Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Racisme ordinaire

    La sortie du cardinal Kasper sur les Africains n’était donc pas suffisante. Le site internet officiel des évêques allemands remet ça. En plus gros. Sous la plume d’un certain Björn Odendahl. Le texte est défini comme « point de vue », mais l’auteur est un rédacteur du site.

    Voici ce qu’il ose écrire, tranquillement :

    Il est évident que l'Eglise croît en Afrique. Les Africains sont des gens pauvres, ignorants et dépendants qui souvent n'ont rien d'autre que leur foi. Leur situation d'éducation est en moyenne à un niveau si bas qu'ils acceptent des réponses simples à des questions difficiles, des réponses comme celles du cardinal Sarah de Guinée. La croissance du nombre des prêtres est le résultat non seulement de l'élan missionnaire, mais du fait que le sacerdoce est une des rares possibilités d'avoir de la sécurité sociale dans le continent noir.

    Sur le site des évêques allemands, dont la richesse est d’autant plus scandaleuse que leurs églises sont vides, c’est ahurissant. Car s’il y a bien un pays où être prêtre assure le confort sans avoir à beaucoup travailler, c’est bien l’Allemagne.

    « Les Africains » sont donc « ignorants ». Et leur niveau d’éducation est si bas qu’ils acceptent des réponses simplistes comme celles du cardinal Sarah…

    Double insulte. D’un racisme basique envers les Africains. Et d’une stupidité sans nom envers le cardinal Sarah.

    J’avoue que je m’étonne toujours de voir les nains prendre les géants de haut…

  • Petit rappel

    (Les gazettes: le pape François est allé réconforter les musulmans du quartier K5 de Bangui d'où ils ne peuvent sortir sans être agressés ou tués.)

    Juste comme ça, en passant:

    6-7 juillet

    Les miliciens de la Seleka ont assiégé lundi le complexe de la cathédrale Saint-Joseph de Bambari, où sont réfugiés quelques 12.000 personnes. Mardi ils sont passés à l’attaque. Il y a eu 24 morts et 32 blessés selon la Croix Rouge. Les réfugiés ont été dépouillés et l’ensemble des bâtiments a été pillé.

    26 septembre

    Une trentaine de morts, une centaine de blessés. Tel est le bilan provisoire de l’attaque de quartiers chrétiens de Bangui par des émeutiers musulmans, samedi dernier, suite à l’assassinat d’un jeune musulman. Des milliers de chrétiens ont fui vers les camps sécurisés de l’ONU. Les émeutes se sont poursuivies malgré le couvre-feu, y compris la nuit dernière, où les bureaux de diverses agences et ONG internationales ont été pillés.

    Il faut aller voir des sources africaines pour le savoir. Les agences de presse sont muettes sur la religion des agresseurs et des agressés.

    29 septembre

    Les médias ont fini par découvrir que les mystérieuses émeutes de Bangui étaient des « affrontements interconfessionnels ». Comme on dit quand on ne veut pas prendre parti. C’est-à-dire quand on ne veut pas dire que ce sont des attaques musulmanes antichrétiennes.

    « Interconfessionnel », ça veut dire que les attaques viennent des deux côtés.

    Il faudrait alors nous expliquer comment il se fait qu’il y a aujourd’hui au moins 5.000 réfugiés de plus dans les églises de la capitale (certains disent jusqu’à 27.000), et… aucun dans les mosquées… Et pourquoi il n'y a pas d'imam qui accompagne l'archevêque dans sa visite permanente des hôpitaux et des paroisses.

    30 mai 2014

    Au moins 18 catholiques ont été tués mercredi dans l’attaque de l’église Notre-Dame de Fatima de Bangui, en Centrafrique.

    Quelque 5.000 chrétiens sont réfugiés dans cette église. Vers 15 heures, des hommes ont fait irruption et ont lancé des grenades, tuant au moins 18 personnes, dont un prêtre, selon le curé de la paroisse. Un cameraman de Reuters dit avoir vu plusieurs dizaines de morts. Les assaillants ont ensuite enlevé au moins 42 personnes.

    « Le bilan sera probablement plus élevé parce qu'il y a beaucoup de blessés. Cela aurait été bien pire si les antibalakas n'étaient pas venus nous défendre », a souligné le curé.

    L’archevêque de Bangui, Mgr Dieudonné Nzapalainga, souligne que les assaillants ne parlaient ni français ni sango, mais qu’ils criaient en anglais d’ouvrir les portes.

    Selon certaines sources de Fides, l’assaut a été perpétré par des jihadistes étrangers, du Soudan et du Nigeria, qui tiennent désormais le quartier musulman K5 de Bangui. Mgr Nestor Désiré Nongo-Aziagbia, évêque de Bossangoa, avait déjà dénoncé la présence de jihadistes étrangers au K5.

  • Quousque, Domine ?

    7780677508_000-ts-arp4350847.jpg

    anges2.jpg

    anges 1.jpg

    godasse.jpg

    Le Pape François a donné son accord pour qu'une paire de chaussures avec l'inscription Laudato Si', titre de son encyclique sur la sauvegarde de la Création, soit le marqueur de sa participation à l'événement.

    Le cardinal Peter Turkson, président du Conseil pontifical Justice et Paix, et le cardinal Claudio Hummes, président du Repam (Réseau ecclésial pan-amazonien), ont eux aussi chacun signé une paire de chaussures.

    Le cardinal Hummes a présenté par ailleurs une pétition de 800.000 catholiques de 130 pays en soutien à la COP 21, dans le cadre du rassemblement interreligieux organisé à Saint-Denis samedi matin.

