Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 4

  • Pas pour les chrétiens

    Dans un village du Jharkhand, en Inde, Rehaladag (district de Latehar), l’aide alimentaire a été refusée à 13 familles tribales indigentes titulaires de la carte ad hoc, parce qu’elles se sont converties au christianisme.

    Il s’agit d’une mesure de rétorsion. Le mois dernier, les hindous leur avaient demandé de payer la « taxe » pour la fête de Durga Puja. Les chrétiens avaient refusé. Les autorités avaient alors décidé qu’ils ne recevraient plus l’aide alimentaire. Les vingt fonctionnaires chargés de la distribution avaient reçu un ordre écrit en ce sens.

    Et après ce sont les chrétiens qui sont accusés de soudoyer les plus pauvres pour qu’ils se convertissent…

  • Un prêtre copte assassiné

    Deux prêtres coptes allaient en voiture à une réunion dans la banlieue du Caire quand un homme leur a barré la route. Il les a obligés à sortir de la voiture, a poignardé un prêtre à mort et a blessé l’autre.

    Le prêtre assassiné est Samaan Shehata, d’al-Fashn (au sud de Beni Suef). L’autre est de Matay, un peu plus au sud vers Minya.

    Le meurtrier a été arrêté. Il s’appelle Ahmed el-Sonbaty.

    Pour l’évêque copte de al-Fashn, Biba et Samasta, c’est un « extrémiste » qui a un casier judiciaire. Mais pour le ministère de l’Intérieur, comme chez nous, c’est un déséquilibré qui a déjà été mis en examen cette année pour avoir agressé son père et mis le feu à sa maison.

  • Saint Edouard le Confesseur

    Screenshot-2017-10-12 Extraordinary Form Requiem Mass at Westminster Abbey.png

    Screenshot-2017-10-12 Extraordinary Form Requiem Mass at Westminster Abbey(1).png

    Spectacle insolite, le 19 juillet 2013 : Dom Alban Nunn, moine de l’abbaye d’Ealing (Londres), célèbre une messe de Requiem selon l’usus antiquior au tombeau de saint Edouard le Confesseur, pour le repos de l’âme de la reine Edith, épouse restée vierge du roi vierge saint Edouard.

    Le tombeau de saint Edouard III se trouve dans l’abbaye de Westminster, qui fut d’abord construite par ce roi et qui est anglicane depuis la Réforme.

    Le 13 octobre est la date de la translation de ses reliques, en 1163.

  • Triste Irlande…

    785500IrlandetimbreChe.jpg

    Le 9 octobre, jour du 50e anniversaire de la mort du boucher terroriste Che Guevara, la Poste irlandaise a édité un timbre à son effigie.

    L’image est celle qui est mondialement connue : elle fut réalisée en 1968 par un artiste irlandais, Jim Fitzpatrick, d’après la photo d’Alberto Korda.

    Jim Fitzpatrick s’est dit très honoré que la Poste irlandaise utilise son œuvre.

    C’est une double honte pour l’Irlande.

  • Le parquet européen

    Ce 12 octobre restera le jour où 20 Etats membres de l’UE auront abandonné leur souveraineté judiciaire. C’est un nouveau pan de la souveraineté qui s’écroule, et pas le moindre. Mais c’est évidemment dans la logique de la reconnaissance de la primauté du droit de l’UE sur le droit national.

    Les ministres de la Justice ont en effet entériné ce matin la création d’un parquet européen.

    La possibilité de créer ce parquet européen avait été inscrite à l’article 69 du traité de Lisbonne, devenu article 86 du traité sur le fonctionnement de l’UE. En 2013 une loi en ce sens avait été présentée, mais en raison de l’opposition de plusieurs Etats membres il avait fallu avoir recours à la procédure de la coopération renforcée. La décision avait été prise le 3 avril dernier. Le 5 octobre, le Parlement européen a donné son aval.

