Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 3

  • Non-événement

    Je ne lirai pas davantage le dernier document pontifical que je n’ai lu les précédents de François. Je ne sais qui le premier a utilisé la définition à la mode du mot « liquide » pour qualifier le « magistère » de François, mais c’était une bonne trouvaille. Cela va de pair avec le fait que ce pape « initie des processus » et considère (de ce fait) que « le temps est supérieur à l’espace ». Tout texte qu’il signe n’est donc, au mieux, qu’une étape dans un développement. Autrement dit il ne sert à rien de l’étudier comme s’il s’agissait de définitions dogmatiques.

    De ce que j’ai lu des commentaires (chez Benoît et moi, chez Jeanne Smits, sur le Forum catholique), on est prié de considérer que le culte de Pachamama n’a rien d’idolâtrique et doit être poursuivi (et tous les cultes du même genre développés), qu’il est urgent de terminer de détruire la liturgie latine au nom de l’inculturation amazonienne, et que le non-dit de subversion doctrinale qui figurait dans une note de bas de page d’Amoris Laetitia (authentifié ensuite par le pape) figure cette fois dans le quatrième paragraphe, à propos du document final du synode. Dans son Exhortation, François ne parle pas d’ordination d’hommes mariés et de diaconesses, mais dès le début il dit qu’il faut appliquer le texte de conclusion du synode, qui, lui, demandait explicitement des prêtres mariés et des diaconesses…

  • In principio

     

    Screenshot_2020-02-12 ALO docView - Antiphonarium Benedictinum (1400)(2).png

    Antiphonaire bénédictin de Saint-Lambrecht, 1400.

    Lorsque le jeudi est un jour de férie, les répons des matines sont ceux du premier nocturne du dimanche précédent. Le premier répons des matines de ce jour est donc le premier répons du dimanche de la Septuagésime, celui qui indique d’emblée que nous entamons l’histoire du monde, de la création et la chute jusqu’à la Rédemption le jour de Pâques.

    ℟. In princípio creávit Deus cælum, et terram, et fecit in ea hóminem,
    * Ad imáginem et similitúdinem suam.
    ℣. Formávit ígitur Deus hóminem de limo terræ, et inspirávit in fáciem ejus spiráculum.
    ℟. Ad imáginem et similitúdinem suam.

    A l’Origine Dieu créa le ciel et la terre, et il fit l’homme sur elle, à son image et ressemblance. Dieu donc forma l’homme du limon de la terre et insuffla sur sa face un souffle de vie.

  • Les 7 fondateurs des Servites

    Matris sub almæ númine
    Septéna proles náscitur :
    Ipsa vocánte, ad árduum
    Tendit Senári vérticem.

    Sous la protection de notre Mère bénie, naît une famille de sept Serviteurs de Dieu ; à son appel, ils gravissent les sommets escarpés du mont Sénar.

    Quos terra fructus próferet
    Dum sacra proles gérminat,
    Uvis repénte túrgidis
    Onústa vitis præmonet.

    Une vigne tout à coup chargée de raisins magnifiques annonce, heureux présage, les fruits que produira cette terre, où germe une moisson de saints.

    Virtúte claros nóbili
    Mors sancta cælo cónsecrat :
    Tenent olympi límina
    Servi fidéles Vírginis.

    Une sainte mort consacre pour les cieux la gloire de leur vertu. Les fidèles serviteurs de la Vierge habitent les demeures éternelles.

    Cohors beáta, Núminis
    Regno potíta, réspice
    Quos hinc recédens fráudibus
    Cinctos relínquis hóstium.

    O troupe bienheureuse, qui régnez avec Dieu, abaissez vos regards sur tous ceux qu’en quittant ce monde, vous laissez au milieu des embûches de leurs ennemis.

    Ergo, per almæ vúlnera
    Matris rogámus súpplices,
    Mentis ténebras dísiice,
    Cordis procéllas cómprime.

    Au nom des douleurs de notre Mère bénie, nous vous en supplions, dissipez les ténèbres de nos esprits, apaisez les tempêtes qui agitent nos cœurs.

    Tu nos, beáta Trínitas,
    Perfúnde sancto róbore,
    Possímus ut felíciter
    Exémpla patrum súbsequi. Amen.

    O bienheureuse Trinité, remplissez-nous d’une sainte vigueur, afin que nous puissions, pour notre bonheur éternel, suivre les exemples de nos saints Pères. Amen.

    Hymne des vêpres, composée par Mgr Vincent Tarozzi (1849-1918), secrétaire de la « secrétairerie des lettres latines », après la canonisation des  7 fondateurs des Servites par Léon XIII en 1888.

