Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 5

  • Au Nigeria

    Nouvelle attaque terroriste au Nigeria. Dimanche, des hommes armés ont fait irruption dans l’église de Robuh, dans l’Etat de Kaduna, pendant la messe. Ils ont tiré au hasard, tuant trois fidèles et en blessant de nombreux autres. Et ils en ont kidnappé une quarantaine d’autres pour pouvoir les libérer contre rançon.

    Ce village avait déjà été attaqué le 5 janvier et le 27 avril. C’est pourquoi la messe avait été avancée à 7 heures. Mais les assaillants sont arrivés peu après 7 heures…

  • Zelensky en 2019

    Extrait de la conférence de presse de Volodymyr Zelensky le 11 octobre 2019.

    "A partir de maintenant nous avons un Etat militaire. Nous avons une guerre. Nous allons faire la guerre. Notre armée est prête. Nous allons faire la guerre au Donbass. Nous allons reprendre par la guerre, avec l'armée, nos territoires. Nous ne sommes pas indifférents au nombre de personnes qui vont mourir, mais nous sommes prêts à revenir, à récupérer nos terres. Nous sommes prêts à une action militaire directe sur les territoires occupés."

  • Au Texas

    Brooke a découvert qu’elle était enceinte deux jours avant que la loi texane n’interdise les avortements dès qu’une échographie peut détecter une activité cardiaque. Et l’échographie a détecté une activité cardiaque. Et même deux. Et elle a eu des jumelles.

    D’un côté, dit-elle, elle croit absolument que les femmes devraient avoir le droit de choisir ce qui est le mieux pour leur propre vie. D’autre part, elle savait que, sans la loi texane, ses bébés ne seraient pas là.

    “Qui peut dire ce que j’aurais fait si la loi n’avait pas été en vigueur ? “Je ne veux pas y penser.” “C’est vraiment effrayant de penser que je ne les aurais pas”.

    La directrice exécutive du centre de grossesse où Brooke s’est présentée lorsqu’elle était enceinte raconte que Brooke et sa mère étaient en colère. Mais dès qu’elles ont vu l’échographie, tout a changé.

    “Le moment où nous avons posé la baguette sur son joli ventre et où deux bébés sont apparus… ça les a fait fondre.”

    L’année dernière, 583 femmes désireuses d’avorter ou vulnérables à l’avortement ont choisi de poursuivre leur grossesse après avoir visité cet établissement.

  • Sataniques

    Les militants de la culture de mort continuent de vandaliser les églises et les centres d’aide à la grossesse aux Etats-Unis. Et puisque le gouvernement Biden a déclaré qu’il ne ferait rien contre les manifestations devant les domiciles des juges à la Cour suprême, cela continue de plus belle. En voici une remarquable, devant la maison d’Amy Coney Barrett. Il paraît que même les démocrates pro-avortement commencent à être gênés…

    Capture d’écran 2022-06-21 à 13.43.13.png

    Capture d’écran 2022-06-21 à 13.40.59.png

     

  • Saint Louis de Gonzague

    Luigi_Gonzaga.jpg

    L'autel de saint Louis de Gonzague (avec son tombeau) en l'église Saint-Ignace de Rome.

    Capture d’écran 2022-06-20 à 17.18.48.png

    Capture d’écran 2022-06-20 à 17.19.16.png

    (Vie de saint Louis de Gonzague, par le P. Virgile Cépari, 1823.)

  • Une réaction polonaise

    Robert Winnicki, lors d’une conférence de presse aujourd’hui :

    Depuis plusieurs semaines, nous entendons des informations selon lesquelles le gouvernement PiS envisage d'abandonner la pression sur l'État ukrainien concernant le culte de Stepan Bandera, patron du génocide des Polonais de Wołyn et de la Petite Pologne orientale.

