Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 3

  • Saint Sabbas

    Martyrologe :

    « A Mutala en Cappadoce, saint Sabbas abbé ; en Palestine, il fut, par la sainteté de sa vie, d’une grande édification, il combattit sans relâche pour la foi orthodoxe contre les adversaires du concile de Chalcédoine. »

    Dom Guéranger note que saint Sabbas est « le seul personnage de l’Ordre monastique dont l’Église fasse mention en ses Offices dans tout le cours de l’Avent ».

    Mais ce n’a toujours été qu’une mémoire. Le cardinal Schuster précise : « En Occident, la dévotion envers saint Sabbas demeura à peu près localisée à Rome ; les latins n’ont jamais attribué beaucoup d’importance à cette grande figure du monachisme, à qui pourtant les Orientaux donnent les titres de “plein de l’Esprit de Dieu, le sanctifié, l’habitant de la Cité sainte, l’étoile du désert, le patriarche des moines”. »

    Dès l’âge de huit ans Sabbas se fit moine, dans le monastère de Flavien l’évêque d’Antioche. A 17 ans il reçut la tonsure. Il vécut la vie cénobitique jusqu’à 30 ans puis se fit ermite. Comme de nombreux disciples venaient à lui il fonda en 484 le monastère qui porte son nom dans la vallée du Cédron, au sud de Jérusalem. Puis il en fonda d’autres. Il mourut à plus de 90 ans. Son corps fut enlevé par les Croisés et transporté en l’église Saint-Antoine de Venise. Paul VI le rendit à son monastère.

    Saint Sabbas est connu non seulement comme un grand fondateur de monastères et un vaillant défenseur de l’orthodoxie contre le monophysisme et l’origénisme, mais aussi comme l’auteur du Typikon qui, fondu avec celui de la Grande Eglise de Constantinople, a réglé l’office divin byzantin jusqu’à nos jours.

    Marsava.jpg

    1024px-Mar_Saba_IMG_0029.jpg

    1024px-(1461)_Marsaba_Klosteret.jpg

    911px-Palestine-2013-Aerial-Mar_Saba_Monastery.jpg

  • Une déesse de la fécondité

    Screenshot_2019-12-04 Inrap on Twitter.png

    Une nouvelle « Vénus de Renancourt », la dernière de la série, a été découverte cet été, nous apprend l’Inrap. C’est la mieux conservée des 14 trouvées précédemment sur le même site d’Amiens, car c’est la seule intacte.

    Alerté, François regrette de ne pas pouvoir venir la bénir et la vénérer : à cause de notre intolérante loi de 1905…

  • Au Pakistan

    Une de plus. C’est une horrible routine pakistanaise : Huma Younus, une chrétienne de 14 ans, a été kidnappée, « convertie » à l’islam et mariée à un musulman.

    Elle a été enlevée chez elle à Karachi le 10 octobre par trois hommes qui ont attendu que les parents soient sortis. Dans un premier temps la police a refusé d’enregistrer la plainte. Elle ne l’a fait que le 12.

    Quelques jours plus tard ils ont reçu les papiers officiels faisant état de la conversion de leur fille et de son mariage, le même jour, avec un certain Abdul Jabar. A Dera Gazi Khan, à… 850 km de Karachi.

    Les parents contestant ces papiers, une audience a eu lieu au tribunal le 11 novembre, mais la jeune fille n’est pas venue…

  • Hostiles

    hostiles.jpg

  • Hérétique

    Screenshot_2019-12-04 LCP on Twitter.png

    Screenshot_2019-12-04 LCP on Twitter(1).png

    Screenshot_2019-12-04 LCP on Twitter(2).png

    Cette dernière phrase se poursuivait ainsi:

    "le lobby le plus puissant parce que c’est le plus séduisant, ça génère des milliardaires. Le jour où on m’expliquera pourquoi on a choisi plus les éoliennes que les hydroliennes, j’arriverai à intégrer tout ça".

