Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 5

  • Philippot

    EyD-Br_WQAYexM_.jpg

    EyD-Br9XAAUhA-_.jpg

    C'était samedi à Paris. Bizarrement, personne n'en parle. Heureusement qu'en France il y a la liberté de la presse.

  • Coronafolies

    A Dallas au Texas, Etat où il n’y a plus aucune restriction, un curé a appelé la police parce qu’une femme enceinte ne portait pas de masque à la messe (tout en respectant la distance). La police est arrivée alors que la femme venait de communier et était à genoux. Le policier l’a menacée de lui mettre les menottes si elle ne se levait pas immédiatement. La femme a tenté de faire valoir qu’elle ne faisait rien d’illégal. Le policier a répondu que l’église était un commerce (sic : « a business ») et que les commerces ont le droit d’imposer le port du masque à leurs clients. La femme a été emmenée au poste, tandis qu’un huissier courait prendre en photo la plaque d’immatriculation de sa voiture en criant : « Faites un rapport ! Faites un rapport ! ». Toutes proportions gardées, en cette semaine sainte, j’avais l’impression d’entendre « Crucifiez le, crucifiez-le », a dit la femme.

    *

    Le vendredi saint, dans une église polonaise de Londres, la police est intervenue et a arrêté l’office, au motif que toutes les consignes anti-covid n’étaient pas respectées, ce que le curé conteste.

    *

    En revanche, à Calgary, au Canada, un pasteur protestant d’origine polonaise a fait sortir de son église les policiers venus vérifier le respect des « mesures sanitaires ». En hurlant que la Gestapo ne pouvait pas entrer chez lui sans mandat…

    *

    Je reçois les publicités par courriel de La Procure. Le Vendredi Saint, c’était titré : « Un inédit de Proust publié ». C’est en effet ce qui convient en ce jour… Mais le premier livre conseillé était « Chronique des temps de peste », de l’ineffable François Cassingena-Trévedy. Ce personnage est aussi qualifié pour parler de la peste que de la liturgie. Rappelons qu’en un an le covid-19 a "tué" 0,12% de la population française, y compris tous ceux qui de toute façon seraient morts dans l’année parce qu’à l’article de la mort ou gravement malades, et tous les vieux des Ehpad morts par principe du virus sans la moindre analyse. La peste c’était entre 30 et 60% de morts.

    *

    A Bruxelles, le jeudi saint, des jeunes s’étaient rassemblés dans un parc de Bruxelles, où ils ne faisaient vraiment rien de mal. Ils ont été chargés par la police à cheval, suivie de canons à eau. Il y a plusieurs blessés.

    *

    Sur la plage de La Grande Motte, hier, la police est intervenue pour faire respecter le port du masque (contre le célèbre variant marin de Méditerranée, sans doute) et surtout l’interdiction absolue de « boire de l’alcool ». Une famille a écopé de 405 euros d’amende pour un verre de rosé. Famille qui a surtout été choquée de voir que les flics étaient armés de fusils d’assaut et paradaient ainsi devant les enfants. Mais c’est habituel : sur les photos du canal Saint-Martin aussi, on voit les policiers faire la chasse aux canettes de bière avec des fusils d’assaut. C’est ainsi qu’on définit la liberté dans le monde d’après.

  • Jusqu’à la lie

    François, en tant qu’évêque de Rome, n’a jamais célébré la messe de la Cène du Seigneur comme il convient, à savoir dans sa cathédrale, pour souligner que le Sacrifice du Jeudi Saint sur l’autel de la cathédrale est celui dont découlent tous les Sacrifices du diocèse.

    François, en tant que pape de l’Eglise catholique, n’a jamais célébré la messe de la Cène du Seigneur comme il convient, à savoir la « mère des messes » à la « mère des églises », Saint Jean de Latran.

    En revanche, on a vu ce jour-là le pape, qui se fait photographier assis devant le Saint-Sacrement, se faire photographier à genoux devant une musulmane.

