Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 4

  • Jeudi de Pâques

    Ce qui suit est le texte d’une séquence médiévale donnée (et traduite) par dom Guéranger dans son Année liturgique. Il s’agit manifestement d’une extension de Victimae pascali laudes. Elle reprend la forme interrogative en posant d’autres questions à Marie-Madeleine, puis reprend le Victimae pascali laudes à partir de « Dic nobis, Maria, Quid vidisti in via ? » L’an dernier, Alexandre m’avait fait remarquer que dans le texte actuel de la séquence il manque une strophe, sur les juifs. Cette strophe se trouve ici. Elle fut supprimée par saint Pie V quand Victimae pascali laudes fut choisie comme séquence de Pâques dans le Missel Romain.

    Surgit Christus cum trophæo,
    Jam ex Agno factus
    Leo Solemni victoria.

    D’Agneau devenu Lion, le Christ victorieux se lève avec gloire, armé de son trophée.

    Mortem vicit sua morte,
    Reseravit seram portæ
    Suæ mortis gratia.

    Par sa mort il a vaincu la mort : par son trépas il a ouvert les portes

    Hic est Agnus qui pendebat,
    Et in cruce redimebat
    Totum gregem ovium.

    C’est cet Agneau qui fut suspendu à la croix, et qui racheta le troupeau tout entier

    Cui cum nullus condolebat,
    Magdalenam consumebat
    Doloris incendium.

    Nul alors ne lui compatissait ; mais une douleur ardente consumait le cœur de Madeleine.

    Dic, Maria, quid vidisti
    Contemplando crucem Christi ?

    Dites-nous, Marie, que vîtes-vous en contemplant la croix du Christ ?

    Vidi Jesum spoliari,
    Et in cruce sublevari
    Peccatorum manibus.

    J’ai vu Jésus que l’on dépouillait, et les mains des pécheurs qui relevaient en croix.

    Dic, Maria, quid vidisti
    Contemplando crucem Christi ?

    Dites-nous, Marie, que vîtes-vous en contemplant la croix du Christ ?

    Spinis caput coronatum,
    Vultum sputis maculatum,
    Et plenum livoribus.

    J’ai vu sa tête couronnée d’épines, son visage souillé de crachats, et tout livide de meurtrissures.

    Dic, Maria, quid vidisti
    Contemplando crucem Christi ?

    Dites-nous, Marie, que vîtes-vous en contemplant la croix du Christ ?

    Clavos manus perforare,
    Hastam latus vulnerare,
    Vivi fontis exitum.

    J’ai vu des clous percer ses mains, une lance blesser son côté, et une source vive qui en découlait.

    Dic, Maria, quid vidisti
    Contemplando crucem Christi ?

    Dites-nous, Marie, que vîtes-vous en contemplant la croix du Christ ?

    Quod se Patri commendavit,
    Et quod caput inclinavit
    Et emisit spiritum.

    Je l’ai vu se recommander à son Père, puis il inclina sa tête et rendit l’esprit.

    Dic, Maria, quid fecisti,
    Postquam Jesum amisisti ?

    Dites-nous, Marie, que fîtes-vous, après avoir perdu Jésus ?

    Matrem flentem sociavi,
    Cum qua domum remeavi,
    Et in terram me prostravi,
    Et utrumque deploravi.

    J’accompagnai la Mère en pleurs ; avec elle je revins à la maison. Là, je me prosternai contre terre, et je pleurai sur le fils et sur la mère.

    Dic, Maria, quid fecisti,
    Postquam Jesum amisisti ?

    Dites-nous, Marie, que fîtes-vous, après avoir perdu Jésus ?

    Post unguenta comparavi,
    Et sepulcrum visitavi,
    Planctus meos duplicavi.

    Ensuite je préparai des parfums ; j’allai visiter le sépulcre, et mes sanglots redoublèrent.

    Dic, Maria, quid fecisti,
    Postquam Jesum amisisti ?

    Dites-nous, Marie, que fîtes-vous, après avoir perdu Jésus ?

    Angelus hæc dixit clare :
    O Maria, noli flere ;
    Jam surrexit Christus vere.

    Un Ange m’adressa ces paroles : « Ne pleure pas, ô Marie ! Le Christ est déjà ressuscité ! »

    Dic, Maria, quid fecisti,
    Postquam Jesum amisisti ?

    Dites-nous, Marie, que fîtes-vous, après avoir perdu Jésus ?

    Certe multis argumentis,
    Vidi signa resurgentis
    Filii omnipotentis.

