Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La culture de mort totalitaire : Philippe Isnard révoqué !

    Je reçois à l’instant ce communiqué :

    Philippe Isnard se rend actuellement à une conférence à Aix-en-Provence, il m’a donc chargé d’annoncer qu’il a reçu la révocation officielle du Ministère de l’Education Nationale, la pire envisageable. En effet il est révoqué sans aucune indemnité d’aucune sorte et n’a plus droit à rien. Il est clair que sa révocation est si brutale qu’elle a pour objet de servir d’exemple a tous les enseignants qui auraient l’audace de discuter encore de l’avortement. C’est désormais un dogme d’Etat.

    Ce matin il a été reçu comme un paria au lycée des Iscles où il se rendait.

    Demain il fera un communiqué.

    Anne-Marie Chaix

    Secrétaire générale de ProVie France

  • SOS Tout-petits à Saint-Vincent-de-Paul

    SOS Tout-Petits appelle à manifester, samedi 2 avril à 10 h 30, devant l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul, 82, avenue Denfert-Rochereau, où se pratiquent actuellement quelque 2.500 avortements par an.

    Jeanne Smits souligne le « terrible paradoxe » de l’utilisation comme avortoir de cet hôpital qui fut l’hospice des Enfants assistés, créé par saint Vincent de Paul.

    (Par ailleurs je m'associe au deuil du docteur Xavier Dor, qui vient de perdre sa femme. J'ai peu connu Françoise Dor, mais je sais le rôle qu'elle avait aux côtés de son mari. Ses obsèques seront célébrées lundi à Saint-François-Xavier.)

  • Dhimmi d’honneur de première classe hors cadre

    Le 5 avril, jour du fameux débat, le « social-démocrate » Maurice Goldring fera une « Déclaration de paix aux musulmans qui vivent en France » à la mosquée el Fath, rue Polonceau, dans le 18ème arrondissement.

    Aujourd’hui, sur son blog, il se plaint (après la réunion de sa section du PS) que ça ne fasse pas l’événement :

    « Un petit groupe d'habitants de la rue Polonceau va lire le 5 avril, à la mosquée de la rue qu'ils habitent, une déclaration de paix aux musulmans qui vivent et travaillent en France. C'est un événement? Non, la programmation des appareils estime que ce n'est pas un événement. Qu'on ne se déplace pas pour ça. »

    Et il ajoute :

    « Comme habitant du quartier, j'ai envie de rendre spectaculaire une voiture qui ne brûle pas, un consommateur de drogue qui s'est engagé dans un parcours de soins, un encapuchonné qui court après une dame pour lui rendre le sac qu'elle a oublié sur son banc, un musulman qui prie dans la rue, devant ma porte, pour que la France reste un pays laïque. »

    Sic.

    On rappellera seulement que "al fath", le nom de la mosquée où se… rend Maurice Goldring, veut dire à la fois "la conquête" et "la victoire". La victoire de l’islam sur les infidèles par le jihad, s’il faut vraiment préciser.

  • Quelque chose m’échappe…

    Un collectif "Provocs Hellfest ça suffit" se mobilise contre les provocations, notamment  christianophobes, du festival Hellfest, et fait signer une pétition. Le site détaille les horreurs blasphématoires et sataniques des chansons de certains groupes. Nos amis d’e-deo titrent : « Les groupes haineux Mahyem, Belphegor, Triptykon n’ont rien à faire au Hellfest ! »

    Mais le Hellfest, c’est le festival de l’enfer. Quoi de plus logique que ces groupes y participent ? Souhaite-t-on un festival de l’enfer qui chante le paradis ?

    C’est un festival du nom de Hellfest qui ne devrait pas exister. Il me semble.

  • Un petit reste (ou zeste) de chrétienté

    Aujourd’hui c’était la fête de la mi-carême à l’école de mon petit-fils. Une école catholique. La seule du village. L’école laïque a fermé depuis longtemps, faute de clients. Il y avait là beaucoup de princesses, des vahinés, un policeman, le capitaine Crochet et Zorro, comme il se doit. Mon petit-fils était en lion (le roi du dessin animé Robin des bois). Toute cette troupe a fait le tour du village, braillant à tue-tête, récoltant ici ou là des paquets de bonbons, on a fait des photos devant l’église (l’une des plus belles de Bretagne) avant de se retrouver pour un goûter à la mairie. Le maire, catholique (et… un ami, disons…) vient d’être élu conseiller général (à la surprise elle aussi générale). Hélas il n’était pas là : c’est le jour de l’élection des présidents. Mais pendant que le maire faisait son devoir républicain, la mairie était investie par la mi-carême…

  • Saint Alphonse de Liguori

    Extrait de la catéchèse de Benoît XVI, hier, sur Saint Alphonse de Liguori.

