Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 7

  • En Argentine

    Le 8 mars, pour la Journée de la femme, un groupe de furies avait lancé divers objets contre la cathédrale de Buenos Aires et tenté de mettre le feu au portail. Le 10 mars était représentée devant la cathédrale de Tucuman « une parodie sacrilège ayant pour protagoniste la Très Sainte Vierge Marie », comme dit l’agence Fides. Ce même 10 mars, il y a eu une tentative d’incendie à la cathédrale de La Plata, et deux personnes masquées ont tenté de mettre le feu à l’église Saint-Jean-Baptiste de Quilmes juste après la messe du soir.

    Il y a en Argentine, en automne, une « Rencontre nationale des femmes » qui est de plus en plus imposante : elle réunit désormais plusieurs dizaines de milliers de femmes en « lutte » pour leurs « droits », pour la révolution et contre l’Eglise. Chaque année le défilé donne lieu à des provocations et des attaques contre des églises (voir ici en 2013). Il semble que le 8 mars devienne une succursale…

  • Mardi de la deuxième semaine de carême

    Bossuet : Méditations, dernière semaine, 57e journée (commentaire de Matthieu 23,8-11) :

    « Un seul maître : » écoutez le maître intérieur : ne faites rien qu'en le consultant : faites tout sous ses yeux : songez ce que vous feriez si vous aviez à chaque moment à lui rendre compte : vous prendriez son esprit, comme vos subalternes prennent le vôtre : vous craindriez de vous rien attribuer au delà des bornes, pour n'être point repris d'un tel supérieur. Or, encore que vous n'ayez point à lui rendre compte en présence à chaque moment, il viendra un jour que tout se verra ensemble : et en attendant on observe tout : et celui à qui vous aurez à rendre compte, « viendra lorsque vous y penserez le moins, » pour voir si vous n'avez point insolemment abusé du pouvoir qu'il vous a laissé en son absence, «  Vous êtes tous frères. » Songez-y bien : vous qui êtes supérieur, vous êtes frère. S'il faut donc prendre l'autorité sur votre frère, que ce soit pour l'amour de lui, et non pour l'amour de vous : pour son bien, et non pour vous contenter d'un vain honneur.

    « Il n'y a qu'un Père ; il n'y a qu'un Maître. » Si on vous appelle « Père, » parce que vous en faites la fonction, elle est déléguée, elle est empruntée. Revenez au fond : vous vous trouverez frère et disciple : ayez-en donc l'humilité : apprenez d'un moment à l'autre ce que vous avez à enseigner. Ainsi vous serez un père, vous serez un maître : car saint Paul a bien dit « qu'il était père et qu'il engendrait des enfants ; » mais la semence de Dieu, c'est sa parole. Recevez donc continuellement de Dieu. Prêchez-vous, écoutez au dedans le Maître céleste et ne prêchez que ce qu'il vous dicte. Conduisez-vous, conseillez-vous, consolez-vous. Si vous parlez, que ce soient « des discours de Dieu : si vous servez quelqu'un » en le conduisant, « que ce soit par la vertu que Dieu vous fournit » sans cesse.

    « Un seul Maître : » une seule « lumière qui éclaire tout homme venant au monde : » qui a parlé au dehors, et parle encore tous les jours dans son Evangile : mais qui parle toujours au dedans, dès qu'on lui prête l'oreille. Dans quel silence faut-il être, pour ne perdre pas la moindre de ses paroles ? « Le plus grand d'entre vous, c'est votre serviteur : » il ne dit pas qu'il n'y ait pas d'ordre dans son Eglise, et que personne n'y soit élevé en autorité au-dessus des autres : mais il avertit que l'autorité est une servitude : « Je me suis fait serviteur de tous, » disait saint Paul : « tout à tous, afin de les sauver tous : » l'exercice de l'autorité ecclésiastique est une perpétuelle abnégation de soi-même.

    • Sur l’appellation de « père », voir aussi ici.
    • Sur la veuve de Sarepta, voir ici.
  • Testicules de fœtus

    C’est dans un article (LCI, via le Salon Beige) sur les risques de l’ibuprophène pour la femme enceinte, ou plutôt pour son enfant si c’est un garçon. On découvre que des chercheurs français, écossais et danois ont étudié les effets de l’ibuprophène « sur des testicules de fœtus humain récupérés sur des produits d’avortement avec l’accord des femmes concernées ». L’une des études a consisté à greffer les testicules sur des souris…

    - Madame Machin, est-ce que vous permettez qu’on prélève les testicules de votre produit d’avortement pour les greffer sur une souris ?

