Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 2

  • A Bruxelles

    Le premier jour du Conseil européen s’est terminé par un dîner où l’on devait parler de l’affaire de la répartition des « migrants ». La discussion a été « houleuse », nous dit-on, et n’a pu déboucher sur aucun consensus, si bien que, contrairement à l’habitude, il n’a pas été suivi d’une conférence de presse commune de Jean-Claude Juncker et Donald Tusk.

    En début de journée, les Premiers ministres du groupe de Visegrád avaient annoncé qu’ils allaient donner 35 milliards d’euros pour soutenir le programme italien de réduction de la migration depuis la Libye vers l’Europe, soulignant que cela reflétait leur volonté de régler le problème en s’attaquant à ses causes, et non en continuant d’accueillir des migrants et de les répartir à marche forcée. Une « source » de la Commission européenne a dit que c’était un engagement important mais que ça ne changeait rien à la nécessité des quotas…

    C’était le premier sommet du nouveau Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki. La Commission européenne a prévenu que si le Parlement polonais adoptait, la semaine prochaine, deux lois de réforme de la justice, elle déclencherait la procédure de l’article 7. Interrogé à ce sujet, Morawiecki a répondu : « Si un processus commence et, d'après ce que je comprends, la décision a déjà été prise que la Commission européenne a l’intention de le commencer mercredi prochain, alors elle sera probablement déclenchée. » Mais il n’est pas question de renoncer à ces lois qui réforment enfin une organisation datant du communisme. « L'Europe doit être une Europe d'Etats souverains qui doivent avoir le droit de réformer leur système judiciaire. »

    Morawiecki sait pertinemment (et la Commission aussi) que cette procédure n’a aucune chance d’aboutir, puisque (au moins) la Hongrie y mettra son veto. C’est de la gesticulation.

    En revanche il a déclaré que la Pologne respectera le verdict de la Cour de Justice de l’UE concernant l’abattage d’arbres dans la forêt de Białowieża. (Une fois que c’est fait…)

    Sur la question des quotas de migrants, il s’est déclaré « heureux que le chef du Conseil de l’UE parle désormais de la même voix que le gouvernement polonais ».

    Ce qui a évidemment déclenché une réponse acerbe (ce qui se comprend politiquement), mais aussi calomnieuse (ce qui est lamentable), de Donald Tusk : « Je n'irai jamais du côté de ceux qui parlent d'autres personnes avec mépris ou irrespect », faisant allusion à des déclarations sur les « réfugiés » qui peuvent être des terroristes ou propager des maladies. Comme si on n’en avait pas de multiples preuves…

  • Droits de l’homo

    La Cour européenne des droits de l’Homme a condamné l’Italie, hier, pour « son incapacité à instaurer le mariage homosexuel », selon Euractiv, ce qui « ternit encore plus l’image du pays à ce sujet »…

    La CEDH a jugé que le refus de l’Italie de permettre aux couples de même sexe « mariés » à l’étranger d’enregistrer leur union les prive de protection juridique et viole leurs droits à avoir une famille. Sic. L’Italie devra verser 5.000 euros de compensation à chaque plaignant, à savoir six « couples ».

    En bref, la Cour européenne des droits de l’homo reconnaît que l’Italie a le droit de ne pas reconnaître le « mariage » entre personnes de même sexe mais doit reconnaître ces « mariages » s’ils ont été accomplis à l’étranger…

    Il y a depuis 2016 une « union civile » qui permet aux paires d’invertis d’avoir les mêmes droits que les couples mariés, mais ces militants provocateurs veulent absolument qu’on leur reconnaisse le « mariage ». Certains plaignants avaient conclu cette « union civile », qui ne les prive pas de protection juridique bla-bla-bla. Mais la CEDH juge qu’ils ont subi un traitement injuste jusqu’en 2016…

  • Sicut mater consolatur

    ℟. Sicut mater consolátur fílios suos, ita consolabor vos, dicit Dóminus: et de Jerúsalem civitáte quam elégi, véniet vobis auxílium:
    * Et videbitis et gaudébit cor vestrum.
    ℣. Dabo in Sion salútem, et in Jerúsalem glóriam meam.
    ℟. Et videbitis et gaudébit cor vestrum.

    Comme une mère console ses enfants, ainsi je vous consolerai, dit le Seigneur ; et de Jérusalem, la cité que j’ai choisie, viendra pour vous le secours ; et vous verrez, et votre cœur se réjouira.

