Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Qu'est-ce que c'est ?

    10988505_10153642635482885_7099142519772046634_n.jpg

    Il paraît que ce sont des évêques. Les 15 évêques français qui se sont rendus au Salon de l'agriculture. Cerise en est tout étonnée. C'est vrai qu'il n'y a plus d'évêque à Bazas depuis 1792 et qu'à l'époque ils avaient une autre tenue...

  • Déséquilibrée

    959858628_B977980115Z.1_20160229133815_000_GUD69S53P.1-0.jpg

    320916922_B977980115Z.1_20160229133815_000_GKE69T55E.1-0.jpg

    Une femme vêtue de noir et voilée arpentait une rue de Moscou ce matin avec une tête d’enfant à la main. Quand la police a voulu l’arrêter elle a crié Allahou Akbar et a menacé de se faire exploser. Mais elle n’avait pas d’explosif sur elle. Elle est originaire d’Ouzbékistan. Elle est assistante maternelle. On a retrouvé le corps décapité de l’enfant dans l’appartement où elle devait le garder.

    Cette femme faisait preuve d’une conduite « clairement inadéquate » et subira « un examen psychiatrique », a sobrement déclaré la police.

  • "En tant que chrétiens au Pakistan"

    Mgr Joseph Coutts, archevêque de Karachi, est en Italie pour une série de rencontres organisées par l’Aide à l’Eglise en Détresse, à l’occasion du 5e anniversaire de la mort de Shahbaz Bhatti, le ministre catholique assassiné le 2 mars 2011 à Islamabad. Voici ce qu’il a dit à l’agence Fides :

    En tant que chrétiens au Pakistan, nous avons de nombreux défis à relever chaque jour. Certes, nombreux sont ceux qui ont entendu parler de la loi sur le blasphème, bien connue, et du cas emblématique d’Asia Bibi, femme condamnée à mort bien qu’innocente. Chaque jour, notre mission est d’être des témoins de paix et d’amour dans un pays où règne beaucoup de violence et qui est bouleversé par le terrorisme. En tant que chrétiens, notre mission est l’amour et l’amour du Christ fait que nous ne perdons pas l’espérance. Nous célébrerons l’anniversaire de la mort de Shabbaz Bhatti en l’église Saint Barthélemy de Rome le 4 mars. Il a toujours parlé avec foi et fait preuve de courage. Il a fait en sorte que la voix des chrétiens soit écoutée dans le pays. Il nous a montré la route. Il était un bon catholique et il a donné sa vie pour sa mission. Il a été tué en tant que chrétien et même si nombre de personnes lui suggéraient de quitter le pays parce qu’il était menacé, il a voulu rester au Pakistan et accomplir jusqu’au bout sa mission. Il appartiendra à l’évêque d’Islamabad, lieu où il a été martyrisé, de penser à entamer une enquête en vue du procès diocésain qui peut le proclamer martyr. J’y suis favorable.

    Mumtaz Qadri, le garde du corps et assassin du gouverneur du Penjab, Salmaan Taseer (le 4 janvier 2011), a été pendu ce matin à la prison d’Adiala, près d’Islamabad, et enterré cet après-midi. Mumtaz Qadri est considéré comme un héros par les islamistes, pour avoir tué un blasphémateur qui soutenait Asia Bibi et venait de lui rendre visite. Les avocats d’Islamabad étaient en grève, et des manifestations ont eu lieu un peu partout. La famille du président du Pakistan Mamnoon Hussain a été mise en lieu sûr, pour éviter les représailles suite au rejet de la demande de grâce. La condamnation à mort et surtout l’exécution de Mumtaz Qadri peut être vue comme une lueur d’espoir…

  • Terroriste

    Un adolescent de 15 ans a été pris en flagrant délit de regarder, pendant un cours, le site de l’Ukip et une vidéo de l’English Defense League.

    Ni une ni deux, l’école a fait appel à la police, qui est venue arrêter le garçon.

    Son père ayant protesté, la police a justifié son action et celle de l’école au nom de la nouvelle loi antiterroriste qui stipule que les personnels scolaires sont appelés à identifier les enfants qui pourraient être influencés par des documents extrémistes.

    Sic.

    Mais le procédé est efficace : l'affaire a en effet provoqué une hécatombe dans les rangs jihadistes : il sont morts de rire.

  • Pitoyable

    Trouvé sur le Forum catholique, cet extrait du livre Cher pape François (où le pape répond à des questions d'enfants) qui sera publié en français demain 1er mars :

    Cher Pape François,
    Etiez-vous près du prêtre lorsque vous étiez enfant de chœur ?
    Salutations d'Alessio
    (Italie, 9 ans)


    Cher Alessio, oui, j'étais enfant de chœur. Et toi ? Quel rôle as-tu parmi les enfants de chœur ? C'est plus facile d'être enfant de choeur maintenant, tu sais. Sache que quand j'étais enfant, la messe était célébrée différemment d'aujourd'hui. À l'époque, le prêtre était face à l'autel, qui était contre le mur, et non pas face au peuple. Puis le livre avec lequel il disait la messe, le missel, était placé sur le côté droit de l'autel. Mais avant la lecture de l'Evangile, il devait toujours être déplacé sur le côté gauche. C'était mon rôle, je devais le transporter de droite à gauche puis de gauche à droite. C'était fatiguant ! Le livre était lourd ! Je le prenais avec toute mon énergie, mais je n'étais pas si fort : une fois, je l'ai pris et je suis tombé, de sorte que le prêtre a dû m'aider. Voilà une tâche que je réalisais ! La messe n'était pas en italien alors. Le prêtre parlait, mais je n'y comprenais rien, de même que mes amis. Alors, pour nous amuser, nous imitions le prêtre en déformant des mots pour créer des énonciations étranges en espagnol. Nous nous amusions, et nous aimions vraiment servir la messe.

