Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Responsable ?

    Pour qu’on ne m’accuse pas de sortir une phrase de son contexte, voici l’intégralité des propos du pape sur le sida, tenus ce jour à la fin de l’audience hebdomadaire :

    Demain 1er décembre revient la Journée mondiale contre le sida parrainée par les Nations Unies. Des millions de personnes vivent avec cette maladie et seulement la moitié d’entre elles ont accès aux thérapies salvatrices. Je vous invite à prier pour elles et pour leurs proches et à promouvoir la solidarité, parce que même les plus pauvres peuvent bénéficier d’un diagnostic et de soins appropriés. Enfin, je demande à tous d’adopter un comportement responsable pour prévenir la propagation de cette maladie.

    La question est évidemment : quel est ce comportement responsable ?

    Le pape n’en dit rien. Pas un mot.

    Il y a deux possibilités pour la phrase qui aurait dû suivre.

    1. Un comportement responsable, il est de mon devoir de le rappeler même si cela n’est plus dans l’air du temps, c’est la chasteté, ou la fidélité dans le mariage. Ce comportement réduit à zéro le risque de contamination.

    2. Un comportement responsable, et tout le monde comprend que je m’adresse d’abord à mes amis gays, c’est d’utiliser le préservatif, et de continuer de s’éclater, gays et non gays. Mais comme le pape ne peut pas le dire ouvertement, j’en reste là. Tout le monde a compris, non ?

    Si la première possibilité était la bonne, le pape l’aurait dit…

  • La dictature LGBT

    Elle sévit aussi désormais dans les entreprises. Le site vigi-gender publie ainsi le témoignage d’une femme travaillant au département des ressources humaines dans une très grande entreprise. Ayant osé critiquer les célébrations LGBT obligatoires, on lui a signifié qu’elle n’aurait plus aucune promotion et elle a démissionné. On ne l’a pas jetée aux lions, mais l’esprit y est :

    Tes propos dans ton mail à la responsable du département diversité sont étriqués, fermés, prosélytes et cela saute aux yeux, tu es chrétienne.

    La société de l’« inclusion » exclut les chrétiens. Le temps des persécutions est bel et bien revenu.

  • Au moins c’est clair

    On savait que l’armée turque n’allait pas en Syrie faire la guerre à l’Etat islamique, ni à plus forte raison aux autres « rebelles ». On se doutait que ce n’était pas pour prêter main forte à l’armée syrienne. Maintenant c’est officiel :

    Nous sommes entrés [en Syrie] pour mettre fin au règne du tyran Assad.

    Déclaration du sultan Erdogan lors du Symposium de la Plateforme interparlementaire de Jérusalem, tenu hier à Istanbul.

  • Sacres chinois

    Il y a eu deux consécrations épiscopales ce matin en Chine.

    A la cathédrale du Sacré-Cœur de Ankang (Shaanxi) a été consacré Mgr John Baptist Wang Xiaoxun, pour être le coadjuteur de Mgr John Ye Ronghua. Il est temps, puisque ce dernier, 85 ans, très malade depuis longtemps, n’a pas pu participer à la cérémonie. Comme pour l’ordination du 10 novembre, le nouvel évêque, qui avait été élu en… 2010 par le diocèse, est reconnu par le pouvoir communiste et a reçu un mandat du pape, qui a été lu en privé avant la messe. Les six évêques présents étaient tous à la fois reconnus par le pouvoir et en communion avec Rome.

    Ce petit diocèse compte environ 5.000 fidèles.

    En revanche, à l’autre ordination épiscopale du jour, à Chengdu, a participé un évêque excommunié parce que sacré sans mandat pontifical. Les fidèles avaient tenté d’empêcher cet évêque, Mgr Lei Shiyin, de venir, et une religieuse s’est même interposée à l’entrée de la cathédrale, maïs l’évêque a pris place sous la protection de la police. Et il a été l’un des deux évêques co-consécrateurs. En outre, le principal évêque consécrateur, Mgr Fang Xingyao, s’il est reconnu par Rome, est connu pour sa proximité avec le régime.

