Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

François (pape)

  • Une première !

    « La visite du Pape François au Chili sera la première à être environnementalement, économiquement et socialement durable. »

    C’est ce qu’annonce et nous explique longuement l’agence Fides, précisant que sont prises « cinq mesures de durabilité environnementale, cinq autres de durabilité économique et autant de durabilité sociale ».

    Il est question de « la mesure de la trace de carbone, qui sera réduite et compensée économiquement », de l’interdiction des bouteilles en plastique et de l’incitation à manger végétarien, etc.

    Ah ! J’allais oublier. Au moment où j’écris, c’est la seule et unique dépêche de Fides sur le voyage du pape.

  • C’est encore pire

    Réponse de Paloma García Ovejero, porte-parole adjointe du Bureau de presse du Saint-Siège, interrogée sur la médaille de commandeur de l’ordre de saint Grégoire le Grand décernée à la militante de la culture de mort Lilianne Ploumen :

    « La décoration de l’Ordre Pontifical de saint Grégoire le Grand reçue par Mme Lilianne Ploumen, ancien ministre du Développement, en juin 2017 lors de la visite du couple royal néerlandais au Saint-Père, répond à la pratique diplomatique d’échange de décorations entre délégations à l’occasion des visites officielles de chefs d’Etat ou de gouvernement au Vatican. Par conséquent, ce n’est pas du tout un placet à la politique en faveur de l’avortement ou de la contraception que promeut Mme Ploumen. »

    Le journal Dagblad souligne que c’était « purement une affaire de protocole » et que Mme Ploumen était… l’un des dix membres de la délégation à recevoir cette décoration.

    De deux choses l’une.

    Ou bien ce n’est pas vrai, et l’on ajoute le mensonge à l’ignominie.

    Ou bien c’est vrai. Et alors c’est pire encore. Car cela veut dire qu’on décerne le titre de commandeur de l’Ordre de saint Grégoire le Grand à n’importe qui, sans le moindre examen de ce que fait ou dit le récipiendaire. De sorte que cette décoration, officiellement destinée à distinguer quelqu’un qui a rendu des services exceptionnels au Saint-Siège, est dévaluée et prostituée au point d’être distribuée à tous les membres des délégations, à des gens qui n’ont rien fait pour le Saint-Siège, ou qui œuvrent ouvertement contre la foi et la morale de l’Eglise, et contre l'Eglise elle-même. Et qu’on en fait un principe !

  • Bien sûr…

    Lorsque Donald Trump avait signé un décret interdisant le financement des ONG internationales pourvoyeuses d’avortements, Lilianne Ploumen, ministre néerlandaise de la Coopération, avait annoncé qu’elle prenait l’initiative d'un fonds international pour offrir aux femmes des pays en voie de développement un accès à la contraception et à l’avortement. Un fonds destiné à soutenir les programmes de contraception et d’avortement du Fonds des Nations Unies pour la population, de la Fédération internationale du Planning familial et de Marie Stopes International.

    L’initiative était intitulée « She decides » : c’est elle qui décide (de tuer ou non son enfant). Le 2 mars, lors de la conférence organisée par le gouvernement belge (en présence de quelques ministres de la culture de mort, de représentants d’ONG avortueuses et de l’assassin en chef, le directeur général de la Fédération internationale du planning familial, Lilianne Ploumen annonçait qu’elle avait déjà réuni 181 millions d’euros. En juillet, elle annonçait avoir réuni plus de 300 millions de dollars.

    Hier la rumeur s’est répandue sur Twitter que Lilianne Ploumen avait été décorée du titre de commandeur de l’ordre de saint Grégoire le Grand, décerné par le pape.

    L’institut Lépante a découvert qu’en effet Lilianne Ploumen se vantait, le 22 décembre, d’avoir reçu cette décoration. La radio néerlandaise d’information continue BNR en a donné la vidéo sur Youtube.

    Entre 2004 et 2007, Lilianne Ploumen était directrice des programmes de CORDAID, une organisation catholique néerlandaise d’aide humanitaire dont on découvrit qu’elle finançait le Planning familial.

    En septembre dernier, Lilianne Ploumen participait à la réunion du groupe restreint LGBTI de l’Assemblée générale de l’ONU pour souligner que les droits LGBTI sont des droits de l’homme.

