Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

médias - Page 8

  • Tout sauf l’homme blanc

    Le comédien Jon Holmes, qui participait à une émission vedette de la Radio de la BBC depuis 18 ans, a été licencié parce qu’il est homme et blanc. Du coup, « les personnalités du monde du spectacle et de tout le spectre politique ont réagi avec fureur contre la politique mise en œuvre par la BBC, selon laquelle le choix des artistes se fait désormais en fonction de leur sexe ou de leur couleur de peau, au lieu de leur talent ».

    Cela fait des mois que la BBC proclame qu’elle a décidé d’embaucher tout sauf des hommes blancs. Depuis le mois de mai elle réserve ses stages de haut niveau à des « diversités ». Et pas seulement selon le sexe et la couleur de peau. Elle a aussi décidé que 10% des animateurs devaient être LGBT (ils n’étaient « que » 4,5% au début de l’année).

    Il a fallu qu’un animateur vedette se fasse licencier pour que le monde du spectacle et de la politique réagisse… Gageons que ce monde va très vite se rendormir, puisque la BBC ne fait que mettre en œuvre l’idéologie aujourd’hui régnante.

  • La fondation Lejeune se rebiffe

    Libération a monté un coup minable contre le Manuel bioéthique des jeunes, de la Fondation Jérôme Lejeune. Livret bien connu depuis longtemps, mais il fallait trouver quelque chose pour célébrer la « Journée mondiale pour le droit à l’avortement ». On raconte donc que deux élèves de première, d’un lycée catholique, découvrent ce livret sur un présentoir, dans les locaux administratifs. Elles sont « sidérées », et montrent ça à leurs copains, qui sont tous « choqués ».

    Qu’un ouvrage de bioéthique dans un lycée catholique soit contre l’avortement, c’est effectivement impensable…

    Naturellement, le Planning familial, puis Laurence Rossignol, ont sauté sur l’occasion, la première accusant la Fondation Jérôme Lejeune de publier des « contre-vérités scientifiques », la seconde dénonçant un « document de propagande ».

    La Fondation Jérôme Lejeune a décidé de porter plainte pour diffamation.

    Jean-Marie Le Méné rappelle que ce livret a été publié à 500.000 exemplaires et qu’il n’a jamais été contesté.

  • Nouveaux Européens…

    CtHZC24W8AAhd69.jpg

    Telle est la une du dernier numéro de la revue National Geographic. Avec le titre : « Le nouveaux Européens ». Sur le site de National Geographic, c’est un déluge de photos de ce genre, qui montrent « comment la dernière grande migration est en train de remodeler l’Europe ». C’est une célébration du génocide européen.

    Fausse note quand même: sur le site, les photos sont animées, et l’on entend le patriarche de la famille syrienne montrée en une dire qu’il a été bien reçu en Europe mais qu’il veut repartir chez lui…

  • Quand Najat se plante

    Mme Belkacem, du haut de sa fierté ministérielle, a voulu faire méchamment la leçon à Nicolas Sarkozy, et elle s’est méchamment vautrée :

    La ministre de l'Éducation que je suis connaît PARFAITEMENT les premières phrases de ce livre, Tour de France par deux enfants, d'Ernest Lavisse, sous la IIIe République : « Autrefois, notre pays s'appelait la Gaule et les habitants les Gaulois. »

    Pas de bol. La phrase en question n’est pas du tout la première phrase (ni une autre) du Tour de France par deux enfants, livre qui n’est pas du tout de Lavisse, mais de « G. Bruno », pseudonyme d’Augustine Fouillée. La phrase citée est bien de Lavisse, mais dans son manuel de cours élémentaire. On ne peut pas confondre les deux : le Tour de France est aussi bienveillant envers la religion que Lavisse est laïque.

    En outre, sa tirade chaotique à valeur de « cours d’histoire » façon raton laveur est à côté de la plaque :

    Faut-il faire un cours d'histoire à Monsieur Sarkozy qui visiblement en a bien besoin ? Oui, il y a parmi nos ancêtres des Gaulois, mais aussi des Normands, des Celtes, des Burgondes… Les Niçois nous ont rejoints, les Corses, les Franc-Comtois, la Guadeloupe, la Martinique et puis après aussi des Arabes, des Italiens, des Espagnols…C’est ça la France. Stop aux discours étriqués qui ne nous mènent nulle part. Stop au repli sur soi.

