15 juin 2014

Fête de la Très Sainte Trinité

La première lecture des matines est le début du chapitre 6 d’Isaïe. Pourquoi ? Parce qu’on y voit deux séraphins qui chantent « Sanctus, Sanctus, Sanctus », montrant que si le Dieu unique est trois fois saint c’est qu’il est en trois personnes. Et aussi parce que Dieu demande : « Qui enverrai-je et qui ira pour nous ? » Saint Jérôme est le premier à avoir remarqué que Dieu parle d’abord à la première personne du singulier, en tant que substance divine, puis à la première personne du pluriel, en tant que pluralité de personnes. Voici les deux textes de saint Jérôme (de son grand commentaire d'Isaïe), dans la traduction de l’abbé Bareille (1878).

*

« Quand ils crient “le premier au second”, selon l’hébreu, “celui-ci à celui-là”, c’est-à-dire l’un à l’autre, ils s’excitent mutuellement aux louanges de Dieu en ces termes : “Saint, saint, saint est le Seigneur, Dieu des armées”, par quoi ils montrent le mystère de la Trinité en un seul Dieu ; et ce n’est nullement le temple des juifs, comme tout d’abord, mais l’univers qu’ils montrent tout rempli de la gloire de Celui qui, pour notre salut, a daigné se revêtir d’un corps d’homme et descendre sur la terre. Enfin, à Moïse, quand, après l’adoration du veau d’or, il le suppliait de pardonner au peuple coupable, Dieu répond : “Je leur pardonnerai ; mais je jure par moi-même que toute la terre sera remplie de ma gloire” ; et le psaume 71 dit : “Toute la terre sera remplie de sa gloire.” Aussi les anges criaient-ils aux bergers : “Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté.” (…) C’est pourquoi il est dit qu’ils ont six ailes, qu’ils voilent la face et les pieds de Dieu, qu’ils rendent à l’envi témoignage de la vérité, que tout ce qu’ils crient montre le mystère de la Trinité, qu’ils admirent l’un et l’autre que le Dieu des armées, ayant la forme de Dieu le Père, ait pris la forme de serviteur, qu’il se soit humilié jusqu’à mourir et à mourir sur la croix, et qu’après n’avoir été d’abord connu que dans les cieux, il se soit fait connaître sur la terre. »

*

« Ce pluriel “nous”, dans la bouche de Dieu, a le même sens qu’en ce passage de la Genèse : “Faisons l’homme à notre image et à notre ressemblance.” Il indique le mystère de la Sainte Trinité. De même, en effet, que, lorsqu’on lit dans l’Evangile ces mots du Seigneur : “Mon Père et moi sommes un”, on rapporte “un” à la nature divine, et “sommes” à la diversité des personnes, de même, quand le Seigneur donne un ordre, c’est la Trinité qui commande. »

15:33 Publié dans Liturgie | Lien permanent | Commentaires (3)

14 juin 2014

Chronique des enfants de Sodome et Gomorrhe

Les élèves du collège Jacques Prévert de Saint Pol de Léon ont dû subir une parodie de parodie de mariage à la mairie : deux garçons de 6e ont été fictivement « mariés » par le premier adjoint. C’était dans le cadre de… l’éducation civique.

Au Québec il y aura cet été un camp de vacances pour « jeunes trans, intersexes et non conformes dans le genre de 7 à 15 ans ». Le formulaire d’inscription demande aux parents d’indiquer la préférence de genre de l’enfant, « afin qu’il soit placé dans un dortoir avec d’autres enfants partageant les mêmes intérêts ». Le directeur d’une clinique transgenre assure que les transgenres se repèrent très vite et que « c’est presque toujours évident avant l’âge scolaire ». Ce médecin n’hésite pas à prescrire aux enfants des bloqueurs d’hormones pour ralentir la puberté, avant de passer à des traitements hormonaux à la testostérone ou aux œstrogènes.

Chine : des chrétiens font reculer la police

Dans le cadre des « rectifications » urbaines en Chine, les chrétiens de Guangtou (près de Wenzhou) ont reçu un avis leur disant que la croix de l’église allait être ôtée. Dès lors les chrétiens se sont relayés pour surveiller les lieux nuit et jour. Le 11 juin, à 5 heures du matin, un groupe d’une centaine de personnes, dont des policiers anti-émeute, est arrivé pour enlever la croix. Quelque 200 chrétiens sont arrivés aussitôt, ils ont coupé le courant pour empêcher la scie électrique de fonctionner, et se sont interposés. Ils ont été sévèrement battus et certains ont été blessés, mais ils ont tellement résisté que la police a battu en retraite…

On reparle de Biram

Des descendants des habitants du village chrétien de Biram, en Haute-Galilée, qui avaient été expulsés en 1948, s’étaient réinstallés en bricolant provisoirement des préfabriqués. Mercredi, ils ont été expulsés par les agents de l’Administration des terres d’Israël, qui ont saisi leurs matériels. Deux jours plus tôt le même scénario s’était produit dans un autre village chrétien rasé par Israël à la Noël 1951.

Deux fois, fin 1950 et fin 1951, la Cour suprême israélienne avait donné l’autorisation aux villageois de retourner dans leur village. 63 ans plus tard, ils ne le peuvent toujours pas.

News.va, Cath.ch

Voici ce que j’écrivais dans Reconquête en décembre 2001 :

Biram.jpg

Samedi des quatre temps

Nous avons toujours (et pour la dernière fois) les alléluias, antiennes, répons et hymnes de la Pentecôte, mais la messe de ce jour est néanmoins pleinement une messe de samedi des quatre temps, avec son ancienne vigile : ses cinq lectures avant l’épître, dont plusieurs évoquent les moissons et les fruits de la terre, et ses oraisons qui parlent du jeûne, et il y a même un « trait », sans alléluia.

L’évangile paraît sans rapport avec ces divers thèmes, puisque c’est le récit de la guérison de la belle-mère de Pierre et d’autres guérisons, le même qu’au troisième dimanche de carême.

Il y a toutefois une imposition des mains, qui est le geste par lequel est transmis le Saint-Esprit – par lequel sont conférées les ordinations sacerdotales, puisque c’est un jour d’ordinations. Et l’antique station était à Saint-Pierre de Rome : la maison de saint Pierre.