    Enfin par moi-même je reconnus les signes évidents de la résurrection du Fils du Tout-Puissant.

    Dic nobis, Maria,
    Quid vidisti in via ?

    Dites-nous, Marie, qu’avez-vous vu, quand vous allâtes au tombeau ?

    Sepulcrum Christi viventis
    Et gloriam vidi resurgentis.

    J’ai vu le tombeau du Christ qui était vivant ; j’ai vu la gloire du Christ ressuscité.

    Angelicos testes,
    Sudarium et vestes.

    Les Anges étaient témoins, avec le suaire et les linceuls.

    Surrexit Christus spes mea,
    Præcedet suos in Galileam.

    Il est ressuscité, le Christ, mon espérance ; il précédera les siens en Galilée.

    Credendum est magis soli Mariæ veraci,
    Quam Judæorum turbæ fallaci.

    Croyons plutôt à Marie seule et véridique, qu’à la tourbe perfide des Juifs

    Scimus Christum surrexisse
    A mortuis vere ;
    Tu nobis, victor rex, miserere.
    Amen.

    Nous aussi, nous savons que le Christ est vraiment ressuscité des morts ; mais vous, ô Roi vainqueur, prenez pitié de nous. Amen.

  • Tout était prévu

    Le 12 septembre 2019 il y avait eu à Bruxelles un « sommet mondial sur la vaccination », de l’UE en coopération avec l’OMS. Il y avait eu trois tables rondes : « In vaccines we trust », détournement de « In God we trust », devise des Etats-Unis : ce n'est plus en Dieu mais dans les vaccins que nous avons confiance ; « la magie de la science » (sic) ; « Les vaccins protègent tout le monde partout » (sic). Dix actions avaient été définies dans le but d’arriver à la « vaccination pour tous ».

    Cette année-là avait commencé l’étude de faisabilité pour le développement d’un passeport vaccinal commun de l’UE, devant déboucher en 2022 sur une « proposition » (c’est le nom des diktats) de la Commission européenne. Divine surprise (?) : le covid-19 a permis d’accélérer le processus, mais de toute façon c’était prévu pour l’année prochaine.

    C’est également en 2019 qu’avait été lancé l’eurobaromètre spécial vaccination destiné à évaluer l’attitude des Européens face aux vaccins, c’est-à-dire, clairement et ouvertement, à prendre des dispositions, d’ici… 2021, pour contrer les « hésitations » de la population.

    Avec, à partir de… 2020, une réunion annuelle avec les membres de la « Coalition pour la vaccination », à savoir l’ensemble des lobbies ad hoc, pour connaître leurs engagements, et une initiative pour la prise de conscience publique sur la vaccination pendant la « semaine de l’immunisation ».

    Ce qui avait été immédiatement précédé par des rapports sur ce qui fait que des pays ont des taux bas ou élevés de couverture vaccinale, et une « série de webinaires sur des cas spécifiques, des projets et des initiatives traitant de l'hésitation à se faire vacciner et des questions liées à l'utilisation des vaccins, avec la participation d'un large éventail de parties prenantes »…

    Etc. On note particulièrement la concentration d’initiatives en 2019, dont la création du « portail européen d’information sur la vaccination »…

    (Il y en a des pages et des pages, j’avoue que je n’ai pas tout lu. Mais cela me paraît suffisant.)

  • Mercredi de Pâques

    Le bienheureux cardinal Schuster:

    Durant cette semaine pascale, exception faite hier pour saint Paul dans sa basilique stationnale (la messe du jeudi est quelque peu postérieure), c’est Pierre qui se réserve exclusivement l’honneur d’annoncer le premier aux Romains la résurrection du Seigneur. Avec quel courage l’Apôtre, peu de temps auparavant si timide devant la parole d’une servante, aujourd’hui sans dissimulation ni réticence, en face du sanhédrin et du peuple, rejette-t-il sur eux l’entière responsabilité du déicide ! Pilate, dit-il, avait décidé de renvoyer libre Jésus ; Dieu le Père l’a ressuscité des morts ; vous au contraire vous l’avez trahi, allant jusqu’à le renier (Act., III, 13-19).