    Les pays qui ont décidé de ne pas y participer sont le Danemark, qui au traité de Maastricht s’est exempté d’à peu près toutes les politiques européennes, le Royaume Uni et l’Irlande qui se sont exemptés de la politique commune de sécurité et de justice au traité d’Amsterdam, évidemment la Hongrie et la Pologne, mais aussi la Suède, les Pays-Bas et Malte.

    A priori, le parquet européen vise à « combattre les infractions portant atteinte aux intérêts financiers de l’Union », comme dit le traité. C’est-à-dire les fraudes liées au budget européen (aux subventions). Mais le président du Parlement européen a qualifié le vote du 5 octobre de première étape vers un parquet européen aux pouvoirs étendus, et tant Jean-Claude Juncker qu’Emmanuel Macron ont déjà dit haut et fort qu’il faudrait élargir sa mission.

    La rédaction de l’article du traité est typique de l’idéologie européiste. Cet article commence par affirmer qu’on peut créer, « à l’unanimité », un parquet européen dont la seule mission sera de « combattre les infractions portant atteinte aux intérêts financiers de l’Union ». Puis on ajoute que s’il n’y a pas l’unanimité on pourra quand même le créer par une « coopération renforcée ». Puis on ajoute in fine, au §4, que l’on pourra modifier le §1 « afin d’étendre les attributions du parquet européen à la lutte contre la criminalité grave ayant une dimension transfrontière »…

    Toutefois, les derniers mots du paragraphe soulignent que pour ce faire le Conseil européen doit statuer à l’unanimité… Comment vont-ils faire pour contourner cette exigence ?

  • Le bienheureux Charles de Blois

    Benoît XIV avait refusé de reconnaître que Charles de Blois eût été canonisé, puisqu’on ne pouvait pas lui fournir de document qui l’attestent. Le culte du duc de Bretagne était pourtant si répandu et persistant que saint Pie X lui donna officiellement, en 1904, le titre de « bienheureux ».

    Depuis lors, il a été établi que Charles de Blois a été canonisé par Grégoire XI en Avignon le 10 septembre 1376, et que le pontife a célébré la messe de canonisation le lendemain 11 septembre dans l’église des dominicains. Puis il a quitté Avignon pour Rome deux jours après, et l’on n’a jamais retrouvé la bulle de canonisation. Mais dès 1380 on voit Du Guesclin, dans son testament, demander qu’on fasse deux pèlerinages pour lui, l’un à « saint Yves de Tréguier », l’autre à « saint Charles de Guingamp ».

    On sait que Charles de Blois représentait le « parti français » contre Jean de Montfort qui représentait le « parti anglais », au long d’une longue bataille de succession qui se solda par la mort de Charles de Blois à la bataille d’Auray en 1364.

    La réputation de sainteté de Charles de Blois allait conduire inéluctablement à sa canonisation. Le duc Jean IV fit tout ce qu’il put pour empêcher l’enquête, car si Charles de Blois était canonisé il devenait le meurtrier d’un saint… Mais Charles de Blois multipliait les miracles post mortem. Parmi ces miracles il y eut celui de l’image de Dinan. Un franciscain de Dinan avait fait peindre sur le mur de la chapelle des scènes de la vie de saint François. Charles, qui était alors duc de Bretagne en titre, demanda qu’on l’y représentât à genoux devant saint François. Ce qui fut fait. En 1368, Jean IV, duc de Bretagne depuis le traité de Guérande de 1365, réunit la noblesse bretonne à Dinan. Hébergé par les franciscains, il s’irrite de voir représenté son concurrent, qui plus est arborant les armes de Bretagne. Il demande qu’on fasse disparaître cette peinture. On badigeonne aussitôt le portrait avec de la chaux. Le lendemain 2 février, à la messe de la Purification de la Sainte Vierge, le duc constate qu’il a été obéi. Le 3 à l’heure de prime, un franciscain constate que du sang paraît couler de l’endroit où était l’image. Une dizaine de personnes font la même constatation : deux filets rouges sortent de l’image, autour de la poitrine et au niveau du cou (endroit où Charles avait été mortellement blessé). On prévient le duc. Le chevalier Geoffroy Budes se rend sur place, pose son doigt à l’endroit d’où coule le sang et en effet il essuie une goutte de sang, qu’il montre à la foule, convaincu du fait. Ce sont des centaines de personnes qui se réunissent dans l’église, sous les ricanements des Anglais, qui percent le mur pour découvrir la supercherie des franciscains… mais ne trouvent rien d’autre que du mortier.

