Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 3

  • Délire d’entrave

    Le Sénat a adopté hier en nouvelle lecture la version du texte sur le « délit d’entrave à l’IVG » qu’il avait réécrit en première lecture.

    Texte donc toujours incompatible avec celui qu’a voté l’Assemblée nationale. Laquelle aura le dernier mot. En attendant, espérons-le, que cette loi ouvertement liberticide soit déclarée anticonstitutionnelle, puisqu’elle l’est de façon évidente (c'est pourquoi les socialistes du Sénat l'avaient assez habilement maquillée).

  • Un martyr

    Bartu Urawn et sa famille, habitant un village tribal, Kubuaa, Etat de Jharkhand en Inde, où l’on vénère un arbre sacré, se sont convertis au christianisme il y a dix ans, comme neuf autres familles. Depuis lors, sept d’entre elles ont apostasié sous menace de mort. Des hindous (qui vénèrent aussi l’arbre sacré) ont voulu contraindre également Bartu Urawn d’abandonner le christianisme. Comme il ne le voulait pas, ils l’ont plongé, attaché, dans une mare d’eau glacée. A chaque fois qu’on lui demandait de retourner à la religion de ses ancêtres il répondait : « Je ne renierai pas le Christ. Je croirai en lui jusqu’à mon dernier souffle. » Au bout de 17 heures dans l’eau glacée, il est mort.

  • Sans blague…

    L’information selon Asianews quand il s’agit de François.

    Pravda.jpg

    Parfaite harmonie entre le Saint-Siège et l’Ordre de Malte, loyauté et fidélité au Pape François...

  • François à Fatima

    immagine_1_54537217.jpg

    Ceci est le logo officiel du voyage de François à Fatima, les 12 et 13 mai prochains (le blanc de chaque côté fait partie du logo).

    Le recteur du sanctuaire de Fatima, coordinateur général de la visite du pape, « a souligné que ce logo voulait symboliser la simplicité du style et la clarté qui caractérisent le Pape François ». Sans rire...

    Cela dit, le symbolisme du chapelet à 60 grains m’échappe. (Il y a bien un chapelet de saint Joseph à 60 grains, mais pas 60 grains identiques.)

    Mais il n’y a évidemment aucun symbolisme. On s’inspire seulement du rosaire pour faire un cœur comme les fans devant leur idole…

  • Ecce Adam

    ℟. Ecce Adam quasi unus ex nobis factus est sciens bonum et malum:
    * Videte, ne forte sumat de ligno vitae, et vivat in aeternum.
    ℣. Fecit quoque Dominus Deus Adae tunicam pelliceam, et induit eum, et dixit.
    ℟. Videte, ne forte sumat de ligno vitae, et vivat in aeternum.

    Voici que Adam est devenu comme l’un de nous, connaissant le bien et le mal. Prenons garde qu’il prenne de l’arbre de vie et qu’il vive éternellement. Le Seigneur fit aussi à Adam une tunique de peau et il l’en revêtit et il dit : Prenons garde qu’il prenne de l’arbre de vie et qu’il vive éternellement.

  • Alerte rouge

    Alarm.jpg

    Euractiv nous apprend que « 300 personnalités » lancent un appel pour relancer l’intégration européenne, et pour participer à la manifestation qui sera organisée le 25 mars prochain à Rome, pour le 30e anniversaire de la signature du premier traité européen.

    L’appel est notamment signé par le… fondateur d’Euractiv. Ainsi que par quelques anciens politiciens européens comme Giuliano Amato ou Enrique Barón Crespo, ou l’inévitable Emma Bonino la grande copine du pape.

    L’appel commence ainsi :

    « Nous, citoyens européens, sommes préoccupés et effrayés ». Parce que tout va mal (curieuse façon de célébrer la construction européenne), et que « dans de nombreux États membres nous assistons à l’émergence de tendances autoritaires ainsi qu’à la montée des extrêmes et de la xénophobie ». « La démocratie et les valeurs fondamentales de la civilisation européenne contemporaine sont menacées. » Etc.

