Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 3

  • Le mensonge du jour

    Ou plutôt l'un des nombreux mensonges du jour... C'est dans un titre de la Tribune de Genève, à propos des stations de ski :

    La Suisse est bien seule à vouloir ouvrir ses pistes

    On mesure là le dépit des journalistes helvètes de la pensée unique. Comme les valets du mondialisme mortifère Merkel, Macron et Conte, ils considèrent que la Suisse aussi devrait se priver des recettes du tourisme de montagne. Et ils dénoncent leur propre pays comme celui qui fait cavalier seul en pleine catastrophe pandémique…

    En réalité, c’est la France, l’Allemagne et l’Italie qui sont les seuls à fermer les pistes. Merkel ose se poser comme la vertueuse qui demande une interdiction dans toute l’UE, sachant pertinemment que c’est impossible puisque sa position est très minoritaire. On pourra faire du ski en Autriche, en Slovénie, en Slovaquie, en Pologne, en Suède, en Norvège, en Finlande, mais aussi en Espagne et en Andorre…

    L’Allemagne n’a pas grand-chose à perdre de l’interdiction, puisque les Allemands vont essentiellement en Autriche ou dans les ex-pays de l’Est.

    Mais la décision française est une ignominie de plus. Macron détruit sciemment, en plus de tout le reste, tout un pan de l’économie touristique française. Et, hélas, sans doute durablement. Parce que de nombreux Français vont découvrir qu’il y a des domaines skiables ailleurs, magnifiques aussi et moins chers…

  • La réponse d’Orbán à Soros

    George Soros ayant publié un texte demandant instamment à l’UE de tenir bon face à la Pologne et à la Hongrie, car « la manière dont elle répondra à la défiance Orbán-Kaczyński sera déterminante quant à sa capacité à survivre en tant que société ouverte fidèle à ses valeurs fondatrices », Viktor Orbán a répondu par un texte où il règle les comptes pour de bon. Un texte qualifié de paranoïaque et d’antisémite par le Nouvel Observateur, ce qui montre qu’il a fait mouche, car on n’y trouve absolument rien de tel. (C’est Soros qui dans son texte souligne qu’il est juif, comme si ça avait un rapport avec la situation.) - Traduction officielle.

     

    L’Europe ne peut pas faire allégeance au réseau Soros

    Réponse à l’article de George Soros

    Nombreux sont ceux qui pensent que le chef du gouvernement d’un pays n’a pas à débattre avec George Soros. Pour eux, Soros est un délinquant économique, qui a gagné son argent par la spéculation, par la ruine de millions de personnes, et même par le chantage exercé sur rien moins que des économies nationales. Tout comme les gouvernements ne peuvent pas discuter avec des terroristes, les chefs de gouvernement ne peuvent pas non plus débattre avec des délinquants économiques.

    J’y suis tout de même contraint aujourd’hui, parce que George Soros, le milliardaire spéculateur d’origine hongroise, a publiquement imparti des ordres aux dirigeants de l’Union européenne dans un article paru le 18 novembre sur le site dénommé Project Syndicate, dans lequel il leur intime de punir sévèrement les Etats-membres qui se refusent à s’intégrer dans un empire européen global et unifié sous la bannière de la société ouverte.

    Tout au long de l’histoire, ce sont toujours les nations qui ont donné sa force à l’Europe. Bien que les nations formant l’Europe soient d’origines diverses, les racines communes de notre foi les ont réunies. Le modèle de la famille reposant sur la tradition judéo-chrétienne a été le fondement de nos communautés. C’est la liberté chrétienne qui a assuré la liberté de la réflexion et de la culture et a créé une concurrence bénéfique entre les nations de l’Europe. Le mélange vertueux des différences a fait de l’Europe, pendant des siècles, la force motrice du monde.

    Toutes les tentatives visant à chercher à unifier l’Europe sous l’égide d’un empire ont échoué. C’est pourquoi l’expérience historique nous fait dire que l’Europe ne sera de nouveau grande que lorsque ses nations le seront également, et qu’elles sauront résister à toute tentative impériale.

    Des forces puissantes sont de nouveau à l’œuvre pour faire disparaître les nations européennes et unifier le continent sous l’égide d’un empire global. Le réseau Soros, qui imprègne de toute part la bureaucratie européenne et les élites politiques, travaille depuis des années à faire de l’Europe un continent d’immigration. Aujourd’hui, le plus grand danger qui menace les Etats de l’Union européenne est représenté par le réseau Soros et la société ouverte, employés à promouvoir l’élimination des cadres nationaux. Les objectifs du réseau sont clairs : au travers de l’accélération de la migration, créer une société ouverte multiculturelle et ethniquement mélangée, démanteler les processus de décision nationaux et les remettre entre les mains des élites globalisées.