    Jean IV fit sortir les gens de l’église, en fit fermer les portes, et ordonna de détruire la peinture, accusant les franciscains d’avoir causé un scandale passible de mort. Mais les franciscains firent appel à un chevalier anglais qu’ils confessaient et celui-ci, après avoir recueilli les témoignages de tous les frères, réussit à calmer Jean IV. Lequel écrivit au pape Urbain V pour s’inquiéter de l’éventuelle ouverture d’une enquête de canonisation. Le pape lui répondit qu’il n’y avait aucune demande pour l’heure mais que s’il y en avait une il procéderait « comme l’exige le droit et la justice ». Moins d’un an plus tard il ouvrait cette enquête, signalant qu’on l’avait « détourné de cette affaire plusieurs fois ».

    (Fête dans les diocèses de Quimper, Vannes et Saint-Brieuc.)

  • Le combat de Christine Helen

    Je reçois un message de Christine Helen, à qui l’on a sans doute fait part de ma note sur « l’ENFANT à naître ».

    En mai 2016, un obstétricien a été condamné à six mois de prison avec sursis et 120.000 euros de dommages et intérêts pour « violences involontaires » après son troisième accouchement qui s’est soldé par la mort de l’enfant et des blessures graves sur la mère, tombée dans le coma puis restée hospitalisée pendant trois mois, subissant plusieurs interventions, et gardant les séquelles psychologiques qu’on imagine.

    Conformément à la jurisprudence, le médecin a été jugé pour « violences involontaires », puisque l’enfant est mort dans le ventre de sa mère. Il aurait fallu que le même enfant meure hors du ventre de sa mère pour qu’il y ait homicide.

    Christine Helen ne supporte pas cette injustice :

    Les actes de l'obstétricien qui m'ont gravement blessée et ont entraîné sa condamnation... sont ceux qui ont tué notre enfant. La justice a fait pire que l'obstétricien, car l'obstétricien a certes mal agi, mais à chaud et avec ses propres faiblesses. La justice, à froid (une procédure dure des années), a volontairement discriminé notre enfant en niant la réalité. Elle a restreint l'application du code pénal à l'enfant né vivant. C'est un abus de pouvoir. C'est inhumain. Que tout enfant soit respecté, sans discrimination. Que tuer involontairement un enfant dans le sein de sa mère s'appelle en droit pénal un "homicide involontaire", car c'est la REALITE.

    Christine Helen a lancé une pétition. Il est bon de la signer. Mais en sachant qu’elle ne changera rien. Qu’elle ne changerait rien même si elle était signée de millions de personnes. Car si le fait de tuer par accident un fœtus dans le ventre de la femme est un homicide involontaire, il va de soi que le tuer volontairement est un homicide volontaire : ce que sont tous les avortements. Le « droit à l’avortement » interdit que puisse être reconnu l’homicide sur un fœtus, quel que soit son degré de développement (sinon c’est là qu’il y aurait « discrimination »).

    Christine Helen vient de mettre à jour sa pétition en demandant aux parents qui ont vécu un drame similaire de lui écrire.

  • Martyr pakistanais

    Un lycéen chrétien de 17 ans, Arslan Masih, a été torturé et battu à mort par six policiers, à Jhubhran, près de Sheikhupura, au Pendjab. Parce qu’il avait un différend avec le fils d’un des policiers, dit-on. Un journaliste qui a enquêté sur l’affaire a découvert qu’en fait il subissait des pressions depuis des mois pour se convertir à l’islam mais qu’il refusait obstinément. Cela s’est terminé par une bagarre, puis par la vengeance des musulmans.

