Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 4

  • Petites heures

    Voici les hymnes de tierce, sexte et none (troisième, sixième et neuvième heure du jour), identiques toute l’année (sauf pendant le Triduum où elles sont supprimées), avec leur bonne traduction par le P. Louis Gladu.

    Tierce.jpg

    Sexte.jpg

    None.jpg

    Mercredi dernier, nous étions, Dom Gérard et moi, dans l’auto. Nous revenions des obsèques de Mme Jean Calvet, sa belle-sœur. Nous étions en train de réciter l’office de None. Dom Gérard aimait beaucoup l’hymne de cet office qui compare le coucher du soleil à la gloire éternelle qui récompense une sainte mort. Nous avions passé cinq heures ensemble, cinq heures délicieuses grâce à sa bienveillance, à sa culture, sa grande présence d’esprit et sa largeur de vue. Il aurait aimé mourir au chœur. Il officiait None quand il a eu son attaque. Ses derniers mots furent: Pater noster. Il s’est penché légèrement pour signifier l’inclination profonde que nous faisons en respect pour la majesté du Père céleste et il ne s’est jamais redressé. Sa mort comme toute sa vie ressemble à un simple et majestueux plongeon dans les bras du Père, un plongeon en Dieu. Et ses derniers mots sont, de façon providentielle, comme un dernier testament, le résumé de toute sa vie, Pater noster.

    (Début de l’homélie de Dom Louis-Marie aux obsèques de dom Gérard, le 3 mars 2008)

  • 7e dimanche après la Pentecôte

    Gardez-vous des faux prophètes, dit Jésus dans l’évangile. Vous les reconnaîtrez à leurs fruits : on ne récolte pas du raisin sur des épines, ni des figues sur des ronces.

    En latin spina et tribulus. En grec acantha et tribolos. Des mots qui sont en fait des synonymes, désignant des plantes piquantes. Deux mots que l’on retrouve ensemble, pour désigner la malédiction, chez Job et dans l’épître aux Hébreux, et qui font toujours référence à la Genèse.

    Après le péché originel, la terre sera maudite. Et Dieu dit à Adam : « Elle produira pour toi acanthas et tribolous - spinas et tribulos. » Non seulement on ne récolte pas de raisin et de figues sur les plantes épineuses, qui ne servent qu’à blesser celui qui va y voir de trop près (on ne parle pas ici de ronces mais de plantes avec des pointes acérées), mais le raisin et les figues sont (avec le lait et le miel) les symboles de la bénédiction, de l’abondance de la terre promise. Lorsque Moïse envoie des représentants des douze tribus dans la terre de Canaan pour qu’ils voient ce qu’on y trouve (sous la direction de « Josué », c’est-à-dire Jésus, comme dit le grec), ils reviennent avec du raisin et des figues (et des grenades).

    Et avant cela, c’était l’abondance du paradis. Le contraire des épines, c’était l’arbre de vie dont le fruit est incomparable. Chassés du paradis de l’arbre de vie, de la terre de volupté et de bénédiction, Adam et Eve se retrouvent dans les épines, dans la terre de malédiction. Or Jésus est venu pour nous sauver de la malédiction, pour nous faire échapper à la terre des épines pour nous faire retrouver l’arbre de vie.

    C’est pourquoi il faut se garder des faux prophètes : Jésus est le seul vrai prophète. On le reconnaît à son fruit : celui de ses paroles, qui nous renvoient à ce que dit Dieu dans la Genèse, et à ce que « Josué » rapporta de Canaan, et celui qu’il donnera sur l’arbre de la Croix, arbre de Vie : son propre Corps.

    Sur l'offertoire atypique de ce dimanche, voir ma note de l'an dernier.

  • Visitation

    Les deux premiers répons des matines font la part belle au Cantique des cantiques, dont le chapitre 2 est la lecture du premier nocturne. (Mais le verset du second est extrait de l’Ecclésiastique, autre source liturgique pour Notre Dame.)

    ℟. Surge, própera, amíca mea, formósa mea, et veni : jam enim hiems tránsiit, imber ábiit et recéssit : * Vox túrturis audíta est in terra nostra.
    ℣. Intrávit María in domum Zacharíæ et salutávit Elísabeth.
    * Vox túrturis audíta est in terra nostra.

