Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 8

  • Trump

    Donald Trump a signé hier un décret ordonnant la construction d’un mur sur la frontière avec le Mexique, et un décret prenant plusieurs mesures contre l’immigration.

    Les agents de l'immigration seront désormais habilités à cibler, dans les « villes sanctuaires » (où normalement on ne peut pas être poursuivi quand est immigrant sans papiers) et expulser les migrants qui posent une menace à la sécurité. Quelque 5.000 nouveaux officiers de patrouille à la frontière seront engagés. Le nombre d’agents de l’immigration sera triplé. Création d'un bureau du Département de la Sécurité intérieure dédié au soutien des victimes de crimes d'immigrés illégaux.

    Ce décret, a souligné Donald Trump, met « fin de la politique consistant à attraper et relâcher à la frontière. Les autres pays devront récupérer leurs criminels. Ils vont les récupérer. »

    On voit jour après jour que Donald Trump tient ses promesses. Et avec une rapidité inouïe.

    La seule promesse en panne, et l’on ne va certes pas s’en plaindre, concerne le transfert de l’ambassade des Etats-Unis en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem, donc la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël. Les médias israéliens affirmaient que ce serait annoncé le 23 janvier. Le 22, le porte-parole de la Maison Blanche a déclaré que nous sommes « au tout début du processus consistant ne serait-ce qu'à aborder ce sujet »…

    *

    Avant l’élection, les experts annonçaient que la bourse américaine s’effondrerait si par impossible Donald Trump était élu. Donald Trump a été élu, et la bourse de New York a grimpé. Les mêmes experts expliquaient que la bourse chuterait après l’investiture du nouveau président, parce que ceux qui avaient acheté après l’élection allaient vendre maintenant. Or hier le Dow Jones a dépassé les 20.000 points pour la première fois de son histoire.

  • Etats-Unis : une (double) première à la Marche pour la Vie

    Demain vendredi, entre le décret interdisant le financement des ONG internationales pratiquant l’avortement et l’annonce du nouveau juge pro-vie à la Cour suprême, aura lieu la 44e Marche pour la Vie à Washington.

    Pour la première fois, la Maison Blanche aura un représentant officiel, qui prendra la parole : Kellyanne Conway, qui est l’un des trois « counselors to the President » (membres dirigeants du bureau exécutif du président). Kellyanne Conway était présidente du comité politique de Ted Cruz et fut engagée comme gestionnaire de la campagne de Donald Trump dès que Ted Cruz abandonna la partie. Elle aime dire que nous sommes à l’ère de l’échographie et que nous savons ce qu’est la vie quand nous en voyons une.

    Addendum

    On apprend que le vice-président Mike Pence participera également à la Marche pour la Vie et prendra la parole. Là c'est une première véritablement historique.

    (Le porte-parole de la Maison Blanche a laissé entendre que Donald Trump enverrait un message par téléphone. Mais Ronald Reagan et George W. Bush l'avaient déjà fait.)

  • Le Real Madrid apostasie

    Le Real Madrid a décidé à son tour (après le FC Barcelone) de supprimer la croix de son logo. Cela fait partie de l’accord conclu avec une société des Emirats arabes unis, Marka, sur la vente des produits dérivés dans les Emirats, en Arabie saoudite, au Qatar, au Koweït, à Bharein et Oman.

    La croix avait déjà été enlevée du logo sur la carte bleue émise avec la Banque nationale d’Abou Dhabi.

    « Nous devons être sensibles envers les autres parties du Golfe qui sont très sensibles aux produits portant la croix », a déclaré le vice-président de Marka, Khaled al-Mheiri. Comme chacun sait, les islamistes sont d'une hyper-sensibilité...

    Les chrétiens persécutés apprécieront. Les martyrs de la Reconquista aussi.

  • Hillary et François

    Cinq personnalités américaines, dont le rédacteur en chef de The Remnant et le président de l’Association des juristes catholiques américains, demandent à Donald Trump une enquête sur l’implication éventuelle du gouvernement Obama dans la renonciation de Benoît XVI et l’élection de François (notamment à partir des tweets d’Hillary Clinton).

  • Sur l’Ordre de Malte

    Riccardo Cascioli :

    Le Bureau de presse du Saint-Siège a également annoncé la nomination prochaine d'un délégué pontifical appelé à gouverner l'Ordre (confié dans l'intervalle au Grand Commandeur). En d'autres termes, l'Ordre de Malte est considéré comme «contrôlé» (commissariato) par le Saint-Siège.