Dom Pius Parsch :

« L’Évangile représente le magnifique “mystère” de la messe : “Jésus entra dans la maison de Simon” (Station à Saint-Pierre). “Quand le soleil fut couché (la messe était célébrée, jadis, dans la nuit du samedi), on lui amena les malades” (ces malades, c’est nous qui venons à la messe) ; “il leur imposa les mains” (l’imposition des mains est le signe de la communication du Saint-Esprit), et il les guérit. Mais quand il fit jour, il s’en alla (après la messe, il nous quitte ; le temps pascal est achevé).

« Le “mystère” trouve son accomplissement au Saint-Sacrifice. Dans la communion, les fidèles sentent le souffle du Saint-Esprit. Dans les anciens antiphonaires, on trouve une antienne de communion qui convient très bien ici. Nous entendons le Maître qui nous quitte nous dire, à la fin du temps pascal : “Je ne vous laisse pas orphelins, mais je reviens (chaque fois que se célèbre le sacrifice eucharistique) et votre cœur se réjouira.” »

06:52 Publié dans Liturgie | Lien permanent | Commentaires (0)

13 juin 2014

Au Parlement européen

Mardi, les chefs des principaux groupes du Parlement européen, en dehors de l’ECR (celui des conservateurs britanniques) ont dit à tour de rôle à Herman Van Rompuy que Jean-Claude Juncker devait être nommé président de la Commission européenne si l’on voulait éviter une « crise institutionnelle », car les députés européens mettront leur veto à tout autre candidat…

Le nouveau chef du groupe PPE, Manfred Weber, a déclaré que le choix de tout autre nom que Juncker par le Conseil serait contraire à la promesse faite aux votants que le chef de file du parti vainqueur des élections deviendrait le président de la Commission.

Sauf que c’était une promesse de pure propagande sans fondement dans le traité…

Le trublion italien Beppe Grillo, après avoir discuté avec Nigel Farage, et après avoir demandé d’intégrer le groupe des Verts, est revenu à Nigel Farage. Les 17 députés du Mouvement Cinq Etoiles vont donc rejoindre les 24 députés du l’Ukip avec lesquels ils n’ont pas grand chose à voir. Mais l’unique but de Nigel Farage est de conserver son groupe, ce qui n’est pas gagné car si les effectifs sont suffisants, il lui manque encore des représentants de deux pays (il en faut sept).

Les sept députés du parti allemand anti-euro (Alternative für Deutschland) ont quant à eux intégré le groupe ECR dominé par les conservateurs britanniques.

Lequel groupe a choisi comme candidat à la présidence du Parlement Sajjad Haider Karim, député musulman d’origine pakistanaise, qui avait fondé en 2005 un European Muslim Forum qui devait servir de « porte » pour l’accès des organisations musulmanes au Parlement européen. (Mais ça n’a jamais marché, et il n’en est plus question sur son site internet.)

Sajjad Haider Karim n’a aucune chance de devenir président du Parlement européen, puisque le poste est confisqué par le PPE et les socialistes qui se le partagent. Mais c’est une très symbolique première. Et qui vient d’un des groupes eurosceptiques…

18:26 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (2)

Parce qu’il refusait de renier Jésus-Christ

« Nous avons tué ton père parce qu’il refusait de renier Jésus-Christ. » C’est ce qu’ont dit les assassins hindous de Nimmaka Laxmaya à l’un de ses fils qui venait de trouver le cadavre de son père, la tête fracassée à coup de pierre. C’était le 25 mai dernier en Orissa (Inde), après une cérémonie de baptême collectif. En fait c’est le fils qu’ils voulaient « punir » de s’être fait baptiser, mais ils sont d’abord tombés sur le père, qui pouvait aussi faire l’affaire…

En Chine

L’administrateur apostolique de Yujinang, le P. John Peng Weizhao, a été arrêté par la police et par des membres du Bureau des Affaires religieuses à Fuzhou le 30 mai. Depuis lors on n’a aucune nouvelle de lui et l’on ne sait pas où il se trouve.

Le P. Peng est administrateur apostolique du diocèse « clandestin » de Yujinang dpeuis deux ans, appelé normalement à succéder à Mgr Thomas Zeng Jingmu qui s’est retiré (il a 94 ans). Mgr Zeng Jingmu a passé quelque 23 ans en tout en prison.

Pour l’Eglise officielle, le diocèse de Yujinang est un des cinq diocèses du Jiangxi qui ont été regroupés en un seul, le diocèse de Nanchang, dont l’évêque est Mgr John Li Suguang, qui est inféodé à l’Association patriotique.

17:25 Publié dans Eglise | Lien permanent | Commentaires (1)

Malaisie : la Bible retrouve la liberté

Le procureur général de Malaisie a jugé que le Département des affaires islamiques de l’Etat de Selangor avait eu « tort » de saisir 300 exemplaires de la Bible en janvier dernier. Il a jugé après enquête que les Bibles ne menaçaient pas la sécurité nationale (sic), et a ordonné qu’on en fasse l’usage le plus approprié (sic), autrement dit qu’elles soient rendues à l’organisme auquel elles avaient été confisquées.

Cette saisie avait eu lieu suite au jugement interdisant à l’hebdomadaire catholique Herald d’utiliser le mot « Allah ». L’interdiction n’avait été demandée que pour le Herald, elle ne concerne donc pas la Bible. (Il n’y a pas que Dieu qui ait son nom arabe, « Bible » se dit « Alkitab », le livre en arabe. Mais cela les chrétiens ont le droit de le dire, puisqu’ils sont précisément « les gens du Livre » pour les musulmans.)

Une messe préparatoire à la gay pride

pre-pride_Mass2014.jpg

C’est à la paroisse Saint François d’Assise de New York, dans le cadre du « ministère gay et lesbien » de cette paroisse officiellement catholique : « Inspirés par notre foi en Jésus-Christ, et enracinés dans le charisme de saint François d’Assise, nous accueillons activement tout le monde. » « Nous célébrons de nouveau ce radical accueil à tous à notre messe de pré-Pride le 28 juin à 17h15. C’est une opportunité pour toute notre communauté paroissiale de se souvenir que le Seigneur invite tout le monde à le suivre, quelle que soit sa race, son ethnie, sa position sociale, son orientation sexuelle ou de genre. C’est aussi l’occasion pour tous d’inviter à la messe tous vos amis dont beaucoup ne se sentent pas bienvenus à la table du Seigneur pour quelque raison que ce soit, mais particulièrement s’ils sont gays ou lesbiennes. Saisissez l’occasion de porter témoignage de l’amour inconditionnel de Dieu en contactant et en invitant à revenir un frère ou une sœur qui n’est pas venu à la maison depuis longtemps. »

Au chapitre du « ministère gay et lesbien », on lit ceci :

« Selon les paroles de saint François d'Assise: “Nous avons été appelés à panser les blessures, à rassembler ce qui est divisé, à reconstruire ce qui tombe en ruines, et à ramener au bercail ceux qui se sont perdus." L'Accueil gay et lesbien de l’église Saint-François d'Assise est une confrérie où les croyants gays et lesbiennes sont invités à explorer leur spiritualité et à partager leur expérience, leur force, et leur espoir mutuel. Nous fournissons activement et promouvons les occasions de foi qui construisent la communauté pour ceux qui ont connu la déconnexion spirituelle. Nous nous efforçons de remplir notre mission en offrant un lieu sûr pour les événements spirituels, des activités éducatives et sociales, et une sensibilisation à la paroisse plus large et à la communauté archidiocésaine. »

(Via le FC)

Vers un Etat sunnite terroriste ?

