Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Fitna revient sur LiveLeak

    LiveLeak a remis Fitna en ligne...

    Explication : depuis le retrait du film, « nous avons travaillé constamment pour améliorer la sécurité » du personnel, et : « Nous ne succomberons pas à la pression visant à censurer des images légales et qui cadrent avec nos règlements. »

    On prend acte de ce sursaut de dignité. Le problème est qu’on n’a plus besoin de Liveleak pour voir Fitna...

  • Ben voilà...

    Les zozos de l’Arche ont été graciés par le président tchadien. Il y a quand même mis le temps, Idriss Deby. Histoire sans doute de montrer qu’il n’est pas un valet de Sarkozy...

  • Marie, Marie, et Fourniret

    Au troisième jour du procès Fourniret, Marie, âgée à l'époque de 13 ans, a raconté à la barre comment l'accusé l'avait mise en en confiance avant de la contraindre, en la tirant, à monter dans sa camionnette.

    « Avant de monter, j'ai confié ma route à la Vierge Marie. J'ai dit, Marie, passe devant, pour qu'il ne m'arrive rien. J'ai commencé à prier dans mon cœur », a dit la jeune fille. Puis elle se met à prier à haute voix. « Je lui ai demandé s'il croyait en Dieu, il ne m'a pas répondu. » La camionnette prend un chemin à l'écart et s'arrête. Fourniret, sous la menace, entrave sa victime aux mains et aux pieds, la conduit à l'arrière du véhicule, avant de repartir.

    « Je lui ai demandé : Pourquoi tu fais ça ?, il a dit : Tu dois me donner du plaisir, autrement tu ne rentreras pas. J'étais étonnée, je ne savais pas jusque-là ce qu'il voulait faire de moi. » Elle crie, il commence à l'étrangler et lui dit : Si tu cries, je te tue. Marie demande alors à son ravisseur s'il fait partie du groupe de Marc Dutroux. « Je suis pire que Marc Dutroux », répond-il. Le véhicule repart.

    A l'arrière, entravée, Marie prie à haute voix, de plus en plus fort, « à pleine gorge ». Elle aperçoit une carte routière des Pays-Bas, de Belgique et de France. « Je me suis dit, c'est fini. J'ai vu toute ma vie défiler, je me suis sentie comme dans un film. »

    Soudainement, les liens des jambes se détendent, elle se libère puis, avec les dents parvient à dégager ses mains. A un arrêt du véhicule, elle ouvre la porte latérale coulissante et s'enfuit, sans que Fourniret s'en aperçoive.

    Plus loin, une femme la recueille en voiture et, chemin faisant, croise la camionnette du ravisseur qui a fait demi-tour. Le numéro d'immatriculation relevé permettra à la police belge d'arrêter Michel Fourniret.

    Marie n'a pas besoin de psychologue pour gérer le souvenir de son enlèvement : « C'est là que se trouve la grâce, je n'en ai pas besoin », dit-elle.

    (D’après Reuters, merci au Salon Beige)

  • Après le baptême de Magdi Cristiano Allam

    Il a été dit que le Vatican s’était « démarqué » des déclarations de Magdi Cristiano Allam sur l’islam, voire même s’était inscrit en faux contre ses déclarations. La vérité est que le P. Lombardi, dans un texte qu’il faut lire en entier, et qui est une critique, non des propos du converti, mais d’Aref Ali Nayed, écrit ceci :

    « Accueillir dans l’Eglise un nouveau croyant ne signifie pas, évidemment, que l’on adopte toutes ses idées et positions, notamment en matière politique ou sociale. Le baptême de Magdi Cristiano Allam est une bonne occasion de réaffirmer expressément ce principe fondamental. Il a le droit d’exprimer ses idées, qui restent des idées personnelles et qui, bien entendu, ne deviennent en aucune manière l’expression officielle des positions du pape ou du Saint-Siège. »

    Cela va de soi. Et Magdi Cristiano Allam l’a confirmé lui-même : « Je souscris totalement » à cette déclaration « qui fait la distinction entre mes idées personnelles (...) et la position officielle de l'Eglise ».

    On lira avec intérêt, sur le blog en français de Sandro Magister : (1) des précisions sur le converti, le texte intégral de la lettre de Magdi Cristiano Allam au directeur du Corriere della Serra, la réaction d’Aref Ali Nayed au baptême de l’ancien musulman par le pape, et la réponse du P. Lombardi ; (2) ainsi qu’un texte de Pietro De Marco, et l’analyse des derniers numéros de l’Osservatore Romano, avec notamment le commentaire sur les déclarations du roi d’Arabie saoudite. (On s’étonnera, mais c’est un détail, des paragraphes sur « Raimondo Lullo » : le traducteur ne paraît pas savoir que ce personnage a toujours été appelé Raymond Lulle en français.)