    Or Sarkozy avait fait sa sortie sur les Gaulois précisément en soulignant que nombre de Français venaient d’ailleurs, et loin du « repli sur soi » il soulignait que c’était son cas :

    Mon père est hongrois, on ne m’a pas appris l’histoire de la Hongrie. Mon grand-père maternel est grec, on ne m’a pas appris l’histoire de la Grèce. Au moment où je suis français, j’aime la France, j’apprends l’histoire de France, je parle le français et mes ancêtres sont les ancêtres de la France. C’est ça l’assimilation.

    Ce qui est spectaculaire, dans cette anecdote, c’est qu’elle ne fait pas le « buzz » sur les réseaux sociaux. Le ministre de l’Education nationale se plante sur un sujet qui est directement de sa compétence, elle se ridiculise face à un ancien président de la République en campagne, et ça fait flop, alors qu’on attendrait un énorme fou rire de la twittosphère et autres Facebook.

    Cela montre à quel point quand on s’appelle Belkacem, ministre femme originaire du Maghreb et toujours de nationalité marocaine (j’allais écrire musulmane), on est protégé par les médias et par les préjugés de la pensée unique. C’est véritablement impressionnant.

  • Désinformation

    Titre du Figaro :

    Mexico manifeste pour les droits homosexuels

    Vous avez bien lu. Mexico, la population de Mexico, manifeste pour les « droits » des invertis. Mexico, c’est près de 9 millions d’habitants. On imagine donc une manifestation monstre. Et si l’on ne lit que le titre, ce qui arrive le plus souvent quand on veut être au courant de l’actualité sans aller voir plus loin, on retiendra que des foules mexicaines ont manifesté pour les « droits » en question.

    Or le texte (de l'AFP) commence ainsi :

    Plusieurs centaines de personnes ont manifesté, hier à Mexico, pour exprimer leur soutien aux droits des homosexuels, au lendemain de marches organisées dans tout le Mexique contre la légalisation du mariage gay souhaitée par le président Enrique Pena Nieto.

    Mexico : plusieurs centaines...

    Les marches de la veille, elles ont eu lieu dans 125 villes, et elles ont réuni plus de 1,5 million de personnes. L’AFP disait :

    Des milliers (sic) de fidèles, catholiques et protestants, ont manifesté dans plusieurs villes du Mexique pour signifier leur opposition à législation traitant du mariage homosexuel, que président Enrique Pena Nieto veut mettre en place.

    Sur cette photo, on ne voit pas Mexico qui manifeste pour les droits homosexuels, ni même des milliers de fidèles, mais un million d’habitants de Mexico qui manifestent à l'appel du Front national pour la Famille.

    Messico_marcia-famiglia.jpg

  • Journal de référence…

    Pour beaucoup, surtout à gauche, le New York Times est un journal de référence. Et ses journalistes en sont bien conscients. Ils peuvent donc se permettre de faire la leçon et se payer la tête des nuls. Ainsi dans le New York Times Alan Rappeport a-t-il méchamment brocardé Gary Johnson, le troisième candidat à la présidentielle américaine, qui à la question « Si vous étiez élu président, que feriez-vous pour Alep ? » a répondu : « Qu’est-ce que c’est, Alep ? »

    Or, pour souligner à quel point Gary Johnson est ignare, Alan Rappeport du New York Times rappelle que Alep est « de facto la capitale de l’Etat islamique ».

    Le Rappeport qui sait tout ne sait donc pas que la capitale de l’Etat islamique est Raqqa.

    Quelqu’un le lui ayant fait remarquer, il a corrigé : « un bastion de l’Etat islamique ».

    Encore raté.

    Nouvelle correction : « une ville de Syrie déchirée par la guerre ».

