Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Benoît XVI

  • Scandale au Vatican

    Titre d’une dépêche de l’AFP : « Benoît XVI a reçu le chef de la radio antisémite polonaise Radio Maryja ». Une station qui « diffuse régulièrement des opinions nationalistes, anti-européennes et antisémites ». L’horreur...

    La véritable information est celle-ci : Benoît XVI a reçu le fondateur et directeur de la radio catholique polonaise Radio Maryja.

    Le pape a reçu le P. Rydzyk en compagnie du P. Klafka, provincial de Pologne des rédemptoristes et supérieur du P. Rydzyk, dont il soutient l’action, tant en ce qui concerne Radio Maryja que le quotidien Nasz Dziennik et la chaîne de télévision Trwam qu’il a également créés.

    Nasz Dziennik a publié hier un article sur cette rencontre, qui a eu lieu dimanche à Castel Gandolfo après la prière de l’Angelus, soulignant que le pape a remercié les auditeurs de la radio pour les prières à son intention et a « accordé sa bénédiction à radio Maryja et à toutes ses œuvres ».

  • Benoît XVI : l’« authentique martyre » des chrétiens d’Irak

    Le pape Benoît XVI a reçu successivement aujourd’hui le patriarche de l'Eglise assyrienne d'Orient, le catholicos Mar Dinkha IV, puis des évêques catholiques de différents pays du Proche Orient.

    Devant le premier, le pape a évoqué les souffrances « à la fois matérielles et spirituelles » vécues par les chrétiens d'Orient, « particulièrement en Irak ». Dans ce pays, a-t-il souligné, « les familles et les communautés connaissent une insécurité, des agressions et un sentiment d'abandon croissants », et « beaucoup ne voient pas d'autre solution que de quitter leur pays ». « Ces difficultés sont pour moi une source de grande préoccupation, et je veux exprimer ma solidarité envers les pasteurs et les fidèles des communautés chrétiennes qui restent là-bas, souvent au prix de sacrifices héroïques. »

    Devant les évêques catholiques, Benoît XVI a évoqué la mémoire du prêtre et des trois diacres assassinés le 3 juin en Irak. « L'Eglise entière accompagne avec affection et admiration tous ses fils et ses filles et les soutient en ce moment d'authentique martyre au nom du Christ », a-t-il déclaré. « J'assure encore une fois que la Terre Sainte , l'Irak et le Liban sont présents, avec l'urgence et la constance qu'ils méritent, dans la prière et l'action du Saint Siège et de toute l'Eglise. »

    Le pape s'est adressé « au cœur de ceux qui ont des responsabilités particulières afin qu'ils accomplissent leur grave devoir d'assurer la paix à tous, sans distinction, en la libérant de la maladie mortelle de la discrimination religieuse, culturelle, historique ou géographique ».

  • Le nonce à Yad Vashem

    Le nonce apostolique en Israël, Mgr Franco, a finalement assisté, hier soir, à la cérémonie d’ouverture des commémorations de la Shoah à Yad Vashem.

    Selon Radio Vatican, « il est revenu sur sa décision après une lettre du président du Mémorial qui promet de reconsidérer la manière dont Pie XII est présenté au Mémorial ».

    Selon les médias israéliens, le directeur de Yad Vahem, dans cette lettre, aurait seulement « renouvelé l’offre » contenue dans le communiqué du Mémorial, lequel disait ceci : « Yad Vashem se dédie à la recherche historique et le musée de l'Holocauste présente la vérité historique sur le Pape Pie XII telle qu'elle est connue par les chercheurs aujourd'hui. Yad Vashem a dit au représentant du Vatican qu'il était prêt à continuer d'examiner le sujet, en soulignant que si on lui y donne accès, il étudierait avec plaisir les archives de Pie XII, afin de prendre éventuellement connaissance d'informations nouvelles et différentes de celles qui sont connues aujourd'hui. »

    Mgr Franco avait souligné que sa « décision douloureuse » de boycotter la cérémonie était « personnelle »...

