Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 6

  • Encore un "blasphème" au Pakistan

    Qaiser Ayub, un chrétien âgé de 40 ans, a été arrêté pour un présumé « blasphème » par la police de Lahore. Ce professeur d’informatique était en fuite depuis trois ans : il avait proféré un « blasphème » (un « outrage contre le Prophète ») sur son blog en 2011.

    Lien permanent Catégories : Islam 2 commentaires

  • Un blasphème en passant

    Il y a longtemps que je ne lis plus les comptes-rendus des homélies quotidiennes de François, pour ne pas m’énerver inutilement et ne pas donner l’impression que je cherche sans cesse à « dire du mal du pape ».

    Mais voici que je découvre, à la faveur d’un très remarquable article d’Antonio Socci, traduit par Benoît et moi, que le 20 décembre 2013 François a osé « insinuer que la Sainte Vierge, sous la Croix “avait peut-être envie de dire J'ai été trompée” parce que les promesses messianiques lui semblaient des “mensonges” ».

    Soit c’est vrai, soit ce n’est pas vrai. Si c’est vrai, c’est une insulte effroyable envers la Mère de Dieu. C’est évidemment contraire à l’enseignement le plus basique de l’Eglise catholique (et orthodoxe, et même de beaucoup de protestants). Et Socci n’a pas de mal à simplement citer le Catéchisme de l’Eglise catholique, n.149 : « Pendant toute sa vie, et jusqu’à sa dernière épreuve, lorsque Jésus, son fils, mourut sur la croix, sa foi n’a pas vacillé. Marie n’a pas cessé de croire en l’accomplissement de la parole de Dieu. Aussi bien, l’Église vénère-t-elle en Marie la réalisation la plus pure de la foi. »

    Or, si l’on se réfère à ce qui a été publié par l’Osservatore romano et reproduit sur le site du Vatican (sur News.va ou sur le site du pape), il n’y a pas trace de ce que cite Socci. Sans aucun doute parce qu’un théologien de garde a dû se dire que ce n’était vraiment pas possible de laisser cela.

    Mais si l’on va sur Zenit, on trouve en effet ce dont parle Socci. Voici le texte exact :

    « Elle était silencieuse, mais dans son cœur, que de choses elle disait au Seigneur : ‘Toi, ce jour-là tu m’as dit qu’il serait grand, tu m’as dit que tu lui donnerais le trône de David, son père, qu’il régnerait pour toujours, et maintenant, je le vois là’. La Vierge Marie était humaine ! Et elle avait peut-être envie de dire : ‘Mensonge ! J’ai été trompée !’ »

    Le « peut-être » est là pour atténuer l’offense. Mais il n’atténue rien du tout. Car il n’y a pas de « peut-être » qui tienne. Marie conçue sans péché, Marie immaculée conçue dans la pleine lumière divine, Marie Mère de Dieu, Marie mère de l’Eglise, Marie pleine de grâce (kecharitoménè, complètement remplie par la grâce divine), Marie mère de la foi et notre mère dans la foi, n’a pas pu penser une fraction de seconde qu’elle ait pu être trompée. La Femme qui a dit « Fiat » à l’Ange du Seigneur n’a pas pu penser une fraction de seconde qu’elle aurait dit « Fiat » à un « mensonge ».

    Je n’arrive même pas à comprendre comment un pape peut proférer une telle énormité.

    Lien permanent Catégories : François (pape), Religion 39 commentaires

  • Saint Grégoire le Thaumaturge

    Une nuit, alors qu’il réfléchissait sur le discours de la foi et qu’il échafaudait des raisonnements de toutes sortes - car il y avait alors des gens qui falsifiaient la pieuse doctrine et, par l’habileté de leurs argumentations, rendaient souvent la vérité incertaine, même pour ceux qui la connaissaient bien -, alors donc qu’il veillait et réfléchissait à cela, lui apparut en vision un personnage âgé ayant l’aspect d’un homme, dont le vêtement manifestait le caractère sacré, qui annonçait une grande vertu par la grâce de son visage et la dignité de son maintien.

    Frappé de stupeur à ce spectacle, il se leva de son lit et lui demanda qui il était et à quelle fin il venait. Celui-ci apaisa le trouble de sa pensée d’une voix douce et lui dit qu’il lui était apparu sur ordre de Dieu en raison des questions controversées autour de lui, pour que lui soit révélée la vérité de la foi pieuse. Lui reprit courage à ces paroles et le regarda avec joie et étonnement. Ensuite celui-ci, ayant tendu la main droite devant lui, comme pour lui montrer avec les doigts tendus ce qui apparaissait sur le côté, lui fit tourner le regard par sa main tendue et voir en face une autre apparition sous l’aspect d’une femme, bien supérieure à une apparition humaine. Lui, à nouveau frappé de stupeur, détourna son visage; il était incapable de voir ce spectacle, car ses yeux ne pouvaient supporter l’apparition. Ce qu’il y avait de tout à fait extraordinaire dans cette vision, c’était, alors que la nuit était profonde, qu’une lumière brillait sur ceux qui lui étaient apparus, comme si une lampe brillante était allumée. Comme ses yeux ne pouvaient supporter l’apparition, il entendit ceux qui lui étaient apparus s’entretenir au cours d’une conversation sur l’objet de sa recherche; grâce à eux, non seulement il fut instruit de la véritable connaissance de la foi, mais il reconnut grâce à leurs noms ceux qui lui étaient apparus, chacun d’entre eux appelant l’autre de son propre nom.

    On dit en effet qu’il entendit celle qui était apparue sous l’aspect d’une femme exhorter l’évangéliste Jean à révéler au jeune homme le mystère de la vérité, et celui-ci lui répondre qu’il était prêt à accorder cela à la mère du Seigneur, puisque ce lui était agréable. Ayant ainsi exposé la question de manière convenable et bien claire, ils disparurent ensuite de sa vue. Et lui aussitôt mit par écrit cette divine mystagogie et c’est d’après elle qu’il annonça ensuite la parole dans l’église ; il laissa à ses successeurs, comme un héritage, cet enseignement donné par Dieu. C’est grâce à lui que, jusqu’à ce jour, le peuple de chez eux, qui est resté exempt de toute hérésie, est initié aux mystères. Les paroles de cette mystagogie sont les suivantes :

    Un seul Dieu,
    père du Verbe vivant (qui est sagesse subsistante, puissance et caractère éternels),
    parfait géniteur du parfait,
    père du Fils monogène.
    Un seul seigneur,
    unique de l’unique,
    Dieu de dieu,
    caractère et image de la divinité,
    verbe agissant,
    sagesse qui embrasse l’ordonnance de l’univers,
    et puissance qui a faite toute la création,
    Fils véritable du Père véritable,
    invisible de l’invisible,
    ineffable de l’ineffable,
    immortel de l’immortel,
    éternel de l’éternel.
    Un seul Esprit saint,
    qui tient son existence de Dieu,
    et est apparu par le Fils (aux hommes),
    image parfaite du Fils parfait,
    vie, cause des vivants,
    sainteté, dispensateur de sanctification,
    dans lequel sont manifestés Dieu le Père,
    celui qui est au-dessus de tout et en tout,
    et Dieu le Fils,
    celui par qui sont toutes choses.
    Trinité parfaite,
    qui n’est divisée ni distinguée ni selon la gloire, ni selon l’éternité, ni selon la royauté.

