Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Islam

  • Un Français de France

    Lu sur Saharamédias.net :

    Ousmane Dembélé, joueur vedette de l’équipe de France et du FC Barcelone, et originaire de la Mauritanie, a décidé de construire une mosquée dans son pays d’origine.

    Cette décision intervient quelques jours seulement après la victoire de l’équipe de France à la coupe du Monde face à la Croatie.

    Selon le site KOORA, Dembélé a décidé de construire une mosquée dans la ville natale de sa mère, la moughata de Diaguily dans le sud mauritanien.

    La mère du joueur est d’origine mauritanienne mais elle avait voyagé en France peu de temps après la naissance d’Ousmane Dembélé.

    La fédération mauritanienne avait en son temps proposé au joueur de défendre les couleurs mauritaniennes, mais il avait poliment décliné l’offre, avec beaucoup de respect, selon une source de la fédération mauritanienne de football, préférant jouer sous les couleurs du maillot tricolore.

  • Le mot en M

    On sait qu’aux Etats-Unis, le pays de la démocratie et de la liberté d’expression constitutionnellement garantie, il y a des mots tabous, que l’on ne désigne que par leur première lettre. Le plus connu est le « mot en N ». Nous en avons nous aussi, dans certaines circonstances. Ainsi, en cas d’attentats, nous avons le « mot en M ». Le terroriste est tout ce que l’on veut, habituellement un « radicalisé », mais il ne se caractérise pas par le « mot en M ». (Autrefois on interdisait aux enfants de prononcer un mot en M, mais non, ce n’est pas celui-là.)

    Le vicaire général du diocèse de Bambari, l’abbé Firmin Gbagoua, a été tué par balle vendredi dernier.

    Vatican News en fait un article, qui ne donne aucune indication sur l’assassin, plus exactement sur le groupe d’assaillants dont faisait partie l’assassin.

    Il faut aller chercher ailleurs, pour découvrir ici que c’était « des Peuls », et là des « rebelles de la Seleka ».

    Autrement dit des musulmans fanatiquement antichrétiens.

    Mais il ne faut pas le dire, parce que ce ne serait pas bon pour le « dialogue » avec nos frères musulmans dépositaires de la religion d’amour et de paix.

  • Quelle découverte !

    Le parquet de Toulouse annonce avoir diligenté une enquête pour "des faits susceptibles de constituer une incitation à la haine", après la diffusion d'un prêche en langue arabe d'un imam de Toulouse.

    1. Il s’agit de l’imam de la grande mosquée de Toulouse, qui vient d’être inaugurée avec tous les flonflons républicains. « Avec le lâcher de colombes, le mot «paix» restera comme le message principal de l’inauguration de la Grande Mosquée », etc.
    2. Cet imam s’appelle Mohamed Tataï, il est algérien et il prêche en France depuis 30 ans (toujours en arabe). Un certain nombre de ses prêches ont été traduits en français sur l’ancien site de la mosquée : sans surprise, l’imam prêche… l’islam, la oumma qui est la meilleure communauté et qui l’emportera sur les autres, le califat, il ne fait que citer le Coran et les hadiths.
    3. Le prêche que le préfet de Haute-Garonne a dénoncé auprès du parquet de Toulouse est une vidéo d’un site juif, Memri TV, donnant un extrait de prêche de l’imam Tataï. Ce prêche date de… l’année dernière. Il évoque la bataille finale au cours de laquelle les musulmans devront tuer les juifs. Il ne dit rien de plus que ce que disent les hadiths considérés comme les plus authentiques par les docteurs de l’islam.

    Une fois de plus on fait semblant de voir un propos d’un imam qui se serait radicalisé, alors qu’il s’agit d’une citation, ce qu’on se garde bien de dire. Car alors il faudrait interdire les recueils de hadiths. Lesquels ont tous un important chapitre sur le jihad, ce dont personne ne s’émeut. Et il faut bien sûr que ce soient les juifs qui soient concernés : quand les imams récitent les sourates qui demandent de tuer les chrétiens, personne ne trouve rien à redire.

    Et puis, de toute façon, il ne faut rien exagérer, comme l’explique savamment et pieusement La Maison de l’Islam :

    Screenshot-2018-6-29 Le Prophète (sur lui soit la paix) n'a jamais dit Combattez les juifs de telle sorte que si le juif s'[...].png

    Alors, ne nous emballons pas…

  • La paix des cimeterres

    Lu dans La Dépêche, journal anticlérical et islamocinglé, bref… « radical » :

    Avec le lâcher de colombes, le mot «paix» restera comme le message principal de l’inauguration de la Grande Mosquée de Toulouse, ce samedi 23 juin, dans le quartier d’Empalot, le premier édifice du culte musulman de cette ampleur avec plus de 2 000 m2 de surface de plancher, un minaret et une coupole dorée visibles depuis le périphérique.

    Pour que «la religion vive dans la dignité», comme s’en réjouit ici Patrick Pignard pour le Département, il faut lui donner sa place. «C’est la seule façon de rendre claire la distinction entre islam et islamisme», a affirmé Jean-Luc Moudenc qui a rappelé l’existence de deux autres projets, à Basso-Cambo et La Faourette.

