Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 2

  • Une ambition pour l’UE

    Les dirigeants des « trois grands » de l’UE, Angela Merkel, François Hollande et Matteo Renzi, sont réunis aujourd’hui en Italie pour préparer le sommet de Bratislava, en septembre, qui se tiendra sans le Royaume Uni pour évoquer les conséquences du Brexit.

    Selon un diplomate interrogé par l’agence Reuters, « le but doit être avant tout de préserver le statu quo et d’empêcher que se poursuive la désintégration de l’UE des 27 ».

    Voilà une magnifique ambition, qui va à coup sûr réconcilier les peuples avec l’UE…

  • Au Pakistan

    La Commission des droits de l’homme du Sénat du Pakistan s’est réunie mardi dernier pour évoquer les lois anti-blasphème. Même si la question de l’abolition de ces lois demeure taboue, des voix se sont élevées pour souligner qu’elles provoquent de graves injustices et que 80% au moins des procédures judiciaires sont injustifiées. Parmi les propositions qui ont été faites, celles qui ont déjà été avancées depuis longtemps, comme l’exigence d’une enquête impartiale et la nécessité de punir les fausses accusations. Mais aussi de nouvelles propositions, comme celle de confier la première enquête à un gradé de la police (qui ne soit pas soumis aux pressions de l’imam local et des propriétaires terriens) et de retirer les procédures judiciaires, pour les mêmes raisons, aux tribunaux de première instance (qui condamnent systématiquement – et forcément à mort - les personnes accusées de blasphème contre le prophète, lesquelles sont acquittées en appel – sauf dans le cas très particulier d’Asia Bibi). La commission a décidé de mener une série d’auditions pour aller plus loin dans ce sens. Ce qui est en soi une bonne chose. Mais naturellement les islamistes, soulignant qu’il n’y avait rien à changer dans ces lois, ont déclaré que les résultats de ces travaux devraient être transmis au Conseil de l’idéologie islamique… Bref il n’y a sans doute rien à attendre à court terme. Mais le fait est qu’on parle de plus en plus de ces lois, et à un niveau de plus en plus élevé…

  • Ça se répand

    On se souvient que Jorge Mario Bergoglio a dit à son ami et confident athée Eugenio Scalfari – c’est du moins ce que celui-ci rapporte – que le Christ est « une articulation » de l’unique Dieu, comme les divinités des autres religions sont des articulations particulières de l’unique divinité, « seulement façonnées par l’histoire des hommes qui la pensent ».

    Il n’a fallu que quelques jours pour que cette hallucinante affirmation soit… démentie ? Pas du tout. Bien au contraire : pour qu’elle paraisse au beau milieu d’un éditorial de L’Avvenire, le quotidien des évêques italiens, sous une forme légèrement différente :

    En fait, pour quiconque croit – chrétien ou musulman ou juif – Dieu est un, grand, tout-puissant, miséricordieux. Les différences, s’il y en a, concernent le “je”.

    Par exemple, si je crois en la Sainte Trinité, à la Résurrection du Christ, en l’Eucharistie, c’est mon opinion personnelle, que j’ajoute, moi, parce que ça me plaît, à la croyance universelle au Dieu unique… Et comme c’est seulement mon opinion personnelle, elle n’engage pas la foi, de même que l’opinion contraire du musulman…

    Et hop, tout le monde est content.

    Vraiment ?

  • Orientation

    Conversio. Jésus, notre prêtre, se retourne, les bras ouverts, pour lui ouvrir Son cœur, vers le corps fait d’âmes dont Il convoie vers Son Père l’imploration. Ainsi fait Son représentant à la messe quand il se tourne vers le peuple en disant: Dominus vobiscum.

    Et à ce propos qu’il me soit permis d’exprimer mon peu de goût pour l’usage qui tend à s’établir, ou, paraît-il, à se rétablir, de dire toute la messe, face au peuple. J’y trouve un contresens liturgique. Le prêtre parle à Dieu au nom du peuple, il doit donc tourner le visage vers Dieu, de même que l’Eglise est orientée vers le Soleil levant. De temps en temps seulement il se retourne vers le peuple, comme pour lui dire de faire attention, pour l’associer à l’acte auguste qu’il est en train d’accomplir et pour lui dire : Respice in faciem Christi tui. La raison de la messe, ce n’est pas essentiellement le bien du peuple, c’est la gloire de Dieu. Il fallait trouver un moyen qui est celui de ces conversions répétées pour apporter et apporter encore l’assistance, à l’assistance pour la faire participer aux différentes phases de l’acte sacrificiel. De là l’importance de traduire par un mouvement physique les invitations rituelles.

    J’ai trouvé ce texte dans le livre de Paul Claudel sur le Cantique des cantiques (p. 409). A priori il ne fait que dire ce que nous pensons. Sauf qu’il a été écrit en… 1944. Indice parmi d’autres que non seulement « le Concile » n’a pas demandé de célébrer la messe à l’envers, mais qu’il n’y est même pour rien.

  • Le Cœur immaculé de Marie

    Acte de consécration des prêtres au Cœur immaculé de Marie, par Benoît XVI, le 12 mai 2010 à Fatima.

    100512-4-1-GEN-2A.jpg

    Mère Immaculée,
    en ce lieu de grâce,
    convoqués par l’amour de ton Fils Jésus,
    Grand et Eternel Prêtre,
    nous, fils dans le Fils et ses prêtres,
    nous nous consacrons à ton Cœur maternel,
    pour accomplir fidèlement la Volonté du Père.

    Nous sommes conscients que, sans Jésus,
    nous ne pouvons rien faire de bon (cf. Jn 15, 5)
    et que, seulement par Lui, avec Lui et en Lui,
    nous serons pour le monde
    des instruments de salut.

    Épouse de l’Esprit Saint,
    obtiens-nous l’inestimable don
    d’être transformés dans le Christ.
    Par la puissance même de l’Esprit qui,
    étendant sur Toi son ombre,
    t’a rendue Mère du Sauveur,
    aide-nous afin que le Christ, ton Fils,
    naisse aussi en nous.
    Que l’Église puisse ainsi
    être renouvelée par de saints prêtres,
    transfigurée par la grâce de Celui
    qui fait toutes choses nouvelles.

    Mère de Miséricorde,
    c’est ton Fils Jésus qui nous a appelés
    à devenir comme Lui :
    lumière du monde et sel de la terre
    (cf. Mt 5, 13-14).

    Aide-nous,
    par ta puissante intercession,
    à ne jamais trahir cette sublime vocation,
    à ne pas céder à nos égoïsmes,
    aux séductions du monde
    et aux suggestions du Malin.

    Préserve-nous par ta pureté,
    garde-nous par ton humilité
    et enveloppe-nous de ton amour maternel,
    qui se reflète en de nombreuses âmes
    consacrées à toi,
    devenues pour nous
    d’authentiques mères spirituelles.