  • Répondre aux agressions...

    Le trafic a été quasiment nul à Saint-Lazare, hier, entre 11h et 18h, sur les lignes Paris-Versailles et Paris-Mantes-la-Jolie, suite à deux agressions de conducteurs de train. Le syndicat Sud-Rail, a exprimé un « ras-le-bol d’organisation du travail toujours plus dégradée dans des conditions de sécurité toujours plus précaires », et demande « une présence cheminote dans les gares et sur les quais jusqu’au dernier train, des renforts pour le contrôle des deniers trains et des trains ciblés à risque, une présence de la Surveillance Générale sur ces trains »...

    Rafraîchissez-moi la mémoire. Sud, ce ne sont pas ces gauchistes qui affirment que toute présence d’agents de l’ordre est une provocation pour les "jeunes" ?

  • Fillon a la mémoire qui flanche

    François Fillon a annoncé hier sur TF1 qu’il présenterait lui-même au Parlement (demain mardi) « la position de la France » sur le renfort de troupes en Afghanistan. Il a confirmé qu’il y aurait un débat, mais pas de vote : « Il n’y a jamais eu de vote dans notre pays sur l’envoi de forces. J’ai été dix ans dans l’opposition à François Mitterrand, je n’ai jamais vu François Mitterrand demander l’autorisation du Parlement pour envoyer des forces. Même pour la première guerre du Golfe, il n’y a pas eu de vote. »

    François Mitterrand avait convoqué l’Assemblée nationale en session extraordinaire le 16 janvier 1991, pour que les députés se prononcent par un vote sur l’engagement des troupes françaises. Résultat : 523 pour (dont François Fillon, comme en témoigne le JO), 43 contre (dont 4 RPR) et 2 abstentions (il y aura 290 pour et 25 contre au Sénat).

  • L’islam n’est pas violent

    Le film de Geert Wilders « assimile l’islam et la violence », et « cette position est clairement rejetée », ont fait savoir les ministres européens des Affaires étrangères réunis en Slovénie.

    Telle est donc la position officielle de l’Union européenne.

    C’est un déni de réalité, un parmi tant d’autres. On ne peut que demander humblement aux dirigeants, une fois de plus, qu’ils veuillent bien, enfin, lire le Coran.

  • Damas: le « sommet » pour rien

    Comme on pouvait s’en douter, le « sommet » de la Ligue arabe à Damas n’a servi à rien, sur la crise libanaise, comme du reste sur les autres sujets. C’était un « sommet » d’où étaient absents les chefs d’Etat d’Arabie saoudite, d’Egypte, de Jordanie, et, pour cause, du Liban.

  • A Vienne, 5.000 contre le traité de Lisbonne

    Quelque 5.000 personnes (selon l’AFP) ont manifesté samedi à Vienne, à l’appel de la plateforme « Sauver la neutralité, non au traité européen ». On pouvait lire sur les pancartes : « Non à la dictature de l’UE », « Libres et neutres », « Vous, les traitres à la patrie, nous avons droit à un référendum ».

    Le constitutionnaliste Adrian Hollaender a déclaré à la tribune que l’absence de référendum revenait à « un viol du peuple autrichien ».

    Une bagarre a éclaté dans un café avec des contre-manifestants qui brandissaient une pancarte « La patrie dans le cœur, de la merde dans le cerveau ». On voit le niveau...

    On a noté la présence à cette manifestation des dirigeants du BZÖ et des groupes du FPÖ. Jörg Haider (BZÖ) a récolté dans sa région de Carinthie plus de 15.000 signatures pour un référendum régional. La commission électorale de Carinthie doit statuer prochainement sur la validité d’un tel référendum.

    Les parlementaires autrichiens doivent examiner la proposition de ratification du traité le 9 avril.

  • Dictature européenne

    Le commissaire européen à l’élargissement, Olli Rehn, fait pression sur la Cour constitutionnelle turque pour qu’elle rejette la demande d’interdiction de l’AKP : « J'espère que les juges de la Cour constitutionnelle prendront en compte l'intérêt à long terme de la Turquie  », qui est « d'être une démocratie européenne d'importance, qui respecte tous les principes démocratiques », a-t-il déclaré lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères en Slovénie. Le cadre de ces négociations stipule qu'en cas de « violation grave des principes démocratiques » par la Turquie , «  la Commission est obligée de regarder quelles ramifications cela pourrait avoir sur les négociations », a-t-il ajouté, soulignant que ce problème « l’inquiète de plus en plus ».

    Autrement dit, ce ne sont pas les autorités nationales qui peuvent définir quel parti est démocratique ou non, ce sont les autorités européennes.

