15 juillet 2014

Deux Centrafrique

Selon un rapport remis vendredi dernier au Conseil de sécurité par des experts de l’ONU, il existe une partition de fait de la République centrafricaine entre l'ouest du pays tenu par les milices chrétiennes et l'est contrôlé par les musulmans de la Séléka (que les médias continuent d’appeler « ex-Séléka »…). « Les groupes armés se livrent au commerce illicite et à l'exploitation des ressources naturelles, à savoir l'or et les diamants » : dans l'ouest, les anti-balaka exploitent et commercialisent des diamants tandis que dans l'est la Séléka continue d'avoir la mainmise sur les mines d'or artisanales.

Les affrontements ont fait au moins 2.400 morts dans la population civile entre décembre et avril, mais le bilan effectif doit être plus lourd car de nombreux décès ne sont pas signalés.

*

Samedi, un porte-parole de la Séléka a annoncé que l’ancien « président » de Centrafrique Michel Djotodia a repris les rênes de la milice (la milice Séléka qui l’avait porté au pouvoir et qu’il avait ensuite théoriquement dissoute). Les chefs militaires et fondateurs du mouvement, Nourredine Adam et Mohamed Dhaffane, ont été nommés adjoints de Michel Djotodia. Lequel est censé être en exil au Bénin, mais ces décisions ont été prises lors d'une réunion à Birao, dans le nord de la République centrafricaine.

Chez les Anglais

David Cameron a remanié son gouvernement. Le fait principal est que son ministre des Affaires étrangères, William Hague, devient président du groupe des députés conservateurs aux Communes, et qu’il est remplacé par le ministre de la Défense Philip Hammond. Ce qui est une surprise.

William Hague est connu comme « eurosceptique ». Mais son remplaçant ne l’est pas moins. L’an dernier, il avait déclaré que s’il n’y avait pas de réforme en profondeur de l’UE, et s’il y avait un référendum, il voterait pour la sortie de l’UE.

D’autre part, Jean-Claude Juncker avait dit à David Cameron que le Royaume Uni améliorerait ses chances d’obtenir un super-poste de commissaire européen s’il présentait une femme. Ce matin, David Cameron a annoncé qu’il nommait Lord Hill…

Jonathan Hill, baron d’Oareford (depuis 2010) est l’actuel président de la Chambre des lords, chancelier du duché de Lancastre, et président du groupe conservateur de la chambre des lords (et néanmoins inconnu du grand public).

Le mois dernier, il affirmait qu’il refuserait de devenir commissaire européen si on le lui demandait.

Aujourd’hui il se dit « passionné par l’énorme responsabilité d’avoir l’opportunité de jouer un rôle dans la réforme de l’UE » et impatient de travailler avec Jean-Claude Juncker.

Pas très digne, quand même, pour un lord…

18:43 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (1)

Non-information

Le Parlement européen a ratifié le choix de Jean-Claude Juncker comme président de la Commission européenne.

Ah si, une petite information quand même : les socialistes français se sont abstenus, alors que le gouvernement socialiste avait fait le choix de Juncker…

18:20 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0)

Le sida reste gravement homophobe

L’OMS préconise aux « hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes » de prendre des antiviraux comme « méthode supplémentaire de prévention ».

Cette recommandation fait suite au constat d'une «explosion de l'épidémie » pour ce « groupe à risques ».

Actuellement, les homosexuels ont 19 fois plus de risques d'être contaminés par le virus que le reste de la population. Prendre une pilule quotidienne combinant deux antirétroviraux, en plus de l'usage des préservatifs, pourrait diminuer les risques de 20 à 25 %, soit éviter« un million de nouvelles infections au sein de ce groupe en dix ans », selon l'OMS.

A Singapour on met au pilon les livres pour enfants faisant l’apologie de l’homosexualité

La direction des bibliothèques publiques de Singapour (National Library Board : NLB) a décidé des supprimer des rayons des livres pour enfants ceux qui prônent l’homosexualité.

Trois livres vont être mis au pilon : And Tango Makes Three (l’histoire des deux pingouins mâles élevant un petit), The White Swan Express: A Story About Adoption (avec notamment une paire de lesbiennes américaines adoptant un enfant chinois), Who's In My Family: All About Our Families (« où que vous habitiez, où que vous alliez, il y a toutes sortes de familles »…).

Face à la vive réaction de l’intellocratie locale, le ministre de l'Information, de la communication et des Arts, Yaacob Ibrahim, a expliqué :

« Tout d’abord, le retrait n’est pas fondé sur une seule plainte sans évaluation de son bien fondé. Le NLB suit un processus où ses agents examinent attentivement les réactions avant de prendre une décision.

« Deuxièmement, c’est une décision qui ne concerne que la section enfants des bibliothèques publiques. Le NLB ne décide pas des livres que les enfants peuvent ou ne peuvent pas lire. Cette décision reste aux parents, comme cela a toujours été. Les gens peuvent acheter ces titres à leurs enfants s’ils le souhaitent. En revanche, le NLB doit décider quels livres doivent être facilement disponibles aux enfants, qui sont parfois sans surveillance, dans la section enfants des bibliothèques publiques. Pour les sections adultes, les directives pour ce qui est approprié sont beaucoup plus larges, et un éventail beaucoup plus large de titres sont sur les étagères.

« Troisièmement, le NLB a été guidé dans sa décision par les normes communautaires. Les bibliothèques publiques sont au service de la communauté, et il est juste qu’elles prennent en considération les normes de la communauté. Les normes prédominantes, acceptées par une immense majorité des Singapouriens, veulent que l’on parle aux enfants des familles conventionnelles, mais pas de familles alternatives, non traditionnelles, ce que font les livres en question. Cette approche est partagée par tous les organismes publics en charge de l’éducation et de l’accompagnement des jeunes Singapouriens.