    Répons des matines. Le texte du répons vient d’Isaïe 66,13-14. Mais dans une version qui est plus proche de la Septante que de la Vulgate, tout en n’étant pas exactement celle de la Septante, et ajoutant « veniet vobis auxilium » qui ne se trouve nulle part. Le verset est une citation d’Isaïe 46,13, avec Jerusalem à la place de Israel.

    Dans les anciens manuscrits, le verset n’est généralement pas celui-là, mais celui-ci :

    ℣. Deus a Libano veniet, et Sanctus de monte umbroso et condenso.

    Dieu viendra du Liban, et le Saint de la montagne ombreuse et compacte.

    Ce verset, qu’on retrouve en divers autres endroits de la liturgie, est une version très particulière d’Habacuc 3,3, qui ne se trouve telle quelle que dans le commentaire du Cantique des cantiques de… saint Grégoire le Grand.* Si l’on cherche des preuves que ce pape eut une part personnelle dans l’élaboration e la liturgie « grégorienne », il me semble qu’on en a là une belle.

    * La version la plus proche se trouve ensuite dans le bréviaire mozarabe. Avec Dominus à la place de Deus, et opaco à la place de condenso.

  • La mort dans la douleur ?

    Lu sur Gènétique :

    L’idée que la mort est douloureuse et l’agonie mal prise en charge en soins palliatifs est assez répandue. Mais une telle mort « est extrêmement rare » affirment trois chercheurs australiens dans un article de The Conversation. Et même, les symptômes douloureux, la fatigue, l’insomnie, les problèmes respiratoires s’améliorent à mesure que les patients se rapprochent de la mort : plus de 85 % des patients en soins palliatifs ne présentent aucun symptôme grave au moment de leur décès.

    Ils s’appuient pour cela sur les données de l’Australian Palliative care outcomes collaboration (250.000 patients sur les 10 dernières années) qui démontrent une amélioration de la prise en charge de la douleur en soins palliatifs grâce à des évaluations plus approfondies des besoins des patients, des médicaments plus efficaces et une multidisciplinarité des soins.

    Le symptôme le plus fréquent en fin de vie est la fatigue, et non la douleur. En outre, si près de 8% des patients ont signalé une douleur intense au début de leur prise en charge en soins palliatifs, seuls 2,5% l’ont rapporté au cours des derniers jours. Ces chiffres laissent entendre que pour un petit nombre de patients, les médicaments existants ou d’autres soins ne soulagent pas leur douleur. Il faut aussi prendre en compte que certains refusent d’être soulagés pour des raisons familiales, personnelles ou religieuses.

    Le problème qui demeure est l’accessibilité à ces soins en fin de vie.

  • L’avortement en Irlande

    La commission (inter-partis) du Parlement irlandais sur le 8e amendement (celui qui interdit l’avortement, adopté par référendum en 1983), dans la perspective du référendum qui aura lieu en mai prochain, a recommandé hier au gouvernement, par 14 voix contre 6 et 1 abstention, que le référendum porte sur l’abrogation du 8e amendement et son remplacement par une législation votée par le Parlement sans référendum. Législation qui inclura la liberté d’avorter jusqu’à 12 semaines de grossesse, et ensuite en cas d’anomalie fœtale mortelle, en cas de risque pour la vie, la santé physique ou mentale de la femme, en cas de risque de suicide de la femme, en cas de viol et d’inceste.

    Le lobby de la culture de mort « Parents for choice » égrène depuis le 1er décembre un calendrier de l’Avent pour l’abrogation du 8e amendement, sous le hashtag #adventforchoice : l’Avent pour le choix (de l’avortement)… Ce qui est proprement diabolique. Dès le début, quelqu’un a réagi : « c’est le seul calendrier de l’Avent qui finit le 28 décembre : fête des saints Innocents ».

  • L’influence russe sur le Brexit

    Une commission parlementaire britannique avait demandé à Facebook d’enquêter sur l’intolérable ingérence russe dans la campagne pour le Brexit.

    Facebook a publié son rapport. Explosif. On y apprend en effet qu’une ONG russe, l'Internet Research Agency, la fameuse « usine à trolls » pilotée du Kremlin, a dépensé 0,97 dollar pour trois annonces qui ont été vues par 200 internautes pendant quatre jours…

    Et c’est tout.

