Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 5

  • Démocratie woke

    Monument_to_Odessa_founders_2010.JPG

    « Lors d'une réunion du comité exécutif du conseil municipal d'Odessa, le projet de décision de démonter et de déplacer le monument à Catherine II a été soutenu. »

    Cette annonce ne vient pas du conseil municipal d’Odessa, qui est muet, mais du député Alexis Gontcharenko (qui n’est pas député d’Odessa). Lequel Gontcharenko ajoute que le conseil municipal d’Odessa a également décidé de déplacer le monument du généralissime Souvarov.

    De son côté, le président de l'administration militaire régionale d'Odessa, Sergueï Bratchouk, déclare que le monument à Catherine II sera démantelé dans un avenir proche. Il précise que les quatre figures du premier niveau de la composition "Aux fondateurs d'Odessa" iront dans un musée et que celle de Catherine sera conservée « dans un endroit sûr ».

    On sait que le conseil municipal était très divisé sur la question, et que le maire était hostile à la suppression du monument. La tergiversation avait assez duré...

    (Ce sont les bolcheviques qui avaient enlevé ce monument les premiers, en 1920. Par haine des tsars. Mais aujourd’hui ces sont les ukronazis, par haine de la Russie qui a construit le port et la ville.)

  • Militantes

    Le lobby LGBT avait décidé de faire de la coupe du monde de foot un tremplin pour sa propagande, en demandant aux joueurs d’arborer un brassard LGBT, pour faire honte au Qatar où les relations sexuelles contre nature sont interdites.

    La FIFA a interdit le brassard. Mais Nancy Faeser, ministre allemand de l’Intérieur, l’a mis, ostensiblement, et avec la pleine et souriante approbation du président de la FIFA.

    1bc30ff0-6b44-11ed-bfbf-796ef965ae90.jpeg

    13cNOU2M4_Y96a8rYaDK-I.jpeg

    La Belge Hadja Lahbib le portait également. « C’est un message important à transmettre », a-t-elle dit.

    62bIwxbjqbW9OOOl5ZQZBp.jpeg

    Quant à l’ancien Premier ministre danois Helle Thorning-Schmidt, elle portait un manteau aux coudes LGBT…

    FiLBZpCXgAEsySp.jpg

    WmChcbd7.jpg

  • Promoteur de la débilité

    Le Parlement européen, qui ne perd jamais une occasion de se discréditer, a adopté une résolution désignant la Russie comme « Etat promoteur du terrorisme ». Le plus triste est que le texte a été adopté à une très large majorité : 494 voix contre 58 et 44 abstentions.

    La porte-parole du ministère russe des Affaire étrangères, Maria Zakharova, a réagi :

    « Je suggère de reconnaître le Parlement européen comme un promoteur de la débilité. »

    Le texte demande aussi que les milices tchétchènes de Kadyrov et le groupe Wagner soient inscrits sur la liste des organisations reconnues comme terroristes par l’Union européenne.

    Le chef du groupe Wagner, Evgueni Prigojine, avait devancé le vote en répondant à l’agence de presse URA qui lui demandait ce qu’il en pensait : « Je ne sais pas quelle loi régit le Parlement européen, mais selon notre législation, à partir d'aujourd'hui, nous déclarons le Parlement européen dissous. Mais avant que cette procédure ne produise des effets juridiques, j'ai été chargé de transmettre un dossier d'information au Parlement européen. Si vous avez leur contact, je suggère que nous le fassions ensemble - le préparer et l'envoyer. »

    (La dernière fois que Prigojine avait défrayé la chronique, c’est quand le groupe Wagner avait été accusé d’ingérences dans la présidentielle américaine de 2016. Il avait dit : « Nous nous sommes ingérés, nous le faisons et nous allons continuer à le faire. Avec précaution, précision, de façon chirurgicale, d'une manière qui nous est propre. » Nos médias avaient bêlé au scandale. Alors qu’il s’agissait évidement d’une blague. Peut-être que sa plaisanterie sur le Parlement européen permettra à certains de comprendre comment réagissent les Russes. Pourtant Maria Zakharova nous a habitués aux réactions pince sans rire ou carrément déjantées.

    (En attendant, heureusement que les résolutions du Parlement européen sont sans effet. Car la dernière fois qu’un Etat a été désigné comme promoteur du terrorisme, c’était l’Irak de Saddam Hussein, par les Etats-Unis, et on sait ce qui s’en est suivi.)

    Addendum.