    Lire la réponse de « jejomau », ancien enfant de chœur de la messe de Paul VI.

  • Lundi de la troisième semaine de carême

    « Ipse autem transiens per medium illorum, ibat. »
    Mais lui, passant au milieu d’eux, allait.

    Cette phrase est la dernière de l’évangile d’aujourd’hui. Les gens de Nazareth, excédés par ce que leur dit Jésus, veulent le tuer. Ils l’emmènent sur un escarpement pour le mettre à mort, mais lui, passant au milieu d’eux, allait. Comme si les furieux étaient tout à coup paralysés, ou comme s’il était devenu invisible. Avec cet étonnant imparfait qui souligne l’insolite, et la majesté de celui qui passe.

    Au moyen âge, cette phrase devint un talisman. On la gravait sur des anneaux, sur des médailles, que l’on prenait sur soi lorsqu’on entreprenait un voyage, afin de ne pas tomber aux mains des brigands. Le roi d’Angleterre Edouard III la fit graver au verso du « noble », sa monnaie d’or, pour être revenu à bon port après sa victoire sur la flotte française à Sluis (bataille de L’Ecluse), en 1340 ; cette monnaie fut frappée pendant plus d’un siècle.

    Pourtant, si l’on regarde attentivement l’évangile de saint Luc, on constate que le sens du verbe n’est pas celui que le talisman lui a donné. Le verbe grec, πορεύω, va être employé par saint Luc, à partir du chapitre 9, pour parler de Jésus allant… à la mort. Et c’est ici le premier emploi du verbe en ce sens. Et c’est le sens de l’imparfait. Il échappait aux habitants de Nazareth parce qu’il allait à Jérusalem, il fallait qu’il aille à Jérusalem pour y être crucifié, en dehors de la ville, comme à Nazareth on voulait le tuer hors de la ville.

    Il n’est pas inopportun de le remarquer en cette troisième semaine de carême.

    On peut constater aussi la correspondance entre la finale du récit du passage de Jésus à Nazareth et la finale du psaume 140 : « Que les pécheurs tombent dans leurs propres pièges, quant à moi je suis seul jusqu’à ce que passe ». Ce qui est une annonce de la crucifixion et de la résurrection, source des sacrements qui multiplieront les fils de Dieu par participation à la vie divine du Seul Fils.

  • Troisième dimanche de carême

    Quarti nunc et decimi diei de nostrorum dierum decimis curriculo jam peracto, ad te levamus oculos nostros, Domine, qui habitas in cœlis ; impende jam et misericordiam miseris, et medelam porrige vulneratis ; tu nobis adgressum iter placidum effice : tu cor nostrum in mandatorum tuorum semitis dirige : per te lucis inveniamus viam : per te luminosa amoris tui capiamus incendia : tu laboribus requiem, tu laborantibus tribue mansionem ; ut horum dierum observatione tibi placentes, gloriae tuae mereamur esse participes.

    Déjà quatorze jours sur cette carrière qui forme la dîme de l’année, sont écoulés ; nous levons nos yeux vers vous, Seigneur, qui habitez les cieux. Répandez votre miséricorde sur les misérables : appliquez le remède aux blessés ; rendez-nous sereine cette voie où nous sommes entrés ; dirigez notre cœur dans le sentier de vos préceptes. Faites nous trouver le chemin de la lumière. Éclairez-nous et embrasez-nous de votre amour. Donnez le repos après le travail, l’habitation tranquille après les fatigues, afin que, nous étant rendus agréables à vos yeux par l’observance de ces saints jours, nous méritions d’être participants de votre gloire.

    Capitule du bréviaire gothique pour le troisième dimanche de carême, cité et traduit par dom Guéranger. Il s’agit du capitule des premières vêpres. Pour nous, ce sont 16 jours qui se sont écoulés. Cette différence paraît montrer que dans le calendrier mozarabe on ne jeûnait pas le samedi, comme dans le calendrier byzantin (en l’honneur de la Mère de Dieu). La liturgie mozarabe est très différente de la liturgie romaine, et pourtant on constate une étonnante convergence entre le thème de ce capitule et celui de la messe romaine de ce jour : le regard vers Dieu, qu’on trouve dans l’introït et dans le trait, la lumière (épître), l’observation des préceptes (offertoire), le repos (communion)… On note l’expression « per te luminosa amoris tui capiamus incendia ». Littéralement : Que nous recevions par toi les incendies lumineux de ton amour…

    Quant au capitule des laudes, il est tout entier sur le thème de la lumière :

    Clamoris nostri intelligens orationem, clarifica lucis aeternae praesentia mane tibi adstantium vota: dieique perennis ita praecipe in nobis candorem effulgere, ut tetrae noctis crassitudo, et erroris amica caligo aufugiat; Sol quoque verus suo nos radio lustrando custodiat.

