Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 5

  • Jeudi de la quatrième semaine de l’Avent

    Le Soleil sans déclin va se lever de virginales entrailles pour illuminer l'entière création. Dans la pureté de nos regards et la sainteté de nos actions partons à sa rencontre, préparons-nous maintenant à recevoir en esprit celui qui vient parmi les siens selon son bon plaisir par un enfantement merveilleux, afin de ramener au Paradis ceux qui étaient exilés du séjour de l'Eden, dans sa miséricorde, en naissant à Bethléem.

    Le Verbe de Dieu, porté sur les épaules des Chérubins et dans sa personne s'unissant à la chair, a demeuré dans le sein d'une Vierge, il s'est fait homme mortel et vient naître au pays de Juda. Sainte Grotte, prépare-toi comme un vaste palais pour le Roi de l'univers, et toi, Crèche, comme un trône flamboyant où le Christ comme un enfant sera couché par la Vierge Marie pour rappeler sa créature, ainsi qu'il l'a voulu.

    La Vierge va te déposer dans la crèche des bestiaux, toi le Verbe éternel de notre Dieu qui acceptes un début dans le temps, d'une façon qui dépasse notre esprit, pour me sauver de la démence contractée par jalousie du serpent; et tu te laisses langer pour déchirer les liens et les bandes de mes péchés dans ton amour des hommes et ton unique bonté, afin que je te chante et glorifie et me prosterne joyeux devant ta venue dans la chair par laquelle je suis délivré.

    Liturgie byzantine, lucernaire

    *

    Antienne O du Magnificat

    O Rex Géntium, et desiderátus eárum, lapísque anguláris, qui facis útraque unum : veni, et salva hóminem, quem de limo formásti.

    O Roi des Nations et objet de leurs désirs, Pierre angulaire, qui réunissez en vous les deux (peuples) : venez et sauvez l’homme, que vous avez formé du limon.

     

    *

    O Rex gentium, de Paweł Łukaszewski, par le Chœur du Trinity College, direction Stephen Layton (CD Hyperion).
    podcast

  • Quand le disciple dépasse le maître

    Certains évêques se taisent à propos de l’idéologie développée par Georges Bergoglio. Certains font les perroquets, parfois de façon très intempestive afin que le pape entende à quel point ils sont… serviles. Mais il en est qui ont tellement assimilé la leçon qu’ils en viennent à dépasser le maître. Et c’est tout de même une grande fierté pour nous de constater que l’un de ceux-là est français. Il s’appelle Jean-Louis Balsa, il est évêque de Viviers. S’inspirant bien entendu d’Evangelii Gaudium, il écrit ceci dans son message de Noël :

    Chaque fois qu’un être humain se bat pour que la planète ne consume pas ses ressources, mais les convertisse en les recyclant durablement, c’est Dieu qui naît.

    J’en suis béat d’admiration. Plutôt que faire naître Dieu dans une étable (où il y avait deux animaux qui gaspillaient du foin et dont l’un polluait grave avec ses flatulences), Mgr Balsa le fait naître dans toutes les déchetteries. C’est un progrès fondamental.

    (On doit cependant constater que Mgr Balsa parle encore de Dieu, et de Dieu fait homme, ce qui n'est pas le cas de tous les messages épiscopaux de Noël.)

  • The cherry tree carol

    Le Noël anglais intitulé The cherry tree, le Cerisier, existe depuis au moins le XVe siècle, et il fait partie de nombreuses compilations de chants anglais de Noël, dans tous les arrangements possibles et imaginables. Il y en a pour tous les goûts sur Youtube (le chant authentique, du moins en folk américain, est celui de Jean Ritchie, mais j’aime beaucoup aussi l’interprétation de l’abbesse Seraphima de Brookline, et la version instrumentale « bluegrass » de Mark O’Connor est bien jolie.)

    Le texte est inspiré d’un épisode du pseudo-Matthieu, quand la Sainte Famille va en Egypte, que Marie veut manger des dattes et que l’enfant Jésus commande au palmier d’abaisser ses branches pour que sa mère puisse prendre les fruits. La ballade anglaise transpose l’épisode pendant le voyage de Nazareth à Bethléem, l’enfant commandant à l’arbre depuis le sein de sa mère.

