21 octobre 2014

Le cardinal Kasper s’excuse d’avoir dit ce qu’il disait ne pas avoir dit

« Si l’une de mes observations a été considérée comme outrageante ou insultante à des Africains, alors j’en suis sincèrement désolé. »

C’est ce que dit le cardinal Kasper au site kath.net, à la suite de la polémique concernant l’interview où il disait qu’on n’a pas à écouter ce que disent les évêques africains. Or le cardinal Kasper avait catégoriquement nié avoir dit cela, et nié avoir donné l’interview en question. Le problème est que le journaliste avait tout enregistré…

Toutefois le cardinal ne revient pas sur son propos qui avait été mis en titre par Zenit, soulignant qu’« une croissante majorité » d’évêques était d’accord avec ses positions. Les faits ont montré que c’était le contraire qui était vrai.

Mais cela n’empêche pas le cardinal Kasper de continuer de mentir. Il semble que ce soit devenu pathologique. Il explique à un journaliste à propos du synode : « Je ne suis pas déçu. C’était juste une discussion, et maintenant la question doit être approfondie. Je n’ai pas parlé au synode, je ne voulais pas mettre en avant mes positions. »

Or le service d’information du Vatican montre qu’il s’est exprimé au synode le 8 octobre dans l’après-midi.

Voilà qui mérite assurément que le personnage soit spécialement honoré, par l’Université catholique d’Amérique, de son prestigieux prix Johannes Quasten. Ce sera le 6 novembre, et le cardinal fera une conférence intitulée, tenez-vous bien, « Le contexte théologique de la vision ecclésiologique et œcuménique du pape François ».

Le blog américain Rorate Caeli souligne que « tout le monde est invité » à cette conférence. Espérons qu’un certain nombre de catholiques iront à Washington pour « honorer » le cardinal de la façon qu’il mérite.

kasper-univ-of-america.jpg

Saint Hilarion

Il avait en horreur sur toutes choses les solitaires qui, par une espèce d'infidélité, mettaient ce qu'ils avaient en réserve, et prenaient trop de soin ou de leur dépense, ou de leurs habits, ou de quelqu'une de ces autres choses qui passent avec le siècle. Ainsi il ne voulait plus voir l'un d'entre eux qui demeurait à cinq milles de lui, parce qu'il avait appris qu'il gardait son petit jardin avec trop de soin, de crainte que l'on y prît quelque chose, et qu'il avait un peu d'argent. Ce frère, se voulant réconcilier avec lui, venait souvent voir les autres frères, et particulièrement Hesychius, que saint Hilarion aimait avec une extrême tendresse, et lui apporta un jour une botte de pois chiches encore tout verts. Hesychius les ayant servis le soir sur la table, le vieillard s'écria qu'il ne pouvait souffrir cette puanteur, et demanda d'où ils venaient. Hesychius répondant que c'étaient les prémices du jardin d'un des frères qui les avait apportées, « ne sentez-vous pas, » repartit le saint, « cette effroyable puanteur, et combien ces pois chiches sentent l'avarice? Envoyez-les aux bœufs, envoyez-les à d'autres animaux, et vous verrez s'ils en mangeront. » Hesychius ayant obéi et les ayant portés dans l'étable, les bœufs, tout épouvantés et mugissant extraordinairement, rompirent leurs cordes et s'enfuirent de çà et de là; car le vieillard avait le don de connaître, par l'odeur des corps, des habits et des autres choses auxquelles on avait touché, à quel démon ou à quel vice on était assujetti.

Saint Jérôme, Vie de saint Hilarion, XI.

06:16 Publié dans Liturgie | Lien permanent | Commentaires (1)

20 octobre 2014

Hypocrisie ou (et) provocation

On parle beaucoup d’une « riche touriste voilée intégralement » qu’on a fait sortir de l’Opéra Bastille.

Ce « couple de touristes du Golfe » avait pris des places au premier rang (462 € les deux places). Personne n’avait vu la femme entrer. Mais ensuite, étant au premier rang, elle était sur tous les écrans de contrôle.

On ne peut pas exclure la provocation.

Mais surtout l’hypocrisie est patente. Car voilà des touristes dont l’islam est donc très scrupuleux. Tellement scrupuleux que c’est l’homme seul qui a parlementé avec les agents de l’Opéra. Or quand on porte un voile intégral on ne va pas à l’opéra. Pour les musulmans de ce genre-là, l’opéra est strictement haram, comme tout spectacle. Et davantage que d’autres spectacles, car l’opéra est souvent « immoral ».

Or il s’agissait de la Traviata. Histoire immorale s’il en est. Du moins presque tout au long. Sauf la fin. Qui est… une bouleversante conversion chrétienne. Ce qui est encore pire pour un musulman…

15:48 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (14)

Détectez le cochon !

Capture-decran-2014-10-19-a-18.jpg

La société Capital Biotech lance le test halal, qui permet de vérifier si ce que vous mangez ne contient pas de traces de porc.

Ce n’est pas une blague.

Mais ce n’est pas donné : 6,90 euros le test et 125 euros la boîte de 25…

13:34 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (2)

Signe des temps

L’ancienne école catholique Saint-Louis, rue de Stalingrad, à Wattrelos, va devenir une mosquée.

L’école était catholique, elle s’appelait du nom du saint roi de la croisade, mais elle était rue de Stalingrad, dans une ville ravagée par le communisme, et aujourd’hui par l’idéologie qui le remplace : l’islam, Wattrelos étant une commune limitrophe de Roubaix, la première ville française à majorité musulmane.

Un ancien élève dit à Nord Eclair : « Cette école, quand on passe à côté, on a plein de souvenirs. On y a été, on y a mis nos enfants. Pour moi, qu’elle devienne une mosquée, c’est choquant. Et on a le droit d’être choqué. »

Il dit : « On a le droit d’être choqué », parce qu’il sait très bien qu’on n’a pas le droit de l’être. On doit dire, comme l’évêché, qu’on n’a rien à en dire.

