Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Macron

  • La France selon Macron

    2.png

    Il semble que ce propos de Macron, relevé par le Salon Beige, n’ait pas été très commenté. Il est pourtant ahurissant, même quand on connaît le personnage.

  • Il y a trois mois

    « Le pass sanitaire ne sera jamais un droit d’accès qui différencie les Français. Il ne saurait être obligatoire pour accéder aux lieux de la vie de tous les jours comme les restaurants, théâtres et cinémas. »

    Emmanuel Macron dans toute la presse régionale, le 29 avril 2021.

  • Un vrai Français à Lourdes

    Honte à vous ! C'est un scandale ! Vous êtes un athée, monsieur le président, un athée primaire, vous n'avez aucune raison d'être là !

  • Portrait

    "Emmanuel Macron, comme tous les psychopathes, est particulièrement dangereux."

    Professeur Adriano Segatori, psychiatre. Il est important de souligner que la vidéo a été réalisée avant l'élection présidentielle, car plusieurs propos apparaissent alors proprement prophétiques.

  • Allô ?

    Cela fait aujourd’hui une semaine que Macron a dit à propos du couvre-feu qu’il faudrait « tenir encore quatre à six semaines ».

    En termes liturgiques, cela veut dire que la messe de la Cène et la veillée pascale risquent fort d’être interdites aux fidèles, puisqu’elles auront lieu au cours de la cinquième semaine.

    Je n’ai pas vu la moindre réaction d’un évêque, ni d’ailleurs de qui que ce soit d’autre, nulle part.

    Comme si tout le monde s’était définitivement couché devant la dictature.

    Je suppose qu’il y aura quelques gémissements au début de la semaine sainte, quand ce sera trop tard…

    Addendum

    Il semble qu'en effet les évêques se soient tous couchés et (cf. Riposte catholique) qu'ils demandent aux curés de se débrouiller, en avançant les heures et en supprimant la messe de la veillée pascale, ou en inventant une veillée à 6h45 du matin... Tout faire pour qu'il n'y ait plus de fidèles aux offices...

  • LA DICTATURE

    Je ne mets jamais de titre en capitales, mais il est nécessaire de distinguer la décision qui vient d’être prise en conseil des ministres comme un acte de dictature particulièrement caractérisé, un acte d’arbitraire dictatorial qui restera comme une tache d’infamie sur ce gouvernement, son président, et la France.

    Même Castaner avait dit que ce n’était pas possible. Mais Darmanin a fait ce dont Castaner ne disait pouvoir que rêver : Génération identitaire a été dissous par décret.

    C’est à la fois une injustice criante, une atteinte gravissime à la liberté d’expression et la liberté d’association, et en réalité un attentat contre la France, si ce nom veut encore dire quelque chose.

  • Bien fait !

    La Convention citoyenne sur le climat, voulue par Macron (150 citoyens tirés au sort) s’est réunie hier (un dimanche, naturellement), et a voté sur les six thèmes de mesures qu’elle avait définis.

    Résultat global : la politique macronienne obtient 2,5 sur 10…

    Et Macron a déjà tiré au sort le mois dernier un autre collectif citoyen, de 35 membres celui-là, pour juger sa politique vaccinale…

  • La dictature

    La dictature soi-disant sanitaire fonctionne à merveille. Il suffit de voir comment dans les rues le peuple français a été transformé en zombies consentants. A ce peuple qui a perdu la religion on a réussi sans problème à inoculer une superstition, celle de la peur d’un mini-micro-dragon, qui tue zéro virgule zéro vaguement quelque chose des pauvres gens qu’il touche de son haleine coronavirulente. Avec la nouvelle religion la dictature a donc imposé ses rites, appelés « gestes barrière », et ses grigris : le masque et le gel. Comme toute religion on constate que celle-ci a ses intégristes : ceux qui tous les jours à la télévision protestent que la dictature n’est pas assez contraignante.