    Lire la suite

  • Pologne et Hongrie

    Les Premiers ministres hongrois Viktor Orbán et polonais Mateusz Morawiecki se sont rencontrés hier à Bruxelles et ont signé une « proposition commune » pour sortir de l’impasse budgétaire.

    On en trouvera le texte ici. En anglais. On se souvient avec nostalgie du temps pas si ancien où un tel texte aurait été forcément en français…

    La proposition est celle d’un « processus à deux volets ». D’une part, mettre en œuvre l’accord de juillet tel qu’il a été signé par tous les Etats membres, avant que soit ajoutée la clause de conditionnalité. D’autre part, discuter au Conseil européen de l'opportunité d'établir un lien entre l'état de droit et les intérêts financiers de l'Union. Si l’on décide d’établir ce lien, alors il faudra convoquer une conférence intergouvernementale pour négocier la modification nécessaire du traité européen.

    Le texte se termine ainsi : « Nous avons décidé d'aligner nos positions sur ces questions. Ni la Pologne, ni la Hongrie n'acceptera une proposition jugée inacceptable par l'autre. »

    On remarquera que la Pologne et la Hongrie donnent ici une véritable leçon d’état de droit : respect de ce qui a été signé, et des traités.

    Naturellement, les « sources diplomatiques européennes » laissent entendre anonymement que la proposition est irrecevable et que la Pologne et la Hongrie s’enfoncent encore davantage dans leur isolement…

  • Routine pourrie

    Le Parlement européen a adopté hier à une horrible majorité (455 voix pour, 145 contre et 71 abstentions) sa nouvelle résolution contre la Pologne. Le principal prétexte (mais c’est l’occasion de revenir sur tout le reste) est cette fois la décision du Tribunal constitutionnel de juger anticonstitutionnelle la dépénalisation de l’avortement en cas de malformation, essentiellement pour trisomie, en bref l’avortement eugénique.

    Le Parlement européen « condamne vivement l’arrêt du Tribunal constitutionnel et le recul de la santé – sic - et des droits des femmes en matière de sexualité et de procréation en Pologne ».

    Tel est le début du premier paragraphe. Il y en a 24 autres. Ils sont ici.

    La résolution condamne aussi le Tribunal constitutionnel polonais pour avoir pris sa décision en pleine pandémie, et « témoigne son soutien et sa solidarité à l’égard de milliers de citoyens polonais, en particulier les femmes et les personnes LGBTI+ polonaises, qui, malgré les risques sanitaires, sont descendues dans la rue pour protester contre de graves atteintes à leurs libertés et à leurs droits fondamentaux »…

    Au passage, le Parlement européen « invite instamment la Commission à agir avec détermination sur la conditionnalité récemment convenue pour le futur cadre financier pluriannuel pour la période 2021-2027 »… car il est urgent de punir ce pays qui viole en permanence l’état de droit…

  • Saint Goustan

    Cantique de l’île de Hoédic.

    Refrain

    Get Mari, hor Mamm, eurus sant Goustan,
    Pédet Doué ’eidomp, tenet ni d’en néañw.

    Avec Marie, notre Mère, bienheureux saint Goustan,
    Priez Dieu pour nous, attirez-nous au ciel.

    1. Eurus sant Goustan, avèl hon tud koh,
      Get gred é lakamp hor fiañs ennoh.

    Bienheureux saint Goustan, comme nos ancêtres,
    Avec ferveur nous mettons notre confiance en vous.

    1. Hor bageù bihan e réd dré er mor ;
      Gouarnet berped sonn er stur, én énour.

    Nos frêles esquifs courent de par la mer ;
    Gardez toujours fermement la barre, dans l’honneur.

    1. Groait ma yémp én-dro d’er porh hep nétra ;
      Er pesked ’eidomp pe zo er bara.

    Faites que nous ne retournions pas au port sans rien ;
    Les poissons pour nous sont le pain.

    1. Re véet ’eidomp ur gouarnour fidél
      Eit ma vo Hoédig ur vroig santél.

    Soyez pour nous un gardien fidèle
    Pour que Hoédic soit un saint petit pays.

    1. Ur vro lan a fé, ur vro a bédenn,
      Dreist en holl broieù, ur vroig kristen.

    Un pays plein de foi, un pays de prière,
    Au-dessus de tous les pays, un petit pays chrétien.