    Oui. Mais dans une note après l’article pour reconnaître son erreur, Rappeport avait qualifié Alep de « capitale de la Syrie ». Nouveau rectificatif : « C’est Damas. »

    On se demande lequel est le plus ridicule, de Gary Johnson qui n’avait pas compris qu’on lui parlait de la Syrie et croyait qu’on lui parlait d’un mystérieux acronyme, ou du journaliste Je-sais-tout qui s’emmêle les pinceaux en étalant son inculture…

  • Le berger à la bergère

    2016-08-14_173733_ill1_IMG_0916.jpg

    Robert Ménard, le maire de Béziers – et ancien secrétaire général de Reporters sans frontières – a fait placarder dans sa ville une affiche rappelant que Midi Libre, le seul quotidien régional, qui mène une campagne permanente contre sa municipalité, appartient au ministre Baylet, qui tient « tous les jours l’info en laisse ». L’affiche n’a pas plu à Baylet, comme on s’en doute, et il a fait signer par les journalistes de son quotidien un communiqué intitulé « Ménard calomnie la rédaction de Midi Libre ». Communiqué soulignant donc à quel point, si l’info est en laisse, ce sont les journalistes qui ont la marque du collier.

    La municipalité de Béziers a réagi, en soulignant que si cela se passait plus au sud, « un baron politique local propriétaire de l’unique quotidien tout en étant ministre à la capitale – on parlerait de république bananière ».

    La municipalité rappelle qu’au lendemain de l’attentat de Nice, Midi Libre, rendant compte de la manifestation devant l’Hôtel de Ville, n’a pas dit un mot du discours du maire, ni même mentionné sa présence, alors qu’on donnait la parole aux opposants. Qu’en juin, la ville avait perdu un procès contre une association d’aide aux clandestins et que cela avait fait la une de Midi Libre, mais qu’en juillet, quand la ville a gagné le second procès, il n’y a pas eu un seul mot dans le journal. Pas un mot non plus sur la messe de la feria, qui a rassemblé quelque 4.000 personnes.

    La municipalité signale aussi que sa campagne d’affiches a coûté 190 €, tandis que le groupe de presse de Baylet reçoit chaque année près de 2 millions de subventions de l’Etat, subventions votées par… Baylet quand il est député ou sénateur.

  • Les désirs totalitaires de BHL sont des ordres

    Dans un tweet, Bernard-Henri Lévy a demandé aux organes d’information de ne plus informer quand il s’agit de jihadistes. Il demande une censure totale :

    Ce qui est ahurissant – ou ne l’est pas, en fait, vu l’état des médias – est que deux d’entre eux ont immédiatement obtempéré : Le Monde (évidemment) et BFM, qui devient donc une chaîne d’information en discontinu. Europe 1 a suivi. Le Figaro a dit non. Dans d'autres rédactions on réfléchit à la question...

    Vérification faite, BFM n’obéit qu’à moitié : il n’y a plus de photos, mais on continue à donner les noms.

    Addendum

    Deux députés, Marine Brenier (LR) et Meyer Habib (UDI) ont même déposé une proposition de loi visant à interdire, carrément, la diffusion des photographies et de l’identité des terroristes sur internet et dans les médias.

  • Zombies

    Depuis lundi 27, iTélé en grève ne donne plus aucune information d’actualité, en dehors du bandeau en bas de l’écran, actualisé par des stagiaires.

    Or, alors que ce que l’on voit sur iTélé est ce que l’on y a déjà vu plusieurs fois, et que la chaîne dédiée à l’information continue ne donne plus la d'informations, sa part d’audience reste identique…

  • Il n’a pas honte...

    On sait que Jean Quatremer est un extrémiste de l’européisme, et que ces gens-là sont prêts à tout. Mais je ne pensais pas que ce « tout » impliquait qu’ils étaient même prêts à se déshonorer. C’est pourtant le cas. Jean Quatremer ose publier le dessin ci-dessous (qui est laid, en plus), et commenter qu’il « résume parfaitement (sic) l’état du débat britannique ».

    7aafc7b2e9b5ec72685eda48b10342ac.jpg

    Cela a été défini depuis longtemps comme la « reductio ad Hitilerum », qui vise précisément à éviter le débat en diabolisant l’adversaire. Et ici c’est à un premier degré caricatural.