Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 5

  • Une perle

    « Le Brexit pourrait provoquer la séparation d’un couple sur dix à Londres. »

    L’avertissement est de Sian Berry, membre de l’Assemblée du Grand Londres.

    Parce que dans un couple sur dix un des conjoints est d’un autre pays de l’UE. Et que bien entendu en cas de Brexit ces conjoints seraient illico renvoyés dans leur pays… Ou bien ils se disputeraient à mort avec leur conjoint britannique…

    De même, comme le souligne Open Europe, Elvis pourrait ne pas être mort mais fabricant de fromage dans le Somerset.

  • La préoccupation du diocèse de Saint-Denis

    Lu sur le site du diocèse de Saint-Denis :

    La revue Projet s'attache à mieux faire dialoguer les questions sociales de notre temps et la doctrine sociale de l'Eglise. Sollicitée par ses partenaires engagés sur le terrain au service du bien commun, la revue prépare pour le mois d'octobre 2016 un numéro consacré à la progression des idées d'extrême-droite dans le champ social et politique français, avec un double accent : le souci de prendre au sérieux les préoccupations exprimées par les citoyens, et le choix de mettre en avant d'autres horizons, des propositions alternatives qui s'esquissent pour revitaliser le lien social et la démocratie. Ce numéro sera publié en partenariat avec le journal La Croix, soucieux de nourrir le débat sur ce phénomène. Il s'agit d'une opportunité unique pour approfondir la réflexion et l'ouvrir à un large public. Mais cette opération toute particulière représente aussi un investissement financier important - près de 100.000 euros. D'où l'idée, en dehors des recettes du numéro, d'une opération de financement participatif. Cette initiative ne pourra pas aboutir sans un large soutien de la part de donateurs.

    La dhimmitude interdisant de traiter du seul problème social du diocèse, on en invente un autre, en s’inquiétant de cette puissance mystérieuse et maléfique qui pourrait porter atteinte à la paix du dhimmi (paix toute relative mais surtout très fragile, à manier avec un luxe de précautions). Les fidèles sont conviés à donner 100.000 euros pour contribuer à conjurer la menace et garantir la prééminence de l’islam. (100.000 € pour un numéro d'une revue ? C'est faramineux. Absurde. Il est évident qu'une grande partie de cet argent servira à autre chose.)

  • En Egypte

    Sept maisons de chrétiens ont été incendiées le 20 mai dans un village de la province de Minya, par des musulmans qui soupçonnaient un chrétien d’avoir une liaison avec une musulmane.

    En raison des menaces de violences, l’homme en question a fui le village le 19 avec sa femme et ses enfants. Mais le lendemain, les musulmans s’en sont pris à sa mère de 70 ans. Ils lui ont arraché ses vêtements et l’ont promenée nue dans la rue en scandant Allahou Akbar. Puis ils ont mis le feu à sa maison et à d’autres maisons de chrétiens.

    La police avertie la veille n’avait pris aucune disposition. Et elle n’est arrivée que deux heures après le début de l’émeute.

    Le 25, la femme a fini par porter plainte, ne pouvant plus « avaler l’humiliation » qu’elle a subie.

    L’affaire se terminera comme d’habitude par une réunion de musulmans et de chrétiens, convoquée par les autorités, où les chrétiens acceptent d’avoir tort et les musulmans promettent qu’ils ne recommenceront pas avant la prochaine fois.

    D’autre part, le 12 mai, un bâtiment servant provisoirement d’église a été incendié par des « extrémistes », dans la même province (où il y a au moins 35% de chrétiens).

  • Les grotesques

    Le gouvernement britannique annonce qu’il a diligenté une enquête sur de présumées pratiques discriminatoires envers les femmes dans les tribunaux islamiques d’Angleterre et de Galles.

    « Des femmes auraient été victimes de décisions discriminatoires de la part de conseils religieux appliquant la charia, ce qui est une préoccupation majeure », écrit sans rire Theresa May, ministre de l’Intérieur.

    Les Anglais ont laissé se développer les tribunaux de la charia pour régler les litiges familiaux dans la communauté musulmane, et ils s’étonnent que les tribunaux de la charia appliquent… la charia, qui est, comme tout le monde le sait sauf les dirigeants britanniques, « discriminatoire » (disons plus simplement et plus véritablement : d'une flagrante injustice) envers les femmes…

    Ou bien ils se foutent de nous ?

  • L’islam n’a pas sa place…

    Extrait de la première interview, depuis sa réélection, de Robert Fico, Premier ministre de Slovaquie :

    « Cela peut paraître étrange mais, je suis désolé, l’islam n’a pas sa place en Slovaquie. Peut-être parce que nous sommes un pays qui renaît en quelque sorte. Si quelqu’un vient me dire que la Slovaquie veut être multiculturelle, que tout le monde va faire ici ce qu’il veut, qu’il y aura des traditions variées, et que la Slovaquie va changer, il est contre l’essence même de ce pays. Je pense qu’il est du devoir des hommes politiques de parler de ces choses très clairement et ouvertement. Je ne veux pas que se constitue en Slovaquie une communauté musulmane. Je ne veux pas qu’il y ait des dizaines de milliers de musulmans qui se mettent à promouvoir leur affaire. J’en ai parlé plusieurs fois avec le Premier ministre maltais, qui m’a dit que le problème n’est pas qu’ils viennent, mais qu’ils changent le caractère du pays. Et nous ne voulons par changer les traditions de notre pays, qui est bâti sur la tradition cyrillo-méthodienne, sur quelque chose qui est là depuis des siècles.

