Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Politique française - Page 4

  • Quel cirque !

    Richard Ferrand, nommé par le démiurge Macron président du groupe La République en marche, donc seul candidat, a été élu à l’unanimité président du groupe. Enfin presque : 306 sur 308. C’était à main levée, et il y en a eu deux qui n’ont pas levé la main. Sans doute un paralysé et un qui faisait déjà la sieste.

    Ainsi Richard Ferrand, rattrapé par les affaires, ne pouvait pas rester ministre. Mais on le bombarde chef des députés macronistes. C’est très pratique : il a l’immunité parlementaire. Et si la justice demande la levée de son immunité, il a une majorité pour la rejeter…

    Et la première loi qu’on votera sera celle sur la moralisation de la vie politique…

    Se foutre du monde à ce point-là, c’est du grand art.

  • Pitoyable

    Collabos et fiers de l’être : Thierry Solère annonce la création d'un groupe commun avec les centristes de l'UDI à l'Assemblée nationale, qui aura une « attitude constructive vis-à-vis des réformes dont le pays a besoin qui seront proposées par le gouvernement ».

    Parce que 350 godillots, ça ne suffit pas à Macron ? Il lui en faut une quarantaine de plus, qui se présentaient aux électeurs comme candidats d’opposition ?

  • Président dhimmi

    Et d’une ignorance criminelle :

  • L’appel du vide

    Les primaires auraient pu faire croire à un petit retour du politique. Parmi les candidats connus, à droite c’est celui qui affichait des idées de droite qui fut désigné, et à gauche celui qui affichait des idées de gauche. Et il y avait l’émergence de la gauche plus à gauche de Mélenchon, et la progression du Front national.

    Et patatras. C’est le pion de l’euromondialisme qui fut élu.

    Et re-patatras, pire encore : les électeurs élisent en masse des inconnus qui ont pour mission de voter tout ce que leur demandera Macron. Une armée de pions clonés au service du pion en chef.

    Le degré zéro de la politique. Le néant.

  • Sans vergogne

    Le lobby a exhumé un débat dans lequel Olivier Serva, aujourd’hui candidat macroniste aux législatives, se prononçait contre le « mariage pour tous » et rappelait, en tant que chrétien, que les relations sexuelles entre personnes de même sexe sont une abomination dans la Bible :

    « Pour moi être tolérant ce n'est pas accepter l'intolérable. Pour le chrétien que je suis, et je lis la Bible, le Deutéronome, il est écrit que quand un homme couche avec un homme ou une femme couchant avec une femme, c'est une abomination. (…) Evidemment que c'est un pêché, la Bible le dit ! (…) Il n'est pas question qu'en catimini quelques lobbies parisiens influent sur les députés (…) pour faire passer une loi que nous ne voulons pas. »

    Pour que Olivier Serra puisse toujours être candidat, il fallait bien entendu qu’il se répande en excuses et qu’il renie ses propos. C’est chose faite :

    « Je me suis exprimé en 2012 en tant que simple citoyen dans le cadre d’un débat contradictoire relatif à l'adoption de la loi sur le “Mariage pour tous”. Je m’excuse auprès des personnes que j’ai pu blesser pour cette prise de parole outrancière et je retire ces propos qui ne correspondent pas à mes convictions. C'était une faute. »

    Un siège de député vaut bien une apostasie.

    Du moins en ce monde…

  • Manuel Valls et les habitant.e.s

  • Parti unique

    Christian Estrosi ayant choisi de démissionner de la présidence du conseil régional de PACA pour redevenir maire de Nice, il y a eu ce matin un vote pour élire le nouveau président du conseil régional. Il y avait un seul candidat : Renaud Muselier. Il a été élu avec 100% des voix. (Puisque le PS avait – déjà – décidé de se suicider pour empêcher le FN d’être majoritaire, le FN est le seul parti d’opposition. Et il avait décidé de ne pas participer au vote.)

