Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 7

  • Les horreurs de la culture de mort

    Huit femmes sont mortes et 64 autres ont dû être hospitalisées, dont 24 dans un état grave, dans le centre de l'Inde (Chhattisgarh), à la suite d'une opération de stérilisation de masse organisée par le planning familial.

    Human Rights Watch a déjà dénoncé en 2012 ces opérations de mutilations qui ont souvent lieu dans des centres où les conditions d’hygiène sont la  plupart du temps déplorables.

    L’Etat donne l’équivalent de 20 € à chaque femme qui accepte de se faire stériliser.

    Il a promis 5.200 € à chaque famille des victimes…

    Lien permanent Catégories : Culture de mort 0 commentaire

  • Burke comme « cause célèbre »

    « Cause célèbre », en français dans le texte anglais, à savoir : fait d’actualité qui provoque une énorme controverse.

    Cet Adieu à Burke ? est un excellent texte du P. Longenecker.

    Lien permanent Catégories : Eglise, François (pape) 2 commentaires

  • La guerre qui nous est faite

    Par l’intermédiaire de Rorate Caeli (qui est devenu indispensable, même si je ne suis pas toujours d’accord avec sa ligne), je découvre un texte fort intéressant de Robert Mickens (Bobby pour les intimes). Robert Mickens est ce « vaticaniste » progressiste qui a réussi le tour de force de se faire virer du magazine progressiste The Tablet. Parce que le jour où François faisait cardinal le secrétaire de Jean XXIII, Loris Francesco Capovilla, 98 ans, Mickens se félicitait de ce geste et ajoutait sur Tweeter : « Cela aurait dû être fait depuis LONGTEMPS. Est-ce que vous pensez qu’il tiendra jusqu’aux funérailles du Rat ? » Le Rat étant Benoît XVI.

    Donc, cet immonde individu, auquel le National Catholic Reporter a ouvert ses colonnes avec délectation, a publié hier un article fielleux contre le cardinal Burke. Logique. Mais ce qui est intéressant est, en dehors du bavardage mondain alla François contre les méchants pharisiens, le cœur même de son texte :

    « Ne nous leurrons pas : la fascination pour les rituels non réformés qui ont précédé Vatican II n’est pas seulement une question d’esthétique ou le style. Il s’agit fondamentalement d’ecclésiologie ; c’est-à-dire de ce que nous croyons à propos de l’Eglise, de la nature de sa vie interne, et de ses relations avec les autres croyances et le reste du monde. La liturgie fut réformée et renouvelée après Vatican II pour refléter l’ecclésiologie renouvelée qui avait été développée pendant des décennies et qui fut alors officiellement adoptée et ratifiée au grand concile œcuménique.

    « C’est pourquoi Paul VI avertit qu’une foi le Novus Ordo, ou rite réformé, mis en place, il ne pouvait pas y avoir de retour en arrière à ce qui l’avait précédé. Il savait que faire cela serait tout remettre en question quant au concile, pas seulement sur la façon de célébrer le culte. Ses successeurs, particulièrement Benoît XVI, n’ont pas tenu compte de cet avertissement. Et, au lieu de cela, ils ont créé une situation où une toute petite minorité bruyante – avec son patronage et le patronage de « grands cardinaux » comme Burke – sont devenus la queue frétillante du chien. Quoique minuscules, ils sont très bruyants. Tout comme après le concile, leurs ancêtres de la vieille messe bombardés sympathiques cardinaux et des fonctionnaires du Vatican avec des plaintes et d’incessantes campagnes de lettres, ils ont dominé internet pour promouvoir leurs désirs d’un plus grand retour vers le passé. (….) Et maintenant, François est arrivé, que le théologien Richard Gaillardetz a appelé « le pape de l’ecclésiologie de Vatican II ». Le groupe de la « réforme de la réforme » et les fans de Burke ont été profondément démoralisés et même mis en colère par le déroulement de ce pontificat, marqué par son style extrêmement accueillant, évangélique et informel. C’est de l’intérieur de ce groupe de catholiques que les sombres pronostics de schisme sont issus, bien que les questions de mariage et de divorce qui ont motivé cette menace ne soient pas des articles de foi et ne se trouvent dans aucune formulation du credo. »

    Ce qui est frappant ici est que le discours du très progressiste Robert Mickens sur le rite de la messe et l’ecclésiologie est exactement le même discours que j’avais découvert avec stupéfaction chez Grégory Solari, qui avait été l’éditeur de l’Esprit de la liturgie de… Joseph Ratzinger en 2001, et qui était alors dans les milieux favorables à la messe de saint Pie V.

    Ce discours est littéralement aberrant, comme je l’avais alors montré. Ou plutôt, je comprends maintenant qu’il a un sens, si l’on ne se réfère pas à l’ecclésiologie de Vatican II, mais à l’ecclésiologie fantasmée par ceux qui ont inventé leur concile. Une ecclésiologie qui n’a rien à voir avec Lumen gentium. On le comprend avec un Robert Mickens, on ne le comprend pas avec un Grégory Solari.

    Mais force est de constater que c’est le même discours. Lequel est manifestement devenu la vulgate progressiste, celle des thuriféraires de François. Et l’on constate donc que cette idéologie couvre un très vaste secteur de l’intelligentsia « catholique », depuis des traditionalistes qui ont renié Benoît XVI pour tenter de faire partie de la cour du nouveau pape ou d’en récolter quelques miettes, jusqu’aux ultra-progressistes de toujours.

    On comprend alors que la béatification de Paul VI a notamment pour fonction de verrouiller cette idéologie : Paul VI a eu pleinement raison d’interdire la liturgie romaine, latine et grégorienne, et de persécuter sans état d’âme ceux qui voulaient la garder, car il ne s’agit pas d’une question liturgique mais d’une question ecclésiologique (et l’on sait que nombre d’évêques tiennent ce discours aux fidèles qui ont l’audace de demander la liturgie à laquelle ils ont droit). Il s’ensuit que si le bienheureux Paul VI avait raison, il va de soi que le Rat, dit Benoît XVI, avait tort, complètement tort, quand il a promulgué son motu proprio Summorum Pontificum. Car une forme liturgique ne peut pas être en même temps interdite à tout le monde et permise de plein droit à tout le monde, surtout si elle contredit le concile.

    Ainsi la béatification de Paul VI, et le discours dominant sur l’ecclésiologie du rite, donnent à François tous les arguments qui lui permettent, s’il le veut, quand il le veut, de légitimer une réactivation de l’interdiction de la liturgie traditionnelle (et pour commencer de détruire les Franciscains de l'Immaculée).