  • Dallas : ils sont plus de 1000 à la messe traditionnelle

    La paroisse de la Fraternité Saint-Pierre à Dallas, Mater Dei, a lancé une campagne pour récolter des fonds afin de construire une église. Depuis 1991 (c’était le premier apostolat de la FSSP en Amérique du Nord), la communauté a déjà déménagé deux fois en raison de sa croissance, mais sa troisième chapelle est encore trop petite. Malgré les désormais quatre messes chaque dimanche, célébrées par le curé et ses trois vicaires. Quatre messes qui totalisent en moyenne 1.100 fidèles. Une cinquième messe est prévue…

    La Fraternité Saint-Pierre a l’intention de construire une église de 900 places assises, pour un coût de 4,5 millions de dollars. L’objectif est de récolter la moitié de cette somme, car la politique du diocèse est de lancer les travaux quand il a la moitié des fonds nécessaires.

  • Maternité de la très sainte Vierge Marie

    Agni Parthene (Vierge pure), par les moines de Simonopetra (Mont Athos).

    Ou ici, avec le texte grec qui défile, mais certaines icônes ne sont pas dignes de ce chef-d'œuvre.

     

    Ô Vierge Pure, Souveraine, Immaculée et Mère de Dieu,

    Réjouis-Toi, Épouse inépousée.

    Ô Vierge Mère Reine, Toison couverte de rosée,

    Réjouis-Toi, Épouse inépousée.

    Plus élevée que les cieux, plus brillante que le soleil,

    Réjouis-Toi, Épouse inépousée.

    Ô joie des vierges surpassant les chœurs angéliques,

    Réjouis-Toi, Épouse inépousée.

    Plus splendide que les cieux, plus pure que la lumière,

    Réjouis-Toi, Épouse inépousée.

    Plus sainte que les multitudes des armées célestes,

    Réjouis-Toi, Épouse inépousée.

    2

    Marie toujours Vierge, la Souveraine de l'univers,

    Réjouis-Toi, Épouse inépousée.

    Épouse Vierge Immaculée, très sainte Reine toute pure,

    Réjouis-Toi, Épouse inépousée.

    Marie Épouse Souveraine, la Source de notre joie,

    Réjouis-Toi, Épouse inépousée.

    Ô jeune Vierge vénérable, très sainte Mère Souveraine,

    Réjouis-Toi, Épouse inépousée.

    Plus vénérable que les Chérubins et combien plus glorieuse

    Réjouis-Toi, Épouse inépousée.

    Que les Séraphins incorporels, plus élevée que les Trônes.

    Réjouis-Toi, Épouse inépousée.

    3

    Réjouis-Toi, chant des Chérubins, réjouis-Toi, hymne des Anges,

    Réjouis-Toi, Épouse inépousée.

    Cantique des Séraphins. Réjouis-Toi, joie des Archanges,

    Réjouis-Toi, Épouse inépousée.

    Réjouis-Toi, Paix et Joie. Réjouis-Toi, Port du Salut,

    Réjouis-Toi, Épouse inépousée.

    Du Verbe sainte Chambre nuptiale, Fleur d'incorruptibilité,

    Réjouis-Toi, Épouse inépousée.

    Réjouis-Toi, Paradis de joie de l'éternelle vie,

    Réjouis-Toi, Épouse inépousée.

    Réjouis-Toi, Arbre de vie et Source d'immortalité,

    Réjouis-Toi, Épouse inépousée.

    4

    Je Te prie, ô Souveraine, je T'invoque maintenant,

    Réjouis-Toi, Épouse inépousée.

    Je Te prie, ô Reine du monde, j'implore Ta grâce,

    Réjouis-Toi, Épouse inépousée.

    Ô Vierge pure, vénérable, très sainte Souveraine,

    Réjouis-Toi, Épouse inépousée.

    Avec ferveur je Te supplie, ô Temple sanctifié,

    Réjouis-Toi, Épouse inépousée.

    Secours-moi, délivre-moi de celui qui me fait la guerre,

    Réjouis-Toi, Épouse inépousée.

    Et fais de moi un héritier de la Vie éternelle,

    Réjouis-Toi, Épouse inépousée