    Le Neue Zürcher Zeitung, considéré comme le journal germanophone de référence en Suisse, écrit que si la résolution peut se comprendre émotionnellement, "cette étape n'a aucune conséquence juridique - et elle n'a aucun sens politique non plus".

  • Trois OQTF

    Le Salon Beige a une chronique intitulée « L’OQTF du jour » : à savoir le délit ou le crime commis ce jour – puisque c’est quasiment c’est tous les jours – par un étranger clandestin soumis à une soi-disant « obligation de quitter le territoire français ».

    Aujourd’hui, c’était un Jordanien qui a violé une femme aux urgences à l’hôpital Cochin. Le Salon Beige disait que le jeune homme faisait l’objet de deux OQTF. Mais non. Selon les dernières informations il fait l’objet de trois OQTF. Sous trois noms différents. On n'arrête pas le progrès.

    Comme il est très défavorablement connu des services de police sous 13 identités différentes, il va pouvoir encore être l’objet de plusieurs OQTF. Avant qu’on arrête de l’embêter avec ces broutilles légales qui ne servent à rien.

  • Priorités

    Ce 24 novembre est le jour de la niche parlementaire pour les propositions de loi du groupe LFI-NUPES.

    Il y avait notamment au programme la fameuse augmentation du SMIC à 1600 €, et la non moins fameuse création d’une commission d’enquête sur le rôle de Macron dans l’implantation d’Uber en France. Mais comme les nombreux amendements soumis par ses adversaires allaient faire s’éterniser les débats d’une seule journée, LFI-NUPES a décidé de se concentrer sur l’essentiel : la constitutionnalisation du crime abominable, et l’abolition de la corrida.

    La sacralisation du "droit à l'avortement", et l’interdiction d’un art qui peut causer la mort d’un animal.

    Il faut garantir le droit de tuer les bébés et interdire de tuer des taureaux. Telle est leur civilisation.

    Addendum. La proposition de loi sur l'avortement adoptée à une large majorité, celle sur la corrida retirée... Il y a quand même une priorité absolue.

  • Amendements russes

    Les députés russes ont adopté définitivement, en troisième lecture, les amendements à la loi contre la propagande LGBT. La loi de 2013 interdisait la propagande LGBT auprès des mineurs. Avec les amendements, elle interdit tout ce qui promeut les « relations sexuelles non traditionnelles », la pédophilie, et les informations conduisant à rechercher une « chirurgie de réattribution sexuelle ». La promotion des « relations sexuelles non traditionnelles » est interdite dans tout le domaine commercial, les livres, les films, internet, etc.

    « Nous avons des traditions, nous avons une conscience, et nous comprenons que nous devons penser à nos enfants, à nos familles, et à notre pays, afin de préserver et de protéger les valeurs que nos parents nous ont transmises », avait dit le président de la Douma Viatcheslav Volodine. Il a souligné ensuite que ce texte « va protéger nos enfants et l'avenir de ce pays contre les ténèbres répandues par les États-Unis et les pays européens ».

    Les amendements ont été adoptés à l’unanimité par les 397 députés présent (soit 88,2% des députés), conformément au fait que le texte avait été signé par tous les groupes. Le texte doit passer maintenant au Conseil de la Fédération (le Sénat) avant d’être signé par Vladimir Poutine.

    Peu avant le vote, le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken avait twitté : « Nous demandons instamment aux législateurs russes de retirer ce projet de loi. » Il oublie seulement de nous dire de quel droit il peut oser demander instamment au Parlement d’un Etat souverain de ne pas voter une loi de politique intérieure. Il n’a donc pas encore compris que l’ère de la dictature américaine mondiale est terminée. Et comme il s’agit désormais uniquement de la dictature de la pourriture, il était temps que ça s’arrête.

  • Saint Jean de la Croix

     La purification qui conduit l’âme à l’union divine peut recevoir la dénomination de nuit pour trois raisons. La première se rapporte au point de départ ; car, en renonçant à toutes les choses créées, l’âme a dû tout d’abord priver ses appétits du goût qu’ils y trouvaient. Or ceci est indubitablement une nuit pour tous les sens et tous les instincts de l’homme.

    La seconde raison est la voie même qu’il faut prendre pour atteindre l’état bienheureux de l’union. Cette voie n’est autre que la foi, nuit vraiment obscure pour l’entendement.

    Enfin la troisième raison est le terme où l’âme tend. Terme qui est Dieu, être incompréhensible et infiniment au-dessus de nos facultés, et qu’on peut appeler par là même une nuit obscure pour l’âme durant son pèlerinage ici-bas.

