Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La révolution "syrienne" et les chrétiens

    Plus de 10.000 chrétiens ont fui la petite ville de Kusayr, à la frontière avec le Liban, suite aux pressions de groupes islamistes sunnites, déclare à Fides un prêtre du cru.

    Les bandes islamistes ont par ailleurs chassé du quartier Hamidiya de Homs des chrétiens s’étant déclarés favorables à l’opposition, voire même présents au sein de la coordination locale des groupes d’opposition. Ainsi que le raconte une source de Fides, les militants ont fait irruption dans leur maison et leur ont dit : « Tous vos biens doivent être pour l’islam. Allez-vous-en autrement nous vous tuerons ».

     

  • Vous ne pouvez servir deux maîtres

    realcompare.jpg

    Le blason du club de football Real Madrid comporte une couronne: cette couronne est celle d’Alphonse XIII qui avait décidé de patronner le club, d’où son nom de Real (royal) Madrid Club de Futbol. La couronne est bien entendu surmontée d’une croix.

    Mais le club construit un complexe hôtelier (d’un milliard d’euros) aux Emirats Arabes: le Real Madrid Resort Island. Le blason du Real Madrid sera omniprésent, mais sans la croix. On enlève la croix pour avoir le droit de faire du fric chez les musulmans.

  • Enlevez ce voile que je ne saurais voir

    Une candidate à la présidentielle martèle qu’elle veut interdire les « tenues religieuses » jusque dans les transports en communs et les sorties scolaires, « sauf évidemment pour les religieux eux-mêmes ». Et chaque fois elle ajoute : « C’est un problème de laïcité », ou : « Nous sommes un pays laïque, il faut appliquer la laïcité. »

    A un journaliste qui revenait sur le sujet (qu’il ne connaissait pas) en lui demandant si les « nonnes voilées » (sic) ne pourraient plus prendre le train, elle a répondu :

    « C’est assez dramatique de voir que vous ne savez pas que la laïcité à la française fait qu’on n’a jamais demandé à des religieux de s’habiller autrement qu’en religieux. »

    Ce qui est assez dramatique, c’est de ne pas savoir qu’une telle affirmation est historiquement fausse, car il est bel et bien arrivé que la République demande aux religieux d’enlever leur habit, et même d’aller se faire voir ailleurs.

    Mais surtout, la distinction que fait cette candidate est dépourvue de toute réalité. La laïcité à la française, c’est que « la République ne reconnaît aucun culte » : elle ne peut donc aucunement faire la différence entre une « nonne voilée » et une mère de famille musulmane voilée (qui se dira religieuse, elle aussi, car elle obéit à un précepte religieux).

    Il est rigoureusement impossible de faire une loi qui n’interdise que les signes religieux musulmans, ou d’appliquer une loi existante aux seuls musulmans. La laïcité à la française est absolument impuissante à enrayer l’islamisation.

    Et, de toute manière, ce n’est pas en enlevant les burqas qu’on lutte contre l’islamisation. Ce n’est que la tartufferie : enlevez ce voile que je ne saurais voir. Comme disait Jean-Marie Le Pen, il faut au contraire que l’on voie ces femmes telles qu’elles sont, car elles sont le symptôme de l’islamisation et en montrent l’étendue.

  • Et nous, alors ?

    Répondant au souhait de Benoît XVI auprès de Raoul Castro, le régime cubain a décidé de décréter un jour férié pour le Vendredi Saint.

    Cette décision a été prise au regard du succès de la "visite transcendentale" (sic) du pape.

    Ce jour férié n'est décrété que pour cette année, mais le conseil des ministres décidera ultérieurement s'il doit devenir permanent.