Les jihadistes se sont heurtés devant Kirkouk à la défense des pechmergas. Du coup, Kirkouk, qui n’est pas officiellement une ville kurde, est désormais sous le contrôle des milices kurdes (et tant mieux pour elle).

L’Etat islamique en Irak et au Levant a subi de lourdes défaites en Syrie chaque fois qu’il a tenté de prendre pied sur les terres kurdes. Il ne s’attaquera donc pas, du moins immédiatement, au Kurdistan irakien, et après avoir constaté à Kirkouk que les pechmergas s’étaient mobilisés, les jihadistes ont pris la direction de Bagdad et ont pris Hawija, Baji, Tikrit... Ils sont désormais aux portes de Bagdad.

Jusqu’ici les jihadistes ont pris villes et territoires quasiment sans coup férir. Ils sont entrés comme chez eux à Mossoul et ont pris le contrôle d’une ville de 3 millions d’habitants sans résistance des forces de sécurité. On a vu au contraire les militaires enlever leurs uniformes et jeter leurs armes.

Ils entrent comme chez eux dans les villes et les villages parce qu’ils sont chez eux dans le pays sunnite. Ils ont le plein soutien des puissantes tribus sunnites. L’Etat islamique en Irak et au Levant est la forme que prend désormais la révolte sunnite contre le pouvoir chiite, qui jusqu’ici se traduisait par des attentats quotidiens et la prise de contrôle sporadique de quartiers de ville, voire de la ville entière de Fallouja.

Il est comme symbolique que la deuxième vraie ville (et la première entièrement sunnite) prise par les jihadistes soit Tikrit, le fief de Saddam Hussein.

Sous Saddam Hussein, les sunnites ne bougeaient pas : c’est eux qui étaient au pouvoir, mais sous une dictature étatique et « laïque ». Les Américains ont mis « démocratiquement » les chiites au pouvoir, on voit le résultat. On en est au point où d’anciens cadres militaires de Saddam Hussein travaillent avec les jihadistes, pour prendre leur revanche…

On peut voir ici une carte de l’avancée de l’Etat islamique en Irak et au Levant (qui est donc en train de devenir un véritable Etat), dans une très large bande, qui s’étendra à tous les territoires sunnites, au sud du Kurdistan syrien et irakien.

Cette affaire, qui est terrible pour les chrétiens de ces territoires, est aussi la preuve flagrante et spectaculaire du mensonge partout répété que le jihad n’a rien à voir avec l’islam normal, voire même avec l’islam tout court. En Irak, ce sont des villes entières, tranquillement musulmanes, et des tribus tranquillement musulmanes, qui accueillent comme leurs chefs naturels les pires jihadistes que l’on ait connus jusqu’ici dans l’histoire contemporaine.

N.B. Les colonnes de réfugiés qu'on a vues à la télévision sont les 500.000 habitants de Mossoul non arabes sunnites : kurdes, turkmènes, chiites, chaldéens, assyriens, yézidis...

14:54 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (3)

Vendredi des quatre temps

Comme mercredi, la liturgie est toujours dans la pleine lumière de la Pentecôte. Toutefois un aspect des quatre temps réussit à émerger : dans la première lecture de la messe. Il s’agit du passage de Joël qui précède immédiatement celui qui annonce la Pentecôte et qui a été cité mercredi par saint Pierre dans la première lecture (« Je répandrai mon esprit sur toute chair, vos fils et vos filles prophétiseront », etc.) Avant le don de prophétie, il y avait les dons de la terre : « Les aires seront pleines de blé, et les pressoirs regorgeront de vin et d’huile… » C’est ici l’écho de l’action de grâce des quatre temps d’été pour les récoltes. Mais il faudra attendre demain pour avoir dans la liturgie l’aspect de pénitence préparatoire aux ordinations prévues pour ce samedi.

La « secrète » de la messe de ce jour est particulièrement remarquable. Le bienheureux cardinal Schuster la présente ainsi :

« Dans la prière sur les oblations, faisant allusion au feu céleste qui, dans l’ancienne loi, consuma les sacrifices des Patriarches pour signifier qu’ils étaient agréables à Dieu et qu’il les acceptait ; nous demandons qu’ainsi l’Esprit Saint, feu dévorant de sainteté et d’amour, enveloppe aujourd’hui de ses mystiques flammes l’offrande de la sainte Église, pour que le sacrifice eucharistique soit agréé par Dieu et profitable au peuple chrétien. »

Sacrifícia, Dómine, tuis obláta conspéctibus, ignis ille divínus absúmat, qui discipulórum Christi, Fílii tui, per Spíritum Sanctum corda succéndit. Per eúndem Dóminum…

Que les sacrifices offerts en votre présence, Seigneur, soient consumés par ce feu divin qui, par l’Esprit Saint, embrasa les cœurs des disciples du Christ votre Fils.

06:10 Publié dans Liturgie | Lien permanent | Commentaires (2)

12 juin 2014

Jeudi de la Pentecôte

La liturgie de ce jour est la même que celle du jour de la Pentecôte, en dehors des lectures de la messe. Voici une séquence de sainte Hildegarde pour la Pentecôte.