    Mais il y a un autre enseignement à cette évolution des choses, et à l’article de l’immonde Bobby contre le courageux cardinal Burke. C’est que si, d’un côté, on assiste à un regroupement des progressistes et des opportunistes de tout poil, on a découvert, à la faveur du synode – et c’est ce qui rend furieux tous les Bobbies de la planète – un autre regroupement, inédit, d’une très nette et très large majorité d’évêques, qui pour la plupart ne sont pas concernés par les questions liturgiques, ni même par un quelconque clivage conservateurs-progressistes, mais qui tout simplement ont découvert qu’une infime minorité, la bande à François (car c’est celle-là, l’infime minorité, et non celle qui est derrière le cardinal Burke), voulait détruire le fondement même du mariage sous couvert d’une fausse miséricorde, en ne craignant pas de faire mentir le Christ lui-même et saint Paul et toute la Tradition.

    Voilà ce qui est nouveau, du moins de façon visible grâce au synode. Et qui nous permet d’espérer. Car dans cette guerre qui nous est faite, nous ne sommes pas seuls. C’est François et ses copains qui le sont.

    Lien permanent Catégories : Eglise, François (pape) 12 commentaires

  • Saint Martin

    De l’avis général, l’hymne des vêpres et des matines des confesseurs Iste confessor a été composé (ou peut-être, ou sans doute) pour la fête de saint Martin, et la troisième strophe évoque les miracles qui eurent lieu sur son tombeau. Il s’agit d’une hymne ancienne, du VIIIe siècle, en strophes dites saphiques – terme qui paraît incongru pour un texte sacré mais indique que ce mètre fut inventé par Sapho, pour des poèmes fort peu sacrés… La strophe saphique se compose de trois vers « grands saphiques » de 11 pieds et d’un vers « adonique » de 5 pieds. (L’hymne à saint Jean Baptiste Ut queant laxis, dont on a tiré les notes de la gamme musicale, est également en strophes saphiques.)

    Après l’hymne on lira sa traduction par Pierre Corneille. Et l’on constatera que l’adaptation de la deuxième strophe est aussi virtuose qu’est franchement nulle la troisième (à cause surtout, du « qui ravagent leurs veines », qui ne correspond à rien dans le texte mais est laborieusement inventé pour rimer avec soudaines).

    Iste confessor Domini sacratus
    Festa plebs cujus celebrat per orbem,
    Hodie lætus meruit secreta,
    Scandere Cæli.

    Qui pius, prudens, humilis, pudicus,
    Sobrius, castus fuit et quietus
    Vita, dum presens vegetavit ejus
    Corporis artus.

    Ad sacrum cujus tumulum frequenter,
    Membra languentem modo sanitati,
    Quo libet morbo fuerint gravata,
    Restituuntur.

    Unde nunc noster chorus in honorem
    Ipsius hymnum canit nunc libenter,
    Ut piis ejus meritis juvemur
    Omne per ævum.

    Sit salus illi decus atque virtus,
    Qui supra cæli residens cacumen,
    Totius mundi machinam gubernat,
    Trinus et unus. Amen.

    Ce digne confesseur, dont le peuple en ces lieux
    Honore la mémoire et célèbre la fête,
    D’un empire aujourd’hui fit la sainte conquête,
    Et prit sa place dans les cieux.

    Tant qu’il vécut sur terre, on vit sa piété
    Par un divin accord s’unir à la prudence,
    Sa pudeur conspirer avec la tempérance,
    Son calme avec l’humilité,

    Autour de son tombeau les malades rangés
    Reçoivent chaque jour des guérisons soudaines,
    Et les maux les plus grands qui ravagent leurs veines
    Sont d’autant plus tôt soulagés.

    C’est donc avec raison que nos chœurs aujourd’hui
    Font résonner une hymne et des vœux à sa gloire,
    Afin que son mérite aide à notre victoire
    A monter au ciel après lui.

    Gloire à l’unique Auteur de ce vaste univers !
    Gloire, honneur et louange à sa bonté divine,
    Dont l’absolu vouloir gouverne la machine
    Du ciel, de la terre et des mers ! Amen.

    Lien permanent Catégories : Liturgie 1 commentaire

  • Eulex Kosovo : un livre va confirmer le désastre

    Andrea Capussela a été entre 2008 et mars dernier à la tête de l’unité économique d’Eulex, la mission européenne visant à promouvoir l’Etat de droit au Kosovo. On sait depuis longtemps que cette mission sert en fait à protéger les plus grands corrompus qui sont aussi les dirigeants de ce cloaque intitulé Kosovo, et les révélations du procureur Maria Bamieh (qui est aujourd’hui menacée de mort) ne sont que les derniers éléments en date.

    Mais, dans un livre à paraître en février prochain, Andrea Capussela va donner des faits précis. Il analyse 15 cas significatifs ayant donné lieu à des actes d’accusation. Seulement 4 ont abouti à des condamnations. « Considérant l’ampleur de la corruption politique et du crime organisé au Kosovo, ces résultats sont très insuffisants », souligne-il, considérant que « la mission a agi au mépris de son mandat ».

    Sur ces 15 cas, 7 étaient dus à une pression extérieure, soit que la mission découvrait que son inaction allait être mise au jour, soit qu’il y avait une pression de Bruxelles ou de l’opinion publique internationale.

    Dans 3 des 4 cas qui ont abouti à une condamnation, il s’agissait de personnages secondaires.

    Selon Andrea Capussela, non seulement Eulex a failli à sa tâche, mais la corruption et le crime organisé ont empiré sous son mandat.

    Un chef enquêteur d’Eulex confirme, sous le sceau de l’anonymat, que ses enquêtes sur des personnages importants se sont heurtées au mur des institutions internationales censées apporter l’Etat de droit. « Il y a des gens qui tuent des gens et qui s’en tirent grâce à la Minuk et Eulex » (la Minuk était la mission de l’ONU, qui a laissé à Eulex 1187 cas qui ont disparu dans les placards…). Les performances d’Eulex sont pires que celles de la Minuk, dit-il, parce que ses dirigeants sont devenus si proches du gouvernement de Hashim Thaci qu’ils ont « fusionné » : « Ils sont indivisibles ». Et « les lois ne sont que pour les pauvres ».

