Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Islam

  • Comme avant…

    Dans la ville de Mossoul, délivrée de l’Etat islamique, la vie reprend son cours.

    L’université a rouvert ses portes, bien que plusieurs de ses bâtiments soient encore à reconstruire.

    Et, comme avant, les étudiantes doivent être voilées, quelle que soit leur religion.

    C’est l’Etat islamique sans l’Etat islamique… (Il convient de se rappeler que Mossoul – 2,7 millions d’habitants – avait été prise sans coup férir par les jihadistes.)

    Du temps de Saddam Hussein les filles faisaient ce qu’elles voulaient. Mais Saddam Hussein était un très méchant dictateur.

  • Islam de France

    Capture-d’écran-2017-10-15-à-18.08.18-768x512.png

    Le chantier de la mosquée Eyyûb Sultan de Strasbourg (mosquée islamiste turque de Millî Görüş) a été lancé hier.

    Il y avait quelque 300 personnalités dont le maire de Strasbourg, le préfet du Bas-Rhin, le vice-Premier ministre de Turquie, les ambassadeurs de Turquie et d’Arabie saoudite…

    Mosquee-Eyyub-Sultan-de-Strasbourg.jpg

    Le logo de Millî Görüş :

    Milli_Görüs_Logo.jpg

    En revanche, le conseil municipal de Sesto San Giovanni (banlieue de Milan) vient de voter un décret retirant la concession du terrain où devait être édifiée la plus grande mosquée du nord de l’Italie, en raison d’une « série d’échecs graves et répétés du Centre culturel islamique  à tenir les engagements prévus ».

  • A Barcelone

    En juillet dernier, lors des répétitions du Voyage à Reims de Rossini qui allait être représenté en septembre au Liceu de Barcelone, il fut annoncé aux artistes que l’expression « la croce splenderà » (la croix resplendira) serait changée en « l’amore splenderà » (l’amour resplendira).

    La soprano Irina Lungu, qui est actuellement l’une des plus demandées sur les plus grandes scènes du monde, s’en est émue sur sa page Facebook :

    « L’expression “la croix resplendira” a été enlevée de mon air pour des raisons de “religieusement correct”. A ce stade, lors mes prochains débuts dans Les Pêcheurs [de perles, de Bizet], je m’attends à chanter, au lieu de “O Dieu Brahma”, quelque chose comme “la paix et la joie soient avec vous”. “O Brahma” ne dérange personne pour le moment ? »

    Du religieusement correct, c’est-à-dire de la dhimmitude. Car l’air de Corinne dans le Voyage à Reims évoque « le combat du croissant de lune contre les fidèles », et la victoire qui reviendra de nouveau aux chrétiens : « symbole de la paix et de la gloire, la croix resplendira ». Et l’on reprend en chœur : « Symbole de la paix et de la gloire, la croix resplendira ».

    La réaction d’Irina Lungu n’étant pas passée inaperçue, la direction du Liceu a fait volte face et assuré que le texte serait celui de la partition. Et Irina Lungu a retiré son mot de Facebook.

    La croix est donc sauvée. Mais manifestement en sursis, dans une Barcelone où l’islam s’installe. Et si c’était seulement à Barcelone…

  • Amalgame !

    A la prison de Saint-Gilles en Belgique, nous dit DH.be, 120 détenus ont signé une pétition qui demande au ministre fédéral de la Justice de bloquer les chaînes de télévision arabes « ouvertement intégristes ».

    « La pétition cite notamment TV5 Coran proposée en continu dans les cellules. »

    Mais il n’est pas besoin de faire de longues recherches pour savoir que TV5 Coran est une… chaîne publique algérienne.

    Le gouvernement algérien serait-il « intégriste » ? Ou cautionnerait-il et financerait-il une chaîne ouvertement islamiste ?

    Certainement pas.

    « Certaines de ces chaînes prônent en effet les martyrs de l’islam », lit-on aussi dans l’article, sans qu’on sache si ce français approximatif est celui de la pétition ou du journal.

    Voilà donc l’explication : les chaînes qui font l’éloge des martyrs de l’islam, à savoir des musulmans qui tombent au combat dans le sentier d’Allah, seraient islamistes.

    Mais non. Elles se contentent de lire le Coran.

    Attribuer au méchant islamisme ce qui se trouve dans le gentil Coran, c’est ce que font en permanence les médias et les politiciens, mais sans jamais le dire.

    Du coup les braves prisonniers de Saint-Gilles croient que lorsqu’une chaîne de télévision cite le Coran elle fait de la propagande terroriste…

    Mais c’est officiellement un amalgame interdit, violemment contraire à l’idéologie du vivre ensemble.