O ignis Spiritus paracliti
vita vitæ omnis creaturæ

Ô feu de l'Esprit Paraclet, vie de la vie de toute créature

Sanctus es vivificando formas

Tu es saint, toi qui vivifies les formes

Sanctus es unguendo
periculose fractos

Tu es saint, toi qui couvres de baume les dangereuses fractures

Sanctus es tergendo fœtida vulnera

Tu es saint, toi qui panses les fétides blessures

O spiraculum sanctitatis
o ignis caritatis
o dulcis gustus in pectoribus
et infusio cordium
in bono odore virtutum

Ô souffle de sainteté, ô feu de charité, ô douce saveur dans les poitrines, et infusion des cœurs, en bonne odeur de vertus

O fons purissimus,
in quo consideratur
quod Deus alienos colligit
et perditos requirit

Ô très pure fontaine où l'on voit que Dieu rassemble les étrangers et recherche les égarés

O lorica vitæ
et spes compaginis
membrorum omnium
et o cingulum honestatis
salva beatos

Ô cuirasse de la vie, et espoir de l'union de tous les membres, et ô ceinture de noblesse, sauve les bienheureux !

Custodi eos
qui carcerati sunt
ab inimico
et solve ligatos
quos divina vis
salvare vult

Garde ceux qui ont été emprisonnés par l'ennemi et délivre ceux qui sont enchaînés, ceux que veut sauver la divine puissance !

O iter fortissimum
quo penetravit omnia
in altissimis
et in terrenis
et in omnibus abyssis
tu omnes componis
et colligis

Ô chemin très puissant, qui pénètre tout, dans les hauteurs et sur la terre, et dans tous les abîmes, tu réunis et rassembles tous les êtres !

De te nubes fluunt
æther volat
lapides humorem habent
aquæ rivulos educunt
et terra viriditatem sudat

Par toi les nuages s’écoulent, l’éther vole, les pierres ont une source, les eaux se font ruisseaux et la terre transpire la verdure.

Tu etiam semper
educis doctos
per inspirationem sapientiæ
lætificatos

C'est toi aussi qui toujours mènes les doctes et les remplis de joie par l'inspiration de ta sagesse.

Unde laus tibi sit
qui es sonus laudis
et gaudium vitæ
spes et honor fortissimus
dans præmia lucis. Amen.

Donc, louange à toi qui fais résonner les louanges et qui es la joie de la vie, espoir et honneur et force très puissante, toi qui donnes la récompense de la lumière. Amen.

06:19 Publié dans Liturgie | Lien permanent | Commentaires (2)

11 juin 2014

L’Irak abandonné aux islamistes

Comme je l’indiquais hier, l’Etat islamique en Irak et au Levant » a pris hier le contrôle de Mossoul et de la plus grande partie de la province de Ninive. Ce sont des milliers d’hommes qui ont pris possession des bâtiments publics, sans aucune résistance des (importantes) forces de sécurité, policiers et militaires, et clamant à la radio qu’ils étaient venus pour « libérer Mossoul ». Quelque 500.000 habitants (dont presque tous les chrétiens) se sont enfuis juste avant l’arrivée des miliciens. Ceux qui restent sont désormais coincés dans la ville livrée à l’arbitraire des islamistes. Le drapeau d’Al Qaïda flotte sur les bâtiments publics.

Dès hier, des zones entières du gouvernorat de Kirkouk sont tombées aux mains des islamistes, qui se trouvaient déjà aux portes de Kirkouk.

On comprend qu’il n’y ait plus d’armée régulière irakienne à proprement parler, puisque les Américains ont tout détruit, mais je n’arrive pas à comprendre qu’on ne parle pas non plus des armées kurdes, les fameux pechmergas qui tenaient tête à l’armée de Saddam Hussein… Ils n’ont pas disparu d’un Kurdistan de facto indépendant. Donc ou bien ils préparent la contre-offensive, ou bien… ils laissent faire, comme les policiers et les militaires de Mossoul, par solidarité sunnite contre le pouvoir central chiite… (Il est vrai qu'en prenant Mossoul, puis Kirkouk, les islamistes restent à la lisière du Kurdistan officiel.)

L’archevêque chaldéen de Mossoul Mgr Nona, qui il y a quelques jours brossait un sombre tableau de la situation des chrétiens à Mossoul, est aujourd’hui lui aussi parmi les réfugiés dans un village chrétien. Il lance par Asianews un appel à l’aide pour des gens qui ont tout perdu et n’ont rien pour vivre.

 

Autonomous_Region_Kurdistan_en.png

 

Victoire islamique au Vatican

286.jpg

Bernard Antony a été le premier francophone à le remarquer et à le commenter, et il est toujours le seul au moment où j’écris (en dehors d'une note de Pro Liturgia). Il avait été alerté par une musulmane convertie, qui a été stupéfiée d’entendre le représentant musulman, dans les jardins du Vatican, au cours de la prière pour la paix, réciter (bien sûr en arabe) les derniers mots de la deuxième sourate : « Tu es notre Maître, accorde-nous la victoire sur les peuples infidèles. »

La deuxième sourate, la plus longue, est une sorte de résumé hétéroclite du Coran et de la charia. Elle prône bien sûr le jihad, mais surtout elle est violemment anti-juive et anti-chrétienne. C’est dans cette sourate qu’on trouve (verset 191) : « Et tuez-les où que vous les rencontriez (…) l’association est plus grave que le meurtre (…) et combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’association et que la religion soit entièrement à Allah seul. » (L’association, c’est la Trinité.)

Un écrivain égypto-allemand, Hamed Abdel-Samad, a lui aussi été stupéfié d’entendre cela, et il a écrit sur sa page Facebook : « Dans les jardins du Vatican, le clerc musulman conclut sa prière par le verset : “Qu’Allah nous aide à remporter la victoire contre les infidèles !” J’appelle ça une prière pour la paix ! »

L’information commençant à faire le tour des réseaux sociaux et des sites, en allemand, puis en anglais, le P. Bernd Hagenkord, responsables des émissions en allemand de Radio Vatican, a tenté de démentir. En fait, le musulman aurait terminé en disant : « Tu es notre Protecteur, aide-nous contre le peuple des non-croyants. »

Peine perdue. Car le texte arabe qui a été prononcé est bien la dernière phrase de la deuxième sourate. Elle est ainsi traduite dans le Coran distribué sous garantie de l’Arabie saoudite : « Tu es notre Maître, accorde-nous la victoire sur les peuples infidèles. » La traduction Kasimirski, avec une autre ponctuation, dit : « (…) tu es notre Seigneur. Donne-nous la victoire sur les infidèles. »

Les mots arabes ont le plus souvent un large spectre de signification, mais leur sens est précisé par le contexte, et, quand il s’agit du Coran, par la tradition. Ici, les deux mots principaux ne laissent aucun doute. Le dernier est « kafir », qui veut dire infidèle, et qui est l’insulte lancée par les musulmans contre les chrétiens (même dans nos banlieues et que le kafir n’est que très modérément chrétien). Le mot précédent est « nousra », qui est aujourd’hui célèbre parce que c’est le nom d’une des milices les plus fanatiques en Syrie : le « Front al Nousra » (ou Nosra). Et il ne s’agit certes pas d’une « aide », mais bien de la « victoire »… sur le sentier d’Allah, comme le dit et le répète le Coran, dès cette deuxième sourate.