    Quoi qu’il en soit des méandres de la diplomatie vaticane, pour l’heure, la légende de la photo de Pie XII restera scandaleuse.

  • Benoît XVI et la loi naturelle

    Le site du Vatican publie aujourd’hui la version française du discours tenu par Benoît XVI en ouverture du congrès international organisé le 12 février dernier par l’Université pontificale du Latran sur le thème : « Droit moral et naturel ». Il est regrettable que l’expression « loi naturelle », qui se trouve dans les versions italienne, espagnole et portugaise, conformément à l’expression latine lex naturalis également utilisée par le pape, soit systématiquement traduite par « droit naturel » dans la version française. Voici un extrait de ce très important texte du pape.

    « Cette loi a comme principe premier et fondamental celui de "faire le bien et éviter le mal". Il s'agit d'une vérité dont l'évidence s'impose immédiatement à chacun. De cette loi découlent les autres principes plus particuliers, qui réglementent le jugement éthique sur les droits et les devoirs de chacun. C'est le cas du principe du respect pour la vie humaine, de sa conception jusqu'à son terme naturel, ce bien de la vie n'étant pas la propriété de l'homme, mais un don gratuit de Dieu. C'est le cas également du devoir de rechercher la vérité, présupposé nécessaire à toute maturation authentique de la personne. Une autre instance fondamentale du sujet est la liberté. En tenant compte, toutefois, du fait que la liberté humaine est toujours une liberté partagée par les autres, il est clair que l'harmonie des libertés ne peut être trouvée que dans ce qui est commun à tous : la vérité de l'être humain, le message fondamental de l'être même, la lex naturalis précisément. Et comment ne pas évoquer, d'une part, l'exigence de justice qui se manifeste dans le fait de donner unicuique suum, et, de l'autre, l'attente de solidarité qui alimente en chacun, spécialement chez les personnes en difficulté, l'espérance d'une aide de la part de ceux que le destin a favorisés? Dans ces valeurs s'expriment des normes inéluctables et coercitives qui ne dépendent pas de la volonté du législateur ni du consensus que les Etats peuvent y apporter. Il s'agit en effet de normes qui précèdent toute loi humaine : en tant que telles, elles n'admettent d'interventions ni de dérogations de la part de personne. »

  • La préface du livre du pape

    On lira avec grand intérêt, sur le site que j’appelle dans mes liens ci-contre « un site perso sur Benoît XVI », une traduction de la préface du livre sur Jésus, de « Joseph Ratzinger-Benoît XVI », qui doit être publié au printemps. Le pape y explique sa méthode, et il s’agit d’une impressionnante et radicale démolition des exégèses modernes, y compris et explicitement dans leur contamination du concile Vatican II.

  • L’Europe « semble vouloir prendre congé de l’histoire »

    Hier, le pape Benoît XVI a brossé le bilan de son année 2006 devant la curie. A propos de son voyage à Valence, il a évoqué le désastre d’une Europe qui « semble vouloir prendre congé de l’histoire », autrement dit le suicide de l’Europe, qui se déroule sous nos yeux, et en a examiné les causes. Voici ce passage, dans la traduction réalisée par l’agence Zenit :