    En 2010 elle avait appelé les militants LGBT à interrompre la messe à la cathédrale de Bois-le-Duc en portant des triangles roses avec l’inscription « Jésus n’exclut personne ».

    En 2014 elle avait mis fin à l’aide de son pays à l’Ouganda à cause de la loi votée dans ce pays contre la sodomie.

    Après le coup d’éclat de « She decides », François avait en effet toutes les raisons de lui conférer cette décoration.

    Il est à craindre que Emma Bonino, la « grande Italienne » (dixit François) qui se vante d’avoir effectué plus de 10.000 avortements, qui a été invitée plusieurs fois au Vatican mais n’a officiellement reçu aucune distinction pontificale, soit quelque peu jalouse. De même que cette éditrice lesbienne de livres LGBT pour enfants qui n’a eu qu’une bénédiction apostolique…

  • Dérive sans fin

    Le père Maurizio Chiodi, nommé par François à l’Académie pontificale dite pour la vie, justifie la contraception artificielle, au nom d’Amoris laetitia. Au moment même du cinquantenaire d’Humanae vitae.

    C’est à lire sous la plume de Jeanne Smits.

  • Equilibre...

    Le pape a nommé deux nouveaux membres de la Congrégation pour les causes des saints : Mgr Vincenzo Paglia, président de l’Académie pontificale pour (?) la vie, et Mgr Demetrio Fernandez Gonzalez, évêque de Cordoue.

    Le premier est connu pour l’immonde fresque homosexualiste qu’il a fait peindre dans sa cathédrale (où il est lui-même représenté nu enlaçant un homme).

    Le second est connu pour sa dénonciation virulente d’un complot mondial visant à répandre les pratiques homosexuelles...

  • On n’arrête pas le progrès

    C’est nouveau, ça vient de sortir, la nouvelle bénédiction pontificale urbi et orbi : François l’a rétrécie, ou plutôt amputée :

    … Et benedictio Dei omnipotentis, Patris, et Filii, et Spiritus Sancti. Amen.

    Et hop. Plus besoin de « descendat super vos et maneat semper ».

    Non seulement le pontife ne demande plus que la bénédiction demeure sur les fidèles, mais il ne dit même pas à qui s’adresse cette bénédiction… Grammaticalement c’est une phrase incomplète. Mais François fait ce qu’il veut, même de la grammaire, puisqu’il est le pape.

    On remarque l’absence de réaction de Mgr Marini. Le cérémoniaire fait semblant de ne pas remarquer l’incongruité. Est-ce pour cela qu’il vient d’être reconduit pour cinq ans, contrairement au dogme bergoglien selon lequel on ne doit pas rester en poste plus de cinq ans ? Mgr Marini comme alibi muet ?

  • Nominations

    Parmi les nominations de ce jour à la Curie, on note celles de l’archevêque de Chicago Blase Cupich à la Congrégation pour (ou contre) l’éducation catholique, et celle de l’archevêque de Malines-Bruxelles Jozef De Kesel au dicastère pour (ou contre) les laïcs, la famille et la vie.

  • Vatican LGBT

    Depuis quelques jours, le Vatican a un nouveau site internet, Vatican News, qui remplace donc l’ancien. Ce que je remarque est qu’on y trouve beaucoup moins d’informations que dans l’ancien (du coup il n’est quasiment plus question que de ce que dit et fait François).

    J’apprends par Life Site que ce site a été conçu par l’agence Accenture, qui est en pointe dans la propagande LGBT (elle a même reçu des prix pour cela, et sur son site il y a une page de propagande et une « bibliothèque » LGBT), à la demande de Mgr Dario Edoardo Vigano, préfet du Secrétariat pour la communication du Saint-Siège. Lequel Vigano est de fait très « LGBT-friendly » (c’est lui qui a embauché l’immonde jésuite James Martin qui affirme que l’Eglise a à apprendre sur l’amour de la part des sodomites) et participe régulièrement à une émission de radio, rubrique « Bonjour ! C’est François ! », d’un journaliste qui est en Italie « une icône du combat LGBT ».

    Life Site nous apprend aussi que le mandat de la Commission pour la protection des mineurs mise en place par François en 2013 a expiré le 19 décembre, sans que rien ne soit annoncé pour la proroger.

