Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • National Hebdo N° 1241

    « Régularisation des clandestins : patrons, gauchistes, même combat ! »

    Ce titre renvoie aux articles d’Alexandre Martin et Béatrice Pereire.

    Mais ce numéro, c’est aussi « NH en deuil », après la mort de Jean-Claude Varanne.

    A noter d'autre part dans ce numéro, une grande interview de Jean-Claude Martinez sur la crise alimentaire mondiale, et un article sur le projet Galileo, particulièrement suivi au Parlement européen par Lydia Schénardi.

  • Ça le change des habitudes

    Jean-Marie Le Pen était ce matin l’invité de France Inter. A propos de ce qui préoccupe la classe politico-médiatique quant au voyage de Nicolas Sarkozy en Tunisie, à savoir les « droits de l’homme » (et non l’immigration programmée), il a répondu :

    « Quand on se veut le représentant de commerce d’une industrie qui en a bien besoin, on doit quelquefois manger son chapeau… Et s’il fallait ne serrer la main qu’aux démocrates dans le monde, on n’aurait pas souvent l’occasion de sortir sa main de sa poche. Alors le président essaie de faire contre mauvaise fortune bon cœur.  Il visite un pays étranger et ne se croit pas obligé de donner des leçons au reste du monde. Ça le change des habitudes… »

  • Les commissaires politiques de l’ENS

    Télérama publie une « pétition de l’Ecole normale supérieure » contre un de ses professeurs, accusé de manquements au politiquement correct. En fait il s’agit d’une pétition signée par 17 professeurs (sur plusieurs dizaines).

    L’accusé est Sylvain Gouguenheim, professeur d’histoire médiévale, qui vient de faire paraître un ouvrage, Aristote au Mont Saint-Michel. Les racines grecques de l'Europe chrétienne, « qui entreprend de réviser l’idée d’une participation du monde islamique à l’élaboration des savoirs en Europe à l’époque médiévale ».

    Le livre de ce dangereux révisionniste suscite la polémique. A juste titre, semble-t-il, du moins jusqu'à un certain point Mais les professeurs commissaires politiques de l’ENS ne veulent pas en rester au stade du débat académique. Car ce livre « contient un certain nombre de jugements de valeur et de prises de position idéologiques à propos de l’islam », et il « sert actuellement d’argumentaire à des groupes xénophobes et islamophobes qui s’expriment ouvertement sur internet » (quel scandale, dans une démocratie comme la nôtre). En outre, « des passages entiers de son livre ont été publiés sur ces blogs, au mot près, plusieurs mois avant sa parution », et « on trouve également sur internet des déclarations qui posent question, signées «Sylvain Gouguenheim» (commentaire sur le site Amazon, 16 avril 2002) ou «Sylvain G.» (site Occidentalis, 8 novembre 2006) ». (quel scandale, bis, qu’un professeur de notre vénérable institution ose se compromettre avec des islamophobes...)

    En conséquence, les signataires affirment « solennellement que les prises de position idéologiques de Sylvain Gouguenheim n’engagent en rien les membres de son Ecole », réaffirment avec force leur « attachement à la nécessaire distinction entre recherche scientifique et passions idéologiques », demandent « une enquête informatique approfondie sur les points évoqués plus haut », et demandent que « toutes les mesures nécessaires soient prises afin de préserver la sérénité pédagogique et la réputation scientifique de l’ENS »...

    Beaucoup de baratin pour pas grand-chose. Il suffit de virer l’importun et de le mettre au pilori avec une pancarte « islamophobe » au cou. Au nom de la liberté d'expression et de la recherche historique.

  • Les clandestins de Nanterre

    Plusieurs dizaines de clandestins occupent depuis lundi soir l’église Saint-Paul de Nanterre. « Nous voulons la régularisation des 62 personnes qui participent pour le moment au mouvement », déclare leur porte-parole Boussad Seghir (mais ils étaient moins de 40 au moment où il disait cela).

    Ces Maghrébins se sont installés dans l’église parce que, sans doute, il n’y avait pas de place dans les mosquées de la région.