    Les signaux envoyés par le gouvernement polonais selon lesquels notre camp renoncera à stigmatiser les génocides de Wołyn sont quelque chose d'INACCEPTABLE. Il n'y a pas de consentement pour cela ! Nous combattrons le culte de Stepan Bandera et de l'OUN-UPA !

    (Robert Winnicki, 36 ans, député depuis 2015, est président du Mouvement national : Ruch Narodowy. Il a été l’un des initiateurs en 2011 de la Marche de l’indépendance, chaque 11 novembre, qui est devenue la plus importante manifestation polonaise.)

  • Petite provoc

    Une petite et ridicule provocation qui pourrait avoir de graves conséquences : la Lituanie interdit depuis samedi le transit ferroviaire russe à destination de Kaliningrad pour tous les produits touchés par les sanctions de l’UE.

    Le gouverneur de Kaliningrad a demandé aux autorités de Moscou de contourner l’embargo en renforçant le lien maritime avec Saint-Pétersbourg, et de prendre des mesures de rétorsion envers la Lituanie.

    Le conseil de la Fédération de Russie a déclaré ce matin que la tentative de blocus de la région de Kaliningrad par la Lituanie est une violation de la souveraineté de la Russie et pourrait être le fondement d’actions très fortes et tout à fait légales de la part de la Russie…

    Début avril, le ministre lituanien des Transports avait considéré que ce transit (par le « train corridor » Minsk-Kaunas-Kaliningrad) était exempté des sanctions. Mais le gouvernement lituanien a posé officiellement la question à la Commission européenne, et la Commission a répondu que tous les produits russes traversant un territoire de l’UE étaient soumis aux sanctions. La Lituanie a donc obéi.

    Et l’on reparle de la « brèche de Suwalki » qui donne des sueurs froides aux stratèges de l’OTAN…

  • Désinformation

    Capture d’écran 2022-06-19 à 11.21.25.png

    Un exemple parmi tant d’autres (c’est à jet continu) de la désinformation ukrainienne sur les réseaux sociaux. Le tweet ci-dessus a été amplement répercuté par des gens dont beaucoup sont certainement de bonne foi.

    Il nous annonce que l’armée russe a l’intention d’installer un monument à l’impératrice russe Catherine la Grande dans la ville de Kherson qui a été prise.

    C’est le genre d’annonce invérifiable et non sourcée qui circule tous les jours. En soi cela n’aurait rien de scandaleux ou de saugrenu que les Russes veuillent installer une statue de Catherine II à Kherson, puisque c’est elle qui a fondé la ville. En outre, il y a à Odessa, dominant le port, une très grande statue de Catherine II. Pour l’heure Odessa est encore sous contrôle ukrainien, donc on ne voit pas où est le problème.

    Mais c’est la suite du tweet qui importe : « En même temps, les civils souffrent de la faim, du manque de médicaments et d’autres besoins vitaux de base ».

    Mes lecteurs savent que c’est complètement faux (y compris désormais pour les médicaments). Et c’est très facile à vérifier. Il y a une bonne dizaine de personnes de Kherson qui publient presque tous les jours des petites vidéos de leur vie quotidienne sur YouTube. Cela n’a généralement aucun intérêt, sauf de montrer quelle est la réalité de la vie dans la ville. Il y en a un qui m’amuse particulièrement, car sa chaîne s’appelle Ribalka, « pêcher », et sa bannière le montre avec un gros poisson, mais quasiment toutes ses vidéos montrent des étals de charcuterie…

    Mais le pire est évidemment ce que l’on voit d’abord : la photo, censée nous montrer dans quel état est Kherson. Or aucun immeuble de Kherson n’a été abîmé par la guerre. La photo, comme il est très facile de le vérifier par Google, montre un immeuble de Kharkov le 25 avril.

  • Ukraine

    Dans la démocratie ukrainienne exemplaire, les députés du parti unique de Zelensky (les partis d’opposition sont interdits) ont adopté hier dimanche (sinon ils s’ennuient le dimanche) une loi qui interdit l’exécution et la diffusion de toute musique russe, interdit l’importation de toutes les publications russes et biélorusses, et subventionne les publications en langue ukrainienne.

