Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 2

  • Saint Marcel Ier

    VERIDICVS • RECTOR • LAPSOS • QVIA • CRIMINA • FLERE
    PRAEDIXIT • MISERIS • FVIT - OMNIBVS • HOSTIS • AMARVS
    HINC • FVROR • HINC • ODIVM • SEQUITVR • DISCORDIA • LITES
    SEDITIO • CAEDES • SOLVVNTVR • FOEDERA • PACIS
    CRIMEN • OB • ALTERIVS • CHRISTVM • QVI • IN • PACE • NEGAVIT
    FINIBVS • EXPVLSVS • PATRIAE • EST • FERITATE • TYRAMNI
    HAEC • BREVITER • DAMASVS • VOLVIT • COMPERTA • REFERRE
    MARCELLI • VT • POPVLVS • MERITVM • COGNOSCERE • POSSIT

    Parce que, en vrai Pasteur, il avait ordonné aux pécheurs de pleurer leurs fautes,
    Il fut considéré par tous les méchants comme un adversaire
    D’où la fureur, la haine, la discorde, la querelle, plein de fiel.
    La sédition, les massacres ; le lien de la concorde fut brisé
    Par les artifices iniques de quelqu’un qui, au temps même de la paix, avait renié le Christ.
    Il fut expulsé du sol paternel par la cruauté du tyran.
    Damase, à qui tout cela est parfaitement connu, a voulu le rapporter succinctement,
    Afin que le peuple connaisse le mérite de Marcel.

    Cette épigraphe de saint Damase ne fait pas mention de ce que racontent les plus tardifs Gesta Marcelli : saint Marcel condamné à servir comme esclave dans les écuries impériales jusqu’à la mort, ce qu’on trouvera dans la Légende dorée (et dans le bréviaire) et donnera lieu à illustrations.

    3203966503_1_24_sDuCoVrV.jpg

  • Leur Europe

    La Commission européenne demande à la Cour de Justice de délivrer une injonction contre la loi polonaise prévoyant des sanctions contre les juges qui remettent en cause la réforme judiciaire en cours.

    On remarquera la désinvolture avec laquelle une telle procédure est annoncée, qui montre bien le mépris dans lequel la Commission tient les Polonais : c’est par un simple tweet de la commissaire Jourova :

    « Aujourd’hui, la Commission européenne a décidé de demander à la Cour de justice d'imposer des mesures provisoires ordonnant au gouvernement polonais de suspendre le fonctionnement de la chambre disciplinaire de la Cour suprême. »

    Elle ose ajouter :

    « Nous restons prêts à engager un dialogue constructif avec la Pologne fondé sur l'équité et le respect. »

    La gouvernance Twitter est-elle devenue le fin du fin de la démocratie et de l’état de droit européen ? Ou ces crachats sont-ils réservés aux vilains de l'Est?

  • La dictature LGBT

    Lundi soir, une centaine de militants LGBT ont envahi la Maison des associations, à Rennes, et ont empêché la tenue d’une conférence d’Alliance Vita. Il y a eu des coups, des jets de gaz lacrymogène, et tous les documents d’Alliance Vita ont été détruits. La police est intervenue, et après une heure de face à face a déclaré aux LGBT : « Vous avez gagné, la soirée est annulée sur ordre de la préfecture. »

    Cette conférence devait être la première d’une série de quatre. Le commando LGBT a prévenu qu’il reviendrait pour les empêcher si la mairie de Rennes ne les interdit pas.

    L’opération a été menée par le « lobby LGBT breton » qui s’intitule en volapük bretonnoïde « Strollad LBGTI dispac’hel breton » (sic). Leur logo est le drapeau breton avec les bandes noires remplacées par les couleurs de l’arc-en-ciel. Une honte de plus pour ma pauvre Bretagne.