    Le premier adjoint de la mairie communiste de Nanterre est venu apporter le soutien de la municipalité.

    Les communistes soutiennent des clandestins musulmans qui occupent une église. C’est dans la ligne.

  • Pathétique

    Le commissaire européen au Commerce, Peter Mandelson, affirme avec des trémolos dans la voix que l’Union européenne ne sacrifiera pas les paysans irlandais sur l’autel de l’OMC : « Il n’est pas question d’abandonner l’Europe ou les fermiers irlandais au cours de ces négociations... La Commission européenne comprend les inquiétudes de l’Irlande et partage son insistance pour obtenir une solution équilibrée dans les négociations de Doha. »

    S’il vous plaît, votez oui, on vous le demande à genoux...

  • Hypocrite

    L’Union européenne a signé avec la Serbie un accord de stabilisation et d’association. Mais il ne sera pas appliqué tant qu’il n’y aura pas une « pleine coopération » de Belgrade avec le TPI.

    En réalité, il s’agit de faire pression sur les électeurs serbes, à l’approche des législatives du 11 mai. Le président Tadic, qui est allé lui-même signer l’accord à Bruxelles, avait réclamé ouvertement cette signature pour renforcer les chances du « camp pro-européen ».

    Il s’agit du même accord qui avait été proposé aux Serbes entre les deux tours de la présidentielle de janvier dernier...

    Le Premier ministre Vojislav Kostunica a jugé la signature « anticonstitutionnelle, contre l’Etat et illégale », et a promis que le gouvernement issu des prochaines élections l’annulerait immédiatement.

  • Christine Boutin et la pauvreté

    Selon le rapport de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale (Onpes) rendu public hier, la pauvreté reste stable en France mais le nombre de travailleurs pauvres augmente. Un curieux rapport qui donne des chiffres de 2005 ou de 2006 selon les cas...

     Ainsi en 2005, environ 1,7 million de personnes (7% des travailleurs) avaient un emploi mais leur revenu était inférieur au seuil de pauvreté (817 euros par mois).

    Les travailleurs pauvres ont reçu en moyenne 775 euros par mois au titre de leur activité, alors que 78% d’entre eux occupent un emploi toute l’année (dont 21% à temps partiel). Le nombre d’allocataires des minima sociaux s’est stabilisé à 3,5 millions de personnes en 2006, mais cette stabilisation ne doit pas cacher une aggravation de la situation financière des plus pauvres, notamment chez les personnes âgées isolées, les famille monoparentales et les jeunes en recherche d’emploi.

    De ce fait, l’écart entre le niveau de vie médian des ménages pauvres et le seuil de pauvreté s’accroît depuis 2002, ce qui signifie que la pauvreté est « plus profonde », comme dit le rapport : les travailleurs les plus pauvres sont de plus en plus pauvres.

    « La baisse du chômage ne s’accompagne pas en même temps de la baisse de la pauvreté », commente Christine Boutin. Il faudrait déjà qu’il y ait une baisse du chômage, autrement que dans les statistiques bidonnées. Et de toute façon le phénomène des « travailleurs pauvres » n’a rien à voir, en soi, avec le chômage.

    Mais Christine Boutin va réagir. Comment ? Eh bien, pardi, en en faisant un sujet... européen...

    En juillet, annonce-t-elle, la lutte contre la pauvreté sera le thème de la réunion des ministres qui suivra immédiatement la Table ronde marquant le début de la présidence française...

    Et elle insiste : « C’est la première fois que cette question sera portée au niveau ministériel. Il s’agira de poursuivre à l’échelle de l’Union européenne un objectif chiffré de réduction de la pauvreté. »

    Si vous ne savez ou ne pouvez rien faire, transportez le problème au niveau européen. Comme le dit toujours Jean-Marie Le Pen, et c’est ici particulièrement adéquat, une addition de faiblesses ne fait jamais une force. Donc il ne se passera rien. Mais on en aura officiellement parlé dans un sommet européen, on aura pondu des discours et des « objectifs ». Et cela permettra de dire une fois de plus : ce n’est pas de notre faute, c’est la faute de l’Europe.

