Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 6

  • Travaux pratiques pour étudiants : la dissection d’un cerveau de fœtus

    Un comité d’enquête sur la vie de l’enfant a été créé par la commission de la Chambre des représentants des Etats-Unis pour l’énergie et le commerce. Son rôle est de recueillir des informations sur les pratiques médicales et commerciales organisant la collecte et la vente de tissus de fœtus avortés. Il vient d’envoyer au procureur général du Nouveau-Mexique un dossier hallucinant, de près de 300 pages, sur un employé anonyme de l’université du Nouveau-Mexique qui s’est procuré plus de 39 fois par an depuis 2010 des morceaux de fœtus dans un avortoir d’Albuquerque. Le document manuscrit de 290 pages détaille les morceaux commandés au fil des mois : poumons, moelle, cœur, rétine, foie, reins, etc. Parfois on apprend que le fœtus a été tué parce qu’il avait un pied bot, ou une trisomie.

    Il y a aussi mention d’un foetus avorté à 30 semaines et demie, et conservé « intact ».

    Et il y a la mention précise d’une commande d’un cerveau intact de troisième trimestre de grossesse pour dissection au cours d’une session étudiante d’été. Le programme de l’université mentionnait bien, en effet, parmi les activités prévues, la « dissection de divers échantillons »…

    Mais il n’est pas certain qu’il y ait quoi que ce soit d’illégal dans toutes ces horreurs… Ce qui montre le degré de barbarie auquel on est descendu.

  • Trémel

    Eglise en flamme - 21 juin 2016.jpg

    La belle église Notre Dame de la Merci de Trémel, près de Morlaix (mais dans les Côtes d’Armor), édifiée autour de 1500, a été victime d’un incendie (dont on ne connaît pas encore la cause) le 21 juin. Il ne reste que les murs. Le site infobretagne permet de voir ce qui disparaît tout à coup du patrimoine. Il s’agit surtout des sablières et des poutres engueulées. Et aussi de la voûte de bois qui était joliment décorée, et du chemin de croix de Xavier de Langlais, témoignage de l’art breton de l’entre-deux guerres. Les plus belles statues quant à elles n’étaient plus dans l’église (et les vitraux, qui ont tous explosé, étaient sans intérêt).

    Mais il faut refaire la charpente et le toit et cela est hors de prix pour une commune de 400 habitants.

    Le président de Lannion Trégor Communauté, Joël Le Jeune, propose aux communes du Trégor de verser 1€ par habitant pour aider à la restauration de l’église : 100.000 Trégorois, 100.000€.

    De son côté le blog Ar Gedour appelle aux dons, en liaison avec l’Association de sauvegarde de l’église de Trémel, qui avait été créée dans le but de collecter des fonds pour restaurer l’église…

    chemin-de-croix-tremel.jpg

  • La divergence et l’impasse

    Jaroslaw Kaczynski, président du PiS, le parti au pouvoir en Pologne, a tenu une conférence de presse sur le Brexit. Pour déplorer le vote britannique, mais aussi pour affirmer que la réponse au Brexit doit être une réforme de l’UE qui serait une nouvelle offre aux Britanniques, à travers un nouveau traité.

    « Nous avons besoin d’un nouveau traité européen, nous avons besoin d’une réaction positive, au lieu de nous obstiner dans la même direction en continuant dans le même chemin qui a conduit à la crise. »

    Il faut clarifier la prise de décision, qui ne doit plus être « arbitraire », il faut redéfinir le concept de subsidiarité, il faut augmenter le nombre des domaines où la décision doit être prise à l’unanimité… Car l’UE est toujours composée d’Etats nations…

    Le Premier ministre Beata Szydlo a souligné que la Pologne est en train d’élaborer des propositions sur ce qui doit changer : « Le but de la Pologne est de construire une UE forte, unie, de nations souveraines ».

    Ce discours est exactement à l’opposé de celui que l’on entend en France. Tous les dirigeants demandent, éventuellement avec l’appui d’un nouveau traité, qu’on renforce l’UE, qu’on réponde au Royaume Uni par plus d’Europe, et particulièrement qu’on s’occupe de construire une zone euro unifiée, entre les pays qui veulent continuer l’intégration. C’est-à-dire entre dirigeants qui veulent continuer dans la voie de la désastreuse utopie, contre les peuples.

    La divergence est donc en train se creuser entre ces deux groupes de pays. Et elle conduit à une impasse.

    Car nos dirigeants sont dans la légitimité des traités. Le traité de Maastricht impose une « citoyenneté européenne » supérieure à celle des nations, une monnaie unique à TOUS les Etats de l’UE, et une marche forcée vers toujours plus d’intégration. Et quand ils veulent un nouveau traité c’est pour le souligner encore davantage.

    Je me demande si Jaroslaw Kaczynski se rend compte à quel point il va contre le traité européen quand il dit qu’il est contre une tentative de la Pologne de rejoindre l’eurozone pour combattre le Brexit, parce que adopter l’euro conduirait à appauvrir les gens si le pays entrait avec un zloty faible, et briserait les exportations s’il entrait avec un zloty fort…

    On va forcément vers un clash majeur.

  • La charge de l’Académie de médecine contre le genre

    Note d’information de l’Académie nationale de médecine, juin 2016.

    Titre :

    Parité en santé : la recherche scientifique et la médecine ne peuvent plus ignorer les différences biologiques entre les sexes.

    Premier paragraphe :

    Les hommes et les femmes ne sont pas égaux devant la maladie et doivent donc être traités différemment. Plusieurs pays européens ont déjà adapté en conséquence leur recherche scientifique et leurs stratégies thérapeutiques, prenant ainsi au moins dix ans d'avance par rapport à la France, où sous prétexte de parité, on évite de reconnaître les différences entre les hommes et les femmes, au mépris des évidences scientifiques et de l'intérêt même de la santé des femmes... et des hommes.

    La primauté donnée au genre sur les réalités du sexe risque de créer une injustice de plus, dont il est du devoir des scientifiques et des médecins de prendre conscience pour alerter et agir.

    Comment peut-on accepter un tel discours sexiste ? Comment l’Académie de médecine peut-elle échapper à des poursuites pour discrimination ? Comment peut-elle échapper à l’opprobre politico-médiatique en s’inscrivant ainsi en faux contre l’idéologie obligatoire ?

    C’est vrai qu’il y a un petit paragraphe où l’on fait révérence devant l’idéologie en évoquant le « formatage socio-culturel » du genre et les « stéréotypes difficiles à éradiquer même s’ils sont erronés », mais il n’a aucune incidence sur le propos.