    Il s'agit d'une décision sans précédent qui a provoqué une grande confusion et ne manquera pas d'avoir des répercussions internationales: l'Ordre de Malte est en effet un Etat souverain, un Etat sans territoire, qui a aussi accrédité un ambassadeur auprès du Saint-Siège. Comme l'a noté l'hebdomadaire britannique The Catholic Herald la décision du pape équivaut à une annexion pure et simple, une violation flagrante du droit international qui, en fin de compte, menace même l'indépendance du Saint-Siège. Avec un précédent de ce genre, comment pourrait-on en effet légitimement défendre le Saint-Siège, si par exemple, un jour «le gouvernement italien choisissait de voir l'indépendance de la Cité du Vatican comme une formalité anachronique»?

    Roberto de Mattei :

    Le pape savait qu'il n'avait aucun titre juridique pour intervenir dans les affaires intérieures d'un ordre souverain, et encore moins pour exiger la démission de son Grand Maître. Il savait aussi que le même Grand Maître ne pouvait pas résister à la pression morale d'une demande de démission, même illégitime.

    En agissant ainsi, le pape Bergoglio a exercé un acte d'empire ouvertement contraire à l'esprit de dialogue qui a été le leitmotiv de l'année de miséricorde. Mais, ce qui est plus grave, l'intervention est advenue pour «punir» le courant qui dans l'Ordre est plus fidèle au Magistère immuable de l'Eglise et soutenir au contraire l'aile laïque, qui voudrait transformer les Chevaliers de Malte en une ONG humanitaire, distributrice «pour le bien», de préservatifs et de produits abortifs. La prochaine victime désignée apparaît être le Cardinal patron Raymond Leo Burke, qui a la double faute d'avoir défendu l'orthodoxie catholique au sein de l'Ordre et d'être l'un des quatre cardinaux qui ont critiqué les erreurs théologiques et morales de l'Exhortation bergoglienne Amoris laetitia .

    Lors de sa rencontre avec le Grand Maître, François lui a annoncé son intention de «réformer» l'Ordre, c'est-à-dire la volonté de dénaturer son caractère religieux, même si c'est précisément au nom de l'autorité papale, qu'il veut commencer son émancipation des normes religieuses et morales. Il s'agit d'un projet de destruction de l'Ordre, qui naturellement ne pourra se produire que grâce à la reddition des Chevaliers, lesquels semblent malheureusement avoir perdu l'esprit militant qui les distingua sur les champs des croisades et dans les eaux de Rhodes, Chypre et Lépante. Mais ce faisant, le pape Bergoglio a perdu beaucoup de sa crédibilité, aux yeux non seulement des Chevaliers, mais d'un nombre croissant de fidèles, qui relèvent la contradiction entre sa façon de parler, engageante et mielleuse, et d'agir, intolérante et menaçante.

  • Saint Polycarpe

    Τήν κλῆσιν τοῖς ἔργοις σου ἐπισφραγίσας, σοφέ, ἐλαία κατάκαρπος ὤφθης ἐν οἴκῳ Θεοῦ, Πολύκαρπε ἔνδοξε∙ σύ γαρ ως Ἱεράρχης καί στερρός Ἀθλοφόρος, τρέφεις τήν Ἐκκλησίαν λογικῇ εὐκαρπίᾳ, πρεσβεύων Ἱερομάρτυς, ὑπέρ τῶν ψυχῶν ἡμῶν.

    Ayant scellé ta vocation par tes œuvres, ô sage, tu es apparu comme un olivier fécond dans la maison de Dieu, ô glorieux Polycarpe. Car toi, hiérarque, et solide vainqueur, tu nourris l’Eglise de tes fruits spirituels, intercédant, ô hiéromartyr, pour nos âmes.

    (La liturgie byzantine joue sur la signification du nom Polycarpe : qui porte beaucoup de fruit : il est un olivier katakarpos – c’est un synonyme, et il nourrit l’Eglise de sa eukarpia, sa fécondité, sa propension à donner de bons fruits. Ce tropaire est chanté par le P. Nicodème Kabarnos, prêtre de l'archidiocèse orthodoxe d'Athènes, professeur de chant byzantin.)

    Sur saint Polycarpe voir ma note de 2015.

