06 mars 2014

Le 10 avril à l'ambassade d'Arabie saoudite

visuel_manif_10_avril.jpg

Puisque c’est de l’art

6a00d83451619c69e201a3fccd8a0e970b-pi.jpg

Ceci est une œuvre d’art. D’un artiste norvégien, Lars Ramberg. Il considère son œuvre comme "une nouvelle statue de la Liberté".

Ces chiottes publiques repeintes et surmontées des valeurs de la République française sont installées devant le Parlement norvégien, dans le cadre des festivités du bicentenaire de la Constitution norvégienne.

Ainsi, quand c’est de l’art, on peut mettre aux chiottes les valeurs de la République. Et même tirer la chasse, puisque ce sont de vraies sanisettes et qu’elles fonctionnent. A l’intérieur, pendant que vous vous soulagez, vous pouvez entendre De Gaulle, Roosevelt, le roi Haakon VII, et l’hymne national des trois pays… Admirable, non...

L’Ukraine et l’UE

L’Union soviétique européenne et la Russie s’arrachent l’Ukraine. A l’issue du sommet extraordinaire de ce jour à Bruxelles, L’UE annonce qu’elle va signer l’accord d’association avec l’Ukraine, celui qui avait été refusé par le gouvernement ukrainien en novembre. L’UE a miraculeusement trouvé 11 milliards d’euros à déverser dans les poches des mafias ukrainiennes, alors qu’elle n’avait promis la première fois que 610.000 euros…

Le parlement autonome de Crimée a voté à l’unanimité une demande de rattachement du territoire à la Fédération de Russie, et le gouvernement de Crimée a annoncé un référendum pour le 16 mars prochain. L’Union soviétique européenne juge cette décision « illégale ». Sic.

On notera le propos de Laurent Fabius :

«Si vous admettez le principe qu’une région, dans n’importe quel pays, en contradiction avec les règles constitutionnelles de ce pays, peut se rattacher à un autre pays, cela veut dire qu’il n’y a plus de paix internationale ni de frontières assurées.»

Qu’a donc fait le Kosovo ?

Mais il y en a qui ont le droit, et d’autres qui ne l’ont pas. Cherchez pourquoi.

19:30 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (4)

Il fait exprès ?

Le Pr. Israël Nisand est interrogé par le Quotidien du Médecin sur le « paradoxe » français de l’augmentation, du nombre d’avortements en France alors que les Françaises ont à disposition « un grand nombre de techniques de contraception ».

Soulignant que le nombre d’avortements a « nettement » augmenté en 2013, il préconise de concentrer les efforts de sensibilisation sur les adolescentes, « les femmes de demain », et de faciliter l’accès à la contraception.

Comme si les adolescentes d’aujourd’hui ne savaient pas qu’elles ont à leur disposition, gratuitement et en cachette de leurs parents, « un grand nombre de techniques de contraception ».

Il n’a toujours pas compris, le grand professeur Nisand, que plus on « facilite » la contraception (ce qui s’appelait autrefois incitation à la débauche), plus on augmente le vagabondage sexuel, donc les « risques », donc les avortements.

Les orthodoxes se réunissent

Une réunion des patriarches et des archevêques de toutes les Églises orthodoxes s’est ouverte aujourd’hui à Istanbul. Elle a été convoquée par le patriarche œcuménique de Constantinople Bartholomée Ier, afin d’accélérer la préparation du concile panorthodoxe et son ouverture possible en 2015. Mais la crise ukrainienne risque de monopoliser l’attention et attiser les difficultés… (« Toutes » les Eglises orthodoxes sont-elles vraiment représentées ? L’Eglise orthodoxe d’Ukraine qui dépend de Moscou, et l’Eglise ukrainienne autocéphale non reconnue par Moscou ?)

Le communiqué de Manuel Valls pour le carême

Il est en ligne sur Le Salon Beige.

C’est « une manière pour la République d’adresser des regards d’affection aux catholiques ».

