Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Eglise de Nice : l’AGRIF réagit

    Communiqué de la délégation de l’AGRIF des Alpes-Maritimes (délégué : Jacques Larmande).

    La délégation départementale de l’AGRIF condamne fermement l’incendie criminel qui a ravagé l’église Saint Antoine de Ginestière à Nice. Après l’incendie d’une église à Marseille fin 2006 et les profanations qui ont eu lieu dans plusieurs églises du Vaucluse ces dernières semaines, il faut bien  constater qu’un climat de haine et de violence anti-chrétienne s’installe en région PACA.

    L’AGRIF demande aux autorités policières et judiciaires de tout mettre en œuvre pour retrouver les auteurs de cet acte criminel qui touche le cœur de la foi catholique et porte atteinte au patrimoine de tous les Niçois. Nous attendons des pouvoirs publics la même fermeté que lorsqu’il s’agit des lieux de culte d’autres religions qui sont visés.

    Comme elle vient de le faire, par la voix de son avocat Me Sylvain Naviaux, dans le cas de l’incendie volontaire d’une église à Marseille, l’AGRIF étudie la possibilité de se porter partie civile dans cette affaire, afin que les coupables soient condamnés comme il se doit.

  • La mascarade hulotienne

    Ségolène Royal, Antoine Waechter, France Gamerre, Jean-Marc Governatori, François Bayrou, Corinne Lepage, Marie-George Buffet, Nicolas Dupont-Aignan, Dominique Voynet et Nicolas Sarkozy ont en commun d’être candidats à la présidentielle. Ou du moins de prétendre à la candidature. Ils ont aussi en commun d’obéir aux ordres de Nicolas Hulot (qui n’est ni Président ni candidat), et ils se sont livrés aujourd’hui à un exercice aussi humiliant que ridicule, mais salué par les médias comme courageux et admirable : ils ont fait à tour de rôle acte de soumission au grand sachem Hulot, expliquant chacun pendant 15 minutes, devant un parterre de représentants de lobbies écolos, pourquoi et comment ils obéiront au grand chef de l’écologie quand ils seront au pouvoir. Et chacun a ensuite signé solennellement le « pacte écologique » grand format.

    Le clou du spectacle était évidemment de voir la secrétaire nationale du parti communiste participer à une telle cérémonie. Comme le disait poliment le représentant d’une association de défense de la nature, « on n'a jamais entendu un dirigeant communiste parler autant d'écologie »...

    Pour une fois, Jean-Marie Le Pen n’était pas exclu. Mais en ne participant pas à cette mascarade, il montre que la défense de la France est ailleurs.

  • Une sépulture pour les fœtus

    Le conseil régional de Lombardie, en Italie, a adopté à l’unanimité un règlement prévoyant la possibilité de donner une sépulture à tous les fœtus, quel que soit leur âge. Jusqu’ici seuls les fœtus de plus de 20 semaines pouvaient être remis aux familles à leur demande pour être enterrés ou incinérés.

    Les réactions publiées par le Corriere della Sera sont en général favorables à cette disposition. Mais à la clinique Mangiagalli de Milan, la première à avoir pratiqué des avortements dans la péninsule dès l’adoption de la loi de 1978, certains médecins « redoutent que la mesure n’induise un sentiment supplémentaire de culpabilité chez certaines femmes ayant recours à l’avortement ».

    Tiens donc. Mais comment l’exercice d’un droit peut-il provoquer un sentiment de culpabilité ?

  • Petit coup de gomme

    Le syndicat CFTC des journalistes s’appelait « syndicat chrétien des journalistes CFTC ». Il s’appelle dorénavant « syndicat des journalistes CFTC ».

  • Le scooter

    L’affaire du scooter du fils Sarkozy, dont les voleurs ont été retrouvés grâce à des analyses d’ADN, est révélateur de la personnalité du candidat à la présidentielle, président de l’UMP et ministre de l’Intérieur. Pour Sarkozy, les services de l’Etat doivent être d’abord au service de sa famille. Il y a eu 85.167 plaintes pour vols de deux roues motorisés en 2006. 8% seulement d’entre eux ont été retrouvés. Sans nul doute aucun voleur n’a été identifié jusqu’ici par des analyses d’ADN et par une mobilisation dont le coût doit être largement supérieur à celui du scooter. La France des manants a ainsi une image précise de ce qu’est le candidat Sarkozy.