    (Donc il n’y a rien de créé ni d’esclave dans la Trinité, ni de surajouté comme si cela n’existait pas auparavant, mais avait été introduit par la suite. Donc le Fils n’a jamais fait défaut au Père ni l’Esprit au Fils, mais la même Trinité est toujours immuable et sans changement).

    Saint Grégoire de Nysse, Vie de Grégoire le Thaumaturge, 22-25. (Ce texte vient de paraître dans la collection des Sources chrétiennes, avec la vie de saint Basile par le même saint Grégoire de Nysse.)

    Lien permanent Catégories : Liturgie 1 commentaire

  • 23e dimanche après la Pentecôte

    Du point de vue des antiphonaires grégoriens, ce dimanche est le dernier de l’année. Les chants du 23e dimanche sont en effet repris les dimanches suivants s’il reste des dimanches avant l’Avent. La raison en est qu’autrefois c’était effectivement le dernier dimanche de l’année liturgique. Rupert de Deutz, au début du XIIe siècle, expliquait, parmi d’autres, qu’en ce dernier dimanche l’Eglise célébrait l’entrée des juifs dans l’Eglise, qui doit se produire avant la fin du monde. Il le faisait par l’intermédiaire d’une lecture allégorique de l’histoire de Joseph en Egypte.

    Ainsi dès l’introït le Seigneur dit par la bouche de Jérémie qu’il ramènera les hébreux captifs de tous les lieux. Rupert se concentre sur les premiers mots de cet introït :

    « Le Seigneur dit : Mes pensées sont des pensées de paix et non d’affliction. Ses pensées sont toutes de paix en effet, puisqu’il promet d’admettre au banquet de sa grâce les Juifs ses frères selon la chair, réalisant ce qui avait été figuré dans l’histoire du patriarche Joseph. Les frères de ce dernier, qui l’avaient vendu, vinrent à lui poussés par la faim, lorsqu’il étendait sa domination sur toute la terre d’Égypte ; ils furent reconnus, reçus par lui, et lui-même fit avec eux un grand festin : ainsi notre Seigneur, régnant sur tout le monde et nourrissant abondamment du pain de vie les Égyptiens, c’est-à-dire les Gentils, verra revenir à lui les restes des fils d’Israël ; reçus en la grâce de celui qu’ils ont renié et mis à mort, il leur donnera place à sa table, et le vrai Joseph s’abreuvera délicieusement avec ses frères. »

    Délivrés de leur captivité spirituelle, les juifs devenus chrétiens chanteront l’action de grâces du graduel : « Vous nous avez délivrés, Seigneur, de ceux qui nous persécutaient. »

    L’alléluia et l’offertoire sont le début du De Profundis, car c’est la supplication des frères de Joseph, dont les lointains descendants diront au véritable Joseph ce qu’ils disaient alors : « Nous te conjurons d’oublier le crime de tes frères. »

    Et la communion (« En vérité, je vous le dis, tout ce que vous demandez en priant, croyez que vous le recevrez et cela vous sera donné ») « est la réponse de ce même Joseph disant, comme autrefois le premier : Ne craignez point. Vous aviez formé contre moi un dessein mauvais ; mais Dieu l’a fait tourner au bien, afin de m’élever comme vous voyez maintenant et de sauver beaucoup de peuples. Ne craignez donc point : je vous nourrirai, vous et vos enfants. »

    Rupert expliquait aussi en ce sens l’évangile qui était alors celui de la multiplication des pains. Mais l’évangile actuel du 23e dimanche est beaucoup plus clairement lié à ce thème : Jésus guérit (« sauve ») une païenne sur le chemin alors qu’il va « sauver » - ressusciter - la fille du chef (de la synagogue). Saint Jérôme souligne d’une part que le huitième miracle de l’évangile de saint Matthieu devait être la guérison de la fille du chef, mais que la païenne sur le chemin, volant ce huitième miracle, a repoussé celui de la jeune juive à la neuvième place ; d’autre part que la femme est malade depuis 12 ans et que la jeune fille a 12 ans (selon saint Luc). Le Royaume (nombre 8) était préparé pour les juifs, mais ce sont les païens qui y entrent d’abord, comme par effraction. Les juifs ne pourront y entrer qu’au terme des 12 années de l’histoire du monde, où depuis le début les païens étaient malades.

    Lien permanent Catégories : Liturgie 0 commentaire

  • Reconquête N° 312

    REC-312-1.jpg

    REC-312-Sommaire.jpg

    Lien permanent 0 commentaire

  • « Leurs origines »

    L’ancien footballeur Eric Cantona est un militant antiraciste immigrationniste multiculturaliste frénétique. Il a même réalisé un documentaire « Football et immigration », qui doit être bientôt diffusé. Dans une interview à l’AFP, il aligne tous les poncifs de la propagande, au point d’en oublier qu’il est français et que ses enfants, français, pourraient éventuellement avoir besoin de se reconnaître dans cette identité…

    Il dit à sa femme « d’origine algérienne » qu’elle doit parler arabe avec leurs enfants, parce que il faut que « les enfants apprennent très tôt les langues, surtout celles des origines des parents ». Les origines des parents, dont l’un est Cantonna, de Marseille, et l’autre une Française née en France de parents algériens : origines 100% arabes…

    Et il insiste : « Mon petit s’appelle Emir, et ma fille Selma, ils sont français, mais on avait envie de leur donner un prénom de leurs origines, et qu’ils en soient fiers. » Leurs origines, 100% arabes…

    Et cela ne s’appelle pas de la discrimination ? Une discrimination dont ces pauvres enfants, fiers ou non, pourraient bien souffrir un jour ou l’autre ?

    Lien permanent 11 commentaires

  • A Raqqa, Etat islamique

    A Raqqa, ville du nord de la Syrie, aujourd’hui place forte de l’Etat islamique, sont restées 23 familles chrétiennes contre 1.500 avant le début du conflit. Ce sont des arméniens qui n’ont pas pu partir par manque de moyens ou raison de santé. Les nouveaux maîtres viennent de leur envoyer la facture de la Jizia, la « taxe de protection », qui est due à partir de demain 16 novembre. Le montant est l’équivalent de près de 430 euros. La plupart des familles restées à Raqqa n’ont précisément pas les moyens de payer, et leurs biens seront donc saisis.

    L’Etat islamique a déjà réquisitionné les propriétés des chrétiens qui avaient fui la ville lors de leur entrée, et a organisé des autodafés de bibles et de livres chrétiens. La principale église arménienne a été transformée en bureau des affaires islamiques et de promotion de la charia…

    Lien permanent Catégories : Islam 1 commentaire

  • Au Laos

    Sept chrétiens d’ethnie Hmong ont été arrêtés dans la province de Luang Namtha, dans le nord du Laos, le 2 novembre dernier, après s’être convertis de l’animisme au christianisme. Cinq d’entre eux ont été relâchés après avoir signé une déclaration les engageant à renoncer à leur foi alors que les autres, ayant refusé d’abjurer, ont été transférés à la prison provinciale. L’accusation portée contre eux est de « trouble de la paix sociale ».

