Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

François (pape)

  • Célébrer la révolution cubaine ?

    Le site Vatican News en espagnol a publié le 1er janvier un article à la gloire de la révolution cubaine, pour les 60 ans de celle-ci. Un article dépourvu de toute allusion aux persécutions antichrétiennes du castrisme, comme au goulag cubain ou simplement à la dictature communiste et à ses effets économiques et sociaux.

    Sans doute la rédaction hispanophone se souvenait-elle avec émotion des embrassades entre François et Fidel.

    Toutefois, les réactions ont dû être vives, car dès le lendemain l’article avait disparu, sans explication.

    Pourtant, ce jour-là, François recevait le Cirque national cubain, et se faisait filmer faisant tourner un ballon sur un doigt… Et de saluer la beauté d’un spectacle qui demande beaucoup d’efforts mais qui rend tout le monde meilleur…

  • Mosaïque de l’étouffement

    Capture d’écran 2019-01-10 à 18.12.53.png

    Dans son message de Noël, François reprenait son idée hérétique d’un monde vu comme une harmonieuse mosaïque de religions – parce que c’est beaucoup plus beau quand il y a plusieurs couleurs. Il en donne un exemple concret avec le logo de son voyage au Maroc. Prenant acte du fait qu’il va dans un pays musulman, le logo montre le croissant enserrant la croix… Comme le logo de Milli Görüs européen montre le croissant enserrant l’Europe et le logo de Milli Görüs en France montre le croissant enserrant la France…

    Capture d’écran 2019-01-10 à 18.15.36.png

    image192.jpg

  • ∴ Vive le pape ! ∴

    Traduction d’un article de El Oriente, site de la Grande Loge d’Espagne :

    Dans son message de Noël depuis la Loge centrale du Vatican, le pape François a appelé au triomphe de la fraternité universelle parmi tous les êtres humains: « Mon souhait de joyeux Noël est un désir de fraternité. Fraternité entre les personnes de toute nation et culture. Fraternité entre les personnes aux idées différentes mais capables de se respecter et d’écouter l’autre, fraternité entre personnes de religions différentes », a déclaré le pape dans son message urbi et orbi. « Nos différences ne sont ni un dommage ni un danger, mais une richesse, comme pour un artiste qui veut faire une mosaïque : mieux vaut disposer de tesselles de nombreuses couleurs plutôt que de quelques-unes. »

    Les paroles du pape montrent la distance actuelle de l'Église avec le contenu de Humanum genus (1884), la dernière grande condamnation catholique de la franc-maçonnerie, selon laquelle « en ouvrant les bras à n'importe quelle religion on arrive en fait à accréditer la grande erreur de ces temps, à savoir l’indifférentisme religieux et l’égalité de tous les cultes, à conduire très délibérément à ruiner toute religion, en particulier la religion catholique, laquelle, étant la seule véritable, ne peut sans une suprême insulte être égalée aux autres ».

    La voie alors condamnée par le fondamentalisme religieux est aujourd'hui celle que le souverain pontife de l'Église catholique et la Maçonnerie Universelle s’accordent à proposer à l'humanité. Il n’y a pas un seul maçon sur Terre qui ne rejoigne le pape dans son désir de fraternité universelle, hétérogène dans les domaines politique, culturel, national ou religieux.

     

    N.B. Le texte français officiel de Humanum genus :

    Que si tous les membres de la secte [maçonnique] ne sont pas obligés d'adjurer explicitement le catholicisme, cette exception, loin de nuire au plan général de la franc-maçonnerie, sert plutôt ses intérêts. Elle lui permet d'abord de tromper plus facilement les personnes simples et sans défiance, et elle rend accessible à un plus grand nombre l'admission dans la secte. De plus, en ouvrant leurs rangs à des adeptes qui viennent à eux des religions les plus diverses, ils deviennent plus capables d'accréditer la grande erreur du temps présent, laquelle consiste à reléguer au rang des choses indifférentes le souci de la religion, et à mettre sur le pied de l'égalité toutes les formes religieuses. Or, à lui seul, ce principe suffit à ruiner toutes les religions, et particulièrement la religion catholique, car, étant la seule véritable, elle ne peut, sans subir la dernière des injures et des injustices, tolérer que les autres religions lui soit égalées.

  • La suppression de la commission Ecclesia Dei

    Une rumeur insistante évoque la suppression de la commission Ecclesia Dei par François. Ce serait, ou plutôt ce sera, une catastrophe pour les communautés régies par cette commission, car elles seront impitoyablement détruites par François au moindre prétexte. Comme on l’a vu et on le voit détruire les communautés d’esprit traditionnel qui ne bénéficient pas de la protection de la commission. Et après la suppresssion de la commission viendra la suppression de Summorum Pontificum... et le retour à la persécution de Paul VI... Marco Tosatti a écrit un article sur ce qu’il sait ou croit savoir de la question. Une de mes lectrices vient de le traduire et de me l’envoyer. Le voici.

