Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 2

  • La Cour suprême

    La Cour suprême des Etats-Unis a infligé hier un nouveau camouflet à Jobidon, en annulant, par 6 voix contre 3, l’obligation vaccinale dans les entreprises de plus de 100 salariés (ce qui représente 84 millions de personnes), par ce que ce n’est pas l’exercice normal du pouvoir fédéral mais une intrusion dans la vie et la santé des employés.

    Elle a toutefois validé l’obligation pour les employés des structures de santé qui bénéficient de fonds fédéraux, parce que deux juges ont basculé à gauche.

    Il convient toutefois de remarquer que ce qu’on appelle obligation vaccinale aux Etats-Unis est l’obligation de se faire piquer OU de subir un test hebdomadaire. (Alors qu'en Grèce par exemple les plus de 60 ans qui refusent l'injection vont devoir payer une amende de 100€ par mois... on ne précise pas pendant combien d'années...)

  • Saint Hilaire

    Capture d’écran 2022-01-13 à 17.18.34.png

    (Cathédrale de Monreale, Sicile)

    Moïse, né en un temps où Pharaon avait ordonné de tuer tous les nouveaux nés du sexe masculin, flottant sur les eaux grâce à un berceau de bois, est réservé comme chef pour le peuple. Est-ce que, au temps où Notre Seigneur naquit selon l'humanité, cette haine et cette crainte du roi n'éclatèrent pas de la même manière contre l'homme, identique à nous, que, par le mystère du bois et de l'eau Il assuma en Lui et pour Lui, qui était réservé à la gloire céleste et constitué roi des nations ? En se baignant dans le fleuve, la fille de Pharaon recueillit Moïse. Comme la sœur de l'enfant se trouvait là, elle alla chercher une nourrice chez les Hébreux. Ce fut sa mère qu'elle présenta : elle se chargea de le nourrir et le rendit à la fille de Pharaon qui l'adopta pour fils.

    Rapprochez les personnes, comparez les événements, considérez les faits : vous retrouverez la vérité des événements à venir dans l'imitation qu'en présentent ceux dont nous parlons.

    Sous la figure de la sœur de Moïse, en effet, la Loi a suivi le Christ jusqu'aux signes sacrés du bois et de l'eau. La fille de Pharaon est la figure des nations, elle qui, bien qu'elle n'ait vu selon le récit historique qu'un petit enfant, acquit cependant par la portée de ce symbole une valeur prophétique. La Loi, en effet, présenta à l'Église, comme à la fille de Pharaon, la synagogue comme nourrice et comme mère du petit enfant et ainsi l'ordre spirituel se trouve déjà dans cette histoire. C'est par la Loi, en effet, elle-même nous l'enseigne, qu'il convînt que le Christ fût nourri selon la chair, mais c'est par l'Église qu'il fallait qu'il fût adopté.

    Devenu grand, Moïse cherche ses frères retenus dans l'esclavage. Puis il tue un Égyptien qui tyrannisait et brutalisait l'un d'eux, et par la suite il est accusé par celui qu'il avait vengé de l'Égyptien. Est-ce que le Christ, lorsqu'Il a atteint l'âge d'homme, ne visite pas son peuple, ses frères selon la chair ? Il vint en effet "aux brebis perdues de la maison d'Israël". N'a-t-il pas abattu et vaincu le diable qui dominait sur eux ? Car, personne ne détruira les biens de l'homme fort, s'il n'a d'abord enchaîné l'homme fort. N'est-il pas accusé par ceux-là même qu'Il avait vengés du diable et qu'Il avait délivrés de l'esclavage ? Ainsi, l'imitation que nous trouvons chez le promulgateur de la Loi est conforme à la consommation dans le Dieu de la Grâce.

    Traité des mystères

  • Commémoraison du Baptême du Seigneur

    Stichères des vêpres de la Théophanie, à Mezzojuso (Sicile) le 5 janvier dernier.

