Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • L’Eglise catholique éthiopienne

    Benoît XVI a reçu ce matin le recteur, les prêtres et séminaristes du Collège pontifical éthiopien, à l'occasion du 150e anniversaire de la mort de saint Justin de Jacobis (1800-1860).

    Je découvre à cette occasion, 1 - qu’il y a un saint catholique éthiopien, 2 - un Collège pontifical éthiopien, 3 – une Eglise catholique éthiopienne (de rite éthiopien, proche du rite copte mais en langue guèze). La hiérarchie de cette Eglise a été constituée en 1961. Il y a un archevêché d’Addis-Abeba et un évêché suffragant, et aussi trois évêchés en Erythrée. Les catholiques éthiopiens sont un peu plus de 200.000 (moins nombreux que les latins…) et apparemment près de 600.000 en Erythrée. (L’Eglise éthiopienne « miaphysite »* compte 35 millions de fidèles.) Elle a plusieurs centaines d'écoles, et depuis peu une université.

    Extrait des propos du pape :

    « Saint Justin, digne fils de saint Vincent de Paul, vécut de façon exemplaire le fait d'être tout à tous, spécialement au service du peuple abyssinien. Il fut envoyé à trente-huit ans par le Préfet de Propaganda Fide, le Cardinal Franzoni, comme missionnaire en Ethiopie, et créa un séminaire, le Collège de l'Immaculée. Il apprit la langue locale et favorisa la tradition liturgique pluriséculaire du rite propre à ces communautés, œuvrant aussi pour un travail œcuménique efficace... Au vu de sa passion éducative, en particulier dans la formation des prêtres, il peut, à juste titre, être considéré comme le patron de votre Collège… Sa féconde contribution à la vie religieuse et civile des peuples abyssiniens fut couronnée par le don de sa vie, silencieusement remis à Dieu après de nombreuses souffrances et persécutions. Il fut béatifié par le vénérable Pie XII le 25 juin 1939 et canonisé par Paul VI, le 26 octobre 1975... Pour vous aussi chers prêtres et séminaristes, la voie de la sainteté est tracée… La sainteté se situe donc au cœur même du mystère ecclésial et elle est la vocation à laquelle nous sommes tous appelés. Les saints ne sont pas un ornement que l'Eglise revêt extérieurement, mais ils sont comme les fleurs d'un arbre révélant l'inépuisable vitalité de leur sève. Il est beau de contempler ainsi l'Eglise, de façon ascensionnelle vers la plénitude du Vir Perfectus, dans une maturation continue, fatigante et progressive, dynamiquement impulsée vers le plein accomplissement dans le Christ. »

    * On préfère aujourd'hui parler de "miaphysisme" que de "monophysisme" pour échapper aux querelles historiques qui ont durci et caricaturé le débat théologique sur les "deux natures" du Christ (entre monophysites et dyophysites - là il y a un y...).
    Le mot "miaphysite" permet de coller exactement à la célèbre expression de saint Cyrille d'Alexandrie "une nature - mia physis - de Dieu le Verbe incarné".

    On trouve sur le site de l'Eglise éthiopienne un exposé (par un... arménien) de la doctrine "monophysite" qui est en fait un exposé de la doctrine "miaphysite":

    "Nous mettons l'accent sur le fait que les natures divine et humaine étaient indivisiblement unies en Christ; le résultat, cependant, n'en fut pas pour autant qu'elles devinrent une et même chose. Eu égard au nombre, les natures n'étaient pas une mais deux; elles étaient toutefois si unies que, bien que nous les distinguions, elles ne sont pas distinctement différentes mais forment une unité en une seule personne."

    Il y a eu un accord christologique entre Rome et les coptes, en 1973, qui montre que le "miaphysisme" peut être acceptable du point de vue catholique (comme le montre la référence de saint Cyrille) s'il n'est pas durci en monophysisme.

  • Le procès surréaliste

    Le tribunal correctionnel de Paris a confirmé que les deux volets de l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris (l'un instruit à Nanterre portant sur 7 emplois, l'autre à Paris sur 21) seraient bien jugés ensemble du 7 mars au 8 avril.

    A l’issue d’un week-end marqué par la polémique sur son état de santé, Jacques Chirac a assuré qu’il se portait très bien.