  • Interdire le financement public de l’avortement

    Les députés américains ont adopté hier par 238 voix contre 183 une proposition de loi de Chris Smith intitulée « Pas de financement de l’avortement par le contribuable ».

    Ce texte interdit tout financement public de l’avortement. En fait, il rend permanent l’amendement Hyde qui devait être voté tous les ans. Et il supprime aussi tout financement public des programmes de l’Obamacare comportant une aide à l’avortement (en attendant la suppression prévue de l’Obamacare).

    La Maison Blanche a réagi en disant que « le gouvernement soutient » cette proposition de loi que « si elle est présentée au président telle qu’elle est formulée il la signera ». Mais il faut encore qu’elle passe au Sénat.

  • Ça s’effiloche…

    Le ministre tchèque de l’Intérieur a déclaré à la télévision de son pays :

    Nous devrions entreprendre une initiative indépendante avec la Grande-Bretagne et ne pas attendre ce que l’Europe fera. Nous ne savons pas combien de temps les pourparlers vont durer, ni même si nous les verrons aboutir. (…) J’espère que nous allons négocier de notre propre chef. Nous ne savons pas s’il y aura un accord européen final là-dessus et nous devons défendre les intérêts des citoyens tchèques.

    En voilà un qui fait semblant de ne pas comprendre ce qu’est l’Union européenne…

  • Une subvention à l’européisme

    brand.gif

    Voilà longtemps que je vois au milieu de la page d’accueil du site européiste Euractiv, dans un encadré « Partenaires », le logo de la Bill & Melinda Foundation. Il se voit d’autant plus qu’il est tout petit au milieu d’un grand rectangle blanc qui fait toute la largeur de la page.

    J’ai beau chercher sur le site de la Fondation quelle peut être la raison d’un financement de ce site, je ne trouve pas. La défense de l’européisme ne fait pas partie de la mission de la fondation, ni de près ni de loin.

    Sauf si cette mission consiste en fait à promouvoir le mondialisme et le politiquement correct (culture de mort comprise, bien sûr, ce qui va de pair avec l’européisme).

  • La nouvelle victime de François

    François a destitué le grand maître de l’Ordre de Malte Matthew Festing (ce qui est un putsch contre l'Ordre souverain). Un porte-parole des chevaliers a déclaré, sans autre précision : « Le pape lui a demandé sa renonciation. Il a accepté. »

    Ainsi se termine le bras de fer entre le grand maître qui avait viré le grand chancelier Boeselager coupable de distribuer des préservatifs, et François qui avait pris fait et cause pour le grand chancelier au point de nommer une commission d’enquête composée majoritairement de proches du coupable.

    La dépêche de l’agence Reuters se conclut ainsi : « Le pape François a dit qu’il voulait que l’Eglise de 1,2 milliard de membres évite les “guerres culturelles” sur l’enseignement moral et montre de la miséricorde envers ceux qui ne peuvent pas vivre selon toutes ses règles, spécialement les pauvres. »

    On attend avec intérêt les commentaires, notamment celui du cardinal Burke.

  • Conversion de saint Paul

    export.jpg

    Lettrine de l'introït, dans le graduel d'Albi (XIe siècle)

    L’introït est celui du dies natalis de saint Paul le 30 juin, et il exprime la certitude de l’Apôtre que Dieu, juste estimateur du mérite, lui donnera la récompense de ses travaux. Pour mieux expliquer cette pensée à Timothée, saint Paul, proche du martyre, se sert d’une gracieuse image. Ses bonnes œuvres sont comme un dépôt, qu’il confie à Dieu pour qu’il le lui garde jusqu’au jour de la parousie. L’Apôtre a toute confiance dans le Seigneur, qu’il dit bien connaître. Celui qui confie ses trésors aux coffres-forts ou les cache sous terre, s’expose au péril de se les voir ravir par les voleurs ou ronger par les vers. Dieu, au contraire, est juste et immuable, et au grand jour du jugement, le jour par excellence au dire de saint Paul, il rendra le dépôt avec la récompense méritée.

    La mélodie grégorienne qui revêt cet introït semble avoir été créée par l’artiste tout exprès pour la station dans la vaste basilique de Saint-Paul. Elle est solennelle et d’un effet incomparable.