    La Slovaquie assurera la présidence de l’UE de juillet à décembre…

  • Faire connaître la messe de saint Pie V

    « Est-ce que vous êtes déjà allé à une messe en latin ? Que diriez-vous d’une grand messe solennelle célébrée par le supérieur de district de la FSSP ? Que diriez-vous d’une messe où 60 personnes chantent des polyphonies et du grégorien sous la direction de chefs réputés ? Que diriez-vous d’une bénédiction pontificale ? »

    C’est ainsi que le blog Corpus Christi Watershed annonce la journée du 31 mai en l’église Saint-Victor d’Hollywood. Une journée destinée à faire connaître la messe de saint Pie V. En ce jour de la fête de Marie Reine, elle sera célébrée par l’abbé Eric Flood, supérieur de la FSSP pour l’Amérique du Nord, et l’importance de la chorale est due au fait que le 31 mai est le dernier jour d’un symposium de musique sacrée, à Los Angeles, parrainé par la FSSP.

    La messe sera célébrée à 16h30. A 19h, confirmation et bénédiction par Mgr José H. Gomez, l’archevêque de Los Angeles (bienveillant envers la « forme extraordinaire » comme bon nombre de ses confrères en Amérique). A 20h15, repas gratuit pour tous ceux qui seront présents.

  • Saint Bède

    Le Christ Epoux veut une Eglise industrieuse, "le teint hâlé par les efforts de l'évangélisation" - il y a ici une claire évocation de la parole du Cantique des Cantiques (1, 5) où l'épouse dit: "Nigra sum sed formosa" (je suis noire, et pourtant belle) -, occupée à défricher d'autres champs ou vignes et à établir parmi les nouvelles populations "non pas une cabane provisoire, mais une demeure stable", c'est-à-dire à insérer l'Evangile dans le tissu social et dans les institutions culturelles. Dans cette perspective, le saint docteur exhorte les fidèles laïcs à être assidus à l'instruction religieuse, en imitant les "insatiables foules évangéliques, qui ne laissaient pas même le temps aux apôtres de manger un morceau de nourriture". Il leur enseigne comment prier continuellement, "en reproduisant dans la vie ce qu'ils célèbrent dans la liturgie", en offrant toutes les actions comme sacrifice spirituel en union avec le Christ. Aux parents, il explique que même dans leur petit milieu familial, ils peuvent exercer "la charge sacerdotale de pasteurs et de guides", en formant de façon chrétienne leurs enfants et affirme connaître de nombreux fidèles (hommes et femmes, mariés ou célibataires), "capables d'une conduite irrépréhensible, qui, s'ils sont suivis de façon adéquate, pourraient s'approcher chaque jour de la communion eucharistique" (Epist. ad Ecgberctum, ed. Plummer, p. 419).

    La renommée de sainteté et de sagesse dont, déjà au cours de sa vie, Bède jouit, lui valut le titre de "vénérable". C'est ainsi également que l'appelle le Pape Serge i, lorsqu'en 701, il écrit à son abbé en lui demandant qu'il le fasse venir pour un certain temps à Rome afin de le consulter sur des questions d'intérêt universel. Après sa mort, ses écrits furent diffusés largement dans sa patrie et sur le continent européen. Le grand missionnaire d'Allemagne, l'évêque saint Boniface (+ 754), demanda plusieurs fois à l'archevêque d’York et à l'abbé de Wearmouth de faire transcrire certaines de ses œuvres et de les lui envoyer de sorte que lui-même et ses compagnons puissent aussi bénéficier de la lumière spirituelle qui en émanait. Un siècle plus tard, Notker le Bègue, abbé de Saint-Gall (+ 912), prenant acte de l'extraordinaire influence de Bède, le compara à un nouveau soleil que Dieu avait fait lever non de l'orient, mais de l'occident pour illuminer le monde*. Hormis l'emphase rhétorique, il est de fait que, à travers ses œuvres, Bède contribua de façon efficace à la construction d'une Europe chrétienne, dans laquelle les diverses populations et cultures se sont amalgamées, lui conférant une physionomie unitaire, inspirée par la foi chrétienne. Prions afin qu'aujourd'hui également, se trouvent des personnalités de la stature de Bède pour maintenir uni tout le continent; prions afin que nous soyons tous prêts à redécouvrir nos racines communes, pour être les bâtisseurs d'une Europe profondément humaine et authentiquement chrétienne.

    Benoît XVI, fin de sa catéchèse sur saint Bède, le 18 février 2009.

    * « Dieu, l'Ordonnateur des natures, qui a fait se lever le soleil de l'Orient au 4ème jour de la Création, lors du 6ème jour du monde a fait se lever Bède à l'Occident, tel un nouveau soleil pour illuminer la terre entière. »

  • 11 Etats contre Obama

    Le procureur général du Texas Ken Paxton a annoncé hier que 11 Etats engageaient une action en justice contre le gouvernement des Etats-Unis pour que soit condamnée la directive des ministères de la Justice et de l’Education stipulant, sur ordre d’Obama, que dans les établissements scolaires et universitaires l'accès aux toilettes et aux vestiaires doit se faire selon le sexe auquel un élève s'identifie, et non selon son sexe de naissance, sous peine de suppression des subventions fédérales.

    Ces 11 Etats sont l'Alabama, l'Arizona, la Géorgie, la Louisiane, le Maine, l'Oklahoma, le Tennessee, le Texas, l'Utah, la Virginie occidentale et le Wisconsin.