    - Mais faites, je vous en prie…

    Or donc l’ibuprophène perturbe le système hormonal et « pourrait avoir des effets secondaires graves sur le fœtus à naître ».

    Le tout est de ne pas confondre le fœtus à naître (sic) avec le fœtus du produit d’avortement.

    Une société qui en arrive à ce point d’inhumanité mérite tous les châtiments.

  • Shéhérazade au Vatican

    J’avais vu le 8 mars sur le site du Vatican, au matin de la « Journée internationale de la femme », que venait d’être annoncée, la veille, la création par le Conseil pontifical pour la Culture d’un « conseil consultatif 100% féminin ». Je n’avais lu que le titre, et je n’avais pas l’intention d’en parler, considérant que ce genre de révérence mondaine à l’idéologie dominante ne méritait qu’un haussement d’épaules.

    Mais il y a un détail qui mérite d’être relevé : parmi ces femmes il y a une « théologienne musulmane » (sic), Shahrazad Houshmand.

    En cherchant un peu, on apprend que cette Shéhérazade (perse comme il se doit) est diplômée de théologie islamique de l’université de Téhéran et de théologie fondamentale chrétienne à la Faculté théologique pontificale de l’Italie méridionale. Et qu’elle enseigne les « études islamiques » à l’Université pontificale grégorienne.

    On apprend aussi que la Shéhérazade du cardinal Ravasi est une spécialiste de « christologie coranique ». Sic.

    Et sans doute aussi de mahométisme chrétien, non ?

  • Lundi de la deuxième semaine de carême

    Au bréviaire, dans le commentaire de l’évangile de ce jour, saint Augustin évoque les deux sens du mot « chercher » dans la Bible, notamment dans les psaumes. Il y a ceux qui cherchent Dieu, et ceux qui « cherchent mon âme », c’est-à-dire qui veulent ma mort. Opposition qui culmine dans les quatre versets quasi identiques des psaumes 39 et 69 (cité dans le graduel), émettant le vœu que soient confondus ceux qui « cherchent mon âme », et que se réjouissent « tous ceux qui cherchent Dieu ». Comme c’est le Christ qui s’exprime dans les psaumes, il s’agit de ceux qui le cherchent pour s’unir à Dieu et de ceux qui le cherchent pour le tuer.

    Le Seigneur a parlé aux Juifs en ces termes : « Je m’en vais. » Pour le Christ Seigneur, la mort fut un départ vers ce lieu d’où il venait, d’où jamais il ne s’était éloigné. « Je m’en vais, dit-il, et vous me chercherez », non par désir, mais par haine. Car après qu’il se fût éloigné loin des regards des hommes, ceux-là qui le haïssaient, ceux-là qui l’aimaient, tous le cherchèrent, les uns par la persécution, les autres par le désir de la possession. Le Seigneur dit lui-même, dans les psaumes, par le prophète : « Le refuge se dérobe à moi, pas un qui cherche mon âme. » Et encore, à un autre endroit dans un psaume : « Honte et déshonneur sur tous ceux-là qui cherchent mon âme. » Le Christ a tenu pour coupables ceux qui ne cherchaient pas. Il a condamné ceux qui cherchaient. C’est un bien en effet de chercher l’âme du Christ mais comme les disciples l’ont cherchée, et c’est un mal de chercher l’âme du Christ, mais comme les Juifs l’ont cherchée, ceux-là pour la posséder, ceux-ci pour la perdre. Aussi qu’ajoute-t-il à ses paroles à l’intention de ceux qui le cherchaient à la manière mauvaise, d’un cœur pervers ? « Vous me chercherez, mais » – pour que vous ne pensiez pas que vous me cherchez bien, – « vous mourrez dans votre péché. » C’est là mal chercher le Christ : mourir dans son péché. C’est là haïr celui par qui seul on peut être sauvé.