    Lève-toi, hâte-toi, mon amie, ma toute belle, et viens ; car déjà l’hiver est passé, la pluie est partie, elle s’est retirée : la voix de la tourterelle a été entendue dans notre terre. Marie entra dans la maison de Zacharie, et elle salua Élisabeth. La voix de la tourterelle a été entendue dans notre terre.

    ℟. Quæ est ista quæ procéssit sicut sol, et formósa tamquam Jerúsalem ? * Vidérunt eam fíliæ Sion, et beátam dixérunt, et regínæ laudavérunt eam.
    ℣. Et sicut dies verni circúmdabant eam flores rosárum et lília convállium.
    * Vidérunt eam fíliæ Sion, et beátam dixérunt, et regínæ laudavérunt eam.

    Quelle est celle-ci qui s’avance comme le soleil, et belle comme Jérusalem ? Les filles de Sion l’ont vue et l’ont dite bienheureuse, et les reines l’ont louée. Et comme un jour de printemps, les roses l’entouraient, ainsi que les lys des vallées. Les filles de Sion l’ont vue et l’ont dite bienheureuse, et les reines l’ont louée.

    Le premier répons du deuxième nocturne vient lui aussi du Cantique des cantiques. Le bien aimé saute sur les montagnes… dans le ventre de sa Mère.

    ℟. Ecce iste venit sáliens in móntibus, transíliens colles : * Símilis est diléctus meus cápreæ hinnulóque cervórum.
    ℣. Exsultávit ut gigas ad curréndam viam, a summo cælo egréssio eius.
    * Símilis est diléctus meus cápreæ hinnulóque cervórum.

    Le voici qui vient, sautant sur les montagnes, franchissant les collines. Mon bien-aimé est semblable au chevreuil et au faon des biches. Il s’est élancé comme un géant pour parcourir sa carrière ; à l’extrémité du ciel est sa sortie. Mon bien-aimé est semblable au chevreuil et au faon des biches.

  • Brexit catastrophe

    Le Footsie a atteint cet après-midi son plus haut niveau depuis dix mois.

  • En Libye

    En Libye il y a deux parlements et deux gouvernements, qui n’ont ni l’un ni l’autre la moindre prise sur le chaos. L’un des gouvernements est soutenu par la communauté internationale. Il est installé à Tripoli depuis trois mois.

    Or voici qu’un communiqué de ce gouvernement nous apprend que quatre ministres sont désormais considérés « comme démissionnaires pour s'être absentés pour une période excédant trente jours, après avoir refusé de prendre leurs fonctions ». Sic.

    Bref ils n’ont jamais été ministres que sur le papier et dans l’idée des diplomates occidentaux. Et il s’agit des ministres de la Justice, de l’Economie et de l’Industrie, des Finances, et de la Réconciliation nationale…

  • Zombies

    Depuis lundi 27, iTélé en grève ne donne plus aucune information d’actualité, en dehors du bandeau en bas de l’écran, actualisé par des stagiaires.

    Or, alors que ce que l’on voit sur iTélé est ce que l’on y a déjà vu plusieurs fois, et que la chaîne dédiée à l’information continue ne donne plus la d'informations, sa part d’audience reste identique…

  • Grands démocrates

    On se demande jusqu’où ira l’hystérie des européistes frappés par le Brexit.

    L’un des sommets est cet éditorial du Nouvel Observateur titré :

    En finir avec le référendum, tyrannie de la majorité.

    Il est devenu banal de voir les grands démocrates demander l’interdiction du référendum, parce que ce sont les ploucs et les salauds de pauvres qui font la majorité contre les élites qui leur montrent pourtant le bon chemin. Mais aller jusqu’à dénoncer la « tyrannie de la majorité », c’est savoureux.

    Les européistes suisses sont sans doute les plus frénétiques, et on les comprend, car le Brexit rend encore plus impossible leur déjà impossible adhésion à l’UE. Les titres du quotidien Le Temps suffisent à donner le climat :

    Les baby boomers crucifient l’avenir des jeunes Britanniques

    Le Brexit et la «dictature des vieux».

    Et dans un autre article on prend connaissance de cette très démocratique idée de Jacqueline Fehr, conseiller d’Etat socialiste de Zurich et conseiller national (ce n’est pas une hurluberlue) : donner deux voix au 18-40 ans, une voix et demie (sic) aux 40-65 ans, et une voix aux plus de 65 ans. Sic.