  • Samedi de la Passion

    L’Évangile nous présente encore un trait de l’histoire de la Passion intérieure. Nous sommes dans les derniers jours qui précèdent la mort du Christ, les princes des prêtres sont tellement aveuglés par leur haine qu’ils veulent faire mourir Lazare, le témoin du grand miracle. Jean décrit ensuite le dimanche des Rameaux et les acclamations du peuple qui va au devant de Jésus avec des palmes. Pendant que le Seigneur enseigne dans te temple, des païens viennent le trouver. Quel contraste ! Les Juifs veulent faire mourir leur Messie, les païens le recherchent. La prière des païens fait naître dans l’âme du Christ des pensées joyeuses et des pensées tristes. Il voit se lever l’aurore du jour de moisson et cette aurore brille au milieu de la nuit de la passion. Des pensées du mont des Oliviers et des pensées du Thabor traversent son Cœur. Il songe à sa mort douloureuse et son âme frissonne ; mais il voit aussi la gloire de Dieu et la rédemption des hommes qui seront les fruits de sa mort, et son âme se rassérène. Il désigne ces fruits par deux images. C’est d’abord la belle image du grain de froment. Il faut que le divin grain de froment meure, soit enfoncé dans le sol ; dans huit jours, ce sera le grand jour de repos du divin grain de froment. Puis lèvera une pousse magnifique qui produira des fruits abondants : le jour de Pâques du Christ et de tous les chrétiens ressuscités. Ce sera la moisson. Voici la seconde image : « Quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai tout à moi. » C’est là une image qui dépasse les temps et nous montre les rachetés de tous les temps, groupés autour de la Croix ; nous aussi, nous avons été attirés par lui. Ainsi l’Évangile parle de toutes les grandes journées de la semaine qui va commencer : du dimanche des Rameaux, du Vendredi Saint (« élevé »), du Samedi-Saint (le grain de froment) et de la splendeur de Pâques.

    Dom Pius Parsch

  • L’humour douteux du service de presse du Conseil européen

    Un communiqué du Conseil de l’Union européenne annonce :

    Il est confirmé qu’un sommet de l’eurozone se tiendra le 1er avril.

    A cause d’une formulation malancontreuse du Traité de stabilité, de coordination et de gouvernance, qui se réfère aux pays « dont la monnaie est l’euro », il est confirmé que ce sommet inclura également les chefs d’Etat ou de gouvernement du Montenegro, du Kosovo, de San Marin, de Monaco, d’Andorre et de la Cité du Vatican, qui tous utilisent l’euro.

    La présence de Sa Sainteté le Pape offre l'occasion de prier pour une intervention divine afin de sauver l'euro. Ceci est désormais considéré comme la stratégie la plus crédible.

    (La faute d’orthographe, que j’ai respectée dans ma traduction de l’original anglais, est vraisemblablement volontaire.)

  • Indécent

    Le déficit public de la France en 2011 a été de 5,2% du PIB, au lieu des 5,7% prévues, a établi l’INSEE.

    François Baroin a déclaré : « Je suis heureux d'arriver à Copenhague avec une excellente nouvelle : nous sommes très en avance sur notre temps de passage pour la réduction des déficits publics. »

    Il est à Copenhague pour participer à une réunion des ministres des Finances de la zone euro. La France peut donc se vanter de faire partie des bons élèves. Il y a peu, les mêmes ministres des Finances donnaient leur accord aux sanctions contre la Hongrie, coupable d’avoir un déficit de… 3%.

  • Les Hindous contre l’Eglise au Gujarat

    Une enquête a été ouverte contre la paroisse catholique de Nagra et l’école catholique Saint-Xavier de Cambay (Khambhat), district d’Anand, dans l’Etat indien du Gujarat, au motif que 32 enfants au total y auraient été convertis au christianisme, ce qu’interdit formellement la loi dite de liberté religieuse de l’Etat, qui est une des lois anti-conversion les plus draconiennes du monde.

    Les prêtres démentent absolument toute conversion. Ils font remarquer qu’ils n’ont procédé à aucun baptême aux dates données pour les prétendues conversions. En revanche ces dates correspondent à des premières communions et à des confirmations, ce qui suppose que les enfants qui ont reçu ces sacrements étaient déjà catholiques. En fait, il s’agit d’enfants de familles catholiques, et les familles étaient également présentes.