    Ces trois nuits à traverser par l’âme sont figurées au Livre de Tobie par les trois nuits que, sur l’ordre de l’Ange, le jeune Tobie laissa écouler avant de s’unir à son épouse.

    L’Ange Raphaël lui commanda de brûler pendant la première nuit le foie du poisson, symbole d’un cœur affectionné et attaché aux choses créées. Quiconque désire s’élever à Dieu doit, dès le début, purifier son cœur dans le feu de l’amour divin et y consumer tout ce qui appartient au créé. Cette purification met en fuite le démon, qui auparavant avait puissance sur l’âme pour la faire adhérer aux plaisirs temporels et sensibles.

    L’Ange dit à Tobie que dans la seconde nuit il serait admis en la compagnie des saints Patriarches, qui sont les pères de la foi. De même l’âme, après avoir traversé la première nuit, figurée par la privation de tout ce qui flatte les sens, pénètre sans obstacle dans la seconde. Là, étrangère à tous les objets sensibles, elle demeure dans la solitude et la nudité de la foi, l’ayant choisie pour son unique guide.

    Enfin, pendant la troisième nuit il fut promis à Tobie une abondante bénédiction. Dans le sens qui nous occupe, cette bénédiction est Dieu lui-même qui, à la faveur de la seconde nuit, c’est-à-dire de la foi, se communique à l’âme d’une manière si secrète et si intime, que c’est un autre genre de nuit plus profonde que les précédentes. L’union avec l’Épouse, c’est-à-dire avec la Sagesse de Dieu, se consomme quand la troisième nuit est écoulée, nous voulons dire, lorsque cette communication de Dieu à l’esprit est achevée.

    La Montée du Carmel, cité dans l’Année liturgique.

  • Ukraine

    FiQXwUoX0AUS7S6.jpg

    Sur la porte d’une église de Nikolaïev (entre Kherson et Odessa, zone majoritairement russophone) : priez en ukrainien, si vous priez en russe votre prière ne sera pas exaucée et diverses maladies avec des douleurs et des punitions divines vont vous frapper.

    *

    Le crime de guerre du jour : les monstres russes, qui massacrent les civils en permanence, ont frappé la maternité d’un hôpital à Volnyansk et un bébé aurait été tué. Or les Russes n’ont pas lancé de missiles sur Volnyansk mais sur un poste de commandement de l’armée ukrainienne et un dépôt à côté de Volnyansk. Il est plus que vraisemblable que c’est un missile antimissile occidental lancé par les Ukrainiens qui est à l’origine du drame. Du reste, le même jour, un missile a frappé un immeuble de Kiev, et, si la propagande a d’abord tenté de rendre les Russes responsables, il a été trouvé sur place un fragment de missile anti-aérien norvégien. Il en a été de même ensuite à Vychgorod. Si un bébé a été tué à Volnyansk c'est sans doute par une arme de l'OTAN. On rappellera une fois de plus que lorsqu’un enfant se fait tuer à Donetsk par une roquette ukrainienne personne n’en parle.

    *

    word-image-48308-1.jpeg

    Eva Bartlett dans un avant-poste du Donbass, près d’Adeevka, sur la ligne de front. (Extraits)

    Un soldat, un commandant d’unité dont l’indicatif d’appel est « Vydra » (Loutre), était un ancien mineur de la RPD qui vivait en Russie avec sa famille. En 2014, il retourne dans le Donbass pour défendre sa mère et ses proches toujours là-bas. Il nous a parlé de l’avant-poste.

    « Nous avons creusé et construit cela de nos mains. À plusieurs reprises au fil des ans, les Ukrainiens ont pris ces positions. Nous les avons repoussés, ils nous ont pris d’assaut… Eh bien, nous nous battons depuis huit ans. »

    Son logement est une pièce humide et exiguë avec un petit lit improvisé, avec une autre petite pièce et un lit pour les autres à l’avant-poste.

    Un panneau indique : « En cas de pilonnage, rendez-vous à l’abri. « Le genre de panneau que vous voyez partout à Donetsk et dans les villes du Donbass, en raison des bombardements incessants de l’Ukraine sur les zones résidentielles civiles. 

    Une icône orthodoxe trône au sommet du panneau. Des nationalistes ukrainiens accrochent et inscrivent des graffitis nazis et des slogans de mort ; ces combattants vénèrent leur foi.

