Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Deux contre un

    La Cour suprême de l’Etat de Victoria a confirmé la condamnation du cardinal Pell à six ans de prison.

    La Cour suprême, ce sont trois magistrats. Deux d’entre eux ont considéré que le jugement de première instance n’était « pas déraisonnable ». Le troisième a considéré que le jugement devait être cassé et le cardinal acquitté, en raison de l’enchaînement de trop nombreuses improbabilités et invraisemblances dans les faits présumés.

    Il est intéressant de constater que ce magistrat « dissident » s’appelle Mark Samuel Weinberg.

    D’une part, on ne le voit pas a priori comme soutien d’un prélat catholique. Ses parents ont fui l’Allemagne nazie en Suède, où il est né, puis sont allés aux Etats-Unis (à Brooklyn) avant de s’installer en Australie quand Mark Samuel avait dix ans.

    D’autre part et surtout, Mark Weinberg… n’est plus juge à la Cour suprême de Victoria. Il est à la retraite depuis mai 2018, quand il a eu 70 ans. Il est toutefois « juge d’appel de réserve », et c’est en cette qualité qu’il a fait partie du tribunal qui a confirmé la sentence. Il apparaît donc que le juge Weinberg n’a plus aucun intérêt de carrière, et qu’il peut laisser parler librement sa conscience…

  • Sainte Jeanne de Chantal

    Durant le temps de ses plus ardentes prières, notre Bienheureuse Mère allant un jour aux champs, à cheval, priant toujours Notre Seigneur au fond de son cœur de lui montrer ce guide fidèle qui la devait conduire à lui, passant par un grand chemin au-dessous d'un pré, dans une belle et grande plaine, elle vit, tout à coup, au bas d'une petite colline, non guère loin d'elle, un homme de la vraie taille et ressemblance de notre Bienheureux Père François de Sales, évêque de Genève, vêtu d'une soutane noire, du rochet et le bonnet en tête, tout comme il était la première fois qu'elle le vit dans Dijon, comme nous dirons ci-après.

    Cette vision répandit dans son âme une grande consolation et certitude que Dieu l'avait exaucée ; à même temps qu'elle regardait à loisir ce prélat admirable, elle ouït une voix qui lui dit : Voilà l'homme bien-aimé de Dieu et des hommes, entre les mains duquel tu dois reposer ta conscience. Ce qu'étant dit, la vision disparut aux yeux du corps, mais demeura si empreinte dans cette sainte âme, qu'environ trente-cinq ans après, elle dit en confiance à une personne, qu'elle lui était aussi récente dans l'esprit que le jour qu'elle reçut cette faveur céleste, qui fut suivie de plusieurs autres. Voici celles qui sont venues à notre connaissance : Un matin, étant au lit, un peu assoupie, elle se vit dans un chariot avec une troupe de gens qui allaient en voyage, et lui semblait que le chariot passait devant une église où elle vit quantité de personnes qui louaient Dieu avec grande jubilation et gravité : « Je voulus, dit-elle, parlant de cela, m'élancer pour m'aller joindre à cette bénite troupe, et entrer par la grande porte de l'église qui m'était ouverte ; mais je fus repoussée et j'ouïs distinctement une voix qui me dit : Il faut passer outre, et aller plus loin ; jamais tu n'entreras au sacré repos des enfants de Dieu que par la porte de Saint-Claude. J'étais si peu dévote, ajouta-t-elle, que je n'avais jamais fait attention à ce bénit saint, duquel la dévotion me fut alors imprimée au cœur, et cette vue me donna derechef un grand allégement. En sorte que quand mes désirs et travaux me violentaient plus rudement, je disais à mon âme pour la consoler : Patiente, mon âme, Dieu t'a promis que tu entrerais au sacré repos de ses enfants par la porte de Saint-Claude. »

    « Quelques mois après cette vue ici, il m'arriva un jour d'être surprise d'un grand attrait du ciel qui attirait à lui tout mon être ; je fus un long temps dans ce saisissement, toute arrêtée, et me semblait au retour d'icelui que je revenais d'un autre monde, où je n'avais appris que cette seule parole que Dieu avait dite à mon âme : Comme mon fils Jésus a été obéissant, je vous destine à être obéissante. »

