Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Islam

  • Geert Wilders

    Geert Wilders a été reconnu coupable d’insulte et d’incitation à la discrimination pour ses propos sur les Marocains, mais a été dispensé de peine. Et il a été relaxé du motif d’incitation à la haine.

    Quelques minutes à peine après le prononcé du verdict, les avocats de Geert Wilders ont annoncé qu’il faisait appel.

    Lui-même a twitté : « Trois juges qui haïssent le parti de la liberté déclarent que les Marocains sont une race et me disent coupable, moi et la moitié des Pays-Bas. Folie. »

    Juste avant l’audience il avait twitté : « Quel que soit le verdict, je continuerai de dire la vérité sur le problème marocain, et aucun juge, politicien ou terroriste ne m’arrêtera. »

  • “L’islam c’est aussi notre histoire”

    « L’exposition itinérante "Islam, c’est aussi notre histoire!" raconte l’histoire de la longue relation entre l’Europe et la civilisation musulmane sur le sol européen. Les preuves historiques de l’exposition – la réalité d’une présence musulmane ancienne en Europe et l’interaction complexe de deux civilisations qui se sont combattues, mais qui se sont également interpénétrées – sous-tendent un effort éducatif et politique: aider les musulmans européens et non musulmans Afin de mieux saisir leurs racines culturelles communes et de cultiver leur citoyenneté partagée. »

    CzAv2cqWIAAqUF8.jpg

    Cette exposition de propagande de l’UE n’évite aucune imposture, de « l’héritage abrahamique » (« les civilisations européenne et musulmane sont bien issues d’un tronc spirituel et intellectuel commun ») à l’âge d’or d’Al Andalus, en passant par « l’héritage arabe, légué par l’Europe médiévale » et « l’héritage ottoman ».

    L’Union européenne a déboursé la modique somme de 2,5 millions d’euros – sic – pour cet assemblage de panneaux réalisé par Tempora.

    On apprend en même temps que cinq pays seulement sont « partenaires ». Dont la France, bien entendu. Et deux pays (sur cinq) qui ne font pas partie de l’UE : la Bosnie-Herzégovine, et la… Turquie. En effet il y a un siècle la Bosnie faisait encore partie de l’empire ottoman… Mais cela s’appelle invasion et occupation, et non « respiration géographique alternant des phases d’expansion et de recul » (sic), et n’a pas à être célébré, encore moins en « partenariat » avec une Turquie qui colonise de nouveau les Balkans – et pas seulement…

    Enregistrer

  • Dhimmitude

    La Fondation de l’islam de France a tenu son premier conseil d’administration, à l’Assemblée nationale (sic, mais c'est normal pour la religion d'Etat), autour de son président Jean-Pierre Chevènement.

    Parmi les « membres qualifiés », l’inévitable et omniprésent Kamel Kabtane, la caution libérale Tahar Ben Jelloun, le président du CFCM (membre de droit).

    Parmi les membres fondateurs, la SNCF, Aéroports de Paris, la SNI (« premier bailleur de France »).

    Le million d’euros donné par Serge Dassault à la Fondation des œuvres de l’islam a été transféré à la nouvelle Fondation, vu que la première n’a jamais fonctionné. C’est ce qu’on souhaite à la nouvelle.

  • Calendrier norvégien

    Norvege.jpg

    A partir de l’année prochaine, dix nouveaux prénoms vont intégrer le calendrier norvégien, géré par la maison d’édition Almanakkforlaget en collaboration avec les « chercheurs » de l’université d’Oslo.

    La liste des prénoms est modifiée tous les dix ans. Cette fois ont été ajoutés : Aisha, Hassan, Omar, Fatima, Ali, Mohammad, Samira, Ahmed, Amina, Yasmin.

    (Via Fdesouche)

  • Acharnement

    Plus de 500 musulmans ont de nouveau manifesté, mardi dernier, à Bekasi (Java occidental, Indonésie) contre la construction de l’église Sainte-Claire.