    Mère de l’Église,
    nous, prêtres,
    nous voulons être des pasteurs
    qui ne paissent pas pour eux-mêmes,
    mais qui se donnent à Dieu pour leurs frères,
    trouvant en cela leur bonheur.
    Non seulement en paroles, mais par notre vie,
    nous voulons répéter humblement,
    jour après jour,
    notre « me voici ».

    Guidés par toi,
    nous voulons être des Apôtres
    de la Miséricorde Divine,
    heureux de célébrer chaque jour
    le Saint Sacrifice de l’Autel
    et d’offrir à tous ceux qui nous le demandent
    le Sacrement de la Réconciliation.

    Avocate et Médiatrice de la grâce,
    Toi qui es entièrement immergée
    dans l’unique médiation universelle du Christ,
    demande à Dieu, pour nous,
    un cœur complètement renouvelé,
    qui aime Dieu de toutes ses forces
    et serve l’humanité comme toi-même tu l’as fait.

    Redis au Seigneur
    cette parole efficace :
    « ils n’ont pas de vin » (Jn 2, 3),
    afin que le Père et le Fils répandent sur nous,
    comme dans une nouvelle effusion
    l’Esprit Saint.

    Plein d’émerveillement et de gratitude
    pour ta présence continuelle au milieu de nous,
    au nom de tous les prêtres,
    moi aussi je veux m’exclamer :
    « Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? » (Lc 1, 43)

    Notre Mère depuis toujours,
    ne te lasse pas de « nous visiter »,
    de nous consoler, de nous soutenir.
    Viens à notre secours
    et libère-nous des dangers
    qui nous menacent.
    Par cet acte d’abandon et de consécration,
    nous voulons t’accueillir de façon
    plus profonde et radicale,
    pour toujours et pleinement,
    dans notre existence humaine et sacerdotale.

    Que ta présence fasse refleurir le désert
    de nos solitudes et briller le soleil
    sur nos obscurités,
    qu’elle fasse revenir le calme après la tempête,
    afin que chaque homme voie le salut
    du Seigneur,
    qui a le nom et le visage de Jésus,
    réfléchi dans nos cœurs,
    pour toujours unis au tien !

    Ainsi soit-il !

  • 14e dimanche après la Pentecôte

    Ce dimanche est selon la façon traditionnelle de compter (hélas abandonnée en 1960) le 4e dimanche d’août. Dans le bréviaire monastique, comme avant 1960 dans le bréviaire romain, il y a au deuxième nocturne des matines une lecture qui est le début de l’exposition du « sens moral » du livre de Job par saint Grégoire le Grand. Voici ce texte dans la traduction du « sieur de Laval », pseudonyme de Louis-Charles d’Albert, duc de Luynes (1666).

    Il y avait dans la terre d’Hus un homme qui s’appelait Job. Puisque le nom de Job signifie : plein de douleur, et celui de Hus : plein de conseil, c’est avec raison qu’ils figurent l’un et l’autre chacun des élus ; d’autant que celui qui, ressentant de la douleur des choses présentes, aspire continuellement aux éternelles, habite sans doute dans une âme qui prend un salutaire conseil. Car il y a des personnes qui négligent de telle sorte le règlement de leur vie, que, ne recherchant que les seuls biens passagers et ne pensant pas seulement aux éternels ou les méprisant lorsqu’ils y pensent, ils n’en ressentent pas la moindre douleur et sont incapables de prendre quelque bon conseil et de former aucun dessein qui soit salutaire. Ils ne font nulle attention sur les biens célestes qu’ils ont perdus, et, misérables qu’ils sont en un état si funeste, ils s’estiment bienheureux dans la possession des biens de la terre. Ils n’élèvent jamais les yeux de leur âme vers la lumière de la vérité, pour laquelle la Bonté de Dieu les avait formés. Ils n’aspirent point par les élans de leurs désirs vers les joies ineffables de la céleste patrie, mais s’oubliant malheureusement eux-mêmes dans la jouissance de ces choses basses auxquelles ils se sont abandonnés, ils aiment ce lieu d’exil où ils ont été relégués comme si c’était leur véritable patrie, et se réjouissent dans les ténèbres de leur aveuglement déplorable, comme s’ils étaient éclairés de la plus brillante lumière.

    Les élus, au contraire, voyant que tout ce qui est passager n’est rien, n’aspirent qu’au bonheur pour lequel ils ont été mis au monde. Et comme hors de Dieu, rien n’est capable de les satisfaire, après s’être inutilement lassés dans la vaine recherche des biens périssables, toutes leurs pensées vont se reposer dans l’espérance et la contemplation de leur Créateur. Ils brûlent du désir d’être associés à la bienheureuse compagnie des célestes citoyens. Quoiqu’ils soient encore en ce monde, ils sortent néanmoins en esprit comme hors du monde. Ils déplorent continuellement le malheureux exil auquel ils sont relégués, et ils s’élèvent sans cesse par les élans de leur amour vers la sublime patrie.

    De sorte que, considérant avec douleur que ce qu’ils ont perdu est éternel, ils forment le conseil si salutaire de mépriser tout ce qui, étant sujet au temps, ne fait que passer ; et plus la lumière de ce divin conseil éclaire leur âme, pour lui faire abandonner les biens périssables, plus la douleur, dont ils sont touchés, s’accroît de ce que cette lumière et cette sagesse ne sont pas encore arrivées au comble de leur dernière perfection. Et c’est ce qui fait dire à Salomon : Celui qui augmente sa science augmente sa douleur (Eccl. 1,18) puisqu’il ressent d’autant plus de douleur d’être retenu dans les choses basses et terrestres qu’il connaît plus clairement les biens sublimes qu’il ne possède pas encore. C’est donc avec beaucoup de raison qu’il est dit ici que Job habitait dans la terre d’Hus ; puisque, ainsi que nous venons de le faire voir, l’esprit affligé de chaque élu est rempli d’un sage conseil et d’une science salutaire.

    Il faut aussi remarquer qu’il n’y a nulle peine et nulle douleur d’esprit dans les actions inconsidérées et imprudentes. Car ceux qui agissent sans conseil et sans prévoyance, et qui s’abandonnent aveuglément à la fortune et au hasard des événements, ne sont nullement tourmentés par l’inquiétude et par toutes ces différentes pensées qui fatiguent un esprit qui délibère. Mais celui qui fixe solidement son esprit par la maturité du conseil et de la raison s’observe avec circonspection et avec prudence dans toutes ses actions ; et de peur qu’il ne soit surpris par quelque événement inopiné et quelque obstacle imprévu, il examine d’abord la chose, en la sondant doucement par sa prévoyance, et comme avec le pied de sa pensée, afin que, lorsqu’il lui faudra agir, la crainte ne le retienne pas ; que lorsqu’il lui faudra différer, l’inconsidération ne le précipite point ; que dans le mal, la concupiscence ne le surmonte point à guerre ouverte et que la vaine gloire ne le fasse tomber dans des pièges secrets et cachés. Il est donc vrai de dire que Job habite dans la terre d’Hus lorsque l’esprit d’un élu est d’autant plus fatigué par le travail de marcher dans la voie étroite qu’il fait plus d’efforts pour se conduire en toutes ses actions avec conseil, avec prudence.