13:32 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (0)

Encore un évêque…

hongrie.jpg

C’était le 11 octobre, la messe du pèlerinage annuel Peregrinatio Fidei, organisé par des fidèles de la « forme extraordinaire », au sanctuaire de la Très Sainte Vierge Marie Reine de Hongrie de Matraverebely.

Le célébrant est Mgr Lajos Varga, évêque auxiliaire de Vac. Le prêtre assistant est un prémontré, le « diacre » est le curé de Janok, en slovaque Janik, un village slovaque à la frontière hongroise, le « sous-diacre » un prémontré nommé Orban… les chants étaient assurés par le Capitulum Laicorum Sancti Michaelis Archangeli.

Pour Asia Bibi

jzyx_bandeauAsiaBibichretientesolidarite_1.jpg

L’appel de Bernard Antony :

De grâce, pour Asia Bibi, ne nous objectez pas vos vacances !

Il n’y a plus que quelques jours pour hurler à l’abomination de la condamnation à la pendaison d’Asia Bibi par la cour d’Appel de Lahore au Pakistan.

La dernière chance de sauver cette admirable mère de famille catholique, atrocement emprisonnée depuis quatre ans, et qui aurait dû être un modèle d’héroïcité pour le dernier synode sur la question, est la décision de la Cour Suprême de ce pays, allié de l’Occident, et qui se veut celui d’un islam « légal ».

Pourtant, à l’annonce de la manifestation organisée ce jeudi, certains nous répondent : " mais vous n’y pensez pas, cela tombe en pleines vacances de la Toussaint "!

Il y a quelque chose d’atroce dans cette réflexion. Comme si nous n’y avions pas pensé, comprenant certes que certains, une minorité tout de même, qui seront loin de Paris, ne pourront être là.

Mais Asia Bibi, elle, elle n’est pas en vacances ! Détenue depuis quatre années terribles dans les pires conditions d’isolement, de mauvais traitements, d’angoisse pour sa famille, de haine de ses geôliers islamistes.

Et c’est dans les trois semaines à venir que le dernier recours doit être déposé et que la Cour Suprême décidera de casser ou non l’inique condamnation. Son mari, ses cinq enfants, eux-mêmes menacés, terrorisés, attendent.

Des politiques, des religieux, et non des moindres, nous ont conté il y a peu que « Daesh » comme ils disent, c’est-à-dire « l’État islamique au Levant» (et bientôt jusqu’au Couchant) ce n’était pas l’islam. On aimerait vérifier que ce grand État islamique du Pakistan, celui-là aussi, serait fondamentalement bien différent de « Daesh » !

Qu’ils libèrent alors tout de suite Asia Bibi !

À cette fin, il faut pourtant amplifier le mouvement de solidarité avec Asia Bibi : aucune manifestation, aucun cri d’indignation, aucune prière ne sont inutiles.

De grâce, si vous n’êtes pas à des heures de Paris, venez !

De grâce, mobilisez tous les vôtres : vos parents, vos amis, vos voisins ! Quitte à perdre un peu de ces vacances qui sont encore dites de…. Toussaint !

Asia Bibi n’a pas voulu abjurer son catholicisme : au prix de son long supplice d’enfermement, et au risque de la pendaison prescrite par l’archaïque et atroce charia de l’islam.

Il ne suffit pas de déplorer son sort, tièdassement, douceâtrement, voire de se réjouir béatement, stupidement de ce qu’elle aura rejoint ainsi la communauté des saints et des martyres. Comment qualifier pareille turpitude d’esprit, dans la justification de la non assistance aux chrétiens persécutés, martyrisés?

Il y a une grande ignominie dans l’inertie des tièdes, ceux-à dont le Christ a dit : « je les vomirai de ma bouche ».

Asia Bibi, qui ne veut pas renier sa foi, a déjà offert, rejoignant le Christ sur sa croix, l’immense souffrance de quatre années de solitude dans une abjecte prison. Comment ne pas faire tout ce qui nous est possible pour lui éviter la pendaison et en éviter l’horreur à son mari et à ses cinq enfants ?

Amis fervents et courageux qui me lisez, sur ce blog, et les autres sites, je vous  supplie de vous mobiliser pour Asia Bibi, de mobiliser tous ceux que vous pourrez atteindre dans l’immense population de la région parisienne qui ne sera tout de même pas en vacances lointaines ce jeudi.

Et puissent aussi, justement, les vacances permettre à d’autres de venir à Paris pour la circonstance.

Patriote français et chrétiens de partout ou simplement citoyens défenseurs de la liberté, nous nous devons d’être tous, ce jeudi, sur le lieu de notre protestation pour scander : 

« Nous sommes tous des chrétiens pakistanais ! »

à proximité de l’ambassade du Pakistan

18 rue Lord-Byron, dans le 8ᵉ arrondissement de Paris 

jeudi 23 octobre à partir de 19h.

Marre de « l’agenda »

C’est l’un des nouveaux anglicismes à la mode. On le trouve désormais partout, surtout parce que les gens qui traduisent les textes anglais sur internet trouvent plus facile de laisser « agenda » que d’en donner la traduction.

Mais l’« agenda », en français, c’est le livret sur lequel j’écris ce que je dois faire les jours suivants, et par extension mon emploi du temps.

Ce n’est pas du tout le sens dans lequel ce mot est employé dans les textes dont je parle, même si, par ailleurs, ce sens existe aussi en anglais.

Le mot « agenda » traduit abusivement par « agenda » doit se traduire soit par « ordre du jour », soit par « programme ».

Autrement dit, la reconnaissance des couples homosexuels ne fait pas partie de l’ordre du jour du synode. Ou n’est pas prévue au programme.

Il peut aussi – et c’est le cas dans un certain nombre de faits de l’actualité religieuse – avoir le sens d’intention cachée, d’arrière pensée…

Le rapport du synode : ouf !