  • Blasphème pakistanais

    Le 27 décembre dernier, deux musulmans qui en avaient après Shahbaz Masih, un chrétien de 40 ans bien connu de la communauté chrétienne de Lahore, l’agressèrent sur un marché et l’emmenèrent dans une décharge où il y avait de vieux papiers ; ils l’accusèrent d’avoir brûlé des pages du Coran. Sous les coups, Shahbaz criait, et ses cris furent entendu par un des amis musulmans, qui vint à sa rescousse. La bagarre attira l’attention de la mosquée voisine, et l’appel à tuer les blasphémateurs ne tarda pas à retentir. La police arriva et arrêta Shahbaz et son ami musulman. Ils sont en détention depuis lors, sous le coup d’une accusation d’offense au prophète Mahomet. On vient seulement de l’apprendre, la presse pakistanaise étant restée muette.

    Les deux familles ont dû fuir et se cacher, pour éviter que leurs maisons ne soient incendiées.

  • En Turquie

    257001-1668178480.jpg

    Aho Bileçen est un prêtre et moine assyrien qui a restauré le monastère Saint-Jacques de Nisibe, ancien haut-lieu de la théologie syriaque (aujourd’hui Nousseïbine en Turquie) et l’a rouvert il y a peu, avec le soutien de son évêque.

    Il y a quelques jours il a été arrêté. Pour « complicité avec les terroristes ». Mais le procureur garde le dossier secret. Selon une rumeur il serait accusé d’avoir « donné du pain à des militants du PKK ».

    Le chef de la communauté assyrienne de Mardin déclare : « L’église Saint-Jacques se trouve sur le mont Balotelli, et il n’y a aucune maison autour. Aho Bileçen est très jeune. Il a quitté Istanbul et il est venu ici. Il n’y a personne autour de lui, en dehors d’une poignée d’étudiants. Pourquoi un prêtre devrait être arrêté, ce n’est pas clair. »

    Cette région est le cœur de ce qui fut le pays assyrien avant le génocide dit arménien qui décima également les assyriens (et syriaques et chaldéens). Aujourd’hui la région est peuplée de Kurdes, et les derniers assyriens se retrouvent au milieu de la guerre entre Turcs et Kurdes. Nombre d’entre eux ont dû quitter le pays dans les années 80-90.

    Addendum

    Aho Bileçen était déjà relâché au moment où j'ai écrit cela. Il avait été arrêté le 9 janvier et il a donc été relâché le 14, sans doute grâce à la campagne mondiale menée par les militants assyriens. La justice précise que les charges n'avaient pas été finalisées... On lui reprochait de fait d'avoir partagé du pain avec un membre du PKK...

  • L’Exhortation à venir

    Dans une lettre confidentielle aux évêques (« Veuillez garder cette lettre confidentielle et ne la partager qu’avec ceux qui sont directement impliqués dans la préparation diocésaine à la publication de l’Exhortation »), le cardinal Hummes, « rapporteur général du Synode et président du Réseau ecclésial pan-amazonique » (sic), informe que l’Exhortation apostolique présentant « les Nouveaux Chemins pour l’Eglise et pour une Ecologie Intégrale développée sous la conduite du Saint-Esprit pendant le Synode sur l’Amazonie en octobre dernier » sera promulguée à le fin de ce mois ou au début du mois prochain. (On notera les capitales à "nouveaux chemins" et "écologie intégrale", comme pour "Saint-Esprit".)

    Le cardinal Hummes dit aux évêques qu’ils recevront le texte sous embargo avant la publication, afin qu’ils puissent préparer l’événement dans leur diocèse. « Par exemple, vous pourrez trouver opportun que l’Exhortation soit présentée par vous-même en compagnie de porte-parole indigènes si cela concerne votre région, un dirigeant pastoral expérimenté (ordonné ou religieux, laïque homme ou femme), un expert du climat ou de l’écologie, et un jeune impliqué dans le ministère du même âge. » En anglais ces derniers mots sont « peer minister ». Il s’agit semble-t-il de l’évangélisation par l’entraide entre étudiants du même âge, « ministère » inventé par les protestants américains.

