Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Israël

  • Israël : des graffiti sur les tombes

    Un certain nombre de tombes du cimetière chrétien orthodoxe de Jaffa ont été endommagées et recouvertes de graffiti en hébreu, probablement au cours de la nuit entre le 12 et le 13 juin. Cinq voitures stationnées dans les environs du cimetière ont, elles aussi, été endommagées. Des insultes ont été également inscrites sur la maison, proche, de Khaled Kaboub, un juge de Tel Aviv.

    Les vandales ont tracé sur plusieurs pierres tombales le mot « vengeance » et l’expression « le prix à payer », formule qui sert de signature aux actes de vandalisme perpétrés à l’encontre des lieux de culte chrétiens par des groupes de colons extrémistes en guise de rétorsion suite au démantèlement de colonies juives illégales.

    La semaine dernière, au cours d’une audition devant une commission parlementaire, un responsable de la police a déclaré que 200 personnes avaient été interpellées dans le cadre des enquêtes sur les actes de vandalisme signées « le prix à payer », et que le ces actions étaient considérées comme des « crimes nationalistes ». Mais personne n’est encore passé en justice pour de tels faits, qui  ne sont pas médiatisés. Dans la population arabe chrétienne de Jaffa, on dit que si cela s’était passé dans un cimetière juif les coupables auraient été arrêtés en quelques heures, et que tous les journaux en auraient parlé.

  • Encore des inscriptions antichrétiennes en Israël

    Des graffiti et des insultes antichrétiens ont été tracés en hébreu dans la nuit de jeudi à vendredi sur un mur du monastère de la Dormition (bénédictins allemands) ainsi que sur deux voitures dont les huit pneus ont été crevés. L’une des portes du cimetière grec-orthodoxe voisin a aussi été l’objet de graffiti.

    Les graffiti comparent les chrétiens à des singes et appellent à la vengeance contre Jésus. Cet incident survient à la suite d’une série de profanations de monastères chrétiens qui en septembre et octobre dernier avaient été la cible de telles atteintes, qui ne font jamais l’objet d’arrestations, même quand elles sont ouvertement signées de l’organisation « Le prix à payer ».

  • L’avortement en Israël

    Les deux grands rabbins d’Israël, Shlomo Amar et Yon Metzger, soulignent dans une lettre aux rabbins que l’avortement est un meurtre, et appellent à soutenir l’organisation pro-vie Efrat, qui a permis de « sauver en un an 4 000 vies humaines ». Ce n’est pas la première fois que les grands rabbins alertent sur l’avortement, mais leur missive de cette année est plus dure que d’habitude. « Cette année, nous souhaitons faire prendre conscience à un plus large public du caractère extrêmement grave de la décision de tuer un fœtus », disent-ils.

    C’est l’occasion (pour moi en tout cas) de découvrir la curieuse législation israélienne sur l’avortement.

    L'avortement est légal pour les femmes de moins de 17 ans (qui est l'âge légal pour le mariage), pour les femmes de plus de 40 ans, ainsi que dans les cas de viols ou de relations incestueuses. Il peut également être autorisé par une commission médicale en cas de malformation du fœtus ou si la poursuite de la grossesse met la vie de la femme en danger physiquement ou mentalement (ce soi-disant danger mental permettant à peu près à n’importe quelle femme d’avorter, comme dans d’autres pays, et sans limite de grossesse).

  • Toujours les graffiti du « Prix à payer »

    L’ambassade d’Israël près le Saint-Siège « exprime sa plus ferme condamnation des actes de vandalisme qui ont violé le monastère de la Croix, dans la vallée de la Croix, le 11 décembre, à Jérusalem », ajoutant : « Nous déplorons ce type de comportement qui est en opposition totale avec les valeurs et les traditions d’Israël ».

    L’ambassade diffuse la déclaration du bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahou qui se dit « révulsé » devant les « actes violents » qui ont eu lieu dans la nuit du 11 au 12 décembre, à Jérusalem, et à Choukba près de Ramallah.