    Addendum. La Cour constitutionnelle turque a jugé recevable sur la forme la demande d'interdiction de l'AKP. Cette décision ouvre le procès à l'encontre du parti au pouvoir...

    Je ne suis ni d'un côté ni de l'autre, dans cette bagarre au sommet entre les laïcistes et les islamistes. Mais je constate que la Cour constitutionnelle turque se moque comme d'une guigne des menaces de l'Union européenne. Le nationalisme turc n'est pas encore soluble dans l'UE...

  • Irak : la situation s’améliore...

    Les affrontements entre miliciens chiites de l’Armée du Mahdi de Moqtada Sadr et les forces américano-irakiennes ont fait plus de 320 morts et des centaines de blessés depuis le début de l'opération de "mise au pas" de la milice, le 25 mars.

    Au début on parlait de combats de l’armée irakienne contre les miliciens. Puis il était question de plus en plus du soutien de l’armée américaine. Hier, pour la première fois, l’armée américaine déclarait officiellement opérer en renfort des troupes irakiennes à Bassorah, et l’armée britannique faisait de même. Les Anglo-américains reconnaissaient aussi avoir apporté un soutien aérien dès le début de l’offensive.

    Hier à Bagdad, c’est l’armée américaine qui a très officiellement tué 25 « criminels » à Bagdad, en bombardant un site d’où étaient tirés des obus de mortier. Et c’est encore par l’armée américaine qu’ont été tués 16 autres « criminels » dans diverses opérations dans la capitale. Preuve, s’il en était besoin, que l’armée irakienne n’est toujours pas opérationnelle.

    Moqtada Sadr a appelé ses hommes à se retirer des rues. Le couvre-feu, instauré vendredi dans plusieurs grandes villes, a été levé à Bagdad (sauf dans le quartier de Sadr City et deux autres quartiers, où il n’a aucun effet puisque ces quartiers sont entièrement contrôlés par les hommes de Motqtada Sadr), et dans la journée à Bassorah.

    Pendant ce temps, on note une manifeste recrudescence des morts de soldats américains dans des explosions, et un véritable pic des attaques de roquettes, et d’obus de mortier, sur la zone verte, le quartier de Bagdad théoriquement hyper-protégé où se trouvent les commandements américains et le « gouvernement » irakien.

    Mais, comme le disent tous les officiels américains, la situation s’améliore...

    Addendum. L'AFP, cet aprsè-midi, fait état d'un bilan d'au moins 461 morts et plus d'un millier de blessés.

  • L’Annonciation

    Suscipe verbum,  Virgo Maria, quod tibi a Domino per angelum transmissum est: concipies  et paries Deum et hominem, ut benedicta dicaris inter omnes mulieres. Paries quidem filium, et virginitatis non patieris detrimentum:  efficieris gravida, et eris Mater semper intacta ; ut benedicta dicaris inter omnes mulieres.

    Reçois la parole, Vierge Marie, qui t’es transmise du Seigneur par l’ange : tu concevras et tu enfanteras celui qui est Dieu et homme, de sorte que tu seras dite bénie entre toutes les femmes. Tu enfanteras un fils, et ta viriginité n’en subira aucun dommage ; tu seras enceinte, et tu seras la Mère toujours pure, de sorte que tu seras dite bénie entre toutes les femmes.

    (La fête de l’Annonciation, qui a lieu normalement le 25 mars, est transférée en ce jour car on ne peut célébrer de fête pendant l’octave de Pâques. Ce répons des matines est aussi le premier répons de l’Avent.)

  • La miséricorde

    Le 30 avril 2000, premier dimanche après Pâques, le pape Jean-Paul II canonisait sœur Faustine Kowalska et annonçait que désormais ce dimanche serait la fête de la Miséricorde, selon ce qu’avait demandé le Seigneur à la religieuse polonaise.

    La liturgie reste celle du dimanche. L’évangile (dans tous les calendriers) est celui des deux apparitions de Jésus aux apôtres rassemblés, le soir du jour de Pâques, et le soir du dimanche suivant. Il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. Les péchés seront remis à ceux à qui vous les remettrez, ils seront retenus à ceux à qui vous les retiendrez. » La rémission des péchés par le sacrement de pénitence (qui découle du cœur du Christ ouvert par la lance sur la croix) est évidemment centrale dans l’œuvre de la miséricorde divine.

    Du 2 au 6 avril aura lieu à Rome un congrès international sur la Miséricorde, qui sera ouvert par une messe que célébrera le pape Benoît XVI. (Le congrès est une façon de célébrer le troisième anniversaire de la mort de Jean-Paul II, le soir du 2 avril 2005, alors que l’on était déjà liturgiquement dans le dimanche de la Miséricorde.)

