Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 8

  • Autocritique

    Dans la plus pure tradition marxiste-léniniste, l’abbé François Schneider a fait hier son autocritique publique en lisant un communiqué mensonger rédigé par l’évêché de Saint-Dié :

    « Je regrette d'avoir alimenté une polémique au sujet de certains genres musicaux. Cela a été totalement déplacé et indécent. »

    Mais la « polémique » ne concernait pas des « genres musicaux ».

    Est-ce terminé ?

    Bien sûr que non. La dictature marxiste-léniniste ne s’arrête que lorsque l’adversaire de classe est brisé, anéanti. Le vicaire général l’annonce :

    « Notre premier objectif était que l'abbé Schneider fasse cette déclaration. Maintenant, on se reverra demain et on envisagera la suite. Il est beaucoup trop tôt pour en dire plus. »

    Quoi qu’il en soit, comme on le savait déjà, un prêtre meusien, « très actif dans le domaine de la musique métal », va intervenir prochainement dans la paroisse « pour essayer de réfléchir et nous aider à avoir des éléments pour comprendre cette culture contemporaine qui peut nous dérouter ».

    L’anticulture satanique promue par le diocèse. Marx et Lénine n’auraient même pas pu rêver que l’Eglise puisse procéder avec un tel entrain à son autodémolition.

  • Saint Thomas

    Le Quatrième Evangile en particulier nous offre plusieurs informations qui décrivent certaines caractéristiques significatives de sa personnalité. La première concerne l'exhortation qu'il fit aux autres Apôtres lorsque Jésus, à un moment critique de sa vie, décida de se rendre à Béthanie pour ressusciter Lazare, s'approchant ainsi dangereusement de Jérusalem (cf. Mc 10, 32). A cette occasion, Thomas dit à ses disciples : « Allons-y nous aussi, pour mourir avec lui ! » (Jn 11, 16). Sa détermination à suivre le Maître est véritablement exemplaire et nous offre un précieux enseignement : elle révèle la totale disponibilité à suivre Jésus, jusqu'à identifier son propre destin avec le sien et à vouloir partager avec Lui l'épreuve suprême de la mort. En effet, le plus important est de ne jamais s’écarter de Jésus. D'ailleurs, lorsque les Evangiles utilisent le verbe « suivre » c'est pour signifier que là où Il se dirige, son disciple doit également se rendre. De cette manière, la vie chrétienne est définie comme une vie avec Jésus Christ, une vie à passer avec Lui. Saint Paul écrit quelque chose de semblable, lorsqu'il rassure les chrétiens de Corinthe de la façon suivante : « Vous êtes dans nos cœurs à la vie et à la mort » (2 Co 7, 3). Ce qui se produit entre l'Apôtre et ses chrétiens doit, bien sûr, valoir tout d'abord en ce qui concerne la relation entre les chrétiens et Jésus lui-même : mourir ensemble, vivre ensemble, être dans son cœur comme Il est dans le nôtre.

    Benoît XVI

    La grande antienne O

    O Oriens (Zacharie 6,12), splendor lucis ætérnæ (Hébreux 1,3), et sol justítiæ (Malachie 4,2) : veni, et illúmina sedéntes in ténebris, et umbra mortis (Isaïe 9,2).

    O Orient, splendeur de la lumière éternelle, et soleil de justice : venez et éclairez ceux qui sont assis dans les ténèbres et dans l’ombre de la mort.

  • Quatrième dimanche de l’Avent

    Les antiennes du jour :

    Canite tuba in Sion, quia prope est dies Domini: ecce veniet ad salvandum nos, alleluia, alleluia. (Joël 2,1)
    Sonnez de la trompette dans Sion, parce que le jour du Seigneur est proche : voici qu’il vient pour nous sauver, alléluia, alléluia.

    Ecce veniet desideratus cunctis Gentibus: et replebitur gloria domus Domini, alleluia. (Aggée 2,8)
    Voici que viendra le désiré de toutes les Nations, et la maison du Seigneur sera remplie de gloire, alléluia.

    Erunt prava in directa, et aspera in vias planas: veni, Domine, et noli tardare, alleluia. (Isaïe 40,4)
    Les [chemins) tortueux seront redressés et les raboteux deviendront des voies aplanies : venez, Seigneur, et ne tardez pas, alléluia.

    Dominus veniet, occurrite illi, dicentes: Magnum principium, et regni ejus non erit finis: Deus, fortis, dominator, princeps pacis, alleluia, alleluia. (Isaïe 9,6)
    Le Seigneur va venir, allez au-devant de lui, disant : Sa puissance est grande et son règne n’aura pas de fin ; il est Dieu, Fort, Dominateur, Prince de la paix, alléluia, alléluia.

    Omnipotens sermo tuus, Domine, a regalibus sedibus veniet, alleluia. (Sagesse 18,15)
    Votre parole toute-puissante, Seigneur, viendra du trône royal, alléluia.

    Saint Grégoire le Grand sur l’évangile :

    A quel temps le Précurseur de notre Rédempteur reçut le mandat de prêcher, nous le trouvons indiqué par la double mention que fait l’Évangile, et du chef de l’empire Romain et des rois de la Judée. Il venait annoncer Celui qui allait racheter quelques-uns d’entre les Juifs et un plus grand nombre d’entre les Gentils : voilà pourquoi on précise l’époque de sa prédication, en citant et un empereur des Gentils et les princes des Juifs.