    Le motu proprio qui signe la fin d’Ecclesia Dei en tant que Commission indépendante, et son intégration comme un simple bureau au sein de la Congrégation pour la doctrine de la foi est prêt, signé par le pontife, et aurait dû être publié jeudi dernier. Nous ignorons les raisons pour lesquelles le document n'a pas encore été publié.

    C'est un texte de style juridique, plutôt court, dans lequel il est dit que l'urgence pastorale liée à la célébration de Vetus Ordo, et qui a conduit il y a trente ans à la création de la Commission Ecclesia Dei est venu à cesser, et par conséquent aussi, la Commission dans sa forme actuelle n'a plus de raison d'exister.

    Rappelons-nous que le motu proprio de Jean-Paul II, du 2 juillet 1988, est né en réaction à la consécration de quatre évêques par Mgr Marcel Lefebvre. Certains de ses pouvoirs et fonctions ont été modifiés par Benoît XVI en 2009. Le document de Jean-Paul II donnait à la Commission le droit d’ « accorder à toute personne le demandant, l'utilisation du Missel romain selon l'édition typique en vigueur en 1962, et ceci selon les règles déjà proposées par la Commission des cardinaux » institué à cet effet « en décembre 1986 après avoir informé l'évêque diocésain ».

    En outre, la Commission a été le dernier recours pour les fidèles qui ont demandé la célébration de la Messe selon la forme extraordinaire, et n'ont pas eu une réponse positive soit de leur pasteur ou de leur évêque.

    En outre, à la suite du motu proprio Summorum Pontificum du Pape Benoît XVI (2007), la Commission veille à son application étudie les mises à jour possibles dont les textes liturgiques de 1962 ont besoin: par exemple la présence de nouveaux Saints dans le calendrier. Nous devons maintenant voir combien, et lesquels de ces pouvoirs peuvent continuer à être exercés par ce qui sera le nouveau "bureau" Ecclesia Dei au sein de la Congrégation pour la doctrine de la foi; et dont le dernier référent, évidemment, ne sera plus le Secrétaire responsable, comme auparavant, mais le préfet à la tête de la Congrégation pour la doctrine de la foi.

    Et il y a un doute plus que légitime dans la déclaration initiale qui stipule que l'urgence pastorale liée au Vetus Ordo serait terminée. À une époque où, lors de l'Assemblée de la Conférence épiscopale italienne, des voix d'évêques et de spécialistes refusent la validité juridique du motu proprio "Summorum Pontificum" de Benoît XVI, et au moment où des évêques contrarient directement ou de manière sournoise la célébration de la messe selon le Vetus Ordo, dire que cette urgence pastorale n'existe pas, peut apparaître un peu risqué.

  • Mystère au Vatican

    Il y a deux ans, l’Américain Greg Burke était nommé en fanfare et sous les acclamations de la franciscosphère directeur de la Salle de presse du Saint-Siège. Le pape avait trouvé la perle rare, le top du top de la communication.

    Ce 31 décembre, alors que tout le monde pense à autre chose, Greg Burke, et la directrice adjointe Paloma Garcia Ovejero, « démissionnent » de leurs fonctions. Démissions « acceptées » par François. Qui a nommé directeur par intérim Alessandro Gisotti, le coordinateur des réseaux sociaux du dicastère pour la communication.

    Le préfet du dit dicastère, Paolo Ruffini, remercie Greg Burke et Paloma Garcia Ovejero et respecte leur « libre choix » de se retirer.

    Libre choix, de tous les deux, en même temps ?

    Greg Burke a publié trois tweets qui n’en apprennent pas davantage :

    - Paloma et moi avons démissionné, avec effet le 1er janvier. Dans ce temps de transition dans la communication du Vatican, nous pensons qu’il est mieux que le Saint-Père soit complètement libre de rassembler une nouvelle équipe.

    - J’ai rejoint le Vatican en 2012. L’expérience a été fascinante, c’est le moins qu’on puisse dire. Merci Pape François. Un abrazo muy fuerte. [traduction Google : « Un gros câlin ».]

    - Nouvelle année, nouvelles aventures.

    Paloma n’a publié qu’un tweet :

    - Fin d’une étape. Merci, Saint-Père, pour ces deux ans et demi ! Merci Greg pour ta confiance, ta patience et ton exemple.

    On en saura peut-être un peu plus « après les fêtes »…

    D'autre part, j'avoue être quelque peu décontenancé par la bannière du compte Twitter de Greg Burke. C'est le pape en action de grâces devant l'Eglise en ruines ?

