Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 5

  • Et hop !

    François a levé la suspense a divinis prononcée par Jean-Paul II contre Ernesto Cardenal, qui a concélébré une messe hier avec le nonce apostolique au Nicaragua.

    Il n’est dit nulle part que Ernesto Cardenal acteur de la révolution marxiste au Nicaragua, ministre du gouvernement révolutionnaire pendant 8 ans, et très actif propagandiste de la soi-disant théologie de la libération, ait fait la moindre repentance, publique ou privée, ni même qu’il ait demandé la levée des sanctions.

    Autrement dit cela ne peut être vu que comme une bénédiction de la théologie de la libération. Une de plus. Il y a déjà eu en 2014 la levée de la suspense a divinis de Miguel d’Escoto, autre ardent propagandiste de la théologie de la libération, ministre des Affaires étrangères du gouvernement sandiniste. (Miguel d’Escoto dénonça immédiatement l’ « abus de pouvoir » dont il a avait été victime de la part de Jean-Paul II, ajoutant : « Je ne pouvais pas obéir à Rome parce que cela aurait signifié trahir mon peuple, ses aspirations légitimes, ses droits, la révolution sandiniste, nos héros, nos martyrs, tous nos compagnons de lutte. ») Le prochain acte est (le 27 avril) la béatification de Mgr Angelelli, soi-disant martyr de la gauche argentine.

    1532095563_875303_1532096154_noticia_normal.jpg

    La célèbre scène à l’aéroport de Managua, où le prêtre-ministre Ernesto Cardenal pose un genou à terre et tend la main à Jean-Paul II. Le pape refuse de prendre sa main et lui lance une sévère admonestation. Sourire de Cardenal : Cause toujours tu m'intéresse...

  • En Inde

    hindustan-jharkhand-february-february-hoffmann-catholic-sarwada_623e2794-2f75-11e9-8baa-80fb3b94486c.jpg

    Le président de la « cellule tribale du Parti du peuple indien » (BJP) du Jharkhand, Ram Kumar Pahan, a demandé officiellement que soit retiré le buste du P. Jean-Baptiste Hoffmann qui se trouve devant l’église de l’Immaculée Conception de Sarwada. Le prétexte est qu’une plaque a été ajoutée, en décembre dernier, rappelant le rôle du P. Hoffmann pour la défense du peuple Munda grâce à la loi agraire de 1908.

    Selon Ram Kumar Pahan, cette statue est « une insulte au martyr Birsa Munda et blesse le sentiment de ses fidèles », car Hoffmann et les Britanniques ont attaqué la culture tribale que défendait Birsa Munda.

    La vérité est que le P. Hoffmann s’est battu toute sa vie pour les Mundas, dont il parlait la langue, et il a même publié la première grammaire de cette langue. Birsa Munda était un illuminé qui avait inventé une religion et menait une guérilla contre les Britanniques jusqu’à ce qu’il se fasse arrêter en 1900. Depuis lors il n’a plus de « fidèles », même si sa mémoire est honorée – y compris par les catholiques Mundas. Le P. Hoffmann, qui était allemand, avait constaté que la loi agraire qui était la loi britannique permettait aux grands propriétaires hindous de s’approprier les terres ancestrales des aborigènes. Les Britanniques lancèrent une enquête à laquelle le P. Hoffmann participa de façon éminente, et c’est lui qui rédigea l’essentiel de la loi agraire de 1908 qui rendait justice aux Mundas… et qui est toujours en vigueur.

    Bref, aujourd’hui, dans un but strictement électoraliste, les nationalistes hindous tentent de diviser les Mundas en rappelant la lutte de Birsa Munda contre l’occupant britannique représenté par le P. Hoffmann… qui est l’homme qui a le plus concrètement œuvré pour les Mundas…

    « Il y a des gens qui font n’importe quoi pour gagner les élections en divisant les gens. Mais notre peuple n’est pas idiot, il sait qui a fait quoi pour qui », dit Mgr Théodore Mascarenhas, évêque auxiliaire du lieu (Ranchi) et secrétaire de la conférence des évêques de l’Inde.

  • C’était cruel…

    L’Alaska avait adopté en 2014 une loi stipulant que l’Etat (le système fédéral MedicAid) n’était pas tenu de rembourser les avortements qui ne sont pas « médicalement nécessaires » pour « éviter que la poursuite de la grossesse ne menace sérieusement la vie ou la santé physique » de la mère (étaient explicitement mentionnées 21 pathologies).