    Estimé pour sa bonté et pour son zèle pastoral, en 1762 Alphonse fut nommé évêque de Sant'Agata dei Goti, un ministère qu'il quitta en 1775 avec l'autorisation du Pape Pie VI, à la suite des maladies dont il était atteint. Ce même Pape, en 1787, en apprenant la nouvelle de sa mort, qui eut lieu après de grandes souffrances, s'exclama : « C'était un saint ! ». Et il ne se trompait pas : Alphonse fut canonisé en 1839, et en 1871 il fut déclaré Docteur de l'Eglise. Ce titre lui convient pour de nombreuses raisons. Tout d'abord parce qu'il a proposé un riche enseignement de théologie morale, qui exprime de manière adaptée la doctrine catholique, au point qu'il fut proclamé par le Pape Pie XII « Patron de tous les confesseurs et moralistes ». A son époque, s'était diffusée une interprétation très rigoriste de la vie morale également en raison de la mentalité janséniste qui, au lieu d'alimenter la confiance et l'espérance dans la miséricorde de Dieu, fomentait la peur et présentait un visage de Dieu revêche et sévère, bien éloigné de celui que nous a révélé Jésus. Saint Alphonse, en particulier dans son œuvre principale intitulée Théologie morale, propose une synthèse équilibrée et convaincante entre les exigences de la loi de Dieu, gravée dans nos cœurs, pleinement révélée par le Christ et interprétée de manière faisant autorité par l'Eglise, et les dynamismes de la conscience et de la liberté de l'homme, qui précisément dans l'adhésion à la vérité et au bien permettent la maturation et la réalisation de la personne.

    Alphonse recommandait aux pasteurs d'âme et aux confesseurs d'être fidèles à la doctrine morale catholique, en assumant, dans le même temps, une attitude charitable, compréhensive, douce, pour que les pénitents puissent se sentir accompagnés, soutenus, encouragés dans leur chemin de foi et de vie chrétienne. Saint Alphonse ne se lassait jamais de répéter que les prêtres sont un signe visible de la miséricorde infinie de Dieu, qui pardonne et illumine l'esprit et le cœur du pécheur afin qu'il se convertisse et change de vie. A notre époque, où l'on voit de clairs signes d'égarement de la conscience morale et - il faut le reconnaître - d'un certain manque d'estime envers le sacrement de la confession, l'enseignement de saint Alphonse est encore de grande actualité.

  • Daoudal Hebdo N° 121

    121.jpg

    Daoudal Hebdo N° 121

    Dans ce numéro

     Page 2
    ProVie France : l’association de Philippe Isnard

     Page 3
    Il n’y aura plus de miracles à Lourdes !

     Page 4
    Quelques petites choses sur la Libye

     Page 5
    Libye : Al Qaïda dit merci à la France

     Page 6
    Les admirables chrétiens du Pakistan
    Le Pakistan profil bas à l’ONU

     Page 7
    La Bible en malais séquestrée en Malaisie

     Page 8
    La rose d’or
    Dimanche prochain…

    Daoudal Hebdo, BP 16023, 56160 Guémené-sur-Scorff

    abonnement un an 180 € (papier), 100 € (par courriel)
    Abonnement 6 mois noir et blanc : 70 €

    Spécimen gratuit sur simple demande

  • Jeudi de la troisième semaine de Carême

    Ce jour marque le milieu de la sainte Quarantaine, et c’est pour cela qu’il est appelé le Jeudi de la mi-Carême. Nous accomplissons en effet aujourd’hui le vingtième jeune sur quarante que nous impose l’Église en ce saint temps. Chez les Grecs, c’est la journée d’hier qui est comptée comme Mésonestime à proprement parler, ou milieu des jeûnes ; au reste, ils donnent ce nom, ainsi que nous l’avons vu, à la semaine tout entière, qui est, dans leur liturgie, la quatrième des sept dont est formé leur Carême. Mais le Mercredi de cette semaine est, chez eux, l’objet d’une fête solennelle, un jour de réjouissance, où l’on ranime son courage pour achever la carrière.

