Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 6

  • Le navire du repentir

    L’évangile de ce dimanche illustre ce que je disais sur pænitentia. On y trouve trois fois le mot, qui traduit deux fois le verbe construit sur μετάνοια (μετανοέω, métanoéo, faire pénitence), et une fois le mot μετάνοια (métanoia, repentir). Trois falsifications en quelques lignes dans la traduction française officielle qui élimine pénitence et repentir.

    Je lisais ce matin le 72e discours ascétique d’Isaac le Syrien, l’un des plus beaux, qui se termine ainsi :

    « De même qu’il n’est pas possible de traverser sans navire la grande mer, de même nul ne peut sans la crainte parvenir à l’amour. La mer nauséeuse qui nous sépare du paradis spirituel, nous ne pouvons la traverser que sur le navire du repentir dirigé par les rameurs de la crainte. Mais si ces rameurs de la crainte ne gouvernent pas le navire du repentir, par lequel nous traversons la mer de ce monde pour aller à Dieu, nous sommes engloutis dans les eaux nauséeuses. Le repentir est le navire. La crainte est son pilote. Et l’amour est le port divin. La crainte nous embarque donc sur le navire du repentir, elle nous fait traverser la mer nauséeuse de cette vie et nous mène au port divin, qui est l’amour, où vont tous ceux qui se dirigent tous ceux qui par le repentir se sont donnés de la peine et ont pris sur eux leur charge. Or quand nous parvenons à l’amour, nous sommes parvenus à Dieu. Nous sommes allés au bout de notre chemin, nous avons traversé la mer pour atteindre l’île qui est au-delà du monde, où se trouve Dieu, le Père, le Fils et le Saint-Esprit. A Lui la gloire et la puissance. Puisse-t-il nous rendre dignes de sa gloire et de l’amour que donne sa crainte. Amen. »

  • 3e dimanche après la Pentecôte

    La lecture biblique des mois de juin et juillet, selon le bréviaire, ce sont les livres des Rois. Ce dimanche, Samuel oint la tête de Saul, signifiant qu’il sera et qu’il est déjà le roi d’Israël, même si cette première onction est privée. Voici le commentaire de saint Grégoire le Grand, tel qu’on le lissait au deuxième nocturne des matines avant 1929.

    Samuel prit un petit vase d’huile et le répandit sur la tête de Saül. Cette effusion marquait, sans aucun doute, ce qui se pratique encore aujourd’hui dans la sainte Église, où celui qu’on élève au plus haut degré des ordres, reçoit l’onction sacramentelle. Et comme cette onction est un signe, le sujet promu ne reçoit avec profit l’onction extérieure, que s’il est fortifié intérieurement par la vertu de ce signe sacré. Examinons d’abord avec attention les propriétés de l’huile. L’huile monte à la surface des autres liquides, l’huile excite la flamme, l’huile sert communément de remède pour les blessures. Prenant le dessus des autres liquides, elle signifie l’excellence de la miséricorde, car il est écrit du Seigneur : « Ses commisérations s’étendent sur toutes ses œuvres ». Excitant le feu, elle désigne le bon effet de la prédication, qui répand la lumière dans l’âme des élus.

    Guérissant les blessures, elle nous invite à porter remède aux plaies de nos péchés. Que la tête du roi soit donc ointe, en signe de la grâce spirituelle qui doit remplir l’âme du docteur. Que ce docteur reçoive dans son onction l’huile d’une abondante miséricorde, et que toujours il la mette au-dessus des autres vertus. Qu’il ait de l’huile pour alimenter en lui-même l’ardente flamme de l’Esprit-Saint, et porter chez autrui une vive lumière au moyen de la parole. Qu’il ait aussi l’huile médicinale, avec le talent d’apprécier en quelle mesure elle assainira les fétides plaies du péché et rendra la santé aux âmes qui sont malades.

    Cependant l’onction de Saul faite avec le contenu d’une petite coupe, ne figure pas sa doctrine, mais son avenir. Cette coupe était de petite dimension. Or, pourquoi Saül n’est-il oint qu’avec un petit vase d’huile, sinon pour signifier qu’à la fin il sera réprouvé ? Et en effet, devenu dans la suite infidèle à Dieu, il entendit cette sentence de la bouche de Samuel : « Parce que vous avez rejeté la parole du Seigneur, le Seigneur vous a rejeté, afin que vous ne soyez plus roi ». Ainsi, comme ce petit vase contenait peu d’huile, Saül a peu reçu, recevant la grâce spirituelle pour la rejeter dans la suite. Et ceci ne s’applique pas moins justement aux prélats de la sainte Église ; car il s’en trouve qui reçoivent la perfection du sacerdoce, et qui sont loin d’être parfaits en amour de Dieu et du prochain.

    L’introït

    L’offertoire

    Le graduel

    L’alléluia

    La communion

    Le commentaire de l’évangile par saint Grégoire le Grand

    Le commentaire de saint Ambroise.