    Ce même dimanche, le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kuleba, montrant quelles sont les urgentes priorités, a indiqué qu’il négociait la réouverture des MacDo en Ukraine (MacDonald’s avait suspendu ses activités au début de la guerre).

    Sinon, l’armée ukrainienne, qui se plaint tous les jours que les Occidentaux ne lui donnent pas assez d’armes, notamment d’obus, pour lutter contre les Russes, a intensifié de façon exponentielle son bombardement de la ville de Donetsk, où il n’y a aucune cible militaire. Comme en 2014. Cette fois notamment avec des obusiers français, qui sont manifestement efficaces pour tuer les civils du Donbass.

    Le « gouverneur » de la province de Lugansk (qui ne contrôle plus que 5% du territoire), a admis la perte de Metiolkine, dans la banlieue de Sievierodonetsk. L’important est surtout que le secteur était tenu par le bataillon nazi Aïdar. On ne sait pas trop si c’est tout le bataillon Aïdar qui a été mis hors circuit, mais les images montrent en tout cas que son chef historique, Serhiy Melnytchouk, a été capturé. Le bataillon nazi Aïdar (financé par l'oligarque juif Kolomoïsky) faisait régner une telle terreur sur Sievierodonetsk en 2014-2015 qu’il y a même un document de notre ministère des Affaires étrangères sur la question.

    *

    df7js78-30b56400-d16b-48e3-a0c7-0abe29590760.jpg

    Samedi c’était le 1244e anniversaire de Kherson : la ville a été fondée par un décret de Catherine II le 18 juin 1778, et créée par Potemkine. La journée a commencé par un dépôt de gerbe à la statue de Potemkine, dans le square du centre-ville qui porte son nom. (Le tombeau du maréchal Potemkine, prince de Tauride et du Saint-Empire, se trouve à l’entrée de l’ancienne cathédrale de Kherson.) Puis a été inaugurée une exposition itinérante du musée Alexandre Souvorov de Saint-Pétersbourg au musée régional des traditions locales.

    Toutes ces villes au nom grec, Kherson, Odessa, Marioupol, Melitopol, Sébastopol, Simferopol… ont été fondées par Catherine II. C’était le « gouvernement » russe de la Tauride, avant la révolution bolchevique.

    2560px-Taurida_governorate_1822.jpg

  • Saint Silvère

    In ínsula Póntia natális sancti Silvérii, Papæ et Mártyris, qui, cum Anthimum, Epíscopum hæréticum, a suo prædecessóre Agapíto depósitum, restitúere noluísset, a Belisário, agénte ímpia Theodóra Augústa, in exsílium pulsus est, et ibídem, pro fide cathólica multis ærúmnis conféctus, defécit.

    Dans l'île de Ponza, l'anniversaire de saint Silvère, pape et martyr. N'ayant pas voulu rétablir Anthime, évêque hérétique, déposé par son prédécesseur Agapet, il fut, à la sollicitation de l'impératrice, l'impie Théodora, envoyé en exil par Bélisaire; il y mourut, accablé par les nombreux tourments endurés pour la Foi Catholique. (Martyrologe)

    Lorsqu'il apprend que les troupes impériales conduites par Bélisaire sont en marche, le nouveau roi des Goths, Théodat, envoie le pape Agapet Ier à Constantinople pour tenter de trouver une solution diplomatique. En février 536, ce dernier est reçu par Justinien avec tous les honneurs dus au chef de l'Église de Rome. Voyant que sa visite était vouée à l'échec, Justinien étant décidé à rétablir l'autorité de l'Empire romain en Italie, Agapet oriente alors les discussions sur la question des deux natures du Christ, sujet de discorde entre les chrétiens dyophysites de Rome et les chrétiens monophysites d'Orient. Des tensions apparaissent alors entre l'empereur et le pape, Agapet accusant le patriarche de Constantinople, Anthime, d'être un intrus et un hérétique. Après avoir menacé le pape de bannissement, Justinien finit par céder. En mars 536, Anthime est démis de ses fonctions et est remplacé par un patriarche dyophysite, à la grande fureur de l'impératrice.

