Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Yves Daoudal - Page 8

  • Les quatre saints couronnés

    L’histoire des « quatre saints couronnés » demeure très mystérieuse. Le seul élément certain est que ces saints furent des martyrs qu’on honora sans connaître leurs noms. C’est pourquoi on les appela simplement « couronnés » - de la couronne du martyre. Or même cela n’est pas sûr, car il pourrait s’agir de « corniularii », des corniculaires, soldats attachés à un officier. On en connaît justement quatre qui furent martyrisés à Rome pour avoir refusé de sacrifier aux idoles : Clément, Sempronien, Claude, Nicostrate.

    Mais on dit généralement que les quatre martyrs couronnés étaient des sculpteurs (qui refusèrent de sculpter des idoles) dont on n’avait pas les noms. Le problème est qu’ensuite on a eu neuf noms de sculpteurs martyrs, en deux groupes distincts. D’abord (si l’on suit le bréviaire cité par Jacques de Voragine) il y a eu quatre sculpteurs martyrs, anonymes, puis cinq autres sculpteurs martyrs, identifiés (Claude, Castor, Symphorien, Nicostrate et Simplicien), et le pape Melchiade aurait ordonné d’honorer sous les noms de ces cinq martyrs les quatre précédents. Et lorsqu’on découvrit ensuite les noms des quatre premiers (Sévère, Séverin, Carpophore et Victorin), on ne changea rien à ce qui était établi.

    Mais selon d’autres sources il y eut d’abord le culte, à Rome, de sculpteurs martyrisés en Dalmatie dont on ne connaissait pas le nom, et qu’on appela les « quatre saints couronnés ». Lorsque des chrétiens de Dalmatie fuyant les barbares se réfugièrent à Rome avec les reliques, on s’aperçut que les quatre couronnés étaient cinq et avaient un nom, mais on ne changea pas pour si peu l’intitulé de leur fête.

    Les quatre saints couronnés sont connus dans le compagnonnage, car ils sont les saints patrons des tailleurs de pierre et des maîtres maçons. De ce fait ils ont aussi été récupérés par la franc-maçonnerie, se laïcisant en « quatre couronnés ». C’est ainsi que des loges portent ce nom, dont la fameuse Loge Quatuor Coronati de Londres, la plus ancienne loge consacrée à la recherche maçonnique, qui publie un volume annuel de conférences et articles sous le titre Ars Quatuor Coronatorum…

  • Vaccin

    L’hiver dernier, le vaccin contre la grippe n’a protégé que 20 à 30% des personnes vaccinées, selon l’Académie américaine des sciences. Et cela pour la raison connue que le virus a muté (comme d’habitude) et que le vaccin ne protégeait donc pas contre la souche dominante H3N2… bien qu’il ait été « actualisé »…

    Le vaccin de cette saison étant le même que l’an dernier, on peut s’attendre à ce que moins encore de personnes soient protégées.

    L’Académie n’en conclut pas moins qu’il faut quand même se faire vacciner…

    (J'ai eu un collègue qui se faisait vacciner tous les ans. Et tous les ans il était terriblement malade, beaucoup plus malade que moi quand d'aventure j'attrapais la grippe.)

  • Il y avait longtemps…

    Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne, s’est livré à une nouvelle diatribe contre la Pologne hier devant la commission des libertés civiles du Parlement européen. Il a demandé au gouvernement polonais de prendre en considération les inquiétudes de l’exécutif de l’UE et des organismes tels que la Commission de Venise afin de s’assurer que les réformes de la justice n’enfreignent pas les règles de l’UE. Or « la Commission est d'avis que ces lois créent une menace à l'état de droit, une menace systémique à l'état de droit en Pologne », a-t-il répété.

    Et Timmermans est dépité de n’avoir pas pu en parler de vive voix avec les ministres polonais malgré ses nombreuses « invitations ».

    Il a conclu de façon dramatique :

    « Si nous ne maintenons pas l’état de droit en Europe, nous abandonnerons les valeurs les plus fondamentales de la coopération européenne, et cela ne concernera pas seulement l'Etat membre Pologne, mais nous affectera tous. »

    Prochaine diatribe la semaine prochaine, en plénière du Parlement européen.

  • Pas en phase…

    DN8_iobW0AAaO_m_810_500_55_s_c1.jpg

    Un groupe de mouvements pro-vie a fait circuler aujourd’hui à Rome un camion publicitaire avec une photo de Jean-Paul II accompagnée d’un texte sur le mariage, et un hommage au cardinal Caffara, récemment décédé, principal auteur des « Dubia » et premier président de l'Institut Jean-Paul II pour le mariage et la famille.

    Le camion a été arrêté par la police près de la place Saint-Pierre. Récit de ProVita :

    Sur la via della Conciliazione – incroyable mais vrai – le camion publicitaire a été arrêté par la police en civil et la police en tenue. Un commissaire du quartier de Borgo a demandé à Toni Brandi (le chef de ProVita) par téléphone quel était le but de cette initiative car, a-t-il dit : « le Cardinal Caffarra n’était pas en phase avec le pape François ». Brandi a répondu qu’ils commémoraient un saint homme, un prince de l’Eglise, et non un hérétique ou quelqu’un de séparé du pape régnant.

