06 octobre 2014

Ce que dit Geert Wilders au Parlement (néerlandais)

Je ne sais pas si un jour on entendra cela au Parlement français. Je ne le crois pas, car l’élu qui oserait dire cela se ferait couper la parole et ne pourrait pas continuer. Alors qu’au Parlement néerlandais, on laisse Geert Wilders dire ce qu’il a à dire sans l’interrompre, sans le moindre murmure. Cela vaut la peine d’être souligné avant de le lire et de le voir. C’était le 2 octobre dernier, lors du débat, suivi le lendemain du vote, sur l’envoi de F16 en Irak contre l’Etat islamique (parce que dans une démocratie, non seulement on laisse s’exprimer l’opposition, mais on vote sur l’entrée en guerre).

Madame le Président,

L’Etat islamique est un cancer islamique ; c’est un serpent venimeux basé sur le Coran et sur la vie de Mahomet, un criminel qui, il y a 14 siècles, assassinait et décapitait, de Médine à La Mecque. Son successeur autoproclamé calife de Bagdad est maintenant aux portes de Bagdad et de Damas. Il a des fidèles partout dans le monde, y compris dans notre pays, nos villes et nos rues.

Je le répète, Madame le Président, des gens sont décapités selon les commandements du Coran, sourate 47, verset 4 : « Quand tu rencontre les infidèles, frappe-les au cou et cause un bain de sang parmi eux. » (1)

Et oui, Madame le Président, même les musulmans modérés ne peuvent échapper à cette violence parce que, selon le Coran et la Charia, ce sont des apostats qui doivent donc mourir.

Madame le Président, tous les esprits naïfs qui disent que l’Etat islamique n’a rien à voir avec l’islam commettent une sérieuse erreur politiquement correcte, qu’il s’agisse d’Obama, de Cameron, de Rutte (2), de Samsom (3).

Madame le Président, c’est une guerre qui a été déclarée contre l’Occident libre. Notre liberté, notre culture, l’avenir de notre pays et de nos enfants sont en jeu. Nous devons riposter durement, tant aux Pays-Bas que dans tout le monde occidental, et bien sûr aussi en Irak et en Syrie. C’est pourquoi mon parti soutient la décision du gouvernement d’envoyer des F16 néerlandais contre l’Etat islamique. Nous disons ; Bombardons-les ! Mais nous ne comprenons pas, Madame le Président, pourquoi nous allons bombarder en Irak et pas en Syrie. Est-ce que le gouvernement est d’accord pour que des gens soient décapités en Syrie, des femmes violées, et qu’un génocide soit commis, seulement parce qu’il n’y a pas de mandat sous droit international ? Quelle lâcheté, Madame le Président. Le gouvernement dit qu’il comprend les Etats-Unis quand ils bombardent l’Etat islamique en Syrie, mais il n’y participe pas lui-même. Compréhension, mais pas participation : quelle lâche timidité.

Encore plus important que de combattre l’Etat islamique en Irak et en Syrie est de combattre le terrorisme islamique ici, aux Pays-Bas, dans notre pays. La sécurité des Pays-Bas doit être notre priorité numéro un. Nos concitoyens doivent être en sécurité dans les trains, pouvoir marcher tranquillement dans la rue, doivent pouvoir conduire tranquillement leurs enfants à l’école, pouvoir faire leurs courses en toute sécurité. Voilà l’enjeu. Et dans l’article 100 de sa lettre au Parlement, le gouvernement ne consacre que deux paragraphes à la sécurité nationale. Il y a même davantage d’attention aux questions d’égalité de genre et à la situation des femmes dans le monde arabe. C’est une parodie.

Madame le Président, nous devons protéger les Pays-Bas. C’est pour cela que nous avons été élus. Pour protéger nos concitoyens. Pas seulement les citoyens d’Irak et de Syrie, mais aussi et spécifiquement notre propre peuple ici aux Pays-Bas. Pourquoi est-ce que l’armée n’est pas déployée pour protéger nos gares – en uniforme naturellement et lourdement armés, évidemment. Et pourquoi est-ce que nous essayons d’arrêter les jihadistes quand ils veulent quitter notre pays ? Dimanche dernier, le ministre de la Sécurité et de la Justice annonçait fièrement que les passeports de 41 jihadistes avaient été confisqués pour qu’ils ne puissent pas se rendre en Syrie ou en Irak. Que c’est stupide ! Maintenant ils se baladent, ici, dans nos rues. Ceux qui veulent faire le jihad ailleurs, qui veulent décapiter des gens, commettre des attaques, se baladent dans nos rues à cause de la décision du ministre, aux Pays-Bas. Je le dis depuis dix ans et je le répète une nouvelle fois : fermez la frontière aux immigrants des pays islamiques. Trop c’est trop. La culture islamique de la haine n’a rien à faire ici aux Pays-Bas, et 65% des Néerlandais sont d’accord avec cela. Laissez les jihadistes quitter le pays, et ne les laissez jamais revenir. Telle est la solution. Rétablissez les contrôles aux frontières, expulsez quiconque exprime la moindre sympathie envers l’Etat islamique, enlevez-leur leur passeport néerlandais, exigez que tous ceux qui ont un passeport d’un pays islamique signent une déclaration anti-charia.

Je dis au gouvernement : réveillez-vous ! ne vous contentez pas de discuter de l’Etat islamique, assurez-vous que les Néerlandais soient en sécurité dans nos rues et en sécurité dans les trains, et puissent faire leurs courses en sécurité. Ne protégez pas seulement les Irakiens contre l’Etat islamique, protégez les Néerlandais contre la menace terroriste islamique. Telle est votre mission, tel est votre boulot, telle est votre responsabilité. Assumez cette responsabilité, faites votre devoir.

(1) Le verset ne parle pas littéralement d’un bain de sang. Il se poursuit ainsi : « Puis, quand vous les avez dominés… » Mais là il y a une note des autorités sunnites : « Vous les avez dominés : quand vous les aurez affaiblis par un grand nombre de morts et de blessés. » Il s’agit donc effectivement d’un bain de sang…

(2) Marc Rutte, Premier ministre néerlandais.

(3) Diederik Samsom, chef du parti du travail.

17:48 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (22)

L’archevêque de toutes les religions…

ordination.jpg

Le nouvel archevêque de Kuala Lumpur, Mgr Julian Leow Beng Kim, a été consacré ce lundi 6 octobre.

Voici son blason.

blason.jpg

On y voit un arbre de la coexistence.

arbre.jpg

 

Il ne l’a pas inventé.

 

il_570xN.587754794_tmt8.jpg

pagan-coexist-tree-64869645380.jpg

Et l’on connaît le fameux logo (qui orne nombre de voitures aux Etats-Unis et qui a été repris par des fanatiques catholiques du « dialogue interreligieux »... qui pudiquement enlèvent l’emblème satanique du point sur le i) :

coexist_by_chima.png

Qui finira ainsi :

coexist.jpg

Mais jusqu’ici aucun évêque n’avait osé le mettre dans son blason, en proclamant un relativisme total et parfaitement anti-catholique.