    Je viens de découvrir les très jolies illustrations de Jeanyee Wong et je voulais vous en faire profiter.

    Il existe plusieurs versions de ce chant, et l’on trouvera ici celles qui ont été collectées aux Etats-Unis au XIXe siècle par Francis James Child. Je ne sais pas quelle version a utilisée Jeanyee Wong. Voici la version B, mais j’ai remplacé les strophes 12 et 13 par les strophes 13 et 14 de la version C, et j'ai ajouté une strophe de la version A, afin que le texte corresponde aux images.

    Toute amélioration de la traduction sera bienvenue. En particulier je me demande ce qu’est le « vow » du mercredi saint (le Christ voué à la mort par la trahison de Juda ?).

    CherryTree05Art.jpg

    Joseph was an old man,
    and an old man was he,
    And he married Mary,
    the Queen of Galilee.

    Joseph était un vieil homme,
    oui un vieil homme il était,
    Quand il épousa Marie,
    la reine de Galilée.

    When Joseph was married,
    and Mary home had brought,
    Mary proved with child,
    and Joseph knew it not.

    Quand Joseph fut marié
    et amena Marie à la maison,
    Marie s’avéra enceinte
    et Joseph ne le savait pas.

    Joseph and Mary walked
    through a garden gay,
    Where the cherries they grew
    upon every tree.

    Joseph et Marie marchaient
    à travers un gai jardin,
    Où les cerises elles poussaient
    Sur tous les arbres.

    CherryTree06Art.jpg

    O then bespoke Mary,
    with words both meek and mild:
    ‘O gather me cherries, Joseph,
    they run so in my mind.’

    Alors Marie dit
    avec des mots aimables et doux :
    Oh cueille-moi des cerises, Joseph,
    J’en ai tellement envie.

    CherryTree07Art.jpg

    And then replied Joseph,
    with words so unkind:
    ‘Let him gather thee cherries
    that got thee with child.’

    Et alors répondit Joseph
    avec des mots si méchants :
    Qu’il te cueille des cerises
    celui qui t’a mise enceinte.

    CherryTree08Art.jpg

    O then bespoke our Saviour,
    all in his mother’s womb:
    ‘Bow down, good cherry-tree,
    to my mother’s hand.’

    Alors dit notre Sauveur
    qui était dans le sein de sa mère :
    Incline-toi, gentil cerisier,
    vers la main de ma mère.

    The uppermost sprig
    bowed down to Mary’s knee:
    ‘Thus you may see, Joseph,
    these cherries are for me.’

    La plus haute branche
    s’inclina vers les genoux de Marie :
    Ainsi tu peux voir, Joseph,
    que ces cerises sont pour moi.

    CherryTree09Art.jpg

    O then bespake Joseph:
    ‘I have done Mary wrong;
    But cheer up, my dearest,
    and be not cast down.’

    Oh alors Joseph dit :
    Je me suis mal conduit avec Marie ;
    Mais retrouve le sourire, ma très chère,
    et ne sois pas abattue !

    ‘O eat your cherries, Mary,
    O eat your cherries now;
    O eat your cherries, Mary,
    that grow upon the bough.’

    Oh mange tes cerises, Marie,
    Oh mange tes cerises maintenant :
    Oh mange tes cerises, Marie
    qui ont poussé sur la branche.

    CherryTree11Art.jpg

    As Joseph was a walking,
    he heard an angel sing:
    ‘This night shall be born
    our heavenly king.

    Tandis que Joseph marchait,
    il entendit un ange chanter :
    Cette nuit il sera né
    notre roi céleste.

    CherryTree12Art.jpg

    ‘He neither shall be born
    in housen nor in hall,
    Nor in the place of Paradise,
    but in an ox’s stall.

    Il ne naîtra pas
    dans une maison ni dans un château,
    ni au Paradis,
    mais dans une étable à bœufs.

    ‘He neither shall be clothed
    in purple nor in pall,
    But all in fair linen,
    as were babies all.

    Il ne sera pas vêtu
    de pourpre ni d’un manteau,
    mais de lin fin
    comme sont tous les bébés.