    En fait, comme on ne peut pas scientifiquement répliquer à l’Académie de médecine, on fait comme s’il ne s’était rien passé. Et on continue comme devant, au mépris de la santé…

  • Dans l’Eglise de Corée

    Le 18 juin dernier, quelque 60 réfugiés nord-coréens ont été baptisés à la paroisse catholique de Banpo 4-dong, à Séoul. Le cardinal Andrew Yeom Soo-jong, archevêque de Séoul, leur a fait parvenir un message de bienvenue, accompagné d’un chapelet pour chacun.

    A cette occasion, Eglises d’Asie nous apprend que le diocèse de Chuncheon forme des prêtres pour la Corée du Nord. Déjà, le territoire du diocèse de Chuncheon, au nord-est de la Corée du Sud, a une grande partie de son territoire en Corée du Nord, mais en outre l’évêque de Chuncheon est administrateur apostolique du diocèse de Hamhung, qui couvre tout le nord-est de la Corée du Nord. Il y a quelques semaines, les deux diocèses (à savoir Mgr Lucas Kim Woon-hoe et Mgr Lucas Kim Woon-hoe) ont signé un accord, aux termes duquel des séminaristes vont être ordonnés prêtres pour le diocèse de Chuncheon mais incardinés dans le diocèse de Hamhung.

    L’archidiocèse de Séoul, dont l’archevêque est aussi administrateur apostolique du diocèse de Pyongyang, forme également des prêtres pour le territoire nord-coréen. En février dernier, le premier prêtre formellement incardiné dans le diocèse de Pyongyang a ainsi été ordonné à Séoul.

    Naturellement, aucun prêtre ne peut pénétrer sur le territoire nord-coréen. Mais l’Eglise de Corée du Sud veut être prête pour le jour où il y aura la moindre brèche, ou l’écroulement du régime démentiel de Pyonyang.

    (Personne ne sait combien il peut rester de catholiques en Corée du Nord. Officiellement il y en 3.000 : ce sont les membres de l’ « Association catholique coréenne », qui « pratiquent librement leur foi » et ont une église à Pyongyang, sauf qu’il n’y a pas de prêtre. Selon l’ONU il resterait 800 catholiques. Selon certains il y aurait 300.000 chrétiens, mais personne n’en sait rien.)

    2000px-Dioceses_of_Korea-en.jpg

  • Saint Guillaume de Verceil

    Saint Guillaume de Verceil bâtit son monastère sur le mont Virgile, nom qu’il modifia en « Monte Vergine », mont de la Vierge. Dans le musée du monastère on peut voir cette peinture, dite « Madone de saint Guillaume ». Elle est indubitablement de son époque (début du XIIe siècle), et elle fut la première image de la Madone vénérée à Montevergine. (Cliquer sur la deuxième photo pour l'agrandir.)

    montevergine1.jpg

    montevergine1bis.jpg

    L’icône qui se trouve aujourd’hui dans la chapelle de la Vierge est également ancienne, car elle se trouve au monastère depuis la fin du XIIIe siècle. Elle pourrait être l’œuvre de Pietro Cavallini ou de Montano d’Arezzo, mais elle a été plusieurs fois retouchée.

    montevergine2.jpg

    Il y a aussi à Montevergine ce curieux crucifix, dit « crucifix décloué », à la fois crucifix et déposition de croix, qui date du XIIIe siècle, et qui pourrait être provençal.

    crucifix.jpg

  • Ils osent tout…

    Nicolas Sarkozy demande un nouveau traité européen, parce qu’il faut une « refondation profonde ».

    C’est Nicolas Sarkozy qui a signé et qui a fait adopter le traité de Lisbonne, en nous expliquant que c’était une merveille. Et aujourd’hui il faut le mettre au panier, alors qu’il n’est même pas encore complètement entré en vigueur (la règle de la double majorité ne sera obligatoire qu’après mars 2017).

    « La lucidité commande de dire que ce sentiment de rejet est partagé par beaucoup de Français et beaucoup d'autres Européens. Ce qu'a dit le peuple britannique, d'autres peuples en Europe peuvent le dire. Nous ne pouvons, nous ne devons l'ignorer », dit Sarkozy.

    Et alors ? Eh bien alors le nouveau traité « montrera aux peuples de notre continent que l'Europe est décidée à reprendre son destin en main ». L’Europe. L’ectoplasme dictatorial européen. Pas la France.

    De même, François Hollande a dit qu’il fallait écouter ce qu’on dit les Britanniques, et qu’en conséquence il faut… davantage d’Europe, davantage « d’harmonisation fiscale et sociale », un « renforcement de la zone euro et de sa gouvernance démocratique ».

    La dernière expression, en forme de pied de nez, est la preuve, non seulement qu’il se fiche des citoyens, mais qu’il leur crache à la gueule. Comme Sarkozy.

  • Le pendu dépendu

    pendaison-judas_650.jpg

    L’énigme du chapiteau de Vézelay est peut-être résolue. Grâce au commentaire absurde et hétérodoxe de François, inspiré par le théologien hérétique Drewermann. Comme quoi le diable porte pierre…

    L’hypothèse d’une lectrice de Benoît et moi est en effet fort séduisante. Elle suggère qu’il s’agit de l’anecdote du « pendu dépendu », miracle de saint Jacques raconté dans le Codex calixtinus.

    On lira ci-après la traduction du récit de ce miracle. On aurait donc à gauche le méchant aubergiste, et à droite le pèlerin allemand portant son fils dépendu qui vient de lui parler alors qu’il est mort depuis un mois.

    « Du point de vue de l’histoire du pèlerinage, cela est passionnant. Un miracle de 1090 se trouve illustré vers 1135 (achèvement de la nef) : cela est extrêmement récent. L’emplacement du chapiteau n’est pas dû au hasard : premier pilier de la nef à droite en entrant par le grand portail pour accueillir les pèlerins. »

    S’il en est ainsi ce serait la première représentation de ce miracle, assez souvent illustré (voir la carte ici), mais pas avant le XIVe siècle semble-t-il. D’autre part le chapiteau aurait été sculpté un peu avant que le miracle soit collationné dans le Codex calixtinus (vers 1150).