    Le cardinal Turkson, qui représentera le Saint-Siège durant la deuxième phase de la conférence sur le climat, invite tous les catholiques à offrir leur soutien à la Cop 21, en prières et en actes. «Nous invitons aussi tous les évêques et prêtres du monde à offrir la célébration de la Sainte Messe du 29 novembre pour la réelle efficacité de la Cop 21, afin que ce soit un sommet international responsable. Nous voulons encourager les fidèles à exercer une citoyenneté écologique.»

    Dans un courrier de deux pages daté du 23 novembre le cardinal Peter Turkson, président du Conseil pontifical Justice et Paix, a demandé à 5.100 évêques et 413.000 prêtres de s'engager en faveur du sommet de Paris. Il écrit: «Je vous invite chaleureusement à apporter votre soutien par la prière, la parole et l'action». De plus, «nous vous prions d'encourager les fidèles, et pas seulement, à exercer une «citoyenneté écologique», ce qui aiderait à garantir l'esprit humble et pacifique de Laudato si. Je vous invite, si cela vous intéresse, à vérifier si quelque manifestation en faveur de la protection du climat est organisée dans votre diocèse, ou dans les environs».

    *

    Le réchauffisme est un phénomène social qui s'est construit à partir du réchauffement, et qui comprend une explication, des projections de catastrophes, la désignation d'un coupable - le CO2 - promu au statut d'ennemi public n°1, la mise en œuvre de politiques révolutionnaires. Le réchauffisme présente tous les caractères d'une idéologie identifiés par Hanna Arendt: un système monocausal, une révérence/référence à la science, le contrôle par des Etats, la lutte contre un ennemi unique, l'adhésion des masses.

    Professeur Rémy Prud’homme

    81ypzf6kkpl.jpg

    La hiérarchie ecclésiastique représentée par François, Turkson et Hummes a donc apostasié, en ce premier dimanche de l’Avent, pour passer à la dernière idéologie totalitaire à la mode.

    Lu sur le Forum catholique, sous la plume d’Adso :

    Autrefois on déposait ses chaussures devant la crèche à Noël... Maintenant le pape fait déposer ses souliers devant l'idole écologique par un cardinal... Le premier Dimanche de l'Avent ...

  • Saint André

    André.jpg

    André, le premier appelé parmi tes Disciples, Seigneur, l'imitateur de ta Passion, l'Apôtre qui t'est devenu conforme également par sa mort, a repêché du gouffre de l'ignorance avec l'hameçon de ta Croix les égarés de jadis afin de les porter jusqu'à toi; c'est pourquoi nous les fidèles sauvés, nous te chantons, suprême Bonté: Par ses prières sauve nos âmes et pacifie notre vie.

    Fidèles, chantons André, le frère de Pierre et le disciple du Christ; jadis il jetait les filets pour prendre les poissons; par la suite, avec la Croix pour roseau, il a pris le monde entier en ramenant les nations de l'erreur, par le baptême; en présence du Christ, désormais il intercède auprès de lui pour qu'il fasse don de la paix au monde et qu'il accorde la grâce du salut à nos âmes.

    En son cœur ayant reçu la flamme mystique illuminant les esprits et consumant les péchés, l'apôtre André, ce disciple du Christ, fait rayonner l'enseignement dans les cœurs sans lumière des païens, il brûle comme broussailles les fables des impies, car tel est le pouvoir qu'a le feu de l'Esprit. Merveille inouïe, suscitant l'étonnement: la nature humaine, avec son corps fait de boue et sa langue d'argile, a reçu la connaissance immatérielle, ce propre de l'esprit! Initié aux secrets ineffables que tu contemples dans le ciel, intercède pour que nos âmes reçoivent la clarté.

    Voyant sur terre cheminer en la chair le Dieu que tu aimais, toi le premier appelé des témoins oculaires, tu crias à ton frère, plein de joie: Simon, nous avons trouvé celui que nous aimons; puis tu adressas au Sauveur les paroles de David: Comme après les eaux vives languit le cerf, ainsi languit mon âme vers toi, ô Christ notre Dieu! Et, l'aimant de plus en plus, tu l'as rejoint par la croix, en vrai disciple imitant sa Passion; et, puisque sa gloire t'est partagée, prie-le sans cesse pour nos âmes.

    André, ce héraut de la foi et serviteur du Verbe, acclamons-le, lui qui repêche les hommes du gouffre de l'erreur, tenant en ses mains le roseau de la Croix et lançant la divine puissance comme fil pour tirer les âmes de l'abîme du mal et les présenter en agréable offrande à notre Dieu. Fidèles, chantons-le sans cesse avec le chœur des disciples du Christ, afin qu'il intercède auprès de lui pour qu'il nous soit favorable au jour du jugement.

    Liturgie byzantine

  • Premier dimanche de l’Avent

    Psalm_24_Initial_A.jpg

    Psautier de Saint-Alban, vers 1125

    Ad te… Vers toi. Les deux premiers mots de la première messe de l’année liturgique indiquent l’orientation, l’attitude, le chemin, le but, le regard. Pour toute l’année qui vient. Une trentaine de fois dans les psaumes l’orant dit : « Vers toi ». Le plus souvent « vers toi j’ai crié », ou « ils ont crié », et aussi « j’ai prié », ou « ils ont prié », et enfin comme ici « j’ai élevé mon âme ».

    Ad te, Domine, levavi animam meam… Ce sont les premiers versets du psaume 24, qui seront repris à l’offertoire.