    « Nous incendierons l'église si le chantier devait continuer », affirment-ils, continuant de prétendre que l'Eglise a violé la loi en manipulant et en falsifiant la signature de citoyens qui se sont prononcés pour la construction, alors même que les autorités (musulmanes) et le « Forum de l’harmonie interreligieuse » ont souligné à plusieurs reprises que le permis de construire (obtenu au bout de 17 ans…) était parfaitement en règle.

  • En Indonésie

    2016_12_02_17088_1480663318._large.jpg

    Quelque 150.000 à 200.000 musulmans se sont rassemblés aujourd’hui à Djakarta, pour une nouvelle manifestation (pardon, « prière de masse ») contre le gouverneur de la capitale, le chrétien Ahok, réclamant son arrestation et sa prompte condamnation pour « blasphème ».

    En attendant, c’est l’instigateur de la pétition contre Ahok qui a été arrêté, il y a quelques jours, et qui a reconnu avoir manipulé les propos du gouverneur.

    Néanmoins, le président de la République, qui la dernière fois était allé ostensiblement inaugurer une usine en province au moment de la manifestation, s’y est rendu cette fois-ci (3). Et en compagnie du vice-président (2), du ministre de la Sécurité (4), et du ministre des Affaires religieuses (1)… (Les numéros renvoient à l’ordre des personnages en chemise blanche sur la photo, de gauche à droite.)

    Mercredi, des milliers d’Indonésiens avaient manifesté dans 33 des 34 provinces, avec des rubans aux couleurs du drapeau national (blanc et rouge) pour demander le respect de Bhinneka Tunggal Ika, « l’unité dans la diversité », l’un des principes constitutionnels de l’Indonésie, contre l’islamisme.

  • Pas d’islam slovaque

    Le Parlement slovaque a adopté à une très large majorité une loi faisant passer de 20.000 à 50.000 le nombre de fidèles nécessaire pour qu’une religion soit reconnue par l’Etat.

    Selon le parti national slovaque (SNS), la loi a pour but d'empêcher les « Eglises satiriques » de s'enregistrer, citant notamment la « sainte Eglise du monstre en spaghetti volant » qui aurait des fidèles partout à travers le monde… Mais le président du mouvement a ajouté : « L'islamisation commence par un kebab, elle a déjà débuté à Bratislava. Nous devons prendre conscience de ce à quoi nous devrons faire face d'ici 10 ans.»

    Le SNS considère qu'il est de son devoir de faire en sorte « qu'aucune mosquée ne soit construite » dans le pays…

  • La dérive de l’AED

    A la demande de l’organisme catholique Aide à l’Eglise en détresse, un certain nombre de bâtiments publics ont été éclairés en rouge – rouge sang – le 23 novembre dernier au Royaume-Uni pour marquer la sortie d’un rapport sur les persécutions religieuses dans le monde.

    Un « mercredi rouge » qui ne faisait aucune distinction entre les religions, semble-t-il toutes persécutées…

    Et l’auteur du rapport de souligner : « Il y a quelque ironie à ce que la religion, qui est supposée concerner la paix, soit mal interprétée comme ayant à voir avec la violence. »

    Voilà encore un personnage, encore un responsable catholique, qui connaît tellement bien l’islam qu’il peut garantir que cette religion n’a rien à voir avec la violence, même si le Coran martèle le contraire…

  • Au Pakistan

    L’assemblée provinciale du Sind (sud du pays, capitale Karachi) a voté à l’unanimité une proposition de loi interdisant les « conversions forcées », avec des sanctions allant jusqu’à la prison à vie.