« Comme dans d’autres sociétés, il y a à Singapour, de la part de certains, de considérables efforts pour changer ces normes, et une réaction aussi forte de la part de ceux qui ne veulent pas voir de changement. Les sociétés ne sont jamais statiques, et changent au fil du temps. Mais l’approche du NLB est de refléter les normes sociales existantes, et non de les contester ou chercher à les changer. »

(Musulman, Yaacob Ibrahim est également ministre en charge des Affaires musulmanes. A Singapour il y a environ 40% de bouddhistes, 14% de chrétiens, 14% de musulmans, des hindous, des sikhs, des taoïstes… Et l’homosexualité est un délit.)

Au Soudan

Le ministre soudanais des Affaires religieuses, Shalil Abdullah, a annoncé dimanche que le gouvernement bloquerait désormais les permis relatifs à la construction de nouvelles églises. Une décision que le ministre a justifiée par le fait que la communauté chrétienne au Soudan s’est fortement réduite suite à la sécession du Soudan du Sud dont provient la majorité des chrétiens qui vivaient à Khartoum, et qui sont retournés chez eux…

Dans les faits il était déjà impossible de construire une église, surtout depuis qu’Omar Bechir avait annoncé que, en raison de la création du Soudan du Sud, le Soudan allait devenir un pays entièrement islamique régi par la charia. La situation est donc seulement officialisée.

Le prétexte était déjà que les chrétiens étaient retournés chez eux. En fait il y a toujours de nombreux chrétiens au Soudan, soit parce qu’ils ne sont pas originaires du Soudan du Sud, soit parce qu’ils ne sont pas repartis, soit parce qu’ils sont originaires d’un autre pays, notamment d’Egypte.

(Et Mariam Yahia Ibrahim est toujours bloquée à l'ambassade des Etats-Unis.)

Ils vont enfin avoir des évêquesses

La démocratie, dans l’"Eglise d’Angleterre", c’est comme dans l’UE : on fait voter les gens jusqu’à ce qu’on obtienne le résultat voulu. Ainsi, hier, le synode de l’"Eglise d’Angleterre" a voté pour l’ordination épiscopale des femmes, qui avait été rejetée il y a moins de deux ans.

Le fait marquant est qu’un grand nombre des opposants de 2012 ont changé d’avis. Et que ceux qui sont contre sont quand même pour. Ainsi l’évêque de Burnley John Goddard a déclaré : « En ma conscience je voterai contre (...) mais j’espère que cette motion passera et que nous travaillerons ensemble. Je crois à l’unité dans la diversité, ce qui signifie que nous pouvons fondamentalement être en désaccord mais néanmoins travailler ensemble au nom de Dieu. »

Il y a encore quelques mois j’aurais trouvé cette déclaration aberrante. Mais depuis lors j’ai appris à entendre le pape qui parle de la même façon… Plus nous serons en désaccord et plus nous serons unis dans l’amour de Jésus…

On constate que le grand article de La Croix ne fait pas la moindre allusion au fait que de toute façon ces ordinations étaient déjà invalides quand elles ne concernaient que des hommes. On a beau connaître ce journal, on s’étonne quand même qu’il n’y ait aucun élément de réflexion catholique dans ce long article. Bien au contraire, on abonde dans le sens de la soi-disant Eglise d’Angleterre, en donnant comme seul commentaire celui d’un professeur de Nanterre : « Il n’existe plus aujourd’hui de base légale pour empêcher les femmes de monter dans la hiérarchie de l’Église d’Angleterre. Les femmes se heurtaient jusqu’alors à une sorte de plafond de verre qui vient de disparaître. » La Croix n’ose pas ajouter : il est temps de faire de même dans l’Eglise catholique, mais c’est ce qui est clairement exprimé entre les lignes. L’Eglise catholique est d’autant plus anachronique et discriminante qu’elle n’a même pas besoin d’un plafond de verre, les femmes étant barrées dès le départ…

Pendant ce temps-là, la "normalisation" s’avance

Le pape a ordonné une visite apostolique au diocèse et à l’évêché de Ciudad del Este, au Paraguay. Le prétexte est que le nouveau vicaire général est un prêtre qui a été poursuivi pour abus sexuels sur mineurs en 2002 aux Etats-Unis. Sans doute est-ce une imprudence de l’évêque, Mgr Rogelio Ricardo Livieres Plano, qui donne ainsi des verges pour se faire battre. Le diocèse de Ciudad del Este est connu comme une exception théologique et liturgique dans le désert latino-américain livré aux épigones de la théologie de la libération et aux sectes pentecôtistes qu’aime tellement François. Le séminaire de ce petit diocèse accueille quelque 240 séminaristes en soutane. On avait pu voir sur le Forum catholique des photos d'une cérémonie de tonsure au cours d’une messe de saint Pie V célébrée par le directeur du séminaire. Il est temps de mettre ces gens-là au pas, c’est-à-dire de les détruire, comme les Franciscains de l’Immaculée.

*

L’abbé Thomas Ladner est un prêtre de la paroisse de Stans, dans le Tyrol. Il est en soutane et il enseigne le catéchisme dans l’école du village. Ou plutôt il enseignait. Car l’évêque vient de le révoquer. Parce qu’il a osé parler aux enfants de l'enfer et du purgatoire, ce qui n’est « pas adapté » à leur âge, d'avoir parlé de la famille « en termes qui ne sont plus actuels » et de l'avoir fait dans « un langage rhétorique ». Les parents d’élèves, qui apprécient le travail de l’abbé Ladner, ont lancé une pétition pour le soutenir, et le maire a écrit au diocèse pour se plaindre de l’agitation provoquée dans son village par cette « décision inacceptable ».

*

Un curé de campagne de diocèse de Novara, a osé écrire :

« Pour l'Eglise, qui agit au nom du Fils de Dieu, le mariage entre baptisés est toujours et seulement un sacrement. Le mariage civil et la cohabitation ne sont pas un sacrement. Par conséquent ceux qui se placent en dehors du sacrement en contractant le mariage civil vivent une infidélité continue. Il s'agit d'un péché, non pas occasionnel (par exemple, un homicide), ou d'une infidélité par légèreté ou par habitude, [mais] que la conscience appelle au devoir de s'amender à travers un repentir sincère, et le vrai but est toujours de se détourner du péché et des occasions qui conduisent à lui. »

Sandro Magister fait remarquer que le cardinal Lorenzo Baldisseri, secrétaire général du Synode, a immédiatement exposé ce prêtre à la risée publique, disant que ses paroles sont « une folie, une opinion strictement personnelle d'un pasteur qui ne représente personne, même pas lui-même ».