    Traduction littérale : « Discernant la prière de notre clameur, illumine, au matin, par la présence de la lumière éternelle, le vœux de ceux qui se tiennent devant toi. Et ordonne que brille en nous l’éclat du jour éternel, afin que s’enfuient l’opacité de l’horrible nuit et les ténèbres amies de l’erreur. Que le Soleil véritable nous garde par son rayon purifiant. »

    (Sur l'évangile de ce dimanche, voir ici, et .)

  • « Mort cérébrale »

    Abigail Kopf, 14 ans, est une victime de la fusillade du 20 février à Kalamazoo, dans le Michigan. Transportée à l’hôpital, elle n’a pas pu être ranimée, et elle a été déclarée en état de mort cérébrale. Alors qu’on s’apprêtait à lui retirer des organes, sa mère qui était près d’elle a senti que sa fille lui serrait la main. Les médecins ont constaté qu’Abigail pouvait en effet communiquer par de faibles gestes. Même si son état s’est un peu amélioré, ses chances de survie restent incertaines. Mais ce qui est certain est que, une fois de plus, ce n’était pas une mort cérébrale. Ou que la définition de la mort reste toujours à revoir.

    (Rappel. Si vous ne voulez pas être découpé vivant, faites savoir que vous ne voulez pas donner vos organes.)

    Addendum

    Lu sur le blog de Jeanne Smits:

    Les autorités de l’hôpital ont déclaré depuis que la jeune fille n’avait jamais été déclarée en état de « mort cérébrale » ; mais l’arrêt de son cœur avait été constaté et nul ne nie que contact avait été pris avec le programme de don d’organes « Gift of Life ».

    Ce qui ne fait que déplacer le problème, qui est alors celui du retrait d'organes à "coeur arrêté".

  • L’avortement en chute libre aux Etats-Unis

    Bloomberg Business publie un article qui fait le point sur le secteur de l’avortement (en anglais « industry »…) aux Etats-Unis. Il en résulte que les avortoirs ne cessent de fermer, et à un rythme de plus en plus rapide. Depuis 2011, au moins 162 avortoirs ont fermé, dont 45 à cause de lois pro-vie des Etats, et seulement 21 ont ouvert (dont 15 du Planning familial).

    Sans surprise, c’est au Texas que la chute est la plus importante : au moins 30 avortoirs ont fermé, suite à la nouvelle loi qui impose des conditions drastiques (loi qui va sans doute être invalidée par la Cour suprême). Les deux Etats suivants sont l’Iowa (14 fermetures) et le Michigan (13 cliniques fermées sur… 14). Même en Californie, où une loi récente définit l’avortement comme un « soin de santé fondamental », une douzaine d’avortoirs ont fermé. Bref c’est devenu « l’entreprise la plus difficile à faire fonctionner » aux Etats-Unis.

    Selon Bloomberg Business, le processus devrait continuer au cours des prochaines années. Bref, n’investissez pas dans l’avortement. Même si les affaires s’en mêlent…

    -1x-1.jpg

  • Leur Europe

    La Commission européenne a ouvert une enquête sur Intermarché, parce que la décision des Mousquetaires d’acheter la viande de porc plus cher aux éleveurs français est une entrave à la concurrence étrangère.

  • Oh la bonne idée…

    Le président chypriote Nicos Anastasiades a envoyé une lettre, le 17 février, à la présidence de l’UE (en la personne du ministre néerlandais des Affaires étrangères Bert Koenders) et au secrétaire général du Conseil de l’UE Jeppe Tranholm-Mikkelsen, pour demander… que le turc devienne langue officielle de l’UE.

    Ce serait un « geste », dit-il, qui pourrait aider à la réunification de Chypre (puisque de fait on parle turc au nord de l’île), et améliorer les relations entre la Turquie et l’UE.

    Nicos Anastasiades se sent-il à ce point prisonnier d’Erdogan qu’il développe un syndrome de Stockholm ?

  • Hashim Thaçi Président

    Non seulement Hashim Thaçi est toujours l’homme fort du Kosovo, mais l’ex-premier Premier ministre est même devenu « président » du pays, hier, à l’issue d’un vote houleux du Parlement.

    L'Union européenne a jugé « extrêmement préoccupantes » les scènes de violence observées au Parlement kosovar.

    Mais elle ne se préoccupe en aucune manière de voir un tel personnage devenir président d’un plus ou moins Etat européen, où règne la corruption après le trafic d’organes prélevés sur les ennemis. Il est vrai qu'un certain nombre de fonctionnaires européens ont bien profité de cette corruption et de leur silence sur les activités passées de Hashim Thaçi…

    Cf. 1, 2, 3.