    « Une autre fois, dans le petit bois proche du château de mon beau-père, à Montelon, je fus fortement saisie de l'attrait intérieur et arrêtée en oraison, sans que j'y pusse résister, car j'avais envie de me retirer à l'église qui était tout proche. » La, il me fut montré que l'amour céleste voulait consumer en moi tout ce qui m'était propre, et que j'aurais des travaux intérieurs et extérieurs en grand nombre ; tout mon corps frémissait et tremblait quand je fus revenue à moi ; mais mon cœur demeura dans une grande joie avec Dieu, parce que le pâtir pour Dieu me semblait la nourriture de l'amour en la terre, comme le jouir de Dieu l'est au ciel. »

    « Une autre fois, dans la chapelle de Bourbilly, Dieu me montra une troupe innombrable de filles et de veuves qui venaient à moi et m'environnaient, et il me fut dit : Mon vrai serviteur et vous, aurez cette génération ; ce me sera une troupe élue, mais je veux qu elle soit sainte. Je ne savais ce que cela me signifiait, car depuis que Dieu m'eut dit qu'il me destinait à être obéissante, je n'eusse pas voulu souffrir en mon âme le désir de faire aucun choix moi-même, et attendais toujours que Dieu m'envoyât le saint homme qu'il m'avait fait voir, résolue de faire tout ce qu'il ordonnerait de moi. » Ces faveurs divines passaient, quant à la suavité ; mais les tentations continuaient à traverser cette Bienheureuse Mère, laquelle s'avançait au désir de la perfection, sans autre guide que de Dieu, étant en lieu champêtre, et ne pouvant conférer avec personne ni de ses biens ni de ses maux intérieurs.

    Il faut remarquer que presque à même temps que Notre Seigneur, par ses sacrées visions, montrait à sa fidèle servante celui qu'il lui avait destiné pour conducteur, d'autre côté sa divine Majesté découvrait à notre Bienheureux Père, en un ravissement, dans la chapelle du château de Sales, les principes de notre Congrégation, et lui fit voir en esprit celle qu'il avait choisie pour première pierre fondamentale d'icelle ; en sorte que ces deux saintes âmes se voyant à Dijon pour la première fois de leur vie, se reconnurent l'une et l'autre, comme nous dirons ci-après.

    Mémoires sur la vie et les vertus de sainte Jeanne-Françoise Frémyot de Chantal, par la mère Françoise-Madeleine de Chaugy.

    N.B. C’est à Saint-Claude qu’eut lieu la deuxième rencontre avec saint François de Sales, qui devint ce jour-là son directeur spirituel.

  • Crise italienne

    Le Premier ministre italien Giuseppe Conte a annoncé au Sénat qu’il allait remettre la démission de son gouvernement au président de la République, au cours d’un discours d’une telle virulence contre Matteo Salvini que celui-ci en a été manifestement surpris. Conte l’a accusé d’avoir été « extrêmement irresponsable » en voulant de nouvelles élections, et d’être un homme dangereux, autoritaire, inquiétant, inefficace, inconscient… Reprenant tous ces qualificatifs, Salvini a répondu : « Il suffisait d’un Taviano pour rassembler ces insultes, un Travaglio [ce sont deux journalistes vedettes], un Renzi, mais pas le Premier ministre ! ».

    Je suis ici, a-t-il dit encore, « avec la grande force d’être un homme libre. Cela signifie que je ne crains pas le jugement des Italiens. Il y a dans cet hémicycle des hommes et des femmes libres, il y en a un peu moins libres. Quiconque a peur du jugement du peuple italien n’est pas une femme ou un homme libre. » Et en faisant allusion à l’UE : «  La liberté consiste à n’avoir aucun maître, et je ne veux pas que l’Italie soit d’esclave de qui que ce soit. »

    Et à la critique sur son recours à la religion il a répondu : « Les Italiens ne votent pas sur la base du rosaire, mais avec leur tête et leur cœur. La protection du Cœur immaculé de Marie pour l’Italie, je la demanderai tant que je vivrai, je n’en ai pas honte, quoique je sois le dernier et plus humble témoin. » Le ministre Lorenzo Fontana et le sénateur Simone Pillon ont alors brandi un chapelet, et se sont fait réprimander par le président du Sénat…

    salvini-au-sénat.jpg

    Salvini et son chapelet pendant le discours de Giuseppe Conte. Lire l'article d'Andrea Zambrano.