    Ils accusent les autorités fédérales de vouloir « transformer les lieux d'enseignement en des laboratoires d’expérimentation sociale massive, en bafouant le processus démocratique et au plus complet mépris des mesures de bon sens protégeant les enfants et le droit fondamental à la vie privée ».

    Les commentaires montrent que cette action s’inscrit aussi dans le cadre des revendications d’autonomie des Etats face à un pouvoir fédéral de plus en plus envahissant et contesté.

    Plusieurs procureurs soulignent que les lois sont votées par le Congrès, et non dictées par le président.

    Le procureur général de Virginie occidentale précise que « les mesures concernant l’enseignement doivent être décidées par chaque Etat, les éducateurs et les parents, et non imposées par diktat présidentiel ».

    Pour le procureur général du Tennessee, c’est un nouvel exemple de la méthode d’Obama de légiférer par décrets : « Notre cabinet est invariablement opposé à ces efforts visant à retirer les droits des Etats et exclure les représentants de la population de la prise de décision, ou au minimum d’avoir une période permettant de donner des avis et des commentaires conformément à la loi sur les procédures administratives ».

    Peu après la conférence de presse, le gouverneur de l’Idaho Butch Otter a annoncé que ses juristes allaient rédiger un mémoire de soutien aux 11 Etats (un « amicus brief » : argumentation en faveur du plaignant déposée devant le tribunal par quelqu’un qui n’est pas partie à la procédure).

    « Nous sommes encouragés, dit Tony Perkins, le président du Family Research Council, par le nombre de dirigeants d’Etats qui se lèvent contre la redéfinition unilatérale de la loi fédérale par le gouvernement Obama. Il est temps maintenant pour les républicains du Congrès, qui ont l’autorité constitutionnelle à égalité avec le gouvernement, d’appuyer ces dirigeants et de ramener sous contrôle la Maison Blanche impérialiste… »

  • Poignée de mains

    Les autorités cantonales de Bâle ont finalement réagi à l’affaire des deux adolescents musulmans du collège de Therwil qui refusaient de serrer la main des femmes professeurs.

    Il y avait déjà eu la réaction du ministre de l’Intérieur, qui avait demandé une « analyse juridique » et avait déclaré que sur la base de cette analyse l’école allait supprimer la dispense provisoire permettant aux deux garçons de ne pas serrer la main des dames. La Direction cantonale de l'instruction publique vient donc d’édicter à son tour qu’il est « possible en tant qu'enseignante d'exiger » que l'élève lui serre la main (sous peine d’une amende de 5.000 FS). Car, en cas de dispense, « les enseignant(e)s et les autres élèves se trouvent impliqués dans une pratique religieuse qui ne leur appartient pas ».

    Au nom de la non-discrimination religieuse on devait permettre aux adolescents de ne pas serrer la main. Au nom de la non-discrimination religieuse ils doivent serrer la main…

    Quoi qu’il en soit de cette aporie idéologique, je n’ai toujours pas compris pourquoi les élèves serrent la main de leur prof : ça ne m’est jamais arrivé…

    Surtout, comme les deux adolescents sont les fils de l’imam de la moquée Roi Fayçal de Bâle, et sympathisants de l’Etat islamique, on attend la suite…

  • Etre avocat de chrétiens au Pakistan…

    Le père, la mère, et une sœur de l’avocat chrétien (et des chrétiens) le plus connu du Pakistan, Sardar Mushtaq Gill, ont été enlevés le 22 mai. Les trois personnes attendaient le bus quand une voiture s’est arrêtée, le chauffeur leur disant qu’il était envoyé par Me Gill. Voyant qu’il les emmenait dans une direction qui n’était pas leur destination, les deux femmes ont réussi à fuir en profitant des embouteillages, mais le père était sous la menace d’une arme de poing. Les femmes ont immédiatement prévenu la police, qui a intercepté le véhicule. Le père de Me Gill a indiqué que le ravisseur avait clairement parlé des activités de son fils et particulièrement « de sa défense des cas liés à la religion ».

    Sardar Mushtaq Gill est en permanence l’objet de menaces, parce qu’il défend des « blasphémateurs » et des chrétiennes enlevées et « converties » à l’islam pour se « marier ».

  • Fête Dieu

    Préface de la messe « en certains diocèses » :

    Vere dignum et iustum est, æquum et salutáre,
    nos tibi semper et ubíque grátias ágere :
    Dómine, sancte Pater, omnípotens ætérne Deus :
    per Christum Dóminum nostrum.

    Il est vraiment juste et nécessaire,
    c’est notre devoir et c’est notre salut,
    de vous rendre grâces toujours et partout,
    Seigneur, Père saint, Dieu éternel et tout-puissant :
    par le Christ notre Seigneur.

    Qui, remótis carnálium victimárum (inánibus) umbris,
    corpus et sánguinem suum nobis in sacrifícium commendávit,
    ut in omni loco offerátur nómini tuo,
    quæ tibi sola complácuit, oblátio munda.

    Qui, écartant les (vains) symboles des bêtes immolées,
    nous a confié le sacrifice de sa chair et de son sang
    pour qu’en tout lieu soit faite à votre gloire
    l’offrande pure qui seule vous agrée.

    In hoc ígitur inscrutábilis sapiéntiæ et imménsæ caritátis mysterio,
    idípsum quod semel in Cruce perfécit, non cessat mirabíliter operári,
    ipse ófferens, ipse et oblátio.
    Et nos, unam secum hóstiam efféctos,
    ad sacrum invítat convívium,
    in quo ipse cibus noster súmitur,
    recólitur memória Passiónis eius,
    mens implétur grátia,
    et futúræ glóriæ nobis pignus datur.