    Bienheureux cardinal Schuster

    in_scio_cui_credidi.gif

    Scio, cui crédidi, et certus sum, quia potens est depósitum meum servare in illum diem, justus judex.
    Dómine, probásti me et cognovísti me : tu cognovísti sessiónem meam et resurrectiónem meam. Gloria…

    Je sais en qui j’ai cru et je suis certain qu’il est assez puissant pour garder mon dépôt jusqu’à ce jour où il me jugera en juste juge.
    Seigneur, vous m’avez sondé et vous me connaissez, vous savez quand je m’assieds et quand je me lève.

    Par les moniales d’Argentan, sous la direction de dom Gajard, en 1966.
    podcast

  • Cour suprême

    Donald Trump a déclaré qu’il annoncera la semaine prochaine son choix pour remplacer le regretté Antonin Scalia à la Cour suprême :

    « Je prendrai ma décision cette semaine, nous l'annoncerons la semaine prochaine, nous avons des candidats exceptionnels et nous choisirons un juge de la Cour suprême vraiment extraordinaire. »

    Ce qui m’inquiète est que la vieille et malade Ruth Bader Ginsburg n’ait pas eu de crise cardiaque après l’élection de Trump, elle qui « se refusait à imaginer ce que ce pays deviendrait si Donald Trump était président ». Finalement elle veut voir ce qu’il deviendra avant de mourir… Mais il faudrait que Trump nomme deux juges pour que la Cour suprême devienne le suprême instrument pro-vie, pro-famille, etc.

  • Registre des refus

    Depuis hier on peut s’inscrire directement en ligne sur le registre national des refus de don d’organes.

    Avis à ceux qui comme moi ont déjà imprimé plusieurs fois le formulaire et ne l’ont jamais envoyé…

  • La Fondation pour l’islam : mort-née

    On apprend par… l’agence algérienne APS que la Fédération de la Grande Mosquée de Paris a décidé de ne pas participer aux travaux de mise en place de la Fondation de l’islam de France et de son Conseil d’orientation ainsi qu’à ceux de la mise en place de l’Association cultuelle…

    Il est clair que si la FNGMP, qui fédère 250 mosquées en France et qui est dirigée par Dalil Boubakeur, ne veut pas faire partie de la Fondation, celle-ci, dont la création a été annoncée le mois dernier, est mort-née (comme l’avait été la « Fondation des œuvres de l’islam de France » qui n’a jamais fonctionné)… D’autant que la FNGMP appelle toutes les organisations musulmanes qui gèrent des lieux de culte, ainsi que tous les musulmans de France à la rejoindre dans son rejet de « toute tentative de mise sous tutelle de l’exercice de leur culte ». 

    Comme d’habitude, l’organisation de Dalil Boubakeur (qui n’a pas digéré de ne plus être le président du CFCM) juge qu’elle n’a pas assez de sièges au conseil d'administration.

    Il se trouve aussi que les musulmans ne supportent pas que le président désigné de la Fondation soit Jean-Pierre Chevènement. On apprécie les dhimmis, mais pas comme chefs…

  • A l’approche du scrutin…

    Voilà que tout à coup le Premier ministre néerlandais Mark Rutte se met à tenir des propos sensés sur l’immigration… Le problème est qu’il découvre des vérités premières à quelques semaines des élections, et que ça se voit comme le nez au milieu de la figure qu’il marche sur les plates-bandes de Geert Wilders…

    Mais pour tenter d’empêcher le Parti de la Liberté de devenir le premier parti des Pays-Bas, il fait fort, Mark Rutte. Il a publié une lettre ouverte, il a donné une interview à Algemeen Dagblad, et son parti a publié une publicité d’une page entière dans tous les quotidiens : « Les prochaines élections sont cruciales pour l’avenir de notre pays. La seule question est : quel pays voulons-nous être ? »

    Dans la lettre ouverte, il dit notamment que les étrangers qui « refusent de s'adapter et critiquent nos valeurs » devront « se comporter normalement ou s'en aller ». Car les Néerlandais se sentent « de plus en plus mal à l'aise » avec ceux qui abusent de nos libertés, ou qui « harcèlent les homosexuels, sifflent les femmes en jupe courte ou jugent racistes les Néerlandais ordinaires ». « Si vous n'aimez pas ce pays, partez. Si vous vivez dans un pays où la façon dont nous traitons les gens vous rend fous, alors vous avez le choix. Vous n'êtes pas obligés de rester ici. »

    On remarquera le propos sur les étrangers qui jugent racistes les Néerlandais ordinaires. Il serait condamné chez nous par toute la bien-pensance, de droite comme de gauche. Pour l’antiracisme régnant, il est raciste de prétendre que des étrangers puissent faire preuve de racisme envers les souchiens (qui n’existent pas).