    Devant ces familles et leurs enfants, devant ces familles dans lesquelles les générations se serrent la main et où l'avenir est présent, le problème de l'Europe, qui en apparence ne désire plus avoir d'enfants, est entré profondément en mon âme. Pour un étranger, cette Europe semble lasse, elle semble même vouloir prendre congé de l'histoire. Pourquoi les choses sont-elles ainsi ? Telle est la grande question. Les réponses sont sûrement très complexes. Avant de chercher ces réponses notre devoir est d'adresser un remerciement aux nombreux époux qui aujourd'hui aussi, en Europe, disent oui à l'enfant et acceptent les difficultés que cela comporte : les problèmes sociaux et financiers, ainsi que les préoccupations et les fatigues jour après jour ; le dévouement nécessaire pour ouvrir aux enfants le chemin vers l'avenir. En mentionnant ces difficultés, apparaissent peut-être également de manière claire les raisons pour lesquelles le risque d'avoir des enfants apparaît trop grand pour un grand nombre de personnes. L'enfant a besoin d'une attention pleine d’amour. Cela signifie : nous devons lui donner un peu de notre temps, du temps de notre vie. Mais cette « matière première » essentielle de la vie — le temps — semble précisément manquer toujours davantage. Le temps que nous avons à disposition suffit à peine pour notre propre vie ; comment pourrions-nous le céder, le donner à quelqu'un d'autre ? Avoir du temps et donner du temps — cela représente pour nous une manière très concrète d’apprendre à se donner soi-même, à se perdre pour se trouver. A ce problème s'ajoute le calcul difficile : de quelles normes sommes-nous débiteurs à l’égard de l’enfant pour qu'il suive le juste chemin et, en faisant cela, comment devons-nous, en faisant cela, respecter sa liberté ? Le problème est devenu particulièrement difficile également parce que nous ne sommes plus sûrs des normes à transmettre ; parce que nous ne savons plus quel est le juste usage de la liberté, quelle est la juste façon de vivre, ce qui constitue moralement un devoir et ce qui est en revanche inadmissible. L'esprit moderne a perdu l'orientation, et ce manque d'orientation nous empêche d'être pour les autres des indicateurs du juste chemin. La problématique va même encore plus loin. L'homme d'aujourd’hui est incertain à propos de l'avenir. Est-il admissible d'envoyer quelqu'un dans cet avenir incertain ? En définitive, est-ce une bonne chose d'être un homme ? Cette profonde insécurité sur l'homme lui-même — à côté de la volonté de posséder toute la vie pour soi — est peut être la raison la plus profonde pour laquelle le risque d'avoir un enfant apparaît à de nombreuses personnes comme un risque qui n'est pratiquement plus envisageable. De fait, nous ne pouvons transmettre la vie de manière responsable que si nous sommes en mesure de transmettre quelque chose de plus que la simple vie biologique, c'est-à-dire un sens qui tienne également dans les crises de l'histoire à venir et une certitude dans l'espérance qui soit plus forte que les nuages qui assombrissent l'avenir. Si nous ne réapprenons pas les fondements de la vie — si nous ne découvrons pas de manière nouvelle la certitude de la foi – nous aurons également toujours plus de mal à confier aux autres le don de la vie et la tâche d'un avenir inconnu. Le problème des décisions définitives est, enfin, lié à cela : l'homme peut-il se lier pour toujours ? Peut-il dire un oui pour toute la vie ? Oui, il le peut. Il a été créé pour cela. C'est précisément ainsi que se réalise la liberté de l'homme et ainsi que se crée aussi le domaine sacré du mariage qui s'élargit en devenant une famille et qui construit l'avenir.

  • Le décret sur la messe de saint Pie V

    Il y a bien eu aujourd’hui une réunion de la commission Ecclesia Dei sur la libéralisation de la messe de saint Pie V. Le cardinal Medina Estévez a déclaré à l’agence I-Média : « Nous avons débattu ensemble pendant près de quatre heures et effectué quelques corrections » au projet de décret pontifical. Sans préciser sur quels points portaient les corrections. Mais la publication du document est « proche », a-t-il ajouté. Le cardinal Ricard s’est quant à lui refusé à toute déclaration.

  • La saine laïcité et le laïcisme

    Le pape Benoît XVI a prononcé samedi, devant le congrès des juristes catholiques italien, une importante allocution sur la laïcité. Le texte n’est aujourd’hui disponible qu’en italien sur le site du Saint-Siège. En voici de larges extraits, donnés par l’agence APIC.