    Dalla veglia del mattino fino al notte, dalla veglia del mattino speri Israele nel Signore. 

    Depuis la veille du matin jusqu’à la nuit, depuis la veille du matin, qu’Israël espère dans le Seigneur. (psaume 129)

    Vedendo il Precursore la nostra luce, colui che illumina ogni uomo, venuto per esser battezzato, gioisce con l’anima e trema con la mano ; lo indica e dice ai popoli: Ecco colui che redime Israele, colui che ci libera dalla corruzione. O Cristo senza peccato, Dio nostro, gloria a te.

    Voyant notre Lumière, celui qui illumine tout homme, venu pour être baptisé, le Précurseur se réjouit en son âme et tremble de la main ; il le montre et dit aux peuples : Voici celui qui rachète Israël, celui qui nous libère de la corruption ! Ô Seigneur sans péché, notre Dieu, gloire à toi !

    Perché presso il Signore è la misericordia, e grande è presso di lui la redenzione, ed egli redimerà Israele da tutte le sue iniquità.

    Parce que auprès du Seigneur est la miséricorde, grande est auprès de lui la rédemption, et c’est lui qui rachètera Israël de toutes ses iniquités. (psaume129)

    Gli eserciti degli angeli fremettero, al vedere il nostro Redentore battezzato da un servo, mentre riceveva testimonianza per la presenza dello Spirito. E venne dal cielo la voce del Padre: Costui a cui il Precursore impone le mani è il mio Figlio diletto, nel quale mi sono compiaciuto. O Cristo, Dio nostro, gloria a te.

    Les armées angéliques frémissent d'effroi, en voyant notre Rédempteur baptisé par un esclave, tandis qu’il reçoit un témoignage par la présence de l’Esprit. Et vint du Ciel la voix du Père : Celui à qui le Précurseur impose les mains c'est mon Fils bien-aimé, en qui je me complais. O Christ notre Dieu, gloire à toi !

    Lodate il Signore, genti tutte, dategli lode, popoli tutti.

    Louez le Seigneur, toutes les nations, donnez-lui la louange tous les peuples. (psaume116)

    I flutti del Giordano hanno accolto te, la sorgente, e il Paraclito è sceso in forma di colomba ; china il capo colui che ha inclinato i cieli ; grida l’argilla a chi l’ha plasmato ed esclama : Perché mi comandi ciò che mi oltrepassa ? Sono io ad aver bisogno del tuo battesimo. O Cristo senza peccato, Dio nostro, gloria a te.

    Les flots du Jourdain  t’ont accueilli, toi qui es la Source, et le Paraclet est descendu sous forme de colombe ; il incline la tête, celui qui a incliné les cieux ; l’argile crie à celui qui l'a façonné : Pourquoi m'imposer ce qui est trop haut pour moi ? C'est moi qui ai besoin de ton Baptême. Ô Christ sans péché, notre Dieu, gloire à toi !

    Perché più forte si è fatta per noi la sua misericordia, e la verità del Signore rimane in eterno.

    Parce qu’a été affermie pour nous sa miséricorde, et la vérité du Seigneur demeure éternellement. (psaume 116)

    Volendo salvare l’uomo che si era sviato, non sdegnasti di rivestire forma di servo : conveniva infatti a te, Sovrano e Dio, assumere per noi ciò che è nostro : battezzato infatti nella carne, o Redentore, tu hai ottenuto a noi la remissione. Perciò a te acclamiamo : Cristo benefattore, Dio nostro, gloria a te.

    Voulant sauver l'homme qui s’était égaré, tu n'as pas dédaigné revêtir l'aspect de l’esclave : il te convenait en effet, Maître et Dieu, d'assumer ce qui est nôtre ; baptisé dans la chair, en effet, tu nous as obtenu la rémission ; c'est pourquoi nous te crions : Christ Bienfaiteur notre Dieu, gloire à toi !

    Gloria al Padre, al Figlio e allo Spirito Santo, e ora e sempre nei secoli dei secoli. Amin.

    Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit, et maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

    Hai chinato il capo davanti al Precursore e hai spezzato le teste dei draghi ; sei venuto tra i flutti e hai illuminato l’universo, perché esso glorifichi in te, o Salvatore, l’illuminazione delle nostre anime.

    Tu as incliné la tête devant le Précurseur et tu as brisé les têtes des dragons ; tu es venu par les flots et tu as illuminé l’univers, pour qu’il glorifie en toi, ô Sauveur, l’illumination de nos âmes.

    Hymne du lucernaire

    Φῶς ἱλαρὸν ἁγίας δόξης, ἀθανάτου Πατρός, οὐρανίου, ἁγίου, μάκαρος, Ἰησοῦ Χριστέ, ἐλθόντες ἐπὶ τὴν ἡλίου δύσιν, ἰδόντες φῶς ἑσπερινόν, ὑμνοῦμεν Πατέρα, Υἱόν, καὶ ἅγιον Πνεῦμα Θεόν. Ἄξιόν σε ἐν πᾶσι καιροῖς, ὑμνεῖσθαι φωναῖς αἰσίαις, Υἱὲ Θεοῦ, ζωὴν ὁ διδούς, Διὸ ὁ κόσμος σὲ δοξάζει.
    Lumière joyeuse de la sainte gloire du Père immortel, céleste, saint, et bienheureux, ô Jésus Christ. Parvenus au coucher du soleil, voyant la lumière du soir, nous chantons Dieu ; Père, Fils et Saint-Esprit. Il est digne dans tous les temps de te célébrer avec des voix saintes, ô Fils de Dieu qui donne la vie, aussi le monde te glorifie.

  • Les barbares

    Les deux chambres du New Jersey ont adopté lundi une nouvelle loi extrémiste sur l’avortement. 46 députés contre 22, et 23 sénateurs contre 15, ont voté un texte qui « codifie le droit constitutionnel » à l’avortement, un « droit fondamental », pour quelque raison que ce soit et à quelque stade que ce soit de la grossesse. Une telle loi existait en fait déjà depuis l’an dernier, mais il fallait la réaffirmer alors qu’on craint que la Cour suprême renverse l’arrêt Roe contre Wade. La nouvelle loi stipule donc que tous les textes législatifs ou réglementaires présents et futurs devront être conformes « à ses dispositions et objectifs explicites et implicites », et que tout texte non conforme sera invalidé.

    La nouvelle loi permet aussi à « tous les professionnels de santé qualifiés » de pratiquer des avortements, ce qui était une disposition entrée en vigueur le 6 décembre dernier (le jour de saint Nicolas qui sauve les enfants, bien sûr).

    Enfin, cette loi impose que les contrats d’assurance santé couvrent l’avortement, sauf « si la couverture entre en conflit avec les croyances et pratiques religieuses de l'employeur religieux de bonne foi ».

    Le texte est maintenant sur le bureau du gouverneur, Phil Murphy, qui va évidemment le signer, même s’il juge que la loi… ne va pas assez loin. Car, comme certains autres élus démocrates, il aurait voulu qu’elle impose la gratuité absolue de l’avortement pour toutes les personnes habitant l’Etat, quel que soit leur niveau d’assurance, leur statut d’immigration, leurs revenus ou leur genre.

  • Tatiana ?

    Le premier nom du martyrologe romain en ce jour est sainte Tatiana. On se dit qu’il est logique que ce ne soit pas une fête dans la mesure où ce nom si russe n’est manifestement pas celui d’une martyre romaine, et puisque de toute façon jusqu’en 1960 (et donc encore dans mon bréviaire…) on était dans l’octave de l’Epiphanie.

    Or, si Tatiana est un prénom très courant dans les pays de l’ancienne Rus’, et seulement chez eux, la sainte était pourtant romaine, d’une famille romaine, et même peut-être d’origine étrusque, et c’est bien à Rome qu’elle a subi le martyre, sous l’empereur Alexandre, autour de 230.