Il est inutile de se demander qui a laissé passer cet appel à la victoire contre les peuples kafir (ou koufar). Le texte des prières avait été publié en plusieurs langues, et naturellement ce verset n’y figurait pas. C’est le représentant musulman qui, au dernier moment, a ajouté ce qu’il devait ajouter pour être un bon musulman…

Mercredi des quatre temps

« Malgré le jeûne solennel des Quatre-Temps d’été, la messe stationnale de ce jour a un caractère nettement festif, et évoque les temps qui suivirent le pontificat de saint Léon le Grand alors qu’une octave solennelle, semblable à celle de Pâques, ayant été attribuée à la Pentecôte, le jeûne fut retardé de quelques semaines. Pendant plusieurs siècles, les deux traditions romaines se disputèrent la victoire ; mais finalement, au XIe siècle, Grégoire VII, tout en conservant à l’office de cette semaine son caractère festif, rétablit les Quatre-Temps d’été à leur ancienne place, c’est-à-dire après le mardi de Pentecôte. »

Telle est l’explication que donne le bienheureux cardinal Schuster à ce qui paraît en effet comme une anomalie liturgique : nous avons des quatre temps au milieu de la deuxième semaine la plus festive de l’année, et la liturgie de ce jour, en rouge, qui a le Gloria, qui vibre de tous ses alléluias et se déroule tout entière sous le signe de la Pentecôte, ne fait pas la moindre allusion aux thèmes spécifiques des quatre temps, en cette saison l’offrande des prémices, et à la pénitence du jeûne. A peine le fait qu’il y ait deux lectures avant l’Evangile indique-t-il que ce n’est pas tout à fait une messe « normale » de l’octave.

Mais c’est une belle pédagogie que ce jeûne en pleine fête. Voilà que nous avons chanté l’alléluia de la Résurrection pendant 40 jours, et pendant 10 jours de plus après l’Ascension, et qu’on nous donne encore une octave supplémentaire, mais attention, c’est fini, vous n’êtes pas encore au paradis, vous êtes toujours sur terre, sur cette terre où l’on mange son pain à la sueur de son front et où l’on doit se reconnaître profondément pécheur. Alors, avant même que se terminent les derniers échos de l’Alléluia pascal, il faut retrouver le chemin de la pénitence. Jeûner et chanter alléluia, finalement, c’est bien notre lot. Le bon chemin du ciel sur cette terre.

06:56 Publié dans Liturgie | Lien permanent | Commentaires (0)

10 juin 2014

Cabinet socialiste

Le secrétaire général adjoint de l’Elysée (conseiller économique et financier du président) Emmanuel Macron, qui venait de chez Rothschild, va quitter son poste. Il sera remplacé par Laurence Boone, chef économiste Europe (à Londres) de Bank of America Merril Lynch.

La banque Merril Lynch est un modèle en son genre : elle avait perdu 52 milliards de dollars dans la crise des subprimes quand elle fut rachetée par Bank of America.

Ça donne peut-être une idée de qui va racheter la France (ou ce qui reste à racheter)…

L’autre exemple donné par Merril Lynch doit aussi intéresser nos gouvernants : juste avant le rachat par Bank of America, les 696 cadres de Merril Lynch s’étaient attribués des primes dont la plus faible dépassait le million de dollars…

Le président du Grand Israël

Dimanche, le « président de la paix », Shimon Peres, priait pour la paix avec Mahmoud Abbas et François dans les jardins du Vatican. Deux jours plus tard, le Parlement israélien élit un nouveau président. Il s’appelle Reuven Rivlin. Inconnu à l’étranger, il est bien connu en Israël : il a été ministre, et deux fois président de la Knesset. Il avait été battu par Peres à la dernière élection. « Reuven Rivlin ne sera pas le président de l’Etat d’Israël, mais du Grand Israël », avait prévenu le quotidien Haaretz jeudi dernier. L’homme est en effet connu pour ses positions très affirmées en faveur du Grand Israël et, en toute logique, d’un seul Etat du Grand Israël. Selon Haaretz, il poussera donc en ce sens, et particulièrement il favorisera autant qu’il le pourra la colonisation de la Cisjordanie. Avec les conséquences prévisibles, qui ne sont pas celles qu’on implorait au Vatican…

L’invasion

C’est désormais par milliers que les clandestins débarquent dans les ports italiens, sauvés par la marine italienne. Tous arrivent de pays divers par la Libye. Et selon Frontex, l’agence de l’UE chargée de la surveillance des frontières (on ne rit pas), ils sont des centaines de milliers de migrants en Libye dans l’attente d’une traversée.

Kadhafi n’avait pas menti quand il disait qu’il était un rempart contre la migration de masse.

Merci Sarkozy et BHL.

Al Qaïda a pris Mossoul

Les jihadistes de l’Etat islamique en Irak et au Levant ont commencé à donner une réalité à l’appellation de leur organisation : ils viennent de prendre le contrôle de Mossoul (la deuxième ville irakienne) et toute la province de Ninive dont Mossoul est la capitale. Une province frontalière de la Syrie (et de la Turquie).

Merci à la famille Bush et à tous les abrutis qui ont détruit l’Irak.

On aura une pensée pour les quelque 2.000 familles chrétiennes qui seraient restés à Mossoul (elles étaient 30.000 avant), et particulièrement aux chrétiens de la région de Bagdad qui s’étaient réfugiés au nord de Mossoul, au Kurdistan, en pensant y trouver la paix…

(Un excellent texte sur l'histoire chrétienne de Mossoul, ici.)

La Corée du Nord traque ses chrétiens en Chine

Depuis la mi-avril, les agents du régime de Corée du Nord ont accentué leurs recherches de ressortissants nord-coréens qui sont sur le territoire chinois dans le but de rencontrer des chrétiens pour apprendre le christianisme. Des employés des consulats sont désormais spécifiquement chargés de cette traque. Jusqu’ici ils avaient des listes de noms, désormais ils ont des photos. Pour les arrêter. Il s’agit d’un ordre personnel du « maréchal » King Jong-un, qui n’admet d’autre culte que celui de sa famille.