    Interdire les symboles religieux dans les lieux publics ne correspond pas à une idée "saine" de la laïcité, a martelé samedi le pape Benoît XVI en recevant en audience les participants à une conférence nationale des juristes catholiques italiens.Le pape a ainsi fustigé le laïcisme et donné la définition d’une "laïcité saine", devant ces juristes.
    Benoît XVI a condamné la “dégénérescence“ de la laïcité en “laïcisme“, lors d’une intervention devant plusieurs centaines de juristes catholiques italiens, le 9 décembre 2006 au Vatican. Dénonçant “l’exclusion des symboles religieux des lieux publics“, le pape a donné la définition d’une “laïcité saine“ où l’Eglise ne soit pas confinée dans la sphère privée, où elle puisse se prononcer sur les questions morales et exercer librement le culte.
    “L’hostilité à toute forme d’importance politique et culturelle de la religion, particulièrement à la présence de tout symbole religieux dans les institutions publiques, n’est certainement pas une expression de la laïcité, mais de sa dégénérescence en laïcisme“, a ainsi affirmé le pape devant les participants au 56e congrès de l’Union des juristes catholiques italiens, reçus en audience au Vatican. “Refuser à la communauté chrétienne et à ceux qui la représentent légitimement le droit de se prononcer sur les problèmes moraux qui interpellent aujourd’hui la conscience de tous les êtres humains, particulièrement des législateurs et des juristes, n’est pas non plus le signe d’une laïcité saine“, a ajouté Benoît XVI. A ses yeux, “sans Dieu, l’homme est perdu“ et “l’exclusion de la religion de la vie sociale, en particulier la marginalisation du christianisme, mine les bases mêmes de la coexistence humaine“.
    Benoît XVI a noté qu’aujourd’hui “la laïcité est communément considérée comme l’exclusion de la religion des divers domaines de la société et comme son confinement dans le domaine de la conscience individuelle“. Ainsi, a-t-il regretté, “la laïcité s’exprimerait dans la totale séparation entre l’Etat et l’Eglise, sans que cette dernière n’ait le droit d’intervenir sur des thématiques relatives à la vie et au comportement des citoyens“. De même, “la laïcité comporterait aussi l’exclusion des symboles religieux des lieux publics destinés au déroulement des fonctions propres à la communauté politique : les bureaux, les écoles, les tribunaux, les hôpitaux, les prisons…"
    A partir de ces multiples manières de concevoir la laïcité, a encore expliqué le pape, “on parle aujourd’hui de pensée laïque, de morale laïque, de science laïque, de politique laïque“. Il s’agit selon lui d’une “vision dans laquelle il n’y a pas de place pour Dieu“ et il semble que cette laïcité soit devenue “l’emblème qui qualifie la post-modernité, en particulier la démocratie moderne“. Pourtant, selon Benoît XVI, “le devoir de tous les croyants“, en particulier des chrétiens, est de “contribuer à élaborer un concept de laïcité qui, d’une part, reconnaisse à Dieu et à sa loi morale, au Christ et à son Eglise, la place qui leur revient dans la vie humaine, individuelle et sociale, et, de l’autre, qui affirme et respecte l’autonomie légitime des réalités terrestres“.
    Le pape a alors proposé la définition d’une “laïcité saine“. “L’Eglise, a-t-il expliqué, ne peut indiquer quel système politique et social il faut préférer, mais c’est le peuple qui doit décider librement les modalités les meilleures et les plus aptes à organiser la vie politique“. “Toute intervention directe de l’Eglise dans tel domaine serait une ingérence illégitime“. D’un autre côté, selon Benoît XVI, “une ‘laïcité saine' implique que l’Etat ne considère pas la religion comme un simple sentiment individuel que l’on pourrait confiner uniquement dans la sphère privée“.
    “Ceci implique que le libre exercice des activités de culte - spirituelles, culturelles, éducatives et caritatives - de la communauté des croyants soit garanti pour chaque confession religieuse (tant qu’elle n’est pas contraire à l’ordre moral et n’est pas dangereuse pour l’ordre public)“, a encore souligné le pape devant les juristes catholiques italiens.
    Dans sa longue intervention autour du thème choisi par les juristes italiens lors de leur congrès - ‘la laïcité et les laïcités’ - le pape a indiqué qu’il n’y avait pas “une seule laïcité, mais plusieurs“, et même “de multiples manières de considérer et de vivre la laïcité, des manières parfois opposées et même contradictoires entre elles“. Benoît XVI a ainsi expliqué qu’au Moyen-Âge, la laïcité marquait “l’opposition entre les pouvoirs civils et les hiérarchies ecclésiastiques“. “A l’époque moderne“, a précisé le pape, elle prend le sens de “l’exclusion de la religion et de ses symboles de la vie publique au moyen de leur confinement dans la sphère du privé et de la conscience individuelle“. Selon le pape, “c’est ainsi qu’a été attribué au terme de laïcité une acception idéologique opposée à celle qu’il avait à l’origine“.
    La distinction entre laïcisme et laïcité revient souvent dans la bouche de Benoît XVI. Il avait aussi déjà établi cette distinction avant même d’être élu pape. Plus récemment, dans l’avion qui le menait en Turquie, le 28 novembre dernier, Benoît XVI avait affirmé devant les journalistes qui l’accompagnaient que le laïcisme était “une idée qui sépare totalement la vie publique de toutes les valeurs des traditions“ et “une voie sans issue“. Il invitait alors à “redéfinir le sens d’une laïcité qui souligne et conserve la vraie différence et l’autonomie des sphères mais aussi leur cohérence et leur responsabilité commune“.