Jeudi après les Cendres

La liturgie de ce jour est une « galerie de héros », nous dit dom Pius Parsch :

Le premier héros est le chevalier saint Georges, dans l’église duquel a lieu l’office de station. (…) Le texte de la messe s’inspire entièrement de la station. Au point central, se tient le chevalier saint Georges, le vainqueur du dragon. C’est un magnifique symbole du travail du Carême : le Christ s’avance au combat contre les ténèbres, il lui faut combattre le dragon infernal et il doit lui écraser la tête. C’est aussi le devoir du Christ mystique de l’Église. Les catéchumènes, les pénitents, les fidèles doivent combattre le dragon. C’est mon devoir à moi aussi, c’est mon travail de Carême ; je dois conquérir un peu de terre sainte en l’arrachant à la terre ennemie. Puissions-nous nous rappeler souvent que nous sommes les soldats de Dieu. Aujourd’hui, nous combattons sous les drapeaux et sous la conduite du chevalier saint Georges.

Le second héros est le roi Ézéchias, un des meilleurs rois juifs. (…) Nous devons, nous aussi, pleurer sur la santé perdue de notre âme et implorer la guérison. La victoire d’Ézéchias est une victoire de la prière. Il nous indique, comme arme spéciale, la prière. Or, durant le temps de Carême, nous devons faire usage de cette arme avec ardeur et persévérance.

Le troisième héros est le centurion de Capharnaüm. (…) Sa victoire est une victoire de l’humilité. Il a véritablement « rejeté sur le Seigneur le souci » de son serviteur et il a été exaucé. Or que veut nous enseigner la liturgie ? Ce que le centurion a fait pour son serviteur, faisons-le pour notre âme. (…)

Le quatrième héros est le Roi de tous les héros, le Christ. Pendant le Carême, nous nous armons pour prendre part à sa grande victoire pascale ; aussi nous assistons chaque jour au Saint-Sacrifice qui est la représentation de son combat héroïque sur le Golgotha. Sa victoire renferme celle dès trois héros ; bien plus, dans sa victoire, se trouve compris aussi le combat de Carême de toute l’Église et de tous les chrétiens. Unissons-nous à lui et puisons, dans le prix de sa victoire, le courage et la force.

06:21 Publié dans Liturgie | Lien permanent | Commentaires (0)

05 mars 2014

Le silence est assourdissant

Je suppose que c’est la stupéfaction qui rend tout le monde aussi curieusement aphone…

Jeanne Smits a été virée de la direction administrative et rédactionnelle de Présent.

Et personne ne dit rien.

Comme il y a une justice immanente, il est clair que Présent ne survivra pas à cette infamie. Celle de trop.

Je suppose qu’on retrouvera très rapidement Jeanne Smits (et Olivier Figueras) sous d’autres titres.

Il y en a qui ne choisissent pas leur carême…

 

Prst-1.jpg

 

La « justice » française

Le « scandale » Buisson n’est pas dans ce que « révèlent » les enregistrements, contrairement à ce que vont répétant tous ces hypocrites qui jouent les vierges effarouchées. Les propos tenus (dont certains font plaisir à entendre) ne sont que des propos privés comme en tiennent tous les responsables en privé. Il n’est pas sans intérêt de noter que la personnalité la plus en pointe dans la dénonciation de ces enregistrements est Christiane Taubira, qui se dit « atterrée », parle d’« atteinte à la morale publique », de « déloyauté », d’atteinte aux « institutions ».

Mais c’est elle qui est responsable, en tant que ministre de la Justice, de ces atteintes et de cette déloyauté.

Car le scandale n’est pas dans ce qui est dit, le scandale réside dans le fait que ces enregistrements ont été saisis par la justice dans le cadre des perquisitions dans l’affaire des sondages de l’Elysée. C'est du moins ce qu'affirme Henri Guaino, qui est bien placé pour le savoir.

Par conséquent ces « révélations » viennent de l’institution judiciaire.

C’est ce qu’on appelle paraît-il le secret de l’instruction.

En Corée du Nord

Le « missionnaire » australien John Short, qui publie des livres religieux à Hong Kong, et qui avait été arrêté le 18 février à Pyongyang, a été expulsé de Corée du Nord après avoir fait son autocritique, sa « confession libre », où il reconnaît la gravité de son crime envers le peuple nord-coréen dont il a déclenché la juste colère, etc., pour avoir distribué des tracts le jour anniversaire de Kim Jong-il. La confession se termine par cette phrase surréaliste : « Je réalise que les médias des Etats-Unis et des pays occidentaux qui disent que la Corée du Nord est un pays fermé et n’a pas de liberté de religion disent des choses inexactes et fausses. »