    Il se rendra donc à son procès, s’il n’est pas une nouvelle fois reporté. L'avocat de Jacques Chirac, Me Jean Veil, a en effet demandé au tribunal de "surseoir à statuer", c'est à dire d'attendre que le tribunal administratif se soit prononcé sur une requête de l'association de lutte contre la corruption Anticor, qui a décidé de se constituer partie civile. (Anticor demande l'annulation de l'accord conclu à l'automne 2010, qui a indemnisé la Ville de Paris en échange de son retrait du procès comme partie civile.)

    En attendant, en dehors de l’action d’Anticor, on a un procès sans « victime », puisque la Mairie de Paris n’est plus partie civile depuis l’accord avec l’UMP, et sans accusation, puisque le parquet a requis un non lieu…

  • Rachid Ghannouchi de retour…

    Après vingt-deux ans d'exil, Rachid Ghannouchi, le chef de file du mouvement islamiste El-Nahda, a regagné hier la Tunisie. Des milliers de partisans l’attendaient, en criant Allahou Akbar, dans une explosion de "fierté islamique". Avant d'entonner le chant qui célèbre le départ de Mahomet de La Mecque pour Médine...

    Les médias répercutent complaisamment les propos du chef islamiste en faveur de la démocratie, de la justice sociale, et de… la fin des discriminations contre les organisations interdites.

    C’est bien un « modéré », conclut-on, et l’on est soulagé de l’entendre affirmer qu’il ne brigue aucun mandat…

    Difficile d’être plus sourd et aveugle.

  • Soudan: les résultats

    Après dépouillement de l’ensemble des votes, la commission électorale pour le référendum au Sud-Soudan a annoncé dimanche que 98,83% des votants se sont prononcés pour l’indépendance. Soit 3.792.518, contre 44.888 pour le maintien dans le Soudan.

    Le taux de votants pour l’indépendance a été de 99,57% dans le Sud, et de 57,65% chez les ressortissants du Sud habitant dans le Nord (ce qui indique leur peur de devoir vivre dans un pays qui sera désormais régi par la charia).

    La commission avait trois jours d’avance, puisqu’elle était censée donner ces résultats le 2 février.

    Le résultat officiel doit être validé le 14 février (s’il y a des contestations) ou le 7 février s’il n’y a pas de contestations (ce qui est le plus probable).

    Addendum

    "Nous annonçons notre accord et notre acceptation des résultats du référendum annoncés hier, nous souhaitons bonne chance à nos frères du Sud ainsi qu'un avenir fructueux dans le règlement des questions autour du futur pays", a déclaré devant la presse le vice-président soudanais Ali Osman Mohamed Taha.

    Le résultat sera donc officiel le 7 février. Ou avant...

  • Pakistan : la mobilisation islamiste ne faiblit pas

    Environ 40.000 personnes ont manifesté dimanche à Lahore, à l’appel de trois partis islamistes, contre toute révision de la loi sur le blasphème, et pour demander la libération de Mumtaz Qadri, l’assassin du gouverneur du Pendjab Salman Taseer.

    Vendredi, à l’appel de l’un de ces partis, Jamaat-e-Islami, de nombreuses femmes, surtout des étudiantes, avaient manifesté à Karachi. Le vice-président du parti, Ashraf Jalali, a qualifié Mumtaz Qadri de « héro de l’umma » et a averti que toute condamnation conduirait à de nouvelles manifestations. D’autres orateurs du mouvement ont demandé l’expulsion de tous les représentants du Vatican au Pakistan en raison de « l’ingérence » de Benoît XVI dans les affaires du pays.

  • Les béatitudes

    Extrait de l’allocution de Benoît XVI hier avant l’Angélus :

    Il ne s'agit pas d'une nouvelle idéologie mais d'un enseignement qui vient d'en haut et touche la condition humaine, celle, justement, que le Seigneur a voulu assumer en s'incarnant pour la sauver. C'est pourquoi « le Discours sur la montagne est adressé à tout le monde, dans le présent et dans l'avenir... et ne peut être compris et vécu qu'à la suite de Jésus, en marchant avec Lui » (Jésus de Nazareth, p. 92). Les Béatitudes sont un nouveau programme de vie pour se libérer des fausses valeurs du monde et s'ouvrir aux biens véritables, présents et futurs. Quand, en effet, Dieu console, rassasie la faim de justice, essuie les larmes des affligés, cela signifie que, en plus de récompenser chacun de manière sensible, il ouvre le Royaume des Cieux. « Les Béatitudes sont la transposition de la croix et de la résurrection dans l'existence des disciples » (ibid., p. 97). Elles reflètent la vie du Fils de Dieu qui se laisse persécuter, déprécier jusqu'à la condamnation à mort, afin que le salut soit donné aux hommes.