    « Les valeurs juives, dans lesquelles nous avons été élevés et que nous enseignons à nos enfants pour qu’ils les suivent, rejettent totalement ce type de comportement », dit le Premier ministre. (Une phrase qui paraît répondre à ce que disaient les évêques de Terre Sainte lors d’une précédente profanation : « l’Assemblée des Ordinaires demande à ce que le système éducatif change radicalement, sans quoi les mêmes causes produiront les mêmes effets ».)

    Benjamin Netanyahou affirme encore que « la liberté de culte pour toutes les religions sera sauvegardée en Israël », et assure que les personnes « méprisables » qui ont commis « ce crime » seront déférées devant la justice.

    Des réactions que l’on accueille avec satisfaction mais qui paraissent quand même un peu excessives, car il ne s’agit que de quelques graffiti, sur le mur d’un monastère orthodoxe (pour la septième fois), la porte d’un cimetière arménien, et en un endroit non précisé. Des graffiti qui certes insultent le Christ et les chrétiens, mais on a l’impression que la vive réaction des autorités cherche à masquer le fait que la police israélienne n’a encore jamais interpellé le moindre suspect, ni établi si peu que ce soit qui sont les colons fanatiques qui signent toujours « le prix à payer ».

  • « Représailles »

    L’Etat d’Israël est le seul Etat au monde qui peut rejeter toutes les résolutions de l’ONU sans qu’il en subisse la moindre conséquence. Il le fait donc en permanence avec le plus grand aplomb. Non seulement il rejette le vote ultra-majoritaire de l’Assemblée générale de l’ONU reconnaissant la Palestine comme Etat observateur, mais il annonce des « représailles ». Non pas contre l’ONU ou les 138 Etats qui ont mal voté, mais contre les Palestiniens, naturellement. En « représailles », Israël a décidé de… construire 3.000 logements dans ses colonies sur le territoire palestinien. Notamment « dans la zone E1 entre Maalé Adoumim et Jérusalem », ce qui couperait pratiquement la Cisjordanie en deux.

    Bien entendu, l’opinion internationale devra pleurer de chaudes larmes et faire état de vives condoléances quand des attentats frapperont ces logements construits en violation de toutes les lois et par pure provocation.

  • Un nouveau mur de la honte à Bethléem

    Communiqué de l’Assemblée des ordinaires catholiques de Terre Sainte

    L’Assemblée des chefs des Eglises catholiques de Terre Sainte (AOCTS) condamne l’itinéraire prévu par le projet d’un mur de séparation dans la vallée de Crémisan. 

    Israel

    Les décisions de confiscation vont affecter le village d’Al Walaja, ainsi que la vie de 58 familles chrétiennes de Beit Jala, dont la subsistance dépend essentiellement de cette terre. En outre, les deux congrégations locales salésiennes qui s’y trouvent seront négativement affectées dans leur travail missionnaire envers la communauté locale.

    Séparée de la vallée de Crémisan, la communauté locale va perdre l’une de ses dernières grandes zones agricoles et récréatives, ainsi que quelques sources d’eau à l’importance cruciale pour les agriculteurs de la région. En fait, Crémisan, véritable espace vert, est le poumon principal sans lequel la population de Bethléem ne peut pas respirer. Par ailleurs, les 450 enfants qui fréquentent l’école des sœurs salésiennes devront aller dans une école à l’aspect carcéral, entourée par des barrières militaires et des check-points.

    Le 9 juillet 2004, la Cour internationale de Justice avait jugé le mur de séparation illégal en vertu du droit international. L’Assemblée des évêques ayant la même position, nous avons donc demandé à la Société Saint-Yves de déposer une plainte contre les autorités militaires.