    Mais son culte ne s’y est guère implanté. On sait seulement par une « Notitia portarum, viarum, ecclesiarum circa urbem Romam » du VIIe siècle, reproduite par Guillaume de Malmesbury en appendice de sa grande histoire des rois d’Angleterre (1125) qu’il y avait à Rome une église Sainte-Tatiana, ce qui est confirmé par un catalogue des églises de Rome du XIVe siècle, indiquant une église Sainte-Tatiana près de l’église Sainte-Suzanne sur le Quirinal : « Ecclesia s. Tatianae habet unum sacerdotem. » Elle a (seulement) un prêtre…

    Il semble que cette église n’existait plus dès le siècle suivant, puisqu’on n’en a plus aucune trace.

    Alors sainte Tatiana ne figurait même pas dans le martyrologe. C’est le cardinal Baronius qui l’y ajouta à la fin du XVIe siècle. Il l’inscrivit au 12 janvier parce que c’était la date… du ménologe grec. Sans porter attention, semble-t-il, que c’était selon le calendrier julien (que Rome venait tout juste d’abandonner).

    Aucun rapport particulier avec la Russie jusqu’en 1755. Le 12 janvier de cette année-là (selon le calendrier julien), l’impératrice Elisabeth signe l’ukase de création de l’université de Moscou. Le projet était de Michaïl Lomonossov et Ivan Chouvalov. La mère de ce dernier s’appelait Tatiana, et il avait voulu que l’acte de naissance de l’université soit daté du jour de sa fête (qui était sans doute aussi son anniversaire)…

    Mais il faut attendre encore 1791 pour que le 12 janvier devienne la fête officielle de la fondation de l’université. Alors cela devient le "Jour de Tatiana", la fête des étudiants, avec divine liturgie solennelle, distribution des prix, et en soirée tous les débordements qu’on imagine, non sans une bienveillance exceptionnelle des autorités (les policiers avaient ordre de ramener les étudiants ivres chez eux, et non de les jeter en cellule…).

    Cette grande fête des étudiants est donc à l’origine de la notoriété de sainte Tatiana en Russie. La fête fut supprimée par les bolcheviques, mais elle a repris en 1992 (le… 25 janvier, selon le calendrier… grégorien, alors que le calendrier grégorien a cette fête le 12 janvier… selon le calendrier julien…).

    Le fait qu’il n’y ait pas d’icônes anciennes de sainte Tatiana souligne que le culte est récent. La plupart sont sans intérêt (d'autant que c'est l'icône générique de la jeune martyre dont on ne sait rien de particulier). La plus belle est clairement celle de Léonide Ouspensky, le grand restaurateur de l’iconographie traditionnelle, à… Paris (entre 1950 et sa mort en 1987).

    1835883-2505691.jpg

  • Euro-Pravda

    Un « collectif » de chercheurs (?), de « journalistes » et de « spécialistes de l’éducation aux médias » (sic) lancent « De facto », une plateforme de lutte contre la désinformation.

    On ne rit pas. Ces gens-là se prennent au sérieux. Ils vont vous dire la vérité. En toute indépendance. Mais arrêtez donc de rire…

    C’est l’AFP qui va coordonner les « factcheks » en provenance de diverses rédactions. Il y aura aussi des « contenus pédagogiques » expliquant comment l’information peut être falsifiée : non seulement on vous dit ce qu’il faut penser, mais on vous explique pourquoi il ne faut pas penser autrement que ce qu’on vous dit. C’est bien aimable.

    Il s’agit de la déclinaison française d’un projet européen d’une Pravda qui va étendre sa dictature de l’information sur 15 pays (pour commencer).

    A ne pas confondre avec le nouvel office de Propagandastaffel européen spécifiquement dédié à la propagande européiste dans les médias des pays membres.

  • Saint Hygin

    Capture d’écran 2022-01-08 à 12.48.41.png

    Jean-Baptiste de’Cavalieri, Pontificum Romanorum effigies, 1580.