    Le pape cite le premier tome de son Jésus de Nazareth. Le second tome paraîtra en France le 10 mars prochain. Alors que le premier tome était consacré à la vie publique du Christ du baptême dans le Jourdain à la Transfiguration, ce second volume est consacré à la Passion et à la Résurrection.

  • Saint Jean Bosco

    Un si grand esprit d’initiative est le fruit d’une très grande intériorité. Sa stature de saint le situe, avec originalité, parmi les grands fondateurs d’Instituts religieux dans l’Eglise. Il excelle sous de nombreux aspects : il est l’initiateur d’une véritable école de spiritualité apostolique, nouvelle et attirante ; il est le promoteur d’une dévotion spéciale à Marie, Auxiliatrice des chrétiens et Mère de l’Eglise ; il est, en outre le témoin d’un sens de l’Eglise loyal et courageux, qu’il montre lors de médiations délicates dans les relations, alors difficiles, entre l’Eglise et l’Etat ; il est l’apôtre réaliste et pratique, ouvert aux apports de nouvelles découvertes ; il est l’organisateur zélé des missions, dans un esprit vraiment catholique ; il donne, d’une manière insigne, l’exemple de l’amour préférentiel pour les jeunes, spécialement pour les plus pauvres, pour le bien de l’Eglise et de la société ; il est enfin le maître qui possède une méthode pédagogique efficace et géniale, qu’il nous a laissée comme un don précieux à conserver et à développer.

    Il me plaît à souligner dans cette Lettre que Jean Bosco a réalisé sa sainteté personnelle par un engagement éducatif vécu avec zèle et ferveur apostolique, et qu’il a su proposer en même temps la sainteté comme un objectif concret de sa pédagogie. Précisément, cette symbiose entre "éducation" et "sainteté" est l’aspect qui caractérise sa figure. Il est un "éducateur saint" ; il suit les traces d’un "saint modèle", François de Sales ; il est le disciple d’un "maître spirituel saint", Joseph Cafasso ; et il sait former parmi ses jeunes un "élève saint", Dominique Savio.

    Jean-Paul II, extrait de la Lettre Juvenum Patris, 31 janvier 1988.

  • 4e dimanche après l’Epiphanie

    L’évangile est celui de la tempête apaisée. Peu après, Jésus répondra aux pharisiens qui lui demandent un signe pour le reconnaître comme le Messie : « Il ne vous sera pas donné d’autre signe que le signe de Jonas le prophète. »

    Jonas apaisa la tempête en se faisant jeter par dessus bord, et il passa trois jours et trois nuits dans la nuit d’un gros poisson.

    Cette tempête apaisée est déjà le « signe de Jonas ». Elle est à la fois une épiphanie : une manifestation de Jésus comme Dieu qui commande aux éléments, et une prophétie de la Passion et de la Résurrection : ce Jésus qui s’endort dans la tempête déchaînée contre lui et ses disciples va se « réveiller » le troisième jour et établir la « grande tranquillité » du salut.

    Désormais, dans toute tempête, qui ne manque jamais dans la vie de ce monde, le chrétien saura que son Sauveur ne l’abandonne jamais, même s’il paraît dormir.

  • Egypte, etc.

    On en est au moins à 27 morts et plus de 1.000 blessés dans les émeutes égyptiennes. Le couvre-feu a été décrété et, la police étant débordée, Moubarak a fait intervenir l’armée, tout en promettant un nouveau gouvernement pour aujourd’hui. Les agences de presse notent ici et là une fraternisation entre les manifestants et des policiers, voire avec des soldats.

    Il y a également de grandes manifestations en Jordanie, au Yemen, et en… Albanie (où c’est calme aujourd’hui, ainsi qu’en Tunisie).

    Une marche pour demander le « départ du système » sera organisée en Algérie le 12 février, organisée par la Coordination nationale pour le changement et la démocratie, née le 21 janvier dans la foulée des émeutes du début janvier qui ont fait officiellement cinq morts et plus de 800 blessés.

  • Une journée nationale de la laïcité...

