Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Vendredi des quatre temps de carême

    « L’Introït tire du psaume 24 de graves accents de pénitence : “Regarde vers ma misère et ma souffrance, pardonne tous mes péchés.” Nous entendons le malade (que nous sommes) crier vers le Seigneur », dit dom Pius Parsch.

    C’est en effet une pièce immédiatement expressive. D’abord je suis tout entortillé dans mes « nécessités », mes peines, mes angoisses, ma détresse, les forces qui pèsent contre moi et me torturent, et je ne sais pas comment m’en sortir, alors je crie : Arrache-moi, Seigneur, et la mélodie repart d’en haut, du do au-delà de la gamme (qui dans ce mode 4 n’est atteint que pour une raison particulière), puis fait sa révérence sur Domine, avant de demander humblement à Dieu de voir à quel point je suis dans la misère, puis, de façon plus ferme, de me remettre mes péchés, dont la liste est longue (vocalise qui enfle puis descend, sur omnia).

    Voici cet introït par les moines de Ligugé. Aujourd’hui on le trouve dans une compilation de « chefs-d’œuvre grégoriens ». A l’origine il venait judicieusement en complément de leur enregistrement de la messe des morts…

    De necessitátibus meis éripe me, Dómine : vide humilitátem meam et labórem meum, et dimítte ómnia peccáta mea.
    Seigneur, délivrez-moi de mes angoisses ; voyez mon humiliation et ma peine et remettez-moi tous mes péchés.

    Ad te, Dómine, levávi ánimam meam : Deus meus, in te confído, non erubéscam.
    Vers vous, Seigneur, j’ai élevé mon âme ; mon Dieu, je mets ma confiance en vous, que je n’aie pas à rougir.

    chant_img.png

  • La revoilà…

    Screenshot-2018-2-22 +Europa — Più Europa, per un’Italia più libera e democratica.pngOn croyait qu’elle était en train de mourir de son cancer des poumons, mais elle est au contraire complètement guérie et elle a décidé de revenir sur le devant de la scène politique italienne, et même européenne : Emma Bonino, présidente des Radicaux depuis que son alter ego Marco Pannella est mort de son cancer au moment où elle-même en guérissait, a monté une coalition intitulée +Europa avec le groupuscule « Forza Europa », rejointe par le Centre démocratique puis par le groupuscule « Area progressista », coalition qui fait elle-même partie de la coalition montée par Matteo Renzi.

    Son objectif est d’éviter que « ce bloc souverainiste, anti-européen et xénophobe représenté par Berlusconi, Salvini et Meloni ne gagne », et de faire campagne pour « une Europe fédérale et fédéraliste ».

    Ensuite elle a l’intention de briguer l’un des plus hauts postes institutionnels de l’Union européenne. On parle d’elle aussi pour la présidence de la République italienne…

    Celle que François a reçue deux fois officiellement au Vatican et qui est pour lui « parmi les grands de l’Italie d’aujourd’hui » n’a donc pas fini de polluer l’espace politique.

    Rappelons seulement que la grande Italienne de François s’est vantée d’avoir réalisé elle-même 10.141 avortements clandestins, qu’elle a toujours fait campagne pour toutes les subversions : divorce, contraception, avortement, euthanasie (avec un bémol, en pensant à elle…), droits LGBT, idéologie du genre, PMA, GPA (l’un de ses combats prioritaires d’aujourd’hui)… Et elle est surtout devenue l’amie du pape en faisant campagne (y compris dans les églises) pour un accueil sans limite et sans condition des migrants. Car « il n’y a pas de problème d’immigration ».

    Francis-Bonino_810_500_55_s_c1.jpeg

  • Gag islamique

    L’Université d’al-Azhar est aujourd’hui, comme chacun le sait, en faveur d’un Etat « moderne et démocratique ». Et pour donner une preuve de sa propre évolution « moderne et démocratique », son numéro 2, le cheikh Abbas Shuman, déclare que l’université islamique n’exclut pas d’ouvrir les portes de ses facultés « civiles »… aux coptes.

    A condition bien sûr qu’ils remplissent les conditions d’admission.