    Le projet de construction du mur mettra davantage de pression dans les rangs des chrétiens qui vivent à Bethléem. Sans un revenu fixe et sans avenir pour leurs enfants, beaucoup plus de gens encore vont prendre la décision de quitter la Terre Sainte.

    Les chefs des Eglises Catholiques nient catégoriquement l’existence d’un accord explicite ou implicite entre le Vatican, l’Eglise locale et les autorités israéliennes au sujet de la construction de ce mur illégal. Ils en appellent fortement l’Etat d’Israël à s’abstenir de son plan visant à séparer la vallée de Crémisan de Bethléem.

    Le 23 octobre 2012,

    + Fouad TWAL
    Patriarche latin de Jérusalem
    Président de l’AOCTS

    + Elias CHACOUR
    Archevêque Grec-melkite catholique de Akka
    Vice-président de l’AOCTS

    + Giorgio LINGUA
    Nonce apostolique en Jordanie

    Mgr Waldemar SOMMERTAG
    Chargé d’Affaires de la délégation apostolique à Jérusalem et en Palestine
    Nonciature apostolique pour Israël et Chypre

    + Michel SABBAH
    Patriarche latin émérite de Jérusalem

    + Yaser Al-AYYASH
    Archevêque Gréco-Catholique Melkite
    de Petra et Philadelphie (Amman)

    + Joseph SOUEIF
    Archevêque maronite de Chypre

    + Mussa Al-HAGE
    Archevêque maronite de Haïfa et de Terre Sainte
    Maronite exarque de Jérusalem

    + Boutros MOUALLEM
    Archevêque Catholique grec Melkite émérite d’Akka

    + Grégoire Pierre MELKI
    Exarque Syro-Catholique de Jérusalem

    + Joseph Jules ZEREY
    Vicaire patriarcal Grec-melkite de Jérusalem

    + Maroun LAHHAM
    Vicaire patriarcal latin pour la Jordanie

    + Giacinto-Boulos MARCUZZO
    Vicaire patriarcal latin pour Israël

    + William SHOMALI
    Vicaire patriarcal latin pour Jérusalem et la Palestine

    + Kamal-Hanna BATHISH
    Vicaire patriarcal latin émérite général

    + Sélim SAYEGH
    Vicaire patriarcal latin pour la Jordanie émérite

    Mgr. Joseph KELEKIAN
    Exarque arménien catholique de Jérusalem

    Fr. Pierbattista PIZZABALLA,

    OFM Custode de Terre Sainte

    Fr. Evencio HERRERA DIAZ, OFM.
    Vicaire patriarcal latin pour Chypre

    Fr. David NEUHAUS, S.J.
    Vicaire patriarcal de langue hébraïque

    Fr. Raymond MOUSSALLI
    Vicaire patriarcal chaldéen de Jordanie

    Fr. Pietro FELET, scj
    Secrétaire général

  • L’antichristianisme s’étend en Israël

    Des pierres, des bouteilles et des détritus ont été lancés contre l’église orthodoxe roumaine Saint-Georges de Jérusalem, située près du quartier juif ultra-orthodoxe de Méa Sharim.

    Les manifestations d’hostilité aux chrétiens se multiplient. La « matinale chrétienne » du site de La Vie, hier, faisait savoir que « certains prêtres ont cessé de traverser le quartier ultra-orthodoxe de Jérusalem en raison des crachats systématiques qu’ils essuient de la part de la population ». « De multiples incidents de la même sorte qui montrent un changement d’attitude de la part d’une extrême droite juive qui semble vouloir en découdre avec les chrétiens. Selon Martine Sevegrand, historienne : “à Jérusalem, les insultes contre les prêtres et religieuses sont depuis longtemps devenues pratique courante au point que personne n’en parle”. »

     

  • Nouvelle profanation en Terre Sainte

    « L’Assemblée des Ordinaires de Terre Sainte exprime sa profonde consternation après la découverte de graffiti en hébreu sur la porte d’entrée du couvent franciscain du Mont Sion à Jérusalem. Le couvent se trouve à deux pas du Cénacle. (…)

