21 avril 2014

Deux provocations islamiques

On y est désormais tellement habitués qu’on n’y fait plus attention. Mais c’est une provocation qui revient chaque année : l’UOIF organise son grand rassemblement à Pâques. Joachim Veliocas y est allé, et il a pu constater que, bien entendu, on trouvait « le jihad à tous les étals », avec la bénédiction du gouvernement.

l-homme-aurait-ecrit-sur-le-registre-paroissial.jpg

A la collégiale de Dole, pendant la messe de Pâques, un homme revêtu d’une djellaba et d’une coiffe  a installé un tapis près de l’autel et a lu des versets du Coran. Puis il a écrit quelques mots sur le registre paroissial. Le sous-préfet a tenu à rassurer la population : « Il ne faut pas créer d’amalgame. Cette attitude déplacée est le fait d’un individu visiblement perturbé. »

Si peu « visiblement perturbé » que son écriture est posée et parfaitement régulière, ne trahissant aucune émotion. Et comme le souligne l’Observatoire de l’islamisation, l’homme a écrit la sourate 112. Non pas « un extrait », comme dit l'Observatoire, mais la sourate entière, qui n’a que quatre très brefs versets :

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. Dis : Il est Allah, Unique (1). Allah, le Seul à être imploré pour ce que nous désirons (2). Il n’a jamais engendré, n’a pas été engendré non plus (3). Et nul n’est égal à Lui (4).

Cette sourate s’appelle « Le monothéisme pur ». Elle est purement… antichrétienne.

15:42 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (5)

17 avril 2014

Le viol des chrétiennes au Bangladesh

Une centaine de chrétiens, et quelques musulmans, ont manifesté hier à Dakha, à l’appel de l’organisation des étudiants de l’ethnie Garo, contre le viol subi par une jeune catholique.

Au cours des festivités du nouvel an bengali, lundi dernier, quatre musulmans ont attaqué la jeune fille et l’ont violée.

Elle a 21 ans, elle s’appelle Mary Thigidi Purnima, elle est de la paroisse de Mariamnagar, dans le diocèse de Mymensingh. Elle travaille dans un institut de beauté à Dakha.

Et elle est courageuse. Car elle a porté plainte, alors que la plupart des chrétiennes violées, quand elles survivent, font profil bas. Comme prévu, les menaces de mort s’accumulent sur Mary pour qu’elle retire sa plainte.

D’autre part, quand une jeune fille d’une minorité ethnique (et en plus chrétienne) porte plainte, la police s’abstient de faire du zèle. Cette fois, cependant, elle a arrêté l’un des trois violeurs et recherche les autres.

Pour autant qu’on le sache, neuf femmes des minorités ethniques ont été violées depuis le début de l’année, dont deux ont été tuées. 67 viols de ce type avaient été recensés l’an dernier.

14:17 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (0)

16 avril 2014

Les responsables du prochain attentat de New York

Sous l’influence de la nouvelle municipalité de gauche bobo libertaire, la police de New York a annoncé hier la fermeture de son unité chargée de surveiller les mosquées et les restaurants, librairies et autres magasins de la communauté musulmane.

En juin dernier, plusieurs associations dont la célèbre ACLU avaient porté plainte contre l'ancien maire Michael Bloomberg et l'ancien chef de la police pour pratiques anticonstitutionnelles violant les droits civiques des musulmans. « Quand la police transforme en suspects des gens respectueux de la loi, parce qu'ils fréquentent une mosquée et non une église ou une synagogue, cela viole les garanties d'égalité et de liberté religieuse de notre Constitution », avait déclaré une responsable de l'ACLU.

Evidemment, si l’on refuse de voir la différence entre la prédication du jihad et celle du sermon sur la montagne, il est clair que cette unité de la police n’était pas légitime.

Mais que les bobos de New York ne viennent pas pleurnicher lors du prochain attentat meurtrier. Ce seront eux les responsables, à commencer par le maire, Bill de Blasio.

16:39 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (7)

12 avril 2014

Accueil des touristes et dhimmitude (ou : Mammon pour faire venir Allah)

Les aéroports japonais sont en train de « s’adapter » pour accueillir des visiteurs musulmans de plus en plus nombreux (notamment d’Indonésie : 65% de plus en un an, et du Golfe : 50%).

Les salles « de silence » sont transformées en « salles de prière ». Dans les toilettes sont posés des robinets spéciaux pour les ablutions rituelles. Beaucoup plus fort : les restaurants demandent à leurs clients de ne pas boire d’alcool lorsqu’ils sont à côté de musulmans.

Depuis décembre, l’aéroport de Narita sert des menus spéciaux pour musulmans, préparés par l’entreprise qui fournit la compagnie malaise.