    Elle propose aux jeunes de se mobiliser sur cette idée, de lancer une initiative populaire…

    Mais elle reconnaît que ça pose des problèmes. Alors on pourrait abaisser le droit de vote à 16 ans, et ouvrir le droit de vote aux étrangers…

  • Présidence Slovaque

    Ce 1er juillet commence la présidence slovaque du Conseil européen.

    La première particularité est que ce pays a catégoriquement rejeté le plan théoriquement contraignant de relocalisation des « réfugiés », disant qu’il n’y avait pas de musulmans dans le pays et qu’il n’y en aurait pas. Le Premier ministre (socialiste) Robert Fico le disait encore fin mai : « Je ne veux pas que se constitue en Slovaquie une communauté musulmane. (…) Nous ne voulons par changer les traditions de notre pays, qui est bâti sur la tradition cyrillo-méthodienne. »

    La deuxième particularité est que les dirigeants slovaques disent ouvertement qu’après le Brexit la seule solution est de modifier les équilibres européens en redonnant des compétences aux Etats-nations et en limitant celles de Bruxelles.

    La troisième particularité est que la Slovaquie est opposée aux sanctions contre Moscou, qui sont, dit le ministre des Affaires étrangères, commandées par l’idéologie et ne tiennent pas compte des faits, et entend bien faire changer les choses – alors que c’est justement aujourd’hui que les sanctions ont été de nouveau prolongées de six mois.

  • Coïncidence

    Nenad Krstic, professeur à l’université de Novi Sad, co-fondateur d’Alternative pour la Serbie :

    On savait bien que cette Europe fédérale allait s’écrouler un jour ou l’autre, d’ailleurs comme la Yougoslavie fédérale. Le hasard (ou le Bon Dieu) a voulu que l’effondrement de l’UE commence exactement 25 ans après l’effondrement de la Yougoslavie fédérale. En effet, le 25 juin 1991, les Républiques de Croatie et de Slovénie proclamaient leur indépendance…

  • En Autriche

    Coup de tonnerre en Autriche : la Cour constitutionnelle a donné raison à « l’extrême droite », et invalidé le scrutin présidentiel en raison des irrégularités dans le dépouillement.

    Il va donc y avoir un nouveau second tour. Une nouvelle chance de voir le candidat du FPÖ, Norbert Hofer, devenir président de l’Autriche… Un cauchemar infernal pour les européistes.

  • Au Mexique

    La Cour suprême mexicaine a rejeté mercredi une initiative visant à déclarer inconstitutionnels deux articles du code pénal criminalisant l'avortement.

    Les idéologues de la culture de mort ont perdu. Les pragmatiques, eux, ne demandent rien à la Cour suprême : en 2007, la ville de Mexico a voté une loi réformant le code pénal local afin de permettre l’avortement…

  • Parole d’avorteuse

    Ann Furedi est la directrice générale du « Service de conseils pour la grossesse », c’est-à-dire de la plus grande chaîne d’avortoirs privés de Grande-Bretagne. Dans une interview au Daily Mail, elle déclare que les femmes doivent pouvoir utiliser l’avortement comme moyen de contrôle des naissances, car il n’y a pas plus de risque à avorter qu’à prendre la pilule, et sur le plan moral il n’y a pas davantage de différence. De même qu’il n’y a pas de différence, sur le plan moral, entre décider d’avorter ou décider de se marier ou décider de divorcer.

    Elle ajoute :

    L’avortement c’est peut être tuer, mais c’est tuer un être qui n’a pas le sens de la vie ou de la mort, et qui n’a pas conscience d’être distinct des autres.

    Et Ann Furedi ne paraît pas avoir conscience de parler comme un médecin nazi, en légitimant par ce propos le meurtre de nombreux malades mentaux ou de grands blessés. Peut-être a-t-elle conscience en revanche que son propos justifie l’infanticide, et que c’est pour aller dans ce sens qu’elle parle ainsi. Son organisation pourrait alors s’appeler « Service de conseils pour la grossesse et la naissance ».

