Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Politique française

  • Priorités

    Ce 24 novembre est le jour de la niche parlementaire pour les propositions de loi du groupe LFI-NUPES.

    Il y avait notamment au programme la fameuse augmentation du SMIC à 1600 €, et la non moins fameuse création d’une commission d’enquête sur le rôle de Macron dans l’implantation d’Uber en France. Mais comme les nombreux amendements soumis par ses adversaires allaient faire s’éterniser les débats d’une seule journée, LFI-NUPES a décidé de se concentrer sur l’essentiel : la constitutionnalisation du crime abominable, et l’abolition de la corrida.

    La sacralisation du "droit à l'avortement", et l’interdiction d’un art qui peut causer la mort d’un animal.

    Il faut garantir le droit de tuer les bébés et interdire de tuer des taureaux. Telle est leur civilisation.

    Addendum. La proposition de loi sur l'avortement adoptée à une large majorité, celle sur la corrida retirée... Il y a quand même une priorité absolue.

  • Ubu

    Comme c’était évident dès le départ, presque tous les 234 clandestins débarqués par le bateau taxi des passeurs de Méditerranée sont libres. En France. Hormis les 18 « mineurs » qui n’auraient pas encore « fugué » de leur « structure d’accueil », et une « dizaine » de cas sur lesquels la justice continue de se pencher.

    Le tristrion Darmanin veut absolument souligner que 123 d’entre eux font l’objet d’un refus d’entrée sur le territoire français. Mais puisqu’ils sont déjà entrés, et libres, on ne voit pas à quoi sert le « refus ».

    Ce qui est incompréhensible est que l’on mobilise une armée de juges et d’avocats en sachant ce que sera la conclusion de l’affaire. Puisqu’on est dans le royaume d’Ubu, il suffit d’un Ubu pour rendre la justice. Evidemment, le problème c’est que Ubu les passe tous dans la trappe, les Darmanin, les juges et les clandestins… Ça fait rêver, quand même…

  • Violence de même sexe

    Le « mariage pour tous » c’est faire en sorte que les couples de même sexe soient traités de la même façon que les autres. Pourtant ils ne sont pas tout à fait comme les autres, au point que le lobby Act Up va fait voter par le Parlement des amendements à la loi de programmation du ministère de l’Intérieur afin que soient prise en compte la spécificité de la violence dans les couples de même sexe…

    Exposé des motifs de l’amendement 74 :

    Le présent amendement a pour objet de traduire une des recommandations issues des groupes de travail du Grenelle des violences conjugales en 2019 visant à améliorer la prise en charge des victimes de violences au sein des couples LGBT+, en leur permettant, dès que cela est possible, d’être prises en charge par un officier de liaison spécialement formé à l’accueil des personnes LGBT+.

    Et de l’amendement 77 :

    Le présent amendement a pour objet de tenir compte dans la feuille de route du ministère de l’Intérieur de la recommandation du groupe « violences intrafamiliales » piloté par le Secrétariat d’Etat en charge de la Protection de l’enfance dans le cadre du Grenelle des violences conjugales en 2019 visant à "améliorer la prise en charge des victimes de violences conjugales au sein des couples LGBT par des actions de sensibilisation du grand public et de formation des forces de l’ordre".

    Les violences sexuelles, physiques, psychologiques peuvent intervenir dans toutes les figurations de couple, indépendamment du sexe ou de l’orientation sexuelle de la victime.

    Pour autant, les dispositifs de prise en charge ne sont pas toujours adaptés pour accueillir la parole des victimes de ces violences. De nombreux témoignages recueillis dans le cadre du Grenelle des violences conjugales ont mis en avant une tendance par les forces de l'ordre à la minimisation ou au déni de ces violences qui ne sont pas conformes aux schémas de représentation traditionnels.

    Des initiatives associatives existent pour sensibiliser les forces de l'ordre et le grand public à la réalité de ces violences. Ces initiatives doivent être renforcées et amplifiées par le ministère de l'intérieur dans le cadre de sa feuille de route.

  • Le dictateur

    Député des Deux-Sèvres (79).png

    Cet inconnu rêve de rester dans l’histoire comme le Français qui aura permis de mettre en place un instrument clé de la dictature climatique.

    Il y a plusieurs mois que monte l’idée d’instaurer une dictature climatique, sur le modèle de la dictature sanitaire qui a si bien fonctionné. Le ressort étant le même : jouer sur la peur, une peur irraisonnée, ou plutôt déraisonnable, en fait complètement folle, mais martelée par les médias de façon assez assourdissante pour qu’elle soit convaincante. Après la peur du virus (qui demeure néanmoins afin d’être toujours réactivable), la peur du « réchauffement climatique anthropique », lequel exige de tout un chacun qu’il « décarbone » sa vie quotidienne. Et pour obliger le citoyen à « réduire son empreinte carbone », il faut instituer un « compte carbone » : chaque individu a un quota d’équivalent CO2, à chaque achat on lui débite la soi-disant empreinte carbone de son achat, et quand il a épuisé son quota il ne peut plus rien acheter.

    L’inconnu Jean-Marie Fiévet a donc décidé de devenir célèbre en proposant de voter le « compte carbone ». Avec l’appui de BFM, évidemment, qui nous fait savoir que dès 2019 une entreprise suédoise a imaginé, en coopération avec Mastercard, une carte de crédit qui calcule l’empreinte carbone de chaque achat, en informe le consommateur, et peut bloquer les dépenses dès qu’est atteint un « maximum de carbone »…

    La-DO-Black-une-carte-de-credit-avec-une-limite-carbone-imaginee-en-2019-par-la-start-up-Doconomy-et-Mastercard-1518156.jpg

  • Leur "droit à l’avortement"

    La furie de l’avortement Laurence Rossignol a fini par admettre que les propositions de loi constitutionnelle visant à inscrire le « droit à l’avortement » dans la Constitution n’aboutiront pas. Hier, soit deux jours avant le débat de l’une d’entre elles au Sénat*, elle a déclaré qu’en réalité seul le gouvernement peut vraiment prendre l’initiative d’une réforme constitutionnelle et que les propositions de loi ne peuvent pas arriver jusqu’au bout. Elle appelle donc le gouvernement à présenter un projet de loi.

