Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 7

  • Hallucinant

    Le site du Vatican a supprimé (camouflé, en fait) l’enseignement de tous les papes avant François !

    Il y a désormais en bas de la page d’accueil une galerie de portraits de tous les papes. Et quand on clique sur le médaillon correspondant, on ne trouve que les dates du début et de la fin du pontificat.

    Il n’y a plus aucun document pontifical d'avant le 13 mars 2013 directement accessible sur le site du Vatican.

    (Et le plus souvent le défilé des médaillons s’arrête à Jean-Paul II, en plus…)

    Mais on a tout « l’enseignement » de François, y compris le plus hétérodoxe, comme celui aux protestants de Caserte, ou le plus déplaisant, comme celui d’aujourd’hui aux enfants pour leur dire que Pie XII nous a délivrés de la « dictature » du jeûne eucharistique…

     

    Addendum.

    J'ai trouvé comment retrouver les textes des papes antérieurs. Il faut passer... par François. Donc cliquer sur "François". On tombe alors sur une page qui permet de tout savoir sur François. Sur la barre en haut, à gauche, il y a "saint-père". Si on clique sur "saint-père", on a la liste des papes dont le site a des documents. Il ne reste plus (!) qu'à cliquer sur le pape de son choix...

     

    Addendum 2

    En fait, il faut oublier la nouvelle mise en scène qui détourne l'attention. Il ne faut donc pas chercher à cliquer sur le médaillon d'un pape, mais sur le titre "Souverains Pontifes"...

     

    Addendum 3, 18 décembre

    Désormais quand on clique sur le médaillon d'un pape on a un lien vers le "site internet" de ce pape, c'est-à-dire la page où le trouvait auparavant...

  • Le "chemin désormais tracé" ?

    Dans les lineamenta du prochain synode, en préambule aux « questions sur la première partie », on lit ceci :

    Le nouveau chemin tracé par le Synode Extraordinaire s’insère dans le contexte ecclésial plus vaste dessiné par l’exhortation Evangelii Gaudium du Pape François, c’est-à-dire en partant des « périphéries existentielles », avec une pastorale caractérisée par la « culture de la rencontre », capable de reconnaître l’œuvre libre du Seigneur, notamment en dehors de nos schémas habituels, et d’assumer, sans entrave, une condition « d’hôpital de campagne », si utile à l’annonce de la miséricorde de Dieu. Les paragraphes de la première partie de la Relatio Synodi répondent à ces défis ; ils exposent les aspects qui forment le cadre de référence le plus concret sur la situation réelle des familles, au sein duquel la réflexion peut être menée.

    Les questions proposées ci-après, qui se réfèrent expressément aux aspects de la première partie de la Relatio Synodi, entendent faciliter le nécessaire réalisme dans la réflexion des divers épiscopats, évitant ainsi que leurs réponses puissent être fournies selon des schémas et perspectives propres à une pastorale qui ne ferait qu’appliquer la doctrine, sans respecter les conclusions de l’Assemblée synodale extraordinaire, et qui éloignerait leur réflexion du chemin désormais tracé.

    Le chemin désormais tracé (et sur lequel il serait donc impossible, interdit, de revenir), si j’ai bien compris, c’est celui d’une Eglise qui sort d’elle-même pour aller aux périphéries, et se faire hôpital de campagne pour les blessés de la vie auxquels elle dispense la miséricorde.

    Cette Eglise qui sort d’elle-même, cela veut donc dire qu’elle laisse à l’intérieur son dogme et sa doctrine et qu’elle ne s’en préoccupe plus, étant désormais loin des vieux grimoires, pour pouvoir développer une pastorale qui s’inspire non plus de la doctrine mais d’une prétendue « miséricorde » déconnectée de la doctrine, déconnectée de la vérité, alors que les deux mots (et les deux réalités) sont étroitement liés dans la Sainte Ecriture (20 fois dans les psaumes).

    Le 1er décembre, le cardinal Ludwig Müller, préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi, a explicitement prévenu que « toute division entre théorie et pratique de la foi serait le reflet d’une subtile hérésie christologique ».

    Il y a donc toujours un gardien de la foi. C’est la bonne nouvelle…

  • Démocratie européenne

    Selon un sondage réalisé par le parti UEDémocrates, 26% des Lituaniens sont favorables à l’euro ; 49% sont opposés à ce que leur pays adopte la monnaie unique.

    La Lituanie entrera dans la zone euro le 1er janvier prochain.

  • 71 %

    Selon un sondage, 71% des Français sont favorables aux crèches de Noël dans les bâtiments publics.

    Selon le dernier sondage en date sur la loi de 1905 (qui est de 2008), 71% des Français souhaitent qu’on garde cette loi en l’état.

    Etant donné que la loi de 1905 interdit « tout signe ou emblème religieux » dans les emplacements publics (à l’exception des lieux de culte, des cimetières et des musées), les Français sont-ils complètement inconséquents ?

    Non. Car on a bien fait préciser aux 71% du sondage sur la crèche qu’il s’agit davantage d’un « élément de tradition culturelle qu’un symbole chrétien ».