  • Dur dur, d’être député des bouseux

    La focalisation des médias sur l’affaire du montage financier de Richard Ferrand occulte une autre affaire : en 2014, le député Ferrand avait embauché son fils comme assistant parlementaire, pendant 4 mois : 6 796,51 € nets.

    Réponse de son cabinet :

    « Je vous invite à aller faire un tour en Centre-Bretagne : ce n’est pas simple de trouver un jeune, volontaire, pour travailler cinq mois, qui sait lire et écrire correctement, aller sur internet. »

    En bref, les jeunes de ma circonscription sont des bouseux incultes. D’ailleurs ils ne parlent même pas français. Et quand il y en a un qui baragouine un peu notre langue et qui par miracle a déjà vu un ordinateur, il ne veut pas travailler…

    J’espère que ces propos vont être massivement diffusés dans la circonscription où Richard Ferrand se présente à nouveau : la 6e circonscription du Finistère, qui va de Crozon à Carhaix.

    Il faut quand même savoir que par là-bas ils sont tous comme ça :

    31d1c80af30218667aec4bdf7873fa04.jpg

    Et voilà à quoi ils passent leur temps :

    19e117e8a4a9c6cec0be0a8c0876caae.jpg

    Et quand vous voyez les plus jeunes, c'est à désespérer...

    Petits.jpeg

    Enregistrer

  • Pied de nez

    « Mme Sylvie Goulard, ministre des Armées ».

    Sylvie Goulard est inconnue du grand public. Mais elle est la grande lobbyiste de l’Europe fédérale depuis longtemps. En 2001 elle était près de Romano Prodi pour travailler à la préparation de la Constitution européenne. En 2006 elle était devenue présidente de la branche « française » du Mouvement européen : un lobby qui avait été dirigé et financé par la CIA pour construire les Etats-Unis d’Europe. En 2009, étiquetée Modem, elle était devenue député européen, c’est-à-dire principale militante du Mouvement européen au sein du Parlement européen.

    La voici donc récompensée par un portefeuille ministériel (au moment où les Etats-Unis ont un président qui n’a pas du tout comme priorité la construction des Etats-Unis d’Europe…).

    Mais le gag, le mauvais gag, est qu’elle est « ministre des Armées ». Elle qui, comme son nouveau patron Macron, est pour la dissolution des nations dans un Etat européen. Dans la configuration psychologique de ces gens-là, c’est comme si elle était ministre des Armées du Minnesota ou de l’Alabama… Eh non, ça n’existe pas.

    Le message est bien sûr que « les Armées » françaises ne doivent plus exister non plus, au profit d’une armée fédérale européenne.

    Sur le « Mouvement européen », marionnette de l’American Committee for a United Europe, voir ci-après mon article de Daoudal Hebdo du 4 juin 2009 : « Comment la CIA a dirigé la construction européenne ».

    *

    On notera qu'il y a un "ministre de l'Europe et des Affaires étrangères" (l'Europe nommée d'abord), et, comme si ça ne suffisait pas, un "ministre chargé des Affaires européennes". "Europe" est le seul mot qui figure deux fois dans l'organigramme.

    *

    On a appris que Jean-Louis Bourlanges allait être candidat aux législatives.

    Jean-Louis Bourlanges a été le lobbyiste du Mouvement européen (dont il a été président entre 1995 et 1999) au Parlement européen de 1989 à 2007. Il a démissionné en 2007 (au milieu de son quatrième mandat), parce qu’il désespérait de voir réalisée dans un avenir proche la destruction des nations dans une Europe unifiée. Voilà que Macron, dix ans plus tard, redonne de l’espoir au vieux Bourlanges au point qu’il retourne au combat…

    *

    J’aurais bien ironisé sur Collomb à l’Intérieur, mais la suppression de la liberté d’expression en ce qui concerne toutes les « phobies » (sauf la christianophobie, évidemment) m’en empêche.

    Lire la suite

  • Cambadélis…