Si Mgr Julian Leow Beng croit ainsi s’attirer la bienveillance des musulmans, il se trompe lourdement. Les musulmans de Malaisie ont réussi à faire interdire au journal de l’archevêché d’utiliser le mot Allah pour désigner Dieu. A plus forte raison obtiendront-ils que l’archevêque fasse cesser cette insulte à l’islam…

(Merci à Rorate Caeli)

La charge de la "Civiltà Cattolica"

La célèbre revue jésuite Civiltà Cattolica, dans son numéro paru juste avant le synode, prétend s’appuyer sur le concile de Trente pour appuyer Kasper et son pape (en ce qui concerne leur obsession de la communion aux divorcés remariés). C’est à lire chez Sandro Magister.

On ajoutera ceci lu sur le Forum catholique.

Saint Bruno

Ce que la solitude et le silence du désert apportent d’utilité et de divine jouissance à ceux qui les aiment, ceux-là seuls le savent qui en ont fait l’expérience. Ici en effet, les hommes forts peuvent se recueillir autant qu’ils le désirent, demeurer en eux-mêmes, cultiver assidûment les germes des vertus et se nourrir avec bonheur des fruits du paradis. Ici on s’efforce d’acquérir cet œil dont le clair regard blesse l’époux d’un amour pur et limpide qui voit Dieu. Ici on s’adonne à un loisir bien rempli et l’on s’immobilise dans une action tranquille. Ici Dieu donne à ses athlètes, pour le labeur du combat la récompense désirée : une paix que le monde ignore et la joie dans l’Esprit Saint. Telle est cette belle Rachel, à l’aspect agréable ; bien qu’elle donnât à Jacob moins d’enfants que Lia, il la préférait à celle-ci, plus féconde, mais au regard obscurci. Les fils de la contemplation sont plus rares en effet que les fils de l’action ; cependant Joseph et Benjamin sont chéris par leur père plus que les autres frères. Telle est cette meilleure part que Marie a choisie et qui ne sera pas enlevée. Telle est la belle Sunamite, cette vierge qui seule dans tous le pays d’Israël fut trouvée digne de choyer et réchauffer David devenu vieux. Comme je voudrais, frère très cher, que tu l’aimes par dessus tout, afin que, réchauffé entre ses bras tu brûles du divin amour. Que cette charité vienne à s’établir en ton cœur et bientôt la gloire du monde, cette caressante et trompeuse séductrice te paraîtrait misérable ; tu rejetterais aisément les richesses dont le souci alourdit l’âme ; tu te dégoûterais des plaisirs, si nuisibles au corps comme à l’esprit.

Extrait de la lettre de saint Bruno à Raoul le Verd

06:01 Publié dans Liturgie | Lien permanent | Commentaires (0)

05 octobre 2014

17e dimanche après la Pentecôte

Voilà donc le divin Maître qui interroge les Juifs, et ils ne répondent point, parce qu’ils ne veulent pas être ses disciples; si maintenant il nous interrogeait, que répondrions-nous? Cette interrogation mit les Juifs en défaut, qu’elle profite aux chrétiens; loin de se troubler, qu’ils s’instruisent. Ce n’est point pour s’instruire que le Seigneur nous interroge, mais il interroge en docteur. Ces malheureux Juifs devaient lui répondre, c’est à vous de nous l’apprendre. Ils aimèrent mieux se taire dans un dépit orgueilleux, que s’instruire par une humble confession. Que le Maître nous parle donc, et voyons ce que nous répondrons à cette question. « Que vous semble-t-il du Christ? De qui est-il Fils? » Répondons ce que répondirent les Juifs, mais sans nous arrêter où ils s’arrêtèrent. Rappelons-nous cet Evangile que nous croyons. « Livre de la génération de Jésus-Christ, Fils de David » (Matth. 1, 1). Que la question que l’on nous adresse ne nous fasse point oublier que le Christ est Fils de David, ainsi que nous le rappelle saint Paul. Courage donc, ô chrétien; « souviens-toi que le Christ Jésus, Fils de David, est ressuscité d’entre les morts » (II Tim. 2, 8). Que l’on nous interroge donc, et répondons. « Que vous semble-t-il du Christ? De qui est-il Fils?» Que toutes les bouches chrétiennes redisent eu plein accord: « De David ». Que le Maître continue, et nous dise: « Comment donc David, parlant par l’Esprit-Saint, l’appelle-t-il son Seigneur? Le Seigneur a dit à mon Seigneur : Asseyez-vous à ma droite jusqu’à ce que je réduise vos ennemis à vous servir de marchepied. » Comment pourrons-nous répondre, si vous ne nous l’apprenez? Maintenant que nous l’avons appris, nous disons: « Au commencement était le Verbe, et le Verbe était en Dieu, et le Verbe était Dieu; toutes choses ont été faites par vous ». Voilà le Seigneur de David. Mais à cause de l’infirmité de notre chair, parce que nous n’étions qu’une chair sans espoir: «Le Verbe s’est fait chair et a demeuré parmi nous»; voilà le Fils de David. Assurément, Seigneur, ayant la nature divine, vous n’avez pas cru qu’il y eût usurpation à vous dire semblable à Dieu; aussi êtes-vous le Seigneur de David; mais, vous vous êtes abaissé jusqu’à prendre la forme de l’esclave (Philipp. II, 7): voilà le Fils de David. Aussi, dans votre question, quand vous demandez: « Comment est-il son Fils? » vous n’avez point nié que vous fussiez son Fils, mais seulement demandé comment cela pouvait se faire. David l’appelle son Seigneur, dites-vous; de quelle manière donc est il son Fils? Sans le nier, je vous demande comment, pour eux, avec cette Ecriture qu’ils lisaient sans la comprendre, s’ils eussent voulu à cette demande se rappeler cette manière, ils eussent répondu: Pourquoi nous interroger? « Voilà que la Vierge concevra et mettra au monde un fils, et on lui donnera le nom d’Emmanuel, ce qui signifie : Dieu avec nous » (Isaïe 7, 14). Donc, la Vierge concevra, et cette Vierge, de la race de David, mettra au monde un fils, qui sera Fils de David. Car Joseph et Marie étaient de la maison, et de la famille de David. Donc, cette Vierge enfanta, en sorte que son Fils est le Fils de David. Mais au Fils qu’elle a mis au monde, « on donnera le nom d’Emmanuel, ou Dieu avec nous ». Voilà comment nous avons le Seigneur de David.

Saint Augustin, commentaire du psaume 109.

• Sur l’offertoire de ce dimanche, voir ici.

