Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 6

  • Bon sens

    Le gouvernement italien a rétabli les termes de père et mère sur les formulaires de demande de carte d'identité.

    « On retrouve un peu de bon sens », a déclaré Matteo Salvini, qui dénonçait inlassablement cette initiative antifamiliale du gouvernement précédent.

    Naturellement le lobby contrarié crie très fort et annonce des recours devant les tribunaux administratifs.

  • Vendredi de la quatrième semaine de carême

    Introït :

    Meditátio cordis mei in conspéctu tuo semper : Dómine, adjútor meus, et redémptor meus.

    La méditation de mon cœur sera toujours en votre présence ; Seigneur, vous êtes mon secours et mon rédempteur.

    L’introït est emprunté au psaume 18 : « La pensée de mon cœur est toujours tournée vers vous, Seigneur, ma forteresse, mon refuge. » La pensée elle-même de Dieu est pour nous une forteresse inexpugnable, dans laquelle nous pouvons toujours trouver un abri contre toutes les tentations et les difficultés de la vie. En effet, quand les tentations nous assaillent, quand la fascination de la volupté menace d’étouffer en nous cette aspiration innée à un bien infini que nous avons tous, quand le poids des iniquités commises nous fait voir comme désespéré notre atterrissage au port du salut, quand, dans la dernière agonie spécialement, Satan nous fera sentir toute la violence de sa tyrannie pour nous réduire définitivement en son pouvoir, il suffit de se souvenir de Dieu, de l’invoquer avec le cœur, et voici que la sérénité revient, que les ennemis s’enfuient honteux, et l’âme sent toute cette douceur qu’exprimé le saint Nom de Dieu, quand on l’invoque avec dévotion. En un mot, tout notre mal vient de ce que nous oublions Dieu, alors que selon la parole du Prophète : Memor fui Dei et delectatus sum [Je me suis souvenu de Dieu et je me suis délecté, psaume 76].

    Bienheureux cardinal Schuster

    (Je ne sais pas où le cardinal Schuster est allé chercher « refuge » pour traduire « redemptor ». Les traducteurs qui refusent tout caractère prophétique à l’Ancien Testament traduisent par « libérateur », ou « vengeur », ou « défenseur ». Mais le mot hébreu, grec, et latin, est clairement « rédempteur », et Chouraqui l’a respecté à sa façon : « racheteur ».)

    Sur l’antienne de communion.

    Sur l’icône de la résurrection de Lazare.

  • Leur Europe

    Un règlement européen va empêcher quelque 110 rames de trains de banlieue d'être mises en service dans la région parisienne. Ces trains sont exactement les mêmes que plus de 200 qui circulent déjà. Mais à partir du 16 juin ce règlement interdira leur mise en service. Alors que les trains identiques déjà en service pourront continuer de circuler.

    Il y en a pour un milliard d’euros. Et cela arrive au moment de la campagne pour les européennes… La Pécresse est très colère…

  • En Chine

    Cina-_Qianyang_destruction.jpg

    Les autorités ont entièrement détruit hier les locaux de la paroisse de Qianyang (Shaanxi, diocèse de Fengxiang). Le bâtiment abritait une église à l’étage, et au rez-de-chaussée des religieuses infirmières. C’était le lieu de culte et de services médicaux de 2.000 paysans catholiques, construit grâce à des dons de fidèles d’autres paroisses du diocèse.

    Aucune raison n’a été donnée pour cette destruction. Mais le diocèse de Fengxiang a la particularité d’être le seul où il n’y a aucun membre de l’Eglise officielle (l’Association patriotique), bien qu’il y ait un Bureau des Affaires religieuses… Selon certains, la destruction aurait donc pour but de faire pression sur le clergé et les fidèles pour qu’ils rejoignent l’Eglise officielle. Selon d’autres, ce serait parce que les autorités de la province sont des maoïstes fanatiques qui veulent éradiquer toute religion ; ils s’en seraient pris particulièrement à cette église parce qu’elle est connue pour son eau bénite miraculeuse.