Cette initiative montre que les voyages en Chine de nombreux Nord-Coréens (qui y rencontrent des missionnaires de Corée du Sud) commence à poser un sérieux problème aux autorités de Pyongyang.

Un signe de contradiction

Une trentaine de juifs dits « ultra-orthodoxes », dont un député du Likoud (le parti du Premier ministre Netanyahou) ont occupé le Cénacle hier et en ont chassé les pèlerins chrétiens qui s’y pressent en ces jours de Pentecôte.

C’était semble-t-il une sorte d’acte de représailles parce que la veille des chrétiens avaient osé prier au rez-de-chaussée, sur la « tombe du roi David » (après avoir payé leur ticket d’entrée…). Or que des chrétiens prient sur la tombe supposée du roi David serait un blasphème pour les juifs…

C’est surtout un rappel que le Cénacle ne doit pas être rendu aux chrétiens, comme il en fut parfois question. Le gouvernement a rappelé que le statu quo demeurait, mais la messe qu’a pu y célébrer François a déchaîné les passions, et les manifestations. Normalement les chrétiens n’ont le droit de célébrer la messe au Cénacle que le jeudi saint et le jour de la Pentecôte.

Il y avait eu un incendie criminel dans la chapelle de l’abbaye de la Dormition, juste à côté du Cénacle, juste après la messe du pape. Il y a fréquemment des graffiti antichrétiens aux abords du Cénacle.

Mardi de la Pentecôte

Ce jour est l’un des quatre jours de l’année où l’évangile parle du « bon pasteur ». Pourquoi en cette semaine de la Pentecôte ? L’explication habituelle est que cet évangile s’adresse d’abord aux nouveaux baptisés. De fait la Vigile de la Pentecôte, qui était autrefois presque identique à celle de Pâques, était également une nuit de baptêmes, et la liturgie de l’octave de le Pentecôte fait de nombreuses allusions au baptême et aux néophytes. Ainsi, l’évangile du bon pasteur avertit les nouveaux baptisés de se garder des « voleurs », des « brigands » et des « étrangers » qui veulent se faire passer pour des bergers : il s’agit des hérésiarques et des chefs de sectes. Que le baptisé veille à rester dans le troupeau catholique sous la conduite des pasteurs légitimes.

Il serait logique toutefois que l’évangile en ce jour nous parle aussi du Saint-Esprit. Dom Pius Parsch suggère que le Bon Pasteur, ici, c’est le Saint-Esprit : Jésus le bon Pasteur est monté au Ciel et il nous a envoyé le Paraclet, le Consolateur, qui est aussi le guide de l’Eglise, donc le Bon Pasteur, qui veillera à ce que les brebis aient la vie et l’aient en abondance.

Tout ce qui est à une personne divine appartient aux deux autres personnes, donc effectivement le Saint-Esprit peut être qualifié de Bon Pasteur après la Pentecôte.

Saint Augustin, quant à lui, avait trouvé une autre solution. S’agit-il d’un sermon d’un jour après la Pentecôte ? On n’en sait rien. Toujours est-il que dans le sermon qu’il a inclus dans son Traité sur l’évangile de saint Jean, il explique pourquoi on peut voir le Saint-Esprit dans le portier.

D’abord il explique magnifiquement comment Jésus est à la fois la porte, le portier et le pasteur. Il ajoute que Jésus est aussi la brebis (qu’on mène à l’abattoir), l’agneau (immolé), le lion (de Juda)… et la pierre sur laquelle est assis le pasteur.

Il revient à la question de la porte et du portier, pour montrer qu’il n’y aucune difficulté à reconnaître que le portier qui ouvre la porte est Jésus qui s’ouvre lui-même pour se faire connaître. Il poursuit :

« Inutile de chercher une autre explication; je ne vois à cela aucune nécessité, mais peut-être en aurais-tu la volonté ; si tel est ton désir, ne divague pas, ne cherche pas en dehors de la Trinité. Veux-tu qu’une personne différente de la seconde soit le portier? Suppose que c’est le Saint-Esprit : certainement, il ne dédaignera pas d’être le portier, puisque le Fils n’a pas dédaigné d’être la porte. Regarde donc le Saint-Esprit comme étant le portier; parlant du Saint-Esprit à ses disciples, le Sauveur lui-même a dit : “Il vous enseignera « toute vérité.” Qui est la Porte ? Le Christ. Qu’est-ce que le Christ ? La Vérité. Qui est-ce qui ouvre la porte, sinon Celui qui enseigne toute vérité ? »

06:54 Publié dans Liturgie | Lien permanent | Commentaires (0)

09 juin 2014

Pour Juncker, les carottes sont cuites

Le Premier ministre italien Matteo Renzi a déclaré hier à Naples : « Le PPE veut pousser Juncker ? Très bien ! Mais qu’est-ce que Juncker a l’intention de faire les cinq prochaines années ? Quelqu’un qui veut poursuivre les politiques des cinq dernières années n’aura pas notre soutien. »

Sans les 29 voix dont dispose l’Italie, Jean-Claude Juncker ne peut pas se faire élire président de la Commission européenne. Car les opposants déclarés ont déjà 71 voix, et la minorité de blocage est de 92 voix.

 

d77f50d8967caebb7a0395b3906da5bc.jpg

Un étrange mini-sommet se tient aujourd’hui et demain en Suède, à l’invitation du Premier ministre suédois Fredrick Reinfeldt. Avec David Cameron, Angela Merkel, Mark Rutte (le Premier ministre néerlandais). Cette rencontre est qualifiée par les commentateurs de « sommet anti-Juncker », alors que Angela Merkel ne fait pas partie des opposants déclarés à Juncker…

Ce que l’on doit surtout retenir, c’est que c’est la première fois dans l’histoire de la « construction européenne » que le choix du président de la Commission européenne ne fait pas l’objet d’un consensus entre tous les Etats membres. Il y a vraiment de l’eau dans le gaz européen, et c’est une bonne nouvelle.

16:34 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (3)

126 piétons verbalisés en 45 minutes

C’est le record établi mercredi et jeudi derniers par la police municipale de Saint-Etienne qui faisait la chasse aux citoyens qui osaient traverser en dehors des clous…

L’opération « n’a pas toujours été bien reçue par les personnes au profit desquelles elle a été organisée », reconnaît une source policière. On se demande bien pourquoi… Quant au profit, il semble qu’il y ait erreur sur le bénéficiaire…

Mais, avis aux Stéphanois, demain mardi, on remet ça…

Car la France est ce pays de cocagne où la seule délinquance qui subsiste est celle des piétons qui se croient libres…

La faute politique

« On fera une fournée la prochaine fois. »

Force est de constater que les boulangers n’ont pas réagi à la dernière provocation antimitrons de Jean-Marie Le Pen. Pourtant le Figaro venait de nous avertir que les boulangers sont les nouvelles cibles de délinquants hyperviolents.