06:08 Publié dans Liturgie | Lien permanent | Commentaires (0)

04 octobre 2014

Saint François d’Assise

La treizième année de son renoncement au monde, il se rendit en Syrie et s'exposa à des dangers de toutes sortes pour arriver jusqu'au soudan de Babylone. Il y avait alors entre les chrétiens et les Sarrasins une guerre implacable ; les camps des deux armées étaient fort rapprochés, et l'on ne pouvait passer de l'un dans l'autre sans péril d'être massacré, car le soudan avait promis une pièce d'or à tous ceux qui lui apporteraient la tête d'un chrétien. Mais le vaillant soldat de Jésus-Christ, plein de l'espoir d'être bientôt au terme de ses vœux, résolut de se mettre en route, sans se laisser effrayer par la mort , ou plutôt excité par son désir. Après avoir prié, se sentant fortifié par le Seigneur, il redisait avec confiance ces paroles du Prophète : Quand je marcherais au milieu des ombres de la mort, je ne craindrais aucun mal, parce que vous êtes avec moi. Ayant donc pris pour compagnon frère Illuminé, homme vraiment digne de ce nom par ses lumières et sa vertu, il se mit en route. Bientôt ils rencontrèrent deux brebis. A cette vue, le saint rempli de joie dit à son compagnon : « Ayez confiance dans le Seigneur, mon frère, car en nous s'accomplit cette parole de l'Evangile : Je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. » Lorsqu'ils se furent avancés plus loin, ils trouvèrent les gardes avancés des Sarrasins, qui, comme des loups, accoururent et se saisirent brutalement des serviteurs de Dieu, leur firent subir des traitements cruels, et après les avoir accablés d'injures et de coups, les chargèrent de chaînes. Enfin, après les avoir maltraités et affligés de toute façon, par une disposition de la divine Providence ils les conduisirent au soudan, selon le désir du saint. Celui-ci leur avant demandé qui les avait envoyés et quel était le but de leur voyage, François lui répondit sans s'effrayer : « Je ne viens point de la part d'un homme, mais de la part du Dieu très-haut, afin de vous montrer à vous et à votre peuple la voie du salut, et de vous annoncer l'Evangile de vérité. » Ensuite il prêcha avec un tel courage, une telle force et une telle ardeur au soudan le Dieu en trois personnes et Jésus-Christ sauveur de tous les hommes, qu'en lui s'accomplissait clairement cette promesse du Seigneur : Je mettrai en votre bouche des paroles et une sagesse auxquelles vos ennemis ne pourront résister, et qu'ils ne pourront contredire. En effet, le soudan voyant le zèle admirable et la vertu du serviteur de Dieu, l'écoutait volontiers et le pressait avec instance de prolonger son séjour auprès de lui; mais François, éclairé d'en haut, lui dit : « Si vous voulez vous convertir à Jésus-Christ, vous et votre peuple, je demeurerai de grand cœur avec vous. Mais si vous hésitez à abandonner la loi de Mahomet pour la foi du Sauveur, faites allumer un grand feu : je le traverserai avec vos prêtres, et vous serez à même de juger alors quelle est la croyance la plus certaine et la plus sainte, et celle qui mérite l'adhésion de vos cœurs. » — « Je ne pense pas, répondit le soudan, qu'aucun de nos prêtres consentît pour la défense de sa foi à s'exposer au feu ou à subir quelque autre genre de tourment. » En effet, il avait vu un de ses prêtres, homme de zèle et déjà avancé en âge, prendre la fuite, en entendant les propositions de François. Alors le saint ajouta : « Si vous voulez me promettre pour vous et pour votre peuple d'embrasser la foi de Jésus-Christ dans le cas où je sortirai sain et sauf du milieu des flammes, je les traverserai seul. Si le feu me fait sentir ses ardeurs, vous l'attribuerez à mes péchés ; mais si la puissance du Seigneur me protège, vous reconnaîtrez que le Christ est la vertu et la sagesse de Dieu, qu'il est le Dieu véritable et le Sauveur de tous les hommes. » Le soudan déclara qu'il n'osait accepter une telle proposition dans la crainte de voir son peuple se soulever. Cependant il lui offrit des présents considérables et d'un grand prix. L'homme de Dieu, plein de mépris pour les choses de ce monde, et avide seulement du salut des âmes, méprisa tout cela comme de la boue. Mais ce refus, qui montrait en lui un si parfait contempteur des biens terrestres, lui gagna encore davantage l'affection du soudan ; et quoiqu'il ne voulût ou n'osât embrasser la foi chrétienne, il supplia cependant le saint d'accepter ses dons afin de les distribuer pour son salut aux pauvres chrétiens ou aux églises. François, qui avait en horreur de porter le fardeau des richesses et ne voyait d'ailleurs aucun sentiment de vraie piété dans l'âme du soudan, n'acquiesça en aucune façon à ce qu'il souhaitait. Ensuite, reconnaissant qu'il n'aurait aucun succès auprès de cette nation et qu'il ne pouvait obtenir l'objet de ses désirs, averti par une révélation du ciel, il revint en Europe.

Saint Bonaventure, Legenda minor.

06:23 Publié dans Liturgie | Lien permanent | Commentaires (2)

03 octobre 2014

Héroïsme ordinaire au Vietnam

Antoine Dau Van Duong, 26 ans, a été libéré. En prison depuis trois ans, il a été torturé et a failli être tué à plusieurs reprises. « Je suis content d’être toujours en vie », a-t-il dit, en promettant de continuer de se battre…

Antoine Dau Van Duong avait été arrêté en même temps que trois autres militants catholiques en mai 2012, et condamné à trois ans et demi de prison pour « propagande contre l’Etat », parce qu’il participait activement à diverses activités caritatives (notamment contre l’avortement)… officiellement pour avoir distribué une brochure réclamant la démocratie.

Dans sa prison, raconte-t-il, les gardiens permettaient aux autres détenus de le frapper entre 10 heures du soir et 4 heures du matin. « Je remercie Dieu d’être toujours sur mes jambes. J’aurais pu mourir alors. J’avais terriblement mal, mais j’ai continué de prier et je me suis rétabli. » Ensuite il a été transféré dans une autre prison, dans une cellule avec des trafiquants de drogue, des voleurs et des assassins. Les gardiens saisirent sa Bible en espérant le démoraliser, mais il fit une grève de la faim jusqu’à ce qu’on la lui rende.

Finalement, les autorités ont décidé de le libérer avant qu’il ait purgé toute sa peine, parce qu’il était pleinement « rééduqué ». « En réalité, je ne suis pas du tout rééduqué », dit-il ouvertement, en annonçant qu’il va reprendre ses activités…

Le Rassemblement Bleu Marine ne connaît toujours pas l’islam

Dans un long communiqué (évidemment laïciste) de Bertrand Dutheil de La Rochère, « conseiller République et laïcité de Marine Le Pen » :

« Avec Marine Le Pen, le Rassemblement Bleu Marine condamne tous ceux qui veulent confondre l’islam, qui est une religion, avec l’islamisme, qui est un totalitarisme. »

Dommage que M. Dutheil de La Rochère ne nous explique pas si la charia ressortit à l’islam religion ou à l’islamisme totalitarisme… Ni même si le Allah du Coran est celui de l’islam religion ou celui de l’islamisme totalitarisme.

Une petite citation, peut-être ?