Une fois encore, le diable a porté pierre. Le diable, c’étaient les rédacteurs du rapport d’étape du synode, inspirés par le pape qui veut absolument changer la « pratique » de la morale catholique fondée sur la loi naturelle et la parole de Dieu. Mais les rédacteurs sont allés trop loin, tellement loin qu’ils ont déclenché un choc en retour d’une puissance sans précédent, et qui, je dois le dire, m’a étonné (mais je ne suis pas le seul…).

De ce fait, on s’attendait à ce que le texte soit très édulcoré dans le rapport final. Mais pas à ce point-là. Il n’est pas édulcoré, il est profondément modifié. Y compris dans les paragraphes qui ne prêtaient pas à discussion, au moins à discussion urgente et nécessaire. Le texte a été partout amélioré, notamment par l’ajout de références au magistère des derniers papes. On renvoie trois fois à l’enseignement de saint Jean-Paul II, ce qui aurait dû être une absolue évidence dès le départ.

Le texte a été tellement changé qu’il ne reste plus qu’un seul point vraiment litigieux. Ce n’est pas un hasard si, bien sûr, il s’agit des « divorcés remariés », la première obsession de François.

La riposte à la tentative de révolution du rapport d’étape a été telle qu’à part le paragraphe sur les « divorcés remarié », deux autres paragraphes n’ont pas obtenu les deux tiers des voix, donc ont été rejetés (même s’ils font quand même partie du texte par la volonté du pape…) : sur la communion spirituelle (il s’agit encore des divorcés remariés) et sur les homosexuels.

Or ces deux paragraphes, tels qu’ils sont rédigés, sont acceptables. Naturellement, on voit ce qu’il y a entre les lignes, et ce vers quoi on veut aller, et c’est pourquoi les pères les ont rejetés : le rapport est le texte préparatoire du synode de l’an prochain. Mais à les prendre tels quels, ils n’ont rien de choquant.

Le 53 dit que « certains pères ont soutenu que les divorcés remariés peuvent recourir avec fruit à la communion spirituelle », que « d’autres pères se sont demandés pourquoi alors ils ne peuvent pas accéder à la communion sacramentelle », et qu’il faut approfondir le sujet pour faire ressortir les particularités des deux formes et leur lien avec la théologie du mariage ». Sans doute l’opinion théologique très majoritaire est qu’il faut être en état de grâce pour communier spirituellement, donc que c’est exclu pour les « divorcés remariés », mais en effet rien n’empêche de réfléchir à la question « en lien avec la théologie du mariage », et par exemple de bien distinguer la « communion spirituelle » au sens strict et une autre forme de « communion de désir ».

Le 55, quant à lui, consiste pour l’essentiel en deux citations du magistère, la première rappelant qu’on ne peut faire absolument aucune analogie entre les unions homosexuelles et le dessein de Dieu sur le mariage et la famille, la seconde rappelant que les personnes homosexuelles doivent être accueillies avec respect (comme tout le monde) et ne doivent pas souffrir de « discriminations injustes ». Il semble que le verbe « accueillir » ait été considéré comme ambigu compte tenu de ce qu’on y faisait passer dans le pré-rapport, ou peut-être est-ce l’expression « nous nous sommes interrogés », dans la mesure où il n’y a pas à s’interroger sur de telles évidences, et que l’on n’a pas à faire croire aux fidèles qu’il y a matière à s’interroger.

Le seul point vraiment mauvais est le 52, celui qui a eu le plus de votes négatifs (74 sur 183). Mais, contrairement à ce que l’on lit ici ou là, il n’y a pas à s’offusquer qu’une majorité d’évêques, même faible (ici 104 sur 183) ait voté pour « des hérésies ». Il n’y a pas davantage d’hérésie (même au sens large) dans le paragraphe 52 que dans les deux autres (pour lesquels les mêmes qui n’ont rien lu s’offusquent sans savoir). Ce paragraphe 52 dit que les pères « ont réfléchi sur la possibilité d’un accès aux sacrements de pénitence et d’eucharistie aux divorcés remariés ». Or c’est vrai qu’ils y ont réfléchi, ou du moins qu’ils en ont discuté. Le texte dit ensuite que « un certain nombre de pères » ont insisté pour qu’on garde les règles en vigueur « en raison de la relation fondamentale entre la participation à l’Eucharistie et la communion avec l’Eglise et son enseignement sur le mariage indissoluble ». Puis il dit que « d’autres » se sont exprimés en faveur d’un « accueil non généralisé », dans les conditions déjà dites. Et le paragraphe conclut qu’il faut « encore approfondir la question ».

De fait de nombreux évêques ont voté non en considérant sans doute qu’il n’y a rien à approfondir, mais enfin il n’y a rien qui soit « hérétique » dans ce paragraphe, puisque de toute façon il ne comporte aucune décision.

Certes, on comprend bien que le pape va revenir sur la question pendant toute l’année qui vient, et que les groupes de pression et les évêques les plus progressistes vont « approfondir » le sujet dans le sens que l’on sait et en liaison avec les médias. Mais ce synode de 2014 a montré de façon éclatante que même ce pape adulé du monde et d’une grande partie de l’Eglise peut être tenu en échec dans ses tentatives de corruption de la morale catholique. Car l’Eglise sera toujours l’Eglise. Ce qui ne veut pas dire qu’il faille se reposer sur nos lauriers (je veux dire les lauriers des évêques et cardinaux qui se sont battus pour sauver la vérité). Il va falloir continuer à se battre, combattre les insinuations permanentes et insupportables du pape et des ses âmes damnées, et soutenir tous ceux qui veulent garder l’Eglise aussi propre que toujours miséricordieuse.