    Voilà pourquoi il faut des traités qui donnent toujours plus de prérogatives aux instances européennes...

  • Pourquoi la famille

    Mgr Giampaolo Crepaldi, secrétaire du Conseil pontifical Justice et paix, a écrit un très beau texte sur la famille, sur le site de l’Observatoire international Cardinal Van Thuan (consacré à la doctrine sociale), dont il est le président.

    « Nombreux sont ceux qui ne comprennent pas les raisons pour lesquelles l'Eglise insiste tant sur l’importance de la famille pour la société et réaffirme sans cesse la valeur sociale inaliénable du mariage, comme Benoît XVI vient de le faire à New York. On pense que l'Eglise le fait exclusivement pour des raisons liées à la foi. Oui, l’importance de la foi en la parole de Dieu est assurément fondamentale pour l’Eglise. Mais l'importance du mariage pour la société, donc aussi la valeur politique de la famille, se fondent sur la raison. A l'origine de la société, en fait, il ne peut pas y avoir seulement deux individus, sans distinction de genre, mais un couple, un homme et une femme, une communauté de deux individus qui, mutuellement complémentaires et ouverts à la vie naissante, génèrent la communauté. En bref, une communauté issue d’une communauté. Si cette communauté n'existe pas au départ il n'y en aura jamais. Si au début il n'y a que deux individus, au lieu d'un homme et d'une femme qui décident de se donner et de partager leur existence en s'ouvrant à la vie des autres, la société ne sera toujours et seulement qu'une somme d'individus, jamais une communauté. Telles sont les raisons pour lesquelles la société ne peut que s’effondrer si elle ne soutient pas et ne développe pas la réceptivité à la vie, si elle n’adopte pas et ne développe pas la famille comme communauté originelle, comme la première communauté qui fonde toutes les autres. La vie elle-même, en tant que don reçu et non produit, et la famille, en tant que couple uni non par simple désir mais par vocation, insufflent dans la société le don d'être ensemble, et d’être ensemble comme un don, et non pas simplement comme l’expression du désir ou de la possession. En accueillant la vie qui frappe aux portes de l'existence, comme autre chose qu’une activité chimique de laboratoire, la société apprend à recevoir  et pas seulement à fabriquer,  elle apprend comment on se met au service d’un projet qu’elle n’a pas produit d’elle-même et qui n’est pas le résultat de notre soif de réalisations. En acceptant de se fonder sur la sexualité, sur la différence et la complémentarité de genre, la société épouse la notion de réciprocité et de don. C’est là que se trouve le lien profond entre la sexualité et la société. Considérée dans ses implications personnelles et son ouverture à la vie, la sexualité est l’origine même de la société. La sexualité est la rencontre de communion ouverte à la vie entre deux personnes, qui s’intègrent l’une à l’autre dans l’acceptation d’une vocation et d’un bien commun qui transcendent les deux individus pris séparément. »

  • Prière pour les vivants et les morts

    Omnipotens sempiterne Deus, qui vivorum dominaris simul et mortuorum, omniumque misereris, quos tuos fide et opere futuros esse prænoscis; te supplices exoramus; ut pro quibus effundere preces decrevimus, quosque vel præsens sæculum adhuc in carne retinet, vel futurum jam exutos corpore suscepit, intercedentibus omnibus sanctis tuis, pietatis tuæ clementia, omnium delictorum suorum veniam consequantur. Per Dominum nostrum Jesum Christum…

    Dieu tout puissant et éternel, qui êtes le maître absolu des vivants et des morts, et faites miséricorde à tous ceux que vous prévoyez devoir être de vos serviteurs par leur foi et par leurs œuvres, nous vous supplions humblement que ceux pour qui nous nous sommes proposé de vous offrir des prières, soit que ce monde les retienne encore dans leur chair mortelle, soit qu’ils soient déjà passés dans l’autre après avoir quitté la dépouille de leurs corps, obtiennent de votre clémence, par l’intercession de tous vos saints, le pardon de tous leurs péchés. Nous vous en conjurons par notre Seigneur Jésus-Christ, votre fils, qui, véritable Dieu comme vous, vit et règne avec vous en l’unité du Saint-Esprit, par tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

    (Dernière oraison des Litanies, traduction Pierre Corneille)

  • Sauvagerie au collège de Lyon

    Communiqué de Bernard Antony, président de l’AGRIF

    Après bien d’autres crimes et profanations de cimetières, le geste du collégien de Lyon, présenté comme « gothique » et fou de haine de Dieu, poignardant trois élèves, met encore en évidence le phénomène de la propagation inquiétante du néo-satanisme.