    Les nations catholiques de l’Occident, sans considérer le jour où nous sommes parvenus comme une fête, ont toujours eu la coutume de le passer dans une certaine allégresse. La sainte Église Romaine s’est unie à cette pratique ; mais afin de ne pas donner prétexte à une dissipation qui pourrait nuire à l’esprit du jeûne, elle a remis l’expression plus marquée de cette joie innocente au Dimanche suivant, comme nous le verrons ci-après. Toutefois il n’est pas contre l’esprit du Christianisme de fêter aujourd’hui le jour central du Carême, en réunissant, à la manière de nos pères, de plus nombreux convives, et en servant la table avec plus de recherche et d’abondance, pourvu toutefois que l’abstinence et le jeûne soient respectés. Mais, hélas ! Avec le relâchement qui règne aujourd’hui dans notre malheureux pays, combien de gens, qui se disent catholiques, n’ont guère fait autre chose depuis vingt jours que de violer ces lois du jeûne et de l’abstinence, sur la foi de dispenses légitimes ou extorquées ! Quel sens peuvent avoir pour eux les joies naïves que goûtent aujourd’hui, en de lointaines provinces, ces familles de vieux chrétiens qui n’ont point encore laissé périr chez eux les saintes traditions ? Mais ces joies, pour les éprouver, il faut les avoir méritées par quelques privations, par un peu de gêne imposée au corps : et c’est ce que trop de catholiques de nos jours ne savent plus faire. Prions pour eux, afin que Dieu leur donne de comprendre enfin à quoi les oblige la foi qu’ils professent.

    Dom Guéranger

  • Conférence de Bernard Antony à Paris

    "Le miel et le cyanure. Islamophilie, connivence maçonnique : anciennes et nouvelles formes de la subversion dans l’Eglise"

    Jeudi 7 avril 2011 à 19h 30 précises,

    au Centre Charlier, 70 Boulevard Saint-Germain 75005 PARIS

    (métro Maubert-Mutualité, autobus 24, 47, 63, 86, 87, RER B et C Saint-Michel)

    Téléphone : 01 40 51 74 07

    La conférence sera suivie d’un buffet

    Participation aux frais : 8 €

    Étudiants, chômeurs : 4 €

  • Un diplôme de laïcité...

    Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur, déclare sur France Info : « Je pense qu'il nous manque peut-être en France aujourd'hui une formation à la laïcité, un diplôme sur la laïcité et les principes républicains. » Ce qui pourrait concerner « toutes les personnes qui sont en charge des cultes », les directeurs de ressources humaines ou les agents du service public.

    Si l’on suit le raisonnement jusqu’au bout, cela veut dire que les prêtres devraient obtenir un diplôme de laïcité pour exercer le culte catholique.

    Le pire est que nos évêques y sont d’avance tout disposés, comme en témoigne le dernier texte de la CRCF où « les cultes » rendent hommage à la laïcité comme à une religion supérieure qui leur est commune.

  • Un nouveau méfait de la « CRCF »

    La « Conférence des Responsables de Culte en France » (CRCF) a commis un nouveau texte. Cette fois pour rejeter le débat de l’UMP sur la « laïcité ».

    Il y est redit que « les cultes » « adhèrent sans réserve » à la laïcité telle que définie par la loi de 1905.

    Mais ce qui ressort surtout est que « les cultes » s’inscrivent « dans le cadre » de la laïcité : la laïcité est au-dessus des religions, et celles-ci, sous la laïcité, sont toutes sur le même plan.

    Ce qui donne les titres que voici :

    Les religions de France contre le débat de l’UMP

    Les religions de France s’unissent contre le débat sur l’islam

    Les six religions s’opposent ensemble au débat

    Les grandes religions désapprouvent le débat sur la laïcité

    Etc.

    Ainsi, premièrement, l’Eglise catholique disparaît dans un conglomérat de « religions » indistinctes ; deuxièmement (et c’est ce qui est d’abord voulu), l’islam disparaît également du paysage : il n’y a pas de problème de l’islam en France, puisque l’islam est une des religions qui disent toutes la même chose sur la laïcité et le « vivre ensemble » et « adhèrent sans réserve » à la loi de 1905…

  • Et la Côte d’Ivoire ?

    Curieusement, personne ne parle de la guerre en Côte d’Ivoire. Sauf le pape :

    Depuis longtemps, ma pensée va souvent aux populations de la Côte d’Ivoire, traumatisées par de douloureuses luttes internes et de graves tensions sociales et politiques.