    En bref, le laïcisme gagne sur tous les tableaux. Ou bien on interdit la crèche au nom de la loi, ou bien on la laisse si vous admettez qu’elle n’est pas un signe religieux.

    La crèche de Noël est donc laïquement correcte si elle est mise sur le même plan que le réveillon du 31 décembre. Et 71% des Français, selon le sondage, sont d’accord avec cela.

    Même si je suis le dernier, je n’admettrai jamais un tel blasphème. Je revendique que les tribunaux de la République interdisent les crèches de Noël dans les emplacements publics, car il s’agit d’une illustration de la venue sur notre terre, dans notre chair, du Verbe de Dieu, seconde Personne de la Sainte Trinité, venu pour nous sauver par sa mort sur la croix et sa résurrection. Oui, monsieur le juge, c’est clairement religieux. Oui, monsieur le juge, la crèche tombe sous le coup de la loi qui fut promulguée pour détruire l’Eglise catholique.

    C’est la loi qu’il faut changer, pas la signification de la crèche.

  • Lundi de la troisième semaine de l’Avent

    A Patre, Unigenite, ad nos venis per Virginem, baptismi rore consecrans, cunctos fide regenerans.

    Fils unique du Père, vous descendez à nous par la Vierge, pour nous bénir de la rosée baptismale, et nous régénérer tous par la foi.

    De coelo celsus prodiens, excepit formam hominis, victor a morte rediens, gaudia vitae largiens.

    Parti des hauteurs du ciel, un Dieu a pris la forme d’un homme, pour retourner ensuite, vainqueur de la mort, en nous laissant les joies d’une vie nouvelle.

    Hoc te, Redemptor, quaesumus, illabere propitius, clarumque nostris cordibus lumen praebe deificum.

    C’est pourquoi nous vous prions, ô Rédempteur ! Descendez dans votre miséricorde, et répandez en nos cœurs les clartés de la lumière déifiante.

    Deo Patri sit gloria ejusque soli Filio cum Spiritu Paraclito, in sempiterna saecula. Amen.

    Gloire soit à Dieu le Père, à son Fils unique, et à l’Esprit consolateur, dans les siècles éternels. Amen.

    (Bréviaire Mozarabe, hymne de la deuxième semaine de l’Avent, dans l’Année liturgique de dom Guéranger.)

  • Troisième dimanche de l’Avent

    « Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur, je le répète : réjouissez-vous. »

    La cause de cette joie, qui transforme le violet en rose, est que le Seigneur vient, comme le souligne saint Paul juste après.

    C’est ce que nous disait, notamment, l’invitatoire des matines depuis le début de ce temps de l’Avent : Le Roi qui doit venir, venez, adorons-le. Mais il n’est plus seulement celui qui doit venir, il vient positivement, et l’invitatoire des matines nous dit maintenant : Il est déjà proche, le Seigneur, venez, adorons-le.

    Il suffit de citer les antiennes des premières vêpres, qui seront répétées à laudes, aux petites heures et aux deuxièmes vêpres, pour voir l’insistance sur ce thème :

    Le Seigneur viendra et il ne tardera pas, et il illuminera ce qui est caché dans les ténèbres, et il se manifestera à toutes les nations, alléluia.

    Jérusalem, réjouis-toi d’une grande joie, parce qu’un Sauveur viendra à toi, alléluia. 

    J’établirai dans Sion le salut, et dans Jérusalem ma gloire, alléluia.

    Les montagnes et toutes les collines seront abaissées ; les chemins tortueux seront redressés, et les raboteux deviendront des voies aplanies : venez, Seigneur, et ne tardez pas, alléluia.

    Vivons justement et pieusement, attendant la bienheureuse espérance et l’avènement du Seigneur.

    Cela vient renforcer ce que disent les antiennes des matines depuis le premier dimanche de l'Avent :

    Voici que viendra le Roi, le Très-Haut, avec une grande puissance, pour sauver les nations, alléluia.

    Fortifiez les mains languissantes, prenez courage et dites : Voici notre Dieu viendra et il nous sauvera, alléluia.

    Réjouissez-vous tous et livrez-vous à la joie, car voici que le Seigneur de la vengeance viendra, il amènera la rétribution, il viendra lui-même et nous sauvera.

    Réjouis-toi et livre-toi à la joie, fille de Jérusalem ; voici que ton Roi vient à toi ; Sion, ne crains pas, car ton salut viendra bientôt.

    Notre Roi, le Christ, viendra, lui que Jean a prédit être l’Agneau qui doit venir.

    Voici que je viens bientôt, et ma récompense est avec moi, dit le Seigneur ; c’est de donner à chacun selon ses œuvres.

    L’Ange Gabriel parla à Marie, disant : Je vous salue, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre les femmes.

    Marie dit : Quelle pensez-vous que soit cette salutation ? Parce que mon âme a été troublée, et que je dois enfanter un Roi qui ne violera pas ma virginité.

    En l’avènement du souverain Roi, que les cœurs des hommes soient purifiés afin que nous marchions à sa rencontre d’une manière digne : car voici qu’Il vient et Il ne tardera pas.