    Comment ne pas constater que l’augmentation du nombre de ces actes déments va avec la propagation de la culture de mort de plus en plus développée par les expositions, publications et spectacles de ce que l’on appelle « l’art contemporain » ?

    Ainsi de Bordeaux à Nancy des pseudos artistes exposent les pires excrétions de leurs imaginations de psychopathes. Dans leurs œuvres de décréation dégouline une haine antichrétienne analogue à celle qui prépara et accompagna les grandes abominations révolutionnaires.

    Ces manifestations sont financées à prix d’or par les collectivités publiques et par de vaniteux milliardaires soucieux d’être considérés comme des amateurs d’art éclairés.

    Mais comment ne pas penser que les « œuvres » les plus sadiques n’impressionneraient pas  des cerveaux fragiles et ne détermineraient pas des pulsions de mort et des passages à l’acte dramatiques ?

    Encore une fois, en exposant comme on le voit à Nancy et ailleurs toutes les transgressions et les pires crimes dont l’homme dénaturé est capable, ce n’est pas seulement aux valeurs chrétiennes que l’on s’en prend, mais véritablement, à la vie et à l’essence même de ce qu’est l’humanité.

    *

    Dernier événement en date : « l’art contemporain » étant n’importe quoi, on peut ranger aussi sous sa rubrique l’entartage. Voici ce que vient de déclarer dans le journal Le Soir du lundi 28 avril l’entarteur belge Noël Godin qui semble aspirer à voir désormais plutôt couler le sang que la Chantilly  : « Je me sens extrêmement proche des anarchistes de la guerre d’Espagne, qui brûlaient les églises et les couvents ».  

    On attend avec intérêt de savoir quelles poursuites déclenchera contre ce furieux la justice belge. Rappelons ici que plus de sept mille religieuses, religieux, prêtres et évêques furent assassinés souvent avec les pires sévices dans ces édifices.

    (Belgique et Chrétienté demande d’imaginer ce que seraient les réactions si à la place d’églises Godin avait dit synagogues ou mosquées...)

  • « Trahi »...

    Le député-maire de Dreux, Gérard Hamel, dit qu’il se sent « trahi » par Nicolas Sarkozy et Michèle Alliot-Marie, après l’annonce de la tenue début mai d’un teknival sur la base militaire de l’OTAN de Crucey-Villages.

    Car en 2005, quelques jours après le premier teknival qui s’était déroulé sur cette base, Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur, lui avait « promis » qu’il n’y en aurait plus à cet endroit. Et son message lui avait été « relayé par Michèle Alliot-Marie », alors ministre de la Défense.

    Curieusement, c’est un autre mot que « trahi » qui me viendrait à l’esprit... Mais ne soyons pas homophobes...

  • Lesbienne : habitante de Lesbos

    737907431.jpgDeux « Lesbiennes », c’est-à-dire deux habitantes de l’île grecque de Lesbos, et un « Lesbien », Dimitris Lambrou, rédacteur en chef du magazine historique nationaliste Davlos, demandent à la justice d’interdire à l’Union grecque des homosexuels et lesbiennes de continuer à porter ce nom.

    Les 250.000 authentiques Lesbiens et Lesbiennes sont victimes d’un « viol psychique et moral » du fait de la « confiscation » du mot par les homosexuelles, souligne Dimitris Lambrou.

