Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 7

  • Covid islamique

    Les agences de presse catholiques qui informent sur les chrétiens d’orient et d’extrême orient ne cessent de chanter les bienfaits de la coexistence pacifique avec les musulmans, qui atteint des sommets face à la menace du coronavirus. Jamais on n’a vu autant d’entraide, autant de coopération entre les religions, pour venir au secours des pauvres confinés, etc.

    Et puis voici qu’est diffusée une vidéo montrant un imam exprimant toute sa joie suite à la conversion de non-musulmans qui avaient demandé une aide alimentaire. L’imam demande expressément à ses semblables que l’aide qu’ils apportent ait en contrepartie une conversion, car, souligne-t-il, « nous ne devons pas aider les non-musulmans ».

    La vidéo étant devenue « virale » au Pakistan, selon le mot à la mode, l’agence Fides a jugé nécessaire de se départir de son irénisme béat pour donner la parole, oh, non pas à un évêque ou à un prêtre, mais au président catholique mais laïque de l’association des enseignants des minorités ethniques. Il demande aux imams « d'éviter cette forme honteuse de violence et de prosélytisme demandant la conversion religieuse en échange de nourriture ».

    L’agence Fides ajoute un témoignage indiquant que l’épidémie est également l’occasion pour les musulmans de multiplier les tentatives de conversions forcées par mariage au prétexte d’aider les jeunes chrétiennes (et hindoues) démunies.

  • Saint Pie V

    Deus, qui, ad conteréndos Ecclésiæ tuæ hostes et ad divínum cultum reparándum, beátum Pium Pontíficem Máximum elígere dignátus es : fac nos ipsíus deféndi præsídiis et ita tuis inhærére obséquiis ; ut, ómnium hóstium superátis insídiis, perpétua pace lætémur.

    Dieu, afin d’écraser les ennemis de votre Église, et de réformer le culte divin, vous avez daigné choisir pour Pontife suprême le bienheureux Pie : faites que nous ressentions le secours de sa protection, et que nous nous attachions à votre service de telle sorte qu’après avoir triomphé de toutes les embûches de nos ennemis, nous goûtions les joies de l’éternelle paix.

    La collecte de la messe de la fête de saint Pie V souligne deux aspects du pontificat de ce pape : il a restauré, rafraîchi, le culte divin, et il a broyé, réduit en poudre, anéanti, les ennemis de l’Eglise. Ces ennemis, ce sont les musulmans. Il est remarquable que cette collecte ait été conservée par Pie XII lorsqu’il institua le curieux « commun des papes » en 1942, qui supprima la plupart des collectes propres.

    Il est peut-être encore plus remarquable qu’elle continue de figurer dans le missel de 1962…

    En tout cas, tant que le politiquement correct du personnel ecclésiastique actuel et la dhimmitude ambiante ne l’auront pas interdite, elle restera d’une brûlante actualité.

    On notera aussi que cette collecte est dans le droit fil de la spiritualité des psaumes : évoquant les ennemis humains de l’Eglise anéantis par saint Pie V, elle demande à Dieu de nous faire triompher des embûches de nos ennemis spirituels afin de pouvoir jouir de la paix éternelle.

  • Sainte Monique

    Certaines églises célébrant le 5 mai la conversion de saint Augustin, l’usage se répandit, au XIVe siècle, de faire mémoire, la veille, de sainte Monique, tant ces deux noms sont inséparables. Nous connaissons la mère grâce au témoignage de son fils dans ses Confessions. Elle naquit à Tagaste, en Afrique du Nord, vers 330. Mariée à un païen de caractère violent, elle le convertit par sa patience et sa douceur. Devenue veuve, elle se consacra à son fils, Augustin, qui, à sa grande douleur, menait une vie de péché. Saint Ambroise lui avait dit : « Le fils de tant de larmes ne saurait périr. » Elle obtint en effet, à force de larmes et de prières, la conversion de celui qui allait devenir un des plus grands saints de l’Eglise. C’est après avoir eu la joie d’assister au baptême de son fils que Monique mourut, à Ostie, en 387. Elle est restée le modèle des épouses et des mères de famille chrétiennes.

    (Missel du Barroux)

  • 3e dimanche après Pâques

    Allelúia. Oportebat pati Christum, et resúrgere a mórtuis : et ita intráre in glóriam suam. Allelúia.