  • Encore une église incendiée

    L’intérieur d’une église de Nice a été entièrement noirci, lundi, par un incendie. Les experts n’ont pas trouvé d’explication accidentelle. Il s’agit donc vraisemblablement d’un incendie criminel. Et antichrétien.

  • La propagande officielle sur le chômage

    L’annonce de la baisse du chômage en décembre a été plus tonitruante que d’habitude, car il faut tenter de couvrir les voix qui s’élèvent et se multiplient pour dénoncer les magouilles de l’ANPE.

    Villepin et Borloo ont essayé hier tous les registres, depuis l’invective du premier contre les « polémiques stériles et aberrantes qui font le jeu des extrêmes », jusqu’à la fausse humilité du second : « Que le baromètre ne soit pas une analyse parfaite du marché du travail, j’en suis conscient mais les chiffres du chômage, je ne les gère pas, je ne les organise pas. » Comme si l’ANPE était un organisme indépendant…

    Le plus fort est qu’il suffit de s’en tenir aux chiffres publiés par l’ANPE pour constater la supercherie. Les sorties des listes ne cessent d’augmenter, parmi elles les radiations augmentent encore plus, tandis que les sorties pour reprise d’emploi ont baissé de 1,7% en un an. Que sont ceux qui sont sortis des listes sans avoir trouvé d’emploi, sinon des chômeurs non comptabilisés par l’ANPE ? Et quel est l’intérêt de parler d’une légère baisse du nombre de chômeurs de plus de 50 ans, quand on sait que 440.000 chômeurs quinquagénaires sont « dispensés de recherche d’emploi », donc absents des statistiques, et que ce chiffre (en hausse constante) est lui-même en dessous de la réalité puisqu’il est celui des quinquagénaires indemnisés par l’Unedic ?

    L’économiste Marc Touati, que l’AFP interroge souvent, et avec raison, car ses analyses sont généralement intéressantes, fait remarquer que la dernière fois que le taux officiel de chômage a été de 8,6% (comme le mois dernier) c’était en juin 2001. Or, souligne-t-il, à l’époque, l’indice de confiance des ménages atteignait un sommet, ce qui n’est pas du tout le cas aujourd’hui. En décembre, il avait encore baissé, à – 26 (moins vingt-six !) : « Aujourd’hui, les ménages ont compris que le recul récent du chômage est en partie artificiel et qu’il ne leur offrait pas de perspective durablement positives. » Telle est la réalité face à la propagande.

  • Saint Jean Bosco

    Le 29 janvier 1879, il passait dans la petite rue Beauséjour, à Marseille, et il se lamentait, constatant que, depuis une semaine qu'il résidait dans cette ville, il n'avait pu réussir à y implanter son œuvre des apprentis orphelins.

    Sur ces entrefaites, une femme vient à lui et lui désigne, d'un regard suppliant, son enfant de huit ans qui se traînait, perclus, les jambes contournées, sur des béquilles. Don Bosco, ému par la détresse de ces pauvres gens, prie Marie Auxiliatrice avec ferveur, puis, souriant, il bénit l'enfant au nom de la Vierge et lui remet une médaille, et aussitôt les membres du paralysé s'agitent, les jambes se redressent et le voilà qui jette ses béquilles et court.

    Le bruit de ce prodige se répandit à Marseille et toutes les bonnes volontés, jusqu'alors percluses comme le corps de l'enfant, se dégourdirent, et l’œuvre fut fondée.

    Six mois plus tard, Don Bosco sollicité par quelques intimes de leur raconter comment s'était opéré ce miracle, narra qu'il avait dit en toute confiance à la Madone : « Commençons ! »

    (Huysmans)

  • Sondage antidémocratique

    L’institut BVA a demandé à 579 jeunes de 15 à 25 ans s’ils descendraient dans la rue au cas où Jean-Marie Le Pen arriverait au second tour de la présidentielle. L’AFP titre sur les 44% qui se disent prêts à manifester, et non pas sur les 53% qui sont d’un avis contraire et sont pourtant majoritaires. BVA a demandé aux mêmes jeunes s’il fallait empêcher Le Pen de se présenter (50% pour, 46% contre), et s’il ne vaudrait pas mieux voter pour un candidat soutenu par l’UMP ou le PS que pour un « petit » candidat, pour être sûr que Le Pen n’accède pas au second tour (45% le pensent, contre 54%).