    « Une nouvelle fois encore, l’Assemblée des Ordinaires exprime son inquiétude sur l’éducation donnée aux jeunes dans certaines écoles où le mépris et l’intolérance sont enseignés. L’AOCTS est certaine que les autorités israéliennes trouveront les coupables de l’association « Le Prix à payer » et leur donneront une juste condamnation. Mais plus que tout, l’Assemblée des Ordinaires demande à ce que  le système éducatif  change radicalement, sans quoi les mêmes causes produiront les mêmes effets. »

    NB. Ces actions sont toujours signées « Le Prix à payer » : ce sont des colons fanatiques qui se vengent sur les chrétiens des décisions des autorités qui leur sont défavorables… Jusqu’ici aucun membre du « Prix à payer » n’a été interpellé.

  • Un député déchire les Evangiles

    Le député israélien Michael Ben Ari, du parti Union nationale, a déchiré publiquement un Nouveau Testament.

    Il avait reçu par la poste un exemplaire de la Bible, intitulée « Livre des Testaments », publiée par la Société biblique israélienne.

    « Ce livre méprisable a entraîné le meurtre de millions de juif durant l'Inquisition et dans les centres d’autodafé (sic)… C'est une horrible provocation missionnaire de la part de l'Eglise. Il ne fait pas de doute que la place de ce livre et de ceux qui l'ont envoyé est dans les poubelles de l'Histoire », a déclaré Michael Ben Ari au site internet NRG-Maariv qui publie ses propos et la photo du sacrilège.

    new-ben-ari.jpg

    Il n’y a pas de réactions.

    Pour deux raisons.

    La première est qu’il s’agit seulement du livre sacré des chrétiens, or le christianisme est la seule religion qui n’a droit à aucun respect.

    La deuxième est qu’un juif a le droit de dire et faire ce qu’il veut en matière de racisme et de blasphème, à cause de la Shoah.

    Du reste, en 2009, Michael Ben Ari avait publié une lettre ouverte aux responsables israéliens pour faire savoir que la visite de Benoît XVI serait une insulte à la mémoire des victimes de la Shoah.

  • Israël détruit ce que l’UE construit…

    Un rapport élaboré sous l’égide de l’ONU par des ONG et l’Union européenne dénonce les destructions par Israël d’installations financées par l’UE dans les territoires palestiniens.

    Le 23 février 2011, les bulldozers israéliens ont détruit le puits qui venait d’être réparé grâce à des fonds polonais dans le village de El Rahawia… et ont détruit tout le village, faisant 83 sans-abri.

    Le 23 avril, l’armée israélienne a détruit deux puits forés par la France dans la région d’Hébron.

    Dans toute l’année 2011, les autorités israéliennes ont détruit 22 citernes d’eau et 37 structures agricoles financées par des Etats membres de l’UE en Cisjordanie. Elles ont émis des ordres de démolition ou d’« arrêt des travaux » pour de nombreuses infrastructures financées par l’UE, dont 14 citernes d’eau, 34 installations d’assainissement de l’eau, huit projets d’énergie solaire, deux écoles et un centre médical.

    Et encore ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. L’an dernier, Israël a détruit, en tout, 622 nouvelles infrastructures palestiniennes, et 267 au cours des quatre premiers mois de cette année.

    La raison donnée est toujours la même : ce sont des constructions illégales…

    Dans le même temps, l’Etat d’Israël a légalisé 7.500 logements construits illégalement par des colons…

  • Dernière nouvelle du ghetto

    La Cour suprême israélienne, par six voix contre cinq, confirme et proroge la loi de 2003 interdisant aux Palestinien(ne)s marié(e)s à des Israélien(ne)s d’acquérir la citoyenneté israélienne et un droit de résidence permanente.