  • Le berger à la bergère

    2016-08-14_173733_ill1_IMG_0916.jpg

    Robert Ménard, le maire de Béziers – et ancien secrétaire général de Reporters sans frontières – a fait placarder dans sa ville une affiche rappelant que Midi Libre, le seul quotidien régional, qui mène une campagne permanente contre sa municipalité, appartient au ministre Baylet, qui tient « tous les jours l’info en laisse ». L’affiche n’a pas plu à Baylet, comme on s’en doute, et il a fait signer par les journalistes de son quotidien un communiqué intitulé « Ménard calomnie la rédaction de Midi Libre ». Communiqué soulignant donc à quel point, si l’info est en laisse, ce sont les journalistes qui ont la marque du collier.

    La municipalité de Béziers a réagi, en soulignant que si cela se passait plus au sud, « un baron politique local propriétaire de l’unique quotidien tout en étant ministre à la capitale – on parlerait de république bananière ».

    La municipalité rappelle qu’au lendemain de l’attentat de Nice, Midi Libre, rendant compte de la manifestation devant l’Hôtel de Ville, n’a pas dit un mot du discours du maire, ni même mentionné sa présence, alors qu’on donnait la parole aux opposants. Qu’en juin, la ville avait perdu un procès contre une association d’aide aux clandestins et que cela avait fait la une de Midi Libre, mais qu’en juillet, quand la ville a gagné le second procès, il n’y a pas eu un seul mot dans le journal. Pas un mot non plus sur la messe de la feria, qui a rassemblé quelque 4.000 personnes.

    La municipalité signale aussi que sa campagne d’affiches a coûté 190 €, tandis que le groupe de presse de Baylet reçoit chaque année près de 2 millions de subventions de l’Etat, subventions votées par… Baylet quand il est député ou sénateur.

  • Mike Pence

    Mike Pence, choisi par Donald Trump comme candidat à la vice-présidence, actuellement gouverneur de l’Indiana, a un score de 100% dans le classement du Comité national du droit à la vie, et un score de 0% dans le classement du Planning familial. Interrogé par Fox News sur une loi de l’Indiana qu’il a signée cette année, interdisant l’avortement pour cause d’anomalie génétique, de race ou de sexe, il a déclaré : « Eh bien je suis pro-vie, et je ne vais pas m’en excuser. » Et d’ajouter : « J’aimerais voir l’arrêt Roe contre Wade annulé et jeté à la poubelle de l’histoire, qui est sa place. »

    Tel est son discours habituel, qu’il poursuit invariablement au cours de la campagne : « Je crois au caractère sacré de la vie, et je tiens à ce principe, et je suis honoré de me tenir au côté de Donald Trump dans son fort engagement pour le droit à la vie. »

    Mike Pence est naturellement accusé d’être un dangereux misogyne qui veut « faire retourner le pays à l’âge de pierre »…

  • Rien à voir avec l’islam

    Adel Kermiche, l'un des deux assassins du père Hamel, a été enterré hier soir dans le carré musulman du cimetière de Puiseux-Pontoise.

    Puisque, comme chacun sait, cet assassinat n’a rien à voir avec l’islam, voici donc désormais – ça manquait au palmarès – le carré musulman qui n’a rien à voir avec l’islam.

    Adel Kermiche ne sera donc pas enterré au Danemark. En effet, le « Fonds islamique danois pour les enterrements » avait proposé que le jihadiste soit enterré dans le cimetière musulman de Brondby. Car il est inadmissible que des musulmans refusent les rites funéraires à un musulman, disait le président du Fonds islamique danois.

    Etant bien entendu que le Fonds islamique danois n’a rien à voir avec l’islam, et pas davantage le cimetière musulman de Brondby que le carré musulman de Pontoise.

  • En Chine

    Les autorités communistes de la province chinoise de Zhejiang, qui s’étaient déjà distinguées dans la campagne de destruction des croix des églises, viennent d’interdire « toute forme d’activité religieuse » dans les hôpitaux. A savoir toute prière vocale et toute visite d’un ministre du culte.

    C’est dans cette province que se trouve Wenzhou, la capitale chrétienne de la Chine (jadis appelée la Jérusalem chinoise).

  • Sur l’agenda du pape

    15 août : comme l’an dernier il n’a pas célébré de grand messe.

    15-18 septembre. Le pape n’ira pas au congrès eucharistique italien.

    19 septembre. Il ira à Assise pour le 30e anniversaire de la réunion interreligieuse de Jean-Paul II. C’est l’imam de Pérouse (et Assise) qui l’annonce.

    31 août : participation au congrès mondial de cardiologie.

    1er septembre : François préside en la basilique Saint-Pierre les vêpres solennelles de la Journée mondiale de prière pour le soin de la création. Sic.

    30 octobre : voyage en Suède pour célébrer le 500e anniversaire de la Réforme luthérienne.

    En bref : on met la Sainte Vierge et l’Eucharistie au placard, au profit du dialogue avec l’islam, du protestantisme, du culte de la Terre et de la santé. Voir l'article d'Antonio Socci.

  • Saint Bernard

    Saint Bernard a bien mérité d’être appelé « le dernier des Pères de l’Eglise ». Car ses écrits sont de la même eau, ou plutôt du même vin, du même Esprit. Et il brille comme l’héritier à la fois d’Origène et de saint Augustin, seul de son espèce.

    En outre, le style de saint Bernard est une constante source d’émerveillement. Il peut écrire des paragraphes entièrement tissés de citations de l’Ecriture, et qui sont pourtant caractéristiques de sa spiritualité. Et il est un tel virtuose des parallèles, des oppositions, multipliant les assonances et les allitérations, que cela frôlerait parfois la préciosité si ce n’était au service d’une pensée aussi profonde, d’une exégèse aussi inspirée. Exemple célèbre, avec chiasme et double paronomase, comme disent les grammairiens : « Iesus mel in ore, in aure melos, in corde iubilus » (Jésus miel dans la bouche, dans l’oreille mélodie, dans le cœur jubilation : sermon 15 sur le Cantique).

    C’est pourquoi, si l’on connaît un peu de latin, il faut absolument lire saint Bernard dans le texte. Aucune traduction ne peut rendre compte de son génie de la langue latine, de son caractère éminemment poétique au service du Mystère.