    Rana Mohammad Kashif, coordonateur de l’ONG Partenariat de l’Asie du Sud (Pakistan) explique à Asianews : « C’est un acte très positif des législateurs provinciaux, car il vise à protéger et à promouvoir les droits des minorités religieuses au Pakistan. Nous savons que les conversions forcées sont un problème dans tout le pays, et très répandues dans le Sind. Cette loi va améliorer l’image de la province dans la communauté internationale et contribuer à freiner l’exode des minorités fuyant à l’étranger en quête de protection. »

    La proposition de loi émanait d’un député de la « Ligue musulmane du Pakistan – Fonctionnelle » (LMP-F).

    940795.jpgCe parti, qui n’existe que dans le Sind, est une des scissions de la Ligue musulmane du Pakistan. En fait, il s’agit de la représentation politique des soufis Hurs. Le président du parti est le Pir Syed Sibghatullah Shah Rashdi III (ou Raja Saein Pir Pagara VIII, c’est-à-dire le 8e chef religieux dynastique de la communauté), qui a succédé à son père Syed Shah Mardan Shah-II. C’est comme le « parti socialiste progressiste » du Liban, qui n’est rien d’autre que la représentation politique des druzes. C’est ça la démocratie en Orient (et c’est logique).

    Les Hurs, à l’islam spiritualisé, sont de fait une minorité, comme les chrétiens, et la nouvelle loi est explicitement une loi de protection des minorités. Elle a donc reçu le plein soutien des chrétiens.

    Reste à espérer qu’elle ne se retourne pas contre les chrétiens. Car en Inde, juste à côté, ce sont les lois contre les conversions forcées qui permettent de persécuter les chrétiens…

    Pour l’heure, si cette loi peut diminuer les ignobles rapts de jeunes filles chrétiennes (et hindoues) obligées de se marier avec leurs ravisseurs musulmans, on ne peut que s’en féliciter. Mais alors il est urgent qu’une loi similaire soit votée au niveau fédéral, ou au moins dans le Pendjab où le problème est le plus crucial.

    Enregistrer

  • Religion d’Etat

    Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve était à Lyon hier pour participer à la pose de la première pierre de l’Institut Français de Civilisation Musulmane (IFCM), aux côtés du recteur de la Grande Mosquée de Lyon, Kamel Kabtane, et du sénateur-maire de Lyon, Gérard Collomb. Le projet avait été soutenu par Manuel Valls quand il était ministre de l’Intérieur.

    L’Etat, la ville de Lyon, et la métropole de Lyon, donnent chacun 1 million d’euros. La Grande Mosquée de Lyon met 2,5 millions. La région devait donner également 1 million, mais la majorité a changé et la nouvelle majorité refuse, au motif que l’IFCM recevra aussi des financements étrangers (dont l’Arabie saoudite). Alors le budget a dû être revu à la baisse…

    Ce sera quand même un bâtiment de 2.500 m2 avec salle de conférences, espace d’exposition, médiathèque et salles de cours, notamment destinées à des cours d’arabe.

    Bien entendu tout ceci est « strictement culturel ». Même si l’islam ignore la distinction entre cultuel et culturel, si l’institut s’impliquera dans la formation des imams, si les cours d’arabe dans un institut de « civilisation musulmane » sont forcément basés sur le Coran, et si l’Arabie saoudite est partenaire. Et si le tout n’est qu’une annexe de prestige de la Grande Mosquée de Lyon.

  • En Indonésie

    La police indonésienne a arrêté l’ancien journaliste et professeur de communication Buni Yani, identifié comme étant l’homme qui avait lancé la pétition contre Ahok, le gouverneur chrétien de Djakarta. Pétition qui avait recueilli plus de 100.000 signatures et qui avait été à l’origine de poursuites judiciaires et de la grande manifestation du 4 novembre contre le gouverneur qui avait « blasphémé ».

    Buni Yani a reconnu avoir manipulé les propos de Ahok. Il est inculpé pour diffamation et « manipulation d’affaires religieuses ».