    Ce grand diocèse a 100.000 fidèles.

    Le message du pouvoir est clair : on veut bien admettre des évêques en communion avec Rome, mais c’est nous qui continuons de décider.

  • Saint André

    Il y a un grand contraste entre la messe et l’office. la messe est une messe d’apôtre, sans autre référence précise à saint André que l’évangile, et l’antienne de communion qui reprend des formules de cet évangile et commence par Veníte post me : « Suivez-moi », et c’est ce que le Seigneur nous dit à tous en ce début de l’Avent. Et Pierre et André, aussitôt, le suivirent.

    L’office quant à lui regorge d’antiennes et de répons qui proviennent des Actes de saint André, ou des Actes du Martyre de saint André, que l’on a en plusieurs versions et qui sont de superbes textes « apocryphes ».

    Voici les antiennes des laudes et des vêpres (et donc des petites heures) et la très belle antienne de Magnificat, dans une curieuse compilation (première antienne seule et sans accompagnement, les trois suivantes avec accompagnement et un verset de psaume et répétition de l’antienne, la cinquième comme la première, mais doublée…) Cet enregistrement vient du blog Cantuale Antonianum, qui ne donne aucune indication sur les interprètes. L’important est que c’est bien chanté (même quand l’orgue est comme toujours, de trop).

    Salve crux pretiosa, * suscipe discipulum ejus, qui pependit in te magister meus Christus.

    Salut, ô Croix précieuse ! reçois le disciple de Celui qui à toi fut attaché, le Christ mon maître.

    Beatus Andreas * orabat, dicens: Domine, Rex aeternae gloriae, suscipe me pendentem in patibulo.

    Le bienheureux André priait, et disait: Seigneur, Roi d’éternelle gloire, recevez-moi qui suis suspendu à ce gibet.

    Andreas Christi famulus, * dignus Dei Apostolus, germanus Petri, et in passione socius.

    André, le serviteur du Christ, le digne Apôtre de Dieu, le frère de Pierre et le compagnon de son supplice.

    Maximilla Christo amabilis * tulit corpus Apostoli, optimo loco cum aromatibus sepelivit.

    Maximille, femme aimée du Christ, enleva le corps de l’Apôtre, et l’ensevelit avec des parfums en un lieu honorable.

    Qui persequebantur justum, * demersisti eos, Domine, in inferno, et in ligno crucis dux justi fuisti.

    Ceux qui persécutaient le juste, vous les avez précipités, Seigneur, dans les enfers, et vous êtes l’appui du juste sur la Croix.

    Cum pervenisset beatus Andreas ad locum, ubi crux parata erat, exclamavit et dixit: O bona crux, diu desiderata, et jam concupiscenti animo praeparata: securus et gaudens venio ad te, ita et tu exsultans suscipias me discipulum eius, qui pependit in te.

    Comme le bienheureux André arrivait au lieu où était préparée la croix, il s’exclama et dit : « O bonne croix, longtemps désirée, et enfin préparée pour mon esprit qui la désire, je viens à toi, tranquille et joyeux, afin que, exultante, tu me reçoives, moi le disciple de celui qui était suspendu à toi. »

    Pour que le tableau des antiennes du jour soit complet, voici celle du Benedictus aux laudes :

    Concede nobis * hominem iustum, redde nobis hominem sanctum: ne interficias hominem Deo carum, iustum, mansuetum, et pium.

    Accorde-nous l’homme juste, rends-nous l’homme saint, afin de ne pas tuer l’homme cher à Dieu, juste, doux et pieux.

    Addendum

    Un lecteur très savant et perspicace m'informe qu'il s'agit des vêpres de la fête de saint André  à l'Oratoire de Londres. La différence entre les antiennes vient de ce que certaines sont suivies du psaume mis en musique par Victoria (sans orgue) et les autres du psaume en plain chant. Les vêpres complètes se trouvent également sur Youtube. (Superbe interprétation de Victoria.)