    La plainte émanait du Forum pour la Paix et la Justice, qui dit lutter pour les droits des dalits (« intouchables »). De fait tous les enfants en question sont des dalits, de la corporation des tisserands. Et c’est pour mettre un terme aux vagues de conversion des dalits au christianisme qu’a été promulguée la loi anti-conversion. Mais ce n’est pas la faute de l’Eglise si elle est la seule à s’occuper des intouchables, dans cet Etat ultra-hindouiste qui vit toujours selon le système des castes, et où les chrétiens sont une infime minorité (moins de 0,1%).

  • « Christus dilexit ecclesiam »

    Mgr Olivier de Germay, qui va devenir évêque d’Ajaccio après Pâques, a choisi comme devise : « Christus dilexit ecclesiam », une expression de l’épître aux Ephésiens. Il explique :

    Dans ce passage, Saint Paul parle du mariage et dit : « Vous les maris, aimez vos femmes comme le Christ a aimé l’Eglise et s’est livré pour elle ». J’ai choisi cette devise car elle montre le lien très fort entre le Christ et l’Eglise. Je crois qu’aujourd’hui, on a du mal à faire ce lien. Pourtant, l’Eglise est le moyen que le Christ a choisi pour poursuivre son œuvre, jusqu’à la fin du monde. Cela veut dire aussi que nous sommes appelés à L’aimer et à poser sur Elle un regard de foi qui va au-delà des apparences, de la dimension humaine de l’Eglise, qui est parfois très belle, parfois décevante. Mais à travers Elle, le Christ est présent et poursuit son œuvre de salut. Il y est aussi question du mariage. Et toutes les questions autour du mariage et de la famille sont un enjeu fondamental pour l’Eglise et pour la société.

  • Vendredi de la Passion

    Dans la leçon, nous entendons le Messie souffrant. C’est une plainte du Prophète Jérémie. Sa mission avait été d’être le prédicateur de pénitence de son peuple, mais il n’avait récolté que de l’ingratitude. Jérémie est la figure du Messie souffrant. Nous entendons le Christ se plaindre des enfants de Dieu qui l’abandonnent, qui, par leurs péchés, le crucifient de nouveau, qui « délaissent les veines d’eau pure » pendant que les catéchumènes les recherchent dans le Baptême.

    A l’Évangile, nous voyons les princes des prêtres prendre la décision de faire mourir Jésus. La péricope est la continuation du passage, que nous avons entendu voilà huit jours, où il était question de la résurrection de Lazare. Ce miracle eut pour conséquence la séance mémorable du sanhédrin, dans laquelle le grand-prêtre prononça la parole prophétique concernant la mort du Seigneur pour le rachat des hommes. C’était le dernier représentant de Dieu dans l’Ancien Testament ; en lui, malgré son indignité, agissait l’Esprit de Dieu. La méchanceté, la haine, l’enfer même, servent finalement à Dieu pour l’exécution de ses plans. Saint Jean souligne avec émotion cette grande pensée que, seuls, des enfants de Dieu peuvent comprendre. Or le sang du Christ n’a pas seulement été versé pour les Juifs, mais les païens aussi (les catéchumènes) reçurent la bénédiction de ce sang divin.

    Dans cette séance du sanhédrin fut décidée la mort du Seigneur ; il ne s’agissait plus que d’attendre le moment opportun pour s’emparer de lui. Mais, pour le Christ, l’heure de la mort n’était pas encore venue. C’est pourquoi il se retire dans une petite ville du désert, à Éphrem ; il y passe quelques jours, pour se préparer silencieusement à sa mort. Environ huit jours avant sa mort (à peu près aujourd’hui, dans la matinée), il s’éloigne de ce lieu et se rend à Jéricho.

