Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Islam

  • Enfin Cazeneuve signalé

    A la rubrique « Dénoncez votre voisin (musulman) » du site internet du ministère de la police et de la délation, quelqu’un a enfin signalé l’individu Cazeneuve pour qui « prôner le jihad n’est pas un délit ». Ce qui est très inquiétant étant que le dit Cazeneuve est le ministre qui est censé  mener la « lutte contre les filières jihadistes »…

    6a00d83451619c69e201bb07e67c1d970d-pi.jpg

    (Vu sur le Salon Beige. On attend avec intérêt la réponse du ministère, puisqu’il est dit : « Vous serez recontacté très rapidement. »)

  • La propagande semble avoir un certain résultat

    Selon un sondage Ipsos/Sopra-Steria pour Le Monde et Europe 1, 66% des Français penseraient que l’islam est « une religion aussi pacifiste que les autres » et que « le jihadisme est une perversion de cette religion »…

    J’en vois qui se marrent dans les mosquées…

  • Pourtant l’Eglise interdit le suicide

    Interdiction de prêcher et de parler au nom de l’Eglise : telle est la sanction décidée par l’évêque de Munster à l’encontre du Père Paul Spätling.

    Quel est son crime ?

    Avoir participé à un rassemblement de Pegida à Munster, et y avoir pris la parole pour dire :

    - Je suis là pour la première fois, parce que, quand on a éteint les lumières de la cathédrale de Cologne, cela a été très triste ;

    - Il y a 1.400 ans que l’Europe lutte contre l’islam ;

    - Il n’est pas possible que Mme Merkel dise que l’islam fait partie de l’Allemagne.

    Le porte-parole du diocèse a indiqué que « la vision historique simpliste » du père Paul n’était « pas compatible avec le message chrétien d’amour, de bonté et d’inclusion ».

    Il va falloir mettre un certain nombre de saints à l’index…

    (Via Novopress)

     

     

    Addendum

     

    La paroisse de l’Assomption de Clèves (dont on a dit que c’était celle du P. Spätling) s’est empressée de faire savoir qu’elle n’a aucune sympathie pour Pegida et qu’au contraire elle est active dans l’aide aux réfugiés… Et elle souligne que ce prêtre ne fait pas partie de « l’équipe pastorale » de l’église de l’Assomption, mais qu’il célèbre seulement la messe le dimanche en l’église du Sacré-Cœur… « dans le rite extraordinaire en latin et le dos aux fidèles ».

     

    Ah, voilà…

     

  • La dhimmitude s’installe

    Une exposition « Fémina ou la réinterprétation des modèles » s’est ouverte samedi dernier à Clichy. Il y manquait l’une des « installations » vedettes de l’exposition, intitulée Silence, de la franco-algérienne Zoulikha Bouabdellah.

    Cette « œuvre », constituée de 28 paires d’escarpins sur 28 tapis de prière, se veut un questionnement sur la place de la femme dans l’islam.

    Alors qu’elle a déjà été présentée dans plusieurs capitales, y compris à Paris, l’artiste a préféré la retirer, à cause d’un message des musulmans reçu par la mairie et ainsi présenté par un commissaire de l’exposition :

    « La mairie nous a fait part de l’inquiétude des représentants d’une fédération de citoyens clichois de confession musulmane sur d’éventuels incidents non maîtrisables liés à cette installation. »

    Voilà un propos remarquable…

    Des représentants, donc des gens responsables, d’une association de musulmans locaux (forcément modérés et républicains), sont inquiets. Ils sont inquiets de quoi ? De l’interprétation qui sera faite de l’œuvre ? Non. Ils sont inquiets d’éventuels incidents non maîtrisables. Qui ne seraient certainement pas de leur fait. Mais d’individus qu’ils ne connaissent pas et sur lesquels ils n’ont pas autorité mais dont ils savent qu’ils pourraient créer des incidents parce que, eux, auraient une interprétation de l’œuvre qui les conduirait à réagir de façon peu modérée…

    C’est le premier degré des menaces de la mafia.