Le porte-parole de l’Association japonaise du Halal, Hideaki Yotsutsuji, déclare que les communautés musulmanes du Japon saluent les efforts des aéroports pour améliorer l’accueil des musulmans. Mais il leur demande d’avoir à l’esprit qu’en claironnant leur quête de convivialité islamique, les aéroports mettent la barre très haut, et qu’ils ne doivent pas décevoir leur clientèle musulmane. Ainsi, souligne-t-il, « un musulman se sentira trahi simplement parce que quelqu’un boit de l’alcool à côté de lui. »

Il ne suffira pas que les restaurants rappellent à leurs clients de faire attention, il faudra en arriver à interdire la bière et le vin…

Alors que personne ne demandait rien.

16:22 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (2)

02 avril 2014

Un iconoclaste musulman à Vienne

Samedi après-midi, à la cathédrale de Vienne (Autriche), un individu était interpellé alors qu’il venait de renverser une statue de marbre de saint Thaddée et qu’il était en train de s’en prendre à une image du Sacré-Cœur. Il a expliqué aux policiers qu’il avait agi par « inspiration » divine, et il traitait les fidèles catholiques de « marionnettes ». C’est un Ghanéen de 37 ans, Ibrahim A., demandeur d’asile. Il fut relâché, dans l’attente d’une convocation dans la semaine.

Mais ensuite l’homme allait s’en prendre aux statues dans cinq autres églises de Vienne, endommageant les statues de pierre, pulvérisant les statues de marbre, et, pire, détruisant les crucifix en démembrant le corps du Christ.

Ibrahim A. fut de nouveau interpellé hier après avoir détruit deux statues dans la cinquième église. Il a avoué être le responsable de tous les actes de vandalisme, et aussi dans deux autres églises en février… Il a précisé qu’il accomplissait une « mission divine », car « Allah interdit de faire des images des saints », a déclaré le porte-parole de la police, soulignant que l’homme ne souffrait d’aucune psychose.

L’archevêché, tout en constatant que les dégâts sont sans précédent dans les églises de Vienne, fait profil bas, à la grande satisfaction de la Communauté islamique d’Autriche, dont le président a déclaré que « la paix religieuse n’est pas menacée ». Puisqu’il le dit…

16:05 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (8)

01 avril 2014

Valls halal et casher

manuel-valls-synagogue.jpg

"Par ma femme, je suis lié de manière éternelle à la communauté juive et à Israël." (Phrase prononcée le 17 juin 2011, jour où il se déclare candidat à la primaire socialiste pour l'élection présidentielle...)

france 7.jpg

"Je souhaite une évolution de la loi de séparation de 1905 pour qu’un peu d’argent public aille à la construction de mosquées."

31 mars 2014

Ils sont incurables

La semaine dernière, les médias annonçaient pour dimanche la chute d’Erdogan. A cause de la répression des manifestations de l’été dernier, des récentes casseroles qu’il traîne ou qu’on lui a attachées, et surtout de son effroyable, impardonnable et apocalyptique blocage de Youtube, Facebook, puis Twitter : « Le pouvoir Erdogan aux abois avant un scrutin décisif », titrait Le Figaro. Et Libération : «Erdogan est mortellement blessé, mais il ne tombera pas tout de suite».

Or, naturellement, Erdogan et son parti ont gagné haut la main les municipales, humiliant une fois de plus l’opposition kémaliste. Et Erdogan ne tombera ni tout de suite ni à moyen terme : il est au contraire quasi assuré d’être le prochain président.

Si nos journalistes faisaient leur travail, ils ne se renseigneraient pas auprès des bobos d’Istanbul et autres Turcs occidentalisés. Dans les campagnes d’Anatolie, on ne sait même pas ce qu’est Twitter, mais on sait, comme l’imam l’a rappelé, que pour aller au paradis il faut voter AKP…

Mais ils n'ont toujours pas compris, et ils ne comprendront jamais, malgré ce qu'ils ont sous les yeux, que la démocratie dans un pays musulman aboutit forcément à un pouvoir islamiste. Et que si l'on ne veut pas d'un pouvoir islamiste, il faut une dictature "laïque" (comme l'Egypte le leur montre une fois de plus)...

15:58 Publié dans Islam, médias | Lien permanent | Commentaires (0)

L’aveuglement volontaire de la pensée unique

Un juge de Dublin a dû présenter ses excuses après avoir dit : « Les musulmans croient qu’ils peuvent battre leurs femmes ».

Le juge Anthony Halpin a dit qu’il n’avait pas l’intention d’offenser les musulmans ou leur religion, qu’il s’excusait de les avoir blessés et leur demandait pardon.

Le conseil des immigrés d’Irlande a déclaré que les personnes ayant des postes à responsabilité ont le devoir de ne pas nourrir le racisme et la xénophobie.

Et il n’y a personne pour rappeler que bien entendu le musulman a le droit de battre sa femme, que c’est dans le Coran, dans les Hadiths, dans tous les livres sur la charia, et dans la prédication des imams (y compris sur internet).

(Via FDesouche, qui donne quelques liens.)