    J’apprends par l’excellent article de Jeanne Smits dans Présent que trois évêques français vont y participer. Et que l’un d’eux, Mgr de Monléon, évêque de Meaux, se pique de nous expliquer ce qu’est la miséricorde.

    Il ferait mieux de nous expliquer pourquoi « l’Eglise qui est en France » a osé supprimer le mot miséricorde de sa liturgie.

    Je rappelle une fois de plus que dans la version latine officielle des psaumes, le mot misericordia apparaît 129 fois. Et que dans ce qui tient lieu de psautier dans la liturgie francophone (sous copyright aelf), il apparaît deux fois. Et ces deux fois, uniquement pour éviter une répétition avec le mot amour qui est censé traduire tout et n’importe quoi.

    Les psaumes constituent l’essentiel de la prière de l’Eglise. La falsification opérée par « l’Eglise qui est en France » (sous copyright aelf) est diamétralement contraire à la célébration de la Miséricorde, qui d’élément central (« la clef des œuvres de Dieu », ose dire Mgr de Monléon, citant saint Thomas d’Aquin), devient extrêmement marginal.

    Il serait bon que le congrès incite à une profonde révision des psaumes en français (sous copyright aelf), pour que le mot miséricorde y retrouve sa place.

  • Procès du Téléthon

    Communiqué du Dr Michel Villette

    Procès “du” Téléthon, ce 10 avril à la 17ème Chambre correctionnelle (derrière la Ste Chapelle)

    Le Dr Villette est poursuivi en diffamation par l'Association Française contre les Myopathies (qui gère le Téléthon) pour avoir comparé en novembre 2006 sur lunivers.info la culture de mort des nazis, dès 1933, à celle du Téléthon aujourd'hui.

    Il n'y a pas que le Dr Villette qui dénonce les dérives eugénistes du Téléthon (de la Fondation Lejeune à Mgr Barbarin).

    Les témoins du Dr Villette sont: les Docteurs Dor, Dickès, Tremblay, le Pr Belaga, le Juge (ER) Grenouilleau et J.P. Maugendre.

    Le Dr Villette demande :

    * de faire une neuvaine à St Joseph, le "patron du respect de la vie", depuis ce mardi 2 avril, jusqu'au procès, le 10 avril, pour que la vérité éclate dans l'affaire du Téléthon.

    * de ne pas manquer le 195ème Rosaire mensuel pour la Vie,  dans nos cathédrales, samedi 5 avril à 17h. (Voir les exceptions horaires sur rosairepourlavie.org.)

  • Fitna la galère

    Dès hier, Liveleak a retiré le film Fitna de ses serveurs, en raison de « menaces très sérieuses sur son personnel », et « à cause de reportages mal-informés de certains médias britanniques qui pourraient directement nuire à une partie du personnel », comme on peut le lire sur l’écran qui remplace le film.

    Mais Fitna se trouve désormais sur d’autres sites de partage de vidéos. Notamment Dailymotion. Et l’on félicitera le site Bivouac-ID de l’avoir sous-titré en français. C’est ici.

  • Le commencement du huitième jour

    O Christ, Fils de Dieu, repos de nos âmes, qui avez accompli dans le sépulcre le repos du sabbat, ayant voulu que ce même jour où vous vous reposâtes de toutes vos œuvres, fût aussi celui de votre repos dans le sépulcre; vous avez véritablement sanctifié pour nous ce jour dont le soir est déjà le commencement du huitième jour, qui est celui où vous fîtes jaillir la lumière des ténèbres, et où, ressuscité d'entre les morts, vous apparûtes dans votre chair. Daignez diriger le cours de notre vie dans la voie de toute sainteté; afin que durant ces sept jours qui représentent la durée du monde, et dans chacun desquels l'Agneau est immolé et la Pâque célébrée pour nous, nous vivions d'une manière conforme à notre salut. Faites que, chaque jour, nous méritions de célébrer la Pâque sans aucun levain de malice, et que nous nous reposions de toutes nos œuvres en ce jour d'une manière si sainte, que nous avons part à  la consolation du huitième et éternel jour, ayant obtenu de ressusciter glorieux.

    (Capitule du bréviaire mozarabe pour le samedi de Pâques, cité par Dom Guéranger dans son Année liturgique.)

  • Leur Europe de tout cœur avec l’islam contre Geert Wilders

    La présidence slovène de l’Union européenne dénonce dans un communiqué le film Fitna de Geert Wilders. La présidence de l’UE « soutient pleinement » le gouvernement néerlandais. Ce film ne fait qu’« inciter à la haine », dit-elle, ajoutant : « Ce n’est pas par la violence mais par un dialogue ouvert protégé par la liberté d’expression que la compréhension mutuelle peut être approfondie et le respect mutuel établi »

    On notera une fois de plus le renversement de la réalité : c’est Geert Wilders qui incite à la haine et qui fait preuve de violence quand il donne les preuves de la haine et de la violence que contient le Coran...