  • "Bénédiction apostolique"

    Antonio Socci relève que dans sa lettre du 20 septembre au cardinal Sarah, Benoît XVI lui accorde sa « bénédiction apostolique ».

    Screenshot_2020-01-15 Cardinal R Sarah ( Card_R_Sarah) Twitter.png

    Cette expression est non seulement synonyme de « bénédiction papale » mais implique qu’elle « ne peut être accordée que par le Souverain Pontife à ses sujets sur lesquels il exerce la juridiction qui lui a été conférée par le Christ ». Cette citation est du site Disputationes theologicae, dans un article sur une précédente « bénédiction apostolique » du « pape émérite », en novembre 2017. Celle-ci était d’autant plus spectaculaire qu’elle était donnée au cardinal Brandmüller, à la fin d’une lettre répondant au cardinal qui rejetait le concept même de pape émérite.

    Screenshot_2020-01-15 Pope news on Twitter.png

    Disputationes theologicae faisait remarquer en outre, d’une part qu’un pape redevenu seulement évêque ne pouvait pas donner la bénédiction apostolique à un cardinal, mais aussi que Benoît XVI disait « ma » bénédiction apostolique « (laquelle en soi comporte aussi d’ordinaire l’indulgence plénière). Elle est en soi un exercice de juridiction, juridiction personnelle de celui qui est en train de l’accorder. Sinon elle ne pourrait pas être dite “mienne” mais seulement “apostolique” ou “papale”. »

    On constate qu’au cardinal Sarah Benoît XVI dit également qu’il lui accorde sa bénédiction apostolique : "la mia benedizione apostolica".

  • Saint Maur

    Dans le calendrier romain c’est aujourd’hui la fête de saint Paul, premier ermite, l’homme qui vécut seul près de cent ans sous son palmier… Dans le calendrier monastique c’est la fête de saint Maur, le grand disciple de saint Benoît. Voici l’une des hymnes propres pour la congrégation de France (mais elle existait avant la Révolution), avec la traduction de dom Guéranger :

    Maurum concelebra, Gallia, canticis,
    Qui te prole nova ditat, et inclyti
    Custos imperii, regia protegit
    Sacro pignore lilia.

    Gaule, consacre tes chants à la gloire de Maur, c’est lui qui t’enrichit d’une nouvelle famille ; gardien de ton illustre empire, il protège, par sa tombe sacrée, les lis de tes rois.

    Hic gentilitiis major honoribus,
    Spretis lætus adit claustra palatiis,
    Calcat delicias, prædia, purpuram,
    Ut Christi subeat jugum.

    Plus grand que les honneurs de sa naissance, il méprise les palais, et s’enfuit joyeux sous l’ombre du cloître ; les délices, les héritages, la pourpre, il foule tout aux pieds, pour porter le joug du Christ.

    Sancti propositam Patris imaginem
    Gestis comparibus sedulus exprimit;
    Spectandis pueri lucet in actibus
    Vitæ norma monasticæ.

    Plein de zèle, il exprime dans ses actions les traits du bienheureux Père ; dans la vie merveilleuse d’un enfant, brille la règle de la vie monastique.

    Se sacco rigidus conterit aspero,
    Frænat perpetui lege silentii;
    Noctes in precibus pervigil exigit,
    Jejunus solidos dies.

    Dur à lui-même, il se couvre d’un cilice ; pour toujours il s’enchaîne sous la loi du silence ; la nuit, il veille dans la prière, et le jeûne remplit ses journées.

    Dum jussis patriis excitus advolat,
    Sicco calcat aquas impavidus pede,
    Educit Placidum gurgite sospitem,
    Et Petro similis redit.

    A l’ordre du Père, il vole, intrépide, et, d’un pied sec, il foule les eaux ; il arrache et sauve Placide de l’abîme, et revient, comme Pierre autrefois.

    Laudem jugis honor sit tibi Trinitas,
    Quæ vultus satias lumine cœlites!
    De sanctæ famulis tramite Regulæ
    Mauri præmia consequi.
    Amen.

