Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Une première ?

    Ayant eu déjà beaucoup de mal à trouver des informations sur ce qui arrive à la fraternité sacerdotale Familia Christi de Ferrare (eh non, cher Louis-M., je ne vais pas, en plus, me colleter la collecte des liens vers tous les sites visités), je n’ai pas cherché à en savoir plus sur ses liens avec la Commission Ecclesia Dei, d’autant que je voyais sur son site une photo d’une messe face au peuple. Toutefois, après de nouvelles recherches, il semble, sans que j’en trouve la preuve, que cette Fraternité soit une communauté Ecclesia Dei.

    Si tel est le cas, c’est une première : c’est la première fois qu’une communauté Ecclesia Dei est de facto détruite, depuis la destruction de la commission par François. Et il se vérifie hélas ce que j’annonçais :

    En réalité, ces communautés ne seront plus protégées par la commission, le reste est cynique bavardage. Leur existence dépend désormais de la volonté ou du caprice du pape, qui peut les détruire comme il a déjà détruit plusieurs communautés d’esprit traditionnel qui n’étaient pas protégées par la commission Ecclesia Dei.

  • Troc et cash

    Dans le marché aux esclaves de luxe qui tapent dans un ballon, le feuilleton Neymar est particulièrement significatif. Barcelone veut acheter le footballeux vedette. Le PSG met très haut la barre des enchères. Selon les indiscrétions, Barcelone en serait à proposer deux joueurs contre Neymar, plus 40 millions d’euros. Neymar vaudrait donc deux autres joueurs (qui ne paraissent pas s’offusquer de valoir moins de la moitié d’un Neymar) plus 40 millions. Mais le PSG trouve que ce n’est pas assez. En cash.

  • Il ment vraiment tout le temps

    "Alexandre" Benalla dans Le Nouvel Économiste :

    « J’ai toujours été un battant […], j’ai pris des coups mais je rebondis. J’ai eu un sens du lead assez précoce, ayant été chef scout chez les Scouts unitaires de France à 15 ans. Malgré mon jeune âge, dans les fonctions que j’ai été amené à assumer, j’ai toujours été un peu leader. »

    Réaction des Scouts unitaires :

  • Pire encore

    8114703_e02c7b0e-a3da-11e9-8c4e-5598475a17f6-1.jpg

    J’apprends que le homard à la mayonnaise était servi avec du château d’Yquem. Le comble du mauvais goût de luxe. Il est évident que ce vin liquoreux ne convient pas du tout à ce plat. Mais pour Rugy, il s’agissait seulement de servir le met le plus cher avec le vin le plus cher. Comme le plus vulgaire des parvenus. Mais à quoi donc sert la particule ? Ce qui est quand même étonnant est que le sommelier de l’Assemblée ne lui ait pas fait remarquer sa bévue. Mais sans doute Rugy savait mieux. Comme Allah.

  • Au Pakistan

    PAKISTAN_-_0716_-_Infermiera.jpg

    Saima Sandar était infirmière, elle avait 30 ans et elle était chrétienne. Elle devait se marier en novembre prochain. Avec un chrétien. Mais auparavant elle avait eu une relation avec un musulman, Muhammad Waseem, puis ils avaient rompu. Lorsque Muhammad Waseem a appris que Saima allait se marier, il a commencé à la harceler, puis à la menacer : « Si tu ne te convertis pas à l’islam pour te marier avec moi, tu mourras. » Le 10 juillet il est entré à l’hôpital où travaillait Saima et il l’a tuée. Puis il a retourné l’arme contre lui…

  • Cæli Deus sanctissime

    L’hymne des vêpres du mercredi, quatrième jour de la création. Traduction en vers de Jean Racine.

    Cæli Deus sanctíssime,
    Qui lúcidum centrum poli
    Candóre pingis ígneo,
    Augens decóro lúmine :

    Dieu très saint du Ciel, qui peignez en traits de feu les espaces brillants du firmament, en les ornant des splendeurs de la lumière :

    Grand Dieu, qui fais briller sur la voûte étoilée
    Ton trône glorieux,
    Et d’une blancheur vive à la pourpre mêlée
    Peins le centre des cieux :

    Quarto die qui flámmeam
    Solis rotam constítuens,
    Lunæ minístras órdinem,
    Vagósque cursus síderum :

    Vous qui, au quatrième jour, plaçant au ciel le globe embrasé du soleil, avez assigné à la lune son rôle et réglé les évolutions des astres :

    Par toi roule à nos yeux, sur un char de lumière,
    Le clair flambeau des jours ;
    De tant d’astres par toi la lune en sa carrière
    Voit le différent cours.

    Ut nóctibus, vel lúmini
    Diremptiónis términum,
    Primórdiis et ménsium
    Signum dares notíssimum ;

    Afin de fixer le terme de séparation entre la nuit et le jour, et de marquer par un signe certain le commencement de chaque mois,

    Ainsi sont séparés les jours des nuits prochaines,
    Par d’immuables lois :
    Ainsi tu fais connaître, à des marques certaines,
    Les saisons et les mois.

    Illúmina cor hóminum,
    Abstérge sordes méntium :
    Resólve culpæ vínculum :
    Evérte moles críminum.