    *

    Le pendu dépendu

    Il est bon de transmettre à la postérité le souvenir de certains Allemands qui, en l’an 1090 de l’incarnation de notre Seigneur, se rendant en pèlerins sur le tombeau de saint Jacques, arrivèrent dans la ville de Toulouse avec beaucoup de moyens et se logèrent chez un riche aubergiste. Ce méchant, qui simulait sous un extérieur avenant la douceur d’un agneau, les accueillit avec sollicitude et, sous couvert d’hospitalité, les incita traîtreusement à s’enivrer en leur servant diverses boissons. Ô, avarice aveugle, ô, mauvais esprit enclin au mal ! Tandis que les pèlerins dormaient d’un sommeil encore alourdi par l’ivresse, l’hôte malhonnête, poussé par l’esprit de cupidité, cacha en secret dans l’un des sacs des dormeurs une coupe d’argent, afin de les convaincre de vol et de s’approprier ensuite leur pécule. Le lendemain, lorsqu’ils furent partis après le chant du coq, cet hôte inique les poursuivit avec une troupe armée, vociférant : « Rendez-moi, rendez-moi l’argent que vous m’avez dérobé ! » Ceux-ci lui répondirent : « Si tu trouves quelque chose sur l’un d’entre nous, tu n’auras qu’à le faire condamner. »
    On les fouilla, trouva la coupe dans le sac de l’un et, confisquant injustement les biens du père et du fils, on les traduisit tous les deux en justice. Le juge cependant, avec une certaine indulgence, ordonna de libérer l’un et de conduire l’autre au supplice. Ô entrailles de miséricorde ! Le père, voulant libérer son fils, se rendit au supplice, tandis que le fils, au contraire, estimait injuste que son père perdît la vie pour son fils et que c’était au fils de subir la peine à la place de son père. Ô vénérable joute de bonté ! Finalement le fils est pendu à sa propre demande pour que son père soit libéré. Quant au père, il poursuit son chemin jusqu’à Saint-Jacques dans les pleurs et l’affliction. Après avoir été sur le vénérable tombeau de l’apôtre, le père prit le chemin du retour et, alors que trente-six jours s’étaient écoulés, fit un détour pour voir le corps de son fils encore pendu. Pleurant, gémissant et se plaignant à fendre le cœur, il disait : « Malheureux que je suis de t’avoir engendré ! Comment puis-je continuer à vivre en te voyant pendu ! » Comme tes œuvres sont magnifiques, Seigneur ! Le fils pendu console le père, lui disant : « Ne t’afflige pas, père très aimant, de mon châtiment, car ce n’en est pas un. Mais réjouis-toi plutôt, car ma vie est plus suave maintenant qu’elle ne l’a été dans toute mon existence passée. En effet, saint Jacques, me soutenant de ses mains, me réconforte avec plein de douceurs. » Entendant cela, le père se rendit en hâte à la ville et rassembla le peuple pour qu’il soit témoin d’un tel miracle de Dieu. Venant et voyant que le pendu vivait encore après un tel laps de temps, les assistants comprirent que l’insatiable cupidité de l’aubergiste était à l’origine de cette accusation et que sa victime devait son salut à la miséricorde divine. Cela a été fait totalement par le Seigneur et c’est admirable à nos yeux. Ils descendirent alors le pendu de son gibet en grand honneur. Quant à l’aubergiste, comme il avait démérité, un jugement unanime le condamna à mort et il fut pendu sur-le-champ. C’est pourquoi quiconque porte le nom de chrétien doit veiller très attentivement à ne pas tromper ses clients ni ses proches, de cette manière ni en quelque façon. Qu’il s’attache au contraire à témoigner aux pèlerins une bienveillance charitable et obligeante, afin de mériter la récompense de la gloire éternelle que Dieu leur donnera.

    Trad. B. Gicquel, La légende de Compostelle, Paris, Tallandier, 2003, p. 478

  • Fantastic !

    Que pensez-vous du Brexit ? « Je pense que ça va être génial. Je pense que c’est fantastique : les Britanniques reprennent le contrôle de leur pays. » Telle a été la réponse de Donald Trump sortant d’un hélicoptère pour inaugurer son golf international en Ecosse.

    Donc près de 52% des votants ont dit non à l’UE, et la participation a été de 72%.

    J’avoue que je n’y croyais plus, et je n’ai pas honte, puisque même Nigel Farage n’y croyait plus non plus.

    Les fabricants du monstre européen avaient inséré dans le traité de Lisbonne un article 50 sur la possibilité de quitter l’UE, parce qu’on leur avait dit que ce n’était pas démocratique qu’on soit obligé de rester dans l’UE, mais ils étaient absolument persuadés que personne n’envisagerait jamais de recourir à cet article…

    Il est amusant de voir toutes ces personnalités qui continuent d’annoncer l’apocalypse comme si la campagne continuait… Et les bourses chutent, mais c’est totalement artificiel. Les chefs d’entreprises interrogés par Les Echos ne sont nullement inquiets, et le PDG d’EDF affirme que le Brexit n’aura aucun impact sur la stratégie de l’entreprise ou de sa filiale britannique : « Notre stratégie d'entreprise n'est pas liée à l'appartenance politique de la Grande-Bretagne à l'Union européenne, donc nous n'avons pas de raison de changer cette politique. »

    Le vote britannique est évidemment un choc majeur dans l’histoire de la « construction » européenne. On peut dire qu’une nouvelle page s’ouvre. Pour la première fois, alors qu’elle ne cessait de s’agrandir, l’UE rétrécit, et en perdant un de ses trois plus grands pays. Et comme bien évidemment le Royaume-Uni ne va pas sombrer mais va continuer à prospérer (comme la Suisse ou la Norvège), les pressions « populistes » vont être de plus en plus fortes pour que de semblables référendums aient lieu ailleurs. D’abord sans doute aux Pays-Bas, où le parti de Geert Wilders est aujourd’hui en tête des sondages, et au Danemark, qui n’est que nominalement membre de l’UE, puis en Finlande, puis… en France.

  • Nativité de saint Jean Baptiste

    Introït de la messe

    De ventre matris meæ vocávit me Dóminus nómine meo : et pósuit os meum ut gládium acútum : sub teguménto manus suæ protéxit me, et pósuit me quasi sagíttam eléctam.

    Bonum est confitéri Dómino : et psállere nómini tuo, Altíssime.

    Dès le sein de ma mère, le Seigneur m’a appelé par mon nom : Il a rendu ma bouche semblable à un glaive acéré, il m’a protégé à l’ombre de sa main, il a fait de moi comme une flèche choisie. (Isaïe 49)
    Il est bon de louer le Seigneur : et de célébrer votre nom, ô Très-Haut. (Psaume 91)

    Le voici par les moines de Solesmes.

    in_de_ventre_matris_meae.gif


    podcast

    sbb00000128_00109.jpg

    Abbaye Saint Emmeram, Ratisbonne, vers l’an 1000.

     

    e-codices_fmb-cb-0074_110r_large.jpg

    Bodmer.jpg

    Codex Bodmer 74, Sainte Cécile du Trastevere, 1071.

  • Viré

    Mgr Mario Oliveri, évêque d’Albenga-Imperia, coupable de graves connivences traditionalistes (il a accueilli une communauté bénédictine fondée par un ancien du Barroux, et surtout deux couvents des Franciscains de l’Immaculée) est cette fois vraiment viré.

    Dès octobre 2014 on évoquait les « pressions » qui s’exerçaient sur lui pour qu’il démisssionne.

    En janvier 2015, François avait nommé un soi disant évêque coadjuteur. Le 25 mars, jour de l’Annonciation, on a appris que l’évêque coadjuteur avait en fait tous les pouvoirs.