    Sur sa page Facebook il a écrit : « Maintenant j’ai besoin de mes amis et du soutien de tous les musulmans. Je suis aux arrêts et je ne peux pas rentrer chez moi. »

  • Au Pakistan

    Un tribunal antiterroriste de Lahore a condamné à mort cinq des auteurs de l’atroce lynchage des époux chrétiens Shahzad Masih, 26 ans, et Shama Bibi, 24 ans, tués à Kot Radha Kishan, dans le district de Kasur, au Pendjab, le 4 novembre 2014 suite à une fausse accusation de blasphème. Parmi les cinq condamnés à mort se trouve un imam. Le juge a également condamné à de deux ans de réclusion huit autres inculpés.

    C'est sans nul doute un jugement historique.

  • Dhimmitude

    Gericht-Patrouillen-der-Scharia-Polizei-legal-Keine-Anklage-story-486279_1164x658px_0348c773eb3cde0fb5db68c65915c87f__scharia-s1260_jpg_1355400_1164.jpg

    Sept islamistes, qui avaient patrouillé dans les rues de Wuppertal, en septembre 2014, en uniforme de « police de la charia », ont été acquittés. Ces vestes n’étaient « ni militantes ni inquiétantes », a décidé le tribunal.

    Les islamistes ont donc le droit de porter un uniforme, de faire croire qu’ils sont la « police », et de faire respecter la charia au nom de cette autorité… que leur reconnaît le tribunal.

    Nul doute qu’ils vont reprendre leurs activités, et cette fois en étant un plus insistants dans leurs intimidations pour faire respecter l’interdiction de l’alcool, notamment, dans les rues de Wuppertal.

    A moins qu’on ait trouvé que cela faisait économiser les dépenses d’une police municipale ?

  • Miséricorde insolite

    Au dernier jour du « jubilé de la miséricorde », quelque 69 détenus de la prison de Faisalabad, au Pakistan, ont été libérés, et de nombreux autres seront libérés, dans les jours qui viennent, d’autres prisons du Pakistan.

    Ce geste fait suite à la visite faite à la prison par le ministre fédéral chargé des droits fondamentaux, le chrétien Kamran Michael, accompagné de l’évêque de Faisalabad, Mgr Joseph Arshad, d’autres représentants chrétiens et des représentants du gouvernement du Pendjab et de la magistrature.

    Les détenus remis en liberté étaient condamnés pour des délits mineurs et avaient purgé leur peine mais restaient en prison parce qu’ils n’avaient pas pu s’acquitter de l’amende à laquelle ils étaient également condamnés. Les amendes seront payées par un fonds créé par le gouvernement.

    Naturellement, c’est aussi une façon élégante de désengorger un peu des prisons surpeuplées. Mais une élégance ouvertement fondée sur le christianisme, ce qui ne doit pas vraiment plaire aux islamistes.

  • L’imam de Sainte-Sophie

    Grâce au commentaire d’Hector je découvre qu’il y a désormais un imam à Sainte-Sophie de Constantinople. Le poste avait été institué en 1936, mais il était resté vacant. Il est désormais pourvu, dans le cadre de la politique ottomane islamiste d’Erdogan. « Maintenant, depuis les quatre minarets de Sainte-Sophie, nous entendrons la voix des imams cinq fois par jour, alors que jusqu’à présent, ce n’était que deux fois » déclarent les médias turcs.

    Il y avait longtemps que je n’avais pas consulté le site orthodoxie.com qui relate cette nouvelle. Du coup j’en ai trouvé quelques autres :

    - Suite au voyage de François en Suède, le métropolite Hilarion, président du Département des Affaires extérieures du Patriarcat de Moscou, déclare que l’Eglise orthodoxe russe a arrêté le dialogue avec l’Eglise de Suède, comme avec les autres dénominations protestantes occidentales, où l’on se heurte à des problèmes ecclésiologiques et moraux « qui font que ce dialogue devienne non pas simplement épineux, mais même impossible ».