    Mary took her baby,
    she dressed him so sweet;
    She laid him in a manger,
    all there for to sleep.

    Marie prit son bébé,
    elle l’habilla si gentiment ;
    elle l’étendit dans une mangeoire,
    pour qu’il dorme.

    CherryTree13Art.jpg

    As she stood over him
    she heard angels sing,
    ‘Oh bless our dear Saviour,
    our heavenly king.’

    Comme elle veillait sur lui
    elle entendit les anges chanter :
    Oh bénis notre cher Sauveur,
    notre roi céleste.

    CherryTree15Art.jpg

    Then Mary took her young son,
    and set him on her knee:
    ‘I pray thee now, dear child,
    tell how this world shall be.’

    Alors Marie prit son jeune fils,
    et le mit sur ses genoux :
    Je te prie maintenant, cher enfant,
    dis-moi ce qui va se passer.

    ‘O I shall be as dead, mother,
    as the stones in the wall;
    O the stones in the street, mother,
    shall mourn for me all.

    Oh je sera aussi mort, ma mère,
    que les pierres du mur ;
    Oh les pierres de la rue, ma mère,
    pleureront toutes pour moi.

    ‘And upon a Wednesday
    my vow I will make,
    And upon Good Friday
    my death I will take.

    Et un mercredi
    mon vœu je ferai,
    Et le vendredi saint
    Je mourrai.

    CherryTree16Art.jpg

    ‘Upon Easter-day, mother,
    my rising shall be;
    O the sun and the moon
    shall uprise with me.

    Le jour de Pâques, mère,
    ce sera ma résurrection ;
    Oh le soleil et la lune
    se lèveront avec moi.

    ’The people shall rejoice,
    and the birds they shall sing,
    To see the uprising
    of the heavenly king.’

    Les gens se réjouiront
    et les oiseaux chanteront
    Voyant la résurrection
    du roi céleste.

    Enregistrer

  • Saint Thomas

    Toute la messe est dominée par le bel Évangile de l’Apparition du Christ ressuscité à saint Thomas. L’antienne de la Communion, tirée de l’Évangile, nous rend cette apparition présente. Chacun de nous, à la messe, ressemble à saint Thomas. Le Maître nous apparaît et nous demande d’avancer la main pour toucher ses plaies, c’est-à-dire pour recevoir la chair du sacrifice. Dom Pius Parsch

    Mitte.jpg

    Mitte manum tuam, et cognósce loca clavórum : et noli esse incrédulus, sed fidélis.

    Approche ta main, et reconnais l’emplacement des clous : et ne sois pas incrédule, mais croyant.

    Cette antienne est tout empreinte de la délicate tendresse du Christ, discrète mais pénétrante ; elle se termine toutefois par un accent de ferme autorité, dont on peut penser qu’il crée la foi de saint Thomas. Ou qu’il correspond déjà à l’exclamation de l’apôtre qui va lui répondre aussitôt avec la même fermeté : « Mon Seigneur et mon Dieu. »

    *

    O Oriens, splendor lucis ætérnæ, et sol iustítiæ : veni, et illúmina sedéntes in ténebris, et umbra mortis.

    O Orient, splendeur de la lumière éternelle, et soleil de justice : venez et éclairez ceux qui sont assis dans les ténèbres et dans l’ombre de la mort.

    *

    O Oriens, de Paweł Łukaszewski, par le Chœur du Trinity College, direction Stephen Layton (CD Hyperion).
    podcast

  • Le cardinal Burke et la "correction"

    Dans une interview à Lifesitenews, le cardinal Burke parle de la « correction formelle du pape François » qu’il avait évoquée au cas où le pape refuserait de répondre aux dubia des quatre cardinaux (ce qui ne fait plus aucun doute) :

