Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Politique française

  • Marché du ramadan

    Polémique à Vaulx-en-Velin. On a vu le maire, Hélène Geoffroy, au marché du ramadan, samedi à 19h 16. Une vidéo en fait foi.

    Le scandale est que la personnalité socialiste locale fasse du clientélisme après l’heure du couvre-feu…

    (Précision, si nécessaire: il s'agit d'un marché quotidien tous les soirs de ramadan.)

  • Euthanasie

    La sempiternelle proposition de loi sur l’euthanasie n’a pas été votée. Mais les militants de la culture de mort peuvent être contents d’eux. Car cette fois elle a pu être examinée, et en outre et surtout son article 1 a été adopté. Sous les applaudissements.

    Il ne restait pas de temps pour continuer, car une poignée de députés, honneur à eux, avaient multiplié les amendements, rendant l’adoption du texte impossible dans le cadre de la « niche ».

    Xavier Breton : 447 amendements.

    Patrick Hetzel et Julien Ravier : 886.

    Marc Le Fur : 393.

    Frédéric Reiss : 390.

    Emmanuelle Ménard : 168

    Philippe Gosselin : 116.

    Agnès Thill : 113.

    Marie-France Lohro : 62.

    Thibaut Bazin : 43.

  • Strasbourgstan

    Le conseil municipal de Strasbourg a adopté hier le principe d’une subvention de 2,563 millions d’euros à l’organisation turque islamiste Mili Görüs. Sous prétexte que la ville donne 10% du coût d’un lieu de culte et que ces 2,563 millions sont précisément 10% du coût de la construction de la mosquée Mili Görüs de Strasbourg, la plus grande d’Europe. Et la mairesse verte souligne que le conseil régional donnera lui aussi 2 millions, et la « collectivité européenne d’Alsace » 2 millions itou.

    La délibération a été adoptée par 42 voix contre 7 : les macroniens et les socialistes n’ont pas participé au vote…

    Même si les Verts sont devenus des fourriers de l’islam (et depuis longtemps par exemple à Roubaix), ils se posent aussi en défenseurs des idéologies progressistes. Il est très remarquable que les Verts de Strasbourg votent le principe d’une subvention de plus de 2,5 millions d’euros à une organisation islamiste turque deux jours après que le président turc a annulé la participation de son pays à la convention du Conseil de l’Europe dite Convention… d’Istanbul, qui oblige les Etats à lutter contre la violence faite aux femmes…

  • Les acharnés

    La proposition de loi d’Albane Gaillot étendant le « droit à l’avortement », qui avait été adoptée en première lecture par l’Assemblée nationale le 8 octobre, ne pouvait pas aller au Sénat puisqu’elle était portée par un groupe qui n’y existe pas. Mais elle fut aussitôt reprise par les socialistes. Et examinée le 21 janvier. Et rejetée. Puis elle a été reprise par les socialistes de l’Assemblée nationale. Où elle devait passer en seconde lecture ce 18 février. En numéro 1, dans le cadre de la niche socialiste. Mais elle a été retirée de l’ordre du jour. Officiellement parce que LR avait déposé 470 amendements, ce qui rendait impossible l’examen des 9 autres propositions de loi socialistes.

    La proposition de loi passait à la trappe ? Mais non ! Elle est aussitôt reprise par Aurore Bergé, au nom de LREM…

  • Jean-Pierre Michel

    Député socialiste de 1981 à 2002, année où il fonde l’Association pour une gauche républicaine après avoir été membre du CERES puis du Mouvement des citoyens, sénateur socialiste de 2004 à 2014, Jean-Pierre Michel est mort hier à l’âge de 82 ans.

    Il s’est fait connaître comme un militant acharné de la reconnaissance des couples de même sexe : dès 1991 il rédigeait une proposition de loi en ce sens, puis il fut le grand artisan du PACS, puis au Sénat du soi-disant « mariage pour tous », car pour lui le mariage ce n’est rien d’autre qu’un « contrat d’assurance entre deux personnes ».

    Tout autant militant de la PMA et de la GPA (il a même publié l’an dernier un livre intitulé « Plaidoyer pour la GPA »), il était aussi, bien sûr, un militant acharné de l’avortement. En 2000 il avait rédigé une proposition de loi portant le délai de 10 à 12 semaines, proposition reprise dans la loi de 2001.