C’était le 26 juin. Sandro Magister ajoute que la veille, 25 juin, le cardinal Thomas Collins, archevêque de Toronto, disait dans une interview :

« Les catholiques divorcés et remariés ne peuvent pas recevoir la sainte communion dès lors que, quelles que soient leur disposition personnelle ou les raisons de leur situation, connues peut-être de Dieu seul, ils persistent dans une conduite qui est objectivement contraire au commandement clair de Jésus. C'est le point-clé. Le point-clé n'est pas qu'ils ont commis un péché; la miséricorde de Dieu est abondamment assurée à tous les pécheurs. L'homicide, l'adultère, et d'autres péchés, peu importe la gravité, sont pardonnés par Jésus, en particulier à travers le sacrement de la réconciliation, et le pécheur pardonné reçoit la communion. En matière de divorce et de remariage, le problème réside dans la décision consciente, pour diverses raisons, de persister dans une situation permanente d'éloignement du commandement de Jésus. »

Vérité outre-Atlantique, erreur à Rome : telle est l’Eglise de l’anarchie qui se développe.

15:44 Publié dans Eglise | Lien permanent | Commentaires (9)

Dans la série « le pape aditmainapadit »

Plutôt « adit » que « napadit », puisqu’il n’y a pas de démenti du sapeur Lombardi, François à Brian Stiller, « ambassadeur mondial de l’Alliance évangélique mondiale », qu’il a rencontré pendant trois heures :

« Ça ne m’intéresse pas de convertir les évangéliques au catholicisme. Je veux que les gens trouvent Jésus dans leur propre communauté. Il y a tant de doctrines sur lesquelles nous ne sommes pas d’accord. Ne perdons pas notre temps avec cela. Faisons plutôt en sorte de montrer l’amour de Jésus. »

*

Plutôt « mainapadit », puisqu’il y a un démenti du sapeur Lombardi. Quoique plutôt « adit », vu que ce démenti est proprement grotesque : c’est la nouvelle interview de François par Scalfari dans La Repubblica :

« Beaucoup de mes collaborateurs qui luttent avec moi me rassurent avec des données fiables qui évaluent la pédophilie dans l'Église au niveau de 2%. Cette constatation devrait me tranquilliser, mais je dois vous dire qu'elle ne me tranquillise pas du tout. Je la considère même très grave. 2% des pédophiles sont des prêtres et même des évêques et des cardinaux. »

D’abord 2% des prêtres sont « pédophiles ». Puis 2% des « pédophiles » sont des prêtres. Les deux taux sont incompatibles, et aucun des deux ne correspond aux chiffres connus.

- Sainteté, vous travaillez assidûment pour intégrer la catholicité avec les orthodoxes, les anglicans...

Il m'interrompt et poursuit:

- Avec les vaudois, que je trouve des religieux de premier ordre, avec les pentecôtistes et naturellement, avec nos frères juifs.

- Eh bien, beaucoup de ces prêtres ou pasteurs sont régulièrement mariés. Comment va évoluer au fil du temps ce problème dans l'Eglise de Rome ?

- Peut-être ne savez-vous pas que le célibat a été établi au Xe siècle, c'est-à-dire 900 ans après la mort de notre Seigneur. L'Eglise catholique orientale a à ce jour la faculté que ses prêtres se marient. Le problème existe certainement mais n'est pas d'une grande ampleur. Il faut du temps, mais il y a des solutions et je les trouverai.

Bien sûr il y a le pape qui veut intégrer à la catholicité les vaudois qui sont des religieux de premier ordre, les anglicans avec leurs femmes évêques et aussi, « naturellement », nos frères juifs… Mais il y a aussi cette affirmation ahurissante que « le célibat a été établi au Xe siècle ». Et François le souligne : « Peut-être ne savez-vous pas. » Lui, il sait. Mais il faudrait qu’il nous explique. Parce que aucun historien n’avance cela. Les « historiens » anticatholiques disent que le célibat a été établi non pas au Xe mais au XIe siècle. C’est-à-dire par la réforme grégorienne, de saint Grégoire VII. Or il ne s’agissait évidemment pas d’établir le célibat, mais de réaffirmer la discipline du célibat, qui remonte aux apôtres et a été confirmée par maints conciles régionaux et d’abord par le premier concile œcuménique de Nicée.

*

Dans le même genre on avait déjà eu l’interview au Messagero, le 30 juin, où le pape adimainapadit (sans démenti du sapeur Lombardi) que les communistes ont volé à l’Eglise le drapeau des pauvres, et aussi :

« La Corée représente beaucoup, elle a derrière elle une belle histoire, pendant deux siècles, elle n'avait pas de prêtres et le catholicisme s'est maintenu grâce aux laïcs. »

Ce n’est pas la Corée, mais le Japon. Il n’y a rien de tel dans l’histoire de la Corée, même s’il y eut aussi des persécutions.

*

Dans l'interview à La Repubblica, François aditmainapadit aussi, parlant de Jésus (et des "pédophiles", bien sûr) :

« Quand il utilisait le bâton, il l'empoignait pour chasser le diable qui avait pris possession de cette âme. »

On aimerait savoir d'où lui vient cette révélation...

*

Pour la nouvelle interview à La Repubblica, le sapeur Lombardi a repris le démenti qu’il avait déjà fait lors de la précédente interview. Déjà, ce démenti-là ne pouvait convaincre que les plus niais des bisounours franciscolâtres. Mais cette fois il ne peut convaincre personne, puisqu’il est parfaitement clair que le pape a de nouveau invité Scalfari pour qu’il refasse ce qu’il avait déjà fait.

