’euros, 20 millions dit-on, pour sa libération. 20 millions donnés au talibans qui ont pu ainsi, à nos frais, grâce à ce monsieur Ghesquière, se fournir en armes pour imposer la charia par le jihad et les attentats.

    Or lui et son confrère Stéphane Taponier avaient été accusés d'« imprudence vraiment coupable » par Claude Guéant, secrétaire général de l'Elysée à l'époque. C'est leur désir de gloriole qui nous a coûté 20 millions d'euros.

    Quand on est un héros de ce genre, on évite de la ramener…

  • Cambadélis dans le texte

    3616109486.jpg

    Jean-Christophe Cambadélis, patron du PS, le 17 septembre sur France Info :

    « Aujourd’hui quand vous entendez, honnêtement, quelqu’un comme Estrosi, vous vous demandez s’il n’est pas au Front national. Les positions développées par ce dernier sont pires que celles de Marion Maréchal-Le Pen qui n’a même pas besoin d’être extrémiste sur la question des réfugiés et des migrants. (…) De toute façon, les déclarations extrémistes de Christian Estrosi et de Xavier Bertrand sur les réfugiés empêchent désormais le front républicain. »

    C’est pourquoi Jean-Christophe Cambadélis, aujourd’hui, appelle à voter Christian Estrosi et Xavier Bertrand.

  • Ça c’est de l’info!

    lci-machin-chose-sauvadet_5478094.jpg

    « M. Machin-Chose », c’est François Sauvadet, président du conseil départemental de la Côte-d’Or, député-maire, ancien ministre.

  • Sursaut républicain

    D’aucuns espéraient un « sursaut républicain » aux élections régionales, notamment après les attentats. Eh bien il y a eu un sursaut républicain : les électeurs ont montré qu’ils voulaient défendre la chose publique, leur chose publique nationale.

    Bizarrement, l’établissement politico-médiatique ne paraît pas apprécier…

  • Raté

    Le « pass contraception », c’était une idée géniale de Ségolène Royal : donner aux lycéens et surtout aux lycéennes des moyens de contraception gratuits et anonymes. En bref la possibilité de multi-copuler sans que papa et maman le sachent et sans risque. Inauguré en Poitou-Charente, le « pass contraception » a été repris dans les autres régions. Ce que l’on ne nous dit pas, c’est que c’est un échec patent. C’est l’échec, sans doute pas si étonnant qu’il paraisse, d’une massive incitation à la débauche des jeunes et d’éloignement de leurs parents.

    Voici le bilan en Ile-de-France, révélé par les deux candidats PCD de la liste Pécresse aux régionales :

    Le budget initial a été de 900.000 euros pour une prévision de l’exécutif de distribuer 100.000 pass contraception. Finalement moins de 2000 pass auront été distribués sur la mandature. Le bilan a été catastrophique démontrant un échec total du dispositif. C’est une véritable insulte aux franciliens dans la gestion des deniers publics. Cela démontre aussi une incompréhension profonde des relations familiales et du rôle des parents dans l’éducation affective et sexuelle des jeunes.

    (Valeurs actuelles, via Le Salon Beige)

  • L’euthanasie en France

    La loi d’euthanasie Claeys-Leonetti est en seconde lecture à l’Assemblée nationale. Hier soir, "les députés" ont de nouveau voté le « droit à la sédation profonde et continue ».

    Ils ont également voté de nouveau contre deux amendements ouvertement euthanasiques.

    Il y avait semble-t-il 61 députés en séance…

     

    Addendum

    L'ensemble du texte a été voté ce soir à main levée par les quelques députés présents. Il doit retourner au Sénat.

  • Ils n’ont rien d’autre à faire ?

    Alors qu’elle sortait de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, mardi soir, Marie-Christine Dalloz, député du Jura et député de la France au Conseil de l’Europe, a été approchée par un groupe d’Ukrainiens, conduits par le député Volodymyr Ariev, qui lui ont remis une notification du procureur de Kiev lui indiquant qu’elle avait violé le code criminel ukrainien et que son crime était passible de 5 à 7 ans de prison.