    La directrice locale du Planning familial, dénonçant une « restriction cruelle et inéquitable à l'accès à l'avortement pour les femmes à faible revenu », a attaqué en justice. La Cour suprême de l’Etat, par 4 voix contre 1, a annulé la loi vendredi dernier, la jugeant anticonstitutionnelle pour le motif donné par le Planning familial.

    Le juge qui a osé manifester un avis contraire est Craig Stowers, qui avait été président de la Cour entre 2015 et 2018, et membre du conseil d’administration de Christian Health Associates, un réseau de santé chrétien de l’Alaska, avant d’être juge à la Cour suprême.

    img_8836__2_.jpg

  • "Antisémitisme"

    Or donc Alain Finkielkraut a été insulté et verbalement agressé au cours d’un défilé des gilets jaunes. Tout le gratin politico-médiatique s’enflamme contre cet odieux antisémitisme (sous-entendu : de l’immonde extrême droite) qui resurgit des années 30 comme on l’a déjà entendu 20 fois, le pauvre BHL de plus en plus pathétique prétend même que l’antisémitisme est « le cœur du mouvement » des gilets jaunes (sic), on lance un appel de 14 partis contre l’antisémitisme et à de grandes manifestations contre l’antisémitisme. Toujours sous-entendu « d’extrême droite », mais sous-entendu devenu très explicite accusation par un ministre de la République, Agnès Buzyn, qui rend Marine Le Pen responsable de cet antisémitisme, puisqu’elle a dans « plein de néonazis dans son entourage» et qu’elle « court » «dès qu'elle peut aller en Autriche ou à Bruxelles rejoindre les néo-nazis et mouvements d'extrême droite d'Europe et du monde entier ».

    Alain Finkielkraut répond, et jette un méchant pavé dans la sinistre mare coassante :

    « Nous n'assistons pas au retour des années 30 », pour la bonne raison que ce que j’ai subi « c'est le discours de l'islamisme le plus extrémiste ». Ce n’étaient pas des « gilets jaunes d’origine », car j’ai soutenu le mouvement dès le début. « L’homme barbu qui est le plus vindicatif, lui qui n'est clairement pas un petit blanc, me dit "elle est à nous la France" (...) il est en train de dire “nous sommes le grand remplacement et tu vas être le premier à le payer” »… « Qui m’a défendu face aux attaques dont j’ai été l’objet ? Marine Le Pen. Qui m’a injurié ? Thomas Guénolé, Aude Lancelin, Jean-Pierre Mignard. »

    Et il va donc y avoir demain des manifestations contre l’antisémitisme, en soutien à Alain Finkielkraut qui sans se démonter (bravo à lui) dénonce le grand remplacement et l’invasion islamique, et désigne les vrais méchants. Excellent…

  • Sainte Bernadette

    bernadette-soubirous-5.jpg

    Extrait du « Mandement de Monseigneur l’évêque de Tarbes portant jugement sur l’Apparition qui a eu lieu à la Grotte de Lourdes », Bernard-Sévère Laurence, 18 février 1862.

    Le témoignage de la jeune fille présente toutes les garanties que nous pouvons désirer. Et d’abord, sa sincérité ne saurait être mise en doute. Qui n’admire, en l’approchant, la simplicité, la candeur, la modestie de cette enfant ? Pendant que tout le monde s’entretient des merveilles qui lui ont été révélées, seule, elle garde le silence ; elle ne parle que quand on l’interroge ; alors elle raconte tout sans affectation, avec une ingénuité touchante ; et, aux nombreuses questions qu’on lui adresse, elle fait, sans hésiter, des réponses nettes, précises, pleines d’à-propos, empreintes d’une forte conviction. Soumise à de rudes épreuves, elle n’a jamais été ébranlée par les menaces ; aux offres les plus généreuses, elle a répondu par un noble désintéressement. Toujours d’accord avec elle-même, elle a, dans les différents interrogatoires qu’on lui a fait subir, constamment maintenu ce qu’elle avait déjà dit, sans y rien ajouter, sans en rien retrancher. Ajoutons qu’elle est incontestée. Ses contradicteurs, quand elle en a eu, lui ont eux-mêmes rendu cet hommage.