  • Trump

    Donald Trump a nommé ministre de la Santé le député, président de la commission du budget (et chirurgien) Tom Price, opposant connu et résolu à l’Obamacare, et à la tête des deux programmes publics de sécurité sociale destinés aux plus pauvres et aux plus âgés une consultante de la santé, Seema Verma, qui a déjà travaillé avec Mike Pence. Ces deux personnes forment « l’équipe de rêve qui va transformer notre système de santé pour le bénéfice de tous les Américains », assure le président élu. Tom Price est « exceptionnellement qualifié pour mettre en œuvre notre engagement de supprimer et remplacer l'Obamacare et d'offrir des soins abordables et accessibles à tous les Américains ».

    Premier commentaire sur Breitbar.com : « Excellents choix. Adieu à la médecine socialisée. »

    Dernier commentaire au moment où j’écris : « Rappelez-vous seulement… Nous devons éviscérer l’Obamacare, pas le transplanter en Obamacare-light. Rappelez-vous cela et tout ira bien. »

    Addendum

    Comme le remarque un commentaire, Tom Price a un score de 100% dans le classement de National Right to Life, et de 0% dans celui du Planning familial. Comme le vice-président Mike Pence.

  • Détournement de mort

    L’euthanasie n’est pas une « bonne mort » (traduction littérale) mais un meurtre (éventuellement déguisé en suicide). Mais si les « soins palliatifs » deviennent un détournement de mort, ce n’est pas mieux.

    Gènéthique reproduit un article du Figaro, sans le moindre commentaire, sans le moindre avertissement, comme si c’était la bonne doctrine, et une bonne nouvelle, que ces « apports de la psychologie clinique aux soins palliatifs », selon le titre d’un livre qui vient de paraître et qui fait partie d’études sur le « temps du mourir ».

    L’auteur explique :

    « Même aux dernières heures, les changements identitaires sont encore possibles pour la personne, ce qui signifie d’une certaine manière qu’elle peut être vivante jusqu’au bout. » Sic.

    « Cette crise du mourir, comme beaucoup de crises dans nos vies, est aussi une opportunité de se retrouver avec - et déployer - de nouvelles composantes de son identité. Jusqu’au bout, on a besoin de l’autre, d’avoir des interlocuteurs, pour être soi-même. »

    Au Canada a été mis au point un « protocole de thérapie des dernières heures », appelé « psychothérapie de la dignité ». Cette psychothérapie consiste en une série de dialogues invitant la personne en fin de vie à parler de ce qui lui importe le plus. « Chacun des thèmes abordés permet au patient de s’exprimer sur des sujets qui pourraient renforcer son sentiment d’identité individuelle et lui permettre de maintenir un sentiment d’utilité, de détermination et d’estime de soi, ce qui aura pour effet de soulager sa détresse et d’améliorer sa qualité de vie. »

    Ce n’est rien d’autre que détourner le mourant de sa propre mort. De son destin éternel, qui n’est pas de se sentir important alors qu’il va quitter ce monde. Après ceux qui volent la vie, voici ceux qui veulent voler la mort.

    — S’il vous plaît, messieurs dames les psys, foutez-moi la paix, laissez-moi prier et me préparer à la Rencontre. Et si vous voulez vous rendre utile, allez me chercher un prêtre. Merci.

  • Mgr Kurtz et les trisomiques

    Les évêques américains ne parlent quasiment jamais de la France. Voici une exception. Mgr Joseph Kurtz, qui était il y a encore quelques jours le président de la conférence épiscopale des Etats-Unis, a publié une tribune sur le site Crux pour critiquer la décision du Conseil d’Etat concernant le clip « Chère future maman ».

    Mgr Kurtz dit qu’il a été attristé mais pas surpris d’apprendre que cette vidéo « qu’il faut voir » avait été interdite d’antenne sur la télévision française. Il a été ému par ces jeunes adultes trisomiques « qui parlent des dons que Dieu leur a faits et qui terminent leurs propos par des câlins avec leur maman ».