    Le mot lesbienne est utilisé dans toutes les langues depuis quelques décennies pour désigner les homosexuelles, en référence à Sappho, la célèbre poétesse de Lesbos du VIIe siècle avant Jésus-Christ. Car, plusieurs siècles après sa mort, on a dit qu’elle avait eu des relations sexuelles avec ses étudiantes. Mais, souligne Dimitris Lambrou, de récentes recherches ont démenti ces allégations : Sappho avait une famille, et s’est suicidée par amour pour un autre homme.

    Le procès doit se tenir  le 10 juin à Athènes.

    (En titre du magazine Davlos: "Requête lesbienne (= de Lesbos) contre "lesbienne" (= homosexuelle)".)

  • Masseret et « l’Infamille »

    Lors de la dernière réunion de la commission permanente du conseil régional de Lorraine, vendredi dernier, Françoise Grolet a interpellé le président du conseil régional, Jean-Pierre Masseret, sur l’ignominieuse exposition du FRAC Lorraine « L’Infamille », notamment les « œuvres » d’Eric Pougeau.

    Jean Pierre Masseret lui a répondu :

    – En tant que nouveau président du FRAC, j’ai assisté à l’inauguration de cette exposition ainsi que le directeur de la DRAC [Direction régionale des affaires culturelles, le représentant du ministère de la culture en région]. L’artiste, enfin si l’on peut dire, était même présent. Je me suis absenté pour téléphoner pendant qu’on visitait la salle et quand je suis arrivé tout seul devant ce mur, j’ai eu un choc. Oui j’ai été choqué. J’ai pensé que cela dépasse les limites de la provocation habituelle dans cette structure. Si j’avais été au courant avant, je me serais posé la question de ne pas mettre ces œuvres... mais évidemment c’est de la censure...

    Françoise Grolet a repris la parole pour dire à Masseret que le préfet avait répondu à sa demande en faisant apposer des panneaux prévenant que certaines œuvres étaient de nature à choquer. Et d’ajouter : « Mais vous, Président, avez une responsabilité supérieure, puisque le FRAC appartient à la Région , principal financeur. »

    Il a répondu qu’il s’entretiendrait avec la directrice du FRAC pour éviter désormais des problèmes similaires.

    Cet échange s’est déroulé dans un silence de mort : les élus des autres groupes étaient consternés des propos de Masseret et de sa compréhension pour les idées d’une élue du FN…

  • Rachida Dati préside les fêtes de Jeanne d’Arc...

    Serge Grouard, député maire UMP d'Orléans, avait invité Nicolas Sarkozy pour présider les fêtes de Jeanne d’Arc à Orléans, le 8 mai. Le président de la République a fait dire qu’il était indisponible, et qu’il se fera représenter par Rachida Dati.

    Une musulmane pour représenter les pouvoirs publics lors de la fête de la sainte de la patrie...

    (Le politiquement correct s’évertue à nous expliquer que Rachida Dati n’est pas musulmane, en s’appuyant notamment... sur les sites islamistes qui la renient. Rappelons que le 1er octobre dernier, lorsque Nicolas Sarkozy, ès qualités de président de la République française, est allé rompre le jeûne du ramadan à la mosquée de Paris, il était accompagné des ses ministres musulmanes, Rachida Dati et Fadela Amara, venues ès qualités, et qu’il avait souligné : « Même au gouvernement, certains s’obligent à ce jeûne. »)

  • Découverte de 31 navires byzantins

    Une équipe d’archéologues turcs a exhumé sur le site de l ‘Eleutherion, port fondé au IVe siècle à Constantinople par l’empereur byzantin Théodose 1er, 31 navires de toutes sortes, civils et militaires, ce qui constitue la plus vaste flottille médiévale jamais mise au jour.

    « Jamais on n’avait exhumé autant de navires des VIe, VIIe, IXe, Xe et XIe siècles, déclare l’un des archéologues. Ils remplissent un grand trou dans la connaissance que nous avons de la technologie navale à l’époque byzantine. »

    Ils apportent également des renseignements sur les routes maritimes : « Les navires venaient de tous les coins de l’empire. Nous avons retrouvé des objets provenant d’Egypte, de Chypre, de Crimée, de Russie, de Roumanie, de Bulgarie... »

    Pendant plusieurs siècles, l’Eleutherion accueillait surtout le blé et l’orge en provenance d’Egypte. Après les conquêtes arabes qui leur ont fait perdre notamment l’Egypte, les Byzantins ont surtout fait commerce avec les « Russes » au fur et à mesure de leur conversion.

