Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Culture de mort

  • La dictature des invertis

    Le 9 janvier dernier, la Cour interaméricaine des droits de l'Homme avait exhorté les Etats de la région à modifier leur législation afin de reconnaître le mariage entre personnes du même sexe.

    En conséquence de quoi, la Cour suprême du Costa Rica a déclaré inconstitutionnelle, mercredi soir, l'interdiction du mariage entre partenaires de même sexe, et demande au Parlement de modifier la loi d'ici 18 mois.

    Le président du Costa-Rica se félicite de cette décision.

    Le lobby LGBT râle, parce que c’est « une aberration juridique » de reconnaître que l’interdiction est anticonstitutionnelle et de permettre qu’elle puisse se poursuivre pendant 18 mois…

  • Pas de Pakistanais chrétiens en Irlande

    Les consulats irlandais au Pakistan ont rejeté toutes les demandes de visas de personnes qui souhaitaient se rendre à la Rencontre mondiale des familles. Il s’agissait de quelque 10.000 familles, dont 600 de l’archidiocèse de Karachi, et même celles qui avaient une lettre de recommandation du cardinal Coutts, archevêque de Karachi, ont vu leur demande rejetée.

    Le gouvernement irlandais craint que nombre de ces Pakistanais profitent de leur visa pour rester ensuite en Irlande.

    Ce qui ne manque pas de piquant, quand on sait que le Premier ministre est à moitié indien et que le Pakistan n’est qu’une scission de l’Inde. Mais tous les Indo-pakistanais (les Asiatiques, comme on dit dans les îles britanniques) ne peuvent pas être Premiers ministres d’Irlande…

    Cela dit, il vaut sans doute mieux que les catholiques pakistanais ne viennent pas en Irlande, même s’ils n’ont pas l’intention de rester. Il est inutile qu’ils découvrent un pays catholique qui a instauré le mariage des sodomites (dont l’icône est le Premier ministre) et va légaliser l’avortement, et qu’ils participent à une rencontre des familles dont un des principaux invités est un jésuite promoteur des droits LGBT dans l’Eglise…

    *

    N.B. - Je ne sais pas pourquoi j’ai écrit plusieurs fois que Leo Varadkar était à moitié pakistanais. Vérification faite son père vient de Bombay et est hindou.

  • En Argentine

    Finalement les sénateurs argentins ont tout de même rejeté, hier, le projet de loi légalisant l’avortement, qui avait été approuvé par les députés en juin. Par 38 voix contre 31 et deux abstentions.

    Pour les partisans de la culture de mort, cela veut dire que dans quelques années il passera.

    On notera le tweet écœurant d’Eric Ciotti, député de droite pure et dure à chacune des ses nombreuses apparitions à la télévision :

    Alors que le Sénat argentin a rejeté la légalisation de l'avortement, pensées à #SimoneVeil qui avait eu le courage il y a 44 ans de se battre comme personne pour faire avancer les droits des femmes. Cette niçoise d'exception restera à jamais un exemple pour l'humanité.

     

    Addendum

    Un député de la majorité a lancé dès hier l’idée d’un référendum, en se référant à l’exemple irlandais. Le Premier ministre Marcos Peña, favorable à l’avortement, a rejeté cette proposition, s’en tenant à la voie du débat parlementaire qui avait été choisie. Le président Mauricio Macri, qui est opposé à l’avortement mais avait lancé le processus, a salué la qualité du débat parlementaire et a dit qu’il se poursuivrait, pour travailler à ce que « toutes les femmes aient la possibilité de choisir et de planifier leur vie », notamment par un plan d’éducation sexuelle à l’école…

  • Au Chili

    « Si le projet de loi sur l'avortement dit libre passe, le président s'y opposera totalement et utilisera tous les moyens constitutionnels, comme il l'a déjà dit, pour empêcher que cela devienne une loi », a déclaré Andres Chadwick, ministre de l'Intérieur au Chili.

    En août 2017, après deux ans de négociations, les assemblées législatives du Chili avaient approuvé une loi dépénalisant partiellement l’avortement, le rendant possible en cas de viol, en cas de danger pour la mère ou en cas de fœtus non viable. Mais lorsque le conservateur Sebastian Piñera est revenu à la présidence en mars 2018 après quatre années de gouvernement socialiste, il a immédiatement autorisé les cliniques privées à ne pas pratiquer d’avortements pour objection de conscience.

