Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 5

  • L’islam et la famille

    En janvier dernier, le président al-Sissi avait annoncé un projet de loi permettant de limiter la pratique du divorce verbal, qui permet au musulman de répudier sa femme verbalement et sans témoin (ou, de plus en plus, par SMS…). Le président s’alarme en effet du nombre des divorces en Egypte : aujourd’hui 40% des mariages sont rompus dans les cinq ans. Il a demandé le 24 janvier au grand imam d’al-Azhar ce qu’il en pensait, et celui-ci s’est dit d’accord pour qu’une loi rende le divorce légal seulement s’il est fait en présence d’un maazoun, imam spécialisé dans les mariages et les divorces. Ce qui est précisément l’objet du projet de loi. Mais le « conseil des anciens » d’al-Azhar, le 5 février, a rejeté ce projet et confirmé la validité du divorce verbal, pratique qui remplit les conditions posées par la loi islamique et introduite dès l’époque du prophète Mahomet… Le conseil des anciens appelle toutefois les hommes qui répudient leur épouse par le biais d’une simple déclaration orale à communiquer le divorce en question aux autorités compétentes, afin, dit-il, que soient protégés les droits de la femme et des enfants prévus par la loi islamique…

  • New York Times

    Je ne vais pas perdre mon temps à traduire le très long article du New York Times intitulé Steve Bannon porte le combat sur un autre centre d’influence : le Vatican. Mais j'en conseille la lecture à ceux qui connaissent un peu l’anglais: c’est instructif.

    Le point de départ, ou plutôt le prétexte, est une information très mineure : un bref entretien en 2014 au Vatican entre Steve Bannon (patron de Breitbart News) venu pour la canonisation de Jean-Paul II, et le cardinal Raymond Burke (préfet du Tribunal suprême et comme lui américain). Cette rencontre prend aujourd’hui toute sa signification : c’est l’alliance entre l’effroyable équipe Trump (Steve Bannon est le « Haut conseiller et chef de la stratégie » de la Maison Blanche) et la non moins effroyable clique traditionaliste dont le chef est le cardinal Burke qui ose critiquer ouvertement l’excellent pape François. L’article est un long dégueulis contre tous les méchants à la solde de « l’extrême droite » qui triomphe à Washington et menace la papauté à Rome… Néanmoins à la fin on se rassure, du moins en ce qui concerne l’Eglise : Spadaro, Cupich et Braz de Aviz (un trio soigneusement choisi) sont invités à expliquer au lecteur du New York Times que « Mr. Burke » et ses affidés ne représentent rien et que François continue d’aller résolument de l’avant pour transformer l’Eglise…

  • Saint Romuald

    512px-Silvestro_de'_Gherarducci_-_Gradual_from_Santa_Maria_degli_Angeli_(Folio_90)_-_WGA08676.jpg

    On trouve dans La vie des cinq frères, de saint Bruno de Querfurt (1006), la « règle brève » de son maître saint Romuald (mort en 1027) :

    1. Sede in cella quasi in paradiso;
    2. proice post tergum de memoria totum mundum,
    3. cautus ad cogitationes, quasi bonus piscator ad pisces.
    4. Una via est in psalmis; hanc ne dimittas. Si non potes omnia, qui venisti fervore novicio, nunc in hoc, nunc in illo loco psallere in spiritu et intelligere mente stude, et cum ceperis vagare legendo, ne desistas, sed festina intelligendo emendare;
    5. pone te ante omnia in presentia Dei cum timore et tremore, quasi qui stat in conspectu imperatoris;
    6. destrue te totum,
    7. et sede quasi pullus, contentus ad gratiam Dei, qui, nisi mater donet, nec sapit nec habet quod comedat.