    Pour ce qui est des faits les plus graves, rappelons qu’en juillet dernier l’enquêteur en chef Clint Williamson, terminant son mandat, a annoncé un acte d’accusation mettant en cause de hautes personnalités du Kosovo, et « cohérent » avec le rapport qui mettait ouvertement en cause Hashim Thaci dans divers crimes dont un trafic d’organes de prisonniers serbes… qui ne figurera pas dans l’acte d’accusation. Et Clint Williamson soulignait in fine qu’il était sans précédent qu’un procureur soit nommé sans qu’il y ait de tribunal…

    On sait aujourd’hui que les crimes sont tellement graves qu’ils ne peuvent être jugés que par un tribunal spécial international. Qui reste à constituer. Mais pour cela il faut d’abord modifier la Constitution du Kosovo. Dont les gardiens sont les principaux accusés…

    Lien permanent 1 commentaire

  • La personnalité de l’année

    Selon The Advocate, le plus ancien magazine LGBT américain.

    En 2013, le bon pape François (« Qui suis-je pour juger ? ») :

    437299.jpg

    En 2014, Poutine nouvel Hitler (à cause de la loi qui interdit la propagande homosexuelle envers les mineurs) :

    ADV1076_coverx633.jpg

    Lien permanent Catégories : François (pape) 0 commentaire

  • Pour dire merci au cardinal Burke

     

    cardinal_burke2_653_384_55_s_c1.jpg

    Je n’aime pas les pétitions, mais puisque Jeanne Smits et “Benoît et moi” s’y mettent, je ne peux que les rejoindre pour appeler à signer la pétition de LifeSiteNews de solidarité avec le cardinal Burke.

    Lien permanent Catégories : Eglise, François (pape) 3 commentaires

  • Ils n’arrêteront jamais…

    Mercredi prochain sort aux Etats-Unis un livre qui va tout simplement détruire les fondements de l’Eglise catholique et d’ailleurs des autres confessions chrétiennes. Il s’intitule L’évangile perdu, et il raconte l’histoire de Jésus selon un ancien manuscrit retrouvé à la British Library. Un manuscrit en araméen qui date d’au moins 1.450 ans et qui pourrait remonter à l’époque même du Christ. Il est ici traduit pour la première fois. Il confirme que Jésus était bien marié avec Marie-Madeleine, il précise qu’ils ont eu deux enfants dont il donne les noms. Il nous apprend qu’il y avait eu un complot qui a failli coûter la vie à Jésus quand il avait 20 ans (sic), et qu’avant l’Eglise fondée par Paul il y avait eu une Eglise de Marie-Madeleine, car la femme de Jésus avait un rôle prééminent. Etc.

    Le livre est écrit par Simsha Jacobovici, qui avait été co-auteur d’un livre de révélation archéologique bidon (mais qui avait occupé les médias pendant quelques semaines) intitulé La tombe de la famille de Jésus, et par Barrie Wilson, professeur d’études religieuses à l’université de Toronto, auteur du livre Comment Jésus devint chrétien

    La presse anglo-saxonne s’est déjà emparée de l’affaire avec le plus grand sérieux. La presse francophone va suivre…

    Lien permanent Catégories : Religion 18 commentaires

  • Saint Tryphon

    Tryphon_of_Campsada.jpg

    Saint Tryphon était né à Lampsaque, aujourd’hui Lapseki en Turquie sur les Dardanelles. Jeune homme, il gardait les oies. Mais il était rempli de l’Esprit Saint et guérissait les malades. En Orient il est connu comme un saint anargyre, celui qui guérit gratuitement. A cette époque la fille de l’empereur de Rome, Gordien, était possédée par un démon. Un jour le démon finit par dire qu’il ne serait expulsé que par Tryphon. Gordien envoya chercher les hommes nommés Tryphon, qui furent incapables de guérir la fille, jusqu’à ce qu’on trouve le Tryphon des oies de Lampsaque. Il arriva et expulsa le démon, qu’il fit apparaître sous les traits d’un horrible chien noir qu’il obligea à dire qui il était et qu’il n’avait aucun pouvoir sur les chrétiens.

    Sous l’empereur Dèce, qui avait succédé à Philippe qui avait succédé à Gordien, il fut dénoncé comme propagateur du christianisme. Il fut conduit à Nicée où après d’horribles tortures on lui trancha la tête.

    Il y avait, dit-on, au moins sept églises dédiées à Tryphon à Constantinople. Et une à Rome, où l’on vénérait ses reliques avec celles de deux autres martyrs dont on ne sait rien, Respice et Nymphe. Cette église était (et est toujours dans les livres liturgiques) la station papale du samedi après les cendres, mais sous Clément VIII, comme l’édifice menaçait ruine, la station fut transférée à l’église voisine de Saint-Augustin.

    Depuis 1725 sa fête est supplantée par celle de saint André Avellin.

    Lien permanent Catégories : Liturgie 2 commentaires

  • Dédicace de l’archibasilique du Très Saint Sauveur

    saintjeandelatran.jpg

    Au début du IIIe siècle, Constantin donna à l’Eglise le palais des Laterani, qui devint la résidence des papes. Selon la tradition c’est saint Sylvestre qui en 337 y installa sa chaire, le siège apostolique, et consacra l’autel de ce qui devint la basilique du pape. En 1307 le pape s’en alla résider à Avignon, et quand il revint à Rome, ce fut pour s’installer au Vatican. La basilique Saint-Pierre, sur la tombe de saint Pierre, allait donc devenir la basilique du pape. Néanmoins tout nouveau pape allait continuer à « prendre possession » de la basilique du Latran, comme de son église propre. De ce fait il n’a pas toujours été très clair de savoir laquelle était la cathédrale de Rome, même si l’on considérait l’autel du Latran comme le premier autel de la chrétienté.

    Saint Pie V inscrivit au calendrier liturgique la fête de la dédicace du Latran, et celle de la dédicace des basiliques Saint-Pierre et Saint-Paul (le 18 novembre) comme fêtes doubles, donc à égalité. En 1897, Léon XIII les éleva toutes deux au rang de double majeure. C’est saint Pie X qui fit la différence, et régla liturgiquement la question, en faisant de la dédicace du Latran une fête double de deuxième classe.

    Selon la tradition le 9 novembre est le jour de la dédicace de la première église par saint Sylvestre. Mais on n’a aucune trace d’une célébration de la dédicace du Latran avant le XIIe siècle. C’est pourquoi, explique le cardinal Schuster, la messe et l’office sont du commun de la Dédicace, alors que les anciennes messes de dédicace d’églises sont des messes propres du saint titulaire de l’église (comme celle de saint Michel ou de sainte Marie Majeure).

    Ainsi, si elle avait été ancienne, la messe de ce jour serait une messe de la Transfiguration, puisque le titulaire de la basilique est le Très Saint Sauveur dans sa Transfiguration.