    Mais cette année il a réussi à faire pire. Quelques jours après avoir interdit les messes privées à Saint Pierre de Rome, il a dit une messe privée le seul jour où une telle messe est interdite : il est allé dire la messe du Jeudi Saint au domicile du cardinal Becciu.

    Il est a priori impossible de manifester davantage, et avec autant de cynisme, son mépris de la liturgie. Et de l’eucharistie. Et de son rôle d’évêque de Rome et de pape de l’Eglise catholique.

    Le cardinal Becciu ? Ben oui : c’est celui qui a mystérieusement transféré 700.000 euros en Australie au temps du procès du cardinal Pell. Pour aider à faire condamner George Pell. (L'organisme de lutte contre la corruption de l'État de Victoria a ouvert une enquête.)

  • Lundi de Pâques

    Surréxit Dóminus, et appáruit Petro, allelúia.
    Le Seigneur est ressuscité et il a apparu à Pierre, alléluia.

    L’antienne de communion reprend un propos de la fin de l’évangile du jour : « surrexit Dominus vere et apparuit Simoni ».

    Curieusement le « vere » a disparu, comme si à la fin de la troisième messe pascale il n’était plus nécessaire d’insister. L’invitatoire des matines le répète toutefois chaque nuit de cette semaine (et on le trouve dans quelques autres pièces).

    Et Simon a été remplacé par Pierre. Parce que c’est son nom d’apôtre. La station romaine est précisément à Saint-Pierre, parce que c’est le premier jour après Pâques et que Pierre a été le premier apôtre à voir le Seigneur ressuscité.

    La mélodie paraît commencer comme celle de l’introït de la messe de Pâques, et sur le même mot. Mais c’est une illusion. Hier la mélodie nous établissait dans la plus haute contemplation, alors que celle-ci est un joyeux élan vers le Seigneur qui est vraiment ressuscité puisqu’il a apparu à Pierre (donc pas besoin du « vere »). Et pour le souligner, un long et très bel alléluia qui couvre plus du tiers de la durée.

    Screenshot_2021-04-03 LU788.png

    Par les moniales d’Argentan sous la direction de dom Gajard, avec le premier verset du psaume 117 et la doxologie :


    podcast

    Confitemini Domino, quoniam bonus, quoniam in sæculum misericordia ejus.

    Gloria Patri et Filio et Spiritui Sancto, sicut erat in principio et nunc et semper et in sæcula sæculorum. Amen.

  • Levez les portes !

    Après la proclamation de la Résurrection, le célébrant frappe sur la porte fermée de l’église en entonnant le verset 7 du psaume 23. De l’intérieur de l’église plongée dans le noir, représentant les enfers, des voix lui répondent en lui demandant qui est ce roi de gloire qui veut entrer. A la troisième fois, le célébrant ayant précisé (toujours avec le psaume) que c’est le Dieu des puissances, il frappe un dernier coup et la porte s’ouvre, symbolisant le Christ qui a fracassé les portes des enfers.

    Ici à Pâques 1992 à la cathédrale de Piana degli Albanesi, avec Mgr Sotìr Ferrara. En arberèche.

    — Levez les portes, vous leurs princes ; et ouvrez-vous, portes éternelles, et il entrera, le Roi de gloire.

    — Quel est donc le Roi de gloire ?

    — C'est le Seigneur fort et puissant, le Seigneur puissant au combat. Levez les portes, vous leurs princes ; et ouvrez-vous, portes éternelles, et il entrera, le Roi de gloire.

    — Quel est donc ce Roi de gloire ?

    — C'est le Dieu des puissances, c'est lui qui est le Roi de gloire.

    Χριστὸς ἀνέστη ἐκ νεκρῶν, θανάτῳ θάνατον πατήσας καὶ τοῖς ἐν τοῖς μνήμασι ζωὴν χαρισάμενος.

    Le Christ est ressuscité des morts, par sa mort il a vaincu la mort, et à ceux qui sont dans les tombeaux il a donné la vie.

