Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Liturgie - Page 4

  • Drôle d’époque…

    Quoi qu’on pense par ailleurs de Mgr Romero, il est certain qu’il n’est pas mort martyr de la foi, puisqu’il a été assassiné par des catholiques pour des raisons politiques. Et pourtant le voilà saint martyr…

    Quoi qu’on pense par ailleurs de Paul VI, il est certain qu’il a fait preuve d’impiété, d’injustice et de cruauté envers de nombreux prêtres et fidèles en imposant son ersatz liturgique à la place de la liturgie romaine. Et pourtant le voilà saint pape…

    Mieux vaut en rire, sans doute. Mais je ne voudrais pas être à la place de ceux qui ont charge d’âmes et sont censés devoir expliquer l’inexplicable…

  • Sainte Thérèse de Jésus

    L’une des deux hymnes composées par Urbain VIII pour la fête de sainte Thérèse. Je donne après le texte latin la traduction qu’on trouve sur internet, suivie de la savoureuse traduction en alexandrins qu’on trouve dans le Breviarum benedictinum de 1725, venue de Port Royal et sans doute de Lemaistre de Sacy.

    Regis superni nuntia
    domum paternam deseris,
    terris, Teresa, barbaris
    Christum datura aut sanguinem.

    Messagère du roi des cieux,
    tu quittes la maison paternelle,
    Thérèse, pour apporter aux contrées païennes
    le Christ ou ton sang.

    Aux plus rudes travaux Thérèse se prépare,
    Sa maison à ses yeux étale un vain éclat ;
    Elle part, elle veut dans un pays barbare
    Ou vaincre pour Jésus, ou mourir au combat.

    Sed te manet suavior mors,
    pœna poscit dulcior:
    divini amoris cuspide
    in vulnus icta concides.

    Mais une mort plus suave t'est réservée,
    un tourment plus doux te réclame :
    frappée de l'aiguillon du divin amour,
    tu succomberas à cette blessure.

    Mais son Epoux divin, par un amour extrême,
    Veut qu’un tourment plus doux la conduise au trépas,
    Et d’un trait qu’en son cœur il a tiré lui-même,
    Il la voit languissante expirer dans ses bras.

    O caritátis victima,
    tu corda nostra concrema,
    tibique gentes créditas
    inferni ab igne libera.

    Victime d'amour,
    embrase nos cœurs
    et délivre du feu de l’enfer
    tous les peuples qui te sont confiés.

    O toi du Roi des Rois l’Amante et la victime,
    Allume en nous le feu qui t’embrasa le sein,
    Et que du feu vengeur allumé pour le crime,
    Nous délivre en mourant ton secours souverain.

    Te, sponse, Jesu, virginum,
    beati adorent ordines,
    et nuptiali cantico
    laudent per omne sæculum.

    Jésus, époux des vierges,
    que les ordres bienheureux t’adorent
    et t’adressent pour tous les siècles
    la louange d’un cantique nuptial.

    Le breviarium benedictinum de 1725, ainsi que les autres bréviaires romain et bénédictin traditionnels, ont une autre doxologie :

    Sit laus Patri cum Filio,
    Et Spiritu Paraclito,
    Tibique Sancta Trinitas,
    Nunc et per omne sæculum. Amen.

    Gloire au Père immortel qui fait nos destinées,
    Que le Fils, l’Esprit Saint soient l’objet de nos chants,
    Que par la fin des temps ne soient point terminées
    Les louanges d’un Etre unique auteur des temps. Ainsi soit-il.

    Voici cette hymne chantée pendant la messe célébrée en la chapelle des carmélites de Tolède pour le troisième centenaire de sainte Thérèse, fondatrice de ce couvent. On nous dit que cette chapelle est dédiée à la forme extraordinaire du rite romain. Dieu sait, et mes lecteurs savent, combien je suis attaché à la « forme extraordinaire du rite romain ». Mais à Tolède c’est le rite mozarabe qui devrait être de rigueur. (Comme à Lyon le rite lyonnais, d’ailleurs.)