    Zoulikha Bouabdellah écrit :

    « Suite à l’incompréhension dont est victime l’installation, j’ai pris la décision de la retirer. Je mets cette incompréhension sur le compte de l’émotion liée au drame qui a touché la France et ne souhaite en aucun cas que cette pièce soit le prétexte de quelques-uns pour nourrir davantage les amalgames à travers des interprétations erronées. »

    Quelles interprétations erronées ? Quels « amalgames » ? Chacun sait que l’on ne met pas des chaussures sur un tapis de prière. A plus forte raison des chaussures de femme. Et chacun sait que les femmes n’ont pas le droit de prier dans la grande salle de la mosquée, strictement réservée aux hommes.

    Zoulikha Bouabdellah disait qu’elle ne voulait « ni choquer ni provoquer, mais plutôt proposer une vision à partir de laquelle peut s’instaurer un dialogue ».

    Eh bien voilà le dialogue. Voilà la réponse au questionnement sur la place de la femme dans l’islam…

    Les jihadistes ont vraiment gagné. Et ce n'est qu'un début...

  • La dhimmitude jusqu’au délire

    « Interrogés après l’attentat contre Charlie Hebdo, les responsables du Victoria & Albert Museum de Londres avaient assuré ne posséder aucune image représentant le prophète Mahomet dans leurs collections. Mais la semaine dernière, un expert américain a mis la main sur un dessin moderne iranien figurant à son catalogue sous la description «Mahomet, prophète de Dieu», qui a aussitôt disparu de sa base de données en ligne. »

    Le Figaro via Fdesouche

  • Au moins trois coptes tués

    Le bilan officiel des manifestations du 25 janvier en Egypte (quatrième anniversaire de la "révolution") est de 18 morts et une cinquantaine de blessés, au cours d’affrontements entre la police et les Frères musulmans.

    Mais parmi les morts il y a au moins trois coptes, dont un enfant de 10 ans. Qui ne manifestaient pas. Et des coups de feu ont été tirés contre l’église Saint-Raphaël du Caire, tandis que les forces de sécurité avaient bloqué les rues autour d’autres églises afin de prévenir d’éventuels assauts de la part de bandes islamistes.

  • Une nouvelle église… au Pakistan

    L’évêque de Faisalabad, Mgr Joseph Arshad, a consacré, le 17 janvier, une nouvelle église à Pansara, sur le territoire de la paroisse Saint-Paul du P. Emmanuel Parvez (un cousin de Shabahz Bhatti), bien connu pour son intrépide apostolat (c’est lui qui a créé cette paroisse, qui comprend une trentaine de villages, en 2010).

    Le P. Parvez avait acheté un terrain de 4 ha pour accueillir 104 familles misérables travaillant dans les fameuses briqueteries où les chrétiens sont en fait des esclaves. Grâce à l’aide de la conférence épiscopale italienne, des logements modulaires ont été construits sur le terrain en question, accueillant plus de 200 familles, en majorité chrétiennes (car le P. Parvez veut qu’il y ait aussi des musulmans, pour leur montrer ce que sont vraiment les chrétiens). Il fallait donc une église. Elle a pu être édifiée grâce au soutien de l’AED, qui avait appelé aux dons pour cette œuvre. Elle est dédiée à sainte Thérèse Bénédicte de la Croix (Edith Stein).

  • Ils ont gagné

    lapidee-aubalcon.jpg

    Le boulot des jihadistes (le vrai mot est moujahidine, mais sans doute cela fait-il islamophobe) est de faire gagner l’islam. Pas « l’islamisme ». L’islam. Celui du Coran, des hadiths, de la Sunna, de la charia. L’islam tout court. C’est ce qu’ont réussi les frères Kouachi et Amedy Coulibaly. La France est désormais dans la soumission et la dhimmitude.

    Un exemple patent : le retrait de la pièce de théâtre Lapidée. Les affiches devaient être apposées à Paris sur les supports ad hoc à partir du 12 janvier, et il devait y avoir trente représentations à partir du 14 janvier. Il n’y a pas eu d’affichage, parce que la préfecture de police a dit que ce pourrait être vu comme une provocation, et il n’y a eu que trois représentations discrètes, avant que la société de production arrête tout.