     

    Vitraux de l’église Saint-Goustan de Hoédic.

    hoedic-4943.JPG

    hoedic-4944.jpg

  • Saint Pierre d’Alexandrie

    Depuis Léon XIII qui fit de ce jour la fête de saint Silvestre abbé, la fête de saint Pierre d’Alexandrie n’est plus qu’une mémoire.

    Cardinal Schuster:

    Saint Pierre, le dernier martyr, celui qui scella la persécution de Dioclétien à Alexandrie (+ 311), ainsi que les Grecs le saluent d’un titre d’honneur : sceau et terme de la persécution, est mentionné pour la première fois dans le martyrologe syriaque et, par la suite, par tous les Orientaux, le 24 novembre. Le martyrologe hiéronymien le commémore au contraire aujourd’hui. Son culte, dans l’antiquité, rencontra une grande faveur, si bien qu’il était très populaire même à Antioche. Une si grande célébrité est due, en partie, à la place très importante qu’occupait ce martyr comme patriarche d’Alexandrie, en partie à ses qualités personnelles, et comme directeur du didascaleion d’Alexandrie, et comme auteur sacré. Il est certain que Pierre fut « un splendide exemplaire d’évêque » selon l’attestation d’Eusèbe.

    Les Syriens ont tiré des Actes mêmes de saint Pierre un titre glorieux qu’ils lui attribuent ; ils l’appellent : celui qui passa à travers le mur percé. Les Actes racontent en effet que le peuple d’Alexandrie montait la garde autour de la prison afin qu’aucun des soldats païens ne se hasardât à exécuter la sentence capitale prononcée contre le Patriarche. Que faire ? Il y avait à redouter que la milice se vengeât du peuple soulevé ; alors le saint Pasteur, pour sauver son troupeau, résolut de s’offrir spontanément à la cruauté des bourreaux. Il fit donc savoir secrètement au tribun qu’au cours de la nuit suivante il indiquerait, par des coups, le point où il fallait percer la muraille pour ouvrir un passage à l’intérieur de la prison. Cette nuit-là, par bonheur, un orage avec éclairs, tonnerre et une forte averse, détourna l’attention des sentinelles chrétiennes, de telle sorte que les soldats du tribun purent, sans être dérangés, pratiquer une brèche dans la muraille de la prison. Le saint Patriarche passa donc à travers le mur entr’ouvert et se laissa conduire par les soldats au lieu même que la tradition indiquait comme celui du martyre de saint Marc. Là enfin il fut décapité, et les fidèles ensevelirent son cadavre.

    800px-Peter_the_Archbishop_of_Alexandria_(Menologion_of_Basil_II).jpg

    Le martyre de saint Pierre d’Alexandrie, l’une des 430 miniatures du ménologe de Basile II (XIe siècle). Selon les Actes du martyre de saint Pierre d’Alexandrie, Jésus lui serait apparu (en prison) avec une tunique déchirée, lui disant : « C’est Arius qui a déchiré ainsi mon vêtement, qui est l’Église. » (Arius avait été ordonné diacre par Pierre, qui l’excommunia ensuite parce qu’il prit parti pour un évêque schismatique. C’est semble-t-il après la mort de Pierre qu’Arius élabora son hérésie. Le propos de Jésus, s’il est réel, serait alors prophétique pour ce qui concerne l’hérésie d’un prêtre qui avait déjà déchiré la tunique.)

  • Une victoire du Texas et de la Louisiane

    La cour d’appel fédérale de la cinquième circonscription (sise à la Nouvelle-Orléans) a annulé lundi un jugement qui empêchait le Texas de mettre en œuvre sa décision de supprimer son financement du Planning familial.

    La juge Priscilla Owen a écrit que les femmes qui ont poursuivi les fonctionnaires du Texas n’avaient aucun droit légal à remettre en question la décision de l’État selon laquelle le Planned Parenthood n’était pas qualifié pour fournir ses « services ».

    Priscilla Owen a émis le même jugement concernant la Louisiane, annulant un jugement qui empêchait l’Etat de couper les vivres au Planning familial.

    Le Texas et la Louisiane avaient pris cette décision à la suite des vidéos clandestines prouvant que le Planning familial vend des organes de fœtus avortés.

  • 127 de plus

    Lundi, le pape a autorisé la publication de décrets de la Congrégation pour les causes des saints.

    On note surtout celui qui reconnaît le martyre du prêtre diocésain Juan Elias Medina et de 126 compagnons, prêtres, religieux et laïcs tués en haine de la foi par les communistes entre 1936 et 1939.

