Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 5

  • Dédicace de Saint-Jean de Latran

    L’hymne des laudes, ci-dessous, est la suite de l’hymne des vêpres et des matines Urbs Jerusalem beata. La voici avec la traduction de Lemaistre de Sacy, et chantée par le moines de Fontgombault.

    Anguláris fundaméntum
    lapis Christus missus est,
    qui paríetum compáge
    in utróque néctitur,
    quem Sion sancta suscépit,
    in quo credens pérmanet.

    Le Messie adorable est la pierre angulaire,
    Qui des murs précieux que notre foi révère
    Est le ferme soutien ;
    De la sainte Sion, c’est la base immobile,
    Et sur elle est fondé l’inébranlable asile
    Du fidèle chrétien.

    Omnis illa Deo sacra
    et dilécta cívitas,
    plena módulis in laude
    et canóre júbilo,
    trinum Deum unicúmque
    cum fervóre prædicat.

    Cette grande Cité, qui par un noble zèle
    A consacré ses soins à la gloire immortelle
    Du Dieu qui la défend,
    Par ses chants, ses transports d’allégresse publique,
    Célèbre nuit et jour d’un Etre en trois unique
    Le pouvoir triomphant.

    Hoc in templo, summe Deus,
    exorátus ádveni,
    et cleménti bonitáte
    precum vota súscipe;
    largam benedictiónem
    hic infúnde júgiter.

    Toi donc, divin Sauveur, objet de nos louanges,
    Descends et viens régner au milieu de tes anges
    Sur ces sacrés autels ;
    Là, reçois les tributs de notre amour sincère ;
    Là, toujours de ta foi le flambeau salutaire
    Luise aux faibles mortels.

    Hic promereántur omnes
    petíta acquírere
    et adépta possidére
    cum sanctis perénniter,
    paradísum introíre
    transláti in réquiem.

    Là, puissions-nous toujours par nos pures offrandes
    De tes rares bontés sur nos humbles demandes
    Attirer les effets ;
    De tes dons obtenus faire un heureux usage,
    Et voir un jour en nous le céleste héritage
    Couronner tes bienfaits.

    Glória et honor Deo
    usquequáque altíssimo,
    una Patri Filióque
    atque Sancto Flámini,
    quibus laudes et potéstas
    per ætérna sǽcula.
    Amen.

    Règne, ô Père éternel, qui te voyant toi-même
    Produis ton Verbe égal à ta grandeur suprême,
    Ta gloire et ta clarté ;
    Règne, ô Fils, qui formas ce que le monde enserre ;
    Règne, Esprit de tout être au ciel et dans la terre,
    Nœud, vie, âme, unité. Ainsi soit-il.


    podcast

  • Deux tristes nouvelles

    Pour les européistes de EUobserver :

    - En Italie, Matteo Salvini a obtenu un vote de confiance de 163 voix contre 59 au Sénat sur le décret qui va permettre aux autorités italiennes d’expulser les demandeurs d’asile condamnés en justice.

    - La police hongroise a classé sans suite l’enquête ouverte sur une éventuelle utilisation frauduleuse d’aides de l’UE par la famille de Viktor Orban.

  • Asia Bibi

    Asia Bibi a été « libérée » hier soir : elle est sortie de la prison de Multan et a été emmenée on ne sait où. La rumeur a immédiatement couru qu’elle avait discrètement quitté le Pakistan. Le gouvernement a démenti.

    Le TLP (le parti islamiste) a d’abord déclaré que l’ambassadeur des Pays-Bas était allé à la prison hier soir avec des représentant du gouvernement pakistanais et que Asia Bibi avait été emmenée à la base aérienne de Rawalpindi, d’où elle devait partir aujourd’hui pour les Pays-Bas. Le TLP appelait évidemment à bloquer Rawalpindi.

    Mais le TLP fait maintenant savoir que le gouvernement lui a donné l’assurance que Asia Bibi ne quitterait pas le pays avant la révision de son procès.