    Il rappelle que dans son dernier discours devant les évêques américains il a raconté que pendant son voyage en Ukraine il a été reçu par des réfugiés qui avaient un garçon trisomique : « Lorsque je me suis penché pour serrer la main du garçon il a instinctivement sauté dans mes bras, m’a fait un grand sourire et m’a dit dans une langue que mon cœur a compris : Je t’aime. »

    Puis Mgr Kurtz parle surtout de son frère trisomique George, et de sa « contribution d’innombrables façons » à la paroisse dont il était le curé. Et du bienfait qu’était pour lui personnellement la présence de George, sans cacher que cela impliquait aussi des sacrifices.

    Il serait bon que la Fondation Lejeune traduise ce texte en français, car il est émouvant, et la caution d’un archevêque est profitable.

  • Sida sans surprise

    Le commissaire européen à la santé Vytenis Andriukaitis a présenté une étude du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), réalisée dans les 28 pays de l’UE plus l'Islande, le Liechtenstein et la Norvège.

    Il en ressort que « le VIH et le sida restent un problème grave en Europe » et que « le fait qu'une personne sur sept est atteinte par le VIH sans le savoir est particulièrement inquiétant ». Près de la moitié (47%) des cas dans ces pays sont diagnostiqués à un stade tardif de la contamination.

    Dans ces 31 pays, les rapports sexuels entre hommes est le premier mode de transmission (42% des diagnostics), et le seul qui progresse encore régulièrement.

    Le sida demeure tragiquement homophobe.

  • Deux répons

    On peut voir sur cet antiphonaire des cordeliers de Fribourg (autour de l’an 1300), deux des trois répons des matines de ce jour (dans une graphie qui est déjà celle des livres d’aujourd’hui).

    Montes.jpg

    ℟. Montes Israel, ramos vestros expandite, et florete, et fructus facite: * Prope est ut veniat dies Domini.
    ℣. Rorate cæli desuper, et nubes pluant justum: aperiatur terra, et germinet Salvatorem.
    ℟. Prope est ut veniat dies Domini.

    Montagnes d’Israël, étendez vos rameaux, et fleurissez, et produisez des fruits : le jour du Seigneur est près de venir. Cieux, versez votre rosée d’en haut, et que les nuées pleuvent le Juste ; que la terre s’ouvre et qu’elle germe le Sauveur. 

    Répons inspiré d’Ezéchiel 36, 8 ; le verset est d’Isaïe 45, 8.

     

    ℟. Erumpant montes jucunditatem, et colles justitiam: * Quia lux mundi Dominus cum potentia venit.
    ℣. De Sion exibit lex, et verbum Domini de Jerusalem.
    ℟. Quia lux mundi Dominus cum potentia venit.

    Que les montagnes fassent éclater la joie, et les collines la justice, parce que la lumière du monde, le Seigneur, vient avec puissance. La loi sortira de Sion, et la parole du Seigneur de Jérusalem, parce que la lumière du monde, le Seigneur, vient avec puissance.

    Le verset est d’Isaïe 2,3 ; le répons proprement dit est inspiré de diverses expressions des prophètes et des psaumes, sans qu’on puisse lui donner de références précises.

  • A vos ordres (on n’est pas des martyrs)

    Acte 1

    Valérie Boyer, porte-parole de François Fillon, apparaît sur France 2 avec une croix autour du cou.

    Acte 2

    Caroline Fourest, et quelques autres fanatiques laïcards (qui n’ont rien contre le voile islamique) s’indignent de cette atteinte à la laïcité.

    Acte 3

    A la sortie du plateau, Valérie Boyer explique qu’elle n’enlève jamais cette croix, même quand elle se baigne ou pour dormir.

    Acte 4

    Le même jour, Valérie Boyer est sur BFM TV. Sans sa croix qu’elle n’enlève jamais… ou bien cachée… comme on a déjà vu des cardinaux et même un pape le faire...

    Ici et .

  • Ali Juppé

    Le concurrent (très) malheureux de François Fillon avait vigoureusement protesté contre le surnom d’Ali Juppé dont les méchants l’avaient affublé.

    Mais le fait est que dans les Yvelines Juppé n’arrive en tête que dans des communes à forte densité islamique : Mantes-La-Jolie, Les Mureaux, Trappes, Poissy…

    Et qu’il est aussi en tête en Seine-Saint-Denis (le département où le premier prénom donné aux garçons est Mohammed)…

    D’autre part, il semble que de nombreux électeurs de gauche soient allés voter pour Juppé.

