Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 3

  • Asia Bibi

    Saiful Malook, avocat d’Asia Bibi, a dit à Asianews que la demande de reprise de l’audience de la Cour suprême avait été faite la semaine dernière, et que l’audience pourrait donc reprendre bientôt… peut-être… début juin.

    L’audience avait été suspendue en… octobre dernier après le désistement de l’un des juges, qui disait ne pas pouvoir siéger au prétexte qu’il avait déjà siégé dans l’affaire Qadri.

    Asia Bibi a pu avoir la visite de son mari et du tuteur de la famille le Jeudi Saint, et elle a transmis une prière poignante qui a été publiée par Vatican Insider en italien, traduite par Daniel Hamiche.

  • Fake news

    Hier je parcourais sur EUobserver un article sur une étude réalisée par une très sérieuse (évidemment) entreprise britannique, Bakamo, qui, ayant épluché pas moins de 800 sites internet et près de 8 millions de liens, conclut que près d’un lien sur quatre, en ce qui concerne la campagne présidentielle française, est « lié à de fausses nouvelles » (fake news), dont la majorité est en faveur des candidats anti-UE (bien sûr) et montre des traces d’influence russe (naturellement)…

    C’est ce qu’affirme sans rire ce site eurofanatique, et il ajoute que 19,2% des liens (exactement 19,2, c’est scientifique) sont liés à des médias qui « n’adhèrent pas aux normes journalistiques » et qui expriment des « opinions radicales afin de réaliser un récit perturbateur ».

    Ce matin j’ai vu que, à propos de l’attentat d’hier soir, l’AFP avait d’abord évoqué un « vol », Reuters une « tentative de vol à main armée », 20 Minutes un « vol de sac à main qui a mal tourné ».

    Quand à Christophe Girard, le maire LGBT-PS du 4e arrondissement de Paris, il accusait… Poutine…

  • Vendredi de Pâques

    Erit vobis hæc dies memoriális, allelúia : et diem festum celebrábitis sollémnem Dómino in progénies vestras : legítimum sempitérnum diem, allelúia, allelúia, allelúia.

    Il vous sera en souvenir, ce jour, alléluia ; et vous le célébrerez par une fête solennelle en l’honneur du Seigneur, de génération en génération ; c’est un jour légal perpétuel, alléluia, alléluia, alléluia.

    L’antienne d’offertoire de la messe de ce jour est une ancienne version d’Exode 12,14, qu’on ne trouve nulle part ailleurs, et qui est une traduction littérale du texte de la Septante, hormis la fin, qui répète « vous célébrerez » (et bien entendu l’ajout des alléluias de Pâques).

    Il s’agit de la première prescription de la Pâque. Dieu vient d’expliquer à Moïse ce que devront faire les Hébreux : tuer l’agneau, mettre son sang sur les linteaux, le rôtir et le manger en hâte, tandis que Dieu passera pour tuer tous les premiers nés des Egyptiens. Mais le sang de l’agneau sauvera les Hébreux.

    chant_img.png

    Par les moniales de Sainte-Marie de Maumont
    podcast

    Dans l’antiphonaire grégorien (de saint Grégoire le Grand), cette antienne a deux versets (inspirés de l’Exode et du Deutéronome), que voici :

    In mente habete diem istum in quo existis de terra Aegypti, de domo servitutis, in manu enim potenti liberavit vos Dominus.

    Gardez à l’esprit ce jour où vous êtes sortis de la terre d’Egypte, de la maison de servitude, car le Seigneur vous a délivré d’une main puissante.

    Dixit Moyses populo: Bono animo estote, et veniet vobis salus a Domino Deo, et pugnabit pro vobis.

    Moïse dit au peuple : Ayez courage, et le salut vous viendra du Seigneur Dieu, et il combattra pour vous.

    codex1.jpeg

    codes2.jpeg

    Graduel du XIIe siècle, Prémontré, Bibliothèque cantonale jurassienne.

  • Ils n’ont pas pu la tuer

    Le CHU de Limoges a été condamné hier par le tribunal administratif de la ville a verser respectivement 50.000 € et 30.000 € à la mère et au père d’une petite fille pour une « erreur de diagnostic » qui a empêché son avortement il y a 7 ans.