    La notice du bréviaire dit qu’on célèbre cette fête le 9 novembre « parce que c’est en ce jour que la première dédicace publique d’une église a été faite à Rome et que l’image du Sauveur apparut au peuple romain, peinte sur la muraille ».

    Il y a toujours au Latran l’image dite « achéropite » (non faite de main d’homme) du Sauveur, mais elle n’est pas sur la muraille. C’est une icône byzantine que les spécialistes datent du VIe siècle.

    Curieusement, le martyrologe romain, à la date du 9 novembre, indique aussi : « A Beyrouth, en Syrie, commémoration de l’Image du Sauveur qui, crucifiée par des juifs, versa tant de sang que les Eglises d’Orient et d’Occident en reçurent en abondance. » (1)

    A partir du IXe siècle se développa, d’abord en Catalogne, une dévotion de la Passio Imaginis Christi, la passion de l’image du Christ. Il y eut bientôt dans toute la Catalogne des autels et des chapelles de la « Passió de la Imatge del Crist », célébrée le 9 novembre. Dévotion qui s’étendit plus ou moins dans le reste de l’Europe après le XIe siècle, et on trouve une « Missa in solemitate Iconis Dominji Salvatoris », au 9 novembre, dans le missel romain imprimé à Venise en 1515.

    (1) Beryti, in Syria, commemoratio Imaginis Salvatoris, quae, a Judaeis crucifixa, tam copiosum emisit sanguinem, ut Orientales et Occidentales Ecclesiae ex eo ubertim acceperint.

    Lien permanent Catégories : Liturgie 6 commentaires

  • Ça va durer longtemps ?

    Torrent de dépêches d’agences et d’articles sur cette « première » : Obama nomme une « femme noire » ministre de la Justice.

    Comme si ce qui est important est le sexe et la couleur de peau, et non la compétence.

    En outre, ce genre d’exclamation obligée est devenue ridicule : en l’occurrence c’est une femme noire qui succède à un homme noir, et on avait déjà vu au niveau au-dessus, celui de numéro 2 du gouvernement américain, une femme noire (Condoleezza Rice) succéder à un homme noir (Colin Powell) – sous un président de droite… Ah oui il était blanc. D’accord. Mais Obama n’est pas une femme…

    Lien permanent 5 commentaires

  • Le "contrôle des naissances" par le vaccin contre le tétanos

    L’association des médecins catholiques du Kenya a désormais la preuve que le vaccin antitétanique administré au Kenya (et ailleurs) par l’OMS et l’UNICEF contient un antigène qui provoque des fausses couches et la stérilité.

    Alertés par les médecins, les évêques du Kenya avaient déjà dénoncé la campagne de « vaccination », début octobre, par une déclaration de leur commission de la Santé. Ils trouvaient bizarre que cette campagne se fasse de façon discrète, et non avec l’intense publicité habituelle. Ils trouvaient encore plus bizarre que cette vaccination contre le tétanos ne s’adresse qu’aux femmes entre 14 et 49 ans, soit uniquement aux femmes en âge de procréer, comme si les autres, et comme si les hommes, ne pouvaient pas attraper le tétanos… Ils trouvaient bizarre, enfin, qu’on privilégie la lutte contre le tétanos alors qu’il y a bien d’autres priorités sanitaires en Afrique.

    Et la commission soupçonnait fortement les vaccins de contenir des béta-HCG, l’hormone normalement sécrétée par la femme enceinte au début du développement de l’embryon. Or, soulignait la commission épiscopale, « quand elle est injectée comme un vaccin à une femme qui n’est pas enceinte, la béta-HCG combinée avec l’anatoxine tétanique développe des anticorps contre le tétanos et l’HCG, de sorte que si un ovule de femme est fertilisé, son HCG naturelle sera détruite, la rendant infertile. Dans cette configuration, la vaccination contre le tétanos est utilisée comme une méthode de contrôle des naissances. »

    Cette déclaration fut naturellement accueillie par une salve de démentis officiels, tous les acteurs jurant que le vaccin était exempt de toute autre substance que le vaccin contre le tétanos.

    Mais les médecins catholiques du Kenya ont fait analyser six vaccins prélevés dans six régions différentes (ce qui n’a pas été si facile car, autre particularité, le vaccin n’est administré que par des agents gouvernementaux escortés de policiers, qui remportent tout quand ils s’en vont). Or les échantillons, analysés par quatre laboratoires différents, au Kenya et à l’étranger, contiennent tous de la béta-HCG.

    D’où une nouvelle déclaration des évêques du Kenya : « Nous désirons annoncer que tous les tests démontrent que le vaccin utilisé au Kenya en mars et en octobre 2014 est en effet contaminé par l’hormone Beta-HCG » affirment-ils. Cette substance « cause l’infertilité et des avortements multiples chez les femmes », rappelle le document qui s’achève en dénonçant les intimidations perpétrées à l’encontre des médecins qui ont confirmé les informations relatives au vaccin, demandant aux Kenyans d’éviter la campagne antitétanique parce que « nous sommes convaincus qu’il s’agit d’un programme occulte de contrôle de la population ».

    LifeSiteNews affirme avoir un rapport de l’ONU d’août 1992 sur une réunion à Genève entre 10 scientifiques et 10 « militantes de la santé féminine » où l’on discuta de l’utilisation de « vaccins régulant la fertilité », pour conclure que le « vaccin anti-HCG » comme le plus avancé…

    Lequel « vaccin » aurait déjà été aussitôt administré au Mexique en 1993 puis au Philippines en 1994.

    Sources : Jeanne Smits, LifeSiteNews, Radio Vatican, Fides

    Lien permanent Catégories : Culture de mort, Eglise 4 commentaires

  • C’est fait : François a mis le cardinal Burke au placard

    Le pape a nommé le cardinal Raymond Leo Burke patron de l’Ordre de Malte. Et le patron de l’Ordre de Malte ne sera pas invité au prochain synode. Par exemple.

    Et un train peut en cacher un autre… Dans le même temps, le pape se débarrasse de Mgr Dominique Mamberti. Car c’est lui qui est nommé préfet du tribunal suprême de la signature apostolique. Mettre à ce poste un des principaux diplomates du Saint-Siège, ça ressemble à une mauvaise blague. Mais c’est seulement un mauvais coup de plus. Pour l’Eglise. Car Mgr Mamberti, nommé par Benoît XVI, avait l’avantage de très bien connaître le monde musulman, et l’islam, et de savoir de quoi il s’agissait.

