Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Famille

  • Famille roumaine

    Le 9 mai, les députés roumains ont adopté, par 232 voix contre 22 (sic : vingt-deux) et 13 abstentions, l’amendement constitutionnel stipulant que « la famille est fondée sur le mariage librement consenti entre un homme et une femme, leur pleine égalité et le droit et le devoir des parents d’assurer l’éducation et l’instruction des enfants ».

    Ce vote fait suite à l’initiative populaire de la Coalition pour la famille qui avait récolté plus de 3 millions de signature alors qu’un demi-million suffisait. Reste à obtenir le vote du Sénat, puis l’approbation par référendum.

  • Au Dakota du Sud

    Le gouverneur du Dakota du Sud, Dennis Daugaard, a signé la semaine dernière une loi qui stipule que les agences de placement d’enfants à adopter ne peuvent pas être contraintes d’offrir leurs services si c’est en contradiction avec leurs croyances ou leurs convictions morales.

    Autrement dit les agences d’adoption peuvent refuser de confier des enfants à des paires de même sexe.

    Ainsi au Dakota du Sud ne verra-t-on pas, comme dans le Massachussetts ou l’Illinois ou à Washington, des agences catholiques contraintes de fermer pour ne pas se renier.

    Le fait que cette loi ait été adoptée et promulguée semble montrer que le vent est en train de tourner face à la dictature de l’anti-discrimination.

  • Réaction russe

    Le député russe Vitaly Milonov demande au ministre de la Culture d’organiser un pré-visionnage du nouveau film La Belle et la Bête produit par Disney, qui doit sortir le 16 mars, afin de prendre des mesures pour l’interdire s’il s’avère qu’il « contient des éléments de propagande homosexuelle ». Une loi votée à l’unanimité moins une voix en 2013 interdit en Russie la « promotion de relations sexuelles non traditionnelles auprès des mineurs ».

    Dans sa lettre au ministre, Vitaly Milonov considère, sur la foi de ce qu’il a lu, que ce film fait une « propagande flagrante et éhontée du péché et des relations sexuelles perverses ».

    De fait, le réalisateur, Bill Condon (sic) déclare à propos de l’homosexualité : « Ça tient une certaine importance dans l’histoire, mais je ne vous en dis pas plus pour ne pas vous gâcher la fin du film. En tout cas, c’est une jolie scène, et une scène ouvertement gay dans un Disney. » Et l’acteur qui tient le rôle du personnage « gay » se répand dans la presse sur son enthousiasme à être le premier à avoir tourné une telle scène dans un film des studios Disney.

    Aux Etats-Unis, un ciné-parc de l’Alabama a déprogrammé le film, considérant qu’il est scandaleux de montrer cela à des enfants.

  • A hurler

    Mgr Vincenzo Paglia, dont on ne peut pas écrire sans frémir qu’il est président de l’Académie pontificale pour la vie et chancelier de l’Institut pontifical Jean-Paul II pour la famille, était invité du parti radical italien (libertaire européiste) à l’occasion de la publication de l’autobiographie posthume de Marco Pannella.

    Marco Pannella, qui a été pendant des décennies l’une des deux grandes figures du petit parti radical (l’autre est Emma Bonino, et tous deux amis du pape actuel), était un militant acharné de la culture de mort sous toutes ses formes.

    Extraits de l’allocution de Paglia :

    «Marco était un homme de grande spiritualité», «sa disparition est une grande perte pour notre pays», «un homme spirituel qui a combattu et espéré contre toute espérance, comme dit saint Paul», «une histoire pour la défense de la dignité de tous», «un précieux trésor à préserver», «un homme qui peut aller dans les profondeurs et sait nous aider à espérer», «inspirateur d'une vie plus belle pour le monde, qui a besoin d'hommes qui sachent parler comme lui»…

    Sur Vincenzo Paglia, qui a été un homme clef des deux synodes pour imposer la communion aux adultères, rappel de ses propos d’avant le synode :

    Le coup de poignard de Mgr Paglia.

    Mgr Paglia en remet une couche.

    Mgr Paglia en rajoute.

    La deuxième note date du 11 février 2013. J’ajoutais : « Et Benoît XVI qui s’en va… Mon Dieu, faites que le prochain pape ne soit pas un ami de Mgr Paglia… » Mais le nouveau pape est précisément un ami de Paglia…

  • L’islam et la famille

    En janvier dernier, le président al-Sissi avait annoncé un projet de loi permettant de limiter la pratique du divorce verbal, qui permet au musulman de répudier sa femme verbalement et sans témoin (ou, de plus en plus, par SMS…). Le président s’alarme en effet du nombre des divorces en Egypte : aujourd’hui 40% des mariages sont rompus dans les cinq ans. Il a demandé le 24 janvier au grand imam d’al-Azhar ce qu’il en pensait, et celui-ci s’est dit d’accord pour qu’une loi rende le divorce légal seulement s’il est fait en présence d’un maazoun, imam spécialisé dans les mariages et les divorces. Ce qui est précisément l’objet du projet de loi. Mais le « conseil des anciens » d’al-Azhar, le 5 février, a rejeté ce projet et confirmé la validité du divorce verbal, pratique qui remplit les conditions posées par la loi islamique et introduite dès l’époque du prophète Mahomet… Le conseil des anciens appelle toutefois les hommes qui répudient leur épouse par le biais d’une simple déclaration orale à communiquer le divorce en question aux autorités compétentes, afin, dit-il, que soient protégés les droits de la femme et des enfants prévus par la loi islamique…

  • Violences conjugales

    Le monde politiquement correct s’émeut du vote du Parlement russe qui a « dépénalisé les violences conjugales », sans chercher à savoir de quoi il s’agit. Mais puisque c’est dans le pays de Poutine, c’est forcément très mal, et il n’est pas besoin d’aller plus loin que l’intitulé de la loi pour comprendre que c’est tout simplement la permission donnée aux Russes de tabasser leurs épouses autant qu’ils le veulent.