  • Vacances syriennes

    Le ministre allemand de l’Intérieur, Horst Seehofer, menace d’ôter le statut de réfugié aux Syriens qui… vont en vacances en Syrie :

    « Si un réfugié syrien passe régulièrement ses vacances en Syrie, il ne peut pas affirmer sérieusement qu’il est persécuté en Syrie. Nous devons annuler son statut de réfugié. »

    Ce n’est qu’un propos désabusé en passant, dans une interview, pas une vraie menace… Il est probable que Seehofer pense ce qu’il dit, mais il n’a aucune chance de pouvoir le réaliser… Pour l’essentiel de la classe politico-médiatique il est bien normal qu’un réfugié syrien nourri logé aux frais de l’Etat allemand aille passer régulièrement ses vacances en Syrie puis revienne se faire héberger par l’Etat allemand en attendant les prochaines vacances…

    (Ça me fait penser à certains « dissidents » roumains, au temps de Ceausescu, « réfugiés » en France, chouchous de la classe politico-médiatique, qui allaient chaque année passer des vacances en Roumanie…)

  • Saint Bernard

    Un jour que j'étais malade dans notre maison, et que la maladie traînant en longueur m'avait excessivement fatigué et altéré, Bernard, l'ayant appris, envoya vers moi son frère Gérard, d'heureuse mémoire, en me mandant par lui de venir à Clairvaux, et promettant que j'y trouverais aussitôt la guérison ou la mort. Acceptant, comme la volonté du Ciel, la faculté qui m'était offerte de mourir auprès de lui ou de vivre quelque temps avec lui (j'ignore lequel des deux je préférais alors), je partis aussitôt, quoiqu'avec des maux et des souffrances excessives. Là, il m'en arriva selon la promesse qui m'avait été faite, et, je l'avoue, selon mon désir; car mon corps accablé de violentes et dangereuses infirmités recouvra la santé: mais les forces ne lui revinrent que peu à peu. Dieu miséricordieux, quel bien m'ont fait cette maladie, ces jours de repos et de vacances, dans le lieu que je désirais ! Pendant tout le temps que je fus malade auprès de lui, la maladie dans laquelle il était alors lui-même portait remède à mes véritables maux. Tous deux infirmes, nous traitions pendant toute la journée de la médecine spirituelle de l'âme et de l'efficacité des vertus contre les maladies des vices. Il discourut avec moi du Cantique des cantiques, d'une manière aussi haute que le lui permettait le temps de ma maladie, me dévoilant, selon mon désir et ma demande, le secret des choses qu'il avait écrites. Chaque jour, pour ne pas oublier ce que j'entendais à ce sujet, je l'écrivais, à l'aide de ma mémoire, autant que Dieu m'en donnait le pouvoir. En cela, comme il m'expliquait avec bonté et sans réserve et me communiquait les jugements de son intelligence et les sentiments de son expérience, s'efforçant de m'instruire sur beaucoup de choses que j'ignorais et que l'expérience seule apprend, quoique je ne pusse encore comprendre ce qu'il m'expliquait, cependant il m'avançait plus que je ne pouvais m'avancer par moi-même dans l'intelligence des choses que je ne comprenais pas encore. Mais ce que nous avons dit à ce sujet est suffisant.