    Ses obsèques auront lieu jeudi en l’église d’Héricourt, dont il fut maire de 1983 à 2004. C’est son ami le diacre d’Héricourt qui a annoncé sa mort.

    On espère que les obsèques pourront être présidées par son évêque Mgr Blanchet, quoique celui-ci vienne d’être nommé évêque de Créteil. (La plus grande peur de Mgr Blanchet est d’être « classé de réactionnaire »…)

     

    Addendum

    Le Salon Beige rappelle opportunément ce propos de Jean-Pierre Michel rapporteur de loi sur le soi-disant "mariage pour tous":

    « Ce qui est juste, c’est ce que dit la loi. Voilà, c’est tout. Et la loi ne se réfère pas à un ordre naturel. Elle se réfère à un rapport de force à un moment donné. Et point final. C’est le point de vue marxiste de la loi. »

  • L’aveu d’un grand démocrate

    Il paraît que pour introduire une dose de proportionnelle dans les prochaines législatives (promesse de Macron), il aurait fallu que le projet de loi soit présenté ce mercredi en conseil des ministres. Mais le projet a été abandonné.

    Réaction de Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur qui aurait dû faire avancer le processus (il a eu tout le temps pour le faire) :

    « Je ne suis pas favorable à l’idée de faire rentrer 100 députés RN au Parlement. »

  • La dictature en marche

    Le Salon Beige attire l’attention sur un amendement de Cyrille Isaac-Sibille (Modem) au projet de loi « confortant le respect des principes de la République » :

    Le deuxième alinéa de l’article premier de la loi n° 94‑665 du 4 août 1994 relative à l’emploi de la langue française est complété par une phrase ainsi rédigée : « Toute activité cultuelle, culturelle ou éducative est prioritairement dispensée à l’écrit et à l’oral en langue française. »

    EXPOSÉ du député :

    Le présent amendement vise à préciser que toutes les activités, qu’elles soient culturelles, cultuelles ou encore éducatives, doivent être dispensées dans la langue française.

    Cultuelle ?

    Donc il ne peut plus y avoir de messe traditionnelle, ni de messe de Paul VI en latin, ni de divine liturgie en grec, en arabe ou en slavon.

    Culturelle ?

    Donc il ne peut plus y avoir de représentations d’opéras en langue originelle autres que français, ni de récitals de lieder, ou de chants corses, bretons, basques, alsaciens...

    Educative ?

    Donc il ne peut plus y avoir d’enseignement des langues « en immersion », tant des langues régionales que des langues étrangères.

    Si cet amendement était voté et appliqué, nous entrerions dans une dictature telle qu’il n’y en a jamais eu dans l’histoire. Naturellement il ne le sera pas. Mais le seul fait qu’un député ait pu le rédiger et le faire imprimer par l’Assemblée nationale fait froid dans le dos.

  • Fromages sans frontières

    Après Agnès Buzyn qui va à Genève s’occuper du « suivi des questions multilatérales » de l’OMS, Sibeth Ndiaye, l’ancienne porte-parole sénégalaise du gouvernement français (dont les enfants s’appellent Youmali, Ingissolyn et Djimane) devient secrétaire générale d’Adecco France, filiale du groupe suisse « The Adecco Group ». (En 2011 Adecco avait été condamné pour racisme pour avoir refusé de recruter des Africaines…)

  • Marielle de Sarnez

    « Toute la classe politique » (de fait, de Mélenchon à Marine Le Pen) « rend hommage » à Marielle de Sarnez.

    Comme je ne fais pas partie de la « classe politique », je peux dire que Marielle de Sarnez ne mérite aucun hommage.

    Marielle de Sarnez était une très influente militante de l’anti-France européiste. Elle était une ennemie résolue et persévérante de la souveraineté et de l’identité, de toute souveraineté et de toute identité.

    Le fait que toute la classe politique lui rende hommage souligne d’une lumière sinistre ce qu’est devenue cette classe politique. Il est vrai que c’est aussi avec la même unanimité que la classe politique est complice de la dictature soi-disant sanitaire.

    Cela dit, sa mort permettra à la Justice de faire des économies, puisque son procès pour détournement de fonds publics n’aura pas lieu.

  • Assumé et promu

    EqohGH5W8AAFqFb.jpg

    A Clermont-Ferrand, la municipalité assume et promeut le grand remplacement : la Française de souche est vieille, heureusement qu'il y a les jeunes de l'immigration pour la remplacer. (Et le petit slogan de la dictature "sanitaire" en prime.)