Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 2

  • Un nouveau patriarche grec-melkite catholique

    SB Joseph.jpeg

    Suite à la renonciation de S.B. Grégoire III Laham, 85 ans, une assemblée synodale électorale de l’Eglise grecque-melkite catholique s’est tenue du 19 au 21 juin à l’ancien séminaire d’Aïn Traz, près de Beyrouth.

    Le nouveau patriarche est S.B. Joseph Absi, 71 ans, né à Damas, et vicaire patriarcal à Damas depuis 2006. Il était donc le bras droit de l’ancien patriarche (qui réside essentiellement à Damas), et ce n’est donc pas une surprise. Il est président de la Caritas Syrie depuis 2001. On notera que lorsqu’il fut sacré évêque, il reçut le titre d’archevêque de Tarse des Grecs-melkites. Alors que tant d’autres sièges titulaires sont de villes totalement inconnues, celui-là est pour le moins prestigieux… Mais maintenant il est « patriarche d’Antioche et de tout l’Orient, d’Alexandrie et de Jérusalem des Grecs melkites ».

    Mgr Joseph Absi est par ailleurs le compositeur d’un chant de sœur Marie Keyrouz, sur le psaume 41 (Comme un cerf languit…), que l’on peut entendre ici (Kama Yachtaqu).

    Enregistrer

  • Saint Paulin de Nole

    La vie de saint Paulin de Nole (et d’abord de Bordeaux) est fascinante. Ce personnage était l’un des plus riches et influents sénateurs romains. Il devint même consul de Rome. Puis il quitta tout et fonda un hospice à Nole. Il aurait bien accepté de devenir portier, mais on le fit prêtre, puis évêque. Il eut une importante correspondance avec saint Augustin.

    La dernière lettre que nous ayons de lui est adressée à « ses enfants » Eucher et Galla et commence par l’évocation de ses « chers fils » Gelase, Augende et Tigride. Il ne s’agit pas de ses enfants : Paulin eut seulement un fils qui mourut en bas âge. Eucher est saint Eucher, futur évêque de Lyon, qui vit alors avec sa femme Galla dans les îles de Lérins (à Lero, comme le précise Paulin). Alors que ce « vénérable père Honoré » est saint Honorat, fondateur de l’abbaye de Lérins et futur archevêque d’Arles. Gelase, Augende et Tigride sont des moines de Lérins qui ont été envoyés par saint Honorat visiter saint Paulin. Cet environnement de sainteté, partout où se pose le regard, est émouvant. (On peut continuer longtemps, car Paulin avait connu saint Martin, il écrivait aussi à saint Sulpice Sévère et à saint Alypius de Tagasthe, le grand ami de saint Augustin, à saint Amand, saint Delphin, saint Apre, saint Victrice….)

    Paulin Evêque à mes très chers, très honorables, et très saints enfants Eucher et Galla.

    Notre Seigneur et notre Dieu soit béni de la bonté qu'il a eue de satisfaire mes désirs, m'ayant donné plus de satisfaction que je ne souhaitais dans la visite que m'ont rendue mes très chers fils Gelase, Augende, et Tigride , qui m'ont été envoyés par notre illustre frère en Jésus-Christ, le vénérable Prêtre Honoré, à qui Dieu a inspiré comme à vous le soin de me consoler. Car leur ayant demandé avec empressement l'état de votre santé, et ce que vous faisiez (non que je doutasse de Vos saintes occupations) ils me répondirent que grâces à. Dieu vous vous portiez très bien, que vous étiez toujours saintement occupés à la pratique de la vertu, que vous travailliez tous deux conjointement à renoncer au monde, et que vous ne pensiez qu'aux moyens d'acquérir le Ciel.

    Je me souvenais bien que ces chers enfants qui m'avaient rendu visite de votre part l’année passée, m'avoient appris le lieu de votre demeure aussi bien que celle du vénérable Père Honoré, et qu'ils m'avoient dit que vous n'étiez pas beaucoup éloignés les uns des autres, n'étant séparés que par un petit rocher, qui divise deux îles, dont l’une se nomme Lero et l'autre Lérins.