    Intéressante notice du cardinal Schuster :

    Après Télesphore, saint Irénée ajoute : ‘Ensuite Hygin’. La commémoration de saint Hygin n’est entrée dans le Missel romain que durant le bas moyen âge, car à Rome, à l’exception des deux Princes des Apôtres, presque tous les martyrs des deux premiers siècles n’avaient laissé anciennement aucune trace de culte liturgique. En effet, les depositiones Episcoporum et Martyrum contenues dans le Laterculus Philocalien ne nous offrent que les noms des pontifes et des martyrs romains du IIIe et du IVe siècles ; comme on ignorait généralement la tombe de ceux qui étaient morts pendant les deux siècles précédents, la station annuelle (natalis) qui aurait dû être célébrée près de leur sépulcre n’est pas même indiquée dans l’antique Férial.

    Cette lacune, parfaitement justifiable, alors que le culte des martyrs avait un caractère éminemment local et sépulcral, et quand le sens matérialiste de la société païenne aurait pu méconnaître encore la signification véritable de la dévotion catholique envers les saints, la calomniant comme une forme nouvelle de religiosité polythéiste, cette lacune, disons-nous, fut comblée au contraire par l’Église, dès que tout danger d’équivoque put être écarté et que la foi rayonna sur tout l’univers.

  • Flos pudicitiae

    On retrouve dans la séquence suivante plusieurs des figures mariales de Ad Jesum accurrite. Mais celle-ci fut beaucoup moins connue. On la trouve dans un livre anglais du XIIIe siècle, intitulée « Cantus de Domina post cantum Aaliz », chant à Notre Dame sur le chant d’Aaliz, mélodie qui était alors célèbre et dont on trouve la mention dans un lai de Marie de France. Or c’est dans le genre du lai qu’est la paraphrase en anglo-normand qui accompagne le texte (reproduit ci-dessous tel qu’il se trouve dans le Thesaurus hymmnologicus de Hermann Adalbert Daniel, Leipzig 1855).

    Flos pudicitiae,
    Aula munditiae,
    Mater misericordiae.

    Fleur de virginité, Sanctuaire de pureté, Mère de miséricorde.

    Salve, Virgo serena,
    Vitae vena,
    Lux amoena,
    Rore plena.

    Salut ! Vierge sereine, source de vie, lumière aimable,

    Septiformis Spiritus,
    Virtutibus
    Ornantibus,
    Ac moribus
    Vernantibus.

    Ornée des vertus de l’Esprit septiforme et de ses mœurs.

    Rosa jucunda,
    Castitatis lilium,
    Prole foecunda,
    Gignis Dei Filium ;
    Virgoque munda
    Tu post puerperium.

    Rose agréable, lis de chasteté, par ta fécondité tu enfantes le Fils de Dieu, et tu restes vierge pure après l’enfantement.

    Modo miro,
    Sine viro,
    Prole fecundaris.
    Summi Ducis,
    Verae lucis
    Partu decoraris.
    Virga, flore,
    Rubo, rore,
    Virgo designaris,
    Vellereque
    Madenteque
    Digna Domini paris.

    Merveilleusement, sans mari, tu es féconde. Du grand Prince, de la vraie lumière, l’enfantement fait ta gloire. Par la branche, la fleur, le buisson, la rosée, est désignée ta virginité, et par la toison et humide tu es digne de mettre au monde le Seigneur.

    Virgo prolem,
    Stella solem,
    Profers, expers paris.

    Vierge, tu produis un Fils, étoile, un soleil, à jamais sans égale.

    Ob hoc rite,
    Via vitae
    Jure praedicaris.

    De cette façon, la Voie de la vie à bon droit nous t’appelons.

    Tu spes et refugium
    Lapsorum humilium :
    Tu medela criminum,
    Salus poenitentium.

    Tu es l’espoir et le refuge des pauvres âmes tombées, tu es le remède des péchés, le salut des pénitents.