    La Gentilité devait être rassemblée, tandis que la nation juive allait être dispersée, en punition de sa perfidie, cela aussi nous est indiqué par la mention faite des chefs du pouvoir civil : un seul, dit l’Évangile, dominait dans la République Romaine, tandis que plusieurs princes commandaient dans la Judée, divisée en quatre parties. En effet, voici la parole de notre Rédempteur : « Tout royaume divisé contre lui-même sera détruit. » II est donc visible que le royaume de Judée, divisé et soumis à tant de chefs, touchait à son terme.

    C’est aussi avec raison qu’on ne dit pas seulement sous quels princes, mais encore sous quels prêtres la parole du Seigneur se fit entendre au Fils de Zacharie dans le désert. Comme Celui que Jean-Baptiste annonçait devait être à la fuis Roi et Prêtre, l’Évangéliste saint Luc désigne le temps de sa prédication par la mention et des chefs du gouvernement civil et des autorités sacerdotales.

    La grande antienne O :

    O clavis David, et sceptrum domus Israël ; qui áperis, et nemo claudit ; claudis, et nemo áperit (Isaïe 22,22) : veni, et educ vinctum de domo cárceris, sedéntem in ténebris, et umbra mortis (Isaïe 42,7).

    O Clef de David, et sceptre de la maison d’Israël ; qui ouvrez, et nul ne peut fermer ; qui fermez, et nul ne peut ouvrir : venez, et tirez de la prison le captif qui est assis dans les ténèbres et dans l’ombre de la mort.

    Par l’ensemble Cantarte de Ratisbonne

  • Lever de terre

    lune.jpg

    Lever de terre sur la lune. Photo de la Nasa, prise par la sonde Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO) qui tourne autour de la Lune depuis 2009. La sonde connaît 12 levers de terre par jour, mais elle photographie presque tout le temps la surface de la lune…

  • A Damas

    12360179_1022354211141744_886732566083610242_n.jpg

    943798_1022354201141745_1573120360351609535_n.jpg

    247051_1022354291141736_4118284529332884581_n.jpg

    Hier soir, Bachar al-Assad et madame se sont rendus à l’église Notre-Dame de Damas, dans le quartier Koussour de la capitale, à deux kilomètres d’un endroit tenu par les rebelles.

    C’est une des six églises grecques melkites catholiques de Damas. Impressionnante par sa grandeur, son iconostase, et sa galerie d’icônes (une de chaque côté ?).

    Le président syrien a assisté à une répétition (pour Noël) de l’ensemble « Chœur-Joie », fondé en 1977 par le P. Elias Zahlaoui, et qui compte aujourd’hui plus de 400 membres. Le P. Zahlaoui, parfaitement francophone, est connu pour ses lettres incendiaires à Hollande ou à Juppé, et aussi aux Français après l’attentat contre Charlie Hebdo (pour nous prévenir gentiment que ce n'était que le début). Il est connu d’autre part comme le grand spécialiste et propagandiste des apparitions de Soufranieh.

    On verra d’autres photos de cette visite sur ce site, ainsi que deux brèves vidéos qui me paraissent, disons, instructives.

    Détail amusant : au moment où la vidéo montre la chorale, elle chante la Marche des Rois de Bizet…

  • + Kurt Masur +

    Kurt Masur est mort, à l’âge de 88 ans. Il souffrait de la maladie de Parkinson depuis plusieurs années.

    Kurt Masur était l’un des plus grands chefs d’orchestre de sa génération.

    Bien qu’ayant été le chef du Philharmonique de New York, du Philharmonique de Londres, de l’Orchestre national de France après la chute du Mur, il restera le chef du Gewandhaus de Leipzig qu’il fut de 1970 à 1996. De ce fait il dirigeait chaque Semaine Sainte la Passion selon saint Matthieu de Bach. Et la seule fois que je l’ai vu, c’était à la basilique de Saint-Denis, précisément pour la Passion selon saint Matthieu, avec Peter Schreier en évangéliste. Ce sont des choses qu’on n’oublie pas. D’autant que c’était l’année suivant la chute du Mur.

    Kurt Masur était donc l’un des deux ou trois grands chefs d’orchestre d’Allemagne de l’Est. Il était muet sur le plan politique. Mais lorsque la contestation monta, avec les fameux « lundis de Leipzig » de l'automne 1989, qui commencèrent comme une réunion de prière en l’église Saint-Nicolas et devinrent peu à peu des manifestations du lundi dans toutes les grandes villes du pays, Kurt Masur accueillit les manifestants dans la grande salle du Gewandhaus, et il fut un artisan important de la chute pacifique du régime par son autorité naturelle qui imposait la modération sans rien abandonner de la détermination : un travail de chef d’orchestre…

    Kurt-Masur-und-Frau-Tomoko.jpg

    Kurt Masur et sa femme Tomoko, l’an dernier à Leipzig.

  • Les européistes tels qu’en eux-mêmes

    La Commission européenne a mis en place une équipe de huit personnes chargée de trouver les… mots qui permettront de répondre aux demandes de David Cameron sans changer quoi que ce soit.

    Le but est ouvertement de produire assez de poudre aux yeux pour que David Cameron soit en mesure de faire campagne pour le maintien du Royaume Uni dans l’UE.

    Ce qui est insultant pour Cameron comme pour les citoyens britanniques. Cameron a beau être un politicien comme les autres, il n’a pas enclenché ce processus pour se satisfaire de belles paroles – c’est sa crédibilité qui est en jeu. Et il faut prendre les Britanniques pour des imbéciles pour croire qu’ils n’y verront que du feu, et que l’aile souverainiste des conservateurs et l’Ukip regarderont ailleurs.