    Le CHU n’ayant pas détecté la trisomie du futur bébé, la mère « n’a pas eu la possibilité d’exercer son choix de recourir à une interruption médicale de grossesse  ». Choix qui est celui de 95 à 99% des parents, souligne le tribunal.

    Ne pas avoir pu tuer son bébé vaut donc une indemnité de 80.000 €. Le père et la mère de ce pauvre enfant espéraient gagner encore davantage en demandant réparation aussi pour leurs deux autres enfants traumatisés eux aussi de ne pas voir disparaître leur petite sœur dans une poubelle. Mais la loi ne prévoit de donner de l’argent qu’aux « parents »…

  • Jeudi de Pâques

    La scène du « Noli me tangere » a d’abord été représentée, semble-t-il, en Italie. Voici ce qui pourrait être la première représentation connue, sublime, illustration d’un rouleau d’Exsultet du XIe siècle (du Mont Cassin, avec notation musicale rouge de Bénévent) – on déroulait au fur et à mesure du chant, donc les illustrations étaient à l’envers pour que les fidèles les voient à l’endroit.

    Noli+me+tangere+(Montecassino).jpg

    Puis l’école italienne a souvent traité le sujet, de Giotto à Fra Angelico. Voici un Noli me tangere attribué à Jacopo di Cione.

    Jacopo di Cione, XIVe?.jpg

    Le thème est alors passé en Crète sous l’influence italienne et est devenu une icône (qu’on a continué à appeler « Noli me tangere »), avec le tombeau du Christ où l’on voit le saint suaire comme dans l’icône classique des myrophores (et l'icône de la Nativité où l'enfant Jésus est représenté de même...).

    Crète XV-XVI.jpg

    C’est aussi un artiste crétois qui a peint l’icône du monastère Saint-Denys du mont Athos en 1547.

    Athos monastère saint Denys, icône crétoise 1547 .jpg

    Et le thème est parvenu en Russie, sans toutefois devenir courant.

    russe.jpg

  • Dimanche…

    Si on m’avait dit qu’un jour je voterais Fillon, j’aurais rigolé.

    Mais là on ne rigole plus. Même si l’élection présidentielle est incroyablement surévaluée. En fait elle n’a pas grande importance, et l’élection législative non plus, puisque en gros les trois quarts des lois votées en France sont des transcriptions de textes de l’Union européenne. Ce qu’on appelle élection présidentielle est l’élection du gouverneur français de l’UE. On lui laisse les questions « sociétales », mais il ne reste plus grand-chose à inventer de ce côté-là.

    L’enjeu est toutefois de tenter d’éviter le pire déshonneur pour la France. Car l'élu, qu'on le veuille ou non, représentera la France. La pire honte serait d’avoir comme représentant de la France la serpillière de l’euromondialisme Emmanuel Macron, paillasson de la finance, de l’immigration, de l’invasion islamique et de la culture de mort : la totale. Dans un monde où il y a Trump et Poutine…

    Puisqu’il y aura manifestement au second tour Marine Le Pen et un autre candidat, et que cet autre candidat, quel qu'il soit, sera vraisemblablement élu, il faut tout faire pour que cet autre candidat ne soit pas Macron (ou, pire encore, Mélenchon). Donc voter et faire voter Fillon. Sans rire (d’autant que ce n’est vraiment pas drôle)…

  • Normalisation

    Les projections ne laissent aucun doute sur le fait que Basuki Tjahaja Purnama, connu sous son surnom de Ahok, a perdu l’élection au poste de gouverneur de Djakarta, capitale de l’Indonésie. C’est une victoire de plus de l’islamisme.

    Le chrétien d’ethnie chinoise Ahok était le très populaire gouverneur de Djakarta depuis que le gouverneur Joko Widodo, dont il était l’adjoint, était devenu président de la République. Ahok aurait été le premier chrétien élu gouverneur de Djakarta. Ce qui était insupportable pour les islamistes, qui ont monté une cabale contre lui, l’accusant de blasphème pour avoir dénoncé un verset du Coran, alors qu’il dénonçait une mauvaise interprétation de ce verset. Le long procès d’Ahok est en cours. Néanmoins, il était arrivé en tête du premier tour, avec 43% des voix contre 40% à son rival. Mais le second tour, après de gigantesques manifestations islamistes, lui aura été fatal.