    On remarque que non seulement le verbe « venir » se trouve dans presque toutes les antiennes, mais qu’il s’y trouve même deux fois dans plusieurs d’entre elles. Et il en est de même des répons de ce dimanche. Voici le premier, où une citation d’Habacuc garde l’intensif hébreu qui fait répéter le mot… venir :

    . Ecce apparebit Dominus super nubem candidam, * Et cum eo sanctorum millia: et habebit in vestimento, et in femore suo scriptum: Rex regum, et Dominus dominantium.
    .  Apparebit in finem, et non mentietur; si moram fecerit, exspecta eum, quia veniens veniet.
    . Et cum eo sanctorum millia: et habebit in vestimento, et in femore suo scriptum: Rex regum, et Dominus dominantium.

    Voici que le Seigneur apparaîtra sur la nuée brillante, et des milliers de saints autour de Lui, et il y aura écrit sur ses vêtements et sur sa ceinture : Roi des rois et Seigneur des seigneurs. Il viendra certainement et il ne trompe pas, s’il tarde espère en lui, car venant il viendra.

  • Les têtes d’œuf veulent nous robotiser toujours davantage

    Aujourd’hui entre en vigueur dans l’Union européenne toute une batterie de mesures concernant l’étiquetage alimentaire, qui met l’épicerie quelque part entre la pharmacie et la haute diététique.

    Comme si cette nouvelle avalanche réglementaire ne suffisait pas, le gouvernement français en a rajouté. Ainsi, ce ne sont pas les têtes d’œuf de Bruxelles, ce sont celles de Bercy qui ont concocté un nouvel étiquetage de la viande, obligatoire à partir d’aujourd’hui dans les supermarchés.

    Au motif que « certaines dénominations traditionnelles connues d’un public averti ne sont plus comprises des jeunes consommateurs », comme dit la propagande officielle, on supprime les dénominations traditionnelles, et on les remplace par des termes génériques (steack, rôti) accompagnés d’une, deux ou trois étoiles…

    Au lieu d’inciter les « jeunes consommateurs » à découvrir et à distinguer l’araignée, le faux-filet, l’entrecôte, la poire, etc., on supprime toute une tradition française du goût, partie intégrante de notre culture.

    Par miracle, ce diktat ne s’applique pas (ou pas encore) aux échoppes de boucherie. C’est donc l’occasion, pour ceux qui hésitaient encore, à quitter le supermarché et sa viande d’importation, pour retourner chez le boucher qui vend une viande locale de qualité et qui se fera un plaisir de vous expliquer ce que sont les différents morceaux.

    C’est un peu plus cher ? Eh bien mangez moins, et mangez mieux.

    Et puis chez mon boucher, comme chez mon boulanger, il y a une crèche de Noël. Et une belle, en plus.

  • Bande d’hypocrites

    « 70% des Français sont favorables au travail du dimanche. »

    70% des Français veulent travailler le dimanche ?

    Non, évidemment.

    70% veulent que D’AUTRES travaillent POUR EUX le dimanche, POUR LEURS LOISIRS.

    Image parmi tant d’autres de la fin d’une civilisation.

  • « La mosquée n’a pas à condamner »

    Le maire de Lunel, Claude Arnaud, disait que la mort de deux autres jihadistes de Lunel appelaient « une réponse forte », notamment de la part des représentants des musulmans de Lunel, auxquels il demandait de « s’exprimer clairement pour condamner fermement ces départs ».

    Comme rien ne venait, France Inter est allé voir Houcine Goumri, le président de l'Union des musulmans de Lunel.

    Celui-ci dit d’abord que les deux jeunes étaient « super », « serviables », « aimés de toute part ».

    Puis il répond :

    « Je ne condamne pas du tout ces départs. Les gens sont libres de partir ou de rester : il y a des gens qui pensent que c'est un jihad, d'autres qui pensent que là-bas il y a une injustice à combattre. La mosquée n'a pas à condamner ou ne pas condamner ces départs-là. Elle ne dira pas "c'est des héros, c'est des martyrs". Elle ne dira pas "c'est des zéros". Nous, on n'a pas à les juger. Seul Dieu les jugera, en espérant qu'il les accueille dans son paradis s'ils avaient une bonne intention. »

    Un musulman qui oublie la taqiya, ça fait quand même plaisir à entendre.

    (Via Fdesouche)

  • Un séminaire "Summorum pontificum" au Bénin

    Le 8 décembre, en la fête de l’Immaculée Conception, Mgr Jean-Pierre Cattenoz, archevêque d’Avignon, a consacré la toute nouvelle chapelle Saint-Louis du nouveau séminaire "Providentia Dei" voulu par Mgr Pascal N’Koué, archevêque de Parakou au Bénin.

    Mgr Aillet de Bayonne et Mgr James de Nantes, ainsi que le père abbé du Barroux, dom Louis-Marie assistaient également à la cérémonie. L’abbé Guimon représentait Notre Dames des Armées de Versailles où l’association ND de l’Atacora a très largement aidé au financement de la chapelle. Le diocèse d’Avignon finançant la bibliothèque du séminaire.

    C’est à l’abbé Denis Le Pivain, prêtre du diocèse d’Avignon, que Mgr N’Koué a confié le soin de faire sortir de terre ce séminaire et d’en assurer la direction dès son ouverture en octobre dernier.