    Le Conseil de l’Europe, y est allé lui aussi de son couplet, inversant lui aussi sans vergogne la réalité. Le communiqué signé par Terry Davis et Maud de Boer-Buquicchio mérite d’être lu in extenso :

    « Le film du responsable politique néerlandais Geert Wilders est une déplaisante manipulation qui exploite l’ignorance, les préjugés et la peur. Ce film est purement et simplement de la propagande politique et fait le jeu des extrémistes auxquels il donne un rôle de premier plan. Il indignera la vaste majorité des personnes de confession islamique en Europe qui rejettent la violence et acceptent nos valeurs communes.

    « En tant que Secrétaire Général et Secrétaire Générale Adjointe du Conseil de l'Europe, qui est le garant de la Convention européenne des Droits de l'Homme, nous défendons la liberté d’expression mais, en l’occurrence, nous le faisons en éprouvant beaucoup de déception et d’inquiétude. C’est un triste jour pour la démocratie européenne lorsque les principes absolument fondamentaux sur lesquels elle repose servent à propager l’intolérance et des stéréotypes profondément offensants.

    « Dans toutes les communautés, la grande majorité des citoyens européens, qu’ils soient croyants ou non, ont foi dans le dialogue, le respect mutuel et les valeurs de l’Europe. Nous appelons tous nos concitoyens européens à se joindre à nous pour rejeter cette image offensante et déformée de l’Islam. »

    On reconnaît ici les procédés habituels qui ont tant servi, par exemple contre Le Pen (« une manipulation qui exploite l’ignorance, les préjugés et la peur »). Mais c’est surtout une sorte d’hymne pathétique à la dhimmitude.

    On connaissait ce genre de prose en Orient : c’est le ton habituel des déclarations des responsables chrétiens quand il y a un problème. Parce qu’ils n’ont pas le choix. Parce qu’ils n’ont pas la liberté de faire autrement. Parce qu’ils doivent prévenir les représailles sur leurs coreligionnaires. On fait profil bas, on courbe l’échine et on dénonce le provocateur...

    Le fait que des responsables européens en soient à utiliser le même langage est une terrible illustration de leur soumission à l’islam : une soumission préventive, qui est une preuve terrifiante de la pertinence du film de Geert Wilders.

  • Une commission pour la Villa Médicis...

    Le 17 mars dernier, l’Elysée faisait savoir que le conseiller culturel de Nicolas Sarkozy Georges-Marc Benamou  quittait ses fonctions. On précisait au château que Benamou souhaitait avoir du temps pour se reposer, écrire, faire du cinéma, etc., et qu’il allait être nommé... directeur de la Villa Médicis.

    Le petit monde de la culture fut aussitôt en émoi. Olivier Poivre d’Arvor, qui briguait lui aussi ce fromage doré, tonnait : « Imaginer que la Villa Médicis est un lieu de repli pour conseiller en disgrâce, un lieu d’écriture, de repos, une retraite pour convenance personnelle, c’est donner un signe bien négatif. »

    Une pétition était lancée contre ce « fait du prince », recueillant 350 signatures d’acteurs, de metteurs en scène et d’écrivains célèbres.

    Aujourd’hui, l’Elysée annonce la création d’une commission, mais oui, chargée de choisir le nouveau directeur de la Villa Médicis.. .

    Le président de la République a nommé l’ancien directeur de l’Opéra Hugues Gall, « conseiller d’Etat et membre de l’Institut », président de cette commission...

  • Le racisme en France

    Le rapport annuel de la Commission nationale consultative des droits de l’homme sur le racisme en France a été remis aujourd’hui au Premier ministre.

    Il doit constater une baisse de 23,5% des faits racistes, xénophobes et antisémites (707 en tout, y compris les « menaces », c’est-à-dire les insultes de comptoir...).

    Je vous laisse imaginer les tableaux publiés (violences racistes, menaces racistes, actes d’antisémitisme, par régions, par départements...) avec plein de petites cases où est inscrit le chiffre zéro, malgré l’acharnement des autorités à débusquer partout un racisme inexistant.

    Ces dernières années, on se rattrapait sur le « sondage » : celui-ci était très inquiétant car il montrait qu’une proportion trop importante de Français avoue être « raciste ». Ou « un peu racistes »... Or voilà que 48% des Français se disent « pas du tout racistes », soit 4 points de mieux que l’an dernier.

    Cela n’empêche pas la commission de clamer que la tendance à une augmentation de la violence est « confirmée »... parce que les chiffres « restent plus élevés que ceux de la période 1990-2000 ».