    Assieds-toi dans ta cellule comme au paradis. Rejette derrière toi tout souvenir du monde. Veille attentivement sur tes pensées, comme le bon pêcheur sur les poissons. La voie unique est le psautier ; ne l’abandonne pas. Si tu ne peux encore tout comprendre, toi qui es venu dans ta ferveur de novice, cherche à psalmodier en esprit et comprendre par ton intelligence tantôt ici, tantôt là, et quand, en lisant, tu commences à divaguer, ne t’arrête pas, mais hâte-toi de corriger ton attention. Avant tout, mets-toi en présence de Dieu avec crainte et tremblement, comme on se tient en présence de l’empereur. Détruis-toi entièrement. Et sois là comme un petit d’animal, content de la grâce de Dieu, car si la maman ne donne pas, il ne goûte rien ou n’a rien à manger.

  • Faudrait savoir

    Le magazine Closer a publié, puis retiré, un article en ligne sur Emmanuel Macron et Mathieu Gallet.

    Parce que cet article semble faire écho aux rumeurs de plus insistantes sur la sexualité de Macron, « ami proche » du PDG de Radio France (dit « Jeune et Joli »), avec retour sur une émission de télévision où la « tendance » de Macron avait été qualifiée de « libérale en économie, libérale en matière de mœurs ».

    Mais alors quoi ?

    Elle est où, la fierté LGBT ?

    Est-ce qu’il faut cacher qu’un candidat à la présidentielle soit un inverti ?

    Et si c’est une rumeur sans fondement, pourquoi ne pas la démentir fermement ?

    Addendum

    Il a démenti.

  • Macron négationniste

    Dans son discours de Lyon, il a nié qu’il existe une culture française :

    Il n'y a pas une culture française, il y a une culture en France et elle est diverse.

  • Le meurtre de Trump

    screenshot_58.jpg

    Ceci est la couverture d’un magazine irlandais. Les appels au meurtre de Donald Trump fleurissaient déjà avant son investiture. Cela continue de plus belle. Et pas seulement sur les réseaux dits sociaux ou dans des feuilles marginales. Le 27 janvier dernier c’était le rédacteur en chef de Die Zeit. Dès novembre c’était France Info…

    C’est en permanence depuis son élection, et sans jamais de réactions. L’appel au meurtre est dépénalisé, quand la victime est le président des Etats-Unis…

  • Ordre de Malte

    François a nommé Mgr Giovanni Angelo Becciu, substitut pour les affaires générales de la Secrétairerie d’État (« numéro 3 du Vatican »), délégué pontifical, avec pleins pouvoirs, en vue du Chapitre extraordinaire qui devra élire le nouveau Grand Maître de l’Ordre de Malte après le limogeage de Matthew Festing.

    Dans une lettre rendue publique samedi, François précise la mission de Mgr Becciu. Il étudiera, avec le « lieutenant intérimaire », un aggiornamento de la Charte constitutionnelle de l’Ordre, et il prendra soin « en particulier de tout ce qui concerne le renouvellement spirituel et moral de l’Ordre » (ce qui est la mission du cardinal Burke…).

    D’autre part, Riccardo Caccioli a fait remarquer que si François a fait annuler toutes les décisions prises par le Grand Maître et le Souverain Conseil depuis le 6 décembre, cela a pour effet, non seulement d’invalider la destitution de Boeselager, mais aussi la nomination d’une commission d’enquête interne « voulue par le Grand Maître pour enquêter sur l’héritage mystérieux de 120 millions déposés en Suisse »…

  • Acharnement (suite sans fin)

    Le Vatican a annoncé le 2 février la « renonciation » de Mgr Ramon C. Argüelles, archevêque de Lipa, aux Philippines, et son remplacement immédiat. Or Mgr Argüelles, 72 ans, n’avait pas envoyé de lettre de démission ni laissé entendre qu’il allait prendre sa retraite.

    Il s’agit clairement d’un limogeage, par François. Un de plus. En cause : sans surprise, le fait que Mgr Argüelles avait montré sa sympathie pour les Franciscains de l’Immaculée et en avait accueillis plusieurs dans son diocèse pour leur permettre de poursuivre leur apostolat.

    Comme François a toujours besoin d’un prétexte, le prétexte ici est sans doute que Mgr Argüelles a reconnu en 2015 les apparitions de « Marie médiatrice » à Lipa en 1948, alors qu’une enquête avait conclu à la non-surnaturalité du phénomène en 1951. Et la Congrégation pour la doctrine de la foi a réitéré le jugement de 1951, dans un décret que Mgr Argüelles a rendu public, pour s’y soumettre.

