Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Et hop !

François a levé la suspense a divinis prononcée par Jean-Paul II contre Ernesto Cardenal, qui a concélébré une messe hier avec le nonce apostolique au Nicaragua.

Il n’est dit nulle part que Ernesto Cardenal acteur de la révolution marxiste au Nicaragua, ministre du gouvernement révolutionnaire pendant 8 ans, et très actif propagandiste de la soi-disant théologie de la libération, ait fait la moindre repentance, publique ou privée, ni même qu’il ait demandé la levée des sanctions.

Autrement dit cela ne peut être vu que comme une bénédiction de la théologie de la libération. Une de plus. Il y a déjà eu en 2014 la levée de la suspense a divinis de Miguel d’Escoto, autre ardent propagandiste de la théologie de la libération, ministre des Affaires étrangères du gouvernement sandiniste. (Miguel d’Escoto dénonça immédiatement l’ « abus de pouvoir » dont il a avait été victime de la part de Jean-Paul II, ajoutant : « Je ne pouvais pas obéir à Rome parce que cela aurait signifié trahir mon peuple, ses aspirations légitimes, ses droits, la révolution sandiniste, nos héros, nos martyrs, tous nos compagnons de lutte. ») Le prochain acte est (le 27 avril) la béatification de Mgr Angelelli, soi-disant martyr de la gauche argentine.

1532095563_875303_1532096154_noticia_normal.jpg

La célèbre scène à l’aéroport de Managua, où le prêtre-ministre Ernesto Cardenal pose un genou à terre et tend la main à Jean-Paul II. Le pape refuse de prendre sa main et lui lance une sévère admonestation. Sourire de Cardenal : Cause toujours tu m'intéresse...

Commentaires

  • Ces gauchistes passent dans la tombe l'un après l'autre, Dieu merci. Hélas, ils sont remplacés par leurs fils démioniaques, les LGBTPédo, les néo-socialistes et autres curés numériques.

Écrire un commentaire

Optionnel