    Nigel Farage ne s’est pas privé de souligner : « Où est la théorie du complot russe sur le référendum pour la sortie de l'Union européenne, maintenant que nous savons qu'ils ont dépensé moins de 1 dollar sur Facebook ? »

  • Rétropédalage

    Le Sénat des Bermudes a adopté hier par 8 voix contre 3 un projet de loi qui rend illégal le « mariage » entre personnes de même sexe. Le texte avait déjà été adopté par les députés, vendredi dernier, par 24 voix contre 10. Il ne reste plus qu’à être signé par le gouverneur, ce qui est une formalité.

    Ainsi, sept mois après le jugement de la Cour suprême légalisant ce « mariage », il redevient illégal. Et cela de par la volonté des « travaillistes progressistes » (sic), qui ont gagné les élections en juillet.

    En fait, la loi est intitulée « loi de partenariat domestique », et ce partenariat ressemble à s’y méprendre au mariage. Mais le mot, et donc ce qu’il signifie vraiment, est évité.

    Et le vote de cette loi montre qu’on peut très bien revenir en arrière, même quand on est « progressiste »…

    (Les Bermudes, 70.000 habitants, sont un territoire d’outre-mer du Royaume-Uni. C’est un paradis fiscal bien connu en raison de son fameux triangle qui fait disparaître toutes les tracasseries financières et administratives…)

  • “La Nef”

    Le magazine La Nef a un nouveau site internet.

    On peut y lire notamment le texte de la conférence du cardinal Sarah à Varsovie le 22 octobre dernier, dont j’avais mis la vidéo sur mon blog.

    Parmi les nombreux articles d’archive mis en ligne, on trouve en lien sur la page d’accueil la remarquable analyse de l’abbé Gouyaud sur Kasper et la miséricorde.

  • Vox clara ecce intonat

    L’hymne des laudes au temps de l’Avent, avec la traduction de Lemaître de Sacy. On verrait volontiers une influence janséniste dans la troisième strophe («  lamentables » rimant avec « coupables »), mais les « entrailles d’amour » de la quatrième strophe outrepassent le texte latin dans l’autre sens…

    Vox clara ecce íntonat,
    obscúra quæque íncrepat:
    pellántur éminus sómnia;
    ab æthre Christus prómicat.

    Une éclatante voix résonne à notre oreille.
    Un vif rayon frappe nos yeux.
    Quittons l'ombre et la nuit. Que tout homme s'éveille.
    Jésus descend des cieux.

    Mens jam resúrgat tórpida
    quæ sorde exstat sáucia;
    sidus refúlget jam novum,
    ut tollat omne nóxium.

    Qu'enfin l'âme abattue en sa langueur funeste
    Espère après tant de travaux ;
    Un nouvel astre brille et sa flamme céleste
    Doit guérir tous nos maux.

    E sursum Agnus míttitur
    laxáre gratis débitum;
    omnes pro indulgéntia
    vocem demus cum lácrimis.

    L'Agneau vient faire un don pour sauver les coupables
    Que nul homme n'a mérité.
    Allons, fondant en pleurs par nos cris lamentables
    Implorer sa bonté.

    Secúndo ut cum fúlserit
    mundúmque horror cínxerit,
    non pro reátu púniat,
    sed nos pius tunc prótegat.

    Afin qu’étant armé des traits de sa colère
    Au grand et redoutable jour,
    Oubliant qu’il est Juge, il nous montre en vrai Père
    Des entrailles d’amour.

    Summo Parénti glória
    Natóque sit victória,
    et Flámini laus débita
    per sæculórum sæcula.
    Amen.

    Gloire au Père éternel, au Fils notre espérance,
    A l’Esprit notre heureuse paix ;
    Qu’ils règnent en ce jour qui jamais ne commence
    Et ne finit jamais.

    Par les Bénédictines de Marie, Reine des apôtres :
    podcast

  • Une victoire de la culture de mort

    La Cour de cassation a confirmé la relaxe de Jean Mercier, qui avait « aidé sa femme à mourir ». Condamné en première instance en 2015 à un an de prison avec sursis, il avait été relaxé par la cour d'appel de Lyon en novembre 2016.

    Mme Mercier était comme par hasard une militante de l’ADMD, le principal lobby de l’euthanasie. Et le chef du lobby, Jean-Luc Romero, se félicite, en ces termes que je vous laisse découvrir :

    Screenshot-2017-12-13 Jean-Luc Romero on Twitter(1).png