Le proverbe dit : « Errare humanum est, perseverare diabolicum. » Or nous avons désormais la preuve que le premier coup n’était pas une erreur.

Le grotesque du nouveau démenti éclate dans l’affaire des guillemets. Le sapeur Lombardi a découvert que dans l’article de La Repubblica certaines phrases attribuées au pape commencent par des guillemets, mais que ces guillemets ouverts ne sont pas fermés. Ce qui serait la preuve de propos manipulés…

Le sapeur Lombardi serait-il un lecteur de Musset ? Ces guillemets ouverts qu’on ne ferme pas font furieusement penser à cette petite pièce de Musset où la marquise dit par trois fois :

- Fermez donc cette porte ; il vient un vent horrible.

- Fermez donc cette porte, vous me glacez.

- C’est effrayant. Mais fermez donc la porte.

En effet, il vient un vent horrible. En effet, ce qui est après les guillemets ouverts est glaçant. En effet, c'est effrayant, et il faudrait fermer cette porte de toute urgence.

Saint Henri

bsb00050763_00024.jpg

Le couronnement d’Henri II, dans le Sacramentaire d’Henri II, réalisé du vivant de l'empereur à l'abbaye Saint-Emmeran de Ratisbonne entre 1002 et 1014 (Bibliothèque d’Etat de Bavière)

Deus, qui hodiérna die beátum Henrícum Confessórem tuum e terréni cúlmine impérii ad regnum ætérnum transtulísti : te súpplices exorámus ; ut, sicut illum, grátiæ tuæ ubertáte prævéntum, illécebras sǽculi superáre fecísti, ita nos fácias, eius imitatióne, mundi huius blandiménta vitáre, et ad te puris méntibus perveníre. Per Dóminum nostrum...

O Dieu, en ce jour, vous avez fait passer le bienheureux Henri, votre Confesseur, du sommet de l’empire de la terre au royaume du ciel : nous vous demandons en suppliant que, comme en le prévenant par l’abondance de votre grâce, vous l’avez fait triompher des attraits du siècle, vous nous fassiez aussi, à son imitation, éviter les séductions du monde et parvenir jusqu’à vous avec des cœurs purs.

06:13 Publié dans Liturgie | Lien permanent | Commentaires (2)

11 juillet 2014

Pause !

Jusqu’à mardi.

N’importe quoi

Du cardinal Oscar Rodriguez Maradiaga, archevêque de Tegucigalpa et président de Caritas Internationalis :

« Imaginez si Saint Paul avait cherché à entrer en Europe aujourd'hui. Il aurait été considéré comme clandestin et renvoyé chez lui. »

Est-ce que vraiment le fait d’être cardinal et ami du pape donne le droit de proférer quelque chose d’aussi littéralement insensé ?

12:40 Publié dans Eglise | Lien permanent | Commentaires (8)

Elles exigent

Les 9 femmes commissaires européens ont écrit comme un seul homme à Jean-Claude Juncker pour exiger qu’il y ait au moins 10 femmes dans la future Commission de 28 membres. Et elles sont bien aimables de ne pas exiger la parité parfaite 14-14, qui est pourtant une exigence idéologique du moment.

Le Parlement a déjà fait savoir qu’il voterait contre la Commission s’il n’y avait pas assez de femmes.

Cela devrait paraître absolument surréaliste, mais il se trouve que c’est le principal problème de Juncker. Le problème de l’Europe, c’est de contraindre les gouvernements des Etats membres à nommer une femme comme commissaire. Car ils nomment presque tous un homme.

Mais s’ils proposent tous une femme il n’y aura que des femmes. Juncker devra-t-il obliger certains pays à nommer une femme ? Mais n’est-ce pas une discrimination ?

Eh non, ce n’est pas facile d’être président de la Commission européenne. Même quand on ne l’est pas encore…

Addendum

Du coup Elisabeth Guigou reprend espoir...

12:27 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (3)

Pakistan : une commission des minorités

Après un an de palabres et d’atermoiements, le gouvernement pakistanais et l’opposition se sont mis d’accord pour la création d’une Commission nationale des minorités. Ils avaient été poussés par la Cour suprême qui, le 7 juin dernier, les mettait en demeure de prendre des mesures concrètes pour protéger les droits des minorités.

La Commission aura dix membres : quatre musulmans, deux chrétiens, deux hindoux, un parsi et un sikh.

On constate que dans cette commission des minorités, les musulmans sont majoritaires… On ne se refait pas, même dans un pays théoriquement laïque…

Mais, comme le dit le P. Arif George, de l’archidiocèse de Lahore, « c’est un pas en avant en termes de sécurité. J’espère, et je prie, que la commission puisse travailler de façon effective afin que le pays soit comme son fondateur Ali Jihhah l’imaginait » (un pays laïque avec des droits égaux pour tous).

Saint Pie Ier

Pastorem vero nuperrime temporibus nostris in urbe Roma Hermas conscripsit, sedente in cathedra urbis Romæ Ecclesiæ Pio episcopo fratre eius.

Récemment, en nos temps, Hermas écrivit à Rome le ‘Pasteur’, son frère Pie, évêque, siégeant sur la chaire de l’Église de la ville de Rome.

C’est ce qu’on lit dans le « Fragment de Muratori », qui est le plus ancien canon des Ecritures, et cette phrase est celle qui permet de dater le texte vers l’époque de saint Pie Ier, donc à la fin du IIe siècle.

La famille Pudens, qui avait autrefois accueilli saint Pierre, fit d’une de ses maisons une église confiée aux frères Hermas et Pie, qui y firent de nombreux baptêmes. Cette église, qui était donc l’église du pape, est sans doute la plus ancienne de Rome. C’est la basilique Pudentienne, ou « du Pasteur », devenue Sainte-Pudentienne, et l’on voit encore les restes du baptistère dans le chœur.