    N.B. Le rapport est disponible sur internet. On constate que la CNCDH a abandonné ses tableaux avec toutes les petites cases pleines de zéros...

    On constate aussi que la CNCDH ne peut pas traiter du racisme anti-blanc ou anti-français puisqu'elle traite des actes ou des menaces "racistes et xénophobes", les deux mots étant judicieusement indissociables...

  • Le déficit public : 2,7%

    Le ministre du Budget Eric Woerth a annoncé que le déficit public de la France s’élevait en 2007 à 2,7% du PIB (contre 2,4% en 2006 selon les chiffres définitifs).

    François Fillon avait convenu l’autre jour qu’il serait « sans doute un peu supérieur aux 2,4% du PIB initialement prévus ».

    « Un peu supérieur », disait aussi Christine Lagarde, hier.

    En fait c’est évidemment très supérieur. Et surtout, quand la France s’engage à rétablir l’équilibre, et que le déficit passe de 2,4 à 2,7% d’une année sur l’autre, c’est qu’on va dans la direction exactement opposée.

  • Les dépenses de Rachida

    Le site Mediapart faisait état mercredi des « folles dépenses de la ministre Rachida Dati » : elles ont « grimpé de manière vertigineuse pour finalement atteindre 270.000 euros en décembre 2007, soit un dépassement de 30% par rapport au plafond prévu ».

    Au cours de son point de presse hebdomadaire, hier, le porte-parole de la Chancellerie a confirmé le dépassement, montrant qu’il est même plus important encore : chaque ministre a 200.000 euros pour ses frais de représentation, et une rallonge de 100.000 euros a dû être donnée au garde des Sceaux.

    Mediapart ajoutait que fin mars le montant des factures à honorer était déjà de plus de 112.000 euros. Le porte-parole n’a pas contesté ce chiffre.

    Il a tenté de justifier ces énormes dépassements par l’organisation de la réception du 14 juillet, pour 2007, et des vœux, pour les premiers mois de 2008...

    Il a assuré que le ministère ferait preuve de vigilance, ajoutant que les buffets dressés pour les réceptions « sont extrêmement modestes ». Sic.

  • Le CSA et la « diversité »

    Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a annoncé la création d’un Observatoire de la diversité dans les médias, qui sera présidé par Rachid Arhab et composé de dix membres, dont un représentant de la Halde.

    « Miroir de la société, les médias se doivent de présenter un visage conforme à la France d’aujourd’hui. Le CSA souhaite inciter les opérateurs à mettre en avant la diversité dans les programmes audiovisuels, et à lutter contre les discriminations. »

    Comme chacun le sait désormais, la « mise en avant de la diversité » est l’appellation politiquement correcte de la discrimination positive en faveur des minorités raciales.

    La diversité ne s’étend évidemment pas à ceux qui ont des opinions religieuses ou politiques non conformes.

  • Le non-moral des ménages

    L’indice du « moral des ménages », calculé par l’INSEE, a battu un nouveau record en mars (comme chaque mois...), descendant à –36 contre –35 en février.

  • Irak

    Bagdad est aujourd’hui et jusqu’à dimanche sous couvre-feu total (interdiction de circuler), ainsi que Bassorah et d’autres villes.

    Les combats entre miliciens chiites et l’armé américano-irakienne ont fait plus de 120 morts et des centaines de blessés depuis mardi.

    George Bush a vu dans ces combats un signe des progrès accomplis en Irak (sans rire).

    Cette semaine, deux employés américains ont été tués, et quatre autres grièvement blessés, par des roquettes, à l’intérieur de la « zone verte » hyper-protégée...

     

    Addendum. Cinq obus de mortier se sont abattus aujourd'hui dans la "zone verte", sur les bureaux de la "vice-présidence irakienne". Deux gardes ont été tués.

  • La manifestation de Chrétienté-Solidarité

    Une petite centaine de personnes ont manifesté hier soir, à l’appel de Chrétienté-Solidarité, contre « les Jeux de l’ordre rouge », comme le disait la banderole. Dans son allocution, Bernard Antony a rappelé ce qu’est la réalité du communisme chinois, non seulement pour les Tibétains, mais pour le peuple chinois, et pour les catholiques chinois. Il a regretté qu’il n’y ait pas plus de catholiques pour se mobiliser, soulignant que dans les paroisses on se tait sur les chrétiens persécutés, et demandant avec colère où sont passés les jeunes du pèlerinage de Chartres...

    Thibaud de la Tocnaye , Wallerand de Saint Just, Frédéric Pichon, Pierre Bernard et Alain Sanders se sont ensuite exprimés. La dernière demi-heure a été consacrée à la récitation du chapelet, menée de façon impressionnante par Jacques Arnould. En cette très laïque et très froide esplanade des droits de l’homme, on sentait la présence de la Vierge , étendant ses bras, ceux de l’amour de Dieu, vers l’humanité souffrante.