    Mgr N’Koué, qui avait installé la messe tridentine dans son ancien diocèse de Natitingou avant le motu proprio de 2007, tient à ce que ce nouveau grand séminaire enseigne aux futurs prêtres les deux formes du rite romain.

    L’avant-veille de la consécration, Mgr N’Koué annonçait à un millier de fidèles (rassemblés pour fêter les 70 ans de l’archidiocèse de Parakou) qu’il avait décidé avec ses prêtres une large présence de la forme extraordinaire dans ses paroisses dans les mois à venir.

    On peut encore aider ce projet :

    Diocèse d’Avignon (séminaire au Bénin) : http://diocese-avignon.fr/don/

    ND de l’Atacora : 6, rue des Etats Généraux 78000 Versailles

    *

    Ces informations ont été envoyées par Yann Baly, qui était sur place, et qui a également envoyé des photos. Voici l’entrée et la sortie. D’autres photos sur le Forum catholique.

    Bénin 2.jpg

    Bénin 6.jpg

  • Sainte Lucie

    Voici la quatrième de nos Vierges sages, la vaillante Lucie. Son nom glorieux étincelle au sacré Diptyque du Canon de la Messe, à côté de ceux d’Agathe, d’Agnès et de Cécile ; mais, dans les jours de l’Avent, le nom de Lucie annonce la Lumière qui approche, et console merveilleusement l’Église. Lucie est aussi une des trois gloires de la Sicile chrétienne ; elle triomphe à Syracuse, comme Agathe brille à Catane, comme Rosalie embaume Palerme de ses parfums. Fêtons-la donc avec amour, afin qu’elle nous soit en aide en ce saint temps, et nous introduise auprès de Celui dont l’amour l’a rendue victorieuse du monde. Comprenons encore que si le Seigneur a voulu que le berceau de son Fils parût ainsi entouré d’une élite de Vierges, et s’il ne s’est pas contenté d’y faire paraître des Apôtres, des Martyrs et des Pontifes, c’est afin qu’au milieu de la joie d’un tel Avènement, les enfants de l’Eglise n’oublient pas d’apporter à la crèche du Messie, avec la foi qui l’honore comme le souverain Seigneur, cette pureté du cœur et des sens que rien ne saurait remplacer dans ceux qui veulent approcher de Dieu.

    Dom Guéranger

  • 10 janvier : la galette des rois du Centre Henri et André Charlier

    Sous le signe de l’Amitié Française et de la solidarité chrétienne

    Galette des rois

    Samedi 10 janvier 2015

    au Centre Henri et André Charlier

    70, boulevard Saint-Germain 75005 Paris

    - Réception à partir de 15h30. Vente et signatures des livres des collaborateurs et amis de Reconquête.

    - 16h30 : Vœux de Bernard Antony

    - 17h : Galette des rois. Vin à volonté.

    Toasts par les personnalités de Chrétienté-Solidarité et par Jérôme Triomphe, avocat coordinateur de l’Agrif.

    Participation aux frais sur place : 10€

    Étudiants et personnes en difficulté : 5€

    Inscription impérative dès maintenant et jusqu’au 6 janvier inclus.

    Par téléphone : 
    Chrétienté-Solidarité : 01 40 51 74 07  Agrif : 01 40 46 96 31 

    Par courriel : 
    chretientesolidarite.fr@gmail.com ou  contact@lagrif.fr

  • Ça fait deux fois du bien

    Eva Joly avait traité Christian Vanneste, « coutumier des dérapages homophobes », d’avoir « passé un cran supplémentaire dans l’ignoble en niant la réalité de la déportation des homosexuels pendant la Seconde Guerre mondiale », avec « une référence sans nuance aux propos négationnistes ».

    1 – Eva Joly a été condamnée (à 800 € d’amende, 1.500 € de frais de justice, et un euro à Christian Vanneste). C’est un plaisir qu’on ne peut pas bouder.

    2 – Le tribunal a non seulement blanchi Christian Vanneste, mais il lui a positivement donné raison, soulignant que des documents remis par les deux parties « il ressort notamment qu'il y aurait eu un nombre extrêmement limité de Français arrêtés sur le territoire français et déportés pour le seul motif de leur homosexualité ». C’est une deuxième satisfaction.

  • L’euthanasie, nouvelle étape

    Revoilà Jean Leonetti, en duo cette fois avec le socialiste Alain Claeys. Jean Leonetti avait pondu cette loi votée à l’unanimité qui prétendait que l’hydratation et l’alimentation étaient des « soins » qu’on pouvait arrêter : une forme d’euthanasie devenait légale.

    Rebelote avec les duettistes. Le rapport qu’ils ont remis à François Hollande fera l’objet d’une loi rendant légale une autre forme d’euthanasie, et même un « droit » à l’euthanasie : le droit à une « sédation profonde et continue » jusqu’à la mort. C’est la sédation profonde terminale, le meurtre en douceur (à ne pas confondre avec la sédation réversible en phase terminale).