    Le psaume 24 est un psaume de l’Avent déjà par son numéro. Le 2 vient sur le 4. Le Fils de Dieu en deux natures vient dans le monde (les 4 points cardinaux, les 4 éléments, les 4 saisons, les 4 membres de l’homme, la Croix…).

    Le psaume 24 est un psaume alphabétique. Chaque verset commence par une lettre de l’alphabet hébraïque. Il commence donc par la première. Mais il omet mystérieusement la dernière. Car le but n’est pas de terminer l’année liturgique comme on termine l’alphabet, mais d’entrer dans la vie. C’est pourquoi le dernier verset commence par « Délivre-moi », qui en hébreu commence par la lettre P, comme le verset 16 où la lettre P était la première lettre de « Regarde-moi ».

    Le psaume 24 commence par 7 versets de prière. Il se termine de même par 7 versets de prière. Entre les deux prières il y a ce que l’on peut appeler une méditation, de 8 versets, ou plus précisément de 7 versets autour du verset 11 qui est le verset central : « A cause de ton nom Seigneur tu pardonneras mon péché car il est grand. » (Donc une structure analogue à celle du psaume 28).

    Ce psaume est le premier du psautier qui parle du péché et demande à Dieu de le pardonner. Et c’est ce qui importe aussi de faire en ce début d’année liturgique.

    Or ce psaume de pénitence est d’abord un psaume de confiance : dès le deuxième verset il dit : « Mon Dieu en toi j’ai confiance, je ne rougirai pas. » Il chante la bonté, la douceur, la miséricorde de Dieu.

    Et ce psaume du regard (« mes yeux sont toujours vers le Seigneur ») est le psaume de l’attente, avec trois fois ce verbe "sustinere" qui indique une attente… soutenue, intense, une ferme espérance que le Seigneur viendra (mais dans cet introit et l'offertoire, qui viennent du vieux psautier romain, on a "exspectare").

    Et bien sûr comme tout psaume celui-ci est aussi un psaume que dit le Seigneur qui vient. Il vient dans l’humilité d’une crèche, dans l’extrême indigence de la condition humaine abîmée par le péché, et il vient pour mourir sur la Croix, et le Fils unique dit à son Père : « Regarde-moi et aie pitié de moi, car je suis unique et pauvre. »

  • De la Sainte Vierge le samedi

    Dernière liturgie de la sainte Vierge le samedi après la Pentecôte. Ce soir commence l’Avent.

    Voici le graduel Benedicta et venerabilis es, par les moines de Fontgombault.
    podcast

    maxresdefault.jpg

    Benedícta et venerábilis es, Virgo María : quæ sine tactu pudóris invénia es Mater Salvatóris. ℣. Virgo, Dei Génetrix, quem totus non capit orbis, in tua se clausit víscera factus homo.

    Vous êtes bénie et digne de vénération, Vierge Marie, qui avez été mère du Sauveur, sans que votre pureté ait subi d’atteinte. Vierge, Mère de Dieu, Celui que tout l’univers ne peut contenir, s’est enfermé dans votre sein en se faisant homme.

  • Notre-Dame du jardin clos

    lof1.jpg

    C’est l’histoire d’une église protestante abandonnée, à Warfhuizen, dans l’extrême nord des Pays-Bas, qui est devenue un ermitage catholique et un lieu de pèlerinage tellement fréquenté qu’on parle du « miracle de Warfhuizen ».

    Un ermite, le Père Hugo, qui avait étudié au séminaire de Bois-le-Duc et à Louvain, s’y est installé en 2001, avec l’intention de perpétuer la spiritualité des anciens ermites néerlandais. En 2003 il a installé dans l’église une grande statue de Notre-Dame des douleurs, une statue des processions de la semaine sainte à Séville. Et il l’a appelée « Notre-Dame du jardin clos », en référence au Cantique des cantiques : « Tu es un jardin clos, ma sœur mon épouse, un jardin clos, une source scellée. »

    La présence de cette statue a commencé à faire venir des pèlerins, d’abord d’origine hispanique, puis de plus en plus de monde, et des pèlerinages ont été organisés et se succèdent en ce lieu pourtant très reculé (surtout pour les catholiques) à un tel rythme que c’est cet afflux qui constitue le « miracle ». Le livre des intentions montre que les pèlerins qui viennent demander une grâce sont surtout des parents dont les enfants ont une grave maladie, ou une blessure quelconque, et souvent une maladie psychique. Ou qui viennent se faire consoler par Notre Dame des douleurs parce qu’ils viennent de perdre un enfant. Et il y a la dévotion spécifique des mouchoirs : en venant à Warfhuizen, le pèlerin peut apporter un nouveau mouchoir à Notre Dame qui pleure, de la part d’un malade ou de quelqu’un qui se trouve devant une difficulté. Il reçoit en échange le « vieux » mouchoir et l’apporte à la personne qui l’a demandé.

    Officiellement ermite depuis 2012, le Père Hugo a été ordonné prêtre en septembre dernier. Depuis lors il célèbre la messe chaque jour au sanctuaire, selon les deux « formes », la forme ordinaire en semaine (le plus souvent ces derniers temps), et toujours la forme extraordinaire le dimanche. A la façon dont il décrit l’office on constate qu’il dit l’office traditionnel.

    Il a depuis peu un superbe site internet, et même un double site, celui de l’ermitage, et celui de la Confrérie du jardin clos. En quatre langues dont le français.