    Sophie Joissains remet ça. La sénatrice radicale, qui est sœur en maçonnerie et fille en politique (d’Alain, l’ancien maire d’Aix-en-Provence et de Maryse, l’actuel député-maire), a déposé une nouvelle proposition de résolution instituant une journée nationale de la laïcité le 9 décembre (jour anniversaire de la loi de 1905).

    Elle en avait déjà déposé une l’an dernier, avec une brochette de laïcards de l'UMP (dont le président de la Fraternelle parlementaire Bernard Saugey) mais elle n’avait pas eu de suite. Alors elle recommence. Cette fois, dit-elle, en tandem avec le socialiste Claude Domeizel : "Attachés tous deux aux valeurs républicaines, ils ont souhaité déposer ensemble cette résolution afin de lui donner plus de chances d'être adoptée par la Haute Assemblée", dit son communiqué.

    Curieusement, le groupe socialiste annonce le dépôt d’une proposition de résolution de Claude Domeizel, sans mentionner Sophie Joissains…

    frat.jpg

     

    colloque_170210.jpg

  • Riposte laïque découvre le calendrier musulman de Peugeot

    Riposte laïque a découvert le calendrier musulman de l’usine Peugeot de Poissy et s’en indigne comme si c’était une incroyable nouveauté. Mais il existe depuis des années. En outre, Riposte laïque s’en prend à FO, parce que le calendrier dont elle a eu connaissance porte le sigle de ce syndicat. Mais le calendrier est fait par la direction de l’entreprise. On lira ci-dessous ce que j’écrivais dans Reconquête il y a exactement cinq ans. Riposte laïque devrait lire la revue de Chrétienté-Solidarité pour être au courant des avancées de l’islam…

    Lire la suite

  • Le patriarche de Moscou salue Mgr Mennini

    Mgr Antonio Mennini, « représentant pontifical pour la Russie » depuis 2002, et nonce apostolique à Moscou depuis le 15 juillet 2010 (après l’établissement de relations diplomatiques pleines et entières entre la Russie et le Saint-Siège) a été nommé nonce apostolique au Royaume-Uni. Le patriarche Cyrille a salué l’action de Mgr Mennini, le remerciant pour son aide et pour sa « contribution personnelle à la résolution de problèmes » dans les relations entre l'Eglise orthodoxe russe et le Saint-Siège. « Avec la miséricorde de Dieu ces problèmes sont présentés de manière positive, améliorant de fait le climat des relations bilatérales », a-t-il ajouté. « Je suis heureux de travailler pour le bien-être de nos Eglises, mais ce travail aurait été beaucoup plus difficile sans votre soutien, votre amitié et la charité chrétienne », a répondu Mgr Mennini.

    Bien sûr ce sont des propos diplomatiques, mais quand on connaît la vieille hostilité des orthodoxes russes envers l’Eglise catholique, et quand on sait que Mgr Mennini avait été accueilli de façon glaciale par le précédent patriarche, on se dit que les choses changent. Du reste, même Alexis II lui avait remis, le 3 décembre 2007, la médaille d'honneur de Saint Daniel, prince de Moscou, affirmant que « dès le début de son service comme envoyé du Saint-Siège en Russie », Mgr Mennini a gagné « la réputation d'inlassable promoteur de bonnes relations entre les deux Etats et entre leurs deux Eglises ».

  • Saint François de Sales

    Lettre à sainte Jeanne de Chantal, au matin de Noël (l’influence de saint Bernard est manifeste, notamment dans le premier paragraphe).

    Hé, vrai Jésus ! que cette nuit est douce, ma très chère fille ! Les cieux, chante l’Église, distillent de toutes parts le miel ; et moi, je pense que ces divins Anges, qui résonnent en l’air leur admirable cantique, viennent pour recueillir ce miel céleste sur les lis où il se trouve, sur la poitrine de la très douce Vierge et de saint Joseph. J’ai peur, ma chère fille, que ces divins Esprits ne se méprennent entre le lait qui sort des mamelles virginales, et le miel du ciel qui est abouché sur ces mamelles. Quelle douceur de voir le miel sucer le lait !