    En janvier 2015, François priait devant la statue de l’apparition de Lipa…

    17-janvier-2015-Le-pape-Francois-recueille-devant-statue-representant-Vierge-Marie-solidarite-avec-population-durement-eprouvee-typhon-Yolanda-Haiyan-novembre-2013_0_730_547.jpg

    Enregistrer

  • "Interruption de grossesse" ?!!!

    Propos de François hier après l’Angélus, à l’occasion de la Journée de la Vie en Italie :

    Faisons avancer la culture de la vie en réponse à la logique du déchet et au déclin démographique. Soyons proches et ensemble prions pour les enfants qui sont en danger d’interruption de grossesse, ainsi que pour les personnes qui sont en fin de la vie – toute vie est sacrée! – afin que personne ne soit laissé seul et que l’amour défende le sens de la vie.

    La culture de la vie, c’est seulement une réponse à la "culture du déchet" et au "déclin démographique" ? Dans une société sans déclin démographique, on peut avoir une culture de mort ? Peut-être bien, puisqu’ensuite François parle d’enfants qui sont « en danger d’interruption de grossesse ». François utilise et reprend à son compte le langage mensonger de la culture de mort. Où alors il faut qu’il nous explique comment on reprend une grossesse qui a été interrompue…

    Petit rappel, saint Jean-Paul II dans Evangelium vitae (58) :

    L'acceptation de l'avortement dans les mentalités, dans les mœurs et dans la loi elle-même est un signe éloquent d'une crise très dangereuse du sens moral, qui devient toujours plus incapable de distinguer entre le bien et le mal, même lorsque le droit fondamental à la vie est en jeu. Devant une situation aussi grave, le courage de regarder la vérité en face et d'appeler les choses par leur nom est plus que jamais nécessaire, sans céder à des compromis par facilité ou à la tentation de s'abuser soi-même. A ce propos, le reproche du Prophète retentit de manière catégorique: « Malheur à ceux qui appellent le mal bien et le bien mal, qui font des ténèbres la lumière et de la lumière les ténèbres » (Is 5, 20). Précisément dans le cas de l'avortement, on observe le développement d'une terminologie ambiguë, comme celle d'« interruption de grossesse », qui tend à en cacher la véritable nature et à en atténuer la gravité dans l'opinion publique. Ce phénomène linguistique est sans doute lui-même le symptôme d'un malaise éprouvé par les consciences. Mais aucune parole ne réussit à changer la réalité des choses: l'avortement provoqué est le meurtre délibéré et direct, quelle que soit la façon dont il est effectué, d'un être humain dans la phase initiale de son existence, située entre la conception et la naissance.

  • Lèse-majesté

    affichage-abusif_540.jpg

    Les autorités de Rome ont fait couvrir les affiches qui critiquent le pape d’une autre affiche indiquant : « Affichage abusif ».

    Les Italiens sont stupéfaits de la rapidité avec laquelle les autorités ont réagi.

    Mais on remarquera que sur cette photo les affiches « Affichage abusif » ne recouvrent pas le texte…

    Photo trouvée dans ce réjouissant article Crime contre la pensée, traduit par Benoît et moi, relatant les réactions horrifiées des thuriféraires de François.

  • Saint Tite

    Illuminé en ton âme par la divine splendeur, bienheureux Tite, en compagnie de saint Paul, tu avanças tel un rayon de ce grand soleil éclairant la nuit; et tu éloignas de toute la terre les profondes ténèbres avec lui; c'est pourquoi nous te disons bienheureux comme Pontife inspiré, comme saint Apôtre et chaleureux intercesseur.

    Parti de Crète, il y revint comme inébranlable fondement sur lequel fut affermie la vraie foi, tandis qu'il édifiait les croyants grâce à la puissance de notre Dieu, Tite, le compagnon de voyage de saint Paul, le premier qui siégea sur le trône de sa patrie, celui qui intercède pour les croyants.