Un autre « missionnaire », le baptiste sud-coréen Kim Jung-wook, qui avait disparu à la frontière en octobre dernier, a fait une conférence de presse, le 27 février, pour faire lui aussi son autocritique. Il avait été arrêté en possession de bibles et de vidéos chrétiennes. Il a confessé être « un espion au service de la Corée du Sud » et avoir été « chargé de monter une Eglise souterraine à Dandong, en Chine » pour lui servir de couverture. Il se repent de ses « actes criminels » et souligne « ne pas avoir été maltraité en prison »… Mais pour l’heure il n’a pas été expulsé, malgré la demande du gouvernement de Corée du Sud. En revanche, suite à cette conférence de presse, des dizaines de personnes ont été arrêtées, comme « complices » du baptiste. Vraisemblablement le missionnaire a été contraint de donner les noms des personnes avec qui il a été en contact. Ils seront vraisemblablement fusillés, ou dans le meilleur des cas envoyés dans des camps, commente le directeur de la radio Free North Korea.

(Asianews, Eglises d'Asie)

Pakistan: deux chrétiens innocents restent en prison

De l'agence Fides:

Deux chrétiens innocents, Shafaqat Emmanuel, paralysé, et son épouse, Shagufta Kausar, accusés de « blasphèmes par messages de texte » restent incarcérés à Toba Tek Singh. En effet, la Haute Cour de Lahore a rejeté la demande de liberté sous caution faite par leurs défenseurs. Précédemment, un tribunal de premier degré avait lui aussi rejeté cette demande de liberté sous caution. Ainsi que l’indique dans une note envoyée à l’Agence Fides la fondation World Vision in Progress (WVIP), qui suit le cas, « les juges de la Haute Cour avaient initialement accueilli les argumentations de la défense mais, suite aux pressions des responsables religieux musulmans et aux menaces d’extrémistes de Gojra, ils ont refusé la liberté sous caution, affirmant que le cas trouvera une solution dans les deux mois. Des musulmans radicaux avaient déjà menacé les avocats de la défense à de nombreuses reprises. Des lettres de menace étaient également parvenues à notre ONG afin de nous faire abandonner la défense du couple. En réponse à ces menaces, alors que le cas se trouvait devant le tribunal de premier degré, nous avions déposé une demande de transfert du cas devant la Haute Cour mais ces juges-là aussi semblent partiaux ».

Lire la suite

Quand la calomnie théologique vole bas…

Víctor Manuel Fernández est le recteur de l’université catholique de Buenos Aires. L’un des premiers gestes de François a été de le faire « archevêque », faisant de la transmission de la plénitude du sacerdoce du Christ un colifichet pour courtisan (faites ce que je dis, pas ce que je fais). Un courtisan important : il paraît que l’homme est l’un des tout principaux nègres du pape…

Donc Mgr Fernandez a produit un livre d’entretiens avec le « vaticaniste » Paolo Rodari sur le « projet de François ». On y revient notamment sur les points non négociables, et le recteur plume du pape ose dire ceci :

« Certains étaient arrivés au point de dire que de ces principes non négociables dépendait et jaillissait tout l'enseignement de l'Eglise. Mais, c'est une hérésie ! Affirmer que Jésus-Christ, sa résurrection, l'amour fraternel, et tout ce que nous enseigne l'Evangile dépendent de certains principes éthiques est une distorsion qui fausse le visage du christianisme. »

Et il insiste : « On ne peut pas dire que certains principes moraux sont la lumière à partir de laquelle découlent toutes les autres vérités de la foi du christianisme. Le cœur de notre foi, qui éclaire tout, ce n'est pas cela, mais le kérygme. »

C’est de la diffamation, de la calomnie. Ou alors, qu’il nous donne des noms. Je suis d’autant plus à l’aise pour en parler que j’ai moi-même critiqué les obsédés des points non négociables. Ce qui veut dire que je les connais. Mais jamais, nulle part, je n’ai vu l'un d'eux affirmer, ou seulement insinuer, que c’est des points non négociables, des principes moraux, que découlent les vérités de la foi.

Ce n’est pas une hérésie, c’est une ânerie. Une stupidité totale. Une absurdité. Ce n’est pas contraire à la foi, c’est contraire au bon sens le plus basique.

Non, je n’ai jamais vu qui que ce soit dire cela. Sauf ce Mgr Fernandez, pour discréditer de façon mensongère et malhonnête les gens qu’il n’aime pas et que son cher pape n’aime pas.