    Le dimanche de la Septuagésime approchait. Le soir du samedi même qui précédait ce dimanche, comme je me sentais déjà si bien portant que je pouvais me lever de mon lit, et sortir et entrer seul, je commençai à me préparer à retourner vers nos frères. Bernard l'ayant appris m'en empêcha absolument, et me défendit d'espérer ou de tâcher de partir avant le dimanche de la Quinquagésime. J'y consentis facilement; car je n'avais aucun projet qui pût m'en empêcher, et ma maladie paraissait l'exiger. Après ce dimanche de la Septuagésime, voulant m'abstenir de la viande, dont il m'avait ordonné et forcé jusqu'à ce jour de me nourrir, il m'interdit aussi cette abstinence.

    Je ne voulus écouler là-dessus ni ses avertissements, ni ses prières, ni ses ordres. Nous séparant ainsi, chacun de notre côté, le soir de ce samedi, il se rendit immédiatement à complies, et moi vers mon lit. Et voilà que ma maladie se ranima avec fureur, comme si elle eût repris ses premières forces, m'assaillit et me saisit avec tant de violence et de cruauté, me tourmenta et me dévora pendant cette nuit avec une rage tellement au dessus de mes forces et de mon courage, que, désespérant de la vie, je croyais à peine pouvoir la surmonter jusqu'au jour, pour parler encore une fois à l'homme de Dieu. Après avoir passé toute la nuit dans ces souffrances, dès le grand matin, je fis appeler Bernard. Il vint; mais il ne m'offrit pas ce visage compatissant qu'il avait d'ordinaire, et son air montrait du mécontentement. Souriant cependant: «Que mangerez-vous aujourd'hui?» dit-il. Sans qu'il eût parlé, je regardais déjà ma désobéissance de la veille comme la cause certaine de mes souffrances; je lui répondis: «Ce que vous m'ordonnerez. — Soyez tranquille, dit-il, vous ne mourrez pas encore;» et il s'en alla. Que dirai-je ? aussitôt je ne ressentis plus aucune douleur, si ce n'est que, fatigué des souffrances de la nuit, je pus à peine me lever du lit pendant tout ce jour. Quelle douleur, quelle cruelle douleur j'avais éprouvée! je ne me rappelle pas en avoir jamais ressenti de pareille. Le lendemain cependant je fus guéri, et je recouvrai mes forces; peu de jours après je m'en retournai chez moi, avec la bénédiction et les bonnes grâces de mon excellent hôte.

    Vie de saint Bernard par Guillaume de Saint-Thierry, chapitre 12, traduction François Guizot.

  • Saint Jean Eudes

    Le premier et principal, voire l'unique objet du regard, de l'amour et de la complaisance du Père éternel, c'est son Fils Jésus. Je dis l'unique; car, comme ce Père divin a voulu que son Fils Jésus soit tout en toutes choses (Ep 1, 23) et que toutes choses soient consistantes en lui et par lui (Col 1, 17), selon la parole de son Apôtre: aussi il regarde et aime toutes choses en lui, et il ne regarde et aime que lui en toutes choses. Et, comme ce même Apôtre nous enseigne qu'il a fait toutes choses en lui et par lui (Col 1, 16): aussi il nous apprend qu'il a fait toutes choses pour lui (He 2, 10). Et, comme il a mis en lui tous les trésors de sa science et sagesse (Col 2, 3), de sa bonté et beauté, de sa gloire et félicité, e t de toutes ses autres divines perfections: aussi lui-même nous annonce hautement et par plusieurs fois qu'il a mis toute sa complaisance et ses délices en ce Fils unique et bien-aimé (Mt 3, 17). Ce qui n'exclut pas néanmoins le Saint- Esprit puisque c'est l'Esprit de Jésus et qu'il n'est qu'un avec Jésus.

    À l'imitation de ce Père céleste, que nous devons suivre et imiter comme notre Père, Jésus doit être l'unique objet de notre esprit et de notre cœur. Nous devons regarder et aimer toutes choses en lui, et nous ne devons rien regarder et aimer que lui en toutes choses. Nous devons faire toutes nos actions en lui et pour lui. Nous devons mettre tout notre contentement et notre paradis en lui; car, comme il est le paradis du Père éternel, dans lequel il prend sa complaisance: aussi ce Père saint nous l'a donné et il s'est donné lui-même à nous pour être notre paradis. C'est pourquoi il nous commande de faire notre demeure en lui: Demeurez en moi (Jn 15, 4). Et son disciple bien-aimé nous réitère ce commandement par deux fois: Demeurez en lui, dit-il, mes petits enfants, demeurez en lui (I Jn 2, 28). Et saint Paul, pour nous porter à cela, nous assure qu'il n'y a point de damnation pour ceux qui demeurent en Jésus-Christ (Rm 8, 1).