NB. François a perdu des plumes dans cette affaire. Mais au finale il s’est encore déconsidéré davantage quand il a fait dire que c’est par souci de « transparence » qu’il faisait publier le rapport avec les paragraphes rejetés. C’est évidemment pour faire croire qu’ils font quand même partie intégrante du rapport : dans la perspective de la préparation du synode de 2015. Mais il est amusant, disons, de prétendre vouloir la « transparence », quand on a commencé par décréter que le synode serait à huis clos et qu’il y aurait un briefing quotidien de la propagandastaffel pour dire aux médias ce qu’ils doivent savoir, puis qu’on a décrété que les textes des commissions ne seraient pas publiés, avant de devoir faire machine arrière devant la bronca générale des pères…

Voir aussi l’analyse de Jeanne Smits.

J’ai beau chercher, je ne trouve toujours pas le rapport en français. Le voici en italien, c’est la version officielle.

P.S. "Ce n'est pas un document du magistère", a précisé le P. Lombardi. Ce qui va de soi. Mais ça va mieux encore en le disant.

Saint Jean de Kenty

Kenty 1.jpg

Kenty 2.jpg

Kenty 3.jpg

Kenty 4.jpg

 (P. René Moreau sj, Saints et saintes de Dieu)

06:36 Publié dans Liturgie | Lien permanent | Commentaires (0)

19 octobre 2014

19e dimanche après la Pentecôte

La parabole des invités aux noces, chez saint Matthieu, ressemble beaucoup à une parabole, également des invités aux noces, chez saint Luc, mais elle est aussi très différente. Ou bien saint Luc a coupé le milieu et la fin, ou bien ce sont deux paraboles distinctes à partir de la même image du roi offrant un banquet pour les noces de son fils.

Il semble bien que la seconde solution soit la bonne. Car si l’on examine le texte de saint Matthieu, on constate que la parabole comporte deux parties. La première contient une reprise, spécialement dramatique dans le contexte, de la parabole des vignerons homicides, que saint Matthieu venait de rapporter. Dans cette parabole, Jésus annonçait que la vigne serait enlevée aux mauvais vignerons, qui seraient tués, et donnée à d’autres vignerons, et il dit explicitement que le royaume de Dieu sera enlevé aux juifs et donné aux païens.

Dans la parabole des invités aux noces, la réaction des invités, qui tuent les envoyés, comme du roi qui brûle leur ville, paraît pour le moins très excessive. C’est un rappel de ce qu’il venait de dire et en même temps une explication de la parabole : les juifs sont invités, mais ils tuent les envoyés, eh bien moi je vais détruire leur ville : c’est une première annonce de la ruine de Jérusalem.

Et cette première partie de la parabole se termine comme celle de saint Luc : allez par les chemins et faites entrer tous ceux que vous trouverez.

A cela près que saint Matthieu précise : les serviteurs rassemblèrent tous ceux qu’ils trouvèrent, les mauvais et les bons.

Cela montre que la parabole de saint Matthieu, jusqu’ici, a un aspect historique, un peu à la façon des vignerons homicides, mais en se concentrant sur la venue du Fils. Les juifs le rejettent et le tuent, leur ville est détruite, les païens sont conviés à entrer dans l’Eglise, bons et mauvais, bon grain et ivraie.

Mais ici vient ce que certains appellent la seconde parabole, qui est plutôt une seconde partie : on passe de l’Eglise (de la terre) au Royaume. Où les mauvais ne sont pas admis. Ils ont eu tout le temps de s’amender quand ils étaient dans l’Eglise. Mais voici que le temps se renverse en éternité, où seul est admis le vêtement de noces. On remarque un intéressant changement de vocabulaire. Dans la première partie, les « serviteurs » sont en grec des douloi, en latin des servi, c’est-à-dire des esclaves. Dans la deuxième partie, les « serviteurs », qui sont a priori les mêmes, sont en grec des diakonoi, en latin des ministri : des ministres (du culte), des diacres (le mot grec désignait déjà des agents des cultes païens), des assistants du grand prêtre de la liturgie céleste.

NB. Aujourd'hui, à la demande de l'évêque d'Islamabad, c'est une journée mondiale de prière pour Asia Bibi, qui est en prison depuis juin 2009, condamnée à mort en première instance en novembre 2010, dont la condamnation a été confirmée en appel avant-hier, et qui demeure d'une inébranlable fermeté dans la foi catholique.

Le mari d'Asia Bibi, Ashiq Masih, avec deux de leurs cinq enfants et Shahbaz Bhatti, alors ministre, assassiné le 2 mars 2011 :

Asia et Bhatti.jpg

 

Les trois filles d'Asia Bibi avec une photo de leur mère :

3 filles.jpg

06:28 Publié dans Liturgie | Lien permanent | Commentaires (4)

18 octobre 2014

Salon du livre d’Amitié Française et de Solidarité Chrétienne

flyersalondulivredimension.jpg

(Voir la liste des auteurs)

Et en plus ça ne tient pas debout

Place-Vendome.jpg

tree-mccarthy-saccagee.jpg

B0OH2DQCMAAxdTD.jpg

Sur la place Vendôme avait été érigé un machin vert de 24 mètres de haut, commande de la FIAC (200.000€),  à un incertain artiste© nommé Paul McCarthy, dont on ne connaît déjà que trop les immondices.

Paul McCarthy trouvait amusant qu’un « plug anal » géant puisse ressembler à un arbre de Noël s’il est vert. C’est donc ce qu’il a conçu, et qu’on a installé place Vendôme.

Naturellement, les critiques ont fusé. Des critiques dignes du nazisme, selon le ministre de la Cul-ture, Fleur Pèlerin.

J’ai un scoop pour notre Fleur exotique, si elle condescend un jour à sortir de sa tour d’ivoire plaquée or : elle va découvrir, horreur, que plus de 90% des Français sont nazis…

Or, horreur (suite), voilà que des nazis ont coupé les câbles qui tenaient le machin. Lequel s’est lamentablement affaissé. Il a fallu arrêter la soufflerie (puisque, bien sûr, ce n’est que du vent).