15:45 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (2)

29 mars 2014

Petit à petit…

Le nouveau maire de Yèbles, en Seine-et-Marne, est une Mauritanienne musulmane, française depuis 2008, mariée à un Tahitien converti à l’islam.

Les trois premiers de la liste de gauche (« Union citoyenne ») à Montereau ont été élus. Dont Sofiane Reguig, et Nadia Belaghlem-Boukherouba qui a déclaré : « J’ai été élue voilée, je garderai mon voile. »

(Le Parisien, via FDesouche)

16:41 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (1)

25 mars 2014

Les pressions islamistes en Indonésie

Un tribunal de Java Ouest a révoqué le permis de construire d’une église catholique à Cibubur (Bekasi). Pendant l’audience, une foule d’islamistes, au-dehors, criaient des menaces contre les juges. Le président du tribunal a déclaré qu’il avait pris cette décision pour éviter la violence confessionnelle…

Le permis de construire, presque impossible à obtenir en Indonésie pour un lieu de culte non musulman, avait été délivré en 2012 par le maire de Bekasi à la paroisse Saint-Servais de Tongeren, pour l’édification d’une église à Cibubur, à dix kilomètres de là. Le curé souligne que tout fut fait dans le respect absolu des règles (forcément, sinon il ne l'aurait pas eu) et qu’il a les preuves vidéo de tout le processus, et que par conséquent on continuera la construction de l’église, dont le gros œuvre est terminé à 70%. D’autant que le jugement n’impose pas explicitement l’arrêt des travaux.

15:57 Publié dans Eglise, Islam | Lien permanent | Commentaires (0)

24 mars 2014

Une nouvelle avancée de la charia en Angleterre

Les nouvelles « lignes directrices » envoyées par le Barreau aux avocats d’Angleterre et du pays de Galles intègrent la charia pour ce qui est des testaments.

Elles permettent ainsi aux avocats non musulmans d’aider à rédiger des testaments conformes à la charia.

Elles expliquent comment, en vertu de la coutume islamique, les héritages sont répartis dans une liste définie d'héritiers déterminés par des liens de parenté et non entre des individus nommés. Elles reconnaissent ouvertement la polygamie : plusieurs conjoints peuvent hériter. Elles reconnaissent ouvertement la discrimination envers les femmes en précisant que « dans la plupart des cas, les héritiers de sexe masculin reçoivent le double de la part successorale des héritières de la même classe ». Elles reconnaissent ouvertement la discrimination religieuse : les non-musulmans n’ont pas le droit d’hériter, et donc l’héritier qui se marie à l’église ou civilement perd tout droit à héritage. De même les enfants illégitimes ne peuvent pas hériter.

Et puis, tant qu’on y est, les « lignes directrices » recommandent que certains testaments comprennent une déclaration de foi en Allah rédigée dans une mosquée locale, et que la responsabilité de rédiger certains documents soit renvoyée aux tribunaux de la charia (il y en a aujourd’hui une centaine au Royaume Uni, reconnus comme compétents pour les affaires familiales).

Le président du Barreau, Nicolas Fluck, a déclaré que ces lignes directrices favoriseront les « bonnes pratiques » dans l’application des principes islamiques au sein du système juridique britannique…

(The Telegraph, version française Poste de veille, via FDesouche)

16:41 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (2)

19 mars 2014

Quand les Saoudiens ont peur du livre…

La police religieuse saoudienne a saisi plus de 1.000 exemplaires de 420 titres lors du Salon international du livre qui vient de se tenir à Riyad. Un salon évidemment islamique où il n’y avait pas l’ombre d’un livre chrétien ou crypto-chrétien. Mais cela n’empêche pas nombre de livres arabo-musulmans de sentir le fagot ou de constituer « une menace pour la sécurité » du royaume…

Ont été notamment saisis les ouvrages de Mahmoud Darwish (1941-2008), le plus grand poète arabe de sa génération (dont une vingtaine de titres ont été traduits en français), à cause de « passages blasphématoires ».

Et aussi ceux de Badr Shaker al-Sayyab, le plus célèbre poète irakien actuel, et d’autres représentants de la poésie palestinienne ou irakienne contemporaine.

Un éditeur saoudien a vu son stand carrément supprimé par la police religieuse et tous les livres confisqués : il est réputé proche des Frères musulmans, que le gouvernement vient de décréter « terroristes ».

Parmi les autres livres confisqués, une Histoire du hijab, Le féminisme en Islam, et bien sûr le trop provocateur Quand les Saoudiennes conduiront-elles une voiture ?

Les essais d’Azmi Bechara ont également été saisis. Non pas parce que c’est un Arabe israélien, mais parce qu’il vit aujourd’hui au Qatar et qu’il est un proche de l’émir. Or le torchon brûle entre le royaume saoudien et l’émirat…

17:04 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (2)

18 mars 2014

Les wahhabites deviennent vraiment dingues

Le gouvernement saoudien vient de publier une liste d’une cinquantaine de  prénoms « blasphématoires » ou « inappropriés », en tout cas « incompatibles avec la culture ou la religion du royaume ».