    C’est ainsi qu’en ce mystère d’insondable sagesse et d’immense charité,
    ce qu’une fois il accomplit sur la croix, il ne cesse pas de l’opérer d’un manière admirable,
    étant lui-même celui qui offre et celui qui est offert.
    Et nous, qui lui sommes associés dans l’unité d’une même offrande,
    il nous convie à ce festin sacré où il se fait lui-même notre aliment,
    où se renouvelle le mémorial de sa passion,
    où l’âme se remplit de grâce
    et où nous est donné le gage de la gloire future.

    Et ídeo cum Angelis et Archángelis,
    cum Thronis et Dominatiónibus,
    cumque omni milítia cæléstis exércitus,
    hymnum glóriæ tuæ cánimus,
    sine fine dicéntes : Sanctus, Sanctus, Sanctus…

    C’est pourquoi, avec les Anges et les Archanges,
    avec les Trônes et les Dominations,
    avec la troupe entière de l’armée céleste,
    nous chantons une hymne à votre gloire,
    redisant sans fin…

  • Saint Grégoire VII

    Voici trois répons d’un office propre, cité par dom Guéranger. (On reconnaît notamment dans le deuxième les psaumes 79 et 44, et dans le troisième un autre verset du psaume 44.)

    ℟. Cernens juvenis sæculum peccatis inveteratum, nec inveniens ubi cor suum requiesceret, patrium solum reliquit: * Et ad partes Gallorum transiens, soli Deo sub Cluniacensi disciplina militare decrevit. ℣. Fide egressus est de terra sua, quærens civitatem cujus artifex et conditor Deus. * Et ad partes Gallorum transiens, soli Deo sub Cluniacensi disciplina militare decrevit.

    Dès sa jeunesse il vit que le monde était envieilli ans le péché ; ne trouvant pas où reposer son cœur, quitta le sol de sa patrie : Et ayant passé en France, il résolut d’embrasser le service de Dieu seul sous discipline de Cluny. Sous la conduite de la foi, il sortit de son pays, se mettant à la recherche de la cité dont Dieu est l’auteur et l’architecte. Et ayant passé en France, il résolut d’embrasser le service de Dieu seul sous discipline de Cluny.

    ℟. Vineam Domini exercituum, quam plantavit dextera ejus, exterminavit aper de silva, et singularis ferus depastus est eam: * Accingere gladio tuo super femur tuum, fidelissime. ℣. Si Angelos judicaturus ea, quanto magis sæcularia? * Accingere gladio tuo super femur tuum, fidelissime.

    Le sanglier de la forêt s’est rué sur la vigne qu’avait plantée la main du Seigneur des armées ; cette bête féroce l’a ravagée tout entière : Ceins ton glaive sur ta cuisse, ô gardien fidèle ! S’il t’appartient de juger jusqu’aux Anges même, combien plus les puissances du siècle ? Ceins ton glaive sur ta cuisse, ô gardien fidèle !

    ℟. Cum ultimi doloris luctam inchoasset beatus Gregorius, astantibus dixit: Nullos labores meos alicujus momenti facio: * In hoc solummodo confidens, quod semper dilexi justitiam et odivi iniquitatem. ℣. Et elevatis in cœlum oculis, ait: Illuc ascendam, et obnixis precibus Deo propitio vos committam. * In hoc solummodo confidens, quod semper dilexi justitiam, et odivi iniquitatem.

    Le bienheureux Grégoire étant arrivé à ses derniers moments, luttait avec la souffrance ; alors il dit aux assistants : Je ne fais aucun compte des labeurs que j’ai soufferts : Mon unique motif de confiance est d’avoir toujours aimé la justice et haï l’iniquité. Il éleva ensuite les yeux au ciel, et dit : C’est là que je veux monter, et par mes instantes prières je vous recommanderai au Dieu de bonté. Mon unique motif de confiance est d’avoir toujours aimé la justice et haï l’iniquité.

  • La miséricorde de Dieu

    On peut célébrer aujourd’hui encore la messe du 1er dimanche après la Pentecôte. Dans le missel du Barroux, il y a ce très beau commentaire de saint Maxime le Confesseur sur l’évangile (et l’épître) :

    Aimons-nous les uns les autres et nous serons aimés de Dieu ; soyons patients les uns avec les autres et il se montrera patient avec nos péchés. Ne rendons pas le mal pour le mal et nous ne recevrons pas ce que nous méritons pour nos péchés. Car nous obtenons le pardon de nos péchés en pardonnant à nos frères, et la miséricorde de Dieu est cachée dans la miséricorde envers le prochain.

  • Les Roumains pour la famille

    La Coalition pour la famille, en Roumanie, avait annoncé en février dernier qu’elle avait recueilli plus de 2 millions de signatures (alors que 500.000 suffisaient) pour que la Constitution soit modifiée afin de préciser que le mariage est l’union d’un homme et d’une femme.

    La Coalition a déposé aujourd’hui au Parlement sa demande d’amendement constitutionnel, appuyée par… plus de 3 millions de signatures de personnes inscrites sur les listes électorales (dans un pays de 20 millions d’habitants).

  • Ouf…

    C’est finalement le candidat pastèque Alexander Van der Bellen qui remporte la présidentielle autrichienne, avec 50,3% des voix.

    Soulagement de tout l’établissement politico-médiatique européen : c’est le candidat antinational de la culture de mort qui a gagné… L’Autriche reste dans la norme du suicide européen.