    Parmi les épreuves de l’examen d’entrée, il y a la récitation par cœur d’une partie du Coran…

    La déclaration d’Abbas Shuman n’est évidemment qu’un attrape-nigaud à destination des journalistes occidentaux, comme toutes les déclarations de ce genre faites par les dirigeants d’Al-Azhar. (C’est aussi chaque fois une marque verbale d’allégeance au pouvoir égyptien.)

    Dans le cas présent, il se trouve que le même Abbas Shuman avait évoqué la question il y a un peu moins d’un an. Le député Mohammed Abu Hamed avait alors annoncé son intention de présenter une proposition de loi visant à permettre aux chrétiens de fréquenter les cours d’Al-Azhar et d’en obtenir les diplômes. Le propos avait fait polémique, et Abbas Shuman avait fait remarquer que les cours donnés par l’université n’étaient « pas adaptés aux chrétiens » puisque pour y être admis il faut connaître de manière approfondie et mémoriser de larges sections du Coran…

    Quant au doyen de la faculté d’études islamiques, il avait déclaré que la proposition n’était qu’une inutile provocation, dans la mesure où l’éventuelle entrée d’un étudiant chrétien présupposerait de sa part une familiarité avec le Coran de facto impraticable de la part de ceux qui n’appartiennent pas à la communauté islamique…

    N.B. Mohammed Abu Hamed fut un actif participant de la première heure de la « révolution du 25 janvier » qui renversa Moubarak. Il fut alors l’un des fondateurs du « parti des Egyptiens libres », fut élu député et devint président de son groupe parlementaire. Il est toujours membre de ce parti, tout en étant porte-parole du Front des partisans de Sissi… qui a restauré le système Moubarak après l’épisode de dictature islamique installée grâce à la… démocratie.

  • Indigènes

    Le secrétaire exécutif du Réseau ecclésial pan-amazonien (REPAM), Mauricio López, a annoncé les noms des cinq consultants sélectionnés pour le synode sur l’Amazonie : Marcia Oliveira, sociologue laïque spécialisée dans la culture et l’Histoire de l’Eglise en Amazonie, le Père Fernando Roca Alcázar S.J., spécialiste d’anthropologie et de territorialité amazonienne, le Père Paulo Suess, théologien et missiologue brésilien, le Père Justino Sarmento Rezende SDB, prêtre et religieux indigène appartenant au groupe ethnique Tuyuka, responsable de la spiritualité indigène et de la pastorale inculturée, et le Père Hughes Columbano, prêtre missionnaire et coordinateur du REPAM au Pérou.

    Parmi ces représentants des avatars de la soi-disant théologie de la libération, et dans tout ce verbiage de technocratie socio-religieuse, je ne vois pas le mot « catholique »…

    Et pourquoi préciser « sociologue laïque » ? C’est pour indiquer qu’elle n’est pas prêtre ?

    J’aime bien aussi le jésuite spécialiste de « territorialité »…

    Quant au mot « inculturé », il n’existe que dans le jargon de ces gens-là.

  • La chaire de saint Pierre

    L’office utilise comme hymne des laudes une strophe du poème Aurea luce, célébrant saint Pierre et saint Paul, qu’on a attribué à la Sicilienne Elpis, mais que certains attribuent aujourd’hui à saint Paulin d’Aquilée.

    Dans le bréviaire romain c’est la version revue et corrigée par Urbain VIII. La voici :

    Beáte pastor, Petre, clemens áccipe
    Voces precántum, criminúmque víncula
    Verbo resólve, cui potéstas trádita
    Aperíre terris cælum, apértum cláudere.

    Bienheureux Pasteur, Pierre, en ta clémence reçois les prières de ceux qui t’invoquent, et les liens des crimes délie-les par ta parole, toi à qui a été remis le pouvoir d’ouvrir le ciel à la terre, ouvert de le fermer.

    Le bréviaire monastique a gardé la version originelle, qui demande à saint Pierre d’entendre les vœux des fidèles et pas seulement leur voix, qui parle simplement du péché et n’en fait pas des « crimes », et finit sur l’ouverture du ciel, et non sa fermeture…

    Jam, bone pastor, Petre, clemens accipe
    Vota precantum, et peccati vincula
    Resolve, tibi potestate tradita
    Qua cunctis cælum verbo claudis, aperis.

    Maintenant bon Pasteur Pierre, en ta clémence reçois les vœux des suppliants, et les liens du péché délie-les, par ce pouvoir à toi remis, par lequel à tous par ta parole fermes le ciel, l’ouvre.

