Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 7

  • Pierre-Antoine Bozo

    Le nouvel évêque de Limoges sera Mgr Pierre-Antoine Bozo. En 2015 il était le recteur du séminaire de Caen. Il restera dans l’histoire comme le dernier recteur de ce séminaire fondé par saint Jean Eudes en personne, et supprimé en juin 2015.

    La bonne nouvelle est que Mgr Bozo n’aura pas à prendre la « douloureuse décision » de supprimer le séminaire de Limoges, puisqu’il y a longtemps qu’il n’existe plus, ni de participer à la fermeture d’un quelconque séminaire de la province ecclésiastique de Poitiers, puisqu’il n’y en a pas davantage en Charente-Poitou-Limousin qu’en Normandie…

  • Saint Pancrace

    ob_224aee_st-pancrace.jpg

    La grâce divine qui vous appelait à la couronne du martyre alla vous chercher jusqu’au fond de la Phrygie, ô Pancrace, pour vous conduire dans la capitale de l’empire, au centre de tous les vices et de toutes les erreurs du paganisme. Votre nom, confondu avec tant d’autres plus éclatants ou plus obscurs, ne semblait pas devoir laisser de trace dans la mémoire des hommes ; à quatorze ans, votre carrière était déjà terminée. Aujourd’hui cependant, votre nom est prononcé par toute la terre avec l’accent de la vénération ; il retentit à l’autel dans les prières qui accompagnent le Sacrifice de l’Agneau. D’où vous vient, ô jeune martyr, cette célébrité qui durera autant que le monde ? C’est qu’il était juste qu’ayant été associé à la mort sanglante de notre Christ, la gloire de son immortalité rejaillît jusque sur vous. Gloire soit donc à lui qui honore ainsi ses compagnons d’armes ! et gloire à vous, ô martyr, qui avez mérité une telle couronne ! En retour de nos hommages, daignez, ô Pancrace, jeter un regard de protection sur nous. Parlez de nous à Jésus votre chef et le nôtre. Dans cette vallée d’exil, nous chantons l’Alléluia pour sa résurrection qui nous a remplis d’espérances ; obtenez qu’un jour nous répétions avec vous au ciel ce même Alléluia, devenu éternel, et qui alors signifiera non plus l’espérance, mais la possession.

    Dom Guéranger

    Enregistrer

  • Ambassadrice ?

    L’ambassadrice des Etats-Unis au Qatar, Dana Shell Smith, a publié sur twitter un message disant : « Il est de plus en plus difficile de se réveiller à l’étranger avec les nouvelles de notre pays, sachant que je dois passer la journée à expliquer notre démocratie et nos institutions. »

    Sous-entendu : Donald Trump malmène tellement la démocratie qu’on n’arrive plus à justifier ses actes. Et le limogeage du chef du FBI m’oblige à le dire ouvertement…

    Elle ne manque pas d’air, la Dana Shell Smith, de se plaindre de son gouvernement dans un des très rares pays du monde où il n’y a jamais eu d’élections ni de partis politiques et où tout dépend de la volonté de l’émir…

  • Stupide

    Le débat qui agite le Front national sur la « sortie de l’euro » est stupide.

    D’abord rien dans les traités européens ne permet de sortir de l’euro. Les Etats membres qui ne se sont pas exemptés de la monnaie unique ont l’obligation de l’adopter et bien entendu définitivement.

    Depuis le traité de Lisbonne ce que l’on peut faire c’est sortir de l’UE. Et c’est évidemment ce qu’il faut faire, comme le Royaume Uni, si l’on veut recouvrer sa souveraineté et mettre en œuvre une politique qui ne soit pas dictée de l’étranger.

    Si le Front national, par calcul électoral, considère aussi que c’est un sujet tabou (comme l'avortement), il ne sert plus à rien. Ce que je crois depuis un certain temps, de toute façon.

  • Chez Kate Kearney

    A l’entrée du fameux « Gap of Dunloe », l’un des plus beaux sites du Kerry qui en compte des quantités, il y a le cottage de Kate Kearney. Kate Kearney était au début du XIXe siècle la plus belle femme du pays. Elle était connue aussi pour sa générosité, et elle distillait une boisson si « féroce et sauvage » qu’il fallait lui adjoindre au moins sept volumes d’eau « pour la dompter ». Aujourd’hui, dans le cottage de Kate Kearney, on peut boire la bière du cru, qui est blonde et légère, et d’autres bières et quelques whiskeys civilisés. Et l’on y mange aussi très bien pour un prix raisonnable. Et si l’on a un peu de chance, sur le coup des 19h30-20h, on peut y entendre de la musique traditionnelle. Trois soirs de suite j’ai eu la joie d’entendre (et d’abord de découvrir) le groupe Tuatha (à ne pas confondre avec Thuata Dé Danann ni avec Tuatha Dea…). Ce sont trois excellents musiciens du Kerry, qui connaissent vraiment la musique traditionnelle, et dont le style se situe quelque part entre les Chieftains et les Dubliners, selon le style de ce qu’ils interprètent. Le plus étonnant est Barry Lynch, virtuose du tin whistle et des uillean pipes, et excellent chanteur.