    Si on retire les musulmans et la gauche, il ne reste vraiment plus beaucoup de voix « de droite et du centre » pour Juppé, alors que les médias en avaient fait le grand candidat…

  • Excellent Ménard

  • Lundi de la première semaine de l’Avent

    Salus aeterna indeficiens mundi vita,
    Lux sempiterna et redemptio vera nostra,
    Condolens humana perire saecula
    per tentantis numina,
    Non linquens excelsa,
    adisti ima propria clementia.

    Salut éternel, inépuisable vie du monde,
    Lumière perpétuelle et notre vraie rédemption,
    Emu de pitié devant la perte de la race humaine
    Par les idoles du tentateur,
    sans abandonner les hauteurs
    Tu t'es approché du plus bas par la clémence qui t'es propre.

    Mox tua spontanea gratia assumens humana,
    Quae fuerant perdita omnia salvasti terrea,
    Ferens mundo gaudia.

    Bientôt par l’élan de ta grâce, assumant l'humanité,
    Tu as sauvé tout ce qui était perdu sur la terre,
    En apportant la joie au monde.

    Tu animas et corpora
    Nostra Christe, expia
    Ut possideas lucida
    Nosmet habitacula.

    Toi, ô Christ ! purifie nos âmes et nos corps
    Afin de posséder en nous-mêmes
    De resplendissantes demeures.

    Adventu primo justifica,
    In secundo nosque libera,
    Ut cum, facta luce magna, judicabis omnia,
    Compti stola incorrupta,
    Nosmet tua subsequamur
    Mox vestigia quocumque visa. Amen.

    Au premier Avent, justifie-nous,
    Au second, délivre-nous,
    Afin qu’au jour de la grande lumière, où tu jugeras l’univers,
    Ornés de la robe inaltérable,
    Nous marchions sur tes traces, partout où nous les verrons. Amen.

    Cette séquence de l'Avent, du XIe siècle, se trouve dans de nombreux manuscrits, surtout français, mais aussi anglais (Sarum), espagnols, italiens. La voici dans le missel de Nidaros, imprimé en 1519 pour l’archidiocèse de Nidaros et toute la Norvège. Aujourd’hui Trondheim, c’était la ville royale de Norvège. Les rois de Norvège se font toujours couronner dans la cathédrale de Nidaros, qui a été volée par les protestants 17 ans seulement après l’impression de ce missel.

    Norvège.jpg

     On entendra ci-après les deux premières strophes, avec le deux premiers vers comme refrain, indiqué comme une œuvre de Benjamin Britten, dont la seule contribution réelle est le curieux très bref solo de baryton...

  • Premier dimanche de l’Avent

    L’introït et l’offertoire sont sur le même texte : le début du psaume 24. Ad Te : vers toi, Seigneur, orientation de toute l’année liturgique. Voir ce que j’en disais l’an dernier.

    Voici ces deux pièces par les moines de Montserrat. C’est un peu emphatique, selon leur manière habituelle, mais c’est très beau. (L’offertoire chanté ajoute « Domine » après « Ad Te ».)

    Ad te levávi ánimam meam : Deus meus, in te confído, non erubéscam : neque irrídeant me inimíci mei : étenim univérsi qui te exspéctant non confundéntur.
    Vias tuas, Dómine, demónstra mihi : et sémitas tuas édoce me.
    Gloria Patri…

    Vers toi je lève mon âme. Mon Dieu, j’ai mis en toi ma confiance, je ne rougirai pas, et ils ne se moqueront pas de moi mes ennemis, car ceux qui t’attendent ne seront pas confondus.
    Montre-moi tes voies, Seigneur, et enseigne-moi tes chemins.
    Gloire au Père...


    podcast

    hqdefault.jpg


    podcast

    of_ad_te_domine_levavi.jpg

  • Radicalisée

    Le parti radical de gauche a investi sa présidente Sylvia Pinel (ministre des gouvernements socialistes de 2012 au début de cette année) comme candidate à la présidentielle.