Ce n’est pas ainsi qu’on débat.

Mercredi des cendres

Le jeûne qui plait à Dieu. — Telle est à peu près la pensée unique de ce jour :
 a) motifs du jeûne (Leçon: Joël 2, 12-19),
 b) l’âme du jeûne (Évangile: Matthieu 6, 16-21),
 c) valeur du jeûne (Préface).

Le motif le plus profond du jeûne est le péché, c’est pourquoi, aussi, il n’a de valeur que s’il est uni à l’aversion du péché. Le sens de tout le temps de Carême et de la cérémonie de pénitence d’aujourd’hui est la réforme de la vie. Le jeûne ne vaut pas par lui-même, ce n’est qu’un moyen d’arriver à la piété. L’âme du jeûne est l’humilité ; il est sans valeur et même coupable s’il est au service de l’amour-propre (Évangile). En termes d’une beauté inimitable, la préface expose l’importance du jeûne : « Par le jeûne corporel, tu réprimes les péchés, tu élèves l’esprit, tu confères la vertu et la récompense. » Le jeûne nous délivre des forces inférieures de l’âme et du corps et, par suite, il renforce l’homme spirituel et affermit surtout la volonté. Or la volonté est, pour l’œuvre de notre salut, le facteur humain décisif.

Dom Pius Parsch

Collecte de la messe :

Præsta, Dómine, fidélibus tuis : ut jejuniórum veneránda sollémnia, et cóngrua pietáte suscípiant, et secúra devotióne percúrrant. Per Dóminum…

Accordez, Seigneur, à vos fidèles, d’entreprendre avec la piété convenable, la pratique de ces jeûnes vénérables et solennels et d’en parcourir la carrière avec une dévotion que rien ne puisse troubler.

06:25 Publié dans Liturgie | Lien permanent | Commentaires (0)

04 mars 2014

Reconquête N° 305

REC-305-UNE.jpg

REC-305_Sommaire.jpg

Reconquête

70 boulevard Saint-Germain, 75005 Paris

Tél. 01.40.51.74.07

chretientesolidarite.fr@gmail.com

Jacques Testart dénonce de nouveau l’eugénisme

Il se dit toujours « de gauche et athée », ce qui est dommage pour lui, mais en même temps lui permet d’être accueilli dans les médias sans être qualifié de fasciste obscurantiste, et de dire un certain nombre de vérités contraires au dogme ambiant de la culture de mort. Jacques Testart, auréolé pour toujours de son titre de « père du premier bébé-éprouvette », publie un nouveau livre, intitulé Faire des enfants demain, où il dénonce l’évolution vers un « eugénisme doux, invisible et démocratique », qui est celui du DPI, le diagnostic préimplantatoire, permettant la « fabrication d’enfants sur mesure » et l’élimination de ceux qui ne sont pas aux normes.

L’intérêt de ce nouveau livre, si l’on en croit les interviews de Jacques Testart dans le JDD et Le Point, est la dénonciation du fait que l’on qualifie de médical ce qui n’a aucun rapport avec la médecine : « Je ne vois pas ce que la médecine, censée traiter les pathologies, a à faire là dedans », dit-il en parlant des revendications égalitaires des homosexuel(le)s. La conception ne relève pas de la médecine (Jacques Testart le sait d’autant mieux que, « père du premier bébé éprouvette », il n’est pas médecin), et les critères des questions bioéthiques ne relèvent pas davantage de la médecine.

Son interview au JDD est en ligne.

Extrait :

Cet "appariement des couples reproducteurs", selon les mots de ses promoteurs, rappelle la sélection pratiquée sur les bovins. Dans le secret, sur des critères non transparents, les médecins choisissent le donneur qui convient pour chaque receveuse avec une obsession de la qualité de l'enfant qui rappelle l'eugénisme, une vieille pulsion humaine. Il ne s'agit pas d'une politique d'État, mais d'un eugénisme mou et démocratique, sans souffrance.