    Dom Pius Parsch

  • Un témoignage sur le CNS

    Le médecin Kamal al Labouani, figure de l’opposition syrienne, a démissionné du CNS (« Conseil national syrien »), qui se dit laïque et pluraliste.

    Les membres du Conseil, dit-il, sont des « fanatiques » (islamistes) qui se dissimulent derrière des « libéraux stupides » (oui, il y en a partout). Il explique : « Les Frères musulmans constituent la force dominante du Conseil. Il y a la faction de Hama, celle de Damas, celle d'Alep. Celle de Hama est soutenue et financée par le Qatar et la Turquie. Ils posent des conditions pour armer la rébellion en exigeant des opposants qu'ils soient islamistes ou pratiquants. »

    (Reuters)

  • La quête de carême pour l’enfant à naître

    Le cardinal Malcolm Ranjith, archevêque de Combo, a décidé que, dans son diocèse, la quête de carême irait à un fonds dédié à l’enfant à naître. Le projet est intitulé « Protection de la vie, assurer aux enfants le droit à la vie », et fait partie de la campagne de la conférence des évêques du Sri Lanka contre le projet du gouvernement de légaliser l’avortement pour les mineures victimes de viol ou d’inceste ou ayant un fœtus mal formé. Or « l’Eglise catholique, dit le cardinal, est catégorique : la vie humaine doit être absolument respectée et protégée depuis sa conception jusqu’à sa fin naturelle. Depuis le premier moment de son existence, le fœtus est un être humain et en tant que tel a un droit inviolable à la vie. Avec ce projet, le gouvernement cherche à légaliser le meurtre. »

    (AsiaNews)

  • Le Pakistan décore deux missionnaires

    Deux missionnaires œuvrant au Pakistan, la sœur irlandaise John Berchmans Conway, de la congrégation des Religieuses de Jésus-Marie, et le père australien Robert McCulloch, de la Société missionnaire de Saint Colomban, ont reçu le prix Sitara-e-Quaid-e-Azam, la plus haute distinction civile qui puisse être accordée par l’Etat à un non-Pakistanais. Elle a été conférée à la demande du gouverneur de la province du Sind, confirmée par le Premier ministre, et remise par le président de la République.

    A défaut d’une politique efficace, c’est un très beau geste symbolique du gouvernement pakistanais contre l’islamisme.

  • Gribouille

    Comme Mohamed Merah a dit qu’il s’était autoradicalisé en prison, le ministre de la Justice, Michel Mercier, veut « renforcer les aumôneries musulmanes pour encadrer un islam de France dans les prisons ».

    Michel Mercier ne sait pas que le Coran de l’aumônier est le même que celui de Mohamed Merah. Or, a dit aussi ce dernier, « dans le Coran il y a tout » pour se radicaliser.

  • Amalgame

    Alors ça, Sarkozy il fait fort. Youssef al-Qaradaoui et Mahmoud al-Masri ont « renoncé à venir » au rassemblement de l’UOIF : Nicolas Sarkozy avait dit à l’émir du Qatar que ces prédicateurs n’étaient pas bienvenus chez nous. En outre, nous dit un communiqué conjoint des ministères de l'Intérieur et des Affaires étrangères, « à la demande du président de la République, Nicolas Sarkozy, le gouvernement a décidé d'interdire l'entrée sur le territoire français de quatre personnalités étrangères invitées au congrès de l'Union des Organisations Islamiques de France » : Akrima Sabri, Ayed Bin Abdallah Al Qarni, Safwat Al Hijazi, Abdallah Basfar.

    Bref, ce sont six orateurs du rassemblement de l’UOIF qui sont interdits de séjour, parce que « les positions et les propos tenus par ces personnes qui appellent à la haine et à la violence portent gravement atteinte aux principes de la République et, dans le contexte actuel, représentent un fort risque de troubles à l'ordre public ».