    Liturgie byzantine (vêpres, lucernaire)

  • Cinquième dimanche après l’Epiphanie

    Cette année c’est le dernier dimanche après l’Epiphanie. Le dernier du cycle de Noël. Dimanche prochain commencera le cycle de Pâques avec le dimanche de la Septuagésime.

    L’évangile du bon grain et de l’ivraie nous plonge dans le temps de l’Eglise. Le temps entre la première Epiphanie, les premières épiphanies que l’on vient d’égrener, et la dernière Epiphanie, quand Il reviendra. (C’est pourquoi cet évangile est également à sa place les années où, Pâques étant plus tôt, la liturgie de ce dimanche est celle d’un des derniers dimanches après la Pentecôte.)

    L’Eglise est comparable un homme qui a semé de la bonne semence. Mais pendant que les hommes dormaient, son ennemi vint et sema de l’ivraie. Quand les serviteurs découvrirent l’ivraie qui poussait, ils demandèrent au maître qui a fait cela. Il répondit : « Un homme ennemi a fait cela. »

    L’ennemi, c’est évidemment le diable. On le trouve 14 fois au singulier dans les psaumes, et 90 fois au pluriel. Car son nom est Légion… Sans compter les versets où il est désigné sous un autre nom, homme mauvais, homme inique, ou au pluriel persécuteurs, pécheurs

    Quasiment toutes les traductions omettent le mot homme dans l’expression homme ennemi. Seuls le gardent Sacy et Fillion, qui traduisent la Vulgate. Mais le mot homme est tout autant dans le texte grec, et de façon tout aussi insolite.

    C’est que si l’ennemi est le diable, l’homme qui écoute le diable devient son propre ennemi. L’homme qui est devenu participant de la divinité de cet homme qui a semé le bon grain dans notre âme, et qui dort au lieu de veiller… Il nous faut rester unis à l’homme qui a semé le bon grain, et ne pas devenir un homme ennemi de nous-mêmes en laissant faire l’ennemi qui sème l’ivraie.

    C’est ce que disait Isaïe, 17,9-11 :

    En ce jour-là ses villes fortes seront abandonnées comme les charrues et les moissons qui furent laissées à l’approche des fils d’Israël, et tu seras un pays désert. Parce que tu as oublié le Dieu de ton sauveur, et que tu ne t’es pas souvenue de ton puissant secours, pour cela tu planteras un plant de confiance, et tu sèmeras une graine étrangère. Au jour de ta plantation c’est une vigne sauvage ; et ta semence fleurira au matin, mais la récolte a été enlevée au jour de l’héritage, et la douleur sera grande.

  • Pitoyable

    C3w-Zo8WcAUZX7P.jpg

  • Acharnement

    Alors que la justice a donné tort aux persécuteurs des Franciscains de l’Immaculée, et condamné le commissaire Volpi qui avait dû reconnaître qu’il avait menti, le pape poursuit l’odieuse persécution.

    Il a mis sous tutelle la branche féminine pour empêcher que le recours présenté au tribunal suprême de la Signature Apostolique n'obtienne une issue favorable.

    Et la grande trouille est que le chapitre des Franciscains qui doit se réunir n’élise des responsables fidèles au Père Manelli. Celui-ci a reçu ce document de la Congrégation pour les Religieux approuvé par le pape :

    Le P. Stefano Manelli est prié de donner un communiqué dans lequel il déclare qu'il acceptera et observera toutes les dispositions du Saint-Siège et qu'il exhortera les Frères Franciscains de l'Immaculée et les Sœurs Franciscaines de l'Immaculée à adopter la même attitude.

    Le Père Manelli ne pourra faire aucune autre déclaration dans les médias ni paraître en public.

    Il ne pourra participer à aucune initiative ou rencontre ni en personne ni via les réseaux sociaux.

    Le P. Manelli est prié de mettre dans les 15 jours de la remise du présent décret le patrimoine économique géré par les associations civiles et toute autre somme à sa disposition à la disposition des seuls instituts.

