Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 3

  • Un tournant ?

    EOGML5RW4AYbBEj.jpg

    On attendait pour Noël l’exhortation apostolique amazonienne de François, avec parmi les nouveautés de l’Esprit le sacerdoce pour les hommes mariés, et plus si l’Esprit souffle plus fort.

    Rien n’est venu à Noël, ni au jour de l’an, mais voici, pif, paf, poum, bang, ce livre signé du pape émérite et du cardinal Sarah, à paraître mercredi, dont l’objet est précisément de souligner qu’on ne doit en aucune manière affaiblir la loi du célibat sacerdotal.

    Naturellement, la réaction des modernistes est à la mesure du choc que produit l’annonce de la parution de ce livre. On en verra quelques exemples ici et . Ils ne reculent devant rien, pas même devant l’affirmation que Benoît XVI est gâteux et que c’est son entourage qui se sert de lui pour attaquer le pape…

    On trouvera le sommaire ici.

    Voici la présentation du livre par l'éditeur:

    Les débats qui agitent l’Église depuis plusieurs mois ont convaincu Benoît XVI et le cardinal Robert Sarah qu’ils devaient s’exprimer.
    Depuis sa renonciation, en février 2013, la parole du Pape émérite est rare. Il cultive le silence, protégé par les murs du monastère Mater Ecclesiae, dans les jardins du Vatican.
    Exceptionnellement, en compagnie du cardinal Sarah, son grand ami, il a décidé d’écrire sur le sujet le plus difficile pour l’Église : l’avenir des prêtres, la juste définition du sacerdoce catholique et le respect du célibat.
    À quatre-vingt-douze ans, Benoît XVI signe un de ses plus grands textes. D’une densité intellectuelle, culturelle et théologique rare, celui-ci remonte aux sources du problème : « Au fondement de la situation grave dans laquelle se trouve aujourd’hui le sacerdoce, écrit-il, on trouve un défaut méthodologique dans la réception de l’Écriture comme Parole de Dieu. »
    À son analyse implacable répond le texte du cardinal Robert Sarah. Il apporte son éclairage singulier avec la force, la radicalité et la sagesse qui lui sont propres. Nous y retrouvons le courage de la réflexion de l’un des plus importants prélats de l’Église.
    Les deux auteurs se répondent, se complètent et se stimulent. Ils livrent une démonstration parfaite, sans crainte d’ouvrir le débat.

    Benoît XVI et le cardinal Robert Sarah ont répondu à l’élan de leurs cœurs. Ce livre fera date. À bien des égards, il est unique. Et, certainement, historique.

  • Baptême du Seigneur

    Doxastikon des matines byzantines de la Théophanie, par Théodore Vassilikos.

    Νάματα Ἰορδάνια περιεβάλου Σωτήρ,ὁ ἀναβαλλόμενος φῶς ὡς ἱμάτιον·καὶ ἔκλινας κορυφὴν τῷ Προδρόμῳ ὁτὸν οὐρανὸν μετρήσας σπιθαμῇ, ἵναἐπιστρέψῃς κόσμον ἐκ πλάνης, καὶ σώσῃςτάς ψυχὰς ἡμῶν.

    Tu t’es enveloppé des flots du Jourdain, ô Sauveur qui te revêts de lumière comme d’un manteau, et tu as incliné la tête devant le Précurseur, ô Seigneur qui mesures la terre avec ton empan, afin que le monde revienne de son erreur, et que tu sauves nos âmes.

    Le grec utilise le même verbe βάλλω, qui veut dire « jeter », avec deux préfixes :  péri : autour – jeter autour de soi, donc s’envelopper dans un vêtement – puis ana : jeter en haut, en arrière, donc revêtir une cape. Jésus s’enveloppe dans l’eau du Jourdain et se revêt de lumière, en même temps. Je ne vois pas comment on pourrait garder cette unité en français.

    « Revêtu de lumière comme d’un manteau » est une citation exacte du psaume 103, en latin « amictus lumine sicut vestimento ».

    Dieu qui « mesure la terre avec son empan » est une allusion à Isaïe ; 40, 12 : « Qui a mesuré les eaux avec sa main, et le ciel avec son empan, et toute la terre avec son poing ? », verset que saint Jean Chrysostome cite dans son commentaire du psaume 103. Lequel est le psaume de la Création, ce qui souligne que le baptême est une re-Création.