    En arberèche:

    Krishti u ngjall aì tue vdekur ndridhi vdekjen e shkret e të vdekurvet te varret i dha gjellën e vërtet.

  • Le Christ est ressuscité

    Tropaire de la Résurrection, après la proclamation de l’évangile de la Résurrection, en dehors de l’église. Par Mgr Sotìr Ferrara, devant la cathédrale de Piana degli Albanesi, à Pâques 1992.

    Χριστὸς ἀνέστη ἐκ νεκρῶν, θανάτῳ θάνατον πατήσας καὶ τοῖς ἐν τοῖς μνήμασι ζωὴν χαρισάμενος.

    Le Christ est ressuscité des morts, par sa mort il a vaincu la mort, et à ceux qui sont dans les tombeaux il a donné la vie.

    En arberèche:

    Krishti u ngjall aì tue vdekur ndridhi vdekjen e shkret e të vdekurvet te varret i dha gjellën e vërtet.

    Puis avec les stichères (psaume 67,2-4 et 117,24) :

    Que Dieu ressuscite, et que ses ennemis soient dispersés, et que s'enfuient loin de sa face ceux qui le haïssent.
    Que périssent les pécheurs devant la face de Dieu, et que les justes se réjouissent.
    Qu'ils s'évanouissent comme s'évanouit la fumée, comme fond la cire devant le feu.
    Voici le jour qu'a fait le Seigneur ; exultons et réjouissons-nous en ce jour.
    Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit…
    Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

  • Lève-toi, ô Dieu !

    Chant de la divine liturgie du Samedi Saint, avant l'évangile. C’est le psaume 81, avec en refrain son dernier verset, qui commence par « Lève-toi ô Dieu », avec le mot utilisé pour la résurrection et qui est donc alors compris : « Ressuscite, ô Dieu ». A Piana degli Albanesi, le 18 avril 1992, avec Mgr Sotìr Ferrara.

    Ἀνάστα, ὁ Θεός, κρῖνον τὴν γῆν, ὅτι σὺ κατακληρονομήσεις ἐν πᾶσι τοῖς ἔθνεσι.
    Lève-toi, ô Dieu, juge la terre. Car tu hériteras de toutes les nations.

    Puis en arberèche, et les versets en arberèche.

    Dieu est dans l'assemblée des dieux. Il juge au milieu des dieux.

    Ἀνάστα, ὁ Θεός, κρῖνον τὴν γῆν, ὅτι σὺ κατακληρονομήσεις ἐν πᾶσι τοῖς ἔθνεσι.

    Jusques à quand jugerez-vous selon l’iniquité ? Jusques à quand aurez-vous égard à la face des pécheurs ?

    Ἀνάστα, ὁ Θεός, κρῖνον τὴν γήν, ὅτι σὺ κατακληρονομήσεις ἐν πᾶσι τοῖς ἔθνεσι.

    Rendez justice au pauvre et à l'orphelin. Justifiez l'humble et le malheureux.

    Ἀνάστα, ὁ Θεός, κρῖνον τὴν γῆν, ὅτι σὺ κατακληρονομήσεις ἐν πᾶσι τοῖς ἔθνεσι.

    Libérez le pauvre et l'humble. Délivrez-les de la main des méchants.

    Ἀνάστα, ὁ Θεός, κρῖνον τὴν γῆν, ὅτι σὺ κατακληρονομήσεις ἐν πᾶσι τοῖς ἔθνεσι.

    Ils n'ont pas su, ils n'ont pas compris. Ils vont dans les ténèbres. Tous les fondements de la terre seront ébranlés.

    Ἀνάστα, ὁ Θεός, κρῖνον τὴν γῆν, ὅτι σὺ κατακληρονομήσεις ἐν πᾶσι τοῖς ἔθνεσι.

    J'ai dit : Vous êtes des dieux, vous êtes tous des fils du Très Haut. Mais vous mourez comme des hommes et vous tombez comme l'un des princes.