  • Mgr Michel Dubost fait l’apologie du jihad

    On connaît depuis longtemps la tendresse de Mgr Dubost pour l’islam. Il a même écrit un livre pour dire tout le bien qu’il pense de l’islam, y compris du jihad :

    Le jihad est un effort continu pour accueillir le bien et donc lutter contre le mal, en soi et dans le monde. (…) Le jihad est mené en vue du bonheur de l’univers tout entier. (…) Le jihad se fonde sur l’importance du Coran (et des hadiths) pour refaire l’unité de l’homme, sur la volonté de suivre Mohammad le prophète, sur la croyance à l’existence des anges et sur la certitude de la vie éternelle, dont le martyre est une porte d’entrée certaine (…).

    Et deux pages plus loin, il ose écrire :

    Je ne connais pas de musulman qui traduise le mot jihad par guerre sainte.

    IMG00327-20111102-1603.jpg

  • Jeunes chrétiennes du Pakistan

    Pour qu’on n’oublie pas le sort de centaines de chrétiennes kidnappées chaque année par des musulmans au Pakistan, la British Pakistan Christian Association (BCPA) attire l’attention sur le cas de deux d’entre elles, Tahira Bibi (21 ans) et Reema Bibi (20 ans). Elles ont été enlevées le 2 décembre 2015 non loin de chez elles alors qu’elles revenaient du travail. Comme d’habitude, les deux ravisseurs ont violé les jeunes femmes et se sont « mariés » avec elles, après qu’elles se furent « converties » à l’islam. Le 11 février dernier, Tahira a réussi à s’enfuir. Son « mari » a aussitôt porté plainte auprès de la police, qui a arrêté six membres de la famille de la jeune femme. Ils ont été relâchés sous la pression des organisations de défense des droits de l’homme, mais les autorités ont ordonné que Tahira retourne chez son « mari ».

    La BCPA cite un autre cas récent : une chrétienne a été enlevée et obligée de se marier avec le propriétaire de la maison où elle était femme de ménage. Elle a réussi à s’enfuir, mais la police exige qu’elle retourne chez son « mari », faute de quoi un membre de sa famille sera mis en prison.

  • Samedi de la deuxième semaine de carême

    Sacraménti tui, Dómine, divína libátio, penetrália nostri cordis infúndat : et sui nos partícipes poténter effíciat. Per Dóminum…

    Que la divine libation de votre sacrement, Seigneur, arrose les lieux les plus secrets de notre cœur, et qu’elle nous rende puissamment participants d’elle-même.

    Telle est la postcommunion de la messe de ce jour. Elle est particulièrement remarquable par son parfum d’antiquité et son symbolisme.

    Elle parle de libation, et renvoie ainsi à un rite répandu dans toutes les religions anciennes : l’offrande liquide à un dieu, l’huile ou le vin qu’on offre en sacrifice en le versant sur une stèle, sur un poteau, sur une idole, sur l'animal sacrifié. Mais ici la perspective est renversée. C’est Dieu qui verse la libation. Parce qu’il a agréé nos offrandes, le pain et le vin, qu’il les a divinisées en en faisant le corps et le sang de son Fils, et il nous les rend ainsi divinisées pour nous diviniser. C’est donc lui qui nous honore, qui nous sert, qui se ceint pour nous verser la divine libation, la seule efficace après tant de libations humaines qui n’étaient que des signes.

    Et cette libation, il la verse dans notre cœur. De son cœur percé sur la croix, d’où vient la libation d’eau et de sang, pro vobis effundetur, dans notre cœur. Penetralia. Jusqu’au fin fond de notre cœur, les endroits les plus retirés, les plus cachés, les plus secrets. La divine libation, parce qu’elle est liquide, se faufile partout, inonde tout. Il ne reste rien qu’elle n’atteigne pas, elle imprègne tout, elle vivifie tout.

    C’est ce qu’exprime la fin de l’oraison : en imprégnant tout notre cœur, elle nous rend puissamment, de la puissance du Saint-Esprit, participants d’elle-même, à savoir de la libation divine, du sang divin qui coule du cœur de Dieu, participants de la réalité divine du sacrement, participants de la filiation divine.

    (NB. Dans le bouleversement et le saccage du si vénérable sacramentaire grégorien auquel ont osé se livrer les fabricants de la néo-liturgie, cette oraison a été conservée, et même laissée à sa place. Du moins au début. Puis on en a fait l’oratio super populum, ressuscitée en 2002, mais facultative… Et il a fallu la défigurer : on a remplacé libatio par perceptio. Or il suffit de changer ce mot pour en détruire le symbolisme… Et d’abord pour la rendre absurde : on n’a jamais vu une perception arroser quoi que ce soit, se verser ou se répandre sur quoi que ce soit. Il est vrai que ça ne concerne à peu près personne : quand on cherche cette néo-oraison sur Google, on la trouve citée sur 4 sites, dont un qui ne fonctionne pas, et un qui la critique...)

  • L’enfance à Argenteuil

    16154_1440407764_150616-04_04MP.jpgA Argenteuil, Val-d’Oise, 9 des adjoints au maire (de « droite ») sont musulmans. Parmi les femmes, il en est une qui est même voilée. Avec élégance, comme dit le maire.