    Donc pour conjurer le sort il va falloir davantage d’Union européenne, et il va falloir aller le clamer à Rome le 25 mars. Vous avez à votre disposition une carte en ligne qui vous indique les groupes déjà constitués avec lesquels vous pouvez vous mettre en contact.

    La carte en question se trouve sur le site « march for europe 2017 ». On y trouve 25 « groupes » en tout et pour tout dans toute l’UE. Il n’y en a ni en Suède, ni au Royaume Uni, ni dans les pays Baltes, ni dans les Balkans (sauf un en Bulgarie) et tous ces groupes ont pour adresse courriel FromParistoRome@federalists.eu, ou seul le nom de la ville change : ce ne sont que des adresses fictives de l’« Union des fédéralistes européens »…

  • Eh oui

    Le 9 février dernier, le Parlement fédéral belge a voté une proposition de loi visant à « permettre la reconnaissance de la filiation paternelle hors mariage dès le début de la grossesse ». Ainsi, « la reconnaissance d’un enfant conçu peut avoir lieu à tout moment de la grossesse sur la base d’une attestation de grossesse réalisée par un médecin ou par une sage-femme ».

    Evidemment, ce que l’on remarque tout de suite est l’emploi du mot « enfant », quand il s’agit d’un fœtus, et même d’un embryon, puisque le texte s’applique « dès le début de la grossesse ».

    Quant au ministre de la Justice, il prévoit de supprimer le délai légal de « reconnaissance d’un enfant mort-né », actuellement fixé à six mois de grossesse… Donc on pourrait reconnaître des « enfants morts-nés » au stade de l’embryon…

    La chose n’est pas passée inaperçue des lobbies de la culture de mort, et le Conseil des Femmes Francophones de Belgique (CCFB) hurle que ces « tentatives de donner un statut à l’embryon et au fœtus » sont des « attaques de plus en plus directes » à l’avortement.

    D’autant plus directes qu’elles sont semble-t-il involontaires, dans ce pays où l’avortement est aussi tabou que chez nous.

    Cela révèle surtout l’immense hypocrisie de celles qui prétendent faire ce qu’elles veulent de leur corps, et de ceux qui ne voient dans l’embryon qu’un amas de cellules.

    Car quand il s’agit, par exemple, de lutter contre le tabac, tout à coup la femme porte un enfant…

    4.fumer_pendant_la_grossesse_nuit_a_la_sante_de_votre_enfant-1.jpg

  • Fillon et l’islam

    François Fillon à la grande mosquée de Saint-Denis de la Réunion :

    Je suis croyant et je me bats pour toutes les religions. Je défends la liberté religieuse et donc l’islam.

    Il a dit aussi qu’il souhaitait que les musulmans manifestent leur colère non seulement contre les terroristes, mais aussi « contre ceux qui déforment le message de l’islam ».

    Là ça devenait intéressant et on allait s’instruire. Quel est donc le vrai message de l’islam ? Hélas, Fillon ne l’a pas dit…

    On remarquera aussi que lors de cette visite, Houssen Amode, le président du Conseil régional du culte musulman, a souligné que les musulmans sont « atterrés par le qualificatif d'islamique accolé au terrorisme » puisque « ça n'a rien à voir avec l'islam », tandis que le très modéré président de la mosquée (qui aime beaucoup Tariq Ramadan), Iqbal Ingar, a souligné que les critiques de l’islam par de pseudo-intellectuele deviennent insupportables et que « ça risque de pousser les modérés vers les radicaux »…

    Il y aurait donc des musulmans modérés qui deviennent radicaux mais qui n’ont rien à voir avec le terrorisme puisque celui-ci n’a rien à voir avec l’islam...

  • Notre Dame de Lourdes… en Inde

    Quelque 200.000 personnes ont participé samedi dernier, jour de la fête de l’apparition de la Sainte Vierge, à la célébration du centenaire du sanctuaire Notre-Dame de Lourdes de Dantolingi, dans l’Orissa, en Inde.

    En 1866 une terrible famine fut suivie d’une épidémie de choléra et de variole et fit de nombreuses victimes dans la région. Les missionnaires de saint François de Sales d’Annecy furent les premiers à s’occuper des populations, et un certain nombre de guérisons furent jugées miraculeuses par les fidèles, qui voulurent remercier la providence en faisant construire ce sanctuaire, qui fut inauguré le 11 février 1917, et où il y a toujours des guérisons miraculeuses, comme à Lourdes.