    Il y avait parmi les laïcs des sacristains, un notaire, une pharmacienne, des paysans, un petit commerçant en livres et objets de piété… Et ils étaient souvent en famille : deux couples mariés, huit fois deux frères, deux frères séminaristes, des oncles et des neveux, une mère et ses deux filles, plusieurs cousins...

    Mgr Juan José Asenjo, aujourd’hui archevêque de Séville, était évêque de Cordoue au moment de l’enquête diocésaine. Il soulignait alors : « En prison, ils réconfortaient leurs codétenus et n'ont jamais nié leur statut de prêtres, de consacrés ou de fervents laïcs chrétiens. Ils ont souffert avec force d'innombrables humiliations et tortures et sont morts en pardonnant à leurs bourreaux et en priant pour eux. Ils ont vécu les derniers instants de leur vie avec une sérénité et une joie admirables, louant Dieu et proclamant que Jésus-Christ était le seul Roi et Seigneur de leur vie. »

  • Etourdies ?!

    L’évangile de la fête de sainte Catherine est celui qu’on appelle traditionnellement l’évangile des vierges sages et des vierges folles.

    Comme c’est celui du premier commun des vierges martyres et du premier commun des vierges non martyres, il revient souvent au cours de l’année. Dans la traduction officielle des années 1960, il est question de vierges « étourdies » et de vierges « prudentes ». Cela me fait bondir (intérieurement) à chaque fois. Comment peut-on penser une seconde que ces vierges se voient interdire l’accès au paradis parce qu’elles ont été « étourdies » ? Qui peut être sauvé si ne peut être sauvé un étourdi ?

    Les mots grecs sont φρόνιμοι (phronimi) et μωραὶ (morai). Comme, dans le même évangile de saint Matthieu, l’homme sensé qui construit sa maison sur le roc, et l’insensé qui la construit sur le sable.

    Tel est le sens obvie de ces mots. Il y a d’un côté des vierges sages, « prudentes » si l’on veut, mais au sens (premier) d’avisées, sensées (celui du latin prudentes), et non de prévoyantes. Et de l’autre des vierges folles, insensées (en latin fatuae, qui ne veut jamais dire « étourdies »).

    Car il faut être fou, insensé, pour aller à la damnation éternelle. Pas « étourdi ».

    Cette dérive insensée de la traduction de la parabole se trouve déjà dans la Bible Pirot-Clamer, que certains considèrent comme traditionnelle. C’est la traduction du P. Denis Buzy (1934). Non seulement il traduit par « étourdies », mais il affirme que la parabole devrait s’appeler la « parabole des dix jeunes filles », car le fait qu’elles soient ou non vierges n’a aucune importance. Et c’est pourquoi dans la traduction « liturgique » officielle de l’Eglise de France actuelle, il s’agit de « dix jeunes filles », cinq étant « insouciantes », et cinq « prévoyantes ».

    Le P. Buzy prenait le soin de nous expliquer aussi que les nombres sont sans importance : c’est juste que 10 est un « nombre rond qui se laisse facilement partager en deux groupes ». Sic.

    Quel est alors le sens de la parabole ? Eh bien tout simplement que ceux qui seront prêts à la venue du Christ entreront dans le Royaume, et que ceux qui ne sont pas prêts en seront exclus…

    Bref, il n’en reste quasiment rien. Sinon cette absurdité de fidèles exclus du Royaume parce qu’ils ont été étourdis.

    Jusqu’à quand va-t-on ainsi défigurer la Sainte Ecriture ?

    Petit rappel résumé de l’exégèse traditionnelle. Il y des groupes de cinq vierges parce que 5 est le nombre des sens corporels : le toucher, l’odorat, l’ouïe, le goût, la vue. Celui qui garde vierges ses cinq sens est celui qui ne se laisse pas aller aux tentations sensuelles et se garde des péchés qu’elles induisent. Mais il ne suffit pas de garder vierges ses sens. Il faut encore avoir de l’huile dans sa lampe : la charité. Car si je n’ai pas la charité je ne suis rien (1 Corinthiens 13, 1-3).

  • Mgr Sotìr Ferrara

    Il y a trois ans mourait Mgr Sotìr Ferrara, né à Piana degli Albanesi le 5 décembre 1937, mort à Piana degli Albanesi le 25 novembre 2017, évêque de l’éparchie grecque-catholique italo-albanaise de Piana degli Albanesi de 1988 à 2013.

    Bon pasteur, il avait aussi une belle voix très douce et chantait admirablement, tant en grec que dans sa langue maternelle arbarèche.