    Et elle est adjointe à… l’Enfance.

  • Ils appellent cela l’"Union" européenne

    De l’avis général des observateurs, la réunion des ministres de l’Intérieur des 28, hier, a été une véritable foire d’empoigne, un « chaos » selon Open Europe. Tous contre tous, chacun accusant l’autre de détruire Schengen et l’Europe… Celui qui ne fait rien étant responsable de l’invasion tandis que celui qui fait quelque chose agit contre les règles européennes et brise l’unité…

    Le plus spectaculaire cavalier seul est l'Autriche qui venait d’organiser une réunion avec les pays des Balkans, au cours de laquelle ils avaient défini leurs normes communes : ne plus laisser passer que les migrants pouvant prétendre à une protection internationale, refouler ceux qui présentent de faux documents ou font de fausses déclarations.

    Le gouvernement grec a été ulcéré de ne pas avoir été invité à cette réunion, et il a rappelé hier son ambassadeur à Vienne « pour consultations ». Aujourd’hui, il a refusé de recevoir le ministre autrichien de l’Intérieur, Johanna Mikl-Leitner. Guerre froide austro-grecque !

    La même Johanna Mikl-Leitner qui déclarait à la réunion des ministres européens : « Pour le dire franchement, si la Grèce répète encore et encore qu’il est impossible de protéger la frontière grecque, nous devons nous poser la question s’il est possible de maintenir la frontière extérieure de Schengen en Grèce. »

    Cela fait quand même un certain nombre de mois que l’on constate qu’il n’y a ni frontière Schengen ni aucune autre frontière entre la Turquie et la Grèce, surtout dans les îles, où il n’y a que quelques kilomètres d’eau salée (ce que nos jobards de l’information osent appeler « traverser la Méditerranée »).

  • Les César de la diversité…

    Ce soir c’est la cérémonie des César. Et nous on n’est pas comme ces racistes d’Américains qui ne sélectionnent que des blancs pour les Oscar : c’est honteux, inadmissible, c’est les Oscar du Ku Klux Klan, tout simplement. Nous on n’est pas comme ça et d’ailleurs on n’a pas le Ku Klux Klan (ni de président noir). Alors on met plein de diversité dans les César, pour montrer qu’on est des gentils, super politiquement corrects et tout. Ainsi pour la meilleure actrice on a une Marocaine et une Algérienne voilée, pour le meilleur acteur on a un Sri-lankais, ex-Tigre tamoul devenu sans papiers en France avant d’obtenir l’asile politique. Hein, c’est pas aux Oscar qu’on verrait ça. Et on a même un film français entièrement turc (mais oui), avec neuf nominations pour lui tout seul…

    En fait c’est loin d’être aussi bien que ça paraît. Le Monde a flairé l’arnaque. D’accord on nomine des divers. Mais il n’y a pas de quoi pavoiser. C’est en trompe-l’œil, je vous dis. Parce que si vous regardez les entrées, « parmi les films nommés aux Césars, ceux qui ont connu le plus grand succès populaire n’offrent guère de rôles aux acteurs issus des minorités, pas plus qu’ils n’évoquent la vie de ces minorités ».

    Comme d’habitude, ce n’est pas tout de gagner les élites : il faut changer le peuple.

  • En Ethiopie

    Plusieurs tombes et lieux de cultes chrétiens ont été incendiés ou détruits, et des biens de l’Eglise dérobés, à l’ouest du pays, dans diverses localités de l’Etat d'Oromia, rapporte l’agence de presse éthiopienne, Ethpress. Des attaques similaires ont eu lieu dans les régions de Gambella, à l'extrême ouest, et Amhara au nord-ouest.

    Mais on ne nous en dit pas davantage. Sinon que le Conseil Interreligieux de l'Éthiopie (IRCE) a dénoncé ces profanations, les attribuant à des groupes de personnes qui ne représentent pas le peuple dans les régions…

  • En Chine

    En août dernier, Zhang Kai a été arrêté, et comme c’est l’habitude après les arrestations pour motif idéologique, on n’a plus eu la moindre nouvelle de lui. Zhang Kai est l’avocat qui s’est battu avec énergie contre la destruction des croix dans la région de Wenzhou. Il avait réuni une équipe d’une trentaine de personnes pour la défense légale des croix.

    Mais voici que le site Wenzhou Online, voix du parti communiste, publie un article sur l’avocat. Il y est qualifié de « cerveau de réunions religieuses illégales », et il est accusé d’avoir « accepté une formation à l’étranger », d’avoir « encouragé les gens à critiquer le gouvernement » et de les avoir « escroqués pour de l’argent ».

    Le site publie même la « confession » de ce « suspect criminel » :

    « J’ai violé la loi nationale, j’ai perturbé l’ordre social, j’ai mis en danger la sécurité nationale, et j’ai violé le code de déontologie des juristes… Aussi, j’avertis les soi-disant avocats des droits de l’homme de prendre mon cas comme un avertissement et de ne pas avoir de connivence avec des étrangers, de ne pas prendre d’argent d’organisations étrangères ou de s’engager dans des activités qui enfreignent la loi ou nuisent à la sécurité nationale et aux intérêts de la nation. »

    Au cas où certains l’oublieraient, la Chine est toujours communiste.

