Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 5

  • A voir

    https://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2020/1/13/SSAP2001007A/jo/texte

     

    Article 1


    Est classée sur la liste II des substances vénéneuses l'hydroxychloroquine sous toutes ses formes.

    Article 2


    Le directeur général de la santé et le directeur général de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.


    Fait le 13 janvier 2020.


    Pour la ministre et par délégation :

    Le directeur général de la santé,

    J. Salomon


  • Bonne nouvelle

    Alexander Tschugguel, l'homme qui avait noyé Pachamama dans le Tibre, était atteint par le coronavirus et, son état s'aggravant, il avait dû être hospitalisé. Il vient de sortir de l'hôpital, et manifestement en forme.

  • Avis

    ETnr4DJXQAM3Cev.jpg

    Aux habitants de Boulogne-Billancourt et des environs : le commissaire divisionnaire du lieu a envoyé aux policiers une circulaire leur rappelant (?) que « lors du shabbat, les membres de la communauté juive n’ont pas le droit de porter des objets, donc… les attestations sur l’honneur », et qu’il faut par conséquent en tenir compte.

    Etrange consigne, quand on sait que les juifs pieux restent chez eux le shabbat, surtout quand les synagogues sont fermées, et qu’ils n’ont le droit de parcourir que moins d’un kilomètre.

    Il en résulte que pour se balader tranquillement à Boulogne-Billancourt samedi prochain (comme c’était donc le cas samedi dernier), il suffit de se mettre une kippa…

  • Au Kurdistan turc

    90262850_2502477923335266_6311585485219168256_n.jpg

    Le village de Kovankaya, en Turquie, dans la province de Şirnak frontalière avec l’Irak, était un village chrétien (assyrien et chaldéen). En 1994, pendant le conflit entre l’armée turque et le PKK, il fut incendié et évacué. Parmi les habitants transférés à Istanbul il y avait Hormuz et Simoni Diril et leur fils Remzi, devenu prêtre chaldéen bien connu des réfugiés chaldéens d’Istanbul sous le nom de « Père Adday ». En 2015 Hormuz et Simoni Diril ont voulu retourner habiter dans leur village. Le 11 janvier dernier ils ont été enlevés. Arrivé le lendemain pour leur rendre visite, le P. Diril a trouvé la maison vide, et n’a pas retrouvé leurs traces ; les forces spéciales turques non plus, malgré drones et brigade canine.

    Vendredi dernier le corps de Simoni Diril a été retrouvé dans un ruisseau non loin de Kovankaya. On suppose que son mari a été tué lui aussi.

    Les rumeurs sur place disent qu’ils avaient été enlevés par le PKK.

     

    sirnakta-70-gun-once-kaybolan-keldani-simuni-dirilin-cansiz.jpg

    Screenshot_2020-03-23 Veysi Dündar Peder Remzi Diril ile görüştü “Barış için barış ruhuna sahip olmak lazım…”.png

  • En Suède

    Le Premier ministre suédois Stefan Löfven a demandé hier à ses compatriotes de se comporter de façon responsable et de rester chez eux s’ils se sentent malades. En Suède seuls les établissements d’enseignement supérieur sont fermés, et les rassemblements de plus de 500 personnes sont interdits. Le Premier ministre n’a pas exclu que des mesures plus restrictives puissent apparaître nécessaire.

    *

    Au fait, contrairement à ce que racontent les médias français, il n’y a toujours aucun confinement en Grande-Bretagne. Preuve en est (pour ceux qui en ont besoin) que Boris Johnson a critiqué hier ceux qui ne respectaient pas les règles de distance ce week-end dans les parcs et sur la côte.

    Addendum. Confinement à partir de ce mardi.

  • Les acharnés de la culture de mort

    Laurence Rossignol, activiste forcenée de la culture de mort, ancienne pétroleuse du MLF, que Valls avait osé faire ministre de la Famille (elle fit voter un « délit d’entrave numérique à IVG »), aujourd’hui sénateur, a voulu introduire dans la loi fourre-tout « Urgence covid-19 » une dérogation permettant d’étendre l’avortement « jusqu’à la fin de la 14e semaine de grossesse », au motif que l’épidémie de coronavirus « fragilise les conditions d’accès à l’IVG ».