    Mais, si Bernadette n’a pas voulu tromper, ne s’est-elle pas trompée elle-même ? N’a-t-elle pas été victime d’une hallucination ? – Comment pourrions-nous le croire ? La sagesse de ses réponses révèle dans cette enfant un esprit droit, une imagination clame, un bon sens au-dessus de son âge. Le sentiment religieux n’a jamais présenté en elle un caractère d’exaltation ; on n’a constaté dans la jeune fille, ni désordre intellectuel, ni altération des sens, ni bizarrerie de caractère, ni affection morbide, qui aient pu la disposer à des créations imaginaires. Elle a vu, non pas une fois seulement, mais dix-huit fois ; elle a vu d’abord subitement, alors que rien ne pouvait la préparer à l’événement qui s’est accompli, et durant la quinzaine, lorsqu’elle s’attendait à voir tous les jours, elle n’a rien vu pendant deux jours, quoiqu’elle se trouvât dans le même milieu et dans des circonstances identiques. Et puis, que se passait-il pendant les apparitions ? Il s’opérait une transformation dans Bernadette ; sa physionomie prenait une expression nouvelle, son regard s’enflammait, elle voyait des choses qu’elle n’avait plus vues, elle entendait un langage qu’elle n’avait plus entendu, dont elle ne comprenait pas toujours le sens, et dont cependant elle conservait le souvenir. Ces circonstances réunies ne permettent pas de croire à ne hallucination ; la jeune fille a donc réellement vu et entendu un être se disant l’Immaculée-Conception ; et, ce phénomène ne pouvant s’expliquer naturellement, nous sommes fondé à croire que l’apparition est surnaturelle.

  • Septuagésime

    La brève antienne de communion de ce dimanche est un bijou de plain chant, exprimant une chaleureuse et indéfectible confiance en la salvifique miséricorde de Dieu. La voici par les moniales d’Argentan, sous le direction de dom Gajard, qui écrit qu’elle est « saisissante de simplicité et de fraîcheur, merveilleuse aussi d’équilibre, avec le début si humble au grave, l’élan soudain à la dominante où elle s’épanouit, si sûre de la miséricorde divine, et le retour enveloppé vers la tonique ». Dom Gajard l’indique bien comme « communion de la Septuagésime », alors que l’enregistrement date de 1970, première année sans Septuagésime pour ceux qui, comme lui, ont obéi au diktat de Paul VI…

    Illúmina fáciem tuam super servum tuum, et salvum me fac in tua misericórdia : Dómine, non confúndar, quóniam invocávi te.

    Faites luire votre visage sur votre serviteur, et sauvez-moi par votre miséricorde ; Seigneur, que je ne sois pas confondu, car je vous ai invoqué.

    eeaa4077-776a-4ba5-b3b3-89b59dac3b1c.png
    podcast

  • Cardinal Sarah

    Le cardinal Robert Sarah (qui sera demain et après-demain à Lourdes) nous apprend sur Facebook et Twitter :

    Je suis heureux d’annoncer la sortie en France - le 20 mars prochain - de mon nouveau livre réalisé avec Nicolas Diat et dont le titre sera : "Le soir approche et déjà le jour baisse". Mon analyse portera sur la profonde crise spirituelle, morale et politique du monde contemporain.

    Après "Dieu ou rien", et "La force du silence", "Le soir approche et déjà le jour baisse" est le dernier tome du triptyque que j’ai voulu écrire. Ce livre sera le plus important. Car je considère que la décadence de notre époque a tous les visages d’un péril mortel.

    6ae9f8b6-10ed-4523-8cd6-9ea015221120.png

  • De la Sainte Vierge le samedi

    Heva mortis causa facta est homínibus; per ipsam enim mors ingréssa est in mundum: María vero causa vitæ, per quam génita est nobis vita, et per hanc Fílius Dei advénit in mundum: et ubi abundávit peccátum, ibi superabundávit et grátia: et unde illáta est mors, illinc procéssit et vita, ut vita pro morte fíeret: et qui per mulíerem nobis vita factus est, mortem ex mulíere indúctam exclúderet. Et quóniam illic Heva, cum adhuc esset virgo, per inobediéntiam transgréssa est: e contrário per Vírginem obediéntia grátia facta est, annuntiáto advéntu in carne de cælo, et vita ætérna.