    Quelques spécialistes ont étudié son style. Christine Mohrmann a montré que certains passages étaient de véritables poèmes, avec une métrique et des rimes. Ainsi la fin célèbre de la deuxième homélie « à la louange de la Vierge Mère » est-elle un hymne à l’Etoile de la Mer que l’on peut très facilement découper en vers :

    O quisquis te intelligis
    in huius saeculi profluvio
    magis inter procellas et tempestates fluctuare,
    quam per terram ambulare
    ne avertas oculos a fulgore huius sideris,
    si non vis obrui procellis !

    Ô qui que tu sois, qui te vois,
    dans les fluctuations de ce monde,
    ballotté au milieu des bourrasques et des tempêtes
    plutôt que marchant sur la terre ferme,
    ne détourne pas les yeux de l'éclat de cet astre
    si tu ne veux pas être submergé par les flots.

    Si insurgant venti tentationum,
    si incurras scopulos tribulationum,
    respice stellam,
    voca Mariam.

    Si se lèvent les vents de la tentation,
    si tu cours aux écueils des épreuves,
    regarde l'étoile,
    appelle Marie.

    Si iactaris superbiae undis
    si ambitionis,
    si detractionis,
    si aemulationis
    respice stellam,
    voca Mariam.

    Si tu es secoué par les vagues de l'orgueil,
    ou de l'ambition,
    ou de la médisance,
    ou de la jalousie,
    regarde l'étoile,
    appelle Marie.

    Si iracundia,
    aut avaritia
    aut carnis illecebra
    naviculam concusserit mentis,
    respice ad Mariam.

    Si la colère,
    ou l'avarice,
    ou les attraits de la chair
    ébranlent la nacelle de ton âme,
    regarde vers Marie.

    Si criminum immanitate turbatus,
    conscientiae foeditate confusus,
    iudicii horrore perterritus,
    barathro incipias absorberi tristitiae
    desperationis abysso
    cogita Mariam.

    Si troublé par l'énormité de tes fautes,
    accablé par la souillure de ta conscience,
    épouvanté par l'horreur du jugement,
    tu commences à sombrer dans le gouffre de la tristesse,
    dans l'abîme du désespoir,
    pense à Marie.

    In periculis,
    in angustiis,
    in rebus dubiis
    Mariam cogita,
    Mariam invoca.

    Dans les dangers,
    les angoisses,
    les doutes,
    pense à Marie,
    invoque Marie.

    Non recedat ab ore,
    non recedat a corde,
    et ut impetres ejus orationis suffragium,
    non deseras conversationis exemplum.

    Qu'elle ne quitte pas ta bouche,
    qu'elle ne quitte pas ton cœur.
    Et pour obtenir le secours de ses prières,
    ne t'écarte pas de l'exemple de sa vie.

    Ipsam sequens non devias,
    Ipsam rogans non desperas,
    Ipsam cogitans, non erras.

    En la suivant, impossible de s'égarer ;
    en la priant, de te décourager ;
    en pensant à elle, d'errer.

    Ipsa tenente non corruis,
    Ipsa protegente non metuis,
    Ipsa duce non fatigaris,
    Ipsa propitia pervenis.

    Ta main dans la sienne, pas de chute ;
    sous sa protection, pas de crainte ;
    sous sa conduite, pas de fatigue ;
    avec son appui, tu touches au but.

    Et sic in temetipso experiris
    quam merito dictum sit :
    Et nomen Virginis Maria.

    Et ainsi, en toi-même, tu expérimenteras
    comme est juste cette parole:
    Et le nom de la Vierge était Marie.

    (Traduction Sources chrétiennes)

  • Saint Jean Eudes

    L’intérêt, pour moi, de ces notes liturgiques quotidiennes, est que je découvre des saints que, sans cela, je n’aurais jamais cherché à connaître. Année après année, je les connais mieux. Il en est que j’apprécie de plus en plus, d’autres que j’aime de moins en moins. Au nombre de ces derniers est saint Jean Eudes. J’ai toujours eu en horreur son expression « Sacrés-Cœurs de Jésus et Marie », qui dénote une abyssale incompréhension du symbolisme de l’unique Sacré Cœur, et je suis chaque année plus atterré de voir cette expression reprise dans l’oraison de la messe.

    Si l’on peut comprendre cette expression, c’est seulement dans le cadre du sentimentalisme dégoulinant de la piété de saint Jean Eudes. Sentimentalisme qui va de pair avec son mépris de la liturgie (qui ne lui est pas propre mais est pire encore que celui dont témoignait avant lui sainte Thérèse d’Avila). Ainsi dans ses séminaires disait-on les vêpres et les complies à 14h et les matines à 17h45. Et dans l’emploi du temps détaillé on ne voit pas d’heure pour la messe…

    Cette année je tombe sur une lettre « à la Sœur Marie de Taillepied ». Elle commence ainsi :

    Au nom et de la part de Jésus qui est votre tout et le mien, ma très chère Sœur, en sa personne, en son esprit et en son amour, je vous donne pour ce mois et pour votre éternité la grande solennité de Jésus, que nous célébrons le vingt de ce mois.

    C'est une des trois grandes solennités qui se font continuellement dans le ciel. Si Notre-Seigneur vous y appelle bientôt, vous l'y ferez avec joie et grande réjouissance, pendant que nous la ferons ici-bas en douleur et en angoisse. Nous solenniserons, vous et moi, une même fête, mais hélas ! ce sera d'une manière bien différente.

    Je ne puis penser à ceci sans larmes et sans soupirs. Hélas ! qui ne soupirerait et ne pleurerait amèrement ? Je ne pleure point sur vous, mais sur moi. Ah ! ma chère et bien-aimée Sœur, si vous avez quelque petit grain de charité pour votre pauvre Père, suppliez Notre-Seigneur, lorsque vous serez auprès de lui, de me tirer bientôt hors de ce lieu de péché et d'imperfections, pour me mettre en un lieu et dans un état où on l'aime purement, parfaitement et continuellement.

    La fête dont il parle fut inventée moins de 20 ans avant cette lettre, par Bérulle, qui la fit célébrer à l’Oratoire le 28 janvier. On voit que saint Jean Eudes, quittant l'Oratoire, l’avait transférée motu proprio au 20 janvier… Et il ose parler de cette invention, qui ne correspond à rien dans l’année liturgique, et qui n’entrera jamais dans le calendrier romain, comme « une des trois grandes solennités qui se font continuellement dans le ciel »…

    P.S. Je découvre qu'il parlait aussi du "Divin Cœur de Jésus et de Marie". Quand on pense qu'il fallait parfois des théologiens coupeurs de cheveux en 16 pour découvrir pourquoi le Saint-Office avait condamné tel livre (sans en donner la raison), et qu'il n'y a jamais eu de mise en garde contre une telle expression dont on a canonisé l'auteur...

