Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 6

  • Deux agents communistes

    CINA-synod.jpg

    Le pape s’est félicité que pour la première fois le gouvernement chinois permette à des évêques de participer à un synode. Grâce à l’accord secret, bien sûr. Et il a reçu chaleureusement les deux évêques en question, qui ont été nommés par le gouvernement communiste chinois.

    L’un (à gauche) est Mgr Jean-Baptiste Yang Xiaoting, évêque de Yanan. Il est vice-président du Conseil des évêques chinois, organisme contrôlé par le pouvoir communiste et non reconnu par Rome. Du moins jusqu’à l’accord secret.

    L’autre est Mgr Joseph Guo Jincai, évêque de Chengde depuis 2010 pour les communistes, et depuis le mois dernier pour François. L’ordination épiscopale de Mgr Joseph Guo Jincai avait été condamnée de façon virulente par Rome (celle de Benoît XVI). François a non seulement annulé l’excommunication qui frappait l’évêque, mais il a créé pour lui le diocèse catholique de Chengde. Mgr Joseph Guo Jincai est le secrétaire général du Conseil des évêques chinois. Il est aussi député à l’Assemblée nationale populaire (un poste qui implique d’être athée et membre du parti communiste).

    Le cardinal Zen a touitté :

    « Voix de la périphérie. La présence des deux émissaires du gouvernement persécuteur et athée. C’est une insulte aux bons évêques de Chine et au synode des évêques catholiques ! ».

  • Férule

    Ceci est la nouvelle férule de François, inaugurée à la messe d’ouverture du synode sur les jeunes.

    férule.jpeg

    Ceci est un bâton de sorcière (merci Jeanne Smits).

    Stang-1024x302.jpg

    369aae21e65d31aefde36cc4c2b58dde.jpg

    9ecacb6f9b0b46779348ca5aa1f01dfad1fd8ba2_hq.jpg

  • Saint François d’Assise

    F0459_Louvre_Giotto_Stigmates_INV309_rwk.jpg

    Prédelle provenant de l’église Saint François d’Assise de Pise. Œuvre manifestement de Giotto. Elle se trouve au Louvre. Sous la scène des stigmates, trois autres célèbres scènes de la vie de saint François : le songe du pape Innocent III qui voit un moine soutenant la basilique du Latran en train de s’écrouler, le pape approuvant la règle de saint François, et le prêche aux oiseaux. (Photos Le Louvre).

    Predella 1.jpg

    Giotto._Predella_2.jpg

    Predella 3.jpg

  • Persécution

    Dernières nouvelles des Petites Sœurs de Marie Mère du Rédempteur, persécutées par leurs évêques et par Rome : ce sont de mauvaises nouvelles.

  • Un message présidentiel

    Celui du président des Etats-Unis, pour le mois de sensibilisation à la trisomie 21.

    Pendant le mois de sensibilisation au syndrome de Down, Melania et moi-même célébrons la vie de plus de 250 000 Américains atteints de trisomie 21 et de tous ceux dans le monde atteints de cette maladie.

    (…)

    Tout le monde est doté par son Créateur de dignité et du droit à la vie, à la liberté et à la poursuite du bonheur. Malgré des mythes et des stigmates persistants, même au sein de la communauté médicale, notre nation adhère fermement à la vérité indéniable selon laquelle un diagnostic de trisomie 21 est une opportunité d’embrasser les dons de Dieu. Je défends la vie – dans toutes ses belles manifestations – et moi-même et mon gouvernement continuerons à condamner les préjugés et la discrimination que subissent trop souvent les Américains atteints de trisomie 21.

    Au cours de ce mois, nous nous engageons à continuer de créer des opportunités et à soutenir les hommes, les femmes et les enfants extraordinaires atteints de trisomie 21. Chaque jour, ils nous inspirent à vivre avec amour, joie et appréciation pour notre monde et ceux qui en font un lieu de vie unique et spécial. La vie est précieuse et il est de notre devoir moral de la protéger et de la défendre.

    Texte ici.

    Traduction intégrale ici.

    Ce message est du 1er octobre. Le même jour, les Instituts américains de la Santé (qui dépendent du ministère de la Santé) annonçaient un financement supplémentaire de 22,2 millions de dollars pour renforcer le soutien à la recherche sur la trisomie 21, ce qui portera le total à 59 millions de dollars pour 2018.

  • Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus

    Les sacristines du carmel

    sainte-Therese-de-Lisieux_40.jpg

    PN40_BRbleu.png

    PN40_A_MB.png

    Ici-bas notre doux office
    Est de préparer pour l'autel,
    Le pain, le vin du Sacrifice
    Qui donne à la terre : « Le Ciel ! »

    Le Ciel, ô mystère suprême !
    Se cache sous un humble pain
    Car le Ciel, c'est Jésus Lui-Même,
    Venant à nous chaque matin.

    Il n'est pas de reines sur terre
    Qui soient plus heureuses que nous.
    Notre office est une prière
    Qui nous unit à notre Epoux.

    Les plus grands honneurs de ce monde
    Ne peuvent pas se comparer
    A la paix céleste et profonde
    Que Jésus nous fait savourer.

    Nous portons une sainte envie
    A l'ouvrage de notre main,
    A la petite et blanche hostie
    Qui doit voiler l'Agneau divin.

    Mais son amour nous a choisies
    Il est notre Epoux, notre Ami.
    Nous sommes aussi des hosties
    Que Jésus veut changer en Lui.

    Mission sublime du Prêtre,
    Tu deviens la nôtre ici-bas
    Transformées par le Divin Maître
    C'est Lui qui dirige nos pas.

    Nous devons aider les apôtres
    Par nos prières, notre amour
    Leurs champs de combats sont les nôtres
    Pour eux nous luttons chaque jour.

    Le Dieu caché du tabernacle
    Qui se cache aussi dans nos cœurs
    A notre voix, ô quel miracle !
    Daigne pardonner aux pécheurs !

    Notre bonheur et notre gloire
    C'est de travailler pour Jésus.
    Son beau Ciel voilà le ciboire
    Que nous voulons combler d'élus !...

    Photo : mise en scène extérieur jour du travail des sacristines (depuis la confection des hosties). Sainte Thérèse (à droite), avec ses trois sœurs, et, devant, la cousine. Tant il est vrai que le carmel de Lisieux fut, aussi, une affaire de famille… (On voit ensuite le brouillon, et la mise au propre pour la sacristine Sœur Marie-Philomène de Jésus.)

    Dans les œuvres complètes de sainte Thérèse co-éditées par Le Cerf et DDB, la note sur ce poème contient une horreur. Elle indique que la deuxième partie « apporte une réponse à l'apparent défi du Manuscrit B: Thérèse y proclamait, entre autres aspirations brûlantes, son désir du sacerdoce », ce qui est vrai, mais ajoute : « irréalisable du fait des circonstances ». Or il ne s’agit pas de « circonstances », mais d’une raison ontologique irréformable qui subsistera jusqu’à la fin du temps quelles que soient les circonstances. Je ne sais pas qui est l’auteur de la note, mais il s’agit de quelqu’un qui a donc réussi à glisser dans son commentaire son souhait hérétique d’une ordination des femmes. Ce qui est grave est que le livre est publié sous le patronage de Mgr Guy Gaucher et du général des Carmes.

  • Au Québec

    La Coalition Avenir Québec (les « caquistes ») a obtenu 74 sièges aux législatives, contre 22 aux élections précédentes, et le parti libéral est tombé de 70 à 32 sièges.

    Le chef de la CAQ François Légault est donc devenu Premier ministre, et avec 74 sièges (sur 125) il a la majorité absolue.

    La CAQ est un parti « nationaliste », ce qui veut dire ni souverainiste ni fédéraliste : il veut rester dans le cadre canadien mais avec davantage de pouvoirs internes, notamment une maîtrise totale de la politique migratoire. Et il a promis une baisse de 20% de l’immigration.

    Le parti veut défendre l’identité québécoise, mais c’est une identité qui paraît se réduire à la langue : François Légault fut le ministre de l’Education qui laïcisa l’enseignement public, le CAQ est laïciste, et le « catholique » François Légault n’a « pas de problème avec l’avortement ». Le parti a toutefois une politique familiale nataliste (des enfants plutôt que des immigrés).

    François Légault est marié depuis 28 ans à Isabelle Brais, qui joue un rôle important à ses côtés, et ils ont deux garçons :

    Screenshot_2018-10-02 Élections 2018 la CAQ de François Legault formera un gouvernement largement majoritaire.png

  • Les saints anges gardiens

    Aniele Boży, stróżu mój,
    Ty zawsze przy mnie stój.
    Rano, wieczór, we dnie, w nocy
    Bądź mi zawsze ku pomocy,
    Strzeż duszy i ciała mego,
    Zaprowadź mnie do żywota wiecznego.

