Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Politique française

  • Sourds et aveugles

    Comme on pouvait le prévoir sans risque de se tromper, la réaction des évêques de France à l’assassinat du prof de Conflans est un exemple parfait d’apostasie, et en l’occurrence d’apostasie face à l’islam. En fait la « Conférence des évêques de France » se contente de renvoyer au communiqué de l’évêque de Versailles et de son auxiliaire, en disant simplement : « La Conférence des évêques de France exprime sa profonde tristesse. Les catholiques prient pour lui et sa famille. La fraternité est une urgence. »

    L’évêque de Versailles et son auxiliaire évoquent quant à eux les valeurs de la République, citent la si opportune encyclique laïque de François, précisément sur les valeurs de la République, et concluent à l’urgence du rassemblement, « tous ensemble, croyants de toutes religions ou non-croyants ».

    Et je suis censé être représenté là-dedans ?

    En fait il y a pire. Il y a la réaction de Mgr Blanchet, évêque de Belfort-Montbéliard : c’est une lettre au président de l’association islamique de Belfort, à ses « chers amis musulmans » : Je sais combien le drame d'hier vous atteint, comme nous tous en France. Vous êtes particulièrement fatigués de dénoncer ces actes de barbarie commis prétendument au nom de l'Islam. Et pourtant, il faut continuer. En ces heures difficiles pour tous les musulmans de bonne volonté, redoublons d'énergie pour toute œuvre d'éducation à la paix. Témoignons encore davantage de la fraternité qui nous unit. » Etc.

    Naturellement, les politiques ne valent pas mieux, même si les représentants de la République sont davantage dans leur rôle à exalter les « valeurs de la République ». Gérald Darmanin part en guerre contre les associations « ennemies de la République ». « Il faut combattre l'islam politique avec la même force que le terrorisme », dit-il. On dirait, une fois de plus, un propos du Père Ubu. L’islam est forcément politique et l’islam est le combat pour soumettre la terre entière à l’idéologie du Coran. Mais la connaissance de l’islam est le grand tabou de notre époque.

    Cet après-midi les sénateurs vont voter un texte concocté par Philippe Bas, le chef de la droite Bruno Retailleau et le chef centriste Hervé Marseille, visant à inscrire dans la Constitution que « nul individu ou nul groupe ne peut se prévaloir de son origine ou de sa religion pour s'exonérer de la règle commune ». En gardant le flou sur la signification de « rège commune ». Mais pour prendre un exemple simple, puisque le « droit à l’avortement » est un « droit fondamental », toute critique de l’avortement deviendrait donc contraire à la Constitution et sanctionnée comme telle.

    Le chef de la droite à l’Assemblée, Damien Abad, veut quant à lui « instaurer des cours sur les valeurs de la République et la laïcité et que ces cours soient sanctionnés par une épreuve obligatoire au brevet pour être certain qu'ils soient donnés ». Pour reprendre le même exemple, il faudra dire que l’avortement est un droit des femmes pour obtenir le brevet (sic, ça existe encore ?).

    L’objectif est de sacraliser toujours davantage la « République », dont ils nous rebattent les oreilles tous les jours. Mais ce n’est certainement pas en faisant de la République une idole, au lieu d’être un système de gouvernement, que les dirigeants obtiendront des musulmans qu’ils acceptent un minimum de laïcité non idéologique.

     

    Addendum

    Quant à Mgr Lebrun, évêque de Rouen, il s’est rendu « avec les responsables des autres cultes, notamment musulmans », « devant la Stèle républicaine pour la paix et la fraternité ». La Stèle majusculaire de la République laïque.

  • Terribles Gribouilles

    Pour libérer Sophie Pétronin, 200 jihadistes ont été libérés. Des terroristes qui vont immédiatement reprendre les armes. Contre qui ? Contre les soldats français.

    Pour libérer qui ? Une femme qui dit ceci :

    « Pour le Mali, je vais prier, implorer les bénédictions et la miséricorde d'Allah, parce que je suis musulmane. Vous dites Sophie, mais c'est Mariam que vous avez devant vous. Appelez-les comme vous voulez, moi je dirais que ce sont des groupes d’opposition armés au régime. »

    On ne sait pas combien la France a donné d’argent pour la libération de « Mariam ». Mais il y avait aussi un missionnaire italien parmi les quatre otages libérés, et l’on dit que le Vatican a versé 10 millions d’euros.

    C’est sympathique de la part de François :les jihadistes vont pouvoir se réarmer sans puiser dans leur cagnotte…

  • Renforcement de la dictature scolaire

    Macron :

    « Dès 2021, l'instruction à l'école sera obligatoire pour tous dès 3 ans (...) L'instruction à domicile sera réservée aux élèves ayant des problèmes de santé. »

    Il a aussi annoncé que les écoles hors contrat seraient davantage contrôlées notamment à propos du « parcours des personnels », du « contenu pédagogique des enseignements » et de « l'origine des financements ». Il y avait déjà la loi Gatel de 2018. Mais on va faire pire. Au nom de la République. Contre les « séparatismes »…

    Rappel :

    « Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d'éducation à donner à leurs enfants », Déclaration universelle des droits de l’homme, art. 26-3.

    Mais, par principe, les droits de l’homme ne s’appliquent pas dans une dictature.

  • République bananière

    « L’Assemblée nationale » a adopté la prorogation de la loi qui permet au gouvernement de prendre toutes les mesures arbitraires imaginables pour raison « sanitaire ».

    Le texte a été voté par… 26 députés.

    Il y a eu… 17 opposants.

    Et 3 abstentions.

    Mais oui. Alors que l'effroyable catastrophe coronamachin est le sujet le plus important du moment.