    La grand messe a été concélébrée par Mgr John Barwaa, archevêque de Cuttack-Bhubaneshwar, et cinq autres évêques, en présence de plus de 200 prêtres et 300 religieuses.

  • Chrétiens d’Irak

    Dans les quartiers est de Mossoul récemment repris par l’armée irakienne, les premières familles chrétiennes commencent à revenir. Selon ce qu’indique le site Internet ankawa.com, au moins trois familles arméniennes sont revenues dans leurs maisons, au sein de zones urbaines à peine libérées des jihadistes et ce malgré une situation générale d’insécurité qui continue à peser sur la ville dans son ensemble (les jours derniers, les zones libérées ont été le théâtre d’attentats suicides ayant fait au moins 9 morts parmi les civils).

    Mais à Beyrouth, hier, quelque 200 réfugiés irakiens ont manifesté devant le siège local de l’ONU, réclamant que soient examinées et accueillies rapidement leurs demandes d’expatriation déposées depuis longtemps auprès des bureaux compétents des différentes représentations diplomatiques présentes dans la capitale libanaise. Les affiches brandies par les manifestants et les déclarations faites par certains d’entre eux à la presse locale confirment l’impression qu’une grande partie des réfugiés chrétiens ayant quitté l’Irak n’a aucune intention d’y retourner, mais qu’elle espère émigrer prochainement vers une nation occidentale.

  • Tulit Dominus hominem

    ℟. Tulit Dominus hominem, et posuit eum in paradiso voluptatis:
    * Ut operaretur et custodiret illum.
    ℣. Plantaverat autem Dominus Deus paradisum voluptatis a principio in quo posuit hominem quem formaverat.
    ℟. Ut operaretur et custodiret illum.

    Dieu prit l’homme et le mit dans le paradis de volupté, afin qu’il le cultive et le garde. En effet Dieu avait planté un paradis de volupté, dans le principe, dans lequel il mit l’homme qu’il avait formé, afin qu’il le cultive et le garde.

  • Formavit Dominus hominem

    ℟. Formavit Dominus hominem de limo terrae, et inspiravit in faciem eius spiraculum vitae, et factus est homo in animam viventem.
    ℣. In principio fecit Deus caelum et terram, et plasmavit in ea hominem.
    Et inspiravit in faciem eius spiraculum vitae, et factus est homo in animam viventem.

    Le Seigneur forma l’homme du limon de la terre. Et il souffla dans son visage un souffle de vie, et l’homme devint âme vivante. Au principe Dieu fit le ciel et la terre, et il y façonna l’homme.

  • Septuagésime

    Saint Gall.jpg

    Saint-Gall, codex 376

    Bamberg.jpg

    Graduel de Notker (Bamberg)

    Circumdedérunt me gémitus mortis, dolóres inférni circumdedérunt me : et in tribulatióne mea invocávi Dóminum, et exaudívit de templo sancto suo vocem meam.

    Díligam te, Dómine, fortitúdo mea : Dóminus firmaméntum meum, et refúgium meum, et liberátor meus. Glória Patri.

    Ils m’ont entouré, les gémissements de mort. Des douleurs d’enfer m’ont entouré. Et dans ma tribulation, j’ai invoqué le Seigneur, et il a écouté, de son saint Temple, ma voix.

    Je t’aimerai, Seigneur, ma force ! Le Seigneur est mon abri et mon refuge et mon libérateur.

    Dom Baron :

    Le Psaume XVII est un cantique d’action de grâces dans lequel David chante sa reconnaissance au Seigneur pour l’avoir délivré de ses ennemis. Il y décrit tour à tour ses épreuves, sa prière et la façon merveilleuse dont Dieu l’a sauvé. Mais c’est plus que sa propre histoire qu’il chante ; c’est l’histoire du monde, ou mieux l’histoire du Christ, du Christ total, du Corps mystique, telle qu’elle s’est déroulée pour le Corps entier au cours des siècles, pour le Christ, tout au long de sa vie ; telle qu’elle se déroule pour chacun de ses membres, selon le même rythme toujours : épreuve, prière, secours divin, reconnaissance.