« L’islam est une organisation complète qui englobe tous les aspects de la vie. C’est à la fois un état et une nation, ou encore un gouvernement et une communauté. C’est également une morale et une force, ou encore le pardon et la justice. C’est également une culture et une juridiction, ou encore une science et une magistrature. C’est également une matière et une ressource, ou encore un gain et une richesse. C’est également une lutte dans la voie de Dieu [jihad] et un appel, ou encore une armée et une pensée. C’est enfin une croyance sincère et une saine adoration. L’islam, c’est tout cela de la même façon. » Premier des Vingt principes pour comprendre l’islam, de Tariq Ramadan.

D’autre part, M. Dutheil de La Rochère paraît ne pas connaître les lois antiracistes. C’est moins grave que de ne rien savoir de l’islam, mais quand on est « conseiller » d’une personnalité politique de premier plan c’est embêtant.

Voici en effet ce qu’il écrit ensuite :

« En revanche, l’islam est une religion et non une race : critiquer l’islam, comme critiquer le christianisme, ne peut être considéré comme une forme de racisme. »

Ce n’est pas du racisme, en effet, au vrai sens du mot, mais c’est du racisme au sens des lois antiracistes, et c’est ce qui importe pour la liberté d’expression. Les lois antiracistes condamnent la stigmatisation de personnes en raison de leur race, leur ethnie, leur nationalité, leur « religion ou absence de religion », leur sexe, leur orientation sexuelle… Les critiques de l’islam relèvent donc bien des lois antiracistes, comme les critiques du christianisme, et c’est même pour cela qu’il y a l’Agrif. Il est curieux de devoir le rappeler à quelqu’un qui est diplômé en droit public et en sciences politiques…

Non, Manuel Valls n’a pas changé d’avis : il n’en a pas

La GPA « est et sera interdite en France », parce que c’est « une pratique intolérable de commercialisation des êtres humains et de marchandisation du corps des femmes », déclare aujourd’hui Manuel Valls.

Or, il y a trois ans, il disait exactement le contraire : « C’est une évolution qui est incontournable à condition qu’elle soit encadrée. Contrairement à ce que disent ceux qui sont par principe hostiles à la GPA, je crois que si celle-ci est maîtrisée elle est acceptable, et j’y suis donc favorable. »

Comme on lui a fait remarquer cette contradiction, Manuel Valls a bredouillé, mais crânement, qu’on peut évoluer, que c’est « l’honneur du débat public », etc., et l’on remarque qu’il martèle que ce sont des « valeurs et principes » qui le font agir. Or ce sont précisément ces prétendus « principes » de 2014 qui sont diamétralement opposés à ceux qu’il soutenait en 2011.

L’emploi de ce mot, dans une telle configuration, montre que Valls n’a, comme on le savait déjà, strictement aucun principe. Il n’y a pas de contradiction entre ce qu’il disait en 2011 et ce qu’il dit maintenant, parce que Valls n’a pas de position sur ce sujet comme sur les autres. Il pense, comme la plupart de ses confrères, que « la politique c’est du marketing », comme me l’avait appris quelqu’un qui est aujourd’hui des principaux dirigeants du Front national.

Or, en 2011, Valls était dans l’opposition. Il s’adressait aux lecteurs de Têtu, donc aux homosexuels, qu’il brossait dans le sens du poil pour qu’ils votent socialiste aux prochaines élections. En outre, Valls était alors candidat au poste de premier secrétaire du PS. Il devait se démarquer des autres concurrents, et comme la ligne officielle du PS était contre la GPA, lui, l’homme moderne du PS, était pour…

Aujourd’hui, Valls est Premier ministre, il s’adresse aux lecteurs de La Croix, donc aux cathos. A ceux qui ne l’aiment pas en raison de la sauvage répression de la Manif pour tous quand il était ministre de l’Intérieur. Or il s’exprime précisément deux jours avant la nouvelle Manif pour tous : voyez que je ne suis pas méchant, je suis, comme vous, contre la GPA…

Texas : la loi restreignant l’avortement enfin validée

Je croyais que la loi du Texas sur l’avortement était opérationnelle, depuis l’arrêt de la Cour suprême en novembre 2013. Mais non ! Un petit juge avait encore suspendu, en août dernier, un aspect de la loi, qui oblige les avortoirs à respecter les mêmes normes que les cliniques chirurgicales. Le juge faisait valoir que l’objectif réel n’était pas la sécurité mais un accès plus difficile à l’avortement. Il n’avait pas tort, évidemment, mais la cour fédérale d’appel de la Nouvelle Orléans vient de décider que cet aspect de la loi n’était pas anticonstitutionnel et que la loi pouvait donc pleinement entrer en application.

Les travaux de mise aux normes représentent plusieurs millions de dollars. Ce qui va obliger presque tous les avortoirs de l’Etat à fermer. Plusieurs d’entre eux ont déjà fermé à cause de l’exigence de la nouvelle loi concernant le « privilège d’admission » à un hôpital proche que doivent avoir les médecins.

Il devrait n’en rester que sept, dans les plus grandes villes.

Le Texas est le deuxième Etat le plus peuplé des Etats-Unis.

Cette loi, que l’on doit au gouverneur Rick Perry et à ses amis, a été défendue bec et ongles devant les instances judiciaires par le procureur général de l’Etat, Greg Abbott. Rick Perry ayant déclaré qu’il ne briguerait pas un nouveau mandat, c’est Greg Abbot qui est sur les rangs, et devrait donc être élu haut la main. Au grand désespoir de la gauche, qui explique à ses sympathisants « pourquoi vous allez regretter Rick Perry »…

Six Franciscains suspendus a divinis

Six prêtres membres des Franciscains de l’Immaculée ont été suspendus a divinis. La rumeur selon laquelle François avait demandé la liste des évêques accueillant des Franciscains de l’Immaculée était donc vraie. Car ce qui est reproché aux six suspendus est d’avoir quitté leur couvent et d’avoir trouvé refuge dans un diocèse, en attendant qu’on leur accorde le droit de quitter les Franciscains de l’Immaculée.

La mesure est sans précédent, comme la situation. Alors que chaque année des milliers de religieux reçoivent une dispense pour quitter leur institut, le bras droit du commissaire Volpi a fait savoir qu’il n’y aurait aucune dispense pour les Franciscains de l’Immaculée pendant trois ans.

On n’a évidemment jamais vu une peine de suspense a divinis frapper un prêtre coupable d’exercer son ministère en pleine communion avec un évêque diocésain. Et l’on a sûrement rarement vu un commissaire envoyer un décret de suspense en même temps que les deux monitions qui auraient dû parvenir successivement aux victimes, pour leur permettre de se défendre ou de rentrer dans le rang, avant que soit édictée cette très lourde peine. Laquelle est donc en l’espèce non seulement illégitime mais très clairement illégale.