    Au début puis entre les strophes est chanté: "Ora, ora pro nobis, Teresia beatissima."

  • 21e dimanche après la Pentecôte

    Allelúia, allelúia. In éxitu Israël de Ægýpto, domus Jacob de pópulo bárbaro. Allelúia.

    Allélluia, alléluia. Lorsque Israël sortit d’Egypte, et la maison de Jacob du milieu d’un peuple barbare. Alléluia.

    L’Alléluia de ce dimanche vient des anciennes grandes vêpres romaines de l’octave de Pâques. Il était chanté par les nouveaux baptisés en procession vers les fonts baptismaux pour rendre grâce de leur nouvelle naissance. Le psaume 113 célèbre le passage de la mer Rouge, la libération des Hébreux de l’esclavage du Pharaon. Dans la nuit de Pâques, les nouveaux baptisés ont eux aussi, mais dans l'ordre surnaturel, traversé la mer Rouge, passant du royaume du péché au royaume de la grâce.

    On remarque que le sommet de la mélodie est sur « ex » - qui s’étale sur 8 notes : c’est le mot important, celui qui exprime le fait de sortir, et de sortir d’Egypte (le mot est lui aussi orné). On peut être surpris que les Egyptiens soient appelés « peuple barbare » par une troupe d’esclaves en fuite, alors que la civilisation égyptienne était la plus accomplie de l’époque. Mais d’une part c’est le symbolisme qui prime. D’autre part, explique le bienheureux cardinal Schuster, « le progrès matériel et artistique n’est pas le seul critère de la vraie culture, mais plutôt la vie spirituelle et le développement spirituel. De ce point de vue les Israélites surpassaient de loin la plus fameuse nation de l’Antiquité et prouvaient ainsi que leur foi était surnaturelle ».

    Ce psaume 113 faisait partie de ceux que les juifs chantaient en mangeant l’agneau pascal. Par conséquent Jésus l’a chanté lui-même en instituant l’eucharistie, la veille de son « exitus » de ce monde vers le Père.

    Or cet alléluia a également fait partie de la liturgie des défunts, pour chanter la sortie du défunt de ce monde et son entrée dans la Jérusalem céleste. (L’alléluia a ensuite été banni de la liturgie latine des défunts, alors que l’office byzantin des défunts célébré après la Divine Liturgie commence par 12 alléluias.)

    Voici cet alléluia par les moines de Ligugé.

    Introït.

    Offertoire.

    Evangile.

  • Saint Edouard le Confesseur

    149950-1297438617.jpg

    Screenshot_2018-10-12 149941-1297438611 jpg (Image JPEG, 2000 × 1415 pixels) - Redimensionnée (67%).png

    Lu sur le site d’un spécialiste d’achat et vente de bijoux anciens :

    Le saphir de Saint-Edouard…

    …ou “Edouard le confesseur”

    Saphir bleu d’un poids inconnu et de forme octogonale à 24 facettes, taillé “en rose”, sa brillance et son éclat sont renommés comme étant exceptionnels. La “taille en rose” n’apparaissant qu’au XIVe siècle, la pierre a donc été modifiée depuis qu’elle a fait son apparition sur une bague d’Edouard “Le Confesseur” lors de son couronnement en 1043. Ce saphir proviendrait, vraisemblablement, des anciennes mines de corindons de Ratna situées au Sri Lanka, connues et renommées depuis l’Antiquité.

    C’est une pierre chargée d’histoire et de symbole. La légende veut que le roi Edouard (ca 1004/1066), homme de grande foi, croise un jour un mendiant, n’ayant pas de bourse sur lui, il lui fait cadeau de sa bague ornée d’un saphir. Or, il s’avère que ce mendiant n’est autre que Saint Jean, envoyé par Dieu pour tester la bonté du roi. Lors de son voyage en Palestine, la bague lui aurait alors été restituée par deux pèlerins (d’autres disent un ange) ayant croisé Saint Jean l’Evangéliste. Ils lui dirent que le saint le remerciait et qu’ils se reverraient dans six mois au Paradis. Six mois plus tard le roi décédait en ayant légué sa couronne et son anneau avec le saphir au royaume.