    (Via New liturgical Movement)

    Maria+ten+hemel+014.JPG

  • Effroi

    Dans un long texte traduit chez Benoît et moi, Hilary White, figure et plume de LifeSite, explique pourquoi elle a renoncé aux reportages. Son témoignage vaut d’être connu.

    On y lit notamment ceci :

    Ces derniers jours, après avoir pris connaissance de la "Mafia de Saint Gall", j'ai mieux compris le sentiment d'effroi que moi et beaucoup d'autres nous avions éprouvé en voyant Bergoglio, vêtu du blanc papal, se tenir dans cette longue pause immobile, regardant la foule sur la Piazza.

    Ça fait du bien de savoir qu’on n’est pas seul…

  • A Karachi

    Les locaux de la chaîne chrétienne Gawahi TV à Karachi (Pakistan) ont été détruits par un incendie criminel dans la nuit de mardi à mercredi. Des hommes masqués ont été vus s’enfuyant après avoir mis le feu.

    Gawahi TV avait été créée en 2013 par des catholiques et des protestants. Elle émettait 24 heures sur 24 et était regardée par 12 millions de personnes.

    La chaîne avait fait plusieurs fois état de menaces, mais la police n’avait procédé à aucune enquête et les autorités n’avaient fourni aucune protection.

  • Au Pakistan

    Le matin du 9 novembre, Sana John, une chrétienne de 13 ans de Hajj Pura, à Sialkot, Pendjab, allait à l’école, quand elle a rencontre Rambo (sic), le fils d’un riche musulman. Celui-ci l’a entraînée de force, sous les yeux de sa sœur, et peu après on a appris, selon le scénario habituel, qu’elle s’était « convertie à l’islam ». Et le clan musulman de Rambo a menacé la famille chrétienne d’enlever une autre fille si elle portait plainte.

    Le père de Sana, Shahid, a néanmoins porté plainte. Comme c’est généralement le cas, la police n’a pas bougé, et la justice du district n’a rien fait non plus.

    Une manifestation a été organisée mercredi devant le Club de la Presse de Sialkot.

  • Significatif

    Depuis le début de ce mois, la ville de Hamtramck (Michigan, banlieue de Detroit), 22.000 habitants, a un conseil municipal à majorité musulmane. Une première aux Etats-Unis.

    Dès 2004, la municipalité pas encore musulmane avait autorisé la diffusion de l’appel du muezzin par haut-parleur.

    Il est interdit de vendre de l’alcool dans un rayon de 150 mètres autour du centre islamique (l’une des six mosquées de la ville).

    Naguère, on appelait Hamtramck « la petite Varsovie », car la plus grande partie des habitants étaient d’origine polonaise…

  • Et vlan…

    Le cardinal Barbarin a relevé de ses fonctions pastorales l’abbé Hervé Benoît et lui a demandé de « se retirer immédiatement dans une abbaye pour prendre un temps de prière et de réflexion ».

    L’abbé Hervé Benoît est coupable d’avoir écrit ce qu’il pensait des attentats. J’avais lu son texte dès sa parution sur Riposte catholique. J’avais trouvé qu’il aurait gagné à être relu, certaines expressions me paraissant maladroites. Mais je n’aurais jamais imaginé qu’il suscite un tel tollé médiatique, et que l’archevêque de Lyon se jette à plat ventre devant l’idole médiatique et lui offre en sacrifice un prêtre qui contrevient à la pensée unique.

    La « miséricorde » bergoglienne (celle qui dit qu’il faut « caresser les conflits », etc.) a encore frappé…

    N.B. On trouvera dans les commentaires au texte de l’abbé Benoît les paroles de la chanson « Embrasse le diable » que le groupe du Bataclan entonnait au moment de la tuerie.

    Addendum

    Le communiqué de l'abbé Benoît est à lire. Il est d'une belle dignité, à l'inverse de...

  • Nous, nous mettons en berne

    Un excellent communiqué de l’AGRIF, qui me dispense de tout autre commentaire (qui risquerait de dépasser ma pensée, parce que trop c’est trop…) :

    L’AGRIF, qui se porte partie civile dans l’action judiciaire contre les terroristes, s’associe pleinement au deuil, que l’on voudrait être celui de tous les Français de toutes religions ou idéologie politico-religieuse, à la pensée des victimes de la barbarie des assassins anti-français, anti-chrétiens, anti-juifs et anti-humains de l’État islamique.

    Le gouvernement a voulu marquer ce deuil par un pavoisement généralisé, à la manière américaine, à la différence de notre tradition nationale qui en pareil cas consiste plutôt à mettre nos drapeaux en berne.

    Le recueillement et les prières pour les victimes ne sauraient en effet empêcher l’indignation et même la colère contre ceux qui portent une lourde responsabilité dans la nouvelle éruption du séculaire fanatisme salafiste.

    L’État islamique est en effet le monstre qui a initialement grandi avec la complicité conjointe de l’Arabie saoudite, son exact modèle, du Qatar et aussi de la Turquie dont l’islamisme n’est nullement « modéré », comme n’ont cessé de le présenter les professionnels de la désinformation et du déni de la réalité islamique.

    François Hollande, Manuel Valls, Laurent Fabius s’efforcent aujourd’hui, avec des accents de deuil que l’on veut croire sincère, mais avec une grandiloquence cocardière, de faire oublier leur impardonnable aveuglement sur le fanatisme de ces États soi-disant alliés et amis.

    Ces dirigeants sont à la fois incultes et aveugles sur la réalité millénaire de la théocratie totalitaire islamique. Ils sont incapables de l’analyser comme le très lucide et courageux Maréchal Sissi.