    - Le lobby LGBT de Chypre attaque en justice l’archevêque Chrysostome parce que celui-ci a déclaré que l’Eglise orthodoxe envisageait de créer ses propres écoles afin de protéger les enfants de la propagande homosexualiste. Il a présenté l’homosexualité comme « une aberration et un péché », déclarant que « ce n’est pas quelque chose de normal, ce n’est pas naturel ». Le lobby va porter plainte également contre la chaîne de télévision qui a donné la parole à l’archevêque, pour « promotion de messages racistes et de discours haineux ».

    - Donald Trump a nommé secrétaire général de la Maison Blanche Reince Priebus, orthodoxe pratiquant, fidèle de la cathédrale orthodoxe Sainte-Sophie de Washington. On peut donc espérer que ce soit la fin des facéties LGBT (etc.) au palais présidentiel.

  • En Turquie

    L’épuration se poursuit à grande échelle en Turquie, suite au coup d’Etat manqué. Il y a belle lurette qu’elle n’a en plus rien à voir avec le coup d’Etat, mais vise simplement à imposer la dictature ottomane islamiste sur tout le territoire.

    Ainsi hier a été destituée Februniye Akyol Benno, toute jeune co-maire de Mardin, la seule chrétienne, assyrienne, syro-orthodoxe, à la tête d’une des 30 municipalités métropolitaines de Turquie. Elle avait été élue en 2014, à l’âge de 25 ans, en tandem avec le chef kurde Ahmet Turk, 71 ans (lui aussi destitué, évidemment). Ils étaient présentés par le parti kurde Paix et Démocratie (BDP) qui avait décidé de présenter partout un homme et une femme.

    Februniye Akyol Benno (son prénom est la forme turquifiée de sainte Fébronie, martyre de Nisibe au IVe siècle, Akyol est son nom turc, Benno son nom assyrien – non officiel) était encore étudiante en langue et culture syriaques à l’université de Mardin quand elle a été élue. En 1915, 8.000 arméniens et 12.000 assyro-chaldéens furent massacrés à Mardin. L’élection de Februniye était comme un symbole de la reconnaissance de l’héritage chrétien, et une promesse pour un meilleur avenir…

    Aujourd’hui, Februniye Akyol Benno devait participer à une réunion en Italie et intervenir sur la condition des communautés assyriennes, des femmes et des chrétiens en général au Proche-Orient.

  • "Radicalisées"

    BFM TV nous apprenait hier qu’il y a de plus en plus de femmes radicalisées en prison. Leur nombre a doublé en moins de six mois à Fleury-Mérogis.

    « L’augmentation des femmes radicalisées au sein de la détention a entraîné plusieurs difficultés», explique Marcel Duredon, du syndicat FO pénitentiaire. «  La première, c’est l’augmentation du prosélytisme au sein de la détention et le second point, c’est la prise en charge difficile pour le personnel puisqu’ils sont face à des femmes qui sont très déterminées, qui font preuve d’une violence verbale extrême. »

    Mais on ne sait pas ce qui se cache sous cette « radicalisation ». Il ne semble pas que ces détenues soient membres du Parti radical, ni du Parti radical de gauche.

    Selon certaines rumeurs non vérifiables, ces radicalisées exigeraient la « messe en latin » et « le rosaire pour tous »…

  • Dans le pays de l’islam modéré

    Le gouverneur chrétien de Djakarta a été inculpé pour « blasphème de l’islam ». Un moins après sa citation controversée du Coran, et moins de deux semaines après une manifestation monstre dans la capitale indonésienne, le chef commissaire de Djakarta, le général Ari Dono Sukmanto, a déclaré que les 40 témoins qui avaient été entendus ont fourni assez de preuves pour poursuivre le gouverneur, qui a désormais interdiction de quitter le territoire.

    Le général Tito Karnavian, chef de la police nationale, a souligné que les audiences du procès seraient télévisées, afin que les citoyens voient ce qui arrive quand on diffame la religion.