  • Fitna

    Geert Wilders avait annoncé que son film Fitna (en arabe : trouble à l’ordre public) serait diffusé avant le 1er avril. C’est fait. Boycotté par les chaînes de télévision néerlandaises, refusé par les hébergeurs d’internet, il a finalement été accepté par le site britannique d’échanges de vidéos LiveLeak. Mis en ligne hier soir (en anglais et en néerlandais), il circule désormais partout et suscite des montagnes de commentaires. Le Premier ministre néerlandais Jan Peter Balkenende s’est empressé de déclarer solennellement : « Le film amalgame islam et violence, nous rejetons cette interprétation. » Il a aussi indiqué que le parquet national enquêtait. Mais Geert Wilders s’est soigneusement employé à ce qu’il n’y ait rien d’illégal dans son film (du moins au regard de la loi néerlandaise). Par exemple, à la fin, une main tourne une page du Coran, puis, sur écran noir, on entend qu’une page est déchirée. Mais alors s’inscrit sur l’écran : « Le son que vous avez entendu était celui d’une page enlevée d’un annuaire téléphonique. Car ce n’est pas à moi, mais aux musulmans eux-mêmes, de retirer les versets de haine du Coran. »

    L’AFP reprend en titre de ses dépêches la dénonciation de Balkenende : « Un député néerlandais met sur le net un film amalgamant terrorisme et islam ».

    Quoi qu’on pense du film, il n’y a aucun amalgame. Geert Wilders illustre des versets du Coran (texte arabe, chant du texte, traduction) par des images qui illustrent la mise en application de ces versets. Ce sont des images choc : attentats, exécutions, mutilations... En procédant ainsi, il montre que le terrorisme islamiste n’est pas une maladie de l’islam, mais découle du Coran lui-même. Il le fait de façon simple, à la limite du simplisme sans doute, mais le message est immédiatement compréhensible par tous. Et ce message est vrai.

    En cela le film est remarquable. On saura gré aussi à Geert Wilders de citer des versets qui ne font pas partie de ceux que l’on cite habituellement. : il élargit ainsi la perspective.

    On pourra regretter qu’il omette les versets sur l’obligation du jihad pour tout musulman. D’autant qu’ils auraient pu être cités de façon pertinente en contrepoint des nombreux et impressionnants extraits de prêches et autres propos sur la conquête du monde par l’islam.

    On peut regretter aussi qu’il insiste si lourdement, dans un film d’un quart d’heure, sur les menaces contre les « gays », car ce n’est vraiment pas l’essentiel. Cela dit, on sait qu’aux Pays-Bas une partie non négligeable du combat contre l’islamisation est menée par les homosexuels. Geert Wilders est donc fondé à ne pas le négliger.

    On ne peut qu’apprécier enfin les derniers mots du film : « En 1945, le nazisme a été vaincu en Europe. En 1989, le communisme a été vaincu en Europe. Maintenant, l’idéologie islamique doit être vaincue. »

  • La lumière de la science s’est levée

    Aujourd'hui est ressuscité d'entre les morts l'Epoux immortel et céleste : à toi la nouvelle joyeuse, ô Epouse, Eglise de la terre! Bénis ton Dieu, ô Sion, avec une voix d'allégresse.

    Aujourd'hui l'ineffable Lumière de lumière a illuminé tes enfants, illumine-toi, Jérusalem ; car le Christ, ta lumière, est ressuscité.

    Aujourd'hui les ténèbres de l'ignorance ont été dissipées par la triple lumière; et la lumière de la science s'est levée, le Christ ressuscitant d'entre les morts.

    Aujourd'hui est notre Pâque, par l'immolation du Christ; nous tous, renouvelés du vieil homme et du péché, faisons fête avec transport ; disons : Le Christ est ressuscité d’entre les morts.

    Aujourd'hui l'Ange descendu du ciel et tout éclatant de splendeur a effrayé les gardes : il a parlé aux saintes femmes, et leur a dit : Le Christ est ressuscité d'entre les morts.

    Aujourd'hui la grande nouvelle a été apportée à Adam le premier créé : Toi qui dors, lève-toi ; le Christ, Dieu de nos pères, vient l'éclairer.

    Aujourd'hui la voix de ses filles qui portent des parfums retentit aux oreilles d’Eve : Nous avons vu ressuscité celui qui est ta résurrection, le Christ Dieu de nos pères.

    Aujourd'hui les Anges descendant du ciel disent aux hommes : Le crucifié est ressuscite, et il vous fait ressusciter avec lui.

