Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Macron

  • La Sénégalaise

    Le porte-parole du gouvernement français est désormais, par la grâce de Macron, une Sénégalaise.

    Sibeth Ndiaye (qui faisait partie de l’équipe de campagne de Strauss-Kahn en 2006 avec… Benjamin Griveaux, Ismaël Emelien, Stanislas Guérini… et Cédric O nommé lui aussi hier secrétaire d’Etat) est la conseillère en communication de Macron qui avait répondu « Yes, la meuf est dead » à un journaliste qui lui demandait si c’était vrai que Simone Veil était morte.

    C’est elle aussi qui a dit qu’elle « assume pleinement de mentir » quand il s’agit de « protéger le président ». Au moins c’est clair.

    Mais ce qui est curieux est de nommer comme premier contact avec les journalistes une personne qui est très mal vue des journalistes par sa brutalité et ses pressions. Même Le Monde dénonçait après le dernier Salon de l’Agriculture sa manière de communiquer « sur un mode fait d’injonctions et de menaces »…

  • Une claque à Macron

    Le Conseil d'Etat a annulé le décret d'août 2018 par lequel la nomination des diplomates ne relève plus du Quai d'Orsay mais du gouvernement. Il s’agissait pour Macron et sa Brigitte de nommer leur pote écrivain Philippe Besson consul général à Los Angeles. Sympa, la Californie, non, aux frais du contribuable…

    La CFDT a saisi le Conseil d’Etat. Lequel vient donc de rejeter le fait du prince.

    Philippe Besson avait dit qu’il attendrait la décision du Conseil d’Etat avant de prendre ses fonctions. Eh bien il ne les prendra pas.

  • Une réponse à Macron

    Screenshot_2019-03-06 Dear Mr Macron, your arrogance will only make Europe’s problems worse.png

    En réponse à « l’attaque acerbe sur le Brexit », dans la fameuse lettre de Charlemagne Macron sur la « renaissance de l’Europe », le directeur du groupe de réflexion Open Europe, Henry Newman, écrit :

    « Vous affirmez que le Brexit est un "mensonge" et vous vous plaignez que qu’on n’ait pas dit la "vérité" aux Britanniques... Avez-vous suivi nos débats avant le référendum ? Il a souvent semblé que tout le pays discutait des avantages du marché unique et de ce que signifiait quitter l'UE. (…) 17,4 millions de personnes ont voté en faveur de la sortie de l'UE. Il est insultant pour eux et pour nos processus politiques d’insinuer qu'ils “se repliaient dans le nationalisme” ou qu’ils n’aient pas été informés de leur “perte d'accès au marché de l'UE”. (…) Votre lettre contient diverses suggestions pour améliorer l'UE. Certains peuvent être les bienvenues, d'autres moins. Mais chaque proposition implique que l’UE gagne de plus en plus de pouvoirs et une plus grande influence sur la vie des citoyens, au détriment des États souverains, alors que nous savons tous les deux qu’une majorité importante dans l’ensemble du bloc veut que l’UE fasse exactement le contraire. Pour vous, il semble que la réponse à chaque question soit toujours davantage de Bruxelles. (…) Je crains que votre arrogance ne risque d’aggraver les problèmes de l’Europe et non de les résoudre, que vous ne perpétuiez les divisions au lieu d’y répondre. »

    D’où le titre de l'article, paru dans le Telegraph :

    Cher Monsieur Macron, votre arrogance ne fera qu'aggraver les problèmes de l'Europe.

  • La Dictature En Marche

    Le président de la République ex-française Emmanuel Macron a annoncé que « la France » allait adopter dans ses textes de référence une définition de l'antisémitisme élargie à l'antisionisme.

    Ce n’est ni français ni nouveau, puisque (comme il l’a signalé lui-même) il s’agit d’appliquer un texte de l'Alliance internationale pour la mémoire de la Shoah avalisé par l’UE.