Vous vous dites que les prénoms occidentaux (notamment américains, ou, pire, carrément chrétiens) envahissent le royaume gardien de l’islam, et qu’il est temps d’y mettre un terme.

Mais non. Certes, dans la liste on trouve bien Alice et Elaine, Sandy et Basile, mais ce sont des exceptions. Parmi les prénoms bannis il y a ceux qui sont donnés traditionnellement aux enfants dans les pays arabes et qui font de cet enfant un prince (Amir) ou une princesse (Amira), un roi (Malik) ou une reine (Malika), une altesse (Sumuw), ou carrément un royaume (Mamlaka). Tout cela est désormais interdit : seule la famille régnante est royale…

D’autre part on veille à un scrupuleuse orthodoxie : ainsi sont bannis Abdoul Nabi, Abdoul Hussein ou Abdoul Nasser - esclave du prophète, esclave de Hussein, esclave de celui qui donne la victoire - parce qu’on ne peut être que l’esclave de Dieu et selon l’un de ses 99 noms du Coran. On ne doit pas non plus usurper le nom de prophète (Nabi, et pour les filles Nabiyya).

En fait même des puristes admettent Abdoul Nasser puisqu’il s’agit d’Allah, mais ici on soupçonne le gouvernement wahhabite de rejeter une éventuelle référence à l’ancien raïs égyptien… De même est interdit Benyamin alors qu’il s’agit d’un prophète (Benjamin, l’un des 12 fils de Jacob), mais aussi du Premier ministre israélien…

Enfin, certains interdits sont proprement incompréhensibles, car il s’agit de prénoms faisant partie intégrante de l’islam et même du Coran : Malaak (ange), Jibril (Gabriel), Basmala (au nom de Dieu), Tabarak (béni).

Et le gouvernement saoudien ne paraît pas conscient du problème qui va se poser aux enfants de ceux qui portent un prénom aujourd’hui interdit. Car dans ce pays on appelle les gens par leur prénom suivi de « fils de », avec le prénom du père…

17:36 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (2)

15 mars 2014

L’islam de nos amis du Qatar : une fille est une femme à 9 ans

Je découvre, grâce à l’Observatoire de l’islamisation, que le Qatar a un site internet en français uniquement consacré à des fatwas qui répondent à des questions posées par des francophones. On ne peut qu’être touché par tant de sollicitude. Il est vrai que le Qatar est un ami si intime de la France et si présent chez nous qu’il est logique qu’il nous soit aussi un conseil avisé en matière d’islam.

Le site, qui s’intitule en toute simplicité Islamweb, dépend très officiellement du ministère des Affaires islamiques du Qatar.

L’une de ces fatwas est une réponse à une question sur l’éventuelle pédophilie de Mahomet qui se maria avec Aïcha à 6 ans et eut des rapports sexuels avec elle dès qu’elle eut 9 ans.

Voici la réponse du Centre de la fatwa. Elle vaut la peine d’être lue intégralement si l’on veut connaître vraiment un des aspects d’islam modéré. Je conseille aussi, parmi d’autres, la fatwa qui répond de façon indignée à ceux qui prétendent qu’en fait Aïcha avait 16 et 19 ans…

*

Les propos selon lesquels le Prophète a commis un acte de pédophilie ne sont que les mensonges des ennemis de l’Islam. Vue leur incapacité à éteindre la lumière de cette religion qui se répand partout, ils essaient de s’accrocher à ce genre de présomptions futiles pour lui porter atteinte ainsi qu’à son Prophète. Mais ils ne font que montrer, une fois de plus, leurs faiblesses et leurs manques de raison.

Dans ce mariage il n’y a aucune agression pédophile, comme ils le prétendent. En effet le Prophète a fait l’acte de mariage avec notre mère Aicha, qu’Allah soit satisfait d’elle, alors qu’elle avait six ans sans avoir de rapport avec elle. Ce n’était qu’un acte de mariage tout court. Ce type de mariage était très connu chez les arabes, d’ailleurs l'imam Tabari et l'imam Ibn Khathir ont tous deux mentionné qu’Aicha a été demandée en mariage avant son mariage avec le Prophète par un certain Ibn Mout’îm Ibn Adiy.

Le Prophète n’a eu de rapports sexuels avec elle que lorsqu’elle a été capable de les supporter : après avoir atteint l’âge de 9 ans.

Généralement à cet âge les filles peuvent avoir des rapports sexuels. Cette aptitude varie selon les personnes et les milieux. Aicha, qu’Allah soit satisfait d'elle, disait : « Quand une fille atteint l’âge de 9 ans elle devient femme (capable de supporter ce que les femmes supportent) » rapporté par Tirmidhi.