  • La Russie isolée et ruinée

    Bilan du Forum économique international de Saint-Pétersbourg 2024 : 21.000 participants de 139 pays ; plus de 980 contrats ont été conclus, pour un total de 6.400 milliards de roubles (près de 72 milliards de dollars).

    *

    En marge du Forum, Sergueï Chmotyev, patron du groupe industriel Fores, a annoncé un « prix » de 15 millions de roubles (168.000 $) à la personne qui abattra le premier des F-16 qui doivent arriver en Ukraine. Sergueï Chmotyev a déjà décerné des « prix » pour la destruction de chars occidentaux. (Il a aussi créé un « Fonds de la famille Chmotyev pour le patronage de la culture et des arts »).

  • Saint Nicolas de Velikoretskoye

    Velikorezkaya.jpg

    Capture d’écran 2024-06-08 à 16.40.19.jpg

    Capture d’écran 2024-06-08 à 16.39.41.jpg

    Chaque année depuis 600 ans, du 6 au 8 juin, a lieu entre Kirov et Velikoretskoye en Russie, un pèlerinage de 150 km, dans des conditions parfois difficiles (à travers bois et dans des chemins boueux).

    En 1383 un paysan avait découvert sur la berge de la rivière Velikaya une icône de saint Nicolas. De nombreux malades ayant été guéris devant l’icône, la renommée se répandit dans toute la Russie, au point qu’Ivan le Terrible la fit venir à Moscou en 1555.

    Une église en bois fut construite près du lieu de la découverte, puis un village, avec trois autres églises.

    En attendant, l’icône avait été installée dans l’église de Kirov (qui s’appelait Khlynov), avec la promesse de la ramener chaque année au lieu de sa découverte. « Aujourd'hui, le jour de la célébration de l'anniversaire de l'icône, des milliers de pèlerins russes et étrangers se rassemblent à Velikoretskoye pour prier l'image merveilleuse sur le lieu saint où l'icône est apparue pour la première fois, pour boire de l'eau de la source sacrée et pour se baigner dans les eaux de la rivière Velikaya », lit-on sur Orthodox Wiki.

    J’évoque cela parce que je suis tombé sur une brève vidéo du pèlerinage de cette année. Une vidéo qui n’est pas publiée par des pèlerins ni par l’Eglise, mais par la… direction régionale du ministère russe des situations d’urgence, qui est fière de porter secours aux pèlerins qui en ont besoin. Dédié à ceux qui continuent de voir la Russie comme une dictature communiste…

    Au fait... C'est en Ukraine que les processions et les pèlerinages sont interdits...

  • Crime de guerre franco-américain

    Alors que Macron et son patron Jobidon paradent à Paris, une frappe par une bombe guidée française, suivie d’une frappe de HIMARS américain sur une boutique hier en fin d’après-midi à Sadovoïé, dans la région de Kherson, a fait 22 morts et 15 blessés, dont cinq graves.

    17 personnes ont été tuées à proximité du bâtiment frappé et quatre autres dans les maisons adjacentes. L’une d’elles est « un enfant de neuf ans qui jouait dans un bac à sable ».

    Après la première frappe, les voisins se sont précipités pour porter secours aux blessés. C’est alors qu’a eu lieu la seconde frappe.

    Ainsi va le terrorisme franco-américain en Ukraine.

  • Interdit aux blancs non déviants

    L’une des universités canadiennes les plus réputées, celle de Colombie Britannique, publie pour sa faculté de dentisterie de Vancouver une offre d’emploi ouvertement discriminatoire, et s’en vante.

    Il s’agit de pourvoir le poste de président de la « Chaire de recherche de niveau 1 du Canada en recherche sur le cancer de la bouche ». Le candidat doit satisfaire aux exigences en matière de « diversité, équité et inclusion ».

    De ce fait, il doit appartenir à un ou plusieurs « groupes d’équité » identifié, et une enquête le vérifiera.

    Mais ce n’est pas tout : la sélection pour le poste est limitée aux « membres des groupes désignés suivants : personnes handicapées, indigènes, personnes racisées, femmes et personnes appartenant à des groupes minoritaires d'identité de genre ».

    Dans un tweet, Elon Musk demande si cela et légal au Canada. Mais oui, c’est légal, c’est même explicitement prévu dans la charte de l’université.

  • Et toc !

    Capture d’écran 2024-06-08 à 15.43.29.png

    Capture d’écran 2024-06-08 à 15.43.43.png

  • De la Sainte Vierge le samedi

    Felix María, cui nec humílitas défuit, nec virgínitas. Et quidem singuláris virgínitas, quam non temerávit, sed honorávit fecúnditas. Et nihilóminus speciális humílitas, quam non ábstulit, sed éxtulit fecúnda virgínitas: et incomparábilis prorsus fecúnditas, quam virgínitas simul comitátur et humílitas. Quid horum non mirábile ? quid non incomparábile? quid non singuláre? Mirum vero si non hǽsitas in eórum ponderatióne, quid tua júdices dígnius admiratióne, utrum vidélicet pótius stupénda sit fecúnditas in Vírgine, an in Matre intégritas: sublímitas in prole, an cum tanta sublimitáte humílitas ; nisi quod indubitánter horum síngulis præferénda sunt simul cuncta, et incomparabíliter excelléntius est atque felícius, ómnia percepísse, quam áliqua. Et quid mirum si Deus, qui mirábilis légitur et cérnitur in Sanctis suis, mirabiliórem se exhíbuit in Matre sua ? Imitámini, omnes hómines, Dei Matris humilitátem.

