Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Islam

  • Indonésie: le péril islamique

    Le patriotisme indonésien a été fondé en 1945 sur le « Pancasila », les 5 préceptes, ou 5 principes, qui sont : la croyance en un Dieu unique, une humanité juste et civilisée, l'unité de l’Indonésie, une démocratie guidée par la sagesse à travers la délibération et la représentation, la justice sociale pour tout le peuple indonésien. Le Pancasila est inscrit dans la Constitution.

    Dans le discours fondateur de Soekarno, qui n’était pas encore président, le premier point était le cinquième et il était ainsi précisé : « Les chrétiens prient Dieu selon les préceptes de Jésus le Messie, les musulmans selon ceux du prophète de l'islam Mahomet, les bouddhistes selon leurs livres ».

    Les musulmans ont toujours trouvé que cette formulation ne convenait pas et dès le début ils ont voulu, par la « charte de Jakarta », ajouter : « avec obligation de suivre la loi de la charia pour les adhérents ». En 1956 les négociations pour une nouvelle Constitution n’ont pas abouti, et en 1959 le président Sukarno a déclaré que la déclaration de Jakarta était « dans l’âme de la Constitution ».

    Mais, comme on le sait, l’« islam modéré » du « plus grand pays musulman du monde » est de moins en moins modéré et de plus en plus agressif. Une étude du ministère de l’Education le montre de façon éloquente : 23,4% des étudiants sont d’accord avec l’idée que le jihad doit établir un Etat islamique ou un califat, 23,3% préférant un califat.

    Selon Ryamizard Ryacudu, le ministre de la Défense, « ce n’est pas tellement un problème aujourd’hui, mais dans les 20 à 30 prochaines années… Si nous laissons cela se poursuivre, les dirigeants de demain pourraient être ces étudiants d’aujourd’hui, et s’ils deviennent président, général ou chef de la police, et qu’ils adoptent le califat, ce sera la fin de cette nation… Si le Pancasila échouait, la nation serait entraînée dans la même situation que le Proche Orient. »

  • Au Niger

    Une église évangélique a été incendiée à Maradi, troisième ville du pays, dans la nuit de samedi à dimanche, et une autre saccagée, dans le cadre de manifestations violentes suite à l’arrestation d’un imam qui protestait contre un projet de loi « anti-islam ».

    L’imam a déclaré qu’il s’était trompé, a appelé au calme, a été libéré hier, et s’est rendu sur le site de l’église incendiée pour présenter ses excuses publiques…

    (Après les caricatures de Mahomet dans Charlie Hebdo il y avait eu dix morts dans le capitale Niamey et toutes les églises de Zinder, deuxième ville du pays, avaient été détruites.)

  • Il est revenu…

    Saif-ul Malook est revenu au Pakistan ! L’avocat d’Asia Bibi, qui s’était réfugié aux Pays-Bas en disant qu’il était menacé de mort dans son pays et qu’il ne pouvait plus y retourner, y est revenu au vu et au su de tout le monde, pour assurer la défense en appel d’un couple de chrétiens condamnés à mort pour insultes à Mahomet en 20014.

    Saif-ul Malook est l’homme qui affirmait qu’Asia Bibi était au Canada alors qu’elle était à Karachi. C’est surtout l’avocat qui se fit sévèrement tancer par le président de la cour d’appel de Lahore (celui-là même devant lequel il va se retrouver) parce qu’il n’avait pas défendu sa cliente et que la cour se trouvait dans l’obligation de confirmer la sentence. Saif-ul Malook avait répondu que s’il défendait Asia Bibi il serait lui aussi coupable de blasphème…

    Et ce pauvre couple de chrétiens, Shagufta Kausar and Shafqat Masih, se retrouve avec cet avocat ! S’ils l’ont choisi ils sont suicidaires. Mais sans doute est-il commis d’office… Et remis en selle pour ne pas défendre ceux qu’il doit défendre, quand ce sont des chrétiens…

    Shagufta Kausar and Shafqat Masih ont été condamnés à mort en 2014 pour avoir insulté Mahomet par un texto envoyé par téléphone à un musulman qui se trouvait à la mosquée… Selon eux c’est une vengeance de cet homme, un voisin, après une dispute entre ses enfants et leurs enfants. Il aurait subtilisé la carte d’identité de la femme et acheté une carte de téléphone lui permettant d’envoyer des messages en son nom.

    L'audience est fixée au 25 juin.

  • Normal

    Dimanche après-midi, à Lorient, un jeune caïd de banlieue, en voulant échapper à un contrôle de police, a percuté deux enfants. L’un est mort, l’autre est dans un état critique.

    Jeudi il y aura une « marche blanche ». A partir de la mosquée turque.

  • Il est toujours là !