    Fondateur de l’Abbaye de Westminster, le roi Edouard souhaite y être inhumé. En 1102, son tombeau est ouvert pour une inspection et l’on constate que la dépouille du roi n’a subi aucune détérioration depuis trente-six ans, alors qu’une suave odeur emplit l’église. Ces évènements, plus la grande piété qu’il a démontrée au cours de sa vie conduiront à la canonisation de ce roi en 1161. Le corps du saint est alors transféré dans une sépulture plus imposante et c’est à cette occasion que l’anneau et sa couronne lui sont retirés pour être intégrés aux Joyaux de la Couronne ; ils en deviennent ainsi les premiers éléments. Tous les souverains successifs attacheront une grande vénération à la couronne d’Edouard et seront couronnés par elle jusqu’à la destruction des Joyaux par Cromwell.

    Comme quelques autres pierres, “Le saphir de Saint-Edouard” échappe cependant à cette destruction. Après la restauration en 1660, il est retaillé sous sa forme actuelle pour Charles II. En 1838, la reine Victoria le fait sertir sur la Couronne Impériale d’apparat, au centre de la croix pattée située au sommet de cette couronne. Il occupe la même place sur la Couronne Impériale actuelle réalisée à l’identique en 1937, exposée à la Tour de Londres.

  • Le bienheureux Charles de Blois

    vitrail.jpeg

    vitrail-bataille-detail.jpg

    Photos Jean-Claude Even

    Le 18 juin 1347, Charles de Blois perdait la bataille de La Roche-Derrien et était fait prisonnier par les Anglais. En 1376, le seigneur local agrandissait la belle église paroissiale en ajoutant une grande chapelle au sud. Avec une verrière. En 1927, les Beaux Arts mettent en demeure la commune de remplacer le vitrail qui menace de tomber. Impossible de trouver ce que représentait l’ancien vitrail. En tout cas le nouveau représente Charles de Blois vaincu par les Anglais qui appuient Jean de Montefort. Ce vitrail a été dessiné par Henri Magne et réalisé par le maître verrier Léglise. Il est réellement beau, même sans le comparer aux autres vitraux de l’église, datant semble-t-il de quelques années plus tôt, et qui sont du sulpicien nullissime.

    On voit donc ici Charles de Blois, adossé au moulin à vent (avec ses grandes ailes ocre) de la hauteur du Mézou (le chirurgien comptera 17 blessures), tendant son épée ensanglantée à Robert du Châtel (du camp Montfort). Il se tourne vers un franciscain qui lui tend la croix. Au loin, on voit La Roche-Derrien avec le clocher de l’église, et la tour du château en flammes comme une bonne partie de la ville, et l’église elle-même qui sera très endommagée.

    En haut, dans les quatre-feuilles, on voit les armes de Blois, de Bretagne, de Monfort, et de La Roche-Derrien. En dessous, celles de Pie XI et de l’évêque.

    Sur la canonisation de Charles de Blois, voir ici.

    Sur la personnalité de Charles de Blois, voir ici et .

  • Maternité de la bienheureuse Vierge Marie

    Sancta María, succúrre míseris, juva pusillánimes, réfove flébiles, ora pro pópulo, intervéni pro clero, intercéde pro devóto femíneo sexu: séntiant omnes tuum juvámen, quicúmque célebrant tuam admirábilem Maternitátem.

    Sainte Marie, venez au secours des miséreux, soutenez les défaillants, soulagez les affligés, priez pour le peuple, plaidez pour le clergé, intercédez pour les femmes pieuses ; que tous ceux qui célèbrent votre admirable Maternité ressentent votre aide.