Marco Tosatti fait remarquer que lorsque Bergoglio était archevêque de Buenos Aires, et qu’il avait interdit l’application du motu proprio de Benoît XVI dans son diocèse, qui ne couvre que la ville intra muros de Buenos Aires, les Franciscains de l’Immaculée avaient institué une messe selon la forme extraordinaire dans le diocèse voisin, à 500 mètres du périphérique de la capitale argentine…

Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus

Au soir d’Amour, parlant sans parabole
Jésus disait : "Si quelqu’un veut m’aimer
Toute sa vie qu’il garde ma Parole
Mon Père et moi viendrons le visiter.
Et de son cœur faisant notre demeure
Venant à lui, nous l’aimerons toujours !…
Rempli de paix, nous voulons qu’il demeure
En notre Amour !…"

Vivre d’Amour, c’est te garder Toi-Même
Verbe incréé, Parole de mon Dieu,
Ah ! tu le sais, Divin Jésus, je t’aime
L’Esprit d’Amour m’embrase de son feu
C’est en t’aimant que j’attire le Père
Mon faible cœur le garde sans retour.
O Trinité ! vous êtes Prisonnière
De mon Amour !…

Vivre d’Amour, c’est vivre de ta vie,
Roi glorieux, délice des élus.
Tu vis pour moi, caché dans une hostie
Je veux pour toi me cacher, ô Jésus !
A des amants, il faut la solitude
Un cœur à cœur qui dure nuit et jour
Ton seul regard fait ma béatitude
Je vis d’Amour !…

Vivre d’Amour, ce n’est pas sur la terre
Fixer sa tente au sommet du Thabor.
Avec Jésus, c’est gravir le Calvaire,
C’est regarder la Croix comme un trésor !…
Au Ciel je dois vivre de jouissance
Alors l’épreuve aura fui pour toujours
Mais exilée je veux dans la souffrance
Vivre d’Amour.

Vivre d’Amour, c’est donner sans mesure
Sans réclamer de salaire ici-bas
Ah ! sans compter je donne étant bien sûre
Que lorsqu’on aime, on ne calcule pas !…
Au Cœur Divin, débordant de tendresse
J’ai tout donné… légèrement je cours
Je n’ai plus rien que ma seule richesse
Vivre d’Amour.

Vivre d’Amour, c’est bannir toute crainte
Tout souvenir des fautes du passé.
De mes péchés je ne vois nulle empreinte,
En un instant l’amour a tout brûlé…..
Flamme divine, ô très douce Fournaise !
En ton foyer je fixe mon séjour
C’est en tes feux que je chante à mon aise :
« Je vis d’Amour !… »

Vivre d’Amour, c’est garder en soi-même
Un grand trésor en un vase mortel
Mon Bien-Aimé, ma faiblesse est extrême
Ah je suis loin d’être un ange du ciel !…
Mais si je tombe à chaque heure qui passe
Me relevant tu viens à mon secours,
A chaque instant tu me donnes ta grâce
Je vis d’Amour.

Vivre d’Amour, c’est naviguer sans cesse
Semant la paix, la joie dans tous les cœurs
Pilote Aimé, la Charité me presse
Car je te vois dans les âmes mes sœurs
La Charité voilà ma seule étoile
A sa clarté je vogue sans détour
J’ai ma devise écrite sur ma voile :
« Vivre d’Amour. »

Vivre d’Amour, lorsque Jésus sommeille
C’est le repos sur les flots orageux
Oh ! ne crains pas, Seigneur, que je t’éveille
J’attends en paix le rivage des cieux…
La Foi bientôt déchirera son voile
Mon Espérance est de te voir un jour
La Charité enfle et pousse ma voile
Je vis d’Amour !…

Vivre d’Amour, c’est, ô mon Divin Maître
Te supplier de répandre tes Feux
En l’âme sainte et sacrée de ton Prêtre
Qu’il soit plus pur qu’un séraphin des cieux !…
Ah ! glorifie ton Eglise Immortelle
A mes soupirs, Jésus ne sois pas sourd
Moi son enfant, je m’immole pour elle
Je vis d’Amour.

Vivre d’Amour, c’est essuyer ta Face
C’est obtenir des pécheurs le pardon
O Dieu d’Amour ! qu’ils rentrent dans ta grâce
Et qu’à jamais ils bénissent ton Nom….
Jusqu’à mon cœur retentit le blasphème
Pour l’effacer, je veux chanter toujours :
"Ton Nom Sacré, je l’adore et je l’Aime
Je vis d’Amour !…"

Vivre d’Amour, c’est imiter Marie,
Baignant de pleurs, de parfums précieux,
Tes pieds divins, qu’elle baise ravie
Les essuyant avec ses longs cheveux…
Puis se levant, elle brise le vase
Ton Doux Visage elle embaume à son tour.
Moi, le parfum dont j’embaume ta Face
C’est mon Amour !…

« Vivre d’Amour, quelle étrange folie ! »
Me dit le monde, " Ah ! cessez de chanter,
Ne perdez pas vos parfums, votre vie,
Utilement sachez les employer !…"
T’aimer, Jésus, quelle perte féconde !…
Tous mes parfums sont à toi sans retour,
Je veux chanter en sortant de ce monde :
« Je meurs d’Amour ! »

Mourir d’Amour, c’est un bien doux martyre
Et c’est celui que je voudrais souffrir.
O Chérubins ! accordez votre lyre,
Car je le sens, mon exil va finir !…
Flamme d’Amour, consume-moi sans trêve
Vie d’un instant, ton fardeau m’est bien lourd !
Divin Jésus, réalise mon rêve :
Mourir d’Amour !…

Mourir d’Amour, voilà mon espérance
Quand je verrai se briser mes liens
Mon Dieu sera ma Grande Récompense
Je ne veux point posséder d’autres biens.
De son Amour je veux être embrasée
Je veux Le voir, m’unir à Lui toujours
Voilà mon Ciel… voilà ma destinée :
Vivre d’Amour !!!…

06:54 Publié dans Liturgie | Lien permanent | Commentaires (0)

02 octobre 2014

Les saints anges gardiens

Des Exercices de sainte Gertrude, premier exercice, pour recouvrer l’innocence baptismale, traduction du Père Emmanuel.

Pour que le Seigneur te donne un ange qui te guide en ton chemin, dis :

O Jésus, Prince de la paix, Ange du grand conseil, sois toi-même à ma droite toujours, comme le guide et le gardien de mon pèlerinage, pour que rien ne m’ébranle et ne me fasse m’éloigner de toi; et daigne envoyer du haut du ciel ton saint Ange, qui sous ta garde miséricordieuse soit en sollicitude pour moi, me conduise selon ton bon plaisir, et par ton chemin me ramène à toi parfaite. Amen.

Pour saluer et recevoir ton Ange, dis:

Salut, saint Ange de Dieu, gardien de mon âme et de mon corps; par le très doux cœur du Fils de Dieu Jésus-Christ, pour l’amour de Celui qui t’a créée et moi aussi, pour l’amour de Celui qui m’a confiée à toi lors de mon Baptême, reçois-moi en la garde de ta très fidèle paternité: afin que par ton aide, je traverse le torrent de cette vie sans souiller mes pieds, jusqu’à ce que j’arrive avec toi joyeuse à la vue de cette face d’où découle le miel, face que tu vois, toi; à la vue très réjouissante de cette suprême Divinité, dont la douceur surpasse toute suavité.

