Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 4

  • Fake news…

    Dave Weigel, journaliste vedette du Washington Post, a publié sur Twitter une photo du meeting de Donald Trump à Pensacola, vendredi dernier, montrant une salle presque vide.

    Donald Trump a exigé des excuses, en soulignant que non seulement la salle était archi-pleine mais qu’il y avait du monde dehors, et le journaliste s’est excusé (pour son « erreur », sic) et a effacé la photo…

    *

    CNN et CBS avaient trouvé un angle d’attaque imparable contre Trump : des proches du candidat à la présidentielle avaient reçu des courriels hackés de WikiLeaks le 4 septembre 2016 de la part d’un certain Michael J. Ericksen.

    CNN et CBS ont dû admettre que leur scoop faisait pschitt, puisque l’envoi ne datait pas du 4, mais du 14 septembre, quelques heures après que WikiLeak eut rendu les documents publics…

    Quant à Michael J. Ericksen, il est inconnu tant de WikiLeak que de l’équipe de campagne de Trump…

  • Un échec

    Laurence Portelli avait dit que ce serait un échec s’il y avait moins de 100.000 votants à l’élection du président de LR. C’est donc un échec, puisqu’il y a eu 99.597 votants. De peu, mais si les boutiquiers font des étiquettes à 99,99€ pour être en dessous de 100, ça marche aussi pour les politiciens…

    Double échec pour Florence Portelli puisqu’elle n’a eu que 16% (donc moins de 16.000 voix…) – le juppéiste n’arrivant pas à 10%, et Wauquiez caracolant comme prévu à 75%.

    Tout ça pour rien. Pour un parti qui épouse tellement l’idéologie dominante que les bulletins de vote étaient en écriture soi-disant inclusive (alors que c’est l’écriture normale qui est inclusive, puisque « les candidats » est un neutre qui inclut les hommes et les femmes (et même les transgenres…). On appréciera aussi « de Les Républicains ».

    Screenshot-2017-12-11 Jens Villumsen on Twitter.png

  • Laïcité

    La laïcité à la hongroise

    DQc8_PNVVo_AE073_G.jpeg

    Suite à la polémique sur la suppression des croix sur les emballages de certains produits (notamment de yaourts grecs), des Hongrois ont installé un imposant crucifix devant leur magasin Lidl…

    *

    La laïcité à la française

    Screenshot-2017-12-11 Politique - Laïcité la croix du portail de ce cimetière en Creuse va être enlevée.png

    Le maire de Saint-Sulpice-le-Guérétois, dans la Creuse, va faire enlever la croix du portail du cimetière, pour être en conformité avec la loi de 1905 (et, comme on le voit, il en est fier)…

  • Au Pakistan

    La justice pakistanaise est vraiment très spéciale. Elle vient de libérer un prédicateur évangélique, Babu Shahbaz, en affirmant qu’il est « innocent ». Mais il est libéré… sous caution. De 200.000 roupies (plus de 1.600€)…

    Babu Shahbaz avait été arrêté, dans son village près de Lahore, et emprisonné, il y a presque un an, le 30 décembre 2016. Parce que l’imam local l’avait accusé d’avoir écrit son propre nom sur une centaine de pages du Coran, d’avoir déchiré les pages et des les avoir dispersées dans la rue devant la mosquée.

    Il va de soi que si c’était vrai, dans un tel pays, le sort de Babu Shahbaz relèverait clairement de l’hôpital psychiatrique, et non de la prison…

    L’imam, qui ne supportait pas la popularité de Babu, a avoué ne pas l’avoir vu jeter les pages du Coran. L’analyse graphologique n’était pas concluante (pour la bonne raison que Babu est analphabète), et le fait qu’il ait un marqueur bleu identique à celui que possèdent la moitié des gens ne peut être une preuve.

    Babu Shahbaz, innocent, a donc été libéré sous caution. Il ne peut évidemment pas rentrer chez lui. Sa maison est vide depuis son arrestation, sa famille vivant chez des proches. Désormais ils vont aller vivre dans un endroit gardé secret. Mais, comme le souligne son avocat, ils pourront fêter Noël ensemble.

  • Saint Damase

    Lettre de saint Damase à saint Jérôme, datée de 384, peu avant la mort du pape. Saint Jérôme vient de terminer la révision de la version latine des Evangiles. (Il n’a pas encore commencé la traduction de l’Ancien Testament.)

