Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 5

  • Le grand remplacement est un mythe

    Photo des bacheliers du lycée Theodor-König de Duisbourg-Beeck (Rhénanie du Nord Westphalie).

    DEns3j2V0AEEMD1.jpg

    Puisque

    the-treachery-of-images-this-is-not-a-pipe-1948(2).jpg

  • Renaissance

    primopiano_4326.JPG

    La cathédrale maronite Saint-Elie d’Alep n’a plus de toit. Mais le 11 juillet, plus de mille habitants de la ville y ont assisté à une interprétation de la Messe en ut mineur de Mozart, par l’Orchestre symphonique de Damas et le chœur Naregatsi né dans les ruines et constitué par les diverses communautés chrétiennes.

    Le concert a été réalisé avec la contribution de L'œuvre d'Orient, et a été dirigé par le Père Yeghiche Elias Janji, prêtre arménien catholique qui n’a jamais cessé, même durant la guerre, de dirigeer des concerts dans différentes villes syriennes, et qui avait dirigé cette même Messe de Mozart devant le Pape Benoît XVI.

    Mgr Joseph Tobji, archevêque d’Alep des Maronites déclare à l’agence Fides : « Ce concert représente en soi un signal fort, de grand impact symbolique et qui peut être perçu par tous : dans une église dévastée, où tout semblait détruit, la vie refleurit à nouveau et l’on repart. Un orchestre de musiciens musulmans et chrétiens exécute la Messe dans la version composée par un grand génie de l’humanité, une œuvre de foi et d’art qui résonne dans un lieu qui avait été dévasté par la barbarie et par la violence brutale. Le jeu des lumières dans l’église en ruines était lui aussi très suggestif. Beaucoup de gens sont venus et n’ont pas trouvé de place. » (C’est pourquoi des écrans avaient été installés sur le parvis.)

  • Il est interdit de se plaindre

    IMG_9386-kTLE-RCmb38swi1a11y7A6gYmFPJ-1024x576@LaStampa.it.JPG

    Andrea Tornielli rapporte que e 14 juin dernier, le psychologue vedette Salvo Noè a offert à François une pancarte avec ce qui est selon lui la « loi n°1 sur la protection de la santé et du bien-être » : « Il est interdit de se plaindre ». Le texte se poursuit ainsi : « Les transgresseurs sont sujets à un syndrome de victimisation avec abaissement notable de la bonne humeur et de la capacité à résoudre les problèmes. L’amende est doublée si la violation est réalisée en présence d’enfants. Pour obtenir le meilleur de vous vous devez vous concentrer sur vos propres potentialités et non sur ses propres limites, puis : arrête de te plaindre et agis pour changer ta vie en mieux. Dr Salvo Noè. »

    rire du pape.jpeg

    François a pris la pancarte avec cet affreux rire gras et forcé dont il a le secret, disant au psychologue qu’il allait l’afficher à l’entrée de son « bureau où il reçoit les gens ». Finalement il n’a pas osé et l’a mise sur la porte de sa chambre…

  • Benoît XVI : l’Eglise coule

    Le message envoyé par Benoît XVI pour les obsèques du cardinal Meisner (l'un des cardinaux des Dubia) n’est pas passé inaperçu :

    … au cours de cette dernière période de sa vie, il a appris à lâcher prise et à vivre toujours plus dans la certitude profonde que le Seigneur n'abandonne pas son Eglise, même lorsque parfois le navire a tant pris l'eau qu'il est sur le point de chavirer.