Mais la vraie phrase politique de la nouvelle polémique est la réponse de Jean-Marie Le Pen à la réaction de sa fille :

« Je considère que la faute politique, ce sont ceux qui se sont alignés sur la pensée unique et qui voulaient ressembler aux autres partis politiques. Je crois que ce sont eux qui ont fait une faute politique, pas moi. »

Malheureusement, c’est bien Jean-Marie Le Pen qui a mis sa fille aux commandes, et avec elle le favori de sa fille qu’il connaissait parfaitement.

Citation

« La véritable paix suppose un courage qui dépasse celui de la guerre. »

Ernst Jünger, La Paix, 1946.

La capacité de surprendre

A la rubrique « nos valeurs » de KIA, le fabricant coréen de voitures, on peut lire : « La promesse de la marque KIA est le Pouvoir de Surprendre » (majuscules et gras dans le texte). Et la tirade sur les valeurs se termine ainsi : « Optimisme dans notre capacité à surprendre et à gagner. »

En 2009, dans son baromètre annuel des marques, Leo Burnett, agence mondiale de publicité, « s'est attaqué au courage des marques en notant leur capacité à surprendre, mobiliser, s'engager et agir ». Le numéro 1 est Google. Mais d’autres marques « savent aussi se distinguer, notamment par leur capacité à surprendre les consommateurs. Les têtes de liste sont Coca-Cola et Neuf Cegetel, suivies de MMA et Alice. »

On remarquera que Neuf Cegetel, qui avait alors quatre ans d’existence, allait disparaître cette même année 2009, et que la marque italienne Alice est devenue en France une sous-marque de Free dont on ne parle plus.

Ainsi va le marketing. La capacité à surprendre est une valeur fondamentale pour qui veut vendre ses produits à très grande échelle, mais cela peut être éphémère, car la capacité à surprendre, en soi, ne suffit pas. Ce qui compte, au fond et sur la durée, n’est pas ce qu’il y a sur l’emballage, mais ce qu’il y a dedans.

Maintenant, voici ce qu’a dit François lors du Regina Cæli de la Pentecôte :

« Attention ! Si l’Eglise est vivante, elle doit toujours surprendre. C’est le propre de l’Eglise vivante que de surprendre. Une Eglise qui n’a pas la capacité de surprendre est une Eglise faible, malade, mourante et elle doit être hospitalisée dans un service de réanimation au plus vite ! »

J’avoue que si je comprends le propos de KIA et de Leo Burnett, je ne comprends pas celui du pape. Que vend-il ainsi ? Quel produit de consommation ? Qu’est-ce c’est que cette « Eglise vivante » dont il parle ?

L’Eglise vivante, c’est sa mère. C’est ma mère. Mais qui peut ainsi parler de sa mère ? Qui peut dire que sa mère doit surprendre, et que si elle ne surprend plus c’est qu’elle est à l’agonie ?

L’Eglise vivante, c’est le Corps du Christ, dont « nous sommes les membres, formés de sa chair et de ses os » (Ephésiens 5, 30). Le Corps vivant du Christ ressuscité qui siège à la droite du Père et qui a envoyé le Saint-Esprit pour vivifier le Corps. Qui peut oser dire que ce Corps pourrait être faible, malade et mourant ?

L’Eglise vivante, c’est l’épouse du Christ, issue de son Cœur ouvert sur la Croix comme Eve était issue du flanc d’Adam, c’est l’Epouse pour laquelle « le Christ s’est livré lui-même » afin de « la sanctifier après l’avoir purifiée par un baptême d’eau dans la parole de vie pour que lui-même se la présente comme une Eglise glorieuse, n'ayant ni tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et immaculée » (Ephésiens 5, 25-27) Le plus beau portrait que l’Ecriture nous donne de l’Eglise, c’est le Cantique des cantiques. C’est l’Epouse sans tache ni ride, toujours jeune, d’une beauté éclatante, pleine d’un amour toujours jaillissant et débordant, qui n’aspire qu’à l’union avec son Epoux. Certes, comme elle est néanmoins sur terre, elle porte la trace du péché des hommes et les stigmates des persécutions. Toutefois, « je suis noire mais belle », affirme-t-elle, et si les brûlures du soleil du temps l’ont brunie, elle reste bien en effet la plus belle, et d’une vigueur dépourvue de toute faiblesse, et d’un amour fort comme la mort, qui vainc la mort.

L’Eglise surprend toujours, parce qu’elle a les paroles de la vie éternelle, et parce que la sainte Ecriture est toujours nouvelle pour qui la lit avec foi et amour. Comme l’Epouse du Cantique est toujours nouvelle et surprenante (ce n’est pas pour rien qu’en dehors des évangiles c’est le livre qui a été le plus commenté). Rien ne peut faire qu’il en soit autrement, et que l’Eglise puisse devenir « faible, malade, mourante ».

Le Catéchisme dit à propos de l’Eglise :

« C’est uniquement avec les yeux de la foi que l’on peut voir en sa réalité visible en même temps une réalité spirituelle, porteuse de vie divine. »

Cette réalité spirituelle porteuse de vie divine exclut que l’Eglise puisse être « faible, malade, mourante ». Mais il y faut les yeux de la foi.

Addendum.

Propos de François le 16 juin:

 

« Notre mère l’Eglise est un peu vieille. Ce n’est pas une grand-mère, mais on doit la rajeunir. Pas en allant voir un chirurgien esthétique, mais en lui donnant des enfants. (…) Si l’Eglise n’est pas mère, c’est pas beau à dire mais c’est qu’elle devient une « vieille fille », elle devient vraiment une « vieille fille » ! C’est comme ça : elle n’est pas féconde ! »

 

Comment un pape peut-il parler ainsi de l’Eglise ?

 

Lundi de Pentecôte

Le sublime commentaire de saint Augustin sur l’évangile du jour, qui traite en quelque sorte du premier effet du Saint-Esprit.