    Une nouvelle claque au PS et à sa « primaire de la gauche »…

  • Trump sur Castro

    Donald Trump :

    Aujourd'hui, le monde note la disparition d'un dictateur brutal qui a opprimé son propre peuple pendant près de six décennies. L'héritage de Fidel Castro est celui de pelotons d’exécution, de vols, de souffrances inimaginables, de pauvreté et de déni des droits humains fondamentaux.

    Alors que Cuba reste une île totalitaire, mon espoir est que ce jour marque un mouvement vers la fin des horreurs subies trop longtemps et vers un avenir où le merveilleux peuple cubain vivra finalement dans la liberté qu'il mérite si amplement.

    Bien que les tragédies, les morts et les souffrances causées par Fidel Castro ne puissent être effacées, notre administration fera tout son possible pour que le peuple cubain puisse enfin commencer son chemin vers la prospérité et la liberté. Je me joins aux nombreux Cubano-Américains qui m'ont tant soutenu dans la campagne présidentielle, y compris l'Association des Vétérans de la Brigade 2506 qui m'a appuyé, dans l'espoir de voir un jour Cuba libre.

    Paul Ryan, président de la Chambre :

    Maintenant que Fidel Castro est mort, la cruauté et l’oppression de son régime doivent mourir avec lui. Aujourd’hui, pensons au souvenir et aux sacrifices de tous ceux qui ont souffert sous Castro.

    Ted Cruz, sénateur du Texas :

    La mort de Fidel Castro ne ramènera pas ses milliers de victimes, ni ne pourra apporter de réconfort à leurs familles. Aujourd’hui nous nous souvenons d’elles et nous honorons les âmes braves qui ont combattu un combat héroïque contre la brutale dictature communiste qu’il avait imposée à Cuba.

    Marco Rubio, sénateur de Floride, de parents cubains :

    Fidel Castro a pris le pouvoir en promettant d'apporter la liberté et la prospérité à Cuba, mais son régime communiste l'a transformé en une prison insulaire appauvrie. Pendant plus de six décennies, des millions de Cubains ont été forcés de fuir leur propre pays, et ceux qui étaient accusés d'opposition au régime étaient régulièrement emprisonnés et même tués.

    Malheureusement, la mort de Fidel Castro ne signifie pas la liberté pour le peuple cubain ou la justice pour les militants démocrates, les chefs religieux et les opposants politiques, que lui et son frère ont emprisonné et persécuté. Le dictateur est mort, mais pas la dictature. Et une chose est claire, l'histoire n’absoudra pas Fidel Castro, elle se souviendra de lui comme d'un dictateur mauvais et meurtrier qui infligeait la misère et la souffrance à son propre peuple.

    L'avenir de Cuba reste en fin de compte entre les mains du peuple cubain, et maintenant plus que jamais le Congrès et la nouvelle administration doivent être à ses côtés contre ses dirigeants brutaux et soutenir sa lutte pour la liberté et les droits humains fondamentaux.

  • A ce point-là !

    Je me doutais bien que la mort de Fidel Castro ne serait pas l’occasion, sur les chaînes « d’information », d’une piqûre de rappel sur le communisme réel. Mais je n’imaginais pas que l’imprégnation communiste des médias atteigne encore de tels sommets.

    On prend bien soin de ne pas employer le mot de « dictateur », ni, à plus forte raison l’expression « dictateur communiste ». Le seul dictateur dans l’histoire de Cuba, un « dictateur sanguinaire », bien entendu, est Batista, que le « libéral » Castro a renversé, et c’est naturellement la faute des Américains s’il s’est tourné vers l’Union soviétique (les Américains qui n'ont pas arrêté de l'embêter sans la moindre raison). Seule fausse note dans l’hommage obligé au grand dirigeant cubain, les quelques images qu’on doit montrer de ces salauds d’exilés à Miami qui se réjouissent de sa mort (des bâtards afro-latinos traîtres à leur pays et qui ont sûrement voté Trump). Heureusement qu’on peut montrer aussi des gens à Cuba qui se lamentent de la disparition de leur grand dirigeant. Et qu’on peut faire venir sur le plateau des communistes français qui disent tout le bien qu’il faut penser du communisme cubain.