    Six familles chrétiennes d’ethnie Hmong ont été chassées de leur village, dans la partie centrale du Laos, après s’être refusées d’abjurer à leur foi. Les six familles – soit un total de 25 personnes environ – habitaient dans le village de Ki Hai, en province de Borikhamxay. Elles s’étaient converties au christianisme en provenance de l’animisme. Du fait de leur conversion, les autorités locales ont arrêté deux hommes, faisant partie des chefs de famille, les retenant en détention pendant environ un mois, et demandant de renoncer à la foi chrétienne. Devant leur refus, est arrivé l’ordre d’expulsion. Deux familles ont quitté le village à la fin du mois d’août et quatre autres à la mi-septembre, se réfugiant dans le village voisin de Hoi Keo, dans les environs de la ville de Lak Sao. Les familles ont perdu leur maison, leur terrain et la ferme dont ils disposaient dans leur village d’origine.

    (Fides)

    Lien permanent 2 commentaires

  • Mauvaise nouvelle pour la bande à François

    La conférence des évêques des Etats-Unis a élu hier ses représentants pour le synode de l’année prochaine. Il n’y a qu’un homme de la bande à François, et il est dans les remplaçants.

    Dans l’ordre où ils ont été élus :

    - Mgr Joseph Kurtz, archevêque de Louisville et président de la Conférence épiscopale. Il a été l’un des principaux artisans du « rattrapage » du récent synode, en tant que modérateur d’un des trois groupes anglophones.

    - Mgr Charles Chaput, archevêque de Philadelphie, qui en dehors d’avoir la particularité d’être un Américain d’ascendance française par son père et indienne par sa mère (Potawatomis du Kansas), est connu comme une figure de proue de la défense de la vie et de la famille. Il accueillera à Philadelphie la 8e Rencontre mondiale des familles en septembre 2015. Il a été l’un des rares évêques, avec le cardinal Burke, à oser dénoncer publiquement la dérive du synode.

    - Le très ratzingérien cardinal Daniel DiNardo, archevêque de Galveston-Houston. Il eut comme co-consécrateur le cardinal Burke et fut créé par Benoît XVI premier cardinal du Texas à 58 ans ; il est vice-président de la Conférence épiscopale et président de la commission épiscopale des activités pro-vie.

    - Mgr José Gomez, archevêque de Los Angeles, né au Mexique, dévot de Notre Dame de Guadalupe, prêtre de l’Opus Dei, ordonné par Mgr Chaput.

    Et deux remplaçants :

    - Mgr Salvatore Cordileone, archevêque de San Francisco, président de la sous-commission épiscopale de défense du mariage, flamboyant opposant au « mariage » homosexuel, très bienveillant envers la « forme extraordinaire ».

    - Mgr Blaise Cupich, que François vient de nommer archevêque de Chicago : il est le seul à pouvoir prétendre faire partie de la société Kasper and Co.

    Si les évêques américains avaient voulu faire plaisir au pape, ils auraient élu son meilleur ami américain, le catastrophique cardinal Sean O’Malley, archevêque de Boston.

    Lien permanent Catégories : Eglise, François (pape) 4 commentaires

  • Saint Albert le Grand

    Que Dieu, infiniment bon, se soit uni, entre toutes les créatures, la seule créature humaine, au point qu'on puisse dire vraiment que Dieu est homme et que l'homme est Dieu, et tout ce que Dieu a par nature, l'homme le possède par grâce, cela ne doit-il pas provoquer en notre âme une joie véritable ? « Dieu ne s'est pas uni aux Anges, mais au sang d'Abraham » (Héb. 2, 16). « N'est-ce pas quelque chose de grand et de merveilleux, s'écrie saint Jean Chrysostome, que notre chair soit assise, au ciel, bien haut, et que les Anges et les Archanges l'adorent ! »

    Autre motif de joie : Dieu nous a rendus certains du bonheur éternel, bonheur garanti par les promesses de la loi et des prophètes et par son propre serment : « le serment qu'il fit à Abraham, notre père » (Luc 1, 73), bonheur assuré par le don spécial des Évangélistes, par le témoignage des Apôtres, par le don de l'Esprit Saint au baptême, – l'Esprit est le gage de notre héritage – par les arrhes, c'est-à-dire l'avant-goût de ce bonheur, dans la dévotion et la douceur de Dieu, par le Christ, le Fils unique de Dieu, qui est notre otage. Saint Paul (Phil. 4, 4) nous exhorte à cette double joie. « Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur (à cause de l'union de Dieu avec notre nature) ; je vous le dis encore, réjouissez-vous (à cause de la certitude du bonheur éternel). »

    C'est une preuve de la vraie joie, et un bon motif, pour quelqu'un, de se réjouir vraiment, que d'avoir l'assurance, par inspiration intérieure, de la rémission de ses péchés qui avaient si gravement offensé Dieu et les créatures et avaient fait perdre, au pécheur lui-même, avec toutes les grâces reçues, le droit d'en recevoir encore à l'avenir. Marie-Madeleine a eu cette certitude lorsque Notre Seigneur lui dit : « Beaucoup de péchés lui seront remis parce qu'elle a beaucoup aimé » (Luc 7, 47). Saint François aussi : il lui fut révélé que ses fautes, jusqu'à la plus petite partie, lui étaient tout à fait remises.

    Une autre marque de joie et une nouvelle raison de se réjouir, c'est l'assurance intérieure que l'on est fils de Dieu et héritier du royaume céleste. L'Esprit Saint nous donne cette assurance : « Il rend lui-même témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Si nous sommes fils, nous sommes aussi héritiers, héritiers de Dieu, cohéritiers du Christ » (Rom. 8, 16-17). L'apôtre saint Paul avait cette certitude : « J'ai l'assurance que ni la mort, ni la vie... ni aucune créature ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu en Jésus-Christ » (Rom. 8, 38-39).

    Saint Albert le Grand, le Paradis de l’âme, XXIII, 3-4.

    Lien permanent Catégories : Liturgie 0 commentaire

  • Atanacio Jovi, homosexuel catholique

    Atanacio Jovi est un Philippin homosexuel et catholique. Comme il est catholique, il ne cherche pas de faux fuyant et ne demande pas au personnel ecclésiastique de changer la doctrine qui ne peut pas être changée, même si certains membres hauts placés de ce personnel sont prêts à se rendre aux pires modes mondaines.

    Atanacio a donné son témoignage, publié sur le site de la Conférence des évêques des Philippines.

    Sa vie, dit-il, démontre que son « orientation sexuelle n’éloigne pas les gens de l'Eglise ». « La chose la plus importante est d'aimer Dieu par-dessus tout. »

    Son choix de vivre dans la chasteté « montre que comprendre vraiment l'amour, l'amour vrai, suffit pour ne pas se sentir exclu ou discrédité».

    « C’est ma croix... Je peux être attiré par les hommes... Mais j'aime Dieu davantage ».

    Pour Atanacio, l’Eglise catholique « semble être la seule institution qui invite [les homosexuels] à l'amour. Nous sommes créés pour l'amour, et nos vies n’ont pas de sens si nous n’en avons pas l’expérience ».

    Le véritable amour est davantage que l'union physique et émotionnelle, « il veut le bien de l'autre. Il désire le paradis pour l'autre personne et veut l'encourager à embrasser la vertu de chasteté. Cela n’est pas une renonciation à l'amour, mais une expression profonde et courageuse de l’amour. »

    « Aussi surprenant que cela puisse paraître, l'Eglise aujourd'hui ne défend pas aux personnes qui éprouvent une attraction pour le même sexe de s’aimer. Si deux membres du même sexe s’aiment, ils vont faire ce qui est le meilleur pour l'autre. Ils s’encourageront les uns les autres à se reconnaître comme des enfants aimés de Dieu dont il se trouve qu’ils ont une attirance pour le même sexe, plutôt que comme des personnes qui se définissent par leurs pulsions sexuelles et dont il se trouve qu’elles croient en Dieu. »

    FILIPPINE_-_1113_-_Gay.jpg

    Atanacio, militant de Marie Médiatrice de toutes grâces du sanctuaire de Lipa.