  • Saint Agapit

    Agapit est un martyr de Préneste, recensé aujourd’hui dans le Martyrologe Hiéronymien : In civitate Prenestina, milliario XXXIII, Agapiti.

    Félix III lui éleva un sanctuaire près de la basilique de Saint-Laurent ; aussi sa fête pénétra-t-elle dans le Sacramentaire Léonien. Il s’agit donc d’un culte populaire et ancien, même dans la Ville éternelle.

    On croit généralement que saint Agapit souffrit le martyre sous Aurélien ; — sa basilique sépulcrale se trouvait in agro, un peu en dehors de Préneste, et on en a découvert les ruines grandioses.

    Bienheureux cardinal Schuster

    martyre-de-saint-agapit-cc-peter-potrowl.jpg

    Les Actes de ces divers martyrs sont de valeur inégale. Ceux de sainte Restituta ont été rédigés à une époque trop tardive pour qu’on puisse s’appuyer sur leur témoignage. Bien que la Passion de saint Agapit ne se présente pas d’abord sous des apparences meilleures, certains passages de l’interrogatoire ont de la vraisemblance.

    Seigneur, dit au président un employé de l’officium, si tu écoutes les discours de ce sacrilège obstiné, tu ne pourras jamais le vaincre par des paroles. Interroge-le sur les richesses patrimoniales qu’il a portées de Rome en venant ici, de peur que ce qui devait servir à la république ne lui fasse défaut.

    Le magistrat suivit ce conseil ; et, après qu’Agapit eut courageusement confessé devant lui le Christ mort sur la croix, il lui dit brusquement :

    Tous ces blasphèmes seront punis des supplices les plus cruels ; mais, auparavant, dis-moi où sont les trésors que tu as apportés ici après avoir vendu ton patrimoine.

    Agapit répondit :

    Les richesses que j’ai retirées de mon patrimoine et que tu me demandes avec tant d’avidité sont déposées et conservées dans le trésor de mon Christ, d’où les voleurs ne peuvent approcher.

    Pas plus que le juge de saint Laurent, le président qui interrogeait Agapit n’entendit les obscurités volontaires de ce langage mystique, et ne comprit que tout le bien du martyr avait été dépensé en aumônes : aussi, usant peut-être de la liberté laissée aux magistrats dans les procès des chrétiens par l’indifférence du gouvernement provisoire, proposa-t-il à Agapit une sorte de marché :

    Il y a longtemps, dit-il, que je souffre patiemment tes propos insensés. Je t’avertis donc que tu as un choix à faire : vois ce que tu préféreras, ou de nous montrer les trésors cachés dans ta maison, et de te retirer en paix, ou de sacrifier aux dieux immortels. Car j’ai compassion de ton jeune âge, et j’admire comment un enfant de quinze ans à peine ne craint pas de mourir de l’horrible mort des chrétiens.

    Cette préoccupation des richesses du martyr, ces pressantes questions pour découvrir le lieu où se cachent de prétendus trésors, sont un des traits caractéristiques de la dernière moitié du troisième siècle. Le jeune martyr protesta que tous ses biens avaient été irrévocablement déposés dans le trésor du Christ, et refusa de sacrifier : d’après ses Actes dégagés de ce qui sent l’amplification et la légende, il fut d’abord exposé aux bêtes dans l’amphithéâtre de Préneste, où deux lions se couchèrent à ses pieds ; conduit ensuite hors des murs, il fut décapité : les chrétiens déposèrent son corps dans un sarcophage neuf et l’enterrèrent à un mille de la cité.

    Paul Allard, Les dernières persécutions du IIIe siècle, ch. 5.

  • Prix d’architecture

    Screen_Shot_2016-08-11_at_11.27.04_AM_810_500_s_c1.jpg

    L’avortoir appelé « Centre de santé Diane L. Max pour les services de planning familial » de New York (Queens) a obtenu un prix décerné par l’Institut américain des architectes (AIA) : l’un des sept « Prix nationaux de la conception des services de santé ».

    Les architectes décrivent cet avortoir comme un « établissement de santé reproductive exaltant, exprimant l’avenir de l’organisation, qui accueille les divers résidents de l’arrondissement, évoque le respect de la dignité du patient et du choix individuel de santé reproductive, et donne toute satisfaction aux patients, particulièrement aux jeunes de l’arrondissement ».

    On n’évoque pas le respect de l’enfant à naître, ni d’ailleurs le fait qu’on le tue.

    (Diane L. Max est la présidente du Planning familial de New York. Elle a été la coproductrice exécutive du film After Tiller, célébrant les quatre derniers « médecins » américains qui continuent de réaliser des avortements tardifs aux Etats-Unis après l’assassinat du Dr Tiller.)

  • En Suède

    Plus de 2.000 véhicules ont été incendiés en Suède depuis le début de l’année. Surtout à Stockholm et à Malmö, avec un pic en juillet.

    « Nous ne pouvons pas dire si ce sont des jeunes ou des criminels, ou quoi que ce soit. Nous avons bien de petites suppositions, mais nous ne savons pas », déclare le porte-parole de la police de Stockholm à l’agence Reuters.

    Parce que s’il disait ce qu’il sait, il serait condamné pour xénophobie et islamophobie, et serait limogé pour attentat contre le vivre-ensemble.

    C’est ainsi que nos nations se suicident.

    (A Malmö plus de 40% de la population est officiellement étrangère ou d’origine étrangère récente. On considère qu’avec l’immigration clandestine la population de la ville est aujourd’hui majoritairement étrangère. Le niveau de criminalité y est le plus élevé du pays. Des écoles ont dû fermer en raison de l’insécurité.)

  • Le laïque Chevènement…

    Jean-Pierre Chevènement déclare au Parisien qu’il va accepter de devenir le président de la Fondation pour les œuvres de l’islam de France.

    Cela surprend certains. Mais c’est conforme à la laïcité socialiste. « Aujourd’hui, être un bon laïque, c’est encourager la construction de moquées en France », avait décrété Jean Glavany, le secrétaire national du PS à la Laïcité.

    Chevènement se fait donc lui aussi le fourrier de l’islam. Il veut sa médaille de la dhimmitude avant de mourir. Chacun son truc. Mais ce n’était pas la peine de lutter contre la disparition de la France dans le machin européen si c’est pour favoriser sa disparition dans l’islam.

  • En Malaisie

    Le gouvernement malaisien interdit aux « infidèles » de travailler au domicile des musulmans. Les employés de maison devront désormais être musulmans.

    Le patron d’une agence de placement s’étonne d’une telle décision alors que même au Qatar ou en Arabie saoudite on peut avoir des domestiques chrétiens.