06:15 Publié dans Liturgie | Lien permanent | Commentaires (2)

10 juillet 2014

Juncker ne manque pas d’air

Au cours de son audition devant le groupe de Nigel Farage, Jean-Claude Juncker a montré non seulement qu’il avait compris les eurosceptiques, mais qu’en fait il était parfaitement d’accord avec eux :

« Je ne crois pas aux Etats-Unis d’Europe… Je ne suis pas fédéraliste au sens anglais du terme… Je ne suis pas quelqu’un qui veut renforcer le centre de façon stupide au détriment des Etats membres… Il n’existe pas de peuple européen… »

Etait-ce de l’humour ? Non, ce n’est pas son genre. C’était une façon de montrer tout son mépris.

16:38 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (1)

François chez le pasteur

« Strictement privé », mais dûment annoncé par le Vatican, car tout le monde doit le savoir : François se rendra le 26 juillet à Caserta, près de Naples, pour une « visite strictement privée » à un ami connu à Buenos Aires en 2006, le Pasteur (la capitale est du Vatican) évangélique Giovanni Traettino et à son église de la Réconciliation. « L'idée en est venue, le mois dernier, lors d'une rencontre à Ste-Marthe avec un groupe de pasteurs. »

Le « révérend Dr Giovanni Traettino, évêque-président de l’Eglise évangélique de la Réconciliation » (dit-il de lui-même) est aussi depuis 1992 co-président de la Consultation charismatique italienne avec le catholique Matteo Calisi, qui se dit « ministre de la réconciliation », et qui a (notamment) fondé en Argentine, avec le soutien enthousiaste du cardinal Bergoglio, la « Communion renouvelée entre catholiques et évangéliques ».

On se souvient dans quelles circonstances le cardinal Bergoglio avait rencontré son ami Giovanni Traettino en 2006 : c’était à cette réunion œcuménique pentecôtiste où il s’était fait bénir, à genoux, par des pasteurs (et le P. Cantalamessa) :

533384.jpg

En faisant une petite recherche sur internet à propos de ce Traettino, je suis tombé sur une vidéo dont je n’avais pas encore entendu parler. Il s’agit d’un message vidéo du pape à une assemblée évangélique américaine, dirigée par un télévangéliste absolument caricatural, Kenneth Copeland. Ce message avait été enregistré sur le Smartphone d’Anthony Palmer, lui aussi ami du pape, donc, et qui est « évêque », tenez-vous bien, de la « Communion des Eglises évangéliques épiscopales (tradition anglicane celtique) ». Sic. C’est « Tony » Palmer qui avait apporté le message à la réunion de Kenneth Copeland. Le message de 7 minutes en italien sous-titré en anglais est ici, la vidéo complète de la réunion de Kenneth Copeland et Tony Palmer (45 minutes, avec le message du pape à partir de 31’40) est . Mais je ne vous conseille pas de la voir. Ça fait vraiment mal de voir le pape en compagnie de ces gens-là.

Au fait, le 26 juillet, c’est la fête de sainte Anne : une fête doublement rejetée par les protestants, parce qu’on ne fête pas les saints, et parce que, en outre, cette Anne ne figure pas dans l’Ecriture.

Pas mon Conseil d’Etat

Le soi-disant « Conseil d’Etat » a sommé le gouvernement de délivrer sous 48 heures un visa à un Sénégalais vivant au Maroc pour qu’il puisse se « marier » samedi prochain à Creil avec son « compagnon français ».

Dès la loi sur le soi-disant « mariage » homosexuel, ce Sénégalais avait déposé une demande de visa de… court séjour.

Visa refusé le 16 juin. Le Sénégalais avait fait appel. Appel rejeté. D’où recours devant le Conseil d’Etat. Le ministère de l’Intérieur a fait valoir que le Sénégalais était un « sans-papiers » en France en 2010, et qu’il a 35 ans de différence d’âge avec son cher « compagnon »… Mais le Conseil d’Etat considère que le refus de visa est « une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté fondamentale de se marier ». Ce qui évidemment va faire jurisprudence.

La dernière décision importante du « Conseil d’Etat » avait été d’ordonner le meurtre de Vincent Lambert…

Pauvre type

Jacques Toubon a passé avec succès ses auditons devant les commissions des lois et de l’Assemblée nationale et il gagne, à 73 ans, le hochet doré de « Défenseur des droits » que lui offre François Hollande.

Pour cela, il s’est mis à plat ventre devant les socialistes. Il a certes eu tort de voter contre l’abolition de la peine de mort, il a certes eu tort de voter contre la dépénalisation de l’homosexualité, il a certes eu tort de batailler contre la loi Gayssot. Mais ça c’était avant, et il ne faut pas faire d’anachronisme. Maintenant il aurait une tout autre attitude.

Il ne se souvient que d’une véritable erreur, qu’il confesse : ne pas avoir pas exclu de l'amnistie en 1995 les « commandos anti-avortement »...

Pour faire bonne mesure, il a ajouté qu’il était pour la PMA et pour la reconnaissance des enfants nés par GPA à l’étranger, et, bien entendu, pour le droit de vote des étrangers…

Retour vers la barbarie

Dans l’histoire du droit, la loi du talion fut un grand progrès, puisque la vengeance y est strictement proportionnée au crime commis : œil pour œil, dent pour dent.

La loi du talion fait partie de la révélation faite au peuple hébreu.

Le peuple hébreu, depuis déjà plusieurs décennies, a décidé de retourner avant la loi du talion, avant la Révélation du Sinaï et de la Tora. Il a décidé de retourner à la barbarie.

Nouvelle illustration ces derniers jours : pour répondre à des tirs de roquettes qui n’ont fait ni morts ni blessés, ils ont lancé des raids qui ont fait pour le moment 64 morts, dont plusieurs enfants.

Et ce n’est qu’un début puisqu’on annonce une offensive terrestre.

François Hollande approuve totalement la barbarie. Selon lui, « la France condamne fermement les agressions » contre Israël, et juge qu’il  appartient au gouvernement israélien « de prendre toutes les mesures pour protéger sa population face aux menaces ».