    Il n’empêche que cela veut dire que l’Etat d’Israël sera le seul Etat au monde dont il sera interdit de critiquer la politique, particulièrement la politique raciale (Etat juif pour les juifs) et la politique de discrimination envers les non-juifs. Ce qui serait proprement extravagant dans une démocratie moderne, mais est cohérent avec la dictature macronique.

    Et pour ajouter une touche d'hypocrisie et de déni de la réalité, il annonce la dissolution de trois groupuscules d'extrême droite. Et ça rigole dans les mosquées...

    Le même Macron a également annoncé une proposition de loi (d’un député aux ordres, en l’occurrence la sémillante et néanmoins mordante Laetitia Avia) qui renforcera la censure sur internet.

    Il me semble que c’est la première fois qu’un président de la République annonce le dépôt d’une proposition de loi… (Et voici le Premier ministre qui invoque - contre le Sénat - la « séparation des pouvoirs »…) Mais dans le domaine de la police de la pensée on n’arrête pas le progrès…

  • "Les tombes chrétiennes on s’en fout"

    Message officiel du président de la République ex-française, le 19 février 2019.

    (Il y a en permanence des profanations de tombes chrétiennes, plus de 9 profanations sur 10 visent des chrétiens, mais Macron va seulement déplorer des croix gammées sur des tombes juives.)

    Et les écoles catholiques aussi on s’en fout :

    1161913.jpg

    "La seule église qui illumine est celle qui brûle." Inscrit la nuit dernière sur le portail de l’école Saint-Vincent de Sète.

  • Honteux

    Emmanuel Macron sur le référendum du Brexit. Quand le président de la République se mue en ridicule complotiste pour dénigrer un peuple qui vote mal :

    « C’est un référendum qui a été manipulé, manipulé de l’extérieur par beaucoup de ce qu’on appelle aujourd’hui les infox, où on a dit tout et n’importe quoi et maintenant on dit débrouillez-vous et, bilan des courses, on a menti aux gens. Et ce qu’ils ont choisi, c’est pas possible. Après, bon courage pour les représentants de la nation qui doivent mettre en œuvre un truc qui n’existe pas. »

    Au passage, le « truc qui n’existe pas » est un article du traité de l’Union européenne.

  • Ça balance…

    Le Canard enchaîné a révélé que Benalla avait un… quatrième passeport, un « passeport de service » non restitué, et un téléphone crypté secret défense. Auditionné aujourd’hui par le Sénat, le directeur de cabinet de la présidence de la République Patrick Strzoda déclare que Benalla a utilisé « presque une vingtaine de fois » ses passeports diplomatiques depuis son licenciement, et qu’il a obtenu le passeport de service par une note dactylographiée non signée à en-tête du chef de cabinet de l'Elysée…

    Tout cela en dit long sur l’incroyable importance occulte qu’avait Benalla, et sur l’anarchie qui règne à l’Elysée sous le règne de Macron. Et ils viennent nous bassiner avec les valeurs de la République…

  • Insupportable

    Je crois que je n’ai jamais entendu les dirigeants français verser à ce point dans le culte de la République, dans la sacralisation des « symboles de la République ». Chirac allait parfois dans ce sens, mais pas à ce point-là. D’autant que ces jours-ci les propos présidentiels sont répercutés et répétés par nombre de ministres, de députés, et de commentateurs à la botte du pouvoir.

    Il y a très longtemps, à Rome, le 1er janvier, il y avait la messe de l’octave de la Nativité, et il y avait une deuxième messe, ad prohibendum ab idolis, pour l’extirpation de l’idolâtrie. Il faudrait peut-être la rétablir. Car ils font de la République une idole. Devra-t-on bientôt brûler de l’encens devant les bustes de Marianne pour abjurer le crime de « gilet jaune » ?

    Le destin des idoles est d’être renversées, et le destin de l’idolâtrie d’être extirpée.