  • Saint François Borgia

    San_Francisco_de_Borja_y_el_moribundo_impenitente.jpg

    En 1788, Doña Maria Josefa Pimentel, duchesse de Benavente, qui descendait par sa grand-mère paternelle de saint François Borgia 3e duc de Gandie (parmi ses innombrables titres elle avait celui de 14e duchesse de Gandie), commanda trois tableaux pour la chapelle rénovée de son saint ancêtre à la cathédrale de Valence. Deux furent commandés à Goya, dont « François de Borgia et le moribond impénitent », qui marque le début de la période « fantastique » et très noire du peintre.

    L’œuvre montre un fameux miracle : alors que le saint tente de convaincre un moribond de confesser ses gros péchés, et que celui-ci refuse, il brandit son crucifix, et le bras droit du Christ se détache de la croix et asperge de son sang le moribond.

    Les yeux fixés sur le crucifix, le saint est frappé de stupeur et d'émerveillement, ce qu'exprime le geste de sa main gauche. Mais cette figure si expressive, si convaincante dans sa stupéfaction, ne prend tout son sens, tout son poids, qu'au regard de la scène latérale qui, elle, sidère le spectateur. C'est qu'on n'avait jamais vu ainsi peintes, même dans les plus terribles représentations médiévales de la mort, les affres de l'agonie: ce lit dévasté, ce corps raidi dans l'ultime convulsion, thorax dilaté, main et pied crispés, ce visage, surtout, exténué et béant sur son dernier râle. On n'avait jamais vu non plus, de « si près », les forces infernales prêtes à s'emparer de l'âme d'un défunt. (Manuel Jover)

    Ci-dessous la même scène, esquisse du tableau (sans les diables). Il mesure 38 x 29 cm. Le tableau fait 3,5 mètres sur 3 mètres.

    San_Francisco_de_Borja_y_el_moribundo_(boceto).jpg

  • Saint Denis et ses compagnons Rustique et Eleuthère

    Cette hymne du propre de France du bréviaire monastique (et romain ?) est de saint Venance Fortunat. Elle pose un problème aux historiens modernes, car elle affirme que saint Denis fut envoyé en Gaule par le pape Clément de Rome. Donc l’un des tout premiers successeurs de saint Pierre, alors qu’on fait aujourd’hui de saint Denis de Paris un évêque du IIIe siècle. La légende de saint Denis envoyé par saint Clément aurait été inventée (comme son identification avec l’Aréopagite) par Hilduin, l’abbé de Saint-Denis, au IXe siècle. Mais Venance Fortunat écrivait à la fin du VIe siècle. Certains ont contesté que l’hymne fût de Venance Fortunat. Mais cela a été réfuté de façon décisive et de plusieurs façons. Certains ont alors contesté que le mot « præsul » puisse désigner le « pape » : il peut s’agir d’un certain Clément (inconnu par ailleurs) qui aurait gouverné l’Eglise au moment de la longue vacance pontificale du milieu du IIIe siècle… Mais l’argument est très faible, et dans la Vie de saint Colomban de Jonas de Bobbio, écrite une vingtaine d’années après la mort de Venance Fortunat, le mot « præsul » désigne le pape…

    Fortem, fidelem militem
    Cæli secutum principem,
    Dionysium martyrem
    Plebs corde, voce personat.

    Que le peuple chante avec la voix et le cœur Denis le martyr, soldat courageux et fidèle, qui suivit le prince du ciel.

    Clemente Roma præsule,
    Ab urbe missus adfuit;
    Verbi superni seminis
    Ut fructus esset Galliæ.

    Par le pape Clément il fut envoyé de Rome pour que la Gaule eût part aux fruits de la semence du Verbe divin.

    Opus sacratum construit,
    Fidem docet baptismatis:
    Sed audientum cæcitas
    Munus repellit seminis.