    On constate que la décision émane du ministère de l’Immigration. Il s’agit d’empêcher les femmes des Philippines, qui sont très appréciées car très fiables, de venir travailler en Malaisie.

    Le mufti de l’Etat de Perak souligne que si la charia n’interdit pas d’avoir des domestiques « infidèles », il se trouve qu’on leur fait tellement confiance que les chrétiennes des Philippines peuvent faire adopter des pratiques de leur religion aux enfants dont elles ont la garde…

  • Le pape est-il sur le point de détruire l’Eglise en Chine ?

    François s’apprêterait à donner aux autorités communistes chinoises le privilège de nommer les évêques « catholiques ». Autrement dit de détruire l’Eglise catholique en Chine. En poignardant de façon atroce les évêques et les prêtres qui jusqu’ici résistaient de façon héroïque. Ces évêques et ces prêtres, et les fidèles, qui subissaient la persécution par fidélité au pape, devront-ils dire adieu à l’Eglise catholique par fidélité au pape ?

    Le cardinal Zen est une fois de plus, à 84 ans, à la tête de la résistance. Et c’est d’autant plus difficile pour lui qu’il s’agit de résister au pape et qu’il est salésien (les « trois blancheurs »…). L’essentiel de son texte est traduit par Benoît et moi dans le cadre d’un article de Maurizio Blondet.

    Un pape athée ?

    Un article qui est lui-même à lire intégralement. Notamment pour les nouvelles révélations de Scalfari. Selon le fondateur de la Repubblica, François lui a dit :

    Pour un chrétien, le Christ est Amour, mais cela est vrai pour l'unique Dieu, dont le Christ est une articulation, qu'il y a aussi dans le Dieu de Moïse et dans celui d'Allah (sic), dans le Brahma, le Bouddha, le Tao, dans toutes les divinités qui sont une, seulement façonnées par l'histoire des hommes qui la pensent.

    Commentaire de Maurizio Blondet :

    Or, tel est le credo de l'"ésotérisme" maçonnique. Qui est aussi un athéisme, comme Scalfari le sait très bien: Dieu existe parce que «les hommes le pensent», comme construction de la pensée, et il survit aussi longtemps que survit l'humanité qui croit en un dieu quelconque.

    Ceci est à mettre en relation avec la miséricorde selon François, c’est-à-dire selon Kasper. Dans son livre sur la miséricorde, qui inspire toute la propagande de François sur le sujet (comme il l’a dit explicitement dès son premier angélus), Walter Kasper explique que Dieu a dit à Moïse non pas « Je suis celui qui suis », « Je suis l’Etre », mais « Je suis celui qui est avec les hommes », qui accompagne les hommes. Je n’existe que par rapport aux hommes. D’où François titrant son livre : « Le nom de Dieu est miséricorde ». Cela ne se trouve nulle part dans l’Ecriture ou la Tradition, puisque c’est évidemment faux. La miséricorde est une application de l’Amour divin envers les hommes. Dire que le nom de Dieu est miséricorde, c’est affirmer que Dieu n’existe qu’en relation avec les hommes, qu’il n’existe pas en lui-même. Et cela correspond parfaitement à la citation que fait Scalfari. Mais s’il en est ainsi, nous avons un pape athée.

  • Saint Hyacinthe

    Lu sur le site du couvent des dominicains de Cracovie :

    Les premiers dominicains sont arrivés à Cracovie de Bologne en 1222, sous l’impulsion de l’évêque Iwo Odrowąż. On leur a donné l’église de la Sainte Trinité, où un cloître a été érigé en 1223. En 1250 ils ont commencé la construction d’un plus grand bâtiment, la basilique actuelle. Depuis le XVe siècle l’église a connu de très nombreuses transformations. L’incendie dévastateur de Cracovie en 1850 n’a pas épargné ni l’église ni le cloître. Après cet incendie l’église a été complètement restaurée.

    L’église des dominicains est une basilique à trois nefs, étroite et haute de style gothique, construite en pierre et en brique, avec un chœur allongé, fermé en son extrémité par un mur droit. Parmi ses nombreuses chapelles, celle qui attire le plus l’attention est la Chapelle de saint Hyacinthe. Elle abrite le tombeau en marbre du premier dominicain polonais, fondateur de la province polonaise.

    Une autre chapelle qui mérite d’être visitée est la Chapelle du Rosaire où se trouve l’icône de la Vierge du Rosaire.

    A l’heure actuelle, dans le couvent il y a le Collège de Philosophie et de Théologie, une maison de formation, une bibliothèque d’études ainsi que les archives de la province. Les pièces du couvent sont utilisés pour les rencontres des étudiants ( à l’aumônerie qui s’appelle Beczka – « le fût »), des jeunes des écoles secondaires (Przystań – « le port »), des tertiaires dominicains, du groupe de prière (Communauté de Saint Hyacinthe), de l’aumônerie des personnes handicapées (Klika) ainsi que de nombre d’autres groupes de prière et de formation. Les frères assurent également le service pastoral aux moniales et sœurs dominicaines, aux étudiants, familles et fiancés. Toute la journée, le sacrement de réconciliation est célébré dans la Basilique de la Sainte Trinité.

    800px-Kraków_-_Trinity_Church_01.jpg

    Kraków_-_Kościół_Świętej_Trójcy_-_Nawa_główna_01.jpg

    blog_wj_1371481_2846048_tr_grob354.jpg

    (Le blason que l'on voit sous l'autel du tombeau de saint Hyacinthe est celui du clan Odrowąż auquel appartenaient le saint et l'évêque de Cracovie de l'époque.)

    C'est au sanctuaire Saint-Hyacinthe de Legnica qu'a eu lieu récemment un miracle eucharistique.

  • Saint Joachim

    joachim_general.jpg

     

    Saint Joachim était de Nazareth en Galilée, et il était marié depuis vingt ans à sainte Anne de Bethléem. Tous deux vivaient de façon irréprochable et très pieuse, mais ils n’avaient pas d’enfants. Un jour que Joachim, avec quelques-uns de sa tribu, allait au Temple de Jérusalem pour présenter une offrande, le grand prêtre le prit à parti et lui demanda comment lui, qui était stérile, osait se présenter au Temple de Dieu en compagnie de ceux qui ne l’étaient pas. Puisque Dieu l’avait jugé indigne d’avoir des enfants, ses dons n’étaient pas dignes de Dieu.