Nous signalons que notre mère Aicha, qu’Allah soit satisfait d’elle, a grandi rapidement, de ce fait lorsque le Prophète a eu des rapports avec elle, elle était déjà une femme malgré son jeune âge.

Certains des Oulémas tels que Malek, Chafiï et Abou Hanifa ont indiqué que la femme ne doit avoir de rapports sexuels que lorsqu’elle est capable de les supporter, ceci dépend du milieu où vie la femme et non de son âge.

Où est l’agression sur une enfant dans cela ? Le mariage de la femme jeune est la manière la plus parfaite pour conserver sa chasteté et sa pureté. C’est aussi le meilleur moyen de préserver les communautés des désirs immoraux et de la débauche.

Celui qui jette un coup d’œil sur les communautés occidentales saura que ce sont dans ces sociétés qu’ont lieu les vraies agressions sur les enfants appartenant aux deux sexes: L’enseignement de l’éducation sexuelle aux enfants en bas âges, les moyens de communication qui propagent la débauche et le libertinage. Ceci engendre une génération de libertinage qui ne s’intéresse qu’à ses désirs charnels d’où la propagation de maladies mortelles telles que le Sida. Voici la réalité des ces communautés.

Alors qui a commis l'agression ?

Et Allah sait mieux.

16:17 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (6)

13 mars 2014

L’avortement discrètement banni des hôpitaux publics en Turquie

Selon le professeur Cansun Demir, président de la société turque des obstétriciens et gynécologues, les hôpitaux d’Etat ont dû arrêter tous les avortements, alors que la loi les permet jusqu’à la dixième semaine.

Ce qui s’est passé est que, tout simplement, le code de rémunération de l’avortement a disparu du système informatique…

Et cela sans aucune base légale, tonne Cansun Demir, dénonçant une « atteinte aux droits fondamentaux et aux libertés »…

Le ministère de la Santé rejette la réclamation et rappelle que l’avortement est toujours autorisé jusqu’à la dixième semaine. Mais il ne dit rien du code informatique…

En 2012, Erdogan avait dit que l’avortement est un « meurtre », et c’est alors que le délai avait été raccourci à dix semaines.

(Selon Hurriyet, repris par Gènéthique)

De Jésus à Noé

Le Qatar, Bahrein et les Emirats arabes unis ont interdit la projection de la super-production hollywoodienne Noé. D’autres pays pourraient leur emboîter le pas, dont l’Egypte. Car l’université Al Azhar a fait savoir que ce film est “contraire à la foi et aux fondamentaux de la loi islamique (Charia)” :

“Al-Azhar renouvelle son refus de toute projection d'une production représentant Allah, ses prophètes et messagers, ainsi que les compagnons du prophète Mahomet.”

En 2004, Al Azhar n’avait rien dit lors de la sortie de La Passion du Christ de Mel Gibson… qui avait fait un tabac en Egypte et dans tous les pays musulmans (sauf le Koweït et Bahreïn où il avait été interdit)…

Certains avaient alors salué cette avancée d’Al Azhar qui mettait fin à un interdit désuet… D’autant que la seule déclaration qu’on avait pu arracher à un responsable de l’université était ce propos de Ali Samman, le vice-recteur chargé du dialogue avec les autres religions monothéistes : "Nous ne sommes pas d'accord avec ce film, mais Al Azhar n'est pas un organisme de censure."

Comme on le voit aujourd’hui, l’interdit sur la représentation des prophètes de l’islam est toujours en vigueur.

Mais pourquoi donc avoir laissé passer La Passion du Christ, où était représenté Jésus, prophète bien plus important que Noé, et en outre la passion de Jésus, alors que l’islam enseigne que Jésus n’est pas mort sur la croix ?

La réponse est que le film avait été dénoncé comme « antisémite » par les lobbies juifs, et avait fait l’objet d’une campagne sans précédent contre une œuvre cinématographique. Si les juifs sont à ce point contre le film, les musulmans ne peuvent pas être contre. Si le film est antisémite, il est contre Israël, donc il est bon pour les Arabes… Tel était le raisonnement des dirigeants des pays arabes, et aussi de l’université Al Azhar.

Avec Noé, c’est tout différent. Les lobbies juifs sont muets. L’interdiction est donc de nouveau de mise…

16:32 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (1)

06 mars 2014

Le communiqué de Manuel Valls pour le carême

Il est en ligne sur Le Salon Beige.

C’est « une manière pour la République d’adresser des regards d’affection aux catholiques ».

24 février 2014

Vers une deuxième grande mosquée (municipale) à Colombes

Le conseil municipal de Colombes a voté une délibération par laquelle il met à la disposition des musulmans, pour 1 euro par an, un terrain dont la valeur est estimée à 4 millions d’euros (et sa valeur locative à 20.000 € par an).

