Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Antiracisme

  • Les César de la diversité…

    Ce soir c’est la cérémonie des César. Et nous on n’est pas comme ces racistes d’Américains qui ne sélectionnent que des blancs pour les Oscar : c’est honteux, inadmissible, c’est les Oscar du Ku Klux Klan, tout simplement. Nous on n’est pas comme ça et d’ailleurs on n’a pas le Ku Klux Klan (ni de président noir). Alors on met plein de diversité dans les César, pour montrer qu’on est des gentils, super politiquement corrects et tout. Ainsi pour la meilleure actrice on a une Marocaine et une Algérienne voilée, pour le meilleur acteur on a un Sri-lankais, ex-Tigre tamoul devenu sans papiers en France avant d’obtenir l’asile politique. Hein, c’est pas aux Oscar qu’on verrait ça. Et on a même un film français entièrement turc (mais oui), avec neuf nominations pour lui tout seul…

    En fait c’est loin d’être aussi bien que ça paraît. Le Monde a flairé l’arnaque. D’accord on nomine des divers. Mais il n’y a pas de quoi pavoiser. C’est en trompe-l’œil, je vous dis. Parce que si vous regardez les entrées, « parmi les films nommés aux Césars, ceux qui ont connu le plus grand succès populaire n’offrent guère de rôles aux acteurs issus des minorités, pas plus qu’ils n’évoquent la vie de ces minorités ».

    Comme d’habitude, ce n’est pas tout de gagner les élites : il faut changer le peuple.

  • Oscar obéit à son bon maît’e

    Suite à la polémique sur l’absence de noirs dans les acteurs sélectionnés cette année, l’académie des Oscars annonce une « série de mesures historiques » : elle va lancer « une ambitieuse campagne mondiale pour identifier et recruter de nouveaux membres qualifiés représentant une plus grande diversité », et elle s’engage « à doubler d’ici 2020 le nombre de femmes et de membres issus de la diversité au sein de l’académie ».

    Or les chiffres montrent que, en suivant le raisonnement absurde des antiracistes, le nombre des noirs nominés est à peu près conforme à la proportion de noirs dans la population américaine, et qu’en ce qui concerne les lauréats les noirs sont… très nettement surreprésentés :

    CZQcBILWAAAnooe.jpg

  • Oscars pâles

    C’est le gros os antiraciste à ronger en ce moment : il n’y a aucun noir parmi les vingt finalistes des Oscars. Du coup on crie à l’exclusion, à la discrimination, etc. Spike Lee et je ne sais qui ont décidé de boycotter la cérémonie. George Clooney est en colère. Chez nous, Roschdy Zem et Omar Sy ont déclaré que ce boycott était légitime et allait dans le bon sens. Tant qu’on n’aura pas imposé la parité : un noir, un blanc, un noir, un blanc, sans doute. Et les jaunes, alors ?

    Charlotte Rampling n’a pas craint de déclarer quant à elle que ces réactions étaient du « racisme anti-blanc »... « Peut être que les acteurs noirs ne méritaient pas d'être dans la dernière ligne droite, a-t-elle dit à Europe 1. Pourquoi classer les gens ? On vit dans des pays où l'on est quand même plus ou moins accepté. Mais, il y aura toujours des problématiques avec "lui il est moins beau", "lui il est trop grand", lui "il est trop noir". Il y aura toujours des "trop". Alors on va classer tout ça pour faire des milliers de petites minorités partout ? »

    549970Oscar.jpg

  • Des femmes !

    La dictature de l’égalité des sexes jusqu’à l’absurde a encore frappé. Les vigilants gardiens de l’idéologie antisexiste ont découvert avec stupeur que dans la liste des « nominés au Grand Prix » du festival de la bande dessinée d’Angoulême il n’y avait que des hommes. Horreur. Campagne médiatique immédiate pour dénoncer les atroces machos moyenâgeux qui ont osé pondre une liste qui à l’évidence tombe sous le coup des lois antiracistes. Certains « nominés », n’écoutant que leur conscience, ont héroïquement demandé à être supprimés de la liste.