    Cette pièce créée en 2013 au festival d’Avignon, écrite par un pasteur protestant suisse, raconte l’histoire d’une Hollandaise qui se marie avec un Yéménite. Tous deux, médecins, décident d’aller vivre au Yémen. Ils ont deux enfants, puis la femme n’en veut pas d’autres pour continuer à exercer. L’homme prend alors une deuxième femme, ce qui met la Hollandaise en fureur. Pour se venger l’homme l’accuse d’adultère et elle est condamnée à être lapidée. La pièce se termine par la litanie des 12 pays, 12 pays musulmans, où la lapidation figure dans le code pénal, qui est la charia. La charia islamique. Pas islamiste.

    Aujourd’hui, il est interdit de le dire dans un théâtre, en France. Non pas (encore) interdit par la loi, mais par les théâtreux eux-mêmes, sur les conseils de la police, parce que l’islam règne.

  • Quelle découverte !

    Le site d’extrême gauche Slate a fait une incroyable découverte : « Le code pénal de l’Etat islamique ressemble beaucoup à celui de l’Arabie saoudite ».

    En fait, Slate cite un article du Washington Post qui cite lui-même un article du site Middle East Eve…

    Car il faut s’y mettre au moins à trois pour découvrir ce qui est une absolue évidence, ou plutôt une pure tautologie : la charia ressemble beaucoup à la charia…

    Tout ça pour dire que ça fait bizarre parce que les uns sont les ennemis et que les autres sont nos alliés contre les ennemis. Ben oui, là encore, quelle découverte…

  • L’islam c’est comme l’UE

    Parmi les mesures annoncées par Manuel Valls contre le terrorisme, il y a le recrutement de 60 imams et le doublement du budget des aumôneries musulmanes.

    L’islam c’est comme l’UE : la solution aux problèmes de l’Europe, c’est plus d’Europe, la solution aux problèmes que pose l’islam, c’est plus d’islam…

    GRIBOUILLE.jpg

  • Malaisie : "Allah" interdit dans le Herald

    Comme on pouvait s’y attendre, la Cour suprême de la Fédération de Malaisie a rejeté, hier, le recours des évêques à propos du l’usage du mot Allah pour désigner Dieu dans l’hebdomadaire de l’archevêché le Herald.

    Les juges ont simplement constaté qu’il n’y avait pas eu de vice de forme dans le jugement en appel.

    Ainsi se termine une bataille qui a duré sept ans.

    Mais ce jugement absurde ne peut qu’inciter les musulmans à continuer à harceler les catholiques sur ce sujet. L’état de la question est en effet désormais qu’il est interdit d’appeler Dieu « Allah » dans les articles du Herald en bahasha. Mais cette interdiction ne concerne aucun autre support, ni la Bible, ni la liturgie…

    On peut donc imaginer, sans risque de se tromper, que les musulmans (qui avaient perdu en première instance, même si en fait c’était le ministère de l’Intérieur qui avait au départ promulgué l’interdiction) vont multiplier les procédures pour faire interdire partout l’usage du mot Allah par les chrétiens.

    Dès aujourd’hui, la Haute Cour de Kuala Lumpur a autorisé la saisie de huit CD appartenant à un chrétien de Sarawak parce que Dieu y est appelé « Allah »…

  • Au pays de l’islam le plus modéré

    Dimanche après-midi, à la gare de Fès, au Maroc, la police a interpellé un suspect. Suspect d’être converti au christianisme. Ses bagages ont été fouillés. On y a trouvé une Bible et d’autres livres chrétiens. Le dangereux terroriste a été emmené, non pas au commissariat, mais à la préfecture de police.

    Ce jeune homme, dont on ne nous dit pas le nom, a été interrogé pendant 11 heures. Onze heures. La police voulait savoir pourquoi il venait souvent à Fès, et qui il venait rencontrer.

    Il a été relâché, parce que le fait d’avoir une Bible dans sa valise n’est pas du prosélytisme. Mais cet homme sait désormais qu'il était repéré, qu’il est surveillé, et qu’on ne le ratera pas à la première occasion.

  • Pakistan : ça ne s’arrange pas…

    La Haute Cour du Sindh, la province pakistanaise du sud, où se trouve la capitale Karachi, a légitimé le mariage d’une hindoue de 12 ans avec un riche musulman qui l’avait enlevée et l’avait « convertie » à l’islam.

    Ce jugement est évidemment accueilli avec une profonde consternation, non seulement par les hindous, mais aussi par les chrétiens, dont tant de filles sont ainsi enlevées, converties et épousées de force.