    Alors que j’exprime ma proximité à tous ceux qui ont perdu un être cher et souffrent de la violence, je lance un appel pressant afin que soit engagé le plus vite possible un processus de dialogue constructif pour le bien commun. L’opposition dramatique rend plus urgent le rétablissement du respect et de la cohabitation pacifique. Aucun effort ne doit être épargné dans ce sens.

    Avec ces sentiments, j’ai décidé d’envoyer dans ce noble Pays, le Cardinal Peter Kodwo Turkson, Président du Conseil pontifical “Justice et Paix”, afin qu’il manifeste ma solidarité et celle de l’Église universelle aux victimes du conflit, et encourage à la réconciliation et à la paix.

  • Mercredi de la troisième semaine de Carême

    Le respect et la vénération pour l’autorité paternelle qui est la première de toutes les autorités naturelles, est la condition essentielle et la base de tout ordre social. L’enfant — et, en beaucoup de choses, l’humanité est toujours enfant — avant de comprendre, a besoin de croire à l’autorité de celui qui l’enseigne et qui le dirige. Sans cette docilité, toute éducation est impossible, ainsi que tout progrès. Si la société moderne commence à sentir toute l’horreur de l’état d’anarchie où elle se débat, elle doit toutefois en rechercher l’origine première dans ce renversement des bases de l’ordre social, substituant au Décalogue le code de l’égoïsme et du culte de l’Etat.

    Bienheureux cardinal Schuster

    (Ce texte a été publié en 1929, l’année où le TRP Alfredo Ildefonso Schuster, abbé de Saint-Paul-hors-les-murs, devenait cardinal-archevêque de Milan.)

     

  • ProVie France

    Le site de l’association ProVie France publie un reportage sur la Marche pour la Vie de Bruxelles, dimanche. Avec notamment Philippe Isnard, qui a fondé cette association :

    « L’association “ProVie France”  a été créée par le professeur d’Histoire Philippe Isnard, avec quelques amis pro-vie, suite à sa mise à pied de quatre mois pour avoir organisé un débat contradictoire dans le cadre de l’instruction civique, selon les directives de l’Éducation Nationale, mais sans observer la loi du silence imposée par le Planning Familial. »

    Pourquoi créer une nouvelle association, alors qu’il en existe déjà qui ont le même objectif ? Réponse :

    Effectivement il existe déjà plusieurs associations provie et la nôtre vient s’ajouter aux autres, avec, nous l’espérons, sa spécificité et son utilité, sans quoi nous nous serions abstenus.
    En cliquant sur l’onglet “provie” en haut de la page vous auriez déjà quelques indications.
    Plus précisément, notre but est de créer des antennes locales dans le maximum d’endroits en France pour faire des actions ponctuelles militantes, plus spécialement en direction des lycées, collèges et universités où sévissent les associations pro-avortement ou le Planning Familial:
    Ceci par affichage et tractage, ce qui se fait très peu encore en France. et nous rend très mobiles sans logistique trop lourde.
    Pourquoi des opérations militantes telles que les mènent les partis politiques?
    Nous considérons qu’au-delà de la dimension surnaturelle de la vie qui n’appartient qu’à Dieu, notre action est aussi politique.
    Peu à peu nous entreprendrons aussi de faire de la formation, notamment pour nos cadres, militants, adhérents et sympathisants.
    En effet, nous sommes face à un choix de société dont la clef est dans la vie. En laissant développer les vies à naître nous luttons contre la barbarie et pour une civilisation chrétienne.
    Le droit à la vie, le respect des tout petits, tout faibles et qui n’ont pas encore vu le jour est à l’opposé des valeurs que nous impose la société de mort dans laquelle nous vivons. Sans la liberté de vivre, notre civilisation est appelée à disparaître. Nous voulons politiser le droit à la vie sous le regard de Dieu.
    Notre action est donc politique, tout comme est politique le procès fait à Philippe Isnard.
    PS: Précision importante: notre but est d’agir en coopération avec toutes les associations qui défendent le droit à la vie, sans exclusive, et pour autant qu’elles-mêmes sont prêtes à coopérer.

  • Reconquête N° 276

    276.jpg

    276sommaire.jpg

    A commander à Reconquête
     
    70, bd Saint-Germain 75005 PARIS.
    6€ le n° franco de port.
    Abonnement : 45€ pour l'année.
  • Démocratie européenne

    La Belgique égale aujourd’hui le record mondial de la crise politique, et le ravira donc demain à l’Irak qui était resté 289 jours sans gouvernement.