    Il construit l’œuvre sacrée, il enseigne la foi du baptême ; mais l'aveuglement de ceux qui l'écoutent repousse le présent de la semence.

    Instante sacro antistite,
    Errore plebem solvere,
    Dum spem salutis ingerit,
    Tormenta mortjs incidit.

    De façon instante le saint évêque veut arracher le peuple à l'erreur ; pendant qu'il apporte l'espoir du salut, il trouve les tourments de la mort.

    Correptus a gentilibus
    Pro Christo colla tradidit
    Dilectionem pectoris
    Cervice cæsa, prodidit.

    Saisi par les païens, il livra sa tête pour le Christ, et la tête tranchée il montra l’amour de son cœur.

    Magnus sacerdos, qui dabat
    Templi sacrata munera,
    Fuso beato sanguine,
    Est factus ipse victima.

    Ce grand pontife, qui offrait les dons sacrés du temple, par l’effusion de son sang bienheureux, devint lui-même la victime.

    Felix pio de vulnere,
    Quæ pœna palmam præbuit !
    Qui morte mortem conteris,
    Cælum tenes cum sociis.

    Heureux par cette pieuse blessure, qui lui mérita une telle récompense ! Par la mort tu détruis la mort, et tu possèdes le ciel avec tes compagnons.

    Gloria sit Deo Patri,
    Gloria Unigenito ,
    Una cum Sancto Spiritu,
    In sempiterna sæcula !

    Gloire soit à Dieu le Père, Gloire à son Fils unique, et au Saint-Esprit, dans Ies siècles éternels !

  • Solennité de Notre Dame du Rosaire

    La contemplation de Marie est avant tout le fait de se souvenir. Il faut cependant entendre ces paroles dans le sens biblique de la mémoire (zakar), qui rend présentes les œuvres accomplies par Dieu dans l'histoire du salut. La Bible est le récit d'événements salvifiques, qui trouvent leur sommet dans le Christ lui-même. Ces événements ne sont pas seulement un “hier”; ils sont aussi l'aujourd'hui du salut. Cette actualisation se réalise en particulier dans la liturgie: ce que Dieu a accompli il y a des siècles ne concerne pas seulement les témoins directs des événements, mais rejoint par son don de grâce l'homme de tous les temps. Cela vaut aussi d'une certaine manière pour toute autre approche de dévotion concernant ces événements: « en faire mémoire » dans une attitude de foi et d'amour signifie s'ouvrir à la grâce que le Christ nous a obtenue par ses mystères de vie, de mort et de résurrection.

    C'est pourquoi, tandis qu'il faut rappeler avec le Concile Vatican II que la liturgie, qui constitue la réalisation de la charge sacerdotale du Christ et le culte public, est « le sommet vers lequel tend l'action de l'Église et en même temps la source d'où découle toute sa force », il convient aussi de rappeler que la vie spirituelle « n'est pas enfermée dans les limites de la participation à la seule sainte Liturgie. Le chrétien, appelé à prier en commun, doit néanmoins aussientrer dans sa chambre pour prier son Père dans le secret (cf. Mt 6, 6) et doit même, selon l'enseignement de l'Apôtre, prier sans relâche (cf. 1 Th 5, 17). Avec sa spécificité, le Rosaire se situe dans ce panorama multicolore de la prière “incessante” et, si la liturgie, action du Christ et de l'Église, est l'action salvifique par excellence, le Rosaire, en tant que méditation sur le Christ avec Marie, est une contemplation salutaire. Nous plonger en effet, de mystère en mystère, dans la vie du Rédempteur, fait en sorte que ce que le Christ a réalisé et ce que la liturgie actualise soient profondément assimilés et modèlent notre existence. 

    Jean-Paul II, Rosarium Virginis Mariae, §13.

  • Saint Bruno

    Jean Bernard Restout - St Bruno Praying in the Desert 1763.jpg

    Jean-Bernard Restout, 1763 (Louvre)

    Bruno.jpeg

    Bienheureux cardinal Schuster