    Et maintenant on apprend (via le Forum catholique) que François a demandé à Mgr Oliveri de démissionner. Et s’il n’est pas démissionnaire il sera démissionné. Avant fin août. En fait la demande a été formulée de vive voix par le pape à l’évêque en avril dernier, lors d’une rencontre au Vatican. Et depuis lors rien n’est venu. On avance que le motif retenu serait « l’âge de la retraite ». Mais Mgr Oliveri n’a pas encore l’âge de la retraite. Il a 72 ans…

  • Héroïnes de la culture de mort

    Après avoir réalisé une opération semblable en Pologne, Women on waves a fait passer un drone de République d’Irlande en Irlande du Nord, mardi, avec des pilules abortives, pour protester contre l’interdiction de l’avortement en Irlande du Nord. Opération a priori stupide, puisque la pilule abortive est tout aussi interdite en République d’Irlande qu’en Irlande du Nord. Mais c’est en raison du procès en appel qui se déroule devant la cour d’appel de Belfast : le procureur général a fait appel d’un jugement de la Haute Cour de Belfast selon lequel la loi d’Irlande du Nord sur l’avortement viole la Convention européenne des droits de l’homme.

    Le plus ridicule est que le drone venait… d’Irlande du Nord. On lui a fait passer la frontière dans un sens puis dans l’autre…

    Voici quelques images de cette pitoyable comédie.

    Le drone avec une boîte de Mifepristone et une boîte de Misoprostol:

    1.jpg

    « Les » militantes de quatre organisations de la culture de mort (Alliance For Choice, Rosa, Labour Alternative, Women on waves) accueillant le drone :

    2.jpg

    Deux militantes de Labour Alternative brandissent les boîtes :

    3.jpg

    Les deux mêmes, comble d’héroïsme, avalent une pilule (pour montrer – mais oui ! - que ce n’est pas dangereux) :

    4.jpg

    5.jpg

  • Vigile de la nativité de saint Jean Baptiste

    Ne tímeas, Zacharía, exaudíta est orátio tua : et Elísabeth uxor tua páriet tibi fílium, et vocábis nomen eius Ioánnem : et erit magnus coram Dómino : et Spíritu Sancto replébitur adhuc ex útero matris suæ : et multi in nativitáte eius gaudébunt.
    Dómine, in virtúte tua lætábitur rex : et super salutáre tuum exsultábit veheménter.

    Introït (Luc., I, 13, 15, 14) : « Ne crains pas, ô Zacharie, car ta prière a été exaucée. Élisabeth ton épouse te donnera un fils et tu l’appelleras Jean. Il sera grand devant Dieu, et dès le sein de sa mère, il sera rempli de la grâce du Saint-Esprit. Sa naissance apportera la joie à beaucoup ». — Suit le psaume 20 : « Seigneur, le Roi se réjouira dans votre puissance et il exulte pour votre salut ». Jean commence là où d’autres pourraient à peine se promettre d’arriver. Il repose encore dans le sein maternel, et déjà la grâce le pénètre tout entier ; aussi, devant ce Dieu qui seul est grand et pour qui tout est petit, cet enfant est le plus grand des fils de la femme, comme l’atteste l’Évangile. Saint Jean-Baptiste est grand devant Dieu, parce qu’il fut toujours profondément petit à ses propres yeux, ne cherchant pas autre chose que la gloire de Dieu dans son propre abaissement. Illum oportet crescere, me autem minui. [« Lui il faut qu’il croisse, et moi que je diminue », Jn 3,30.]

    Bienheureux cardinal Schuster

  • Chrétiens acquittés

    Au Pakistan, cinq chrétiens accusés de blasphème ont été acquittés. Ce qui est surprenant, et personnellement je ne donnais pas cher de leur peau… Il s’agissait d’un pasteur protestant, Aftab Gill, et de ses amis, qui avaient apposé une affiche qualifiant le fondateur de la communauté, le père d’Aftab, de « rassoul », à savoir d’apôtre. Mais pour l’islam ce titre ne peut être donné qu’aux grands prophètes, et d’abord à Mahomet ainsi qualifié dans la chahada. Difficile de ne pas voir chez le pasteur une once de provocation… ou d’inconscience. (C’est pourquoi j’avais omis d’en parler, jugeant le pasteur indéfendable dans le contexte pakistanais.)

    L’affaire avait éclaté en août 2015. Le mois suivant, le tribunal antiterroriste (sic) de Gujranwala avait refusé la libération sous caution des accusés.

    Les avocats ont fait valoir que le terme de « rassoul » se trouve dans la Bible en ourdou et que donc les chrétiens peuvent l’utiliser. Et le tribunal antiterroriste de Lahore les a acquittés...

  • Du grabuge chez les melkites

    Le synode de l’Eglise grecque melkite catholique, qui s’est ouvert lundi, a été interrompu hier et reporté sine die. Décision due au défaut de quorum. Il doit y avoir au moins la moitié des évêques plus un, à savoir, actuellement, 12, or ils étaient 11 à avoir fait le déplacement.

    Cet incident met en évidence le conflit qui secoue l’Eglise melkite catholique depuis des mois. Les frondeurs, dont le plus connu est l’archevêque de Beyrouth Mgr Boustros, réclament la démission du patriarche S.B. Grégoire III Laham, pour des motifs peu clairs. Ils sont allés chercher un appui à Rome, mais la Congrégation pour les Eglises orientales s’est contentée de les renvoyer à leur code de droit canonique : on ne peut changer de patriarche qu’en cas de mort ou de renonciation du titulaire, personne ne peut forcer un patriarche à démissionner, et Rome n’a rien à dire dans une affaire interne à l’Eglise melkite. Non sans ajouter que la présence des évêques au synode est obligatoire.

    En dehors de la dépêche de Fides, tout ce que j’ai trouvé sont les articles de L’Orient le Jour d’hier et d’aujourd’hui.

  • Saint Paulin de Nole

    En 2007 j’avais résumé la vie étonnante de saint Paulin de Bordeaux, l’un des plus riches et puissants personnages de l’empire romain, se dépouillant de tout pour vivre en ermite à Nole. Voici la fin d’une lettre à Sulpice Sévère, où il raconte son ordination sacerdotale. La traduction, anonyme, serait de Claude Santeul (le frère de Jean-Baptiste Santeul qui se fait étriller par dom Guéranger dans ses Institutions liturgiques). Le livre est paru en 1703. Je garde l’orthographe, parce qu’elle correspond au style.