    Les dubia doivent recevoir une réponse parce qu'ils concernent les fondements mêmes de la vie morale et de l'enseignement constant de l'Église à l'égard du bien et du mal, à l’égard de diverses réalités sacrées comme le mariage et la sainte communion, etc. Quelle forme prendrait-elle ? C’est très simple; Ce serait direct, tout comme les dubia, sauf que dans ce cas il n'y aurait plus de questions, mais la confrontation des déclarations confuses d'Amoris Laetitia avec ce qui a été l'enseignement et la pratique constante de l'Église, et corrigeant ainsi Amoris Laetitia. C'est une ancienne institution dans l'Église, la correction du pape. Cela n'a pas eu lieu au cours des derniers siècles, mais il y a des exemples, et cela se fait dans le respect absolu de l’office du Successeur de saint Pierre ; en fait, la correction du pape est un moyen de sauvegarder cet office et son exercice. Quand aura-t-elle lieu ? Maintenant, bien sûr, nous sommes dans les derniers jours de l’année, jours de puissante grâce, avant la solennité de la Nativité de Notre Seigneur, et puis nous avons l'Octave de la Solennité et les célébrations du début de la nouvelle année - tout le mystère de la naissance de Notre Seigneur et son Épiphanie - donc elle aurait probablement lieu quelque temps après cela.

    A propos de l’atmosphère de peur qui règne au Vatican selon plusieurs observateurs, le cardinal répond :

    Je ne peux pas parler pour les autres à propos d'une possible atmosphère de peur, tout ce que je peux dire, c'est que, pour ce qui me concerne, je connais mon devoir d'évêque et surtout de cardinal, qui est d’être l'un des principaux conseillers du Saint-Père dans son office de préservation et de promotion de la grande tradition de la foi ; une telle peur, une telle intimidation, telle qu'elle peut exister de temps en temps, je ne peux tout simplement pas la prendre en compte à l'égard de ce que je dois faire. Je dois écouter ce que ma conscience me dit au sujet des vérités objectives de notre foi et de la meilleure façon de les défendre et de les promouvoir. Si une telle atmosphère existe, certainement cela pourrait générer le silence chez certains. On pense par exemple au cas de saint John Fisher en Angleterre à l'époque du roi Henri VIII, quand il était le seul évêque à soutenir la vérité de la foi, à défendre le Christ et sa sainte Église. Certains évidemment essayaient de le décourager de le faire, en soulignant qu'il était le seul. Et il répondit à juste titre que même s'il était le seul, la seule chose qui pouvait être importante était qu’il s’exprime au nom du Christ et accomplisse son devoir d'évêque. Saint Paul dit au début de la Lettre aux Galates que même si un ange du ciel arrivait en annonçant quelque chose de différent de ce qui est enseigné dans l'Église, qu'il soit anathème, en d'autres termes, que le faux enseignement soit condamné.

  • Marché adéquat

    Le président de la Fédération écossaise des pêcheurs, Bertie Armstrong, était auditionné hier par la commission du Brexit de la Chambre des Communes. Il a déclaré que le gouvernement, dans ses objectifs de négociations du Brexit, ne devait pas « être mort de peur à propos des droits de douane, qui peuvent disparaître dans la fluctuation des devises, et de petits tarifs douaniers ne sont pas un désastre. Nous devons surtout changer la rhétorique du “Nous devons être dans le marché unique, nous devons être dans le marché unique”. Nous n’avons pas besoin d’un marché unique, nous avons besoin d’un marché adéquat. »

    Le président des pêcheurs écossais contredisait ainsi frontalement un rapport de la commission UE de la Chambre des Lords disant que « la grande majorité des témoins s’accorde à dire qu’un accès au marché unique avec des tarifs douaniers préférentiels ou une absence de droits de douane est essentiel pour les produits de la mer ».

    Il est clair que les pêcheurs britanniques ont tout à gagner du Brexit, qui leur permettra d’échapper aux quotas, comme la Norvège qui nous inonde de cabillauds que les pêcheurs de l’UE n’ont pas le droit de prendre… C’est ce que Bertie Armstrong doit appeler un marché adéquat…

  • Le sang de saint Janvier

    Le 16 décembre est l’une des trois dates où se liquéfie le sang de saint Janvier. Mais ce 16 décembre le sang ne s’est pas liquéfié. C’est la première fois depuis le 19 septembre 1980.

    En 1980, deux mois après, il y eut le tremblement de terre de l’Irpinia, la chaîne de montagnes du sud de l’Italie : 2.700 morts, 8.800 blessés, 300.000 sans abris.