    Il est interdit au P. Manelli et au P. G. Pellettieri d'avoir la moindre relation avec les Frères de l'Immaculée à l'exception de ceux des communautés où ils résideront avec la permission de ce Dicastère. Ils éviteront tout contact avec les Sœurs Franciscaines de l'Immaculée.

    Dans les rues de Rome sont apparues ces affiches :

    manifesti-papa-roma.jpg

    Oh François, tu as envoyé des commissaires dans des Congrégations, destitué des prêtres, décapité l'Ordre de Malte et les Franciscains de l'Immaculée, ignoré des cardinaux... Mais où est ta miséricorde ?

  • Saint André Corsini

    Deus, qui in Ecclésia tua nova semper instáuras exémpla virtútum : da pópulo tuo beáti Andréæ Confessóris tui atque Pontíficis ita sequi vestígia ; ut assequátur et prǽmia. Per Dóminum…

    O Dieu, qui renouvelez constamment les exemples des vertus dans votre Église, donnez à votre peuple de suivre les traces du bienheureux André, votre Confesseur et Pontife, en sorte qu’il parvienne aux mêmes récompenses.

    Sur saint André Corsini, voir ici, et . Et un plagiat de Stendhal

  • L’Arkansas pro-vie

    Le gouverneur de l’Arkansas, Asa Hutchinson, a signé mercredi une loi votée par les deux chambres, qui interdit l’avortement par démembrement (officiellement appelé « par dilatation et évacuation », pour ne pas choquer…). Ce n’est que le 7e Etat à interdire cette horreur (mais dans deux d’entre eux elle est attaquée en justice et donc bloquée). L’avortement par démembrement pourra être puni d’une amende pouvant aller jusqu’à 10.000 $ ou six mois de prison.

    L’avortement devient ainsi de facto impossible après 14 semaines.

    La quasi totalité des médias hurle contre cette loi qui viole la liberté des femmes en leur interdisant la méthode d’avortement la plus sûre, et le Planning familial souligne que cette méthode est la plus utilisée au troisième trimestre de grossesse « aux Etats-Unis et dans le monde ». Fantasme d’avortueurs : il y a très peu de pays où les avortements tardifs soient permis (hors raison médicale).

    Et les hurlements redoublent parce que la même loi permet aussi au conjoint de poursuivre le fournisseur d’avortement pour obtenir des dommages civils ou pour une injonction à empêcher l’avortement. Comme le texte ne stipule pas d’exceptions (viol ou inceste), de nombreux médias titrent sans vergogne que la loi permet aux violeurs de poursuivre leurs victimes…

    Et c’est quand même Trump qui a été élu… D’où sans doute ce regain de fureur devenant pathologique. Ou plutôt diabolique.

  • Négationnisme LGBT

    L’Association des médecins britanniques a distribué aux personnels des institutions médicales un "guide" dressant une liste d’expressions qui ne doivent plus être employées.

    Ainsi on ne doit plus parler de « futures mères », parce que cela peut offenser les personnes transgenre et intersexuées. Explication : « Une grande majorité des personnes enceintes ou qui accouchent s’identifient comme femmes. Nous pouvons inclure les hommes intersexués et transgenre qui peuvent devenir enceints, en disant “personnes enceintes” au lieu de “futures mères”. » (En anglais : « pregnant people », qui est neutre.)

    De même, il ne faut plus écrire « né homme » ou « née femme » en parlant de personnes transsexuelles, parce que ces expressions « sont réductrices et simplifient à l’excès une question complexe ».

    Et l’on ne doit même plus dire « biologiquement homme ou femme », mais « déclaré homme ou femme ».

    Il faut éviter le mot « mankind » (les hommes en général, l’humanité), parce que « ce n’est pas une bonne pratique » d’employer un mot masculin.

    Il faut supprimer la mention « nom de famille ». Car bien sûr c’est la famille qu’il faut supprimer.

    L’introduction du livret ose dire :

    Ce guide promeut les bonnes pratiques par l’utilisation d’un langage qui montre du respect et de la sensibilité envers tout le monde. Le choix de mots appropriés est une contribution importante à la célébration de la diversité.