    Mais je vous prie, ma chère fille, ne suis-je pas si ambitieux que de penser que nos bons Anges, de vous et de moi, se trouvèrent en la chère troupe de musiciens célestes qui chantèrent en cette nuit ? O Dieu ! s’il leur plaisait d’entonner derechef, aux oreilles de notre cœur, cette même céleste chanson, quelle joie ! quelle jubilation ! Je les en supplie, afin que gloire soit au ciel, et en terre paix aux cœurs de bonne volonté.

    Revenant donc d’entre les sacrés Mystères, je donne ainsi le bonjour à ma chère fille : car je crois que les pasteurs encore, après avoir adoré le céleste poupon que le ciel même leur avait annoncé, se reposèrent un peu. Mais, ô Dieu ! que de suavité, comme je pense, à leur sommeil ! Il leur était avis qu’ils oyaient toujours la sacrée mélodie des Anges qui les avaient salués si excellemment de leur cantique, et qu’ils voyaient toujours le cher Enfant et la Mère qu’ils avaient visités.

    Que donnerions-nous à notre petit Roi, que nous n’ayons reçu de lui et de sa divine libéralité ? Or sus, je lui donnerai donc, à la sainte Grand’Messe, la très uniquement fille bien-aimée qu’il m’a donnée. Hé ! Sauveur de nos âmes, rendez-la toute d’or en charité, toute de myrrhe en mortification, toute d’encens en oraison ; et puis recevez-la entre les bras de votre sainte protection ; et que votre cœur dise au sien : Je suis ton salut aux siècles des siècles.

  • L’UE et les chrétiens d’Orient

    Dans un projet de déclaration sur "l'intolérance, la discrimination et la violence fondée sur la religion ou la croyance", négocié par les ambassadeurs des 27 gouvernements européens à Bruxelles, l'UE va se contenter de "condamner fermement" lundi la "violence récente et les actes de terrorisme visant des lieux de culte et de pèlerinage", soulignant "qu'aucun endroit au monde n'est exempt du fléau de l'intolérance religieuse". Le texte souligne que le devoir premier des Etats est "la protection de leurs citoyens, y compris les personnes appartenant à des minorités religieuses", sans citer quelque pays ni quelque religion que ce soit.

    Le texte peut encore être modifié avant d'être entériné lundi par les ministres des Affaires étrangères. Mais l’expérience montre que ces projets de textes sont généralement adoptés tels quels. A moins que Franco Frattini, qui ne peut pas se reconnaître dans une telle déclaration, crie très fort, ce qui n’est pas exclu.

  • L'UDF ?!

    C’est l’événement politique de la semaine : l’UDF a réélu François Bayrou président…

    Je croyais que l’UDF avait disparu. Mais non. Son assemblée générale s’est réunie hier et a réélu Bayrou président à l’unanimité des… 218 adhérents présents (sur 355...).

    Explication : si l'UDF est une coquille vide, elle est propriétaire à Paris d'un ensemble immobilier de 900 m2, près des Invalides. Le MoDem y a installé son siège et l'utilise pour cautionner ses emprunts bancaires...

  • La mafia bulgare vend des bébés aux Grecs

    Les polices bulgare et grecque ont démantelé mardi un trafic de bébés bulgares en Grèce.

    Les femmes enceintes (des Roms) sont envoyées à Lamia, où elles accouchent d’un bébé qui est aussitôt vendu à des Grecs.

    Un garçon coûte 25.000 euros aux parents adoptifs désirant contourner la procédure légale et une fille de 18.000 à 20.000 euros.

    Un autre réseau avait déjà été démantelé en octobre. Et un autre, en 2005, en… France.

  • L’ignoble tambouille qui ose se dire « bioéthique »

    La commission parlementaire spéciale sur la bioéthique a adopté mercredi un amendement ouvrant le don d'ovocytes aux femmes n'ayant pas eu d'enfants. Le but est de "favoriser le don d'ovocytes" en France et d'obtenir des ovocytes de meilleure qualité. L'amendement, proposé par le député Jean Leonetti, prévoit que "lorsqu'elle est majeure, la donneuse peut ne pas avoir procréé." En contrepartie de son don, elle se verrait "proposer une conservation d'une partie de ses ovocytes ou tissus germinaux" en "vue d'une éventuelle réutilisation ultérieure, à son bénéfice, d'une assistance médicale à la procréation".