    L’autre aspect de la future loi est de rendre obligatoire le respect de la « directive anticipée » par laquelle une personne en bonne santé déclare qu’on ne doit pas la réanimer. Il y aura un « modèle standardisé ». Si l’on voulait respecter la personne humaine et la vie, on devrait imprimer sur tous les formulaires la protestation de Philippe Pozzo di Borgo, qui inlassablement témoigne de son bonheur de ne pas avoir été débranché alors que, lorsqu’il était en pleine santé, il aurait signé une directive pour ne pas être réanimé.

  • Jerusalem plantabis vineam in montibus tuis

    . Jerusalem plantabis vineam in montibus tuis: exsultabis, quoniam dies Domini veniet: surge Sion, convertere ad Dominum Deum tuum: gaude et laetare Iacob: * Quia de medio gentium Salvator tuus veniet.
    . Exsulta satis filia Sion: jubila filia Jerusalem.
    . Quia de medio gentium Salvator tuus veniet.

    Jérusalem, tu planteras une vigne sur tes montagnes : tu tressailliras de joie, parce que le jour du Seigneur viendra ; lève-toi, Sion, retourne au Seigneur ton Dieu ; Jacob, réjouis-toi, et sois dans l’allégresse, parce que ton Sauveur viendra du milieu des nations. Tressaille d’une joie parfaite, fille de Sion ; jubile, fille de Jérusalem, parce que ton Sauveur viendra du milieu des nations.

    Répons de matines, inspiré notamment de Jérémie 31 5-7 ; le verset est Zacharie 9, 9.

    Jerus.jpg

    Klosterneuburg, antiphonaire du XIIe siècle

  • La Marche pour la Vie 2015, c'est le 25 janvier

    logo-x2.png

    Mpv1.jpg

    mpv2.jpg

    Voir aussi le texte de Cécile Edel sur Le Salon Beige.

    Et le site de la Marche pour la Vie.

  • L’Irlande du Nord dans le collimateur

    Sous l’influence des lobbies de la culture de mort, la Commission de droits de l’homme d’Irlande du Nord a décidé de poursuivre le gouvernement de la province devant la Haute Cour de Belfast, pour qu’il soit obligé de modifier la loi sur l’avortement.

    Car l’Irlande du Nord n’a pas adopté la loi britannique de 1967. En conséquence, l’avortement n’est possible que dans le cas où la vie de la femme est en danger réel si la grossesse se poursuit.

    La Commission des droits de l’homme exige que l’avortement soit également permis en cas de malformation du fœtus, d’inceste ou de viol.

    Or les responsables politiques font la sourde oreille aux réclamations de la commission, selon laquelle la loi actuelle « viole les droits de l’homme ».

    La Commission se fonde sur la Convention européenne des droits de l’homme : l’article 3 qui interdit les traitements dégradants et inhumains, l’article 8 qui sur le droit à la vie privée et l’article 14 contre les discriminations.

    Les principaux partis représentés au Parlement d’Ulster se sont toujours opposés à une modification de la loi, et il est à noter que protestants et catholiques, pro-GB et pro-Eire sont unis dans une même défense de la vie.

    On constate la même union ces jours-ci en ce qui concerne l’affaire de l’adoption par les paires homosexuelles. Des militants homosexuels avaient porté plainte parce qu’en Irlande du Nord, contrairement au reste du Royaume-Uni, les paires ne pouvaient pas adopter. La justice leur a donné raison (c’est une « discrimination »). Puis la Haute Cour a rejeté le recours du ministre de la Santé. De ce fait, les évêques catholiques viennent de décider « avec regret » de couper tous les liens avec la Family Care Society qu’ils avaient eux-mêmes créée et qui s’occupait de l’adoption. Or c’est un député protestant unioniste, Paul Givan, qui est monté le premier au créneau pour défendre l’Eglise catholique et annoncer qu’il allait déposer une proposition de loi instituant un droit à l’objection de conscience.

  • Saint Damase

    Damase 1.jpg

    Damase 2.jpg

    Vies des saints ou abrégé de l’histoire des pères, des martyrs et autres saints pour tous les jours de l’année, édité sans nom d’auteur par J.-J. Blaise, Paris, 1825.

    Dans ce récit, il manque la mention des nombreuses épitaphes conçues par saint Damase pour les tombeaux des martyrs et gravées dans le marbre « en caractères spéciaux et très beaux que nous devons au calligraphie Furius Dionysius Philocalus », comme le précise le bienheureux cardinal Schuster (voir ici). Il manque aussi, curieusement, la demande que fit saint Damase à saint Jérôme de faire une nouvelle édition latine du Nouveau Testament. Saint Jérôme fit seulement une révision des quatre Evangiles. (Et c’est huit ans après la mort de Damase qu’il commença la traduction de l’Ancien Testament d’après le texte hébreu.)

  • Un bon communiqué des évêques des Etats-Unis

    Les évêques des Etats-Unis ont vu que la lutte contre les discriminations envers les homosexuels en vient fatalement à interdire toute désapprobation du comportement homosexuel, donc à interdire aux catholiques d’être catholiques. Voici leur communiqué du 5 décembre, sur l’application d’un décret particulier, mais qui a une portée générale.