  • Mystérieuse agression

    Le directeur du centre des Restos du Cœur de Montreuil a été agressé par un homme et une femme, celle-ci le frappant au ventre à coups de couteau, tandis que celui-là se jetait sur l’homme avec une hache. Puis le couple s’est enfui en criant « Allahou Akbar ».

    Donc la police appelle à la plus grande prudence sur les motivations de l’agression et souligne qu’aucune piste n’est privilégiée…

  • L’islam saoudien à Nice

    Le Conseil d'Etat a confirmé hier l'injonction faite en référé au maire de Nice d'autoriser l'ouverture d'une mosquée financée par l'Arabie saoudite (le propriétaire est carrément le ministre saoudien des Affaires islamiques).

    Selon le Conseil d’Etat, les lieux de prières existants à Nice ne permettent pas aux musulmans « d'exercer leur culte (?) dans des conditions normales de dignité et de sécurité », et « le refus du maire d'autoriser l'ouverture des locaux portait une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté de culte ».

    C’est ainsi que le Conseil d’Etat impose l’islam salafiste, se lavant les mains des conséquences.

    Christian Estrosi et le nouveau maire de Nice en titre ont répondu qu’ils ne se soumettront pas : « C'est désormais au préfet des Alpes-Maritimes de prendre ses responsabilités s'il veut se substituer au maire de Nice. »

    Addendum

    La préfecture a pris un arrêté autorisant l'ouverture de la mosquée, comme "établissement recevant du public", sans aucune indication de sa destination...

  • Ils tombent des nues

    Les autorités de l’enseignement en Flandre ont découvert qu’un très officiel professeur de religion islamique, qui faisait un remplacement à Willebroeck, fait l’éloge de « prêcheurs de haine » sur sa page Facebook. « La direction de l’école et l’inspection tombent des nues, nous dit le journal. Nous n’avions décelé aucun signe de radicalisme. »

    Ils ne veulent toujours pas savoir que le « radicalisme », c’est ce qui se trouve dans le Coran et les Hadiths. Et donc dans les prêches des innombrables prédicateurs salafistes. Ils n’ont pas fini de tomber des nues. Avant de tomber sous les coups.

    « Je vais ouvrir une enquête. Si vos allégations sont exactes, sa carrière d’enseignant est terminée. Ce que vous me racontez est inacceptable. Je ne l’enverrai plus jamais dans une école », déclare l’inspecteur anversois des cours de religion islamique. Qui s’appelle Ahmed Azzouz…

    Ce qui est semble-t-il « inacceptable », c’est d’appeler à tuer les juifs. Ahmed Azzouz ne paraît pas bien connaître la vie du beau modèle…

  • Kafir harbi

    Le grand mufti de l’Etat de Pahang en Malaisie, Abdul Rahman Osman, a déclaré que les que les musulmans qui soutenaient le parti d’action démocratique (DAP) commettaient un péché, et que plus généralement tous ceux qui contestent une loi visant à appliquer la charia sont « kafir harbi », à savoir des mécréants « de la guerre », autrement dit qu’il est licite de tuer. (Le « dar al Harb » est le pays de la guerre, de la guerre de l’islam pour soumettre les infidèles, par opposition au « dar al islam », le pays où règne la charia.)

    Cette déclaration ayant provoqué une certaine émotion, et même des plaintes pour incitation à la haine, Abdul Rahman Osman a déclaré ensuite qu’il n’avait pas du tout prôné le meurtre de ceux qu’il avait appelés « kafir harbi », et qu’il n’avait pas utilisé l’expression de façon littérale. Il a précisé : « En tant que musulmans nous avons la responsabilité de déclarer le jihad contre les kafir harbi. Mais dans ce contexte, le jihad ne signifie pas nécessairement prendre les armes et aller à la guerre. Dans ce cas, le jihad signifie seulement que nous déclarons la guerre à leur idéologie par le débat. »

    Soulignant qu’il ne s’excuserait pas d’avoir utilisé cette expression (qui veut bel et bien dire que quiconque est en droit de tuer la personne ainsi désignée), il a ajouté que les non-musulmans n’ont pas à s’inquiéter des amendements visant à renforcer les tribunaux de la charia, puisque ces tribunaux ne concernent que les musulmans. « Cela ne les concerne pas et ils feraient mieux de ne pas interférer dans nos affaires religieuses… » Ce qui ressemble quand même à une nouvelle menace… Et l’on sait que non loin de là, dans la province indonésienne d’Aceh, la charia est aujourd’hui appliquée aux non-musulmans…

  • Sissi insiste

    A l’occasion de la « nuit du destin », le président égyptien Abdel Fattah al Sissi a demandé de nouveau à l’université d’al-Azhar, dans un discours télévisé, de « repenser le discours religieux » afin que l’islam ne puisse pas être une source d’inspiration pour le terrorisme.