    Illuminez le cœur des hommes, lavez les souillures de notre esprit ; dégagez-nous des liens du péché ; enlevez le fardeau de nos crimes.
    Seigneur, répands sur nous ta lumière céleste,

    Guéris des maux divers ;
    Que ta main secourable, aux démons si funestes,
    Brise enfin tous nos fers.

    Præsta, Pater piíssime,
    Patríque compar Unice,
    Cum Spíritu Paráclito
    Regnans per omne sæculum. Amen.

    Règne, ô Père éternel, Fils, Sagesse incréée,
    Esprit-Saint, Dieu de paix,
    Qui fais changer des temps l’inconstante durée,
    Et ne changes jamais.

  • La cour des faux droits

    La Cour européenne des droits de l’homme condamne le gouvernement russe pour avoir refusé d’enregistrer comme associations trois lobbies de propagande LGBT.

    Dogme : « Les différences motivées uniquement par des considérations tenant à l'orientation sexuelle sont inacceptables au regard de la Convention européenne. »

    La Russie est condamnée à verser 12.000 euros à chacun des trois requérants pour « dommage moral »…

    Toutefois, le plus célèbre activiste russe en la matière, Nikolaï Alexeïev, a été débouté de toutes ses demandes. Il doit regretter maintenant d’avoir insulté les magistrats et appelé à brûler la CEDH après un précédent arrêt…

  • Homard m'a tuer

    5d2dc8f109fac2fb2f8b4569.jpg

    Il a démissionné. La roche tarpéienne est toujours proche du Capitole, même pour les virtuoses du retournement de veste et les arrivistes les plus dénués de scrupules. A qui le tour ?

  • Les acharnés du cordon

    Les eurodéputés, nous dit Euractiv, « appliquent le cordon sanitaire à Beata Szydło ».

    Avec un acharnement antidémocratique qui en dit long.

    On se souvient que, contrairement aux usages et au simple bon sens, tout ce qui est à droite du PPE a été exclu des 14 vice-présidences du Parlement européen, vice-présidences instituées précisément pour refléter la diversité politique du Parlement. Mais en ces temps de diversité obligatoire, il y en a une qui est interdite… De même, le groupe ID (Rassemblement national, Ligue…) a été exclu des présidences et vice-présidences des commissions, ce qui est contraire au règlement même du Parlement.

    Pour faire bonne mesure et pour humilier spécialement la Pologne, on a refusé aussi la présidence de la commission emploi et affaires sociales à Beata Szydło, du groupe CRE, ancien Premier ministre de Pologne. Le 10 juillet, cette commission était la seule à ne pas avoir de président. Nouveau round le 15 juillet. Le co-président du groupe CRE Raffaele Fitto (dont Euractiv fait un « coordinateur du groupe PPE », bravo les spécialistes…) a de nouveau présenté Beata Szydło comme candidate à la présidence de la commission. L’opposition à Beata Szydło est menée par le groupe Rèniou Iourop : les amis de Macron ont déclaré qu’ils n’accepteraient d’ailleurs aucun candidat du groupe CRE. En violation du règlement du Parlement, comme le leur a fait remarquer Raffaele Fitto.

    Cette commission est (depuis le 10 juillet) la seule à ne pas avoir de président, ce qui rend impossible la réunion de la Conférence des présidents et donc l’audition des nouveaux commissaires…

  • Et hop !

    François vient d’ajouter un nouveau trophée à son tableau de chasse des communautés trop catholiques : la Fraternité sacerdotale Familia Christi.

    Cette fraternité avait été érigée le 4 juin 2014 en association publique cléricale par le très excellent archevêque de Ferrare (ancien évêque de Saint-Marin) Mgr Luigi Negri, puis le 8 septembre 2016 en société de vie apostolique cléricale, avec l’approbation de la Commission Ecclesia Dei. Mgr Negri lui confiait la paroisse Santa Maria in Vado (Sainte Marie du Gué), dans le centre historique de Ferrare, une église construite à la fin du XVe siècle sur le site d’une chapelle du Xe où eut lieu un miracle eucharistique le 28 mars 1171 : du sang jaillit de l’hostie consacrée jusque sur la voûte, laquelle a été conservée dans l’église actuelle.

    Mgr Negri a eu 75 ans à la fin de cette même année 2016. Dès le 15 février 2017 François lui donnait un successeur conforme à sa vision de la destruction de l’Eglise. Et à Ferrare l’urgence était de détruire la Fraternité Familia Christi. D’autant que, horreur supplémentaire, le pape avait découvert que plusieurs novices des Franciscains de l’Immaculée, au moment où leur communauté commençait d’être persécutée, avaient frappé à la porte.

    En décembre 2018, le supérieur de la Fraternité fut limogé et un commissaire fut nommé pour diriger la Fraternité et décider de son avenir : Mgr Daniele Liboni, un jésuite fait évêque auxiliaire de Rome par François en décembre 2017.

    Le commissaire a commencé par leur interdire la célébration de la messe traditionnelle en public et les a exilés dans un monastère isolé.

    Ce 30 juin 2019, il a rendu son verdict : tous les postulants et novices doivent quitter la fraternité, qui n’est plus autorisée à en recevoir.

    Le décret ne donne aucune raison à cette mise à mort programmée.