    Les règlements publiés le 3 décembre par le ministère du Travail mettent en application le décret présidentiel inacceptable que le président Obama a publié en juillet pour s’attaquer à ce que le gouvernement a décrit comme des discriminations selon « l’orientation sexuelle » et « l’identité de genre » dans l’emploi dans les entreprises fédérales. Nous étudierons attentivement les règlements, mais nous notons tout de suite ce qui suit. Notre Eglise enseigne que « toute marque de discrimination injuste » envers ceux qui éprouvent une attirance homosexuelle doit être évitée (CEC 2358), mais il apparaît à première lecture que ces règlements interdisent beaucoup plus qu’une discrimination injuste. En particulier, il appert qu’ils interdisent aussi la désapprobation religieuse et morale des employeurs quant au comportement homosexuel, ce qui crée une menace sérieuse pour la liberté de conscience et la liberté religieuse, parce que « en aucun cas » (CEC 2357) des catholiques ne peuvent approuver un tel comportement. De très nombreuses autres personnes, dans un large éventail de différentes confessions religieuses, partagent cette même conviction. En outre, les règlements mettent en avant la fausse idéologie de « l’identité de genre », qui ignore la réalité biologique et blesse les droits à la vie privée et le droit d’association tant des entrepreneurs que de leurs employés. En toute justice, le gouvernement ne doit pas exclure de contrats fédéraux des entrepreneurs simplement parce qu’ils ont des convictions religieuses ou morales, quand à la sexualité humaine et au comportement sexuel, qui diffèrent de l’opinion des actuelles autorités gouvernementales.

  • Lunel capitale du jihad

    image_texte_agence_lunel.jpg

    Karim, 28 ans, et Hamza, 19 ans, deux jihadistes français de Lunel, ont été tués alors que leur groupe passait de Syrie en Irak.

    « Le plus jeune est le fils de l'un des anciens présidents de la mosquée de Lunel. L'autre a un temps tenu un commerce à proximité d'un collège et d'un lycée de Lunel », précise le Midi Libre.

    Cela porte à six le nombre de jihadistes de Lunel tombés pour l’Etat islamique. Un record. La mosquée va pouvoir ériger un monument aux morts…

    Addendum

    J'oubliais: cela n'a rien à voir avec l'islam, bien entendu. Le fait qu'il s'agisse du fils d'un président de mosquée est une pure coïncidence.

  • Egypte : enlever les chrétiens, ça rapporte

    Selon l’enquête menée par un militant copte fondateur du Parti d’initiative populaire, Mina Thabet, l’enlèvement de chrétiens dans le seul gouvernorat de Minya, en Haute-Egypte, a rapporté quelque 120 millions de livres égyptiennes (plus de 16 millions d’euros) aux ravisseurs depuis janvier 2011 (début du printemps arabe…). La corruption fait que les bandes qui enlèvent les chrétiens bénéficient de complicités dans les forces de l’ordre.

    L’évêque copte catholique d’Assiout, Mgr Kyrillos William, déclare à l’agence Fides : « Malheureusement le phénomène se poursuit et l’on ne note pas d’améliorations. Les opérations de police, comme celles menées dans la région d’Assiout en février dernier, sont épisodiques et ne parviennent pas à résoudre le problème. » Actuellement, on craint pour le sort d’un père de trois enfants, dont la famille n’est pas parvenue à rassembler la somme demandée comme rançon par les ravisseurs.

  • Pakistan : une chrétienne se rebiffe

    Le 19 novembre dernier, la chrétienne Alishba Bibi, 30 ans, mère de quatre enfants, vivant à Rana dans le district de Sheikhupura au Pendjab, fut agressée, alors qu’elle revenait d’aller chercher sa fille à l’école, par une femme musulmane appartenant à une famille influente. Comme Alishba résistait, la musulmane appela ses deux fils. Ceux-ci lui arrachèrent ses vêtements, la frappèrent à coups de bâtons, la jetèrent nue dans la rue, et volèrent son téléphone et les 10.0000 roupies qu’elle avait.

    Alishba a décidé de ne pas en rester là. Avec l’aide de la Human Liberation Commission Pakistan (HLCP), elle a porté plainte. La police n’a voulu enregistrer qu’une déclaration. Le chef de la famille des agresseurs est un homme très influent, y compris auprès de la police, qui s’est empressé de libérer ses fils qui avaient été interpellés. Puis la police a publié un rapport mensonger indiquant que Alishba avait poignardé la femme musulmane. La HLCP a néanmoins réussi à faire en sorte que les deux jeunes hommes soient poursuivis.

    « C’est le cinquième incident de ce type dans le secteur, de personnes influentes qui oppriment des chrétiens pauvres et sans défense », dit le vice-président de HLCP, organisation qui a recueilli Alishba dans ses bureaux pour la protéger…

  • Une université catholique au Bangladesh

    La première université catholique du Bangladesh a ouvert ses portes lundi. La cérémonie d’inauguration a eu lieu le 4 décembre. L’université Notre-Dame est un établissement des missionnaires de la congrégation de la Sainte-Croix, qui avaient ouvert le premier lycée en 1949, et qui est aujourd'hui considéré comme le meilleur du pays. L'université compte actuellement 24 professeurs et 283 étudiants. Les premières matières enseignées sont l’anglais, l’économie, le droit, la philosophie.