  • Plus de mille

    J’ai ouvert ce blog le 12 septembre. Pour la première fois, hier, j’ai eu plus de 1.000 visiteurs. Soit plus du double du flux moyen des jours précédents. Je ne le signale pas pour une gloriole qui serait encore plus dérisoire que vaine, mais parce que ce « pic » est dû manifestement à mon texte sur le pape en Turquie. Je suis content d’avoir pu contribuer un tout petit peu au service de la vérité, du pape et de l’Eglise. Merci (pas pour moi, mais pour l’Eglise qui est le Christ) à tous ceux qui ont répercuté mon analyse.

  • Benoît XVI en Turquie : les deux mensonges

    La presse a trouvé le moyen de nous fournir deux scoops sensationnels à propos de la visite du pape en Turquie. D’une part, Benoît XVI s’est prononcé pour l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne, d’autre part il a prié dans une mosquée comme un musulman. Ce sont des faits doublement exceptionnels, car dans les deux cas Benoît XVI contredit radicalement ce que professait le cardinal Ratzinger. Et c’est tant mieux, ajoute-t-on, car ainsi il fait amende honorable après sa provocation antimusulmane de Ratisbonne, et il abandonne son opposition au grand mélange des religions.

    Ces deux scoops sont deux mensonges. Aussi énormes que le battage médiatique avec lequel ils sont mis en scène.

    Le pape n’a pas dit (à quelque moment que ce soit de son voyage) qu’il était favorable à l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne. C’est le Premier ministre turc Erdogan qui a dit que le pape lui a dit… Ce n’est pas du tout la même chose.

    Depuis quand la parole du Premier ministre turc est-elle parole d’évangile ? Surtout quand il est tellement évident que, au moment même où les autorités européennes commencent à tousser face à l’intransigeance turque sur Chypre, le gouvernement turc est prêt à utiliser n’importe quoi pour montrer qu’il a des alliés ?

    Cela dit, il ne serait pas impossible que le pape Benoît XVI n’ait pas, sur cette question, le même avis que le cardinal Ratzinger préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi. Par exemple, qu’il soit sensible à l’argument des orthodoxes, et du gouvernement grec, qui sont favorables à l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne, parce qu’ils pensent que ce serait une façon d’obliger les Turcs à respecter les droits des minorités, donc à garantir la présence chrétienne, et une possibilité de renouveau chrétien, en Turquie.

    Mais si le pape prenait cette position, il le dirait, il l’expliquerait. Il ne se contenterait pas de faire dire par un homme politique, musulman de surcroît, ce qu’est sa position. Tant que lui-même n’a rien dit, la plus élémentaire honnêteté consiste à constater qu’il n’a rien dit.