    Le festival a tenté de bredouiller qu’il ne pouvait « pas refaire l’histoire de la bande dessinée » et qu’il faut bien « constater qu'il y très peu d'auteures reconnues »… Mais il a bien été obligé de s’aplatir devant la dictature : il a annoncé que la liste initiale serait « rallongée » pour y mettre des « auteures ». Sans dire lesquelles : maintenant il faut les trouver…

    La grande honte (pour la langue française donc pour la France), c’est le tweet triomphal de Pascale Boistard, secrétaire d'État chargée des droits des femmes :

    Mais pourquoi se battre sans arrêt « pour l’égalité » ? Pourquoi ne pas décider une fois pour toutes que toute liste de nomination, tout palmarès, dans tout domaine, devra être composé de façon strictement paritaire ? (Pour commencer, parce que, après, il faudra la parité avec les BTQI+…) Si l’on trouve autant de femmes compétentes pour constituer des listes politiques paritaires, il n’y aucune raison de ne pas trouver autant de femmes compétentes pour tout le reste. Ou alors il y a quelque chose d’hypocrite quelque part…

  • La chemise raciste

    csm_lambiel_f_600_3a64b795ee.jpg

    Cette chemise, la fameuse chemise edelweiss du paysan suisse, est raciste et xénophobe. C’est du moins l’opinion d’un professeur d’une école secondaire de Gossau, près de Saint-Gall.

    Dix élèves sont venus vendredi dernier vêtus de cette chemise. L’enseignant les a renvoyés chez eux pour se changer. Car cette tenue véhicule des idées « racistes et xénophobes ».

    Les dix élèves avaient décidé de se rendre à l’école avec des chemises de paysan et d’entonner des chants patriotiques pour afficher leur «fierté d’être suisses». Des tensions avec des camarades originaires des Balkans seraient à l’origine de cette initiative, selon le journal local.

    Le directeur de l’établissement a justifié le geste du professeur, disant que lorsqu’un élève porte cette chemise ce n’est pas insultant mais que lorsqu’ils sont dix c’est qu’ils essayent de « faire passer un message ».

    Ben oui. Le message peut-être que les Suisses sont chez eux en Suisse…

    Et c’est un message qui se répand, jusqu’au gouvernement fédéral… Mercredi dernier, un militant de l’UDC, le viticulteur Guy Parmelin, a été élu membre du Conseil fédéral par l’Assemblée fédérale. L’UDC a désormais deux ministres sur les sept du Conseil fédéral. Car aux dernières élections, l’UDC, confortant sa place de premier parti de Suisse, a remporté 65 sièges de députés sur 200. Et il n'y a eu aucune alliance droite-gauche pour empêcher l'élection d'un nouveau ministre UDC.

    (L’homme de l’affiche n’est pas un paysan, mais un champion du monde de patinage artistique, gloire nationale en Suisse.)

  • « Antisémitisme »

    Le Conseil central des juifs, en Allemagne, avertit Angela Merkel que les réfugiés pourraient attiser le sentiment antisémite en Allemagne, parce qu’ils « viennent de pays où Israël est vu comme l’ennemi ».

    Dans le même temps, on apprend qu’une stagiaire des services culturels de l’ambassade de France aux Etats-Unis a été renvoyée pour avoir tenu des propos antisémites sur sa page Facebook : les juifs sont « des rats qui n’ont leur place nulle part dans le monde », etc.

    « Ce tweet est abominable », a dit l’ambassadeur de France.

    Ou bien cet ambassadeur joue les imbéciles, ou bien la diplomatie française est désormais peuplée d’ignorants comme autant d’Angela Merkel.

    Car la demoiselle, Amira Jumaa, est une Koweitienne (étudiante à Sciences Po), et elle ne fait qu’exprimer ce qu’on peut entendre partout dans le monde arabo-islamique.

    Du reste la haine s’exprime tout autant de l’autre côté : une jeune Israélienne a fait un carton en publiant sur Facebook une photo de son joli minois et de la paume de sa main où est écrit : « Haïr les Arabes n’est pas du racisme, ce sont des valeurs »… Et elle, elle est dans l'armée...

  • Un seul génocide

    La Cour européenne des droits de l’homme condamne la Suisse pour avoir violé la liberté d’expression d’un  homme politique turc. Celui-ci, Dogu Perinçek avait publiquement nié le génocide arménien en le qualifiant de « mensonge international », et il avait été condamné à une amende par la justice suisse.