    Les versets choisis pour cet Introït en sont le prélude. On y trouve les quatre idées du Psaume : les épreuves ; circumdedérunt, la prière, et invocávi, l’aide divine, et exaudívit me et, dans le Verset, l’action de grâce, Diligam te...

    Au début de cette période, où elle va avoir à porter les rudes épreuves de la pénitence, l’Eglise le chante pour y entendre la voix pleine d’expérience de ceux qui les ont déjà traversées : Adam, David, le Christ, les élus, tous ceux du Purgatoire, tous ceux de la terre aussi qui ont su en profiter et qui vont en profiter à nouveau. Ce sont bien eux qui chantent. Ils disent à ceux qui ont encore à subir les dures purifications nécessaires – aux catéchumènes entre autres – qu’ils n’ont qu’à prier avec confiance ; le Seigneur les entendra et, avec la grâce du Baptême renouvelée à Pâques, leur apportera la délivrance.

    La symbolique de la septuagésime.

    Le premier répons des matines.

    Sur l’ensemble de la messe de ce jour.

    Sur la parabole des ouvriers dans la vigne.

  • A la Fed

    Daniel Tarullo, l’un des sept membres du conseil des gouverneurs de la Fed, la Banque centrale américaine, a annoncé hier sa démission, sans donner de motif, et sans que les journalistes en trouvent dans l’immédiat.

    On constate seulement que Daniel Tarullo, nommé par Obama, était en charge de la régulation financière, et que le 5 février dernier Donald Trump a signé un décret amorçant une révision de la loi Dodd-Franck de régulation financière.

    Tarullo était en théorie l’un des sept gouverneurs, car en réalité ils ne sont plus que cinq actuellement. Autrement dit Donald Trump va pouvoir nommer trois gouverneurs de la Fed…

  • A Narva…

    589df208c4618842258b468e.jpg

    Dans le cadre du déploiement de détachements de l’armée américaine dans les pays Baltes, quelque 200 soldats estoniens et américains ont effectué une marche de 53 km dans l’hiver estonien. L’ambassade des Etats-Unis à Tallin a largement fait la publicité de cette opération, mais elle n’a pas diffusé cette photo. On y voit une partie des soldats en question, déployant un drapeau américain… à la frontière russe. Car ils sont à Narva, sur les bords du fleuve Narva, puisqu’on ne voit rien de la ville, donc à la frontière russe : le bâtiment que l’on voit est le fort d’Ivangorod, en Russie.

    Nul ne sait pour le moment qui a eu l’idée de cette provocation.

  • Sean Spicer superstar

    Le New York Times rapporte que lorsque Sean Spicer, le porte-parole de la Maison Blanche pour les relations avec les médias, fait une conférence de presse, c’est cette émission qui fait la plus forte audience parmi les émissions de la journée (en dehors de l’indétrônable feuilleton Les feux de l’amour). Avec en moyenne 4,3 millions de téléspectateurs, il bat même Hôpital Central et Amour Gloire et Beauté qui sont diffusés à la même heure que ses conférences de presse.

    « Il y a un énorme intérêt pour tout ce que fait Trump, et Sean bénéficie de cela, dit un consultant. Selon votre point de vue, vous allumez la télévision pour voir Sean défendre l’indéfendable, ou pour voir les partis pris des médias en action. »

     

  • La déposition de l’Alléluia

    Une particularité de la liturgie romaine est qu’à partir de la Septuagésime et jusqu’à Pâques elle proscrit le chant de l’Alléluia, alors que la liturgie byzantine le chante tout au long de l’année.

    « Dominica Septuagesimæ, in qua deponitur Canticum Domini Alleluja », dit le martyrologe : le dimanche de la Septuagésime, où l’on dépose le chant du Seigneur Alléluia.

    La déposition de l’Alléluia se fait de façon solennelle, la veille de la Septuagésime, à la fin des vêpres : les chantres ajoutent deux Alleluia au Benedicamus Domino qui conclut l’office, et le chœur répond en ajoutant deux Alleluia au Deo gratias.