Saint Thomas a dû quitter sa maison

On apprend par l’agence Fides que les reliques de saint Thomas qui se trouvaient dans l’église syro-orthodose de Mossoul portant son nom ont été transférées dès le 17 juin au monastère Saint-Thomas qui se trouve sur les collines avoisinantes. La cérémonie pour le dépôt des saintes reliques à leur nouveau siège a été célébrée par l’archevêque syro-orthodoxe de Mossoul, Nichodimos Dawood Saraf.

L’église Saint-Thomas de Mossoul est la plus ancienne de la ville et l’une des plus anciennes du monde : elle a été édifiée sur la maison où l’apôtre saint Thomas avait résidé avant d’aller en Inde.

mar_toma_church_in_mosul_2312009.jpg

D’autre part, le gouvernement irakien fait savoir que les jihadistes ont détruit de nombreux tombeaux dans la plaine de Ninive, dont ceux de Seth et de Jonas (ils se sont eux-mêmes filmés cassant la pierre tombale de Jonas).

Les sept frères martyrs, saintes Rufine et Seconde

La fête des sept frères martyrs (et de leur mère Félicité qui, ayant été martyrisée plus tard, fut ensuite célébrée le 23 novembre, avant de disparaître derrière saint Clément*) est l’une des plus anciennes fêtes de martyrs à Rome. Et c’était aux temps antiques une très grande fête, que le cardinal Schuster raconte par le menu. Elle était précédée d’une vigile jeûnée, avec une messe propre, et le jour de la fête on célébrait quatre messes, aux quatre lieux du martyre des sept frères : Félix et Philippe au cimetière de Priscille, Vital, Martial et Alexandre au cimetière des Jordani, Silain au cimetière de Maxime, Janvier au cimetière de Prétextat. La crypte de ce dernier fut retrouvée au XIXe siècle par le grand découvreur de tombeaux Jean-Baptiste De Rossi, avec l’inscription du pape saint Damase :

0710sept_freres_inscription.jpg

Le cardinal Schuster cite une belle préface du sacramentaire léonien pour cette fête :

Vere dignum et justum est... Quoniam magna sunt opera tua, Domine, et immensa magnalia, per quæ nobis lætitia hodiernæ felicitatis accessit. Vere enim Felicitatis filii, et vera est suorum Felicitas Filiorum ; quos et casto fœtu sancti coniugii Mater fœcunda progenuit, et rursus, confessionis sacrosanctæ visceribus Martyr beata conceptos, per fidem denuo felicius peperit Martyres ad coronam. Per Christum Dominum nostrum…

Car vos œuvres sont grandes, Seigneur, et immenses vos hauts-faits, par lesquels nous est donnée la joie de la félicité d’aujourd’hui. En effet ce sont vraiment des fils de Félicité, et elle est la vraie Félicité de ses Fils ; la Mère féconde les a engendrés dans le mariage saint, et de nouveau, la bienheureuse martyre a conçu par les entrailles de la sacrosainte confession, et par la foi elle donna naissance avec encore plus de félicité à des martyrs promis à la couronne.

* Elle est néanmoins très présente dans la messe de ce jour.

06:30 Publié dans Liturgie | Lien permanent | Commentaires (0)

09 juillet 2014

Petits arrangements entre amis européistes, suite sans fin

Jean-Claude Juncker, futur président de la Commission européenne, s’exprimant hier devant les députés européens du groupe socialiste, leur a promis que le poste de commissaire aux Affaires économiques et monétaires (le plus prestigieux) reviendrait à un socialiste – puisque les socialistes l’ont fait président.

Le poste pourrait revenir à Pierre Moscovici. Mais il y a aussi le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem sur les rangs. Dijsselbloem est l’actuel président de l’eurogroupe. Et une douzaine d’autres pays présentent un candidat, dont les deux tiers sont socialistes.

Martin Schulz, président socialiste du Parlement européen élu par les amis de Juncker, a dit à son ex-rival et théoriquement toujours opposant politique, en le tutoyant : « Tu n’es pas encore le président de la Commission européenne. Tu postules pour avoir le mandat de former cette Commission. Notre collègue a dit que tu étais l’homme du Conseil. A partir de maintenant tu es l’homme du Parlement. »

Cela dit, selon Die Welt, Juncker est « très inquiet » en voyant les noms des candidats commissaires qui lui sont proposés par les gouvernements des Etats membres. Car ce sont presque tous des hommes. Or le Parlement européen rejettera la Commission si elle ne compte pas assez de femmes…

15:42 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0)

Affaire Laudate : LCL fait machine arrière

Le directeur de Laudate a reçu un courriel autorisant le logo LCL sur le site de l’entreprise.

Au mépris donc de la prétendue « déontologie » de la banque…

Les enlèvements de coptes

Fides :

La Coalition des coptes, organisation active dans le gouvernorat de Qena, a adressé un appel urgent au président égyptien, Abdel Fattah al-Sisi, et au ministère de l’Intérieur afin de demander d’intervenir contre la plaie des enlèvements, qui touche particulièrement les chrétiens de confession copte dans les régions de la Haute Egypte. Dans la seule zone de la ville de Nag Hammadi, les coptes victimes d’enlèvements ayant pour but l’extorsion au cours des trois dernières années ont été au nombre de 72 dont trois ont été tués après leur enlèvement. Il s’agit généralement d’enlèvements éclair dont les demandes de rançons sont calibrées sur les possibilités économiques des familles. Les sommes versées en vue de la libération des coptes en question dans la zone de Nag Hammadi ont dépassé 7 millions de livres égyptiennes au total soit plus de 700.000 €, sachant que le salaire moyen en Egypte ne dépasse par les 70 € par mois.

Les musulmans à l’assaut de la cathédrale de Bambari

Les miliciens de la Seleka ont assiégé lundi le complexe de la cathédrale Saint-Joseph de Bambari, où sont réfugiés quelques 12.000 personnes. Mardi ils sont passés à l’attaque. Il y a eu 24 morts et 32 blessés selon la Croix Rouge. Les réfugiés ont été dépouillés et l’ensemble des bâtiments a été pillé.