    De plus, aux arguments séducteurs de leur puissance économique et financière, les diplomates de ces États ajoutent leur habileté à berner les nôtres selon leur séculaire pratique de la Taqiya, l’art du double ou triple langage.

    Mais la médiocrité accablante de nos actuels dirigeants ne saurait faire oublier celle des précédents. Il faut se souvenir des stupéfiants propos de complaisance du ministre des Affaires Étrangères Alain Juppé, pour les Frères Musulmans. Et pire encore on ne saurait oublier l’irresponsable action aux conséquences infiniment chaotiques et tragiques qui a été directement menée en Libye par Nicolas Sarkozy sous l’influence aberrante d’un Bernard-Henri Lévy.

    L’alternance par François Hollande d’une pitoyable grandiloquence dans la compassion et de la rodomontade avec de mâles accents guerriers est aujourd’hui insupportable. On attendrait pour le moins l’expression d’une élémentaire repentance pour les aberrations d’une indigente politique idéologique et de déni de réalité aux conséquences criminelles.

    Messieurs Hollande, Valls, Fabius, madame Taubira, et quelques autres, devraient pour le moins avoir la décence de démissionner. De même, messieurs Sarkozy, Juppé et quelques autres devraient avoir celle de ne plus solliciter les suffrages des Français.

  • L’Immaculée Vierge Marie de la Médaille miraculeuse

    Fête de ce jour à Paris et « en certains lieux », ce qui veut dire, dans le missel de 1960, partout où un prêtre décide de dire cette messe.

    Je la dédie tout particulièrement aux Franciscains de l’Immaculée, car on a appris récemment que la persécution qu’ils subissent les oblige notamment à enlever la médaille miraculeuse qui était cousue dans leur habit, au motif que cela pourrait laisser croire que cette médaille est miraculeuse… (Le problème étant que cela ne vient pas du Grand Orient, mais du Vatican.)

    Voici donc ce que dit le bréviaire (on est prié de ne pas montrer le dernier paragraphe aux évêques d’Angleterre…) :

    En l’an du Christ mil huit cent trente, selon des témoignages dignes de foi, la sainte Mère de Dieu apparut à une religieuse appelée Catherine Labouré, de la Société des Filles de la Charité de saint Vincent de Paul, et lui ordonna de faire frapper une médaille en l’honneur de son Immaculée Conception. Les indications sur la médaille furent données par une vision portant, sur l’avers, l’image de la Mère de Dieu. Elle y écrase de son pied virginal la tête du serpent, et étend les mains ouvertes sur le globe terrestre placé sous ses pieds et l’éclaire de rayons ; sur le pourtour de la médaille était inscrite cette prière : O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous. Sur le revers devait figurer le saint nom de Marie, dominée par le signe de la croix, ajoutés en dessous les deux Cœurs, l’un couronné d’épines, l’autre percé d’un glaive.

    medaille-mir2.jpg

    La jeune fille obéit aux ordres de la sainte Vierge et des événements apportèrent la preuve des faits divinement connus. A peine la nouvelle médaille fut-elle diffusée dans le peuple qu’aussitôt les fidèles commencèrent à la vénérer à l’envi et à la porter, comme un acte de dévotion rendu à la sainte Mère de Dieu, en France d’abord, et bientôt, avec l’approbation des évêques, dans le monde entier. La vénération et la confiance augmentant, de nombreux miracles se produisirent sous le regard de la Vierge, comme des guérisons corporelles et l’arrachement des âmes de la boue des vices.

    Parmi ces faits dignes de mémoire, il faut rappeler d’abord ce qui advint à Alphonse Ratisbonne à Rome le 20 janvier 1842, selon le témoignage légitime de l’autorité ecclésiastique. Né à Strasbourg dans une famille juive, Alphonse fit halte à Rome au cours d’un voyage en Orient. Là, il se lia d’amitié avec un homme de la noblesse, revenu de l’hérésie au catholicisme et qui, pris de pitié pour le jeune homme, s’efforça de toute son énergie de l’amener à la vraie religion du Christ. Il n’obtint aucun résultat par ses paroles ; il n’obtint qu’une chose : que le juif porte au cou la médaille miraculeuse. Entre temps, on adressait des prières à la Vierge Immaculée. La Vierge ainsi priée ne fit pas attendre longtemps son secours. En effet, alors qu’il était entré par hasard dans l’église Saint-André delle Fratte vers midi, Alphonse trouva soudain le sanctuaire dans l’obscurité, à l’exception de la seule chapelle Saint-Michel, d’où brillait une lumière très vive. Alors que, saisi par la peur, il détourna les yeux, voici que la bienheureuse Vierge Marie lui apparut avec un visage d’une grande douceur, et vêtue comme sur la Médaille miraculeuse. Devant la céleste vision Alphonse changea subitement. Submergé alors de larmes, il se mit à haïr le manque de foi des juifs et confessa la vérité de la religion catholique, que peu de temps auparavant il détestait, et l’embrassa de tout son être, alors. Instruit sur les vérités chrétiennes, il reçut quelques jours après le saint baptême, à la joie commune de la Ville. Afin donc que soit rappelée la mémoire de la si douce puissance et générosité que la Mère de Dieu déploie par la Médaille miraculeuse, le pape Léon XIII accorda un Office et une Messe de la Manifestation de la même bienheureuse Vierge.

  • Saint Pierre d’Alexandrie

    (Mémoire. La fête de ce jour est celle de saint Silvestre abbé.)