  • L’apocalypse et le démenti

    Le Trésor britannique a pondu son dernier brûlot contre le Brexit, un « rapport » signé par un ancien vice-gouverneur de la Banque d’Angleterre. Selon ce texte, la croissance baisserait de 3,6 points dans le meilleur des cas, mais peut-être bien de 6 points : une sévère ou très sévère récession pour un pays qui avait la plus forte croissance du G8 (2,9% en 2014, 2,3% en 2015). La valeur de la livre chuterait de 12%, les prix intérieurs de 10 à 18%, ce qui entraînerait une chute des salaires et une hausse du chômage (presque inexistant).

    « Ce document n’est pas une étude honnête, mais une vue profondément biaisée de l’avenir à laquelle personne ne peut croire », a réagi Iain Duncan Smith, personnalité du parti conservateur, naguère ministre du Travail (il a démissionné en mars dernier à cause de la suppression d’aides aux handicapés).

    Dans le même temps, le Guardian publie les résultats de l’enquête semestrielle FT-ICSA : 61% des chefs d’entreprises du FTSE 350 (les 350 entreprises les plus capitalisées) disaient en décembre dernier que leur entreprise bénéficiait du fait que le Royaume Uni soit dans l’UE, ils ne sont plus que 37%...

    On constate que le fossé se creuse entre les entreprises du FTSE 100 (les 100 plus grandes entreprises) et celles du FTSE 250 (les 250 suivantes) qui ensemble forment le FTSE 350. 55% des patrons du FTSE 100 jugent bénéfique d’être dans l’UE, mais seulement 24% des patrons du FTSE 250.

  • Mendiants de Dieu

    Aujourd’hui on célèbre normalement la messe du 1er dimanche après la Pentecôte, empêché par la fête de la Saint Trinité. Ci après le commentaire de deux phrases de l’évangile de ce jour, par saint Augustin. C’était la lecture des matines d’hier commémorant le 1er dimanche, avant que ces commémorations soient supprimées (en 1960).

    Il y a deux œuvres de miséricorde qui délivrent les âmes et que le Seigneur nous propose brièvement dans l’Évangile : « Remettez et il vous sera remis, donnez et il vous sera donné. » Cette parole, « remettez et il vous sera remis » regarde le pardon des offenses ; cette autre, « donnez et il vous sera donné » regarde l’obligation de faire du bien au prochain.

    Pour ce qui concerne le pardon, d’une part, tu désires que ton péché te soit pardonné, et d’une autre part, tu as à pardonner à ton prochain. Et pour ce qui regarde le devoir de la bienfaisance, un mendiant te demande l’aumône, et tu es toi-même le mendiant de Dieu. Tous en effet, nous sommes, lorsque nous prions, les mendiants de Dieu ; nous nous tenons à la porte de ce père de famille grand et puissant, nous nous y prosternons, nous gémissons dans nos supplications, nous voulons recevoir un don : et ce don, c’est Dieu lui-même. Que te demande le mendiant ? Du pain. Et toi, que demandes-tu à Dieu, sinon le Christ qui a dit : « Je suis le pain vivant, qui suis descendu du ciel » ?

    Voulez-vous qu’il vous soit pardonné ? Pardonnez : « Remettez et il vous sera remis ». Voulez-vous recevoir ? « Donnez et l’on vous donnera. »

  • Fête de la Très Sainte Trinité

    L’idée d’une solennité spéciale en l’honneur de ce mystère, fondement de notre foi chrétienne, est belle, et le moment de sa célébration, à l’expiration du temps pascal, est heureusement choisi. On sentait comme le besoin de manifester toute notre reconnaissance à l’Auguste Triade, qui a daigné accomplir avec tant de miséricorde et tant d’honneur pour nous, l’œuvre de notre Rédemption. Pour l’amour de nous, le Père éternel a daigné nous donner comme hostie et victime d’expiation son Fils unique lui-même ; Jésus nous a aimés in finem, c’est-à-dire jusqu’à s’immoler lui-même pour nous ; l’Esprit Saint s’est donné à nous si intimement qu’il est appelé donum, le don, précisément parce qu’il nous atteste l’amour du Père et du Fils à notre égard.

    De plus, la révélation du dogme de la Très Sainte Trinité est un de ces secrets que les Hébreux avaient seulement entrevus mystérieusement, mais qui ne fut expressément révélé que dans la Nouvelle Loi. Il regarde la vie intime de Dieu ; or, les choses intimes ne se disent pas à tous, mais seulement aux amis. La connaissance de Dieu trine dans les Personnes et un dans son essence, marque le plus haut sommet de la science théologique et confère au peuple chrétien une perfection et une dignité si grandes qu’on peut bien dire qu’en ce dogme réside l’honneur, la gloire et le salut de l’Église. C’est donc fort à propos, après que l’Esprit Saint est venu instruire le troupeau des fidèles, les initiant à la possession intégrale de la vérité divine, que la famille chrétienne s’élève à la contemplation et à l’adoration in Spiritu et veritate de l’auguste Triade, qui constitue la fin première et essentielle de l’Incarnation du Sauveur et de la rédemption du monde.

    De même que, très opportunément, la fête de la sainte Trinité termine le cycle de la liturgie sotériologique, ainsi sommes-nous baptisés nous-mêmes avec l’invocation trinitaire, et dans la même invocation, répétée par le prêtre à notre lit de mort et près de notre cercueil, nous clôturons le cours de notre vie mortelle : « Proficiscere... de hoc mundo in nomine Dei Patris etc. » ; « insignitus est signaculo Sanctæ Trinitatis ».