    Lien permanent Catégories : Eglise 13 commentaires

  • Asia Bibi comme bouc émissaire

    A l’issue d’une réunion qui s’est tenue hier à Lahore, des responsables musulmans, chrétiens et sikhs ont demandé au gouvernement pakistanais de revoir les lois sur le blasphème, soulignant qu’un seul accusé a été reconnu coupable depuis 1953 : Asia Bibi. Dont le sort est désormais entre les mains des magistrats de la Cour suprême.

    Ils ont expliqué qu’il y a eu 1170 cas de blasphèmes enregistrés, dont 90% au Pendjab, près de 500 concernant des musulmans, 20 des hindous, 130 des chrétiens, 450 des Ahmadis. Tous ont été acquittés en première instance ou en appel. Seule Asia Bibi a été reconnue coupable.

    La réunion était organisée par le Réseau pakistanais Paix et Harmonie. Il y avait là des représentants du Conseil catholique pour le dialogue interreligieux, du Conseil des oulémas et des cheikhs du Pakistan, du chapitre Asie de l’Initiative des religions unies, le Sudhar Sabha hindou et du Forum jeunesse hindou-sikh.

    Ils ont élaboré une charte demandant que les cas de blasphème ne soient enregistrés qu’après une enquête préalable sur l’incident allégué réalisée par un policier qui ait le grade de commissaire, et que soit assurée la sécurité du plaignant et de l’accusé jusqu’à l’achèvement de cette enquête.

    Il est clair que les oulémas ne permettent pas qu’on aille plus loin.

    Le secrétaire du Conseil catholique pour le dialogue interreligieux, Javaid William, qui présentait le document, a déclaré que la loi sur le blasphème est devenue un sujet tellement sensible que personne n’ose y toucher, bien qu’elle soit très souvent utilisée pour régler des différends personnels. C’est pourquoi « nous demandons seulement que soit mise en place une “soupape de sécurité” pour éviter les abus », a-t-il précisé. Ajoutant que le plaignant devrait être poursuivi si son accusation se révèle être fausse… Mais il ne semble pas que cela soit dans le document.

    D22DE92D-FAD6-4BD4-A27C-01EFDC39B8E1_mwdynamic_mhdynamic_s.jpg

    Asia Bibi avec Salman Taseer, le gouverneur du Pendjab qui venait lui rendre visite en prison. C’était le 20 novembre 2010. Deux mois plus tard, il était assassiné par son garde du corps pour avoir pris la défense d’Asia Bibi.

    Lien permanent 2 commentaires

  • En Malaisie

    Le 25 octobre dernier, le pasteur luthérien Maklin Masiau, de l’Eglise protestante de Sabah, était interpellé par les douaniers à l’aéroport de Kuala Lumpur, et après inspection de ce qu’il transportait, tous les livres et DVD étaient saisis.

    C’est parce que ce sont des livres et DVD religieux et que Dieu est nommé Allah, dit le pasteur.

    Pas du tout, rétorque la douane. C’est parce que le bagage du pasteur était très volumineux que nous l’avons inspecté.

    Et après ils en ont saisi le contenu, sans explication.

    Parce que c’était des livres et DVD chrétiens et que Dieu y est appelé Allah… C’est la seule explication possible, puisque ces livres et DVD ne sont pas interdits.

    Mais c’est une opération illégale des douaniers, puisque l’interdiction de l’emploi du mot Allah ne concerne juridiquement que le journal de l’archevêché de Kuala Lumpur.

    Mercredi, les livres et DVD ont été rendus au pasteur. Le gouvernement a fait savoir qu’il est en train de mettre au point une « procédure opérationnelle normalisée », à l’usage de la police et des douanes, pour éviter ce genre d’incident.

    Lien permanent 3 commentaires

  • Forte claque pour Forte

    Mgr Bruno Forte, bombardé par François secrétaire spécial du récent synode et auteur des trop fameux paragraphes du rapport d’étape sur les divorcés remariés, les unions de fait et les homosexuels, était candidat au poste de vice-président de la Conférence des évêques italiens pour le Centre du pays. Il n’a obtenu que 60 voix, contre 140 à Mgr Mario Meini, évêque de Fiesole.

    Mgr Meini est délégué pour la pastorale de la famille de la Conférence des évêques de Toscane…

    Lien permanent Catégories : Eglise, Famille, François (pape) 2 commentaires

  • Saint Josaphat

    La messe (de ce jour) a des rapports voulus avec les textes de la liturgie grecque. C’est ainsi que l’Introït est emprunté à celle-ci et que les deux lectures sont également utilisées à la messe de rite grec d’un martyr pontife. La messe débute avec solennité : « Réjouissons-nous tous dans le Seigneur en ce jour de fête que nous célébrons en l’honneur de saint Josaphat, martyr… » Le leitmotiv de la messe est celui-ci : « Je suis le Bon Pasteur ; je connais les miens... » Nous l’entendons répéter trois fois : à l’Oraison, à l’Évangile et à la Communion. La parabole du Bon Pasteur se réalise doublement à la messe : dans le Christ et en saint Josaphat. Le Christ manifeste dans chaque messe son dévouement de pasteur pour ses brebis ; saint Josaphat est une reproduction et un membre du Christ qui continue sa Passion dans ses martyrs ; la messe célèbre le sacrifice de sa mort. Nous, qui sommes au Saint-Sacrifice mystiquement unis au Christ et aussi à saint Josaphat, nous voulons avoir part à l’amour, à la fidélité et au dévouement des deux Pasteurs. La belle Épître, tout à fait liturgique, tirée de la lettre aux Hébreux produit le plus grand effet. Là le souverain sacerdoce du Christ s’exprime clairement : le Christ, le Grand Prêtre éternel offre son sacrifice sanglant ; ce sacrifice trouve sa continuation à la messe, offerte par le sacerdoce des ministres consacrés de l’Église et par le sacerdoce commun du peuple.

    Dom Pius Parsch

    Lien permanent Catégories : Liturgie 0 commentaire

  • A propos de Jésus, sa femme Madeleine et leurs deux fils

    Merci à F. Trouillet qui me met en lien deux textes (Jimmy Akin et surtout Robert Cargill, tous deux en anglais)  indiquant de quoi il retourne, à propos du livre The lost Gospel, l’évangile perdu, « révélant » que Jésus était marié à Marie-Madeleine et qu’ils avaient eu deux enfants.

    Il s’agit en fait d’un texte apocryphe bien connu des spécialistes, sur l’histoire de Joseph (le patriarche, fils de Jacob) et sa femme Aséneth (ou Asénath). Ce texte, sans doute juif et à l’origine en grec, vise à résoudre une difficulté : pourquoi Dieu interdit-il aux Hébreux de se marier avec des étrangères, alors que Joseph s’était marié avec la fille d’un prêtre païen d’Egypte ? Le texte, qui est un roman plein de merveilleux et de rebondissements abracadabrantesques, raconte que Aséneth s’est convertie au Dieu de Joseph, parce que celui-ci refusait de se marier avec une païenne.