    C’est pourquoi ceux-ci m'ayant dit qu'ils venaient du Monastère de Lérins, je me suis en même temps souvenu du nom de l'autre île, où vous vous êtes retirés pour être éloignés du bruit et du commerce du monde. C'est ce qui m'a donné occasion de vous écrire, pour vous marquer la reconnaissance que j'aurai toute ma vie de la bonté que vous avez pour moi, et qui me fait croire que mes lettres ne vous seront pas désagréables, vous étant particulièrement rendues par ces chers enfants que vous aimez, et qui ont eu la charité de s'en charger.

    Recevez donc avec plaisir dans ce peu de paroles les marques de la tendresse de cœur et de la parfaite amitié que j'ai pour vous. Regardez, et conservez cette lettre comme un gage de la charité qui doit nous unir intimement. J’espère que Vous la recevrez en parfaite santé, et que si vous trouvez occasion de me récrire par les mêmes Messagers, vous le ferez au plus tôt.

    Je crois que vous m'auriez fait cet honneur, si vous aviez su que ces chers enfants venaient directement chez moi. Comme je sais qu'ils sont vos voisins, je leur demandai s'ils vous avaient vus avant leur départ, et ils me dirent qu'ils n'avoient pu avoir cette satisfaction, et qu'ayant été pressés de s'embarquer, ils n'avaient pu vous aller dire adieu.

    Quoique que l'assurance qu'ils m'ont donnée de votre santé me réjouisse beaucoup, néanmoins, comme vous savez que le Royaume de Dieu ne consiste pas dans les paroles, mais dans la vertu, et que la charité, qui en fait la plénitude, et la souveraine perfection, demande des effets, je vous prie de me donner au plus tôt de vos lettres, où je puisse voir les marques de votre constante amitié.

    Ce n'est pas que je ne sois pleinement persuadé de la bonté que vous avez pour moi ; et je fais un si grand fond sur la fermeté, et la sincérité de votre amitié, que je crois que vous pensez à moi-même durant votre silence. Car comme notre connaissance ne s'est point faite par les sentiments de la nature, ni de la manière ordinaire que se forme l’amitié, mais seulement par les lumières, et les mouvements de la grâce, qui nous a unis dans le sein de Jésus-Christ, nous avons lieu de croire que cette union, étant fondée sur Jésus-Christ, sera invariable ; car quelle force, ou quel oubli pourrait diviser ce que Dieu a parfaitement uni.

    Que le Seigneur vous bénisse du haut de Sion, de cette bénédiction dont est béni l'homme qui craint le Seigneur ; afin que vous viviez longtemps dans une parfaite union conjugale, que vous ayez aussi la satisfaction de voir vos enfants bénis de Dieu ; que tous ensemble vous voyiez les biens de la Jérusalem céleste ; et que vous demeuriez éternellement en la maison du Seigneur. C'est ce que je vous souhaite de tout mon cœur, mes très chers et très honorables enfants, avec qui je suis uni intimement par les liens de la charité.

    (Traduction de 1703, sans doute de Claude de Santeul)

  • L’hommage à Kohl

    Le 1er juillet sera organisé à Strasbourg (ou bien faut-il écrire Straßburg ?) un hommage à Helmut Kohl, mort le 16 juin.

    L’organisation n’est pas facile. Car Helmut Kohl et Angela Merkel étaient fâchés, et la veuve de l’ancien chancelier, Maike Kohl-Richter, s’oppose à ce que l’actuelle chancelière prenne la parole… D’ailleurs elle refuse que toute personnalité politique allemande s’exprime, pour qu’il n’y ait pas d’instrumentalisation politique.