    Que l’éternel honneur de la louange à vous soit rendue, ô Trinité, qui rassasiez les habitants du ciel de la lumière de votre visage ; accordez à vos serviteurs d’arriver à la récompense de Maur, par le sentier de la Règle sainte. Amen.

  • Turbulences

    Mgr Georg Gänswein, préfet de la Maison pontificale et secrétaire particulier du Pape émérite :

    « Je peux confirmer que ce matin, sur l’indication du Pape émérite, j’ai demandé au cardinal Robert Sarah de contacter les éditeurs du livre en les priant de retirer le nom de Benoît XVI comme co-auteur du livre, et de retirer aussi sa signature de l'introduction et des conclusions. Le Pape émérite savait en effet que le cardinal était en train de préparer un livre, et il lui avait envoyé un bref texte sur le sacerdoce en l’autorisant à en faire l’usage qu’il voulait. Mais il n’avait approuvé aucun projet pour un livre à double signature, ni n’avait vu et autorisé la couverture. Il s'agit d'un malentendu, sans mettre en doute la bonne foi du cardinal Sarah. »

    Communiqué du cardinal Sarah :

    Le 5 septembre dernier, après une visite au monastère Mater Ecclesiae où habite Benoît XVI, j'ai écrit au Pape émérite pour lui demander s'il était possible qu'il compose un texte sur le sacerdoce catholique, avec une attention particulière concernant le célibat. Je lui expliquais que moi-même j'avais commencé une réflexion dans la prière. J'ajoutais « J'imagine que vous penserez que des réflexions de votre part pourraient ne pas être opportunes à cause des polémiques qu'elles provoqueraient peut-être dans les journaux, mais je suis convaincu que toute l'Eglise a besoin de ce don, qui pourrait être publié à Noël ou au début de l'année 2020 ».

    Le 20 septembre, le Pape émérite m'a remercié en m'écrivant que lui aussi, de son côté, avant même de recevoir ma lettre, avait débuté l'écriture d'un texte sur ce sujet, mais que ses forces ne lui permettaient plus de rédiger un texte théologique. Toutefois, ma lettre l'avait encouragé à reprendre ce long travail. Il ajoutait qu'il me le transmettrait quand la traduction en langue italienne serait achevée.

    Le 12 octobre, pendant le synode des évêques sur l'Amazonie, le Pape émérite me remettait sous pli confidentiel un long texte, fruit de son travail des mois écoulés. En constatant l'ampleur de cet écrit, tant sur le fond que sur la forme, j'ai immédiatement considéré qu'il ne serait pas possible de le proposer à un journal ou à une revue, eu égard à son volume et à sa qualité. J'ai donc immédiatement proposé au Pape émérite la parution d'un livre qui serait un immense bien pour l'Eglise, intégrant son propre texte et le mien. A la suite des divers échanges en vue de l'élaboration du livre, j'ai finalement envoyé, le 19 novembre, un manuscrit complet au Pape émérite comportant, comme nous l'avions décidé d'un commun accord, la couverture, une introduction et une conclusion communes, le texte de Benoît XVI et mon propre texte. Le 25 novembre, le Pape émérite exprimait sa grande satisfaction concernant les textes rédigés en commun, et il ajoutait ceci « Pour ma part. je suis d'accord pour que le texte soit publié dans la forme que vous avez prévue ».

    Le 3 décembre, je me suis rendu au monastère Mater Ecclesiae pour remercier une nouvelle fois le Pape émérite de m'accorder une si grande confiance. Je lui ai expliqué que notre livre serait imprimé pendant les vacances de Noël, qu'il paraîtrait le mercredi 15 janvier et que, par conséquent, je viendrai lui apporter l'ouvrage début janvier au retour d'un voyage dans mon pays natal.

    La polémique qui vise depuis plusieurs heures à me salir en insinuant que Benoît XVI n'était pas informé de la parution du livre Des profondeurs de nos cœurs, est profondément abjecte. Je pardonne sincèrement à tous ceux qui me calomnient ou qui veulent m'opposer au Pape François. Mon attachement à Benoît XVI reste intact et mon obéissance filiale au Pape François absolue.