    Je me demandais pourquoi AsiaNews citait des propos du vice-chancelier et non du chancelier. C’est que "chancelier de l’université Notre-Dame" est un titre honorifique donné au… président du Bangladesh (Abdul Hamid). Un pays à 90% musulman, avec 9% d’hindous, et 1% d’autres religions…

  • François repart à l’attaque

    Les « lineamenta » pour le prochain synode ont été publiés hier (en italien, les autres langues vont suivre). C’est un questionnaire qui reprend les éléments du rapport du synode extraordinaire. On comprend pourquoi François a tenu à ce que les paragraphes du rapport qui ont été rejetés par les pères restent néanmoins dans le rapport : c’est qu’on les reprend, pour repartir à l’attaque sur la communion aux divorcés remariés et l’accueil des homosexuels…

    Ces questions sont envoyées aux évêques, qui pourront les soumettre à qui ils veulent.

    Le cardinal Baldisseri a précisé que ce sondage sera « l'approfondissement des questions qui ont été traitées au cours des débats, toutes les questions, mais surtout celles dont il est nécessaire de discuter de manière plus détaillée ».

    Bref, on va vraiment se focaliser sur les divorcés remariés et les homosexuels pour faire passer à tout prix la « pastorale » hétérodoxe de François.

    La question qui concerne l’accès des divorcés remariés à la communion est la n° 38 :

    « Il est nécessaire d’approfondir davantage la pastorale sacramentelle des divorcés remariés, en examinant aussi la pratique des églises orthodoxes et en ayant présente à l’esprit 'la distinction entre situation objective de péché et circonstances atténuantes'. Dans quelles perspectives peut-on agir ? Quelles sont les démarches possibles ? Quelles suggestions permettraient de remédier à des formes d’empêchements non dues ou non nécessaires ? »

    Celle qui concerne l'homosexualité est la n° 40 :

    « Comment la communauté chrétienne porte-t-elle son attention pastorale sur les familles où il y a des personnes ayant une tendance à l’homosexualité ? Comment, en évitant toute discrimination injuste, prendre soin, à la lumière de l’Évangile, des personnes qui sont dans de telles situations ? Comment leur présenter les exigences de la volonté de Dieu en ce qui concerne leur situation ? »

    Via Sandro Magister

    N.B. - On constate que sur les homosexuels l'angle d'attaque a changé. Pour contourner le problème, on ne parle plus de l'Eglise mais des familles. C'est pourquoi François, dans son interview à la Nacion, évoque ce thème comme si c'était celui du synode passé, alors que, comme on le voit maintenant, il s'agit du synode futur.

  • Ante multum tempus prophetavit Ezechiel

    . Ante multum tempus prophetavit Ezechiel: Vidi portam clausam; ecce Deus ante saecula ex ea procedebat pro salute mundi: * Et erat iterum clausa, demonstrans Virginem, quia post partum permansit virgo.
    . Porta quam vidisti, Dominus solus transibit per illam.
    . Et erat iterum clausa, demonstrans Virginem, quia post partum permansit virgo.

    Longtemps avant, Ézéchiel prophétisa : J’ai vu une porte close : voici que Celui qui est Dieu avant les siècles s’avançait hors d’elle, pour le salut du monde ; et elle était de nouveau fermée, désignant la Vierge, parce qu’elle demeura vierge après l’enfantement. La porte que vous avez vue, le Seigneur seul passera par elle ; et elle était de nouveau fermée, désignant la Vierge, parce qu’elle demeura vierge après l’enfantement.

    ante.jpg

    Antiphonaire franciscain, fin du XIIIe siècle, Fribourg, couvent des cordeliers

    On retrouve cette prophétie mariale d’Ezéchiel (44, 2-3) à la fête de l’Immaculée Conception, qui n’est jamais loin de ce jour. C’est le capitule de sexte, qui reprend exactement le texte d’Ezechiel, avec la précision qui manque dans le répons : le Prince lui-même siégera en elle (qui est la porte du ciel) :

    Porta hæc clausa erit : non aperietur, et vir non transibit per eam, quoniam Dominus Deus Israël ingressus est per eam : eritque clausa. Principi princeps ipse sedebit in ea.

    Cette porte sera fermée : on ne l’ouvrira pas, et personne ne passera par elle, parce que le Seigneur Dieu d’Israël est entré par elle : et elle sera fermée. Quant au prince, le prince, lui, il y siégera.

  • Reconquête N° 313

    Rec.jpg

    Rec som.jpg

  • Deux points ouvrez les guillemets

    La prophétie d’Isaïe 40, 3 est célèbre parce qu’elle est reprise dans les quatre évangiles, soit pour évoquer saint Jean Baptiste, soit mise dans la bouche même du Précurseur (par l’évangéliste saint Jean), et parce qu'elle se trouve aux laudes de tous les jours de l'Avent :

    Voix de celui qui crie dans le désert : « Préparez la voie du Seigneur… »

    En fait c’est tout le chapitre qui est une claire prophétie christique, puisqu’il annonce la consolation par la rémission des péchés, et la venue du Seigneur dans la puissance mais comme un pasteur qui va paître son troupeau, rassembler ses agneaux et les mettre dans son sein, et porter les brebis pleines.