    Allelúia. Il fallait que le Christ souffrît, et qu’il ressuscitât d’entre les morts, et qu’il entrât ainsi dans sa gloire. Alléluia.

    Le second alléluia de la messe a une mélodie qui exprime remarquablement le texte : c’est le souvenir des douleurs de la Passion. Une souffrance apaisée, passée au tamis de la mémoire, vue depuis la résurrection. Mais la fin de la première phrase ayant précisément évoqué la résurrection, la mélodie se dégage du ton plaintif (en reprenant simplement la fin du jubilus). Puis la deuxième phrase évoque, sans rupture, l’entrée dans la gloire. C’est le motif qu’on trouve d’abord sur ita, qui est comme une annonce pour qu’on le remarque bien sur gloriam. Un motif « plein de noblesse, de grandeur et d’éclat », comme dit dom Baron. Puis le jubilus (qui ne porte pas bien son nom ici…) revient avec son atmosphère de souffrance passée. Se terminant comme en suspens, comme si c’était une question. Or si ici c’est une affirmation, dans l’évangile c’était bien (grammaticalement) une question : « Ne fallait-il pas… »

    Par les moines de Solesmes :

  • Saint Athanase

    L’œuvre doctrinale la plus célèbre du saint Évêque alexandrin est le traité Sur l’incarnation du Verbe, le Logos divin qui s’est fait chair en devenant comme nous pour notre salut. Dans cette œuvre, Athanase dit, avec une affirmation devenue célèbre à juste titre, que le Verbe de Dieu "s’est fait homme pour que nous devenions Dieu ; il s’est rendu visible dans le corps pour que nous ayons une idée du Père invisible, et il a lui-même supporté la violence des hommes pour que nous héritions de l’incorruptibilité". En effet, avec sa résurrection le Seigneur a fait disparaître la mort comme "la paille dans le feu". L’idée fondamentale de tout le combat théologique de saint Athanase était précisément celle que Dieu est accessible. Il n’est pas un Dieu secondaire, il est le vrai Dieu, et, à travers notre communion avec le Christ, nous pouvons nous unir réellement à Dieu. Il est devenu réellement "Dieu avec nous".

    Parmi les autres œuvres de ce grand Père de l’Église - qui demeurent en grande partie liées aux événements de la crise arienne - rappelons ensuite les autres lettres qu’il adressa à son ami Sérapion, Évêque de Thmuis, sur la divinité de l’Esprit Saint, qui est affirmée avec netteté, et une trentaine de lettres festales, adressées en chaque début d’année aux Églises et aux monastères d’Égypte pour indiquer la date de la fête de Pâques, mais surtout pour assurer les liens entre les fidèles, en renforçant leur foi et en les préparant à cette grande solennité.

    Enfin, Athanase est également l’auteur de textes de méditation sur les Psaumes, ensuite largement diffusés, et d’une œuvre qui constitue le best seller de la littérature chrétienne antique : la Vie d’Antoine, c’est-à-dire la biographie de saint Antoine abbé, écrite peu après la mort de ce saint, précisément alors que l’Évêque d’Alexandrie, exilé, vivait avec les moines dans le désert égyptien. Athanase fut l’ami du grand ermite, au point de recevoir l’une des deux peaux de moutons laissées par Antoine en héritage, avec le manteau que l’Évêque d’Alexandrie lui avait lui-même donné. Devenue rapidement très populaire, traduite presque immédiatement en latin à deux reprises et ensuite en diverses langues orientales, la biographie exemplaire de cette figure chère à la tradition chrétienne contribua beaucoup à la diffusion du monachisme en Orient et en Occident. Ce n’est pas un hasard si la lecture de ce texte, à Trèves, se trouve au centre d’un récit émouvant de la conversion de deux fonctionnaires impériaux, qu’Augustin place dans les Confessions comme prémisses de sa conversion elle-même.