    Les papolâtres tentent de se raccrocher au « parfois » pour affirmer que Benoît XVI ne parle pas de la situation présente. C’est idiot. Le contexte montre que le « parfois » sert seulement à atténuer la violence du propos et veut dire en fait « maintenant », de même que dans d’autres circonstances (pour les dérives post-Vatican II) ce diplomatique « parfois » ratzingérien veut dire « souvent », voire « très souvent »…

    Les grandes figures italiennes du progressisme et du rupturisme Alberto Melloni et Massimo Faggioli ne s’y sont pas trompées, évidemment, et ont encaissé le coup. Le premier a twitté : « Il existe un proto-Ratzinger, un deutero-Ratzinger, et à présent aussi un pseudo-Ratzinger qui fait allusion de façon négative au pape régnant. » Et le second : « Ce serait bien de savoir qui a écrit le message de Benoît XVI aux funérailles du cardinal Meisner. »

    On constate aussi que le blog ultra-bergoglien Il Sismografo, rendant compte du message de Benoît XVI, censure cette phrase.

    On ne peut que rapprocher le propos de Benoît XVI de celui qu’il a tenu devant les nouveaux cardinaux le 28 juin : « Le Seigneur est victorieux à la fin. »

    Le pape rend toujours hommage à un cardinal qui vient de mourir, même quand il est inconnu. Mais pour le cardinal Meisner, silence radio de la part de François...

    Voir Benoît et moi, le blog de Jeanne Smits, Sandro Magister.

  • Saint Alexis

    Menées, 17 mars.

    Saint Alexis, l’homme de Dieu. Il était issu d’une famille illustre de Rome mais il choisit de suivre la voie de la chasteté et de l’ascétisme. Il mourut en 410.

    Apolytikion

    Tu as germé d’une racine célèbre et renommée, tu as fleuri d’une ville royale et glorieuse, ô très sage Alexis. Mais, méprisant tout cela comme périssable et passager, tu t’es hâté de rejoindre le Christ Seigneur. Aussi implore-le toujours pour nos âmes.

    Par le P. Nicodème Kabarnos.

    Ἐκ ῥίζης ἐβλάστησας, περιφανοῦς καί κλεινῆς, ἐκ πόλεως ἤνθησας, βασιλικῆς καί λαμπρᾶς, Ἀλέξιε πάνσοφε· πάντων δ᾽ ὑπερφρονήσας, ὡς φθαρτῶν καί ῥεόντων, ἔσπευσας συναφθῆναι, τῷ Χριστῷ καί Δεσπότῃ. Αὐτόν οὖν ἐκδυσώπει ἀεί, ὑπέρ τῶν ψυχῶν ἡμῶν.

  • 6e dimanche après la Pentecôte

    Introït

    Dóminus fortitudo plebis suæ, et protéctor salutárium Christi sui est : salvum fac pópulum tuum, Dómine, et benedic hereditáti tuæ, et rege eos usque in sǽculum.

    Ad te, Dómine, clamábo, Deus meus, ne síleas a me : ne quando táceas a me, et assimilábor descendéntibus in lacum.

    Le Seigneur est la force de son peuple et le protecteur salutaire de son Christ: sauvez votre peuple, Seigneur, et bénissez votre héritage, régissez-les jusqu’aux siècles sans fin.

    Je crierai vers vous, Seigneur, mon Dieu, ne gardez pas le silence à mon égard : de peur que, si vous ne répondez pas, je ne sois semblable à ceux qui descende dans la fosse.

    6th Sunday after Pentecost: Introit from Corpus Christi Watershed on Vimeo.

    Notker.jpeg

    Dans le graduel de Nokter, la lettrine de l’introït de ce dimanche (la hampe du d) rejoint la lettrine de l’introït de dimanche dernier.

  • Pauvre chérie

    Une « Française » de 27 ans, « originaire de Seine-et-Marne », a été arrêtée en compagnie de ses quatre enfants dans un immeuble de Mossoul par l’armée irakienne, et emprisonnée : il est vite apparu qu’elle était venue en 2015 avec son mari pour faire le jihad.

    Alors elle appelle la France au secours…

    Par miracle, cette « Française » a un avocat. Français. Et pas n’importe quel avocat : William Bourdon, vedette gauchiste du barreau de Paris, avocat notamment des deux « Français » de Guantanamo.