    A sa place, le pape a nommé le très britannique Paul Richard Gallagher, ci-devant nonce apostolique… en Australie, dont on ne sait rien sauf qu’il est en pamoison devant le pape François.

    Lien permanent Catégories : Eglise, François (pape) 21 commentaires

  • Et in utero accepit et peperit filium

    Accessi, inquit, ad prophétissam, et in útero accépit et péperit fílium. Quod Maria prophétissa fúerit, ad quam proxime accessit Isaías per prænotiónem spíritus, nemo contradixerit, qui sit memor verbórum Maríæ, quæ prophetico affláta spíritu elocuta est. Quid enim ait? Magníficat ánima mea Dóminum: et exsultávit spíritus meus in Deo, salutári meo. Quia respéxit humilitátem ancíllæ suæ: ecce enim ex hoc beátam me dicent omnes generatiónes. Quod si animum accommodáveris univérsis eius verbis, non útique per dissídium negáveris eam fuisse prophétissam, quod Dómini Spíritus in eam supervénerit, et virtus Altíssimi obumbráverit ei.

    « Je m'approchai de la prophétesse, et elle conçut et enfanta un fils » (Isaïe, 8,3). Que Marie fût la prophétesse, dont s’est approché Isaïe par une prédiction de l’esprit, personne ne dira le contraire, si l’on se souvient des paroles de Marie, qui a parlé sous l’inspiration de l’Esprit. Car que dit-elle ? « Mon âme magnifie le Seigneur, et mon esprit exulte en Dieu mon sauveur. Parce qu’il a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante, voici en effet que désormais toutes les générations me diront bienheureuse. » Si tu appliques ton attention à toutes ces paroles, tu ne peux absolument pas nier qu’elle fût la prophétesse, car l’Esprit du Seigneur vint sur elle, et la puissance du Très-Haut la prit sous son ombre.

    Saint Basile, traité sur Isaïe. (Lecture des matines de l’office de la Sainte Vierge en novembre.)

    Lien permanent Catégories : Liturgie 0 commentaire

  • Pilule : preuve est faite

    On avait voulu minimiser l’affaire des pilules de 3e génération provoquant des embolies pulmonaires. Mais la campagne avait conduit à une chute de leur vente. Or le nombre d’embolies pulmonaires a chuté de 11,2% en 2013, et de 19% chez les jeunes filles. L’Agence nationale de sécurité du médicament reconnaît ouvertement le lien. Donc la dangerosité de ces pilules, responsables également de nombreuses phlébites.

    Lien permanent Catégories : Culture de mort 1 commentaire

  • Une première aux Etats-Unis sur la définition du mariage

    -58e71c362546f3bd.JPGLa 6e cour d’appel des Etats-Unis (Michigan, Ohio, Tennessee et Kentucky) a cassé le jugement d’un juge fédéral qui avait décidé que « l’interdiction du mariage homosexuel » dans le Michigan était inconstitutionnelle. (Le juge avait été saisi par la jolie paire dont on voit la photo en médaillon, qui se plaignait de ne pas pouvoir adopter conjointement « leurs enfants ».)

    Une fois encore, il ne s’agit pas d’une interdiction de quoi que ce soit, mais simplement de l’inscription dans la Constitution de l’Etat que le mariage est entre un homme et une femme.

    Essentiellement, la cour d’appel (à une majorité de deux contre un) a considéré que c’était aux citoyens de se prononcer, et que ceux-ci n’avaient pas à demander aux juges de trancher ce genre de question. Elle a donc cassé le jugement de première instance. C’est la première fois, semble-t-il, qu’une cour d’appel tranche dans ce sens-là.

    L’affaire ira sans doute devant la Cour suprême.

    Lien permanent Catégories : Culture de mort, Famille 1 commentaire

  • Regina

    Regina.jpg

    Je découvre par le Salon Beige le magazine Regina, qui publie une interview du Père Cyrille, moine du Barroux, avec force belles photos. Le magazine est en anglais, mais le site publie la version française de l’entretien.

    Les pages sur Le Barroux font partie du numéro d’octobre de Regina, numéro spécial sur la France (consultable gratuitement en PDF sur le site). On y trouve aussi un article sur l’Institut du Christ Roi Souverain Prêtre, un autre sur la « grande journée » saint Louis avec de belles photos de l’église Saint-Eugène, et nombre d’autres articles sur la France catholique, dont un qui montre que la France est le pays privilégié de Marie (pour ses apparitions), un autre sur « le génocide catholique inconnu » (à propos du film de Jim Morlino sur la Vendée), etc. Il y a même un article sur « l’Indochine française ». En tout 276 pages…

    Le rédacteur en chef, Beverly De Soto, est une… banquière de Wall Street qui est revenue à la foi par la lecture des grands auteurs chrétiens et qui a été « scotchée » par la messe de saint Pie V… Elle vit aujourd’hui en Allemagne où elle enseigne la finance. Pour elle, « Regina » veut dire « reine » en… italien…

    Lien permanent Catégories : Eglise, médias 5 commentaires

  • Super muros tuos Jerusalem

    ℟. Super muros tuos Jerusalem constitui custodes: * Tota die et nocte non tacebunt laudare nomen Domini.
    ℣. Prædicabunt populis fortitudinem meam, et annuntiabunt Gentibus gloriam meam.
    ℟. Tota die et nocte non tacebunt laudare nomen Domini.

    Sur tes murs, Jérusalem, j’ai posté des gardes ; tout au long du jour et de la nuit ils ne cesseront de louer le nom du Seigneur. Ils prêcheront aux peuples ma force, et annonceront aux païens ma gloire.

    Répons des matines, d’après Isaïe 62, 6 et 66, 19.

    On remarquera comment le chant, au début, imite les créneaux des murailles, avant de s’épanouir sur Jérusalem. Et le même motif revient sur « tota die et nocte », montrant que les gardes ne s’arrêtent jamais de parcourir la muraille.

    GetFile.gif

    Lien permanent Catégories : Liturgie 1 commentaire

  • Suisse : un deuxième canton pour le "suicide" des vieux

    Le Parlement du canton de Neuchâtel a voté à une très forte majorité (80 voix contre 16 et 12 abstentions) un texte qui permet aux pensionnaires de maisons de retraite d’avoir recours à une aide au suicide. Jusqu’ici l’aide au suicide (comme dans toute la Suisse) était tolérée si elle est pratiquée à domicile ou dans les locaux de l’association Exit. La loi précise que la liberté de choix des patients doit l’emporter sur le règlement intérieur des maisons de retraite. Une soixantaine de maisons qui reçoivent des aides publiques sont concernées par cette décision.