  • Merci Charlie

    La nouvelle une de Charlie Hebdo a évidemment provoqué des manifestations dans le monde musulman.

    Au Pakistan, à l’issue d’une manifestation d’avocats en costume cravate, leur porte-parole a déclaré que la seule peine pour des caricatures de Mahomet est la décapitation.

    Au Yemen, les manifestants se sont massés devant l’ambassade de France pour proférer des menaces et demander le départ de l’ambassadeur.

    Au Niger les manifestations ont fait hier quatre morts à Zinder, où trois églises ont été saccagées. Aujourd’hui dans la capitale Niamey les locaux de diverses agences françaises ont été dévastés, trois églises ont été incendiées, la cathédrale est gardée par la police anti-émeute qui est la cible des manifestants. Alors que les manifestations anti-Charlie sont interdites.

    Mais on sait bien à Charlie-Hebdo que les provocations anti-musulmanes se retournent d'abord contre les chiens de chrétiens, et contre les sales colonisateurs français qui se trouvent dans les pays musulmans...

     

    Addendum

    A Niamey, vendredi et samedi, il y a eu une vingtaine d'églises et autres lieux de culte chrétiens incendiés. "Sur la cinquantaine d'églises de Niamey, très peu sont aujourd'hui en bon état", écrit Reuters. Il y a eu quatre morts dans les incendies d'églises, et un mort dans l'incendie d'un bar. A Zinder, une cinquième victime a été trouvée calcinée dans une église.

  • Liberté d’expression

    lrF2UB1.jpg

    La DGSI « conseille vivement » d’annuler les projections (pourtant confidentielles) du film L’Apôtre, qui n’a aucun caractère de provocation (contrairement à Charlie Hebdo).

  • Deux héros de l’islam

    B7d4FcKIEAADMUi.jpg

    Ces deux prêtres catholiques ont accueilli les musulmans qui venaient à la mosquée du Mans, hier, et sont restés en faction devant l’entrée pendant tout le temps de la prière. Afin de mourir en martyrs de l’islam et du vivre ensemble si des intégristes catholiques venaient faire un attentat, comme on le voit hélas chaque semaine.

    Grâce à Allah et par miracle il n’y a pas eu d’attentat catholique anti-musulman hier au Mans : les deux prêtres sont sains et saufs. Comme quoi le pire n’est pas toujours sûr.

    On remarque qu’ils sont en vêtements liturgiques. Certains ricaneront en disant que sinon on ne saurait pas que ce sont des prêtres. Ce n’est peut-être pas faux. Mais il convient de considérer tout simplement que lorsqu’un prêtre porte des ornements liturgiques c’est qu’il célèbre un sacrement ou un office.

    Ici, il s’agissait donc à l’évidence du nouvel office "de la porte de la mosquée", qui se célèbre tous les vendredis après-midi.

    Oui, le jour et à l’heure où Notre Seigneur est mort sur la Croix.

  • Gribouille (ou pire…)

    Plus de 400 soldats américains entraîneront dès le mois de mars des troupes rebelles syriennes, rapporte le site américain Defense One. La formation, qui aura lieu en Turquie, en Arabie Saoudite et au Qatar, s'inscrira officiellement dans le cadre de la lutte contre l'Etat Islamique (EI). Le but est d'entraîner et d'armer durant trois ans 5400 rebelles. Des rebelles dont on s’est assuré qu’ils n’avaient pas de liens avec al-Qaïda ou l’Etat islamique.

    Vous avez bien lu. Les Américains vont entraîner des rebelles garantis modérés dans des pays de l’islam le plus radical…

    Alors que chacun sait depuis longtemps, même les Américains, qu’il n’y a pas de frontière entre les rebelles « modérés » et les islamistes, que de très nombreux « modérés » sont passés dans les rangs islamistes, et que les groupes se revendent les armes…

  • Ça ne m’étonne pas

    J’ai toujours été méfiant devant la ferveur de tant de catholiques plus ou moins tradis pour le P. Michel-Marie Zanotti-Sorkine, car je n’ai jamais trouvé que ses homélies soient en quoi que ce soit spécialement dignes d’intérêt. Mais l’affaire Charlie Hebdo, qui joue le rôle d’intéressant révélateur, nous montre un prêtre bazardant allégrement la doctrine catholique dans le seul but de se montrer dans le coup, dans le vent, pour être lui aussi Charlie, à sa manière, tout en faisant une leçon de morale insipide et pitoyable.