    Ἀνάστα, ὁ Θεός, κρῖνον τὴν γῆν, ὅτι σὺ κατακληρονομήσεις ἐν πᾶσι τοῖς ἔθνεσι.

  • Samedi Saint

    Troisième stance (partielle) des Thrènes des matines du Samedi Saint, chantée après les vêpres du Vendredi Saint à Palazzo Adriano le 10 avril 2020.


    Αἱ γενεαὶ πᾶσαι, ὕμνον τῇ Ταφῇ σου, προσφέρουσι Χριστέ μου.
    Toutes les générations apportent leur hymne à ton sépulcre, mon Christ.

    Καθελὼν τοῦ ξύλου, ὁ Ἀριμαθαίας, ἐν τάφῳ σε κηδεύει.
    Il te descendit du bois, l'Arimathéen, et t'ensevelit dans le tombeau.

    Δεῦρο πᾶσα κτίσις, ὕμνους ἐξοδίους, προσοίσωμεν τῷ Κτίστῃ.
    Venez, toute la création, offrir les hymnes de l'exode au Créateur.

    Υἱὲ Θεοῦ παντάναξ, Θεέ μου πλαστουργέ μου, πῶς πάθος κατεδέξω;
    Fils de Dieu, Seigneur de l'univers, mon Dieu, mon Créateur, comment as-tu accepté la Passion ?

    Ἔρραναν τὸν τάφον, αἱ Μυροφόροι μύρα, λίαν πρωῒ ἐλθοῦσαι.
    Elles aspergèrent le tombeau de parfum, les myrophores, venant de grand matin.

    Δόξα Πατρὶ καὶ Υἱῷ καὶ Ἁγίῳ Πνεύματι,
    Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, 

    Ὦ Τριὰς Θεέ μου, Πατὴρ Υἱὸς καὶ Πνεῦμα, ἐλέησον τὸν Κόσμον.
    Trinité, mon Dieu, Père, Fils et Esprit, aie pitié du monde.

    καὶ νῦν καὶ ἀεὶ καὶ εἰς τοὺς αἰῶνας τῶν αἰώνων. Ἀμήν.
    maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

    Ἰδεῖν τὴν τοῦ Υἱοῦ σου, Ἀνάστασιν Παρθένε, ἀξίωσον σοὺς δούλους.
    Vierge, rends dignes tes serviteurs de voir la résurrection de ton Fils.

    Αἱ γενεαὶ πᾶσαι, ὕμνον τῇ Ταφῇ σου, προσφέρουσι Χριστέ μου.
    Toutes les générations apportent leur hymne à ton sépulcre, mon Christ.

  • Vendredi Saint

    Les apostiches des vêpres de la Déposition de la Croix pendant la procession de la mise au tombeau, le Vendredi Saint 1992 à Piana degli Albanesi (Sicile).

    Ὅτε ἐκ τοῦ ξύλου σε νεκρόν, ὁ Ἀριμαθαίας καθεῖλε, τὴν τῶν ἁπάντων ζωήν, σμύρνῃ καὶ σινδόνι σε Χριστὲ ἐκήδευσε, καὶ τῷ πόθῳ ἠπείγετο, καρδία, καὶ χείλη, σῶμα τὸ ἀκήρατον, σοῦ περιπτύξασθαι, ὅμως συστελλόμενος φόβῳ, χαίρων ἀνεβόα σοι· Δόξα, τῇ συγκαταβάσει σου Φιλάνθρωπε.

    Quand l'Arimathéen Te descendit mort de la croix, Toi la vie de l'univers - Christ, il Te couvrit de myrrhe et T'entoura d'un linceul - En son désir, de son cœur et de ses lèvres il embrassait ton corps très pur - La crainte l'accablait, mais il se réjouissait de Te dire - Gloire à ta descente parmi nous, Dieu qui aimes l'homme.