    L’Église s’est inspirée de ces nobles motifs quand elle a institué la présente fête. Il est vrai que la liturgie catholique n’est qu’une hymne ininterrompue à la louange de l’auguste Trinité ; en sorte qu’une fête établie pour célébrer exclusivement et spécialement ce mystère semblerait presque l’abaisser au niveau d’une simple dévotion. Mais tel n’est pas le concept de la solennité de ce jour, laquelle n’est pas tant la fête de la Très Sainte Trinité que la confession annuelle et solennelle, humble et reconnaissante, du plus grand de tous les dogmes, du mystère principal de la foi catholique.

    Bienheureux cardinal Schuster

  • Première croate

    Plusieurs milliers de personnes (7.000 selon la police) ont participé à la première Marche pour la Vie organisée en Croatie. On notait la participation de la femme du Premier ministre Tihomir Oreskovic.

    Une contre-manifestation a réuni 300 personnes.

    On constate que si d’un côté on voulait promouvoir « le droit à la vie », de l’autre on défendait « le droit de choisir »… de tuer son enfant.

    La loi sur l’avortement en Croatie est toujours la loi yougoslave : l’avortement est libre jusqu’à la dixième semaine. Le nombre d’avortements, qui avait connu un pic pendant la guerre avec la Serbie au moment de l’indépendance, a chuté de façon spectaculaire, quasiment divisé par 10 (de 40.000 à 4.000 par an) grâce à l’action efficace de l’Eglise et des associations pro-vie. Quelque 70% des médecins font jouer l’objection de conscience.

  • Des élections en Inde

    Il y a eu des élections ces dernières semaines dans cinq Etats de l’Inde, deux dans le nord-est (Bengale occidental et Assam), et trois dans le sud : Kerala, Tamil Nadu et Pondichéry.

    En Assam, l’Etat central de cette partie de l’Inde qui se trouve de l’autre côté du Bengladesh, à la frontière de la Chine et de la Birmanie, le parti nationaliste hindou du Premier ministre Narendra Modi a remporté une « victoire historique », avec 60 des 126 sièges de l’assemblée. Ce qui est aussi une défaite historique (comme un peu partout) pour le parti du Congrès, déconsidéré par la corruption qui est devenue sa principale caractéristique... La victoire du parti de Modi était surtout inattendue, dans un Etat essentiellement composé de populations indigènes non hindoues et connues jusqu’ici pour leur indépendantisme… Selon Mgr Thomas Menamparampil, l’administrateur apostolique, qui souligne que le nouveau gouverneur est un ancien élève d’une école catholique, cela s’explique d’une part par l’argent qui a coulé à flot pendant la campagne, d’autre part parce que les jeunes voient dans le parti au pouvoir un espoir pour leur avenir.

    Au Bengale occidental, le parti du gouverneur, la très populaire Mamata Banerjee, a sans surprise remporté une large majorité de 211 sièges sur 294. Le P. Jothi, directeur d’un centre social, ne tarit pas d’éloges sur « Mamata », qui outre le fait qu’elle agit efficacement en faveur des pauvres et améliore la vie de la population en général, est une « amie et protectrice des chrétiens ». Lorsque le couvent de Ranaghat fut attaqué et sa supérieure de 72 ans sauvagement violée, elle vint aussitôt au couvent pour prendre les mesures adéquates, et décida que désormais un garde armé serait posté devant toutes les institutions catholiques. Lorsque sœur Nirmala (la supérieure des sœurs de Mère Teresa) est morte, elle a passé trois heures aux funérailles, quasi incognito, vêtue du sari des religieuses. Elle est « simple, honnête, avec un style de vie frugal », et elle ne rate jamais la… messe de minuit, parrainée par le gouvernement de l’Etat et célébrée dans Park Street, la plus grande avenue de Calcutta.

    Au Kerala, l’Etat qui compte 25% de chrétiens, le parti communiste renvient en force avec 58 élus (sur 140) et fait perdre la majorité à la coalition dirigée par le parti du Congrès. Ce résultat, selon le P. Paul Thelakat, ancien porte-parole du synode syro-malabar, montre que les habitants du Kerala ne veulent ni de la corruption ni de l’idéologie hindouiste, mais aussi que l’anticommunisme traditionnel des chrétiens s’effrite.

    Au Tamil Nadu (tamoul), le parti de J. Jayalalithaa a reconduit sa majorité, et l’ancienne actrice entame un 5e mandat de gouverneur.

    Le Territoire de Pondichéry (qui englobe les quatre anciens Etablissements français) a pour originalité d’être le seul à donner la majorité au parti du Congrès.

  • A propos des avions…

    En mars dernier les autorités malaises ont arrêté 15 personnes soupçonnées d’être en lien avec l’Etat islamique. Elles ont annoncé hier que l’un de ces suspects a été pendant 13 ans un employé d’une société de maintenance d’avions. « Sa responsabilité était de vérifier que l’avion est sûr pour voler ou non. Il était celui qui donne le feu vert pour le décollage », précise un enquêteur.

    L’homme est un fervent soutien de l’Etat islamique sur sa page Facebook, et il a envoyé des vidéos de l’Etat islamique à ses amis, via son téléphone portable, pour en faire la promotion.