    En réponse à l’offensive de Mark Rutte, Geert Wilders s’est contenté de rappeler que le Premier ministre est « l'homme des frontières ouvertes, du tsunami des demandes d'asile, de l'immigration de masse, des mensonges et de la supercherie ».

  • Dictature islamique

    Depuis qu’il y a des Chinois à Java il y a toujours eu une « fête du porc » pour célébrer le nouvel an lunaire, le 28 janvier cette année.

    Et personne n’y a jamais trouvé à redire, bien que ce soit l’Indonésie, « le plus grand pays musulman du monde ».

    Mais cette année, à l’approche de la fête, les musulmans sont montés au créneau. Non pas des « extrémistes », des « radicalisés », mais des organisations estampillées « modérées ». Ils ont protesté contre cette fête qui utilise le nom d’un animal impur et haram, et appelé à son annulation, parce qu’elle promeut l’intolérance : elle offense les musulmans.

    Après négociation, les Chinois ont pu garder leur fête mais en changeant son nom : ce n’est plus la fête du porc, c’est « Imlek », nom populaire chinois local du nouvel an.

     

  • Saint Timothée

    Timothée est un nom grec et signifie "qui honore Dieu". Alors que dans les Actes, Luc le mentionne six fois, dans ses Lettres, Paul fait référence à lui au moins à dix-sept reprises (on le trouve en plus une fois dans la Lettre aux Hébreux). On en déduit qu'il jouissait d'une grande considération aux yeux de Paul, même si Luc ne considère pas utile de nous raconter tout ce qui le concerne. En effet, l'Apôtre le chargea de missions importantes et vit en lui comme un alter ego, ainsi qu'il ressort du grand éloge qu'il en fait dans la Lettre aux Philippiens:  "Je n'ai en effet personne d'autre (isópsychon) qui partage véritablement avec moi le souci de ce qui vous concerne" (2, 20).

    Timothée était né à Lystres (environ 200 km au nord-ouest de Tarse) d'une mère juive et d'un père païen (cf. Ac 16, 1). Le fait que sa mère ait contracté un mariage mixte et n'ait pas fait circoncire son fils laisse penser que Timothée a grandi dans une famille qui n'était pas strictement observante, même s'il est dit qu'il connaissait l'Ecriture dès l'enfance (cf. 2 Tm 3, 15). Le nom de sa mère, Eunikè, est parvenu jusqu'à nous,  ainsi que le nom de sa grand-mère, Loïs (cf. 2 Tm 1, 5). Lorsque Paul passa par Lystres au début du deuxième voyage missionnaire,  il  choisit  Timothée comme compagnon, car "à Lystres et à Iconium, il était estimé des frères" (Ac 16, 2), mais il le fit circoncire "pour tenir compte des juifs de la région" (Ac 16, 3). Avec Paul et Silas, Timothée traverse l'Asie mineure jusqu'à Troas, d'où il passe en Macédoine. Nous sommes en outre informés qu'à Philippes, où Paul et Silas furent visés par l'accusation de troubler l'ordre public et furent emprisonnés pour s'être opposés à l'exploitation d'une jeune fille comme voyante de la part de plusieurs individus sans scrupules (cf. Ac 16, 16-40), Timothée fut épargné. Ensuite, lorsque Paul fut contraint de poursuivre jusqu'à Athènes, Timothée le rejoignit dans cette ville et, de là, il fut envoyé à la jeune Eglise de Thessalonique pour avoir de ses nouvelles et pour la confirmer dans la foi (cf. 1 Th 3, 1-2). Il retrouva ensuite l'Apôtre à Corinthe, lui apportant de bonnes nouvelles sur les Thessaloniciens et collaborant avec lui à l'évangélisation de cette ville (cf. 2 Co 1, 19).