    C’est une nouvelle illustration de l’hypocrisie des européistes et de leur mépris des peuples.

  • Nous y voilà

    Le ministre de l’Intérieur craint que les messes de Noël ne soient prises pour cibles par des terroristes. Il a donc envoyé des instructions précises aux préfets et aux directeurs de la police et de la gendarmerie pour que soient protégées les églises les 24 et 25 décembre.

    Comme au Caire ou à Bagdad…

  • En Malaisie

    L’université de technologie Mara, en Malaisie (4.000 enseignants, 172.000 étudiants), ou plus précisément sa Faculté des études islamiques contemporaines, a organisé le 12 décembre un séminaire à huis clos, réservé aux musulmans, sur le thème : « Tendance à l’apostasie et menace de christianisation ». Selon un porte-parole de l’université, « le programme avait trait à différents sujets historiques et contemporains, dont les menaces représentées par l’Etat islamique, les chiites, le terrorisme ou bien encore les croisades ». Sic. Selon une personne qui a assisté au séminaire, il n’y a en réalité été question que des chrétiens : l’utilisation du mot « Allah » dans la Bible, le pape, le prosélytisme chrétiens en Indonésie, et… les croisades.

    La même université avait déjà organisé l’an dernier un séminaire de ce genre, sous le titre très clair : « Menaces et défis posés par la christianisation de la Malaisie ». La Fédération chrétienne de Malaisie avait dénoncé avec force un « discours de haine et de propagande religieuse sectaire à peine déguisé sous couvert de liberté académique », et les protestations chrétiennes avaient été d’autant plus vives qu’étaient intervenus à ce colloque un ancien prêtre converti à l’islam et une ancienne religieuse convertie à l’islam, selon les organisateurs, alors que ces personnes n’avaient jamais été prêtre ou religieuse.

    Cette fois encore, malgré un intitulé moins provoquant et l’absence d’un faux prêtre, les réactions sont vives. « Il est parfaitement inacceptable qu’une université publique utilise des fonds gouvernementaux pour mener des activités visant à diaboliser une minorité religieuse », a déclaré la Fédération chrétienne.

    Selon les observateurs il y a au sein du parti au pouvoir (qui s’est récemment allié avec un parti islamiste) une volonté de laisser se développer l’islam radical pour faire plaisir à un électorat musulman lassé de ce pouvoir usé et corrompu.

  • Hélas ce n’est pas une blague salace

    La Société européenne de gynécologie esthétique (sic) annonce qu’elle tiendra son « premier congrès mondial » au Vatican du 21 au 26 avril 2016. Exactement à l’Augustinianum, l’institut patristique de l’université pontificale du Latran.

    Au programme : comment amplifier et stimuler au mieux le 'point G' pour une vie sexuelle plus satisfaisante, nouveaux horizons dans la reconstruction vaginale, comment augmenter petites et grandes lèvres par transfert de graisses et de tissus, techniques de rajeunissement vaginal, lifting du clitoris, la nouvelle frontière de la ‘sex therapy’…

    « Les participants auront la chance d'assister à l'audience générale du Pape, et de visiter les Jardins du Vatican. »

    (Benoît et moi)

    Addendum

    Il y a un curieux démenti du P. Lombardi (?) publié seulement par un blog italien. Mais la Société européenne de gynécologie esthétique (jusqu'ici) n'a rien modifié sur son site (ni sur le site du congrès).

  • Samedi des quatre temps de l’Avent

    Les antiennes du jour :

    Intuimini quam sit gloriósus iste, qui ingredietur ad salvandos pópulos.
    Considérez combien il est glorieux, celui qui s’avance pour sauver les peuples.

    Multiplicábitur ejus impérium, et pacis non erit finis. (Isaïe 9,7)
    Il s’étendra, son empire, et sa paix n’aura pas de fin.

    Ego Dóminus prope feci justítiam meam, non elongábitur, et salus mea non morabitur. (Isaïe 46,13)
    Moi, le Seigneur, j’ai rendu proche ma justice, elle ne sera pas éloigné et mon salut ne tardera pas.

    Exspectetur sicut plúvia elóquium Dómini: et descendat sicut ros, super nos Dóminus Deus noster. (Deutéronome 32,2)
    Quelle soit attendue comme la pluie, la parole du Seigneur, et que notre Dieu descende sur nous comme une rosée.

    Parátus esto Israël, in occúrsum Dómini, quóniam venit.
    Sois prêt, Israël, pour aller à la rencontre du Seigneur, car Il vient.

    L’antienne O :

    O radix Jesse, qui stas in signum populórum (Isaie 11,1,10), super quem continébunt reges os suum (Isaïe 52,15), quem gentes deprecabúntur : veni ad liberándum nos, jam noli tardáre (cf. psaume 79, Habacuc 2,3…).

    O Racine de Jessé, qui êtes comme l’étendard des peuples, devant qui les rois fermeront leur bouche, et dont les nations imploreront le secours : venez nous délivrer, maintenant ne tardez plus.

  • Dictature

    La justice du politiquement correct (c’est-à-dire du dégueulassement décadent) a encore frappé : Christine Boutin est condamnée à 5.000 € d’amende, et à verser 2.000 € de dommages et intérêts à deux associations, pour « provocation publique à la haine ou à la violence » envers les homosexuels parce qu’elle avait dit que « l'homosexualité est une abomination ».