Au Bangladesh

La maison d’une famille catholique a été entièrement détruite par le feu à Goualliapara, au Bangladesh, le 1er mars. Les quatre personnes qui se trouvaient dans la maison, dont deux enfants, ont pu s’enfuir. Mais elles ont tout perdu, « y compris leur Bible et leur crucifix », précisent-elles. Les deux adultes étaient la mère des enfants et sa belle-mère. Le mari de celle-là est allé chercher du travail à l’étranger, le mari de celle-ci est mort il y a six mois. Il n’y avait donc pas d’homme, ce qui fait de la maison une proie pour les propriétaires terriens musulmans, et qui peut être volée sans scrupule si le terrain appartient à des chrétiens. Quelques jours avant l’incendie, des inconnus rodant derrière la maison avaient demandé aux femmes si elles étaient chrétiennes…

« Plus de trente personnes à l’assemblée annuelle de la communauté catholique »

plus-de-trente-personnes-a-l-assemblee-annuelle-de-la-communaute-catholique.jpg

C’est à Messimy, dans les Coteaux du Lyonnais (3.000 habitants).

(Via le Forum catholique, où est reproduit l’article, qui serait amusant si ce n’était si triste.)

Il n'est pas absurde de mettre en perspective avec cette photo (sur Fdesouche) du "Carnaval des deux rives", à Bordeaux (surtout si l'on se souvient que le carnaval est le moment de fête qu'on s'octroie avant le carême):

226985carnavaldesdeuxrives.jpg

Il mio papa ?

cover_IL-MIO-PAPA-380x477.jpg

Demain mercredi des cendres, premier jour du carême, début des 40 jours de jeûne et de pénitence, paraît, lancé par Mondadori à 3 millions d’exemplaires, le premier numéro de Il mio Papa, « le premier hebdomadaire au monde sur le Pape François ».

Extrait de la présentation officielle (voir le reste chez Benoît et moi) :

« L'idée d'un journal conçu pour raconter et partager les actes et les paroles du Pape François est née en observant combien son élection a suscité une nouvelle attention envers les thèmes éthiques, religieux et de morale, explique le directeur Aldo Vitali. Notre Pontife est en effet une figure qui, grâce à son empathie, et en même temps la puissance, le courage et la simplicité de son message, a conquis tout le monde, croyants ou non. »

Il mio Papa, en kiosque tous les mercredis à partir de 5 mars, a un côté positif et populaire, avec un graphisme, facile à lire, coloré et animé, et des photographies de grand impact émotionnel. Le journal racontera les semaines du chef de l'Eglise - les rencontres, les phrases, les engagements et les audiences (y compris l'Angélus et l'Audience générale du mercredi) - en accordant une grande attention aux messages de changement qui caractérisent le règne de François.

Saint Casimir

Voilà un saint qui tombe à pic pour relativiser les jugements absolus des uns et des autres sur l’Ukraine. Casimir était le fils de Casimir Jagellon, grand duc de Lituanie, devenu roi de Pologne, l’un des plus grands rois de Pologne, Casimir IV. C’est l’époque de la plus grande extension de la Lituanie, qui englobe la plus grande partie de l’Ukraine actuelle, la Biélorussie, et une partie de la Russie. Saint Casimir, régent de Pologne quand son père est absent (c’est-à-dire à la guerre), réside à Vilnius (Wilno, Vilna). Il meurt à Grodno (Hrodna, Biélorussie), de tuberculose, à 24 ans, après avoir fait preuve d’une éminente sainteté et d’un grand amour des pauvres et de l’Eglise.

Lithuanian_state_in_13-15th_centuries.png

« Il s’appliqua avec soin à promouvoir la foi catholique, et à abolir le schisme des Ruthènes ; c’est pourquoi il porta le roi Casimir, son père, à défendre par une loi, aux schismatiques, de bâtir de nouvelles églises, et de réparer les anciennes qui tombaient en ruines », dit le bréviaire. (Interdit qui avait déjà été promulgué par Ladislas Jagellon et qui sera officiellement aboli quelques décennies plus tard.) Les « Ruthènes schismatiques » en question, ce sont ceux que l’on appelle aujourd’hui les Ukrainiens de l’ouest, qui étaient orthodoxes, et qui retrouveront l’unité catholique un siècle plus tard lors de l’union de Brest, ville qui se trouve aujourd’hui en… Biélorussie.

Saint Casimir, fils du roi de Pologne, est enterré à la cathédrale de Vilnius. En 1636 il sera proclamé saint patron suprême de la Lituanie. A l’époque la Lituanie s’est déjà quelque peu réduite, notamment au sud, où l’"Ukraine" est devenue une partie du royaume de Pologne (dans le cadre d’une « République des deux nations », lesquelles sont la Pologne et la Lituanie)… Saint Casimir est aussi un saint patron de la Pologne.