    Car naturellement on ne montre aucune image de l’effroyable misère à laquelle Fidel Castro a condamné son peuple pendant 50 ans. Misère matérielle tellement visible, et misère spirituelle, dans un pays officiellement athée.

    Et l’on ne fait aucune allusion à l’implacable répression qui remplissait les prisons.

    Le plus significatif, sans doute, de la part de gens qui se disent « journalistes », est leur spectaculaire silence sur l’interdiction de toute liberté de la presse, de toute liberté d’expression, à Cuba.

    Et tourne en boucle l’appel de Mélenchon à un rassemblement en hommage à Castro…

  • 18.000 euros

    les-tirets-sont-jaune-moutarde-ou-jaune-comte-selon-le-patriotisme-de-chacun-mais-il-faut-les-appeler-traits-d-union-photo-dr-1480062322.jpg

    Depuis les fusions de régions, il faut leur trouver un nouveau « logo ».

    Voici celui de la région Bourgogne-Franche-Comté. Il a le mérite d’être explicite…

    Le génial concepteur de ce « visuel » a gagné la somme modique de 18.000 euros.

    Ah, non. J’oubliais. Pour le même prix, il a aussi fourni le slogan de la nouvelle région : « A nous deux ! ».

    Sic.

    N.B. Ce qui est proprement génial, ce sont évidemment les traits entre chaque mot, qui sont des traits d'union jaunes comme la moutarde de Dijon et le fromage de Comté... (Ce n'est pas une blague, c'est l'explication officielle.)

    Enregistrer

    Enregistrer

  • Au Pakistan

    L’assemblée provinciale du Sind (sud du pays, capitale Karachi) a voté à l’unanimité une proposition de loi interdisant les « conversions forcées », avec des sanctions allant jusqu’à la prison à vie.

    Rana Mohammad Kashif, coordonateur de l’ONG Partenariat de l’Asie du Sud (Pakistan) explique à Asianews : « C’est un acte très positif des législateurs provinciaux, car il vise à protéger et à promouvoir les droits des minorités religieuses au Pakistan. Nous savons que les conversions forcées sont un problème dans tout le pays, et très répandues dans le Sind. Cette loi va améliorer l’image de la province dans la communauté internationale et contribuer à freiner l’exode des minorités fuyant à l’étranger en quête de protection. »

    La proposition de loi émanait d’un député de la « Ligue musulmane du Pakistan – Fonctionnelle » (LMP-F).

    940795.jpgCe parti, qui n’existe que dans le Sind, est une des scissions de la Ligue musulmane du Pakistan. En fait, il s’agit de la représentation politique des soufis Hurs. Le président du parti est le Pir Syed Sibghatullah Shah Rashdi III (ou Raja Saein Pir Pagara VIII, c’est-à-dire le 8e chef religieux dynastique de la communauté), qui a succédé à son père Syed Shah Mardan Shah-II. C’est comme le « parti socialiste progressiste » du Liban, qui n’est rien d’autre que la représentation politique des druzes. C’est ça la démocratie en Orient (et c’est logique).

    Les Hurs, à l’islam spiritualisé, sont de fait une minorité, comme les chrétiens, et la nouvelle loi est explicitement une loi de protection des minorités. Elle a donc reçu le plein soutien des chrétiens.

    Reste à espérer qu’elle ne se retourne pas contre les chrétiens. Car en Inde, juste à côté, ce sont les lois contre les conversions forcées qui permettent de persécuter les chrétiens…

    Pour l’heure, si cette loi peut diminuer les ignobles rapts de jeunes filles chrétiennes (et hindoues) obligées de se marier avec leurs ravisseurs musulmans, on ne peut que s’en féliciter. Mais alors il est urgent qu’une loi similaire soit votée au niveau fédéral, ou au moins dans le Pendjab où le problème est le plus crucial.

    Enregistrer