    Cela dit, les auteurs de la pétition ne sont peut-être pas des victimes de la propagande islamophile. Ils parlent de chaînes en arabe. Donc ils comprennent l’arabe. L’un de ceux qui a diffusé l’annonce de la pétition sur twitter a pour pseudonyme Mokrane Amazigh : en référence aux Berbères. Il se pourrait bien que ce soient des Maghrébins qui, sous couvert de dénoncer l’« intégrisme », dénoncent en fait, discrètement, l’islam lui-même. Au ministère de la Justice d’aller y voir de plus près, s’il l’ose…

  • L’islam à Pessac

    Dans un article évidemment très islamophile, Sud Ouest nous apprend que les musulmans de Pessac, près de Bordeaux, ont enfin leur mosquée. Les « 15.000 » musulmans de Pessac, précise l’article.

    Si cela est vrai, c’est que quasiment un quart de la population de Pessac est musulmane.

    Quant à la mosquée, qui a évidemment toutes les faveurs du maire, elle est évidemment islamiste.

    Rappel :

    Pessac.jpeg

    Enregistrer

  • Ils ont gagné !

    On sait que la Commission européenne a lancé des procédures contre les pays qui refusaient de recevoir des « migrants », et que la Cour de Justice de l’UE a donné tort à la Hongrie et à la Slovaquie qui contestaient la légalité de la décision, au motif notamment que le texte remanié n’avait été avalisé que par deux Etats membres… mais ça fait une majorité selon les graves juristes de la CJUE.

    Quoi qu’il en soit, le texte est caduc aujourd’hui 27 septembre. Donc on ne peut plus l’appliquer chez les récalcitrants.

    Ce même jour, la Commission européenne « recommande un nouveau programme de réinstallation pour conduire en Europe au moins 50.000 des personnes les plus vulnérables ayant besoin d'une protection internationale dans les deux prochaines années ». Et elle a déjà « mis de côté » 500 millions d'euros pour soutenir les Etats membres qui accepteront d’en accueillir (donc 10.000 euros par personne).

    Mais, grande nouveauté : la Commission parle bien des Etats qui « accepteront » d’accueillir des « réfugiés ». Il n’est plus du tout question de « relocalisations » forcées décidées de Bruxelles.

    Autrement dit les méchants Polonais, Hongrois, Slovaques et Tchèques ont gagné sur toute la ligne…

    Les chiens aboient, la caravane passe. Mais les chiens sont fatigués d’aboyer, on dirait…

  • Un soi-disant « devoir moral »

    Vendredi dernier, François a reçu en audience les directeurs nationaux de la pastorale pour les migrants du Conseil des Conférences épiscopales d’Europe. Il leur a fait de nouveau un discours immigrationniste pur et dur, reprenant largement son message pour la Journée mondiale du migrant… de l’année prochaine.

    Dans ce discours il ose s’en prendre aux sociétés occidentales dont il dénonce le « manque de préparation substantielle » au déferlement qu’il fallait prévoir, et les « politiques nationales et communautaires souvent inadéquates », se plaignant en outre des « limites des processus d’unification européenne ».

    Et puis il y a la phrase sur le soi-disant « devoir moral », entre guillemets, qui serait de conserver son identité culturelle et religieuse. Voici cette phrase verbatim :

    Chers frères et sœurs, je ne vous cache pas ma préoccupation devant les signes d’intolérance, de discrimination et de xénophobie que l’on rencontre dans diverses régions d’Europe. Ils sont souvent motivées par la méfiance et par la crainte de l’autre, celui qui est différent, l’étranger. Je suis encore plus préoccupé par la triste constatation que nos communautés catholique en Europe ne sont pas exemptes de ces réactions de défense et de rejet, justifiées par un « devoir moral » de conserver leur identité culturelle et religieuse d’origine qui n’est pas meilleur.

    Pas meilleur que quoi, on ne sait pas trop. Pas meilleur que « la méfiance et la crainte de l’autre », semble-t-il. Quoi qu’il en soit, c’est mal. On ne doit pas conserver son identité culturelle et religieuse. Mais attention, comprenons bien la pensée du pape : cela ne s’applique qu’aux chrétiens. Il va de soi que les hordes musulmanes doivent conserver leur identité, et François le souligne abondamment dans son Message : les chiens de chrétiens doivent tout faire pour respecter l’identité des migrants et leur garantir et promouvoir l’exercice de leur religion…

  • Różaniec do granic

    Rosaire.jpeg

    Et voici encore une magnifique initiative polonaise : « Le Rosaire aux frontières ».