Du coup, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, qui se trouve à Bangui et devait se rendre à Bambari, a annulé son déplacement. Pour permettre aux forces françaises de se concentrer sur leur mission de protection de la population et de rétablissement de l'ordre, a-t-on indiqué, sans rire, dans son entourage.

Le psaume 28

Le psaume 28 est un des textes les plus extraordinaires du psautier. Déjà il attire l’attention par son style particulièrement archaïque, avec ses sept propositions sans verbe commençant par « Vox Domini » : voix du Seigneur. On remarque aussi que le nombre se décompose en 2 et 8 : il insiste donc sur le caractère christique du psaume : 8, nombre du Christ, 2, nombre du Christ aussi par les deux natures et les deux préceptes de la charité. En outre, 2+8=10, les dix commandements. 28, c’est aussi 4x7 (le 4 de la création : membres de l’homme, éléments, points cardinaux ; le 7 de la totalité de la création par la Trinité). Et encore, le nombre 28 est un nombre parfait. Le nombre parfait est celui qui est le même que la somme de ses diviseurs. Les deux premiers nombres parfaits sont 6 (1+2+3) et 28 (1+2+4+7+14), et tous les suivants se terminent par 6 ou 28. (6 est un nombre parfait parce que la création a été faite en 6 jours et qu’elle a été refaite par le Christ crucifié le 6e jour à la 6e heure.)

Enfin, en opérant ce qu’on appelle une agrégation, c’est-à-dire en additionnant les chiffres à partir de 1, on s’aperçoit qu’on arrive à 28 quand on a tout additionné jusqu’au 7 (1+2+3+4+5+6+7). Or dans le psaume 28 il y a sept fois la « Voix du Seigneur ». Ce psaume a été logiquement choisi pour être le premier psaume des matines de l’Epiphanie : la voix du Seigneur sur les eaux. C’est donc de ce point de vue le psaume du baptême du Christ, qui est l’un des mystères de l’Epiphanie, et le premier que célèbrent les matines, comme on le voit aussi par les deux premiers répons. Baptême où l’on voit le Saint-Esprit venir sur Jésus sous l’apparence d’une colombe, et donc apporter ses sept dons : le 7 de l’agrégation qui fait 28, et qui multiplié par 4 faire encore 28.

Mais ce psaume est aussi un psaume de l’Epiphanie, de la Manifestation divine, par sa façon de révéler le Dieu caché en son centre même.

Car il est construit comme une double boîte, qui renferme un trésor : le Christ qui attend qu’on aille le chercher.

psaume 28.jpg

La première boîte est constituée par les deux premiers et les deux derniers versets.

Dans les deux premiers versets, on a quatre fois l’expression « Apportez au Seigneur ». Dans les deux derniers versets, on a quatre fois le mot « le Seigneur » comme sujet de quatre actions. Quatre et quatre font huit, le huit qui est le nombre du Christ.

Ce huit se divise donc en deux. On ouvre la boîte, et l’on trouve les versets centraux, qui comportent sept fois l’expression « Voix du Seigneur » (1).

Sept est le nombre de la perfection. Il est constitué de 4 et 3. Or il y a d’abord quatre fois la « voix du Seigneur », puis un verset qui ne comporte pas cette expression, puis trois fois la « voix du Seigneur ».

On ouvre la seconde boîte, divisée en quatre et trois. Et l’on découvre « le bien-aimé ». Qui était annoncé par la boîte quatre et trois, puisque quatre est le nombre de l’homme et trois le nombre de Dieu : le bien-aimé est le fils de l’homme et le fils de Dieu. Et le bien-aimé était annoncé dès la première boîte, puisque huit est le nombre du Christ.

Au cœur de ce psaume, de façon un peu décalée à cause de la dissymétrie du nombre 7, mais au centre exact si l’on ajoute une doxologie, on a donc le bien-aimé. Le bien-aimé qui est comme un fils de licornes. Ou plutôt « comme le fils des licornes ». Le fils unique de toutes les licornes. C’est-à-dire Celui qui concentre en sa personne toute la puissance de toutes les licornes (de toutes les « cornes uniques »), or la licorne est le symbole de la puissance, la puissance à l’état brut, qui peut servir pour le bien comme pour le mal, pour persécuter le fils de l’homme, comme dans le psaume 21, ou qui est l’exaltation même du fils de l’homme, du bien-aimé, au centre de ce psaume, au milieu de l’orage apocalyptique de Dieu qui se rend présent.

Ce psaume est d’autre part un psaume de sacrifice. Les « afferte » du début sont des appels à apporter l’animal du sacrifice : des petits de béliers, précise le premier verset. Le dernier verset nous donnera le fruit du sacrifice : la puissance, la bénédiction et la paix. Au centre du psaume a eu lieu le sacrifice : celui du Bien Aimé, bien plus que fils de bélier, fils de licornes.

(1) « Quand il cria, les sept tonnerres firent entendre leurs voix. Et quand les sept tonnerres eurent fait entendre leurs voix, j'allais écrire ; et j'entendis du ciel une voix qui disait : Scelle ce qu'ont dit les sept tonnerres, et ne l'écris pas » (Apocalypse 10, 3-4).

Traduction française

Apportez au Seigneur, fils de Dieu, apportez au Seigneur les fils des béliers.

Apportez au Seigneur gloire et honneur, apportez au Seigneur la gloire de son nom, adorez le Seigneur en son saint parvis.

Voix du Seigneur sur les eaux : le Dieu de majesté a tonné, le Seigneur au-dessus des grandes eaux.

Voix du Seigneur en force, voix du Seigneur en magnificence.

Voix du Seigneur brisant les cèdres ; et il brisera, le Seigneur, les cèdres du Liban.

Et il les mettra en pièces comme le veau du Liban, et le bien-aimé est comme un fils de licornes.

Voix du Seigneur fendant la flamme de feu, voix du Seigneur qui ébranle le désert, et le Seigneur agitera le désert de Cadès.