    Pour la CEDH, dans son arrêt définitif (qui confirme un premier arrêt de 2013 dans la même affaire), la seule négation de génocide qui puisse et doive être sanctionnée est la négation de la Shoah, parce qu’une telle attitude « passe invariablement pour la traduction d'une idéologie antidémocratique et antisémite », ce qui n’est pas le cas de la négation du génocide arménien : le fait de qualifier ce génocide de « mensonge international » ne porte pas atteinte « à la dignité des membres de la communauté arménienne au point d'appeler une réponse pénale en Suisse », car ces propos « ne peuvent pas être assimilables à des appels à la haine ».

    En outre, on doit tenir compte du contexte et du pays dans lequel les propos ont été tenus. Si « la négation de l'Holocauste est surtout dangereuse dans les États qui ont connu les horreurs nazies », en revanche il n'y a pas de « lien direct » entre la Suisse et « les événements survenus au sein de l'Empire ottoman en 1915 »…

    Mais comme la négation de la Shoah « passe invariablement pour la traduction d'une idéologie antidémocratique et antisémite », elle doit être condamnée partout. Ce qui n’est pas le cas des autres génocides, dont la négation peut éventuellement être condamnée dans les pays concernés. Mais, de toute façon la CEDH se dit incompétente sur le fait de savoir s’il y a eu ou non un génocide arménien.

    Et pourtant elle sait qu’il y a eu un génocide juif.

    Comment est-ce possible ?

    Mais c’est très simple : puisque seule la négation du génocide juif peut être condamnée, c’est qu’il y a bien eu un génocide juif.

    CQFD.

  • Stupide

    François Hollande, qui dénonçait une fois de plus, hier, la citation par Nadine Morano d’un propos du général de Gaulle, a ajouté :

    J'ai demandé à la garde des Sceaux de préparer d'ici à la fin de l'année un texte réformant le code pénal pour faire de toute inspiration raciste ou antisémite une circonstance aggravante pour une infraction, quelle qu'elle soit, quel qu'en soit l'auteur.

    Il a donc déjà oublié que cela figure dans le « plan de lutte contre le racisme et l’antisémitisme » présenté par Manuel Valls au mois d’avril : le racisme et l’antisémitisme deviendront une « circonstance aggravante » pour tous les crimes et délits.

    Il est vrai que le mot inspiration ne figure pas dans le plan Valls. Mais ce mot ne figurera pas non plus dans l’éventuel texte superfétatoire de Mme Taubira, sous peine d’être rejeté par le Conseil constitutionnel. La justice ne juge pas des « inspirations ». Du moins pas ouvertement...

  • Sapin est noir ?

    Le ministre des Finances Michel Sapin est favorable à ce que le mot « race » soit supprimé de la législation. Il dit même :

    « Le terme de race blanche est un terme abominable, un terme totalement contradictoire avec les valeurs de la République. Il n'y a pas un Français qui peut se reconnaître, enfin je l'espère, dans le terme de race blanche. »

    Pourtant la présidente de France Télévisions Delphine Ernotte a déclaré :

    « On a une télévision d'hommes blancs de plus de 50 ans et ça, il va falloir que ça change. »

    Ah oui, elle n’a pas dit « race »…

    Trêve de plaisanterie. C’est une preuve parmi tant d’autres qu’il est conforme aux « valeurs de la République » de parler de race blanche quand c’est pour stigmatiser les blancs…

  • Et vlan !

    Quand SOS Racisme en prend plein la gueule, ça fait plaisir. Quand c’est un représentant officiel d’un Etat qui donne les claques, c’est encore plus goûteux. Quand c’est l’ambassadeur de Viktor Orban en France, il faudrait être fou pour bouder son plaisir. Je ne peux donc pas m’empêcher de publier moi aussi in extenso le communiqué de l’ambassade de Hongrie en France.

    Réponse à SOS Racisme

    Nous avons le plus grand respect pour SOS Racisme et son action de vigilance à l’égard des comportements racistes en France et ailleurs.

    Toutefois, pour rester crédible, cette association doit veiller à ne pas fonder ses jugements sur des contre-vérités. C’est hélas le cas de son communiqué récent sur la Hongrie intitulé « Viktor Orbán ouvre la chasse aux musulmans ».