    Ὁ Κύριος ἐβασίλευσεν, εὐπρέπειαν ἐνεδύσατο, ἐνεδύσατο Κύριος δύναμιν καὶ περιεζώσατο·

    Le Seigneur est entré dans son règne. Il s'est revêtu de splendeur. (Psaume 92)

    Ὅτε ἐν τῷ τάφῳ τῷ καινῷ, ὑπὲρ τοῦ παντὸς κατετέθης, ὁ Λυτρωτὴς τοῦ παντός, ᾍδης ὁ παγγέλαστος, ἰδών σε ἔπτηξεν, οἱ μοχλοὶ συνετρίβησαν, ἐθλάσθησαν πύλαι, μνήματα ἠνοίχθησαν, νεκροὶ ἀνίσταντο· τότε ὁ Ἀδὰμ εὐχαρίστως, χαίρων ἀνεβόα σοι· Δόξα, τῇ συγκαταβάσει σου Φιλάνθρωπε.

    Quand, Rédempteur de l'univers, Tu fus déposé pour tous dans le tombeau nouveau - l'enfer joué fut terrifié de Te voir - Ses verrous rompus et ses portes brisées - les sépulcres s'ouvrirent et les morts ressuscitèrent - Alors Adam rendit grâce et se réjouit de Te dire - Gloire à ta descente parmi nous, Dieu qui aimes l'homme.

    Καὶ γὰρ ἐστερέωσε τὴν Οἰκουμένην, ἥτις οὐ σαλευθήσεται. 
    Il a fondé l'univers, qui ne fléchira pas.

    Ὅτε ἐν τῷ τάφῳ σαρκικῶς, θέλων συνεκλείσθης ὁ φύσει, τῇ τῆς Θεότητος, μένων ἀπερίγραπτος, καὶ ἀδιόριστος, τὰ θανάτου ἀπέκλεισας, ταμεῖα καὶ ᾍδου, ἅπαντα ἐκένωσας, Χριστὲ βασίλεια, τότε καὶ τὸ Σάββατον τοῦτο, θείας εὐλογίας καὶ δόξης, καὶ τῆς σῆς λαμπρότητος ἠξίωσας. 
    Quand Tu voulus être enfermé en ta chair dans le tombeau - Toi qui demeurais hors de toute limite - infini dans la nature de la Divinité, Christ Tu as ouvert les demeures de la mort - Tu as dépouillé les royaumes de l'enfer - Alors Tu as donné à ce Sabbat la bénédiction, la gloire divines et ta splendeur.

    τῷ οἴκῳ σου πρέπει ἁγίασμα, Κύριε εἰς μακρότητα ἡμερῶν.

    A ta maison revient la sainteté, Seigneur, pour la durée des jours.

    Ὅτε αἱ δυνάμεις σε Χριστέ, πλάνον ὑπ' ἀνόμων ἑώρων, συκοφαντούμενον, ἔφριττον τὴν ἄφατον, μακροθυμίαν σου, καὶ τὸν λίθον τοῦ μνήματος, χερσὶ σφραγισθέντα, αἷς σου τὴν ἀκήρατον, πλευρὰν ἑλόγχευσαν, ὅμως τῇ ἡμῶν σωτηρίᾳ, χαίρουσαι ἐβόων σοι· Δόξα, τῇ συγκαταβάσει σου, Φιλάνθρωπε.

    Quand les Puissances des cieux Te virent - Christ, calomnié, accusé de mensonge par les iniques - quand elles virent la pierre du sépulcre scellée par les mains qui avaient percé ton côté très pur - elles tremblèrent devant ton ineffable patience - Mais elles se réjouissaient de notre salut et Te disaient - Gloire à ta descente parmi nous, Dieu qui aimes l'homme.

    Δόξα Πατρὶ καὶ Υἱῷ καὶ Ἁγίῳ Πνεύματι, καὶ νῦν καὶ ἀεὶ καὶ εἰς τοὺς αἰῶνας τῶν αἰώνων. Ἀμήν.

    Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.


    Doxastikon en arberèche, par Mgr Sotìr Ferrara (à 7'09").

