Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Chômage : la honteuse exception française

    Communiqué de Jean-Marie Le Pen

    Le gouvernement se félicite de la légère baisse du chômage, tout en admettant à mi-voix, en espérant que personne n’entende, que ses chiffres reposent sur du vent, puisque l’enquête de l’INSEE qui seule peut leur donner un semblant de vraisemblance, bloquée par le gouvernement Villepin, joue toujours l’Arlésienne.

    De ce fait, la France est le seul pays de l’Union européenne pour lequel l’office européen des statistiques (Eurostat) est contraint de donner une estimation du taux de chômage fondée uniquement sur l’enquête communautaire, sans pouvoir prendre en compte des chiffres nationaux manifestement bidon.

    Selon l’estimation d’Eurostat, le taux de chômage en France serait de 8,5 %, et non de 8 %, alors que le taux pour l’ensemble des 27 pays de l’Union européenne (y compris les anciens pays de l’Est) est de 6,8 %.

    Il n’y a vraiment pas de quoi se féliciter.

  • Sarkozy partout

    Nicolas Sarkozy est allé à la rencontre des consommateurs, au Centre Leclerc de Bois-d’Arcy, et il a annoncé une « réforme complète des marges arrière » avant la fin de l’année. Dans un article commun publié par le Times, Nicolas Sarkozy et son homologue Gordon Brown s’engagent à « redoubler d’efforts » pour le Darfour. François Fillon annonce que le Président va écrire à tous les enseignants à l’occasion de la rentrée scolaire.

    Et l’Elysée publie la lettre de mission qu’il envoie à Bernard Kouchner. Il lui demande de faire du Quai d’Orsay un « ministère de la mondialisation ». Sic. Pour... « redonner à notre pays sa pleine place dans le monde et en Europe »... Ah bon.

    Il lui demande aussi de préparer un livre blanc sur les réformes à apporter à ce ministère, afin de « rationaliser » les moyens de l’Etat à l’étranger...

    Il demande aussi à Kouchner des propositions sur « la nature et l’ampleur de nos implantations à l’étranger », dans un « contexte d’intégration européenne de plus en plus forte et de volonté de création d’un réseau consulaire unique »...

    On se souvient de ce qu’il a dit pendant la campagne, et que rapporte Yasmina Reza : « Il devient très important de se débarrasser du Quai d’Orsay... J’ai un mépris pour tous ces types, ce sont des lâches... »

  • Le patriarcat turc...

    Le synode du patriarcat œcuménique de Constantinople se tient actuellement au Phanar. L’un des points à l’ordre du jour est le titre du patriarcat auquel le procureur d’Istanbul demande de justifier le qualificatif « œcuménique ». Sic. Car une sentence de la cour de Cassation turque émise en juin dernier nie au patriarcat de Constantinople le droit de s’appeler « œcuménique », le considérant tout simplement comme « turc ». Sic.

    D’autre part, le synode doit confirmer l’intention de Bartholomaios Ier de rendre visite au premier ministre turc Erdogan, « pour le prier de donner une réponse sincère sur la réouverture de l’école de théologie de Halki ». Ce séminaire, sur l’île de Halki, près d’Istanbul, a été fermé par le gouvernement turc en 1971. Les Grecs de la diaspora ont déjà demandé aux Nations unies, à l’Union européenne, au Congrès des Etats-Unis d’intervenir auprès de la Turquie pour qu’elle soit ré-ouverte « de façon à ce qu’elle puisse former les futurs prêtres pour consentir au patriarcat œcuménique de continuer à fonctionner ». En vain, bien sûr.

  • Le rosaire mondial du 7 octobre

    Le 7 octobre prochain aura lieu de nouveau la récitation simultanée du Rosaire sur le plan mondial.

    En 2007 « nous célébrons déjà les onze ans de cette œuvre et, avec la bénédiction de notre Mère, la Très Sainte Vierge Marie, année après année, les fidèles sont toujours plus nombreux, tout comme les pays qui s’unissent à la récitation du Rosaire », explique un des organisateurs, le laïc mexicain Guillermo Estevez Alverde.