    Nous retrouvons Timothée à Ephèse au cours du troisième voyage missionnaire de Paul. C'est probablement de là que l'Apôtre écrivit à Philémon et aux Philippiens, et dans ces deux lettres, Timothée apparaît comme le co-expéditeur (cf. Phm 1; Ph 1, 1). D'Ephèse, Paul l'envoya en Macédoine avec un certain Eraste (cf. Ac 19, 22) et, ensuite, également à Corinthe, avec la tâche d'y apporter une lettre, dans laquelle il recommandait aux Corinthiens de lui faire bon accueil (cf. 1 Co 4, 17; 16, 10-11). Nous le retrouvons encore comme co-expéditeur de la deuxième Lettre aux Corinthiens, et quand, de Corinthe, Paul écrit la Lettre aux Romains, il y unit, avec ceux des autres, les saluts de Timothée (cf. Rm 16, 21). De Corinthe, le disciple repartit pour rejoindre Troas sur la rive asiatique de la Mer Egée et y attendre l'Apôtre qui se dirigeait vers Jérusalem, en conclusion de son troisième voyage missionnaire (cf. Ac 20, 4). A partir de ce moment, les sources antiques ne nous réservent plus qu'une brève référence à la biographie de Timothée, dans la Lettre aux Hébreux où on lit : "Sachez que notre frère Timothée est libéré. J'irai vous voir avec lui s'il vient assez vite" (13, 23). En conclusion, nous pouvons dire que la figure de Timothée est présentée comme celle d'un pasteur de grand relief. Selon l'Histoire ecclésiastique d'Eusèbe, écrite postérieurement, Timothée fut le premier Evêque d'Ephèse (cf. 3, 4). Plusieurs de ses reliques se trouvent depuis 1239 en Italie, dans la cathédrale de Termoli, dans le Molise, provenant de Constantinople.

    (Ce texte est celui de la catéchèse de Benoît XVI le 13 décembre 2006. On n’y trouve sans doute rien qui soit personnellement de Joseph Ratzinger, mais c’est un résumé exhaustif de tout ce que la Sainte Ecriture nous dit de Timothée.)

  • Trump pro-vie

    C23uaiNUkAEekaK.jpg

    Donald Trump a signé aujourd’hui, au lendemain du 44e anniversaire de l’arrêt Roe contre Wade qui avait légalisé l’avortement, un décret interdisant le financement par des fonds fédéraux d'ONG internationales qui soutiennent l'avortement. Au premier rang : la fédération internationale du Planning familial.

    De sorte que l’avortement ne sera plus une exportation américaine, comme soulignent les militants pro-vie, qui saluent cette première décision.

    Cette interdiction, dite « Politique de Mexico » (parce qu'elle avait été annoncée lors de la conférence de l'ONU sur la population tenue dans cette ville), avait été décrétée par Ronald Reagan en 1984. Elle avait été supprimée par Bill Cinton en 1993, rétablie par George W. Bush en 2001, puis de nouveau supprimée par Barak Obama en 2009.

    Donald Trump a signé ce jour deux autres décrets : l’un qui retire les Etats-Unis du Partenariat Trans-Pacifique (ce qui signe l’arrêt de mort de cet accord de libre échange négocié pendant des années par Obama), l’autre qui gèle les embauches dans tous les organismes fédéraux à l’exception des armées.

    D’autre part, rencontrant des chefs d’entreprises, Donald Trump a déclaré qu’il allait supprimer 75% des réglementations, peut-être davantage, tout en prenant soin de la protection sociale et environnementale.

    Enregistrer

  • Bras de fer

    Le 10 janvier, l’Ordre de Malte a rappelé qu’il ne coopérerait pas avec la commission nommée par le Vatican pour enquêter sur le limogeage du grand chancelier de l’ordre, en raison de la « non-pertinence juridique de ce groupe et de ses conclusions relatives à la structure juridique de l’Ordre de Malte ». L’Ordre de Malte est souverain et toute enquête du Vatican est une ingérence illégitime.

    Le 17 janvier, le Vatican a « réaffirmé sa confiance envers les cinq membres de la commission » et a « rejeté, sur la base de la documentation en sa possession, toute tentative de discréditer les membres de ce groupe et leur travail ».

    Rappelons que quatre des cinq membres de cette commission sont des membres de l’Ordre de Malte et que trois d’entre eux sont des amis de l’ex-grand chancelier. Lequel a été viré pour avoir distribué des préservatifs à grande échelle.

    C'est une pure folie de la part de François de s'attaquer ainsi à l'Ordre de Malte. C'est non seulement juridiquement illégitime, mais en l'occurrence c'est moralement injustifiable. Et si c'est pour faire tomber le cardinal Burke ça devient proprement ridicule.

    Les anglophones trouveront des précisions ici.