    * En fait c'était aujourd'hui et le Sénat a voté contre (172 contre 139).

  • Menteur

    image-16.png

    Cet homme est un menteur chevronné, puisque, vétéran du mensonge sur TF1, il dit aujourd’hui sur LCI (en compagnie de Ruth Elkrief, référence en la matière) ce qu’il faut penser sur tous les sujets. Mais il est des jours où il se surpasse. Ainsi hier soir quand il a dénoncé la ridicule propagande de la télévision russe qui tente de faire croire que tout le monde n’est pas d’accord avec le gouvernement français en diffusant des images d’une manifestation qui n’a pas eu lieu…

    Capture d’écran 2022-09-06 à 14.13.31.png

    Voyez aussi le sourire satisfait et ricanant des quatre invités qui acquiescent (et la géraldine en rouge va même en rajouter une couche). Il n’y en aura aucun pour objecter que les images montrées par la télévision russe sont de réelles images de la manifestation organisée samedi par Philippot. Le mensonge est bétonné. La désinformation est énorme.

    Non seulement tout journaliste qui suit un peu l’actualité est au courant des manifestations de Philippot (quand l’agence de presse du mensonge d’Etat est muette, il reste les réseaux sociaux) mais en outre LCI avait été spécifiquement informée et invitée.

    La réaction a pris une telle ampleur que le menteur a dit à Philippot que c’était une « erreur regrettable » et qu’il allait la « corriger » ce soir…

    Addendum

    ET ILS EN RAJOUTENT !!! "C'est une manifestation contre le pass sanitaire !"

  • A la soupe

    Finalement, les associations d’élus (maires de France, maires ruraux, départements, régions) ont décidé de participer au « Conseil national de la refondation », après avoir obtenu une promesse de réunions avec le président de la République…

  • Conseil national…

    TOUS les partis d’opposition ont dit qu’ils ne participeront pas au « Conseil national de la refondation », le nouveau gadget anti-démocratique de Macron.

    Le président du Sénat, troisième personnage de l’Etat, avait été la première personnalité à dire non.

    Aujourd’hui, ce sont les trois associations des maires de France, des départements et des régions, qui leur emboitent le pas.

    Mais il y aura François Bayrou, nommé « secrétaire général » de la coquille vide, et qui « présidera » la première « réunion », le 8 septembre.

    Le fait que personne ne veuille participer à la nouvelle mascarade macronienne souligne que le roi est nu et que ses décisions sont autocratiques.

  • Sa guerre

    Quand on était « en guerre contre le virus », Macron réunissait un « conseil de défense » pour décider des mesures dictatoriales qu’il fallait prendre contre les Français.

    Voici le nouveau « conseil de défense ». Parce que la France est aujourd’hui en guerre contre… la pénurie énergétique.

    Macron va donc réunir vendredi le premier « conseil de défense » sur l’approvisionnement en gaz et en électricité.

    Au menu de celui-ci et sûrement des suivants, des mesures de privation de liberté et de contrôle des citoyens selon le modèle connu qui a fait ses preuves à la faveur de la « pandémie ».

    Vous avez aimé la dictature sanitaire, vous allez adorer la dictature énergétique. Avec les médias toujours complices hyperactifs précédent même les actions de Macron et martelant aux Français que c’est pour leur bien.

    Et il n’est pas garanti que la dictature énergétique ne se double pas d’une nouvelle dictature sanitaire. Car nombre de « sachants » amplifiés par les médias avertissent qu’il va y avoir une « huitième vague » de corona.

    Bien sûr, en même temps qu’on annonce le nouveau conseil de guerre, Engie annonce qua Gazprom l'a informé de réductions supplémentaires et immédiates de ses livraisons de gaz « en raison d'un désaccord entre les parties sur l'application de contrats ». Histoire de faire monter la pression, pour que les Français acceptent les mesures qu’il va falloir prendre par la faute de Poutine… A moins que les Français commencent enfin à comprendre ce qui est en train de se mettre en place et réagissent comme il convient. En faisant la guerre à ceux qui leur ont déclaré la guerre.

    L’autre volet de la question (le Dr Jekyll de Mr Hyde, ou seulement le bon flic après le méchant flic) est la grosse farce du « Conseil national de la refondation » qui va être lancé le 8 septembre pour définir en concertation avec les Français « les grands chantiers à venir ». Une farce soulignée par le fait que les réunions auront lieu au centre d'entraînement de l'équipe de France de rugby, à Marcoussis, afin de montrer qu’elles se tiendront dans « l'esprit collectif, l'esprit d'ouverture et les valeurs qui sont celles du rugby »… Mais Gérard Larcher a déjà fait savoir qu’il ne participerait pas à cette nouvelle mascarade. Or un « Conseil national » sans le troisième personnage de l’Etat, ça fait pschitt avant de commencer.

  • "Ennemis"

    Capture d’écran 2022-07-06 à 11.46.37.png

    Pour le grand démocrate Darmanin les députés LFI et RN sont des « ennemis ».

    C’est typique de la tournure d’esprit de la clique de Macron. En fait ce sont les Français qu’ils considèrent comme leurs ennemis. Qu’il faudra punir toujours davantage.

    Cela dit, les Français n’avaient qu’à pas voter pour eux.