    La ministre de la Femme et de l'Egalité des sexes, Isabel Pla, a déclaré: « Dans une démocratie, il n'est pas question de veto : le gouvernement du président Sebastian Piñera a un positionnement sur cette question qui n’a pas changé, dont les Chiliens ont eu connaissance, qu'ils continueront à connaître, et qui sera toujours le même : c'est la défense de la vie. »

  • Vendre son âme…

    Les Irlandais tiennent à rester à la pointe du progrès en ce qui concerne la subversion de la loi naturelle. Dernière nouvelle en date : les évêques acceptent désormais que leur service de conseil en mariage, Accord, accueille des invertis mâles et femelles pour les préparer au… mariage, ou pour les rabibocher en cas de problème…

    Et cela, bien sûr, pour une histoire de fric. Vous ne pouvez pas servir Dieu et Mammon, eh bien les évêques irlandais ont choisi de servir Sodome - et Mammon.

    Suite au référendum sur le soi-disant mariage entre personnes de même sexe, le gouvernement de l’inverti pakistanais Varadkar avait prévenu, via l’organisme ad hoc, Tulsa (l’Agence de l’enfant et de la famille), qu’il n’y aurait plus de subventions pour les organismes qui pratiqueraient des discriminations selon l’orientation sexuelle. Dans le collimateur, Accord, qui est non seulement l’organisme des évêques, mais celui qui reçoit, et de très loin, le plus de subventions, puisqu’il est, et de très loin, le plus important, avec ses 58 bureaux dans le pays.

    Or on apprend par le Times (de Londres...) que les évêques ont discrètement fait savoir à Tulsa que Accord « fournira des services de conseil indépendamment de l’orientation sexuelle et se conformera à l’agrément ».

  • Insidieusement

    Titre :

    Pyrénées : l'ourson sauvé est finalement décédé

    Non. L’ourson est mort. Il n’est pas décédé. Le verbe décéder est un mot de la langue administrative et juridique. On le trouve déjà beaucoup trop souvent dans les articles évoquant la mort d’une personne, parce qu’on n’ose plus parler de la « mort ». Le disparu s’en est allé…

    Mais si c’est abusif de l’employer dans le langage courant pour parler d’une personne morte, c’est proprement illégitime de l’employer à propos d’un animal.

    On voit là l’influence insidieuse, qui s’installe, de l’idéologie vegan et antispéciste qui fait partie du négationnisme actuel de l’humanité.

  • Un appel du cardinal Dolan

    Le cardinal Timothy Dolan, président de la commission des activités pro-vie de la Conférence des évêques des Etats-Unis (et archevêque de New York), a publié le communiqué suivant :

    Dès que le juge de la Cour suprême Anthony Kennedy a annoncé sa retraite, les groupes pro-avortement ont commencé à faire pression sur le Sénat américain pour rejeter tout candidat qui ne promettrait pas de soutenir Roe contre Wade. Quoique la conférence des évêques des Etats-Unis ne soutienne aucune nomination présidentielle ni ne s’y oppose, nous pouvons et devons exprimer de graves inquiétudes au sujet d'un processus de confirmation qui est grossièrement déformé par la tentative de soumettre les candidats à une mise à l’épreuve quant au soutien à Roe contre Wade.

    Chaque vendredi, du 3 août au 28 septembre 2018, j'exhorte toutes les personnes de bonne volonté à se joindre à moi pour prier afin que ce changement à la Cour suprême américaine rapproche notre nation du jour où chaque être humain sera protégé par la loi et accueilli dans la vie. Le réseau Call to Prayer de l'USCCB fera connaître des prières et un matériel pédagogique et une invitation à jeûner les vendredis à cette intention.

    Que Notre-Dame de Guadalupe intercède pour la guérison de notre nation et de notre peuple après des décennies d'avortement à la demande.

  • Une bonne nouvelle

    On apprend qu’il n’y a plus d’avortements au centre hospitalier de La Flèche (Sarthe) depuis le début de l’année.

    Il y avait cinq gynécologues, l’un d’eux est parti à la retraite, sur les quatre restants trois font jouer la clause de conscience, et la réorganisation du service ne permet pas au quatrième de tuer les bébés.

    Je savais que c’était ainsi dans de nombreux hôpitaux italiens, mais je n’aurais pas imaginé qu’il pût en être de même dans un hôpital français, avec l’avortement comme « droit fondamental » de la femme et le Planning familial toujours à l’affût du moindre manquement à l’observation de ce « droit ».

    40 ans après la loi Veil, et après 40 ans de propagande effrénée de la culture de mort, l’avortement ne va donc toujours pas de soi pour les gynécologues… qui n’ont pourtant vécu que dans le temps du règne de l’« IVG légal » puis « droit de la femme ». La loi morale naturelle fait de la résistance dans les consciences…

    Addendum

    Hum... En fait ce sont des musulmans (voir le premier commentaire)... Donc c'est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle...