765px-Rzeczpospolita_1600.png

(Juste avant que les Russes commencent à grignoter puis à avaler la plus grande partie de ces territoires.)

06:58 Publié dans Liturgie | Lien permanent | Commentaires (0)

03 mars 2014

Images de la terreur russe en Crimée

big.JPG

content.jpg

3639585_kiv possst.jpg

content-1.PNG

content-2.PNG

content-3.PNG

content-4.PNG

Addendum

Selon la presse anglo-saxonne, ces images sont "choquantes"...

Trois petites choses sur l’Ukraine

Le « gouvernement » ukrainien qualifié de « légitime » par les Occidentaux a enlevé le statut de langue officielle à la langue russe. Or une bonne partie de l’Ukraine ne peut tout simplement pas fonctionner sans la langue russe. Il est vrai qu’au moment où c’est carrément le drapeau russe qui flotte sur les institutions des principales villes du sud et de l’est du pays, ça n’a plus la moindre importance…

Le « gouvernement » ukrainien qualifié de « légitime » par les Occidentaux a annulé l’arrêté du 21 novembre 2013 qui suspendait l’accord d’association avec l’Union européenne et a repris les préparatifs pour signer cet accord au plus vite. Catherine Ashton l’a confirmé elle-même. Rappelons que l’UE avait proposé 610 millions d’euros d’aide à l’Ukraine si elle signait l’accord, mais la Russie près de 11 milliards si elle signait l’accord russe… Le gouvernement ukrainien avait choisi son intérêt qui était celui de l’Ukraine, mais « on » lui a fait comprendre son erreur… L’actuel « gouvernement » dit avoir besoin de 35 milliards de dollars d’ici 2015. Le FMI va envoyer une mission technique, demain, pour évaluer la situation. On parle d’un prêt de 12 milliards de dollars. Mais en 2008 Ioulia Timochenko avait négocié un prêt de 16 milliards qui avait été gelé au bout d’un an au vu du résultat, et en 2010 le FMI avait accordé un prêt de 15 milliards à Viktor Ianoukovitch, lui aussi gelé dès l’année suivante…

C’est la Lituanie qui est allée le plus loin dans la rétorsion diplomatique : elle a rappelé son ambassadeur à Moscou. Cette solidarité avec l’Ukraine est touchante. Certes, on connaît l’animosité compréhensible de la Lituanie envers les Russes, mais on ne peut s’empêcher d’y voir un écho historique du temps où Vilnius, capitale du grand duché de Lituanie associé à la couronne de Pologne, était la capitale d’un vaste territoire dont l’Ukraine était la plus grande partie…

Les Oscars, c'est en quelle langue?

oscar.jpg

Les citoyens ne sont que de grands enfants

maquiller.jpg

Que fait le roi des Belges le jour du Seigneur ?

Le roi des Belges a signé hier, dimanche, la loi sur l'extension de l'euthanasie aux mineurs.

Jihad tradi

Un commando d’une dizaine de personnes a tué de manière indiscriminée 29 personnes à coups de couteau samedi soir dans la gare de Kunming, capitale de la province méridionale du Yunnan, en Chine. Quelque 130 autres voyageurs ont été poignardés dans cet attentat, vraisemblablement commis par des Ouïghours.

Le jihad au couteau, c’est quand même plus traditionnel que le jihad à la kalachnikov…

Le vol des propriétés chrétiennes en Irak

L’homme politique chrétien Imad Youkhana, responsable du Mouvement démocratique assyrien (Zowaa) et député au Parlement irakien, a dénoncé un certain nombre de fonctionnaires de la province de Ninive après avoir recueilli des témoignages probants sur un système de corruption au travers duquel de nombreuses propriétés – terrains et maisons – appartenant à des chrétiens changent de propriétaire de manière illicite et occulte sans aucun mandat de la part de leurs légitimes propriétaires. La fraude, liée à un système de pots-de-vin, a lieu en accord avec des préposés au registre des propriétés immobilières et se trouve facilitée par le fait qu’une grande partie des propriétaires chrétiens a quitté le pays depuis des années. Selon les sources officielles du parti Zowaa, Imad Youkhana a sollicité une intervention rapide de la part des gouvernements local et fédéral afin de démanteler le système en question, d’en identifier les responsables et de restituer les propriétés ayant changé de mains de manière illicite à leurs légitimes propriétaires. L’homme politique a également invité les chrétiens irakiens émigrés à vérifier l’état des propriétés qu’ils ont laissé en Irak et à réaffirmer leurs droits sur celles-ci, impliquant dans cette action les ambassades irakiennes à l’étranger.