    Le texte soi-disant disparu sur lequel se fondent Simcha Jacobocivi  et Barrie Wilson est tout simplement l’unique manuscrit syriaque de cette histoire, qui est le plus ancien que l’on ait actuellement (VIe siècle), et qui se trouve au British Museum. Il est bien connu des spécialistes, comme le sont les autres versions de cette histoire (slave, latines, arméniennes…) et bien entendu les 16 manuscrits grecs…

    Certes, dans cette histoire, Joseph et Aseneth eurent deux enfants, Ephraïm et Manassé, ce qui est tout simplement conforme à la Bible, ces deux fils étant à l’origine des deux tribus du même nom.

    Après avoir inventé un mystère qui n’existe pas sur un manuscrit qui est tout sauf inconnu, Simcha Jacobocivi  et Barrie Wilson prétendent que c’est un roman à clefs, et qu’en fait Joseph est le Christ. On sait évidemment que le Joseph biblique est une figure du Christ, mais pas dans son mariage qui, justement, est à peine évoqué dans la Genèse. Et selon les spécialistes, il n’y a absolument rien dans le roman qui puisse accréditer une quelconque correspondance entre Aséneth et Marie-Madeleine (sinon qu'elles étaient très belles toutes les deux...).

    Enfin, selon la plupart des spécialistes ce texte, qui correspond à une préoccupation spécifiquement juive, est un texte juif, et non chrétien, ce qui rend radicalement impossibles les élucubrations sur Jésus et Marie-Madeleine.

    On peut lire en ligne une traduction anglaise. Mais pas de traduction française. La Bibliothèque nationale indique deux traductions françaises, l’une publiée chez Berg en 1989, l’autre dans une thèse publiée en 1968, et dont on peut lire l’introduction qui fait le point sur les versions existantes et les premières éditions.

    Il y a aussi cet article de Bible Service, et un article de Wikipedia en anglais.

    Lien permanent Catégories : Religion 2 commentaires

  • Des musulmans interdisent la messe à Cinunuk (Indonésie)

    Plusieurs dizaines de militants du Front des défenseurs de l’islam et du Forum de la communauté islamique indonésienne ont encerclé le complexe Saint Charles Borromée de la paroisse Sainte-Odile de Cinunuk (Java ouest), dimanche 9 novembre, criant les slogans insultants et empêchant la célébration de la messe. Ils ont assuré qu’ils incendieraient les locaux si des prêtres osaient célébrer la messe en ce lieu. Le P. Saptono, après avoir fiat enlever les objets sacrés, a dû se résoudre à promettre qu’il n’y aurait plus de messe, alors que la communauté catholique se réunissait là depuis 16 ans.

    Dans les semaines précédentes, quatre églises protestantes ont également été fermées de la même façon dans cette province.

    Lien permanent Catégories : Eglise, Islam 1 commentaire

  • Les « amis du pape François » à la manœuvre

    Un « cénacle » « post-synodal » s’est réuni à Rome le 11 novembre, avec le cardinal Kasper et le cardinal Coccopalmerio. Pour ce dernier, on peut espérer un large consensus au prochain synode parce que « l’Esprit Saint rendra notre cœur plus tendre » envers ceux qui ne respectent pas la morale catholique et entendent être justifiés par l’Eglise. Au synode, a-t-il dit, on a placé « beaucoup d'attention » sur les éléments positifs qui existent aussi dans les couples « non réguliers ». Peut-être aurait-on pu en inviter quelques-uns déjà en octobre, mais on pourra se « rattraper » la prochaine fois.

    C’est un article du blog Rossa Porpora, à lire en français chez Benoît et moi.

    Lien permanent Catégories : Eglise, François (pape) 7 commentaires

  • Dans le délire ambiant…

    Le Prix « Shahbaz Bhatti Freedom » 2014 a été décerné au pape François par l'Alliance évangélique mondiale, jeudi 6 novembre, au Vatican, pour son engagement en faveur de la paix dans le monde.

    Bien que cette phrase soit un tissu d’absurdités, ce n’est apparemment pas une blague.

    Lien permanent Catégories : Eglise, François (pape) 1 commentaire

  • Saint Didace (Diego)

    Sa charité le portait à corriger avec grand zèle ceux qu’il voyait offenser Dieu ; si quelqu’un mourait sans se confesser il s’en affligeait, et faisait de très ferventes prières pour tâcher de détourner ce malheur des autres ; il faisait plusieurs pénitences pour les péchés d’autrui, afin d’apaiser le courroux du Ciel qu’ils irritaient. Il donnait l’aumône avec tant de largesse que les supérieurs étaient obligés de la blâmer de profusion, mais il leur répondait avec confiance, que cette charité, au lieu de leur ôter ce qui leur était nécessaire, l’augmentait ; il n’était pas trompé dans son espérance, car Dieu lui faisait porter des vivres si abondamment que chacun admirait d’où il pouvait tirer de quoi satisfaire aux nécessités des religieux, et à celles de tant de pauvres qu’il assistait ; si quelquefois il se trouvait dépourvu de ce qu’il aurait eu besoin pour les contenter, il leur en témoignait son déplaisir par ses larmes, et tâchait de les consoler par la douceur de ses paroles. Son esprit était toujours attentif à la prière ou vocale ou mentale ; un crucifix était l’objet ordinaire de sa vue, et un chapelet le gage des mains ; aussi son oraison devint-elle si efficace qu’il obtint la guérison de plusieurs malades, et le soulagement de plusieurs malheureux.

    Sa patience était si grande, que dans les plus fâcheuses maladies, et même à son agonie, il ne fit jamais paraître aucun signe qu’il souffrît quelque douleur. La foi qu’il avait pour tous les saints mystères de notre religion lui faisait concevoir une si ferme confiance en la miséricorde de Dieu qu’il croyait avec certitude qu’on en pouvait obtenir tout ce qu’on lui demanderait, et les merveilles qui lui sont arrivées sont une preuve fort évidente de son sentiment. Revenant de Cerrage à Saint-Lucar de Baramède, qui en est éloigné de neuf lieues, avec Frère Etienne, ils passèrent par le bourg des Palais pour demander l’aumône, mais Dieu permit qu’ils n’y trouvèrent rien pour se rafraîchir ; ils poursuivirent leur chemin à jeun, et son compagnon se trouva las et si faible qu’il fut obligé de lui demander s’il ne pensait pas à manger ; jetez votre pensée en Dieu, lui répondit le saint, il a nourri cinq mille hommes dans le désert, il ne nous délaissera pas sans secours ; sa confiance ne fut pas vaine, car comme ils eurent passé plus avant par une plaine vaste et déserte, ils trouvèrent du pain, du vin, du poisson et des oranges sur une nappe blanche ; ils regardèrent de tous côtés pour voir s’il y avait quelqu’un pour qui ce régal eût été préparé, et comme personne ne parut dans tout le voisinage qui était fort découvert, ils connurent que c’était un présent de la providence de Dieu, et s’en servirent avec mille actions de grâces à leur Bienfaiteur.

    Un garçon du bourg de Cerrage, qui est à quatre lieues de Séville, alla se cacher dans un four pour éviter la colère de sa mère qui le voulait battre, et s’y endormit ; cette femme qui ne le savait pas là mit du bois dedans, et l’alluma ; l’enfant s’éveilla sentant l’ardeur de la flamme qui le brûlait, et la mère voyant ce malheur criait au secours tout éplorée ; Frère Didace arriva sur ce désastre, et dit à cette femme qu’elle courût à l’église pour implorer l’aide de la Sainte Vierge ; elle le crut, cependant il se mit en prière devant la bouche du four, et l’enfant en sortit sans aucun dommage : ce miracle étonna tous les voisins, ils conduisirent le garçon à l’église pour rendre grâces à sa Libératrice, et les chanoines l’habillèrent d’une robe blanche pour marquer la joie de sa délivrance. Ce prodige qui rendit célèbre cette chapelle de la Mère de Dieu fit aussi éclater le mérite du saint, de sorte que sa réputation s’étendit partout et Dieu l’augmenta depuis par plusieurs autres merveilles.