    Permettez-nous d’y apporter les corrections qui s’imposent :

    - « L’autorisation donnée ce jour par le premier ministre de Hongrie de tirer à balles réelles sur les migrants… administrer la mort à des civils » : FAUX, c’est exactement le contraire qui a été autorisé : « des armes non susceptibles de donner la mort » . C’est écrit en toutes lettres dans les textes législatifs concernés, veuillez en prendre connaissance, ils sont disponibles sur Internet.

    - « …actes insensés tels que barrières de barbelés et expulsion manu militari de migrants vers d’autres pays » : si la barrière de barbelés est un « acte insensé », il faut en demander compte à la Convention de Schengen qui impose à la Hongrie de défendre la frontière extérieure de l’Europe par tout moyen approprié. Nous comprenons la logique de SOS Racisme, mais on ne protège pas une frontière en traçant une ligne dans le sable avec le doigt, et l’on ne peut pas reprocher à un pays membre de l’Union européenne d’exécuter les obligations qui en découlent et que d’ailleurs tout le monde lui réclame.

    - Quant à « l’expulsion manu militari de migrants vers d’autres pays », nous ne voyons pas où SOS Racisme veut en venir : quels sont ces « autres pays » ? L’Autriche, par laquelle tous les migrants veulent passer pour aller en Allemagne ? Si c’est cela, on n’a pas besoin de les « expulser », ils y vont d’eux-mêmes. Si c’est un autre pays, nous ne voyons pas lequel : pouvez-vous préciser votre pensée ?

    - Les « sanctions adéquates » réclamées de l’Union européenne n’ont pas été prises pour la bonne raison qu’il lui est évidemment impossible de sanctionner (1) des actions qui n’existent pas et (2) des actions qui sont imposées par ses propres conventions.

    Les autres accusations : « dérive fasciste », « idéal européen assassiné » et autres amabilités sont des prises de position politiques qui n’engagent que SOS Racisme. Chacun est libre de penser ce qu’il veut, quitte à être jugé pour le caractère ridiculement excessif de ses propos. Mais pour rester crédible au moins sur le reste, il est préférable de vérifier ses sources avant de sortir devant l’opinion publique.

    L’Ambassade de Hongrie en France

  • L’antiracisme rend fou

    3616109486.jpgLa Commission de toponymie du Québec exige que les collectivités locales renomment tous les lieux qui ont « nègre » dans leur nom, parce que cela « peut porter atteinte à la dignité des membres de la communauté noire ».

    Quelque 11 sites (lacs, rivières, hameaux) sont concernés.

    Mais ça ne va pas être facile de les renommer. Parce que le nouveau nom devra à la fois respecter le patrimoine historique des lieux et rappeler « la présence de la communauté noire au Québec qui a contribué à l’enrichir ».

  • La folie antiraciste est sans limite

    Depuis 2003, une compagnie de transports de Pittsburgh, aux Etats-Unis, affiche sur ses bus des slogans comme « Rockin’ Rollin’  », « Movin’ Groovin’  », « Ziggin’ Zaggin’ ». Ce dernier veut dire « zigzagant », en dissociant « zig » et « zag », ce qui ne se fait pas en français mais peut se faire à l’occasion en anglais.

    Or voici que, douze ans plus tard, une conductrice s’est avisée, en voyant le slogan dans son rétroviseur, qu’à l’envers il fait « niggaz niggiz », et qu’il est donc horriblement raciste, puisqu’il se moque des « niggaz », ce qui se prononce à peu près comme « niggers », les noirs, mot qu’il est strictement interdit de prononcer ou d’écrire aux Etats-Unis (quand on est obligé d’en parler on dit : le « n-word »).

    La conductrice a donc porté plainte. La compagnie s’est immédiatement excusée pour ce « message très préoccupant, blessant et choquant » et a annoncé qu’elle allait le retirer sans tarder. Il reste un problème toutefois : depuis le temps que les slogans sont collés, les lettres (collées l’une à côté de l’autre) vont laisser des traces qui permettront toujours de voir le slogan. Il faudra donc peut-être remplacer toutes les vitres. Ou « poser une sorte de revêtement en vinyle pour être sûr que les traces sont complètement recouvertes »…

    De fait, comme le dit Novopress qui rapporte ce délire, aucune précaution n’est de trop dans une affaire d’une telle importance.