    Ahok risque théoriquement cinq ans de prison. Mais il est évident que le seul but du procès est d’empêcher qu’il soit réélu gouverneur de Djakarta en février prochain. Conformément à la sourate qu'il citait...

  • Inch’Allah

    Sting donnait un (petit) concert au Bataclan, pour marquer la réouverture du lieu un an après les attentats. Et surtout pour lancer son nouveau disque. Comme coup de pub c’était bien trouvé. Il a donc chanté la chanson phare de son nouvel album, « Inch’Allah », une chanson « dédiée aux migrants ». Parmi lesquels on sait désormais qu’il y avait TOUS les responsables des attentats parisiens.

    Bref, la réouverture du Bataclan a été marquée par une manifestation de dhimmitude aussi lacrymale que républicaine et commerciale.

    Aveline.jpg

    (Paul Aveline est un journaliste qui a pondu ce tweet pour montrer son admiration.)

  • En Indonésie

    Un homme a jeté un cocktail Molotov hier matin devant une église protestante de l’ethnie Batak à Samarinda (Bornéo). Quatre enfants qui jouaient en attendant la fin du culte ont été blessés, l’un d’eux, une fillette de deux ans, a succombé à ses brûlures.

    L’agresseur a été arrêté par la foule. Il avait été condamné en 2011 à quatre ans et demi de prison pour tentatives d’attentats contre un centre de recherche scientifique et une église. Il est membre de la Jamaah Anshorut Tauhid (JAT), liée à l’Etat islamique.

  • “L’AfD perd son bouc émissaire favori : les Etats-Unis”

    Tel est le titre d’un article du Tagespiegel, que le site Euractiv a jugé bon de traduire en français.

    L’article va plus loin que le titre : il explique que l’AfD « a profité du TTIP et des sanctions contre la Russie pour faire des États-Unis son bouc émissaire et pour se développer rapidement ces dernières années », et que « si vous lui enlevez ça, le mouvement d’extrême droite n’aura plus grand-chose sur quoi frapper ».

    Sic. Il y avait longtemps que je n’avais pas lu un article aussi stupide. On sait que l’européisme rend idiot, mais à ce point-là…

    L’AfD, Alternativ für Deutschland, était au départ un mouvement anti-euro. Puis il est devenu, aussi, anti-islam et anti-immigration. Dire que l’élection de Trump va arrêter sa progression, ce n’est pas de la pensée magique, c’est du délire. C’est comme si un journal français expliquait que l’élection de Trump sonne la fin du Front national…

  • Laïcité allemande

    Les élèves de troisième année de l’école élémentaire d’Ebersberg, dans la banlieue de Munich, faisaient chaque année une visite à l’église de la ville. Cette année, le directeur a interdit la visite, parce qu’il n’est pas admissible de faire subir cela à des élèves qui ne sont pas de la foi catholique.

    Dans le même temps, à Rendsburg, près de Kiel, des parents ont été condamnés à une amende de 300€ pour avoir refusé que leur enfant participe à la visite de la mosquée, où on leur donnait un cours de prière islamique.

    Cv7pkYNUMAA6AiP.jpg

  • L’islam pas suisse

    Selon un sondage réalisé pour les journaux Matin Dimanche et SonntagsZeitung, 61% des Suisses ne veulent pas que l’islam soit officiellement reconnu dans leur canton, comme le sont le christianisme ou le judaïsme.

    Et même 62% considèrent que l’islam n’a pas sa place en Suisse.

    Telle est la réponse au président du parti socialiste, Christian Levrat, qui appelait en août dernier à reconnaître l’islam comme une des « religions officielles », parce que, prétendait-il, cela éviterait de laisser « la formation et le financement des imams à des cercles étrangers, voire fondamentalistes ».