    Nous nous sommes arrêtez depuis quelque tems à Barcelone, comme je vous l'ai déja mandé ; mais vous sçaurez que depuis vôtre réponse à ma derniere Lettre, le jour même de Noël, je fus enlevé tout-à-coup par une foule de peuple , qui me fit ordonner Prêtre sur le champ. J'eus beau résister, il fallut céder à la violence de cette multitude , ou plutôt, comme je crois, à l’ordre secret de la Providence. J’avoüe que ç’a esté contre mon gré ; non que j’eusse de l’aversion, ou du mépris pour une dignité si sublime. Dieu m'est témoin, que je souhaitois d'entrer à son service, mais ce n'estoit que par les premiers degrez des Ordres saints, en faisant l'office de portier de l'Eglise. Les engagemens que j'avois resolu de prendre ailleurs, me faisoient regarder avec surprise cette maniere imprévûë, dont il plaisoit au Seigneur de disposer de moi. J'ai donc baissé le cou sous le joug de Jesus-Christ, & je me vois presentement engagé dans des emplois infiniment au dessus de mes forces, & de la portée de mon esprit.

    Il me semble que je suis comme élevé jusques au sein de Dieu, pour y estre éclairé des lumieres du Ciel, & pour y entrer en communication de l'esprit, du corps, & de la gloire du Fils de Dieu. Quelque effort que je fasse , je reconnois que mon esprit est encore trop foible, & trop borné pour pouvoir comprendre la pesanteur du joug que l'on a imposé sur mes épaules, & persuadé de ma foiblesse, & de mon indignité, je me sens saisi d'une sainte horreur, quand je pense aux obligations du sacré ministère qui m'a esté confié ; il n'y a qu'une seule chose qui puisse me rassurer, c'est que ce lui qui rend sages les petits, & qui tire une loüange parfaite de la bouche des enfans, & de ceux qui sont à la mammelle, a assez de puissance pour porter, s'il veut, jusqu'au comble de la perfection, l’ouvrage qu'il a lui-même commencé en moi, & relever l’éclat & la grandeur du ministere qu'il m'a confié en m'en rendant digne, de peu disposé que j'estois quand il m'y a appellé.

    Toutefois vous sçaurez que mon Ordination n'empêchera pas l'execution du dessein que Dieu nous a inspiré. Car je n'ai consenti au choix qu'a fait de moi l'Eglise de Barcelone, qu'à condition de n'estre point obligé de m'associer à son Clergé. Ainsi, j'ai reçû le sacré caractere du Sacerdoce de Jesus-Christ, sans me dévoüer au service d'aucune Eglise particuliere.

    Venez-donc nous voir, je vous en conjure, que ce soit avant Pâques, comme je le desire avec ardeur, afin que vous puissiez avec nous celebrer la Semaine Sainte, & participer au Sacrifice que j'y offrirai. Si vous croyez pourtant qu'il vous soit plus avantageux de ne partir qu'aprés avoir imploré la protection de Dieu pendant la Solemnite du Tems Pascal, ne venez qu'aprés qu'elle sera passée. J'espere néanmoins que Nôtre-Seigneur vous inspirant un violent désir de me voir, vous partirez incontinent aprés les Fêtes. Celui qui m'est venu voir de vôtre part, vous informera du chemin, & jugez-en par avance, puis qu'il n'a mis que huit jours à venir d'Alzonne icy. Il ira vous dire qu'il n'y a rien de plus court & de plus aisé que cette route ; les Pyrennées mêmes que l'on nous représente comme des montagnes affreuses, ne font que de petites collines dans l’endroit qui sépare la Gaule Narbonoise d'avec l'Espagne. Mais pourquoi m'arresterai-je à vous parler du chemin ? Si vous avez quelque empressement de nous voir, le chemin vous semblera court, & vous le trouverez toujours trop long, si vous n'en avez pas grande envie.

  • En Chine

    La Commission centrale pour l’inspection de la discipline du Parti communiste chinois (CCIDP) a pondu un rapport qui critique vertement l’Administration d’Etat pour les Affaires religieuses (AEAR, ex-Bureau des Affaires religieuses).

    Cette commission a été mise en place pour lutter contre la corruption. Elle souligne donc aussi des cas de favoritisme et d’abus de biens sociaux. Mais le rapport a surtout pour but de dénoncer (une fois de plus) le manque d’autorité de l’Administration pour les Affaires religieuses à cause d’une direction « trop faible », ce qui fait que la politique religieuse du Parti n’est pas appliquée correctement et que les groupes religieux ne sont pas assez contrôlés.

    Le directeur des Affaires religieuses Wang Zuoan a indiqué que son administration acceptait sincèrement les remarques formulées par cet « examen politique » et allait mettre en place un bureau chargé spécifiquement de remédier aux problèmes cités. On peut s’attendre à un nouveau tour de vis.

    (Eglises d’Asie)

  • Saint Louis de Gonzague

    Gonzague 1.jpg

    Gonzague 2.jpg

    Gonzague 3.jpg

    Charles Péguy, Cahiers de la Quinzaine, VII-8 (Vœux pour 1906)

  • Il n’a pas honte...

    On sait que Jean Quatremer est un extrémiste de l’européisme, et que ces gens-là sont prêts à tout. Mais je ne pensais pas que ce « tout » impliquait qu’ils étaient même prêts à se déshonorer. C’est pourtant le cas. Jean Quatremer ose publier le dessin ci-dessous (qui est laid, en plus), et commenter qu’il « résume parfaitement (sic) l’état du débat britannique ».

    7aafc7b2e9b5ec72685eda48b10342ac.jpg

    Cela a été défini depuis longtemps comme la « reductio ad Hitilerum », qui vise précisément à éviter le débat en diabolisant l’adversaire. Et ici c’est à un premier degré caricatural.

  • Génocide assyrien

    Trois personnes ont trouvé la mort dans l’attentat suicide perpétré hier au cours d’une assemblée religieuse organisée à Qamishli, dans le nord de la Syrie, pour commémorer le génocide assyrien de 1915. Selon des sources locales de Fides, l’auteur de l’attentat a cherché à entrer dans la salle où les personnes étaient réunies mais a été arrêté par les forces de sécurité locales et s’est fait exploser au moment de son arrestation.

    A la cérémonie était notamment présent le Patriarche de l’Eglise orthodoxe syriaque, Ignace Ephrem II. La sécurité était assurée par les forces de sécurité Sotoro, milices chrétiennes nées dans le nord-est de la Syrie. L’attentat, qui n’est pas le premier dans la ville de Qamishli, n’a pas été revendiqué.