  • Cinglé.e.s racistes

    Le 14 juin aura lieu une « journée de l’intersectionnalité » (sic), organisée notamment par les "AssiégéEs", journée durant laquelle tous les ateliers seront « en non mixité racisé.e.s » (sic). Comprendre : pas pour les Blancs. Pardon, pas pour les blanc.he.s.

    (Via Fdesouche)

    G51y0FO.jpg

    Qid1dEg.jpg

  • La Griffe

    griffe.jpg

    Cliquer pour agrandir

    AGRIF, 70 boulevard Saint-Germain, 75005 Paris

    Site internet

  • Dictature

    Un boulanger catholique d’Irlande du Nord, Daniel McArthur, a été reconnu coupable de discrimination pour avoir refusé de confectionner un gâteau, commandé par un militant homosexuel, qui serait décoré des personnages de Sésame Street et du slogan « Soutenez le mariage gay ».

    « C'est une discrimination directe qui n'a aucune justification », violant tant la protection de l’orientation sexuelle que les opinions politiques et religieuses (sic), a déclaré le juge Isobel Brownlie.

    Daniel McArthur a été condamné à verser 500 livres (700 €) au militant homosexuel, et les frais de justice, qui sont nettement plus importants.

    Le député protestant unioniste Paul Givan (qui a l'oreille des évêques) a de nouveau appelé à l’adoption d’une clause de conscience comme il en existe selon lui dans deux Etats américains (Religious freedom restoration act, dans l’Indiana et l’Arkansas). « Il ne peut pas y avoir une hiérarchie des droits, souligne-t-il. Or aujourd’hui il y a clairement une hiérarchie établissant que les droits des homosexuels sont plus importants que le droit des gens à avoir une croyance religieuse. » Et le Sinn Fein a réitéré qu’il bloquerait une telle mesure…

  • Y a bon ou y a pas bon ?

    L’abbé Xavier Beauvais, poursuivi pour injure publique raciale pour avoir lancé « Y a bon Banania, Y a pas bon Taubira », a été relaxé. Car le caractère raciste de l’expression « y a bon » n’est pas « totalement avéré ».

    Ah bon. Pourtant, le 19 mai 2011, la cour d’appel de Versailles avait condamné la société commercialisant les produits dérivés de Banania à effacer l’inscription « Y a bon » qui « participe à la structuration des stéréotypes et des clichés qui ont prospéré dans le contexte colonial français et qui humilient un groupe de personnes en raison de l’origine ».

    Il est difficile d’oublier cet arrêt grotesque obtenu par le MRAP. Si les juges de Paris veulent modifier la jurisprudence, ils devraient avoir le courage de le dire ouvertement.

  • C’était historique

    En 2006 avait été votée une loi généralisant le CV anonyme. Ce n’était pas la gauche, c’était la droite (Chirac-Villepin, avec Sarkozy ministre d’Etat) qui était au pouvoir, et qui mettait en œuvre cette avancée historique contre les discriminations. Pendant des mois on nous avait bassiné avec cette réforme fondamentale permettant de lutter contre le racisme des chefs d’entreprise et le sous-emploi des banlieues, et bla-bla-bla.

    En fait, le décret d’application… ne vit jamais le jour. Mais le CV anonyme fit l’objet d’une expérimentation, par des entreprises volontaires particulièrement citoyennes…

    En 2009 fut établi un « bilan d’étape ». La conclusion était que le CV anonyme avait… l’effet inverse de celui qui était escompté.

    La secrétaire nationale du PS aux questions de société avait rejeté ces conclusions, mettant en cause la méthodologie de l’enquête. Il s’agissait d’une certaine Najat Vallaud-Belkacem.

    Aujourd’hui, son collègue au gouvernement le ministre du Travail François Rebsamen a déclaré que la loi de 2006 va être abrogée, conformément aux conclusions du nouveau rapport qui lui a été remis.

  • Les ravages de l’antiracisme

    Après une longue course poursuite de policiers de Bardstown, dans le Kentucki, pour arrêter un voleur de camion, une bagarre a éclaté entre le voleur et un policier. Le forcené a essayé de voler l’arme du policier. Celui-ci a tiré, et le voleur est grièvement blessé.