  • Le Saint Coran

    Dans la nuit de dimanche à lundi, des policiers municipaux ont été intrigués par un jeune homme qui paraissait filmer la mairie avec son téléphone portable. S’approchant, ils ont constaté que l’homme diffusait des versets du Coran. Il leur a lancé : « Vous êtes tous des mécréants, je vais vous tuer », et il a tenté de prendre un cutter avant d’être maîtrisé.

    (Rappelons que les attaques au cutter font partie des préceptes de l’Etat islamique, qui est sans doute déséquilibré mais néanmoins islamique.)

  • Une déséquilibrée

    Une jeune femme vêtue comme un vrai soldat d’Allah (tout en noir, lunettes noires) a agressé au cutter un client et une employée d’un supermarché de La Seyne-sur-Mer, hier, au cri de Allahou Akbar, et « Vous êtes tous des mécréants », avant de se faire très rapidement maîtriser et désarmer. Aux policiers elle a dit qu’elle était une « bien aimée d’Allah » (le qualificatif des « martyrs » du combat contre les mécréants) et qu’elle obéissait à Allah.

    DONC on a décidé que c’était une « déséquilibrée »…

    Comme d’habitude.

    Les policiers et les juges ne se rendent même pas compte que ce qu'ils considèrent comme des preuves de folie ce sont les paroles mêmes du Coran et des hadiths...

    Addendum

    Problème: "L'examen psychiatrique effectué par un expert psychiatre l'a déclarée responsable des faits, avec aucune atténuation de sa responsabilité."

  • Encore un déboussolé

    Un homme de 26 ans a retenu deux personnes en otages pendant quatre heures, hier à Paris, avant d’être interpellé par la police.

    On souligne lourdement partout que l’homme est « déboussolé », qu’il avait des revendications « hyper floues et incohérentes », etc.

    Puis on a fini par apprendre que c’est un Marocain, et que parmi ses revendications « hyper floues et incohérentes » il y avait la demande de contacter l’ambassade d’Iran.

    Moi je trouve qu’il y a quelque chose de raciste dans cette façon de souligner que tout agresseur d’origine arabo-musulmane est un déséquilibré…

  • A Blois

    1018231.jpg

    « Ouverte à la rentrée 2011, l’école Jules-Ferry vieillit fort mal. Les parents redoutent des effets néfastes sur la santé de leurs enfants. »

    Sinon, le grand remplacement est un mythe.

  • La dérive de l’Eglise en Belgique

    Les funérailles de l’islamiste qui a été abattu par les forces de l’ordre le 28 mai à Liège après avoir assassiné trois personnes, dont deux policières, et suspecté d’avoir tué son ancien codétenu Michaël Wilmet la veille, mais qui a épargné une femme parce qu’elle était musulmane, ont été célébrées hier à… l’église de On, à Marche-En-Famenne.

    Le curé, François Barbieux, explique : « La famille a tout à fait conscience de l’inacceptable, mais elle doit faire le deuil d’un fils, d’un tonton, d’un petit-fils, qui est décédé de manière tragique, de par les actes qu’il a posés avant son décès et de par la manière dont il est décédé. » Et encore : « Le fait qu’il soit d’une autre obédience, quelle en est la valeur profonde, on ne saura jamais en vérité non plus. La famille, elle, est chrétienne et demande cet accompagnement et le but serait aussi de ne pas paraître, face à la demande de la famille, plus sectaire que ne le sont ceux qui ont revendiqué les derniers événements. »

    Les actes qu’il a posés… d’une autre obédience… ne pas paraître plus sectaire… A l’heure où tout le monde est « connecté », ce prêtre est manifestement déconnecté de la foi catholique. Il ne sait ni ce qu’il dit ni ce qu’il fait.

    Pour les gens comme lui et même pour les autres il y a le code de droit canonique. Le code en vigueur, qui dit, même encore sous François, que les apostats et les hérétiques notoires doivent être privés de funérailles ecclésiastiques à moins qu'ils n'aient donné quelque signe de pénitence avant leur mort.

    En cas de doute, il faut s’en référer à l’évêque. Mais l’évêque n’a rien dit. Qui ne dit mot consent. D’ailleurs il doit trouver très bien, très vivre ensemble, qu’on donne des funérailles catholiques à un islamiste.

    De toute façon c’est un évêque qui ne sait pas non plus ce qu’est un évêque ni ce que dit le droit canonique, puisque sous sa photo et celle de son auxiliaire, tous deux le sourire niais qui convient, affirme sur le site du diocèse que « le vicaire général ou encore l'évêque auxiliaire a les mêmes droits et les mêmes pouvoirs que l'évêque diocésain ». Tirez le rideau.

    Au fait, la mosquée, elle en dit quoi ?

  • Joie halal aussi

    L’école s’appelle Notre Dame de toutes joies, à Nantes. Le tract de l’Apel pour la kermesse de fin d’année annonce que le dîner sera « aux couleurs de l’Amérique », et donc qu’on y proposera « le hot-dog chic, gourmand, copieux et branché ». Sic.

    On aura le choix entre la saucisse de veau artisanale ou la saucisse de bœuf halal.

    Cela s’impose en effet que dans une école catholique de l’ancienne capitale de la Bretagne on puisse respecter la charia, en donnant au passage quelques sous aux imams. Notre Dame de toutes joies apprend aussi la joie de la dhimmitude.