  • François et Vézelay

    Dans le torrent de grossièretés contre la foi que fut le discours de François en ouverture du congrès du diocèse de Rome à Saint Jean de Latran (là il se souvient que c’est la cathédrale de l’évêque de Rome, alors qu’il l’oublie chaque jeudi saint), on a relevé ses propos justifiant le divorce pour tous et le concubinage qui est un vrai mariage. Antonio Socci en a relevé d’autres. Dont ceci :

    Et là je fais une parenthèse. J’ai eu entre les mains – vous la connaissez certainement – l’image de ce chapiteau de la basilique de Sainte Marie Madeleine à Vézelay, dans le sud de la France (sic), où commence le chemin de Saint-Jacques de Compostelle : d’un côté il y a Juda, pendu, avec la langue dehors, et de l’autre côté du chapiteau c’est le Bon Pasteur qui le porte sur ses épaules, l’emporte avec lui. C’est un mystère, cela. Mais ces hommes du moyen âge, qui enseignaient par l’image, avaient compris le mystère de Juda. Et don Primo Mazzolari eut un bon discours, un jeudi saint, sur ce point. Un bon discours. Ce n’est pas un prêtre de ce diocèse, mais d’Italie. Un prêtre d’Italie qui a bien compris cette complexité de la logique de l’Evangile. Et celui qui s’est le plus sali les mains est Jésus. Jésus s’est sali le plus. Il n’était pas « propre », mais il allait avec les gens, parmi les gens et il prenait les gens comme ils étaient, non comme ils devraient être.

    Comme d’habitude, il est difficile de démêler le discours de François. Quand il parle de dom Primo Mazzolari (1890-1959), sorte de pré-Bergoglio (Eglise des pauvres, pacifisme contre la guerre juste, etc., qualifié de « prophète » par Paul VI, et que François va sans doute béatifier), c’est ici à travers le sermon du P. Cantalamessa prononcé devant le pape le vendredi saint 2014. Le prédicateur avait longuement évoqué le sermon de dom Primo Mazzolari pour souligner qu’il ne fallait pas porter de jugement hâtif sur Judas : « Jésus n’a jamais abandonné Judas et personne ne sait où il est tombé au moment il s’est lancé de l’arbre, la corde au cou: si c’est dans les mains de Satan ou dans celles de Dieu. Qui peut dire ce qui s’est passé dans son âme à ces derniers instants ? "Ami" avait été le dernier mot de Jésus à son égard dans le jardin des oliviers et il ne pouvait l’avoir oublié, tout comme il ne pouvait avoir oublié son regard. »

    h03judas.jpg

    Quant au chapiteau de Vézelay, il a fallu attendre le XXe siècle pour que des historiens de l’art, à la recherche de nouveautés incongrues, décident d’y voir « le bon pasteur ». Ce qui a été repris par Eugen Drewermann, théologien hétérodoxe d’extrême gauche condamné par Rome en 1992 (curieuse référence pour un pape). Jésus prend sur lui le corps de Judas : l’artiste de Vézelay a voulu montrer que Jésus n’a pas condamné Judas mais au contraire l’a sauvé.

    Vouloir donner à un artiste du XIIe siècle les pensées d’un théologien déviant du XXe, c’est assez fascinant. Mais évidemment ça ne tient pas debout.

    Car ce qui est clair est que le mystérieux personnage du chapiteau n’est pas le Christ. Premièrement à cette époque-là il n’y avait guère de représentations du « Bon Pasteur » (il n’y en a ni à Vézelay ni à Autun). Deuxièmement le Christ est toujours représenté avec une barbe (ce qui n’était pas le cas du Bon Pasteur… au IVe siècle). Troisièmement il aurait été incongru de représenter le Christ imberbe, vêtu d’une simple tunique, pieds nus, et avec une telle tête, la bouche de travers…

    A vrai dire il n’y a rien qui n’indique non plus qu’il s’agisse du diable, comme l’affirme Socci. Il me semble qu’il s’agit d’un anonyme qui va enterrer Judas parce que tout le monde, même le pire salopard, doit avoir une sépulture.

    Et si l’on veut trouver une image qui fasse penser au Bon Pasteur, à Vézelay, il faut regarder le chapiteau de Moïse devant le Veau d’or. Etonnant chapiteau, où le diable danse sur l’idole, face à Moïse qui brandit son bâton et les tables de la Loi. Or, derrière le Veau d’or, on voit un personnage qui, dit-on habituellement, apporte une chèvre en sacrifice à l’idole. Mais ce personnage-là, oui, peut évoquer le Bon Pasteur. Or, alors que pourtant a priori il ne l’est pas, on voit tout de suite la différence entre les deux. La noblesse de celui-ci, par rapport à la mollesse de celui-là.

    Vezelay.jpg

    Vezelay_Chapiteaux_9.jpg

    Note à l’attention des distraits.

    Jésus au Père :

    Ceux que tu m’as donnés, je les ai gardés, et aucun d'eux ne s'est perdu, si ce n'est le fils de perdition, afin que l'Ecriture fût accomplie. (Jean 17,12)

     Jésus à ses disciples :

    Quant au Fils de l'homme, il s'en va selon ce qui a été écrit de lui ; mais malheur à l'homme par qui le Fils de l'homme sera trahi ! Mieux vaudrait pour cet homme qu'il ne fût pas né. (Marc 14,21)

     Les apôtres :

    Seigneur, toi qui connais les cœurs de tous, désigne lequel de ces deux tu as choisi, afin qu'il ait part à ce ministère et à cet apostolat, que Judas a abandonné pour aller en son lieu. (Actes 1,25)

    Et si l’on avait en doute quant à ce lieu, il suffit de se reporter aux psaumes 68 et 108 que venait de citer saint Pierre. Le 108 est d’une telle violence dans la malédiction (de Judas) que la néo-liturgie l’a carrément supprimé…

    Il va de soi que personne, au moyen âge, n’aurait fait dire à ces textes autre chose que ce qu’ils disent.

  • Saint Silvère

    Silvère1.jpg

    Silvère2.jpg

    Histoire des papes, tome premier, 1838, par M. Henrion (Mathieu Richard Auguste Henrion, avocat à la cour royale – fait baron -, puis conseiller à la cour d’appel d’Aix. « He belonged to the generation of fiery French Ultramontanes of the middle of the nineteenth century », dit Wikipedia en anglais… mais pas en français…)

    Ci-dessous le passage du « Breviarium causae Nestorianorum et Eutychianorum » de Libérat, archidiacre de Carthage, auteur contemporain des faits, citant l'évêque - grec - de Patare expliquant à l’empereur byzantin que s’il y a plusieurs rois dans le monde il n’y a qu’un pape dans l’Eglise.

    Silvère.jpg

  • 5e dimanche après la Pentecôte

    Lu sur le site d’Una Voce :

    Le texte de l’Alléluia de cinquième dimanche après la Pentecôte est formé du premier verset du psaume 20, et on peut noter qu’à partir de ce dimanche et jusqu’à la fin du temps après la Pentecôte, tous les versets d’Alléluia, sauf de rares exceptions, ont pour texte le début d’un psaume. Celui-ci est un chant d’action de grâces de David, roi d’Israël, pour une grande victoire que Dieu lui a accordée sur ses ennemis.

    Domine, in virtute tua lætabitur rex : et super salutare tuum exsultabit vehementer.

    Seigneur le roi se réjouit de votre puissance. Il exulte avec force pour le salut que vous lui avez accordé.