    Le crime de Marie-Christine Dalloz est de s’être rendue en Crimée en juillet dernier (en compagnie d’autres parlementaires), par la ligne aérienne Moscou-Simferopol, dont les Ukrainiens ont décrété qu’elle est « interdite ».

    L’élue dit qu’elle n’est « pas traumatisée » : elle est protégée chez nous par son immunité parlementaire, et elle assure qu’elle n’a pas l’intention de demander un visa pour aller en Ukraine…

    Le procureur de Kiev doit s’ennuyer ferme pour se livrer à ce genre de plaisanterie...

  • Ecœurant

    Le Conseil Économique, Social et Environnemental organise un colloque sur la liberté d’expression et la censure.

    C’est en effet un expert, depuis qu’il a mis au panier 700.000 signatures qui le contraignaient à élaborer un avis sur la loi Taubira.

    Et l’invitée vedette du colloque est… Christiane Taubira.

    Voilà comment les puissants nous crachent à la gueule.

  • Majorité absolue : 11

    6a00d83451619c69e201b8d1596442970c-pi.png

    L’Assemblée nationale a approuvé hier, par 13 voix contre 8 (sic), l'accord franco-russe du 5 août qui a annulé la vente de deux navires de guerre Mistral à la Russie.

    « Les Républicains, le Front de gauche et l'extrême droite » ont voté contre.

    « Les Républicains, le Front de gauche et l'extrême droite » avaient donc hier 8 députés disponibles.

    On ne fera croire à personne qu’ils ne pouvaient pas mobiliser six députés de plus, qui auraient fait de l’opposition une opposition…

    C’est donc qu’il y avait un accord général pour voter ce texte, et que ceux qui ont encore dénoncé cet accord dans l’hémicycle sont des hypocrites.

    Encore un effort, et on arrivera à voter des textes par 2 voix contre 1. On pourrait se dire qu’au moins ça fera des économies. Mais non. Ils sont payés quand même, les 577…

    (Illustration trouvée sur le Salon Beige)

  • L’ignominie

    Elle a osé, ils ont osé, exclure Jean-Marie Le Pen du Front national.

    J’ai beaucoup regretté de ne pas avoir eu le courage de dire clairement à Jean-Marie Le Pen, lorsqu’il me vantait les qualités de Marine, qu’il faisait une énorme erreur de vouloir lui confier son mouvement. Ce qui n’aurait assurément rien changé, puisque c’était sa ferme volonté. Mais j’aurais eu la conscience plus tranquille. D’autant que le résultat est bien pire que ce que je craignais. Cela dit, je n’aurais jamais imaginé que ça aille jusqu’à l’exclusion de celui qui a fondé le mouvement et l’a porté à bout de bras pendant des décennies, bravant la haine politico-médiatique avec un panache… qu’il a toujours, le panache des grands jours de l’adversité. Vive Jean-Marie, malgré tout.

  • Le dhimmi malin

    Ou plutôt le dhimmi qui se croit malin mais qui est une carpette comme les autres : Yves Jégo (UDI) lance une pétition en ligne « Pour une alternative végétarienne obligatoire dans les cantines scolaires », et va déposer une proposition de loi en ce sens.

    Ainsi mettra-t-on un terme à cette insupportable guérilla de millions de parents bouddhistes qui partout en France réclament des menus sans viande.

  • L’accueil des pèlerins interdit…

    Trois anciens pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle s’étaient installés sur la route du pèlerinage, près du Puy-en-Vely, pour accueillir les pèlerins. La communauté d’agglomération du Puy-en-Velay entend le leur interdire…

    Voir l’article du Salon Beige, le site de « L’Hospitalité », et la pétition.

  • Albert de Mun expulsé de l'Assemblée nationale ?