    En fait, on peut se demander si la Belgique est encore une démocratie : elle a un gouvernement qui n’est pas issu des urnes, qui n’est pas responsable devant le Parlement, que personne ne peut renverser, et qui ne peut même pas démissionner, puisqu’il est démissionnaire. Ce qui n’empêche pas ce gouvernement, dépourvu de toute légitimité démocratique, de faire voter le budget et, mieux encore, de faire la guerre en Libye. On ne savait pas que les déclarations de guerre faisaient partie des affaires courantes…

    Cela n’a pas empêché non plus ce gouvernement d’assurer la présidence du Conseil européen pendant six mois…

    Bref, on peut se demander à quoi servent les élections dans les pays de l’UE, puisque cette situation peut perdurer sans que personne n’y trouve à redire.

    En fait, les élections servent à divertir les citoyens. Car la plupart des décisions sont prises par la Commission européenne. De ce fait, qu’il y ait des gouvernements nationaux de plein exercice ou non est sans conséquence. La Belgique en est à la fois la preuve et le symbole : son gouvernement est à Bruxelles…

  • Mardi de la troisième semaine de Carême

    La lecture évangélique (Matth., XVIII, 15-22) établit trois liens puissants qui conservent à l’Église son unité mystique dans l’amour de Dieu et dans la charité du prochain. Ce sont : le sacrement de Pénitence, pour la rémission des péchés ; le pardon fraternel des offenses réciproques que nous pouvons nous faire les uns aux autres ; la solidarité de tous les membres du corps mystique de Jésus dans un unique esprit. Le chrétien n’agit jamais solitairement. En vertu de la communion des Saints, il vit, souffre, prie et agit dans l’Église et avec l’Église, ce qui revient à dire : avec Jésus.

    Bienheureux cardinal Schuster

  • Et maintenant ils arrivent de Libye

    Alors que des Tunisiens continuent de débarquer par centaines à Lampedusa, une embarcation en provenance de Libye contenant 284 Erythréens, Ethiopiens et Somaliens a été déroutée sur Linosa, l’autre île habitée de l’archipel des Pélages. D’autres bateaux venant de Libye et chargés d’Africains sont en vue.

    Les arrivées de clandestins de la Corne de l’Afrique ou d’Afrique sub-saharienne via la Libye avaient cessé depuis la signature d'un traité, en 2008, entre Rome et Tripoli…

  • « Déni de grossesse » : la propagande

    Le grand propagandiste de l’idéologie du « déni de grossesse » (destinée à disculper les assassins de nouveaux-nés), le gynécologue Israël Nisand, publie un livre, en compagnie d’une psychanalyste, intitulé “Elles accouchent et ne sont pas enceintes” (et puisqu’elles ne sont pas enceintes il ne peut pas y avoir de meurtre).

    Bien entendu, Israël Nisand s’étend notamment sur l’affaire Courjault.

    Or, au procès de Véronique Courjault, les trois experts psychiatres qui avaient examiné l’accusée avaient conclu qu’il n’y avait pas de déni de grossesse, et la directrice de l’Institut médico-légal de Paris avait souligné que la façon dont les bébés avaient été tués excluait le déni de grossesse.

  • Toulouse, jeudi 26 mai 2011, le procès pour injure raciste d’Houria Bouteldja !

    Communiqué de Bernard Antony, président de l’AGRIF

    Pour ses propos sur « les blancs » que, d’après elle, « il faut bien nommer des sous-chiens » selon une des injures les plus usitées du racisme le plus répandu, Houria Bouteldja, présidente du mouvement appelé « indigènes de la république » a été renvoyée par Madame le juge d’instruction devant le tribunal correctionnel de Toulouse à la date du 26 mai.

    C’est là enfin l’aboutissement de l’opiniâtreté de l’AGRIF qui, avec son avocat Me Pierre-Marie Bonneau, a mené, seule, une procédure exigeant beaucoup de temps et de vigilante attention.

    La condamnation légitimement attendue d’Houria Bouteldja signifiera que les incitations à la haine raciale et les actes de violence qui en découlent ne sauraient être traités avec une intolérable discrimination dans l’application de la loi en fonction de la race, de l’ethnie ou de la religion visées.

    L’AGRIF se félicite encore de ce que son assistance tout aussi opiniâtre à un jeune ouvrier atrocement agressé au Mans et grièvement blessé (trois mois d’arrêt de travail) le 30 janvier 2010 au cri de « Par Allah, sur le coran, on va te saigner ! » a pu enfin déclencher l’ouverture d’une enquête diligentée par le Parquet.