    Screenshot_2019-06-10 Marseillaise sifflée en Turquie Jean-Marie Le Pen accuse « un Islam conquérant et une Europe en recul ».png

    L’hymne national français a été copieusement sifflé, samedi, avant un match de foot contre l’équipe turque, en Turquie. La France a perdu, ce qui a donné lieu à des « scènes de liesse », à Paris, et dans diverses autres villes de France, avec force drapeaux turcs, klaxons, femmes voilées…

    Réaction de Jean-Marie Le Pen sur le plateau de BFMTV :

    « C’est l’illustration, en quelque sorte, de ce que nous craignions depuis longtemps: c’est la confrontation entre un Islam conquérant et une Europe en recul, si j’ose dire. »

    Il a ajouté :

    « J'ai connu la Turquie dans les années 1950. Il n'y avait que les vieilles dames qui allaient à la Mosquée. Et puis la grande poussée d'islamisme qui s'est produite dans ces régions a rappelé à la Turquie qu'elle était le yatagan de l'Islam. Et Erdogan, récemment, faisait encore allusion à cela en disant: 'Vous savez la famille Turque, ce n'est pas trois enfants, mais cinq enfants au moins.' Autrement dit, nous sommes des conquérants qui avons l'intention de le rester. »

  • Encore une première

    councillor-rakhia-ismail-e1534242601309.jpg

    Depuis le 16 mai, le maire du quartier d’Islington, dans le nord de Londres, est Rakhia Ismail. C’est la première fois qu’un maire est une musulmane voilée. Et qui apparaît en hijab sur toutes ses photos, même sous le chapeau de mayor

    photo3.png

  • Raciste ?

    Un tweet d’un responsable local du Mouvement réformateur de Belgique fait scandale. Il dit ceci :

    Sur les 17 élus socialistes au parlement francophone bruxellois, 11 sont musulmans (Marocains et Turcs). Alors qui a gagné les élections ? Les socialistes ou les musulmans ?

    De l’avis général de la presse belge qui en fait ses titres, il s’agit d’un tweet « raciste ». Tellement raciste que le Mouvement réformateur, qui le condamne vertueusement, affirme que le compte Twitter en question a été piraté…

    Il est donc désormais « raciste » de constater une preuve irréfutable de la substitution de population, et de l’islamisation.

  • Echec aux lobbies

    La Cour de cassation a rejeté hier le pourvoi des lobbies dits antiracistes après la relaxe du maire de Béziers Robert Ménard, poursuivi pour «provocation à la haine et la discrimination».

    Pas moins de 7 associations (dont la Licra, le Mrap, la Ligue des droits de l'Homme, SOS racisme) l’avaient poursuivi pour un tweet : « #rentréedesclasses: la preuve la plus éclatante du #GrandRemplacement en cours. Il suffit de regarder d'anciennes photos de classe», et pour avoir déclaré sur LCI : « Dans une classe de centre-ville de chez moi, 91% d'enfants musulmans. Évidemment que c'est un problème. »

    En première instance, le tribunal correctionnel de Paris avait condamné Robert Ménard à 2000 euros d'amende. La cour d'appel de Paris avait ensuite infirmé ce jugement en faisant valoir que la jurisprudence exige désormais que les propos incriminés contiennent «une exhortation éventuellement implicite» à la haine ou à la discrimination pour que le délit de «provocation» soit constitué, ce qui n’était pas le cas.

    La Cour de cassation donne raison à la cour d’appel, soulignant qu’aucun des deux passages incriminés ne contenait «un appel ou une exhortation, même implicitement formulés, à la discrimination, à la haine ou à la violence envers une personne ou un groupe de personnes déterminées».

  • Nike islamiste

    Screenshot_2019-06-04 Waleed Al-husseini on Twitter.png

  • Allahou Akbar chanté à Saint-Louis des Invalides

    « A l’initiative de l’ambassade du Kosovo à Paris », la « Philharmonie du Kosovo » (on ne rit pas) a donné un « concert » à la cathédrale Saint-Louis des Invalides, « pour célébrer le vingtième anniversaire de l’instauration de la paix au Kosovo » (et là il n’y a pas de quoi rire).

    Au programme, l’œuvre intitulée « L’homme armé : messe pour la paix », de Sir Karl William Pamp Jenkins, compositeur de très fades guimauves et creuses fanfares.

    Cette « œuvre » commence par le chant médiéval « L’homme armé » qui fut très célébrissime et inspira de nombreuses compositions.

    Juste après, avant le Kyrie (grégorien, mais oui), il y a l’appel islamique à la prière. En arabe, dans sa version de plus pur muezzin :

    Allahu Akbar
    Allahu akbar
    Ashhadu alla illaha illallah
    Ashhadu alla illaha illallah
    Ashhadou anna Muhammadan Rasulu l-lah
    Ashhadou anna Muhammadan Rasulu l-lah
    Hayya Ala s-salah
    Hayya Ala s-salah
    Hayya Ala l-Falah
    Hayya Ala l-Falah
    Allahu Akbar
    Allahu Akbar
    La Ilaha illallah

    Allah est le plus grand. Je témoigne qu'il n'y a pas de Dieu excepté Allah. Je témoigne que Mohammed est le messager d'Allah. Venez vite vers la prière. Venez vite vers le succès Allah est le plus grand. Il n'y a pas de Dieu excepté Allah.

    Voilà ce qui a résonné le 22 mai sous les voûtes de la cathédrale Saint-Louis des Invalides, au cœur de Paris.

    Et que dit la hiérarchie « catholique » ?

    Elle s’en lave les mains :

    Le Diocèse aux Armées est utilisateur et non affectataire de la cathédrale Saint Louis des Invalides. C’est le Musée de l’Armée qui est affectataire. Le diocèse n’est pas décisionnaire des concerts qui s’y déroulent et n’a pas été associé au contenu du concert organisé sous l’égide de l’ambassade du Kosovo à Paris.

    Vous me ferez signe quand il y aura une messe de quelque compositeur que ce soit (avec Credo) à la grande mosquée de Pristina…