06:27 Publié dans Liturgie | Lien permanent | Commentaires (1)

01 octobre 2014

« Historique »

Il y a longtemps que le terme « historique » est galvaudé et que n’importe quel événement est ainsi présenté, même s’il est oublié le mois suivant. Ou la semaine suivante. Mais on atteint sans doute un sommet avec le « jour historique » salué hier par Barack Obama : c’était un jour historique parce que l’Afghanistan et les Etats-Unis ont signé un accord « bilatéral » régissant la présence d'un contingent militaire américain en Afghanistan après 2014… Autrement dit un accord de pure routine qui rend légale la présence américaine en Afghanistan l’année prochaine…

De Roch Hachana à la mosquée

Dimanche, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve fêtait Roch Hachana avec Marek Halter (et Manuel Vals). Hier, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve fêtait les 20 ans de la Grande Mosquée de Lyon.

Et il a fait part du soutien du gouvernement au projet d’un grand centre culturel islamique à Lyon.

« Il serait fort heureux que Lyon dispose à son tour d'un lieu voué à la connaissance et au rayonnement de cette immense culture », a-t-il dit.

Exemple de l’immense culture, les hadiths, dont celui-ci :

Rapporté par Abdoullah ibn Omar : l’Envoyé d’Allah a dit : « Vous (les musulmans) combattrez les juifs jusqu’à ce que certains d’entre eux se cachent derrière des pierres. Les pierres diront : “O serviteur d’Allah, il y a un juif caché derrière moi : aussi tue-le !” » (Boukhari 2925).

Pas sûr que Marek Halter apprécie…

Guenther Oettinger a osé…

Il est rarissime que je dise du bien d’un commissaire européen. Mais là je ne peux pas m’empêcher. Il s’agit de Guenther Oettinger, qui est le commissaire à l’Energie sortant, et qui était auditionné hier par le Parlement européen parce qu’il est nommé commissaire à l’Economie numérique.

Interrogé sur ce qu’il pouvait faire contre les risques du numérique, il a répondu ceci :

« On peut réduire ou même éliminer certains risques. Mais, comme pour toute technologie, on ne peut exclure tout risque. Je vais donner un exemple. Disons… à demi sérieux. Récemment il y a eu un nombre croissant de lamentations publiques à propos de photos de nus de célébrités qui avaient pris des selfies – Je n’arrive pas à le croire ! Si ces personnes sont assez bêtes, alors qu’elles sont célèbres, pour prendre des photos d’elles-mêmes nues et de les mettre en ligne, elles ne peuvent certainement pas attendre qu’on les protège. Ce que je veux dire, c’est que la stupidité est quelque chose dont on ne peut pas pas, ou seulement partiellement, sauvegarder les gens. »

Et bien sûr le propos fait scandale, et l’on souligne que Oettinger fait seulement la preuve de son incompétence puisqu’il confond la mise en ligne et le « cloud ». Je pense qu’il le fait intentionnellement, pour montrer qu’il est impossible de garantir la confidentialité de données sur internet, où qu’elles soient. Et qu’il faut effectivement être stupide pour stocker des photos où que ce soit sur internet et s’offusquer de les voir publiées. C’est simplement la suite des cris d’orfraie de tous ces crétins qui mettent leurs photos sur Facebook et s’indignent, quand elles sont reprises, qu’on viole leur « intimité »…

Saint Remi

Remi, docteur illustre et confesseur glorieux du Seigneur, eut sa naissance prédite comme il suit par un ermite. Les Vandales avaient ravagé toute la France, et un saint reclus aveugle adressait de fréquentes prières au Seigneur pour la paix de l’Eglise des Gaules, quand un ange du Seigneur lui apparut et lui dit : « Apprends que la femme appelée Cilinie enfantera un fils du nom de Remi; il délivrera sa nation des incursions des méchants. » A son réveil, il courut immédiatement à la maison de Cilinie et raconta sa vision. Comme elle n'en croyait rien à raison de sa vieillesse, il répondit : « Quand tu allaiteras ton enfant, tu oindras avec soin mes yeux de ton lait et aussitôt tu me rendras la vue. » Toutes ces choses étant ainsi arrivées successivement, Remi quitta le monde et s'enferma dans la retraite. Sa réputation grandit, et à l’âge de 22 ans, il fut élu par le peuple archevêque de Reims. Or, sa mansuétude était telle que les oiseaux venaient jusque sur sa table manger dans sa main les miettes du repas. Ayant reçu l’hospitalité pendant quelque temps chez une matrone possédant une modique quantité de vin, Remi entra dans le cellier, fit le signe de la croix sur le tonneau, se mit en prières, et aussitôt le vin monta, de telle sorte qu'il se répandait au milieu du cellier.

Or, en ce temps-là, Clovis, roi de France, était païen et il n'avait pu être converti par son épouse qui était très chrétienne ; mais quand il vit venir contre lui une armée innombrable d'Allemands, il fit vœu au Seigneur Dieu qu'adorait sa femme de recevoir la foi de J.-C., s'il lui  accordait la victoire sur ses ennemis. Il l’obtint à son souhait; il alla donc trouver saint Remi et lui demanda le baptême. Quand on vint aux fonts baptismaux, il ne s'y trouvait pas de saint chrême, mais voici qu'une colombe apporta, dans son bec, une ampoule avec du chrême, dont le pontife oignit le roi. Or, cette ampoule est gardée dans l’église de Reims et les rois de France en ont été sacrés jusqu'aujourd'hui.

Longtemps après, Guénebauld, homme de grande prudence, s'étant marié à la nièce de saint Remi, les deux époux se délièrent mutuellement par esprit de religion, et Guénebauld fut ordonné évêque de Laon par saint Remi. Mais comme Guénebauld laissait trop souvent venir sa femme chez lui pour l’instruire, dans ces fréquents entretiens, son esprit se laissa enflammer de concupiscence et tous les deux tombèrent dans le péché. Sa femme conçut et enfanta un fils ; elle en instruisit l’évêque, et celui-ci, tout confus, lui fit dire: « Puisque l’enfant a été acquis par larcin, je veux qu'il soit appelé Larron. » Or, afin qu'aucun soupçon ne se fît jour, Guénebault laissa venir sa femme chez soi comme auparavant; mais quand ils eurent pleuré leur péché premier, ils tombèrent encore dans une nouvelle faute. Après avoir donné le jour à une fille et l’avoir mandé à l’évêque, celui-ci répondit : « Appelez cette fille Renarde. » Enfin revenu à lui, Guénebault alla trouver saint Remi, et, se jetant à ses pieds, il voulut ôter son étole de son cou. Saint Remi l’en empêcha et ayant appris de sa bouche les malheurs dans lesquels il était tombé, il le consola avec douceur, l’enferma dans une étroite cellule l’espace de sept ans, et lui-même gouverna son église dans l’intérim. La septième année, le jour de la cène du Seigneur, Guénebault était en oraison lorsqu'un ange lui apparut, lui déclarant que son péché était pardonné et lui commandant de sortir de sa retraite. Comme il répondait : « Je ne puis, car mon seigneur Remi a fermé la porte et l’a scellée de son sceau, » l’ange lui dit : « Afin que vous sachiez que le ciel vous est ouvert, votre cellule va être ouverte sans que le sceau soit rompu. » Il parlait encore que la porte s'ouvrit. Alors Guénebault se jetant en travers de la porte, les bras en forme de croix, dit : « Quand bien même mon Seigneur J.-C. viendrait, ici pour moi, je n'en sortirai pas, à moins que mon seigneur Remi qui  m’y a enfermé n'y vienne. » Sur l’avis de l’ange, saint Remi vint à Laon et rétablit Guénebauld sur son siège. Il persévéra dans les bonnes œuvres jusqu'à sa mort, et il eut pour successeur son fils Larron, qui fut saint aussi. Enfin saint Remi, tout éclatant de vertus, reposa en paix l’an 500 du Seigneur.