    Répétant que l’extrémisme islamiste fait courir un danger majeur au monde musulman, il a souligné l’urgence de « corriger » le discours sur l’islam, rappelant qu’au début de l’ère musulmane les savants s’étaient élevés contre des paroles faussement attribuées au Prophète. « Je dis aux religieux d’Al-Azhar de poursuivre leurs efforts dignes d’éloges pour corriger les discours religieux et clarifier la véritable essence de l’islam qui prône la tolérance et la compassion. »

  • Au Japon

    La Cour suprême du Japon a définitivement rejeté la plainte de musulmans, qui reprochaient aux autorités de leur pays d'avoir violé leur vie privée en mettant en place une surveillance ciblée.

    Suite à des révélations concernant l’étendue des mesures de surveillance des musulmans mises en œuvre par les autorités, 17 musulmans japonais avaient porté plainte contre le gouvernement pour violation du respect de la vie privée et de la liberté religieuse, réclamant 90 millions de yens (800.000 €) de compensation.

    D'après l'avocat des plaignants, les magistrats ont estimé que le gouvernement n'avait en aucune manière enfreint la Constitution. La Cour suprême a également validé l'arrêt d'une cour de justice qui avait décrit les mesures de surveillance prises par les autorités comme «nécessaires et inévitables» afin de protéger le pays contre la menace du terrorisme international.

    Il n’y aurait que 10.000 musulmans dans l’archipel.

  • Le cardinal Rivera et la messe

    Le cardinal Norberto Rivera Carrera, archevêque de Mexico, a célébré la messe de la fête des saints Pierre et Paul, dans la « forme extraordinaire », à la chapelle de l’Immaculée Conception qu’il a confiée à la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre.

    L’événement a été répercuté par le service de communication du diocèse, qui souligne que la chapelle est dédiée à la célébration permanente de la messe selon la forme extraordinaire du rite latin, « avec l’idée de former autour d’elle une communauté de vie catholique intégrale basée sur ce rite ».

    Il est précisé également que lors de la messe ont été exposées à la vénération des fidèles des reliques de deux groupes de Cristeros, saint Cristobal Magallanes et ses compagnons martyrs, et le bienheureux Anacleto Gonzales Flores et ses 12 compagnons martyrs.

    Voilà encore un « grand cardinal », comme dirait Benoît XVI...

  • Pakistan : condamnés à mort pour “blasphème”

    Un chrétien et un musulman faisaient chanter le directeur catholique d’un complexe d’établissements scolaires (2.000 élèves) à Gujranwala, dans le nord du Pendjab. Ils lui réclamaient toujours plus d’argent pour ne pas divulguer un enregistrement audio où selon eux il tenait des propos « blasphématoires ». Le directeur a fini par porter plainte. Résultat : la police a arrêté les maîtres chanteurs, a mis la main sur l’argent extorqué et sur le fichier audio, et tous les trois se sont retrouvés devant le tribunal militaire antiterroriste (sic) qui vient de les condamner à mort : le directeur d’écoles pour blasphème, les deux autres pour détention de blasphème (ceux-ci sont aussi condamnés à 35 ans de prison et une forte amende pour extorsion de fonds).

    Alors que les propos supposés « blasphématoires » avaient été tenus en public, le tribunal a refusé d’entendre les témoins pour corroborer l’accusation. L’avocat du directeur d’écoles a souligné en vain les failles de l’enquête, et il ajoute que personne n’a écouté l’enregistrement audio pour vérifier qu’il s’agissait bien d’une affaire de blasphème, puisque l’Islam interdit l’écoute de propos blasphématoires…

  • Un prêtre copte tué

    Father-Rafael-Moussa.jpg

    Un prêtre copte a été tué par balle, hier, à al-Arich, capitale du gouvernorat égyptien du Sinaï-Nord (la seule ville entre Port-Saïd et Gaza). Le P. Raphaël Moussa, 46 ans, était le curé de la paroisse Saint-Georges d’al-Arich,

    L’Etat islamique a revendiqué le meurtre, ainsi que celui d’un policier, indiquant qu’il continuerait de s’en prendre aux « ennemis de l’islam ».