    Christine Boutin avait dit exactement : « L'homosexualité est une abomination. Mais pas la personne. Le péché n'est jamais acceptable, mais le pécheur est toujours pardonné. »

    Ce sont des « jugements » comme ceux-là qui sont des provocations à la violence.

  • En Libye

    Des membres des deux parlements libyens rivaux, celui de Tobrouk « reconnu par la communauté internationale », et celui de Tripoli, ont signé un accord, hier, au Maroc.

    C’est « un jour historique » pour la Libye, a déclaré l’émissaire de l’ONU. L’accord prévoit la création d’un conseil présidentiel autour d’une personnalité indépendante des deux parlements, flanqué de neuf députés des deux assemblées, et, sous quarante jours, la fusion des deux parlements en une Chambre des représentants et en un Conseil d’Etat.

    Le seul petit problème est que les signataires… ne sont pas des représentants des deux parlements. Les présidents des deux parlements avaient clairement fait savoir que ces gens-là n’avaient aucun mandat pour négocier quoi que ce soit.

    Bref, on devrait avoir désormais trois parlements (fantoches) en Libye. Tandis que sur le terrain ce sont toujours les diverses milices islamiques qui font la loi, que celles de l’Etat islamique ne cessent d’agrandir leur territoire, et que les "migrants" traversent le pays pour aller s'entasser à Lampedusa.

    Une page Facebook au nom de l’« armée nationale libyenne » (oui il y a un truc fantomatique qui s’appelle comme ça, et c’est éventuellement sa page Facebook) a publié une photo montrant des « militaires américains » (en civil) obligés, lundi, de repartir de la base de Watiyah où ils venaient d’atterrir…

    Le Pentagone reconnaît qu’il s’agit de militaires américains qui s’étaient rendus en Libye « avec l'accord de responsables libyens » (sic) pour « développer les relations et améliorer les communications avec leurs homologues de l'armée nationale libyenne » (sic). Mais quand ils sont arrivés, une « milice locale » leur a « demandé » de repartir illico. « Pour éviter un conflit », les militaires américains « sont repartis sans incidents »…

    (Et comme toujours : merci Sarkozy…)

  • Au Bangladesh

    Asianews, organe des Missions étrangères, avait rendu compte de l’attaque contre le P. Piero Parolari à Dinajpur. Puis avait suggéré que les assaillants pouvaient avoir des raisons politiques et non religieuses. Puis avait affirmé que le prêtre avait été victime d’une affaire politique.

    Aujourd’hui, Asianews rapporte que l’un des assaillants arrêtés, Sariful Islam, a avoué avoir été l’organisateur de l’attaque. Il est membre de Jamaat ul Mujahideen (le parti des moujahids – des jihadistes comme on dit maintenant), et c’est bien en militant islamiste qu’il a agi, de même qu’il avait aussi attaqué un temple hindou.

  • Le miracle de Mère Teresa

    MTE1ODA0OTcxODAxNTQ0MjA1.jpgLe pape François a autorisé la Congrégation pour la cause des Saints à publier plusieurs décrets ce vendredi 18 décembre. Parmi eux, la congrégation reconnaît un miracle attribué à la Bienheureuse mère Teresa de Calcutta, fondatrice des Missionnaires de la Charité. Ce miracle ouvre officiellement la voie à la canonisation de la religieuse béatifiée par le Pape Jean-Paul II le 19 octobre 2003, en la Journée Mondiale des Missions. Selon les « vaticanistes », cette canonisation aurait lieu le 4 septembre 2016.

    Voici ma traduction de la déclaration officielle du Père Brian Kolodiejchuk, postulateur de la cause de canonisation de Mère Teresa, sur le miracle en question.

    Le 17 Décembre 2015, le Pape François a approuvé la promulgation du décret reconnaissant un miracle attribué à l'intercession de la Bienheureuse Teresa de Calcutta. Le cas soumis par la Postulation de sa cause de canonisation concerne la guérison miraculeuse qui a eu lieu en 2008 à Santos, au Brésil. L'affaire concerne un homme ayant une infection virale du cerveau qui aboutit à de multiples abcès avec hydrocéphalie triventriculaire.

    Les différents traitements entrepris n’étaient pas efficaces, et donc son état continuait d’empirer. Le 9 décembre 2008, le patient était dans un état critique : hydrocéphalie obstructive ; il était dans le coma et mourant. Il fut décidé de procéder à une chirurgie d'urgence. À 18h10 le patient fut transporté à la salle d'opération, mais l'anesthésiste ne put pas effectuer l'intubation trachéale pour l'anesthésie.

    Pendant ce temps, à partir de mars 2008, l'épouse du patient sollicitait constamment l'intercession de la Bienheureuse Mère Teresa pour son mari. A ses propres prières d'intercession se joignirent celles de ses parents, de ses amis, et du prêtre de la paroisse, tous priaient pour une guérison miraculeuse par l'intercession de Mère Teresa.

    Ce même jour, le 9 décembre 2008, lorsque le patient entra dans une crise grave et dut être emmené pour une opération d'urgence, les prières adressées à la Bienheureuse Teresa pour son rétablissement furent plus intenses. Entre 18h10 et 18h40 précisément, la femme du patient était à l'église de sa paroisse, et avec le prêtre, se tournait vers la Bienheureuse Teresa, implorant avec encore plus de détermination la guérison de son mari mourant.