    Agapet rentre ensuite à Rome où il meurt peu après de maladie, après seulement dix mois de règne. De son côté, Théodora semble irritée par le comportement de Justinien, à qui elle reproche d'avoir trop facilement cédé au pape. Elle pense alors pouvoir retourner la situation en favorisant la nomination d'un pape monophysite à Rome. Dans cette optique, elle envoie alors Vigile, un nonce pontifical qui fait partie de ses proches, en Italie. Malheureusement pour l'impératrice, Vigile arrive trop tard. En juillet 536, un nouveau pape, nommé Silvère, est élu avec la bénédiction des Goths. Néanmoins, ce dernier se retrouve rapidement dans une position inconfortable. En raison du conflit avec les Goths, les Byzantins refusent de reconnaitre officiellement sa nomination. Pour compliquer les choses, le roi goth à qui il devait sa nomination, meurt après avoir été renversé par la noblesse locale. C'est donc sans protection que le pape voit les troupes byzantines conduites par Bélisaire se rapprocher de Rome à l'automne 536. Silvère entame alors des discussions avec le général byzantin et lui ouvre les portes de la ville le 9 décembre 536.

    Si la prise de Rome est un succès majeur pour les projets de reconquête de Justinien, Théodora, elle, n'en oublie pas sa priorité : s'assurer que le trône papal est occupé par quelqu'un susceptible de s'entendre avec les chrétiens monophysites d'Orient. Elle décide donc d'écrire au pape afin de lui demander de rendre le poste de patriarche de Constantinople au monophysite Anthime. La réponse de Silvère est lapidaire : « Jamais je ne réhabiliterai un hérétique condamné pour sa méchanceté ».

    Pour l'impératrice, la coupe est pleine. Au cours de l'hiver 536-537, elle décide de prendre les choses en main et de remplacer le pape Silvère par Vigile. Elle écrit au général Bélisaire en lui ordonnant de destituer Silvère, mais celui-ci hésite. Il vient d'apprendre qu'une importante armée gothe est en route pour assiéger Rome et doit se préparer à défendre la ville. Il se voit mal traiter en plus des complications sur le plan religieux.

    Théodora décide donc de faire appel à son amie Antonina, la femme de Bélisaire, qui était présente en Italie aux côtés de son mari et avec qui elle entretenait une correspondance séparée. D'après le Liber Pontificalis, Antonina persuade Bélisaire de faire arrêter Silvère pour haute trahison, en utilisant de faux témoignages indiquant que ce dernier aurait secrètement échangé des lettres avec les Goths. Selon Liberatus de Carthage, Vigile aurait en fait lui-même fabriqué de toutes pièces des lettres compromettantes pour Silvère afin de favoriser sa propre nomination. Un jour de mars 537, Silvère est invité à venir rencontrer Bélisaire sur la colline du Pincio. Séparé de sa suite, le pape est accompagné dans une salle privée. À sa grande surprise, il est reçu par Antonina. Celle-ci lui aurait alors lancé : « Alors, seigneur pape Silvère, que vous avons-nous fait, à vous et à tous les Romains ? Pourquoi êtes-vous si pressé de nous remettre aux mains des Goths ? »

    À la suite de cette entrevue, Silvère est destitué et Vigile consacré pape. Après avoir été brièvement contraint à l'exil en Asie mineure, Silvère est assigné à résidence à Ponza où il meurt quelques années plus tard.

    (Wikipedia, article Theodora, paragraphes basés sur le livre de Paolo Cesaretti.)