Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 7

  • Vincent Lambert

    Le CHU de Reims s'est de nouveau prononcé aujourd'hui en faveur d'un « arrêt des traitements » de Vincent Lambert. La décision a été prise par le Dr Vincent Sanchez à l'issue d'une procédure collégiale d'environ cinq mois qui a conclu à une « obstination déraisonnable » envers le patient tétraplégique.

    On ne peut que relever une fois de plus le mensonge de l’expression « arrêt des traitements ». Car Vincent Lambert n’a besoin d’aucun « traitement » spécifique : il s’agit de l’arrêt de l’alimentation, qui est officiellement considérée comme un « soin » qu’on peut arrêter depuis la loi Léonetti. En bref on condamne une fois encore Vincent Lambert à mourir de faim et de soif sous sédation.

    Le comité de soutien de Vincent Lambert dénonce à juste titre une « décision scandaleuse d’euthanasie ».

  • Délire "antiraciste"

    C’est décidément le Canada qui est à la pointe dans le délire "antiraciste" et la dictature du politiquement correct (en même temps que de la culture de mort, car c’est fondamentalement la même chose).

    Une entreprise de lingerie et de maillots de bain devra payer 5.000 $ à un homme parce que lors d’un entretien d’embauche on lui a demandé l’origine de son nom.

    « Monsieur Kerdougli témoigne qu’il a été insulté et atteint dans sa dignité par la question », déclare le « tribunal des droits de la personne ».

    Salim Kerdougli, d’origine algérienne, postulait pour un emploi de coordonnateur logistique pour la division internationale de cette entreprise.

    Laquelle a un partenaire en Algérie…

  • Orban

    080418_orban_election_new.jpeg

    Il y a les fantasmes de la classe politico-médiatique, et il y a la réalité.

    Les fantasmes sur la Hongrie, ces derniers jours, c’est que Viktor Orban, cette fois, aurait du mal à retrouver une majorité, car les Hongrois commencent à en avoir assez de ce pouvoir dictatorial et mafieux (mais oui, et ça continue aujourd’hui encore sur les sites eurocinglés). Et que même s’il gagne ces élections, ce qui est néanmoins probable, en tout cas il est à peu près sûr de perdre la majorité des deux tiers qui lui permet de faire ce qu’il veut. Et ce sera une réélection sans panache, car le taux de participation sera très faible.

    Au cours de la journée d’hier, quand on a découvert que la participation était en forte hausse, les espoirs devenaient enthousiastes : les Hongrois se déplacent pour voter contre Orban !

    Patatras. La participation est en effet la plus forte depuis 16 ans. Près de 70%, sept points de plus que la dernière fois. Et le parti d’Orban obtient près de 4 points de plus que la dernière fois… Avec près de 49% des suffrages, contre près de 20% au Jobbik (qui passe de 20 à 23 députés), et 12% aux socialistes (qui n’auront plus que 20 députés contre 29 jusqu’ici). Et le Fidesz garde donc la majorité des deux tiers avec 133 députés.

    Parmi les journalistes maîtres en fantasmes, jusqu’au délire, une mention spéciale doit être attribuée à une certaine Laure Mandeville, du Figaro paraît-il, qui était sur place et voyait grandir d'heure en heure la probabilité d’une défaite d’Orban, comme elle l’avait déjà laissé entendre la veille. D’ailleurs elle ne voyait personne voter Orban… Sic. Si le ridicule tuait, la pauvre Laure serait morte à chacun de ses tweets d’hier…

    C’est une énorme claque non seulement pour ces médias, mais d’abord et surtout pour la nomenklatura bruxelloise… (Et pour Soros et son fric.)

    5aca933fdda4c828528b45ce.jpeg

    skynews-fidesz-hungary-orban_4277989.jpeg

  • Annonciation

    La fête de l’Annonciation ne peut pas avoir lieu plus tard qu’un 9 avril, plus de deux semaines après sa date normale. Du coup il y a les deux alléluias des messes du temps pascal. Ce sont les deux alléluias des messes de la Sainte Vierge le samedi au temps pascal (dans l’ordre inverse). Voici l’Alléluia Virga Jesse, avec son joli refrain qui revient pas moins de cinq fois après avoir été entendu dans l’Alleluia initial.

    Par la « Manécanterie Ste Madeleine de Besançon » (disque Grégorien à Ronchamp) :


    podcast

    Screenshot-2018-4-8 LU1267.png

  • Dimanche in albis

    14_doute_thomas.jpeg

    Mitte manum tuam, et cognósce loca clavórum, allelúia : et noli esse incrédulus, sed fidélis, allelúia, allelúia.

    Mets ta main, et connais la place des clous, alléluia ; et ne sois pas incrédule, mais fidèle, alléluia, alléluia.

    L’antienne de communion est un verset de l’évangile du jour, agrémenté d’alléluias pascals. C’est donc le Christ qui parle, avec une grande douceur, et des alléluias dune printanière légèreté.

    On remarquera que la première phrase, avant l’alléluia, est sur « loca clavorum » un récitatif sur la tonique, fa, qui se conclut un ton au-dessus, sur le sol, comme une discrète question : s’il te plaît, est-ce que tu veux bien croire que je suis celui qui a été crucifié ?

    Voici cette antienne avec des versets du psaume 117, à l’Institut Saint-Philippe Néri de Berlin.