    Réaction du shérif, à propos du voleur, lors de sa conférence de presse :

    « Nous sommes contents qu’il soit blanc, ce qui nous ôte une épine du pied. »

    (Il voulait dire qu’il se dépêchait de dire que c’était un blanc pour éviter une émeute des noirs…)

  • La dictature antiraciste dans ses œuvres

    Jean-Christophe Cambadelis, ne parlant pas en son nom mais officiellement au nom du parti socialiste, dénonce comme « légèrement xénophobe » l’attaque de Nicolas Sarkozy contre la réforme des collèges, parce qu’elle vise Najat Vallaud-Belkacem.

    « Madame Taubira a été attaquée pour les raisons que l'on sait, pour la couleur de sa peau (sic). Et madame Belkacem est attaquée, pourquoi ? Parce qu'elle s'appelle madame Belkacem. Je pense que cette attaque est légèrement xénophobe, je le dis, et c'est inadmissible dans notre République. »

    Au passage, Jean-Christophe Cambadelis confirme donc et souligne que Najat Vallaud-Belkacem est une étrangère : car, par définition, la xénophobie ne peut s’exercer qu’envers des étrangers.

    Mais surtout, il est donc désormais interdit de critiquer toute réforme qui serait conduite par une noire ou une étrangère, parce que c’est raciste et xénophobe. (De fait on nous avait déjà fait le coup avec la loi sur le « mariage » des homosexuels : critiquer la loi c’était raciste et homophobe).

    Et d’abord toute réforme conduite par une femme, parce que c’est sexiste. D’où l’affirmation solennelle de Bruno Le Roux, faite officiellement en tant que président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale : « On attaque Najat Vallaud-Belkacem parce que c’est une femme, et une femme issue de la diversité. »

    Voilà où en est le débat politique dans notre pays, à quelles aberrations conduit la dictature du soi-disant antiracisme.

  • Enfants de la République

    Grosse campagne contre Robert Ménard, orchestrée par le gouvernement qui n’a rien d’autre à faire (Hollande en tête), parce que le maire de Béziers constate qu’il y a beaucoup de prénoms musulmans (une majorité) dans les écoles de la ville.

    C’est comme pendant les heures les plus sombres de notre histoire, dit le ministre de l’Intérieur, très inspiré…

    « Honte au Maire de Béziers. La République ne fait AUCUNE distinction parmi ses enfants », touitte le Premier ministre.

    Mais il n’existe pas d’enfants de la République. Nous sommes enfants d’un père et d’une mère. Et le catholiques sont enfants de l’Eglise, parce que l’Eglise les fait enfants de Dieu par le baptême. Mais la République n’a jamais engendré personne.

    Je ne suis pas enfant de la République. Et Manuel Valls encore moins, si c'était possible, lui qui est né en Espagne sous une dictature…

    Najat Belkacem « condamne très fermement le fichage religieux des élèves des écoles de Béziers » et demande au recteur de saisir le procureur de la République… Parce que ce « fichage » est « non seulement illégal mais aussi profondément antirépublicain ». Ce qui est savoureux aussi dans sa bouche, elle qui est marocaine, née dans un royaume, et toujours conseillère du roi...

  • L’"antiracisme", en Suisse aussi

    Le secrétaire général de l’UDC (le parti qui a le plus de députés), Martin Baltisser, et la secrétaire générale adjointe Silvia Bär, ont été condamnés pour discrimination raciale à Berne pour une affiche contre l’immigration qui relatait une agression de Suisses par des immigrés.

    L’affaire était vraie et s’était déroulée telle qu’elle était décrite.

    Mais c'est raciste de le dire, parce que les victimes sont suisses et les agresseurs kosovars.

    Dans le cas inverse, l’UDC aurait donc gagné un prix pour avoir dénoncé une ignoble agression raciste…

    kosovars_poignardent_un_suisse.jpg

  • Le Français blanc n’existe pas

    Et il ne peut donc pas bénéficier d’une protection de la justice. Ainsi en a décidé la XVIIe chambre du tribunal correctionnel de Paris, en déboutant l’Agrif qui avait porté plainte contre les auteurs de « Nique la France ».

    C’est une nouvelle affirmation judiciaire qu’il ne peut pas y avoir de racisme anti-blanc.

    Parce qu’on ne peut pas définir la « blancheur »…

    L’Agrif fait appel.