    Ce serait une nouvelle honte, une grande honte, pour leur République.

    Voir la lettre de Jean-Frédéric Poisson :

    6a00d83451619c69e201bb0847cf66970d-pi.jpg

    (Via Le salon Beige)

  • L’étrange retour du maire de Venelles

    Robert Chardon, le maire de Venelles, est revenu chez lui et à sa mairie.

    Il explique dans une lettre étrange qu’il a voulu se faire soigner « dans une sphère totalement privée »... à l’hôpital d’Aix, hospitalisation qui « n’a, à aucun moment, été faite sous contrainte », et il explique ses tweets anti-islam par un « épisode aigu et transitoire d’exaltation d’humeur » dû à la lourdeur de son traitement.

    Le problème, comme le détaille Novopress, est que ça ne correspond pas à ce que l’on savait de l’histoire.

  • Obscène

    Anne Hidalgo, maire de Paris, soutient le Qatar qui porte plainte contre Florian Philippot qui a eu l’outrecuidance de lier ce pays au terrorisme islamiste :

    Je pense que s'ils se sentent insultés, ils ont raison d'avoir recours au droit. Ce que je peux dire sur Paris et la relation que l'on a avec le PSG, le patron du PSG, c'est une relation d'abord extrêmement positive, très forte. Je les remercie d'avoir mis le club de Paris au niveau auquel il est, de soutenir des choses qui m'importaient beaucoup, je pense au foot féminin, la lutte contre l'homophobie, le racisme dans les stades, nous travaillons main dans la main. Je suis heureuse de cette collaboration avec eux.

    Le Qatar donne au PSG trois fois plus d’argent que n’en ont les autres clubs de même niveau. Ce déluge de fric plaît beaucoup au maire de la capitale des bobos.

    Ce qui est surtout ahurissant est qu’elle fait ainsi l’éloge d’un pays où il n’y a aucune liberté d’expression, aucune liberté politique, sociale, religieuse.

    Mais au fond peut-être est-ce ce dont rêvent secrètement les socialistes…

    Quant à la lutte contre l'homophobie c'est un gag : l'homosexualité est punie de mort au Qatar. Excellent :

     

  • L’euthanasie au Sénat

    La commission des Affaires sociales du Sénat a adopté hier 12 amendements à la proposition de loi sur la fin de vie.

    Le plus important est assurément que l'hydratation et l'alimentation artificielles ne sont plus assimilées à des traitements.

    D’autre part l’euthanasie (la « sédation profonde et continue ») ne pourra être pratiquée qu'en cas de « souffrance réfractaire ».

    Mais, à supposer que ce soit voté par le Sénat, il n’en restera rien au retour à l’Assemblée.

    Et en sens inverse, en ce qui concerne les « directives anticipées », la commission limite les cas dans lesquels le médecin n’est pas tenu de s’y conformer.

  • Comme sous Staline…

    Robert Chardon, le maire UMP de Venelles, est introuvable depuis qu’il a été « hospitalisé » juste après avoir demandé l’interdiction du culte musulman en France.

    Ses comptes Facebook et Twitter ont été fermés, il est injoignable à son domicile et à sa mairie, et il ne se trouve dans aucun hôpital de la région.

    Le journaliste Francis Gruzelle, de Riposte laïque, a déposé un avis de signalement à disparition de personne auprès du procureur de la République d’Aix-en-Provence.

  • La mosquée préfectorale

    Conformément à ce que le préfet lui avait demandé, la communauté d’agglomération de Mantes-en-Yvelines (Camy) a autorisé la vente de l’ancienne trésorerie de Mantes-la-Ville à une association musulmane, en passant par dessus l’autorité du maire FN.

    Le maire, Cyril Nauth, souligne que « c'est inacceptable », et envisage d’user de son droit de préemption, ou d’attaquer le permis de construire : il y aura des problèmes de circulation et de stationnement, sans parler d'éventuels « troubles à l'ordre public ».