    À 18h40 le neurochirurgien retourna à la salle d'opération et trouva le patient inexplicablement réveillé et qui ne souffrait pas. Le patient demanda au médecin : « Qu’est-ce que je fais ici ? » Le lendemain matin, le 10 décembre 2008, lors de l'examen, à 7h40, le patient était complètement éveillé et sans maux de tête ; il n’avait plus aucun symptôme et avait des fonctions cognitives normales.

    Le patient, maintenant complètement guéri, a repris son travail d’ingénieur en mécanique sans aucun handicap particulier. En outre, il convient de souligner que, malgré les examens qui avaient montré un état de stérilité due à l'immunosuppression et au traitement aux antibiotiques intense et prolongé, le couple a deux enfants en bonne santé nés en 2009 et 2012.

    Le 10 septembre de cette année, la commission médicale a voté à l'unanimité que la guérison était inexplicable à la lumière des connaissances médicales d'aujourd'hui. Le 8 octobre la commission théologique a également voté à l'unanimité qu'il y avait une connexion parfaite de cause à effet entre l'invocation de Mère Teresa et la guérison scientifiquement inexplicable. Le 15 décembre le cas a reçu l'approbation finale du congrès des cardinaux et évêques de la Congrégation pour les Causes des Saints réuni en session ordinaire.

    La date de la canonisation sera officiellement annoncée au prochain consistoire des cardinaux.

    Fr. Brian Kolodiejchuk, MC

  • Rééducation

    Suite à l’affaire de Wisembach :

    « Le diocèse annonce aussi qu’il a pris certaines initiatives en sollicitant la venue d’un prêtre meusien au sein de la paroisse de la Sainte Trinité. Ce dernier se chargera de mettre sur pied des ateliers de travaux pratiques autour de la musique, et plus principalement celle pointée du doigt par l’abbé vosgien. Histoire que les paroissiens comprennent mieux ce style musical… »

    C’est ce qu’annonce Vosges Matin.

    Ce que le journal ne sait pas encore, c’est que non seulement tout le monde va chanter Kiss the devil devant le Saint Sacrement, mais que l’évêque, Mgr Jean-Paul Mathieu, va venir enregistrer dans l’église de Wisembach la version française de la chanson, qui deviendra le chant d’entrée de toutes les célébrations eucharistiques dans le diocèse, en hommage aux martyrs du Bataclan :

    Qui aimera le diable ?
    Qui chantera sa chanson ?
    Qui aimera le diable et sa chanson ?

    Moi j’aimerai le diable
    Je chanterai sa chanson
    J’aimerai le diable et sa chanson.

    Qui aimera le diable ?
    Qui embrassera sa langue ?
    Qui embrassera le diable sur la langue ?

    Moi j’aimerai le diable,
    J’embrasserai sa langue,
    J’embrasserai le diable sur la langue.

    Qui aimera le diable ?
    Qui chantera sa chanson ?
    Moi j’aimerai le diable et sa chanson.

    Qui aimera le diable ?
    Qui embrassera sa langue ?
    Moi j’embrasserai le diable sur la langue.

    Qui aimera le diable ?
    Qui chantera sa chanson ?
    Moi j’aimerai le diable et je chanterai sa chanson.

    N.B. - Compte tenu de certaines réactions, je dois préciser que si le début de cette note est vrai, la suite est une invention, sur le mode de la caricature. Je pensais que c'était tellement gros que l'ironie était bien visible. Mais il semble que l'état du clergé soit tel que plus rien désormais ne puisse étonner de sa part... Donc ce n'est pas vrai que Mgr Mathieu veuille enregistrer Kiss the devil et en faire le chant d'entrée des messes.

  • Vendredi des quatre temps de l’Avent

    Les antiennes du jour :

    Constantes estóte, videbitis auxílium Dómini super vos. (II Par. 20,17)
    Soyez persévérants, et vous verrez le secours du Seigneur sur vous.

    Ad te, Dómine, levávi ánimam meam: veni, et éripe me, Dómine, ad te confúgi. (Psaume 24,1)
    Vers vous, Seigneur, j’ai élevé mon âme, venez et délivrez-moi ; vers vous je me suis réfugié, Seigneur.

    Veni, Dómine, et noli tardare: relaxa facinora plebi tuæ Israël. (Psaume 142,9)
    Venez, Seigneur, et ne tardez pas ; remettez les péchés d’Israël, votre peuple. 

    Deus a Libano véniet, et splendor ejus sicut lumen erit. (Habacuc 3,4)
    Dieu viendra du Liban, et sa splendeur brillera comme ta lumière. 

    Ego autem ad Dóminum aspíciam, et exspectábo Deum Salvatórem meum (Michée 7,7).
    Pour moi, je porterai mes regards sur le Seigneur, et j’attendrai le Dieu, mon Sauveur.

    L’antienne O :

    O Adonái, et Dux domus Israël (Exode 6), qui Móysi in igne flammæ rubi apparuísti (Exode 3,2), et ei in Sina legem dedísti : veni ad rediméndum nos in bráchio exténto (Exode 6,6)..

    O Adonaï, * et Conducteur de la maison d’Israël, qui avez apparu à Moïse dans le feu du buisson ardent, et lui avez donné la loi sur le Sinaï : venez pour nous racheter par la puissance de votre bras.

    La voici chantée par des interprètes indéterminés :

  • Corse

    Jean-Guy Talamoni a été élu président de l’Assemblée de Corse.