    Le cardinal Sarah a publié dès hier la photographie des lettres que Benoit XVI lui a adressées le 20 septembre, le 12 octobre et le 25 novembre.

    Il vient d’ajouter :

    Considérant les polémiques qu’a provoquées la parution de l’ouvrage Des profondeurs de nos cœurs, il est décidé que l’auteur du livre sera pour les publications à venir : Card Sarah, avec la contribution de Benoît XVI. En revanche, le texte complet demeure absolument inchangé. +RS

    On a comme l’impression de revivre le moment où Benoît XVI a été contraint de démissionner…

    Addendum

    C'est Mgr Gänswein qui a donné aux éditeurs le "bon à tirer", y compris pour la couverture.

  • Saint Hilaire

    Hymne du propre de Poitier, composée par Simon Gourdan (1646-1729), chanoine régulier de l’abbaye royale de Saint-Victor à Paris (traduction dom Guéranger).

    Non fraus magnanimum, non favor aut minae,
    Athletam quatiunt jussa tyrannidis
    Explens, Pastor oves linquere cogitur;
    Quis jam contineat lupos ?

    Ni la fraude, ni la faveur des princes, ni leurs menaces, n’ébranlent l’athlète magnanime ; Pasteur, il est contraint par un ordre tyrannique de quitter son troupeau. Qui désormais repoussera la fureur des loups ?

    Ergo, Praesul, abis ? dum generosa mens
    Te parere facit, Gallia lacrymas
    Fundat: terra Phrygum suscipiens patrem,
    Verbi vindice gaudeat.

    Tu pars, ô Pontife ! Mais tandis que ton grand cœur se soumet à l’exil, la Gaule est baignée dans les larmes ; et la terre de Phrygie, qui reçoit en toi un père, va se réjouir de posséder en toi le vengeur du Verbe.

    Erroris latebras Doctor Hilarius
    Spargit luce nova, fonteque vivido
    Expurgat nocuis pascua faecibus.
    Gentes erudit efferas.

    Puissant Docteur, il illumine du flambeau d’une lumière nouvelle les ténèbres sous lesquelles se cachait l’erreur ; ses eaux vives nettoient les pâturages souillés d’un impur limon ; il éclaire des nations que l’infidélité rendait encore féroces.

    Ipsos dum titubant, instituit fide
    Pastores: redeunt mox ad ovilia,
    Quos error timidos abstulerat procul,
    Et vocem Patris audiunt.

    Il confirme dans la foi des pasteurs chancelants : on voit revenir vers leurs troupeaux les gardiens timides que l’audace de l’hérésie en avait éloignés ; la voix d’Hilaire est pour eux la voix d’un père.

    Praesul magne, poli qui super ardua
    Solem justitiae cominus adspicis ;
    Verbum nos doceat, quaesumus, impetra,
    Cujus dogmata praedicas.

    Sublime Pontife, qui, au plus haut des cieux, contemples de près le Soleil de justice, obtiens qu’il daigne nous éclairer, ce Verbe dont tu nous as fait connaître l’essence.

    Mundani metuant imperii ducem,
    Qui terram sapiunt : Caesaris haud timet
    Infensi furias pastor, et asserit
    Christi liberius fidem.

    Qu’ils tremblent en présence du prince de ce monde ceux qui ne goûtent que les choses terrestres ; pour Hilaire, il dédaigne les fureurs d’un César irrité ; il n’affirme qu’avec plus de liberté la pure foi du Christ.

    Patri maxima laus, maxima Filio,
    Foecundo generat quem Pater in sinu,
    Aequum Principio, numine comparem
    Sacro maxima Flamini. Amen.

    Louange suprême au Père ; honneur égal au Fils que le Père engendre de son sein fécond : au Fils, égal au Principe, semblable en divinité ; louange pareille à l’Esprit divin. Amen.