    La plus élémentaire honnêteté consiste aussi à reproduire ce que le pape a vraiment dit en ce qui concerne l’Europe.

    A l’issue de la liturgie célébrée par le patriarche Batholomée Ier, Benoît XVI a appelé les chrétiens à « renouveler la conscience de l’Europe dans ses racines, ses traditions et ses valeurs chrétiennes, et leur redonner une nouvelle vitalité ».

    Dans leur message commun, Benoît XVI et le patriarche Batholomée Ier ont demandé aux catholiques et aux orthodoxes d’« unir leurs efforts pour préserver les racines, les traditions et les valeurs chrétiennes ».

    Voilà ce qu’a dit le pape sur l’Europe. Il n’y est pas question de la Turquie , sauf en creux : faire entrer en Europe des dizaines de millions de musulmans n’est pas forcément la bonne méthode pour revivifier les racines et les valeurs chrétiennes d’un continent déchristianisé…

    Enfin, on se souviendra de ce que le pape a répondu aux journalistes dans l’avion qui l’amenait en Turquie : c’est un pays « charnière entre l’Europe et l’Asie », par le fait que « le dialogue entre la raison européenne et la tradition musulmane est inscrit dans l’existence de la Turquie moderne ». Un pays charnière n’est pas un pays membre.

    Maintenant, la visite de la mosquée.

    Le pape a poliment accompagné l’imam, s’est arrêté avec lui et a acquiescé quand l’imam a suggéré un moment de méditation. Il ne s’est pas tourné vers La Mecque, il est resté à côté de l’imam, qui, lui, était en effet tourné vers La Mecque. Si cet imam, en visite à Rome, était conduit par le pape derrière l’autel de Saint-Pierre, dirait-on qu’il s’est tourné vers Jérusalem ?

    D’autre part, contrairement à ce qu’on prétend, le pape n’a pas adopté une des postures de la prière musulmane, et n’a fait aucun geste propre aux musulmans. Il avait les bras croisés sous la poitrine, et ce que l’on voyait, ce qui apparaissait de façon spectaculaire, c’était sa croix pectorale en or, qui brillait sous les illuminations de la mosquée. C’est la croix du Christ qui est entrée au centre de la mosquée symbole de l’islam turc.

  • Le Pape et Pierre Gemayel

    Condamnant l’attentat contre Pierre Gemayel, Benoît XVI a déclaré, lors de son audience du mercredi : « Face aux forces obscures qui cherchent à détruire le pays, j'invite tous les Libanais à ne pas se laisser vaincre par la haine mais au contraire à consolider l'unité nationale, la justice et la réconciliation et à travailler ensemble pour construire un univers de paix. J'invite les responsables des pays qui ont à cœur le sort de cette région à contribuer à une solution globale et négociée des différentes situations d'injustice qui la frappent depuis trop longtemps. »

  • Le mariage, la liberté, l’amour

    Recevant des cardinaux allemands au Vatican, le pape Benoît XVI a notamment déclaré à propos des jeunes et du mariage : « Il est très important d'aider les jeunes à se dire le oui définitif, qui n'est pas contraire à la liberté, mais représente au contraire sa plus grande opportunité. L'amour atteint sa véritable maturité lors d'une vie passée ensemble. » Lumineux résumé de la vérité du mariage.

  • Foi et liberté

    « La plénitude de la foi peut seule communiquer le pouvoir libérant de l’Evangile. » (Benoît XVI aux évêques irlandais en visite ad limina.)