  • La Cour constitutionnelle italienne au service de l’islam

    La Cour constitutionnelle italienne a invalidé mercredi une loi de la région de Lombardie sur la constructions de lieux de culte.

    Cette loi édictait une série de principes à respecter : le lieu de culte doit se fondre dans l’architecture du paysage lombard, sa construction doit faire l’objet d’une consultation locale, et les instances religieuses doivent disposer d’un accord préalable souscrit avec l’Etat italien (accord que n’ont pas les musulmans).

    Le gouvernement avait dénoncé des principes « contraires à l’exercice des droits fondamentaux de la liberté religieuse ». Les évêques aussi…

    La Cour n’a pas encore publié ses motivations.

    « Maintenant, la gauche exulte en criant Allah Akbar », a réagi sur Twitter Roberto Maroni, le président de la région ; et le secrétaire fédéral de la Ligue du Nord, Matteo Salvini :« Bravo à la cour islamique. »

  • En Egypte

    Les quatre jeunes qui avaient été filmés par un professeur en train de mimer un égorgement islamique ont été lourdement condamnés par le tribunal de Minya pour outrage à l’islam (sic). Trois d’entre eux sont condamnés à cinq ans de réclusion, le quatrième sera envoyé dans une résidence surveillée pour mineurs.

    Le professeur a déjà été condamné, à trois ans de prison.

  • Bienheureuse ignorance

    Le Sénat italien a adopté par 173 voix contre 71 une loi sur les « unions » entre personnes de même sexe.

    Heureusement que François « ne sait pas ce qui se passe au Parlement italien ». Sinon il aurait été attristé, et peut-être même en colère…

  • Vendredi de la deuxième semaine de carême

    La messe de ce jour est spécifiquement une messe du temps de la Passion, « la seule qui soit nettement une messe de la Passion pendant le Carême », insiste dom Pius Parsch, qui signale que nous sommes à quatre semaines du vendredi saint.

    En effet la première lecture nous montre Joseph que ses frères vont tuer mais qui est finalement jeté dans une citerne. Il sera vendu et d’esclave il deviendra le sauveur du peuple égyptien. Mais le récit se termine avant qu’on le jette dans la citerne, sur l’évocation du meurtre, prophétie de la Passion.

    L’évangile est celui des vignerons qui tuent le fils du père de famille qui a planté la vigne. Prophétie de la Passion, mais aussi des malheurs qui vont ensuite s’abattre sur le peuple juif pendant que la vigne passera aux païens.

    Le graduel et les antiennes d’offertoire et de communion sont typiques de la liturgie de la Passion : des versets de psaumes qui sont des plaintes du Seigneur souffrant et des appels douloureux au Père.

    Il est remarquable que l’antienne d’introït soit au contraire un chant de triomphe, plus exactement de sereine confiance dans la victoire (on peut l’entendre ici). C’est le but du chemin de carême. Or ce verset est de fait le dernier verset du psaume 16, qui peut être vu comme une description de la pénible montée du fidèle vers Pâques, mais surtout… de la Passion : « A l’ombre de tes ailes protège-moi de la face des impies qui m’ont affligé. Mes ennemis ont encerclé mon âme, ils ont fermé leurs entrailles, leur bouche a parlé avec orgueil. (…) Ils m’ont pris comme un lion prêt à saisir sa proie... »

  • Le Père Marie-Eugène de l'Enfant-Jésus

    pere_marie_eugene2.jpg

    Une commission épiscopale a solennellement procédé aujourd’hui à l'ouverture de la tombe du Père Marie-Eugène de l'Enfant-Jésus, dans la chapelle de l'institut Notre-Dame de Vie à Venasque, en présence de Mgr Cattenoz évêque d’Avignon, de représentants de l’Etat, de la famille et de nombreux fidèles. Cette exhumation est une étape du procès en béatification du carme dont Benoît XVI avait reconnu les vertus héroïques en 2011. Elle a lieu après la guérison d'un bébé, inexpliquée selon une commission de médecins, attribuée à l’intercession du père Marie-Eugène le 1er décembre dernier.

    Les témoins de l'enterrement en 1967 ont prêté serment pour attester que la dépouille n'a pas été déplacée. Le cercueil a ensuite été ouvert à huis clos devant les seuls représentants désignés du corps médical, de l’Église et de l’État pour constater l’état de conservation de la dépouille. Religieux et spécialistes du traitement des os et des restes humains pourront alors préparer les reliques de ce maître spirituel qui sera sans doute béatifié en 2017.

  • "Ressuscité" et la réalité de la Résurrection

    Fr-Robert-Barron-resized.jpg

    Traduction d’un texte de Mgr Robert Barron, évêque auxiliaire de Los Angeles (déjà cité ici), sur le film Risen (déjà évoqué ici). (Mgr Barron est le premier prêtre depuis Mgr Fulton Sheen à avoir une émission régulière de télévision sur une chaîne d'audience nationale.)