    (Du côté néerlandais on n’évoque que l’asile accordé à l’avocat d’Asia Bibi, qui est semble-t-il à l'origine de la fausse rumeur, alors qu'il devrait se taire pour toujours.)

     

    Addendum

    Naveed Walter, directeur de Human Rights Focus Pakistan, a déclaré à AsiaNews que seule Asia Bibi pourrait demander la révision de son procès devant la Cour suprême. Il est donc certain que la Cour suprême rejettera la demande de révision émise par ses accusateurs.

    Il ajoute que le nom d’Asia Bibi ne peut pas être mis sur la liste des personnes interdites de sortie du territoire, parce qu’elle a été acquittée et qu’elle n’est pas mise en cause dans une autre affaire.

     

    Addendum 2

    Le secrétaire d'Etat à l'Intérieur Shehryar Afridi a déclaré qu'Asia Bibi ne pouvait pas être mise sur la liste des personnes interdites de sortie du territoire parce que seules des personnes condamnées par la justice peuvent l'être. Et qu'il faut donc attendre ce que va dire la Cour suprême. En attendant, Asia Bibi et sa famille sont en lieu sûr.

  • Rerum Deus tenax vigor

    Rerum, Deus, tenax vigor,
    Immotus in te permanens,
    Lucis diurnæ tempora
    successibus determinans :

    Immuable vigueur qui soutiens toutes choses,
    Qu'à toutes on voit présider,
    Qui de tous les moments absolument disposes,
    Les fais s'entre-produire et s'entre-succéder,

    Largire clarum vespere,
    Quo vita numquam decidat,
    Sed præmium mortis sacræ
    Perennis instet gloria.

    Donne un soir éclairé, qui fermant notre vie
    Nous ouvre un tranquille avenir,
    Où pour prix d'une course heureusement finie
    Nous trouvions une gloire à ne jamais finir.

    Præsta, Pater piissime,
    Patrique compar Unice,
    Cum Spiritu Paraclito
    Regnans per omne sæculum. Amen.

    Que le Père et le Fils accordent cette grâce
    A l'humble ferveur de nos vœux,
    Eux qui règnent sans fin dans cet immense espace
    Que remplit l'Esprit Saint, qui n'est qu'un avec eux.

    (Hymne de none, traduction Pierre Corneille. C’est assurément sa meilleure traduction des hymnes des petites heures. Et depuis dix ans chaque jour à cette heure je pense à dom Gérard qui ne reprit pas connaissance après avoir dit cette hymne. « Pour prix d'une course heureusement finie nous trouvions une gloire à ne jamais finir… »)

    Au-dessus,ton simple par la Schola des étudiants d'Amsterdam.

    En dessous, ton de fête ambrosien par la Schola ambrosiana Mediolanensis.

  • A Varsovie

    Le maire de Varsovie, Hanna Gronkiewicz-Waltz (Plateforme civique) interdit le défilé nationaliste du 11 novembre, qui devait célébrer le centenaire de l’indépendance retrouvée. Sous prétexte que l’an dernier quelques gauchistes ont tenté de le perturber, et qu’il a donné lieu à quelques débordements verbaux ultranationalistes. Sous prétexte surtout que nombre de médias occidentaux, et les eurocrates, avaient taxé le défilé de « fasciste ».

    L’un des organisateurs, dirigeant du « Camp national radical », a déclaré qu’il ne comprenait pas cette interdiction et qu’il passerait outre.

    Le président Andrzej Duda et le Premier ministre Mateusz Morawiecki se sont immédiatement entretenus, et ont décidé que le gouvernement allait organiser un défilé officiel. A Varsovie. Place de l’Indépendance.

    Le porte-parole de la présidence a déclaré que le président et le Premier ministre avaient pris cette décision après avoir consulté les anciens combattants, et que tous les Polonais sont conviés au défilé, pour montrer que « nous sommes tous une seule équipe blanche et rouge ».