    Outre les navires, les chercheurs ont mis au jour d’importants vestiges du port : les fondations d’un phare, une jetée, les bases d’une église et quelques mètres de la muraille de Constantin, jusqu’ici connue seulement par les textes.

    Quant au naufrage de dizaines de navires à quai, et ensuite abandonnés, cela reste un mystère...

  • Chantal Delsol dans le texte

    Je n’ai jamais compris pourquoi certains de mes amis apprécient Chantal Delsol. Je leur dédie son article du Figaro, où elle défend la Chine , qui n’a rien à voir avec le communisme (sic*), et, au passage et pour faire bonne mesure, le Coran, car il faut respecter tout ce qui n’est pas occidental... Extrait de ce texte ahurissant :

    «  La Chine est un monde culturel, fondé sur des convictions morales souvent bien proches des nôtres, et sur des sagesses qui, si elles ne ressemblent pas à nos religions, proposent des réponses aux douloureuses questions de la vie et du tragique de la vie. Elle entretient un humanisme de respect, comme d'ailleurs toutes les cultures. Si les expressions de sa politique nous apparaissent cruelles, c'est que son anthropologie diffère de la nôtre. De même que le Coran exprime un humanisme bien réel, fondé sur une anthropologie où les femmes sont vues comme d'éternels enfants, qu'il faut protéger de leur faiblesse plutôt qu'ancrer dans leur autonomie, dont on ne les estime pas capables. »

    * « La République populaire de Chine est un État socialiste de dictature démocratique populaire, dirigé par la classe ouvrière », stipule la Constitution.

    (Merci au Salon Beige)

  • Inconnu au fichier...

    Depuis 1998 nous avons un superbe Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG), créé pour les infractions sexuelles, et élargi en 2003 à d’autres infractions.

    Bruno Cholet, le meurtrier présumé de l’étudiante suédoise, a déjà été condamné pour viols. Il avait fait l’objet d’un prélèvement d’ADN en 2005. Or il ne figure pas dans le fichier.

    « Il y a sans doute un dysfonctionnement », a remarqué, perspicace, Michèle Alliot-Marie, qui a demandé une enquête...

  • Le « moral des ménages » : nouveau record de sinistrose

    L’indice du moral des ménages calculé par l’INSEE est encore descendu d’un point en avril, creusant une nouvelle fois son plus bas niveau de l’histoire. Il est désormais à –37.

    Les perspectives d’évolution du niveau de vie passent de –40 à –43.

  • Le président autrichien remue le couteau dans la plaie

    Le président autrichien Heinz Fischer a ratifié hier le traité de Lisbonne. Il a souligné que ce traité est « pratiquement identique » à celui que les Français et les Néerlandais avaient rejeté et que l’Autriche avait ratifié « sans problème » en 2005.

    Difficile de souligner plus méchamment que les Français se sont fait avoir, pour rester poli.

  • L’immigration « choisie » tunisienne

    Communiqué de Jean-Marie Le Pen

    Nicolas Sarkozy a signé avec le gouvernement tunisien un accord d’« immigration choisie », sur le modèle de celui qui avait été signé avec le Sénégal en février dernier.

    La France « choisit » ainsi de faire venir des milliers de travailleurs tunisiens pour occuper des postes dans 77 métiers. Cela après les 108 métiers ouverts à l’immigration sénégalaise.

    Autrement dit, on régularise les immigrés avant qu’ils viennent. Cela simplifiera certes la tâche des préfets. Mais au fur et à mesure de ces accords (car il va y en avoir d’autres), les emplois français vont être pris par des étrangers peu regardants sur les salaires et les conditions de travail.

    Il se confirme que le véritable titre de M. Hortefeux est ministre de l’immigration pour la destruction de l’identité française.