  • La Sainte Famille

    Qui était soumis ? et à qui ? Un Dieu, à des hommes ! Oui, le Dieu à qui les Anges sont soumis, à qui les Principautés et les Puissances obéissent, était soumis à Marie ; et non seulement à Marie, mais aussi à Joseph à cause de Marie. Admire donc l’un et l’autre, et vois ce qui te paraît plus admirable, de la très gracieuse condescendance du Fils ou de la très glorieuse dignité de ses parents. Dés deux côtés, sujet d’étonnement ; des deux côtés, miracle. Qu’un Dieu obéisse à la créature humaine, voilà une humilité sans exemple, et que la créature humaine commande à un Dieu, voilà une sublimité sans égale. Dans les louanges décernées aux vierges, on chante ceci en particulier qu’elles suivent l’Agneau partout où il va. Eh bien, de quelles louanges ne jugez-vous pas digne celui qui va même devant lui ?

    Homme, apprends à obéir ! Terre, apprends à accepter la subordination ! Poussière, apprends à te soumettre ! L’évangéliste a dit en parlant de ton Créateur : « Et il leur était soumis » ; il n’est pas douteux que ce ne soit à Marie et à Joseph. Rougis, cendre orgueilleuse ! Un Dieu s’abaisse, et toi, tu t’élèves ! Un Dieu se soumet aux hommes et toi, cherchant à dominer les hommes, tu te mets au-dessus de ton Créateur ! En effet, chaque fois que je désire parmi les hommes la prééminence, chaque fois je m’efforce de passer avant Dieu ; et alors vraiment je ne goûte pas ce qui est de Dieu. Car c’est de lui qu’il a été dit : « Et il leur était soumis ». O homme, si tu ne daignes pas imiter l’exemple d’un homme, il ne sera certes pas indigne de toi de suivre ton Créateur. Si tu ne peux, sans doute, le suivre partout où il ira, daigne au moins le suivre jusqu’où il a voulu descendre pour toi.

    Si tu ne peux marcher dans le sentier sublime de la virginité, suis au moins ton Dieu dans la voie très sûre de l’humilité. Si quelques-uns, tout en étant vierges, se sont écartés de cette voie droite, eux non plus, pour dire la vérité, ne suivent pas l’Agneau partout où il va. L’humble qui est souillé suit l’Agneau, l’orgueilleux qui est vierge le suit aussi, mais aucun des deux ne le suit partout où il va : le premier ne pouvant s’élever à la pureté de l’Agneau qui est sans tache, et le second ne daignant pas descendre à la douceur de cet Agneau qui s’est tu, non seulement devant celui qui le tondait, mais encore devant son bourreau. Et pourtant le pécheur, en s’humiliant, a choisi un meilleur parti que celui de l’orgueilleux qui est vierge, puisque l’humble satisfaction de celui-là efface sa souillure, tandis que l’orgueil de celui-ci souille sa pureté.

    Saint Bernard, premier sermon sur Missus est, lecture des matines.

  • De la Sainte Vierge le samedi

    Ingréditur hæc mundi ínfima Jesus Christus Fílius Dei de cælésti sede descéndens, et a patérna glória non recédens, novo órdine, nova nativitáte generátus. Novo órdine, quia, invisíbilis in suis, visíbilis factus est in nostris; incomprehensíbilis vóluit comprehéndi; ante témpora manens, esse cœpit ex témpore. Nova autem nativitáte génitus est, concéptus a Vírgine, natus ex Vírgine, sine patérnæ carnis concupiscéntia, sine matérnæ integritátis injúria, quia futúrum hóminum Salvatórem talis ortus decébat, qui et in se habéret humánæ substántiæ natúram, et humánæ carnis inquinaménta nescíret.

    Jésus-Christ, le Fils de Dieu, fait son entrée dans la bassesse de ce monde. Il descend de son siège céleste sans quitter la gloire de son Père. Il est engendré par une disposition nouvelle, par une naissance nouvelle. Disposition nouvelle, car, invisible en lui-même, il se rend visible en notre nature ; insaisissable, il veut être saisi ; lui qui subsiste avant le temps, il commence à exister dans le temps. Il est engendré aussi par une naissance nouvelle ; conçu par une vierge, né d’une vierge, sans intervention d’un père, sans préjudice pour l’intégrité de sa mère ; telle est la naissance qui convenait au futur Sauveur des hommes, lui qui posséderait en soi la nature de la condition humaine tout en ignorant les souillures de la chair humaine.