    Screenshot-2018-4-7 VI40036024.png

    Screenshot-2018-4-7 VI40036024(1).png

    Screenshot-2018-4-7 VI40036024(2).png

    Screenshot-2018-4-7 VI40036024(3).png

    Icône : tablettes de Sainte Sophie de Novgorod (XVe-XVIe siècles).

  • Non au yoga

    Screenshot-2018-4-7 Joseph Kallarangatt - Recherche Google.pngLa commission doctrinale de l’Eglise syro-malabare publie un texte intitulé « Le yoga et la foi catholique ». Il rappelle que le yoga et le christianisme sont incompatibles, et souligne que les groupes nationalistes hindous « cherchent à se servir du yoga pour accomplir leurs desseins politiques et sectaires ». Il appelle à une « relecture du yoga », où il n’y a pas de place pour un Dieu créateur, alors que « le gouvernement tend à rendre le yoga obligatoire dans les écoles et le présente comme inséparable de la culture indienne ».

    « Bien que le yoga ait eu son origine et sa croissance en dehors des traditions séculaires de l’Inde, il s’est ensuite répandu sous l’influence de la religion hindoue à dominance brahmanique ». La commission doctrinale met en garde contre le « danger de poses physiques et d’exercices qui deviennent idolâtriques en eux-mêmes ». Car on peut trop facilement assimiler « des expériences physiques issues du yoga avec l’œuvre du Saint-Esprit ».

    L'Eglise syro-malabare prend (de nouveau) position alors que la pression est de plus en plus forte notamment dans les écoles, qui doivent célébrer chaque année le 21 juin le "Jour du yoga", avec chant obligatoire de mantras hindous.

    (photo : Mgr Joseph Kallarangatt, évêque de Palai, président de la commission doctrinale de l’Eglise syro-malabare.)

  • Samedi in albis

    Lundi, mardi et mercredi, j’ai donné les introïts des messes chantés par les moniales d’Argentan. Je découvre que le disque se termine par… l’introït de ce samedi. Le voici, avec le commentaire de dom Gajard.

    L’introït Eduxit Dominus, du samedi in albis (samedi de Pâques), 7e mode, s’établit aussitôt sur les degrés supérieurs de l’échelle modale et s’abandonne à de gracieuses ondulations, légères et festives. Chant d’allégresse et de jubilation, pour la délivrance du peuple de Dieu de la tyrannie du démon (Pâques, le baptême). Comme maintes pièces de la liturgie pascale, il emprunte volontiers des formules du 4e mode (cadences sur si de exsultatione, alleluia, electos suos) ; mais c’est pour revenir, par une belle progression descendante, à la fermeté grave du mode de sol.

    Screenshot-2018-4-6 e-codices – Virtual Manuscript Library of Switzerland.png

    Eduxit Dóminus pópulum suum in exsultatióne, allelúia : et eléctos suos in lætítia, allelúia, allelúia.
    Confitémini Dómino et invocáte nomen eius : annuntiáte inter gentes ópera eius.

    Le Seigneur fit sortir son peuple avec allégresse, alléluia ; et ses élus avec des transports de joie, alléluia, alléluia.
    Célébrez le Seigneur et invoquez son nom ; annoncez ses œuvres parmi les nations.

    (Dans psaume, 104, il s’agit de la sortie d’Egypte, l’un des principaux thèmes de Pâques.)


    podcast

    Screenshot-2018-4-6 LU804.png

  • L’anarchie dans l’Eglise

    Sept évêques allemands en exercice, dont le cardinal Rainer Woelki, archevêque de Cologne, ont écrit au préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, Mgr Luis Ladaria Ferrer, pour dénoncer la décision de la conférence épiscopale allemande, sous l’impulsion du cardinal Marx, d’autoriser les conjoints protestants à communier à la messe catholique. Outre le fait que c’est contraire à la foi, ils soulignent qu’une conférence épiscopale n’a pas le pouvoir de prendre des décisions de ce type, ce qui est parfaitement vrai.

  • Depuis la conception

    Donald Trump a signé une déclaration faisant du mois d’avril un Mois national de la prévention de la maltraitance des enfants. Dans ce texte une phrase ne passe pas inaperçue :

    We must always remember that all children are blessings from our Creator.  They are endowed from conception with value, purpose, and human dignity.

    Nous devons toujours nous rappeler que tous les enfants sont une bénédiction de notre Créateur. Depuis leur conception ils sont dotés de valeur, de raison d’être et de dignité humaine.

    Messieurs-dame les juges de la Cour suprême, qu’en pensez-vous ?

  • Brexit

    Le directeur général de Barclay, Jes Staley, s’exprimait hier au Kings College.

    Il a notamment déclaré : « Il y a des raisons de penser que pendant une certaine période le PIB du Royaume-Uni va probablement croître moins qu’il l’aurait fait sans le Brexit, mais comme il continuera de croître ça ne fera pas les grands titres ».

    Il a ajouté que les opportunités du Brexit, notamment la séparation de la bureaucratie bruxelloise et le recentrement à Londres des prises de décision, aideraient à faire du Royaume-Uni un pays plus compétitif après son départ de l’UE.

    L’inquiétude pour l’avenir de la compétitivité britannique vient plutôt de la décision du gouvernement américain de réduire les taux des taxes de 20%.