    C’est dans cette logique idolâtrique que le misérable petit Griveaux appelle les Gilets jaunes des « agitateurs qui veulent l’insurrection ». Et il n’a que la monnaie de sa pièce quand des Gilets jaunes défoncent le portail du ministère qu’il occupe. Ce n’est pas une épouvantable atteinte aux symboles de la République. C’est la réponse du berger à la bergère.

    Le petit Macron dénonce « une extrême violence venue attaquer la République ». Une extrême violence… Celle du boxeur qui boxe un bouclier de gendarme ? Celle de quelques feux de rue ? On appelle quelques bagarres une « extrême violence », alors qu’on vient de commémorer la guerre qui fit 10 millions de morts ?

    Et ils oublient tout à coup que leur République a été imposée par une insurrection, autrement plus violente que la violence des plus excités des Gilets jaunes. Une insurrection contre un ordre vrai, et contre des symboles authentiques.

    L’ineffable Castaner a arrêté son ridicule décompte des manifestants à l’unité près, mais il continue de nier l’évidence. Il y aurait eu 50.000 manifestants samedi dernier, et cela ne représente qu’un peu plus d’un manifestant par commune, donc ça ne représente pas du tout le peuple français. D’abord un rapide décompte des manifestations dans quelques villes selon les chiffres de la police montre qu’on était bien au-delà des 50.000 manifestants sur toute la France (correction en catastrophe du chiffre de 25.000 d’abord annoncé), et surtout le ministre fait toujours semblant de ne pas voir que ces manifestants sont les représentants de millions de Français qui mettent bien en évidence le gilet jaune sous leur pare-brise. On peut lui répondre que les 577 députés, à savoir la trentaine d’entre eux qui siègent réellement, représentent encore beaucoup moins les Français.

    Et enfin, il est tout simplement insupportable d’entendre un gouvernement européiste parler d’atteinte à la démocratie après le déni de démocratie du référendum de 2005, et d’atteinte à la République quand leur République n’est plus qu’une coquille vide dans le contexte de l’Union européenne.

    Sans cesse, la Bible rappelle que les idoles ont des yeux mais ne voient pas, un nez mais ne sentent pas, des oreilles mais n’entendent pas, des mains mais ne touchent pas, des pieds mais ne marchent pas, qu’elles sont totalement impuissantes, et que ceux qui mettent leur confiance en elles leur sont semblables.

    Collecte de la messe ad prohibendum ab idolis dans le sacramentaire gélasien :

    Omnipotens sempiterne Deus, da nobis voluntatem tuam et fideli mente retenere et pia conversatione depromere, ut Ecclesia tua a profanis vanitatibus expiata non aliud profiteatur verbis aliud exerceat actione: per Dominum.

    Dieu tout-puissant et éternel, donne nous de garder ta volonté par un esprit fidèle et de la communiquer par un comportement conforme à la piété, afin que ton Eglise purifiée des vanités profanes ne professe pas une chose par la parole et pratique une autre dans son action.

    Le sens de « vanitas », surtout quand il désigne les idoles, est : non-réalité trompeuse. Ce n’est pas seulement l’Eglise qui doit en être débarrassée.

  • Armée européenne

    Dt7F0gdXcAA5Zen.jpg

    Plusieurs des vieux blindés de la gendarmerie déployés samedi à Paris portaient le drapeau de l’UE (et des deux côtés). Sans doute ces véhicules ont-il servi à l’étranger sous l’égide de l’UE. Mais la gendarmerie nationale aurait pu enlever ces logos pour aller au combat contre les gilets jaunes : le symbole est terrible : l’armée européenne dont rêve Macron est devenue réalité... pour réprimer le peuple de France.

    Une armée du tiers monde : ces véhicules sont des VXB 170 Berliet, marque qui n’existe plus depuis… 1978.

  • L'obscène Macron

    Les internautes qui avaient reproduit sur leur page Facebook la fameuse photo de Macron enlaçant des voyous dénudés aux Antilles ont constaté qu’elle a été censurée.

    Avec cette indication :

    « Votre publication est contraire aux standards de la communauté concernant la nudité et les actes sexuels. »