    Annales des Frères mineurs, composées en latin par le très-révérend père Luc Wadinghes, hibernien, professeur en théologie du même ordre, censeur de la souveraine Inquisition de Rome, et gardien du collège de saint Isidore dans la même Ville, abrégées et traduites en français par le R.P. Silvestre Castet, récollet. (De Jésus-Christ l’an 1441, X-XII.)

    Lien permanent Catégories : Liturgie 0 commentaire

  • L’Eglise orthodoxe russe, l’indépendance économique et le système bancaire éthique

    Le chef du département synodal de l’Eglise orthodoxe russe pour les relations entre l’Eglise et la société, l’archiprêtre Vsevolod Chaplin, a proposé la création d’un système bancaire orthodoxe fondé sur l’éthique et au service d’une économie russe indépendante, dans une allocution au Club des entrepreneurs russes, à l’occasion du Conseil mondial du peuple russe qui s’est ouvert hier.

    S’exprimant au sujet des effets des sanctions internationales sur l’économie russe, et de la chute du rouble, il a déclaré : « On dit que cette crise notoire, avec la chute du rouble face au dollar, indique la situation de notre économie. Mais qui dit cela ? Ce que nous voyons, c’est que l’économie russe n’a pas reculé du quart de la chute du rouble. Cela signifie que quelqu’un cherche à nous évaluer, non selon l’état réel de notre économie, mais selon les règles de la bulle médiatique, qui enfle d’abord, puis explose. » Ces évaluations sont faites sous la direction de centres étrangers qui les financent et ne prennent pas en compte la réalité. « Donc la question est : ne pouvons-nous pas déterminer nos propres critères d’évaluation de notre économie et de son avenir ? » Il faut examiner comment la Russie peut prendre son indépendance face aux décisions et évaluations de gestion « qui n’ont pas été inventées par nous, et contre nos règles », et mettre en œuvre un système bancaire indépendant, non seulement indépendant des centres étrangers comme New York ou Hong Kong, « mais un système basé sur des principes éthiques », en s’inspirant du système islamique pour établir « un système bancaire orthodoxe, sans intérêts, avec une relation directe avec la Chine, le monde musulman, et les autres centres d’influence qui grandissent dans le monde ». Car nous devons renoncer à des devises et des instruments économiques « liés à des réalités qui sont hostiles à la Russie ».

    Si l’Eglise catholique avait maintenu sa doctrine sur cette question, qui était la doctrine de la loi de Moïse, et qui fut clairement réaffirmée pour la dernière fois par Benoît XIV en 1745, puis discrètement abandonnée (même si en 1836 Grégoire XVI souligne que l'encyclique Vix pervenit de Benoît XIV, adressée aux Italiens, est valable pour toute l'Eglise), il n’y aurait pas de « finance islamique », et l’archiprêtre Chaplin ne chercherait pas l’inspiration dans la finance islamique, mais il y aurait une « finance catholique » pleinement éthique, dont s’inspireraient tous ceux qui souhaitent respecter les règles de la morale. Hélas, en se rendant aux arguments du monde au lieu d’inventer des instruments modernes conformes à la morale qui selon le simple droit naturel interdit le prêt à intérêt, l’Eglise catholique a terriblement raté le coche…

    Lien permanent 13 commentaires

  • Les dédommagements pour naissance

    Le ministère britannique de la santé, qui n’est pas du tout choqué par l’industrie de l’avortement dans le pays, trouve cependant « choquante » la pratique qui consiste à dédommager financièrement des parents parce qu’ils ont eu un enfant handicapé ou non désiré. Depuis 2003 quelque 164 plaintes ont été prises en compte, 83 rejetées.

    Sur les 104 procès terminés, 45 concernaient des enfants nés en bonne santé. Un pour « conseil en fertilité inapproprié », un pour « erreur de diagnostic de grossesse », deux pour « naissance non désirée », six pour « échec de l’IVG » (en anglais on dit « termination »…), huit pour « échec de la contraception », 24 pour « échec de la stérilisation »…

    En tout, ces procès ont donné lieu à 95 millions de livres (120 millions d’euros) de dédommagements.

    Et cela pose des questions éthiques, dit-on au ministère… Mais, même si c’est choquant, cela continuera, car les cas sont rares… Sic. Nul doute qu’ils vont se multiplier…

    Lien permanent Catégories : Culture de mort 1 commentaire

  • Référendum slovaque sur la famille

    La Cour constitutionnelle slovaque a avalisé le 30 octobre la demande de référendum sur le mariage émise par 400.000 citoyens. Normalement le gouvernement doit organiser un référendum s’il est demandé par 350.000 citoyens, mais le président de la République Andrej Kiska avait déféré le dossier à la Cour constitutionnelle, car il ne peut pas y avoir de référendum sur les droits fondamentaux, et il avait un doute…

    De fait, la Cour constitutionnelle a retiré l’une des quatre questions qui doivent être posées aux citoyens :

    « Etes-vous d’accord qu’aucune autre cohabitation de personnes que le mariage doit bénéficier d’une protection particulière, des droits et des devoirs que les normes législatives du 1er mars 2014 accordent seulement au mariage et aux époux ? »

    Bref, la Cour constitutionnelle refuse que les citoyens se prononcent sur un éventuel Pacs.

    Elle a avalisé les trois autres questions :

    « Etes-vous d’accord qu’aucune autre cohabitation entre personnes que le lien entre un homme et une femme ne peut être appelé mariage ? »

    « Etes-vous d’accord que les couples ou groupes (sic) de même sexe ne doivent pas être autorisés à adopter et élever des enfants ? »

    « Etes-vous d’accord que les écoles ne peuvent pas exiger que les enfants participent à une éducation relative au comportement sexuel ou à l’euthanasie si les parents ou les enfants eux-mêmes ne sont pas d’accord avec le contenu de cet enseignement ? »

    L’alliance d’associations qui a lancé le référendum dénonce la suppression de la quatrième question (sur la possibilité d'un pacs à la slovaque). Les lobbies LGBT dénoncent quant à eux un « répugnant référendum anti-gay »… et déplorent qu’aucun parti politique ne les soutienne…

    Le président Kiska a déclaré quant à lui qu’il voterait oui aux deux premières questions, mais que l’éducation sexuelle était « nécessaire » à l’école.

    Pour que le référendum ait force de loi, il faut qu'il y ait non seulement une majorité de oui, mais qu'il y ait 50% de participation, ce qui n'est pas gagné dans ce pays où l'abstention bat généralement des records.

    La question de la définition du mariage en tant que tel est en fait déjà réglée, depuis l’amendement constitutionnel voté début juin par 102 députés contre 18.

    Lien permanent Catégories : Culture de mort 2 commentaires

  • Une petite bonne nouvelle du Pakistan

    L’Archidiocèse de Lahore a obtenu la restitution du collège Saint-François.