    Du reste, Athanase lui-même montre avoir clairement conscience de l’influence que pouvait avoir sur le peuple chrétien la figure exemplaire d’Antoine. Il écrit en effet dans la conclusion de cette œuvre : "Qu’il fut partout connu, admiré par tous et désiré, également par ceux qui ne l’avaient jamais vu, est un signe de sa vertu et de son âme amie de Dieu. En effet, ce n’est pas par ses écrits ni par une sagesse profane, ni en raison de quelque capacité qu’Antoine est connu, mais seulement pour sa piété envers Dieu. Et personne ne pourrait nier que cela soit un don de Dieu. Comment, en effet, aurait-on entendu parler en Espagne et en Gaule, à Rome et en Afrique de cet homme, qui vivait retiré parmi les montagnes, si ce n’était Dieu lui-même qui l’avait partout fait connaître, comme il le fait avec ceux qui lui appartiennent, et comme il l’avait annoncé à Antoine dès le début ? Et même si ceux-ci agissent dans le secret et veulent rester cachés, le Seigneur les montre à tous comme un phare, pour que ceux qui entendent parler d’eux sachent qu’il est possible de suivre les commandements et prennent courage pour parcourir le chemin de la vertu".

    Benoît XVI

  • 1,5 million

    En novembre dernier, les militants américains pro-vie qui avaient prouvé, par caméras cachées, la réalité du trafic de tissus fœtaux, de membres de fœtus, et de fœtus entiers, par le Planning familial, avaient été condamnés pour de nombreux « délits ». Un juge de San Francisco vient de définir le montant de l’amende : 1,555 million de dollars. (Sans compter les frais d’avocats du Planning familial, qui dépassent ce montant.)

    Le Planning familial quant à lui n’est toujours pas condamné, pour des trafics tout aussi illicites qu’ignobles.

    Mais l’affaire n’est pas terminée.

  • Rendons hommage

    « Les autorités musulmanes ont-elles-mêmes dès le début du confinement décidé de garder les mosquées fermées jusqu’à la fin du ramadan. Donc elles ont pris leurs responsabilités et je voudrais vraiment rendre hommage aux autorités musulmanes de France pour cela, parce que c’était pour elles extrêmement coûteux, au moins autant que pour nous de renoncer au culte pendant la Semaine Sainte par exemple, mais eux ont choisi d’aller plus loin que ce qui était demandé par les services gouvernementaux c’est-à-dire de fermer vraiment les mosquées. Il faut que les autorités de l’Etat prennent en compte cette responsabilité des (…) musulmans en France. Après, s’il faut aider les musulmans (…) en acceptant de ne reprendre que tous ensemble pourquoi pas. Mais de toute façon le ramadan se finit le 25 mai. »

    Le propos est de Mgr de Moulins-Beaufort, président de la Conférence des évêques de France. Comme on l’avait déjà remarqué, c’est l’expression d’une parfaite dhimmitude. Mais cette dhimmitude, qui n’est pas contrainte de s’exprimer aujourd’hui de façon aussi servile, s’accompagne en outre d’un horrible blasphème. D’une part il est absurde de faire un parallèle entre l’idéologie totalitaire islamique et la religion catholique, mais surtout c’est une apostasie de prétendre que l’absence de prêches dans les mosquées (et de prières qu’on peut faire chez soi) est au moins aussi « coûteux » que l’absence des célébrations de la Semaine Sainte. Le président de la conférence des évêques de France ne croit donc pas à la réalité du mystère pascal, et il ne croit pas en l’eucharistie. Dont acte.

    (Les points de suspension entre parenthèses remplacent des mots que je n’ai pas réussi à comprendre.)

  • Grâce aux musulmans…

    Suite à l’arrêt de la Cour constitutionnelle allemande donnant raison à une association musulmane, Angela Merkel a tenu une vidéoconférence avec les dirigeants des Länder et a annoncé la réouverture des lieux de culte, sous condition de respecter la distanciation d’un mètre.

    Il ne semble pas que les évêques soient encore sortis de leur léthargie confinée. Pourtant ça leur irait bien de remercier chaleureusement nos frères musulmans, non ?

  • Saint Joseph artisan

    Un « supplément au bréviaire monastique », datant de 1960, dit ceci : « L’office se dit comme auparavant en la solennité de saint Joseph, le mercredi dans la deuxième semaine après l’octave de Pâques. Mais si le souhaitent des congrégations, des abbés ou des prieurs conventuels, peut être dit l’office suivant approuvé par la Sacrée Congrégation des rites le 10 décembre 1959. »

    Autrement dit chez les bénédictins on n’était pas chaud pour dire l’office fabriqué pour la fête de saint Joseph fixée au 1er mai en 1955.