    Ève devint cause de mort pour les hommes, car par elle la mort est entrée dans le monde. Marie, par contre ; fut cause de vie : par elle la vie fut engendrée pour nous et par elle le Fils de Dieu vint dans le monde. « Là où le péché a proliféré la grâce a surabondé » (Ro 5, 20). Par où la mort s’était introduite, de là jaillit la vie afin que la vie prenne la place de la mort. Ainsi celui qui, par une femme, était devenu Vie pour nous, bannirait la mort introduite par une femme. Et alors qu’Ève, encore vierge, avait péché par désobéissance, c’est au contraire par la Vierge que l’obéissance devint source de grâce, lorsque fut annoncé l’avènement dans la chair de celui qui venait du ciel ; c’est par elle que vint la vie éternelle.

    Lecture des matines, du livre de saint Epiphane contre les hérésies (livre 3). Bravo à celui qui a trouvé cette perle dans le fatras qu’est le « Panarion » de saint (?) Epiphane qui dénonce quelque 80 hérésies, mais pas les siennes (il était clairement iconoclaste, avant l’heure, et en persécutant saint Jean Chrysostome comme « hérétique » c’est lui qui se désignait comme tel).

  • L’opération "Sodoma"

    Je n’ai rien de particulier à en dire, sinon que le fait qu’il y ait un chapitre entier sur le cardinal Burke dit tout sur le sérieux du livre et son objectif.

    Pour aller plus loin lire Riccardo Cascioli et Jeanne Smits.

  • Josef Seifert : le pape professe la somme de toutes les hérésies

    Sous le titre : « Vives inquiétudes à propos du document d’Abou Dhabi du pape François », le Pr. Josef Seifert a publié un texte dont voici une traduction :

    Les catholiques sont gravement préoccupés par le document sur « la fraternité humaine pour la paix dans le monde et le vivre ensemble » que le pape François et le grand imam d'Al-Azhar, Ahmad Al-Tayyeb, ont signé le 4 février 2019 à Abou Dhabi.

    Personne ne doute que beaucoup de vérités sur Dieu et la loi morale naturelle, et beaucoup de semina verbi ont été connus des païens et sont contenus dans de nombreuses religions (à l'exception des religions directement sataniques), comme la « règle d'or ».

    Personne ne croit que Dieu ne puisse donner la grâce du salut éternel en dehors du royaume de l'Église visible, de ses sacrements et de sa foi chrétienne consciente. Personne ne manque de voir les nombreuses et belles vérités que confirment le pape François et l'imam dans le document.

    Cependant, affirmer que « le pluralisme et la diversité des religions (couleur, sexe, race et langue) sont voulus par Dieu dans sa sagesse, à travers laquelle il a créé l'homme » va pus loin, bien plus loin que tout cela.

    Comment Dieu peut-il vouloir des religions qui nient la divinité et la résurrection du Christ ? Comment cela est-il compatible avec la logique ? Dieu peut-il vouloir que les hommes aient des croyances contradictoires à propos de Jésus-Christ, de Dieu ou de toute autre chose?

    Comment Dieu dès sa création a-t-il voulu que les hommes tombent dans le péché, adorent les faux dieux, deviennent victimes d'erreurs et de superstitions de toutes sortes, qu'ils adhèrent à des religions subtilement athées ou panthéistes telles que le bouddhisme ou à des religions maudites par l'Ancien Testament et attribuées aux démons et au culte des démons?

    Comment Dieu, qui veut que ses disciples aillent prêcher au monde entier et les baptisent, a-t-il voulu une hérésie chrétienne, sans parler des religions qui nient la foi dont Jésus dit à Nicodème que celui qui croit en lui sera sauvé et celui qui ne le fera pas sera damné (Jean 3,18) ? Si nous lisons l'Ancien et le Nouveau Testament, ou regardons les enseignements universels de l'Église sur l'ordre divin, donné par Christ lui-même, de prêcher l'Évangile à toutes les nations, sur la nécessité du baptême et de la foi pour le salut, etc., c’est clairement le cas contraire.

    Comment peut-il être vrai que Dieu, dans sa sagesse, a voulu depuis la création que beaucoup de gens ne croient pas en leur seul Rédempteur ?