  • Deuxième dimanche de carême

    Introït :

    Reminíscere miseratiónum tuarum, Dómine, et misericórdiæ tuæ, quæ a sǽculo sunt : ne umquam dominéntur nobis inimíci nostri : líbera nos, Deus Israël, ex ómnibus angústiis nostris.
    Ad te, Dómine, levávi ánimam meam : Deus meus, in te confído, non erubéscam.

    Souvenez-vous de vos bontés, Seigneur, et de votre miséricorde qui sont d’avant le temps. Que jamais nos ennemis ne dominent sur nous. Dieu d’Israël, délivrez-nous de toutes nos angoisses.
    Vers vous, Seigneur, j’ai élevé mon âme ; mon Dieu, en vous je mets ma confiance, je ne rougirai pas.

    Superbe interprétation par les moines d’En Calcat (de 1958) :

     

    Reminiscere.jpg

    Sur l’évangile de la Transfiguration, voir ma note de l’an dernier.

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

  • Zeman rempile

    milos-zeman-109122.jpg

    Le président tchèque Milos Zeman, 72 ans, a fait savoir, lors d’une conférence de presse à Prague, qu’il serait candidat à sa succession en 2018.

    Interrogé sur ses positions en faveur de la Russie (c’est-à-dire contre les sanctions européennes), il a avoué être un agent du Kremlin… et aussi de la Chine… et aussi de Trump :

    « Vous savez quoi, je suis un agent russe, et, en particulier, un agent de Vladimir Vladimirovitch Poutine. Et je suis aussi un agent du leader chinois Xi Jinping et de la nouvelle administration du président américain Donald Trump ! »

    Zeman est l’homme politique le plus populaire en Tchéquie, et il sera donc sans doute réélu. Ce qui est une bonne nouvelle, car l’homme, comme son prédécesseur Vaclav Klaus, est, quoique « social-démocrate », politiquement très incorrect. Comme les Premiers ministres polonais et hongrois, il ne parle que devant des drapeaux de son pays (sans drapeau de l’UE), il ne veut pas de soi-disant « réfugiés » chez lui parce que parmi eux viennent les terroristes et que de toute façon les musulmans ne peuvent pas s’intégrer à la culture tchèque, il rejette le magistère médiatique et les accusations de "xénophobie" de "racisme" et de "fascisme" portées contre les patriotes, etc. (Des sociaux-démocrates comme celui-là, on en redemande...)

    Il avait donné un exemple tout particulier de son indépendance d’esprit le 17 novembre 2015, en ce jour de double anniversaire national de la révolte étudiante contre les nazis en 1939 et de la révolution de velours contre les Soviétiques en 1989, en participant au rassemblement organisé par le « Bloc contre l’islam ».

  • Tous “déséquilibrés“ : une explication

    Il ne se passe de semaine sans qu’il y ait ici ou là de violentes agressions, de la part de personnages dont on nous dit immédiatement que ce sont des « déséquilibrés », et dont on apprend ensuite que ce sont – toujours – des musulmans venus d’ailleurs.

    C’en est au point que c’est à la limite du racisme : car la conclusion qui s’impose d’elle-même est que l’islam rend fou… Ce qui est pourtant contraire à l’idéologie officielle du vivre ensemble avec cette vénérable religion de paix et d’amour.

    L’histoire de Fahim nous donne une des explications possibles de ce phénomène.

    Fahim a attaqué et blessé sept personnes à la hache à la gare de Dusseldorf.

    L’acte d’un « déséquilibré », a immédiatement dit la police.

    Puis on a appris que le déséquilibré est un Kosovar, du nom de Fahim H. Arrivé en 2009 en Allemagne il avait obtenu un permis de séjour temporaire comme demandeur d’asile, mais l’asile lui a été refusé et il devait être expulsé. Mais en 2014 l’Office des migrations et des réfugiés a décrété que Fahim ne pouvait pas être expulsé, en application de la loi sur les étrangers qui interdit d’expulser une personne si cela peut avoir pour conséquence l’aggravation d’une affection médicale grave. Or l’expulsion de Fahim entraînerait une détérioration de son état mental. C’est pourquoi Fahim peut attaquer les gens à la hache : ça le défoule et c’est donc bon pour son état mental.

    Fahim, en arabe, ça veut dire : clairvoyant.

    Addendum. Comme le signale un commentaire, l'homme s'appelle Fatmir. Prénom qui est devenu Fahim dans la traduction de l'article allemand dans Fdesouche. Comme quoi on ne vérifie jamais assez (mais en même temps ça n'a aucune importance.)