    Son amendement a été rejeté par le gouvernement.

    La direction nationale de la Santé rappelle que l’avortement fait partie des « soins urgents », que « les permanences des soins urgents, dont l’IVG, restent assurées pendant la crise », et que « les démarches et conditions d’accès restent identiques à celles avant la crise ».

    Le Collège national des gynécologues obstétriciens français (CNGOF) martèle : « On maintient au maximum cette activité qui est considérée comme prioritaire. » Ce qui nécessite une réorganisation des services. En espérant que les médecins de la mort ne tombent pas malades…

    On apprend aussi que le Planning familial peut délivrer des attestations permettant aux femmes hors délai d’aller se faire avorter en Espagne…

    Et le Planning familial demande que la législation des interruptions médicales de grossesse (IMG), non soumise aux restrictions de délais (elles sont permises jusqu’à la naissance), puisse s’appliquer (pour des « raisons psychologiques »), dans ce contexte de pandémie…

    Addendum

    Communiqué du ministre de la Santé Olivier Véran et de la secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa :

    « Les interruptions de grossesse sont considérées comme des interventions urgentes par le ministère des Solidarités et de la Santé. Leur continuité doit être assurée. »

  • Lundi de la quatrième semaine de carême

    Screenshot_2020-03-20 e-codices – Virtual Manuscript Library of Switzerland.png

    Antiphonaire des cordeliers de Fribourg, vers 1300.

    Curieusement, comme si la liturgie voulait presser le mouvement en ce début de seconde moitié du carême, les répons des matines de ce jour évoquent déjà l’arrivée dans la terre promise, alors qu’on a commencé seulement hier à lire le livre de l’Exode. Dans les livres du moyen âge ce sont d’ailleurs des répons de ce dimanche. Le premier (qui se toujours d’abord au dimanche dans le bréviaire monastique) est tiré des derniers discours de Moïse, en Deutéronome 27, 2 à 7.

    ℟. Vos, qui transitúri estis Jordánem, ædificáte altáre Dómino. * De lapídibus, quos ferrum non tétigit : et offérte super illud holocáusta, et hóstias pacíficas Deo vestro.
    . Cumque intravéritis terram, quam Dóminus datúrus est vobis, ædificáte ibi altáre Dómino.
    ℟. De lapídibus, quos ferrum non tétigit : et offérte super illud holocáusta, et hóstias pacíficas Deo vestro.

    Vous qui devez passer le Jourdain, élevez un autel au Seigneur, avec des pierres que le fer n’aura pas touchées ; et offrez sur cet autel des holocaustes, et des hosties pacifiques à votre Dieu. Lorsque vous serez entrés dans la terre que le Seigneur votre Dieu vous donnera, vous bâtirez là un autel au Seigneur.

    Le deuxième répons reprend Deutéronome 27,3, et dans son verset une formule précédente (Deut. 23,22) :

    ℟. Audi, Israël, præcépta Dómini, et ea in corde tuo quasi in libro scribe : * Et dabo tibi terram fluéntem lac et mel.
    . Obsérva ígitur, et audi vocem meam : et inimícus ero inimícis tuis.
    ℟. Et dabo tibi terram fluéntem lac et mel.

    Écoute, Israël, les préceptes du Seigneur, et écris-les dans ton cœur comme dans un livre ; et je te donnerai une terre où coulent du lait et du miel. Observe donc et écoute ma parole, et je serai un ennemi pour ton ennemi.

    Quant au troisième répons, il est carrément tiré du livre d’après l’Exode, à savoir Josué (1,5,6,9 et 5,6 pour la mention du pays où coule le lait et le miel). Et voilà donc que Dieu parle à Josué, chef du peuple hébreu maintenant que Moïse est mort :

    ℟. Sicut fui cum Móyse ita ero tecum, dicit Dóminus : * Confortáre, et esto robústus : introdúces pópulum meum ad terram lacte et melle manántem.
    . Noli timére, quóniam tecum sum : ad quæcúmque perréxeris, non dimíttam te, neque derelínquam.
    * Confortáre, et esto robústus : introdúces pópulum meum ad terram lacte et melle manántem.
    Gloria…
    * Confortáre, et esto robústus : introdúces pópulum meum ad terram lacte et melle manántem.