    Le camion a été arrêté pendant deux heures. Un interrogatoire a suivi, qui se poursuivra demain à midi au commissariat, où Brandi doit aller expliquer les raisons de son initiative. Le commissaire a dit qu’il était inquiet pour l’ordre public et interdisait que de nouvelles photos soient prises.

    Voici l’affiche incriminée. Quel message subversif contient-elle ? En quoi trouble-t-elle l’ordre public ? Est-il possible que dans un pays civilisé et démocratique, où existe la liberté de pensée et d’expression, on ne puisse pas commémorer un saint homme qui avec le pape alors régnant, Jean-Paul II, passa sa vie à défendre la vie depuis la conception et la famille fondée sur le mariage ?

    Jugez par vous-mêmes :

    Untitled3_602_852_55.jpg

    (Sur la photo de Jean-Paul II à Washington le 7 octobre 1979 : « NOUS NOUS LÈVERONS quand l’institution du mariage sera abandonnée à l’égoïsme humain ou réduit à un accord temporaire et conditionnel qui peut être facilement rompu, nous réagirons pour affirmer l’indissolubilité du lien du mariage. »)

    Enregistrer

  • Le Liban dans l’œil du cyclone

    Thamer al Sabhan, le ministre saoudien des Affaires du Golfe, a déclaré que les actes d’agression (non définis et non identifiés) commis par le Hezbollah libanais soutenu par l’Iran feront que le gouvernement libanais sera « traité comme un gouvernement qui a déclaré la guerre à l'Arabie saoudite ». Le ministre a ajouté que le message avait été transmis à Saad Hariri. Lequel, en annonçant sa démission du poste de Premier ministre du Liban, évoquait des un complot du Hezbollah et de l’Iran pour l’éliminer.

    Saad Hariri (qui a aussi la nationalité saoudienne) a été reçu hier par le roi Salmane pour évoquer la situation libanaise, et il est allé ce midi évoquer la même situation libanaise à Dubaï avec le prince héritier d’Abou Dhabi. Sans doute pour démentir son assignation à résidence, puis il est retourné à Riyad.

    Le président libanais Michel Aoun attend que Saad Hariri revienne à Beyrouth pour accepter éventuellement sa démission. Jusque-là il reste Premier ministre en titre.

    Dimanche, dans son homélie, le cardinal Bechara Boutros Raï n’a pas caché son inquiétude. Il a appelé à « soutenir l’appel lancé par le Président libanais, Michel Aoun, afin que soit protégée et renforcée l’unité nationale, en faisant preuve de patience et de discernement dans les choix à prendre pour empêcher que le pays ne soit englouti dans la spirale des conflits qui continuent à tourmenter le Proche-Orient », selon le résumé de l’agence Fides. Le Liban, a ajouté le patriarche maronite, ne doit pas être poussé à s’aligner de manière coercitive sur « des axes régionaux ou internationaux qui ne correspondent pas à sa nature, à ses valeurs et au rôle qu’il joue en tant qu’élément de coopération, de stabilité et de coexistence dans la région ».

    Il est clair que l’Arabie saoudite s’irrite de voir l’importance qu’a prise le Hezbollah depuis la guerre en Syrie, et le renforcement du pôle iranien tant en Irak qu’en Syrie et au Liban. Mais on ne voit pas à quoi la déstabilisation du Liban (ou une guerre contre le Liban ?!) pourrait lui servir, et l’on ne voit pas non plus à quoi peut lui servir une humiliation de la minorité sunnite du Liban en la personne de son chef de file Hariri.

  • Consors paterni luminis

    Screenshot-2017-11-6 Les hymnes du Bréviaire - Les_hymnes_du_Breviaire_000000919 pdf.png

    "Les hymnes du bréviaire", traduites par le P. Louis Gladu, Québec, 1913

  • UE

    Le Spiegel fait état d’une étude de l’armée allemande intitulée « Perspective stratégique 2040 » qui élabore six scénarios d’évolution de l’UE qui seraient « plausibles à l’horizon 2040 ».

    Parmi ces scénarios, il en est un qui juge donc « plausible » que l’élargissement de l’UE ait été abandonné et que d’autres Etats que le Royaume-Uni aient quitté la communauté, qui a perdu sa compétitivité. Un autre scénario juge « plausible » une UE divisée Est contre Ouest, avec un groupe de pays de l’Est qui réussissent à geler l’intégration européenne et qui sont rejoints par des pays de l’Ouest, certains des pays de l’Est adoptant même le « modèle politique de la Russie ».

    Dans les deux cas l'UE s'effondre.

    Ce qui est étonnant n’est assurément pas l’élaboration de ce genre de scénarios, mais que ce soit le fait d’une organisation aussi politiquement et européennement correcte que l’armée allemande.