    Capture d’écran 2018-12-31 à 15.27.40.png

  • Comme ça c’est plus clair

    « Le pape a nommé l’illustrissime docteur Andrea Tornielli directeur de la direction éditoriale du dicastère pour la communication. »

    Le journaliste Andrea Tornielli, dit « la voix de Sainte-Marthe », était le chef thuriféraire médiatique de François, porte-parole gracieux du Saint-Père (notamment par son blog Vatican Insider), le voici officiellement en charge de faire dire par le nouveau « dicastère » la propagande officielle.

    Encore un qui a reçu sa récompense.

  • Normalisation

    C’est fait. Mgr Vincent Guo Xijin, l’évêque clandestin (c’est-à-dire légitime) de Mindong, en Chine, a expliqué hier à ses prêtres qu’il laissait le diocèse à Mgr Vincent Zhan Silu, l’évêque de l’Eglise officielle du pouvoir communiste (qui représente 10% des fidèles dans ce diocèse).

    Mgr Vincent Guo Xijin revenait d’un voyage à Pékin où il a rencontré Mgr Claudio Maria Celli, qui lui a présenté une lettre signée par le cardinal Parolin et le cardinal Filoni lui demandant de laisser la place à la créature du parti. Mgr Celli a ajouté que c’était la volonté du pape, qui lui demandait ce geste d’obéissance et de sacrifice pour le bien de l’Eglise en Chine…

    Cela était annoncé dès le mois de janvier. A l’époque on disait que Mgr Guo allait devenir le coadjuteur de Mgr Zhan. Mais ce n’est même pas cela. Il devient seulement évêque auxiliaire. On voit bien là la volonté d’humilier l’évêque fidèle. C’est un exemple typique du mépris des bons et fidèles serviteurs qui est la caractéristique de François.

    Capture d’écran 2018-12-14 à 11.34.54.png

    Mgr Celli avec l’évêque fidèle destitué (à sa droite), l’évêque communiste promu (à sa gauche).

  • Une première

    Aujourd’hui ont été béatifiés comme martyrs des gens dont on ne sait ni où, ni quand, ni surtout pourquoi ils ont été tués.

    Parmi eux, un prieur cistercien ouvertement et explicitement hérétique (« Le Coran est le Verbe fait Livre », le christianisme et l’islam sont deux échelles qui se rejoignent au sommet, les différences entre le christianisme et l’islam sont « un sacrement d’unité », etc.).

  • Veillée pour la vie

    athanasius_schneider_810_500_55_s_c1.jpg

    Le message de Mgr Athanasius Schneider :

    Chers fidèles et participants des Veillées Pour La Vie 2018 !

    Votre veillée et prière est une voix indispensable pour les droits des plus faibles et des plus persécutés de nos frères, c’est à dire les enfants à naître.

    Nous devons courageusement et infatigablement lever notre voix devant l’injustice des cliniques d’avortement, qui maintenant depuis plusieurs dizaines d’années, devant les yeux de toute la planète pratiquent probablement le plus grand génocide de l’histoire de l’humanité.

    Un jour le Christ demandera à chacun d’entre nous « Qu’as-tu fait pour le plus petit de mes frères ? »

    Votre veillée pour la vie est un acte de charité d’une telle efficacité envers les plus petits des frères du Christ.

    Puisse votre « veiller et prier » influer pour que les assassins des enfants à naître se repentent, pour que cette injustice devant Dieu soit expiée et réparée et qu’une société de mort laisse place à une société de vie.

    Puisse la bienheureuse vierge Marie, la mère du Dieu qui s’est fait chair et la mère spirituelle de tous les humains vous bénir et vous protéger.

    + Athanasius Schneider,

    Evêque auxiliaire de l’archidiocèse de la bienheureuse Vierge Marie à Astana (Kazakhstan)

    Malheureusement Mgr Schneider ne peut plus prêcher la bonne parole et conforter les catholiques de conviction dans le monde entier comme il le faisait jusqu’ici. François lui a interdit de sortir du diocèse d’Astana plus de 30 jours dans l’année. Mesure aussi inattaquable qu’injuste. Inattaquable parce que c’est le droit canon. Injuste parce que le diocèse d’Astana n’a pas besoin d’un évêque auxiliaire à plein temps (comme le dit son archevêque lui-même), alors qu’on demandait Mgr Schneider partout. Mais François sait se servir du droit canonique de façon rigide et sans miséricorde quand il s’agit d’empêcher un véritable évêque catholique de répandre le Royaume.

  • Eglise synodale…

    Le Salon Beige signale que le document final du synode sur les jeunes n’existe toujours qu’en italien, plus d’un mois après la publication de cette version, alors que le pape en avait soi-disant demandé une large diffusion…

    On peut en effet le vérifier ici et .

    C’est une preuve de plus que les synodes ne sont que des attrape-couillons dont la seule fonction est de permettre au pape de dire ce qu’il veut dans son exhortation apostolique.