     

  • Sainte Barbe

    On lit dans L’année liturgique :

    L’Église Romaine n’a consacré qu’une simple Commémoration à sainte Barbe, dans l’Office de saint Pierre Chrysologue. (…) Nous n’en devons pas moins rendre nos hommages fervents à cette glorieuse Martyre, si célèbre dans tout l’Orient, et dont l’Église Romaine a depuis longtemps adopté le culte. Ses actes, pour n’être pas de la première antiquité, n’ont rien que de glorieux à Dieu et d’honorable à la Sainte. Rendons hommage à la fidélité avec laquelle cette Vierge attendit l’Époux, qui ne manqua pas à l’heure dite, et qui fut pour elle un Époux de sang, comme parle l’Écriture, parce qu’il avait reconnu la force de son amour. (…) Nous nous bornerons à extraire des livres liturgiques de nos églises cette gracieuse Antienne composée dans les temps chevaleresques :

    O divinæ bonitatis immensa clementia, quæ Barbaram illustravit vero claritatis lumine, ut terrenæ dignitatis contempto splendore, divinitatis conscia effici mereretur: hæc velut lilium inter spinas enituit, et lux in tenebris eluxit. Alleluia.

    O Miséricorde immense de la divine bonté, qui a glorifié Barbe par la splendeur de la seule véritable lumière, et l’a rendue digne de s’unir à la Divinité, après qu’elle eût méprisé les honneurs de la terre ! Elle a brillé comme un lis entre les épines ; elle a lui comme la lumière dans les ténèbres. Alléluia.

    Screenshot_2019-12-03 Ołtarz św Barbary - część środkowa - św Barbara, św Feliks, św Adaukt, cztery sceny z żywota św Barba[...].png

    Tout autour de cette peinture d’autel représentant sainte Barbe avec saint Félix et saint Adaucte (Wilhelm Kalteysen, Wrocław, 1447), court cette inscription :

    O sanctissima et gloriossima virgo sancta Barbara. Subveni michi misero peccatori sicut tu ipsa promissisti omnibus invocantibus nomen tuum in angustyis et necessitatibus facta es pia auxiliatris. Excurge sancta virgo Barbara in occursum meum juva es apud altissimum judiceum confundantur inimici mei qui detrahunt anime mee ut auferant eam. O Virgo custodi me.

    O très sainte et très glorieuse vierge sainte Barbe, secours-moi misérable pécheur comme tu l’as promis à tous ceux qui invoquent ton nom, dans les angoisses et les nécessités tu t’es faite pieuse auxiliatrice. Lève-toi, sainte vierge Barbe, tu es mon aide au jugement du Très-Haut, que mes ennemis soient confondus qui s’en prennent à mon âme pour me l’ôter. O vierge garde-moi.

  • Greta est revenue !

    Elle est arrivée à Lisbonne et elle va aller à la COP 25 à Madrid (à pied ou à cheval, on ne sait pas encore) pour faire entendre « la voix des générations futures ». « Les gens sous-estiment la force des enfants en colère», dit-elle.

    Greta a retraversé l’Atlantique à la voile, sur le catamaran de la Britannique Nikki Henderson. Laquelle est allée en Amérique en avion pour conduire son bateau…

    Quelle clownerie…

  • Priorités

    « L’amour de la patrie doit être plus grand que l’amour de l’Eglise, et la loi du pays est au-dessus du droit canon. »

    Le propos est de Mgr Jean Fang Xingyao, « évêque de Liny », président de l’Association patriotique des catholiques chinois (l’Eglise officielle) et vice-président de la « conférence des évêques de Chine ».

    Mgr Fang Xingyao participait le 26 novembre à Pékin à une réunion de la « Conférence politique consultative du peuple chinois » (CPCPC) sur les religions, dont le but était de développer « un système idéologique religieux avec des caractéristiques chinoises conforme aux exigences de l’époque », conformément à la sinisation voulue par le président XI Jining.