    Damase à son fils très aimé Jérôme.

    Tu dors, et voici longtemps que tu lis plutôt que tu n'écris. Les petits problèmes que je t'adresse vont te réveiller ; ainsi en ai-je décidé. Non pour t'interdire le devoir de la lecture - car c'est la nourriture quotidienne qui alimente et engraisse l'oraison -, mais pour que ta lecture porte ses fruits, si tu te mets à écrire.

    Il ne saurait y avoir, je crois, de sujet de conversation plus honorable pour nos entretiens que de causer entre nous des Écritures ; je veux dire : moi faisant les demandes et toi les réponses.

    Il n'est, à mon avis, rien de plus agréable ici-bas qu'une telle méthode de vie, car cette nourriture de l'âme surpasse en douceur toutes les gâteries. Combien douces à mon palais tes paroles, dit le prophète, plus douces que le miel à mes lèvres ! [Ps 118, 103]. Si, en effet, nous autres hommes différons des bêtes en ce que nous possédons la faculté du langage, de quelle louange n'est-il pas digne celui qui surpasse tous les autres, précisément en ce qui fonde la supériorité des hommes sur les animaux ?

    Au travail donc...

    (Traduction J. Labourt, dans Jérôme, Lettres, 35, Paris, t. II, Les Belles Lettres, 1953. Trouvé sur Wikipedia.)

  • 2e dimanche de l’Avent

    al_laetatus_sum.gif

    Allelúia, allelúia. Lætátus sum in his, quæ dicta sunt mihi : in domum Dómini íbimus. Allelúia.

    Par des maîtres de chœur sous la direction du chanoine Jeanneteau, en 1984 (et deux fois ! mais on ne s’en lasse pas…):
    podcast

     Le commentaire de dom Baron:

    LE TEXTE

    Je me suis réjoui des choses qui m’ont été dites, Dans la maison du Seigneur nous irons. Ps. CXXI, 1

    Le Psaume CXXI était un de ceux que les Juifs chantaient en allant à Jérusalem pour la fête de Pâques et sur lequel ils disaient leur joie de voir le Temple.

    L’interprétation liturgique en est facile. La maison du Seigneur peut s’entendre ou de Jérusalem, ou de l’Eglise, ou du Ciel, selon que l’on choisit l’un ou l’autre des sens de l’Avent. Le troisième semble le mieux adapté parce qu’il permet de relier étroitement l’Alleluia au Graduel, à l’Epitre et à l’Introït. Dans l’Introït, le prophète annonce que le Seigneur va venir ; à l’Epître, saint Paul le présente comme le roi des nations ; au Graduel, le psalmiste le voit dans la splendeur qui lui vient de ses élus rassemblés autour de lui ; à l’Alleluia, l’Eglise se réjouit de tout ce qui vient de être dit et fixe sa joie et son désir sur la maison du Père où elle va.

    LA MELODIE

    Une joie délicate, dans la première incise de l’Alleluia ; profonde et empreinte de gravité dans la seconde, avec une ardeur de désir s’épanouissant sur le pressus du sommet.
    Même expression dans le Verset. Il débute dans un beau mouvement d’allégresse qui va vers quæ dicta sunt, où il s’épanouit avec ampleur, à juste titre d’ailleurs ; car c’est bien de ce qui a été dit qu’est venue la joie.

    La deuxième phrase est plus contemplative. L’âme est prise par l’idée de la maison de Dieu : le Temple, le Ciel, l’intimité de la présence divine. Elle se complaît sur ces deux mots et chante la béatitude qu’ils évoquent, en de beaux rythmes souples, paisibles, et où passe l’ardeur discrète de son désir.

    Fort habilement, l’auteur a amené sur Domini le motif de la dernière incise de l’Alleluia monté d’un ton. Il le fait s’achever sur la cadence du IVe mode, donnant ainsi à la mélodie quelque chose d’inachevé, d’illimité, qui prolonge le désir ; lequel d’ailleurs se pénètre, à nouveau, de joie active sur ibimus, le mot de la montée vers la Maison.

    L'introït, ici. L'offertoire, .