    Autrement dit, les orateurs étrangers de l’UOIF portent atteinte aux principes de la République, mais l’UOIF est une organisation reconnue par la République parce qu’elle en respecte les principes. Ça va durer longtemps, ces palinodies ?

  • Le racisme anti-belge n’est toujours pas sanctionné

    Jean-Paul Guerlain a été condamné à 6.000 € d’amende, et 2.000 € de dommages et intérêts au Mrap, à la Licra et à SOS Racisme pour « trouble à l’ordre public », parce qu’il avait dit à un journaliste : « Pour une fois, je me suis mis à travailler comme un nègre. Je ne sais pas si les nègres ont toujours tellement travaillé, mais enfin... »

    Le vrai scandale est qu’on puisse toujours raconter des histoires belges sans être condamné. Sans parler des blondes.

  • Jeudi de la Passion

    Jusqu’à présent, les antiennes du Benedictus (le matin à laudes) et du Magnificat (le soir à vêpres) étaient tirées de l’évangile du jour. A partir d’aujourd’hui elles sont tirées des évangiles de la Passion. Et ce jeudi, le dernier jeudi du carême avant le Jeudi Saint, elles annoncent la Cène :

    Magister dicit : Tempus meum prope est, apud te facio Pascha cum discipulis meis.

    Le Maître dit : mon temps est proche, je fais la Pâque chez toi avec mes disciples.

    Desiderio desideravi hoc Pascha manducare vobiscum, antequam patiar.

    J’ai désiré, d’un ardent désir, de manger cet agneau pascal avec vous avant que de souffrir.

  • Faut oser…

    « Pourquoi parle-t-on de Merah comme s’il avait effectivement été le responsable de tous ces meurtres ? »

    C’est ce qu’on peut lire sur le site « Havre de savoir », qui paraît être une émanation de l’UOIF au Havre.

    En bref, toute l’affaire est un montage de Sarkozy pour se faire réélire.

  • Référendum en Irlande

    Le référendum sur le traité du pacte budgétaire européen aura lieu le 31 mai.

    L’Irlande est toujours le seul pays où le peuple ait le droit de donner son avis.

  • Malin

    Le parti islamiste tunisien Ennahda a décidé de ne pas modifier le premier article de la Constitution*. Il n’y sera donc pas question de la charia.

    On peut reprocher bien des choses à Rached Ghannouchi, mais pas d’être un imbécile. Il est même particulièrement malin. On n’en dira pas autant du Figaro qui tombe à pieds joints dans le panneau en titrant : « La Tunisie renonce à la charia ». Sic. Ou des autres commentateurs qui se félicitent d’une telle décision par laquelle la Tunisie laïque donne une fois de plus l’exemple aux autres révolutions du printemps arabe…

    Le Figaro ne s’étonne pas que ce soit Rached Ghannouchi qui fasse une conférence de presse pour expliquer que la charia ne sera pas mentionnée dans la Constitution. Pourtant Rached Ghannouchi n’exerce aucune autorité dans les institutions tunisiennes, et il ne fait pas partie de l’Assemblée constituante.

    Mais il est l’autorité tout court : l’autorité de l’islam.

    Rached Ghannouchi a expliqué que la charia « est une notion un peu floue pour l'opinion publique », et que « des pratiques erronées dans certains pays ont suscité la peur ». Il ne faut donc pas graver dans la loi fondamentale « des définitions ambiguës qui risquent de diviser le peuple ». En clair : ne pas inscrire la charia dans la Constitution, ça rassure la communauté internationale (ce qui est d’une importance cruciale vu l’état économique du pays), et ça permet de conserver le fragile équilibre politique interne et la fiction de l’unité entre les laïques et les islamistes. Cela étant dit, ajoute Rached Ghannouchi, « l'islam est la religion de l'État, avec tout ce que cela implique »…

    * « La Tunisie est un État libre, indépendant et souverain. Sa religion est l'islam, sa langue l'arabe et son régime la République. »