Un riverain de ce terrain est l’église copte, qui espérait pouvoir s’agrandir…

Colombes, c’est comme en Egypte…

13:37 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (2)

15 février 2014

Dans l’islam comme dans les autres religions…

Lu sur Novopress :

Une libération sous caution a été refusée au père de l’enfant de 12 ans mariée durant une cérémonie illégale malgré le fait qu’il proclame que sa fille « avait insisté » et « était amoureuse ».

Le père de 61 ans est accusé de complicité dans un délit de relation sexuelle avec une mineure de 10 à 14 ans. Le juge a considéré que même si le prévenu pensait qu’il n’avait rien à se reprocher, il montrait un total mépris des lois de cet Etat.

Le service de protection des mineurs l’avait arrêté mardi dernier alors qu’il avait donné son accord lors d’une cérémonie musulmane. L’homme de 26 ans d’origine libanaise qui voulait se marier avec l’enfant reste aussi en prison avec 25 charges d’agressions sexuelles sur mineure retenues contre lui.

Le père a été interpellé le lendemain de l’arrestation du religieux musulman qui a officié pendant la cérémonie. Bien que plusieurs associations musulmanes aient exprimé leur réprobation, le président de l’association des musulmans libanais, Samir Dandan, a tenu à préciser que de tels faits concernaient aussi toutes les religions et pas seulement l’islam.

Source : Sydney Morning Herald

18:26 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (5)

Pour ces choses-là il suffit de demander

L’autre jour paraissait dans Le Monde une tribune réclamant « de toute urgence » le développement de l’enseignement de l’arabe dans les établissements scolaires.

C’était le 11 février.

Jeudi, le 14, Vincent Peillon a annoncé que des moyens allaient être mis en œuvre pour… le développement de l’enseignement de la langue et de la culture arabes.

C’est une orientation culturelle, a-t-il ajouté, « mais elle est aussi, et ça chacun doit le comprendre, l’avenir de l’Europe et l’avenir de la France ».

(Via Fdesouche)

12 février 2014

« Il faut enseigner l'arabe dans le service public »

Tel est le titre d’une tribune très militante publiée par Le Monde, rédigée par deux enseignants, et dont voici une partie de la conclusion :

« Il faut aujourd'hui de toute urgence une politique claire qui mette les rectorats devant leurs responsabilités, pour développer sans faux-fuyants l'offre d'enseignement d'une discipline qui constitue la deuxième “langue de France”, et l'une de nos principales langues d'échanges économiques et culturels. »

Il y a une erreur grossière dans ce propos, qui permet d’expliquer l’erreur qui sous-tend tout le texte et enlève toute force à son titre : l’arabe n’est pas du tout la deuxième langue de France. A supposer qu’il y ait véritablement davantage de locuteurs de ce que ces enseignants appellent « l’arabe » que de locuteurs des parlers occitans (par exemple), ou du corse, ou du basque, il ne s’agit pas de la langue arabe, mais d’un des patois maghrébins, qui sont si éloignés de l’arabe véritable que les Maghrébins du Maghreb comprennent beaucoup mieux leurs dirigeants quand ils s’expriment en français que quand ils font leurs discours officiels en arabe classique. Et en France, dans les banlieues, cela devient un véritable sabir.

En réalité, l’apprentissage de l’arabe dit littéral ou classique (qui est l’arabe parlé au Machrek : Syrie, Liban, Palestine, Irak) sert uniquement, chez nous, à apprendre le Coran puis à s’endoctriner davantage dans l’islam, c’est-à-dire dans l’islamisme. Est-ce vraiment ce que veulent les enseignants français ?

19:41 Publié dans Ecole, Islam | Lien permanent | Commentaires (11)

11 février 2014

Maroc : El Baldi relaxé en appel

La cour d’appel de Fez a infirmé le jugement par lequel Mohammed El Baldi avait été condamné à 30 mois de prison et 1.500 dirhams d’amende pour prosélytisme chrétien, le 3 septembre dernier. (On savait que sa famille l’avait accablé, et l’on a appris depuis que l’accusation avait été formulée par son oncle…)

Sous la pression d’organismes de défense des droits de l’homme constatant que la condamnation excédait ce que prévoit le code pénal, Mohammed El Baldi avait été ensuite libéré dans l’attente du procès en appel.

Il a pu prouver qu’il n’avait pas fait de « prosélytisme », mais avait simplement expliqué à deux jeunes musulmans les raisons de sa conversion.

La situation ne s’éclaircit pas pour autant au Maroc. On rappellera qu'en 2012, le haut conseil des oulémas a publié une fatwa appelant à l’exécution de quiconque apostasie l’islam (ce qui ne figure pas dans le code pénal marocain).