    Après la polémique internationale de l’an dernier, le ministre des Affaires étrangères Witold Waszczykowski avait déclaré que ces réactions étaient « exagérées et basées sur de fausses informations et non sur les faits », et que ce défilé était « un événement de valeur », « attestant le comportement patriotique du peuple polonais, son amour de l’histoire et de son pays ».

    Rappelons qu’aux dernières élections, fin octobre, ont été élus de nouveaux conseillers de Varsovie, dont Monika Jaruzelska, la fille du général Jaruzelski, qui s’est donné pour mission de défendre la mémoire de son père…

  • "Une vraie armée européenne"

    Excellente réponse de Philippe Migault à Emmanuel Macron sur la nouvelle incantation à la formation d’une armée européenne :

    En chute libre dans les sondages, conscient de son impopularité, qu’il affecte d’assumer avec l’air résolu d’un Churchill n’ayant rien d’autre à offrir que du sang, de la sueur et des larmes, le président de la République fait feu de tout bois pour reprendre la main vis-à-vis de son opinion publique. Avec les éternelles grosses ficelles du mauvais communiquant politique. Celle du président chef de guerre, qu’il a réendossé hier en prônant la constitution d’«une vraie armée européenne», étant sans doute la plus mauvaise qu’il puisse endosser. (…) Totalement ignorant du monde des armées, dénué de toute culture stratégique, il n’a aucune appétence pour le sujet, ne s’intéressant à ce dernier qu’à des fins strictement politiciennes. Ses déclarations d’hier en attestent.

    Explication.

  • En Hongrie

    15414226138757tX2n6JuK1kP3_L.jpg

    Katalin Novák, secrétaire d’Etat à la Famille au sein du vaste « ministère des capacités humaines », a dévoilé lundi le nouveau questionnaire de Consultation Nationale qui va être envoyé aux foyers hongrois. Le titre : « Défense de la famille ».

    Chaque question est précédée d’un bref argumentaire donnant la position du gouvernement.

    La première des dix questions a immédiatement suscité la colère de Bruxelles :

    « Etes-vous d’accord qu’on ne doit pas remédier au déclin de la population par l’immigration, mais par un soutien accru aux familles ? »

    Car l’argumentaire souligne que « les bureaucrates de Bruxelles » veulent résoudre le problème du déclin démographique par l’immigration, un « mécanisme permanent d’installation » et une « Agence européenne d’immigration ».

    Parmi les autres questions : la maternité doit-elle être reconnue comme un emploi à plein temps pour les femmes élevant au moins quatre enfants, le droit de l’enfant à un père et à une mère doit-il être inscrit dans la Constitution, les jeunes qui fondent une famille, et les membres de la famille qui s’occupent de leur enfant malade, doivent-ils être davantage soutenus, la protection du développement intellectuel et physique des enfants est-elle une valeur que l’État doit défendre.

    L’argumentaire de la dixième question dénonce les coupes du soutien aux familles par la coalition socialiste-libérale de 2002 et la question demande s’il faut garantir une « protection des deux tiers », à savoir inscrire dans la Constitution le soutien aux familles.

  • Fathi Baladi

    banner.jpg

    La Congrégation pour les causes des saints a donné son accord pour l’ouverture du procès en béatification de Fathi Baladi par le diocèse grec-catholique melkite de Beyrouth.

    Fathi Baladi, né en 1961, fils d’un directeur de banque, était en 1980 en première année d’architecture à l’école des Beaux Arts Alba de Beyrouth. Le 31 décembre, il va voir un de ses camarades pour lui souhaiter la bonne année et réviser des cours. Mais on le retrouve mort dans sa voiture, criblé de balles. C’est la guerre civile au Liban, et l’enquête tournera court.