    La Commission parlementaire spéciale sur la bioéthique a adopté un amendement visant à autoriser la vitrification d'ovocytes (congélation rapide des ovocytes). L'amendement a été proposé par le député Jean Leonetti et vise à faciliter le don d'ovocytes et préserver la fertilité des femmes avant un traitement stérilisant. Le texte prévoit ainsi que dans le cadre de l'assistance médicale à la procréation (AMP), soit possible "la congélation ultra-rapide des ovocytes".

    La Commission spéciale de bioéthique a adopté deux amendements identiques (Alain Claeys et Jean-Luc Le Déaut, PS, et Martine Aurillac, UMP), contre l’avis du gouvernement, autorisant le transfert d’embryon post-mortem. Les membres de la commission ont adopté deux amendements identiques, déposés par les députés Alain Claeys et Jean-Luc Le Déaut (PS) et par Martine Aurillac (UMP), qui a précisé que cette possibilité devait "permettre le transfert d’embryon après le décès du père dès lors qu’il avait donné son consentement et qu’un processus de transfert correspondant à un véritable projet parental d’assistance médicale à la procréation était donc entamé".

    La commission parlementaire spéciale sur la bioéthique a adopté une "clause de conscience" pour les soignants et les chercheurs amenés à travailler sur les embryons humains et les cellules souches embryonnaires humaines. Une clause de conscience pour permettre de ne pas participer à un travail qui est interdit… mais autorisé par des dérogations…

    (Gènéthique)

  • Le Conseil constitutionnel et le « mariage » homosexuel

    Le Conseil constitutionnel déclare que les articles du code civil sur le mariage entre un homme et une femme sont conformes à la Constitution, et rappelle qu’il n’a pas à se substituer au législateur.

    Une décision sans surprise, sauf pour les lobbies qui prennent le Conseil constitutionnel pour un juge américain partisan.

  • Le Message du pape pour la Journée missionnaire

    a été traduit par Zenit. Extrait :

    L'attention et la collaboration à l'œuvre évangélisatrice de l'Église dans le monde ne peuvent être limitées à certains moments ou à certaines occasions particulières, et ne peuvent pas être considérées non plus comme une des nombreuses activités pastorales : la dimension missionnaire de l'Église est essentielle et doit donc être toujours présente. La Journée missionnaire elle-même n'est pas un moment isolé au cours de l'année, mais elle représente une occasion précieuse pour s'arrêter et réfléchir afin de savoir si et comment nous pouvons répondre à la vocation missionnaire, une réponse essentielle pour la vie de l'Église.

     

  • Saint Pierre Nolasque

    Saint Pierre Nolasque fonda l’Ordre de la Merci pour le rachat des captifs. Un jour qu’il priait, la sainte Vierge lui apparut (1228) et lui déclara qu’il serait très agréable à son divin Fils et à elle, qu’il fondât un Ordre en son honneur pour le rachat des chrétiens, de l’esclavage des infidèles. Saint Pierre obéit et fonda avec saint Raymond de Pegnafort et Jacques Ier, roi d’Aragon, l’Ordre de Notre-Dame de la Merci pour le rachat des captifs. On imposa aux membres de cet Ordre un quatrième vœu, celui de rester eux-mêmes captifs des païens si le rachat des chrétiens l’exigeait. Pierre mourut avec ces paroles du psaume sur les lèvres : « Il a envoyé la rédemption à son peuple. »*

    La délivrance des chrétiens captifs est une image de la délivrance des chaînes du démon, de l’« esclavage du péché » (Jean VIII, 34). Assurément le baptême nous a délivrés de l’empire du démon (rappelons-nous les nombreux exorcismes que comporte le rite du baptême), cependant, tant que nous vivons, nous portons des chaînes spirituelles par notre attachement au péché et notre inclination au mal. La véritable liberté ne se trouvera que dans la patrie céleste. Quel bonheur ce dut être, pour les pauvres chrétiens captifs, de revoir leur patrie et de recouvrer la liberté tant désirée, après avoir désespéré déjà de sortir d’esclavage. Il en est de même pour nous : ce n’est que lorsque nous serons arrivés dans notre patrie céleste, que nous jouirons de la pleine liberté. Cette « liberté des enfants de Dieu » nous devons nous efforcer de la conquérir de plus en plus, en nous rendant maîtres de l’homme inférieur : l’esprit doit dominer sur la chair. « La vérité vous rendra libres. »

    Dom Pius Parsch

    * Rédemption vient de redemptum, qui veut dire racheté, en parlant particulièrement d’un captif, d’un esclave, donc délivré.