    C’est le deuxième canton à voter un tel texte après celui de Vaud en 2012.

    Cette année, Exit ADMD Suisse Romande a étendu son « aide » aux personnes âgées malades qui ne sont pas en phase terminale mais qui souhaitent mourir… Cette association a tué 155 personnes l’an dernier, son homologue de Suisse allemande (qui s’appelle simplement Exit) en a tués 459.

    Lien permanent Catégories : Culture de mort 6 commentaires

  • Tiens, des nouvelles de Libye…

    Figurez-vous que dans ce cloaque qu’on appelle encore Libye il y a une Cour suprême. Mais oui. Nommée par qui, ça on n’en sait trop rien. Mais elle s’intitule Cour suprême. Et elle vient de rappeler qu’elle existe en décrétant que le Parlement est inconstitutionnel. Ce qui suppose donc qu’il y a aussi une Constitution que certains devraient respecter, et qu’il y avait un Parlement.

    En fait il y a au moins deux parlements en Libye. Celui dont on parle est celui qui a été élu le 25 juin, et que la communauté internationale s’est empressée de reconnaître : ouf, voilà un semblant de démocratie apaisée etc.

    Mais le dit Parlement ne pouvait pas siéger à Tripoli, parce que la capitale est aux mains de milices islamiques – celles-là précisément qui ont fait appel à la Cour suprême. Il ne pouvait pas siéger non plus à Benghazi, la capitale de la Cyrénaïque (comme le stipulait bizarrement la Constitution provisoire), parce qu’elle est aux mains d’autres milices islamiques. Il s’était donc replié à Tobrouk (en taxis, évidemment), à l’extrême est du pays. Tandis qu’un autre Parlement, contrôlé par les islamistes, siège à Tripoli. Où il y a également deux gouvernements : celui qui est reconnu par la communauté internationale, et celui des milices qui exercent le vrai pouvoir, et qui ont bruyamment fêté leur victoire en apprenant la décision de la très impartiale Cour suprême…

    Lien permanent Catégories : Dans le monde 1 commentaire

  • Nos plus que jamais grands amis saoudiens…

    Le 29 décembre 2013, le président libanais Michel Suleiman annonçait que l’Arabie saoudite avait promis de donner au Liban 3 milliards de dollars pour renforcer les capacités de l’armée libanaise. Il ajoutait que cet argent servirait à acheter des armes à la France. Ce jour-là François Hollande était à Riyad et déclarait, sans mentionner la promesse de don, que la France saurait répondre aux demandes d’aide du Liban…

    Or ce n’était pas une promesse de circonstance. Mardi a été signé entre Paris et Riyad un contrat de livraison d’armes françaises au Liban de trois milliards de dollars. La première livraison devrait avoir lieu au premier trimestre 2015.

    Et voilà pourquoi on n’est pas près d’entendre des critiques de l’Arabie saoudite dans les institutions françaises…

    Lien permanent Catégories : Gouvernement, Hollande (François) 3 commentaires

  • Le patriarche Cyrille demande la grâce d’Asia Bibi

    Le patriarche Cyrille, primat de l’Eglise orthodoxe russe, a envoyé une lettre au président pakistanais Himari Hussain, pour lui demander la grâce d’Asia Bibi. Voici cette lettre, telle qu’elle est publiée (mais oui, en français) sur le site du patriarcat.

    Le-patriarche-Kirill-defend-la-place-de-l-Eglise-dans-la-societe-russe_article_popin.jpg

    Excellence, Monsieur le Président,

    C’est avec une profonde affliction que j’ai appris que, le 16 octobre 2014, la Cour suprême de Lahore avait ratifié la condamnation à mort prononcée auparavant par une instance inférieure contre Asia Bibi, mère chrétienne de cinq enfants, détenue en prison depuis déjà longtemps.

    L’exécution d’Asia Bibi sera non seulement une perte irréparable pour sa famille, ses parents, ses proches, mais portera également hautement préjudice au dialogue entre chrétiens et musulmans, pouvant entraîner une hausse des tensions entre chrétiens et musulmans aussi bien au Pakistan que dans le monde entier. Je suis convaincu que les autorités politiques de tout Etat moderne sont appelées à prendre conscience de leur responsabilité dans les destinées des représentants des minorités religieuses qui leur sont confiées.

    L’Église orthodoxe russe exprime sa sérieuse préoccupation devant l’application de cette décision de justice. Nos millions de fidèles joignent leurs voix à la foule immense de ceux qui, dans le monde entier, se battent pour que soit conservée la vie de cette chrétienne.

    Au nom de tous les croyants de l’Église orthodoxe russe, je vous invite, Monsieur le Président, à gracier Asia Bibi.

    Veuillez agréer, Excellence, Monsieur le Président, l’expression de mon respect avec celle de mon espérance en votre clémence.

    + CYRILLE,

    Patriarche de Moscou et de toute la Russie

    *

    On rappellera que Asia Bibi est catholique. Et qu’on attend toujours que le chef de l’Eglise catholique s’exprime. Alors même que la condamnée lui a envoyé une lettre bouleversante. Je préfère ne rien dire de plus. Je serais grossier et j’entends garder un minimum de respect pour la personne qui occupe le siège de Pierre tant que ça ne dépassera pas complètement mes forces. Je préviens d'autre part que je supprimerai tout commentaire qui viendrait prétendre que le pape a raison parce que s'il parlait ce serait "contre-productif". Merci, on a déjà donné.

    Asia-Bibi-006.jpg

    Lien permanent Catégories : Eglise, François (pape) 17 commentaires

  • Mgr Athanasius Schneider n’a toujours pas la langue de bois…

    mid_23188.jpg

    Mgr Athanasius Schneider a accordé un grand entretien sur le synode au magazine polonais Polonia chritiana. Le texte a été intégralement publié aussi en anglais sur le site du magazine. Et Jeanne Smits en donne la traduction française sur son blog. Cela mérite d’être lu intégralement, comme on le verra par ces extraits (et ça fait du bien...) :

    C’est la première fois dans l’histoire de l’Eglise qu’un texte aussi hétérodoxe a été publié en tant que document émanant d’une rencontre officielle des évêques catholiques sous la conduite d’un pape, même si le texte n’avait qu’un caractère préliminaire.