    Tu solamen tristium,
    Levamen debilium ;
    Tu purgatrix sordium,
    Confirmatrix cordium.

    Tu es la consolation des affligés, le soulagement des faibles, tu es celle qui purifie les souillures, qui affermit les cœurs.

    Tu laus, tu remedium
    In te confidentium,
    Tu vitale praemium
    Tibi servientium.

    Tu es la gloire et le secours de ceux qui en toi se confient, tu es la récompense pleine de vie pour ceux qui te servent.

    O pia Maria, lapsis advocata,
    Tu cunctis miseris dulcis spes et grata,
    Erige, dirige Corda tuorum,
    Ad pia gaudia regni coelorum.

    Miséricordieuse Marie, avocate de ceux qui ont chuté, tu es douce et gracieuse espérance pour tous les malheureux. Élève, dirige les cœurs des tiens vers les saintes joies du royaume des cieux.

    Quo vere gaudere per te possimus,
    Cum Natoque tuo, regnantes simus.

    Où nous puissions goûter par toi la vraie joie, et régner avec ton Fils.

    Capture d’écran 2022-01-08 à 15.46.02.png

    Capture d’écran 2022-01-08 à 15.46.20.png

  • Dimanche de la Sainte Famille

    C'est aujourd'hui le dimanche de la Sainte Famille. Nous pouvons encore nous mettre à la place des pasteurs de Bethléem qui, ayant reçu l'annonce de l'ange, s'empressèrent d'accourir à la grotte et trouvèrent « Marie, Joseph et le nouveau-né couché dans la crèche » (Lc 2, 16). Arrêtons-nous nous aussi pour contempler cette scène et réfléchissons sur sa signification. Les premiers témoins de la naissance du Christ, les pasteurs, se trouvèrent non seulement en face de l'Enfant Jésus, mais d'une petite famille : la mère, le père et le fils nouveau-né. Dieu a voulu se révéler en naissant dans une famille humaine, et c'est pourquoi la famille humaine est devenue une icône de Dieu ! Dieu est Trinité, il est communion d'amour et la famille en est une expression qui reflète le Mystère insondable de Dieu amour, dans toute la différence qui existe entre le Mystère de Dieu et sa créature humaine. L'homme et la femme, créés à l'image de Dieu, deviennent dans le mariage « une seule chair » (Gn 2, 24), c'est-à-dire une communion d'amour qui engendre une nouvelle vie. La famille humaine, dans un certain sens, est une icône de la Trinité du point de vue de l'amour interpersonnel et de la fécondité de l'amour.

    La liturgie d'aujourd'hui propose le célèbre épisode évangélique de Jésus âgé de douze ans qui reste au Temple, à Jérusalem, à l'insu de ses parents, qui, surpris et inquiets, l'y retrouvent après trois jours alors qu'il discute avec les docteurs. À sa mère qui lui demande des explications, Jésus répond qu'il doit « être dans la propriété », dans la maison de son Père, c'est-à-dire de Dieu (cf. Lc 2, 49). Dans cet épisode, le jeune Jésus nous apparaît plein de zèle pour Dieu et pour le Temple. Demandons-nous : de qui Jésus avait-il appris l'amour pour les « choses » de son Père ? Assurément en tant que fils, il a eu une intime connaissance de son Père, de Dieu, d'une profonde relation personnelle permanente avec Lui, mais, dans sa culture concrète, il a assurément appris les prières, l'amour envers le Temple et les institutions d'Israël de ses propres parents. Nous pouvons donc affirmer que la décision de Jésus de rester dans le Temple était surtout le fruit de sa relation intime avec le Père, mais aussi le fruit de l'éducation reçue de Marie et de Joseph. Nous pouvons ici entrevoir le sens authentique de l'éducation chrétienne : elle est le fruit d'une collaboration à rechercher toujours entre les éducateurs et Dieu. La famille chrétienne est consciente que les enfants sont un don et un projet de Dieu. Par conséquent, elle ne peut pas les considérer comme sa propriété, mais, en servant à travers eux le dessein de Dieu, elle est appelée à les éduquer à une plus grande liberté, qui est précisément celle de dire « oui » à Dieu pour faire sa volonté. La Vierge Marie est l'exemple parfait de ce « oui ». Nous lui confions toutes les familles, en priant en particulier pour leur précieuse mission éducative.