    Dire l’ancien office (saint Joseph époux de la sainte Vierge Marie et patron de l'Eglise universelle) permet notamment d’échapper au texte historico-didactique des Actes de Pie XII au deuxième nocturne des matines (c’est une pénible manie, depuis l’Immaculée Conception me semble-t-il, de donner à lire des textes pontificaux qui n’ont rien à faire dans la liturgie), et permet surtout d’avoir, à la place, le beau sermon de saint Bernardin de Sienne (avec l’explication de « Entre dans la joie de ton maître ») :

    C'est une loi générale, dans la communication de grâces particulières à une créature raisonnable : lorsque la bonté divine choisit quelqu'un pour une grâce singulière ou pour un état sublime, elle lui donne tous les charismes nécessaires à sa personne ainsi qu'à sa fonction, et qui augmentent fortement sa beauté spirituelle.

    Cela s'est tout à fait vérifié chez saint Joseph, père présumé de notre Seigneur Jésus-Christ, et véritable époux de la Reine du monde et Souveraine des anges. Le Père éternel l'a choisi pour être le nourricier et le gardien fidèle de ses principaux trésors, c'est-à-dire de son Fils et de son épouse ; fonction qu'il a remplie très fidèlement. C'est pourquoi le Seigneur a dit : Bon et fidèle serviteur, entre dans la joie de ton maître.

    Si tu compares Joseph à tout le reste de l’Eglise du Christ, n'est-il pas l'homme particulièrement choisi, par lequel et sous le couvert duquel le Christ est entré dans le monde de façon régulière et honorable ? Si donc toute la sainte Eglise est débitrice envers la Vierge Marie parce que c'est par elle qu'elle a pu recevoir le Christ, après elle, c'est à saint Joseph qu'elle doit une reconnaissance et un respect sans pareil.

    Il est en effet la conclusion de l'Ancien Testament : c'est en lui que la dignité des patriarches et des prophètes reçoit le fruit promis. Lui seul a possédé en réalité ce que la bonté divine leur avait promis.

    Certes, il ne faut pas en douter : l'intimité, le respect, la très haute dignité que le Christ pendant sa vie humaine portait à Joseph, comme un fils à l'égard de son père, il n'a pas renié tout cela au ciel, il l'a plutôt enrichi et achevé. Aussi le Seigneur ajoute-t-il bien ; Entre dans la joie de ton maître. Bien que la joie de l'éternelle béatitude entre dans le cœur, le Seigneur a préféré dire : Entre dans la joie de ton maître, pour faire comprendre mystérieusement que cette joie ne sera pas seulement en lui, mais qu'elle l'enveloppera et l'absorbera de tous côtés, qu'elle le submergera comme un abîme infini.

    Souviens-toi de nous, bienheureux Joseph, intercède par le secours de ta prière auprès de ton Fils présumé ; rends-nous propice également la bienheureuse Vierge, ton épouse, car elle est la mère de celui qui, avec le Père et le Saint-Esprit, vit et règne pour les siècles sans fin. Amen.

  • Routine

    Pendant le coronavirus la persécution continue. La Commission européenne a lancé hier une nouvelle procédure d’infraction, la… quatrième, contre les réformes judiciaires en cours en Pologne.

    Il s’agit cette fois de la loi entrée en vigueur en février, concernant le régime disciplinaire des juges, qui selon la Commission européenne présente des « risques évidents » de contrôle et d’influence politiques sur les décisions judiciaires.

    Le gouvernement polonais a deux mois pour répondre, avant le dépôt d’une plainte auprès de la Cour de justice de l’Union européenne...

    En ce qui concerne la Hongrie, a déclaré la commissaire Věra Jourová, le contexte de préoccupations persistantes concernant le recul démocratique de la Hongrie (à force de reculer on se demande jusqu’où ça va aller…) « accroît les préoccupations lorsque nous examinons la loi d'urgence ». Mais pour l’heure on se contente d’examiner la façon dont elle est appliquée. Dans une Europe où presque partout des lois dites d'urgence sanitaire permettent de suspendre une bonne partie des libertés, il est difficile de faire autrement…