    Le sang de saint Janvier ne s’était pas liquéfié en 1939, 1940, 1943. NI en mai 1973, avant l’épidémie de choléra qui frappa la ville.

  • Euthanasie psychiatrique

    L'Association américaine de psychiatrie (AAP) s’en prend aux lois sur l'euthanasie en Belgique, aux Pays-Bas, et « partout ailleurs où l'on aide des patients psychiatriques qui ne sont pas en stade terminal à se suicider, ou qui sont littéralement tués à coup d'injections mortelles, souvent par leurs propres psychiatres traitants »

    C’est « immoral » pour un psychiatre, dit l’AAP, d'assister au « suicide », « la mise à disposition de moyens » et « l'administration de l'injection mortelle » sont « inadmissibles ».

    Naturellement, comme une Rossignol ou une Touraine, le ministre belge de la Santé, Maggie De Block, s’est insurgée contre cette ingérence américaine qui est une agression contre la démocratie : « Chacun a le droit d'avoir une opinion. Le parlement a mené un débat de fond sur la loi sur l'euthanasie. Et notre loi en est le résultat final. Je ne vois pas ce que les Américains viennent faire dans ce débat. »

    Le président de l'Union professionnelle belge des médecins spécialistes en psychiatrie, Geert Dom, n’est pas tout à fait de cet avis. Il dit qu’il ne faut pas sous-estimer « le regard qu'on porte à l'étranger sur nos lois très progressives à l'échelle internationale sur l'euthanasie ». Par conséquent, il dit prendre la déclaration de l’AAP au sérieux, surtout au vu de l'influence de cette association : « L'association professionnelle américaine publie le DSM (Manuel diagnostic et statistique des troubles mentaux), notre bible diagnostique. Cette position peut donc certainement susciter le débat et j'espère qu'on pourra le faire sans paniquer. »

    (Gènéthique)

  • Mensonge en boucle

    Les chaînes dites d’information répètent en boucle que le suspect de la tuerie au camion de Berlin est un « réfugié pakistanais ».

    Mais il n’y a pas de réfugiés pakistanais. Parce qu’il n’y a pas de guerre au Pakistan. Ni de situation tragique qui ferait fuir les habitants (en dehors des chrétiens…).

    Il y a seulement des Pakistanais qui profitent de la situation en Syrie et en Irak pour venir tenter leur chance en Europe… ou faire des attentats.

    C’est une grande victoire de l’idéologie immigrationniste que d’avoir réussi à imposer que l’on parle de « réfugiés » à propos de gens qui sont seulement des immigrés illégaux.

  • La comédie parlementaire

    Ce fut le titre d’une grande chronique hebdomadaire du très regretté Georges-Paul Wagner dans Présent. C’est le titre qui m’est venu à l’esprit en lisant l’extrait d’un article du Point cité par le Salon Beige à propos du vote final du budget 2017 à l’Assemblée nationale.

    C’était vendredi soir, et si l’on comprend bien il y avait très peu de députés en séance. Pour le vote final du budget de la nation…

    Tout à coup arrivent 11 députés de l’opposition. S’ils votent, le budget est rejeté. Mais ils ne sont pas là pour voter contre le budget. Ils viennent seulement, à la demande de Valérie Pécresse, pour voter contre un amendement qui priverait la région de la recette d’une taxe.

    L’amendement rejeté, le ministre du Budget, paniqué, demande à Valérie Pécresse : « Vous allez partir maintenant ? ». Et les 11 s’en vont. Et le budget est voté.

    Ainsi va la démocratie. J’ai une idée pour faire des économies : il devrait y avoir trois députés, deux de la majorité et un de l’opposition. Ça éviterait aux ministres d’avoir des sueurs froides, et ça éviterait surtout cette honte de voir les lois votées par moins de 10% des députés parce que l’opposition complice ne s’oppose pas.

  • Les fantasmes et la réalité

    Les médias rêvaient tout haut hier que Trump pouvait ne pas être élu par les grands électeurs, parce que beaucoup des grands électeurs républicains ont compris qu’il ne fallait pas que Trump arrive à la Maison Blanche.