    A Chartres, au moyen âge, Alleluia était l’unique antienne pour tous les psaumes des premières vêpres, des matines et des laudes de la Septuagésime. Les hymnes étaient des louanges à l’Alléluia. Ainsi l’hymne des vêpres :

    Alleluia, dulce carmen,
    Vox perennis gaudii,
    Alleluia, laus suavis,
    Est chorus cœlestibus,
    Quam canunt Dei manentes
    In domo per sæcula.

    (Alléluia, doux chant, voix de la joie éternelle, Alléluia, douce louange - c’est un chœur pour les habitants du ciel - que chantent ceux qui demeurent dans la maison de Dieu pour les siècles.)

    Les oraisons parlaient aussi de l’Alléluia. Et c’est à la fin des laudes qu’avait lieu l’adieu à l’alléluia tel qu’il se fait aux vêpres dans la liturgie romaine. Après les laudes avait lieu la scène de « l’Alléluia fouetté ». Douze enfants de chœur faisaient tourner des toupies avec des lanières et les fouettaient en les chassant le long de la nef jusque sur le parvis. En 1532 le chapitre de la cathédrale voulut interdire cette coutume mais n’y parvint pas…

    Une variante, à la cathédrale d’Angers : après l’office de none, le samedi, les enfants de chœur, revêtus d’habits particuliers et tenant des torches, brandissaient une image voilée appelée Alléluia, et couraient à travers le chœur vers la salle de théologie où ils chantaient le Subvenite.

    En d’autres endroits, on allait jusqu’à l’enterrer. On fabriquait un mannequin figurant l’Alléluia, on le couchait sur une civière et on le portait en cortège à son tombeau. Tout au long du trajet, et devant la sépulture, on chantait des hymnes, des antiennes, des répons, qui exprimaient la douleur des fidèles devant une telle perte, et les souhaits de « bon voyage », mais aussi d’« heureux retour ». Car on savait qu’il allait… ressusciter.

    Ailleurs, comme à Toul et en Allemagne, l'Alléluia était figuré par une motte de terre que l’on portait en procession, derrière la croix et les chandeliers, en chantant et en gémissant, jusqu'à un endroit du cloître où on l'enfouissait.

    (Daoudal Hebdo N°115)

  • Apparition de la bienheureuse Vierge Marie Immaculée

    Le titre ci-dessus est l’intitulé officiel de la fête qui commémore l’apparition de Lourdes. Voici les antiennes des laudes et des heures. Elles célèbrent d’abord l’Immaculée Conception par des paroles de l’Ecriture, puis chantent la louange de Marie avec des expressions toutes tirées du livre de Judith.

    Candor est lucis aeternae, et speculum sine macula.

    Eclat de la lumière éternelle, et miroir sans tache (Sagesse 7,26).

    Mulier amicta sole, et luna sub pedibus eius, et in capite eius corona stellarum duodecim.

    Femme revêtue du soleil, et la lune sous ses pieds, et sur sa tête une couronne de douze étoiles (Apocalypse 12,1).

    Tu gloria Jerusalem, tu laetitia Israël, tu honorificentia populi nostri.

    Tu es la gloire de Jérusalem, tu es la joie d’Israël, tu es l’honneur de notre peuple (Judith 15,10).

    Benedicta es tu, Virgo Maria, a Domino Deo excelso prae omnibus mulieribus super terram.

    Tu es bénie, Vierge Marie, par le Seigneur Dieu très-haut, plus que toutes les femmes sur la terre (Judith 13,23).

    Hodie nomen tuum ita magnificavit Dominus, ut non recedit laus tua de ore hominum.

    Aujourd’hui le Seigneur a donné à ton nom tant de grandeur que ta louange ne cessera plus dans la bouche des hommes (13,25).

    Le capitule des laudes et des vêpres est une citation du Cantique des cantiques, choisie pour illustrer le fait que Marie, la colombe immaculée, est apparue dans une grotte.

    Surge, amica mea, speciosa mea, et veni: columba mea, in foraminibus petræ, in caverna maceriæ, ostende mihi faciem tuam, sonet vox tua in auribus meis.