    Saint Pierre, le dernier martyr, celui qui scella la persécution de Dioclétien à Alexandrie (+ 311), ainsi que les Grecs le saluent d’un titre d’honneur : sceau et terme de la persécution, est mentionné pour la première fois dans le martyrologe syriaque et, par la suite, par tous les Orientaux, le 24 novembre. Le martyrologe hiéronymien le commémore au contraire aujourd’hui. Son culte, dans l’antiquité, rencontra une grande faveur, si bien qu’il était très populaire même à Antioche. Une si grande célébrité est due, en partie, à la place très importante qu’occupait ce martyr comme patriarche d’Alexandrie, en partie à ses qualités personnelles, et comme directeur du didascaleion d’Alexandrie, et comme auteur sacré. Il est certain que Pierre fut « un splendide exemplaire d’évêque » selon l’attestation d’Eusèbe.

    Les Syriens ont tiré des Actes mêmes de saint Pierre un titre glorieux qu’ils lui attribuent ; ils l’appellent : celui qui passa à travers le mur percé. Les Actes racontent en effet que le peuple d’Alexandrie montait la garde autour de la prison afin qu’aucun des soldats païens ne se hasardât à exécuter la sentence capitale prononcée contre le Patriarche. Que faire ? Il y avait à redouter que la milice se vengeât du peuple soulevé ; alors le saint Pasteur, pour sauver son troupeau, résolut de s’offrir spontanément à la cruauté des bourreaux. Il fit donc savoir secrètement au tribun qu’au cours de la nuit suivante il indiquerait, par des coups, le point où il fallait percer la muraille pour ouvrir un passage à l’intérieur de la prison. Cette nuit-là, par bonheur, un orage avec éclairs, tonnerre et une forte averse, détourna l’attention des sentinelles chrétiennes, de telle sorte que les soldats du tribun purent, sans être dérangés, pratiquer une brèche dans la muraille de la prison. Le saint Patriarche passa donc à travers le mur entr’ouvert et se laissa conduire par les soldats au lieu même que la tradition indiquait comme celui du martyre de saint Marc. Là enfin il fut décapité, et les fidèles ensevelirent son cadavre.

    Bienheureux cardinal Schuster

  • Le troisième jour

    Osty traduit ainsi le début du chapitre 6 du prophète Osée :

    « Venez et revenons vers Yahvé. Il a déchiré, il nous guérira, il a frappé, il pansera nos plaies ; il nous fera revivre après deux jours, le troisième jour il nous relèvera, et nous vivrons devant Lui. »

    En note, il nous explique que le prophète « imagine une liturgie » de pénitence où « le peuple s’exhorte à revenir » à Dieu. Quant aux deux jours et au troisième jour, cela « désigne un court laps de temps ». Et il ajoute : « L’expression est peut-être empruntée au culte d’Hadad, dieu qui ressuscitait trois jours après sa mort (?). »

    Sic. Je pense que c’est là le sommet de l’impiété du chanoine Osty. Pour lui, non seulement il n’y a dans ce texte aucune allusion à la résurrection du Christ (et à la nôtre), mais il fait semblant d’y voir l’éventuelle résurrection d’un dieu païen. Et cela dans le texte d’un de ces prophètes qui hurlent en permanence contre les Hébreux qui se prostituent avec les dieux païens… C’est ajouter l’absurde à l’impiété.

    Néanmoins Osty parle de « résurrection », pour son dieu païen (qui serait Baal selon la TOB… chacun son dieu…). Pourtant il commente « le troisième jour il nous relèvera ».

    La vraie traduction est : « il nous ressuscitera ». C’est ce qu’avaient déjà compris les Septante, qui ne peuvent pas être accusés de christianiser le texte, puisqu’ils œuvraient au moins deux siècles avant le Christ. Or ils emploient le verbe qui servira spécifiquement à caractériser la résurrection du Christ… et la nôtre (la Septante dit : « nous ressusciterons »).

    Dans sa première épître aux Corinthiens, saint Paul résumant l’évangile qu’il prêche dit de Jésus qu’il est « ressuscité le troisième jour selon les Ecritures ». Cette formule passera dans le Credo, et tous les chrétiens disent et chantent qu’il est « ressuscité le troisième jour selon les Ecritures ».

    Mais où est-il écrit qu’il ressusciterait le troisième jour ? Dans ce texte d’Osée. C’est le seul texte biblique qui parle explicitement et littéralement d’une résurrection le troisième jour.

    Et c’est le Christ lui-même qui dit à ses apôtres, à la toute fin de l’Evangile de saint Luc : « Et il leur dit : Ainsi il est écrit que le Christ souffrirait et qu’il ressusciterait le troisième jour. »

    La référence à Osée vient de ce que le propos de ce prophète récapitule et surélève tous les passages de la Bible où il est question d’un salut le troisième jour. Il s’agit chaque fois d’un salut temporel et éphémère, mais la huitième fois, celle qui se trouve dans le texte d’Osée, le troisième jour est associé non à un salut temporel provisoire, aussi symbolique soit-il, mais explicitement à la résurrection et à la vie près de Dieu.

    (C’est pourquoi ce texte d’Osée est l’un des trois « cantiques » du troisième nocturne des matines des dimanches du temps pascal dans le bréviaire monastique. Un autre de ces cantiques est le passage de Sophonie où Dieu dit: « Attendez-moi, au jour de ma résurrection » en latin "resurrectio", en grec "anastasis", et Osty, comme les autres, traduit « le jour où je me lèverai ».)