    C’est donc un chant de reconnaissance et de louange à la toute puissance divine pour toutes les grâces et les bienfaits dont elle nous a comblés.

    La mélodie de cet Alléluia est assez extraordinaire et même unique dans le répertoire. Notons d’abord pour les connaisseurs que c’est le seul Alléluia du sixième mode, et encore s’agit-il ici d’un sixième mode assez particulier qui ressemble beaucoup au mode majeur moderne, et pourtant cette pièce n’est pas récente ; on la trouve dans les plus anciens manuscrits. Cette mélodie ample, solennelle et enthousiaste dont les larges vocalises balayent toute l’octave et même au delà, convient parfaitement pour exprimer les sentiments de louange et de reconnaissance du texte.

    Par les moines de Silos :

  • L’euthanasie au Canada

    Le Parlement canadien a définitivement adopté hier une loi autorisant l’« aide médicale à mourir ». Le texte, déjà voté par l’Assemblée, a été adopté par le Sénat. Il ne manque plus que la signature du gouverneur général, qui est une formalité.

    La loi qui permet donc aux médecins canadiens de tuer est déjà jugée insuffisante, parce qu’elle a été restreinte, par volonté du Premier ministre, aux personnes dont la mort est raisonnablement prévisible à court terme.

    Elle ne concerne donc pas, notamment, les personnes atteintes de maladies dégénératives. Mais au gouvernement on ne cache pas que ce n’est qu’un premier pas, et que le champ de la loi pourra être élargi…

  • Les trois plus belles

    Le quotidien des évêques italiens, l’Avvenire, fait état du palmarès du VIe Prix international d’architecture sacrée (sic) de la Fondation Frère Soleil. Fondation créée en 1995 par le P. Costantino Ruggeri, qui a construit quant à lui une trentaine d’églises…

    « Voici les nouvelles églises les plus belles du monde », titre l’Avvenire.

    Le prix (30.000 € à la clef) a été attribué à l’architecte espagnol Rafael Moneo pour l’église de Jésus édifiée à San Sebastian.

    Moneo.jpg

    En deuxième position Thu Huong Thi Vu pour l’église paroissiale de Ka Don au Vietnam.

    Vietnam.jpg

    Telle est la photo de l’Avvenire. Vouloir en voir davantage, c’est vouloir voir un toit :

    gallery_19082013111631_image.JPG

    Et en troisième position il y a le cabinet Schulz und Schulz pour l’église de la Sainte Trinité à Leipzig. C’est « la plus grande église catholique construite en Allemagne de l’Est depuis la chute du Mur. » On est donc très fier.

    St Trinitatis.jpg

    Ça c’est la photo de l’Avvenire. Voici l’étron dans toute sa dimension. Derrière c’est l’Hôtel de Ville de Leipzig. Architecture laïque…

    800px-Neue_Propsteikirche_St._Trinitatis_Leipzig.jpg

  • Avec François c’est le divorce pour tous

    J’ai signalé hier les dernières insultes de François, envers les jeunes, qui sont des inconscients, et les prêtres, qui ne savent même pas leur dire ce qu’est le mariage.

    Mais le plus grave est la conséquence pratique du propos. C’est pourquoi il a été aussitôt corrigé par les services de communication du Vatican. « La grande majorité des mariages sacramentels sont nuls » est devenu : « Une partie des mariages sacramentels ».

    Mais ce que le pape a réellement dit avait déjà été diffusé dans le monde entier.

    Et il a réellement dit ce qu’il voulait dire : c’est dans la ligne des synodes et de l’exhortation apostolique, et de la réforme de la procédure de reconnaissance de nullité.

    Si la grande majorité des mariages sont nuls, il va de soi que la quasi totalité des demandes de reconnaissance de nullité émanent de couples dont le mariage est nul a priori, et donc qu’il faut tout simplement reconnaître la nullité de façon quasi automatique (quasi, parce qu’il y a toujours des exceptions).

    Ainsi François institue-t-il le divorce catholique pour tous. Pour tous ceux, et ils sont la grande majorité, dont il proclame que leur mariage était nul.

    Tel est le but réel de la réforme de la procédure : donner la reconnaissance de nullité à tous ceux qui la demandent (ce qui fait tomber toutes les objections des spécialistes en la matière, sur la compétence des évêques, etc.).

    Et c’est un aboutissement spectaculaire de l’idéologie bergoglienne : on ne touche pas à la doctrine (le mariage reste ce qu’il est dans le catéchisme et dans le droit canon), mais elle est mise au placard, annihilée dans les faits par la praxis, par la magnifiquement miséricordieuse pastorale de l’Eglise hôpital de campagne… qui conduit les gens en enfer. Et détruit l’Eglise catholique.

    PS. Je découvre qu'il a dit aussi à propos de ceux qui cohabitent sans être mariés: « J'ai vu tant de fidélité dans ces cohabitations, tant de fidélité. Je suis sûr que ceci est un vrai mariage, ils ont la grâce du mariage justement par la fidélité qu'ils ont. » Mais jusqu'où les évêques, les cardinaux, vont-ils laisser aller l'entreprise de démolition Bergoglio ? Que leur faut-il pour réagir ?

  • Saint Ephrem

    En ce samedi, jour de la Sainte Vierge, cette prière de saint Ephrem.

    Vierge Souveraine, Génitrice de Dieu, salut de la famille unie des chrétiens, tu ne cesses de jeter sur nous le regard d'une tendre mère. Tu nous aimes comme si nous étions tes enfants, toujours disposée à nous chérir, tu répands sur nous d'ineffables bienfaits: tu nous protèges et tu nous sauves; veillant sur nous avec sollicitude, tu nous délivres du danger des tentations, et de la multitude des pécheurs qui nous environnent; pleins de reconnaissance, nous te remercions, nous célébrons ta munificence, nous publions tes bienfaits, nous chantons à haute voix tes merveilles, nous louons ta sollicitude, ta prévoyance, nous élevons dans nos hymnes ta puissance tutélaire, nous immortalisons ton inépuisable miséricorde. Les bienfaits que tu as répandus sur nous par le passé sont gravés dans notre mémoire, et nous nous souvenons à quels dangers imminents tu nous as arrachés; nous t'adressons ce cantique de grâces, comme une dette que nous acquittons, cantique toujours au-dessous de tes bienfaits: eh! quelle voix pourrait les célébrer dignement? Cependant, nous prenons courage, nous implorons humblement ta miséricorde, pour que tu entendes les cris de détresse de tes serviteurs. Dépose notre demande aux pieds de ce Dieu que tu as engendré, pour qu'Il nous sauve de la damnation éternelle, et que nous puissions louer le Nom trois fois saint du Père, du Fils et du Saint-Esprit; et aujourd'hui et dans l'éternité des siècles. Tu vois, ô très sainte Souveraine Enfantrice de Dieu, tu vois tous les pièges dont nous enveloppe l'esprit malin, l'esprit impur. Vois toutes les passions criminelles qu'il éveille en nous, et dont il nous enlace comme d'un réseau. Apparais et ne repousse point notre prière. Pourquoi détourner ton visage et oublier notre faiblesse? Écarte les embûches du démon qui nous tente, sois notre asile dans cette guerre, apaise par ton intercession bienfaisante la colère divine que nos égarements ont excitée; ajoute ce nouveau bienfait à tant d'autres, et nous célébrerons dans nos cantiques ton nom, celui de ton Fils et notre Dieu qui, de même que son Père, est sans commencement.