    Jean-Marie Le Pen a réagi sur le principe même d’un tel sondage :

    « L’officine de sondages BVA porte doublement atteinte à la démocratie, en demandant à des mineurs s’il faut empêcher Jean-Marie Le Pen d’être candidat, et s’ils sont prêts à manifester dans la rue si Jean-Marie Le Pen parvient au second tour de la présidentielle.

    « La commission des sondages a le devoir de rappeler à BVA que le respect du suffrage populaire s’impose à tous, et que c’est d’abord un devoir civique d’apprendre ce respect aux mineurs, au lieu de les inciter à mépriser les règles démocratiques. »

  • Sarkozy et les siens

    Nicolas Sarkozy est allé à Londres, et pour la huitième fois depuis 2002 il a rencontré Tony Blair. Une fois de plus, il a fait l’éloge du Premier ministre britannique, de son pragmatisme, de son ouverture, etc., et il a conclu : « Les socialistes européens peuvent être fiers de ce qu’a fait l’un des nôtres… »

    Puis il s’est repris : « … l’un des leurs ».

    Mais où est la différence ?

  • Blasphème

    medium__JJC0177.jpgmedium__JJC0302.2.jpgmedium__JJC0127.2.jpgmedium__JJC0282.3.jpgmedium__JJC0349.jpg

    medium__JJC0187.jpgLes commentateurs de la mode ont évoqué, avec un sourire en coin, les « images pieuses » de Jean-Paul Gaultier, à propos de sa collection printemps-été 2007.

    Ces « images pieuses » sont des caricatures de la Sainte Vierge et de ses apparitions. Les auréoles ridicules, le ciboire ou le Sacré Cœur sur la poitrine, cela signe une volonté de dérision blasphématoire.

    Mais quand il s’agit de s’en prendre à la foi catholique, tout est permis.

  • Hypocrisie

    Le Haut Conseil à l’Intégration a proposé hier au Premier ministre l’adoption d’une « charte de la laïcité dans les services publics », nouvelle application des conclusions de la commission Stasi de 2003, et du grand discours subséquent de Chirac. Il est évident que cette charte vise uniquement les problèmes liés à l’islam (les usagers ne peuvent à raison de leurs convictions récuser un agent public, ni exiger une adaptation du fonctionnement du service public ou d’un équipement public, etc.). Il ne s’agit pas d’une charte de la laïcité, mais des limites imposées à l’islam. On se garde bien de le préciser, par une hypocrisie dictée par la pensée unique. Dira-t-on que c’est parce que la République ne reconnaît aucune religion ? Et alors pourquoi a-t-elle créé un Conseil français du culte musulman, et une Fondation des œuvres de l’islam ? Pour la promotion de l’islam, on le nomme. Quand il s’agit de limiter les dégâts induits par cette promotion, on ne le nomme pas…

  • La polémique sur le chômage

    A la veille de la publication des chiffres du chômage de décembre, et donc de l’année 2006, le collectif « Les autres chiffres du chômage » (ACDC) a relancé le débat sur la réalité du chômage en présentant lors d’une conférence de presse une note d’analyse des statistiques de l’ANPE.

    Il n’y a là rien qui n’ait déjà été dit, sur la hausse constante des sorties des listes de l’ANPE, qui ne correspondent que faiblement à des reprises d’emploi, sur le boom des radiations (plus 39% entre 2003-2004 et 2005-2006), sur les non-renouvellements d’inscription de ceux qui n’ont plus droit à l’indemnisation, etc. Mais ce qui est intéressant est que le « collectif » réunit, comme son nom l’indique, des organisations d’extrême gauche (Sud, AC, etc.) dont des syndicats de l’ANPE et de l’INSEE, ce qui lui donne une crédibilité médiatique à laquelle le Front national, par exemple, ne peut prétendre, et donc un important retentissement.

    Ce qui est intéressant, de ce fait, est que l’ANPE se trouve obligée de répondre. Et l’on constate que l’agence… ne peut pas répondre.