    C’est là un des aspects les plus prodigieux de la prédication évangélique. Les apôtres ne flattent pas ni n’adulent le monde ; au contraire, ils lui reprochent ses crimes, lui montrant la nécessité d’expier le passé et de changer de vie. Dans l’Évangile, le monde ne trouve rien qui flatte sa sensualité, et, naturellement, l’attire ; pourtant, malgré toute cette incompatibilité de l’esprit mondain avec les principes de l’Évangile, en moins de trois siècles, le monde païen, qu’il le veuille ou non, courbera la tête sous les ondes salutaires du saint Baptême. Après la résurrection de Jésus, c’est là le plus grand des miracles qui mettent le sceau à notre foi.

    Un grand mystère dans le grand Evangile de Jean.

    153 poissons.

  • En passant…

    Le PDG de Moderna, le Français Stéphane Bancel, entre dans le classement Forbes des grandes fortunes mondiales, à la 26e place. Sa fortune est estimée à 3,5 milliards d’euros. Nul doute qu’il améliorera sensiblement son classement l’an prochain…

  • Vaccinez-vous !

    Ceci est un graphique montrant les problèmes posés par les vaccins dans l’Espace économique européen (Union européenne + Islande, Norvège, Liechtenstein). En bleu les problèmes des vaccins hors covid. Contrairement à ce que pourrait laisser penser ce que laissent filtrer les médias, ce qui est en rouge n’est pas AstraZeneca mais… Pfizer. (Et ce n'est qu'un début...)

    ExwhpHWWQAIi97i.png

     

  • Irlande

    Jeanne Smits publie de belles images d’une messe de Pâques sur un autel du temps des persécutions anglaises.

    C’est magnifique, et ça fait mal : comment est-ce possible qu’il n’y ait pas des dizaines de prêtres, et des évêques, à célébrer la messe sur ces autels, dont beaucoup sont entretenus, et qui sont tous de véritables et si vénérables monuments historiques ?

    La persécution, aujourd’hui, n’est plus anglaise. Elle est irlandaise. C’est le gouvernement irlandais qui interdit la messe. Et tout le monde se couche. Les derniers Irlandais catholiques restent terrés chez eux. Et les évêques sont en vacances perpétuelles tant qu’il y a des catholiques pour les leur payer…

  • Pas touche

    6069e408240000b432260828.jpg

    Ceci s’appelle « Sans titre » et c’est une œuvre d’un certain JonOne, estimée à 440.000 dollars. Elle est exposée à Séoul dans le cadre d’une exposition intitulée « Street Noise » (le bruit de la rue, car il s’agit de « street art »…)

    Les pots de peinture et les pinceaux par terre font partie de « l’œuvre ». Un couple de visiteurs a cru qu’il pouvait se servir des pots pour ajouter sa propre touche. Mais non. Nul « happening » ici, nulle participation attendue du spectateur, qui doit seulement admirer en silence. Le couple coréen est coupable de dégradation d’œuvre d’art. Il va sans doute le payer cher…

  • Diabolique

    Le jour de Pâques, le Journal du Dimanche a publié le « manifeste des 343 » nouvelles salopes, qui exigent l’allongement des délais légaux pour tuer les bébés.

    Le jour de Pâques, le Journal du Dimanche a publié aussi un « appel de plus de 270 députés » réclamant un vote pour légaliser l’euthanasie.

    Mors et vita duello conflixere mirando…

  • Victimæ paschali laudes

    La séquence de la semaine de Pâques, par les moines de Solesmes en 1953.

    Screenshot_2021-04-05 Chant_gregorien_03_Abbaye_de_Solesmes_002 JPG (Image JPEG, 1975 × 1933 pixels).png


    podcast

    victimae_paschali_laudes.gif

    À la Victime pascale, chrétiens, offrez le sacrifice de louange.

    L'Agneau a racheté les brebis ; le Christ innocent a réconcilié l'homme pécheur avec le Père.

    La mort et la vie s'affrontèrent en un duel prodigieux. Le Maître de la vie mourut ; vivant, il règne.

    « Dis-nous, Marie Madeleine, qu'as-tu vu en chemin ? »

    « J'ai vu le sépulcre du Christ vivant, j'ai vu la gloire du Ressuscité.

    J'ai vu les anges ses témoins, le suaire et les vêtements.

    Le Christ, mon espérance, est ressuscité ! Il vous précédera en Galilée. »

    Nous le savons : le Christ est vraiment ressuscité des morts.

    Roi victorieux, prends-nous tous en pitié !

    Amen.

  • Philippot

    EyD-Br_WQAYexM_.jpg

    EyD-Br9XAAUhA-_.jpg

    C'était samedi à Paris. Bizarrement, personne n'en parle. Heureusement qu'en France il y a la liberté de la presse.