  • Euthanasie

    Dans certains pays qui interdisent l’euthanasie ou le suicide assisté, la pratique d’arrêt d’alimentation et d’hydratation est considérée comme « éthiquement et légalement accessible ». Mais Ralf J Jox, de l’université de Munich, explique dans un article de BMC Medicine que l’arrêt d’alimentation et d’hydratation comporte non seulement l’intention de provoquer la mort, mais la provoque effectivement. Aussi, un médecin qui la pratique ou l’encourage se fait « instrument de la mort de ses patients », car la mort ne se produirait pas sans eux. Par conséquent, la position largement répandue y compris au sein des sociétés de soins palliatifs de désapprouver le suicide assisté, mais d’approuver l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation est « incohérente ».

    Donc la loi Leonetti a légalisé le « suicide assisté ». Donc l’euthanasie. C’est une évidence, mais quand on fait semblant de nier les évidences, il est bon parfois de les souligner.

  • Quand on ne connaît pas la musique…

    Dans le torrent des accusations d’agressions sexuelles, il y a celle de la soi-disant « écrivaine » Ariane Fornia (qui a 28 ans et n’a rien publié depuis dix ans…) à l’encontre de Pierre Joxe.

    Le hiérarque de la mitterrandie, qui est défendu par une vingtaine de ses anciennes collaboratrices, vient de répondre, en demandant des excuses publiques à cette « écrivaine » qui est la fille d’Eric Besson, comme le soulignent les gazettes, mais aussi de Sylvie Brunel (qui a quant à elle publié une bonne trentaine de livres, notamment pour défendre l’élevage industriel et les OGM…).

    Alexandra Besson, dite Ariane Fornia, a donc raconté sur son blog (ce qui a fait assurément exploser le nombre de ses lecteurs) que Pierre Joxe, un soir, à l’Opéra Bastille, l’avait sexuellement agressée. Qu’elle avait été sauvée, en quelque sorte, par l’arrivée de son père à l’entracte, mais qu’ensuite elle était tellement bouleversée qu’elle n’avait pas pu se « concentrer sur la mort des Dieux et les vocalises de la cantatrice ».

    « Ariane Fornia » aurait au moins pu faire l’effort de raconter quelque chose de crédible. Il est facile pour Pierre Joxe, qui, lui, connaît la musique, de faire remarquer qu’il s’agit de L’Or du Rhin, de Wagner, que cet opéra, qui est le prologue de la Tétralogie, est toujours joué sans entracte, qu’il n’y est pas question de la mort des dieux, et qu’on n’y trouve pas de vocalise de « la » cantatrice (qui sont trois sans compter les Filles du Rhin)…

    Ayant aperçu quelquefois l’imposante figure de Pierre Joxe à l’Opéra, je peux ajouter que ces gens-là se déplacent avec leur « cour », ce qui rend quelque peu difficile l’exercice d’une agression sexuelle…

  • En Arabie saoudite

    Samedi soir, quelques heures après la création par le roi Salmane d’une commission anticorruption dirigée par le prince héritier (et vice-Premier ministre etc.) Mohammed ben Salmane, 11 princes et 38 autres notables (ministres, anciens ministres, hommes d’affaires, dont le PDG du groupe Ben Laden) ont été arrêtés.

    Le conseil des oulémas a aussitôt réagi sur son compte Twitter que la lutte contre la corruption était aussi importante que le combat contre le terrorisme. (En septembre, ce sont plusieurs dizaines d’imams qui ont été arrêtés, notamment pour « extrémisme », mais certains pour libéralisme.)

    Parmi les personnalités arrêtées figure le fameux prince al-Walid ben Talal (20e fortune mondiale), que Jacques Chirac avait fait commandeur de la Légion d’honneur parce qu’il finançait des salles des « arts de l’islam » au Louvre – et il recevra ensuite la médaille de Grand Mécène et de Grand Donateur : « Grâce à vous, le Louvre, institution à vocation universelle, musée le plus visité sur la planète, mettra en lumière l’apport essentiel de l’Islam à notre culture, et à la longue épopée de l’humanité », dira Christine Albanel, ministre de la Culture, qui l’appelle « Monseigneur ».

    On ne sait pas ce que cache tout ce remue-ménage, ni d’ailleurs la démission surprise de Saad Hariri, mais ce qui est sûr est que le jeune prince héritier Mohammed ben Salmane assoit son pouvoir, avec l’aval de son père, de façon spectaculaire.

    La démission de Saad Hariri inquiète au Liban, car elle peut remettre en cause le fragile équilibre politique. Elle a d’ailleurs été refusée par le président de la République jusqu’à son retour au Liban. Et elle peut remettre en cause la visite à Riyad du patriarche maronite, qui risque d’apparaître du coup comme une manœuvre politique.

    On ne peut que suivre les faits. Les questions trouveront des réponses quand d’autres faits les éclaireront…