    L’armée égyptienne vient de reconstruire cette église, qui avait été incendiée au cours des attaques des Frères musulmans en août 2013.

    La seule photo disponible de ce qu'on peut voir de l'église donne une idée de l’ambiance…

    5.jpg

  • Le précieux sang

    Per hæc divína mystéria, ad novi, quǽsumus, Testaménti mediatórem Jesum accedámus : et super altária tua, Dómine virtútum, aspersiónem sánguinis mélius loquéntem, quam Abel, innovémus. Per eúndem Dóminum.

    Nous vous en supplions, Dieu des puissances, que par ces divins mystères, nous puissions avoir accès auprès de Jésus le médiateur de la nouvelle alliance, et que nous renouvelions sur vos autels l’aspersion de ce sang qui parle mieux que celui d’Abel.

    Telle est la « secrète » de la messe. Elle cite l’épître aux Hébreux (12,24) : (Vous vous êtes approchés) « de Jésus qui est le médiateur de la nouvelle alliance, et du sang de l’aspersion qui parle mieux que celui d’Abel ».

    Saint Grégoire le Grand rappelle qu’à propos du sang d’Abel Dieu dit à Caïn : La voix du sang de ton frère crie vers moi depuis la terre. « Le sang de Jésus parle mieux que celui d’Abel, parce que le sang d’Abel réclamait la mort du frère fratricide, tandis que le sang du Seigneur obtient la vie pour les persécuteurs. » (Morales sur Job 13, 22.)

  • Reconquête N° 329

    Rec.jpg

    Rec-somm.jpg

  • Commémoraison de saint Paul

    La messe de ce jour est la même que celle de la fête de la conversion de saint Paul, le 25 janvier, en dehors des lectures, et de l’alléluia, que voici par les moniales d’Argentan :

    Allelúia, allelúia. Sancte Paule Apóstole, prædicátor veritátis et doctor géntium, intercéde pro nobis. Allelúia.

    Saint Paul, Apôtre, prédicateur de la vérité et docteur des nations, intercédez pour nous.

     

    chant_img.jpg


    podcast

  • Ça n’a pas été long…

    L'indice FTSE-100 ("footsie") de la Bourse de Londres est revenu aujourd’hui au niveau où il était avant le référendum, et l’a même dépassé.

  • Les fadas

    Comme chacun le sait, le Brexit est le fait des bouseux archaïques et des salauds de pauvres, de toute la vieillerie inculte et moisie d’outre-Manche.

    Matteo Renzi a trouvé une idée géniale pour que les jeunes Britanniques instruits et modernes ne pâtissent pas des tares de leurs aînés : leur donner la citoyenneté européenne…

    « Si un étudiant britannique décide de passer deux, trois, quatre ans dans une université européenne, nous sommes en train d'étudier s'il serait possible de lui donner un passeport européen », dit-il, en faisant croire que son idée est partagée par les autres dirigeants de la gauche européenne, et même par Angela Merkel et François Hollande, puisqu’il dit en avoir parlé avec eux lors de leur rencontre à Berlin ; et la presse aux ordres conclut servilement que « les dirigeants de l’UE » envisagent de faire ce que préconise Renzi.

    Sauf que c’est une absurdité.

    C’est une absurdité en soi, de donner la citoyenneté de l’UE à un jeune sous prétexte qu’il fait ses études dans une université de l’UE.

    En outre cela impliquerait, selon les règles de la non-discrimination, qu’on donne la citoyenneté européenne non aux seuls Britanniques, mais à tous les étudiants venus du monde entier faire leurs études dans l’UE. Et même chez les eurofanatiques il n’y aura personne pour accepter cela.

  • Aux Pays-Bas

    Une motion de Geert Wilders, demandant au gouvernement de « tout mettre en œuvre pour organiser au plus tôt un référendum sur l’appartenance des Pays-Bas à l’UE » a été rejetée lundi soir par 124 voix contre 14. Ce qui n’est pas étonnant. L’information est que la motion existe et a été discutée.