    En 2004, le gouvernement avait décidé de restituer aux Eglises les biens (écoles, universités et hôpitaux) qui avaient été nationalisés en 1972. L’archidiocèse de Lahore avait alors récupéré 16 écoles, mais pas l’école Saint-François, dont le terrain était disputé entre spéculateurs et hommes politiques.

    En mai 2013, la justice avait ordonné la restitution, mais rien ne s’était passé. Le nouvel archevêque de Lahore, Mgr Sebastian Shaw, avait organisé des manifestations, dénonçant ouvertement (au Pakistan, il faut oser…) la mafia des propriétaires terriens et des politiciens corrompus.

    En juin dernier, il obtenait la promesse du Premier ministre Nawaz Sharif, qui venait de revenir au pouvoir, d’une solution positive. Laquelle est enfin venue…

    Lien permanent 0 commentaire

  • Ninive : la reconquête par la messe

    Pour la première fois depuis la prise de contrôle de la plaine de Ninive par l’Etat islamique, une messe a été célébrée dimanche 9 novembre dans une église de ce secteur.

    C’était à Tel Isqof, et le prêtre était le prêtre chaldéen Paolo Thabit, qui a officié dans l’église Saint-Georges devant un groupe de jeunes gens. « La Messe de dimanche dernier est la première célébrée dans une église de ces villages de la plaine de Ninive, abandonnés par la population chrétienne à la fin du mois d’août, face à l’avancée des miliciens de l’Etat islamique », a confirmé le prêtre à l’agence Fides.

    Tel Isqof, au nord de Mossoul, est l’un des rares villages de la plaine revenus sous le contrôle (encore précaire) des peshmergas.

    « Un groupe de jeunes gens, actuellement évacués au Kurdistan, ont voulu aller jusque là avec un prêtre pour quelques heures, dans le but d’ouvrir l’église, de faire sonner les cloches et de participer à la célébration de la Messe. Après la liturgie, il sont retournés au nord, dans les lieux où ils vivent pour l’instant en évacués ». L’initiative a également eu une valeur symbolique. « Cela a été un moyen pour dire que nous ne quittons pas nos terres et que nous cultivons avec ténacité l’espérance de retourner bientôt dans nos maisons et dans nos églises » répète le Père Thabit Mekko, lui aussi actuellement évacué à Ankawa, district à majorité chrétienne d’Erbil.

    Lien permanent 0 commentaire

  • Saint Martin Ier

    Le bienheureux cardinal Schuster écrit à la date du 16 septembre :

    Ce jour est aussi l’anniversaire de la mort du saint Pontife qui, pour la foi orthodoxe, défendue par lui contre l’hérétique basileus de Byzance, finit ses jours en exil dans la Chersonèse. Il mourut le jour de sainte Euphémie de l’an 655. Obiit autem idem sanctissimus Martinus papa, recens revera confessor et martyr Christi... mense septembrio, die sextadecima, in qua felicissimae martyris et fidem custodientis orthodoxam Euphemiae celebratur memoria... Positus est autem in tumulis Sanctorum extra muros Chersonitarum civitatis... in templo sanctissimae Dei genitricis.

    Le Liber Pontificalis fait déjà allusion aux prodiges qui s’accomplissaient à Cherson, sur la tombe du Pontife exilé. Vers 730, de nombreux miracles s’y opéraient encore et Grégoire II les mentionne dans une lettre à Léon Ier l’Isaurien.

    On ne sait pas si le corps de saint Martin fut jamais transféré à Rome, aussi semble-t-il que sa fête, fixée par le Missel actuel au 12 novembre, soit plutôt la solennité romaine de saint Martin de Tours, laquelle, à cause du natale de saint Mennas, qui tombe le 11, était renvoyée au lendemain.

    Le pape Martin était encore en vie quand, à Rome, par suite des prescriptions impériales, on lui donna pour successeur Eugène Ier. Le pieux Pontife céda à la violence, et pour l’amour de l’unité ecclésiastique, il finit par approuver cette élection. Dans une lettre de septembre 655, saint Martin décrit à un ami l’extrême misère où il était laissé dans son exil, mais il assure qu’il ne cesse pas de prier Dieu pour l’Église de Rome et pour son propre successeur sur la Chaire apostolique.

    Lien permanent Catégories : Liturgie 3 commentaires

  • Les horreurs de la culture de mort

    Huit femmes sont mortes et 64 autres ont dû être hospitalisées, dont 24 dans un état grave, dans le centre de l'Inde (Chhattisgarh), à la suite d'une opération de stérilisation de masse organisée par le planning familial.

    Human Rights Watch a déjà dénoncé en 2012 ces opérations de mutilations qui ont souvent lieu dans des centres où les conditions d’hygiène sont la  plupart du temps déplorables.

    L’Etat donne l’équivalent de 20 € à chaque femme qui accepte de se faire stériliser.

    Il a promis 5.200 € à chaque famille des victimes…

    Lien permanent Catégories : Culture de mort 0 commentaire

  • Burke comme « cause célèbre »

    « Cause célèbre », en français dans le texte anglais, à savoir : fait d’actualité qui provoque une énorme controverse.

    Cet Adieu à Burke ? est un excellent texte du P. Longenecker.

    Lien permanent Catégories : Eglise, François (pape) 2 commentaires

  • La guerre qui nous est faite

    Par l’intermédiaire de Rorate Caeli (qui est devenu indispensable, même si je ne suis pas toujours d’accord avec sa ligne), je découvre un texte fort intéressant de Robert Mickens (Bobby pour les intimes). Robert Mickens est ce « vaticaniste » progressiste qui a réussi le tour de force de se faire virer du magazine progressiste The Tablet. Parce que le jour où François faisait cardinal le secrétaire de Jean XXIII, Loris Francesco Capovilla, 98 ans, Mickens se félicitait de ce geste et ajoutait sur Tweeter : « Cela aurait dû être fait depuis LONGTEMPS. Est-ce que vous pensez qu’il tiendra jusqu’aux funérailles du Rat ? » Le Rat étant Benoît XVI.

    Donc, cet immonde individu, auquel le National Catholic Reporter a ouvert ses colonnes avec délectation, a publié hier un article fielleux contre le cardinal Burke. Logique. Mais ce qui est intéressant est, en dehors du bavardage mondain alla François contre les méchants pharisiens, le cœur même de son texte :

    « Ne nous leurrons pas : la fascination pour les rituels non réformés qui ont précédé Vatican II n’est pas seulement une question d’esthétique ou le style. Il s’agit fondamentalement d’ecclésiologie ; c’est-à-dire de ce que nous croyons à propos de l’Eglise, de la nature de sa vie interne, et de ses relations avec les autres croyances et le reste du monde. La liturgie fut réformée et renouvelée après Vatican II pour refléter l’ecclésiologie renouvelée qui avait été développée pendant des décennies et qui fut alors officiellement adoptée et ratifiée au grand concile œcuménique.