  • Apparition de la Bienheureuse Vierge Marie Immaculée

    La réforme de 1960 a drastiquement réduit les matines, qui n’ont plus qu’un nocturne, et n’ont donc plus que deux répons (contre 8 avant, et 12 dans le bréviaire monastique) :

    ℟.  Sapiéntia quæ attíngit a fine usque ad finem fórtiter, et dispónit ómnia suáviter (Sagesse 8,1), ædificávit sibi domum (Proverbes 9,1):
    * Ecce tabernáculum Dei cum homínibus (Apocalypse 21,3).
    .Vidi sanctam civitátem Jerúsalem novam, parátam sicut sponsam ornátam viro suo (Apocalypse 21,2).
    ℟.  Ecce tabernáculum Dei cum homínibus.

    La sagesse qui atteint avec force d’une extrémité à une autre extrémité, et dispose toutes choses avec douceur, s’est bâti une maison : Voici le tabernacle de Dieu parmi les hommes.  Je vis la sainte cité, la nouvelle Jérusalem, descendant du ciel, parée comme une épouse et ornée pour son époux.

    ℟.  Surge, amíca mea, speciósa mea, et veni, colúmba mea:
    * Osténde mihi fáciem tuam, sonet vox tua in áuribus meis.
    . Vox túrturis audíta est in terra nostra.
    ℟.  Osténde mihi fáciem tuam, sonet vox tua in áuribus meis. (Cantique des cantiques 2,13 14 12.)

    Lève-toi, mon amie viens, ma toute belle, et ma colombe : Montre-moi ta face, que ta voix retentisse à mes oreilles. La voix de la tourterelle a été entendue dans notre terre.

  • Développer l’euthanasie

    On sait que chez nous l’euthanasie s’appelle « sédation profonde et continue maintenue jusqu’au décès ». Mais la Haute Autorité de Santé (sic) s’est avisée qu’en pratique ce n’est possible qu’à l’hôpital, puisque les « médicaments » (sic) qu’on utilise n’ont pas d’AMM (autorisation de mise sur le marché) pour cet usage. Autrement dit, à l’hôpital on les détourne de leur destination, parce que l’euthanasie est un « droit », mais les médecins de ville n’ont pas la possibilité de les utiliser, alors que si l’euthanasie est un droit, on a le droit de se faire tuer chez soi. La Haute Autorité de Santé (sic) demande donc au gouvernement, dans une « recommandation », de permettre à tous les médecins d’utiliser les « médicaments » qui tuent, sans autre autorisation que la sienne…

    "Pour permettre désormais à tous les professionnels de santé, de ville comme hospitaliers, de mettre en place une sédation proportionnée ou profonde et continue comme prévu par la loi, la HAS demande aux pouvoirs publics de permettre la dispensation en ville des médicaments cités dans sa recommandation. Ses travaux constituent un fondement sur lequel s’appuyer pour faire évoluer la réglementation des médicaments utilisés lors d’une sédation proportionnée ou profonde et continue maintenue jusqu’au décès."

     

  • La grande peur...

    Il n'y a jamais eu de "grande peur de l'an mil", mais la grande peur climatique est martelée par les médias, de plus en plus délirante. Pour le bénéfice d'une dictature à venir, adoubée par avance par le Vatican.

    Screenshot_2020-02-10 Climat l'effrayante cartographie des futurs impacts du réchauffement en Europe.png

  • Homofolie helvète

    Comme on parlait en Suisse d’une loi pour réprimer la soi-disant homophobie, le petit parti chrétien UDF, soutenu par l’UDC, a lancé un référendum. Certain bien sûr que les citoyens suisses ne voteraient pas pour une loi instaurant la censure, et une censure aussi ciblée. Or les Suisses ont voté hier à 63%... en faveur d’une telle loi. Comme quoi la pensée unique homofolle, la dictature homosexualiste, règne aussi en Suisse, et donc avec le soutien de la population.

    C’est d’autant plus spectaculaire qu’un groupe d’invertis avait monté un comité « Droits spéciaux NON ! » qui avait fait campagne pour le non, au motif clairement exprimé qu’ils ne veulent pas de droits spécifiques.

  • "Séparatisme"...

    Fin janvier, Macron avait annoncé une initiative « sur la lutte contre le communautarisme, le séparatisme dans l'Etat et les ingérences étrangères qui le nourrissent ». Hier, Sibeth Ndiaye a confirmé qu’il y aura en effet, et très bientôt, avant les municipales « une stratégie de lutte contre le séparatisme dans la République » :

    « Il y a un certain nombre d'endroits dans notre pays où il y a du repli communautaire, une volonté de se séparer de ce que sont les valeurs et les lois de la République. Dans ces endroits où il y a une volonté manifeste de certains -qui notamment usent de l'islamisme politique pour définir une forme d'alternative à la République, qui séparent un certain nombre de gens du reste de la République-, on doit être capables d'y répondre. »

    A priori il s’agit de « séparatisme » islamique. Mais on n’a jamais rien fait contre, et aujourd’hui c’est trop tard, en de nombreux endroits. En outre, le « séparatisme » est intrinsèque à l’islam. Car l’islam n’est pas une religion, mais une idéologie qui régit toute l’existence. Et qui se fout de la république.