    Mais quand je dis que Jésus doit être notre unique objet cela n'exclut pas le Père et le Saint- Esprit. Car, ce même Jésus nous assurant que celui qui le voit, soit son Père (Jn 14, 9) celui qui parle de lui, parle aussi de son Père et de son Saint- Esprit; celui qui l'honore et qui l'aime, honore et aime semblablement son Père et son Saint-Esprit; et celui qui le regarde comme son unique objet, regarde en même temps le Père et le Saint-Esprit.

    Regardez donc ce très aimable Sauveur comme l'unique objet de vos pensées, désirs et affections; comme l'unique fin de toutes vos actions; comme votre centre, votre paradis et votre tout. De toutes parts retirez-vous en lui comme dans un lieu de refuge, par élévation d'esprit et de cœur vers lui. Demeurez toujours en lui, c'est-à-dire que votre esprit et votre cœur, toutes vos pensées, désirs et affections soient en lui, et que toutes vos actions soient faites en lui et pour lui.

    Souvenez-vous de temps en temps, que vous êtes devant Dieu et en Dieu même (cf. Ac 17, 28); que Notre-Seigneur Jésus-Christ, selon sa divinité, vous environne de tous côtés, voire qu'il vous pénètre et vous remplit tellement qu'il est plus en vous que vous-même, qu'il pense continuellement à vous, et qu'il a toujours les yeux et le cœur tournés vers vous.

    Extrait du Royaume de Jésus, dans le lectionnaire propre à la Congrégation de Jésus et Marie.

  • 10e dimanche après la Pentecôte

    Les oraisons de la messe de ce jour brièvement commentées par le bienheureux cardinal Schuster.

    Deus, qui omnipoténtiam tuam parcéndo máxime et miserándo maniféstas : multíplica super nos misericórdiam tuam ; ut, ad tua promíssa curréntes, cæléstium bonórum fácias esse consórtes. Per Dóminum.

    La collecte de ce jour est d’une perfection vraiment classique. Dieu fait spécialement resplendir sa toute-puissance en épargnant les coupables et en usant de miséricorde envers les pécheurs. Pensée profonde et parfaitement exacte, car la réintégration d’un égaré requiert une condescendance telle de la part de Dieu, que la puissance qui s’y manifeste est plus grande que celle qui fut requise pour la création du monde elle-même. En effet, l’abîme qui sépare Dieu du mal est plus profond que celui qui le sépare du néant. Et cet abîme, Dieu le franchit, quand, dans son infinie miséricorde, il y descend pour en retirer le pécheur qui s’y était plongé. Après cette considération de caractère général, et qui sert d’introduction, nous demandons, dans la collecte d’aujourd’hui, que le Seigneur répande à pleines mains sur nous sa miséricorde, si utile pour nous, si glorieuse pour Lui. Le résultat sera une augmentation de la vertu surnaturelle d’espérance, grâce à laquelle les fidèles se sentiront plus que jamais stimulés à se diriger, bien plus, à courir, vers ces biens impérissables que Dieu a promis à celui qui l’aime et qui le sert.

    Tibi, Dómine, sacrifícia dicáta reddántur : quæ sic ad honórem nóminis tui deferénda tribuísti, ut eadem remédia fíeri nostra præstáres. Per Dóminum.