    Guillermo Estevez a lancé cette initiative avec d’autres laïcs mexicains : « L’idée est née en octobre 1996, lorsque a eu lieu le Rosaire simultané pour le 50e anniversaire de l’ordination sacerdotale de sa sainteté Jean-Paul II. L’événement s’est déroulé dans vingt pays. Au Mexique plus de trois millions de personnes ont prié dans 2.600 localités. Au cours de la Journée mondiale du rosaire du mois d’octobre 2000, plus de 140 pays se sont unis, dans lesquels ont été organisés de nombreux rosaires collectifs dans des églises, des stades, des cathédrales, sur des places, dans des prisons, des hôpitaux, des écoles… et nombre d’entre eux ont été retransmis à la radio ou la télévision. Des millions de personnes y ont participé à travers le monde. »

    Cette année le siège principal de l’événement sera la basilique Notre-Dame de Guadalupe à Mexico. Le groupe « Union de Volontades », chargé de l’organisation, invite chacun à s’unir à l’initiative. Renseignements complémentaires ici.

  • Ce n’est pas non plus de l’info

    Une nouvelle émission d’actualité intitulée « C’est aussi de l’info », sera lancée dimanche prochain, dans le cadre de l’émission « Le Jour du Seigneur » sur France 2. Ce seront 9 minutes, après la messe, pour faire le point sur l’actualité de l’Eglise, avec un ou plusieurs petits reportages et en présence d’un invité.
    Pour le premier numéro, « C’est aussi de l’info » a choisi comme sujet : « Mère Teresa avait-elle perdu la foi ou a-t-elle connu une vraie nuit mystique ? »

    On comprend bien que l’intention (du moins on l’espère) est de partir d’une fausse interprétation médiatique pour établir la vérité. Mais il est indigne de poser la question comme si on pouvait en discuter.

    En outre, il est indigne de prétendre traiter d’un tel sujet en moins de 5 minutes (car il y a au moins un autre sujet, sur une « session œcuménique » pour les jeunes.. .).

    Mais il est vrai que l’émission est faite en partenariat avec La Croix , avec un journaliste de La Croix jouant le rôle d’expert...

  • Gogols

    Les « Amis de Jésus », au Kenya, ont saisi la Haute cour pour que soit déclarée, en urgence, « nulle et non avenue », la condamnation à mort du Christ, et « illégale » sa crucifixion. Car les Romains ne l’ont estimé coupable d’aucun crime ou délit et le Sanhédrin n’avait pas compétence pour le faire crucifier.

    La juge de Nairobi saisie de l’affaire a déclaré que l’agenda de la Haute cour était complet en cette période de vacances, et qu’il n’était « pas convenable d’entendre cette affaire pendant les vacances de la Cour  ». Les Amis de Jésus ont décidé de revenir plus tard.

    Des juristes kényans qui se sont penchés sur la question ont conclu à la légitimité de la plainte, dans l’absolu, mais en relevant que cela ne relevait pas de la compétence des tribunaux kényans, et en faisant remarquer qu’il y a prescription...

  • Crétins

    L’armée américaine a largué le 24 août par hélicoptère, dans le sud-est de l’Afghanistan, autrement dit dans les fiefs talibans, des dizaines de ballons de football destinés aux enfants. Ces ballons sont décorés de drapeaux de différents pays, dont celui de l’Arabie saoudite. Or le drapeau saoudien comporte la chahada : Il n’est pas d’autre dieu qu’Allah et Mahomet est son prophète. Donner un coup de pied dans un objet revêtu de ces noms est évidemment blasphématoire pour un musulman.

    L’affaire a fait du bruit en Afghanistan, et a été considérée comme une nouvelle provocation, surtout que c’est dans ces régions que 350 civils au moins ont été tués par « erreur » cette année. L’armée américaine a dû exprimer ses regrets...

    (via bafweb)

  • Un universitaire turc à Paris...

    Sur le blog de David Fontey on peut voir un extrait d’émission de la Cinq où un universitaire turc, Ahmet Insel, parle de l’adhésion de son pays à l’Union européenne. Voici ses propos, exactement retranscrits :

    « Bien entendu, quand nous voyons l’Europe, nous, de notre côté, il y a beaucoup de choses aussi dans l’Europe qui nous fait peur, et j’ai pas envie d’être dans cette Europe-là, notamment j’ai pas envie, moi, de rentrer dans une Europe chrétienne. Si l’Europe est chrétien, nous ne serons pas là et beaucoup d’Européens, je l’espère, se battra contre l’idée d’une Europe chrétienne. »

    Ahmet Insel est présenté comme politologue et économiste, professeur à l’université Galatasaray d’Istanbul et à Paris I.

    On pourrait suggérer à Paris I d’engager des professeurs qui parlent français. Mais on a compris qu’il ne vient pas chez nous comme témoin de la francophonie.