  • L’antiracisme officiel de plus en plus cinglé

    « Je veux dire, et nous l'avons partagée en Conseil des ministres, une nouvelle fois notre indignation, notre colère face aux propos racistes, antisémites, homophobes, sexistes qu'on voit se répandre avec une très grande facilité; notre indignation et notre colère à l'égard des propos vis-à-vis de Christiane Taubira », a déclaré Manuel Valls.

    Et « le président de la République a souligné que les attaques qui étaient portées vis-à-vis de la garde des Sceaux étaient inqualifiables », a déclaré le porte-parole du gouvernement.

    D’un racisme inqualifiable. Car dans la liste de Valls, à moins de supposer qu’il qualifie Christiane Taubira de juive et de lesbienne, c’est le premier mot qui est en situation. Comme le soulignent à l’envi les médias de la pensée unique.

    Du reste, le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, demande des « sanctions » contre « cette adjointe au maire de Juvisy qui agresse une nouvelle fois » Christiane Taubira « parce qu’elle est noire ».

    Parce qu’elle est noire ?

    Voici le propos incriminé :

    « C’est pitoyable d’avoir une telle ministre. Elle vient de Cayenne, là où il y avait le bagne, qu’elle reparte là-bas vu qu’elle a toujours détesté la France. »

    Où est le racisme ?

    Si je dis qu’un élu de Montauban ferait mieux de repartir en Guyenne, est-ce que c’est raciste ?

    Etant entendu qu’on ne devrait jamais quitter Montauban, et que bien d’autres répliques des Tontons flingueurs s’appliqueraient aux flingués qui nous gouvernent.

  • L’Agrif face à la horde

    Hier c’était le procès intenté par l’Agrif contre le livre “Nique la France”.

    Mais l’audience a été organisée comme le procès de l’Agrif, et de la France, avec cinq très doctes témoins de la haine antifrançaise et dans la salle l’ultra-gauche « antiraciste », « anti-impérialiste », « anticolonialiste »,  « pro-palestinienne », « contre l’oppression des femmes »…

    Compte rendu de Bernard Antony, à lire sur le site de l’Agrif. Attention, la lecture peut en être déprimante. Pour tenir le coup, il vaut mieux lire d’abord les dernières lignes :

    On me posait ce matin la question de savoir si nous étions sortis abattus de ces heures de lynchage idéologique. Moins que jamais ! Car plein de notre mépris pour toute cette vieille engeance gauchiste de trahison et qui joue la victimisation alors qu’avec mesdames Taubira, Belkacem et les autres, et tout le gouvernement, et toute la médiacrassie, et toute la culturocrassie, elle est au pouvoir.

    PS. On me communique les pétitions circulant contre l‘AGRIF, avec toute la vociférosphère de tous les témoins précités, les Olivier Besancenot, Eva Joly et autres. Ça me met de bonne humeur. Et je me verse un coup de Brouilly.

  • Vraiment ?

    Réagissant à « l’agression antisémite de Créteil », Manuel Valls s’est étonné qu’il n’y ait « pas plus de mobilisation » et a lancé : « On manque d’indignation dans notre société ».

    Ah bon ? C’est vrai ? Maintenant on a le droit de s’indigner d’agissements criminels de musulmans noirs et arabes ?

    Eh bien il fallait le dire clairement ! Parce que jusqu’ici c’était du racisme, non ?

    Ou bien on n'a le droit que lorsque les victimes sont israélites?

  • La diversité chez Bloomberg

    Dans son dernier courriel hebdomadaire aux journalistes, le rédacteur en chef de l’agence Bloomberg News, Matthew Winkler, exige : « Tous les reportages Bloomberg News doivent inclure au moins une citation de femme, et il serait préférable qu'autant d'hommes que de femmes soient cités comme sources. Les femmes sont impliquées dans tous les secteurs que nous couvrons. Nos articles doivent refléter cette diversité. »

    Je ne sais pas si vous le comprenez comme moi, mais je crois discerner dans ce propos une forme sournoise de transphobie raciste.

    En effet, si vraiment il faut respecter la diversité, il est clair qu’il faut aussi des sources transgenres, et bien entendu des transgenres noir(e)s et jaunes, outre les femmes qui doivent comprendre un quota de femmes noires lesbiennes mariées et de jaunes hétérosexuelles non mariées. Et toutes les combinaisons possibles.

    Sinon, ce n’est plus une rédaction, c’est une annexe du Ku Klux Klan.