    *

    Mgr Guo Xijin, évêque clandestin de Mindong, a accepté par obéissance au pape de devenir évêque auxiliaire de l’évêque officiel Vincent Zhan Silu (vice-président de l’Association patriotique). Lequel est donc désormais reconnu par le Saint-Siège. Mais la réciproque n’est pas vraie : Mgr Guo Xijin n’est toujours pas reconnu par le gouvernement communiste, et on lui a signifié que tout ministère de sa part est illégal tant qu’il ne s’inscrira pas à l’Association patriotique. En application de l’accord secret, Mgr Guo Xijin avait accepté d’être en communion avec l’évêque officiel, mais l’évêque officiel, quoique reconnu par Rome, n’est pas en communion avec son évêque auxiliaire, comme cela se verra particulièrement le jeudi saint où celui-ci ne pourra pas concélébrer.

  • Archevêque LGBT

    Le pape a nommé Mgr Wilton D. Gregory archevêque de Washington.

    Mgr Gregory, qui a été président de la conférence épiscopale, était auparavant archevêque d’Atlanta.

    Il a fait du sanctuaire de l’Immaculée Conception d’Atlanta (seule église du diocèse à avoir le titre de « shrine ») un centre de propagande LGBT. Le sanctuaire soutient explicitement la gay pride et appelle à y participer, et c’est l’archevêque en personne qui a invité le P. James Martin à venir y faire sa propagande en septembre dernier, l’annonçant par un article dithyrambique du bulletin diocésain.

    Au siège de l’ex-cardinal McCarrick et du toujours cardinal Wuerl, ça s’impose…

  • Jeudi de la quatrième semaine de carême

    L’évangile de la messe de ce jour est reprit du 15e dimanche après la Pentecôte. C’est la résurrection du fils de la veuve de Naïm, qui est mise ce jour en parallèle avec la résurrection du fils d’une veuve par Elisée. C’est une double annonce de la Résurrection pascale, mais c’est aussi un enseignement sur la pénitence, la résurrection du péché. Comme le souligne saint Ambroise dans son commentaire des matines (le 15e dimanche après la Pentecôte c’est un texte de saint Augustin) :

    Cet endroit de l’Évangile se rapporte à l’une et à l’autre grâce. Il a d’abord pour but de nous donner l’assurance que la miséricorde divine se laisse vite fléchir par les gémissements d’une mère veuve, et surtout d’une mère brisée par la maladie ou la mort de son fils unique, d’une veuve enfin dont le mérite et la gravité sont prouvés par la foule qui l’accompagne aux funérailles. Il est destiné encore à nous faire voir plus qu’une simple femme dans cette veuve, entourée d’une grande foule de peuple, qui mérita d’obtenir par ses larmes la résurrection d’un jeune homme, son fils unique ; parce que cette veuve est l’image de la sainte Église, qui, en considération de ses larmes, obtient de rappeler du sein des pompes funèbres ou des profondeurs du sépulcre, pour le faire revenir à la vie, un jeune peuple qu’on lui a défendu de pleurer, parce que la résurrection lui est promise.

    Le mort était porté au tombeau dans un cercueil par les quatre éléments matériels ; mais il avait l’espoir de ressusciter puisqu’il était porté dans du bois. Bien que le bois ne nous ait pas été utile autrefois, il a néanmoins, depuis que Jésus-Christ l’a touché, commencé à servir pour la vie ; afin de montrer que le salut devait être rendu au monde par le gibet de la croix. En entendant la parole de Dieu, ils s’arrêtèrent donc, ces impitoyables conducteurs de convois funèbres qui poussaient le corps humain vers la dissolution, par suite du cours mortel de la nature matérielle. Et nous, ne gisons-nous pas inanimés sur la civière mortuaire, c’est-à-dire sur un instrument des dernières pompes funèbres, lorsque le feu des passions déréglées nous brûle, ou que la froideur inonde nos âmes ou bien quand nous sentons la vigueur de notre esprit s’émousser sous le poids de ce corps terrestre et paresseux, ou encore lorsque la pure lumière faisant défaut à notre esprit, il nourrit notre âme d’un air épais et vicié ? Voilà les porteurs qui nous mènent au tombeau.