Jacques de Voragine, La légende dorée. Ce texte, inspiré de Grégoire de Tours et de Hincmar, est pour une fête de saint Remi qui avait lieu le 14 janvier, jour de sa naissance au ciel. Il y a un autre texte de Jacques de Voragine sur saint Remi pour la fête d’aujourd’hui, qui était la fête de la translation de ses reliques. (Guénebauld, ou Génebaud, fut de fait le premier évêque de Laon, et son fils Larron lui succéda.)

06:20 Publié dans Liturgie | Lien permanent | Commentaires (3)

30 septembre 2014

Le trou de 2.000 milliards, c’est maintenant

La dette française a officiellement dépassé le seuil des 2.000 milliards d’euros au deuxième trimestre de cette année, selon les chiffres publiés ce matin par l’INSEE.

La dette représente désormais plus de 95% du PIB (c’était 12% en 1974, 20% en 1981, 50% en 1994, 60% en 2002).

Roch Hachana chez les people

Chaque année, Marek Halter organise une grande fête pour Roch Hachana.

Cette année (dimanche soir), les invités vedettes étaient Manuel Valls et son épouse, qui se sont fait complaisamment mitrailler par les photographes.

Il y avait aussi le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, Elisabeth Guigou, Rama Yade (et son époux Joseph Zimet, fils du chanteur yiddish Ben Zimet), Elsa Zylberstein, Daniela Lumbroso et son époux Eric Ghebali, ancien secrétaire général de SOS Racisme et de l’UEJF, l’ambassadeur d’Israël en France, etc.

Déjà qu’ils n’étaient pas nombreux…

Mais selon Farid Louali, lors du rassemblement anti-jihad devant la Mosquée de Paris, « la moitié était français, même pas musulmans ».

Farid Louali, co-fondateur de l’Union musulmane pour la dignité, est de ceux qui considèrent que les musulmans n’ont pas à manifester contre l’Etat islamique. Donc il se félicite (c’était sur BFM, relayé par FDesouche) de l’échec d’une manifestation où la moitié des gens étaient « français, même pas musulmans »…

16:36 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (1)

Le gouvernement soutient la Manif pour tous

A quelques jours de la Manif pour tous, le gouvernement dévoile un plan de lutte contre la famille, dont les bombes principales sont la division par trois de la prime de naissance à partir du deuxième enfant et la réduction du congé parental pour la mère. Pour un total de 700 millions d’euros.

On notera la parfaite unanimité des commentaires de la presse, toutes tendances politiques confondues, pour dénoncer l’absurdité et la nocivité de ces mesures.

On notera aussi la justification de Marisol Touraine : « Une politique familiale, ce ne sont pas seulement des allocations, c'est aussi permettre aux femmes d'être maman et de travailler. » La politique familiale, c’est d’envoyer les femmes au travail, surtout si elles doivent abandonner leur enfant à des structures qui les prendront en charge...

En réalité tout cela est dans une parfaite continuité de l’idéologie socialiste.

Un étonnant sondage coréen

L’ordre Jogye, qui est de loin la plus importante et la plus traditionnelle des 28 sectes bouddhistes officielles de Corée, a réalisé un sondage dont les résultats sont étonnants, si l’on se souvient qu’il y a à peine 11% de catholiques en Corée du Sud.

Il en résulte en effet que l’Eglise catholique est « la religion la plus fiable et la plus influente d’un point de vue social ». Elle est suivie du bouddhisme, du protestantisme, du « bouddhisme rond », et de l’islam.

De même, ce sont les catholiques qui ont « le plus d’influence sur la société », suivis des protestants, des bouddhistes, des adeptes du bouddhisme rond, et des musulmans.

Toutefois, à la question « quelle religion a le plus contribué au développement du pays », la réponse est : aucune (31,7%), le bouddhisme (30%), les protestants (20,1%), les catholiques (15,8%).

En ce qui concerne les conflits interreligieux, les premiers responsables sont les protestants (59,2%), suivis des bouddhistes (15,9%), les catholiques étant loin derrière : 7,9%.

(En Corée du Sud, la moitié de la population se dit sans religion, environ 22% bouddhistes, 17% protestants, 11% catholiques. Le bouddhisme rond (won) fondé au XXe siècle, remplace le Bouddha par un cercle.)

16:24 Publié dans Eglise | Lien permanent | Commentaires (0)

Un jugement immonde

L’Agrif poursuivait Plantu pour un dessin ignoble représentant Benoît XVI qui sodomisait un enfant, sous le titre : « Pédophilie : le pape prend position. »

Le tribunal correctionnel de Paris vient de relaxer Plantu et de condamner l’Agrif à lui verser 2.000 € pour ses frais de justice.

Les juges ne se contentent pas de balayer la plainte de l’Agrif, ils justifient longuement le dessin de Plantu, reprenant à leur compte les calomnies contre l’Eglise et contre Benoît XVI.

J’ai rarement vu un jugement aussi révoltant en France.

Le message des évêques du Soudan du Sud

Dans un message publié à l’issue d’une rencontre qui s’est tenue à Djouba du 23 au 25 septembre, les évêques du Soudan du Sud appellent une nouvelle fois à la fin des « combats » et des « meurtres », qui « doivent cesser immédiatement et sans condition ». Ils soulignent : « Des milliers de personnes ont été tuées et des centaines de milliers ont dû être évacuées. La population, déjà éprouvée par les précédents conflits, est de nouveau traumatisée par des atrocités que rarement nous avons vues auparavant. Les populations évacuées vivent dans des conditions effroyables, tant dans les campagnes que dans les camps de l’ONU sis dans les villes ou en tant que réfugiés dans les pays voisins. La famine menace sur une partie du pays. »

Ils constatent que les espoirs dérivant de l’indépendance – acquise en 2011 – sont compromis par la guerre civile qui a bloqué tout projet de développement. « On peut dire que la paix est synonyme de développement. Alors que sept Etats sur dix n’ont pas été directement touchés par la violence, leur population souffre encore et a besoin de la reprise des activités de développement. »

Et ils dénoncent le tribalisme :

« Les tueries ethniques à grande échelle ont créé un cycle de peur, de haine et de vengeance. Notre politique est de plus en plus ethnique, avec pour conséquence l’affirmation de la perception au sein des différentes communautés qu’une tribu est favorisée par rapport à l’autre, ou même que l’une ou l’autre “mérite” de diriger. Même à l’intérieur de nos églises s’affirment actuellement des éléments de tribalisme qui créent des soupçons et affaiblissent nos efforts de paix et de réconciliation ». « Le tribalisme est l’allié de la corruption et du népotisme. Les charges publiques sont perçues par beaucoup comme un synonyme d’accès au pouvoir et à la richesse. Les communautés ressentent souvent le besoin de placer leurs membres au pouvoir afin d’avoir accès aux ressources ».