  • Un seul drapeau

    Beata.jpg

    Le nouveau Premier ministre polonais, Beata Szydlo, a décidé qu’elle ferait ses conférences de presse et autres déclarations non plus devant des drapeaux polonais et européens alternés, mais devant les seuls drapeaux polonais. « Elles seront tenues seulement devant les très beaux drapeaux polonais rouge et blanc », a-t-elle souligné.

    Beata Szydlo rejoint ainsi Viktor Orban, qui ne prend la parole que devant une forêt de drapeaux hongrois, mais aussi Robert Fico qui ne s’exprime que devant le drapeau slovaque, et Milos Zeman, qui apparaît toujours devant le seul drapeau tchèque. Vive l’union de Visegrad !

    Orban.jpg

    Fico.jpg

    zeman_milos11.jpg

    (J'écris ceci en hommage à Vaclav Klaus, qui avait suscité l'indignation et les plus ignobles insultes des européistes lorsqu'il avait enlevé le drapeau européen du château de Prague et de son bureau. Il ne l'avait pas fait en vain...)

  • Terrorisme anonyme

    Dans la proposition de résolution du Parlement européen « sur la prévention de la radicalisation et du recrutement de citoyens de l'Union par des organisations terroristes », présentée hier par Rachida Dati, on peut lire ceci :

    "Le terrorisme ne peut et ne doit être associé à aucune religion, nationalité ou civilisation."

    C’est évident. Chacun peut constater qu’en Europe ces dix dernières années il y a eu autant d’attentats bouddhistes que d’attentats catholiques.

    Trêve de plaisanterie. Comment peut-on prétendre prévenir la radicalisation etc. si l'on refuse de connaître son origine ?

  • On en est là…

    La boutique de restauration rapide Quick d’Arbent, localité de 3.440 habitants dans l’Ain, a supprimé le porc et ne propose plus que de la viande certifiée halal.

    La direction de l’établissement explique qu’elle répond à une forte demande des consommateurs, et qu’elle pense avoir trouvé ainsi le moyen d’augmenter son chiffre d’affaires, qui n’est pas conforme aux attentes. Et elle a recruté six collaborateurs supplémentaires.

    C’est le premier Quick de l’Ain à passer au halal, le troisième de la région Rhône-Alpes.

  • La scientologie, c’est une marque, pas une Eglise

    Le ministère russe de la Justice avait décidé de ne pas enregistrer l’"Eglise de scientologie". Or toute organisation religieuse doit être enregistrée en Russie pour pouvoir opérer. L’"Eglise de scientologie" avait fait appel. Une cour de Moscou vient de rejeter cet appel, adoptant l’argument du ministre de la Justice que l’"Eglise de scientologie" n’est pas une organisation religieuse, puisqu’aux Etats-Unis elle est enregistrée comme marque déposée.

    L’"Eglise de scientologie", qui avait inauguré ses imposants locaux en 2011 à quelques centaines de mètres de la Place rouge, a six mois pour faire ses bagages…

  • Un premier évêque

    lopes.jpgMgr Steven Joseph Lopes va devenir évêque pour l’ordinariat de la Chaire de Saint-Pierre, la structure créée en Amérique du Nord pour les anglicans (épiscopaliens) des Etats-Unis et du Canada qui veulent rejoindre la communion catholique.

    A ma connaissance il s’agit du premier évêque en charge d’un ordinariat. Donc d'un premier "ordinaire" au sens plénier du terme... (Les anciens "évêques" anglicans des ordinariats n'ont pu qu'être ordonnés prêtres parce qu'ils sont mariés.)

    Mgr Lopes, 40 ans, prêtre du diocèse de San Francisco et official de la Congrégation pour la doctrine de la foi, est le secrétaire de la commission inter-dicastères Anglicanae Traditiones qui a notamment élaboré le missel des ordinariats, lequel vient d’être publié et entre en vigueur dimanche prochain, premier dimanche de l’Avent.

  • Les amis de Fabius soutiennent les tueries

    Le Front al-Nosra (al-Qaida en Syrie, adversaire de l’Etat islamique) a twitté à propos des tueries parisiennes :

    « Nous sommes heureux de constater qu’une secte déviante a été capable de mettre en œuvre une opération, couronnée de succès, à l’encontre des koufars. »

    Laurent Fabius a dit à propos d’al-Nosra : « Sur le terrain, ils font du bon boulot. »

  • Dix chrétiens libérés…

    20151125042416.jpg

    L’Etat islamique a libéré dix chrétiens assyriens de la vallée du Khabour, après de longues négociations avec l’Eglise assyrienne, nous dit-on. Bref, après paiement de nouvelles rançons.

    Il s’agit de 5 hommes et 5 femmes, sept de Tel Jazira, trois autres de trois autres villages.

    Selon l’agence de presse assyrienne il reste encore 158 chrétiens du Khabour aux mains de l’Etat islamique, sur les 253 pris en otages en février.

    L’agence rappelle que l’Etat islamique détient également 185 assyriens de Qaryatain.

  • François a perdu

    Il a perdu l’élection présidentielle en Argentine, explique le blog Messa in latino.

    C’est en effet le chef d’entreprise libéral (et pro-vie) Mauricio Macri qui a été élu, face au candidat péroniste de gauche Daniel Scioli, poulain de la présidente sortante, et soutenu par le pape.

    Quelques jours avant l’élection, la journaliste Alicia Barrios, connue comme une grande amie de Bergoglio, avait écrit que François « veut un gouvernement qui regarde les pauvres dans les yeux, avec une économie menée par des hommes bons et non pas par les forces sauvages du marché ».