  • Au Wyoming

    Le gouverneur du Wyoming, Matt Mead, a signé jeudi deux lois pro-vie. Elles sont très limitées, mais sont les premières depuis 28 ans dans cet Etat.

    La loi 182 stipule que le médecin qui va pratiquer un avortement doit « informer la patiente de l’opportunité de voir une échographie de l’enfant non né et d’entendre les battements du cœur de l’enfant non né ».

    La loi 116 fait de la vente, de l’envoi ou de la distribution de parties de fœtus avortés un crime.

    Il y a aujourd’hui trois avortoirs dans le Wyoming, dont un du Planning familial au cœur du scandale sur le trafic de tissus et d’organes de fœtus.

  • Samedi des quatre temps de carême

    Benedíctus es, Dómine, Deus patrum nostrórum
    Et laudábilis et gloriósus in sǽcula.

    Et benedíctum nomen glóriæ tuæ, quod est sanctum
    Et laudábile et gloriósum in sǽcula.

    Benedíctus es in templo sancto glóriæ tuæ
    Et laudábilis et gloriósus in sǽcula.

    Benedíctus es super thronum sanctum regni tui
    Et laudábilis et gloriósus in sǽcula.

    Benedíctus es super sceptrum divinitátis tuæ
    Et laudábilis et gloriósus in sǽcula.

    Benedíctus es, qui sedes super Chérubim, íntuens abýssos
    Et laudábilis et gloriósus in sǽcula.

    Benedíctus es, qui ámbulas super pennas ventórum et super undas maris
    Et laudábilis et gloriósus in sǽcula.

    Benedícant te omnes Angeli et Sancti tui
    Et laudent te et gloríficent in sǽcula.

    Benedícant te cæli, terra, mare, et ómnia quæ in eis sunt
    Et laudent te et gloríficent in sǽcula.

    Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto
    Et laudábili et glorióso in sǽcula.

    Sicut erat in princípio, et nunc, et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen.
    Et laudábili et glorióso in sǽcula.

    Benedíctus es, Dómine, Deus patrum nostrórum
    Et laudábilis et gloriósus in sǽcula.

    Vous êtes béni, Seigneur, Dieu de nos pères
    Et digne de louange et de gloire dans les siècles.

    Et le nom de votre gloire, qui est saint, est béni
    Et digne de louange et de gloire dans les siècles.

    Vous êtes béni dans le temple saint de votre gloire
    Et digne de louange et de gloire dans les siècles.

    Vous êtes béni sur le trône saint de votre royaume
    Et digne de louange et de gloire dans les siècles.

    Vous êtes béni sur le sceptre de votre divinité
    Et digne de louange et de gloire dans les siècles.

    Vous êtes béni, vous qui, étant assis sur les Chérubins, voyez le fond des abîmes
    Et digne de louange et de gloire dans les siècles.

    Vous êtes béni, vous qui marchez sur les ailes des vents, et sur les flots de la mer
    Et digne de louange et de gloire dans les siècles.

    Que tous les Anges et les Saints vous bénissent
    Qu’ils vous louent et vous glorifient dans les siècles.

    Que les cieux, la terre et la mer, et tout ce qu’ils renferment, vous bénissent.
    Qu’ils vous louent et vous glorifient dans les siècles.

    Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit
    Et à celui qui est digne de louange et de gloire dans les siècles

    Comme c’était au commencement, et maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.
    Et à celui qui est digne de louange et de gloire dans les siècles.

    Vous êtes béni, Seigneur, Dieu de nos pères.
    Et digne de louange et de gloire dans les siècles.

    Ce très bel hymne, qu’on ne trouve que dans la liturgie du samedi des quatre temps de l’Avent, du Carême et de septembre (aux quatre temps de Pentecôte il n’y en a qu’un verset d’alléluia) commence comme l’hymne des Hébreux dans la fournaise (Daniel 3, 52-60) et se poursuit par quelques versets de psaumes.

    Voici ce chant par les moines de Solesmes sous la direction de Dom Gajard (1959) – il manque deux versets – et par les moniales d’Argentan (1973) – les deux premiers versets et la doxologie.


    podcast

    podcast

    chant_img.jpg