    Son propos est cité dans un long compte rendu de la réunion, sur le site de la CPCPC, parmi ceux des représentants des autres religions reconnues, qui ont tous exalté le « patriotisme », à savoir l’alignement total (et obligatoire) sur la doctrine du parti et la pensée du président XI Jining.

    Cherchant à en savoir un peu plus sur cet « évêque », je suis tombé sur un texte du diocèse de Liège annonçant la visite, en juillet dernier, d’une délégation de « cinq évêques catholiques chinois » « présidée par Mgr John Fang Xingyao, évêque du diocèse de Lin yi (Shan dong), président de l’association des catholiques chinois, et par Mgr Joseph Shen Bin, évêque du diocèse de Hai men (Jiang su) et vice-président de la Conférence épiscopale de Chine, qui compte 98 évêques ». Il était précisé notamment que « les évêques célébreront la messe présidée par Mgr Jean-Pierre Delville, évêque de Liège, au sanctuaire de Cornillon ».

    Pas la moindre allusion au fait que ni l’Association patriotique ni la conférence des évêques ne sont reconnues par Rome, ni que Mgr Fang Xingyao n’est toujours pas reconnu comme évêque catholique par Rome. L’évêque de Liège a donc célébré la messe avec des schismatiques. Et sans le dire aux fidèles.

  • Saint François Xavier

    Il est étonnant de voir comment les plus grands peintres classiques ne cherchent même pas à rendre vraisemblables leurs scènes d’art « sacré ». Ainsi en est-il par exemple de ces deux tableaux, l’un de Rubens, intitulé « Les miracles de saint François Xavier », l’autre de Poussin intitulé « Saint François-Xavier rappelant à la vie la fille d'un habitant de Cangoxima » (Kagoshima). Dans le premier il n’y a guère que le chapeau orangé, au milieu, qui peut laisser entendre que nous serions quelque part en Orient (mais le temple est gréco-romain) ; dans le second il n’y a strictement rien qui évoque le Japon… Et rien non plus ne caractérise le saint représenté.

    800px-Peter_Paul_Rubens_-_The_miracles_of_St._Francis_Xavier_-_Google_Art_Project.jpg

    Poussin_Miracle_de_saint_François_Xavier_Louvre.jpg

    En revanche la peinture de Jacques-Emile Lafon qui orne un mur de Saint-Sulpice (1859) montre des personnages… exotiques (même si le temple à gauche ressemble à celui de Rubens). Et à vrai dire, dans sa simplicité presque fruste et sa composition basique, il me touche bien plus que les deux autres.

    JE.Lafon-StSulpice-MiraclesStFrXavier-entier_2.jpg

  • Puisque le pape a donné l’exemple

    Screenshot_2019-12-02 Inaugurata ad Albenga «Mater Matuta», la statua della storia dell’Agricoltura - La Stampa.png

    Screenshot_2019-12-02 Tutto pronto per l'inaugurazione di Mater Matuta, il monumento dedicato alla storia dell’agricoltura [...].png

    Samedi, le chanoine Ivo Raimondo, vicaire général du diocèse d’Albenga-Imperia, en Ialie, a béni une effigie de la déesse Mater Matuta, la déesse mère de l’aurore dans la mythologie romaine, réalisée par les élèves de deux classes de l'institut de scénographie de l'école d'art Giordano Bruno (sic).

    Nous sommes donc bel et bien revenus au temps où les prophètes d’Israël tempêtaient contre le culte des idoles. Et au temps où saint Paul mettait en garde les fidèles contre l’idolâtrie. Avec cette différence que ce sont aujourd’hui les autorités de l’Eglise qui se livrent à la bénédiction des simulacres.

    Et c’est un cadeau de plus aux sectes protestantes qui remplacent peu à peu l’Eglise catholique en de nombreux endroits (en Amazonie, par exemple…) en soulignant que les catholiques ne cachent même plus leur idolâtrie…