Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Antiracisme

  • Le racisme selon Tweeter

    La journaliste républicaine Candace Owens vient de prouver que pour Tweeter il y a un racisme acceptable et un racisme inacceptable. Le racisme acceptable, c’est bien sûr le racisme antiblanc.

    Il y a une grosse polémique aux Etats-Unis à propos de l’embauche par le New York Times de Sarah Jeong, une journaliste qui a publié une série de tweets violemment racistes et orduriers contre les blancs et a même lancé le hashtag #CancelWhitePeople : en finir avec les blancs, éliminer les blancs.

    La direction du New York Times a déclaré que Sarah Jeong n’était pas du tout raciste mais que, d’origine asiatique, elle a subi des harcèlements racistes, et qu’elle a « répondu en imitant la rhétorique de ses harceleurs ». Etant bien entendu qu’elle le regrette et que ça ne se reproduira pas.

    Dans le même temps son ancien employeur affirmait qu’elle était victime de « trolls malhonnêtes ».

    Quoi qu’il en soit, la militante ultra-trumpiste Candace Owens, qui avait créé un site internet et une chaîne Youtube pour inciter les noirs à voter Trump, et qui est aujourd’hui la directrice vedette de Turning Point USA, qui s’adresse aux étudiants, a repris les tweets de Sarah Jeong, a remplacé « blancs » par « noirs » pour certains, « blancs » par « juifs » pour d’autres, et les a publiés sur son compte Twitter. La réaction a été immédiate : dénoncée par les vigilants gardiens du politiquement correct, son compte a été suspendu. Pendant 12 heures. Le temps que la direction de Twitter comprenne que Candace Owens est noire et qu’en réalité elle dénonce un racisme. Le compte de Candace Owens a été rétabli, avec les excuses de Twitter.

    Alors que le compte de Sarah Jeong n’a jamais été suspendu, et que certains de ses tweets racistes y sont toujours.

  • Le racisme de Harvard

    La « discrimination positive » est un racisme très orienté. Tellement orienté que les Américains asiatiques recalés à l’entrée de Harvard alors qu’ils étaient plus compétents que la majorité des étudiants admis, ont porté plainte. Naturellement la direction de Harvard rejette l’accusation. Mais les avocats des plaignants ont épluché les statistiques entre 2010 et 2015 et le résultat est éloquent : pour les asiatiques se situant dans le décile supérieur des compétences académiques, seulement 13,4 % des asiatiques sont admis, comparativement à 18,5 % des blancs, 35% des hispaniques, et 58% des noirs…

    20180623_USC932_0-1.png

    Dit autrement, un asiatique ayant les qualifications nécessaires pour avoir 25% de chances d’être admis à Harvard aurait 36% de chances s’il était blanc, 77% s’il était hispanique, 95% s’il était noir.

    Un rapport interne de Harvard est arrivé aux mêmes conclusions.

  • "Insulte raciste"…

    « Un dirigeant de Netflix a été limogé pour insulte raciste », nous disent les gazettes.

    Il s’agit du principal porte-parole du géant de la diffusion de films et séries télévisées, Jonathan Friedland.

    Qu’a-t-il fait ? Il a utilisé le « n word ». Le mot commençant par n qu’il est strictement interdit d’utiliser : à savoir « nègre ».

    Mais la véritable information est telle qu’elle est donnée par le titre de Fdesouche : Un dirigeant de Netflix limogé pour avoir prononcé le mot interdit aux blancs dans une discussion sur les mots offensants.

    En effet le mot est interdit aux blancs (très exactement aux "non-noirs"), alors que les noirs l’utilisent en permanence, comme on le voit… dans les films de Netflix. Et c’est précisément de quoi il était question : Jonathan Friedland s’exprimait dans le cadre d’une discussion interne « sur les mots offensants dans les comédies ».

    Mais on ne le plaindra pas. En bon petit soldat de la pensée unique, Jonathan Friedland comprend parfaitement qu’on l’ait viré, et il larmoie :

    Je suis infiniment désolé de la détresse que j'ai causée à des gens dans une entreprise que j'aime et où je veux que tout le monde se sente inclus et apprécié.