    Heureuse Marie, à qui ni l’humilité, ni la virginité n’ont fait défaut. Et virginité unique ! La fécondité ne l’a point ternie, mais honorée. Et cependant, humilité inouïe ! La féconde virginité ne l’a point enlevée, mais élevée. Et encore, incomparable fécondité ! La virginité et l’humilité l’accompagnent. Laquelle de ces qualités n’est pas merveilleuse ? Laquelle n’est pas incomparable ? Laquelle n’est pas unique ? Mais il serait étonnant qu’à la comparaison, tu discernes sans hésiter celle qui mérite davantage ton admiration, voire ta stupéfaction : de la fécondité en la vierge, ou de l’intégrité en la mère ; de la sublimité dans l’enfantement, ou de l’humilité avec tant de sublimité ? Si ce n’est, indubitablement, que tout l’ensemble de ces choses est préférable à chacune séparément, et qu’il est incomparablement plus excellent et plus heureux de les avoir toutes que quelques-unes. Et quoi d’étonnant si Dieu, dont nous lisons et constatons qu’il est « admirable en ses saints », s’est montré plus admirable encore en sa Mère. O vous, tous les hommes, imitez l’humilité de la Mère de Dieu.

    Saint Bernard, premier sermon sur l’évangile de l’Annonciation (« A la louange de la Vierge mère »).

    788px-Ярославская_икона.jpg

    Aujourd’hui dans le calendrier byzantin russe c’est la fête de l’icône de la Mère de Dieu de Iaroslavl (la « capitale de l’Anneau d’or »). Sa caractéristique est que l’enfant Jésus touche d’une main le menton de sa mère, et de l’autre le bord de son manteau, en un geste de grande tendresse auquel répond le jeu des mains de la mère. La première icône de ce type, du XIIIe siècle, à Iaroslavl, a disparu. Les plus anciennes sont du XVe siècle, dont celle-ci.

  • La persécution

    Une audience devait avoir lieu aujourd’hui pour décider une modification du statut pénal de l’abbé de la laure de Sviatogorsk, le métropolite Arsène, qui est en préventive depuis le 24 avril dernier, à cause d’un sermon où il évoquait des barrages routiers autour du monastère…

    Le métropolite Arsène reste en prison. Le SBU continue « la collecte de preuves »…

    *

    Les trois journalistes de l’Union des journalistes orthodoxes ukrainiens sont eux aussi toujours en prison. Ces trois derniers jours ils passaient en audience. Ils doivent rester dans des cages de verre pendant 12 heures, que l’audience ait lieu ou qu’elle soit reportée. 12 heures sans manger ni boire, dans une chaleur étouffante. Dans une salle où est affiché le document du commissaire aux droits de l'homme sur la lutte contre la torture... Ce matin commençait le quatrième jour de torture.

    *

    Hier avait lieu à Tcherkassy une audience du procès intenté contre le métropolite Théodose pour « insulte aux sentiments des croyants ». Des voyous manifestaient devant le tribunal, brandissant des pancartes sacrilèges, insultant et frappant les fidèles. Une architecte et peintre d’icônes, Nadezhda Chernyavskaya, violemment poussée par l’un d’eux, s’est cassée un bras en tombant. La police n’est pas intervenue.

    *

    Le maire de Tchernivtsi annonce qu’un parking payant va être ouvert sur le terrain de la cathédrale du Saint-Esprit, volée à l’Eglise orthodoxe ukrainienne… et fermée.

  • Bénévoles

    Le "département synodal de charité religieuse et du service social" de l’Eglise orthodoxe russe fait savoir que jusqu’ici plus de 860 bénévoles ont participé à la reconstruction de 228 maisons de personnes âgées ou handicapées à Marioupol. Car si les immeubles sont reconstruits par la puissance publique, nombre de maisons appartiennent à des personnes qui n’ont pas les moyens de les restaurer. (On voit dans les quartiers pavillonnaires des rues entières dont les maisons sont encore dévastées, c’est ce qui explique que seulement 58% de la reconstruction de la ville est effective, alors que le centre devient tout pimpant.)

    Le département synodal lance un appel pour que d’autres bénévoles se manifestent, car le coordinateur entend étendre les travaux aux autres villes victimes de la guerre : d’ores et déjà « 150 maisons attendent leur tour ». Il y a un départ chaque semaine, et chaque groupe reste une semaine.