  • Benoît XVI et l’immigration

    Recevant le nouvel ambassadeur de Belgique auprès du Saint-Siège, le pape Benoît XVI a notamment déclaré : « Aujourd’hui l’accueil d’immigrés de plus en plus nombreux et la multiplication sur un même sol de communautés différentes par leur culture d’origine ou leur religion rendent absolument nécessaire, dans nos sociétés, le dialogue entre les cultures et entre les religions ». Il convient d’accueillir les immigrés d’une manière « qui respecte toujours leur dignité », a-t-il ajouté, en précisant : « Pour cela, il importe de mettre en œuvre une politique d’immigration qui sache concilier les intérêts propres du pays d’accueil et le nécessaire développement des pays les moins favorisés. »

  • Il n’y avait pas de « provocation »

    Vérification faite, le pape n’a pas parlé de « courage de la provocation » dans la l’affirmation de la foi, dans sa catéchèse de mercredi. Le texte qu’il a prononcé est celui qui a été publié par le Vatican : « Il faut être bien conscient que notre identité chrétienne requiert force, clarté, et courage face à toutes les contradictions du monde dans lequel nous vivons. »

    Il est curieux que l’AFP ait entendu « provocazione » au lieu de « contraddizione ».

    Il est vrai que le propos du pape – son commentaire des propos « polémiques » de l’épître de saint Jude, son appel au courage dans l’affirmation de l’identité chrétienne ­– va tout à fait dans ce sens-là. Car dans « le monde dans lequel nous vivons », cette affirmation ne peut être vue que comme une provocation.

    Mais il n’a pas prononcé le mot. A vrai dire, c’était très étonnant qu’il le fît, car ce n’est pas dans son vocabulaire.

    Au fond, cela aura permis d’attirer l’attention, premièrement sur ses remarquables catéchèses, et deuxièmement sur celle-là où il appelle à témoigner de la foi et de l’identité chrétienne avec « force, clarté et courage ». C’est très bien ainsi.

  • Ouahou le pape !

    Poursuivant sa catéchèse sur les apôtres, Benoît XVI a évoqué aujourd’hui saint Jude. Commentant l’épître de ce dernier, il a constaté que « nous ne sommes plus habitués, aujourd’hui [dans l’Eglise, du moins] à un langage aussi polémique ». « Néanmoins, a-t-il ajouté, il s’agit de quelque chose d’important : au milieu de toutes les tentations, dans tous les courants de la vie moderne, nous devons conserver l’identité de notre foi. Certes, la voie de la tolérance et du dialogue, que le concile Vatican II a heureusement prise, doit être continuée avec une ferme constance. Mais cette voie du dialogue, quoique nécessaire, ne doit pas nous faire oublier le permanent devoir de repenser et d’affirmer avec tout autant de force les lignes maîtresses et inaliénables de notre identité chrétienne. »

    Selon l’AFP, le pape a dit ensuite : « Il faut avoir conscience que notre identité ne se joue pas sur un plan simplement culturel, ou à un niveau superficiel, mais requiert force, clarté, et le courage de la provocation, qui sont le propre de la foi. »

    Le texte publié par le Vatican est différent :« D’autre part, il faut être bien conscient que notre identité chrétienne requiert force, clarté et courage face à toutes les contradictions du monde dans lequel nous vivons. »

    La différence essentielle saute aux yeux : c’est la « provocation ».

    Comme il est improbable que l’AFP ait inventé la « provocation », c’est que le pape a ajouté ce mot à son texte. Ce qui est du reste conforme à l’idée générale, et à ce qu’il disait sur le langage polémique de saint Jude auquel nous ne sommes plus habitués, et sur le fait que le dialogue et la tolérance selon Vatican II ne doivent pas nous empêcher de réaffirmer aujourd’hui avec force notre identité chrétienne.

    Que le pape en appelle au « courage de la provocation » comme faisant partie intégrante de la foi, c’est en soi une très réjouissante… provocation. A l’encontre de l’apostasie ambiante, de la pensée unique, du laïcisme, de l’islam…

    Au fait, et la citation de Manuel Paléologue, à Ratisbonne…

    Qu’on se le dise, l’Eglise est de retour !