    Un prêtre catholique n’a certes pas à se mettre à la place de Dieu, ni à la place de ceux qui sont morts. Il ne peut donc en aucune manière décider du sort éternel des histrions de Charlie Hebdo. Mais il y a une chose qu’un prêtre catholique ne peut pas faire : c’est décider que des hommes qui se sont battus toute leur vie contre l’Eglise catholique, qui ont fait profession (rétribuée) de blasphème, qui ont volontairement et avec pertinacité blessé les croyants en insultant ce qu’ils ont de plus sacré, qui ont voulu ridiculiser le Christ Fils de Dieu et la Très Sainte Trinité, que ces gens-là soient allés directement de leur lieu de blasphème au paradis.

    Certes, nul ne peut exclure que l’un ou l’autre ait eu au moment de mourir une contrition parfaite – et c’est ce que je leur souhaite à tous -, mais quand on les connaît un peu on sait qu’il y avait chez eux une révolte fondamentale, diabolique.

    Quoi qu’il en soit, un prêtre chargé de conduire les âmes au ciel n’a pas le droit de clamer publiquement que tous ces gens-là se retrouvent automatiquement au paradis : « maintenant que la vie n’est plus un mystère pour vous puisque vous connaissez la vérité tout entière (et Dieu sait si cette connaissance doit désormais susciter en vous non plus votre humour mais votre joie) »…

    Pire encore, il y a ensuite :

    « intercédez pour nous, chers Cabu, Wolinski, Charb et Tignous ».

    Il est vrai qu'ils ont été canonisés comme « martyrs »par le président de la République...

    Et la fin :

    « Allez, chers Cabu, Wolinski, Charb et Tignous, soyez dans la joie de Dieu, continuez votre vie, et éclairez-nous maintenant de vos clartés. »

    Et, bien entendu, pas un mot sur l’islam.

    C’est à vomir.

  • Charlie Hebdo, islam : enfin un curé qui dit le vrai

    L'abbé Fabrice Loiseau, Fondateur et supérieur des Missionnaires de la miséricorde divine, du diocèse de Fréjus-Toulon, curé de la paroisse Saint-François-de-Paule à Toulon :

    Chaque journaliste, chaque personne publique a une responsabilité pour être un messager de paix. Même si rien ne pouvait justifier un tel massacre, commençons par transmettre le sens de la transcendance et du respect des personnes dans notre société. Nous payons notre insouciance, notre irresponsabilité, notre refus d’enseigner de vraies valeurs. C’est la fin de ce monde libertaire post soixante-huitard, mais je crains que cet attentat ne s’inscrive dans la suite de la logique implacable de la guerre sainte présente dans notre France depuis des mois malgré le mensonge de nos gouvernants.

    Que cet acte de guerre à travers ces exécutions ignobles soit au moins l’occasion d’une véritable réflexion sur la violence dans l’islam au lieu de répéter des banalités affligeantes du type : « cela n’est pas l’Islam »... Trois causes théologiques me semblent être déterminantes dans les comportements violents des islamistes.
    Ces points demanderont bien sûr à être développés :

    1°) Le dogme fondamental de l’islam est la parole incréée, tout le livre vient de Dieu, un exemplaire du Coran est au ciel. Ainsi toute injonction vient d’Allah, puisque que près de 200 versets incitent au meurtre et à la violence. Sans herméneutique ou vision progressive de la Révélation on en arrive au terrorisme. La liberté n’est plus alors une réalité morale mais une soumission à la parole divine. Sans intelligence, la Foi conduit à la mort : Benoît XVI était un prophète.

    2°) L’imitation du prophète. C’est une donnée essentielle de l’islam sunnite, il faut suivre en tout la vie du sceau des prophètes révélé par la Sunna. Celle-ci contient les hadith (faits et gestes du prophète). Puisqu’il est dit que Mahomet égorge lui-même les prisonniers, brûle, égorge et torture les mécréants, si l’on considère ces faits comme saints, il ne faut pas s’étonner de la suite. Nos braves politiciens refusent de connaître ces hadith...