    Dans le même temps, on apprend qu’une pétition réclamant ce même référendum a recueilli 56.710 signatures et a été remise au Parlement.

    Pour l’heure le gouvernement des Pays-Bas est aux prises avec le problème posé par le dernier référendum en date : celui sur l’accord UE-Ukraine. Alors que l’élite néerlandaise est fanatiquement européiste, le peuple néerlandais, contre toute attente, s’est servi de ce référendum a priori technique pour montrer son euroscepticisme. C’était le 6 avril, et la question n’est toujours pas réglée. Le gouvernement et l’UE se trouvent devant un problème insoluble. Car l’accord (en réalité un coup politique contre Poutine) qui était passé partout (y compris évidemment au Parlement néerlandais) comme une lettre à la poste, est entré en application avant même que tout le monde l’ait ratifié… Le Premier ministre Mark Rutte a déclaré hier : « Ou bien nous modifions le texte, ou bien nous trouvons une solution qui n’implique pas de modifier le texte. » En attendant, les Pays-Bas ne peuvent pas ratifier l’accord. Lequel est depuis longtemps mis en application, de façon parfaitement illégale, comme c’est de plus en plus souvent le cas dans cette UE où le droit ne sert plus qu’à légitimer les attaques contre les méchants eurosceptiques…

  • La Cour suprême continue…

    Au lendemain de sa décision concernant le Texas, la Cour suprême des Etats-Unis, continuant dans sa lancée meurtrière, a rejeté hier les appels du Wisconsin et du Mississippi contre des jugements invalidant des lois restreignant la possibilité d’avorter dans ces Etats. C’est hélas seulement logique : il s’agissait de lois qui obligeaient les avorteurs à avoir un « privilège d’admission » dans un hôpital, comme au Texas.

    Parmi les réactions je note celle de la sénatrice Tammy Baldwin du Wisconsin : la Cour suprême « réaffirme que les femmes du Wisconsin et du pays tout entier ont le droit constitutionnel de faire leurs propres choix en matière de santé ». Tuer son bébé c’est un choix de santé… Jusqu’à quand va-t-on appeler encore cela la civilisation ? (Ah, j’oubliais… Tammy Baldwin est la première sénatrice ouvertement homosexuelle…)

  • Ordinations

    La mauvaise nouvelle :

    Il n’y a eu que 79 ordinations diocésaines de nouveaux prêtres cette année. Entre zéro (le cas le plus fréquent) et 2 ou 3 par diocèse, exceptionnellement 4 (Luçon, Saint-Denis, Versailles). Le plus grand nombre (si l’on peut dire) est logiquement à Paris : 11 ordinations. Et l’on remarque 5 ordinations à Bordeaux. Mais à Marseille, la 2e ville de France, c’est 0, à Lyon c’est 2, Toulouse 3, Nice 2, Nantes 1, Strasbourg 0, Montpellier 1, Lille 1.

    La bonne nouvelle :

    On remarque qu’il y a 6 ordinations dans le diocèse de Fréjus-Toulon, et… 7 dans le diocèse de Vannes (qui est la 110e ville de France).

    L’un des nouveaux prêtres de Vannes a tenu à célébrer une de ses premières messes dans la « forme extraordinaire » (l’un des nouveaux prêtres de Paris également).

  • Saints Pierre et Paul

    P1140942.JPG

    Chapelle de la Madeleine, Gressan, Vallée d’Aoste. Fresque attribué à Giacomina da Ivrea, XVe siècle, découverte (comme toutes celles de l’intérieur de l’église) en 1938 sous la chaux et le ciment.

    Hódie Simon Petrus ascéndit crucis patíbulum, allelúia : hódie claviculárius regni gaudens migrávit ad Christum : hódie Paulus Apóstolus, lumen orbis terræ, inclináto cápite, pro Christi nómine martýrio coronátus est, allelúia.

    Aujourd’hui Simon Pierre est monté sur le gibet de la croix, alléluia : aujourd’hui le porte-clefs du royaume s’en est allé joyeux vers le Christ : aujourd’hui l’Apôtre Paul, lumière de toute la terre, ayant incliné la tête, a reçu la couronne du martyre pour le nom du Christ, alléluia.

    Antienne du Magnificat. Chantée par les moines de Solesmes (avec des si bécarre) :
    podcast