    Gilles Simeoni a été élu président du conseil exécutif de la collectivité territoriale de Corse.

    Dio vi salvi regina…

  • Poutine et Trump

    Interrogé, lors de sa grande conférence de presse annuelle, sur Donald Trump, Vladimir Poutine a déclaré :

    « Il dit qu’il veut parvenir à un autre niveau de relations, plus profond (avec la Russie). Que pourrions-nous faire d’autre que saluer cela ? Assurément nous le saluons. Ce n’est pas notre boulot d’évaluer ses talents mais il est toujours le favori absolu dans la course présidentielle. C’est une personnalité de premier plan, brillante et douée, sans aucun doute. En ce qui concerne les affaires intérieures, sa façon d’étayer sa popularité, ce n’est pas à nous de juger la façon dont il le fait. »

  • « Pas en notre nom » !

    Je n’ai pas vraiment compris pourquoi le mouvement spontané (ouarf) de « soutien aux migrants », en septembre, s’appelait « Pas en notre nom ». Mais c’est l’expression qui m’est venue à l’esprit en apprenant la soi-disant « prière commune » de catholiques et de musulmans… à la mosquée turque d’Auray, vendredi dernier 11 décembre, organisée… par le curé de la paroisse Saint-Gildas d’Auray, archiprêtre du doyenné d'Auray, Emile Bigumira.

    Une initiative largement annoncée la veille sur la radio RCF Bretagne-Sud (« Radio Sainte-Anne »…) par une interview du curé sur « cette belle initiative inter-religieuse », et partiellement reprise le lendemain matin pour que les catholiques aillent à la mosquée pour la prière du vendredi...

    « Chrétiens et Musulmans unis dans la même prière », titre Ouest France, « Ces catholiques d'Auray ont assisté à la prière et au prêche de l'imam Fatik Ozturk », relate benoîtement Le Télégramme. Inutile de préciser que l’imam a dit que l’islam est une « religion-de-paix-et-d’amour », que les terroristes « instrumentalisent l’islam », que « le Coran rejette le crime et la terreur », etc. Quant au curé il a dit notamment : « Beaucoup de gens, dont nous faisons partie, nous catholiques et vous musulmans, veulent construire une humanité nouvelle. Nous sommes différents. Notre religion n'est pas la même, mais d'un autre côté nous partageons beaucoup de points communs, comme la fraternité et l'amour de notre prochain. Et surtout nous croyons en un même Dieu. »

    Il ne reste plus beaucoup de catholiques pratiquants, mais l'archiprêtre d’Auray envoie ceux qui lui restent à la mosquée. Non pas tellement pour qu’ils deviennent musulmans, mais pour leur donner une leçon de relativisme. A coup d’énormes mensonges : nous avons le même Dieu, nous prions le même Dieu, nous partageons les mêmes valeurs : la fraternité et l'amour de notre prochain (c’est sans doute son interprétation du mot « jihad »)…

    Le pire étant évidemment qu’il veut « construire une humanité nouvelle » avec les adeptes du Coran, des hadiths et de la charia…

    Faites-le au nom de ce que vous voulez, Emile Bigumira, mais pas au nom de l’Eglise catholique, pas en notre nom.

    le-pere-emile-en-pull-bleu-ainsi-qu-une-vingtaine-de_2665291.jpg

    Le curé, archiprêtre du doyenné d'Auray, c'est celui qui a un pull bleu. Si, il a une petite croix :

    auray.chretiens-et-musulmans-unis-dans-la-meme-priere.jpg

  • Charia

    Eric Zemmour a été condamné à 3.000 euros d'amende pour provocation à la haine envers les musulmans, pour des propos au Corriere Della Sera en octobre 2014. Il y déclarait notamment que les musulmans « ont leur code civil, c'est le Coran», qu'ils «vivent entre eux, dans les banlieues. Les Français ont été obligés de s'en aller ». Ce sont les fameux propos qui l’avaient fait virer d’i-télé.

    Si l’on en croit Le Monde, le réquisitoire du procureur Annabelle Philippe avait été politique, accusant Eric Zemmour de « mettre en place tout ce qu’il faut » pour arriver à la guerre civile qu’il prophétise… Selon l’inversion habituelle : c’est celui qui dénonce un mal qui devient le responsable du mal.

    Annabelle Philippe demandait 10.000€ d’amende.

    C’est elle qui, l’an dernier, avait demandé de la prison à l’encontre d’Alain Soral pour avoir traité de « con » un journaliste. Elle n’avait pas été suivie.

    On voit l’extension de la justice politique, désormais au service de l’islam.

  • Au Liban

    Hier c’était le… 33e scrutin pour l’élection du président de la République libanaise. Mais le quorum n’a pas été atteint, comme les fois précédentes. Un nouveau scrutin aura lieu le 7 janvier.

    Pourtant on aurait pu croire que la réception ostentatoire de Sleiman Frangié par le patriarche maronite était le signe de la fin des tractations. Mais non.

    Les députés du Hezbollah et de Michel Aoun n’étaient pas là. Parce qu’ils soutiennent la candidature de Michel Aoun.

    On nous dit que le « processus de maturation » n’est pas terminé, mais que c’est en bonne voie…

  • Chrétiens acquittés

    Le tribunal de Puttur, au Karnataka (Inde) a acquitté huit chrétiens accusés de "conversions forcées".