    La Bible de Jérusalem dit :

    Une voix crie : « Dans le désert, frayez le chemin de Yahvé… »

    De nombreuses autres Bibles modernes (pas toutes, cependant) adoptent cette ponctuation. Parce que c’est celle de la Bible massorétique, stupidement considérée comme le « texte original ».

    La Bible de Jérusalem met une note pour dire que « les évangélistes (…), citant ce texte d’après les LXX (…), l’ont appliqué à Jean-Baptiste annonçant la venue prochaine du Messie ». Toujours cette distanciation, perpétuelle : c’est pas nous, c’est les évangélistes, nous on ne prend pas parti…

    Mais ce n’est pas seulement le texte des Septante. Lorsque saint Jérôme a effectué sa propre traduction (d’après un authentique original, comme l’avaient fait les Septante), il a lui aussi traduit de la même façon : Vox clamantis in deserto : Parate viam Domini.

    C’est un des nombreux exemples où la Bible juive cherche à amoindrir, à estomper, les prophéties christiques, ici à l’aide de la ponctuation.

    La « voix de celui qui crie dans le désert », cela renvoie immédiatement à Jean Baptiste, parce qu’il est la voix qui annonce le Verbe, et qu’il vit dans le désert, ce que soulignait Jésus dans l’évangile de dimanche dernier : « Qu’êtes-vous allé voir dans le désert ? »

    Mais si c’est une voix qui crie qu’il faut préparer le chemin de Dieu dans le désert, ce n’est plus du tout aussi évident.

    Or dans les vrais textes originaux (que nous n’avons pas) il n’y avait pas de ponctuation. La ponctuation qui s’impose naturellement est celle des Septante et de saint Jérôme, ou plutôt celle qu’on a traditionnellement et naturellement et unanimement ajoutée, puisqu’il n’y avait pas non plus de ponctuation dans les manuscrits grecs et latins.

    Non seulement la ponctuation massorétique découpe le texte de façon non naturelle, mais en outre elle met « deux points ouvrez les guillemets » au beau milieu de l’expression qui est devenue en hébreu celle qui veut dire « prêcher dans le désert ». Ce qui souligne encore le côté artificiel de l’entreprise. Artificiel, et surtout antichrétien. Et repris benoîtement par des Bibles « catholiques »…

  • Lourdes

    Au hasard de mes recherches je tombe sur l’allocution de saint Jean-Paul II à la grotte de Massabielle le 14 août 1983, avec ce beau paragraphe :

    Il me semble qu’il y a une grâce particulière à Lourdes. Le message est sobre et clair mais fondamental. Il a été transmis d’une façon spécialement forte, pure et transparente, par une adolescente à l’âme limpide et courageuse. Les signes sont simples: le vent qui évoque l’Esprit de la Pentecôte, l’eau de la purification et de la vie, la lumière, le signe de la croix, la prière du rosaire. Dès le début, les chrétiens sont invités à y venir en foule, en Eglise. Et de fait, c’est comme si, ici, le respect humain et toutes les réticences - qui trop souvent bloquent la conversion et l’expression religieuse - étaient naturellement surmontés. Ici, on prie, on aime prier, on aime se réconcilier avec Dieu, on aime vénérer l’Eucharistie, on fait une place d’honneur aux pauvres, aux malades. C’est un lieu exceptionnel de grâces. Dieu soit loué.

     

  • Montes Israel

    . Montes Israel, ramos vestros expandite, et florete, et fructus facite: * Prope est ut veniat dies Domini.
    .Rorate cæli desuper, et nubes pluant justum: aperiatur terra, et germinet Salvatorem.
    . Prope est ut veniat dies Domini.

    Montagnes d’Israël, étendez vos rameaux, et fleurissez, et produisez des fruits : le jour du Seigneur est près de venir. Cieux, versez votre rosée d’en haut, et que les nuées pleuvent le Juste ; que la terre s’ouvre et qu’elle germe le Sauveur. 

    Répons des matines, inspiré d’Ezéchiel 36, 8 et d’Isaïe 45, 8.

    Montes.jpg

    Antiphonaire cistercien de l’abbaye de Salzinnes, Namur, 1555 (se trouve à l’université Sainte-Marie de Halifax, Canada).

  • Une preuve que la police manipule les chiffres

    Le déplacement de Bernard Cazeneuve à Créteil pour faire de la lutte contre l’antisémitisme une « cause nationale » apporte une preuve évidente que la police manipule le nombre des manifestants, ou, pour dire les choses plus clairement, donne le nombre que le gouvernement lui ordonne de publier.

    Le premier chiffre qui fut donné, de participation au rassemblement de Créteil, fut celui de BFMTV : « une centaine de personnes », ce qui correspondait de fait à ce qu’on voyait sur les images pendant le discours du ministre.

    France TV Info parla ensuite de « 300 personnes ». Et l’AFP de « plusieurs centaines ».

    L’information officielle arriva alors : « un millier de personnes selon la police ».

    Comme pour la Manif pour tous, mais à l’envers…

    (Pour mémoire, on notera que Le Monde s’est donné le ridicule d’annoncer 1.600 personnes…)