15:28 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (1)

07 février 2014

Location du terrain de la mosquée : 15 € par an

Le maire de Metz, Dominique Gros, et le président de l’Union des associations cultuelles et culturelles des musulmans de Metz, Raymond Beller (qui porte le nom du co-fondateur de l’ordre de la merci pour le rachat des captifs des musulmans…) ont signé hier le bail emphytéotique du terrain où sera construit la grande mosquée. « Le bail conclu, pour une durée de 99 ans, sera assorti d’une redevance annuelle de 15 €uros. »

13:40 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (1)

03 février 2014

Al-Qaïda: le commandement qui ne commande pas

Selon un communiqué du commandement général d’Al-Qaïda, l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) « n'est pas une branche d'Al-Qaïda, n'a aucun lien organisationnel avec Al-Qaïda, qui n'est pas responsable de ses actions ».

En novembre dernier, le chef d’Al-Qaïda Ayman Al-Zawahiri avait déclaré que la milice intitulée « Etat islamique en Irak et en Syrie » allait être supprimée, et qu’il ne reconnaissait que Al-Nosra, comme « une branche indépendante d’Al-Qaïda rapportant au commandement général ». Al-Zawahiri critiquait le chef d’Al Qaïda en Irak qui avait créé l’Etat islamique en Irak et en Syrie sans en référer au commandement général, et le chef d’Al-Nosra qui avait rejeté l’Etat islamique en Irak et en Syrie sans en référer davantage.

Je commentais : l’avenir proche dira si le chef d’Al-Qaïda a véritablement autorité sur les jihadistes de Syrie.

Le fait que l’EIIS n’ait pas été supprimé et qu’il soit en guerre contre Al-Nosra montre que ce n’est pas le cas.

16:08 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (6)

01 février 2014

Le sabre de l’islam

arabie.jpg

Cette photo m’avait échappé. Elle illustre aujourd’hui un article de l’Observatoire de l’islamisation sur les méchants adolescents français qui se font arrêter parce qu’ils rejoignent les gentils islamistes en Syrie.

C’était le 30 décembre dernier, à Riyad, en Arabie saoudite. François Hollande brandissant le glaive de l’islam sous le drapeau de l’islam, dans le pays qui interdit toute liberté religieuse ou politique et finance le jihad international. Un François Hollande tout sourire et qui a dit : « J’en aurais bien besoin… »

10 janvier 2014

Les barbares (en Indonésie)

L’ONG indonésienne Sanggar Rebung Cendani, qui lutte notamment contre l’analphabétisme, a dû prendre la décision de fermer la bibliothèque pour enfants Taman Bacaan Masyarakat (« Centre pour la lecture gratuite ») qu’elle avait ouverte à Bogor dans l’Etat de Java occidental. Les islamistes ont monté une campagne contre cette initiative accusée d’être un vecteur de prosélytisme catholique. Entre les insultes et les menaces, ils exigeaient d’avoir les noms et adresses des bienfaiteurs et le montant des sommes données à l’ONG.

Le directeur exécutif Yoseph Budisantoso ne se cache pas d’être catholique, mais souligne que la bibliothèque était ouverte à tous et multiconfessionnelle. En fait les islamistes ne supportent pas qu’on veuille instruire les enfants.

16:58 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : indonésie

08 janvier 2014

L’archevêque de Lahore à l’attaque…

Le mouvement grandit au Pakistan pour réclamer que l’Etat fédéral et les provinces rendent à l’Eglise les écoles fondées par des congrégations religieuses et qui avaient été confisquée au moment de la nationalisation du système éducatif en 1972. Même des représentants de la société civile (musulmane) et des militants de diverses organisations appuient les demandes de l’Eglise.

En 2004, dans le contexte de la dénationalisation, le gouvernement avait annoncé la restitution des écoles à leurs légitimes propriétaires. De fait, à Lahore, 16 écoles furent restituées à l’archidiocèse. Mais pas le collège Saint-François, qui avait été fondé en 1842 et qui était l’une des institutions scolaires les plus réputées du Pakistan.

En mai dernier, la justice a ordonné aux autorités de restituer le bâtiment à ses propriétaires. Mais il ne s’est rien passé, alors que l’Eglise avait non seulement produit tous les documents, mais même provisionné les salaires des employés sur six mois.

Le nouvel archevêque de Lahore, Mgr Sebastian Shaw, a porté plainte, et organisé deux manifestations le mois dernier, dénonçant ouvertement la mafia des propriétaires terriens et les fonctionnaires corrompus. Sic.

Il est vrai que Mgr Shaw n’avait pas craint de donner une grande interview à Reconquête. Mais ce n’est pas le même risque que de dénoncer ouvertement la corruption, au Pakistan, en réclamant une école catholique au pouvoir musulman…

17:05 Publié dans Eglise, Islam | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : pakistan

06 janvier 2014

Les abrutis

L’Assemblée constituante tunisienne a adopté les premiers articles de la nouvelle Constitution. Les gazettes, Le Monde en tête, affirment que la Tunisie « adopte la liberté de conscience ».