  • Sinistre crèche

    La crèche de Noël du Vatican est sinistre, à l’image de l’occupant des lieux. Ainsi l’a voulue François : une crèche napolitaine qui mette en scène les œuvres de miséricorde. Il y a donc un cadavre qu’on met au tombeau, un homme nu qu’il faut vêtir, un homme blessé qu’il faut soigner… Tout est dispersé, tout est vide, il n’y a aucune âme. Telle est la miséricorde officielle de ce temps. De la froideur d’une idéologie sans incarnation.

    Screenshot-2017-12-16 10 12 2017 Natale 2017 - Presepe e albero a piazza San Pietro - Città del Vaticano ( Roma ) - YouTube.png

    Screenshot-2017-12-16 10 12 2017 Natale 2017 - Presepe e albero a piazza San Pietro - Città del Vaticano ( Roma ) - YouTube(1).jpg

    Screenshot-2017-12-16 10 12 2017 Natale 2017 - Presepe e albero a piazza San Pietro - Città del Vaticano ( Roma ) - YouTube(2).jpg

    Screenshot-2017-12-16 10 12 2017 Natale 2017 - Presepe e albero a piazza San Pietro - Città del Vaticano ( Roma ) - YouTube(3).jpg

    Screenshot-2017-12-16 10 12 2017 Natale 2017 - Presepe e albero a piazza San Pietro - Città del Vaticano ( Roma ) - YouTube(4).jpg

    Screenshot-2017-12-16 10 12 2017 Natale 2017 - Presepe e albero a piazza San Pietro - Città del Vaticano ( Roma ) - YouTube(1).png

     

    Screenshot-2017-12-16 10 12 2017 Natale 2017 - Presepe e albero a piazza San Pietro - Città del Vaticano ( Roma ) - YouTube(6).jpg

    Screenshot-2017-12-16 10 12 2017 Natale 2017 - Presepe e albero a piazza San Pietro - Città del Vaticano ( Roma ) - YouTube(7).jpg

    Screenshot-2017-12-16 10 12 2017 Natale 2017 - Presepe e albero a piazza San Pietro - Città del Vaticano ( Roma ) - YouTube(8).jpg

  • "Magistère authentique"

    C’est semble-t-il Radio Spada, sur sa page Facebook, qui a évoqué la chose le premier, le 30 novembre. Cela a été repris par Marco Tosatti le 1er décembre, puis par des sites anglophones, puis par le Forum catholique où je l’ai découvert : François a élevé officiellement l’interprétation hérétique (et obvie) d’Amoris laetitia au rang de « magistère authentique » (Magisterium authenticum).

    Cela ne change rien puisqu’on savait que c’était bien ce que disait le pape, mais désormais les papolâtres qui par d’indignes contorsions essayaient de prouver que le pire d’Amoris laetitia est dans la droite ligne de la tradition peuvent faire des confettis avec leurs longues démonstrations.

    Ils affirmaient notamment que la lettre par laquelle François félicitait les évêques de la région de Buenos Aires était une lettre privée qui n’avait pas de valeur magistérielle. Or c’est précisément cette lettre, et le document des évêques de la région de Buenos Aires (indiquant que dans certains cas les adultères peuvent communier), qui sont promus au rang de « magistère authentique » par « le Souverain Pontife », la lettre étant désormais qualifiée de « lettre apostolique».

    La note du cardinal Parolin est datée du 5 juin 2017. Elle est publiée avec les deux documents dans les Acta Apostolicae Sedis d’octobre 2017. Il est curieux que personne ne s’en soit rendu compte avant. Sauf si, comme le disent certains, ce volume vient de paraître. Mais sur le site du Vatican on trouve aussi les deux suivants (qui auraient été mis en ligne en même temps ?).

    Peu importe. Ce qui compte est que l’enseignement de François sur les adultères, qui contredit toute la tradition catholique, et particulièrement l’enseignement de saint Jean-Paul II, est censé être considéré comme le « magistère authentique ».

    Non possumus.

    Screenshot-2017-12-4 acta-ottobre2016 pdf(1).png

    (...)

    Screenshot-2017-12-4 acta-ottobre2016 pdf(2).png

    (...)

    Screenshot-2017-12-4 acta-ottobre2016 pdf(3).png