  • Au Pakistan

    Patras Masih, un chrétien de 17 ans de Lahore, a été accusé hier d’avoir téléchargé sur Facebook des contenus « blasphématoires » contre l’islam. Il a réussi à s’enfuir de chez lui alors qu’on venait le lyncher. Quelque 3.000 personnes ont alors bloqué les rues, réclamant l’arrestation et la pendaison publique de l’accusé. Patras Masih s’est constitué prisonnier et les manifestants se sont dispersés. Une plainte officielle a été déposée contre lui au titre de l’article 295 C du Code pénal, celui qui punit les « remarques désobligeantes vis-à-vis du Prophète sacré ». C’est le seul cas de « blasphème » qui soit passible de la peine capitale.

  • Inde antichrétienne

    Selon le rapport annuel du forum œcuménique Persecution Relief, il y a eu en Inde l’année passée 736 attaques contre des chrétiens, contre 348 en 2016 : elles ont plus que doublé.

    Des incidents ont été recensés dans 24 des 29 Etats. L’Uttar Pradesh, où le BJP a pris le pouvoir en 2017, a enregistré 96 attaques contre 39 en 2016. L’arrivée au pouvoir du parti nationaliste hindou dans un Etat, combinée à son arrivée au pouvoir à la tête de l’Etat fédéral, fait penser aux extrémistes qu’ils peuvent tout se permettre. De fait, lorsque des chrétiens se plaignent, la police rétorque que ce sont eux les coupables. Cela favorise également les dépôts de plaintes de la part des hindous fanatiques, visant à montrer que les chrétiens agissent contre la tolérance religieuse (sic) et contre l’unité nationale.

  • En Autriche

    Karin Kneissl, ministre autrichienne des Affaires étrangères, a déclaré que l’Union européenne avait besoin d’une « réforme complète de l’ensemble du système d’asile et de la gestion des frontières ».

    Dans quel sens ? Celui indiqué par Viktor Orbán, concernant la prévention de l’immigration illégale notamment par la fermeture des frontières.

    Elle a dit :

    « L’Autriche a toujours accueilli des gens. Mais vous devez aussi vous demander d’où ils proviennent. Je me souviens que lorsque la loi martiale a été proclamée en Pologne dans mon enfance, nous avons soudainement eu cinq enfants polonais dans la classe qui étaient venus seuls. Ils partageaient notre culture. »

    Et encore :

    « Il y a des migrants qui ne seraient jamais venus sans l’appel de Merkel. Je voyageais au Proche-Orient à l’automne 2015 et j’ai rencontré beaucoup de gens qui disaient: “Merkel nous a appelés!” Ils ont abandonné leur travail pour migrer en Europe. »

    A l'automne 2015 (elle était journaliste), elle avait déjà souligné que la plupart d'entre eux étaient des migrants économiques et que les demandeurs d'asile sont pour la plupart des jeunes hommes de 20 à 30 ans.

    Karin Kneissl a été nommée au gouvernement par le FPÖ (dont elle ne fait pas partie). Elle est une authentique spécialiste du Proche-Orient.

  • L’Irlande vers l’avortement

    Le ministre irlandais de la Santé (sic) a annoncé que le projet de loi organisant le référendum sur l’avortement sera rendu public le 6 mars. Le même jour sera rendu public le projet de loi qui sera soumis au vote du Parlement si les Irlandais abrogent le 8e amendement de la Constitution.

    Bien sûr il n’y a pas de projet de loi prévu pour le cas où les Irlandais voteraient contre l’abrogation de l’amendement qui protège la vie…

    Le référendum pourrait avoir lieu le 25 mai.

  • Sainte Anne

    Ar Gedour lance une souscription pour financer l’édition d’une bande dessinée sur l’histoire de Sainte-Anne d’Auray. Par René Le Honzec, connu notamment pour les 10 tomes d’une Histoire de Bretagne en collaboration avec Reynald Secher.

    L’édition de cet album aura aussi pour but de relancer le projet d’Ar Gedour d’une statue monumentale de sainte Anne à la pointe de la Bretagne.

    La vidéo raconte l’apparition de sainte Anne et la découverte de la statue, tandis qu’on voit les personnages naître sous le pinceau de Le Honzec.