  • Un écho de Ratisbonne

    A l’occasion de l’inauguration de la nouvelle année universitaire, le recteur de l’Université pontificale « Regina Apostolorum » et de l’Université européenne de Rome, le père Paolo Scarafoni, souhaitant « affirmer notre proximité et notre communion avec le Saint-Père », a remarquablement résumé la conférence prononcée par Benoît XVI à Ratisbonne : « Bonté et charité sont indissociables de la vérité, et nous ne pouvons pas imaginer pouvoir taire pendant longtemps ce qui doit être dit et faire semblant que soit vrai ce qui ne l’est pas. Nous ne pouvons pas appeler bon ce qui de manière objective va contre la dignité humaine la plus élémentaire et la vérité des choses. Il est important de révéler la fausseté de la conception d’un Dieu qui n’est pas doté de raison, derrière laquelle on peut sans difficulté justifier l’incitation à la violence ; ainsi que la fausseté de la conception d’une science qui a exclu de manière artificielle, de ses propres recherches et interrogations, la plus fondamentale, sur Dieu, la vérité totale et le sens de la vie. Le fanatisme auquel on ne peut faire pas entendre raison et la partialité de la raison qui ne veut pas se soumettre et répondre à la vérité tout entière, finissent tous deux par tomber dans l’utilisation de la force physique, précisément parce qu’ils n’ont pas de raisons, parce qu’ils n’ont pas d’arguments pour parler à l’esprit des hommes, parce qu’ils n’ont pas la confiance pour conduire à la reconnaissance de la vérité, qui libère et rend heureux. »

  • Cultures et religions

    Dans un entretien au Corriere della Sera, le cardinal Poupard a démenti la « rumeur » selon laquelle sa nomination comme président du conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, alors qu’il est aussi président du conseil pontifical pour la Culture, montrerait l’intention du pape de supprimer le conseil pontifical pour le dialogue interreligieux. Il n’y a aucune « subordination » de ce dicastère par rapport à l’autre, insiste-t-il, « un seul cardinal préside les deux conseils mais ceux-ci restent intactes et autonomes ».

    Dans un entretien à Radio Vatican, le même cardinal Poupard a déclaré que le dialogue des religions et le dialogue des cultures sont inséparables (comme ils le sont en effet dans tous les propos du pape sur la question), car, explique-t-il, il faut porter « une attention nouvelle à la dimension “incarnée“ des religions, parce que les religions ne dialoguent pas, ceux qui dialoguent, ce sont des femmes et des hommes qui ont chacun leur croyance incarnée et vécue, pour certains de façon millénaire. Notre tâche consiste à intensifier ces rencontres avec des représentants des grandes régions dans lesquelles les religions sont vécues entre croyants, dans leurs propres cultures, de façon pacifique ».

    Telle est en effet la bonne (et profonde) explication de l’attitude du pape. Mais cela relativise quelque peu (euphémisme) les propos du cardinal sur l’autonomie des deux conseils qu’il préside…

  • Nouvelle bombe contre le pape

    La BBC révèle un document secret prouvant que pendant vingt ans le cardinal Ratzinger a demandé aux évêques de cacher les cas d’abus sexuel. Un document « accablant », etc.

    Naturellement, tout est faux. On se reportera à ce qu’en disent Le Salon Beige et le Forum catholique.

  • Diplomatie express

    Dépêches AFP, en rouge, « urgent »

    11 h 54 : Début de la rencontre entre le pape et les ambassadeurs musulmans.

    12 h 04 : Le pape réitère son « estime et son respect » envers la religion musulmane.

    12 h 05 : Pape : le dialogue interreligieux est « une nécessité vitale ».

    12 h 17 : Fin de la rencontre entre le pape et les ambassadeurs musulmans.

    12 h 54 : Discours du pape : « C’est ce que nous attendions », a déclaré l’ambassadeur irakien Albert Yelda.

    (N.B. 1 - Le pape n'a pas réitéré son estime et son respect envers la religion musulmane, mais très explicitement envers les musulmans. Et une fois de plus il n'a pas utilisé le mot "interreligieux" sans le flanquer aussitôt du mot "interculturel".)

    (N.B. 2 - Comme son prénom l’indique, l’« ambassadeur irakien » est chrétien.)