    Puisque cela marche si bien, il n’y a pas de raison de ne pas étendre le champ de la dictature. Par exemple, à la faveur d’une loi « confortant le respect des principes de la République » (c’était la nouvelle religion d’il y a plus d’un siècle, le laïcisme qui reprend aussi du service), on interdit l’école à la maison. Il y a eu 78 députés pour voter cette suppression de liberté, contre 25. La majorité absolue, nous dit sans rire le site de l’Assemblée nationale, étant de 52… Et l’on appelle cela une démocratie, et une démocratie qui ose donner des leçons…

    Et puis il y a l’acte dictatorial spectaculaire, énorme, ahurissant : le ministre de l’Intérieur annonce l’enclenchement du processus qui aboutira à la dissolution de Génération identitaire dans deux semaines.

    Darmanin ne nous a pas dit s’il était un disciple de Lénine ou de Mussolini. On savait toutefois déjà qu’il était un petit soldat du totalitarisme, puisque « l’Etat doit s’imposer et dire que la loi est au-dessus de la foi », et qu’il ne peut pas discuter avec des gens « qui refusent d'écrire sur un papier que la loi de la République est supérieure à la loi de Dieu ».

    Mais là il nous montre l’arbitraire totalitaire en action. Il prétend dissoudre un mouvement qui n’a jamais rien fait d’illégal. Génération identitaire a été deux fois poursuivi en justice, et deux fois relaxé.

    Il est tellement impossible de dissoudre Génération identitaire dans un Etat de droit que même Castaner l’avait reconnu. Même Castaner, ce n’est pas peu dire. Et ce n’était pas l’année dernière, c’était il n’y a même pas trois semaines. Le 27 janvier dernier, Castaner disait qu’il aurait dissous Génération identitaire « avec plaisir », mais que par deux fois les services juridiques du ministère de l’Intérieur lui ont répondu que Génération identitaire n’avait « jamais commis de fautes juridiques qui pouvaient justifier la dissolution ».

    Darmanin n’a rien à faire des juristes de son ministère. Il n’a rien à faire de l’état de droit. Il impose sa misérable petite dictature darmaniniste. Aux applaudissements des zombies, bien sûr.

    Mais, de grâce, qu’on arrête de dénoncer la Pologne et la Hongrie, où l’on ne fait rien de tel. Qu’on arrête aussi de condamner telle ou telle dictature dans le monde, puisque nous donnons au monde l’exemple de l’arbitraire politique à l’état pur.

    P.S. Une petite expérience datée de ce matin. Ayant pu organiser ma vie de façon à ne jamais mettre de masque (j'ai la chance d'être à la retraite et à la campagne), je ne m’approvisionne plus que par le « drive » et les petits marchés. Le lundi je vais au marché dans un bourg où, depuis la « deuxième vague », le préfet a d’abord rendu obligatoire le port du masque au marché, puis dans toutes les rues. J’ai continué à ne pas mettre de masque, et personne ne me fait de remarque, bien que je sois le seul de mon espèce. Ce matin, je prends de l’argent à un distributeur de billets et j’entends un jovial « Bonjour ! ». Je me retourne, c’est l’ASVP (agent de surveillance de la voie publique). Elle me demande gentiment si c’est ma voiture qui est garée sur le trottoir. Je lui dis que non. Elle me salue et s’en va. Nous étions face à face. Mon absence de masque se voyait comme le nez au milieu de la figure, d’autant que j’étais bien le seul dont elle pouvait voir le nez… Eh bien il ne s’est rien passé.

  • Ubu gentil

    Screenshot_2021-01-21 Le Figaro - Le Flash Actu.png

    (J'avoue que je ne suis pas allé voir au-delà du titre, n'ayant guère envie de savoir ce qu'est ce mystérieux repas à 1 euro, et ne voulant pas risquer d'avoir à aller ensuite chez le psy...)

  • L’aveu d’un grand démocrate

    Il paraît que pour introduire une dose de proportionnelle dans les prochaines législatives (promesse de Macron), il aurait fallu que le projet de loi soit présenté ce mercredi en conseil des ministres. Mais le projet a été abandonné.

    Réaction de Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur qui aurait dû faire avancer le processus (il a eu tout le temps pour le faire) :

    « Je ne suis pas favorable à l’idée de faire rentrer 100 députés RN au Parlement. »