  • Délire "antiraciste"

    C’est décidément le Canada qui est à la pointe dans le délire "antiraciste" et la dictature du politiquement correct (en même temps que de la culture de mort, car c’est fondamentalement la même chose).

    Une entreprise de lingerie et de maillots de bain devra payer 5.000 $ à un homme parce que lors d’un entretien d’embauche on lui a demandé l’origine de son nom.

    « Monsieur Kerdougli témoigne qu’il a été insulté et atteint dans sa dignité par la question », déclare le « tribunal des droits de la personne ».

    Salim Kerdougli, d’origine algérienne, postulait pour un emploi de coordonnateur logistique pour la division internationale de cette entreprise.

    Laquelle a un partenaire en Algérie…

  • Le nouveau racisme

    L’université Dalhousie, à Halifax, est l’une des plus importantes universités du Canada. Le poste de vice-proviseur aux affaires étudiantes va devenir vacant. Le proviseur Carolyn Watters a annoncé que le recrutement est restreint aux « personnes racialement visibles » et aux « aborigènes ».

    L’expression « racialement visible » est doublement amusante, car on croyait que les races n’existaient pas, et si elles existent il me semble que la blanche est tout aussi visible que la noire…

    Mais, comme on l’a compris, il s’agit d’augmenter la « diversité » dans les postes de direction. Ou plutôt, en l’occurrence, de ne pas revenir en arrière. Car l’actuelle titulaire, Arig al Shaibah, est très « racialement visible ».

    On remarque que ça ne fait que deux ans qu’Arig al Shaibah est vice-proviseur. Il semble que son départ ne soit pas sans rapport avec l’incident d’octobre dernier, quand elle a voulu punir une étudiante, et qu’elle a été désavouée.

    L’étudiante, Masuma Khan (non seulement très « racialement visible » mais portant en permanence un authentique hijab), vice-présidente du syndicat étudiant, avait été en pointe dans le vote de refus des étudiants de cette université de participer au 150e anniversaire du Canada, parce que fondé par des blancs colonialistes et racistes, bien sûr, alors même que Trudeau avait bien évidemment fait de cet anniversaire l’occasion d’une célébration de la diversité. Mais c’est justement la repentance de Trudeau qui avait excité la très voilée Masuma. Elle avait écrit sur sa page Facebook : « Que les blancs fragiles aillent se faire foutre. Vos larmes de blancs ne sont pas sacrées, cette terre l’est. »

    Arig al Shaibah (musulmane non voilée d’origine soudanaise semble-t-il) avait entamé une procédure disciplinaire contre Masuma Khan (musulmane voilée d’origine pakistanaise) pour utilisation de propos dégradants et intimidants. Evidemment il y eut une polémique (chez les blancs non racialement visibles, surtout), et Arig al Shaibah dut mettre immédiatement fin à la procédure à peine enclenchée, au nom de la liberté d’expression qui, dans ce sens-là, est sans limite.

  • Chronique des cinglés

    Un nouveau « jeu de rôle », Kingdom Come Deliverance, est sous le feu de la critique de la bien-pensance, parce que ce jeu est manifestement raciste : on n’y trouve aucun « non-blanc » !

    Le producteur ose répondre que le jeu se déroule en Europe centrale au début du XVe siècle, et qu’on n’y voyait guère de non-blancs…

    A quoi le site Numerama répond dans un long article que « le prétexte historique ne tient pas face à l’histoire », car les historiens disent qu’il y avait quelques « roms » ou « tsiganes » (dont on ne savait pas qu’ils fussent noirs ou jaunes…), et le site ajoute motu proprio (les historiens faisant preuve d’une insuffisance coupable) qu’on pouvait voir dans ces lieux en ces temps, même si c’était rare, un noir, ou un « marchand d’esclaves arabe ». Sic !

  • Chronique des cinglés

    06750b986e79978e88b4b458b758fcc8.jpgUne association de « migrants » demande à la ville de Francfort de changer le nom de deux pharmacies qui s’appellent « pharmacie du Maure ». Car c’est une injure raciste à l’encontre des Africains vivant en Allemagne.