  • Mosquée d’Annecy : le permis suspendu

    Le juge des référés du tribunal administratif de Grenoble a suspendu l’exécution du permis de construire de la nouvelle mosquée d’Annecy. Il a donné raison aux riverains qui faisaient valoir... qu’aucune place de stationnement supplémentaire n’est prévue alors que la mosquée pourra accueillir un millier de personnes.

    Il s’agit d’une décision provisoire. Le tribunal devra statuer sur le fond (?) dans les prochains mois.

    La mairie a décidé de ne pas faire appel : « il appartient à l’association musulmane Nouvel Avenir, porteuse du projet, de revoir ce point. »

    La nouvelle mosquée doit être construite sur l’emplacement de l’ancienne, qui avait subi une tentative d’incendie en mars 2004, et qui ne peut accueillir que 140 personnes.

    Contre les mosquées tous les arguments sont bons, et celui-là pourrait bien être utilisé en d’autres lieux. Il faut faire passer l’information.

  • Affaire de Nancy : le procureur général fait appel

    Le procureur général près la cour d’appel de Nancy a décidé de faire appel du jugement du tribunal correctionnel qui a condamné un dealer récidiviste à huit mois de prison alors que la peine plancher est de quatre ans. En termes choisis, il constate que la question des gages de réinsertion que doit présenter le condamné et peuvent justifier l’application d’une peine inférieure au minimum prévu « peut faire l’objet d’appréciations divergentes »...

  • Chômage

    Le nombre de chômeurs a légèrement baissé en juillet, et le gouvernement s’en réjouit, tout en reconnaissant que « la série mensuelle du chômage au sens du BIT publiée par l’INSEE reste provisoire ». Ce propos sibyllin veut dire que les chiffres publiés n’ont aucune valeur, depuis que l’enquête emploi de l’INSEE, qui sert de base aux calculs, a été repoussée à l’automne parce qu’elle donnait de trop mauvais résultats...

    L’office européen des statistiques Eurostat estime le taux de chômage en France à 8,5% (et non à 8%), en soulignant que c’est une estimation provisoire fondée uniquement sur l’enquête communautaire sur les forces de travail, donc sans tenir compte des chiffres fournis par le gouvernement français (cas unique parmi les 27).

    Le taux de chômage dans l’Union européenne (y compris la Bulgarie , la Roumanie , etc.) est de 6,8%.

  • La révolution Sarkozy ?

    Yvon Gattaz, ancien président du CNPF (1981-1986), président de l’association des moyennes entreprises patrimoniales (Asmep), fondateur de l’association patronale Ethic et membre de l’Académie des sciences morales et politiques, autrement dit une sorte de conscience du patronat, se félicite de la volonté de rupture réaffirmée par Nicolas Sarkozy dans son discours devant le Medef. Il voit dans les propos du chef de l’Etat « un très grand changement, et même une révolution des esprits ». « Avant, les hommes politiques n’osaient pas parler des changements inévitables », et « on a cru » que Nicolas Sarkozy « allait atténuer son discours une fois élu », mais ce n’est pas le cas.

    Yvon Gattaz a raison : Sarkozy continue de tenir ses discours de campagne électorale. Il ne les pas atténués. Mais il est président pour agir, comme il le dit lui-même. Et son action ne correspond guère à ses discours. Sarkozy est hélas comme les autres. Il continue de dire qu’il faut faire ceci et cela, comme s’il n’était pas au pouvoir.

  • Saint Raymond Nonnat

    Ce saint du XIIIe siècle a deux mots à nous dire aujourd’hui.

    Religieux de l’ordre de la Merci pour la rédemption des captifs, il se rendit en Algérie pour racheter les chrétiens esclaves des barbaresques musulmans. Lorsqu’il n’eut plus d’argent, il se fit otage... et se mit à convertir des musulmans. On lui ferma la bouche avec un cadenas, et il allait être empalé lorsque son ami et supérieur saint Pierre Nolasque réunit la rançon nécessaire à sa libération. Il rentra à Barcelone mais mourut bientôt, prématurément, à 36 ans, des suites de ce qu’il avait subi en Algérie.

    D’autre part, saint Raymond Nonnat est le saint patron des femmes enceintes et du bébé qu’elles portent.

    Nonnat n’est pas son nom de famille. C’est un surnom, Non-natus : non-né. Sa mère, enceinte de sept mois, tomba gravement malade et mourut. Le mari refusa qu’on l’enterre avant d’avoir vu le cadavre de son enfant. Un membre de la famille, avec son poignard, éventra la mère... et le bébé était vivant.