  • Question de point de vue…

    Titre de l’AFP :

    « La population musulmane va croître deux fois plus vite que les autres »

    Titre de Reuters :

    « La population musulmane va croître moins vite dans le monde »

    En fait les deux titres rendent compte aussi correctement l’un que l’autre de l’étude de l’institut Pew Forum on Religion and Public Life évoquée dans les dépêches. La synthèse donne ceci :

    La population musulmane va croître moins vite, mais deux fois plus vite que les autres…

    En 2030, prévoit cette étude, 79 pays compteront un million de musulmans ou plus, contre 72 actuellement, le Pakistan deviendra la nation musulmane la plus peuplée, passant devant l'Indonésie, la population musulmane aura progressé d'un tiers en Europe, la Belgique et la France compteront plus de 10% de musulmans. (Mais les chiffres donnés par cet institut paraissent bien en dessous de la réalité : la population musulmane en France passerait de 4,7 à 6,9 millions. Or il semble bien qu’on soit déjà à plus de 6 millions, donc déjà au-dessus des 10%.)

  • « Jamais »

    Sarkozy à Davos

    "Je peux vous assurer qu'aussi bien Mme Merkel que moi-même, jamais, vous m'entendez jamais, nous ne laisserons tomber l'euro, jamais."

    Nul ne peut dire jusqu’à quand Mme Merkel dirigera le gouvernement allemand, mais ce qui est sûr est que M. Sarkozy ne sera plus président au plus tard dans six ans. Et peut-être l’année prochaine. Ce qui fait un « jamais » un peu court…

  • L’Union pour la Méditerranée…

    Le secrétaire général de l’Union pour la Méditerranée, le Jordanien Ahmad Khalef Masadeh, a démissionné, apparemment pour des raisons budgétaires : il avait demandé 14,5 millions d’euros et il n’en a reçu que la moitié, les pays du nord de l’UE faisant la sourde oreille.

    Ainsi donc, bien qu’on n’en parle jamais, l’Union pour la Méditerranée, le dada de Nicolas Sarkozy, existerait encore…

    Mais cela attire l’attention sur le fait qu’elle n’a rien à dire de ce qui se passe en Tunisie ou en Egypte… et donc qu’elle n’existe pas. (Rappelons que son objet était de promouvoir la stabilité et la prospérité dans toute la région…)

    NB. La Jordanie n’a pas de côte méditerranéenne. Mais ce n’est pas un problème. Quand Sarkozy avait lancé son mirifique projet d’union des pays riverains de la Méditerranée, il avait cité le Portugal, mais pas la Slovénie… Et Bruxelles, ne supportant pas l’idée d’une union qui englobait certains pays de l’UE et des pays extérieurs à l’UE, a exigé que tous les Etats membres soient partie prenante. D’où cette merveille que l’Allemagne, la Suède et la Finlande (etc.) font partie de l’Union pour la Méditerranée…

  • Le prophète de l’Elysée

    Il y a un an, Nicolas Sarkozy déclarait : « Le chômage baissera dans les mois à venir. » 

    Le chômage a atteint en décembre 2010 un niveau jamais atteint depuis mars 1999.

     

    4b071c00-2972-11e0-b8a6-afda05c43e04.jpg

     

  • Benoît XVI parle de sainte Jeanne d’Arc

    Chers frères et sœurs,

    Je voudrais aujourd'hui vous parler de Jeanne d'Arc, une jeune sainte de la fin du Moyen-Age, morte à 19 ans, en 1431. Cette sainte française, citée à plusieurs reprises dans le Catéchisme de l'Eglise catholique, est particulièrement proche de sainte Catherine de Sienne, patronne d'Italie et de l'Europe, dont j'ai parlé dans une catéchèse récente. Ce sont en effet deux jeunes femmes du peuple, laïques et consacrées dans la virginité ; deux mystiques engagées non dans le cloître, mais au milieu de la réalité la plus dramatique de l'Eglise et du monde de leur temps. Ce sont peut-être les figures les plus caractéristiques de ces « femmes fortes » qui, à la fin du Moyen-Age, portèrent sans peur la grande lumière de l'Evangile dans les complexes événements de l'histoire. Nous pourrions les rapprocher des saintes femmes qui restèrent sur le Calvaire, à côté de Jésus crucifié et de Marie sa Mère, tandis que les Apôtres avaient fui et que Pierre lui-même l'avait renié trois fois. L'Eglise, à cette époque, vivait la crise profonde du grand schisme d'Occident, qui dura près de 40 ans. Lorsque Catherine de Sienne meurt, en 1380, il y a un pape et un antipape ; quand Jeanne naît en 1412, il y a un pape et deux antipapes. Avec ce déchirement à l'intérieur de l'Eglise, des guerres fratricides continuelles divisaient les peuples chrétiens d'Europe, la plus dramatique d'entre elles ayant été l'interminable « Guerre de cent ans » entre la France et l'Angleterre.