    *

    Rempli de confusion, Joachim ne voulut pas rentrer chez lui, de peur de s'entendre adresser les mêmes reproches par ceux de sa tribu. Il se retira dans la campagne avec ses troupeaux. Quelque temps plus tard, un ange lui apparut, pour lui annoncer que ses prières étaient exaucées : « J'ai vu ta honte, et j'ai entendu les reproches de stérilité qui t’ont été adressés à tort. Dieu est le vengeur du péché, mais non de la nature, et s'il a fermé le sein d'une femme c'est pour le rendre fécond plus tard d'une manière qui paraisse plus merveilleuse, et pour faire connaître que l’enfant qui naît alors, loin d'être le fruit de la passion, sera un don de Dieu. » Anne concevra et mettra au monde une fille, que vous appellerez Marie, et elle deviendra la mère du Fils du Très-Haut. Le signe que ce que je dis est vrai : quand tu arriveras à Jérusalem, tu rencontreras ta femme près de la Porte Dorée.

    *

    Pendant ce temps-là, Anne était chez elle, seule, très triste d’avoir été abandonnée par son cher Joachim, sans même savoir où il était allé. Or l’ange apparut également à Anne, et lui dit les mêmes choses qu’il avait dites à Joachim.

    *

    Joachim et Anne crurent aux paroles de l’ange et partirent vers la Porte Dorée, où ils se rencontrèrent et s’étreignirent. Ils adorèrent le Seigneur puis rentrèrent chez eux. Anne conçut et mit au monde une fille qu’ils appelèrent Marie.

    joachim-1.jpg

    (Fresques de Kernascléden, XVe siècle, photographiées par mon fils Arzvaël)

  • Assomption

    Triptyque de l’Assomption, par le « maître de Cési », début du XIVe siècle, Musée Marmottan-Monet, Paris.

    Marmottan.jpg

    105754012.jpg

    centrale.jpg

    vlcsnap-2014-10-07-12h06m54s250.jpg

  • 13e dimanche après la Pentecôte

    Introït

    Réspice, Dómine, in testaméntum tuum, et ánimas páuperum tuórum ne derelínquas in finem : exsúrge, Dómine, et iúdica causam tuam, et ne obliviscáris voces quæréntium te.

    Ut quid, Deus, reppulísti in finem : irátus est furor tuus super oves páscuæ tuæ ? Glória Patri…

    Ayez égard à votre alliance, Seigneur, n’abandonnez pas à la fin les âmes de vos pauvres. Levez-vous, Seigneur et jugez votre cause, et n’oubliez pas les appels de ceux qui vous cherchent.

    Pourquoi, ô Dieu, nous avez-vous rejetés finalement ? Pourquoi votre colère s’est-elle allumée contre les brebis de vos pâturages ?

    Sur l’évangile, nouveau paradoxe sur un autre bon Samaritain, voir ici.

    Sur « Jésus épistate », voir ici.

    Sur l’antienne de communion, voir ici.

  • Espoir

    IRAQ_-_ordinazione_sacerdoti_erbil.jpg

    Le 5 août dernier, deux ans jour pour jour après l'attaque de Qaraqosh par l’Etat islamique, trois jeunes hommes de cette ville entièrement syriaque catholique (et entièrement vidée de ses habitants) ont été ordonnés prêtres, dans l’église en préfabriqué d’un camp de réfugiés d’Erbil, au Kurdistan. Quelque 1.500 fidèles se pressaient dans l’église prévue pour 800 personnes. Les ordinations ont été conférées par Mgr Petros Yoanno Moshe (Pierre Jean Moïse), archevêque syriaque catholique de Mossoul et Kirkouk.

    Les trois jeunes (et un quatrième qui a été ordonné à Bagdad trois semaines avant les autres) étaient séminaristes à Qaraqosh au moment de la prise de la ville. Ils ont poursuivi et terminé leurs études à Harissa au Liban – l’intérêt d’avoir le Liban… Ils avaient été ordonnés diacres le 19 mars dernier.

    510_couverture-cd-qaraqosh.jpg

    (Ad Vitam Records)

    Heureux les bons serviteurs. Chant pour les ordinations.
    podcast

    Irak - L'église de Qaraqosh.jpg

    C'était la nouvelle église de Qaraqosh. Elle a été détruite deux mois après la prise de la ville par l'Etat islamique. Par un bombardement américain.

  • De la Sainte Vierge le samedi

    Fuit vir unus de Ramáthaim Sophim, de monte Ephraim. Potest, huius montis nómine, beatíssima semper Virgo Maria, Dei Génitrix, designari. Mons quippe fuit, quæ omnem electæ creaturæ altitúdinem, electiónis suæ dignitate, transcéndit. An non mons sublimis Maria, quæ, ut ad conceptiónem æterni Verbi pertingeret, meritórum vérticem, supra omnes Angelórum choros, usque ad sólium Deitátis eréxit? Huius enim montis præcellentíssimam dignitátem Isaías vatícinans, ait: Erit in novíssimis diébus præparátus mons domus Dómini in vértice móntium. Mons quippe in vértice móntium fuit, quia altitúdo Maríæ supra omnes Sanctos refulsit.

    « Il y eut un homme de Ramathaim Sophim, de la montagne d’Ephraïm » (I Rois 1,1). La très sainte Mère de Dieu Marie toujours vierge peut être désignée par ce nom de “montagne”. Elle fut de fait une montagne, elle qui par la dignité de son élection a transcendé toute hauteur de créature élue. N’est-elle pas, Marie, une montagne sublime, elle qui, afin qu’elle atteigne à la conception du Verbe éternel, éleva le sommet de ses mérites au-dessus des chœurs des anges, jusqu’au trône de la Divinité ? C’est de la très éminente dignité de cette montagne que prophétisa Isaïe, disant : « Il y aura dans les derniers jours une montagne préparée pour être la maison du Seigneur au sommet des montagnes. » En effet elle fut une montagne au sommet des montagnes, car la hauteur de Marie resplendit au-dessus de tous les saints.

    Saint Grégoire le Grand, commentaire des livres des Rois, lecture des matines. (L'homme de Ramathaim Sophim est le mari d'Anne, laquelle va chanter pour la naissance miraculeuse de son enfant - Samuel - un cantique qui préfigure le Magnificat.)

  • Sainte Claire

    1280px-SDamiano-Clara_og_søstre.jpg

    (Fresque de l'église Saint-Damien d'Assise)

    Or il ne parut pas à la glorieuse vierge Claire que le monastère de Saint-Ange-in-Panzo fût ce quelle souhaitait. Son âme angélique n'y goûtait pas le parfait repos, car elle ne trouvait pas qu'il fût apte au service de Dieu, ni assez solitaire pour l'oraison.

    Son père saint François, pensant tout de même, vint avec plusieurs de ses saints compagnons l'en retirer pour la conduire en l'église de Saint-Damien afin qu'elle y demeurât. Là, comme en un port sûr et définitif, Claire jeta l'ancre, y enfermant toute son âme et décidée à ne jamais sortir pour quoi que ce fût. Son cœur ne fut effrayé ni par la solitude du lieu, ni par son austérité, ni par sa pauvreté; il était seulement embrasé de l'amour du divin époux Jésus-Christ ; pour Dieu elle s'enfermait volontairement en cet étroit refuge pareil à une prison.