Chez les chefs bobos de Paris, c’est la consternation et la colère. Et l’on affirme que le machin va être regonflé. Et gardé 24 heures sur 24 par des gendarmes mobiles, sans doute…

Or il va y avoir une exposition McCarthy à la Monnaie de Paris, qui est obligée de publier cet avertissement :

McCarthy.jpg

Addendum

Face aux "violences", Paul MacCarthy "renonce" à "remonter son oeuvre".

Une campagne de parents d’élèves à Paris

Affiche de la FCPE dans une école du 17e arrondissement de Paris, pour les élections des représentants des parents d’élèves :

FCPE-3.jpg

(Novopress)

17:04 Publié dans Ecole | Lien permanent | Commentaires (0)

Intégration

Fodé Sylla, l’ancien président de SOS-Racisme vient d’être nommé ambassadeur itinérant du Sénégal.

Et ce sont ces gens-là qui nous font la leçon sur les gens qui sont intégralement français à partir du moment où ils ont des papiers français…

Une bonne nouvelle du Karnataka

Le gouvernement du Karnataka (Inde) a rejeté hier, intégralement, le scandaleux rapport du juge BK Somasekhar sur les pogroms antichrétiens de 2008 qui avaient fait une centaine de morts et au cours desquels une vingtaine d’églises avaient été détruites. Le rapport, publié en 2011, exonérait de toute responsabilité le groupe de jeunes nationalistes hindous Bajrang Dal (une organisation de la Sangh Parivar), alors qu’il y avait une multitude de preuves contre eux.

A l’époque, le gouvernement du Karnataka était dirigé par le BJP, le principal parti de la nébuleuse Sangh Parivar. Mais aujourd’hui le gouvernement est sous la direction de membres du Parti du Congrès. Et il a établi que le rapport avait été « politiquement motivé pour exonérer la Sangh Parivar ».

Ce rejet devrait permettre que justice soit enfin rendue et que des réparations soient allouées aux victimes.

Le cardinal Burke sur le synode et son limogeage

Extraits d’un article de BuzzFeed News :

Un cardinal de haut rang a déclaré vendredi à BuzzFeed News que la réunion mondiale des dirigeants de l’Eglise, qui se termine à Rome paraissait avoir été conçue dans le dessein « d’affaiblir l’enseignement et la pratique de l’Eglise », avec l’apparente bénédiction du Pape François.

(…)

Si le Pape François avait choisi certains cardinaux pour que la réunion fasse avancer ses opinions personnelles sur des questions comme le divorce et le traitement des personnes LGBT, dit Burke, il ne respecterait pas son mandat en tant que chef de l’Eglise catholique. « Selon ma compréhension de l’enseignement et de la discipline de l’Eglise catholique, non, ce ne serait pas correct », a déclaré Burke, affirmant que le pape a « fait beaucoup de mal » en ne faisant pas état « ouvertement de sa position ». Burke dit que le pape a donné l’impression qu’il approuvait certaines des parties les plus controversées de la Relatio, notamment sur les questions de divorce, parce qu’un cardinal allemand a prononcé un discours important suggérant un chemin permettant aux personnes divorcées remariées de recevoir la communion, le cardinal Walter Kasper, en ouverture du synode. « Le Pape, plus que quiconque, en tant que pasteur de l’Eglise universelle, est tenu de servir la vérité, dit Burke. Le pape n’est pas libre de modifier les enseignements de l’Eglise sur l’immoralité des actes homosexuels ou l’indissolubilité du mariage ou toute autre doctrine de la foi. »

(…)

Dans l’interview de BuzzFeed News, Burke a confirmé publiquement pour la première fois la rumeur selon laquelle il avait été dit que François avait l’intention de le démettre de sa charge de gardien en chef de la loi canonique et de lui donner un poste mineur de patron de l’Ordre souverain de Malte. « J’ai beaucoup apprécié et j’ai été heureux de donner ce service, c’est donc une déception de le quitter », dit Burke, expliquant qu’il n’a pas encore reçu la notification formelle de son transfert. « D’autre part, dans l’Eglise, en tant que prêtres, nous devons toujours être prêts à accepter tout ce qu’on nous donne comme affectation. Et donc, en acceptant cette mission, j’espère que Dieu me bénira, et c’est finalement ce qui est le plus important.

[Pour couper court à toute contestation, BuzzFeed News donne le verbatim de cette partie de l’interview.]

Le message du synode

Le message du synode est chaleureux et sympathique (et mieux encore par moments), même si l’allusion finale aux divorcés remariés fait tache, en disant qu’on « réfléchit » à leur « accès aux sacrements ». Mais le fait même qu’elle blesse l’harmonie de l’ensemble montre que le message est dans l’ensemble satisfaisant.

Cela dit ce n’est pas le texte final essentiel du synode. Le texte qu’on attend, pour ce soir normalement, est la version définitive du rapport.

16:10 Publié dans Eglise, Famille | Lien permanent | Commentaires (2)

Saint Luc

« J’ai décidé, moi aussi, après m’être informé soigneusement de tout, depuis les origines. » Luc insiste et répète que ce qu’il va écrire, il ne le tient pas des on-dit, mais qu’il s’est personnellement informé depuis les origines. Aussi, à juste titre, l’Apôtre fait son éloge en ces termes : « Luc, dont la louange en ce qui concerne l’évangile est répandue dans toutes les églises » (II Cor. 8, 18). On ne le dit d’aucun autre, mais on le rapporte au sujet de Luc.