    Comme j’ai été avec Moïse, ainsi je serai avec toi, dit le Seigneur ; prends courage et sois fort : tu introduiras mon peuple dans une terre où coulent le lait et le miel. Ne crains point, parce que je suis avec toi ; en quelque lieu que tu ailles, je ne te laisserai, ni ne t’abandonnerai.

  • Didier Raoult

    Le début d'une interview du Pr Raoult, qui est à lire en entier.

    627 morts en une journée et 40 000 cas de Covid-19 en Italie, on n'en est plus à la "grippette" dont vous parliez il y a quelques semaines...
    Pr Didier Raoult : Vraisemblablement, vous ne comprenez pas du premier coup. Toutes les situations doivent être mises en perspective. Sur quelle maladie infectieuse toute la presse s'est-elle excitée l'année dernière ? La rougeole. À la fin, il y a eu 1 000 cas avec un mort et il y avait une annonce tous les jours dans les médias. Le monde de l'information vit dans un monde parallèle au mien, celui de l'observation. On est passé d'une exagération à une déconnection. Il y a dans le monde 2,6 millions de morts d'infections respiratoires par an, vous imaginez que les 5 000, 10 000 ou même 100 000 vont changer les statistiques ?

    On ne parle pas de statistiques, on parle d'êtres humains, de populations entières confinées...
    Pr Didier Raoult : De quoi voulez-vous parler d'autres ? Les gens meurent, oui. La plus grande surmortalité de ces dernières années en France, c'était en 2017 : 10 000 morts supplémentaires en hiver, on ne sait pas même pas si c'est de la grippe. 10 000 morts, c'est beaucoup. Mais là, on en est à moins de 500. On va voir si on arrive à en tuer 10 000, mais ça m'étonnerait.

    L'argument statistique est donc le seul prisme...
    Pr Didier Raoult : À Marseille, nous avons diagnostiqué 120 cas positifs, il y avait deux morts de plus de 87 ans. Ils mourraient aussi l'année dernière. Sur 100 prélèvements de gens qui ont une infection respiratoire, ce sont plutôt des cas graves, quand on teste 20 virus et 8 bactéries, il y en 50% dont on ne sait pas ce qu'ils ont, c'est notre grande ignorance. Pour tous les autres, il y a 19 virus saisonniers, qui tuent aussi. Les coronavirus endémiques tuent plus ici que le chinois. Je confronte en permanence les causes de mortalité dans toute la région à cette espèce de soufflet anxiogène qui monte : pour l'instant, on a plus de chance de mourir d'autres choses que du Covid-19.

  • Quatrième dimanche de carême

    Puisque, pour la première fois depuis la Terreur, il est interdit d’aller à la messe, voici les chants de celle de ce jour, par les moines de Triors.

    Les initiatives se multiplient sur internet pour diffuser des messes. Je ne vois jamais indiqué que regarder une messe sur un écran n’est pas participer à la messe. Or ces messes électroniques risquent de donner de mauvaises habitudes si on laisse croire que c’est la messe. C’est autant la messe qu’est une baignade le fait de voir la mer à la télévision.

    Cela dit, suivre la messe peut assurément être une aide à la prière (mais ne peut pas être davantage). La plus belle est sans (aucun) doute celle du Barroux, en direct à 10h ici.

     

    Introït

    Lætáre, Jerúsalem : et convéntum fácite, omnes qui dilígitis eam : gaudéte cum lætítia, qui in tristítia fuístis : ut exsultétis, et satiémini ab ubéribus consolatiónis vestræ.
    Lætátus sum in his, quæ dicta sunt mihi : in domum Dómini íbimus.