  • Une nouvelle paroisse en Nouvelle-Angleterre

    AR-160529947.jpg

    EP-160529947.jpg

    La première paroisse dédiée à la messe traditionnelle en Nouvelle-Angleterre (les six Etats du nord-est des Etats-Unis) est fondée à Nashua, dans le sud du New Hampshire. C’est une paroisse personnelle confiée à la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre par l’évêque de Manchester, Mgr Peter A. Libasci. La première messe devrait être célébrée début août.

    « Depuis mon arrivée en 2011, dit Mgr Libaci, j’ai entendu parler de nombreux catholiques qui ont une profonde affection pour les formes liturgiques traditionnelles de l’ère d’avant Vatican II. Conformément à ce désir, je suis heureux d’annoncer l’ouverture de cette paroisse, dédiée à la forme extraordinaire de la messe, comme suggéré par le pape Benoît XVI dans sa lettre apostolique Summorum Pontificum, publiée Motu Proprio en 2007. La paroisse Saint-Stanislas, établie en 1908 pour la communauté polonaise de Nashua, a fusionné en 2002 avec la paroisse Saint-Louis de Gonzague. L’église est restée en service depuis lors comme chapelle de l’adoration eucharistique. Depuis 1999 elle est également le siège de la Banque alimentaire Corpus Christi. La Banque alimentaire, avec ses nombreux bénévoles, continuera d’offrir ses précieux services à ceux qui sont dans le besoin dans la région de Nashua. »

  • Samedi des quatre temps de Pentecôte

    Cáritas Dei diffúsa est in córdibus nostris, allelúia : per inhabitántem Spíritum ejus in nobis, allelúia, allelúia.

    Cette célèbre phrase de saint Paul, qui constitue l’introït de la messe de ce jour, est aussi la fin de l’épître, et aux laudes l’antienne du Benedictus, ici par les moines de Ligugé :


    podcast

    Dom Pius Parsch :

    « L’amour de Dieu a été versé dans nos cœurs, Alléluia, par le Saint-Esprit qui demeure en nous, Alléluia, Alléluia ». Cette belle parole de saint Paul est, pour ainsi dire, l’ite missa est de l’octave de la Pentecôte (Introït, Épître, Ant. Bened.). La liturgie résume ainsi tout ce qu’elle a à dire sur le Saint-Esprit. L’amour de Dieu est la filiation divine, la grâce sanctifiante, la gloire ; c’est la participation à la vie glorifiée du Christ. C’est l’essence de notre religion. Croître de plus en plus dans cet « amour de Dieu » est la tâche de notre vie, et le but de la sainte liturgie est de produire cet accroissement. « Répandu » est un mot de prédilection de la liturgie quand elle parle du Saint-Esprit (dans notre messe : diffusa, infunde, effundam). C’est donc le Saint-Esprit qui nous confère la grâce de la filiation divine ; mais, en même temps que la grâce, il vient lui-même et demeure en nous. Et c’est aussi, pour le temps qui vient, notre grande consolation et notre force : nous sommes les temples de l’Esprit du Christ. Ce sera la tâche et ce sera notre tâche, pendant le temps qui suit la Pentecôte, de parer ce temple.

  • En Alabama

    Le gouverneur de l’Alabama Robert Bentley (qui est un médecin pro-vie) a signé le 12 mai une loi (votée par le Sénat de l’Etat par 30 voix contre 2) qui interdit l’avortement par démembrement (en arrachant les membres du fœtus), officiellement appelé « par dilatation et évacuation »... C’est le cinquième Etat à adopter une telle loi. Mais les fanatiques de la culture de mort jugent que c’est contraire à l’arrêt Roe contre Wade qui a légalisé l’avortement sans limites…

    Le gouverneur a également signé une autre loi interdisant tout avortoir à moins de 600 mètres d’une école ou d’un collège, ce qui vise notamment le « Women’s Center for Reproductive Alternatives » (si je comprends bien l’avortement est une alternative à la reproduction…), responsable de plus d’un millier d’avortements par an à Huntsville, et qui se trouve juste en face d’une école.

    En raison des lois à répétition qui limitent la possibilité de tuer les bébés (et bien qu’elles soient systématiquement contestées devant la justice), il ne reste plus que 5 avortoirs sur les 12 que comptait l’Etat en 2001. Le nombre d’avortements a baissé de 21% depuis 2010, avec un taux d’avortement de 12% des grossesses contre 18% de moyenne nationale.

  • Dictature

    La chape de plomb du politiquement correct devient de plus en plus lourde et hermétique. Les deux festivals français où devait se produire le groupe Eagles of Death Metal cet été l’ont déprogrammé, à cause des propos de son chanteur Jesse Hughes (« pro-armes, pro-Trump, et pro-vie ») dans une interview. Vive la liberté d’expression…

    Une interview qui a été intégralement traduite par Fdesouche et qui n’est pas inintéressante. Extrait :

    Il suffit de prendre le mot «Islam» et le remplacer par «communisme». Il est une idéologie. De la même manière que les Rosenberg pourraient vendre des secrets nucléaires sur le sol américain, des terroristes musulmans peuvent nous attaquer de l’intérieur. Il serait normal de faire preuve de suspicion envers les musulmans par les temps qui courent.

  • Persévérance…

    Le sénat de l’Oklahoma a adopté hier par 33 voix contre 12 un projet de loi déjà adopté par les députés, définissant l’avortement comme un « crime » et le rendant donc illégal (sauf si la grossesse met la mère en danger de mort), et interdisant aux médecins coupables d’un avortement de pouvoir renouveler leur permis d’exercer la médecine dans l’Etat.

    On ne sait pas encore ce que va faire le gouverneur, Mary Fallin, qui est pro-vie, mais confrontée à un texte qui est manifestement « anticonstitutionnel », puisque la liberté d’avortement est garantie par un arrêt de la Cour suprême.