    Cette loi interdit en fait aux Palestinien(ne)s qui ont la citoyenneté israélienne (les Arabes israéliens) de se marier avec des Palestinien(ne)s, ou plutôt les oblige à quitter Israël pour vivre dans un territoire palestinien…

    En 2006, la Cour suprême avait jugé cette loi anticonstitutionnelle. La présidente de la Cour, Dorit Beinisch, est opposée à cette loi, au motif que la liberté de se marier et de fonder une famille est la base des principes démocratiques.

    Les défenseurs des droits de l’homme constatent que cette loi est raciste.

    Ce à quoi l’un des juges rétorque que « les droits de l’homme ne prescrivent par le suicide national ». Selon la droite israélienne, si les femmes palestiniennes étaient autorisées à devenir des citoyennes israéliennes, les Palestiniens deviendraient rapidement majoritaires…

  • Quand le bâtiment va…

    Dans son rapport annuel sur les constructions dans les colonies juives de Jérusalem-Est et de Cisjordanie occupée, l'organisation israélienne La Paix maintenant indique qu'en dépit des appels de la communauté internationale en faveur d'un gel des travaux, des milliers de nouveaux logements ont été mis en chantier. Les constructions ont augmenté de 20%, et 35% des logements mis en chantier se trouvent sur des terres situées au-delà du mur.

    "En 2011, Netanyahu a battu le record de mises en chantier détenu par son propre gouvernement et en a fait une année très fructueuse pour les colons, et une très triste pour les citoyens d'Israël", a déclaré Yariv Oppenheimer, directeur de La Paix maintenant. "Au rythme actuel des constructions, nous allons gâcher toute occasion de trouver une solution à deux Etats."

  • Entre quatre murs

    Après le mur à la frontière des territoires palestiniens, Israël s’apprête à ériger un mur de 5 mètres de haut sur sa frontière avec le Liban (plus précisément sur la ligne de cessez le feu). Ce sera d’abord un mur d’un kilomètre, pour protéger le kibboutz de Matala des attaques venant du village libanais voisin de Kafr Kala. Le mur aura naturellement vocation à s’étendre (ce qui conduira naturellement à la guerre, vu que la frontière est contestée), mais pour le moment Israël est en train de construire un mur sur sa frontière avec l’Egypte. Et quand il sera terminé, annonce Netanyahu (ce devrait être en septembre), on construira un mur à la frontière jordanienne. Sic.

    Il y en a qu’on enferme entre quatre murs. Il y en a qui s’y enferment tout seuls.

  • Le lobbying israélien en Europe contre la Palestine

    Le quotidien Haaretz a pu consulter les messages que les hauts fonctionnaires du ministère israélien des Affaires étrangères envoient aux ambassades occidentales sur le lobbying qu’elles doivent conduire face au projet de l’ONU de reconnaître un Etat palestinien en septembre prochain.

    Israël divise les pays de l’UE en trois groupes : les pays déjà opposés au projet, les pays indécis, et les pays pro-palestiniens.

    Les pays du premier groupe sont l’Allemagne et l’Italie. Ceux du troisième groupe sont la Belgique, l’Irlande, le Portugal et la Suède. La France, le Royaume-Uni et l’Espagne ne sont cités dans aucun groupe. Au ministère, on explique en gros que ce sont des cas désespérés : ils sont pro-palestiniens et on ne pourra pas les faire changer d’avis.

    Tout le travail doit se porter sur les pays du deuxième groupe, les indécis. Il s’agit de plusieurs anciens pays de l’Est : Bulgarie, République tchèque, Hongrie, Pologne, Roumanie et Slovaquie. Le plan est de faire basculer ces pays vers le refus d’un Etat palestinien afin de partager l’UE en deux camps rendant impossible tout semblant de consensus de l’UE sur la question (comme pour la reconnaissance du Kosovo, disent-ils explicitement), et de constituer ainsi un groupe significatif de pays de l’UE qui pourront s’opposer au projet à l’ONU.