    Réjouis-toi, Jérusalem, et rassemblez-vous, vous tous qui l’aimez ; tressaillez de joie avec elle, vous qui avez été dans la tristesse afin que vous exultiez et soyez rassasiés à la mamelle de vos consolations.
    Je me suis réjoui de ce qui m’a été dit : Nous irons dans la maison du Seigneur.

     

    Graduel

    Lætátus sum in his, quæ dicta sunt mihi : in domum Dómini íbimus. ℣. Fiat pax in virtúte tua : et abundántia in túrribus tuis

    Je me suis réjoui de ce qui m’a été dit : Nous irons dans la maison du Seigneur. Que la paix soit dans tes forteresses, et l’abondance dans tes tours.

     

    Trait

    Qui confídunt in Dómino, sicut mons Sion : non commovébitur in ætérnum, qui hábitat in Jerúsalem.
    . Montes in circúitu ejus : et Dóminus in circúitu pópuli sui, ex hoc nunc et usque in sǽculum.

    Ceux qui se confient dans le Seigneur, sont comme la montagne de Sion. Il ne sera jamais ébranlé, celui qui habite dans Jérusalem.
    Des montagnes sont autour d’elle ; et le Seigneur est autour de son peuple, dès maintenant et à jamais.

     

    Offertoire

    Laudáte Dóminum quia benígnus est : psállite nómini ejus, quóniam suávis est : ómnia quæcúmque vóluit, fecit in cælo et in terra.

    Louez le Seigneur, car il est bienveillant : psalmodiez pour son nom, car il est doux : tout ce qu’il a voulu, il l’a fait, au ciel et sur la terre.

     

    Communion

    Jerúsalem, quæ ædificátur ut cívitas, cujus participátio ejus in idípsum : illuc enim ascendérunt tribus, tribus Dómini, ad confiténdum nómini tuo, Dómine.

    Jérusalem qui est bâtie comme une ville, dont toutes les parties se tiennent ensemble. Car c’est là que montaient les tribus, les tribus du Seigneur, pour célébrer votre nom, ô Seigneur !

    *

    La liturgie de ce jour.

    • La multiplication des pains: 1 ; 2

    Le dimanche de la rose.

    Déjà nous avons parcouru…

  • Τῇ ὑπερμάχῳ

    Hier après-midi j’ai découvert sur YouTube plusieurs Acathistes déployées dans des églises grecques avec tout le faste byzantin, la plus belle étant en Crète (1h26 !), avec même quelques fidèles alors qu’en Grèce règne le confinement (mais pas pour les prêtres ni les chantres...). L’hymne finale, « l’hymne de la victoire », qui est également chantée tous les dimanches de carême et à l’Annonciation, célèbre historiquement la victoire de Constantinople le 7 août 626 contre les Perses, victoire attribuée à la Mère de Dieu apparue dans le ciel et levant la main contre les assaillants.

    La Mère de Dieu est aussi celle qui peut donner la victoire contre le coronavirus. Le 7 août 626, à l’appel du patriarche, le peuple et l’armée étaient montés sur les remparts pour chanter les louanges de la Pleine de grâce. Eh bien ici et là, en Grèce, on monte sur les balcons. C’était hier soir à Nauplie, au sud de Corinthe :

    Τῇ ὑπερμάχῳ στρατηγῷ τὰ νικητήρια,
    Ὡς λυτρωθεῖσα τῶν δεινῶν εὐχαριστήρια,
    Ἀναγράφω σοι ἡ Πόλις σου Θεοτόκε.
    Ἀλλ᾿ὡς ἔχουσα τὸ κράτος ἀπροσμάχητον,
    Ἐκ παντοίων με κινδύνων ἐλευθέρωσον,
    Ἵνα κράζω σοι· Χαῖρε, Νύμφη ἀνύμφευτε.

    Invincible chef d’armée, à vous les accents de victoire ! Libérée du danger, votre ville, ô Mère de Dieu, vous offre des hymnes de reconnaissance. Vous dont la puissance est irrésistible, de tout péril délivrez-moi, pour que je puisse vous acclamer : Salut, Epouse sans époux !

    Une version plus « professionnelle » :