    Quand j’ai vu la bande annonce du film Ressuscité – qui traite d’un tribun romain cherchant le corps de Jésus après les annonces de sa résurrection – j’ai pensé que cela allait tenir le public en haleine, l’intriguer, mais le laisser dans l’incertitude quant à savoir si ces annonces étaient justifiées ou non. J’ai été surpris et ravi de découvrir que le film est, en fait, solidement chrétien et substantiellement fidèle au récit biblique de ce qui s’est produit après la mort de Jésus.

    Ma scène préférée montre le tribun Clavius (joué par le toujours convaincant Joseph Fiennes) faisant irruption dans la chambre haute, résolu à arrêter les disciples les plus intimes de Jésus. Alors qu’il arrête les gens dans la pièce, il aperçoit Jésus, dont il avait présidé la crucifixion et dont il avait examiné de près le visage dans la mort. Mais est-ce qu’il voyait encore normalement ? Est-ce que c’était seulement possible ? Il s’affaisse sur le sol, fasciné, incrédule, étonné, angoissé. Comme je regardais la scène qui se déroulait, la caméra balayant les différents visages, j’étais aussi perplexe que Clavius : est-ce que c’était réellement Jésus ? Cela s’est sûrement passé ainsi pour les premiers témoins du Ressuscité, leur confusion et leur désorientation est esquissée dans l’Ecriture elle-même : « Ils l’adorèrent, mais certains eurent des doutes. » Quand Thomas entre dans la pièce, embrasse son Seigneur et vérifie les blessures de Jésus, tout doute, à la fois pour Clavius et pour le spectateur, est, comme il se doit, levé.

    Lire la suite

  • Les Roumains pour la famille

    12745411_1122200487799924_1826854881004304119_n.jpg

    12743760_1121615974525042_4466526394382317757_n.jpg

    La Coalition pour la famille, en Roumanie, a annoncé mardi sur sa page Facebook avoir recueilli 2.164.156 signatures pour que le mariage soit défini dans la Constitution comme l’union d’un homme et d’une femme. Ce qui est un succès colossal pour cette initiative, qui a été signée par 46% des électeurs inscrits dans un département (Damboita), et 48% dans un autre (Ialomita).

    La Coalition est formée de 23 associations, dont l’Association des familles catholiques de Roumanie Vladimir Ghika, Famille traditionnelle, Pro Vita Bucarest… Le comité d’initiative est composé de 16 membres, orthodoxes, catholiques, grecs-catholiques, baptistes, pentecôtistes. Le bon œcuménisme en action… L’initiative a reçu le soutien officiel du saint synode de l’Eglise orthodoxe.

    Il faut collecter 500.000 signatures de personnes ayant le droit de vote, en six mois, pour obtenir un référendum. La collecte a commencé le 25 novembre dernier, après la publication de la proposition de loi au Journal Officiel. Le 29 janvier, la Coalition pour la famille annonçait avoir récolté 825.000 signatures, mais continuait la collecte pour montrer qu’il s’agissait d’un mouvement de fond.

    La Coalition demande que l’article 48-1 de la Constitution soit rédigé ainsi : « La famille est fondée sur le mariage libre entre un homme et une femme, sur leur égalité et sur les droits et devoirs des parents d’assurer la croissance, l’éducation et l’instruction des enfants. »

    La proposition de loi constitutionnelle doit être adoptée par une majorité des deux tiers dans les deux chambres. La révision devient définitive après un référendum organisé dans les 30 jours. C’est bien parti…

  • Au Nigeria

    Selon un rapport de l’ONG Open Doors sur le nord du Nigeria, parvenu à l'agence Fides, entre 9.000 et 11.500 chrétiens ont été tués dans la région depuis 2000, et 1,3 million ont dû fuir de chez eux. Quelque 13.000 lieux de culte chrétiens ont été détruits ou fermés. Des milliers de maisons et diverses activités économiques ont été détruites.

    A cause des violences, affirme le rapport, dans certaines zones du nord du Nigeria, « la présence chrétienne a été virtuellement effacée ou diminuée de manière notable, alors que dans d’autres zones, le nombre de fidèles dans les églises s’est accru suite au flux de chrétiens fuyant les violences, renforcé par la conversion au Christianisme d’un certain nombre de musulmans ».

    « En sus, la cohésion sociale entre musulmans et chrétiens a été mise en danger. La confiance réciproque a substantiellement disparu. Chrétiens et musulmans sont devenus des groupes toujours plus séparés et distincts, regroupés dans des périphéries, des quartiers ou des zones rurales spécifiques. »

    Le document montre que, si l’ethnie, le conflit politique et la lutte pour l’exploitation des ressources constituent des sources connues de violence au nord du Nigeria, la violence envers les chrétiens a des motivations religieuses, économiques et sociales mêlées. Les éléments de la violence ciblée contre les chrétiens sont liés par un dénominateur commun : la nécessité de défendre les intérêts des musulmans du nord, leur identité et la position de l’islam.

    « Non seulement l’islam radical, dont Boko Haram constitue l’exemple le plus connu, mais aussi des éleveurs musulmans d’ethnie Hausa-Fulani et l’élite musulmane politique et religieuse du nord du pays sont les acteurs principaux de la violence visant à frapper la minorité chrétienne » souligne le rapport.