    Ils ont perdu, une fois de plus. Non seulement Trump a évidemment été élu, mais c’est Hillary Clinton qui a perdu le plus de voix… Du coup ce n’est pas 37 grands électeurs républicains qui auraient dû abandonner Trump, mais au moins 42… Quand les médias se trompent, c’est de plus en plus énormément…

    La plus grande claque reçue par Hillary Clinton a été dans l’Etat de Washington, où les 12 électeurs devaient voter pour elle. Mais elle n’a eu que les deux tiers des voix… Trois électeurs ont voté pour Colin Powell, et un pour l’Indienne Sioux Faith Spotted Eagle (aigle tacheté de la foi), devenue célèbre pour avoir remporté le combat contre un pipe-line au début de ce mois. (C’est la première fois, dit-on, qu’un Indien obtient un suffrage présidentiel. L’électeur est lui-même un militant indien, qui avait qualifié Hillary Clinton de « criminelle ».) Dans l’Etat de Washington, ces quatre rebelles sont passibles d’une amende de 1.000 $ pour avoir trahi leur promesse.

    Dans le Minnesota, un électeur démocrate a refusé de voter. Il a été remplacé par son suppléant, qui a voté Clinton.

    Dans le Maine, un électeur démocrate a voté Bernie Sanders, mais son vote a été refusé, et il a dû revoter. Pour Hillary Clinton…

    Dans le Colorado, un électeur démocrate a voté pour John Kasich, mais il a été démis de ses fonctions, et son suppléant a voté Clinton.

    D’autre part, deux grands électeurs républicains ont refusé de donner leur voix à Trump, tous deux du Texas. L’un a voté pour John Kasich, l’autre pour Ron Paul.

    Finalement, Donald Trump a eu 304 voix et Hillary Clinton 227…

  • Mardi de la quatrième semaine de l’Avent

    Les antiennes du jour :

    Rorate cæli désuper, et nubes pluant iustum: aperiatur terra, et gérminet Salvatórem. (Isaïe 45,6)

    Cieux, versez votre rosée d’en haut, et que les nuées pleuvent un juste : que la terre s’ouvre et qu’elle germe un Sauveur.

    Emítte Agnum, Dómine Dominatorem terræ, de Petra desérti, ad montem fíliæ Sion. (Isaïe 16,1)

    Envoyez, Seigneur, l’Agneau Dominateur de la terre, de la Pierre du désert à la montagne de la fille de Sion.

    Ut cognoscámus, Dómine, in terra viam tuam, in ómnibus géntibus salutáre tuum. (Psaume 66,2)

    Afin que nous connaissions, Seigneur, sur la terre votre voie, et votre salut dans toutes les Nations.

    Da mercédem, Dómine, sustinentibus te, ut prophétæ tui fidéles inveniántur. (Ecclésiastique 36,18)

    Récompensez, Seigneur, ceux qui vous ont attendu patiemment, afin que vos Prophètes soient trouvés fidèles.

    Lex per Móysen data est, grátia et véritas per Iesum Christum facta est. (Jean 1,17)

    La loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus-Christ. 

    Antienne O du Magnificat

    O clavis David, et sceptrum domus Israël ; qui áperis, et nemo claudit ; claudis, et nemo áperit : veni, et educ vinctum de domo cárceris, sedéntem in ténebris, et umbra mortis.

    O Clef de David, et sceptre de la maison d’Israël ; qui ouvrez, et nul ne peut fermer ; qui fermez, et nul ne peut ouvrir : venez, et tirez de la prison le captif qui est assis dans les ténèbres et dans l’ombre de la mort.

    *

    O Clavis David, de Paweł Łukaszewski, par le Chœur du Trinity College, direction Stephen Layton (CD Hyperion).
    podcast

    Enregistrer

  • Si bémol

    Je voudrais juste signaler, pour ceux que cela intéresse, dans le dernier numéro d’Una Voce, le très remarquable article de Dominique Crochu (de Gregofacsimil et du Réseau de musicologie médiévale de Dominique Gatté, qui met en ligne de nombreux enregistrements) sur la question du si bémol dans le plain chant.

    C’est la mode depuis un certain temps de supprimer les si bémol (d’en faire des si bécarre), une mode qui un temps a même atteint Solesmes.