    La secrète de ce jour, avant l’anaphore, est très belle : « Seigneur, que vous soient consacrées les oblations ici présentes, — la formule est au pluriel parce qu’elle se rapporte à toutes les hosties apportées par le peuple, lequel veut participer aux divins Mystères — puisque vous avez disposé que le Sacrifice qui est offert à votre gloire profite aussi à notre salut. » Cela est admirablement dit : l’Eucharistie a en effet deux fins principales. Elle rend à Dieu l’adoration parfaite en esprit et en vérité, celle précisément que Dieu désire ; et elle alimente la charité qui est la vie de l’âme. Cette grâce, que l’on peut en toute vérité comparer à une première résurrection spirituelle, à l’exemple de Jésus immolé mais ressuscité ensuite glorieux, rend le fidèle apte à participer également à la finale résurrection des corps, alors que le Christ remportera son dernier et complet triomphe sur le péché et sur la mort.

    Quǽsumus, Dómine, Deus noster : ut, quos divínis reparáre non désinis sacraméntis, tuis non destítuas benígnus auxíliis. Per Dóminum nostrum.

    La collecte d’action de grâces n’a pas de caractère particulier. On y demande au Seigneur que, en raison même des divins sacrements par lesquels continuellement il répare nos pertes spirituelles, — il en est pour l’âme comme pour le corps, qui compense par la nourriture matérielle les forces qui s’usent, — il daigne ne jamais nous soustraire ce secours particulier, sans lequel nous sommes incapables de rien faire dans l’ordre de la vie éternelle. En somme, c’est comme motif de grâces ultérieures, que se présente la divine Eucharistie, la bonne grâce, dont il faut que le Seigneur garde en nous les effets, par une longue et ininterrompue série de secours.

  • L’imposture Greta

    On sait que l’ineffable Greta a décidé de se rendre à New York, pour parler à l’ONU, par le moyen d’un bateau à voile zéro-carbone où on mange de la nourriture vegan lyophilisée et où l’on fait pipi dans un seau.

    Ce qu’on nous dit moins, c’est que les deux personnes de l’équipage retourneront en Europe… par avion, et enverront cinq autres personnes, par avion, pour ramener le bateau.

    Soit 7 vols transatlantiques au lieu de 2 si elle était allée par avion à New York.

    Ou plutôt 8 au lieu de 2, car il semble acquis qu’elle retournera chez elle, discrètement, en avion…

  • "Démocrate"

    L’ancien Premier ministre italien (pendant moins de trois ans) Matteo Renzi, principale figure du « parti démocrate », déclare à qui veut l’entendre qu’il faut tout faire pour empêcher qu’il y ait de nouvelles élections, comme le veut Matteo Salvini.

    Et pour cela il propose la constitution d’un gouvernement « technique » formé de politicards de gauche et de centre droit, bref de ceux qui ont perdu les élections et les perdraient encore plus si Salvini obtenait la tenue de nouvelles élections…

  • Chronique des cinglé·e·s

    La maîtrise de la « cathédrale » de Berlin (Der Staats- und Domchor Berlin) est le plus ancien chœur de garçons (Knabenchor) de la capitale allemande, fondé en 1465 par Frédéric II de Brandebourg. Il fait partie aujourd’hui de l’Université des Arts de Berlin.

    Des parents ont subitement décidé que leur fille de 9 ans devait faire partie de ce chœur. Le doyen de la faculté de musique de l’Université des Arts de Berlin leur a écrit que « jamais une fille ne pourra chanter dans une chorale de garçons, pas plus qu’un clarinettiste ne pourra jouer dans un quatuor à cordes ». Ce qui devrait être une évidence pour tout le monde.

    Mais cela a suscité le branle-bas de combat du lobby du genre, répercuté par la presse : c’est une intolérable discrimination. Finalement la direction du chœur a accepté d’auditionner la fillette, et ne l’a pas acceptée, parce que, comme aurait dit ce cher La Palice, sa voix « n’entre pas dans les critères de tonalité requis pour la chorale de garçons ».

    Les parents ont porté plainte, toujours soutenus par la presse qui ne voit pas, ne voit plus, le ridicule absolu de la chose.

    Toutefois, le tribunal a donné raison, hier, à l’Université des Arts, au motif que l’article 5 de la Constitution, qui garantit la liberté artistique, prime ici sur l’article 3 qui pose en principe l’égalité entre les hommes et les femmes.