    Ils étaient en prison depuis septembre 2007 (sic) : ils avaient été arrêtés après qu’un habitant du village de Balya les eut accusés de faire du porte à porte en prêchant le christianisme. Ce qui n’est pas interdit. Mais il a fallu 8 ans pour que la justice le constate…

  • Popularité

    Odon Vallet affirmait il y a quelques jours dans la presse que la popularité de ce Pape est tellement énorme qu'il attire 300.000 personnes à chaque audience.

    La preuve en image : l’audience d’hier.

    audience-16-12-15_lbb.jpg

  • Et de deux !

    Dans son sermon le 29 novembre, l’abbé François Schneider, curé de Wisembach (Vosges), aurait, selon les gazettes (ici et ), « salué la mémoire » des personnes tuées aux terrasses de café le 13 novembre, mais « refusé de rendre hommage » aux victimes du Bataclan, qui selon lui assistaient à un concert « inspiré par Satan ».

    Des paroissiens ont été tellement choqués qu’ils ne sont pas allés communier… et ont alerté l’évêque de Saint-Dié, Mgr Jean-Paul Mathieu.

    L’évêque a convoqué le prêtre, et lui a donné l’ordre de rédiger un texte d’excuses publiques.

    « Nous ne tolérons pas ces amalgames et ces propos. Nous les refusons et les condamnons. Ce sont là des analyses inconcevables, intolérables et déplacées vis-à-vis des victimes et de leurs familles », a dit le vicaire général.

    D’autant que « ce n’est pas la première fois que l’abbé Schneider tient des propos extrêmes », souligne-t-il. Sur quel sujet ? Le seul que signalent les gazettes est la contraception…

    Et le vicaire général d’ajouter que toute parole publique sera interdite au P. Schneider « à la moindre récidive ». Récidive de quoi, puisqu’aucun code juridique, y compris canonique, n’a quoi que ce soit à lui reprocher ?

    Telle est donc aujourd’hui la soumission de l’appareil de l’Eglise au politiquement correct. Un prêtre peut enseigner en chaire toutes les hérésies qu’il veut, prêcher contre la morale catholique, faire l’apologie du communisme ou de l’islam, organiser une liturgie blasphématoire, dénigrer les sacrements, rien de tout cela ne fera lever un poil de sourcil de son évêque. Mais s’il ose dire autre chose que ce qu’impose le politiquement correct sur le vivre ensemble, s’il ne respecte pas la religion de substitution qui « rend hommage » à des morts par hasard, alors il doit être immédiatement sanctionné.

    L’ancienne inquisition livrait les coupables au bras séculier. La nouvelle inquisition prend les sanctions elle-même, puisque le bras séculier n’a rien à reprocher aux coupables.

    Le cardinal Barbarin a envoyé au couvent l’abbé Hervé Benoît pour qu’il se taise. Mgr Mathieu menace l’abbé François Schneider de mort pastorale. Honte à ces évêques devenus adeptes de l’aplaventrisme devant le monde.

    Mais il s’agit bien de la miséricorde bergoglienne, dont c’est le jubilé. (Et ce n’est que le début.)

  • Jeudi de la troisième semaine de l’Avent

    A partir du 17 décembre, les psaumes des laudes et les petites heures ont des antiennes particulières, qui changent chaque jour de cette semaine conduisant à Noël.

    Pour aujourd’hui :

    De Sion véniet Dóminus omnípotens, ut salvum fáciat pópulum suum. (Isaïe 59,20)
    De Sion viendra le Seigneur tout-puissant pour sauver son peuple.

    Convértere, Dómine, aliquantulum, et ne tardes veníre ad servos tuos. (Psaume 89,13)
    Revenez, Seigneur, un peu plus près de nous et ne tardez pas de venir à vos serviteurs.

    De Sion véniet, qui regnaturus est Dóminus, Emmanuel magnum nomen eius. (Isaïe 7,14)
    De Sion viendra le Seigneur qui doit régner. Son nom est grand : Emmanuel.

    Ecce Deus meus, et honorabo eum: Deus pátris mei, et exaltábo eum. (Exode 15,2)
    Voici mon Dieu, et je l’honorerai : le Dieu de mon père, et je l’exalterai.

    Dóminus légifer noster, Dóminus Rex noster, ipse véniet, et salvábit nos. (Isaïe 33,22)
    Le Seigneur est notre Législateur ; le Seigneur est notre Roi ; lui-même viendra, et nous sauvera.

    Et au Magnificat c’est la première des antiennes O : O Sapientia

    O Sapiéntia, quæ ex ore Altíssimi prodiísti, attíngens a fine usque ad finem, fórtiter suavitérque dispónens ómnia : veni ad docéndum nos viam prudéntiæ.

    O Sagesse, qui êtes sortie de la bouche du Très-Haut (Ecclésiastique 4,3), atteignant d’une extrémité à une autre extrémité (cf. psaume 18,7) et disposant toutes choses avec force et douceur  (Sagesse 8,1) : venez pour nous enseigner la voie de la prudence (Isaïe 40,14).

    Voici cette antienne, avec le Magnificat, par la Schola Gregoriana Hispana. Images du monastère San Juan de la Peña, Huesca.

  • Ce n’est pas moi qui le dis…

    Voici la fin d’un article (vue sur le Salon Beige, mais l'article est à lire intégralement) d’Eric Verhaeghe sur « le naufrage de la SNCF » dirigée par Guillaume Pépy (c'est moi qui souligne):

    On lira avec intérêt le Richie de Raphaëlle Bacqué pour comprendre les raisons de l’impunité dont Pépy tire profit aujourd’hui pour rester en fonction alors qu’il saborde consciencieusement, année après année, l’entreprise monopolistique qu’il dirige. Entre un entrisme à tous crins et une utilisation systématique du réseau homosexuel qui gangrène l’appareil d’Etat, Pépy peut s’affranchir allègrement du principe de responsabilité.