    Et elle veut aussi que Viktor Orban soit un des orateurs étrangers. Parce que Kohl avait parlé plusieurs fois de son « ami Viktor Orban », et qu’il l’avait encore reçu en avril 2016, en pleine crise des « migrants », ne faisant pas mystère qu’il était d’accord avec Orban – il avait déjà dit son opposition résolue à la politique d’Angela Merkel, et dans la préface à l’édition hongroise de son livre Par souci de l’Europe, qui paraissait au même moment, il soutenait très clairement la politique d’Orban:

    L’ancien chancelier appelle le bloc à ne pas se limiter aux aspects humanitaires, mais à tenir compte des « intérêts sécuritaires et culturels bien établis » de l’Europe. « [Nombre de réfugiés] ont des origines culturelles différentes. Pour la plupart, ils sont d’autres confessions que la foi judéo-chrétienne, qui est un des fondements de nos valeurs et de notre société », poursuit-il.

    Selon le Spiegel, la première demande de Maike Kohl-Richter aurait été acceptée, à condition qu’elle arrête de vouloir faire parler l’horrible Orban...

  • Faut y aller !

    6a00d83451619c69e201b8d28dd9aa970c-pi.jpg

    J'ai quatre petits-enfants dans cette école. Alors si vous êtes dans le coin, allez les soutenir !

  • Pitoyable

    Collabos et fiers de l’être : Thierry Solère annonce la création d'un groupe commun avec les centristes de l'UDI à l'Assemblée nationale, qui aura une « attitude constructive vis-à-vis des réformes dont le pays a besoin qui seront proposées par le gouvernement ».

    Parce que 350 godillots, ça ne suffit pas à Macron ? Il lui en faut une quarantaine de plus, qui se présentaient aux électeurs comme candidats d’opposition ?

  • 1 milliard

    Depuis 2007, la Turquie a reçu près d’un milliard d’euros (979,6 millions exactement) pour que le pays devienne de plus en plus démocratique et respectueux des droits de l’homme et de l’Etat de droit, et soit un candidat acceptable à l’UE.

    On a vu le résultat.

  • En Irlande

    Les parlementaires membres du comité chargé de proposer des modifications à l'interdiction de l'avortement se rencontrent pour la première fois aujourd'hui, alors que le ministre de la Santé, Simon Harris, a déclaré que le pays devrait se « préparer » à un référendum l'année prochaine.

    Ce comité est composé de membres majoritairement favorables à la libéralisation de l’avortement.

    Le comité conjoint chargé de réfléchir au 8e amendement de la Constitution ne devrait pas se réunir avant septembre. Le rapport final ne devrait donc pas être remis au gouvernement avant le mois de décembre.

    Le 8e amendement (adopté par référendum en 1983) est devenu l’article 40.3.3 :

    « L’Etat reconnaît le droit à la vie du fœtus et, en respectant pleinement le droit égal de la mère à la vie, garantit dans sa législation le respect de ce droit et, dans la mesure du possible, de le défendre et de le faire valoir par ses lois. »

  • Et maintenant la crise d’angoisse

    On ne compte plus les « déséquilibrés » qui passent à l’attaque en criant Allahou Akbar.

    A Lausanne, un Sahraoui « avait entraîné l’évacuation du métro M2 à la station Bessières, à Lausanne, en criant comme certains djihadistes avant une attaque ».

    Le procureur a expliqué que cet homme est « sujet aux crises d’angoisse et n’a pas voulu faire peur aux passagers : il en appelait ainsi à Dieu car il craint qu’on intente (?) à sa vie ». Sic.

    Il a donc été relâché.

  • Un ambassadeur

    Un ambassadeur a osé demander au gouvernement chinois, par un message sur le site internet de son ambassade, la libération de l’évêque de Wenzhou Mgr Peter Shao Zhumin. Et pour faire bonne mesure il critique le projet de nouvelles règles en matière religieuse (pas encore promulgué mais considéré comme définitif), qui en l’état mettrait en œuvre « de nouvelles restrictions au droit à la liberté religieuse ».

    Hélas, comme on s’en doute, ce n’est pas l’ambassadeur de France. C’est l’ambassadeur d’Allemagne à Pékin, Michael Clauss. Comme il est ambassadeur « extraordinaire et plénipotentiaire », il a clairement l’accord complet du gouvernement allemand.

  • Président dhimmi

    Et d’une ignorance criminelle :