    On n’a pas la réaction du célèbre Suisse Tariq Ramadan…

  • En Indonésie

    Des dizaines de milliers de musulmans ont manifesté hier à Djakarta, à l’appel du Front des défenseurs de l’islam, contre le gouverneur chrétien de la ville, Basuki Thahaja Purnama, plus connu sous le surnom de “Ahok”, accusé d’avoir « blasphémé ».

    Les organisateurs de la manifestation, qui réclament la peine de mort contre le gouverneur, exigeaient une entrevue avec le président indonésien Joko Widodo. Mais celui-ci avait décidé d’aller visiter le chantier d’un nouvel aéroport… Les manifestants clamaient qu’ils resteraient toute la nuit si nécessaire. D’où de violents affrontements avec la police anti-émeute qui les a dispersés dans la soirée.

    Les musulmans s’énervent parce que « Ahok » fait campagne pour sa réélection en février prochain, et qu’il a toutes les chances d’être réélu, bien que chrétien… et ethniquement chinois, ce qui ne plaît pas non plus aux islamistes indonésiens. Or si Ahok est réélu, cela pourrait l’amener à la présidence de l’Indonésie : l’actuel président est l’ancien gouverneur de Djakarta. Et il serait intolérable que le plus grand pays musulman du monde ait un président chrétien…

    L’affaire se complique sur le plan politique par le fait que le principal adversaire d’Ahok est le fils de l’ancien président, et donc que l’ancien président, dans l’opposition, soutient les manifestants…

    Pour l’heure, malgré les plaintes en justice, Ahok n’est toujours pas mis en examen.

     

  • Savile Town, Yorkshire

    1611040231350111.jpg

    La ville britannique la plus ethniquement et religieusement homogène est Savile Town, la banlieue de Dewsbury dans la boucle de la rivière Calder, à une vingtaine de kilomètres au sud de Leeds : selon le recensement de 2011, il n’y avait plus que 48 habitants, sur 4.033, à être des « Britanniques blancs ». La quasi totalité des autres sont d’origine indo-pakistanaise, et musulmans fondamentalistes. La mosquée est l’une des plus grandes d’Europe, elle est le quartier général du mouvement Tabligh en Europe, et elle est évidemment flanquée d’un tribunal de la charia et d’une madrasa. La plupart des hommes portent le long vêtement tabligh, les femmes sont voilées, même la marchande de glaces porte la burqa.

    Au recensement de 2001, plusieurs villes britanniques avaient déjà une majorité de la population indo-pakistano-islamique. Au recensement de 2011 se sont ajoutées Leicester et Luton. Et sans doute aujourd’hui Birmingham, puisque entre 2001 et 2011 la population « blanche » était passée de 65,6 à 53,1%.

    39FADCD600000578-3895772-image-a-15_1478080552920.jpg

  • On s’écrase devant l’islam

    Le Britannique Louis Smith, 27 ans, médaille d’argent de gymnastique aux Jeux olympiques de Rio, a fait scandale dans une très brève vidéo (sur téléphone portable) où il se mimait, hilare, la prière musulmane.

    La réaction n’a pas tardé : il a été suspendu pour deux mois par la Fédération britannique de gymnastique.

    Louis Smith a présenté ses excuses pour son comportement inapproprié, et au lieu de participer à la grande parade de l’équipe olympique britannique dans les rues de Londres il s’est rendu dans une mosquée : « Les gens étaient si compréhensifs et accueillants. Nous avons discuté de mes actes et ils m'ont montré le vrai message de leur religion de paix. » Sic.

  • A Qaraqosh

    Iraqvillagebaghdeda.JPG

    Deux ans et trois mois après la prise de la ville par l’Etat islamique, Mgr Youhanna Boutros Moshé (en français Jean Pierre Moïse), archevêque catholique « de Mossoul des Syriens » s’est rendu hier à Qaraqosh avec quelques prêtres et des fidèles, surtout des membres des milices chrétiennes, et il a célébré la messe en l’église de l’Immaculée Conception, la grande église syriaque catholique du centre ville (celle qu’on voit sur l’ancienne photo ci-dessus) dévastée par l’Etat islamique qui a tenté de la brûler. Le haut du clocher a été détruit.