  • L’école trop blanche et trop britannique

    L’école de Market Rasen, localité rurale du Lincolnshire, région encore préservée de l’immigration massive et musulmane, pensait obtenir le label « excellent » à la suite de la nouvelle inspection académique. L’école était déjà passée de « satisfaisante » à « bonne » lors de la dernière inspection. Mais le troisième et dernier échelon lui a été refusé, pour deux ou trois raisons mais surtout parce que l’école ne correspond pas aux exigences de l’idéologie multiculturaliste obligatoire :

    « L’immense majorité des élèves sont des Britanniques blancs. Très peu sont d’autres groupes ethniques, et actuellement il n’y a aucun élève qui parle anglais comme langue supplémentaire. L’école doit développer la compréhension des élèves de la diversité de la Société Britannique moderne, en créant des opportunités d’interaction personnelle avec leurs homologues de différents milieux au-delà de leur voisinage immédiat. »

    « C’est le politiquement correct devenu fou », a réagi le député local, Sir Edward Leigh.

    Pourtant récemment les élèves avaient visité une usine et une mosquée, dit la directrice, qui cherche désormais à établir un partenariat avec une école d’une ville pleine d’immigrés…

    Le mois dernier, une école chrétienne a été menacée de voir sa note dégradée pour ne pas avoir encore invité « un responsable d’une autre religion » à ses réunions, et même de fermeture si elle ne faisait pas la promotion active de la diversité.

  • Le ministre et les "illettrées"

    On parle beaucoup de la gaffe d’Emmanuel Macron sur les salariées de l’abattoir Gad de Lampaul-Guimiliau. Parce que le ministre a dit :

    « Il y a dans cette société une majorité de femmes, pour beaucoup illettrées. »

    Ben oui, forcément, en Basse-Bretagne… Jules Ferry n’est pas encore arrivé dans le Finistère…

    Mais est-ce qu’on parle des Bretons ? Ou bien est-ce que monsieur le Ministre de la République omet seulement de préciser ce qui serait rédhibitoire pour un ministre ? Entre deux maux il faut choisir le moindre. Ou bien on vexe les Bretonnes, ou bien on se rend coupable de « racisme ». Eh oui.

    On a pu entendre le délégué FO bafouiller qu’il pouvait y avoir un problème d’illettrisme « pour certains salariés, notamment d'origine étrangère ». Si l’on cherche un peu, on trouve ceci, par exemple :

    « Une forte proportion d’ouvriers d’origine étrangère chez Gad aurait aussi pesé sur l’état d’esprit ambiant, chacun demeurant dans l’entre-soi. “On ne peut rien leur dire sans être traité de raciste, s’emporte Fabienne. J’ai été harcelée pour faire le ramadan ! Il y a aussi un racisme anti-Blancs.” »

    C’était sur le site de Libération, le 28 octobre 2013.

    D’autre part, il y a pire que l’emploi du mot « illettrées ». Il y a la suite du propos ministériel, qui donne toute la mesure de l’arrogance et de l’inconscience des membres de la nomenklatura :

    « On leur explique : “Vous n'avez pas d'avenir à Gad ou aux alentours, allez travailler à 50 ou 60 km.” Ces gens-là n'ont pas le permis de conduire. On va leur dire quoi ? Il faut payer 1.500 euros, il faut attendre un an ? »

    L’ancien banquier, qui se vante d’avoir gagné deux millions d’euros chez Rothschild mais de ne pas payer l’ISF, croit faire du « social » en disant cela, en donnant un exemple précis de ce qu’il faut faire pour déverrouiller la situation économique et sociale. En bref il faut donner le permis de conduire aux illettrées de Gad, pour qu’elles puissent aller travailler à 50 km. Il ne se rend absolument pas compte qu’après leur avoir donné le permis on en sera au même point, car même si elles trouvent de quoi acheter une guimbarde, elles n’auront pas les moyens, avec leur SMIC, de payer de tels déplacements.

    Cela suffit pour montrer à la fois le mépris du ministre pour la France d’en bas (et la France immigrée d’en bas…) et son incapacité de grand bourgeois à trouver des solutions.

  • Deux titres

    Liberation.fr :

    Deux mineurs mis en examen après l'agression de deux jeunes Maghrébins

    20minutes.fr :

    Deux jeunes Juifs mis en examen pour avoir agressé des Maghrébins