    Fathi Baladi n’a jamais fait parler de lui, y compris dans sa famille qui le connaissait comme un garçon très discret. Mais après sa mort se sont multipliés les signes de toutes sortes. D’abord dans sa famille, puis au-delà. Puis de nombreuses guérisons miraculeuses ont eu lieu, dont bon nombre concernent des maladies graves et sont attestées par les médecins. On peut constater une étroite parenté avec les miracles de saint Charbel (Le grand saint libanais, qui était maronite). Comme pour saint Charbel, une huile sourd de son tombeau, et il apparaît en songe à certaines personnes qu’il vient guérir.

    Dès 1983 un livre relatait de nombreux témoignages, non seulement sur les premiers miracles mais sur la personnalité de Fathi Baladi, ses lettres, son journal spirituel. En 1984 l’Eglise melkite ouvre une enquête, dont les conclusions seront adoptées par le synode en 1994.

    Le miracle qui a été retenu par la Congrégation romaine est la guérison de Joséphine Louis Merhi, le 3 janvier 1982. Cette femme devait être opérée d’un grave ulcère duodénal. La nuit précédente, elle voit Fathi qui se glisse entre la commode et le lit, lui touche le ventre et lui dit : « Lève-toi pour servir ta famille, tu es guérie ». Les médecins ont constaté le lendemain qu’elle n’avait plus aucune trace d’ulcère.

    Voir le site dédié à Fathi Baladi, et le reportage de Fady Noun sur la messe anniversaire de 2002.

    Ce qui est étrange est que l’on n’a que deux très mauvaises photos de ce jeune homme (en dehors de celle où il a 13 ans) qui était pourtant d’une famille aisée.

  • Aux Etats-Unis

    La « vague bleue » (démocrate) n’a pas été celle qui était escomptée par tous les anti-Trump de la terre, mais ce n’est pas vraiment une surprise. Les républicains perdent la majorité à la chambre des députés, mais la renforcent au Sénat. Donald Trump avait privilégié l’élection sénatoriale dans sa campagne, et cela a porté ses fruits. C’est de très loin la plus importante pour ce qui est de la politique à long terme. Cette majorité (renforcée par la réélection du sénateur démocrate qui avait voté pour Kavanaugh) va permettre à Donald Trump de continuer à nommer de nombreux juges conservateurs dans les cours de justice fédérale, et, si l’occasion s’en présente (et on espère que ce sera le cas) à la Cour suprême.

    On rappellera qu’en 2010 Obama avait perdu deux fois plus de députés, et en outre 6 sénateurs.

    Le seul vrai problème de la perte de la majorité à la chambre des représentants est que les hystériques pourront éventuellement initier une procédure de destitution du président.

  • Rector potens

    Rector potens, verax Deus,
    Qui temperas rerum vices,
    Splendore mane instruis,
    Et ignibus meridiem;

    Gouverneur tout-puissant de cette masse entière,
    Dieu, par qui chaque heure a son tour,
    Qui dépars au matin l'éclat de la lumière,
    Et gardes la chaleur pour le plus haut du jour,

    Extingue flammas litium,
    Aufer calorem noxium,
    Confer salutem corporum,
    Veramque pacem cordium.

    Eteinds ces feux trop vifs d'où naissent les querelles ;
    Chasse toute nuisible ardeur ;
    Donne au corps la santé, l'effet aux vœux fidèles,
    La sainte joie à l'âme, et le vrai calme au cœur.

    Præsta, Pater piissime,
    Patrique compar Unice,
    cum Spiritu Paraclito
    regnans per omne sæculum. Amen.

    Que le Père et le Fils accordent cette grâce
    A l'humble ferveur de nos vœux,
    Eux qui règnent sans fin dans cet immense espace
    Que remplit l'Esprit Saint, qui n'est qu'un avec eux.

    (Hymne de sexte, attribué à saint Ambroise, traduction Pierre Corneille, mieux inspiré que pour tierce, sauf au premier vers...)