    Mais quoique les derniers devoirs rendus aux morts aient enlevé toute espérance de vie, et que les corps des défunts gisent déjà près du tombeau, cependant, à la parole de Dieu, les cadavres ressuscitent aussitôt, la voix leur revient, un fils est rendu à sa mère, il est rappelé du tombeau, arraché du sépulcre. Quel est pour toi ce tombeau, sinon les mauvaises habitudes ? Ton tombeau, c’est ta déloyauté ; ton gosier est un sépulcre : « C’est un sépulcre ouvert que leur gosier » [psaume 5], d’où sont proférées des paroles de mort. Le Christ te délivre de ce sépulcre ; tu sortiras de ce tombeau si tu écoutes la parole de Dieu. Et s’il est un péché grave que tu ne puisses laver toi-même par les larmes de la pénitence, que l’Église ta mère pleure pour toi, elle qui intervient en faveur de chacun de ses enfants, comme une mère veuve pour son fils unique, car elle est pleine de compassion et éprouve une douleur spirituelle qui lui est propre, lorsqu’elle voit ses enfants entraînés à leur perte par des vices mortels.

  • Dans l’Indiana

    Le sénat de l’Indiana a adopté lundi par 38 voix contre 8 une proposition de loi qui étend l’objection de conscience aux infirmières, aux « assistants médecins » et aux pharmaciens, quel que soit leur rôle dans le processus d’avortement. Les députés avaient déjà adopté ce texte par 69 voix contre 25. Le gouverneur Eric Holcomb avait dit qu’il la signerait sans problème, comme il a déjà signé toutes les lois pro-vie qui arrivent sur son bureau.

    Et la prochaine est en route : le 21 février, les députés ont adopté une proposition de loi interdisant l’avortement par démembrement du fœtus. Elle a reçu le feu vert de la commission des lois du sénat le 28 mars.

    Addendum

    En fait elle a été adoptée par le Sénat le 2 avril (38 contre 10) après avoir été adoptée par les députés (71 contre 25).

  • Routine

    La Commission européenne a lancé aujourd'hui une nouvelle procédure d'infraction contre le gouvernement polonais concernant ses réformes judiciaires.

    Cette fois il s’agit du régime disciplinaire des juges qui « n'offre pas les garanties nécessaires pour les protéger du contrôle politique ».

    Les deux premières procédures sur le sujet sont devant la Cour de Justice de l’UE. Ce sera aussi le sort de celle-ci si la réponse de Varsovie n’est pas jugée satisfaisante.

  • Leur mépris

    Chaque jour, le site européiste Euractiv fait le tour des « capitales » pour donner les dernières nouvelles ayant trait à l’UE dans chaque pays. Voici un paragraphe de l’édition de ce jour. C’est un exemple parfait de l’arrogance des petits marquis de la pensée unique et de leur mépris pour ceux qui ne sacrifient pas aux idoles. Le dogme est que l’on doit s’inquiéter de la Russie et du réchauffement climatique. Et ces imbéciles de Tchèques s’inquiètent de l’immigration et de l’islam, alors qu’ils n’ont même pas de musulmans…

    Menace islamiste : Un sondage réalisé par le Conseil européen des relations extérieures (ECFR) a montré qu’un quart des Tchèques pensent que l’islamisme radical et les migrations sont les plus grandes menaces pour l’Europe. Selon les chiffres de 2016, les musulmans représentent moins de 0.2 % de la population du pays. Ils inquiètent pourtant plus les Tchèques que la Russie et le changement climatique.

    (L’un des principaux fondateurs du ECFR est George Soros.)

  • Mercredi de la quatrième semaine de carême

    Screenshot_2019-04-02 GR146.png

    Lutum fecit ex sputo Dóminus, et linívit óculos meos : et ábii, et lavi, et vidi, et crédidi Deo.

    Le Seigneur a fait de la boue avec sa salive et en a oint mes yeux. Je m’en suis allé, je me suis lavé et j’ai vu et j’ai cru en Dieu.

    L’antienne de communion de la messe de ce jour est aussi simple que parfaite dans son expression, tant littéraire que musicale. Le texte est un résumé du long évangile, un concentré de l’histoire du miracle de guérison, ne retenant que l’essentiel, depuis la fabrication de l’onguent jusqu’à la foi du miraculé : il y a 32 versets entre le premier mot et le dernier mot de l’antienne. La mélodie est le chant naïf et émerveillé de l’aveugle qui raconte comment il a été guéri et trouvé la foi. La « foi en Dieu », explicite-t-il ici, quand le thaumaturge s’est seulement dit « fils de Dieu ».

    Par les moines de l’abbaye du Mont des Anges, dans l’Oregon (Mount Angel, fondé par les moines d’Engelberg en Suisse), en 1965 (album Chants of the Church) :