    Le 7 octobre prochain, jour de la fête du Rosaire, les frontières du pays seront une chaîne humaine de récitation du chapelet. Afin d’entourer la Pologne de prière.

    L’initiative vient de laïcs (ceux-là même qui avaient organisé, avec succès, la "Grande Pénitence"). Elle a été avalisée par les évêques, et les 22 évêchés des frontières sont particulièrement mobilisés. Dans chaque diocèse sont nommés des prêtres-coordinateurs et environ 200 « églises-stations » où l’on se rassemblera pour une conférence, une messe et un temps d'adoration avant de se rendre à la frontière, où est prévu un point de prière tous les kilomètres (sur plus de 3.500 km). Aux frontières maritimes on alignera des bateaux, et sur la Bug des kayaks (et sur la Dunajec des radeaux ?)…

    Il n’échappera à personne que cette initiative a lieu en pleine polémique européenne sur le non-accueil des « migrants » par la Pologne, et que le 7 octobre, comme le soulignent les organisateurs, marque la victoire de la chrétienté contre les musulmans à Lépante, « sauvant ainsi l'Europe de l'islamisation ».

    François ne va pas aimer du tout…

    Le chapelet qui entoure la Pologne est un thème qui a déjà servi notamment pour la tombe du bienheureux père Popieluszko, martyr du communisme qui a tout juste 100 ans.

    13-21437.jpg

    Ci après le communiqué du secrétariat de la Conférence des évêques de Pologne, et la présentation de l'action sur le site dédié.

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Lire la suite

  • Soros toujours dans le collimateur

    Le porte-parole du gouvernement hongrois Bence Tuzson a annoncé hier l’organisation prochaine d’une « consultation nationale » sur le « plan Soros » de colonisation de l’Europe par les « migrants ».

    Le parti Fidesz au pouvoir avait déclaré la semaine dernière qu’il souhaitait que le gouvernement prenne une telle initiative.

    Ce référendum contre George Soros, qui en outre finance nombre d’organisations subversives un peu partout, fait suite à la campagne d’affiches du gouvernement hongrois contre le milliardaire d’origine hongroise, cet été. L’une d’elles le montrait notamment tout sourire et la légende disait : « Ne laissez pas Soros rire le dernier. » La campagne avait été dénoncée comme antisémite par diverses organisations juives, mais elle avait eu le soutien du gouvernement… israélien.

    L’annonce de ce référendum fait suite également à l’arrêt de la Cour de Justice de l’UE qui a donné tort à la Hongrie sur l’obligation d’accueil des migrants. Une façon pour Orbán de dire aux instances de l’UE que l’affaire n’est pas close. Le secrétaire d’Etat aux affaires parlementaires, Csaba Dömötör, a d’ailleurs souligné hier lors d’une conférence de presse que le plan Soros était aussi celui de la Commission européenne et du Parlement européen, qui ne cessent de prétendre qu’une immigration massive est nécessaire.

    La précédente « consultation nationale », en avril, était intitulée « Stoppons Bruxelles », avec 6 questions dont deux concernaient les migrants, et une les « organisations soutenues par l’étranger dans le but d’interférer avec les affaires intérieures de notre pays de façon opaque ». La première, en 2015, était sur l’immigration et le terrorisme.

  • Pétaudière

    Le Conseil français du culte musulman est plus que jamais une coquille vide, mais quand des intérêts financiers sont en jeu il réagit au quart de tour.

    Il dénonce « avec la plus grande fermeté » la norme halal lancée par l’AFNOR. Il « rappelle » qu’il s’est retiré des travaux en 2015, qu’il ne peut donc pas être associé aux « manœuvres d’ingérence » de l’AFNOR, et que « la définition du halal est du ressort exclusif des instances religieuses musulmanes ».

    Mais…

    Contacté par Saphirnews, l'AFNOR a indiqué que le CFCM n’a jusque là « pas confirmé formellement » son retrait de la commission de normalisation en 2015 et, de ce fait, demeure « associé » aux travaux dans la mesure où l'instance recevait les documents de travail autour de la norme sans avoir manifesté d’opposition auprès de l’organisme, « du début du projet jusqu’à son terme ».

    L'agence de certification halal AVS dénonce également la norme AFNOR. Il faut une norme unique, dit AVS, mais c’est aux musulmans de la définir, et l’agence dénonce les « ingérences d’un Etat pourtant laïque dans les affaires religieuses de ses concitoyens musulmans »…