(Fides)

La foi chrétienne « nuit gravement à la santé mentale »

Le pasteur kazakh Bakhytzhan Kashkumayev, de l’église de la grâce à Astana, dûment enregistrée, surveillée, estampillée, par les autorités, a été condamné à quatre ans de réclusion pour avoir « causé de graves troubles mentaux » à une femme qui a dû être internée dans un hôpital psychiatrique pour « schizophrénie paranoïaque ». Les juges ont repris à leur compte l’accusation selon laquelle le pasteur « conduit une organisation religieuse qui porte atteinte à la santé des individus au travers de l’extrémisme religieux ».

Le pasteur fait appel. Pour son avocat, c’est « l’un des cas les plus étranges jamais rencontrés en termes de légalité ». En effet. Naguère, c’est le pasteur qu’on mettait en hôpital psychiatrique…

Une chrétienne tuée par des talibans

Une jeune chrétienne a été tuée par les talibans dans le nord du Pakistan. La jeune fille, connue sous le pseudonyme de Lily, avait passé un certain nombre de mois en fuite et dans la clandestinité avec son cousin, un musulman converti au christianisme voici quelques années. Après sa conversion, l’homme était considéré comme un apostat et se trouvait depuis lors dans la ligne de mire des talibans qui entendaient l’éliminer. Ces jours derniers, un certain nombre de militants islamistes ont découvert leur cachette, parvenant à tuer par balles la jeune fille durant sa fuite alors que l’homme est parvenu pour l’heure à s’enfuir.

(Fides)

La dérive sans fin de l’épiscopat français

Le conseil Famille et Société de la Conférence des évêques de France organise le 19 mars un journée de formation des délégués diocésains à la pastorale familiale. L’un des deux orateurs est Fabienne Brugère, qui est en quelque sorte la représentante en France de Judith Butler, l’idéologue historique du genre.

Fabienne Brugère, professeur de philosophie à Bordeaux 3, y a invité deux fois Judith Butler. Notamment en octobre 2011, à l’occasion d’un colloque sur son œuvre, et pour la faire « Docteur Honoris Causa de l'université Michel de Montaigne ».

Le jour de la fête de saint Joseph, les délégués diocésains à la pastorale familiale auront ainsi l’honneur d’avoir une leçon de l’une des grandes spécialistes de la déconstruction du genre, à l’invitation des évêques.

Le Salon Beige publie une supplique à Mgr Pontier. On peut toujours la signer, en sachant que ça ne sert à rien, puisque le noyau dirigeant de l’épiscopat, particulièrement en ce qui concerne la « famille » et la « société », est incurablement gangrené depuis longtemps.

Cet épisode permet de comprendre à quel point est judicieuse l’idée de François de confier les questions doctrinales aux conférences épiscopales…

Le tyran ecclésiastique du Texas

Le nouvel évêque de Fort Worth (détaché de Dallas en 1969), Mgr Michael Olson, interdit la messe de saint Pie V à l'université privée Fisher-More de la ville. Par une lettre comminatoire dépourvue de tout argument comme de tout sentiment chrétien (traduction ici). Cet acte non seulement contraire à la charité et à la justice, mais parfaitement arbitraire et illégal, est en outre un arrêt de mort pour l'université, puisque les parent y mettaient leurs enfants en raison notamment de la liturgie qui y était célébrée (en plein accord avec l’évêque précédent, par des prêtres “Ecclesia Dei”).

C’était la seule messe quotidienne dans la « forme extraordinaire » dans ce diocèse, et aussi la seule le dimanche matin.

Mgr Michael Olson a été nommé évêque de Fort Worth par François en novembre dernier et sacré le 29 janvier. L’un de ses premiers actes aura donc été une de ces mesures d’injustice et de cruauté dont les ecclésiastiques, particulièrement aujourd’hui, ont le secret.

La mesure étant parfaitement illégale, le collège pourrait en appeler à Rome. Mais à Rome règne le pape qui cautionne la même injustice et cruauté vis à vis des Franciscains de l’Immaculée…