    « C’est pourquoi Paul VI avertit qu’une foi le Novus Ordo, ou rite réformé, mis en place, il ne pouvait pas y avoir de retour en arrière à ce qui l’avait précédé. Il savait que faire cela serait tout remettre en question quant au concile, pas seulement sur la façon de célébrer le culte. Ses successeurs, particulièrement Benoît XVI, n’ont pas tenu compte de cet avertissement. Et, au lieu de cela, ils ont créé une situation où une toute petite minorité bruyante – avec son patronage et le patronage de « grands cardinaux » comme Burke – sont devenus la queue frétillante du chien. Quoique minuscules, ils sont très bruyants. Tout comme après le concile, leurs ancêtres de la vieille messe bombardés sympathiques cardinaux et des fonctionnaires du Vatican avec des plaintes et d’incessantes campagnes de lettres, ils ont dominé internet pour promouvoir leurs désirs d’un plus grand retour vers le passé. (….) Et maintenant, François est arrivé, que le théologien Richard Gaillardetz a appelé « le pape de l’ecclésiologie de Vatican II ». Le groupe de la « réforme de la réforme » et les fans de Burke ont été profondément démoralisés et même mis en colère par le déroulement de ce pontificat, marqué par son style extrêmement accueillant, évangélique et informel. C’est de l’intérieur de ce groupe de catholiques que les sombres pronostics de schisme sont issus, bien que les questions de mariage et de divorce qui ont motivé cette menace ne soient pas des articles de foi et ne se trouvent dans aucune formulation du credo. »

    Ce qui est frappant ici est que le discours du très progressiste Robert Mickens sur le rite de la messe et l’ecclésiologie est exactement le même discours que j’avais découvert avec stupéfaction chez Grégory Solari, qui avait été l’éditeur de l’Esprit de la liturgie de… Joseph Ratzinger en 2001, et qui était alors dans les milieux favorables à la messe de saint Pie V.

    Ce discours est littéralement aberrant, comme je l’avais alors montré. Ou plutôt, je comprends maintenant qu’il a un sens, si l’on ne se réfère pas à l’ecclésiologie de Vatican II, mais à l’ecclésiologie fantasmée par ceux qui ont inventé leur concile. Une ecclésiologie qui n’a rien à voir avec Lumen gentium. On le comprend avec un Robert Mickens, on ne le comprend pas avec un Grégory Solari.

    Mais force est de constater que c’est le même discours. Lequel est manifestement devenu la vulgate progressiste, celle des thuriféraires de François. Et l’on constate donc que cette idéologie couvre un très vaste secteur de l’intelligentsia « catholique », depuis des traditionalistes qui ont renié Benoît XVI pour tenter de faire partie de la cour du nouveau pape ou d’en récolter quelques miettes, jusqu’aux ultra-progressistes de toujours.

    On comprend alors que la béatification de Paul VI a notamment pour fonction de verrouiller cette idéologie : Paul VI a eu pleinement raison d’interdire la liturgie romaine, latine et grégorienne, et de persécuter sans état d’âme ceux qui voulaient la garder, car il ne s’agit pas d’une question liturgique mais d’une question ecclésiologique (et l’on sait que nombre d’évêques tiennent ce discours aux fidèles qui ont l’audace de demander la liturgie à laquelle ils ont droit). Il s’ensuit que si le bienheureux Paul VI avait raison, il va de soi que le Rat, dit Benoît XVI, avait tort, complètement tort, quand il a promulgué son motu proprio Summorum Pontificum. Car une forme liturgique ne peut pas être en même temps interdite à tout le monde et permise de plein droit à tout le monde, surtout si elle contredit le concile.

    Ainsi la béatification de Paul VI, et le discours dominant sur l’ecclésiologie du rite, donnent à François tous les arguments qui lui permettent, s’il le veut, quand il le veut, de légitimer une réactivation de l’interdiction de la liturgie traditionnelle (et pour commencer de détruire les Franciscains de l'Immaculée).

    Mais il y a un autre enseignement à cette évolution des choses, et à l’article de l’immonde Bobby contre le courageux cardinal Burke. C’est que si, d’un côté, on assiste à un regroupement des progressistes et des opportunistes de tout poil, on a découvert, à la faveur du synode – et c’est ce qui rend furieux tous les Bobbies de la planète – un autre regroupement, inédit, d’une très nette et très large majorité d’évêques, qui pour la plupart ne sont pas concernés par les questions liturgiques, ni même par un quelconque clivage conservateurs-progressistes, mais qui tout simplement ont découvert qu’une infime minorité, la bande à François (car c’est celle-là, l’infime minorité, et non celle qui est derrière le cardinal Burke), voulait détruire le fondement même du mariage sous couvert d’une fausse miséricorde, en ne craignant pas de faire mentir le Christ lui-même et saint Paul et toute la Tradition.

    Voilà ce qui est nouveau, du moins de façon visible grâce au synode. Et qui nous permet d’espérer. Car dans cette guerre qui nous est faite, nous ne sommes pas seuls. C’est François et ses copains qui le sont.

    Lien permanent Catégories : Eglise, François (pape) 12 commentaires

  • Saint Martin

    De l’avis général, l’hymne des vêpres et des matines des confesseurs Iste confessor a été composé (ou peut-être, ou sans doute) pour la fête de saint Martin, et la troisième strophe évoque les miracles qui eurent lieu sur son tombeau. Il s’agit d’une hymne ancienne, du VIIIe siècle, en strophes dites saphiques – terme qui paraît incongru pour un texte sacré mais indique que ce mètre fut inventé par Sapho, pour des poèmes fort peu sacrés… La strophe saphique se compose de trois vers « grands saphiques » de 11 pieds et d’un vers « adonique » de 5 pieds. (L’hymne à saint Jean Baptiste Ut queant laxis, dont on a tiré les notes de la gamme musicale, est également en strophes saphiques.)

    Après l’hymne on lira sa traduction par Pierre Corneille. Et l’on constatera que l’adaptation de la deuxième strophe est aussi virtuose qu’est franchement nulle la troisième (à cause surtout, du « qui ravagent leurs veines », qui ne correspond à rien dans le texte mais est laborieusement inventé pour rimer avec soudaines).

    Iste confessor Domini sacratus
    Festa plebs cujus celebrat per orbem,
    Hodie lætus meruit secreta,
    Scandere Cæli.

    Qui pius, prudens, humilis, pudicus,
    Sobrius, castus fuit et quietus
    Vita, dum presens vegetavit ejus
    Corporis artus.

    Ad sacrum cujus tumulum frequenter,
    Membra languentem modo sanitati,
    Quo libet morbo fuerint gravata,
    Restituuntur.

    Unde nunc noster chorus in honorem
    Ipsius hymnum canit nunc libenter,
    Ut piis ejus meritis juvemur
    Omne per ævum.

    Sit salus illi decus atque virtus,
    Qui supra cæli residens cacumen,
    Totius mundi machinam gubernat,
    Trinus et unus. Amen.

    Ce digne confesseur, dont le peuple en ces lieux
    Honore la mémoire et célèbre la fête,
    D’un empire aujourd’hui fit la sainte conquête,
    Et prit sa place dans les cieux.

    Tant qu’il vécut sur terre, on vit sa piété
    Par un divin accord s’unir à la prudence,
    Sa pudeur conspirer avec la tempérance,
    Son calme avec l’humilité,

    Autour de son tombeau les malades rangés
    Reçoivent chaque jour des guérisons soudaines,
    Et les maux les plus grands qui ravagent leurs veines
    Sont d’autant plus tôt soulagés.

    C’est donc avec raison que nos chœurs aujourd’hui
    Font résonner une hymne et des vœux à sa gloire,
    Afin que son mérite aide à notre victoire
    A monter au ciel après lui.

    Gloire à l’unique Auteur de ce vaste univers !
    Gloire, honneur et louange à sa bonté divine,
    Dont l’absolu vouloir gouverne la machine
    Du ciel, de la terre et des mers ! Amen.

    Lien permanent Catégories : Liturgie 1 commentaire