    Peut-être surprenant pour certains, lorsqu’on a demandé à Vydra s’il détestait les Ukrainiens, il a répondu catégoriquement non, il a des amis et des parents en Ukraine.

    Il ouvrit une poche zippée du pantalon et brandit fièrement une petite pochette en plastique contenant des dessins d’enfants, contenant également des icônes de saints et du Christ, et des prières…

    « C’est très personnel, c’est comme mon ange gardien. Je le mets sous plastique, je ne garde même pas ma carte d’identité sous plastique. Je porte celui-ci dans ma poche depuis février. J’ai été dans toutes sortes de points chauds. Un enfant a dessiné ceci, nous recevons des lettres d’enfants. C’est très agréable de les regarder quand c’est dur et qu’on est sous le feu. »

    Il a lu une lettre : « Nous vous attendons. Merci d’avoir risqué votre vie pour défendre le Donbass. Youlia et Ira. Je ne sais même pas qui sont Youlia et Ira », dit-il en souriant.

    Montrant les icônes, il a dit : « Voici saint Ouchakov, notre grand commandant. Voici Jésus-Christ, notre protecteur céleste. Cette icône abkhaze m’a été donnée par les gars. Ceci est un livre de prières. Et voici une prière. »

    « Ces mots sont pour nous soutenir quand les temps sont très durs. Lorsqu’il y a de gros bombardements, cela peut durer des heures. Ainsi, pendant qu'on est assis là, on peut les lire. »

    *

    Les Ukrainiens ont osé dire que la vidéo montrant l’assassinat de soldats russes était bidon parce que en fait ces soldats avaient simulé une reddition. Alors il y a une autre vidéo, d’autres soldats russes assassinés, et elle a été décortiquée par les… « Médecins suédois pour les droits de l’homme » de façon imparable.

    Il y a cela, aussi, commenté par les mêmes « Médecins suédois pour les droits de l’homme ». Un prisonnier russe dans un cercueil, enveloppé de plastique. Un Ukrainien dit : « C’est un orc dans son emballage d’origine ! » Un autre demande : « Il est toujours vivant ? » L’autre répond : « Il est vivant, ferme-le. »

  • Michael Yeadon

    Le Dr Michael Yeadon est depuis longtemps la bête noire de la tyrannie « vaccinale » : ancien directeur scientifique et vice-président de Pfizer, il sait de quoi il parle. Le 21 novembre il a pris la parole à l’assemblée du Conseil mondial de la santé. Il a dit de nouveau que « la tyrannie totalitaire et très probablement la dépopulation sont dans l'esprit de la bande de personnes maléfiques qui dirigent l'escroquerie appelée pandémie de Covid-19 ».

    Et il a appelé ses auditeurs à lutter contre cette tyrannie en plusieurs étapes.

    La première est d’informer tous ceux que l’on peut contacter, et pour ce faire de se renseigner soi-même, de connaître les mensonges afin de pouvoir les dénoncer.

    La deuxième est de refuser l'identification numérique obligatoire :

    « Si un nombre suffisant d'entre nous refusent simplement et croisent les bras, alors ils ne pourront pas réussir, mais ils rendront les choses incommodes. Refusez donc l'identification numérique obligatoire, même si cela vous incommode. Si l'on vous dit, par exemple, que nous manquons de viande et d'œufs, et que nous devons introduire un système de rationnement, auquel vous ne pourriez accéder qu'avec une identification numérique, je vous suggère fortement de le rejeter et de ne pas avoir de viande et d'œufs. Je vous promets que si vous laissez faire ça, ce sera pas de viande et d’œufs aujourd'hui, pas de nourriture demain, et rien du tout l'année prochaine. »

    La troisième étape est de « refuser les vaccins génétiques » : « Je ne fais désormais confiance à aucun produit de cette industrie qui a été récemment approuvé, et ce parce que j'ai peur que les régulateurs des médicaments soient partout corrompus. »

    La quatrième étape consiste à refuser les monnaies numériques des banques centrales (CBDC). Il explique la différence entre l'utilisation d'une carte de crédit ou de débit et une CBDC : 

    « Lorsque vous payez quelque chose avec une carte de débit ou de crédit, l'ordinateur du commerçant ne fait que demander : Ce titulaire de carte est-il solvable ? Il n'envoie pas tout l'inventaire de ce que vous achetez à un ordinateur central. Il demande simplement : Avez-vous 90 $ ou 100 £ pour la transaction ? Avec les monnaies numériques, en revanche, ils vérifient : Mike a-t-il déjà mangé trois saucisses cette semaine ? Est-il trop loin de son domicile ? A-t-il dit du mal du gouvernement ? Et cela peut être fait en temps réel, d'où la nécessité de la 5G, de sa bande passante et de sa vitesse. »

    La cinquième mesure consiste à lutter contre la suppression de l'argent liquide. Yeadon a exhorté ses auditeurs à « faire toutes les transactions que vous pouvez » avec de l'argent liquide – « même si vous sacrifiez le 1% de remboursement sur votre carte, qui est le pot-de-vin pour vous garder accroché à ce système ».