    La réalité est tout autre, et même inverse. C’est une loi de protection des femmes.

    Ce qui est dépénalisé, c’est-à-dire ce qui sort du code pénal, ce sont les violences sans incidence sur la santé de la victime. Ces violences sont désormais considérées comme les autres violences qui ne portent pas atteinte à l’intégrité physique. Elles peuvent être poursuivies, mais sur le plan administratif, avec amende et travaux d’intérêt général à la clef.

    Les violences avec incidence sur la santé de la victime continuent d’être pénalisées.

    Là où c’est un progrès, c’est que, en raison des règles complexes de la procédure pénale, la police peut désormais intervenir plus facilement et rapidement s’il ne s’agit pas de faits susceptibles de qualification pénale, et prendre la mesure administrative qui s’impose le cas échéant, par exemple éloigner l’agresseur pendant deux semaines.

  • La petite martyre d’Amoris laetitia

    La bienheureuse Laura Vicuña est morte pour que sa mère qui vivait en concubinage… trouve un curé qui lui donne la communion ? Non, pour que sa mère respecte la sainteté du mariage.

    Anne Dolhein raconte ici cette touchante histoire.

  • Les anciens anglicans sont de vrais catholiques

    L’Ordinariat de la Chaire de saint Pierre, qui accueille les épiscopaliens, à savoir les anglicans américains, qui veulent rejoindre l’unité catholique, a publié une lettre pastorale dans laquelle il souligne de façon très claire que les divorcée civilement remariés ne peuvent pas recevoir la communion eucharistique aussi longtemps qu’ils vivent dans l’adultère, qui est un grave péché.

    Et la lettre précise : « Le discernement pastoral n’admet aucune exception à la loi morale, ni ne remplace la loi morale par les jugements de conscience privés. »

    Bref, voilà l’ordinariat vent debout contre les interprétations d’Amoris laetitia validées par le pape (la dernière en date étant celle des évêques de Malte, qui autorisent la communion aux divorcés civilement remariés alors que ça ne fait même pas six ans que le divorce est autorisé dans l’île…).

    A noter que l’ordinaire de l’Ordinariat de la Chaire de saint Pierre est le plus jeune évêque du monde, Mgr Steven L. Lopes, 41 ans.

    Il se trouve que les anglicans ont quitté leur communauté pour fuir le relativisme absolu qui y règne, ce n'est pas pour le retrouver dans l'Eglise catholique...

  • Un appel urgent

    Considérant que l’admission des divorcés qu'on dit « remariés » aux sacrements de la pénitence et de l’eucharistie sans exiger d’eux l’obligation de vivre dans la continence, constitue un danger pour la foi et pour le salut des âmes, et constitue en outre une offense à la sainte volonté de Dieu ; en outre, prenant en considération le fait que cette pratique pastorale ne peut jamais être l'expression de la miséricorde, de la « via caritatis » ou du sens maternel de l’église à l’égard des âmes pécheresses, nous lançons avec une sollicitude pastorale profonde cet appel urgent à la prière afin que Pape François révoque, clairement et sans équivoque, les directives pastorales mentionnées, déjà adoptées par certaines Eglises particulières. Un tel acte de la part du Chef visible de l’Eglise serait un réconfort pour les pasteurs et pour les fidèles de l’Eglise, selon le mandat que le Christ, le pasteur suprême des âmes, à donner à l’apôtre Pierre, et à travers lui à tous ses successeurs : « Affermis tes frères ! » (Luc 22, 32).

    Le nouveau texte de Mgr Athanasius Schneider, qui vaut la peine d’être lu en entier en raison de la clarté et de la solidité de son argumentation, a comme particularité d’être cosigné par son ancien archevêque de Karaganda et par son actuel archevêque d’Astana, ce qui montre que les yeux commencent à s’ouvrir et que les langues commencent à se délier…

  • Mum dad & kids

    6a00d83451619c69e201b7c8b8e461970b-pi.png

    Je plaide coupable. Voyant depuis longtemps cette pétition, je n’avais même pas regardé ce que c’était, à cause du titre en anglais, parce que j’en ai vraiment marre de toutes ces initiatives françaises qui se donnent des titres en anglais pour faire branché ou « jeune ».

    Or, finissant par lire l’appel du Salon Beige, je m’aperçois qu’il s’agit d’une initiative européenne, une officielle « initiative citoyenne européenne », et qu’il n’est donc pas anormal qu’elle soit en anglais – même si le français est une des trois langues de travail de l’UE et si les Anglais en sortent…

    En outre, quand on est sur le site en français il est bien indiqué :

    Maman, Papa & les enfants - Initiative citoyenne européenne pour la protection du mariage et de la famille

    Cette initiative vise donc à faire inscrire dans les textes européens que le mariage est l'union permanente et fidèle entre un homme et une femme voulant fonder une famille, que la famille c’est un père, une mère, et leurs enfants, et que les relations familiales c’est le lien entre deux époux, ou entre un enfant et ses parents.

    Or, il manque 39.000 signatures en France, alors que la date limite est le 10 décembre.

    Je viens de réparer partiellement mon erreur en signant l’initiative. J’engage tous mes lecteurs à le faire. Maintenant. ICI.

    10_MDK_FR.png

    Enregistrer

    Enregistrer