    3°) L’eschatologie musulmane. Une religion est constituée par sa finalité. L’islam prévoit que le monde va devenir musulman avant la fin des temps en instaurant la charia avant le retour de Jésus. Celui-ci confondra les mécréants. L’instauration de la charia devient une urgence, le djihad un devoir pour la finalité de l’histoire humaine. En outre un paradis érotique est promis immédiatement pour ceux qui meurent dans le djihad, le désir de tuer sera motivé aussi par la pulsion sexuelle, elle sera donc très présente…

    Sans une réflexion théologique profonde sur l’islam des origines et ses textes sacrés nous ne sortirons pas de cette violence. Nous ne sommes pas en présence d’accidents de l’histoire ou d’interprétations mais du fondement de cette religion, même si bien sûr elle présente bien d’autres aspects complexes.

  • Angela Merkel se fait dhimmi d’honneur

    Comme elle l’avait annoncé, Angela Merkel a participé hier à Berlin, avec le président Joachim Gauck et divers ministres, à la manifestation contre l’islamophobie organisée par des organisations musulmanes.

    Il y avait officiellement 10.000 personnes.

    On peut remarquer que 10.000 personnes dans la capitale, c’est beaucoup moins que 25.000 à Dresde la veille avec Pegida…

  • « Apologie du terrorisme »

    Les condamnations pleuvent, et les enquêtes se multiplient, pour « apologie du terrorisme », envers un certain nombre d’énergumènes qui ne sont pas Charlie et ne sont pas non plus de notre paroisse.

    Manuel Valls a déclaré hier que « l’apologie du terrorisme, le racisme et l’antisémitisme ne sont pas des opinions, ce sont des délits ».

    Mais le ministre de l’Intérieur, celui-là même qui fait la chasse aux apologistes du terrorisme, avait déclaré que « ce n’est pas un délit de prôner le jihad ».

    Il faudra quand même qu’on nous explique, s’il vous plaît, quelle est la différence, quand il s’agit de musulmans, entre terroristes et jihadistes, alors que dans les médias ces mots désignent les mêmes personnes.

    Dans le seul recueil de hadiths (propos du Prophète) de Boukhari, qui est le plus connu et universellement considéré comme « authentique », il y a 308 hadiths sur le jihad, dans le seul chapitre sur le jihad (car tout recueil de hadiths, comme tout traité de l’islam, a un chapitre sur le jihad). Dans un autre recueil, celui d’an-Nasa’i, qui fait également partie de la Sunna, et qui est moins épais, il ya 110 hadiths sur le jihad, dont celui-ci qu’on retrouve sous différentes versions dans les autres recueils :

    « Abou Hourairah lui a dit que le Messager d’Allah a dit : J’ai été désigné pour combattre les gens jusqu’à ce qu’ils disent Il n’y a pas d’autre dieu que Allah. Quiconque dit Il n’y a pas d’autre dieu que Allah, sa vie et ses biens sont en sûreté pour ce qui est de moi, restant sauf ses droits (ceux de la charia), et sa rétribution sera avec Allah. »

    A propos de l’antisémitisme, je rappelle ces quelques autres hadiths.

    Et sur le fait que bien entendu tout « cela n’a rien à voir avec l’islam », à ce propos de Mohammed Merah.

    Tout à l’heure sur BFM, l’avocat de la femme de Saïd Kouachi citait celle-ci disant que son mari « pratiquait un islam normal ».

  • Déclaration historique du patriarche chaldéen

    Le patriarche chaldéen, S.B. Louis Raphael Ier Sako, a cru bon de « condamner fermement » lui aussi l’attentat contre Charlie Hebdo. Mais tout l’intérêt de cette condamnation est que c’est pour lui l’occasion d’ajouter ce qui suit, et qui est véritablement historique. Car si j’ai toujours eu la plus grande estime (litote) pour Mgr Sako quand il était archevêque de Kirkouk, et si je souhaitais qu’il soit le nouveau patriarche (pour une fois que mon souhait se réalise…), il n’avait jamais osé aller à ce point contre ce qu’impose la dhimmitude :

    « Face à ce qui se passe dans le monde arabe et à l’étranger, qui est sans précédent et menace les relations et la coexistence, nous appelons nos frères musulmans à prendre l’initiative, de l’intérieur, de démanteler cette idéologie terroriste extrémiste et de construire une opinion islamique ouverte et éclairée qui n’accepte pas l’exploitation politique de la religion. »

    « De l’intérieur ». On est très loin du « ça n’a rien à voir avec l’islam ». Il faut que cela vienne d’un pays musulman, et de la frontière de l’Etat islamique. D’un évêque héroïque devenu chef de son petit peuple en débandade. Voilà aussi qui est historique : un évêque en situation de dhimmitude dit la vérité, quand les grands défenseurs occidentaux de la liberté répètent les mensonges de l’islamophilie et se font volontairement dhimmis.