« J’ai décidé moi-même, après m’être informé soigneusement de tout depuis les origines, d’en écrire pour toi l’exposé suivi, excellent Théophile. » On pourrait penser que c’est pour un personnage nommé Théophile qu’il a écrit l’évangile. Vous tous qui écoutez nos discours, si vous êtes des hommes vraiment aimés de Dieu, vous aussi vous êtes également des « théophiles » et c’est pour vous que l’évangile est écrit. Si quelqu’un est « théophile », lui aussi est à la fois « très bon » et « très fort », comme l’exprime de manière plus nette le mot grec kratistos (1). Aucun « théophile » n’est faible et, de même qu’il est écrit du peuple d’Israël, à sa sortie d’Egypte, « qu’il n’y eut pas dans ses tribus d’homme faible » ((Ps. 104, 37), de même oserai-je dire : tout homme qui est « théophile » est fort ; il tient sa force et sa vigueur de Dieu et de sa Parole, il peut ainsi connaître « la vérité des paroles qui l’ont instruit », comprenant la parole de l’Evangile dans le Christ « à qui appartiennent la gloire et la puissance dans les siècles des siècles. Amen » (I Pierre 4, 11).

Fin de la première homélie d’Origène sur saint Luc

(1) En grec, saint Luc dit : « kratiste Theophile », que l’on traduit par « excellent Théophile ». Origène souligne que kratistos veut dire à la fois « très bon » et « très fort », et que cela s’applique à tout chrétien devenu « théophile ».

17 octobre 2014

Les socialistes suppriment les allocations familiales

Il aura fallu attendre 2015, mais on y sera arrivé : les socialistes ont décidé de « moduler » les allocations familiales selon le revenu.

Les allocations versées à partir de 2015 ne seront donc plus des « allocations familiales », puisque le principe même des allocations familiales est que leur montant ne dépend pas des revenus.

Les socialistes suppriment les allocations familiales et les remplacent par des allocations de solidarité qui coûteront moins cher : il s’agit uniquement d’économies (de bouts de chandelle), et c’est pourquoi, bien qu’il s’agisse finalement d’un nouvel impôt « sur les riches », même les communistes sont contre cette mesure…

Naturellement, Manuel Valls, qui a donné l’accord du gouvernement à l’initiative des députés socialistes (puisque, en plus, on en fait une stupide mise en scène), « se félicite » de ce qu’il appelle une « mesure de justice » alors que l’injustice est flagrante.

Et, naturellement, François Hollande avait explicitement promis qu’il ne toucherait pas aux allocations familiales…

Le principal syndicat étudiant britannique ne condamne pas les exactions de l’Etat islamique

Lors du conseil exécutif national de la NUS (National Union of Students) fut proposée une motion intitulée « Solidarité avec l’Irak », qui visait à « condamner l’État islamique et soutenir les forces kurdes qui le combattent », et précisait que « condamner l’EI et soutenir les forces kurdes ne signifiait pas exprimer sa confiance à l’intervention militaire américaine ».

La motion a été rejetée à l’initiative de la section « Etudiants noirs » du syndicat. La présidente de la section, Malia Bouattia, a déclaré que la condamnation de l’Etat islamique n’était qu’une « justification de la guerre et d’une flagrante islamophobie ».

13:45 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (5)

Pour Asia Bibi

Asiia.jpg

Manifestation de Chrétienté-Solidarité

Chrétienté-Solidarité « appelle les chrétiens de ce pays et tous nos compatriotes épris de liberté et de respect de la dignité humaine à venir massivement manifester devant l’ambassade du Pakistan 18 rue Lord-Byron, dans le 8ᵉ arrondissement de Paris jeudi 23 octobre à partir de 19h ».

Appel à la prière dimanche

La décision de la cour d’appel de Lahore de confirmer la condamnation à mort d’Asia Bibi « brise le cœur », a déclaré Mgr Rufin Anthony, évêque d’Islamabad, qui appelle les chrétiens du monde entier à « se joindre à nous pour une journée de prière pour Asia Bibi et les autres accusés de blasphème, dimanche » prochain 19 octobre. « Nous exhortons tout le monde à y participer. »

Paul Bhatti retourne au Pakistan

Interrogé par Radio Vatican, Paul Bhatti, ancien ministre pakistanais de l’harmonie nationale et des minorités religieuses, a qualifié de « très triste et douloureuse » la décision de la cour d’appel de Lahore. Mais il n’en est pas surpris, au vu des innombrables prétextes qui ont été utilisés pour prolonger le processus (Asia Bibi a été condamnée en première instance le 8 novembre 2010 et, ces derniers mois, l’audience avait été reportée à six reprises), et des pressions islamistes de plus en plus fortes.

Cela dit, ajoute Paul Bhatti, il faut garder espoir et bien préparer l’appel devant la Cour suprême, car « dans le passé, à plusieurs reprises, des condamnés en première et seconde instance ont été acquittés par la Cour suprême ». Et de souligner que jusqu’à présent personne au Pakistan n’a été exécuté au nom de la loi sur le blasphème. (Mais deux personnes ont été assassinées pour avoir défendu Asia Bibi : le gouverneur du Pendjab Salman Taseer, et le propre frère de Paul Bhatti, le ministre catholique Shahbaz Bhatti.)

Paul Bhatti annonce qu’il va retourner au Pakistan pour s’occuper personnellement de l’affaire.

Paul Bhatti était médecin en Italie quand son frère ministre fut assassiné. Il eut le courage héroïque de retourner au Pakistan, pour continuer l’œuvre de son frère, y compris au gouvernement. Depuis le changement de gouvernement il était revenu en Italie. Il faut prier pour Asia Bibi, mais aussi pour que Paul Bhatti ne soit pas assassiné dès son arrivée au Pakistan.

12:34 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (9)

Sainte Marguerite Marie Alacoque

Une fois que l’on travaillait à un ouvrage commun, je me retirai en un petit coin pour être plus proche du saint Sacrement. Mon Dieu me faisait là de très grandes grâces. Et, comme on me faisait la guerre de ce que j'allais en ce lieu, je répondis avec une grande imprudence que je n'irais plus. Mais, je fus si fort pressée d'y retourner que je ne pus résister. Ce qui, m'ayant fait peine, je le fus dire à ma supérieure qui me dit que je ne devais pas laisser d'y aller. Y étant donc retournée, j’aperçus une multitude d’esprits bienheureux qui me dirent être destinés à honorer Jésus-Christ au très saint Sacrement ; et si je voulais entrer dans leur association, ils m’y recevraient, mais qu’il fallait commencer à vivre de leur vie, à quoi ils m’aideraient de tout leur pouvoir et suppléeraient à mon impuissance à lui rendre les hommages d’amour qu’il désirait de moi ; et qu’il fallait, en échange, que je suppléasse à l’impuissance qu’ils avaient de souffrir ; et qu’ainsi, nous unirions l’amour souffrant et l’amour jouissant. Ils me firent voir notre association écrite dans le sacré Cœur de Jésus-Christ.