    Saint Raymond Nonnat, saint patron des non-nés.

  • Clandestins de Lille : fin du conflit

    Les clandestins de Lille « suspendent » leur « grève de la faim » et acceptent la proposition « insatisfaisante » du préfet, a déclaré le CSP-59, qui n’avait signé ni le premier ni le second accord.

    Les dossiers des clandestins vont pouvoir maintenant être examinés « avec bienveillance », comme l’avait annoncé le préfet. On sait ce que cela veut dire.

  • Faire le procès d’un irresponsable...

    J’avais zappé la dernière visite compassionnelle de Sarkozy et ses suites. (Il y avait overdose.) Cela mérite pourtant d’être relevé, car on y voit une fois plus Sarkozy vraiment tel qu’en lui-même, et parce que le sujet a suscité de nombreux commentaires, et que ça continue.

    Vendredi dernier le président de la République a donc rencontré à Bayonne les familles des deux infirmières qui avaient été assassinées à l’hôpital psychiatrique de Pau. Un non-lieu psychiatrique a été requis pour l’auteur de ces meurtres. Logique, puisqu’il était fou.

    Mais Sarkozy a demandé à Rachida Dati de réfléchir à la possibilité de traduire devant un tribunal un auteur de crime même s’il est reconnu pénalement irresponsable. Car « le procès, cela permet de faire le deuil », dit-il. Et « s’il faut faire évoluer la loi, je suis prêt à la faire évoluer ». Bien entendu, dès le lendemain, Rachida Dati a confirmé qu’une « réflexion » allait être immédiatement menée sur la création d’une audience spécifique pour les irresponsables.

    L’information était tellement aberrante que sur le moment elle n’est même pas parvenue à mon cerveau.

    Il est évidemment contraire à la notion même de « droit » qu’on puisse faire le procès d’un irresponsable. L’exercice de la justice suppose l’existence d’une personne responsable de ses actes, puisque c’est précisément cette responsabilité qui est jugée.

    Ou alors on peut aussi faire le procès d’un chat, d’un chien, mais aussi d’une comète, d’un volcan, d’un cyclone... D’ailleurs on peut se demander si l’on ne va pas y arriver, à force de chercher des « responsables » des catastrophes même quand il n’y en a pas.

    Quant au « travail de deuil », autre scie de notre époque, lieu commun débile de la psychologie contemporaine (je conseille à ceux qui auraient l’intention de me critiquer à ce sujet de s’abstenir, j’ai perdu ma fille de 20 ans, je sais de quoi je parle), c’est une autre aberration de le mélanger à une affaire de justice. La justice n’a évidemment pas pour mission de consoler les affligés. Sa mission est uniquement d’établir la vérité et de punir les coupables.

    Enfin, Sarkozy croit avoir encore trouvé une idée géniale. Non seulement elle n’est pas géniale mais absurde, mais en outre elle n’est pas nouvelle.

    Dominique Perben, qui était garde des Sceaux quand Sarkozy était ministre de l’Intérieur, avait installé une commission (comme quoi les commissions sont oubliées aussitôt qu’installées) précisément sur ce sujet. La commission avait pondu son rapport en décembre 2003. La chancellerie avait annoncé une vaste consultation... et on n’en a plus entendu parler.

  • Un nouveau genre de femmes...

    La maison de couture italienne Dolce & Gabbana avait dû retirer en mars dernier sa campagne de pub, où l’on voyait un homme plaquant une femme au sol, avec autour d’eux quatre hommes regardant froidement la scène.

    La nouvelle campagne de pub a également suscité un début de polémique, à laquelle la maison des stylistes homosexuels Domenico Dolce et Stefano Gabbana répond avec arrogance. « La nouvelle campagne est sortie et avec elle les polémiques habituelles : quand on ne dit pas que nos publicités encouragent la violence et le sang, on dit qu’elles montrent des femmes maltraitées. Et maintenant c’est au tour de l’homme objet. » La pub montre « des dominatrices corsetées dans des ceintures de métal, chaussées de stilettos vertigineux, tenant des cravaches, entourées d’hommes nus : des images fortes, destinées à choquer, d’un nouveau genre de femmes, mais sans aucune intention d’offenser l’homme. »

    Mais dans quel monde vivent ces gens-là ? Ce sont évidemment les femmes qui, une fois de plus, sont offensées. Ce n’est certainement pas un « nouveau genre de femmes », ni une façon d'« exalter une nouvelle conscience féminine » : ce n’est qu’un vieux fantasme de bordel, où les femmes sont esclaves.