  • Fantasme macronien

    A propos de l’affaire Fillon, Emmanuel Macron a déclaré :

    Je n'ai jamais eu de collaborateur en charge de ma circonscription.

    Mais il n’a jamais eu de circonscription. Il n’a d’ailleurs jamais été élu nulle part. Un déficit démocratique qu’il voudrait gommer. Mais ce n’est pas très démocratique de s’inventer un poste de député…

  • En Egypte

    Les diverses communautés chrétiennes d’Egypte ont jusqu’à septembre pour donner à une commission gouvernementale la liste des bâtiments qu’elles ont construits sans permis (en fait la quasi totalité de leurs constructions, puisqu’il était presque impossible d’obtenir un permis).

    La création de la commission en question faisait partie de la nouvelle loi sur la construction de lieux de culte.

    L’objectif affiché est de régulariser la situation. Mais une certaine inquiétude se fait jour, comme en témoigne Mgr Botros Fahim Awad Hanna, évêque copte catholique de Minya :

    Nous nous demandons comment il se fait que les institutions civiles et sociales locales n’aient pas été impliquées dans les travaux de la Commission, alors qu’elles connaissent la réalité des différentes situations dans chacune des régions. Nous espérons qu’il sera tenu compte de la destination d’usage des édifices, qui souvent assurent des fonctions de service au profit de l’ensemble de la population locale et pas seulement des chrétiens. Nous attendons par ailleurs de voir si la régularisation d’éventuels immeubles privés de permis interviendra au travers de mesures fiscales ou selon d’autres modalités.

  • Liberté d’expression

    Au cours d’un discours, hier, Donald Trump a déclaré :

    Je vais me débarrasser de l'amendement Johnson, le détruire totalement et permettre à nos représentants de culte de parler librement et sans crainte des représailles. Je vais le faire, retenez bien ça.

    L’amendement Johnson interdit aux organisations exonérées d’impôts, dont les organismes religieux, de prendre position dans les campagnes électorales pour ou contre un candidat, sous peine de se voir retirer cette exonération.

    La suppression de l’amendement Johnson était une promesse de campagne de Trump.

    En fait, dès avant-hier, deux députés, Jody Hice et Steve Scalise (adjoint du chef de la majorité) ont déposé à la Commission des finances de l’Assemblée une proposition de loi supprimant cet amendement. Et peu après le discours de Trump un sénateur a fait de même à la chambre haute.

    « Il y a trop longtemps que le fisc utilise l’amendement Johnson pour faire taire et menacer les institutions religieuses et caritatives, a déclaré Jody Hice. Comme pasteur qui a fait l’expérience d’une intimidation personnelle par le fisc, je sais à quel point c’est important d’assurer que les Eglises et les organisations à but non lucratif puissent avoir les mêmes droits fondamentaux que tous les citoyens de cette grande nation. »

    *

    On pensait que le gouvernement Trump serait hypersioniste. Un bémol toutefois : ce communiqué du porte-parole de la Maison Blanche :

    Si nous ne pensons pas que l'existence de colonies est un obstacle à la paix, la construction de nouvelles colonies ou l'expansion de celles existantes au-delà de leurs frontières actuelles pourrait ne pas aider à atteindre cet objectif.

    *

    Mais pour le grand amour avec la Russie il va falloir attendre. L’ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU Nikki Haley a condamné l’annexion de la Crimée par la Russie et a déclaré devant le Conseil de sécurité que les sanctions contre la Russie resteront en place « jusqu'à ce que la Russie redonne le contrôle de la péninsule à l'Ukraine ». Ce qui n’est pas près d’arriver… Et elle a même demandé une nouvelle condamnation de la Russie, qu’elle rend responsable du regain de tension dans le Donbass : « Nous voulons améliorer nos relations avec la Russie. Toutefois, la situation terrible dans l'est de l'Ukraine demande une claire et ferme condamnation des actions de la Russie. »

    C’est pourtant le ministre ukrainien de la Défense en personne qui a dit que l’armée ukrainienne avance « mètre par mètre, pas à pas », donc a pris l’offensive.