    Dans l’entretien que publie l’AFP avec le directeur général de l’ANPE, celui-ci, pour indiquer le nombre des chômeurs, commence par débiter longuement le nombre des demandeurs d’emploi selon les catégories de l’ANPE. Ce que tout le monde peut lire sur le bulletin mensuel publié par le ministère de l’Emploi, et ne répond pas à la question du nombre des chômeurs réels. A moins de faire croire qu’il s’agit en effet du nombre des chômeurs réels, et là c’est prendre les gens pour des imbéciles.

    Finalement, l’AFP lui demande tout de même : « Tous les chômeurs sont-ils inscrits à l’ANPE ? » Réponse : « Je ne dis pas que tous les chômeurs ou tous les gens qui se considèrent comme chômeurs parce qu’ils n’ont pas de travail et en cherchent un (sic), sont inscrits à l’ANPE. Je n’en sais rien. » Pourtant, peu avant, il a affirmé que les sorties de listes pour reprise d’emploi ont « plutôt tendance à augmenter ». C’est donc qu’il y a de très nombreuses « sorties de listes » qui ne correspondent pas à une reprise d’emploi.

    Enfin il admet qu’il y a « peut-être » des jeunes sans emploi qui ne sont pas inscrits. « C’est possible. » Mais après les émeutes, ajoute-t-il, « on a inscrit plusieurs milliers de jeunes ». Ceux-là n’étaient donc pas inscrits précédemment. Et combien de milliers ne le sont toujours pas ?

    Et il ne dit pas un mot des radiations, pas un mot de ceux qui abandonnent l’ANPE après avoir épuisé leurs droits, etc.

    Dernier argument, en désespoir de cause : « On ne conteste jamais les chiffres quand le chômage monte. C’est toujours quand il baisse qu’on le conteste, c’est quand même un peu surprenant. »

    Ce n’est pas vrai. Quand le chômage officiel montait, on constatait que la hausse avouée était bien en deçà de la réalité. Mais il est évident que la contestation a un tout autre impact quand les chiffres officiels baissent. Si l’on dit que le chômage monte plus qu’on ne le dit, on ne fait que renforcer la tendance officiellement avouée. Si l’on dit que le chômage monte alors que les chiffres officiels baissent, on casse l’effet que l’on voulait produire sur l’opinion. Et quand les gauchistes s’en mêlent, suivis pas les médias, ça fait mal…

  • A propos des langues régionales

    medium_JMLP_BZH.JPGC’est un peu tard pour les vœux, et en plus cette carte a quelques années. Mais elle répondra à l’inquiétude manifestée par plusieurs suite à certains propos de Marine Le Pen. D’autre part il est bon de situer exactement le débat (car il y a débat), et pour cela de lire les explications données par Marine Le Pen elle-même.

  • Dixit insipiens in corde suo : Non est Deus

    L'insensé a dit dans son cœur : Il n'y a pas de Dieu.

    Ils se sont corrompus et sont devenus abominables dans leurs iniquités : il n'y a personne qui fasse le bien.

    Dieu a regardé du haut du Ciel sur les enfants des hommes, pour voir s'il y a quelqu'un qui soit intelligent et qui cherche Dieu.

    Tous se sont détournés, ils sont en même temps devenus inutiles ; il n'y a personne qui fasse le bien, il n'y en a même pas un seul.

    Ne comprendront-ils pas, tous ceux qui commettent l'iniquité, qui dévorent mon peuple comme un morceau de pain ?

    Ils n'ont pas invoqué Dieu ; ils ont tremblé de peur là où il n'y avait rien à craindre.

    Car Dieu a mis en pièces les os de ceux qui cherchent à plaire aux hommes ; ils ont été confondus, parce que Dieu les a méprisés.

    Qui donnera de Sion le salut d'Israël ? Quand Dieu aura retourné la captivité de son peuple, Jacob sera dans l'allégresse et Israël dans la joie.