    Saint Léon le Grand, sermon 22, lecture des matines

  • La Sainte Vierge dérange ?

    Huit statues de la Sainte Vierge ont été détruites hier dans des églises de Pau et des environs.

    « Il s’agit non seulement d’un acte de vandalisme tout à fait inacceptable, mais d’un sacrilège qui heurte profondément la foi des fidèles, aux yeux desquels la Vierge Marie est la Mère de Dieu, la Mère de l’Eglise et notre Mère à tous », a déclaré Mgr Aillet dans un communiqué.

    La bonne nouvelle, c’est qu’il y en a donc encore que la Sainte Vierge dérange…

  • Civitas non eget sole

    « Ingressa » (introït) de l’Epiphanie dans la liturgie ambrosienne (mais toujours à Cologne...).

    Civitas non eget sole neque luna ut luceant ei, quoniam claritas Dei illuminat eam, et ambulabunt gentes in lumine ejus, et reges terrae offerunt claritatem suam in ea.

    La ville n’a pas besoin du soleil ni de la lune pour l’éclairer, parce que la clarté de Dieu l’illumine, et les peuples marchent à sa lumière. Et les rois de la terre y font offrande de leur éclat.

  • L’UE en Erythrée

    En novembre 2015 l’UE a créé un « fonds fiduciaire d’urgence pour l’Afrique » visant à « aider à répondre aux causes profondes de la déstabilisation, des déplacements et de la migration irrégulière grâce à la promotion d'opportunités économiques non-discriminatoires, de la sécurité et du développement ».

    L’UE avait ainsi alloué 20 millions d’euros à l’Erythrée pour la construction d’une route. Certes, la construction de la route a maintenu sur place un certain nombre de candidats à l’émigration (à la fuite d’un pays hyper-misérable régi par une implacable dictature), mais il s’avère que les ouvriers étaient des travailleurs forcés, des quasi esclaves (ce qui est habituel dans ce pays, comme l’a signalé l’ONU).

    Et cette année, l’UE va donner… 96 millions d’euros à la dictature érythréenne… (qui entre autres facéties a fermé les hôpitaux du pays parce qu’ils étaient catholiques).

  • Au Brésil

    Un juge d’appel de Rio de Janeiro ordonne à Netflix de retirer de son offre de vidéos en ligne La première tentation du Christ, qui montre Jésus en inverti.

    Le juge dit avoir pris cette décision, à la demande du Centre don Bosco pour la foi et la culture, afin de « calmer les esprits » au sein de « la communauté chrétienne et la société brésilienne » jusqu'à une décision de justice sur le fond.

    Le film, diffusé pour Noël, a été produit par une société brésilienne, qui avait déjà sorti en 2012 un film montrant les apôtres bourrés après la Cène…

    Addendum

    La Cour suprême, en urgence, a annulé l'arrêt de la cour d'appel...

  • Illuminare Jerusalem

    ℟. Illuminare, illuminare, Jerusalem : venit lux tua, * et gloria Domini super te orta est.
    . Et ambulabunt gentes in lumine tuo et reges in splendore ortus tui. * Et gloria Domini super te orta est.
    Gloria Patri et Filio et Spiritui sancto.
    * Et gloria Domini super te orta est.

    Resplendis, resplendis, Jérusalem, elle est venue, ta lumière : et la gloire du Seigneur s’est levée sur toi. Et les nations marcheront en ta lumière, et les rois en la splendeur de ton aurore.

  • Photos

    95f58c1ca498d306e8a0b030bf4a46f4471056ce.jpg

    C’était hier à la cathédrale grecque-orthodoxe de Damas : Poutine, accompagné d’Assad, offrait une icône au patriarche Jean X Yazigi.

    2020-637139455521036619-103.jpg

    C’était avant-hier lors de la célébration du Noël copte en la nouvelle cathédrale… de la Nativité du Christ, la plus grande église du Proche Orient, dans un nouveau quartier du Caire. Le président Sissi offre des fleurs au patriarche Tawadros.