    « Votre plan doit inclure l’approche des plus importants hommes politiques, tout en mobilisant les multiplicateurs de puissance utiles (communautés juives locales, ONG…), et en utilisant les médias, en influençant l’opinion publique locale », précise un message du général Rafael Barak, directeur général du ministère des Affaires étrangères.

  • Identité et immigration

    Le Premier Ministre a déclaré dimanche que “le flux d’immigrés clandestins en provenance d’Afrique”  était une “menace concrète pour l’identité (…) du pays”.

    Non, ce n’est pas François Fillon. C’est Benjamin Netanyahu. Il parlait de l’identité « juive et démocratique » d'Israël.

    (via F.Desouche)

  • Gaza : les conséquences d'un aveuglement. Une bonne chose pour l'Europe ?

    Communiqué de Bernard Antony, président de l'Institut du Pays Libre, président de Chrétienté-Solidarité

    Israël, dont l'Etat est plus que jamais dirigé par des nationalistes extrémistes, commence à subir les conséquences de ce que le correspondant de France 2 à Jérusalem a analysé dans son livre « Le grand aveuglement ».

    Lire la suite

  • Israël peut tout se permettre

    Une flottille de six bateaux, à l'appel de l'organisation Free Gaza, chargée de 10.000 tonnes d'aides diverses, avait appareillé hier soir de Chypre pour la bande de Gaza, soumise à un blocus total par Israël. Les Israéliens avaient fait savoir qu'ils empêcheraient le débarquement. Ils ont attaqué avant l'aube, dans les eaux internationales... Aux dernières nouvelles il y a eu 19 morts*.

    Certes, aux yeux d'Israël, c'était une « provocation ». Mais la vraie provocation, c'est de faire de Gaza un camp de concentration.

    Naturellement, le Hamas appelle au soulèvement. Et l'on nous fera pleurer sur les victimes israéliennes...

    * (addendum) Selon une chaîne de télévision israélienne. L'armée israélienne a fait état ensuite de 9 morts.

  • Quand les ascenseurs du shabbat ne sont plus cachers...

    Depuis qu'un rabbin influent a décrété le mois dernier que les ascenseurs spécialement conçus pour le shabbat n'étaient finalement pas cachers, le jour de repos hebdomadaire est devenu épuisant pour certains juifs orthodoxes en Israël.

    Lire la suite

  • Solana : « Israël est membre de l’UE »

    « Israël permettez-moi de le dire, est un membre de l'Union européenne sans être membre de ses institutions », a déclaré mercredi Javier Solana, le diplomate en chef de l'Union européenne, à Jérusalem devant un parterre de personnalités des milieux politiques et d'affaires.

    L'Etat juif, a-t-il souligné, « est partie prenante à tous les programmes » de l'Europe des 27, notamment dans les domaines de la recherche et de la technologie. « Aucun pays hors du continent n'a le type de relations qu'Israël entretient avec l'Union européenne. »

    « Je ne vois pas le président de la Croatie ici », a poursuivi Solana en scrutant l'assistance, qui a vivement applaudit. « Mais je dois vous dire, puisqu'il n'est pas là - et il est pourtant candidat à l'entrée dans l'Union européenne -, que votre relation avec l'Union européenne est plus forte que celle de la Croatie ». « Ne lui répétez pas », a encore ajouté le haut représentant de la politique étrangère et de sécurité commune, se voulant facétieux.

    Le président croate, qui appréciera, est actuellement en visite en Israël et devait s'adresser plus tard au même auditoire des participants à la « Conférence présidentielle israélienne ».

    (Europe 1)

  • « Sans équivoque »

    Titre d'une dépêche de l'AFP :

    Nucléaire iranien: Israël veut une réponse "sans équivoque" des grandes puissances.

    On ne lira jamais :

    Nucléaire : les grandes puissance veulent une réponse "sans équivoque" d'Israël.