    Alors William Bourdon se répand en abondantes pleurnicheries sur cette pauvre « Française » piégée à Mossoul, et il exprime sa double exigence :

    Que ce dossier ne soit pas traité uniquement avec un regard judiciaire, ou en gestion de crise, mais avec le très haut niveau d'humanité qu'exige à la fois la présence de quatre enfants mineurs et le fait que cette jeune famille a vécu un enfer lors du siège de Mossoul.

    C’est fascinant, cette propension des idéologues à inverser la réalité. Jusqu’à preuve du contraire, ce sont les jihadistes (dont cette Française faisait partie) qui ont fait vivre un enfer aux habitants de Mossoul. Pas l’armée régulière irakienne qui a libéré Mossoul de la terreur jihadiste dont cette Française était partie prenante, avec un « très haut niveau d’humanité » très relatif…

    Ah mais il faut l’aider parce qu’en tant que complice de l’Etat islamique elle risque la peine de mort. Pauvre chérie. Ce n’est même pas vrai. Puisque bien évidemment les Irakiens n’exécuteront pas une ressortissante française.

  • Il n’y a plus de ladies ni de gentlemen

    Les employés des transports londoniens ont reçu l’ordre de ne plus utiliser l’expression « Ladies and gentlemen » dans leurs annonces. Ils doivent désormais dire « tout le monde » (everybody). Les annonces préenregistrées vont être modifiées en ce sens.

    Cette décision fait suite à une campagne intensive des lobbies LGBTQ+ auprès du maire de Londres Sadiq Khan. Les lobbies se félicitent naturellement d’avoir eu gain de cause : le langage « inclusif » et «  non genré » des transports londoniens rendra la vie plus facile à ceux qui ne se reconnaissent pas dans un sexe donné…

  • Saint Henri II

    bsb00050763_00024.jpg

    Enluminure du Sacramentaire d’Henri II, exaltant son sacre impérial (1014). C’est le Christ lui-même qui le couronne. A droite, saint Emmeran de Ratisbonne l’aide à prendre l’épée impériale que lui donne un ange, à gauche saint Ulrich d’Augsbourg l’aide à prendre la Sainte Lance que lui présente un autre ange.

    Le sacramentaire fut réalisé du vivant d’Henri II (et pour lui) à l'abbaye Saint-Emmeran (ou Emmeram) de Ratisbonne.

  • 28,5 %

    En ouverture d’une réunion de ministres des Affaires étrangères à Abidjan, le 10 juillet, Youssef Al-Othaimeen, secrétaire général de l’Organisation de la Coopération islamique (OCI) et ancien ministre saoudien, a déclaré que 28,5% des jeunes de 15 à 29 ans dans le monde vivent dans des pays de l’OCI, ce qui représente « des opportunités et des défis », parce que ces jeunes sont d’importantes « ressources pour leurs pays et pour le monde », mais qu’il faut combattre des défis comme « la privation économique, l’exclusion politique, la marginalisation sociale », et la désintégration des familles qui crée un terreau fertile pour les organisations extrémistes et terroristes qui recrutent des jeunes pour leurs « déplorables desseins » (sic). Dans un monde de « médias sociaux et d’interconnectivité mondiale », il y a besoin d’un « discours contre l’extrémisme violent ».

    Sic. Il faut un discours (« a narrative », littéralement un récit) contre l’extrémisme violent. Contre l’extrémisme non violent ce n’est pas la peine, semble-t-il.

    On ne nous dit pas si Youssef A. Al-Othaimeen a évoqué les dizaines de milliers de jeunes hommes musulmans qui ont commencé à quitter des pays de l’OCI pour s’installer en Europe occidentale. Mais sans nul doute ils représentent une opportunité pour que ces pays qui accueillent à bras ouverts les phalanges de l’islam deviennent des pays de l’OCI…

    7168533.jpg