  • Une chapelle sauvée

    4083573956.jpg

    La chapelle Saint-Yves de Vannes – oui, ce bijou jésuite du XVIIe siècle - risquait fort d’être détruite au lieu d’être restaurée. Elle est aujourd’hui sauvée, grâce au don d’un million d’euros d’un couple vannetais qui allait là à la messe tous les dimanches avant sa fermeture il y a… 26 ans. Il s’agit de l’ancien patron de des Transports Nivès.

    Une souscription publique va être lancée pour trouver l’autre million qui manque, et un appel d’offre pour les travaux sera à l’ordre du jour du prochain conseil municipal.

  • La messe à Lorient

    La chapelle Saint-Christophe de Lorient existait avant la fondation de la ville de Lorient. Laquelle a été quasi entièrement détruite en 1943. L’un des rares bâtiments à être resté debout fut cette chapelle, dont il ne subsistait toutefois que les murs, car elle avait brûlé. Elle a été remarquablement restaurée, et elle est maintenant, à l’intérieur, bien plus belle qu’avant (voir photos ci-dessous). J’apprends par Ar Gedour que depuis un an les prêtres de la communauté Saint-Jean y célèbrent la messe traditionnelle. Seulement une fois par mois. Mais c’est déjà ça…

    « Si l’assistance est encore modeste, elle est en revanche très jeune avec beaucoup de familles et d’enfants », dit Ar Gedour. Il serait bon d’envoyer des renforts… et d’arriver à ce qu’il y ait enfin une messe traditionnelle tous les dimanches à Lorient. (Très égoïstement c’est surtout que ça m’arrangerait qu’il y ait moins de gens de la région de Lorient à squatter mon lieu de culte à moi…)

    La prochaine messe c’est demain à 10h 30. Pour la suite du programme voir Ar Gedour.

    Lorient_-_Chapelle_Saint-Christophe_-_Chœur_2.jpg

    9f34b073c4aad38e18e0da128441f7a9--saint-christophe-chapelle.jpg

  • Papes

    big304418a84512b320a1.jpg

    Et si dans quelques décennies la légende de cette photo (trouvée ici - bien sûr) était : « Le pape Benoît XVI avec son successeur, peu avant le conclave » ?

    Ben quoi, on peut toujours rêver…

  • Conditor alme siderum

    L’hymne des vêpres au temps de l’Avent, traduction Lemaître de Sacy (ou plutôt adaptation en poésie française, mais c'était bien dans les Heures de Port Royal et dans divers bréviaires).

    Cónditor alme síderum,
    ætérna lux credéntium,
    Christe, redémptor ómnium,
    exáudi preces súpplicum.

    Toi qui formas au ciel ces lampes éternelles
    Qui parent la nuit de leurs feux,
    Jésus, divin sauveur, clair flambeau des fidèles,
    Entends nos humbles vœux.

    Qui cóndolens intéritu
    mortis períre sǽculum,
    salvásti mundum lánguidum,
    donans reis remédium.

    Voyant avec douleur la mortelle nature
    Esclave du roi des enfers
    Tu descends pour guérir sa profonde blessure,
    Et rompre tous ses fers.

    Vergénte mundi véspere,
    uti sponsus de thálamo,
    egréssus honestíssima
    Vírginis Matris cláusula.

    Dans le déclin des temps sur le couchant du monde
    Tu sors comme un nouvel époux
    De ce lit nuptial d'une vierge féconde
    Où tu te joins à nous.

    Cujus forti poténtiæ
    genu curvántur ómnia;
    cæléstia, terréstria
    nutu faténtur súbdita.

    Ce qu'en son vaste rond tout l'univers enserre
    Te révère comme son roi
    Et, du haut des cieux jusqu'au fond de la terre
    Tout fléchit devant toi.

    Te deprecámur, hágie,
    ventúre judex sǽculi,
    consérva nos in témpore
    hostis a telo pérfidi.

    Ô grand juge, ô soutien qui dans ton jour terrible
    Doit paraître au milieu des feux,
    Viens combattre dans nous par ton bras invincible
    Cet ange ténébreux.

    Laus, honor, virtus, glória
    Deo Patri, et Fílio,
    Sancto simul Paráclito,
    in sæculórum sǽcula. Amen.

    Gloire au Père éternel, au Fils, notre espérance,
    À l'Esprit, notre heureuse paix.
    Qu'ils règnent en ce jour qui jamais ne commence
    Et ne finit jamais.

    Par les moines de l'abbaye Saint-Benoît du Lac (Québec):
    podcast