    La « Défenseure des droits » avait mis en garde contre le risque d'« atteinte disproportionnée » aux droits et libertés. On retiendra qu’il n’y a eu aucun député de ce que l’on appelle la "droite" (ni de ce qu'on appelle la "gauche", d'ailleurs...) pour voter contre. La dictature s’installe tranquillement dans les esprits.

    EjUqKHeXsAECe9P.png

  • CQFD

    Au cas où certains ne comprendraient toujours pas ce que la gauche appelle « laïcité », le maire de Lyon (flamboyante pastèque) met les choses au point : mardi, il a refusé de participer à la cérémonie traditionnelle du « Vœu des échevins » à la basilique de Fourvière ; le lendemain il a posé la première pierre d’une nouvelle mosquée et a publié la photo sur son compte Twitter.

  • Avortement : l’offensive continue

    La nouvelle égérie du meurtre de masse des bébés s’appelle Albane Gaillot. Elle a présenté une proposition de loi, signée par plus de 40 députés de 8 des 10 groupes de l’Assemblée, visant à intensifier le massacre. (Les deux groupes qui ne participent pas à cette offensive extrémiste sont Les Républicains et l’UDI.)

    Albane Gaillot s’était fait élire avec l’étiquette du parti de Macron. Aujourd’hui elle est membre du groupe « Ecologie, démocratie, solidarité ». Car elle considère qu’il n’y a pas plus écologique ni plus solidaire que de tuer la vie naissante.

    Elle rappelle que les « professionnels de santé » (sic) alertent depuis longtemps sur les « obstacles à la pleine effectivité » du « droit à l’IVG », droit fondamental comme chacun sait. Et que le confinement a encore aggravé le problème. Il est donc temps de voter une nouvelle loi qui fasse de la France « l’un des pays les plus progressistes en la matière ».

    Au menu, bien entendu l’allongement du délai (à 14 semaines), la suppression de la clause de conscience, le droit de pratiquer des avortements étendu aux centres de planning dit familial et aux sages-femmes (pour qu’elles puissent tuer autant d’enfants qu’elles en mettent au monde, sans doute pour développer une nouvelle forme de parité).

    Albane Gaillot espère que le texte pourra être examiné par les députés en automne, lors de la première journée où les textes de son groupe arriveront en discussion.

  • Politique…

    Geoffroy Boulard, diplômé des universités du Havre, de Rennes, de Cergy-Pontoise et de l’ESSEC, conseiller de Paris, conseiller du Grand Paris, maire du 17e arrondissement, écrit :

    #RIP à la famille, aux proches de Patrick Devedjian ainsi qu’à mes amis maires @hautsdeseinefr

    L’étrange charabia Twitter n’excuse pas tout. Souhaiter RIP à la famille de Devedjian et à ses amis maires, cela ne veut strictement rien dire. A moins qu’il leur souhaite le même sort… Mais il est vraisemblable que ce Boulard ne sait pas ce que veut dire RIP…

    Anne Hidalgo quant à elle se désole de la mort d’un Arménien :

    C’est une immense tristesse, j’adresse toutes mes condoléances à son épouse et à sa famille. Je pense à nos amis Arméniens qui perdent aujourd’hui un de leur frère.

    Euh… à ma connaissance Patrick Devedjian, né à Fontainebleau, était français. Son père était certes un arménien de Turquie, venu (de Constantinople) en France en 1919 (et non pendant le génocide), mais sa mère s’appelait Monique Wallois, née à Boulogne sur Mer. Devedjian était certes attaché à la cause arménienne, mais parler d’un homme politique français, un adversaire qui plus est, comme d’un Arménien, ne peut relever que d’une pitoyable tentative de récupération électoraliste, et en surfant sur le communautarisme...

  • La population locale

    1339799-2100x1200.png

    La ville de Marseille a fini par accepter la demande du RN de donner le nom du Colonel Arnaud Beltrame à une place du 14e arrondissement.

    La place a été inaugurée samedi dernier. Par les seuls élus du RN.

    Aucun autre élu, de quelque parti que ce soit, n’est venu.

    Parce que, pour tous ces élus, cela ne peut être perçu que comme une « provocation » par la « population locale » de ce « quartier populaire », comme l’avaient souligné les élus de gauche en 2018 pour que cette initiative soit rejetée.

    Difficile de montrer de façon plus claire la dhimmitude des élus français, qui vont jusqu’à se mettre à plat ventre devant le terrorisme islamique. Les terroristes les terrorisent donc, et ont donc gagné la partie : l’islam a un boulevard devant lui. Ce n’est qu’une confirmation de plus. Mais particulièrement spectaculaire.

  • Griveaux

    Il était une insupportable caricature de petit politicard arriviste.

    Mais je n’imaginais pas qu’il fût con à ce point.

    Conformément à l’inversion désormais universelle, le consensus politico-médiatique est que diffuser la vidéo compromettante est une "menace pour la démocratie". Or c’est évidemment Griveaux qui est une menace pour la démocratie. C’est lui qui a tourné et envoyé les images, personne d’autre. Il suffit d’imaginer qu’il soit maire de Paris, et que la vidéo soit aux mains d’un lobby, d’une quelconque puissance économique, ou d’une puissance… étrangère.  Comme le Griveaux est sans scrupule, le groupe qui le ferait chanter pourrait lui faire faire ce qu’il veut.

  • Forte baisse du chômage

    En pleine campagne des municipales.

    C’est un miracle.

    (Et malgré le miracle, c’est encore plus de deux fois plus que dans sept pays de l’UE, dont l’Allemagne ou la Pologne, qu’au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis…)