    Dominique Crochu démontre dans ce premier article que nombre de si bémol sont parfaitement authentiques. Il le fait à partir du développement des cellules mélodiques, et des mélodies analogues notées un ton plus haut (si-do prouve le la-si bémol).

    Il montre aussi que ce n'est pas parce que le bémol n'est pas indiqué sur un manuscrit qu'il n'était pas chanté. Et c'est un principe que tout historien devrait garder à l'esprit: ce n'est pas parce que ce n'est pas écrit que ça n'a pas existé.

  • La fausse Europe et la vraie

    L'Union européenne a prolongé aujourd'hui pour une nouvelle période de six mois, jusqu'au 31 juillet 2017, ses sanctions économiques prises en 2014 contre la Russie dans le cadre du conflit ukrainien.

    Dans le même temps, le FPÖ signait à Moscou un accord de coopération avec le parti Russie Unie de Vladimir Poutine. La délégation autrichienne était composée de HC Strache et Norbert Hofer, du porte-parole pour la politique étrangère Johannes Hübner, du chef des députés européens Harald Vilimsky, des maires adjoints de Vienne et de Linz, et du député David Lasar. Elle a été reçue par le secrétaire adjoint de Russie Unie Sergueï Jelezniak (également vice-président du Conseil de la Fédération, la chambre haute), le vice-président de la Douma Petr Tolstoï ainsi que d’autres députés et responsables politiques.

    Sergueï Jelezniak a salué le score obtenu à la présidentielle autrichienne par Norbert Hofer et a déclaré que l’Union européenne doit retrouver le chemin de l’autodétermination de ses Etats : « Si les hommes politiques français font de la politique pour les Français, et les Autrichiens pour les Autrichiens, cela c’est de la bonne politique. » (On remarquera la référence inattendue à la France.)

    HC Strache a souligné qu’une alliance entre la Russie et les Etats-Unis était particulièrement importante « pour parvenir à une solution diplomatique des conflits tant en Syrie qu’en Crimée », et il a réaffirmé son hostilité aux sanctions contre la Russie, qui sont « nuisibles pour l’économie et inutiles ».

    Le FPÖ rappelle qu’une délégation du parti conduite par HC Strache a récemment rencontré à la Trump Tower Michael Flynn, le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, et d'autres hauts responsables américains.

  • He Came Down

    Ce serait bien que quelqu’un mette des sous-titres en français. Encore qu’il ne soit pas besoin d’être professeur d’anglais pour comprendre. La mère dit grosso modo qu’elle a vécu la naissance de sa fille mongolienne comme un désastre et une injustice, dans une grande peine. Mais qu’elle a fini par comprendre que ce qui n’allait pas ce n’était pas sa fille, c’était sa façon de penser. Car « Dieu est avec nous, il a souffert avec nous, et il nous a donné la plus belle petite fille du monde, et je n’ai pas de raison d’avoir de la peine. »

    On notera le jeu de mot sur « down » (souligné à la fin par un cantique de Noël dont le titre et le début est « He came down » : Jésus est « descendu » jusqu’à nous, et « Down syndrome », nom anglais de la trisomie 21 (décrite par le Dr John Langdon Down).

  • Lundi de la quatrième semaine de l’Avent

    Répons des matines :

    . Canite tuba in Sion, vocate Gentes, annuntiate populis, et dicite:
    * Ecce Deus Salvator noster adveniet.
    . Annuntiate, et auditum facite: loquimini, et clamate.
    . Ecce Deus Salvator noster adveniet.

    Sonnez de la trompette en Sion, appelez les Nations, annoncez et dites aux peuples : Voici que notre Dieu, notre Sauveur viendra. Annoncez et faites entendre ; parlez et criez. Voici que notre Dieu, notre Sauveur viendra.

    Antienne O du Magnificat

    O radix Jesse, qui stas in signum populórum, super quem continébunt reges os suum, quem Gentes deprecabúntur : veni ad liberándum nos, jam noli tardáre.

    O Racine de Jessé, qui êtes comme l’étendard des peuples, devant qui les rois fermeront leur bouche, et dont les Nations imploreront le secours : venez nous délivrer, maintenant ne tardez plus.