  • "Aucun rapport avec l'islam"

    Amedy Coulibaly et Hayat Boumeddienne (sa compagne selon la République, son épouse selon la religion qui n'a rien à voir), sans doute en 2010 dans le Cantal.

    Hayat 1.jpg

    Hayat 2.jpg

    Hayat 3.jpg

    On sait aussi qu'Amedy Coulibaly avait mal raccroché le téléphone de l'Hyper-cacher et que les policiers ont pu décider de l'assaut "en profitant d'un apparent relâchement du preneur d'otages au moment où il s'était mis à prier". On ne sait toujours pas s'il s'agissait de prières bouddhistes ou animistes, mais ce qui est certain est que "cela n'a rien à voir avec l'islam".

  • Identité culturelle et religieuse

    Le livret de santé remis aux parents des nouveaux-nés dans le Morbihan a sur sa dernière page les « droits de l’enfant », illustrés.

    Le neuvième est le « droit à une identité culturelle et religieuse ». Le dessin montre un couple de Bretons en costume folklorique avec, derrière eux, une mosquée…

    Cet affront à l’identité bretonne, relevé par Breizh Info, avait déjà été signalé il y a un an sur le blog d’Adsav. Il semble que François Goulard, le président UMP du conseil général, soit fier de sa trouvaille.

  • Dans l’Etat islamique

    Au cours d’un ratissage des villages de la plaine de Ninive, les miliciens de l’Etat islamique ont trouvé 10 catholiques chaldéens et syriaques âgés qui étaient restés chez eux. Ils les ont amenés à Mossoul et leur ont demandé d’abjurer leur foi chrétienne. Comme ils ont refusé, ils ont été chassés de la ville. Après deux jours passés dans le froid à traverser le no man’s land, ils ont rejoint Kirkouk.

    « Ils nous avaient chassés de nos villages et de nos maisons pour les occuper – raconte Rachel, l’une des femmes âgées du groupe, contactée par l’Agence Fides – puis ils nous ont rassemblés dans une résidence de Mossoul. Nous avons survécu grâce à l’assistance fournie par un certain nombre de familles musulmanes qui nous portaient de la nourriture et ce dont nous avions besoin. Puis, à un certain moment, ceux du califat nous ont dit que nous pouvions rester là seulement si nous nous convertissions à l’islam. Mais moi, qui me nourrissais toujours du Corps du Christ et allait toujours au sanctuaire pour prier Sainte Barbara, comment pouvais-je renier tout cela ? Je leur ai dit : je ne peux pas le faire. Si vous voulez, chassez-moi ».

    Une fois expulsés de Mossoul, les personnes âgées ont pu entrer à Kirkouk grâce à l’intercession du patriarche chaldéen, qui a convaincu les autorités kurdes de suspendre le blocus des entrées de la ville.

    Mais, bien entendu, « cela n’a rien à voir avec l’islam ».

  • Boko Haram à Baga

    Les miliciens de Boko Haram ont pris et incendié la ville de Baga, dans l’Etat nigérian de Borno, et détruit les villages alentours. Les églises ont également été détruites. Il y a des centaines de morts et plus de 20.000 réfugiés.

    Baga était la ville où se trouvait le QG de la Force multinationale censée combattre Boko Haram…

    « A côté des combattants originaires du Nigeria, Boko Haram a été renforcée par des éléments jihadistes provenant de Libye et du Mali, d’où ils ont été chassés par l’intervention française », souligne une source de l’agence Fides.

    Ainsi s’étend inexorablement le califat. Mais, bien entendu, « cela n’a rien à voir avec l’islam ».