    La très douce vierge était alors âgée de dix-huit ans environ ; c'était en l'an du Seigneur 1212, sous le pontificat d'Innocent III, en la sixième année de la vocation de saint François.

    C'est dans cette église de Saint-Damien que le séraphique François, priant un jour et regardant ardemment avec des yeux remplis de larmes le crucifix, mérita d'entendre la gracieuse voix de Jésus-Christ qui lui dit trois fois : « Va et répare ma maison qui, comme tu le vois, tombe en ruines. »

    C'est pour la réparation de cette église bénie que ce bienheureux donna ses fatigues et ses sueurs, après avoir offert au pauvre prêtre qui s'en occupait beaucoup d'argent, que celui-ci n'avait pas accepté par crainte du père de François.

    C'est en ce lieu que le mystique François, éclairé par l'Esprit-Saint, monta un jour sur un mur pendant qu'il réparait l'église et cria en français aux pauvres gens ses voisins:

    «— Venez et aidez-moi dans l'œuvre de Saint-Damien, car ici viendront beaucoup de saintes femmes qui glorifieront grandement le Père céleste par la perfection de leur vie. »

    Là aussi le très doux Saint s'était caché, jadis, pour fuir la colère paternelle.

    En ce pauvre lieu, pareil à une chartreuse bien loin des tempêtes du monde, Claire cela volontairement son corps pour l'amour de son divin époux. Elle peut véritablement être appelée colombe d'argent car, de même que la colombe bâtit son nid dans les murailles, ainsi Claire fit le sien entre les murs de cette pauvre petite église de Saint-Damien et elle y engendra à Dieu une nombreuse famille de vierges.

    Ainsi fut établi le premier monastère de l'ordre des Pauvres Dames.

    Claire courut la première dans la voie de la pénitence afin que toutes celles qui suivraient puissent marcher sur ses traces et vaincre comme elle le démon dans les combats contre le monde et la chair.

    En cet étroit refuge, elle vécut quarante-deux années, brisant sous de dures disciplines le fragile albâtre de son corps virginal. L'église de Dieu était remplie des suaves parfums qui émanaient d'une aussi bonne vie. On peut dire réellement que ce fut une vie glorieuse, lorsque l'on considère les âmes innombrables que la très pure vierge attira à Dieu par ses exemples.

    Vie de sainte Claire par Thomas de Celano, chapitre 7. (On remarque l’allusion au Cantique des cantiques  associé au verset 14 du psaume 67, l’un des plus obscurs du psautier, et des plus cités…)

  • Sainte Suzanne

    « A Rome, sainte Suzanne, vierge de haute naissance et nièce du pape Caïus, décapitée ; elle mérita ainsi la palme du martyre », dit le Martyrologe.

    Et le bréviaire, après la notice sur saint Tiburce : « Le même jour, Suzanne, vierge d’une grande noblesse, qui avait refusé l’alliance de Galère Maxime, fils de l’empereur Dioclétien, à cause de son vœu de virginité, et que de nombreux supplices n’avaient pu détourner de sa résolution sainte, fut décapitée dans sa propre maison, sur l’ordre de l’Empereur. C’est ainsi qu’elle monta au ciel, couronnée de la double gloire de la virginité et du martyre. »

    A Rome il y a une église Sainte-Suzanne depuis la fin du VIe siècle. C’est l’église de la station du samedi de la troisième semaine de carême, où on lit le si beau récit de la délivrance de (l’autre) Suzanne au livre de Daniel.

    Le nom de Suzanne vient de l’hébreu chochana, le lys. Le lys des vallées du Cantique des cantiques.

    Sainte_Suzanne.JPG

    Sainte Suzanne, dans l'église qui porte son nom, dans le village qui porte son nom, en Mayenne.

  • Catholic relief…

    L’organisation Catholic Relief Services est le Secours catholique américain. Elle a été créée par les évêques et dépend toujours de la Conférence épiscopale. On savait déjà que, via ses partenariats, elle promeut la contraception. Et que l’un de ses vice-présidents s’est ostensiblement « marié » avec un homme. L’Institut Lépante, après avoir enquêté sur les dons des salariés de Catholic Relief Services aux organisations et personnalités politiques, conclut que 98% de ces dons vont à des organisations ou des personnalités qui sont ouvertement favorables à l’avortement.

  • Il y en a encore !

    Le chef du Service allemand d'enquête sur les crimes nazis annonce avoir identifié quatre hommes et quatre femmes soupçonnés d'avoir servi comme gardes, secrétaires et standardistes dans le camp de concentration de Stutthoff.

    Les services judiciaires vont étudier si ces personnes peuvent être inculpées pour complicité d'assassinat, et être jugées par un… tribunal pour enfants (vu qu’elles étaient mineures au moment des faits).

    Le tout est de réussir à ce que le procès puisse avoir lieu avant leur mort, ce qui devient de plus en plus difficile.

    Rappelons que dans ces procès des vieillards sont condamnés pour complicité dans des dizaines ou des centaines de milliers d’assassinats sans qu’aucun fait précis ne leur soit reproché…

    (En ce qui concerne le camp de Stutthof, quelque 2.000 personnels d'encadrement et de surveillance ont été jugés après la guerre. Par des tribunaux polonais. Il est bien temps que les Allemands se réveillent...)

  • “Toutes les religions”

    La Suisse s’inquiète du nombre de mariages forcés qui explose chez elle, et qui implique de plus en plus de mineures, dont des petites filles.

    Lorsque le Centre d’aide et d’accueil pour les victimes de mariage forcé a été créé à Zurich, en 2005, il enregistrait deux cas par mois. Ces dernières années, on est monté à cinq cas par semaine. En juin dernier, c’était neuf cas par semaine… Et le Centre ne couvre que cinq cantons.

    Anusooya Sivaganesan, responsable du Centre, constate que les victimes proviennent des communautés érythréenne, somalienne, irakienne, afghane et syrienne. « Malheureusement il y a un lien avec l’immigration », admet-elle.

    Mais « il n’y a pas de religion particulière sur laquelle nous pourrions nous focaliser », ajoute-t-elle.

    Heureusement. Car ce ne serait pas correct de remarquer que les pays dont elle parle ont une même religion ultra-majoritaire. Alors Swissinfo ne craint pas de mettre en sous-titre : « Toutes les religions ». Sic.

    Et pour faire bonne mesure dans le déni de réalité, la bonne Anu Sivaganesan dit encore que dans chacun de ces mariages un homme est impliqué, et donc… victime. Sic : « C’est toujours un mariage hétérosexuel… Les hommes sont aussi des victimes. »