  • En Irlande

    Le P. James Larkin était l'un des deux prêtres de la paroisse Notre Dame de la Médaille miraculeuse de Clonskeagh, dans la proche banlieue sud de Dublin. Le vendredi 13 juillet, au cours de la messe, il a appris aux paroissiens qu’il venait de se faire virer. Il a lu la lettre de l’archevêque, Mgr Diarmuid Martin, disant qu’il était « enchanté de lui annoncer sa nomination comme chapelain des religieuses de Lorette », prenant effet… le lendemain samedi 14 juillet. Nomination excluant explicitement tout acte sacerdotal en la paroisse de Clonskeagh après la messe du 13 juillet.

    Le P. James Larkin a juste ajouté qu’il trouvait ce traitement « injuste ». Les paroissiens présents l’ont longuement applaudi debout.

    Le site Church Militant, qui relate l’affaire, a contacté le presbytère, où l’on s’interdit tout commentaire, sinon que le P. Larkin était « un prêtre d’avant Vatican II » (qui disait exclusivement la messe de Paul VI et ne baptisait qu'à la messe du premier dimanche du mois…). A l’archidiocèse, on répond que le P. Larkin est simplement « à la retraite » et reste un prêtre reconnu par le diocèse. Chez les religieuses de Lorette, on ne répond rien.

    Pour les paroissiens, il est évident que le diocèse punit ainsi le P. Larkin pour ses positions pro-vie, et pour avoir dit dans une homélie que ceux qui avaient voté oui au référendum sur l’avortement devaient se confesser car ils avaient commis un péché grave.

    Mgr Diarmuid Martin, qui avait refusé de prendre position lors du référendum sur le « mariage » entre personnes du même sexe, et qui est resté silencieux lors du référendum sur l’avortement, fait le ménage avant la « Rencontre mondiale des familles », qu’il préside, pour recevoir dignement François, et son invité vedette le jésuite LGBT James Martin, dont le livre, a-t-il souligné, a reçu le soutien de trois cardinaux américains dont celui du cardinal Farrell, préfet du Dicastère pour les laïcs, la famille et la vie…

    o_1b8f6sfltk2e11bag1d5hh1ceqc.JPG

    Mosaic+Apse+Church+of+the+Miraculous+Medal+Bird+Avenue+Clonskeagh+Dublin+www.saintlaurencescatholicheritage.blogspot.com.jpg.jpg

    L’église de Clonskeagh, construite dans les années 60, est moche, comme la plupart des églises irlandaises (la mosaïque du chœur est toutefois de bon aloi), et la liturgie y est sans doute aussi moche que dans la plupart des églises irlandaises. Sauf en ce 7 novembre 2014 où elle fut discrètement célébrée selon le missel de 1962, en soirée devant une poignée de fidèles.

    Screenshot_2018-07-19 St Laurence's Catholic Heritage Association.jpg

    N.B. On sait que les Anglais ont détruit ou volé toutes les églises médiévales irlandaises (autrement plus efficaces que les talibans dans la destruction des chefs-dœuvre). On sait aussi que la persécution anglaise faisait qu’on ne pouvait célébrer la messe que de façon clandestine et furtive. Ce n’est toutefois pas une raison suffisante pour avoir ensuite construit des églises laides et avoir complètement négligé la liturgie. En revanche cela explique certainement, au moins en partie, le naufrage de l’Irlande qui fut héroïquement catholique.

    N.B. 2 - A l'autre bout de la rue il y a la plus grande mosquée d'Irlande (avec coupole et haut minaret), qui est aussi le "Centre culturel islamique d'Irlande", siège du Conseil européen de la fatwa, l'organisation fanatiquement islamiste de Youssef al-Qaradawi. Il est significatif que la carte Google indique la mosquée mais pas l'église.

  • Horrible

    Lu dans le bulletin « L’entente catholique de Bretagne » (1 rue Charles Le Goffic, 22000 Saint-Brieuc), à propos du nouveau nom du collège de Lamballe qui est en train d’être reconstruit :

    Alain Cadec, le président (LR) du Conseil départemental (…) propose le nom de Marie-Madeleine Dienesch (1914-1998), agrégée de lettres, résistante à Libération-Nord, puis députée de Loudéac-Lamballe de 1947 à 1981, et l’une des rares femmes secrétaires d’Etat avant 1974. Les laïcards contre-attaquent en arguant qu’elle défendait plus l’enseignement libre que l’enseignement public, puis ils trouvent a faute suprême : elle était hostile à la liberté de l’avortement, elle a même présidé l’association Laissez-les vivre ; c’est ce qu’affirmait une pétition qui recueille plusieurs centaines de signatures (en fait elle a présidé une fois une assemblée de l’association). Alain Cadec renonce donc à son idée, et déclare que le nouveau collège s’appellera « Simone Veil ». Chacun s’incline.