     

    Addendum

    Une petite fille d'environ dix ans s'est fait exploser vers midi sur un marché de Maiduguri, faisant une vingtaine de morts. Maiduguri est la ville où se sont réfugiés les habitants de Baga et des villages alentour...

  • Un des cardinaux de François

    Mgr Francesco Montenegro, archevêque d’Agrigente fait partie de la liste des nouveaux cardinaux. On a dit ici et là qu’il était aussi l’évêque de Lampedusa. Il se veut en effet l’évêque qui accueille tous ceux qui arrivent à Lampedusa et ailleurs. Il est un apôtre de l’immigration islamique sans frein.

    Novopress rappelle :

    « Mgr Montenegro est également président de la commission de la Conférence épiscopale italienne pour les migrations et de la fondation “Migrantes” pour l’accueil des immigrés. En novembre dernier, interrogé sur les manifestations des quartiers populaires de Rome contre les centres d’accueil pour clandestins, qui pourrissent la vie quotidienne des habitants (« vols, actes de vandalisme, de tapage nocturne »), il avait paisiblement répondu : « Si j’étais un migrant de 20/30 ans, qui doit rester toute la journée sans rien faire, à attendre une réponse sur son propre avenir, après quelques jours moi aussi je deviendrais méchant ! »

    Début janvier 2010 il avait supprimé les rois mages de la crèche de la cathédrale pour protester contre la politique de Berlusconi. Un écriteau disait : « Nous vous avertissons que cette année, l'enfant Jésus n'aura pas de cadeaux : les rois mages ne viendront pas, car ils ont été refoulés à la frontière avec les autres immigrés. »

  • Questions sur les migrants qui déferlent

    Bernard Antony pose les bonnes questions :

    — D’où viennent ces cargos ? Les réfugiés syriens ou iraniens n’ont pas de ports d’embarquement possibles sur la Méditerranée autres que ceux de Turquie. L’évidence, c’est que la Turquie, État particulièrement policier, laisse donc faire cela. 

    — Pourquoi ces réfugiés d’évidence essentiellement musulmans sunnites ne se réfugient-ils pas dans les très riches pays d’islam bien plus proches de leurs lieux de fuite tels que les Émirats Arabes Unis, le Koweit, l’Arabie Saoudite ?

    — Peut-on sérieusement croire qu’un très grand nombre de ces réfugiés puissent disposer des milliers de dollars nécessaires à l’achat de leur transport sans aucun financement ?

    — La dernière qui se pose donc est celle de savoir si l’immense migration des « boat-people » arabo-africains vers l’Europe n’est pas voulue, encouragée et même cyniquement planifiée au mépris du malheur des personnes et des familles ? Ne s’agit-il pas d’une forme de submersion démographique très organisée ?

  • Ils squattent le presbytère

    Des « migrants » expulsés de leur squat ont « réquisitionné » le presbytère de la paroisse Sainte-Marie de Doulon, à trois kilomètres de là, à l’est de Nantes. (En français : le groupuscule gauchiste de soutien aux clandestins s’est emparé d’un presbytère pour loger les dits clandestins, faisant ainsi d’une pierre deux coups, pour l’immigration clandestine et contre l’Eglise catholique.)

    « La veille de Noël, des paroissiens, ainsi que l’évêque, sont venus apporter chocolat chaud et friandises à ces hommes de confession musulmane », dit France TV info.

    Il y a trois grandes mosquées à Nantes. Mais sans doute s’y occupe-t-on déjà des migrants chrétiens…

  • Encore un fou…

    Le 1er janvier, un Marocain est entré dans l’église paroissiale de l’Assomption à Cles (province de Trente en Italie), en hurlant des versets du Coran, et a gravement endommagé divers objets à coups de barre de fer, dont cinq statues de valeur : quatre de la Sainte Vierge, et une de saint Joseph. Il a également brisé le baptistère en marbre et s’est attaqué à l’autel et à deux retables, et au grand tableau de l’Assomption.

    Selon la police, son geste est lié à un problème mental et non à un fanatisme religieux.

    On remarquera l’admirable identité de diagnostic entre la police italienne et la police française (et la police autrichienne, etc.) dans ce genre de cas.

    La prochaine étape sera de nous expliquer qu’il n’y a aucun rapport entre le Coran et l’islam. Mais ça ne va pas être facile.

    (Via Fdesouche)