    Tij çë vishe me dritë si me një mënt, si të sdrypi Josifi me Nikodhinin nga Druri e tue të par vdekur, mëlikurë, pa varrë, të dhëmbëshmin vajtim zuri e tue u hjidhëruar po thoshëj: Oh, i ënbëli Isuth! Dielli pak më para, si të pa vjérrë mbi kryqen, u pështrua me errësirë. Dheu për dren u shkunt, villi i Faltores u shquarr. E nani u vet jam e shoh se për mua deshe të zdrypeshe te mortja. Si ka të t’varrëzonj, o Perendia jim? A si ka të të pështronj me pëlhurën? Me çilat duar ka të ngas të pangarin Kurnin tënt? Me çë këndime ka të lëvdonj të vaturit tat, o Lipisjar? U lartësonj pesimet tatë, u lëvdonj varrin tënt e të Ngjallurit tat, tue uluritur: O i Madh’yn’Zot, paçe lëvdi.

    Toi qui t’habilles de lumière comme d’un manteau, Joseph avec Nicodème t’ayant descendu du bois, et te voyant mort, nu, sans sépulture, plein de tristesse et de compassion dit cette complainte : Hélas, doux Jésus, il y a peu, le soleil t’ayant vu suspendu à la Croix s’enveloppait de ténèbres, et la terre tremblait de peur, et le voile du Temple se déchirait. Mais voici, maintenant je te vois pour moi descendant volontairement à la mort. Comment t’enterrerai-je, mon Dieu ? Comment t’envelopperai-je dans un linceul ? De quelles mains toucherai-je ton corps très pur ? Quels chants entonnerai-je pour ton exode, ô Compatissant ? Je magnifie ta Passion, je célèbre aussi ta sépulture avec ta résurrection, en criant : Seigneur, gloire à toi.

    *

    Le doxastikon en grec à Palazzo Adriano l'an dernier, ici, à 9'27".

  • Jeudi Saint

    L’hymne des vêpres « Joyeuse lumière », suivie du prokiménon du Jeudi Saint, à Palazzo Adriano (Sicile), le Jeudi Saint 2020.

    Σοφία Ὀρθοί !
    Φῶς ἱλαρὸν ἁγίας δόξης, ἀθανάτου Πατρός, οὐρανίου, ἁγίου, μάκαρος, Ἰησοῦ Χριστέ, ἐλθόντες ἐπὶ τὴν ἡλίου δύσιν, ἰδόντες φῶς ἑσπερινόν, ὑμνοῦμεν Πατέρα, Υἱόν, καὶ ἅγιον Πνεῦμα Θεόν. Ἄξιόν σε ἐν πᾶσι καιροῖς, ὑμνεῖσθαι φωναῖς αἰσίαις, Υἱὲ Θεοῦ, ζωὴν ὁ διδούς, Διὸ ὁ κόσμος σὲ δοξάζει.

    La Sagesse, debout !
    Lumière joyeuse de la sainte gloire du Père immortel, céleste, saint, et bienheureux, ô Jésus Christ. Parvenus au coucher du soleil, voyant la lumière du soir, nous chantons Dieu ; Père, Fils et Saint-Esprit. Il est digne dans tous les temps de te célébrer avec des voix saintes, ô Fils de Dieu qui donne la vie, aussi le monde te glorifie.

    Προκείμενον
    Ἐξελοῦ με, Κύριε, ἐξ ἀνθρώπου πονηροῦ, ἀπὸ ἀνδρὸς ἀδίκου ρῦσαί με, οἵτινες ἐλογίσαντο ἀδικίαν ἐν καρδίᾳ, ὅλην τὴν ἡμέραν παρετάσσοντο πολέμους.

    Délivre-moi, Seigneur, de l'homme mauvais ; arrache-moi des mains de l'homme inique. Ceux qui n'ont eu que des pensées iniques dans le cœur préparaient contre moi des attaques tout le jour. (Psaume 139)