Le médecin vient guérir le malade, autant qu’il est en lui. Celui qui refuse d’observer les prescriptions du médecin se donne à lui-même la mort. Le Sauveur est venu dans le monde. Pourquoi a-t-il été appelé Sauveur du monde, sinon parce qu’il est venu pour sauver le monde et non pour le juger ? Tu ne veux pas être sauvé par lui, tu seras jugé par l’effet de ta volonté même. Que dis-je, tu seras jugé ? Écoute ce qu’il dit : « Celui qui croit en lui n’est point jugé, mais qui ne croit point » ; que penses-tu qu’il va dire ? qu’il sera jugé ? Voici ce qu’il ajoute : « Il est déjà condamné. » Le jugement n’a pas encore été publié, et déjà la sentence est prononcée.

Le Seigneur connaît ceux qui sont à lui, il connaît ceux qui doivent demeurer pour la couronne, ceux qui doivent demeurer pour les flammes. Il connaît dans son aire le froment, il connaît aussi la paille ; il connaît le bon grain, il distingue aussi l’ivraie. « Celui qui ne croit pas est déjà jugé. » Pourquoi ? « Parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.

Or, voici la cause de ce jugement, c’est que la lumière est venue dans le monde et que les hommes ont mieux aimé les ténèbres que la lumière : leurs œuvres en effet étaient mauvaises. » Mes frères, quels sont ceux dont les œuvres ont été trouvées bonnes par le Seigneur ? Il n’y en a pas. Il a trouvé leurs œuvres à tous, mauvaises.

Comment donc quelques-uns ont-ils agi selon la vérité et sont-ils venus à la lumière ? Car c’est ce que dit la suite : « Celui qui accomplit la vérité vient à la lumière. »

« Les hommes, dit le Seigneur, ont mieux aimé les ténèbres que la lumière. » Là se trouve la force du raisonnement. Il en est beaucoup, en effet, qui ont aimé leurs péchés, il en est beaucoup qui les ont confessés ; celui qui confesse ses péchés et s’en accuse, agit conjointement avec Dieu. Dieu accuse tes péchés ; si toi aussi tu les accuses, tu te joins à Dieu. L’homme et le pécheur sont comme deux choses distinctes. Tu m’entends nommer l’homme, il est l’ouvrage de Dieu ; tu m’entends nommer le pécheur, il est l’ouvrage de l’homme. Détruis ce que tu as fait, afin que Dieu sauve ce qu’il a fait lui-même. Il faut que tu haïsses en toi ton œuvre, et que tu aimes en toi l’œuvre de Dieu. Lorsque ce que tu as fait aura commencé à te déplaire, l’accusation du mal que tu as commis sera le commencement de tes bonnes œuvres. Le commencement des bonnes œuvres, c’est l’aveu des œuvres mauvaises.

06:06 Publié dans Liturgie | Lien permanent | Commentaires (3)

08 juin 2014

Pentecôte

Ce qui suit est la séquence (longtemps attribuée à Robert le Pieux, mais qui est de Nokter), qui figurait dans les missels romains-français avant d’être supplantée par Veni sancte Spiritus (sans doute d’Etienne Langton, ou d’Innocent III), qui fut choisie pour le missel de saint Pie V. On peut entendre ici cette ancienne séquence.

Sancti Spiritus
adsit nobis gratia

Que la grâce du Saint-Esprit nous assiste

Quæ corda nostra
sibi faciat
habitaculum

Quelle fasse de nos cœurs sa demeure

Expulsis inde
cunctis vitiis
spiritalibus

Après en avoir expulsé tous les vices de l’esprit

Spiritus alme
illustrator hominum [ou : omnium]

Esprit bienfaisant qui éclaires les hommes [toutes choses]

Horridas
nostræ mentis
purga tenebras

Dissipe les affreuses ténèbres de notre âme

Amator
sancte sensatorum
semper cogitatuum

Saint Ami des pensées toujours sages

Infunde
unctionem tuam
clemens nostris sensibus

Répands avec clémence ton onction sur nos âmes

Tu purificator
omnium flagitiorum
Spiritus

O Esprit purificateur de toute turpitude

Purifica nostri
oculum interioris
hominis

Purifie en nous l’œil de l’homme intérieur

Ut videri
supremus Genitor
possit a nobis

Afin que nous puissions contempler le suprême Géniteur

Mundi cordis
quem soli cernere
possunt oculi

Que seuls peuvent voir les yeux d’un cœur pur

Prophetas tu inspirasti
ut præconia Christi
præcinuissent inclyta

Tu as inspiré les Prophètes pour qu’ils prédisent les actions éclatantes du Christ

Apostolos confortasti
ut trophæum Christi
per totum mundum veherent

Tu as fortifié les Apôtres pour qu’ils portent le trophée du Christ dans le monde entier

Quando machinam
per Verbum suum
fecit Deus
cæli, terrae, marium [ou : maris]

Quand par son Verbe Dieu fit la machine du ciel, de la terre, des mers [de la mer]

Tu super aquas
foturus eas
numen tuum
expandisti, Spiritus

C’est Toi qui as répandu ta divinité sur les eaux pour les féconder, ô Esprit

Tu animabus
vivificandis
aquas fecundas

C’est Toi qui, pour vivifier les âmes, rendis les eaux fécondes

Tu aspirando
das spiritales
esse homines

C’est Toi qui par ton souffle fis des hommes des êtres spirituels

Tu divisum
per linguas
mundum et ritus
adunasti, Domine [ou : Spiritus]

C’est Toi, Seigneur [Esprit] qui as réuni le monde divisé par les langues et les religions

Idolatras
ad cultum
Dei revocas
magistrorum optime

O le meilleur des maîtres, Tu ramènes les idolâtres au culte de Dieu

Ergo nos
supplicantes tibi
exaudi propitius,
Sancte Spiritus

Aussi sois-nous propice et exauce nos supplications, ô Saint Esprit

Sine quo
preces omnes cassæ
creduntur et indignæ
Dei auribus

Sans qui toutes les prières sont tenues pour vaines et indignes des oreilles de Dieu

Tu, qui omnium
sæculorum sanctos
tui numinis
docuisti instinctu
amplectendo Spiritus

Toi qui par ton divin embrassement a enseigné les saints de tous les siècles, ô Esprit

Ipse, hodie
apostolos Christi
donans munere
insolito et cunctis
inaudito sæculis

En faisant aujourd’hui de toi-même aux Apôtres du Christ un présent insolite et inconnu de tous les siècles

Hunc diem gloriosum
fecisti. [Amen.]

Tu as rendu ce jour glorieux. [Amen.]

06:44 Publié dans Liturgie | Lien permanent | Commentaires (0)