Par l’article 1, qui dit ceci :

« La Tunisie est un Etat libre, indépendant et souverain. L'islam est sa religion, l'arabe est sa langue et la République est son régime. Il n'est pas possible d'amender cet article. »

Est-ce que vraiment Le Monde titrerait « La France adopte la liberté de conscience » si la nouvelle Constitution française affirmait que « la religion de la France est le catholicisme » ?

Non sans préciser que le catholicisme implique la laïcité, alors que l’islam de la Constitution tunisienne interdit toute laïcité.

Mais le mieux est que cet article 1 est le même que celui de la Constitution précédente:

"La Tunisie est un Etat libre, indépendant et souverain: sa religion est l'Islam, sa langue l'arabe et son régime la république."

15:30 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tunisie

Les barbares

La bibliothèque Saeh de Tripoli au Liban, fondée par le prêtre grec-orthodoxe Ibahim Surouj, a été incendiée le soir du 3 janvier. Les deux tiers des quelque 80.000 livres et manuscrits sont partis en fumée.

Des militants musulmans accusaient le P. Surouj d’avoir publié un pamphlet antimusulman, alors qu’il n’est pour rien dans la brochure méchamment publiée sous son nom.

Mgr Samir Mazloum, vicaire patriarcal maronite, a condamné « un tel acte barbare qui va à l’encontre de l'humanité, du droit à la connaissance, du respect des religions et de la culture humaine ».

La veille, un employé de la bibliothèque avait été blessé par balles. Quant au père Surouj il a dû quitter Tripoli après avoir reçu des menaces de mort.

La bibliothèque, qui est aussi une maison d’édition, contenait des livres rares et anciens, et des ouvrages traitant de sujets politiques, sociaux, scientifiques, historiques, philosophiques, médicaux, artistiques, ainsi que des livres religieux chrétiens, musulmans, hindous, bouddhistes.

15:24 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (4)

01 janvier 2014

"Evangelii gaudium" et les exigences d’al-Azhar

Extrait de la deuxième lettre ouverte de l’abbé Guy Pagès « à Sa Sainteté le Pape François au sujet de l’islam dans Evangelii gaudium »:

Très Saint-Père, il est frappant de constater que votre propos répond exactement à la demande formulée, au début du mois de juin 2013, par M. Mahmoud Abdel Gawad, le conseiller diplomatique de M. Ahmed Al-Tayeb, grand imam de la mosquée d'Al-Azhar, ayant déclaré attendre de vous « une intervention où [vous diriez] que l'Islam est une religion pacifique, que les musulmans ne cherchent ni la guerre ni la violence », comme condition au rétablissement des relations diplomatiques entre le Saint-Siège et cette institution représentative de l’islam sunnite qu’est l’Université d’Al-Azar… Et pourquoi M. Ahmed Al-Tayeb voulait-il une telle déclaration ? Pour que vous expiiez la « faute » de votre prédécesseur Benoît XVI ayant osé illustrer en 2006 à l’université de Ratisbonne cette vérité élémentaire que la violence est incompatible avec la vraie religion, contraire à la vraie nature de Dieu, par cette question de l’empereur Manuel II Paléologue à un savant musulman : « Montrez-moi ce que Mahomet a apporté de nouveau. Vous ne trouverez que ces choses mauvaises et inhumaines, comme le droit de défendre par l’épée la foi qu’il prêchait. » (Les réactions de violence du monde musulman n'ont d'ailleurs pas manqué de confirmer aussitôt la vérité enseignée par le Pape...). Benoît XVI avait ensuite aggravé son cas en 2009 en appelant à protéger les minorités chrétiennes après un énième et terrible attentat à la bombe contre une église à Alexandrie, ce qui avait constitué aux yeux du destinataire de votre lettre, « une interférence occidentale indue ». Ainsi, en répondant au désir du grand imam ― et l’islam veut dire « soumission » ―, souffrant de « réparer » la « faute » de votre vénéré prédécesseur, non seulement vos propos sont interprétés comme une condamnation de son témoignage rendu à la vérité, mais vous n’obtiendrez pas la mansuétude que vous escomptez pour les chrétiens vivant en pays devenus musulmans, car, comme l’exprimait lucidement un autre de vos prédécesseurs, le Pape Pie II, dans sa Lettre au Sultan turc Mehmet II : « La concorde ne sera donc que dans les mots ; sur le fond, c'est la guerre. » Qui peut venir en effet après le Christ, sinon l’Antichrist ?

[L’exhortation apostolique Evangelii gaudium a été publiée le 26 novembre. Le 3 décembre, deux émissaires du Saint-Siège, le père Miguel Angel Ayuso Guixot, secrétaire du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux (licencié en islamologie…), et le nouveau nonce apostolique en Egypte, Mgr Jean-Paul Gobel, étaient reçus à l’université al-Azhar par… un assistant du grand imam al-Tayeb. Le père Lombardi commentait que cette visite avait été « très positive et instructive » et qu’elle était le signe d’une « disponibilité pour un rétablissement des relations ». « Les perspectives sont encourageantes », soulignait-il.]