    Donc, en dehors de deux ou trois actions symboliques, le plan ne servira à rien. Pour ce qui est de la lutte contre l’islamisme, qui restera forcément cosmétique aussi par peur de l’accusation d’islamophobie.

    En revanche ce sont des dispositifs qui pourront servir contre des Bretons ou des Corses, et surtout contre les écoles hors contrat et autres organisations catholiques pour les jeunes.

  • Ljubljana est tombée

    islamska-skupnost-4-1024x682.jpg

    Ljubljana était l’une des deux dernières capitales de l’UE à ne pas avoir de mosquée. C’est fini. La mosquée al-Iman (énorme, qui plus est) a été inaugurée vendredi dernier. Elle a été financée par le Qatar. On parle déjà de la prochaine : à Maribor.

    A ma connaissance il ne reste plus que Bratislava à ne pas avoir de mosquée. (Si on cherche sur Google on en trouve une, mais vérification faite c’est une simple plaque sur la porte d’un appartement. Pour l’heure la construction d’une mosquée serait illégale en Slovaquie.)

  • Sainte Scholastique

    L’hymne des vêpres, le répons et l’antienne de Magnificat (liturgie monastique, traduction Dom Guéranger), par les moniales de l’abbaye Sainte-Scolastique de Buenos Aires.

    Te beata sponsa Christi,
    Te columba virginum,
    Siderum tollunt coloni
    Laudibus, Scholastica :
    Nostra te laetis salutant
    Vocibus praecordia.

    Heureuse épouse du Christ, Scholastique, colombe des vierges, les habitants du ciel te comblent de louanges ; nos cœurs te saluent en faisant monter vers toi l'hommage d'un joyeux concert.

    Sceptra mundi cum coronis
    Docta quondam spernere,
    Dogma fratris insecuta
    Atque sanctae regulae,
    Ex odore gratiarum,
    Astra nosti quaerere.

    Tu foulas aux pieds les honneurs du monde et ses couronnes ; dirigée par les enseignements de ton frère et les préceptes de sa Règle sainte, attirée par l'odeur des grâces célestes, tu appris de bonne heure à prendre le chemin de la patrie.

    O potens virtus amoris !
    O decus victoriae
    Dum fluentis lacrymarum
    Cogis imbres currere,
    Ore Nursini parentis
    Verba coeli suscipis.

    O force invincible de l'amour ! O victoire à jamais glorieuse, en ce jour où par la force de tes larmes tu fais descendre les pluies du ciel, et contrains le Patriarche de Nursie à continuer ses entretiens célestes.

    Luce fulges expetita
    In polorum vertice,
    Clara flammis charitatis
    Cum nitore gratiae :
    Juncta Sponso conquiescis
    In decore gloriae.

    Aujourd'hui tu brilles, au plus haut des cieux, de l'éclat de cette lumière vers laquelle tu soupirais ; les feux de la charité, les splendeurs de la grâce embellissent ton front; unie à l'Epoux, tu reposes au sein de la gloire.

    Nunc benigna pelle nubes
    Cordibus fidelium,
    Ut serena fronte splendens
    Sol perennis luminis,
    Sempiternae claritatis
    Impleat nos gaudiis.

    Daigne donc maintenant écarter du cœur des fidèles les nuages d'ici-bas, afin que le Soleil éternel, versant sur nous sa splendeur sereine, nous comble des joies de la lumière sans fin.

    Gloriam Patri canamus
    Unicoque Filio ;
    Par tributum proferamus
    Inclyto Paraclito,
    Nutibus cujus creantur,
    Et reguntur secula. Amen.

    Chantons gloire au Père et gloire au Fils unique ; hommage égal au Paraclet divin ; honneur éternel à celui qui créa les siècles et qui les gouverne. Amen.

    *

    ℟. In columbae specie Scholastica anima visa est, fraterna mens laetata est hymnis et immensis laudibus : * Benedictus sit talis exitus, multo magis talis introitus.
    . Totus coelesti gaudio perfusus remansit pater Benedictus. * Benedictus.

    Scholastique parut sous la forme d’une colombe; l’âme de son frère témoigna son allégresse par des hymnes et des cantiques : Béni soit ce départ ! mais bien plus encore soit bénie cette entrée !
    Le vénérable Père Benoît demeura tout inondé d’une joie céleste. * Béni soit.

    *

    Hodie sacra virgo Scholastica in specie columbae, ad aethera tota festiva perrexit : hodie coelestis vitae gaudiis cum fratre suo meretur perfrui in sempiternum.

    Aujourd’hui la sacrée vierge Scholastique monte au ciel toute joyeuse, sous la forme d’une colombe. Aujourd’hui elle jouit pour jamais avec son frère des délices de la vie céleste.