    (Psaume 52, le mardi aux matines)

  • Somalie : les Américains favorisent les islamistes

    L’AFP a interrogé plusieurs spécialistes de la Somalie, à propos des raids aériens américains, qui ratent leurs cibles mais tuent des civils. Réponses :

    « Le système coutumier somalien est très strict. En cas de victimes dans votre clan, soit vous acceptez le prix du sang, soit vous devez aller tuer les agresseurs. Ces raids vont être utilisés pour justifier la mobilisation contre des troupes moins efficaces et moins bien protégées que les avions américains. Des troupes au sol, éthiopiennes ou autres. Les Américains ont mis la région dans une situation très grave : on va vers une situation d’insécurité persistante, dont les cibles seront, hormis les soldats étrangers, le personnel humanitaire international. »

    « Ces raids m’inquiètent beaucoup. Au cours des dix dernières années, les Etats-Unis ont eu très peu de renseignements fiables sur la Somalie. Ils ont peu de gens sur le terrain et s’en remettent à des alliés locaux. Or les Somaliens ont beaucoup de comptes à régler ente eux et ils sont très forts pour pousser les forces internationales à combattre dans le sens de leurs intérêts. »

    « Les solidarités familiales d’une société divisée en de multiples clans et sous-clans font qu’une seule victime civile innocente peut entraîner le basculement dans l’anti-américanisme de centaines, voire de milliers de personnes. »

    « Ces raids aériens n’aboutissent qu’à rendre la cause des tribunaux islamistes plus défendable pour les populations. Les dommages collatéraux suscitent la haine et la colère des populations qui en sont victimes, d’autant plus que pour l’instant les Américains n’ont apporté aucune preuve de victoire : aucun leader terroriste ne semble avoir été neutralisé de la sorte. »

    « Avec une politique comme ça, on va dans le mur. Al Qaïda a maintenant des autoroutes dans la Corne de l’Afrique. »

  • Œuvre de Satan

    Le maire de Moscou Iouri Loujkov tient bon et affirme qu’il interdira de nouveau cette année la Gay Pride à Moscou : « L’année dernière, une pression sans précédent a été exercée sur Moscou pour qu’y soit organisée une parade gay que l’on ne peut appeler autrement qu’une œuvre de Satan. Nous n’avons pas permis cette manifestation et nous ne l’autoriserons pas à l’avenir. » Et le maire de Moscou d’ajouter à notre adresse : « La pensée religieuse mondiale constate une crise de la foi en Occident. Dans certains pays d’Europe on bénit les mariages homosexuels, dès les premières années d’école on introduit des manuels sur le sexe. De telles choses agissent comme un poison moralement mortel sur la conscience pure des enfants. »

  • Une preuve de leur double langage

    Lors du point de presse hebdomadaire de l’UMP, la porte-parole Valérie Pécresse a déclaré à propos de Ségolène Royal piégée par Gérald Dahan : « Je peux vous assurer que nous avons aussi un petit peu peur que ça nous arrive. »

    Mais un candidat à la présidentielle ne peut être piégé par un imitateur que s’il a un double langage, s’il dit en confidence autre chose que ce qu’il dit publiquement. Si son propos est le même en toute circonstance, autrement dit s’il a des convictions et qu’il les exprime, il ne sera pas piégé, c’est l’imitateur qui le sera, car il ne pourra rien tirer de sa supercherie. Dire que l’on a peur d’être piégé, c’est avouer qu’on a un double langage.

    Souvenons-nous comment Nicolas Domenech et Maurice Szafran avaient cru piéger Le Pen sur l'antisémitisme, et comment ce sont eux qui furent piégés, et condamnés.

  • Bayrou « troisième homme » : ça se confirme

    Un sondage LH2 (c’est le nouveau nom de Louis Harris) donne François Bayrou à 14%, niveau record jusqu’ici, devant Le Pen à 10%. Encore un effort ( La Sofres , Ipsos et CSA n’ont pas encore suivi le mouvement), et François Bayrou sera vraiment le troisième homme de la présidentielle. Comme Chevènement en 2002…

  • Europe d’en haut

    La Commission européenne a réagi de façon courroucée au nouveau sondage indiquant que les Européens ne croient pas du tout aux bienfaits de l’euro. « Le danger de ces enquêtes est qu’elles contribuent à renforcer les réactions viscérales plutôt que le respect des faits », a déclaré la porte-parole du commissaire aux Affaires économiques et monétaires.

    Bref, vous n’êtes pas qualifiés pour donner votre opinion, bande de manants qui ne pensez qu’avec vos tripes. Laissez faire ceux qui savent, et taisez-vous.