    Je ne vois aucune acrobatie mentale astucieuse qui soit capable de nier que cette déclaration contient non seulement toutes les hérésies, mais allègue également la volonté divine qu'une grande majorité de l'humanité épouse tous les types de croyances religieuses fausses et non chrétiennes.

    En outre, en attribuant à Dieu la volonté qu'il existe des religions contredisant sa révélation divine, au lieu de lui attribuer la volonté que toutes les nations en viennent à croire en l'unique vrai Dieu, en son Fils et en notre Rédempteur, Dieu est transformé en un relativiste qui ne sait pas qu'il n'y a qu'une seule vérité et que son contraire ne peut pas être vrai pour différentes nations, ou qui se moque de savoir si les hommes croient en la vérité ou en la fausseté. Cette expression prétend que Dieu veut les erreurs religieuses.

    En signant la déclaration selon laquelle Dieu veut une pluralité de religions, le pape a défié à la fois la fides et la ratio et a rejeté le christianisme qui est indissociable de la croyance en Jésus-Christ, qui est l’unus Dominus. (Je suppose que les plus hautes autorités islamiques vont aussi expulser cet imam parce que l'islam revendique également la vérité de manière absolue).

    En fait, si vraiment Dieu « veut toutes les religions », alors il doit haïr l'Église catholique surtout parce qu'elle prétend être l'Eglise unique, catholique et apostolique et qu'elle rejette, dans ses dogmes et ses enseignements magistériels pérennes, toute relativisation de la religion chrétienne qui transformerait le christianisme en une des nombreuses religions contradictoires.

    En résumé : tout catholique doit prier pour que le pape se convertisse et rejette cette phrase horrible du « Document sur la fraternité humaine pour la paix dans le monde et le vivre ensemble », signé par lui et le grand imam Ahmad Al-Tayyeb, car elle sape toutes les choses vraies et belles que dit ce document sur la fraternité.

    Il n'est ni impossible ni honteux pour un pape de rétracter les erreurs qu'il a commises dans ses enseignements non infaillibles. Le premier pape, institué par Jésus-Christ lui-même, Pierre, l'a fait sur réprimande de saint Paul lors du premier Concile apostolique de l'Église. Le pape Jean XXII a révoqué sur son lit de mort une hérésie sur les âmes séparées qu'il avait commise dans un document précédent, et qui fut une seconde fois condamnée comme hérésie par son successeur.

    Par conséquent, nous avons tous de bonnes raisons d'espérer que le pape François révoque une phrase qui constitue une rupture totale avec la logique ainsi qu'avec l'enseignement biblique et religieux.

    S'il ne le fait pas, je crains que le droit canonique puisse s'appliquer selon lequel un pape perd automatiquement son office pétrinien lorsqu'il professe une hérésie, en particulier lorsqu'il professe la somme de toutes les hérésies.

    Josef Seifert est un philosophe autrichien, docteur de l’université de Salzbourg. Il a été recteur de l’académie de philosophie de l’université du Texas, de l’université du Liechtenstein, et de l’université de Santiago du Chili. Il a été viré de son poste à l’université de Grenade pour avoir critiqué Amoris Laetitia. En 2017 il a été licencié de l’Académie pontificale pour la vie comme tous les autres membres, et il n’a pas été repris dans la nouvelle structure confiée par François à l’immonde Mgr Paglia. Du coup des laïcs ont créé une « Académie Jean-Paull II pour la vie humaine et la famille », qui est présidée par Josef Seifert. Lequel est père de 6 enfants. Et auteur d’une trentaine de livres.

    Deux petites remarques sur son texte. 1. Le grand imam n’a aucun souci à se faire, il a signé un texte évidemment contraire à l’islam mais cela ne l’engage en rien. La taqiya permet de signer n’importe quoi avec l’ennemi si cela sauve ou favorise l’islam. 2. Le pape ne se rétractera évidemment pas : Josef Seifert aurait pu citer des déclarations antérieures, notamment celle qui curieusement n’a suscité aucune réaction (autre que les félicitations de la Grande Loge d’Espagne) sur la religion catholique vue comme une tesselle parmi d’autres dans la belle mosaïque des religions du monde (déclaration faite du balcon du Vatican le jour de Noël).