Voix du Seigneur préparant les cerfs, et elle mettra à nu les forêts. Et dans son temple tous diront sa gloire.

Le Seigneur fait habiter le déluge, et le Seigneur siégera, roi pour l’éternité.

Le Seigneur donnera la force à son peuple, le Seigneur bénira son peuple dans la paix.

06:52 Publié dans Liturgie | Lien permanent | Commentaires (8)

08 juillet 2014

En Afghanistan

La commission électorale indépendante a publié hier les résultats préliminaires de l’élection présidentielle du… 14 juin (souvenez-vous, quand tous les médias célébraient ce grand événement démocratique). Les résultats donnent 56,4% à Ashraf Ghani et seulement 43,5% à Abdullah Abdullah, qui était arrivé largement en tête au premier tour et avait été donné pour le grand vainqueur du second.

Abdullah Abdullah, qui avait déjà dénoncé de vastes fraudes, s’est déclaré vainqueur devant ses partisans, réunis sous un chapiteau géant au centre de Kaboul : « Nous sommes vainqueurs de ce tour de l'élection sans que cela fasse le moindre doute. » Il a accusé Hamid Karzai d’avoir participé à la fraude, tandis que ses partisans criaient « Mort à Karzai » et déchiraient un portrait du président…

Ashraf Ghani, ancien économiste à la Banque mondiale, est le candidat de la majorité pachtoune.

Abdullah Abdullah est le candidat des Tadjiks…

Les résultats définitifs sont attendus pour le 22 juillet.

« Toute tentative pour s'emparer du pouvoir par des moyens autres que légaux coûtera à l'Afghanistan le soutien financier et sécuritaire que lui apportent les Etats-Unis et la communauté internationale », a prévenu John Kerry.

Bref les Américains ont démocratiquement décidé, à l’issue d’un massif bourrage d’urnes, que le président serait Ashraf Ghani. Et tout est en place pour la prochaine guerre civile. D'où devraient émerger... les talibans.

Les euromaniaques se serrent les coudes

La tradition selon laquelle les présidences et sous-présidences de commissions du Parlement européen sont distribuées en fonction de l’importance des groupes a été enterrée cette fois-ci, afin de ne pas permettre aux affreux europhobes de détenir de tels postes.

Ainsi devait revenir au groupe de Nigel Farage et Bepe Grillo la présidence de la commission des pétitions, ce qui allait de soi puisque le groupe est précisément intitulé Europe de la liberté et de la démocratie directe. Mais le PPE, les socialistes et les libéraux se sont unis pour rejeter la candidate de ce groupe et imposer une européiste libérale.

« Les groupes europhiles ont de nouveau démontré leur peur de la démocratie, leur haine des points de vue minoritaires, et leur clair rejet de la transparence », a déclaré Nigel Farage.

Il en a été de même pour les vice-présidences.

Bernd Lucke, qui devait devenir vice-président de la commission des affaires monétaires, a été rejeté. Et Beatrix Storch a été de même évincée de la vice-présidence de la commission des droits des femmes. Tous deux sont des élus du parti anti-euro allemand, dont Bernd Lucke est le président, et sont membres du groupe ECR des conservateurs britanniques.

13:45 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0)

« Harcèlement »

Une ergothérapeute du service public de santé du Royaume Uni (NHS), Victoria Wasteney, attaque en justice son employeur qui l’a suspendue pour neuf mois pour « harcèlement » envers une collègue musulmane.

En février dernier, Victoria Wasteney se retrouvait sous le coup de huit chefs d’accusation de la part de cette musulmane. Cinq furent abandonnés, trois furent confirmés : avoir prié avec elle, lui avoir donné un livre, l’avoir invitée à des activités organisées par sa paroisse.

La musulmane était une nouvelle parmi les 30 ergothérapeutes placées sous la responsabilité de Victoria Wasteney, dans les quartiers ethniques de l’East-London. Victoria Wasteney se rappelle que la musulmane, venant d’emménager à Londres, lui avait dit qu’elle sentait que Dieu avait un plan pour elle. Victoria Wasteney lui avait dit qu’elle était chrétienne et qu’elle allait à l’église, mais en restant « très prudente parce que notre environnement est tel que ces choses peuvent être mal interprétées ». Par la suite elle l’invita à diverses activités de la paroisse, puisque la musulmane paraissait intéressée par la lutte contre les trafics humains, puis elle n’y pensa plus. Par la suite, quand la musulmane dut être hospitalisée, elle lui donna un livre intitulé J’ai osé l’appeler Père, histoire de la conversion d’une musulmane pakistanaise à la suite de visions. « Un livre que je n’avais pas lu et que je n’ai toujours pas lu. Mais en raison des conversations que nous avions eues, cela ne me paraissait pas anormal, et ce n’était certainement pas une tentative de la convertir au christianisme. »

Un jour la musulmane était arrivée dans son bureau en pleurs, à cause de ses problèmes de santé et de problèmes domestiques. Victoria Wasteney lui dit qu’elle devait prier mais elle répondit qu’elle ne pouvait pas. Alors elle lui demanda si elles pouvaient prier ensemble et elle dit oui. Victoria Wasteney improvisa une prière, « je ne sais plus si je disais Seigneur ou Dieu mais je disais ce que je pensais être le plus neutre ».

Ce sont là les trois cas d’« intimidation » et de « harcèlement » qui ont été retenus et qui valent à Victoria Wasteney d’être suspendue pendant neuf mois, avec interdiction par la suite de parler de sa foi avec des collègues.

Elle est soutenue par le Centre juridique chrétien, qui a chargé Paul Diamond, l’un des principaux avocats britanniques de droits de l’homme, de la défendre. Pour le directeur du Centre juridique chrétien, Andrea Williams, cette affaire montre que « le NHS est de plus en plus dominé par une orientation libérale suffocante qui choisit de se plier en quatre pour accueillir certaines croyances, mais punit les chrétiens ».

13:29 Publié dans Islam, Religion | Lien permanent | Commentaires (3)