    Grâce à Dieu, aux prières des fidèles du monde entier, un nombre important de pères synodaux a résolument rejeté ce programme ; ce programme qui reflète la pensée dominante corrompue et païenne de notre temps, que l’on impose au niveau global par la pression politique et à travers les mass media officiels quasi tout-puissants, qui sont fidèles aux principes du parti mondial de l’idéologie du genre. Un tel document synodal, même s’il n’est que préliminaire, est une véritable honte. Il donne une idée du degré d’extension de l’esprit du monde anti-chrétien qui a déjà pénétré à un tel niveau dans la vie de l’Eglise. Ce document restera pour les générations futures et pour les historiens une marque noire qui a entaché l’honneur du siège apostolique.

    (…)

    La question de l’admission à la Sainte Communion de ce que l’on appelle les « divorcés remariés » a été mise au vote au synode. Ce fait est en lui-même déplorable et reflète une attitude d’arrogance cléricale envers la divine vérité de la Parole de Dieu. La tentative de mettre la divine Vérité et la divine Parole au vote n’est pas digne de ceux qui, en tant que représentant du Magistère, ont le devoir de transmettre avec zèle le dépôt divin, en serviteurs bons et fidèles.

    (…)

    Encore plus grave est le fait que ces évêques tentent de justifier leur infidélité à la parole du Christ au moyen d’arguments de nécessité pastorale, de miséricorde, d’ouverture à l’Esprit Saint. En outre ils ne craignent pas de pervertir sans scrupule, à la manière gnostique, le sens véritable de ces mots, tout en présentant ceux qui s’opposent à eux comme rigides, scrupuleux ou traditionalistes. Au cours de la grande crise arienne du IVe siècle, les défenseurs de la divinité du Fils de Dieu était aussi taxés d’intransigeance et de traditionalisme. Saint Athanase a même été excommunié par le pape Libère ; le pape a justifié cela en arguant qu’Athanase n’était pas en communion avec les évêques orientaux qui pour la plupart étaient hérétiques ou semi-hérétiques. Saint Basile le Grand déclarait alors : « Aujourd’hui seul un péché est sévèrement puni : l’observance attentive des traditions de nos pères. Pour cette raison les bons sont renvoyés de chez eux et amenés au désert. »

    (…)

    L’Eglise et le monde ont vraiment besoin de témoins intrépides et sincère de la vérité intégrale du commandement et de la volonté de Dieu, de la vérité intégrale des paroles du Christ sur le mariage. Les Pharisiens et les scribes cléricaux modernes, ces évêques et ces cardinaux qui jettent des grains d’encens devant les idoles néo-païennes de l’idéologie du genre et du concubinage, ne persuaderont personne à croire au Christ ou à être prêts à offrir leur vie pour le Christ.

    Lien permanent Catégories : Eglise, François (pape) 6 commentaires

  • Les faux prophètes comme des renards

    Je trouve que la lecture des matines, ce jour, n’est pas sans rapport avec l’actualité… Je pense que chacun peut reconnaître les prophètes dont il est ici question… C’est dans le livre d’Ezéchiel, chapitre 13, traduction Fillion :

    Ainsi parle le Seigneur Dieu: Malheur aux prophètes insensés, qui suivent leur propre esprit, et qui ne voient rien! Tes prophètes, Israël, ont été comme des renards dans les déserts. Vous n'êtes pas montés contre l'ennemi, et vous ne vous êtes pas opposés comme un mur pour la maison d'Israël, pour tenir ferme dans le combat au jour du Seigneur. Ils ont des visions vaines, et ils prophétisent le mensonge, en disant: Ainsi parle le Seigneur, quoique le Seigneur ne les ait pas envoyés, et ils persistent à affirmer ce qu'ils ont dit. Les visions que vous avez ne sont-elles pas vaines, et les oracles que vous annoncez ne sont-ils pas mensonges? Et vous dites: Ainsi parle le Seigneur, quoique Je n'aie point parlé.

    C'est pourquoi ainsi parle le Seigneur Dieu: Parce que vous avez dit des choses vaines et que vous avez eu des visions de mensonge, voici, Je viens à vous, dit le Seigneur Dieu. Ma main sera sur les prophètes qui ont des visions vaines, et qui prophétisent le mensonge; il ne feront point partie de l'assemblée de Mon peuple, ils ne seront pas inscrits dans le livre de la maison d'Israël, et ils n'entreront pas dans la terre d'Israël; et vous saurez que Je suis le Seigneur Dieu. Car ils ont séduit Mon peuple, en disant: Paix, lorsqu'il n'y avait point de paix; et quand Mon peuple bâtissait une muraille, ils l'ont enduite d'argile, sans y mêler de la paille.

    Dis à ceux qui enduisent la muraille sans y rien mêler, qu'elle tombera; car il viendra une pluie violente, et Je ferai tomber de grosses pierres qui l'accableront, et souffler un vent d'orage qui la reversera. Et voici que la muraille est tombée: ne vous dira-t-on pas: Où est l'enduit dont vous l'avez enduite?

    C'est pourquoi ainsi parle le Seigneur Dieu: Je ferai éclater le vent des tempêtes dans Mon indignation, une pluie violente surviendra dans Ma fureur, et de grosses pierres tomberont dans Ma colère pour détruire. Et Je renverserai la muraille que vous avez enduite sans rien mêler à l'argile, Je la mettrai au niveau du sol, et ses fondements apparaîtront; et elle tombera, et Israël sera détruit avec elle, et vous saurez que Je suis le Seigneur.

    J'assouvirai Mon indignation contre la muraille et contre ceux qui l'enduisent sans y mettre du mortier, et Je vous dirai: La muraille n'est plus, ni ceux qui l'avaient enduite, ces prophètes d'Israël, qui prophétisent sur Jérusalem, et qui voient pour elle des visions de paix, lorsqu'il n'y a pas de paix, dit le Seigneur Dieu.

    Lien permanent Catégories : Liturgie 2 commentaires

  • Une totale amnésie médiatique

    Aux Etats-Unis, aux élections de mi-mandat, le président Barack Hussein Obama a pris une claque sévère.

    Les médias rapportent les résultats des élections comme s’ils étaient anodins.

    Ils ont complètement oublié leur hystérie lors de l’élection d’Obama. Le culte planétaire dont ils étaient les pontifes…

    Ah oui, c’est vrai, c’était il y a six ans. Une éternité…

    Lien permanent 0 commentaire

  • Le fanatisme de la culture de mort

    Cela devient un rituel (macabre) : il faut réaffirmer encore et toujours le « droit fondamental à l’interruption volontaire de grossesse ».