    Pour les élites, ajoute-t-il, il ne s'agit pas seulement d'argent et de contrôle : elles ont également intérêt à réduire « la taille de la population humaine ».

    « Je pense à ces très anciennes fondations avec lesquelles de riches familles ont travaillé, vous savez, des gens qui ont une vision qui est d'amener le monde dans cette direction du totalitarisme, du transhumanisme et de la dépopulation. Et progressivement, sur une longue période, probablement par le biais du FEM et de quelques autres acronymes de trois et quatre lettres, ils ont carrément planté des gens, des gens qui les soutiennent, ils les ont plantés à des postes dans les grandes entreprises, dans les gouvernements, dans les universités et les médias. »

    Michael Yeadon a déclaré qu'il pense maintenant qu'il est possible que les injections Covid fassent « partie de la réduction de la population », et que la « pandémie » était planifiée bien avant qu'elle ne se produise. « Et j'ai des preuves absolues, que vous pouvez trouver en ligne, pour au moins 25 ans de planification, de mesures de contrôle des pandémies virales. Ces choses vont de pair avec le changement climatique et une prétendue surpopulation. »

  • Died suddenly

    Un documentaire intitulé "Died Suddenly" (mort subitement), sorti sur Rumble, a été visionné plus de trois millions de fois en moins de 24 heures.

    Tout au long du film, le spectateur découvre divers témoignages d'embaumeurs du monde anglophone qui attestent tous d'une prolifération de caillots fibreux trouvés dans les veines de nombreuses personnes décédées qui avaient été « vaccinées » contre le covid.

    L'un des embaumeurs présentés dans le film est Robert Hirschmann, qui depuis des mois parle publiquement de son expérience de découverte d'excroissances fibreuses chez les défunts. En plus de décrire les types de caillots qu'il a trouvés, il montre sa collection de caillots qu'il a retirés des corps, et les images sont frappantes.

    L'une des raisons pour lesquelles il s'est intéressé à ce que l'on pouvait trouver chez les personnes « vaccinées » est qu'il a découvert que leur sang avait souvent une texture étrange. « On dirait que le sang est sale, dit-il, presque comme s'il y avait de petits grains de sable. »

    Un autre embaumeur dit de même que cela ressemble à « du sang sur du sable de plage, il collait à la table ».

    Lorsqu'on a demandé à Hirschmann pourquoi lui et tant d'autres embaumeurs ont décidé de se manifester, il a expliqué que s'ils ne le faisaient pas, alors personne ne le pourrait. « Les morts ne peuvent pas parler pour eux-mêmes. »

    Le film présente également plusieurs lanceurs d’alerte de l'armée américaine qui s'inquiètent de ce qui pourrait arriver aux troupes à long terme. Le lieutenant-colonel Theresa Long déclare : « Depuis 15 ans que je suis médecin et que je soigne des soldats, je n'ai jamais vu une telle litanie d'affections débilitantes et potentiellement mortelles chez les soldats. Ces conditions comprennent des accidents vasculaires cérébraux, des accidents ischémiques transitoires, des péricardites, des myocardites, des rythmes cardiaques erratiques, des arythmies, l'apparition et la progression rapides de divers cancers, dont le cancer des testicules, le cancer de l'œsophage, des tumeurs cérébrales, des tumeurs neuroendocrines, des tumeurs de la colonne vertébrale, dysfonctionnement de la thyroïde, sclérose en plaques, troubles cognitifs, insomnie grave et persistante, suppression du système immunitaire, caillots sanguins non provoqués dans la veine splénique et la veine porte, nécrose vasculaire, dysfonctionnement du foie, irrégularités menstruelles et fausses couches. »

    Il est peut-être dommage que le film prête ensuite le flan à l’accusation de complotisme en martelant que le « vaccin » fait partie d’un plan de dépopulation mondiale. Cela risque d'entacher sa crédibilité aux yeux de nombreuses personnes.