    Lève-toi, mon amie, ma toute belle, et viens, ma colombe dans les trous de la pierre, dans le creux de la muraille, montre-moi ta face, que ta voix retentisse à mes oreilles.

  • Trump et Israël

    « Les terres restantes sont limitées, et il en reste moins à chaque fois qu'on prend des terres pour les colonies. Je ne suis pas quelqu'un qui pense que le développement des colonies soit bon pour la paix. »

    Propos de Donald Trump au journal Israël Aujourd’hui.

  • François dans le texte

    Dans une interview au Corriere della serra daté d'hier, réalisée par l’inévitable Antonio Spadaro, François dit que les nouveaux instituts religieux l’inquiètent. Surtout ceux qui ont beaucoup de vocations... et qui font faillite. Sic. Surtout ceux qui sont « restaurationnistes » (sic) et apportent « la rigidité ». Surtout ceux qui sont « pélagiens » et qui « retournent à l’ascétisme », jusqu’au moment où éclate un scandale. Et ceux qui sont « triomphalistes » alors que le Saint-Esprit ne fait pas de bruit…

    On notera la nouvelle calomnie contre les Franciscains de l’Immaculée, malgré les décisions de justice, et l’affirmation qu’ils auraient fait « faillite », quand leur institut a été détruit par le pape.

    Une belle tranche de François, tel qu’en lui-même. Voici une traduction :

    Bien sûr, c’est vrai qu’il y a un déclin parmi ceux qui choisissent la vie religieuse en Occident. C’est certainement lié au problème démographique. Mais c’est vrai aussi que parfois la vocation pastorale ne répond pas aux attentes des jeunes. Le prochain Synode nous donnera des idées. Le déclin de la vie religieuse en Occident m'inquiète.

    Mais je m'inquiète aussi d'une autre chose : l'apparition de nouveaux instituts religieux qui soulèvent certaines inquiétudes. Je ne dis pas qu'il ne devrait pas y avoir de nouveaux instituts religieux ! Absolument pas. Mais parfois, je me demande ce qui se passe aujourd'hui. Certains d'entre eux semblent représenter une nouvelle approche, exprimer une grande force apostolique, attirant beaucoup de monde, mais seulement... pour faire faillite. Parfois, il apparaît même qu'ils ont dissimulé des scandales... Puis il ya de petites fondations nouvelles qui sont vraiment bonnes et travaillent sérieusement. Je vois que derrière ces bonnes fondations il y a parfois des groupes d'évêques qui les accompagnent et assurent leur croissance. Mais il en est d'autres qui ne proviennent pas d'un charisme du Saint-Esprit, mais d'un charisme humain, d'une personne charismatique qui attire par ses charmes humains. Certains sont, je dirais, « restaurationnistes » : ils semblent offrir de la sécurité, mais au lieu de cela ils donnent seulement la rigidité. Quand on me dit qu'il y a une Congrégation qui attire tant de vocations, je dois avouer que je m'inquiète. L'Esprit ne suit pas la logique du succès humain : il fonctionne d'une autre manière. Mais, me dit-on, il y a tant de jeunes prêts à tout, qui prient beaucoup, qui sont vraiment fidèles. Et je me dis: « Merveilleux: nous verrons si c'est le Seigneur ! ».

    D'autres sont des Pélagiens: ils veulent retourner à l'ascétisme, faire pénitence. Ils ressemblent à des soldats prêts à tout pour la défense de la foi et de la morale... et puis un scandale émerge impliquant le fondateur... Nous savons tout cela, non ? Jésus a un style différent. Le Saint-Esprit fit du bruit le jour de la Pentecôte : c'était le commencement. Mais habituellement, l'Esprit ne fait pas beaucoup de bruit, il porte la croix. Le Saint-Esprit n'est pas triomphaliste. Le style de Dieu est la croix qui est portée jusqu'à ce que le Seigneur dise : « assez ». Le triomphalisme ne va pas bien avec une vie de prière.

    Donc, ne mettez pas d'espoir dans la floraison soudaine et massive de ces instituts. Recherchez plutôt le chemin humble de Jésus, celui du témoignage évangélique.