Ecrits par ordre de la Mère de Saumaise, 56

06:55 Publié dans Liturgie | Lien permanent | Commentaires (1)

16 octobre 2014

Un seul intervenant au synode avait parlé des homosexuels…

Selon l’Associated Press :

« In fact, the Vatican spokesman, the Rev. Federico Lombardi, said he recalled only one speech out of about 265 about gays during the debate. »

En fait, le porte-parole du Vatican, le P. Federico Lombardi, a dit qu’il se souvenait d’une seule intervention sur les gays, sur environ 265, pendant le débat.

On ne sait pas s’il y a eu des interventions écrites sur ce sujet, ni combien, ou si Mgr Forte, avec le lobby Kasper, a tout simplement inventé ce que le synode voulait dire…

Addendum

Selon Sandro Magister (dans un article qui décrit fort bien la préhistoire et l’histoire de ce synode) :

"En effet ces paragraphes reflètent non pas une orientation exprimée en salle des séances par un nombre important de pères synodaux – comme on s’attend à ce que soit le cas lorsqu’on lit une "Relatio" – mais ce qui a été dit par deux pères, tout au plus, sur près de deux cents, et en particulier par le jésuite Antonio Spadaro, directeur de "La Civiltà Cattolica", nommé membre du synode personnellement par le pape François."

Deux soutiens de poids pour l’AfD

Heinrich Weiss, PDG de SMS-Group (construction de machines, 9.000 salariés), retire son soutien à la CDU pour l’apporter au parti anti-euro et anti-imigration AfD (Alternative für Deutschland), qui ne cesse de monter dans les sondages, et dans les élections. Quant à Hans Wall, fondateur de Wall AG, qui me paraît être l’équivalent allemand de Decaux, il a carrément rejoint le parti, en disant qu’en ce qui concerne la politique européenne, « l’Allemagne devrait voir la Grande-Bretagne comme un exemple à suivre ».

18:33 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (2)

Emmanuel Macron est gentil (aussi avec les pauvres)

Il faut arrêter de se moquer d’Emmanuel Macron. C’est un homme gentil qui ne cherche qu’à rendre service à ses concitoyens. En outre il reconnaît ses erreurs et cherche à les réparer. C’est pas tout le monde qui fait ça, au jour d’aujourd’hui, ma brave dame.

Par exemple, quand il avait dit que les salariées de Gad étaient illettrées. C’était pas pour être méchant, c’était pour dire que comme elles étaient illettrées c’était pas facile pour elles de trouver du boulot, et il avait poussé la gentillesse jusqu’à leur donner la solution : elles n’ont qu’à prendre leur voiture et faire 50 km et elles trouveront un travail.

Bon. On a dit à Emmanuel Macron que c’était idiot, parce que des ouvrières qui gagnent le SMIC ne peuvent pas avoir les moyens de faire 100 km par jour, à supposer qu’elles puissent acheter une guimbarde.

Eh bien Emmanuel Macron, il n’a même pas été vexé. Au contraire, il a trouvé la solution. La vraie solution, cette fois : on va développer les autocars. Comme ça les pauvres ils pourront aller au boulot en autocar. C’est ce qu’il a dit.

Voilà à quoi ça sert d’avoir un ministre de l’Economie super-intelligent.

C’est pareil quand on l’accuse de vouloir faire des lois par obéissance aux diktats de Bruxelles.

Ce n’est pas vrai du tout. En réalité, François Hollande, qui lui aussi est très intelligent et sait très bien parler des pauvres, a choisi Emmanuel Macron précisément parce que c’est un énarque banquier très exactement formaté comme un employé de la Commission européenne. Donc il n’a pas besoin d’obéir à des diktats, il est avec Bruxelles comme Obélix avec la potion magique.

Alors arrêtons d’être méchant avec lui. Parce que en plus, je vous signale, il a fait de la boxe, et même il a été troisième prix de piano au conservatoire d’Amiens. Donc il est fort et il connaît bien la musique…

Eclipse du groupe de Nigel Farage

Le groupe constitué et dirigé par Nigel Farage au Parlement européen a été dissous, suite à la défection de la Lettone Iveta Grigule. Il faut des élus de sept pays, et il n’y en a plus que six.

Le groupe était fort de 48 élus, dont 24 de l’Ukip et 17 du mouvement de Bepe Grillo, mais il était vulnérable par les individualités qui permettaient d’arriver juste à sept pays. (Quoique a priori il fût d’abord vulnérable à cause de son hétérogénéité…)

Comme c’est désormais bien établi dans les médias, tous les articles parlant de cela désignent le groupe de Nigel Farage comme « europhobe » (sans préciser si c’est une maladie ou un délit).

L’Express se distingue en disant que le groupe « s’effondre ». Quand on passe de 48 à 47 membres, ce n’est pas vraiment un effondrement… D’autant que l’Ukip est en phase ascendante au Royaume-Uni.

Il ne serait donc pas étonnant que le groupe puisse être reconstitué très vite.

Mais il est regrettable qu’il n’y ait pas un groupe réunissant tous les malades de l’Europe…

17:23 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (3)

Les enfants « français » du jihad

Un Marocain résidant en France, accompagné de ses deux filles de nationalité française âgées de quatre et deux ans, a été interpellé hier à Casablanca, au Maroc, alors qu'il cherchait à rejoindre l’Etat islamique via la Turquie.