    Souveraine Mère de Dieu qui enfantas le Christ Dieu notre Sauveur, je place toute mon espérance en toi qui es au-dessus de toutes les puissances du ciel. O Vierge, emblème de la pureté, fortifie-moi de ta sainte grâce; dans cette vie, sois mon guide, conduis-moi selon la volonté de ton auguste Fils notre Dieu. Obtiens-moi la rémission de mes péchés, sois mon refuge, ma protection, ma délivrance, sois la main qui me dirige vers la vie éternelle. Souveraine, Souveraine, ne m'abandonne pas à l'heure suprême, hâte-toi de m'apporter le secours qui m'est nécessaire, arrache-moi de la cruelle tyrannie des esprits de l'enfer. Tu es la très bonne Mère du Christ notre Dieu, tout ce que tu veux, tu dois le pouvoir. Toi, seule Souveraine et Génitrice de Dieu, tu es dans une sphère élevée au-dessus de toute la terre. Quant à nous, Épouse de Dieu, nous te bénissons avec foi, nous t'honorons avec amour, nous te rendons un culte respectueux, nous chantons tes louanges et nous proclamons ta béatitude dans le langage de la vénération. Tu es en effet la gloire des gloires, la récompense des récompenses, la puissance des puissances. O Souveraine, mon bonheur après Dieu, rosée divine qui apaises l'ardeur brûlante qui me dévore, source jaillissante du sein de Dieu même, à laquelle se rafraîchit mon cœur embrasé, lumière éclatante de mon âme plongée dans les ténèbres, guide du faible, appui du pauvre, manteau de la nudité, richesse de l'indigent, remède des plaies incurables, tu taris les pleurs, tu apaises les soupirs, tu allèges les infortunes, tu guéris les douleurs, tu brises les chaînes; Espérance de mon salut, exauce mes prières; aie pitié de mes gémissements, accueille mes lamentations, aie compassion de moi, laisse-toi fléchir par mes larmes.

    Que pour moi tes entrailles soient émues; n'es-tu pas la Mère d'un Dieu bienfaisant? Jette un regard de bonté, accueille favorablement ma prière, réponds à mon désir, étanche ma soif; unis-moi à ma famille, à mes compagnons de service, dans la terre des hommes pacifiques, dans le sanctuaire des justes, dans le chœur des saints, et rends-moi digne, toi, protection et joie de tous et volupté pure, de participer à ta félicité, je te le demande, à la joie inénarrable du Dieu et Roi que tu as engendré, à ses noces inexplicables aux délices inépuisables, à son Règne éternel et sans fin. Car tu es ma Souveraine, mon refuge, ma vie, ma protection, mon armure, ma joie, mon espérance, ma force; fais-moi jouir, de concert avec toi, vers les régions célestes, des dons indicibles et inconcevables de ton Fils. Tu as, je le sais, une puissance égale à ta volonté, telle enfin que doit l'avoir la Mère du Très-Haut. Aussi me suis-je enhardi; fais que je ne sois pas trompé dans mon attente, fais que cette attente soit remplie, ô très pure Souveraine, Épouse de Dieu, toi qui, contre les lois de la nature, as enfanté le Seigneur attendu de tous, notre Seigneur et vrai Dieu Jésus Christ à qui revient toute gloire, tout honneur et toute vénération, avec son Père sans commencement et son très saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

  • Qui reste-t-il ?

    François a déclaré :

    La grande majorité des mariages sacramentels sont nuls, parce que les jeunes disent oui, pour toute la vie, mais ils ne savent pas ce que cela signifie. Ils ne savent pas ce qu'ils disent parce qu'ils ont une autre culture. Ils (...) ont de la bonne volonté mais ils n'ont pas la conscience.

    Cette fois, François insulte les jeunes, et les prêtres (en disant n’importe quoi, comme d’habitude).

    Le propos est tellement violent que le Saint-Siège a pieusement corrigé le pape, lui faisant dire « une partie », et non « une grande majorité ». Mais en gardant les insultes.

    On se demande qui il lui reste encore à insulter.

  • Honte allemande

    Un tribunal allemand a condamné un ancien gardien d’Auschwitz à cinq ans de prison. Reinhold Hanning, 94 ans, était jugé pour « complicité » dans la mort « d’au moins 170.000 personnes ». L’acte d’accusation ne relève aucun fait. Tout gardien est coupable pour avoir été présent à Auschwitz… « Il a eu la sentence qu’il méritait », dit le président du Congrès juif mondial. Pourtant, cinq ans de prison pour complicité dans 170.000 meurtres, ce n’est vraiment pas beaucoup. Il était passible de la prison à vie (bon, d’accord, à 94 ans ça ne change peut-être pas grand chose). Le parquet avait requis six ans. Au cours du procès Reinhold Hanning avait dit : « J'ai honte d'avoir laissé survenir des injustices en toute connaissance de cause et de n'avoir rien fait pour m'y opposer. » Mais ce sont les Allemands qui devraient avoir honte de condamner un vieillard pour ce qu’il n’a pas fait (si tant qu’il aurait pu faire quoi que ce soit) il y a plus de 70 ans…

  • On continue…

    Il y a eu hier à Luxembourg une réunion des ministres des finances de la zone euro, sous la direction du « président de l’Eurogroupe », Jeroen Dijsselbloem.

    A l’issue de la réunion, Dijsselbloem a déclaré :

    Nous avons discuté de ce que nous devons faire, indépendamment du Brexit, dans la zone euro. Il y a une détermination et un engagement très forts pour prendre de nouvelles mesures et aller de l’avant. Dans le climat politique actuel, ce ne seront pas des étapes spectaculaires, historiques, mais ce seront des avancées inévitables, indubitables. Nous allons porter le projet plus loin, nous allons approfondir notre coopération, la rendre plus forte pour donner aux gens ce qu’ils attendent de nous, à savoir essentiellement la sécurité en termes économiques ou autres.

    Ce qui est stupéfiant est de voir ce personnage, ayant mis ses œillères renforcées pour ne pas voir ce qui se passe, foncer tête baissée dans son ornière idéologique, et prétendre in fine que c’est cela que les gens attendent…