  • « Pro-life »

    Les évangéliques de Caroline du Sud auront bien mérité du combat pro-vie.

    A priori, les conservateurs évangéliques n’étaient pas favorables à Donald Trump, dont les positions sur la morale chrétienne sont pour le moins vagues et fluctuantes, alors qu’ils ont un candidat tout trouvé en la personne de Ted Cruz.

    A la surprise générale, samedi dernier, la Caroline du Sud, où les trois quarts des votants étaient des évangéliques, a voté en masse pour Trump.

    Hier soir celui-ci parlait à l’université chrétienne évangélique Régent de Virginia Beach. (Régent, parce que « un régent est quelqu’un qui représente le Christ notre Roi dans toutes les sphères de la vie où il peut être appelé à le servir ».)

    A la question des critères qui seraient les siens pour nommer un juge à la Cour suprême, Donald Trump a répondu :

    « Pro-vie. Nous voulons… D’abord cela. C’est d’abord cela. Quelqu’un de très conservateur, très très intelligent, je veux dire, comme le Juge Scalia, serait parfait… Il était un parfait représentant. »

    Or le juge Scalia, qui vient de mourir, qui était « très conservateur », et catholique pratiquant, était le symbole même du combat pro-vie à la Cour suprême. Impossible d’être plus pro-vie qu’Antonin Scalia.

    Parmi les autres sujets abordés au cours de cette soirée, l’immigration. Et, forcément, le propos du pape.

    « Mon équipe est venue pour me dire : M. Trump, le pape vient de faire une forte déclaration sur vous. Et j’ai dit : Bonne ou mauvaise ? Ils ont dit : Pas bonne… J’ai dit : Oh… c’est un désastre ! » Avalanche de rires dans la salle. Pat Robertson, le fondateur de l’université, dit alors à Trump : « Et vous vous rendez compte qu’il a un sacré gros mur tout autour du Vatican ? » Réponse de Trump : « Oh oui ! Et ce mur est haut comme du sol jusque-là ! »

  • Saint Matthias

    De saint Matthias on sait seulement ce que les Actes des apôtres disent de son élection parmi les Douze. On ne sait rien de lui ni avant, ni après. Et l’Eglise n’a reconnu aucune tradition qui le concerne. Ainsi sa notice du bréviaire est-elle uniquement le passage des Actes des apôtres.

    Comme la nature a horreur du vide, on lui attribua diverses missions (en Ethiopie, en Géorgie…) mais aussi un livre, intitulé Traditions, et selon Clément d’Alexandrie de nombreux hérétiques (Valentiniens, Marcionites, Basilidiens) affirmaient suivre l’enseignement de saint Matthias (Stromates VII, 17).

    Clément d’Alexandrie donne deux citations des Traditions. L’une est : « Admirez ce qui est devant vous. » Il la rapproche d’un propos de Platon : « Le commencement de la vérité est l'admiration », pour souligner que « l'admiration est le premier degré pour atteindre ensuite à la connaissance », et il cite ensuite l’évangile (qui n'était pas encore qualifié d'apocryphe) aux Hébreux : « Celui qui aura admiré régnera, et celui qui aura régné se reposera. » (Stromates II, 9) L’autre citation est assez étrange : « Si le voisin d'un élu vient à pécher, l'élu a péché ; car si l'élu s'était conduit comme le prescrit le Verbe, son voisin eût porté à sa vie assez de respect pour se tenir en garde contre le péché. » (Stromates VII, 13)

    D’autre part, Clément cite saint Matthias sans référence explicite aux Traditions (Stromates III, 4) pour rapporter que l’apôtre disait comme le diacre Nicolas qu’il « faut abuser de la chair ». Clément explique d’abord qu’on a mal compris le propos de Nicolas (l’un des sept premiers diacres, dont on a fait l’hérésiarque des Nicolaïtes), et que celui-ci, loin de se livrer à la débauche comme ses soi-disant disciples, voulait dire qu’il fallait mortifier les sens. « C'est pourquoi l'on assure que Matthias enseignait aussi qu'il faut combattre les sens et abuser de la chair, en lui refusant tout ce qui peut servir d'aliment à la volupté ; mais augmenter les forces de l'âme par la foi et par la connaissance. »

    Le verbe grec (παραχρῆσθαι) veut effectivement dire « abuser », mais aussi « exercer un mauvais traitement », ou « faire peu de cas ». La citation attribuée à saint Matthias montre clairement qu’il s’agit de dompter la chair.

    Et cet unique propos de saint Matthias, qu’il soit authentique ou non, arrive fort bien pendant le carême.

    *

    Pourquoi la fête de saint Mathias passe-t-elle du 24 au 25 février les années bissextiles ? Parce que, lorsqu’on instaura un jour supplémentaire tous les quatre ans, on le mit au sixième jour avant les calendes de mars, le jour appelé sexta kalendas martii, qui correspond au 24 février. Donc, on doubla ce jour : bis-sexta kalendas, d’où bissextus annus, année bissextile. Comme on comptait à partir des calendes de mars, en remontant, le sixième jour est le deuxième 24, donc aujourd’hui le 25.