    De ce point de vue, il est une illustration du mal français. La technostructure de notre pays est défaillante, médiocre, arrogante, mais elle a organisé un système aristocratique qui lui permet de préserver ses rentes comme un parasite suce le sang du zébu dans un marais malgache.

    À nous de savoir pendant combien de temps nous accepterons ce système qui nous mène à la catastrophe…

    « Richie », c’est Richard Descoings, le calamiteux directeur de Science Po qui s’en mettait plein les poches, mort dans un hôtel de New York, où s’était aussitôt précipité Guillaume Pépy.

    Ce qui suit n’est pas de moi non plus, mais de Wikipédia :

    Richard Descoings entretenait une relation amoureuse avec Guillaume Pepy, rencontré au Conseil d'État en 1986. Ils emménagent ensemble dans un appartement de la rue Godot-de-Mauroy, où il reçoivent leurs amis Christophe Chantepy, Olivier Challan Belval et de hauts fonctionnaires discrètement homosexuels. Richard Descoings possédait avec Guillaume Pépy une maison en Provence, et une autre en Normandie, dans laquelle ses collaborateurs venaient travailler en fin de semaine. (…)

    En déplacement aux États-Unis à l’occasion d’un colloque (« Global Colloquium of University Presidents ») organisé à l'université Columbia par le secrétaire général de l'Organisation des Nations unies réunissant les directeurs de grandes écoles et universités, il meurt, en épectase, d’une crise cardiaque dans la chambre de son hôtel à New York, le 3 avril 2012 à l'âge de 53 ans. Il était accompagné de deux prostitués au moment de sa mort.

  • En Corée du Nord

    Le tribunal suprême du peuple de Corée du Nord a condamné à la prison à vie un pasteur canadien, Lim Hyeon-soo, de l’église presbytérienne coréenne de Toronto.

    Le pasteur a « confessé un plan subversif » pour renverser le gouvernement et le remplacer par un Etat de nature religieuse (sic) avec l’aide des Etats-Unis et de la Corée du Sud, d’avoir fait circuler des informations diffamatoires sur la Corée du Nord, d’avoir aidé des Nord-Coréens à fuir le pays, etc. Le pasteur a naturellement reconnu tous ses crimes et a fait preuve d’un « repentir profond ».

    Lim Hyeon-soo avait effectué sans encombres une centaine de voyages humanitaires en Corée du Nord, pour venir en aide aux orphelins et aux personnes âgées. En février dernier, il avait « disparu ». En août, les autorités avaient diffusé une vidéo où on le voyait lors d’un soi-disant office religieux dans l’« église méthodiste » de Pyongyang, reconnaissant devant de supposés fidèles qu’il a « commis un grave crime, celui d'avoir insulté et diffamé la dignité et la direction de la République ».

    Une « confession » qui pourrait avoir été fabriquée dans le but de relâcher le pasteur (non sans compensation, évidemment) et en fait de lui interdire de revenir. Les deux derniers ressortissants américains condamnés pour les mêmes motifs, et ayant « manifesté leur profond repentir », ont été expulsés du pays peu après leur condamnation.

  • Deux Français réfugiés…

    La police autrichienne confirme que les deux "Français" « déguisés en migrants » arrêtés à Salzbourg étaient de faux réfugiés venus de Grèce avec de faux passeports syriens. Ce sont des complices des auteurs des attentats parisiens, et ils attendaient en Autriche des ordres pour perpétrer de nouvelles attaques.

  • Evêques aveugles (aux Etats-Unis aussi)

    « Les évêques américains condamnent les récents propos de Donald Trump sur les musulmans », dit Radio Vatican.

    Il s’agit d’un communiqué de Mgr Joseph Kurtz, président de la conférence épiscopale : « Nous devons appliquer des lois d’immigration humaines et qui garantissent notre sécurité, mais nous ne devons jamais cibler des catégories particulières de la population en fonction de leur religion. »

    Ceci est censé répondre à la proposition de Donald Trump, après la tuerie de San Bernardino, d’interdire l’entrée des musulmans aux Etats-Unis « jusqu’à ce que les élus du pays comprennent ce qui se passe ».

    Eh bien Mgr Kurtz n’est manifestement pas près de comprendre ce qui se passe. Aux Etats-Unis aussi, les évêques sont donc aveugles.

    A défaut d’ouvrir le Coran, un recueil de hadiths ou un traité de théologie musulmane, ils pourraient au moins écouter les anciens musulmans convertis au christianisme. Comme ce Tahar dont Aleteia a publié le témoignage :

    Quelle est votre opinion sur les derniers attentats à Paris ? 

    Il fallait s’y attendre. À travers ces attentats, on voit le vrai visage de l’islam. Ce n’est pas la faute de ces gens, c’est ce que prêche le Coran. Certains disent que ce sont des fous ou des intégristes, mais ils ne font qu’appliquer l’islam à la lettre. Tout le monde le sait, mais personne ne le dit pour ne pas heurter la sensibilité des musulmans. Les musulmans ont, me semble-t-il, un voile devant leurs yeux. Ils aspirent à un islam de vérité et de paix qui selon moi n’existe pas.