    Lire la suite

  • Daoudal Hebdo N° 112

    112.jpg

    Daoudal Hebdo N° 112

    Dans ce numéro

     Pages 2 & 3
    Les allocations familiales, étatistes ?

     Page 4
    Le Cameroun se rebiffe contre l’UE homosexualiste

     Page 5
    Agenda Europa : la Commission fait machine arrière
    La Hongrie sous le feu européen

     Page 6
    Liban : nouvelles menaces pour le Proche Orient

     Page 7
    L’islam d’Al-Azhar expliqué par son grand imam

     Page 8
    L’Hypapante du Seigneur
    Dimanche prochain…

    Daoudal Hebdo, BP 16023, 56160 Guémené-sur-Scorff

    abonnement un an 180 € (papier), 100 € (par courriel)
    Abonnement 6 mois noir et blanc : 70 €

    Spécimen gratuit sur simple demande

  • Saint Jean Chrysostome

    La fête de saint Jean Chrysostome dans le calendrier romain aujourd’hui assume une signification spéciale et démontre comment la primauté pontificale représente une source de bien et une garantie de liberté pour toute l’Église catholique. Jean, vaincu par ses adversaires et déposé de son siège, selon le jugement des évêques inféodés à la Cour, en appela à la Chaire apostolique. Le pape Innocent Ier prit immédiatement la défense du persécuté, annula l’injuste sentence et, après la mort de Chrysostome, exigea de ses adversaires, comme condition de communion avec le Siège pontifical, que son nom serait de nouveau inséré dans les diptyques épiscopaux, ce qui, dans les formes juridiques de l’époque, était comme une canonisation. Aujourd’hui les Orientaux ont trop facilement oublié l’œuvre de l’Église romaine et les luttes soutenues jadis par les papes pour défendre précisément l’orthodoxie et la renommée de leurs plus grands docteurs, tels que Basile, Athanase, Jean Chrysostome, etc. Mais on ne change pas l’histoire, et elle démontre que, pour l’Orient surtout, l’exercice de la Primauté pontificale a été dans l’antiquité la garantie des premiers conciles œcuméniques et l’ancre du salut, que, dans le naufrage qui menaçait déjà les malheureuses Églises orientales, saisissaient avec confiance ces champions de l’orthodoxie catholique.

    Bienheureux cardinal Schuster

    (J'avais publié l'an dernier une lettre de saint Jean Chrysostome au pape Innocent.)

  • Les Démocrates de Suède veulent "éradiquer" l'idéologie politique islamiste

    Les Démocrates de Suède (catalogués comme « d’extrême droite » par les médias), ayant des députés (20) depuis septembre, ont imposé au Parlement un débat sur l’islam, qui s’est tenu aujourd’hui. Le chef du parti, Jimmie Aakesson (31 ans) a notamment déclaré : "Le terrorisme n'est pas une menace isolée. C'est une manifestation de la tactique islamiste et c'est l'islamisme en tant qu'idéologie politique qui doit être combattu et éradiqué." Il a regretté qu'un grand débat national sur ce thème ait été jusqu’ici escamoté en Suède "par peur d'être catalogué comme islamophobe".

  • Reconquête N° 274

    Rec.jpg

    somm.jpg

  • Non

    Lu sur e-deo :

    « Yves Daoudal diffuse maintenant les communiqués du Parti de la France »

    Non. J’ai répercuté UN communiqué du Parti de la France, parce qu’il attirait l’attention sur une information peu médiatisée et permettait de faire le point sur le projet en question.

    Me considérant comme délié de mon allégeance à un mouvement qui a subitement pris le contrepied de ce que je crois en matière politique, je ne m’interdis pas de répercuter des communiqués de diverse provenance.