    Voici un chant poignant de la région de Rossbeigh (le premier site spectaculaire du Ring of Kerry) :
    podcast

    Et un air de tin whistle :
    podcast

    Et un air vraiment superbe sur les uilleann pipes, qui montre que Barry Lynch est un vrai grand musicien :
    podcast

    Et in situ c’est comme ça :

    Sur la page Facebook du cottage de Kate Kearney, à la date du 11 avril, on peut voir un mariage avec pas moins de 30 participants jouant un air traditionnel, dont la mariée qui joue de la flûte traversière en frappant du pied de façon très décidée…

    Enregistrer

  • A la CJUE

    La première audience de la procédure lancée par la Hongrie et la Slovaquie contre l’Union européenne s’est tenue hier à la Cour de Justice de l'UE. Comme prévu, ces deux pays n’ont reçu le soutien que de la Pologne.

    La Hongrie et la Slovaquie ont fait valoir que la décision d’instaurer des quotas de « migrants » était illégale car contraire à un engagement pris auparavant par le Conseil européen, et prise sans l’aval du Parlement européen alors qu’il y aurait dû y avoir co-décision.

    L’argument principal de l’Union européenne est qu’il s’agit d’une affaire de « solidarité ».

    Une solidarité extrêmement ténue, quand on sait que seulement 18.000 « migrants » (sic : dix-huit mille) ont été répartis selon les quotas.

    D’autre part la Hongrie était censée en accueillir 1.294, et la Slovaquie 802. Ce qui n’est pas vraiment une submersion.

    Il ne s’agit donc pas d’une question de migrants ou de réfugiés, mais d’une question de principe : l’Union européenne peut-elle imposer de telles décisions aux Etats membres ?

    La réponse ne sera pas donnée avant la fin de l’année. Il est probable que la CJUE donne raison aux instances de l’UE, ce qui serait dans la logique de la « construction » européenne d’une « union toujours plus étroite ».

    Un jugement en sens contraire serait un véritable séisme.

  • On peut tuer sa femme

    Jean Dilac, accusé d’avoir tué sa femme, a été condamné hier à deux ans de prison avec sursis. Une « peine symbolique », parce qu’il a tenu la promesse qu’ils s’étaient faite (selon lui) de « se donner la mort avant d’être complètement diminués ».

    Yvette souffrait d’une pathologie cardiaque et avait été victime d’une dépression. Donc, « pour l’empêcher de sombrer dans la déchéance », Jean lui a donné des médicaments mortels et l’a étouffée avec un oreiller…

    Les juges ont été « touchés » par ce geste et les arguments de Jean, qui a 93 ans et ne sombre pas du tout dans la déchéance. D’ailleurs Yvette n’est plus là pour tenir la promesse…

  • En Egypte

    Nabil Saber Fawzy était marié et père de deux enfants. Exerçant le métier de coiffeur, ce copte de 50 ans a été tué le 6 mai à al Arish, dans le nord du Sinaï au cours d’une attaque contre son échoppe menée par quatre hommes armés. La famille de l’homme faisait partie des centaines de chrétiens qui, au mois de février, avaient quitté al Arish, après la série d’assassinats de chrétiens par l’Etat islamique. Nabil Saber Fawzy était retourné chez lui depuis moins de deux semaines pour rouvrir son échoppe et reprendre le travail alors que son épouse et ses enfants étaient restés à Port Saïd. Le meurtre a été revendiqué par l’Etat islamique.

  • Les chrétiens se rebiffent

    La Commission pour la solidarité œcuménique de Lahore (catholiques, anglicans, presbytériens) s’indigne de récentes émissions télévisées, d’articles de presse et autres messages sur les réseaux sociaux diffusant le mépris pour les chrétiens du Pakistan et les humiliant. Elle a décidé de rédiger une lettre aux autorités gouvernementales et au propriétaire de la chaîne de télévision Dunyia TV, sur laquelle différents personnages publics, en leur qualité d’invités d’émissions, se sont livrés à plusieurs reprises à des commentaires et propos diffamatoires envers les chrétiens. Se trouve particulièrement visée la série télévisée Baji Irshad, dont la protagoniste est une chrétienne qui travaille comme femme de chambre dans la maison d’une riche famille musulmane.

    Les chrétiens du Pakistan, noyés dans un océan de plus en plus islamiste, sont plus courageux que nos évêques qui ne risquent rien.

  • Blasphème

    Zafar Bhatti, chrétien pakistanais faussement accusé de blasphème en 2012, a été condamné à la réclusion à perpétuité par un tribunal de Rawalpindi (qui s’est réuni dans la prison où il est incarcéré en raison des menaces de mort qui pèsent sur lui).

    Il avait été accusé d’avoir envoyé des textos contenant des outrages à l’islam.

    Normalement il aurait dû être condamné à mort, mais en raison de la faiblesse des « preuves » il est seulement condamné à la perpétuité…

    Ses avocats (qui sont menacés de mort) ont décidé de faire appel.