    Aujourd'hui, par ta sainte résurrection, ô Christ, tu as changé la Phase des misères d'Israël dans la Pâque qui sauve les âmes.

    Aujourd'hui, en place du sang des agneaux sans raison, tu nous as donné, ô Agneau de Dieu, ton sang qui opère le salut.

    Aujourd'hui, à la place du rachat des premiers-nés, tu as substitué le rachat des captifs, toi qui es le premier-né d'entre les morts, les prémices de la vie à ceux qui dormaient.

    Aujourd'hui les Anges dans les cieux partagent la joie des hommes ; ils descendent des régions célestes, et viennent dire à ce monde: Triomphez maintenant ; le Christ est ressuscité d'entre les morts.

    Aujourd'hui l'Ange qui veille assis sur la pierre, faisait entendre sa voix éclatante aux saintes femmes qui portaient leurs parfums; il leur ordonnait d'aller dire aux disciples : Triomphez maintenant ; le Christ est ressuscité d'entre les morts.

    Aujourd'hui celui qui est la Pierre de la foi et Jean le bien-aimé couraient ensemble au sépulcre du ressuscité ; et racontant ce qu'ils ont vu, ils disent : Le Christ est ressuscité d'entre les morts.

    Aujourd'hui, nous aussi, dans notre allégresse, illuminons-nous des splendeurs d'une telle fête; Dieu est apaisé; donnons-nous le baiser avec amour, et crions ensemble : Le Christ est ressuscité d'entre les morts.

    (Hymne arménienne de Pâques)

  • JO : la position commune selon Kouchner

    Lors de leur prochaine réunion samedi près de Ljubljana, les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne doivent examiner la question du boycott de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques.

    « Ce serait formidable si nous pouvions dégager une position commune », s’exclame Bernard Kouchner, chargé de soumettre un projet de déclaration.

    Kouchner a ajouté qu’il ne fallait pas « offenser les Chinois », mais « avoir de la patience » et « ne pas les braquer ».

    Il s’agit donc d’une « position commune » d’aplatissement devant le communisme chinois.

    Mais, dans le même temps, le Président tchèque Vaclav Klaus, le Premier ministre polonais Donald Tusk, et le Premier ministre estonien Toomas Hendrik Ilves ont fait savoir qu’ils n’iraient pas à Pékin...

  • Le capitaine venu d’ailleurs

    Le Sénat a adopté dans les mêmes termes que l’Assemblée nationale, le projet de loi qui abolit la « réserve de nationalité » concernant les capitaines de navires.

    La Commission européenne avait engagé une procédure contre la France pour l’obliger à s’aligner sur le « droit » européen. La France a été condamnée le 11 mars par la Cour de Justice des communautés européennes.

    Le texte était déjà passé en première lecture au Sénat le 18 septembre 2007, puis à l’Assemblée nationale le 30 janvier dernier. Jean-Marie Le Pen avait alors dénoncé « la dictature européenne en acte », soulignant que le sous-ministre Bussereau s’excusait d’avoir à faire voter ce texte contraire aux traditions maritimes, contraint et forcé par Bruxelles...

  • Ce soir, 19h, au Trocadéro

    La manifestation organisée ce jour à 19 h au Trocadéro par Chrétienté-Solidarité n’est pas tributaire de l’actualité. Elle n’a pas été décidée à la suite des nouveaux événements au Tibet. Elle était programmée bien avant ces événements, dans le cadre de la campagne de Chrétienté-Solidarité de contestation des Jeux Olympiques de Pékin. Cette campagne avait été elle-même lancée début novembre 2007.

    A l’inverse des politiciens qui, obéissant à l’émotion médiatique, se mettent tout-à-coup à envisager un boycott des JO, ou plus exactement de la cérémonie d’ouverture, Chrétienté-Solidarité entend réaffirmer sa contestation radicale du communisme chinois esclavagiste, dont le génocide du Tibet est un élément qui n’est en rien nouveau. Nous pensons aussi aux détenus du Laogaï, nous pensons aux millions d’ouvriers misérables qui n’ont aucun droit, nous pensons à l’atroce conjonction du libéralisme absolu et de la plus implacable dictature communiste, nous pensons à l’absence de toute liberté, et particulièrement de la liberté religieuse. Nous pensons aux catholiques persécutés. Notre manifestation est aussi une chaîne de prière avec les chrétiens chinois, en union avec le chemin de croix du pape, dont les méditations furent écrites cette année par l’archevêque de Hong-Kong, qui disait : « Le Saint-Père veut que nos frères et sœurs soient présents spirituellement au Colisée parce que, probablement, plus que nous, ils perpétuent aujourd'hui dans leur corps la Passion de Jésus. Dans leur chair, Il est arrêté, maltraité, moqué, condamné et crucifié, aujourd'hui. »