  • Le processus d’arrachage de notre langue nationale

    Le porte-parole du collectif pour le droit de travailler en français en France, Jean-Loup Cuisiniez, a vigoureusement interpellé Jean-Marie Bockel, secrétaire d’Etat à la francophonie, lors d’un débat sur les « splendeurs du patrimoine linguistique », à l’université d’été du Medef.

    « Nous assistons à l’effacement du français en France », a-t-il dit : de plus en plus de travailleurs sont confrontés à des instructions en anglais, qu’ils ne comprennent pas toujours, ou pas bien, ou pas du tout. Il a donné l’exemple d’un mécanicien d’Air France qui s’est effondré en larmes au cours d’une réunion syndicale, en expliquant que depuis la fusion avec KLM toutes les instructions lui sont données en anglais, langue qu’il ne maîtrise pas.

    Jean-Loup Cuisiniez a également réitéré sa mise en garde vis-à-vis du protocole de Londres sur les brevets européens, par lequel les Etats européens (au sens large du Conseil de l’Europe) renoncent à l’obligation de traduction des textes dans leur langue nationale. Ce protocole a été approuvé par le gouvernement le 24 août et est désormais soumis au Parlement pour ratification. Si le Parlement ratifie le protocole de Londres au nom du peuple français, il renonce à la traduction des brevets, c’est-à-dire qu’officiellement les documents non traduits seront opposables en justice, a-t-il souligné.

    Le Comité contre le protocole de Londres, présidé par Claude Hagège, a récemment expliqué que la ratification « reviendrait à admettre, en réalité, l'usage de l'anglais en droit français et serait très dangereuse pour la pérennité de la langue française comme langue scientifique, technique et commerciale ». Si actuellement 100% des brevets sont traduits en français, « la part de la francophonie passerait à 7% ». Car à l'heure actuelle 70% des brevets sont déposés en anglais, 23% en allemand et 7% en français.

    Jean-Loup Cuisiniez a sommé le gouvernement et Jean-Marie Bockel d’ « annoncer au pays ce processus d’arrachage de notre langue nationale ».

    Jean-Marie Bockel a gardé le silence : c’est en catimini que le texte a été approuvé par le gouvernement, c’est en catimini qu’il sera ratifié par le Parlement.

  • La Turquie et l’OCI

    81006aaa61b1fa9fa2ae9bc97da97301.jpgLe secrétaire général de l'Organisation de la conférence islamique (OCI), Ekmeleddin Ihsanoglu, a salué l'élection d'Abdullah Gül à la présidence turque, dans un communiqué publié à Djeddah (Arabie saoudite), au siège de l'organisation. Le processus électoral qui a porté M. Gül au pouvoir « prouve encore une fois la force démocratique de la Turquie  » et que « la relation entre la Turquie et le monde islamique, sous le commandement avisé de M. Gül, continuera à être forte et se renforcera », écrit-il.

    De son côté, Abdullah Gül a réitéré à M. Ihsanoglu le soutien de la très laïque Turquie à l'Organisation de la conférence islamique, dont elle est membre.

    Comme son nom l'indique, le secrétaire général de l'OCI, Ekmeleddin Ihsanoglu, est turc.

    Quant au drapeau de l'OCI, il montre explicitement l'islam régnant sur le monde.

  • Turquie : l’ambiance...

    L’épouse du nouveau président turc Abdullah Gül n’a pas été invitée à assister avec son mari au défilé militaire du Jour de la Victoire, qui commémore la victoire turque sur les Grecs le 30 août 1922, ni à la réception offerte ce soir par l’armée à cette occasion.

    Hier, le général Büyükanit et plusieurs officiers de haut rang se sont ostensiblement abstenus de saluer le nouveau président (qui est par le fait même commandant en chef des armées) au moment de monter sur une estrade pour une cérémonie de remise de diplômes à l’académie militaire.

    Les généraux avaient déjà boudé mardi la cérémonie de prestation de serment du nouveau président.

  • Chez Dati, ça continue...

    Le chef de cabinet de Rachida Dati, Michel Marquer, a démissionné la semaine dernière. « Ce départ s’inscrit dans le cadre de la réorganisation générale du cabinet que le nouveau directeur Patrick Gérard avait annoncé dès son arrivée », fait savoir la chancellerie. Patrick Gérard avait été nommé le 7 juillet suite à la démission de Michel Dobkine pour « raisons privées ». Démission qui avait été suivie par le départ de trois importants conseillers.