    Il faudra des mois pour que les habitants de Qaraqosh puissent revenir chez eux.

    Qaraqosh0.jpg

    Qaraqosh1.jpg

    qaraqosh1bis.jpg

    Qaraqosh1ter.jpg

    qaraqosh2.jpg

    Qaraqosh4.jpg

    Mgr Moshé a fait le tour des églises, constatant notamment les dégâts sur la grande église Saints Behnam et Sara, récemment construite et fierté des habitants de Qaraqosh (galerie de photos ici). Le clocher a été détruit mais les structures de l’église semblent intactes.

    Saint Benham.JPG

    articles_image320111014201817nPDl.jpg

    Le Notre Père, par le chœur Asdiqaa' Yassou':


    podcast

    x510_couverture-cd-qaraqosh.jpg.pagespeed.ic.7O5EkHxwWD.jpg

    Enregistrer

    Enregistrer

  • Tué à Bassora

    Nazar Elias Jaji Al Kas Putrus a été assassiné mercredi à Bassora, la grande ville du sud de l’Irak. Parce qu’il était catholique et qu’il vendait, entre autres, des boissons alcoolisées. Difficile de ne pas faire le rapport avec la loi votée trois jours avant par le Parlement irakien, interdisant désormais la vente, l’achat et la consommation de toute boisson alcoolisée. Loi votée sous l’influence des chiites majoritaires, et ultra majoritaires à Bassora.

    Nazar, marié, père de cinq enfants, était de Qaraqosh, la ville syriaque catholique de la plaine de Ninive. Le 6 août 2015, alors que la plupart des habitants fuyait vers le nord pour se mettre sous la protection des Kurdes, Nazar décidait d’aller vers le sud. Il s’installa à Bassora et ouvrit une boutique d’alimentation.

    Qaraqosh a été libérée samedi dernier…

  • Geert Wilders

    Geert Wilders a annoncé qu’il ne se présentera pas à son procès pour « incitation à la haine raciale », qui doit s’ouvrir lundi prochain.

    Ce procès fait suite à… 4.600 plaintes déposées contre lui pour des propos prononcés en mars 2014. Il avait demandé à ses sympathisants lors d’un meeting pour les municipales de La Haye s’ils voulaient plus ou moins de Marocains dans leur ville et dans le pays. Ils avaient évidemment répondu : Moins. Wilders avait embrayé : « Nous allons nous en charger. »

    Le président du parti de la liberté déclare :

    « C’est une parodie de justice que j’aie à comparaître parce que j’ai parlé de moins de Marocains. Des millions de citoyens néerlandais – 43% de la population – veulent moins de Marocains. Non pas parce qu’ils méprisent tous les Marocains ou veulent que tous les Marocains quittent le pays, mais parce qu’ils en ont assez des nuisances et de la terreur que causent certains Marocains. Si parler de cela est répréhensible, alors les Pays-Bas ne sont plus un pays libre mais une dictature. »

    Geert Wilders risque théoriquement une peine de prison ou une assez forte amende. Mais en 2011 il avait été relaxé alors qu’il était poursuivi pour avoir comparé le Coran à Mein Kampf et avoir appelé les musulmans à se conformer à la culture dominante aux Pays-Bas ou à s’en aller.

  • Au Bangladesh

    11adfc68a36c61c169b56a1722d1ec4d.jpgEtonnante première au Bangladesh : le catholique Albert P Costa a été nommé président du Jubo Dal, la branche jeune, très importante, du Parti nationaliste du Bangladesh, le plus grand parti d’opposition.

    Il était déjà vice-président de cette formation. Mais c’est la première fois qu’un catholique arrive à un poste aussi important, dans un pays à 90% musulman où les catholiques sont au maximum 0,4%…