    Les résultats officiels ne seront connus que dans deux semaines.

  • Au Pakistan

    Selon un mufti pakistanais, s’il y a des problèmes d’intolérance religieuse dans le pays, c’est parce que Asia Bibi n’a toujours pas été exécutée…

    Telle est la réaction du mufti Muhammad Hanif Qureshi (qu’on peut voir sur Youtube dans des discours d’une heure et demie, deux heures, voire deux heures et demie…) à l’atroce lynchage d’un étudiant ahmadi accusé de blasphème parce qu’il avait simplement affirmé sa croyance sur Facebook.

    Le mufti a déclaré devant les caméras de télévision :

    Si l’on n’accordait pas de délais pour exécuter la peine des pécheurs convaincus de blasphème par les tribunaux, les étudiants n’agiraient pas ainsi. Les gens ont perdu confiance en l’Etat, en raison de la négligence des institutions et de leur silence criminel. Des incidents comme celui de l’université Wali Khan se reproduiront aussi longtemps que les gens se sentiront insultés dans leurs sentiments religieux.

    En 2011, Muhammad Hanif Qureshi avait demandé que l’on tue le gouverneur du Pendjab Salman Taseer, qui avait visité en prison Asia Bibi. Quelques jours plus tard Salman Taseer était assassiné par son garde du corps Mumtaz Qadri. Une vidéo montre que Mumtaz Qadri assistait à ce discours de Muhammad Hanif Qureshi.

  • Dans le Sinaï

    Un commando jihadiste a attaqué hier soir les policiers en faction au barrage érigé sur la route qui mène au monastère Sainte-Catherine du Sinaï.

    Un policier a été tué et quatre autres ont été blessés. Mais les jihadistes, dont plusieurs ont été blessés, ont été contraints de fuir.

    L’attaque a été aussitôt revendiquée par l’Etat islamique.

  • Mercredi de Pâques

    Veníte, benedícti Patris mei, percípite regnum, allelúia : quod vobis parátum est ab orígine mundi, allelúia, allelúia, allelúia.
    Cantáte Dómino cánticum novum : cantáte Dómino, omnis terra.

    Venez, les bénis de mon Père, possédez le royaume, alléluia, qui vous a été préparé dès l’origine du monde, alléluia, alléluia, alleluia.
    Chantez au Seigneur un cantique nouveau ; chantez au Seigneur, toute la terre.

    chant_img.png

    Sans titre.jpeg


    podcast

    L’introït de la messe de ce jour (chanté par les bénédictines d’Argentan, sous la direction de dom Joseph Gajard qui signe aussi le commentaire), est l’un des très rares chants d’entrée à avoir comme texte un passage de l’évangile. La liturgie pascale étant d’abord une liturgie baptismale, l’invitation est adressée aux nouveaux baptisés, et c’est une invitation à entrer dans l’Eglise. Mais bien sûr ce « royaume » qui a été « préparé depuis l’origine du monde » est aussi le royaume céleste, figuré par l’Eglise, et dans l’évangile c’est seulement de lui que l’on parle, puisqu’il s’agit de l’évocation du jugement dernier.

    Or cet introït correspond remarquablement à l’évangile de ce jour. Car cette pêche miraculeuse, après la Résurrection, est également une évocation du jugement dernier, et précisément de ce qui concerne « les bénis de mon père ».

    J’ai donné quelques indications l’an dernier sur le « grand mystère », comme dit saint Augustin, qu’est cet évangile dans le « grand évangile » de saint Jean. Depuis lors j’ai découvert le magnifique oratorio de James MacMillan Since it was the day of preparation…, qui met en musique la fin de l’évangile de saint Jean, sur le texte anglais « liturgique » officiel, et j’ai été horrifié de voir à quel point le texte était massacré : Jésus se trouve « sur la plage » et il dit aux apôtres : « Venez prendre le petit déjeuner ». Sic. Les massacreurs francophones n’ont pas osé…

    Enregistrer