En conséquence ils lancent un appel afin que tous contribuent à la paix et invitent les fidèles à la prière pour la réconciliation nationale.

16:05 Publié dans Eglise | Lien permanent | Commentaires (7)

Pas d’accord

Le Vatican a offert 100.000 euros à la Fondation Auschwitz-Birkenau fondée en 2009 par le faux « professeur » Wladyslaw Bartoszewski pour financer un programme de « préservation » à long terme du site.

« Compte tenu de nos possibilités limitées, cette somme n'est pas très importante. Néanmoins, c'est l'expression d'un soutien entier au projet de la Fondation Auschwitz-Birkenau », dit en s’excusant le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d'Etat du Saint-Siège.

Mais l’Eglise n’a pas à soutenir cette fondation. Les carmélites avaient restauré gratuitement un bâtiment d’Auschwitz pour en faire un carmel où l’on priait pour toutes les victimes, tout près de la cellule de saint Maximilien Kolbe. Les lobbies juifs antichrétiens ont chassé les carmélites. S’ils ne veulent pas des chrétiens, je ne vois pas pourquoi les chrétiens devraient leur donner de l’argent. C’est déjà aberrant que le gouvernement français, celui de Sarkzoy-Fillon, ait donné 5 millions d’euros, pris dans notre poche, à cette « fondation » privée qui est censée « soutenir » le musée d’Etat d’Auschwitz.

16:04 Publié dans Eglise | Lien permanent | Commentaires (6)

Saint Jérôme

Le « Prologue de Tobie », dans la Vulgate clémentine, également reproduit dans la récente Vulgate de Stuttgart, est une lettre de saint Jérôme expliquant pourquoi et comment il a traduit ce livre. La lettre est adressée à ses amis saint Chromace, évêque d’Aquilée, et saint Héliodore, évêque d’Altino.

« En vérité, je ne saurais comprendre votre empressement ; vous voulez absolument que je traduise en latin un livre écrit en chaldéen, je veux dire le livre de Tobie, que les Hébreux retranchent du nombre des livres canoniques pour le mettre au nombre des apocryphes. Je vous ai obéi, mais ce n'a pas été sans me faire violence ; car les Hébreux nous font un procès sur cela, et nous accusent de traduire en latin des livres qui ne sont point dans leur canon. Leurs plaintes ne m'ont pourtant pas empêché de poursuivre mon travail, persuadé qu'il était plus à propos d'obéir à des évêques que de craindre les murmures des pharisiens. Comme donc le chaldéen approche beaucoup de l'hébreu, je me suis servi d'un homme qui parlait parfaitement bien l'une et l'autre langue, et après avoir fait venir un copiste, je lui ai dicté en latin tout ce que celui-là m'exprimait en hébreu. J'ai consacré un jour tout entier à cet ouvrage.

« Je n'en veux point d'autre récompense que le secours de vos prières et le plaisir de savoir que vous êtes contents de mon travail. »

La première fois que j’ai lu ce texte (en latin) je me suis dit que j’avais dû mal comprendre. Mais saint Jérôme affirme réellement qu’il a traduit le livre de Tobie d’hébreu en latin en une seule journée. C’est un élément qu’il convient de garder en mémoire quand les exégètes qui méprisent la Vulgate prétendent que saint Jérôme n’avait pas une bonne connaissance de l’hébreu, voire même n’avait qu’une connaissance rudimentaire de cette langue…

On remarquera aussi que pour saint Jérôme il n’existait qu’un texte araméen de Tobie. Texte aujourd’hui perdu. Les traductions modernes de la Bible sont celles de textes grecs d’un texte sans doute hébreu lui aussi disparu, et qui sont différents. Or le texte de saint Jérôme, donc le texte de la Vulgate, est d’un plus grand intérêt pour le chrétien, comme je l’ai récemment signalé.

06:34 Publié dans Liturgie | Lien permanent | Commentaires (8)

29 septembre 2014

Un autre député rejoint l’Ukip

Le congrès du parti conservateur s’est ouvert dimanche à Birmingham. Le député Mark Reckless ne s’y trouvait pas. Car la veille il était au congrès de l’Ukip, pour annoncer qu’il quittait le parti de David Cameron pour rejoindre celui de Nigel Farage.

C’est le deuxième député conservateur eurosceptique à franchir le pas. Fin août, c’était Douglas Carswell. L’élection partielle dans sa circonscription de Clacton aura lieu le 9 octobre. Douglas Carswell sera vraisemblablement le premier député de l’Ukip aux Communes (car le parti, arrivé en première position aux européennes, n’a pas encore d’élu au Parlement britannique). Il y aura donc ensuite une partielle à Rochester and Strood, où Mark Reckless avait été facilement élu en 2010…

16:00 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (1)

La Suisse dit non à la Sécu

Les Suisses ont de nouveau rejeté hier la création d’une caisse unique et publique d’assurance maladie, une marotte de la gauche suisse qui rêve depuis toujours du trou de notre sécu soviétoïde.

Le score est sans appel : 61,9% des votants ont refusé la sécu à la française. Le score approche même les 80% dans certains cantons alémaniques, tandis que, comme d’habitude quand il faut imiter nos plus mauvais côtés, la Suisse romande votait pour – à l’exception toutefois de Fribourg et, de justesse, du Valais.

(Il y a aujourd’hui en Suisse une soixantaine de caisses d’assurance maladie privées – évidemment bénéficiaires -, qui se disputent les adhérents obligés de souscrire une assurance de base.)

15:46 Publié dans Social | Lien permanent | Commentaires (4)

« Nantes en Bretagne »

Nantes_Incontestable_succès_pour_la-1.jpg

La mobilisation ne faiblit pas, bien au contraire : ce fut une grande manifestation pour une Bretagne réunie, non amputée de la Loire Atlantique, qui a eu lieu samedi à Nantes. La troisième manifestation de l’année. Avec des écrivains, des artistes, des chefs d'entreprise, des élus… Mais comme pour la Manif pour tous, le peuple breton se heurte à un gouvernement autiste qui impose son idéologie malgré une impopularité historique.

La bonne nouvelle des sénatoriales

Jean-Pierre Michel a perdu son siège de sénateur. « Figure emblématique du Pacs et du Mariage pour tous », comme disent les gazettes, il n’a obtenu que 33,8% des voix.

Lorsque, rapporteur du projet de loi sur le « mariage » homosexuel, il avait auditionné le philosophe Thibaud Collin, il lui avait dit :

« Pour moi, ce qui est juste, c’est ce que dit la loi. Et la loi, elle se réfère à un rapport de forces à un moment donné, et point final. »