    *

    O Radix Jesse, de Paweł Łukaszewski, par le Chœur du Trinity College, direction Stephen Layton (CD Hyperion).
    podcast

  • Quatrième dimanche de l’Avent

    Les trois grands protagonistes de l’Avent sont réunis en ce dernier dimanche avant la Nativité. Isaïe aux matines, et à l’introït de la messe : il ouvre le chemin. Saint Jean Baptiste à l’évangile. Et la Mère de Dieu à l’ouverture du sacrifice eucharistique, et pour la communion au corps de son Fils.

    Voici l’antienne d’offertoire par les moines de Triors: Ave Maria... C’est l’offertoire des fêtes de la Sainte Vierge.

    *

    Aux laudes, l’antienne de Benedictus est également Ave Maria. Au Magnificat, c’est O Adonai.

    O Adonái, et Dux domus Israël, qui Móysi in igne flammæ rubi apparuísti, et ei in Sina legem dedísti : veni ad rediméndum nos in bráchio exténto.

    O Adonaï, et Conducteur de la maison d’Israël, qui avez apparu à Moïse dans le feu du buisson ardent, et lui avez donné la loi sur le Sinaï : venez pour nous racheter par la puissance de votre bras.

     

    *

    O Adonai, de Paweł Łukaszewski, par le Chœur du Trinity College, direction Stephen Layton (CD Hyperion).


    podcast

    Enregistrer

  • La Chine communiste et saint François Xavier

    Surprise : dans la liste des 30 sites que les autorités de Chine communiste présenteront en 2018 pour être classés au Patrimoine mondial de l’Unesco figure l’église bâtie à l’endroit où est mort saint François Xavier, sur l’île de Sancian.

    Or l’église en elle-même n’a aucun intérêt. Elle a été bâtie en… 1986 sur le modèle de la modeste chapelle érigée sur les lieux en 1869 par Mgr Philippe Guillemin, le préfet apostolique du Guangdong et du Guangxi.

    Il s’agit typiquement d’un monument d’une des pires religions selon les autorités : une religion importée dont les clercs sont aux ordres d’un Etat étranger…

    Mais cela peut attirer des touristes et leurs devises...

    (Eglises d’Asie, 1, 2)

  • Prochaine étape : la "communion" des protestants

    Le cardinal Kasper a été le grand inspirateur du laborieux processus qui a conduit à légitimer la communion des adultères. Maintenant que c’est fait, le cardinal Kasper passe à l’étape suivante : permettre aux protestants de "communier" dans les églises catholiques. Toujours au cas par cas et en usant de discernement, selon le refrain à la mode. Car il n’est pas question de toucher à la doctrine, comme dit aussi le refrain. (On pense d’ailleurs à canoniser l’inventeur de la naphtaline.)

    Donc le cardinal Kasper, le 10 décembre dernier, s’est exprimé dans les colonnes de l’Avvenire au sujet des « progrès » à venir dans le domaine de l’« intercommunion ». « J’espère que la prochaine déclaration ouvrira la voie à la communion eucharistique partagée dans des cas particuliers », dit-il.

    Or, ce qui est vraiment providentiel, c’est que le document existe déjà : « Personnellement, j’espère que nous pourrons utiliser un texte non officiel, préparé par une commission de la conférence des évêques américains sur ce sujet. »

    L’idée est tout simplement d’appliquer le principe édicté pour les divorcés vivant en concubinage. Ce seront des « exceptions » (au début) :il s’agit d’admettre les luthériens à la communion catholique (même s’ils n’y croient pas, qu’importe le sacrilège) quand le conjoint est catholique :

    « La prochaine déclaration ouvrira le partage eucharistique dans des situations particulières, spécialement dans les mariages et familles mixtes et dans des pays comme l’Allemagne ou les Etats-Unis où ce problème pastoral est extrêmement urgent. »

    On se souvient que, de fait, François a préparé le terrain dès novembre 2015. Sans oublier que des protestants finlandais qui venaient d'être reçus par le pape ont "communié" à Saint-Pierre de Rome en janvier 2016 (le prêtre fut ensuite mollement désavoué).