    Benoît XVI

  • Verbum bonum et suave

    Capture d’écran 2022-01-07 à 16.33.52.png

    (Graduel de l'abbaye de Saint-Victor, XIIIe siècle)

    Verbum bonum et suave,
    Personemus illud Ave
    Per quod Christi fit conclave
    Virgo, mater, filia.

    Cette parole bonne et suave, faisons-la résonner : Ave, par laquelle le Christ fit de la Vierge, sa mère et sa fille, une chambre fermée.

    Per quod Ave salutata
    Mox concepit fecundata
    Virgo David stirpe nata,
    Inter spinas lilia.

    Saluée par cet Ave, aussitôt fécondée elle conçut, la Vierge née de la souche de David, lis entre les épines.

    Ave, veri Salomonis
    Mater, vellus Gedeonis,
    Cujus Magi tribus donis
    Laudant puerperium.

    Ave, mère du véritable Salomon, toison de Gédéon, dont les Mages louent l’enfantement avec trois dons.

    Ave, solem genuisti;
    Ave, prolem protulisti,
    Mundo lapso contulisti
    Vitam et imperium.

    Ave, toi qui as engendré le soleil, Ave, toi qui as produit une lignée, tu as apporté au monde déchu la vie et la souveraineté.

    Ave, sponsa Verbi summi,
    Maris portus, signum dumi,
    Aromatum virga fumi,
    Angelorum Domina.

    Ave, épouse du Verbe très-haut, port de la mer, signe du buisson, colonne de fumée d’aromates, maîtresse des anges.

    Supplicamus : nos emenda,
    Emendatos nos commenda
    Tuo Nato, ad habenda
    Sempiterna gaudia.

    Nous te supplions : corrige-nous, et une fois corrigés recommande-nous à ton Fils, afin que nous ayons la joie éternelle.

    Cette jolie et toute simple séquence était très connue au moyen âge, puisqu’elle se trouve dans pas moins de 155 livres répertoriés par le site Cantus Index. On la voit semble-t-il pour la première fois dans le Codex 339 de Saint-Gall, qui date de 980. Mais elle y a été ajoutée (au cours du XIe siècle). Voir ci-dessous. On constate des variantes : « inter rosas lilia » (ce qui est très curieux), l’inversion de protulisti et genuisti, et « regis summi » au lieu de « verbi summi », ce que l’on retrouvera par la suite dans certains manuscrits, dont le graduel de Rouen du XIIIe siècle.

    « Inter rosas » est curieux, et manifestement une erreur, parce que l'expression fait référence au Cantique des cantiques, qui a « sicut lilium inter spinas » : Marie est « comme le lis parmi les épines ». Il n’y a pas de roses dans le Cantique des cantiques.

    La séquence énumère par ailleurs les autres figures de la Mère de Dieu, dont deux prophéties de sa virginité perpétuelle : le buisson ardent qui ne se consume pas (mais je n’avais jamais vu le mot « dumos » pour le désigner), la toison de Gédéon. La colonne de fumée d’aromates vient aussi du Cantique des cantiques, et le « conclave », la chambre fermée à clef, est une autre figure de la virginité perpétuelle (en écho de la cellaria du Cantique des cantiques). Marie est la mère du vrai Salomon parce que Salomon était le plus grand roi d’Israël et l’auteur des livres de la Sagesse... dont le Cantique des cantiques où il est le Bien-Aimé. « Aromatum virga fumi » est encore une des figures de Marie dans le Cantique des cantiques.

    Capture d’écran 2022-01-07 à 16.34.09.png