    Ange de Dieu, mon gardien,
    Tu te tiens toujours à mes côtés.
    Le matin et le soir, le jour et la nuit,
    Sois toujours à mon aide.
    Veille sur mon âme et sur mon corps
    Et conduis moi à la vie éternelle.

    Cantique polonais, dans la version de Paweł Bębenek, lors de la 13e édition des Ateliers liturgiques et musicaux nationaux, à Gietrzwałd, « Chants sur les anges », en novembre 2011.

  • La Macédoine pédale dans la choucroute

    Les gazettes bien-pensantes saluent le référendum macédonien par lequel, comme dit Euronews, les Macédoniens ont voté à plus de 90% pour le changement de nom de leur pays, ce qui ouvre la voie à son adhésion à l’UE et à l’OTAN.

    De fait, l’UE et l’OTAN – et le Département d’Etat américain - ont chaleureusement salué le résultat de ce référendum et ont appelé toutes les parties à respecter la démocratie qui s’est exprimée.

    On constate toutefois des fausses notes, même chez les européistes. Par exemple EUoberver a titré : « L’avenir de la Macédoine dans l’UE incertain après le flop du référendum ».

    En effet, pour qu’un référendum soit contraignant, il faut 50% de participation. Or la participation a été de 36,5%. C’est d’ailleurs devenu le gros problème de ces consultations, comme on l’a déjà vu en Hongrie sur l’immigration et comme on risque de le voir prochainement en Roumanie sur le mariage : comme la victoire écrasante du oui ne fait aucun doute, l’opposition appelle au boycott, qui ajouté à la faible participation habituelle à ces scrutins le fait capoter.

    Donc les 91% de oui ne changent rien dans l’immédiat. (On notera au passage le très curieux intitulé de la question, qui ne portait pas directement sur le nom du pays : « Etes-vous en faveur de l’adhésion à l’UE et à l’OTAN en acceptant l’accord entre la République de Macédoine et la République de Grèce ? »)

    La question est donc renvoyée au Parlement, où il faudra une majorité des deux tiers. Or le gouvernement n’a pas une majorité des deux tiers…

    Pour ce qui est du fond de l’affaire, je n’ai aucune opinion sur le nom du pays. Sauf que c’est évidemment absurde de l’appeler « Ancienne République yougoslave de Macédoine », selon l’acronyme anglais FYROM. Et que les Grecs ont évidemment tort de refuser absolument que le pays s’appelle Macédoine. Quant à « Macédoine du Nord » c’est idiot tant qu’il n’y a pas une « Macédoine du Sud ».

  • "Enfant de la République"

    J’ai vu sur BFM la désormais fameuse séquence où l’on voit Emmanuel Macron en compagnie de deux jeunes voyous dénudés à Saint-Martin. La fin de la séquence a été une photo où l’on voit le président de la République tout sourire entre les deux personnages, l’un d’eux avec le pantalon baissé et faisant un « doigt d’honneur ».

    Les réactions n’ont pas manqué, mais on sait qu’avec Macron la démagogie la plus sordide n’a plus de limites. Cette photo n’est pas pire que celle (et la vidéo) de la fête de la musique à l’Elysée.

    Ce qui me choque quant à moi est la réaction de Macron aux critiques :

    « J’aime chaque enfant de la République, quelles que soient ses bêtises. »

    Cela non plus, ce n’est pas nouveau. Je me souviens très bien de la déclaration de Jacques Chirac sur « les filles et les fils de la République ».

    Je ne laisserai jamais passer cette imposture. La république est un régime politique. Elle n’a ni fils ni fille, sauf à en faire une idole. Ce qu’elle est de fait, comme on le voit. Et comme « Marianne » le souligne.

    Quant à la dernière ignominie de la Schiappa, il est inutile de s’y appesantir. Sauf qu’elle s’appuie sur le même propos d’Emmanuel Macron dénonçant des « discours de haine » : «  Il faut arrêter de penser que notre jeunesse, parce qu'elle est d'une certaine couleur ou à un moment a fait des bêtises, il n'y a rien à en tirer. »