    Hier, à l’Assemblée nationale :

    Fixation de l’ordre du jour

    M. le président. La Conférence des présidents, réunie ce matin, a arrêté les propositions d’ordre du jour suivantes pour la semaine de l’Assemblée du 24 novembre 2014 :

    Proposition de résolution tendant à modifier le règlement de l’Assemblée nationale ;

    Sous réserve de son dépôt, proposition de résolution visant à réaffirmer le droit fondamental à l’interruption volontaire de grossesse.

    Il n’y a pas d’opposition ?… Il en est ainsi décidé.

    résolu.jpg

    Mais s'il faut sans cesse réaffirmer ce "droit fondamental", c'est qu'on a besoin de se persuader sans cesse, et ce n'est donc pas si facile, que ce meurtre-là est un droit...

    Addendum

    Le Salon Beige souligne que ce sera le 40e anniversaire du discours de Simone Veil à l'Assemblée où elle mentait ainsi: « Je le dis avec toute ma conviction, l'avortement doit rester l'exception, l'ultime recours pour des situations sans issue. »

     

    Lien permanent Catégories : Culture de mort 3 commentaires

  • Le martyre de Shahzad et Shama

    PAKISTAN_-_coppia_cristiana.jpg

    B1nwwEwCcAAo7vd.jpg

    B1r8uecCAAEZvJT.jpg

    Les nouvelles informations sur l’assassinat des époux chrétiens Shahzad Masih et Shama Bibi au Pakistan sont quelque peu divergentes. Sans entrer dans les détails contradictoires, voici ce qui paraît sûr.

    Leur âge diffère selon les sources. Mais ils avaient une trentaine d’années. Et ils avaient quatre enfants (ou trois), et Shama était enceinte du cinquième (ou du quatrième), ce qui ajoute encore à l’horreur de la chose.

    Au départ il y a un conflit entre le couple et le directeur de la briqueterie. Il est connu que la fabrique de briques au Pakistan est un travail proche de l’esclavage. Shahzad voulait partir, mais il demandait à être payé de ses arriérés de salaire. Au lieu de cela, le patron exigea une grosse somme d’argent comme dédommagement s’il s’en allait. Comme Shahzad ne voulait pas et ne pouvait pas payer, le patron l’a séquestré, avec sa femme et ses enfants, et a cherché un moyen de se débarrasser de lui. Un employé a évoqué le ménage fait par Shama chez son père décédé, au cours duquel elle a brûlé des vieux papiers. On a donc clamé que parmi ces papiers il y avait des pages du coran. La nouvelle du « blasphème » bruit s’est rapidement répandue, et dans les deux mosquées les plus proches, et à l’extérieur par les haut-parleurs, les imams ont appelé les musulmans à réagir. Au cri de « Allahou Akbar », « Mort aux blasphémateurs », « Tuez les infidèles », une foule est alors intervenue pour tirer Shahzad et Shama de la pièce où ils étaient séquestrés, les ont sauvagement battus et les ont lapidés à coups de briques. Il semble qu’ils n’aient pas été brûlés vifs mais qu’ils étaient déjà morts quand leurs corps ont été jetés dans le four. Ce qui n’enlève évidemment rien à l’horreur du triple meurtre.

    La police a interrogé 35 personnes, qui ont toutes été relâchées sans être inquiétées.

    Le Conseil des oulémas du Pakistan demande « une enquête impartiale sur l’incident », et annonce qu’il a constitué un comité composé de chercheurs provenant de toutes les dénominations et de toutes les écoles de pensée islamiques, qui entend contribuer « à faire la lumière sur les faits ». Sic…

    Lien permanent Catégories : Islam 4 commentaires

  • Une messe historique à Norwich

    Le 1er novembre, Mgr Alan Hopes, évêque du diocèse d’East Anglia (Norfolk, Suffolk, Cambridgeshire et Peterborough) a célébré une grand-messe pontificale de la Toussaint selon la forme extraordinaire en sa cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Norwich (photos).

    Ce diocèse a été érigé en 1976 et c’est donc la première fois, souligne Messa in latino, qu’une messe pontificale traditionnelle y est célébrée depuis… 1558, quand Elizabeth imposa le culte anglican.

    Mgr Alan Hopes est évêque d’East Anglia depuis l’an dernier. Auparavant il était auxiliaire de Westminster, et déjà connu pour sa bienveillance envers l’usus antiquior. (Ancien pasteur anglican, il a été également la cheville ouvrière de la création de l'ordinariat Notre Dame de Walsingham.)

    Malheureusement la « vraie » superbe cathédrale (normande) de Norwich reste aux mains des anglicans…

    Lien permanent Catégories : Eglise, Liturgie 0 commentaire

  • Indicabo tibi homo, quid sit bonum

    ℟. Indicabo tibi homo, quid sit bonum: aut quid Dominus requirat a te: * Facere judicium et justitiam, et sollicitum ambulare cum Deo tuo.
    ℣. Spera in Domino, et fac bonitatem, et inhabita terram.
    ℟. Facere iudicium et iustitiam, et sollicitum ambulare cum Deo tuo.

    Je t’indiquerai, homme, ce qui est bon, ou ce que le Seigneur réclame de toi : faire le jugement et la justice, et marcher dans la crainte avec ton Dieu. Espère dans le Seigneur, et fais ce qui est bon, et habite la terre.

    Ce répons des matines est tiré de Michée 6, 8, dans une version qui n’est pas exactement celle de la Vulgate. Le verset est le verset 3 du psaume 36, dont il manque la fin (qui paraît bien sous-entendue) : et pasceris in divitiis ejus : et tu seras nourri de ses richesses. Ces mots figuraient pourtant dans les anciens livres, comme en témoigne cet antiphonaire bénédictin de 1400 :

    GetFile.jpg

    Lien permanent Catégories : Liturgie 3 commentaires

  • Omerta chez les eurocrates

    Des députés européens de la commission des affaires étrangères ont voulu demander des explications à propos de l’affaire de dirigeants d’Eulex Kosovo qui auraient succombé à la corruption (affaire très grave puisqu’il s’agit de magistrats faisant échapper des criminels à la justice).

    Le chef du service des affaires étrangères de l’UE pour les Balkans, Franco Gentilini, et le chef de ses missions civiles, Kenneth Deane, ont exigé que la réunion se déroule à huis clos.

    Or, malgré le secret, ils ont refusé de commenter les allégations de corruption. Sous le prétexte déjà invoqué par les eurocrates : on ne commente pas une affaire qui fait l’objet d’une enquête. (Ce qui est au moins à moitié faux, car il n’y a qu’une enquête sur une seule personne.)

    Lien permanent Catégories : Europe 0 commentaire