    Même si Mary Fallin signe la loi, il est évident qu’elle sera annulée, et sans aller jusqu’au niveau fédéral. Mais les législateurs pro-vie de l’Oklahoma montrent qu’ils ne lâchent rien et qu’ils continuent le combat et même qu’ils l’amplifient.

    Une nouvelle loi vient d’être votée par les députés et va passer au Sénat : elle demande au ministère de la Santé de l’Etat de prendre toutes les dispositions nécessaires pour faire de l’Oklahoma un Etat sans avortement…

    Il y avait jusqu’ici dans cet Etat pas moins de 8 lois pro-vie qui font l’objet de contestations judiciaires.

  • A Oxford

    Le conseil municipal d’Oxford a élu maire Mohammed Altaf-Khan, qui a prêté serment lundi dernier.

    Mohammed Altaf-Khan, aujourd'hui « 57e Lord-Maire d’Oxford », est arrivé en Angleterre à la fin des années 80. Il vient du « Cachemire », dit la presse britannique, comme si c’était un Etat (le Cachemire est divisé entre le Pakistan et l’Inde.)

    Le lord-maire est un membre du conseil municipal élu pour un an. Et c’est une tradition que le nouveau maire désigne les œuvres de bienfaisance ou organisations humanitaires (« charities ») qu’il souhaite voir financièrement soutenues par ses administrés. Parmi les trois retenues par Mohammed Altaf-Khan il y a le gigantesque Oxford Centre for Islamic Studies (avec son minaret de 33 mètres) – dont la construction fut financée pour un tiers par le roi Fahd d’Arabie, et qui n’a certes pas besoin des économies des derniers Anglais d’Oxford…

    L’expression « fêtes de Noël » est bannie de la municipalité d’Oxford depuis 2008. On dit « fêtes de la lumière d’hiver ».

  • Les émirats aident des réfugiés… chrétiens

    On sait que les richissimes pays du Golfe refusent d’accueillir les « réfugiés », bien qu’ils soient musulmans comme eux pour la plupart. Or on apprend que les Emirats arabes unis aident des réfugiés irakiens… chrétiens. Pas chez eux, mais en Jordanie.

    Il s’agit de 11 familles de Mossoul qui se sont réfugiées à Naur, près d’Amman, l’an dernier.

    Et c’est en fait depuis un an que les Emirats, via leur Croissant rouge, aident ces familles en payant le loyer des maisons qu’elles occupent. On l’apprend à la faveur du renouvellement de cette aide, qui a donné lieu à une petite cérémonie en l’église du Sacré Cœur du lieu, organisée par le P. Rifat Bader, prêtre jordanien promoteur du Centre catholique pour les Etudes et les Médias et du site Internet abouna.org, en présence de l’ambassadeur des Emirats en Jordanie, Bilal Bdur.

    Il a été souligné que cette aide, certes très limitée, mais concrète, est tout autre chose que l’abstraction des « discours emphatiques » et du formalisme compassé qui marquent les réunions dédiées au dialogue interreligieux…

    Dans le district de Naur vivent plus de 50.000 personnes, dont nombre sont des chrétiens palestiniens ayant fui leur sol en 1948 et en 1967.

  • Vendredi des quatre temps de Pentecôte

    La lecture de Joël (II, 23-27) est en relation avec le caractère de fête champêtre qu’avaient primitivement, selon la tradition romaine, les jeûnes des Quatre-Temps. Ceux d’été étaient comme une solennité d’action de grâces après la moisson, et c’est pourquoi, aujourd’hui et demain, sont assignés comme lectures les plus réconfortants passages bibliques, où le Seigneur, en récompense de la fidélité à observer la loi, promet la fertilité de la terre et l’abondance des moissons.

    Le saint Évangile nous montre aujourd’hui Jésus tout occupé à guérir les infirmités corporelles et spirituelles des Hébreux. Même dans ces miracles l’opération spéciale du Saint-Esprit est requise, puisque ce fut son feu divin qui enflamma d’amour pour nous le Cœur très saint de Jésus. En outre, les péchés du paralytique ne furent remis qu’au moyen de l’infusion de la grâce, ce qui exige l’œuvre de l’Esprit Saint.

    Le paralytique symbolise notre pauvre nature corrompue par le péché et par les passions. Elle a volontairement abdiqué sa liberté, liant ses facultés spirituelles par les attaches des vices et les rendant rigides, faute de s’en servir pour faire le bien. Les cœurs compatissants, c’est-à-dire les ministres de la divine miséricorde, sont représentés par ceux qui, d’une manière ou d’une autre, vont jusqu’à descendre du toit le malheureux paralytique avec tout son grabat d’habitudes mauvaises, et le présentent au bon Jésus puisqu’il est impuissant à se mouvoir de lui-même. Le Seigneur voit leur foi, et par égard pour eux, convertit et guérit le paralytique.

    Nous tous, donc, qui avons reçu du Saint-Esprit le ministère pastoral, nous ne devons jamais perdre courage, quelque désespérée que puisse sembler la position. Même si le paralytique n’a pas la foi, il suffit que le pasteur l’ait ; ayant épuisé tout autre moyen, il présente dans sa prière l’infirme à Jésus.

    Bienheureux cardinal Schuster (où l’on voit qu’il n’imaginait pas que des laïcs puissent lire son Année liturgique, plusieurs décennies pourtant après celle de dom Guéranger écrite explicitement pour les laïcs…)