    Si les dirigeants de cette association avaient des yeux pour voir, ils constateraient que partout en Allemagne les plus anciennes pharmacies s’appellent « pharmacie du Maure », et cela depuis le XVe siècle (Nuremberg). S’ils avaient quelques neurones, ils se demanderaient pourquoi. Ils découvriraient alors que les « Maures », en Espagne, étaient de grands pharmaciens (et médecins, jusqu'à la cour du roi René), qu’ils ont inventé les pots spécifiques de pharmacie, en faïence (originairement de Damas), qui se sont répandus dans toute l’Europe.

    Autrement dit, c’est un hommage aux Maures que d’appeler une pharmacie de ce nom.

    Mais c’est trop demander aux idéologues que de regarder la réalité.

  • Des noirs ? On veut des queers…

    Grand événement mondial pour les militants de la lutte contre les discriminations. Je laisse la parole au chef culture du quotidien suisse Le Temps :

    La sortie d’un film de super-héros hollywoodien n’est pas un événement. Les blockbusters mettant en scène des personnages issus des univers Marvel et DC Comics sont devenus une quasi-routine dans une industrie dominée par l’absence de prise de risques. On ne devrait dès lors faire que peu de cas de l’arrivée sur les écrans mondiaux, cette semaine, de Black Panther. Si ce n’est que cette superproduction fera date, au-delà de ses qualités intrinsèques, dans l’histoire du cinéma hollywoodien.

    Personnage apparu pour la première fois en 1966 dans une bande dessinée des 4 Fantastiques, Black Panther est un super-héros d’origine africaine. Le voilà en figure de proue d’un casting à 98% noir. Jamais un blockbuster au budget conséquent (200 millions de dollars) n’avait eu comme héros principal un personnage qui ne soit pas un Blanc. Dans l’Amérique de Donald Trump, ce geste a valeur de symbole. Il marquera peut-être l’avènement du «blackbuster».

    Fabuleux, en effet, que des héros noirs soient joués par des noirs… C’est une incroyable « prise de risque » dans l’Amérique raciste de Trump…

    Sauf que ce n’est pas fabuleux pour tout le monde. Parce que dans l’histoire il y a une bande de femmes guerrières et que c’était l’occasion, enfin, de faire apparaître des lesbiennes dans une superproduction Marvel. Et chez les LGBTQ+, on se fiche pas mal que ce soit des noirs, la seule véritable avancée aurait été de montrer des « queers », comme le suggère paraît-il la bande dessinée originelle (vue avec des lunettes queer).

  • Limite suisse

    Le CRAN avait porté en plainte en Suisse pour racisme contre un pâtissier qui vendait des hérissons en chocolat, lesquels hérissons avaient un gros nez et des lèvres charnues.

    Le Parquet fédéral suisse, semble-t-il un peu moins soumis à la dictature que le nôtre, a mis la plainte à la poubelle, constatant que cette pâtisserie était vendue depuis 40 ans sans que personne ne se soit jamais senti offensé.

    En revanche le secrétaire général du CRAN a été condamné pour avoir envoyé au pâtissier un courriel menaçant…

  • Temps inclusif

    L’université de Clemson, en Caroline du Sud, a investi près de 30.000$ dans un programme de recherche afin de déterminer pourquoi certains étudiants arrivent en retard à leurs cours.

    Le résultat de l’étude est que la conception du temps est diverse selon les cultures et qu’on ne peut donc rien faire pour remédier à cet état de chose.

    Sinon enseigner aussi cette diversité-là aux professeurs et aux autres étudiants.

    Ainsi donc, « le président de l’Université veillera à ce que tous les employés du campus participent à un programme d’éducation à la diversité afin de bâtir un environnement plus inclusif à l’université ». On y apprendra qu’un étudiant (ou un professeur, ou un autre employé) peut légitimement arriver en retard en raison de sa culture. Comme toutes les cultures doivent être respectées, « aucune conception du temps n’est préférable à une autre ». Nul ne peut donc imposer sa conception du temps aux autres.