    La consigne était claire. Un conseiller de Macri avait répondu : « Ce que dit le pape ne change même pas le vote de dix personnes. » Le scrutin lui a donné raison.

  • Sainte Catherine

    Comme des rayons de soleil, de tes vertus tu éclairas les philosophes incroyants ; comme la pleine lune pour qui s’avance de nuit, tu dissipas les ténèbres de l’absence de Foi. La souveraine crut en Dieu grâce à toi, et tu confondis le tyran, bienheureuse Catherine, comme épouse élue, avec amour tu rejoignis le Christ. Dans la chambre des Cieux, tu retrouvas ton époux resplendissant de beauté et tu reçus de Sa main la couronne royale. Puisqu’en Sa présence tu te tiens avec les Anges, intercède auprès de Lui pour les fidèles célébrant ta mémoire sacrée.

    Tel est le très beau tropaire de sainte Catherine qu’on trouve sur le site de la schola Sainte-Cécile (pour la paroisse russe de la Sainte-Trinité). Le tropaire habituel est autre. Serait-ce que le premier est slave, et le second grec ?

    Chantons l'illustre épouse du Christ, sainte Catherine, la protectrice du Sinaï, celle qui est pour nous refuge et secours ; elle fit taire en effet avec le glaive de l'Esprit brillamment les sophismes des impies ; désormais, en martyre couronnée, pour nous tous elle implore la grâce du salut.

  • Avortueurs

    Amnesty International publie une lettre de 838 médecins de 44 pays qui réclament la dépénalisation de l’avortement dans tous les pays, et qui ne reculent pas devant le mensonge pour appuyer leur réclamation.

  • Quel argument…

    Plusieurs recours contre les décrets d’application de la loi Taubira et de la circulaire Valls sur l’objection de conscience des maires sont – enfin – examinés au Conseil d’Etat. Hier, le rapporteur public a demandé leur rejet, « et souligné le caractère secondaire de ces recours face aux événements qui secouent la France depuis le 13 novembre ».

    Parce que depuis le 13 novembre, comme chacun sait, le Conseil d’Etat ne s’occupe plus que des actes terroristes…

    Et depuis le 13 novembre les autres sujets n’ont plus d’importance. Du moins celui-là…

  • Maçonnique

    L’Association des maires de France a produit un « Vade mecum » sur la laïcité, dont on n’a guère parlé que pour remarquer que l’AMF demandait l’interdiction des crèches de Noël dans les mairies. En fait il s’agit d’un document qui comporte plusieurs autres demandes, toutes d’un laïcisme de combat. Et qui a été inspiré ouvertement par le Grand Orient de France, représenté par son grand maître qui était convié à diriger le « débat ».... Certes on sait bien que les dirigeants de l’AMF sont FM – le nom de Baroin est emblématique -, mais il est curieux que le Grand Orient apparaisse ainsi au premier plan au lieu de rester l’inspirateur discret qu’il est habituellement, et que le « Vade mecum » soit à ce point une caricature du laïcisme maçonnique. Une nouvelle stratégie de la « religion de la République » ?

  • Etrange…

    Les évêques d’Angleterre et Galles ont tenu leur assemblée plénière du 16 au 19 novembre, et ont publié une série de « résolutions ». La troisième est fort étrange. Elle est intitulée « Le 50e annniversaire de Nostra Aetate et la prière du vendredi saint ». Et elle dit ceci :

    « La conférence des évêques demande que la commission pontificale Ecclesia Dei revoie la prière Pro conversione Iudaeorum dans la liturgie solennelle du vendredi saint, dans la forme extraordinaire du rite romain, à la lumière de la compréhension, dans Nostra Aetate, des relations entre l’Eglise catholique et le Judaïsme. »

    Or chacun sait que cette prière a été modifiée par Benoît XVI en 2008, pour que la prière de la forme extraordinaire soit conforme à Nostra Aetate.

    Est-ce que Benoît XVI n’aurait pas compris Nostra Aetate ?

    Pourquoi les évêques anglais ne disent-ils pas en quoi Benoît XVI se serait trompé ?

    On sait que certains reprochent à cette prière de continuer à demander à Dieu la conversion des juifs. Mais les évêques anglais pourraient-ils nous expliquer ce qu’est une prière « pro conversione » qui ne demanderait pas la conversion ?

    Ou bien s’agit-il seulement de lancer une pique contre le pape émérite et sa théologie rétrograde dont le bon pape François nous a si heureusement délivrés ?

     

    P.S.

    La résolution est, manifestement volontairement, mal formulée. Une note explicative de Mgr McDonald, ajoutée ce 24 novembre, souligne qu'il s'agit de supprimer toute demande d'une conversion des juifs, conformément à la prière de la néo-liturgie. Bref il ne s'agit pas de revoir mais de supprimer.

  • La FSSP en Angleterre

    messe.jpg

    Samedi dernier a été célébrée en l’église Sainte-Marie de Warrington (entre Liverpool et Manchester) la grand-messe inaugurant le ministère de la Fraternité Saint-Pierre dans cette église.

    Mgr Malcolm MacMahon, archevêque de Liverpool, présidait cette messe, et le père abbé Cuthbert Madden d’Ampleforth était dans le chœur.

    Le célébrant était l’abbé Armand de Malleray, de la FSSP, qui devient très officiellement recteur du sanctuaire.

    C’était jusqu’ici le monastère d’Ampleforth qui s’occupait de la paroisse, et qui a donné l’église à la FSSP.

    On peut voir des photos de l’événement sur le blog personnel du président de la Latin Mass Society, Joseph Shaw.