Cet homme avait déjà été interpellé en France et faisait l'objet d'un contrôle judiciaire, a fait savoir le ministère français de l'Intérieur cité par l'agence de presse marocaine. Il était en contact étroit avec les chefs de l’Etat islamique.

Outre les deux fillettes, l'homme interpellé se trouvait en compagnie « d'une citoyenne marocaine avec laquelle il a contracté un mariage coutumier ». « Son épouse, de nationalité française, serait restée en France »…

17:10 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (2)

Synode: la contre-attaque

L’agence vaticane ne peut que synthétiser, cette fois, la contre-offensive, car sinon elle n’aurait quasiment rien à dire de la 12e congrégation générale du synode. Pour en arriver là, il faut vraiment que ce fût saignant, ce matin…

Cité du Vatican, 16 octobre 2014 (VIS). La douzième Congrégation générale, qui s'est tenue ce matin en présence du Saint-Père, a vu la présentation des rapports des dix Circuli Minores: trois en anglais, deux en espagnol, deux en français, trois en italien. Ces textes proposent une évaluation de la Relatio post Disceptationem, document provisoire de mi-parcours synodal, ainsi que propositions pour la Relatio Synodi, document final définitif. Bien qu'elle ait été légitime, on a mis en doute l'opportunité de publier la RDP car ce document de travail ne présente pas l'opinion partagée par les pères synodaux. Saluant les efforts déployés comme le contenu de ce textes, les groupes linguistiques ont exposé leurs suggestions

On a d'abord souligné que la RDP regroupait les préoccupations des familles en crise, sans toucher plus largement au message de l'Evangile de la famille, au fait que la mariage est un sacrement d'union indissoluble entre un homme et une femme, et que de très nombreux couples y croient toujours. C'est pourquoi la RS devra contenir un fort encouragement et soutien de l'Eglise à l'institution familiale. Dans ce sens il est essentiel de mieux exposer la doctrine du mariage comme don de Dieu. On a suggéré d'inclure dans la RS des éléments qui ne figurent pas dans la RDP comme l'adoption, pour lesquelles il faut simplifier les procédures, ou la biotechnologie, comme la diffusion de la culture sur le web pour aider la vie de la famille, ainsi qu'une note sur l'importance de politiques en faveur de la famille. Il convient aussi d'être plus attentifs à la présence des personnes âgées au sein de la famille, aux familles prolongées dans la pauvreté extrême, à la question prostitution, à celle des mutilations génitales féminines, l'exploitation sexuelle des enfants et le travail infantile. Insister sur son rôle de transmission de la foi et d'évangélisation permettra de souligner aussi la vocation missionnaire de la famille, tout en exprimant de manière globale et équilibrée ce qu'est la famille chrétienne.

Quant aux situations difficiles, les Circuli ont rappelé que l'Eglise doit être un espace de compréhension pour tous, de manière à ce que personne ne se sente exclu. Pour éviter toute confusion, des approximations comme des euphémismes, il faut être très clairs sur la loi de gradualité qui ne doit pas devenir gradualité de la loi. Certains se sont dits perplexes du rapprochement fait avec la paragraphe 8 de Lumen Gentium car il risque de faire croire à une volonté de l'Eglise de légitime les situations familiales irrégulières, même si celles-ci peuvent être un étape vers le sacrement matrimonial. D'autres ont exprimé le voeu d'approfondir le concept de communion spirituelle, en vue de le préciser et de le diffuser. Pour ce qui est de l'accès des divorcés remariés à la communion, on souhaite que la doctrine demeure ce qu'elle est tout en envisageant des exceptions dans une perspective de compassion et de miséricorde. Ceci, à des conditions précises. Il faudrait soumettre la question à une commission inter-disciplinaire. Il faudrait également être plus attentifs aux divorcés non remariés, qui sont souvent des témoins héroïques de la fidélité conjugale. Les procédures de reconnaissance de la nullité ou de la validité doivent être accélérées. Et il faut que les enfants soient considérés non comme une charge mais comme un don de Dieu, fruits de l'amour conjugal. On a recommandé une meilleure orientation christocentrique du mariage, et un plus solide rapprochement entre sacrement du baptême et sacrement du mariage, car pour inviter l'homme à la conversion il faut que la vision du monde passe par l'Evangile. Sans qu'on puisse définir mariage l'union homosexuelle, les personnes impliquées doivent être suivis pastoralement et leur dignité respectée. Il ne doit pas être question d'une approbation de l'Eglise à leur mode de vie. Quant à la polygamie et en particulier dans le cas de convertis désirant recevoir les sacrements, il convient de conduire une étude approfondie. Les Circuli Minores ont enfin conseillé de plus insister sur Marie et la Sainte Famille comme modèles familiaux. La Relatio Synodi sera en tout cas le document préparatoire aux assises synodales d'octobre 2015.

Bangladesh : l’école catholique à l’honneur

Le lycée et centre d’études supérieures Saint-Philippe de Dinajpur, au Bangladesh (3.250 élèves, 100 enseignants), a reçu du ministère de l’Education le prix de la meilleure école du district. « C’est une institution scolaire idéale, a déclaré le responsable qui remettait le prix. Les professeurs de cette école s’efforcent et font en sorte que 100% des élèves passent les examens. Ils ne fournissent pas seulement une éducation académique, mais aussi une éducation morale et spirituelle, qui est essentielle pour que les élèves deviennent de parfaits êtres humains. »

Pour comprendre l’aspect très particulier de l’événement, il faut se rappeler qu’au Bangladesh il y a 90% de musulmans, 9% d’hindouistes, et 1% de bouddhistes, chrétiens et autres… Mais les écoles catholiques sont considérées comme les meilleures dans tout le pays. Il y a 600 écoles primaires et secondaires, dix établissements d’enseignement supérieur et une université. (Naturellement 90% des élèves ne sont pas chrétiens.)

16:44 Publié dans Eglise | Lien permanent | Commentaires (1)